"J'ai tué un homme pour en sauver cent mille" - Charlotte Corday à ses juges

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""J'ai tué un homme pour en sauver cent mille" - Charlotte Corday à ses juges"

Transcription

1 "J'ai tué un homme pour en sauver cent mille" - Charlotte Corday à ses juges Née le 27 juillet 1768, Marie-Anne-Charlotte Corday est le troisième enfant d'une famille pauvre issue de la noblesse. Pensionnaire au sein de l'abbaye aux Dames à Caen, elle bénéficie d'une éducation soignée et d'une instruction de qualité supérieure à celle des jeunes filles de son temps, éveillant sa curiosité intellectuelle. Cette descendante de Pierre Corneille a 25 ans quand elle effectue son premier voyage à Paris. Son objectif : assassiner Jean-Paul Marat.

2 CONTEXTE HISTORIQUE Depuis le 10 août 1792, la famille royale est enfermée à la prison du Temple et Louis XVI a été guillotiné le 21 janvier Sur fond de guerre européenne (les monarchies européennes se sont unies pour déclarer la guerre à la France) et de guerre civile (certains régions se sont soulevées, comme la Vendée, majoritairement royaliste), la Convention nationale, établie depuis le 20 septembre 1792, se déchire. Dominée au départ par les Girondins (de position modérée), le pouvoir va revenir à partir du printemps 1793 aux Montagnards (de position plus radicale) qui parviennent à arrêter et expulser les députés girondins, contraints alors de se réfugier en province, et notamment à Caen, où ils appellent au soulèvement. Vivant chez sa tante, depuis la suppression des ordres religieux fixée par la Constitution civile du clergé (du 12 juillet 1790), Charlotte Corday assiste aux réunions politiques organisées à Caen et embrasse les idées girondines. Ouverte aux pensées nouvelles, elle est toutefois abominée par les excès et dérives de la Révolution, tels que les tueries qui deviennent fréquentes à Caen, suite aux massacres de septembre Outre les accusations des Girondins à l'adresse de Marat (acquitté par le Tribunal révolutionnaire le 24 avril 1793 après la mise en accusation par la Gironde), les "Placards" (affiches politiques) font souvent référence au député montagnard, pour tout ce qui se rapporte aux crimes de sang. A ses yeux symbole de l'injustice et du mensonge, "l'ami du peuple" devient sa cible. Marat Français d'origine suisse, Jean-Paul Marat naît en 1743 au sein d'une famille modeste. Après des études de médecine à Toulouse, Bordeaux et Paris, il s'établit un temps en tant que médecin et vétérinaire en Angleterre, puis rentre en France en A la tête du journal quotidien "L'Ami du peuple" publié de 1789 à 1792, il est également élu député à la Convention et président du Club des Jacobins. Représentant la tendance la plus extrême de l'élite révolutionnaire, ses talents d'orateur le rendent populaire et médiatique.

3 LES FAITS Le 9 juillet 1793, Charlotte Corday quitte Caen pour Paris. Le 11 juillet 1793 elle prend une chambre à l'hôtel de la Providence, rue des Vieux-Augustins (l'actuelle rue Herold dans le 1er arrondissement). Le 13 juillet 1793, elle se rend au Palais-Royal où elle achète un couteau de cuisine, puis se rend chez Marat, qui réside au n 30 de la rue des Cordeliers (l'actuelle rue de l'ecole-de-médecine dans le 6ème arrondissement). Par deux fois, ses visites se soldent par un échec, Marat étant régulièrement victime de menaces, son entourage le protège farouchement. Elle se présente une troisième fois en fin d'après-midi en prétextant avoir des nouvelles de la plus haute importance en provenance de Caen, à transmettre à Marat. Autorisée à rentrer, il lui accorde un entretien, sans sortir de son bain, seul remède pour soulager l'eczéma qu'il avait contracté en 1791 en tentant de fuir par les égouts les sympathisants du roi qui souhaitaient l'éliminer. Seuls, ils discutent un petit moment puis elle sort son couteau et le frappe à la poitrine. L'INSTRUCTION Le flagrant délit Arrêtée immédiatement, elle estinterrogée sur place par le commissaire de la section du Théâtre-Français, qui a été alerté par la foule. Elle ne se débat pas et avoue son crime. En effet, le procès-verbal de flagrant délit indique que "persuadée que Marat était le principal auteur" des désastres commis en France "elle avait préféré faire le sacrifice de sa vie pour sauver son pays". Sa chambre d'hôtel est perquisitionnée dans la soirée. Le procès-verbal énumère ses vêtements et note la découverte de trois fragments de papier sur lesquels se trouvent inscrites différentes adresses, dont celle du citoyen Duperret, député girondin. Elle est conduite à la prison de l'abbaye (qui occupait une partie de l'actuel boulevard Saint-Germain) où elle est gardée à vue jour et nuit, privée de toute intimité. Diffèrents témoins sont entendus, comme le garçon d'hôtel, ou la cuisinière et tous l'accablent, notamment Simone Evrard, la concubine de Marat, âgée de 27 ans, qui déclare que Charlotte Corday, a profité d'un moment d'absence de sa part "pour enfoncer un couteau dans le sein du citoyen Marat". Lors de son interrogatoire mené par le président du Tribunal révolutionnaire, Jacques Bernard-Marie Montané, Charlotte Corday reconnaît les faits et raconte qu'elle n'est venue "que pour tuer Marat" lui reprochant "la désolation de la France [et] la guerre civile qu'il a allumé dans tout le royaume". Le qualifiant de "bête féroce", elle admet pourtant ne pas être en mesure de prouver les crimes dont elle le taxe mais soutient que "Marat avait un masque sur la figure". Elle relate son entretien avec le député montagnard au cours duquel elle a affecté de lui communiquer les noms de députés girondins présents à Caen, après quoi il lui aurait assuré "qu'il les ferait bientôt tous guillotiner à Paris". A ces paroles, elle confesse l'avoir tué à l'instant avec le couteau qu'elle s'était procuré dans la matinée. Le crime, la préméditation et les motifs étant suffisamment établis, le président Montané cherche à savoir si elle a reçu de l'aide et approfondir la nature de ses relations avec les députés girondins présents à Caen. En effet, le Tribunal révolutionnaire considère le député Duperret et l'évêque constitutionnel Fauchet comme ses principaux complices. Montané affirme "qu'elle ne persuaderait qui que ce soit qu'une personne de son âge et de son sexe ait conçu un pareil attentat". Sa réponse: "C'est bien mal connaître le coeur humain. Il est plus facile d'exécuter un tel projet d'après sa propre haine que d'après celle des autres." Elle est transférée le soir même à la Conciergerie. Les faits imputés Charlotte Corday est alors accusée "d'avoir méchamment et de dessein prémédité, étant à Caen, formé le projet

4 d'attenter à la représentation nationale, en assassinant Marat, député à la Convention (...) ce qui est contraire à l'article 4 section trois du Titre premier et à l'article 11 section première du Titre second du Code pénal". Article 4 (section 3, titre 1, IIème partie) : Toute conspiration ou attentat, pour empêcher la réunion, ou opérer la dissolution du corps législatif, ou pour empêcher par force et violence la liberté de ses délibérations, tout attentat contre la liberté individuelle d un de ses membres, seront punis de mort. Tous ceux qui auront participé auxdites conspirations ou attentats par les ordres qu ils auront donné ou exécuté, subiront la peine portée au présent article. Article 11 (section 1, titre 2, IIème partie) : L'homicide commis avec préméditation sera qualifié d'assassinat et puni de mort. LE PROCES Un acte revendiqué Son procès s'ouvre le 17 juillet 1793 à 8 heures du matin. N'ayant pu être représentée par le défenseur qu'elle s'était choisie; le député girondin Doulcet de Pontécoulant (il existe une hypothèse selon laquelle Fouquier-Tinville aurait fait en sorte qu'il soit averti trop tard), c'est l'avocat Claude-François Chauveau-Lagarde, présent à l'audience qui va être désigné par le président du Tribunal révolutionnaire pour assurer sa défense. Après la lecture de l'acte d'accusation qui rappelle les faits, une vingtaine de témoins sont entendus. Chaque déposition est confirmée d'un "c'est vrai" de la part de l'accusée elle-même. Le président Montané, ne pouvant admettre l'idée qu'une femme seule ait pu fomenter un tel projet, appelle Duperret et Fauchet à la barre. Ils seront finalement mis hors de cause. Puis il est fait lecture d'une lettre destinée à son père, interceptée plus tôt : "Pardonnez-moi, mon cher papa, d'avoir disposé de mon existence sans votre permission. J'ai vengé bien d'innocentes victimes, j'ai prévenu bien d'autres désastres. Le peuple, un jour désabusé, se réjouira d'être délivré d'un tyran. Si j'ai cherché à vous persuader que je passais en Angleterre, c'est que j'espérais garder l'incognito, mais j'en ai reconnu l'impossibilité. J'espère que vous ne serez point tourmenté. En tout cas, je crois que vous auriez des défenseurs à Caen. J'ai pris pour défenseur Gustave Doulcet: un tel attentat ne permet nulle défense, c'est pour la forme. Adieu, mon cher papa, je vous prie de m'oublier, ou plutôt de vous réjouir de mon sort, la cause en est belle. J'embrasse ma soeur que j'aime de tout mon coeur, ainsi que tous mes parents. N'oubliez pas ce vers de Corneille: Le crime fait la honte, et non pas l'échafaud! C'est demain à huit heures, qu'on me juge. Ce 16 juillet." Suite à la présentation du couteau qu'elle admet reconnaître, intervient son avocat : "L'accusé avoue avec sang-froid l'horrible attentat qu'elle a commis; elle en avoue avec sang-froid la longue préméditation; elle en avoue les circonstances les plus affreuses: en un mot, elle avoue tout, et ne cherche pas même à se justifier. Voilà, citoyens jurés, sa défense toute entière. Le calme imperturbable et cette entière abnégation de soi-même, qui n'annoncent aucun remords, et, pour ainsi dire, en présence de la mort même; ce calme et cette abnégation sublimes sous un rapport ne sont pas dans la nature: ils ne peuvent s'expliquer que par l'exaltation du fanatisme politique qui lui a mis le poignard à la main. Et c'est à vous, citoyens jurés, à juger de quel poids doit être cette considération morale dans la balance de la justice. Je m'en rapporte à votre prudence." Le jugement Trois questions sont soumises aux jurés : Est-il constant que le treize du présent mois de juillet, entre sept et huit heures du soir, Jean-Paul Marat, Député à la Convention nationale a été assassiné chez lui dans un bain, d'un coup de couteau dans le sein duquel coup il est décédé à l'instant? Marie-Anne-Charlotte Corday, ci-devant Dormant (sic), âgée de vingt-cinq ans, fille de Jacques-François Corday, ci-devant Dormant ex-noble, habitante de Caen, département du Calvados, est-elle l'auteur de cet assassinat? L'a-t-elle fait avec des intentions criminelles et préméditées? Charlotte Corday est reconnue coupable et condamnée à la peine de mort. Avant d'être ramenée en cellule, elle exprime un dernier souhait : que son portrait soit réalisé.

5 En fin d'après-midi, elle est conduite à l'échafaud place de la Révolution, vêtue de la chemise rouge des assassins (en vertu de l'article 4, titre 1, Ière partie du Code pénal). Elle est guilotinée le 17 juillet 1793 à 18 heures 30. LES CONSEQUENCES DE L'ASSASSINAT DE MARAT Le procès de Charlotte Corday symbolise la prise de parole politique par une femme. Revendiquant son acte, elle utilise son procès pour exprimer ses motivations politiques personnelles. Marginalisée et exclue de la vie politique, la femme sous la Révolution est cantonnée à la sphère maternelle et domestique. La mort de Marat marque un tournant dans la Révolution mais aux antipodes de celui escompté par Charlotte Corday. A peine deux mois après son crime, la Terreur mise à l'ordre du jour le 5 septembre 1793 accélére et généralise les massacres en France. Elevé au rang de martyr, le corps de Marat est transféré au Panthéon le 5 septembre En 1795, il est finalement inhumé au cimetière (aujourd'hui disparu) de Sainte-Geneviève, près de l'église Saint-Etiennedu-Mont. Outil de propagande (notamment par Louis-Philippe sous la Monarchie de Juillet) ou héroïne tragique (Alphonse de Lamartine dans son "Histoire des Girondins" imagine la scène du crime, le poète André Chenier lui consacre une ode...), Charlotte Corday demeure une figure historique de la France. source :

Leçon n 5 : «La sûreté : un droit de l Homme»

Leçon n 5 : «La sûreté : un droit de l Homme» Leçon n 5 : «La sûreté : un droit de l Homme» Introduction : Longtemps la sûreté n a pas été garantie équitablement aux français. Mais c est aujourd hui un des droits de l Homme qui permet l exercice de

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE BRUXELLES 1 DECEMBRE 2011

TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE BRUXELLES 1 DECEMBRE 2011 56.L.6.39965-1l TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE BRUXELLES 1 DECEMBRE 2011 EN CAUSE DE : Monsieur le Procureur du Roi agissant au nom de son office et de 1. A. Faiza et VB Bannes, faisant élection de domicile

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

MEMOIRE. Audience du 2 avril 2015 Réf : 198 8234 34832 POUR

MEMOIRE. Audience du 2 avril 2015 Réf : 198 8234 34832 POUR MEMOIRE Audience du 2 avril 2015 Réf : 198 8234 34832 POUR Monsieur Chérubin : - né le 19/11/1981 - de nationalité française - résidant au 129 Rue du Général de Gaulle à Bourges - ouvrier qualifié et bénévole

Plus en détail

BELGIUM - LIEGE 04/06 (BELGA)

BELGIUM - LIEGE 04/06 (BELGA) BELGIUM - LIEGE 04/06 (BELGA) Assises Liège: début du procès de Bruno Amand, accusé d'avoir assassiné sa compagne La cour d'assises de Liège entamera mercredi à 14h00 le procès de Bruno Amand, un Hannutois

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE DU 17 JUIN 2015

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE DU 17 JUIN 2015 N P.15.0357.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE DU 17 JUIN 2015 I.,II. et III. P. Eric, Armand, Arthur, né à Huy le ( ), domicilié à Flémalle, ( ), ayant pour conseil Maître Luc B., avocat au barreau de

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences

Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Le rôle des avocats dans la prise en charge des femmes victimes de violences Me Sophie PENNARUN 22/01/2015 Pourquoi faire appel à un avocat? L'assistance d'un avocat est importante : face à l'impossibilité

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Marionnet c. Ani-Puce 2014 QCCQ 2683 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL LOCALITÉ DE LAVAL «Chambre civile» N : 540-32-025647-122 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 8 avril

Plus en détail

ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE : LA CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS ET LES DROITS DES ACCUSÉS

ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE : LA CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS ET LES DROITS DES ACCUSÉS Activité pédagogique La Charte canadienne des droits et libertés et les droits des personnes accusées Description : Au fil de la présente activité, l élève Matière scolaire : découvrira les composantes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

Fiche n 3 : LA I RÉPUBLIQUE (1792-1799) 1792-1794 : DE LA RÉPUBLIQUE EN DANGER À LA TERREUR

Fiche n 3 : LA I RÉPUBLIQUE (1792-1799) 1792-1794 : DE LA RÉPUBLIQUE EN DANGER À LA TERREUR HISTOIRE Fiche n 3 : LA I RÉPUBLIQUE (1792-1799) 1792-1794 : DE LA RÉPUBLIQUE EN DANGER À LA TERREUR 4 ème ÈRE CONTEXTE : 10 août 1792 : le peuple parisien prend d'assaut le palais des Tuileries, Louis

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL n LC 178 Octobre 2007 - 3 - LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL

Plus en détail

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME Pour le meilleur et surtout pour le pire Nina Bonche et Camilia Gaied Lycée Jacob Holtzer, Firminy 25 «Il me répétait sans cesse que j étais la femme de sa vie, qu à tout

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

BELGIQUE. Code pénal :

BELGIQUE. Code pénal : BELGIQUE Code pénal : Article I. Code Pénal Article II. Chapitre V Article III. De L'attentat à la Pudeur et du Viol. Art. 372. Tout attentat à la pudeur commis sans violences ni menaces sur la personne

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

QUELLES DÉMARCHES ENTREPRENDRE?

QUELLES DÉMARCHES ENTREPRENDRE? 150x210_4vol_Victimes 15/09/08 16:08 Page 1 QUELLES DÉMARCHES ENTREPRENDRE? Effectuer un examen médical le plus tôt possible Qu une plainte soit déposée ou non, il est important de faire constater par

Plus en détail

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368 N 368 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 20 mars 1958. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE portant amnistie dans les Territoires

Plus en détail

COUR D'APPEL DE REIMS

COUR D'APPEL DE REIMS DOSSIER N 99/00244 ARRÊT DU 3 FEVRIER 2000 N : 93 COUR D'APPEL DE REIMS CHAMBRE DES APPELS CORRECTIONNELS Prononcé publiquement le JEUDI 3 FÉVRIER 2000 par la Chambre des Appels Correctionnels. Sur appel

Plus en détail

Affaire Lubanga. Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels

Affaire Lubanga. Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels 1 Affaire Lubanga Questions-réponses concernant la décision de la CPI sur la condamnation, peine et appels I. QUELLES SONT LES CHARGES RETENUES CONTRE LUBANGA? Lubanga a été inculpé des trois crimes suivants

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER NÉGOCIATION DE PLAIDOYER En vigueur le : 1992-05-15 Révisée le : 1995-08-31 / 2004-09-08 / 2006-01-20 / 2008-01-11 / 2008-09-08 / 2008-10-20 / 2008-11-17 / 2009-03-31 / 2009-08-21 / 2010-07-20 / 2011-03-31

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

International Criminal Tribunal for Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda

International Criminal Tribunal for Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda International Criminal Tribunal for Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda UNITED NATIONS NATIONS UNIES OR: FR CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE DESIGNÉE EN VERTU DE L ARTICLE 11 bis Devant les

Plus en détail

Richard LUX Avocat Honoraire 7 rue Louis Apffel 67000 STRASBOURG Tél. 03 88 35 53 13 Fax 03 88 24 24 08. Strasbourg, le 7 Juin 2004

Richard LUX Avocat Honoraire 7 rue Louis Apffel 67000 STRASBOURG Tél. 03 88 35 53 13 Fax 03 88 24 24 08. Strasbourg, le 7 Juin 2004 Richard LUX Avocat Honoraire 7 rue Louis Apffel 67000 STRASBOURG Tél. 03 88 35 53 13 Fax 03 88 24 24 08 Strasbourg, le 7 Juin 2004 Monsieur le Garde des Sceaux Ministre de la Justice 13 place Vendôme 75001

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et enfants

Droits et devoirs des parents et enfants Droits et devoirs des parents et enfants L autorité parentale L autorité parentale désigne l ensemble de droits et des obligations qui pèsent sur les parents. Autrement dit, on peut dire qu ils ont des

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès?

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès? simulation d un procès Introction génér ale Un procès criminel se déroule devant un juge seul, parfois assisté d un jury composé de jurés. L avocat de la défense représente l accusé, qui est présumé innocent,

Plus en détail

Luxembourg février 2011

Luxembourg février 2011 LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Luxembourg février 2011 CHAMBRE DES DEPUTES Entré let Madame Octavie MODERT Ministre aux Relations avec le Parlement Service Central

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 M. B. A. M. Salvage Rapporteur Mme Teuly-Desportes Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 0700854 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. BADIE Président-rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 0700854 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. BADIE Président-rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 0700854 Mme M M. BADIE Président-rapporteur M. DIEU Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Nice, 1ère chambre,

Plus en détail

9 OCTOBRE 1789 : ABROGATION DE L ORDONNANCE DE COLBERT

9 OCTOBRE 1789 : ABROGATION DE L ORDONNANCE DE COLBERT 9 OCTOBRE 1789 : ABROGATION DE L ORDONNANCE DE COLBERT PATRICK MICHAUD AVOCAT Nos constituants avaient déjà le 26 août 1789 profondément modifié l esprit de la loi pénale dans le cadre du vote de la Déclaration

Plus en détail

Charlotte CORDAY et MARAT (1880)

Charlotte CORDAY et MARAT (1880) Fiche Histoire des Arts secondaire Jules-Charles AVIAT (1844-1931) Jules Aviat (1844-1931), Charlotte Corday et Marat, 1880. Huile sur toile, 281 x 205 cm. Dépôt du musée des Beaux-arts de Rouen. Inv.

Plus en détail

La présente brochure vous permet de faire plus ample connaissance avec la cour d assises. À la fin de la brochure figure un lexique explicatif 1.

La présente brochure vous permet de faire plus ample connaissance avec la cour d assises. À la fin de la brochure figure un lexique explicatif 1. La cour d assises introduction Les procès d assises attirent largement l attention des médias par la gravité et souvent aussi par l atrocité des faits examinés par la cour d assises. Les gens se sentent

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS PREMIÈRE SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 50490/99 présentée par

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

Qui est le roi? LA REVOLUTION EN IMAGES. (Eléments de repérage pour comprendre la Révolution francaise en classe de quatrième)

Qui est le roi? LA REVOLUTION EN IMAGES. (Eléments de repérage pour comprendre la Révolution francaise en classe de quatrième) LA REVOLUTION EN IMAGES (Eléments de repérage pour comprendre la Révolution francaise en classe de quatrième) Qui est le roi? GENDRY Mickael, collège Le Volozen, Quintin, Côtes d'armor. Consigne n 1: Qui

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

LE VIOL UN ACTE DE PENETRATION SEXUELLE UN ACTE COMMIS SUR LA PERSONNE D AUTRUI. L article 222-23 du C.P. définit et réprime le viol.

LE VIOL UN ACTE DE PENETRATION SEXUELLE UN ACTE COMMIS SUR LA PERSONNE D AUTRUI. L article 222-23 du C.P. définit et réprime le viol. LE VIOL Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu il soit, commis sur la personne d autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. I - E L E M E N T L E G A L L article

Plus en détail

Verdict dans l affaire relative au génocide Le procureur > François BAZARAMBA (R 09/404)

Verdict dans l affaire relative au génocide Le procureur > François BAZARAMBA (R 09/404) TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE L ITÄ-UUSIMAA Chambre 1 COMMUNIQUÉ 11.6.2010 Verdict dans l affaire relative au génocide Le procureur > François BAZARAMBA (R 09/404) 1. ENGAGEMENT DE LA PROCÉDURE ET DEMANDE

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

de l'organisation Nations Unies

de l'organisation Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 830 Affaire No 929 : ANIH des Contre : Le Secrétaire général de l'organisation Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit : M. Samar

Plus en détail

La Convention Internationale des Droits de l'enfant

La Convention Internationale des Droits de l'enfant La Convention Internationale des Droits de l'enfant Texte adapté aux enfants dès 10 ans La Convention a été adoptée par les Nations Unies (ONU) le 20 novembre 1989 pour protéger les droits des enfants

Plus en détail

Projet de loi modifiant la loi sur la profession d'avocat (LPAv) (E 6 10)

Projet de loi modifiant la loi sur la profession d'avocat (LPAv) (E 6 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 10988 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 7 juin 2012 Projet de loi modifiant la loi sur la profession d'avocat (LPAv) (E 6 10) Le GRAND CONSEIL de la

Plus en détail

Anonymisation ou individualisation dans les comptes rendus judiciaires

Anonymisation ou individualisation dans les comptes rendus judiciaires Anonymisation ou individualisation dans les comptes rendus judiciaires Ralph Schlosser «Développements récents en droit des médias» Séminaire Presse Suisse et SF FS du 29 octobre 2009 Maison de la Communication,

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit pénal Les crimes et la police Qu est-ce que le droit pénal? Le droit pénal rend illégal tout actes qui mènent à la blessure ou la mort de quelqu un à la main de quelqu

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

La loi dite «Salduz» et ses implications pour la Défense

La loi dite «Salduz» et ses implications pour la Défense La loi dite «Salduz» et ses implications pour la Défense Nicolas LANGE - Attaché DGJM-LEGAD Int 26 mars 12 Plan 1. Cadre légal européen et belge 2. Notion d audition 3. Catégories de personnes visées par

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative)

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) Première partie : Protection générale de la santé Livre I er Protection des personnes en matière de santé Titre I er Droits des personnes malades

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 803252530 COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS DATE : 18 AVRIL 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE JACQUES LAVERDURE J.C.M. DIRECTEUR DES POURSUITES

Plus en détail

COUR D APPEL DE BRUXELLES 26 MAI 2010

COUR D APPEL DE BRUXELLES 26 MAI 2010 COUR D APPEL DE BRUXELLES 26 MAI 2010 PP. 26.05.2010. N de l arrêt : 747 N du parquet : 197.M.08 N du greffe ; 2008BC1374 14 ème chambre, siégeant en matière correctionnelle, après en avoir délibéré, rend

Plus en détail

Lois antiterroristes en vigueur en Australie

Lois antiterroristes en vigueur en Australie Lois antiterroristes en vigueur en Australie French & Questions et réponses Cette brochure sert de référence afin d expliquer les lois antiterroristes en vigueur en Australie. TABLE DES MATIERES Cette

Plus en détail

LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE DANS UN PROCES PENAL.

LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE DANS UN PROCES PENAL. LA CONSTITUTION DE PARTIE CIVILE DANS UN PROCES PENAL. 1/ Le rôle de l'avocat. 2/ Le roulage /police d'assurance en protection juridique ou défense en Justice. 3/ La constitution de partie civile devant

Plus en détail

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public N 43 / 2014 pénal. du 11 décembre 2014. Not. 16453/13/CD Numéro 3383 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ;

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ; jb COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE LYON N 14LY01523 ------------------ M. A. M. Le Gars Président M. Besse Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative d'appel de Lyon

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration

Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration Enquêtes en matière d immigration Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration ISBN : 0-662-49226-9 Numéro au catalogue : MQ21-34/2006 Produit par : la Direction

Plus en détail

Formation continue Droit scolaire

Formation continue Droit scolaire AVERTISSEMENTS Ce document est un support créé pour les étudiants de la HEP et complété à l occasion d une journée pédagogique. Il ne peut pas être exhaustif de la réglementation, ni répondre à toutes

Plus en détail

Le journalisme. Diaporama réalisé à partir de la présentation de M-C Lipani de l IJBA

Le journalisme. Diaporama réalisé à partir de la présentation de M-C Lipani de l IJBA Le journalisme Diaporama réalisé à partir de la présentation de M-C Lipani de l IJBA LA LIBERTE D EXPRESSION L Ce qu elle garantie Déclaration des droits de l homme et du citoyen de 1789 Liberté de la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

I.- LOI DU 26 MAI 1834 PORTANT SUR LA RESPONSABILITE DES FONCTIONNAIRES ET EMPLOYES DE L ADMINISTRATION DES FINANCES

I.- LOI DU 26 MAI 1834 PORTANT SUR LA RESPONSABILITE DES FONCTIONNAIRES ET EMPLOYES DE L ADMINISTRATION DES FINANCES I.- LOI DU 26 MAI 1834 PORTANT SUR LA RESPONSABILITE DES FONCTIONNAIRES ET EMPLOYES DE L ADMINISTRATION DES FINANCES Article 1 er. Tous les biens des fonctionnaires et employés de l administration des

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES Article premier : Les États membres de l'organisation de l'unité africaine, parties à la présente Charte, reconnaissent les droits, devoirs et libertés

Plus en détail

Aide aux victimes en cas d infraction commise

Aide aux victimes en cas d infraction commise Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit public Unité Projets et méthode législatifs 1 er janvier 2015 Aide aux victimes en cas d infraction

Plus en détail

Cote : 226. Légende :

Cote : 226. Légende : Cote : 226 Légende : procès de Jésus Titre : le procès Age : 12-14 ans Objectifs : voir une situation sous plusieurs points de vue Durée : 45-60' organiser un procès fictif, Brève description : Juger une

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH)

Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) Ordonnance du Juge Lamarre BELIZAIRE relative au dossier des Frères FLORESTAL : un 2 septembre 2014 I. Introduction Le 18 octobre 2010, suite à une

Plus en détail

Décision n 485-D. CONSEIL REGIONAL DES PHARMACIENS D'OFFICINE Rhône-Alpes. Le Président du Conseil de l'ordre des Pharmaciens de la Région Rhône-Alpes

Décision n 485-D. CONSEIL REGIONAL DES PHARMACIENS D'OFFICINE Rhône-Alpes. Le Président du Conseil de l'ordre des Pharmaciens de la Région Rhône-Alpes Ain Adêche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute-Savoie Décision n 485-D CONSEIL REGIONAL DES PHARMACIENS D'OFFICINE Rhône-Alpes Le Président du Conseil de l'ordre des Pharmaciens de la Région Rhône-Alpes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 25 juin 2014 N de pourvoi: 13-81394 ECLI:FR:CCASS:2014:CR03356 Non publié au bulletin Cassation M. Louvel (président), président Me Foussard, Me

Plus en détail

LA COMPLICITE. L'acte de complicité n'est pas punissable en tant que tel. Il doit se rattacher à un fait principal punissable.

LA COMPLICITE. L'acte de complicité n'est pas punissable en tant que tel. Il doit se rattacher à un fait principal punissable. LA COMPLICITE L'infraction peut être le fait de plusieurs personnes qui seront selon les cas coauteurs, ou auteurs et complices. La complicité consiste en l'entente momentanée entre deux ou plusieurs personnes

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

Atelier Favoriser la Communication Orale en salle de classe

Atelier Favoriser la Communication Orale en salle de classe Atelier Favoriser la Communication Orale en salle de classe Maria Angélica LAMBERTI Professeure à l Alliance Française de São Paulo L'atelier Favoriser la Communication Orale se situe dans le cadre d'une

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

JUGEMENT CORRECTIONNEL DU 31 OCTOBRE 2001

JUGEMENT CORRECTIONNEL DU 31 OCTOBRE 2001 TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE LYON JUGEMENT CORRECTIONNEL DU 31 OCTOBRE 2001 N de jugement :6265 11 ème chambre N de parquet : 9980186 ENTRE Monsieur le Procureur de la République près ce Tribunal, demandeur

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire SG/SADJPV du 1er mars 2010 relative à la présentation du principe de continuité de l aide juridictionnelle en cas d examen de la question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d Etat,

Plus en détail

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention De l injonction à l invitation Les défis de l intervention Steven Bélanger Psychologue Coordonnateur clinique Pro-gam Centre d intervention et de recherche en violence conjugale et familiale 1 La nature

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES POUR LES COURTIERS MEMBRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

Plus en détail

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5172 Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 621 du Code d instruction criminelle, posée par la chambre des mises en accusation

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2233 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 152 25 juillet 2011 S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE

Plus en détail

Les violences conjugales

Les violences conjugales MINISTÈRE le point sur Femmes/égalité Lutte contre les violences envers les femmes Les violences conjugales Les victimes de violences craignent le plus souvent de s exprimer. Paralysées par la peur, une

Plus en détail

Le travail a été réalisé avec des tablettes par les élèves des classes de 4ème 1 et 4ème 2.

Le travail a été réalisé avec des tablettes par les élèves des classes de 4ème 1 et 4ème 2. Classe de Quatrième, Histoire La révolution française en images Comprendre le déroulement de la révolution française à travers des images Consigne : décrire avec des mots, le plus précisément possible,

Plus en détail