Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris"

Transcription

1 Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris

2 Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES À PARIS... 6 LES ENTREPRISES PARISIENNES ET LEURS CARACTERISTIQUES... 8 STATUT JURIDIQUE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 9 REPARTITION DES ENTREPRISES PARISIENNES SELON LES CRITERES DE DEFINITION DES MICROS/PETITES/MOYENNES ENTREPRISES. 11 ÂGE MOYEN DES ENTREPRISES A PARIS DE 21 A LES DIRIGEANTS DES ENTREPRISES PARISIENNES CIVILITE DES DIRIGEANTS D ENTREPRISES ÂGE DES DIRIGEANTS D ENTREPRISES NATIONALITES DES DIRIGEANTS D ENTREPRISES... 3 LES ENTREPRISES PARISIENNES EN DIFFICULTE REPARTITION DES JUGEMENTS D OUVERTURE PAR TYPE DE PROCEDURE SECTEURS D ACTIVITÉ DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ EFFET SUR L EMPLOI A PARIS SALARIES TOUCHES PAR LES JUGEMENTS D OUVERTURE DE 28 A DISPARITION DES ENTREPRISES À PARIS REPARTITION PAR TRANCHE D AGE DES ENTREPRISES RADIEES MOTIFS DE RADIATION DES ENTREPRISES À PARIS SECTEURS D ACTIVITÉ DES ENTREPRISES RADIÉES À PARIS EN 21 ET PARTIE 2 LES ARRONDISSEMENTS DE PARIS LE 1 ER ARRONDISSEMENT DE PARIS... 5 LE 2 EME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 3 EME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 4ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 5ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 6ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 7ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 8ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 9ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 1EME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 11ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 12ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 13ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 14ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 15ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 16ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 17ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 18ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 19ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS LE 2ÈME ARRONDISSEMENT DE PARIS ANNEXES... ERREUR! SIGNET NON DEFINI. 2

3 Introduction L Atlas économique 213 présente une mise en perspective de l évolution économique des entreprises de la Capitale pour l année 212, comparée aux résultats des années 211 et 21. Ce document a été réalisé sur la base des données économiques, juridiques, comptables et judiciaires recueillies par le greffe du tribunal de commerce de Paris dans le cadre de sa mission de service public auprès des entreprises. Ces données émanent directement des déclarations des entrepreneurs immatriculés au registre du commerce et des sociétés, et des dossiers du tribunal de commerce. Les résultats prennent ainsi en compte la totalité des entreprises parisiennes actives inscrites au registre du commerce et des sociétés au 1 er janvier 213, soit 366 entreprises. Comme pour les précédentes éditions, l Atlas est divisé en deux parties, intégrant sous forme de graphiques et de tableaux les données les plus significatives accompagnées d un bref commentaire. La première propose un panorama de l évolution des entreprises de la Ville de Paris, et la seconde le détail de des résultats pour chacun des 2 arrondissements de la Capitale. La méthodologie reste la même d une partie à l autre. Sont présentés successivement les entreprises et leurs caractéristiques (statut juridique, capital social, âge moyen et pérennité); leurs dirigeants (civilité, âge moyen et nationalité), les entreprises parisiennes en difficulté (les jugements d ouverture répartis par type de procédure, les secteurs d activité et les effets directs sur l emploi salarié), les disparitions d entreprises (répartition par tranche d âge, motifs de disparition, secteurs d activité concernés). Parmi les données essentielles de l Atlas 213, six chiffres clés de l évolution économique de Paris sont à retenir pour l année 212 : * : c est le nombre d entreprises actives à Paris au 31 décembre 212, à comparer avec les en activité au 31 décembre 211, soit une hausse de 3% en un an. 11,5 ans : c est la pérennité moyenne des entreprises au 1er janvier 212, soit une légère évolution à la hausse par rapport aux années antérieures. 53 ans : c est l âge moyen du dirigeant d entreprise en 212, contre 51 ans en : c est le nombre d entreprises déclarées en difficulté en 212, contre 3 27 en 211, soit une augmentation de 7%. 16% : c est la densité moyenne de la population des entreprises dans la capitale (ratio du nombre d entreprises divisé par le nombre d habitants cf. annexe 1), soit le même pourcentage qu en 211. * Ces chiffres ne comprennent pas les auto entrepreneurs, artisans, professionnels libéraux et agriculteurs inscrits en tant que personnes physiques qui ne sont pas inscrites au RCS. Les transferts d entreprises sont inclus. 3

4 Partie 1 Paris dans sa globalité 4

5 Géographie des entreprises parisiennes Les entreprises immatriculées au RCS de Paris et leur répartition géographique en 212 Le nombre d entreprises actives à Paris s élève à * au 31 décembre 212 contre au 31 décembre 211, soit une augmentation de 3%. * Transferts d entreprises inclus Nombre d'entreprises actives à Paris dd Les entreprises parisiennes sont implantées de façon inégale dans les arrondissements. Toutefois, leur répartition reste similaire d une année à l autre. Le 8 ème est l arrondissement qui concentre le plus grand nombre d entreprises, soit 15% des entreprises parisiennes en

6 Implantation des entreprises de Paris er 2ème 3ème 4ème 5ème 6ème 7ème 8ème 9ème 1ème 11ème 12ème 13ème 14ème 15ème 16ème 17ème 18ème 19ème 2ème Densité des entreprises à Paris : 16% en moyenne en 212 La densité du tissu entrepreneurial peut être mesurée en fonction du nombre d habitants. Ainsi, le total des entreprises rapporté aux parisiens recensés par l Insee au 1/1/211* établit à 16% la densité des entreprises à Paris, soit la même densité que l année antérieure. La représentation des nombres d entreprises et d habitants* par arrondissement complète cette première observation et met en évidence les zones à vocation davantage économique et celles à vocation advantage résidentielle. gg Nombre d habitants au km² en 212 à Paris Pop./Km² Ent./Km² 1 5 6

7 Nombre d'habitants et d'entreprises au 31/12/ Nombre d'entreprises Nombre d'habitants 5 gg *Source : de donnees/recensement/populations legales/departement.asp?dep=75 7

8 De 211 à 212 : Les entreprises parisiennes et leurs caractéristiques 8

9 Statut juridique des entreprises parisiennes Les entreprises parisiennes par statut juridique évoluent de façon différenciée : Commerçants/personnes physiques : 7% des entreprises en 212, soit le même chiffre qu en 211. SARL : 45% des entreprises en 212, contre 48% en 211. SA/SAS : 14% des entreprises en 212, soit le même chiffre qu en 211. Sociétés en nom collectif : 3% des entreprises en 212, soit le même chiffre qu en 211. Sociétés civiles : 29% en 212 contre 27% en 211. Groupements (GIE, GEIE), sociétés d exercice libéral, coopératives, sociétés européennes et autres formes juridiques : 1% des entreprises en 212, soit le même chiffre qu en 211. Répartition par statut juridique des entreprises à Paris en 212 Commerçants/personnes physiques SA/SAS Sociétés civiles SARL Sociétés en nom collectif Autres (groupements, sociétés d'exercice libéral, etc.) 29% 1% 7% 4% 45% 14% 9

10 Répartition des entreprises par montant de capital social en 212 <75 75 à 37K 37K à 5K >5K 7% 19% 42% 32% Répartition des entreprises immatriculées en 212 par montant de capital social <75 75 à 37K 37K à 5K >5K 8% 5% 25% 62% 1

11 Répartition des entreprises parisiennes selon les critères de définition des micros/petites/moyennes entreprises Le décret n du 2 mars 29 transpose en droit français la définition européenne des petites et moyennes entreprises (recommandation 23/361/CE concernant la définition de la micro, petite et moyenne entreprise). Ces critères prennent en compte l effectif et le chiffre d'affaires ou le bilan total annuel selon les seuils suivants : Une micro entreprise a un effectif inférieur à 1 personnes et un chiffre d'affaires ou total du bilan annuel n'excédant pas 2 millions d'euros. Une petite entreprise a un effectif inférieur à 5 personnes et un chiffre d'affaires ou total du bilan annuel n'excédant pas 1 millions d'euros. Une entreprise moyenne a un effectif inférieur à 25 personnes et un chiffre d'affaires n'excédant pas 5 millions d'euros ou un total du bilan annuel de moins de 43 millions d'euros. Selon ces critères : en 212, 83% des entreprises parisiennes sont des micros entreprises (88% en 211), 12% sont des petites entreprises (9% en 211) et 5% (3% en 211) sont des entreprises moyennes. Répartition des sociétés selon le critère micro petites ou moyennes entreprises 83% 12% 5% 4% <2 >=2 et <1 >=1 et <5 >=5 1% 11

12 Âge moyen des entreprises à Paris en 211 et en 212 Pyramide des âges des entreprises actives 35% 3% 25% 2% 15% 1% 5% % de 1 ans 1 à 3 ans 3 à 5 ans 5 à 1 ans 1 à 25 ans 25 à 4 ans + de 4 ans Durée de vie moyenne des entreprises de Paris (en années) 11,6 11,4 11,2 11 1,8 1,6 1,4 1,2 1 9, La stabilité, voire l allongement de l âge moyen des entreprises, est constatée dans presque tous les arrondissements. Les entreprises implantées dans les arrondissements du centre de Paris ont généralement l âge moyen le plus élevé, soit de 11 à 13 ans. Les trois arrondissements ayant l âge moyen le plus bas sont les 8 ème, 19 ème et 2 ème, soit de 1 à 11 ans. 12

13 Durée de vie moyenne des entreprises des arrondissements de Paris (en années) Activités des entreprises parisiennes de 21 à 212 Afin d apporter un éclairage plus synthétique sur les activités des entreprises à Paris, le greffe a défini neuf principaux secteurs dans lesquels les entreprises commerciales parisiennes sont engagées. Les sociétés civiles ainsi que quelques statuts juridiques comme les groupements d intérêt économique ont été écartés de cette analyse, étant considérés comme plus éloignés du commerce et donc de l activité économique. Les 9 grands secteurs d activités définis sont les suivants : les activités financières le commerce (gros et détail) la construction l hôtellerie/restauration l immobilier l industrie manufacturière les services aux entreprises les services aux personnes et les transports. 13

14 Activité des entreprises parisiennes Activité des entreprises parisiennes immatriculées de 21 à 212 1% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% %

15 Activités des entreprises par arrondissement en er arrt 2ème arrt 3ème arrt 4ème arrt 5ème arrt 6ème arrt 7ème arrt 8ème arrt 9ème arrt 1ème arrt 11ème arrt 12ème arrt 13ème arrt 14ème arrt 15ème arrt 16ème arrt 17ème arrt 18ème arrt 19ème arrt 2ème arrt Activités financières Hôtels/restaurants Services aux entreprises Commerce gros et détail Immobilier Services aux personnes Construction Industrie manufacturière Transports Activités des entreprises immatriculées par arrondissement en er arrt 2ème arrt 3ème arrt 4ème arrt 5ème arrt 6ème arrt 7ème arrt 8ème arrt 9ème arrt 1ème arrt 11ème arrt 12ème arrt 13ème arrt 14ème arrt 15ème arrt 16ème arrt 17ème arrt 18ème arrt 19ème arrt 2ème arrt Activités financières Hôtels / restaurants Services aux entreprises Commerce (gros et détail) Immobilier Services aux personnes Construction Industrie manufacturière Transports 15

16 Le secteur des activités financières dans les arrondissements Le nombre d entreprises engagées dans les activités financières reste stable ou diminue en 212 dans tous les arrondissements Nombre d'entreprises engagées dans les activités financières Le nombre d immatriculations d entreprises dans ce secteur en 212 est inférieur à celui de 211 dans tous les arrondissements. Nombre d'immatriculations dans le secteur des activités financières

17 Le secteur du commerce de gros et de détail dans les arrondissements Le nombre total des entreprises engagées dans ce secteur baisse dans tous les arrondissements Nombre d'entreprises engagées dans le commerce (gros et détail) Les activités de commerce enregistrent une baisse dans tous les arrondissements. 6 Nombre d'immatriculations dans le secteur du commerce (gros et détail)

18 Le secteur de la construction dans les arrondissements Le nombre d entreprises engagées dans la construction diminuent en 212 par rapport à Nombre d'entreprises engagées dans le secteur de la construction Les entreprises immatriculées dans le secteur de la construction enregistrent une baisse en Nombre d'immatriculations dans le secteur de la construction

19 Le secteur de l hôtellerie/restauration dans les arrondissements Le nombre d entreprises engagées dans le secteur de l hôtellerie/restauration augmente dans tous les arrondissements en Nombre d'entreprises engagées dans le secteur de l'hôtellerie/restauration Les entreprises immatriculées dans le secteur de l hôtellerie/restauration baissent dans la majorité des arrondissements en Nombre d'immatriculations dans le secteur de l'hôtellerie/restauration

20 Le secteur de l immobilier dans les arrondissements Le nombre d entreprises exerçant leur activité dans le secteur de l immobilier baisse dans tous les arrondissements en Le nombre d'entreprises engagées dans l'immobilier Les entreprises immatriculées dans le secteur de l immobilier baissent dans la plupart des arrondissements en Nombre d'immatriculations dans le secteur de l'immobilier

21 Le secteur de l industrie manufacturière dans les arrondissements Le nombre des entreprises engagées dans le secteur de l industrie manufacturière baisse dans tous les arrondissements, à l exception du 1 er. 1 4 Nombre d'entreprises engagées dans le secteur de l'industrie manufacturière Les entreprises immatriculées dans ce secteur baissent dans presque tous les arrondissements en Nombre d'immatriculations dans le secteur de l'industrie manufacturière

22 Le secteur des services aux entreprises dans les arrondissements Le nombre des entreprises engagées dans le secteur des services aux entreprises baisse ou reste stable dans tous les arrondissements en Nombre d'entreprises engagées dans les services aux entreprises Les entreprises immatriculées dans ce secteur baissent dans tous les arrondissements en Nombre d'immatriculations dans le secteur des services aux entreprises

23 Le secteur des services collectifs, sociaux et personnels dans les arrondissements Le nombre des entreprises du secteur des services aux personnes diminue dans tous les arrondissements en Nombre d'entreprises engagées dans les services collectifs, sociaux et personnels Les entreprises immatriculées dans ce secteur baissent dans tous les arrondissements en Nombre d'immatriculations dans le secteur des services collectifs, sociaux et personnels

24 Le secteur des transports dans les arrondissements Le nombre d entreprises du secteur des transports baisse dans tous les arrondissements en 212, à l exception des 1 er et 3 ème arrondissements. 7 Nombre d'entreprises engagées dans les transports Les entreprises immatriculées dans ce secteur baissent dans 6 arrondissements en 212. Elles augmentent dans les 1 er, 7 ème, 11 ème et 15 ème arrondissements. 7 Nombre d'immatriculations dans le secteur des transports

25 De 21 à 212 : Les dirigeants des entreprises parisiennes 25

26 Civilité des dirigeants d entreprises Les entreprises immatriculées avant 212 sont à 75% dirigées par des hommes et à 25% par des femmes. Leur répartition respective par arrondissement est proportionnellement la même. 4 Répartition hommes/femmes des entrepreneurs parisiens Entreprises immatriculées avant Femmes Hommes 1 5 Les mêmes proportions sont observées pour les entreprises immatriculées en 212 : 75% sont dirigées par des hommes et 25% par des femmes. Dans les 8 ème, 16 ème et 17ème arrondissements toutefois, les femmes ont été plus nombreuses à créer une entreprise. 26

27 Répartition hommes/femmes des créateurs d'entreprises à Paris Femmes Hommes 1 5 La représentation des activités des hommes et des femmes créateurs d entreprises en 212 met en évidence une présence féminine plus forte dans les activités d immobilier, les services aux entreprises, le commerce de détail et de gros Femmes Hommes 27

28 Âge des dirigeants d entreprises En 212, les dirigeants des entreprises parisiennes sans distinction de sexe, sont plus âgés qu en 211. En moyenne âgés de 53 ans, l âge moyen des dirigeants varie entre 52 et 54 ans selon les arrondissements. Les plus jeunes sont domiciliés dans les 1 ème, 18 ème, 19 ème et 2 ème arrondissements Les créateurs d entreprises en 212 ont en moyenne 43 ans, sans distinction de sexe. L âge moyen du nouvel entrepreneur parisien oscille entre 42 et 45 ans

29 Répartition par tranche d âge des dirigeants d entreprises En 212, la répartition par tranche d âge des dirigeants d entreprises demeure inchangée par rapport à 211. La majorité des entreprises parisiennes, soit 5%, sont dirigées par des entrepreneurs de 38 ans à 58 ans. 24% ont de 38 à 48 ans, et 26% de 48 à 58 ans. Par ailleurs, 14% ont entre 28 et 38 ans et 2% de 58 à 68 ans. Aux extrêmes, 5% des entrepreneurs ont moins de 28 ans alors que 11% sont âgés de plus de 68 ans. Le graphique ci dessous concerne les entreprises immatriculées avant 212. Il met en évidence une répartition par tranche d âge globalement comparable d un arrondissement à l autre avec la moitié des entrepreneurs âgés de 38 à 58 ans >68 ans 58 68ans 48 58ans 38 48ans 28 38ans <28ans En 212, l âge moyen des créateurs d entreprises à Paris est de 43 ans. 4% d entre eux sont âgés de 38 à 48 ans et 24% ont de 28 à 38 ans. 8% d entre eux sont des «seniors» de 58 à 68 ans. Aux extrêmes, 9% des créateurs ont moins de 28 ans et 2% sont âgés de plus de 68 ans >68 ans 58 68ans 48 58ans 38 48ans 28 38ans <28ans 1er arr 2ème arr 3ème arr 4ème arr 5ème arr 6ème arr 7ème arr 8ème arr 9ème arr 1ème arr 11ème arr 12ème arr 13ème arr 14ème arr 15ème arr 16ème arr 17ème arr 18ème arr 19ème arr 2ème arr 29

30 Nationalités des dirigeants d entreprises En 212, les entreprises parisiennes sont dirigées par des entrepreneurs ressortissants de 161 pays étrangers (cf. annexe 2). L Atlas présente ces pays en six zones géographiques, dont l évolution 21/211 est la suivante : 43 pays d Afrique (maghreb compris), contre 27 en pays du Proche et Moyen orient, nombre identique en pays d Amérique latine et des Caraïbes, 11 en pays d Asie, 17 en pays de la zone Amérique du nord/pacifique, nombre identique en états membres de l Union européenne, hors France, 29 en pays européens tiers de l Union européenne, 12 en 211. Répartition par origine géographique des créateurs d'entreprises étrangers en 212 Europe non UE 5% Amérique du nord et Océanie 4% Afrique 9% Amérique latine et Caraïbes 4% Asie 26% UE 52% En 212, 82% des entreprises immatriculées dans l année sont dirigées par des personnes de nationalité française (81% en 211, 86% en 21), 14% sont dirigées par des dirigeants étrangers (19% en 211 et 14% en 21). 3

31 Créateurs d'entreprise non français Créateurs d'entreprise français Dirigeants d'entreprise non français Dirigeants d'entreprise français Les entrepreneurs étrangers dirigeant une entreprise en 212 Les entrepreneurs de nationalité étrangère se répartissent inégalement : 39%, en 212, appartiennent à l Union européenne (hors France). 28% sont des ressortissants de l un des pays du continent africain (maghreb compris). 16% ont la nationalité d un pays du continent asiatique. 7% sont originaires d un pays du proche ou Moyen Orient. 5% viennent de la zone Amérique du nord/pacifique. 4% viennent d Europe non communautaire. 2% appartiennent à la zone Amérique latine/caraïbes. Les graphiques ci après présentent une répartition des dirigeants d entreprise par pays et par zone géographique. Sont seuls représentés les groupes dont le pourcentage est supérieur à 1%. 31

32 Roumanie 4% Dirigeants d'entreprises issus d'europe communautaire Portugal 16% Royaume Uni 16% Suède 2% Allemagne 9% Italie 19% Autriche 1% Belgique 11% Danemark 2% Espagne 6% Grèce 3% Irlande 2% Pologne 4% Pays Bas 4% Luxembourg 1% Dirigeants d'entreprises issus du continent africain Egypte 1% Cameroun 5% Cap Vert 1% Côte d'ivoire 3% Tunisie 27% Algérie 35% Maroc 19% 32

33 Dirigeants d'entreprises issus du continent asiatique Vietnam 2% Cambodge 4% Liban 6% Turquie 2% Chine 39% Iran 5% Israël 2% Sri Lanka 6% Pakistan 5% Japon 6% Inde 3% Corée (sud) 2% Dirigeants d'entreprises issus d'amérique du nord et d'océanie Nouvelle Zélande % Australie 5% Canada 2% USA 75% 33

34 Dirigeants d'entreprises issus de l'europe non communautaire Bosnie Herzégovine 2% Albanie Islande 1% % Monaco 4% Norvège 9% Suisse 84% 34

35 Les entrepreneurs étrangers créateurs d entreprise à Paris en nouveaux entrepreneurs de nationalité étrangère ont immatriculé une entreprise au RCS de Paris en 212 soit 19% des entreprises créées à Paris cette année là. Ils se répartissent selon les origines géographiques suivantes : 34% appartiennent à l Union européenne (hors France) 26% sont des ressortissants de l un des pays du continent africain (Maghreb inclus) 17% ont la nationalité d un pays du continent asiatique 14% sont originaires du proche ou du Moyen Orient 3% viennent de la zone Amérique du Nord/Pacifique 3% appartiennent à la zone Amérique latine/caraïbes 3% viennent d Europe non communautaire. Les graphiques ci après présentent une répartition des créateurs par pays et par zone géographique. Sont seuls représentés les groupes dont le pourcentage est supérieur à 1%. Des ressortissants de 23 pays du continent africain ont créé une entreprise à Paris en 212. Créateurs d'entreprises issus d'afrique Egypte 16% Cameroun 5% Côte d'ivoire 4% Maroc 16% Algérie 31% Tunisie 28% 35

36 Des ressortissants de 25 pays membres de l Union européenne ont créé une entreprise à Paris en 212. Créateurs d'entreprise issus de l'union européenne Portugal 16% Italie 17% Bulgarie 2% Pologne 5% Roumanie 8% Autriche 1% Grèce 2% Suède 1% Danemark 1% Irlande 2% Pays Bas 4% Royaume Uni 13% Belgique 11% Allemagne 1% Espagne 7% Des ressortissants de 16 pays du continent asiatique ont créé une entreprise à Paris en 212. Créateurs d'entreprise issus d'asie Turquie 24% Vietnam 2% Inde Thaïlande 3% 3% Japon 4% Pakistan 6% Liban 5% Iran 2% Arabie Saoudite 1% Chine 5% 36

37 Des ressortissants de 4 pays de la zone Amérique du nord/pacifique ont créé une entreprise à Paris en 212 : sont seuls représentés les trois groupes dont le pourcentage est supérieur à 1%. Créateurs d'entreprise issus d'amérique du nord et d'océanie Australie 4% Canada 22% USA 74% Des ressortissants de 14 pays de la zone Amérique latine/caraïbes ont créé une entreprise à Paris en 212. Créateurs d'entreprise issus d'amérique latine et des Caraïbes Mexique 3% Equateur Vénézuela 9% 2% Colombie 38% Pérou 7% Haïti 18% Brésil 22% 37

38 Des ressortissants de 8 pays membres d Europe non communautaire ont créé une entreprise à Paris en 212. Créateurs d'entreprise issus d'europe non communautaire Norvège 3% Suisse 4% Russie 57% 38

39 Les entreprises parisiennes en difficulté Variation

40 Les entreprises en difficulté à Paris en 21 et 212 Avec un total annuel de 3 55 entreprises en difficulté le nombre de jugements d ouverture de procédures collectives, sauvegarde, redressements et liquidations judiciaires, augmente de 7% en 212 à Paris par rapport à Nombre de jugements d'ouverture de procédures collectives Le taux d entreprises* faisant l objet d un jugement d ouverture reste maîtrisé à Paris. Il se situe en moyenne en dessous de 2% :soit,9% en 212, le même pourcentage qu en 211. Il s élevait à 1% en 21, à 2% en 29, à 1,3% en 28. * Nombre de jugements d ouverture /nombre d entreprises en activité Les ouvertures de sauvegarde sont deux fois moins nombreuses en 212 en comparaison avec 211 et les ouvertures de redressements judiciaires baissent de 6%. Les liquidations judiciaires sont les plus nombreuses et enregistrent une hausse de 1%. 4

41 Répartition des jugements d ouverture par type de procédure Sauvegarde Redressement judiciaire Liquidation judiciaire Secteurs d activité des entreprises en difficulté en 21 et 212 Observé en pourcentage (et non en nombre, cf graphique), les jugements d ouverture augmentent ou sont stables dans la plupart des secteurs d activités en 212, à l exception des services aux entreprises et des services sociaux, collectifs et personnels où ils enregistrent une légère baisse. 25% 2% 15% 1% 5% % Les secteurs du service aux entreprises et celui des services sociaux, collectifs et personnels connaissent une baisse de 1 point en 212 par rapport à

42 Le rapport entre le nombre de jugements d ouverture prononcés et le nombre d entreprises en activité dans un secteur donné met en évidence le taux d ouverture de procédures collectives par secteur. Les secteurs de l immobilier et de la finance comptent les plus faibles taux de jugements d ouverture prononcés. 6% 5% 4% 3% Taux de jugements d'ouverture prononcés par secteur d'activité 2% 1% % Le rapprochement entre le pourcentage d entreprises actives par secteur d activité et le pourcentage de jugements d ouverture de procédures collectives dans le même secteur met en évidence les secteurs potentiellement plus fragiles (transports, construction, commerce, industrie manufacturière). 35% 3% 25% 2% 15% 1% 5% % 21 stock/activité 21 jugements d'ouverture/activité 211 stock/activité 211 jugements d'ouverture/activité 212 stock/activité2 212jugements d'ouverture/activité2 42

43 Secteurs d activité présentant un taux d entreprises actives supérieur au taux de jugements d ouverture : Les activités financières L immobilier L hôtellerie/restauration Autres secteurs (activités auxiliaires dans le domaine de l information, des télécommunications, des transports, de la location de biens, etc.) Secteurs d activité présentant un taux d entreprises actives inférieur au taux de jugements d ouverture : Le commerce La construction L industrie manufacturière Les services collectifs, sociaux et personnels Les transports Les services aux entreprises. Effet sur l emploi à Paris Salariés touchés par les jugements d ouverture de 28 à 212 NB : les chiffres relatifs au nombre de salariés touchés par les jugements d ouverture de procédures collectives reposent sur les éléments figurant dans les déclarations de cessation des paiements déposées dans le cadre de la procédure ; de ce fait, ils ne prétendent pas à l exhaustivité mais sont présentés à titre indicatif. Le nombre déclaré de salariés directement concernés par les difficultés des entreprises à Paris, soit , en 212 diminue de 5% par rapport à 211 pour Paris dans sa globalité

44 Disparition des entreprises à Paris Variation

45 Les entreprises radiées en 29, 21, 211 et 212 à Paris Le nombre d entreprises radiées en 212 diminue de 1% par rapport à 211: entreprises ont été radiées du RCS. A comparer avec le nombre de nouvelles entreprises immatriculées en 212 qui a diminué de 9% par rapport à Immatriculations Radiations Répartition par tranche d âge des entreprises radiées Pyramide des âges des entreprises radiées à Paris La superposition des pyramides des âges des entreprises radiées en 212 et 211 met en évidence un accroissement de la radiation des entreprises des tranches des 5 à 1 ans et des 1 à 25 ans vers la tranche des 1 à 3 ans Âge des entreprises radiées à Paris moins de 1an 1 à 3 ans 3 à 5 ans 5 à 1ans 1 à 25 ans 25 à 4 ans plus de 4 ans 45

46 Observées en pourcentage et non en nombre (cf. graphique ci dessus), les tendances relatives à la durée de vie des entreprises parisiennes font apparaître les caractéristiques suivantes :,3,3,2,2, ,1, moins de 1 an 1 à 3 ans 3 à 5 ans 5 à 1ans 1 à 25 ans 25 à 4 ans plus de 4 ans Moins d une année d existence : 7% des entreprises parisiennes ne passent pas le cap en 212 (2% en 211, 3% en 21, 2% en 29). 3 ans d existence : 24% arrêtent leur activité entre la 1 ère et la 3 ème année d existence en 212 (16% en 211, 21% en 21 et en 29). 5 ans d existence : 15% cessent leur activité entre la 3 ème et la 5 ème année en 212 (18% en 211, 2% en 21, 19% en 29). 1 ans d existence : 25% sont radiées entre leur 5 ème année et leur 1 ème année d exercice en 212 (28% en 211, 24% en 21, 28% en 29). 25 années d existence : 23% sont radiées entre leur 1 ème année et leur 25 ème en 212 (5% en 211, 4% en 21 et en 29). 4 années d existence : 4% sont radiées entre leur 25 ème année et leur 4 ème année en 211 et 21 (4% en 28 et 27). Au delà de 4 années : 2% passent le cap des 4 années et plus d existence. Motifs de radiation des entreprises en 21, 211 et 212 à Paris Il existe globalement cinq motifs de radiation d entreprises au RCS : L arrêt définitif d activité est une décision prise sur l initiative du dirigeant dont l entreprise peut faire face à ses obligations mais qui cesse son activité. La clôture pour insuffisance d actif est une décision prise par le tribunal dans le cadre d une liquidation judiciaire. La fusion absorption résulte de la disparition d une entreprise absorbée par une autre. Le transfert de siège résulte de l inscription d une entreprise dans un autre greffe précédemment inscrite auprès du greffe de Paris. Les «autres» motifs de radiation résultent de l obligation faite au greffier du tribunal de commerce de procéder à la radiation du RCS des entreprises ne répondant pas aux impératifs qui leur sont fixés par la réglementation : parmi ceux ci figurent notamment les mesures d incapacité susceptibles de toucher une entreprise et sanctionnées par le juge commis à la surveillance du RCS (par exemple, la non obtention d une autorisation administrative), l absence d une société à l adresse de son siège tel que déclaré au RCS, etc. 46

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document.

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES - Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. - Pour une demande d admission

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général L atome pour la paix Conseil des gouverneurs Conférence générale GOV/2015/46-GC(59)/16 19 août 2015 Réservé à l usage officiel Point 8 b) i) de l ordre du jour provisoire du Conseil des gouverneurs (GOV/2015/43)

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

étudiants internationaux L essentiel des Chiffres Clés 7 Juin 2013

étudiants internationaux L essentiel des Chiffres Clés 7 Juin 2013 3 6 étudiants internationaux 7 Juin 213 CHIFFRES CLÉS MONDE Selon l UNESCO en 21, on comptait 3 6 étudiants internationaux dans le monde. Ce nombre a augmenté de 38 % depuis 26. Les premiers continents

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Les ressortissants étrangers au service de l économie parisienne Chapitre 3 Les entreprises dirigées par des ressortissants brésiliens.

Les ressortissants étrangers au service de l économie parisienne Chapitre 3 Les entreprises dirigées par des ressortissants brésiliens. Les ressortissants étrangers au service de l économie parisienne Chapitre 3 Les entreprises dirigées par des ressortissants brésiliens Novembre 2005 En octobre 2005, la ville de Paris compte 309 000 entreprises

Plus en détail

Colissimo Colissimo. Offre Entreprises. Solution d Affranchissement en ligne

Colissimo Colissimo. Offre Entreprises. Solution d Affranchissement en ligne Renseignez-vous auprès de votre conseiller commercial habituel et sur le site Internet : www.colissimo.fr/entreprises* *Consultation gratuite hors coûts de connexion et de communication selon l opérateur

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s REGARD SUR COFACE / Le Groupe Coface est un leader mondial de l assurance-crédit et un expert reconnu des risques commerciaux. Il propose aux entreprises du monde entier des solutions pour les protéger

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Catalogue Tarifaire 2010. Les Solutions M2M

Catalogue Tarifaire 2010. Les Solutions M2M Catalogue Tarifaire 2010 Les Solutions M2M 60 3 Les Solutions M2M E changer entre objets communicants, c est établir à distance un contact permanent et interactif entre un parc de machines et un serveur

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne En 1999, à l occasion de son congrès de Pékin, l UIA adoptait un accord international pour la recommandation

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

GUIDE TARIFAIRE Pour les particuliers carte SIM prépayée AfoneMobile (cartes et recharges par internet et/ou par téléphone)

GUIDE TARIFAIRE Pour les particuliers carte SIM prépayée AfoneMobile (cartes et recharges par internet et/ou par téléphone) Tarifs applicables au 31/10/2011 pour toute nouvelle souscription GUIDE TARIFAIRE Pour les particuliers carte SIM prépayée AfoneMobile (cartes et recharges par internet et/ou par téléphone) AfoneMobile

Plus en détail

Observatoire de la Démographie

Observatoire de la Démographie - INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Observatoire de la Démographie Données 2013 Publication 2014 - 2 - 1 INTRODUCTION...5 1.1 CONTEXTE DE REALISATION ET SPECIFICITES...5 1.2

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

LUXGSM. Tarif réduit du lundi au vendredi de 19.00 à 8.00 ainsi que les week-ends et jours fériés légaux toute la journée Tarif plein reste du temps

LUXGSM. Tarif réduit du lundi au vendredi de 19.00 à 8.00 ainsi que les week-ends et jours fériés légaux toute la journée Tarif plein reste du temps T/L-1a Généralités Les plages de tarifs (si pas indiqué autrement) Tarif réduit du lundi au vendredi de 19.00 à 8.00 ainsi que les week-ends et jours fériés légaux toute la journée Tarif plein reste du

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences FRANCE PISA 2012 : Faits marquants Performance en mathématiques La performance des élèves de 15 ans en mathématiques se situe en France au niveau de la moyenne des pays de l OCDE, avec un score de 495

Plus en détail

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Appels nationaux (États-Unis, Canada et Guam): 1. Composez le 888-236-7527 Appels internationaux: 1. Pour appeler EthicsPoint

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Présentation. Villeray Saint-Michel Parc-Extension

Présentation. Villeray Saint-Michel Parc-Extension Villeray Saint-Michel Parc-Extension Présentation Villeray Saint-Michel Parc-Extension est l un des arrondissements centraux de la ville de Montréal. Bordés au nord par Ahunstic-Cartierville et Montréal-Nord,

Plus en détail

Service de Messagerie Evoluée. Option Mail to Fax. Guide Utilisateur

Service de Messagerie Evoluée. Option Mail to Fax. Guide Utilisateur Service de Messagerie Evoluée Option Mail to Fax Guide Utilisateur Mars 2004 Mail to Fax Guide utilisateur 1 SOMMAIRE 1. ENVOI DE FAX DEPUIS VOTRE BOITE AUX LETTRES EVOLUEE... 3 1.1. CREATION/PREPARATION

Plus en détail

Chapitre 1. Les tendances du tourisme dans la zone OCDE et ailleurs

Chapitre 1. Les tendances du tourisme dans la zone OCDE et ailleurs Les tendances et politiques du tourisme de l'ocde 2010 @ OCDE 2010 Chapitre 1. Les tendances du tourisme dans la zone OCDE et ailleurs Depuis 20 ans, le tourisme a contribué de façon significative à la

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

Sommaire. Présentation générale 2. Objectifs 2. Public 2. Procedures de candidature et criteres de recevabilite 2

Sommaire. Présentation générale 2. Objectifs 2. Public 2. Procedures de candidature et criteres de recevabilite 2 Le programme ALBAN Centro Franco- Brasileiro de Documentação Técnica e Científica ALBAN - Programme Communautaire de bourses d études pour les ressortissants de l Amérique Latine en Europe Sommaire Présentation

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Région Haute-Normandie Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Novembre 2013 ! "# $"% &%'' $ (')#!*+,*'-#&+,./ 0 $1&/2+,(.'1&/2+,(.'' 3,/,// 4 (553 5#+' 2 '+ 0 6 #

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes?

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Indicateur Dans l enseignement primaire, on compte plus de 21 élèves par classe, en moyenne, dans les pays de l OCDE. La taille des classes varie

Plus en détail

Les conditions relatives à l âge pour les candidats à l adoption dans les pays d accueil

Les conditions relatives à l âge pour les candidats à l adoption dans les pays d accueil Mission de l Adoption Internationale, Direction des Français à l Étranger et de l Administration Consulaire Schwengler Isabelle Les conditions relatives à l âge pour les candidats à l adoption d les pays

Plus en détail

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam 1 Chine Singapour Hong Kong Cross Border ZBA Crédit Agricole CIB succursale du Japon solutions

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver?

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? «Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? Mme BLEYER et M. LEMESRE (Banque Populaire) M. BREHIER (Oséo) M. BRUN (Coface) M. HAM (DIRRECTE) Sommaire 1. Je m informe Grâce

Plus en détail

QUI SONT LES IMMIGRÉS?

QUI SONT LES IMMIGRÉS? QUI SONT LES IMMIGRÉS? Près de 15 immigrés en Alsace en 1999 Étrangers, immigrés : deux notions différentes Les notions d immigré et d étranger ne sont pas équivalentes. Les définitions qu en donne le

Plus en détail

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010)

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) Les chiffres clés du tourisme 2010 Tourisme en Flandre Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) nuitées % arrivées % Durée moyenne du séjour (nuits) Région Flamande 23.087.944 66% 7.660.540 57%

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Global WorkPlace Solutions. Créer un avantage concurrentiel

Global WorkPlace Solutions. Créer un avantage concurrentiel Global WorkPlace Solutions Créer un avantage concurrentiel Prêt pour le business? Etre un business international profitable n est pas chose facile. Le maintenir en tête requiert pensée innovante, courage

Plus en détail

Statistique de l hébergement (HESTA) Instructions de remplissage du formulaire

Statistique de l hébergement (HESTA) Instructions de remplissage du formulaire Statistique de l hébergement (HESTA) Instructions de remplissage du formulaire Généralités Quelles sont les personnes à prendre en compte dans la statistique du tourisme? L ensemble des hôtes qui achètent

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Les adoptions simples et plénières en 2007

Les adoptions simples et plénières en 2007 Secrétariat Général Service support et moyens du ministère Sous-direction de la Statistique et des Études Les adoptions simples et plénières en 2007 Zakia Belmokhtar Juin 2009 2/71 3/71 SOMMAIRE Origine

Plus en détail

La gamme Indigo Expat en un coup d œil

La gamme Indigo Expat en un coup d œil La gamme Indigo Expat en un coup d œil www.indigo-expat.com 2015 «Classic», la solution Santé au 1 er Euro Indigo Expat Classic est disponible pour les expatriés âges de moins de 70 ans s ils sont Français,

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

e-mail : bcf.courrier@bcf.asso.fr site internet : www.bcf.asso.fr. ASSURANCE FRONTIÈRE --------------------- CAHIER DES CHARGES

e-mail : bcf.courrier@bcf.asso.fr site internet : www.bcf.asso.fr. ASSURANCE FRONTIÈRE --------------------- CAHIER DES CHARGES BUREAU CENTRAL FRANÇAIS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES CONTRE LES ACCIDENTS D AUTOMOBILES Adresser toute correspondance : 1, rue Jules Lefebvre 75431 PARIS CEDEX 09 Téléphone : 01 53 21 50 80 Télécopieur :

Plus en détail

Me passer de ma voiture? Impossible!

Me passer de ma voiture? Impossible! Me passer de ma voiture? Impossible! Avec le Pack Ma Mobilité, partez l esprit tranquille en France comme à l étranger et allez au bout de vos projets quoi qu il arrive. Aller au bout de mes projets en

Plus en détail

Louvain School of Management The Preferred International Management School in Belgium CAMPUS UCL MONS

Louvain School of Management The Preferred International Management School in Belgium CAMPUS UCL MONS Louvain School of Management The Preferred International Management School in Belgium CAMPUS UCL MONS Our mission : Educating Responsible Leaders For a Responsible World LSM the Business School of UCL

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

NERIM VoIP Centrex Avril 2011

NERIM VoIP Centrex Avril 2011 NERIM VoIP Centrex Avril 2011 :// Sommaire Caractéristiques de la solution Destinations internationales incluses Fonctionnement Téléphones IP Informations à fournir Tarification Modalités contractuelles

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Texte original 0.941.291 Convention relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Conclue à Paris le 20 mai 1875 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 juillet 1875 1 Instruments

Plus en détail

FORMALITES DOUANIERES

FORMALITES DOUANIERES FORMALITES DOUANIERES En France métropolitaine, pour les envois intra-métropole et vers les pays de l Union Européenne, toute vente de marchandise est soumise à la TVA. En revanche, les marchandises exportées

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Résultats Semestriels 2011

Résultats Semestriels 2011 Résultats Semestriels 2011 9 Juin 2011 Sandpiper Bay Floride Faits marquants du 1 er semestre 2011 Forte progression de l activité Croissance à deux chiffres du Volume d Activité Villages Croissance sur

Plus en détail

touristique : quelle vision partager? Les perspectives de normalisation AFNOR Responsable Développement Sport, Loisirs

touristique : quelle vision partager? Les perspectives de normalisation AFNOR Responsable Développement Sport, Loisirs Sport, loisirs et développement touristique : quelle vision partager? Les perspectives de normalisation internationales Marie Solange BUREAU AFNOR Responsable Développement Sport, Loisirs 1 Normalisation

Plus en détail

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour leur mission à l étranger - pour une

Plus en détail

Votre interlocuteur : Téléphonie IP d'entreprise

Votre interlocuteur : Téléphonie IP d'entreprise Votre interlocuteur : Téléphonie IP d'entreprise Avantages de la téléphonie IP DE 1 A 1000 POSTES SELON VOS BESOINS NE PAYEZ PLUS VOS ABONNEMENTS OPERATEURS Un seul standard hébergé pour l'ensemble de

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana BANQUE CENTRALE DE MADAGASCAR IINSTIITUT NATIIONAL DE LA STATIISTIIQUE C ette étude sur l investissement étranger à Madagascar a été faite

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail