Changement de courtier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Changement de courtier"

Transcription

1 Assurance vie Changement de courtier Référendum des courtiers vie Résultats & Analyse Mars - Avril 2012

2 SOMMAIRE 1 - Introduction 2 Fluidifier l'assurance vie 3 Règle d'or 4 Amortissement 5 De grandes différences a / la taille b / l'ancienneté c / les produits 6 Plus de professionnels a / CGPI et Courtiers b / peu d'écart c / Peu d'anonymat 7 Premier constat : CONTRE TOUT Résultat par barème 8 Deuxième constat : syndicats pas suivis a / Résultats "nets" b / Classement POUR c / Classement CONTRE 9 Conclusion a / Critiques b / Points forts 10 Annexes Projet de loi Analyse du 3 ème usage du courtage par François Nocaudie, professeur de droit, spécialiste du droit des assurances

3 1 Introduction Compte tenu : - du projet de loi N 3493 du 1 er juin 2011, visant à modifier le Code des Assurances dans le cas de décodifications sur les contrats groupe, - de la publication fin 2011 de recommandations tarifaires différentes, émanant de 3 syndicats professionnels, et que nous considérons : - que ce n'est ni au Législateur, ni à une organisation syndicale, qui plus est pas forcément représentative de la profession, de fixer "le prix d'un client", - que la fixation d'une règle de place, si elle se généralise, peut avoir une incidence préjudiciable sur la valeur de nos entreprises, nous avons pris l'initiative de proposer aux professionnels concernés un référendum en ligne Les distributeurs indépendants ont pu voter POUR - CONTRE - SANS OPINION aux quatre règles/barèmes publiées : Recommandation CSCA (SFAC) Cession au prix de 60% de 3 ans, soit 1,8 an d'encours. Recommandation ANACOFI Recommandation CIP Proposition indépendante Cession au prix de 2 ans d'encours. Cession au prix de 0,6% des actifs en euros et 1,5% des actifs en UC. Partage des encours au prorata des capitaux apportés. Cette étude présente les résultats de cette enquête et les conclusions qui en découlent. Remarque - C'est la première fois que les professionnels indépendants de la distribution d'assurance vie sont interrogés sur ce sujet. Tous sont pourtant concernés. - De nombreux votants ont souhaité s'exprimer et ont donné leur opinion en joignant des commentaires à leur bulletin de vote. - Ces commentaires sont riches d'enseignements. Ils permettent d'avoir une vision d'ensemble et d'étayer l'analyse. Grâce à eux, le référendum s'est transformé en véritable enquête indépendante.

4 - Par cette initiative de référendum, démonstration est faite aux syndicats professionnels qu'il est très simple de consulter leurs membres. Sur des sujets aussi importants, qui font polémique depuis des années, il serait plus judicieux et plus respectueux de ses mandants, de les informer et de leur proposer un vote en ligne plutôt que de prendre une décision entre quelques administrateurs, aussi dévoués et compétents soient-ils. 2 Fluidifier l'assurance vie Il est inacceptable que des épargnants soient prisonniers de courtiers avec lesquels ils n'ont plus de relation ou ne veulent plus en avoir. La profession du courtage vie doit tout faire pour "fluidifier" l'assurance vie. Ce véhicule d'épargne a gagné ses lettres de noblesse grâce à la diminution de ses frais et au concept de liberté des flux. Les professionnels doivent absolument franchir un nouveau cap en garantissant à leurs clients la liberté de changer de conseiller s'ils le souhaitent. Liberté de verser et de retirer, ce que vous voulez, quand vous le voulez mais pas à qui vous voulez! A l'heure où la protection du consommateur est au centre de toutes les préoccupations législatives et de réglementation, comment peut-on conserver de telles règles corporatistes? La protection des distributeurs ne doit pas primer sur la liberté des consommateurs. Le produit a su évoluer et s'adapter à une utilisation souple et moderne. En revanche, les distributeurs sont restés arc-boutés sur des principes de "propriété" archaïques et obsolètes. Vu que la plupart des contrats sont souscrits "à durée vie entière", nous préconisons que soit mentionné dans le document d'entrée en relation ou la lettre de mission que tout professionnel doit remettre à son client avant la conclusion, que ce dernier reste libre de changer de Courtier-Conseiller à tout moment. 3 - Règle d'or La négociation amiable entre deux courtiers, l'initiateur tenant du contrat et le "nouvel élu", doit rester la base de toute mutation. Ce n'est qu'en cas d'impossibilité d'accord amiable qu'une règle de place doit être appliquée par l'assureur, faisant alors office de tiers médiateur, pour éviter impérativement tout blocage. Le danger est alors qu'aucun accord ne se négocie en dehors de la règle puisqu'elle constituera le plancher pour l'ancien et le plafond pour le Nouveau. 4 - Notion d'amortissement Entre la baisse des marges à l'entrée et l'augmentation des tâches dues à la réglementation, l'amortissement d'un nouveau client ne se fait plus à la création mais sur la durée.

5 Historiquement les commissions d'acquisition permettaient de rémunérer le travail commercial. Les commissions sur encours sont venues ensuite pour compenser la baisse des frais d'entrée et surtout pour rémunérer le SAV et le suivi. Les paramètres permettant de déterminer le coût d'un client sont nombreux. Selon l'origine de la mise en relation, le temps passé en entretien et travail administratif (étude, rapport, etc.), la perception ou l'absence d'honoraires, le montant des capitaux investis, le taux de frais d'entrée, l'incompressible assureur, une éventuelle rémunération à verser à un intermédiaire ou collaborateur, la répartition des actifs,, il faut bien souvent plusieurs années pour amortir un client. La durée s'est fortement allongée ces dernières années. Parfois même au bout de 10 ans, le dossier n'a pas atteint son point mort! Il est indispensable de mettre en place une protection minimale pour le courtier créateur du contrat. En l'absence, les épargnants qui n'auraient pas un capital minimum à investir risquent de se voir refuser l'accès au conseil indépendant. Ceci irait à l'encontre de leurs intérêts puisque tous, sans distinction du montant de leur capital ou de leur capacité d'épargne, doivent pouvoir accéder aux "meilleurs conseils". Si certains courtiers peuvent accepter de travailler parfois gratuitement, peu acceptent d'avoir travaillé à perte. Tout comme un commerçant veillera à ne pas confondre chiffre d'affaires et bénéfice, les courtiers ne doivent pas confondre amortissement du travail réalisé avec éventuel futur retour sur investissement. Bien sûr chaque cas est particulier. Il est impossible d'édicter une règle de place satisfaisante pour tous. Malgré tout, nous ne pouvons rester en l'état au risque que le Législateur ne nous impose "sa" norme. Et l'on sait qu'il a une bien piètre opinion de notre profession Il conviendra donc d'opter pour la moins mauvaise des solutions. 5 - De grandes différences de perception selon Beaucoup de professionnels ne se rendent pas compte de la diversité du marché de l'assurance vie et s'imaginent que leur propre modèle est la norme pour tous. a / la taille de la structure : Les professionnels travaillant seuls ou avec du personnel administratif n'ont pas du tout la même vision que ceux qui travaillent en équipe, soit entre associés, soit avec des commerciaux, qu'ils soient mandataires ou salariés. Quelques témoignages font état de collaborateurs s'étant installés à leur compte après avoir été formés, dépouillant ainsi partiellement l'ancien Cabinet. Celui qui travaille seul ne peut comprendre que l'employeur floué mérite une protection minimale. Le premier trouvera normal que les décodifications soient gratuites alors que le second, ayant assumé la formation et les risques professionnels de son ancien collaborateur réclamera une juste indemnité de transfert. b / l'ancienneté d'exercice : L'ancienneté professionnelle est également un élément déterminant dans le souhait d'indemnisation. Les anciens, à la tête de portefeuilles clients plus ou moins importants, considèrent que chaque client constitue une partie de leur fonds de commerce et n'entendent pas le céder sans compensation. Les plus jeunes, en phase de constitution de clientèle, sont bien entendu favorables à l'absence de versement d'une indemnité.

6 De nombreux témoignages s'articulent autour de la notion "Si un client quitte un conseiller pour un autre, c'est que l'ancien n'est pas bon, donc il n'a pas à être indemnisé pour sa médiocrité. Tant pis pour lui." Si sur le fond on peut comprendre cette opinion, dans les faits, ce n'est pas si simple vu les nombreuses différences du marché. Un client souhaitant changer de courtier n'est pas forcément un client insatisfait. Il peut avoir déménagé et désirer logiquement avoir un interlocuteur sur place. c / les produits et les modes de distribution : La logique est aussi bien différente entre un produit "élitiste" préconisé uniquement par quelques professionnels et un produit "grand public" distribué à la fois par des CGPI, des courtiers indépendants, des agents généraux, un ou plusieurs réseaux captifs, des agences bancaires Quelques compagnies ont créé des contrats spécifiques pour chaque canal de distribution alors que d'autres n'ont pas fait de différence. Dans le premier cas, le risque de concurrence déloyale est quasi inexistant alors que dans le second, la porte est grande ouverte. Les deux notions de nombre de contrats souscrits et de canaux de distribution sont ici capitales. Certains professionnels vont jusqu'à émettre une double opinion et souhaiter une règle différente, entre deux types de contrats qu'ils distribuent. Attention, tout évolue : - un contrat élitiste aujourd'hui peut connaître un grand succès demain et devenir un contrat grand public... (tous les assureurs en rêvent) - une compagnie peut très bien décider de donner à ses réseaux captifs le même contrat que celui réservé jusqu'alors aux indépendants... (ils coûtent cher et râlent tout le temps) Ce n'est pas parce qu'on se sent à l'abri aujourd'hui qu'on le sera encore demain! 6 - Plus de professionnels Un a été adressé le 1 er mars 2012 à environ personnes ou cabinets, proposant de se connecter au site pour participer au sondage. Compte tenu que certaines adresses étaient dans différents fichiers (pardon si vous l'avez reçu plusieurs fois) et que d'autres étaient périmées, environ distributeurs ont reçu l'invitation, sans compter les éventuelles rediffusions à leurs entourages. Quasiment tous sont des indépendants du courtage vie. Le site a reçu visites à la date de clôture des urnes le 2 avril 2012.

7 391 votes validés 300 Professions 240 CGPI 61% 126 Courtier assurances 32% 8 Conseils financiers 2% 3 Agents d'assurances 1% 14 de leurs salariés 4% CGPI Cour tier Consei l Agent Sal ar i és a / Forte proportion de CGPI et Courtiers Ces 2 catégories professionnelles représentent 93% des votants. Ce score est logique compte tenu de la nature des fichiers d'expédition. Cette prédominance ne remet pas en cause le résultat des urnes puisque les Agents d'assurances ne sont pas confrontés à la même problématique. Etant liés à une compagnie, la notion de "propriété de clientèle" est différente lors de la cession de leur Cabinet par exemple. Peut-être aussi la raison pour laquelle ils ont été si peu nombreux à voter? b / Peu d'écart Les réponses sont relativement proches entre les différentes catégories professionnelles. Cette absence de différence s'explique par l'exacte similitude de traitement puisque les CGPI sont également Courtiers d'assurance. Il n'a donc pas été tenu compte des différences d'étiquette dans les résultats. c / Peu d'anonymat 229 personnes, soit 59% des votants, ont communiqué leur adresse , preuve que les professionnels, toute catégories confondues, assument leur opinion, même si elles sont en contradiction avec leur syndicat. 7 - Premier constat : 1 sur 5 est CONTRE TOUT Sur les 391 votants, 71 soit 18%, sont CONTRE toutes propositions. L'idée de base était de choisir : Quelle option retenir parmi les 4 proposées? La question n'est pas (plus) de déterminer si l'on est POUR ou CONTRE les décodifications ou POUR ou CONTRE l'indemnisation de l'ancien courtier mais bien "comment les gérer"? Par exemple un CONTRE TOUT précise : "Il ne faut rien toucher". Deux interprétations possibles : "Il ne faut rien modifier" et donc conserver la situation en l'état. Beaucoup insistent sur la notion de libre entente entre les courtiers.

8 La valeur client semble ici davantage basée sur le potentiel du client (le futur) que sur l'amortissement de sa création et du temps passé à son accompagnement (le passé). "Il ne faut rien percevoir" et donc ne pas indemniser l'ancien courtier considéré comme le mauvais et/ou le perdant (évidement, c'est l'autre, ce n'est pas moi ) Si 18% sont CONTRE TOUT, 82% sont favorables à la mise en place d'une solution, soit une forte majorité. Résultats des votes pour chaque option CSCA / SFAC CIP 90% 90% 80% 70% 85% 80% 70% 77% 60% 60% 50% 50% 40% 40% 30% 30% 20% 20% 10 % 0% 8% 6% POUR CONTRE SANS OPI NI ON 10% 0% 14 % 9% POUR CONTRE SANS OPINION ANACOFI Proposition Indépendante 80% 60% 70% 60% 68% 50% 51% 50% 40% 40% 30% 38% 30% 20% 26% 20% 10 % 10% 0% 7% 11% POUR CONTRE SANS OPINION 0% POUR CONTRE SANS OPINION Tenir compte de l'échelle pour les comparaisons visuelles entre graphiques

9 8 - Deuxième constat : Rejet massif des recommandations syndicales CONTRE 90% 80% 70% 60% 85% 68% 77% CSCA 333 CONTRE soit 85% ANACOFI 264 CONTRE soit 68% CIP 301 CONTRE soit 77% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 38% CSCA ANACOFI CIP PROPO IND Seule la Proposition Indépendante recueille davantage de votes POUR que de votes CONTRE avec seulement 38% d'opinion défavorables. Rappel : il était demandé à chacun de voter POUR ou CONTRE ou SANS OPINION à chacun des 4 barèmes. Le total de 100% s'entend donc par barème. a / Résultats "nets" par barème Même en se concentrant sur les votes en faveur d'au moins une option (minimum 1 POUR ou 1 SANS OPINION), on obtient 320 bulletins, soit 82% du total des votes se répartissant : CSCA 10% POUR 33 82% CONTRE 262 8% SANS OPINION 25 ANACOFI 31% POUR % CONTRE 193 8% SANS OPINION 27 CIP 18% POUR 56 72% CONTRE % SANS OPINION 34 Propo Indépendante 62% POUR % CONTRE 77 14% SANS OPINION 44 Dans tous cas Rejet massif des 3 propositions syndicales Seule la Proposition Indépendante conserve une majorité favorable

10 POUR b / Classement POUR 70% 60% 50% 40% 30% 62% 1 / Proposition Indépendante 62% 2 / ANACOFI 31% 3 / CIP 18% 4 / CSCA 10% 20% 10% 0% 31% 18% 10% CSCA ANACOFI CIP PROPO IND 90% CONTRE c / Classement CONTRE 80% 70% 60% 50% 40% 30% 82% 60% 72% 1 / CSCA 82% 2 / CIP 72% 3 / ANACOFI 60% 4 / Proposition Indépendante 24% 20% 10 % 0% 24% CSCA ANACOFI CIP PROPO IND 9 - Conclusion Une partie de la profession est opposée à l'indemnisation de l'ancien courtier et à la mise en place de solutions, même si elle est favorable à la liberté des épargnants. Ces professionnels restent minoritaire (18%). Plus la proposition d'indemnisation en vue de protéger l'ancien est élevée, plus elle recueille d'avis favorables. Les classements POUR et CONTRE le démontrent. Compte tenu du résultat de ce référendum, de l'analyse qui en découle et des nombreux commentaires recueillis, la Proposition Indépendante préconisant le maintien des encours en fonction des capitaux apportés est la solution qui doit être mise en place, bien entendu en l'absence d'accord amiable entre les courtiers. Elle n'est peut-être pas la solution idéale mais

11 apparaît comme la moins mauvaise. Quoi qu'il en soit, c'est celle qui émerge de la consultation des professionnels. a / Critiques Dans certains cas, elle peut engendrer des rentes de situations injustifiées. Solution : limiter dans le temps à 5 ans. Complexité des calculs à réaliser par le gestionnaire du contrat Solution : déjà plusieurs compartiments fiscaux : 757 B, 990 I, 125 OA. Ils sont bien plus complexes qu'une simple règle de trois basée sur les capitaux nets investis entre 2 courtiers. Nécessite de légers développements informatiques que les assureurs peuvent aisément réaliser afin d'apporter leur contribution à la modernisation de la distribution de leurs produits. Absence de rémunération du Nouveau courtier si pas de versement complémentaire. Solution : la transparence doit régir la relation client / conseiller. Le Nouveau à tout intérêt dans ce cas à facturer des honoraires de suivi pendant les 5 premières années. Est-il "choisi", oui ou non?... Ceci permettra de limiter les décodifications aux cas justifiés. Usine à gaz sur la durée Solution : le partage ne concerne que les commissions sur encours. Les commissions sur frais d'entrée restent dues au seul courtier "codifié" lors des versements. La règle de trois basée sur les capitaux nets apportés n'a pas à tenir compte des rachats partiels (prorata identique) ni du taux d'uc. Restons simple! En cas de nouvel ordre de remplacement pendant la période tampon des 5 ans, le second perd sa place au profit du troisième, même s'il a généré des versements. Bien entendu, si le second à racheté le client au premier ou s'ils ont procédé à un échange, il n'y a qu'un seul courtier référencé sur les encours. Il bénéficie donc de la période tampon des 5 ans en cas de nouveau changement de courtier. En cas de décès, de cessation d'activité, de rupture de convention, etc. le courtier concerné par l'indemnité temporaire disparaît de la liste des entités rémunérées. Le second courtier restant seul, il perçoit la totalité des encours. b / Points forts En plus des divers aspects évoqués comme la liberté des épargnants, l'accès au "meilleur conseil", l'amortissement du temps passé à la création du contrat, la protection contre les pillages, etc... l'un des avantages majeurs est l'absence de paiement d'une indemnité. Avec les recommandations syndicales, toutes axées sur une cession moyennant indemnité : le Nouveau doit réaliser un débours qu'il n'est pas sûr de récupérer. Il prend un risque financier. Le client peut racheter son contrat, décéder peu de temps après,...

12 L'Ancien cède un client. Il ne s'agit pas de la perception d'une commission mais de la cession d'un élément d'actif du cabinet. Quid de l'aspect juridique et de la fiscalité au titre des plus-values?... La formule préconisée supprime toutes notions de risques pour les deux courtiers. Simple, économique, non risquée, elle atteint les objectifs de départ de débloquer une situation de marché archaïque et de fluidifier l'assurance vie. Il est donc demandé aux syndicats de revoir leurs recommandations qui ne correspondent pas aux souhaits de leurs adhérents et aux compagnies d'assurances vie d'accompagner leurs distributeurs dans cette voie. Pierre Arraou CGPI Pau

13 N 3493 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 1 er juin PROPOSITION DE LOI portant modification de l article L du code des assurances visant à la décodification des contrats d assurance-vie, (Renvoyée à la commission des finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire, à défaut de constitution d une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.) présentée par Messieurs Georges MOTHRON, Jean-Claude MATHIS, Michel LEJEUNE, Jean-Charles TAUGOURDEAU, Christian MÉNARD, Claude BODIN, Yves FROMION, Michel GRALL, Muriel MARLAND-MILITELLO, Brigitte BARÈGES, Frédéric REISS, Marc FRANCINA, Georges COLOMBIER, Éric RAOULT, Daniel FIDELIN et François LOOS, députés.

14 2 EXPOSÉ DES MOTIFS MESDAMES, MESSIEURS, Un nombre considérable de Français épargne son argent, contribuant ainsi à l économie nationale ; l épargnant adhère à titre individuel à des contrats d assurance retraite et vie collective, par l intermédiaire d établissements financiers ou de groupements mutualistes ; ceux-ci les ont préalablement négociés et souscrits auprès de compagnies d assurances nationales ou européennes. L épargnant peut retirer des fonds en cours de contrat ; à sa retraite ou son décès, le capital constitué ira à lui-même ou aux proches qu il aura désignés. La collecte de l épargne et des adhésions est le plus souvent assurée par des courtiers d assurances, mandatés par l épargnant afin d effectuer l ensemble des démarches. Le courtier est rémunéré par les compagnies, par le truchement de l établissement financier ou du groupement mutualiste, qui calcule la commission qui lui sera due, du fait des versements effectués par l adhérent, ainsi que des «encours» (provision mathématique de la totalité des sommes gérées pour chaque adhérent, arrêtées chaque année). Les adhérents peuvent effectuer des versements à tous les stades de leur vie ; sur cette longue période, ils sont susceptibles de changer de lieu d habitation, quartier, ville ou région, ou tout simplement vouloir désigner un autre courtier pour gérer leur dossier, les conseiller. Le changement de courtier vise en pratique un changement ou transfert de code auprès de l organisme d assurance qui le rémunère (dans la pratique nommée «décodification») ; les usages professionnels pourraient sembler conduire au maintien au courtier initial de son droit à commission, y compris pour chaque versement postérieur à la substitution d intermédiaire, alors même qu un confrère aurait pris en charge les intérêts du client. Ces dernières années, de nombreux adhérents ont désiré changer de courtier et demandé à leurs groupements mutualistes le transfert de leur dossier. Ces derniers se sont alors vus opposés un refus pur et simple. En effet, la plupart des courtiers retiennent un droit à vie sur leur portefeuille, aussi soumettent-ils à leur accord exprès de leur part un

15 3 quelconque transfert de code. Cette position trouverait son fondement dans un usage du courtage auquel sont tentés de se référer les tribunaux saisis de cette difficulté et conduit à maintenir de force les adhérents chez leur courtier d origine, celui-ci ayant vocation à percevoir les commissions indéfiniment Ce processus de décodification serait lié à des usages du courtage, constatés en 1935 par le Syndicat national des courtiers («usages parisiens» sur le courtage d assurances terrestres). L article 3 vise en effet «le courtier apporteur d une police a droit à la commission non seulement sur la prime initiale mais encore sur toutes les primes qui sont la conséquence des clauses de cette police. Le droit à la commission dure aussi longtemps que l assurance elle-même, notamment lorsque la police se continue par reconduction ou lorsqu elle est renouvelée ou remplacée directement par l assuré auprès de la compagnie». La suite du texte évoque les cas de résiliation régulière ou non de la police et la survivance du droit à commission. L idée qui a présidé à la mise en forme de cet usage est que lorsqu une police a été obtenue auprès d un assuré, par les services du courtier (à l époque il s agissait principalement d assurance de dommages ou de responsabilité civile), un client a ainsi été «apporté» à la compagnie, de sorte que le courtier apporteur du contrat a droit à commission non seulement pour la prime initiale mais également pour toutes celles qui suivront et en sont la conséquence : le droit à commission dure aussi longtemps que la police elle-même. Cette position, fondée sur un singulier malentendu, est en complète contradiction, tant avec les règles du droit français que les principes fondamentaux du droit européen. Elle constate une entrave à la liberté de se dégager d un contrat : le client désireux de changer de courtier, qui s adressera par exemple au courtier d une autre ville ou d un autre quartier, ne pourra pas en pratique le faire, à partir du moment où avant toute diligence, le nouvel intermédiaire est censé prendre langue avec le premier, se renseigner sur la situation du client, sans recevoir une quelconque rémunération ou commission. En pratique, le nouveau courtier devrait être amené à travailler gratuitement. L adhérent n est ainsi plus en mesure de contracter avec qui il veut, puisque les entraves au transfert de son dossier sont de nature à décourager le nouveau courtier.

16 4 Par cette proposition de loi, je souhaite ainsi dégager une solution pour l ensemble des parties, qui consistera à permettre la libre décodification, tout en aménageant en contrepartie d une part, un préavis raisonnable et d autre part, une compensation équitable.

17 5 PROPOSITION DE LOI Article unique Le I de l article L du code des assurances est complété par cinq alinéas ainsi rédigés : «Dans le cas de contrat d assurance de groupe, souscrit auprès d une compagnie d assurance par une personne morale en charge de la collecte d épargne retraite ou vie auprès du public, le courtier qui recueille l adhésion de l épargnant, puis ses versements, perçoit une commission sur les sommes versées et les encours, pendant toute la durée de la relation contractuelle avec son client. «Celui-ci reste libre de mettre fin au courtage à tout moment, conformément aux règles du droit civil des obligations contractuelles et de désigner un nouveau représentant. L ancien courtier transmet alors dans les meilleurs délais l entier dossier à son successeur. «Toutefois, l épargnant doit respecter un délai de préavis de quatre mois avant la prise d effet de la révocation, notifiée par lettre recommandée avec accusé de réception. Pendant une durée de douze mois à compter de celle-ci, l ancien courtier reçoit une compensation équitable, déterminée en accord avec la compagnie d assurances et la personne morale souscriptrice ; en cas de contestation, cette compensation est fixée par un expert désigné soit par les parties, soit à défaut d accord entre elles, par ordonnance du président du tribunal de grande instance statuant en la forme des référés et sans recours possible. «Le présent texte régit tous les intermédiaires, quelle que soit leur dénomination, accomplissant des diligences identiques ou similaires à celles du courtier. «Il s applique à défaut d accords individuels ou collectifs plus favorables, dans le respect de la liberté de l adhérent. Tout usage contraire, restreignant directement ou indirectement celle-ci, est réputé non écrit.»

18 Commentaires de François Nocaudie * sur la Proposition indépendante de partage des commissions sur encours dans le cas de décodifications. Bien qu'il s'agisse ici principalement du contrat Afer, distribué à la fois par des courtiers indépendants et divers réseaux de l'assureur Aviva, l'analyse est applicable à tous les contrats du marché. * François Nocaudie : diplômé d'études supérieures de droit ; diplômé de l'institut des assurances de Tours/Bordeaux ; chargé de cours à la Faculté de droit de Tours de 1990 à 2008 ; promu chevalier de l'ordre du Mérite National en 2004 sur proposition du Premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, pour services rendus aux assurés. 07/03/2012 Mon cher Pierre, Je vais préparer une note à l'attention des différents membres de la CSCA qui aborde plusieurs sujets qui te préoccupent légitimement. Sur bien des points, je partage indirectement ton point de vue en ce sens que je vais rappeler dans cette note, arguments très sérieux à l'appui, qu'aviva et ses agents n'ont pas le droit de solliciter nos clients et que, de toutes façons, si un client les mandate, la totalité des commissions de son contrat nous restent dues. J'y rappellerai toutefois que le 3ème usage, comme le SFAC et la FCA l'attestaient déjà au début des années 90 sur le mensonge de l'afer en matière de décodifications (1), n'a jamais interdit à un assuré de changer de courtier pour deux raisons simples : La première est que ce droit des assurés ne relève pas de son domaine. En effet, les rapports entre un mandant et son mandataire, ce qu'est un courtier, sont traités par les dispositions du code civil en matière de droit du mandat, ce qu'un simple usage, source de droit incontestable mais secondaire, ne saurait contrarier. A ce titre, il ne fait aucun doute qu'un assuré peut successivement mandater auprès d'une compagnie plusieurs courtiers sur un contrat en cours et peut aussi, concomitamment, mandater auprès d'elle un second courtier pour la souscription d'un second contrat. La jurisprudence est ancienne et ferme sur ce point. Le troisième usage, lui, ne traite que des rapports entre les assureurs et les courtiers dans le domaine financier comme dans d'autres. La seconde est que cet usage a justement prévu les effets financiers du mandatement d'un nouveau courtier selon deux modalités. En cas de résiliation concomitante à l'ordre de remplacement suivi d'une nouvelle souscription, ce sont les dispositions du 3ème alinéa de ce 3ème usage qui sont applicables en matière de partage de commissionnement. En l'absence de résiliation, ce sont celles du 4ème alinéa qui traitent de la question. Si donc référence doit être faite aux usages, ce que je pense, c'est bien à celui ci que l'honnêteté exige de faire référence. D'autre part la cause juridique du commissionnement n'ayant pas changé depuis 1935, il n'y a pas de raison sérieuse de soutenir qu'il est totalement obsolète. Que dit ce 4ème alinéa? Tout simplement qu'en cas d'ordre de remplacement de courtier sur un contrat sans résiliation de celui ci, le courtier révoqué conserve son droit à commissions sur "le nouveau contrat" à concurrence des primes qu'il y a apportées.a contrario, il n'a donc pas droit à commission sur les primes (et leurs fruits) qu'il n'a pas apportées. Ce 4ème alinéa parle de "nouveau contrat" bien qu'il n'y ait pas résiliation. C'est tout simplement parce que pour les contrats qui se renouvellent à chaque échéance, il y a juridiquement un nouveau contrat alors qu'il s'agit du même dans la réalité. Il ne faut donc pas tenir compte de ce qualificatif pour les contrats sans échéance (qui n'existaient pas en 1935) ou à durée fixe.

19 Il en résulte clairement que ce courtier évincé conserve, en assurance vie, son droit à commission sur l'encours qu'il a généré au prorata de ce dernier. L'effondrement des commissions d'acquisition en assurance vie depuis 10 ans souligne le caractère pertinent et équitable, malgré son âge, de ce 4ème alinéa. Peut on obliger ledit courtier à céder ce droit à commission à son successeur, donc ses créances correspondantes après la perte de son mandat, contre une indemnisation forfaitairement définie? A mon avis, non pour deux raisons : Tout d'abord parce qu'une créance fondée présente la caractéristique d'être une forme comme une autre du droit de propriété. Son détenteur a donc le droit d'en disposer de la manière la plus absolue dit l'article 544 du code civil, sauf prohibition par la loi. Or cette dernière ne peut pas le limiter n'importe comment. Il faut des motifs d'intérêt général très sérieux. En effet le droit de propriété a une valeur supra législative et bénéficie à ce titre d'une double protection. Il a valeur constitutionnelle en France. En outre, il bénéficie d'une protection supplémentaire au niveau européen (article 1 du Protocole 1er de la convention européenne des droits de l'homme). On ne peut forcer personne à vendre un droit. On ne voit pas en quoi le partage entre deux courtiers, par des ordinateurs d'assureurs, des commissions d'encours au prorata des apports de chacun, pourrait porter une atteinte telle à l'intérêt général (2) qu'il justifierait une intervention du législateur en faveur d'une cession forcée entre personnes privées. En outre parce que le prix d'un droit ne peut, sauf exception, être fixé par la loi ou par une organisation professionnelle. Cela constituerait une atteinte à la liberté du commerce. La valeur de ce droit doit être librement négociable. L'avis des organismes professionnels ne peut être qu'indicatif, plus encore que dans le cas de la valeur d'un portefeuille, tant les facteurs de calcul peuvent varier selon les circonstances. Cela va de l'âge de l'assuré à différents caractéristiques du contrat (monosupport, multisupport simple ou complexe, taux respectifs des commissions d'acquisition et d'encours), en passant par les objectifs de l'assuré (prélèvements réguliers ou conservation pour transmission), les circonstances économiques, l'environnement juridique qui évolue, etc Inversement, peut on obliger le nouveau courtier mandaté à indemniser à un taux forfaitaire le droit à commission d'encours du courtier révoqué sur la part de celui que son activité à généré avant la perte de son mandat? La réponse est évidemment négative. En effet, cette obligation aurait un effet potentiellement dissuasif d'acte de concurrence pour le courtier preneur. Dans son avis du 13 décembre 2000, le Conseil de la Concurrence précisait bien, dans sa conclusion, que les solutions adoptées au nom di 3 ème usage ne devaient pas avoir d'effet dissuasif de concurrence. Comme on le voit, la suggestion de la CSCA, bien que non obligatoire pour l'instant, si elle devait faire l'objet du contenu d'une loi, n'est pas assez réaliste pour éliminer le risque de contentieux comme l'a récemment affirmé dans l'agefi Actifs notre confrère Geoffroy Roederer. A tous ces propos il faut apporter une précision d'importance dans le cas particulier des contrats AFER. Elle est la conséquence du caractère multi réseau de leur distribution. Leur assureur, Aviva, la contrôle directement et majoritairement entre d'une part son réseau de vente par des salariés (Epargne Actuelle qui n'est même plus une société de courtage aujourd'hui) et d'autre part ses agents. Le fait qu'aviva bénéficie de toutes les informations nécessaires sur un assuré apporté par ses courtiers a pour contrepartie que ses bureaux de vente directe, ses agents, leurs salariés et mandataires respectifs doivent s'abstenir de les solliciter. C'est ce que dit le 4ème Usage qui ne fait que formaliser le principe de loyauté qui le sous tend et auquel sont toujours tenus des partenaires en matière commerciale. Les preuves abondent tant du coté d'aviva que du Président du Gie Afer qui font au contraire tout pour faire abstraction de cette règle.

20 Certains soutiendront peut être que cet usage est contraire au principe de la libre concurrence. L'objection ne tient pas. Ce principe, comme tout principe, peut connaitre des limites. Celui du respect de la loyauté en constitue une, parfaitement légitime et admise par notre droit. En outre, s'il y a, à la demande d'un assuré, en l'absence de sollicitation, reprise de la gestion d'un contrat en direct par la compagnie ou l'un de ses agents ou autre distributeur non indépendant cités à l'instant, les effets conjugués de la fin du 2ème alinéa et du 5ème alinéa du 3ème usage font que la commission afférente au contrat reste acquise au courtier révoqué. Si le contrat est résilié et renouvelé, la commission du nouveau contrat lui est aussi due. Axa, Allianz, pour éviter toute concurrence interne entre réseaux, propose avec juste raison, des contrats différents à chacun. Pour en terminer sur ce dernier point, je vais donc demander à la CSCA d'intervenir auprès d'aviva et de l'afer pour leur rappeler tout cela. A mon avis, nous avons là toutes les armes nécessaires pour écarter la menace que fait peser sur nous les projets d'aviva de trouver les moyens de piller nos portefeuilles via son réseau de vente directe Epargne Actuelle et ses agents. Pour ce qui concerne les rapports entre distributeurs indépendants, la solution la plus simple consiste à mon sens à ce que nous fassions savoir à la CSCA que nous acceptons tous de laisser aux parties le choix entre elles, en cas de demande de décodification, soit de négocier une indemnité librement fixée, soit de partager l'encours au prorata des apports de chacun. Pour les contrats des autres compagnies, je vais lui suggérer de proposer une solution alternative sur l'aspect financier à celle de sa recommandation (le 4ème point). A l'instar de ce qui se pratique en assurance groupe de frais de santé ou pour des flottes auto (3), il pourrait être convenu que la commission d'encours soit contractuellement dédoublée. Une première partie de celle ci deviendrait officiellement une commission d'acquisition étalée dans le temps pour tenir compte de l'effondrement des commissions d'acquisition d'entrée. Elle serait conservée par le courtier évincé au prorata de ses apports. La seconde partie deviendrait une commission d'encours afférente à la gestion du suivi, en particulier pour les contrats multisupport complexes (4). Il s'agit d'une concession à faire à l'air du temps pour éviter qu'au niveau européen on nous impose un jour une rémunération aux honoraires pour laquelle les assurés français, dans leur immense majorité, ne sont pas du tout mûrs. Je te tiendrai au courant. Bien à toi. François 1/ Dans sa circulaire N 2/89 dans laquelle le GIE AFER a arrêté sa doctrine en matière de décodifications, la citation qu'il faisait du 3ème usage était tronquée de la fin de son 2ème alinéa et de la totalité de ses alinéas 4 et 5. Il passait volontairement ces derniers sous silence ainsi que le 4ème usage. Plus culotté encore, il osait étendre l'interdit absolument non fondé qu'elle édictait au cas de la souscription d' un second contrat par l'intermédiaire d'un second courtier. Bref, comme le 3ème alinéa qu'il invoquait indûment était totalement inadapté à l'assurance vie nouvelle manière, il a réussi, grâce à sa dissimulation (c'est une de ses grandes spécialités), à inverser complètement le sens de ces textes. La réputation d'intégrité de Gérard Athias à l'époque a fait que personne n'a eu la curiosité de vérifier le bien fondé de la circulaire jusqu'à que je m'en aperçoive au mitan des années 90. C'était du grand art dans la façon de gruger son monde et cela à fort bien réussi puisqu'aujourd'hui encore, beaucoup de professionnels de l'assurance-vie croient encore au bien fondé de cette supercherie

N 3493 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3493 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3493 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 1 er juin 2011. PROPOSITION DE LOI portant modification de l article

Plus en détail

L assurance en temps réel

L assurance en temps réel L assurance en temps réel LASSUREUR Meix Colas 21200 MEURSANGES N de Siret 482 645 694 00019 Convention de Courtage Protocole d'accord Entre Lassureur.com Gestion Meix Colas 21200 MEURSANGES Et Mentions

Plus en détail

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 27 novembre 2009. PROPOSITION DE LOI visant à étendre aux épargnants

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I Le défaut d information ou l information tardive du délai de préavis

Plus en détail

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie.

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie. - 37 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Article 1 er Article 1 er Code des assurances I.

Plus en détail

Articles-CODE DES ASSURANCES

Articles-CODE DES ASSURANCES Article L111-4 :L'autorité administrative peut imposer l'usage de clauses types de contrats. Article L112-1 :L'assurance peut être contractée en vertu d'un mandat général ou spécial ou même sans mandat,

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du

Plus en détail

L assurance en temps réel

L assurance en temps réel L assurance en temps réel LASSUREUR 1 Rue Saint Antoine 71100 Chalon sur Saône N de Siret 482 645 694 00019 Convention de Courtage Convention de courtage LASSUREUR Page 1 sur 8 Protocole d'accord Entre

Plus en détail

~.~ CSCA CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL

~.~ CSCA CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL ~.~ CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL Le courtier, en raison même de l'importance des intérêts qui lui sont confiés, est tenu de se conformer scrupuleusement aux devoirs que lui imposent

Plus en détail

Page 1. Document 1 de 1. Cour de cassation Chambre commerciale. 29 Janvier 2013. Rejet N 11-28.924, 83. Inédit. Société Les Bureaux de l'épargne

Page 1. Document 1 de 1. Cour de cassation Chambre commerciale. 29 Janvier 2013. Rejet N 11-28.924, 83. Inédit. Société Les Bureaux de l'épargne Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre commerciale 29 Janvier 2013 Rejet Inédit N 11-28.924, 83 Société Les Bureaux de l'épargne société Banque de gestion privée Indosuez (BGPI) Classement :

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE 1 er mars 2001 Aux intéressés : Vous trouverez ci-joint le texte révisé de la police d'assurance

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

MONDIALE STRATEGIE TNS

MONDIALE STRATEGIE TNS LA MONDIALE PARTENAIRE AMPHITEA 14, rue Roquépine 22, Boulevard Malesherbes 75379 Paris cedex 08 75008 Paris SA au capital de 60.064.206 euros Association sans but lucratif RCS PARIS B 313 689 713 régie

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Libre choix du réparateur en assurance automobile

Libre choix du réparateur en assurance automobile Mise à jour du 05/01/2015 Libre choix du réparateur en assurance automobile Que dit la Loi? La Loi impose aux Assureurs de mentionner la faculté pour l assuré, en cas de dommage garanti par le contrat,

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009 TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009 Consulter le jugement du tribunal (fichier PDF image, 1 570 Ko) Numéro : tgig090518.pdf ANALYSE 1 copropriété, clause relative à la durée

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Copropriété : contrat type et rémunération du syndic

Copropriété : contrat type et rémunération du syndic Accueil >Analyses et commentaires >Analyses juridiques >Analyses juridiques 2015 >Copropriété : contrat type et rémunération du syndic >p.1 Copropriété : contrat type et rémunération du syndic N 2015-07

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Le Plan d'indemnisation en assurances IARD (le «Plan») est le fruit de cinq ans de négociations avec les surintendants provinciaux et fédéral des assurances.

Plus en détail

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production : La prime

Plus en détail

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

Il s'agit d'un NOUVEAU CONTRAT Date d'effet : 01/12/2012 Echéance principale : 1/12 Paiement Annuel N Client : 06570024

Il s'agit d'un NOUVEAU CONTRAT Date d'effet : 01/12/2012 Echéance principale : 1/12 Paiement Annuel N Client : 06570024 CONDITIONS PARTICULIERES DE CONTRAT L'INTERMEDIAIRE D'ASSURANCE : Cabinet LAFONT 2, rue du Moulinas 66330 CABESTANY Tél. :04 68 35 22 26 Immatriculation ORIAS : 07012597 LE SOUSCRIPTEUR : ARGONAUTE MONSIEUR

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES VENTE

CONDITIONS GENERALES VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 Article 1. AUTOEASY.FR : AutoEasy.fr est une marque déposée, toute contrefaçon ou utilisation non autorisée peut faire l'objet de poursuites pénales. Les conditions générales

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

Conditions Générales ING Life Optima

Conditions Générales ING Life Optima Conditions Générales ING Life Optima Table des matières I. Description de l'assurance 1. Constitution du capital 2. Capitalisation de la prime 2.1. Taux d'intérêt garanti 2.2. Participation bénéficiaire

Plus en détail

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, relative à l'épargne retraite, TRANSMISE PAR M.

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE En vertu de l article L132-23 du Code des assurances les droits individuels résultant des contrats

Plus en détail

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs habilités et leurs clients Article 1er. En application

Plus en détail

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES Entre la société FLEXITRANS, ayant tous pouvoirs à cet effet. 6 rue blaise pascal 66000 PERPIGNAN RCS PERPIGNAN 499 808 566 Ci après dénommé la Société,

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Mieux comprendre l assurance-vie

Mieux comprendre l assurance-vie Mieux comprendre l assurance-vie L'assurance vie est un placement financier très souple et toujours avantageux fiscalement. Avec l'assurance vie, votre investissement et ses fruits sont disponibles à tout

Plus en détail

CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES

CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES Art. 1 Généralités 1.1 Ces Conditions Générales ont été élaborées afin d'être appliquées avec les Conditions Particulières

Plus en détail

FAQ _ Intermédiaires d assurance

FAQ _ Intermédiaires d assurance FAQ _ Intermédiaires d assurance Contact : contact.intermediaires@acpr.banque-france.fr Sommaire 1. DÉFINITIONS... 2 1.1. Intermédiation en assurance... 2 1.1.1. Comment peut-on définir l activité d intermédiation

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Dans cette partie sont étudiés les dispositifs contractuels

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Courtier d Assurance INFORMATIONS GENERALES 1. Etes-vous? Courtier et / ou Agent général compagnie Laquelle :... 2. Nombre de personnes travaillant dans votre cabinet (y compris

Plus en détail

Profil de la profession Courtier. en assurance suisse. Code de conduite. du 29 octobre 2008

Profil de la profession Courtier. en assurance suisse. Code de conduite. du 29 octobre 2008 Profil de la profession Courtier en assurance suisse et Code de conduite du 29 octobre 2008 1 Tables des matières 1. Le courtier en assurance 4 2. Principes éthiques 5 2.1. Loyauté et intégrité 5 2.2.

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE

CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE 1 CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE Assurance Responsabilité Civile Professionnelle Complémentaire 2 ème LIGNE souscrite par le Conseil National des Compagnies d Experts de Justice CONDITIONS

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

CONTRAT APPORT D AFFAIRE

CONTRAT APPORT D AFFAIRE CONTRAT APPORT D AFFAIRE Il est préférable de signer un accord écrit liant les deux parties sur des droits et des devoirs de la part de l un et de l autre. Avant de s engager envers une entreprise, il

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Gestion de la résidence

Gestion de la résidence 45 Gestion de la résidence La gestion locative sera confiée à la société : Novaxia - 11, rue du chevalier de Saint-Georges - 75 008 Paris Le gestionnaire est un professionnel qui a les moyens de gérer

Plus en détail

CONVENTION D HONORAIRES (Loi n 2007-210 du 19 février 2007)

CONVENTION D HONORAIRES (Loi n 2007-210 du 19 février 2007) CONVENTION D HONORAIRES (Loi n 2007-210 du 19 février 2007) Entre les soussignés : Maître.. Ci-après dénommé l avocat d une part Et Mr ou Mme Ci-après dénommé le client d autre part DISPOSITION SPÉCIFIQUE

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L.

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS Présentation du 27 octobre 2008 Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. I- CONTRAT D ASSURANCE COLLECTIVE A) Définition du contrat d assurance

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment son article 26,

Vu la Constitution, notamment son article 26, Loi n 6-79 organisant les rapports contractuels entre les bailleurs et les locataires des locaux d'habitation ou à usage professionnel promulguée par le Dahir n 1-80-315 (17 safar 1401) (B.O. 21 janvier

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce.

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. Elles se conforment aux obligations faites par la Loi du 4 août 2008 sur

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012 www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux SYNDICAT DES INDÉPENDANTS RÉPONDRE AUX BESOINS

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières Annexe 5 Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières DESIGNATION DE L ENTREPRISE ci-après "le Client" Nom ou Dénomination sociale... représentée par.. (Nom et prénom du représentant

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Comment mettre en place le compte épargne-temps? Le compte épargne temps est mis en place par convention ou accord collectif de branche, de groupe, d'entreprise ou d'établissement

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires

Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires La cour administrative d'appel de Lyon 1 a fait une lecture pénalisante des articles du Code général

Plus en détail

LAVIGNE & ZAVANI. Administration de biens Syndics de Copropriété. - page 1 -

LAVIGNE & ZAVANI. Administration de biens Syndics de Copropriété. - page 1 - LAVIGNE & ZAVANI Administration de biens Syndics de Copropriété - page 1 - CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Mandant : personne physique) Loi n 70-09 du 2 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 Juillet 1972)

Plus en détail

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL Approuvés par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 : Objet Le présent règlement définit le contenu des engagements contractuels

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) Siège Social : 7/9 Villa de Lourcine 75014 PARIS. TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L LOIS LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

Conditions Générales Assurance Auto Top Circulation et Top Occupants

Conditions Générales Assurance Auto Top Circulation et Top Occupants Conditions Générales Assurance Auto Top Circulation et Top Occupants Table des matières 1. Qu'entend-on par? 2 Page 2. Qui est assuré? 2 3. Quand est-on assuré? 3.1. Formules 2 3.2. Extensions de garantie

Plus en détail

Conditions générales de vente relatives à la souscription en ligne

Conditions générales de vente relatives à la souscription en ligne Conditions générales de vente relatives à la souscription en ligne Mise à jour le 04.11.2011. Les présentes conditions générales de vente régissent l'ensemble des relations relatives à la souscription

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES la retraite option 1A RI Conditions générales LA RETRAITE (1A RI) est une Convention d assurance collective sur la vie à adhésion facultative, régie par le Code des assurances.elle est souscrite par la

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

N 3085 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3085 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3085 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 29 septembre 2015. PROPOSITION DE LOI relative au maintien de la

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE Feuillet 1 DE L ASSURANCE PRINCIPALE Article 1 Article 2 Article 3 Article 4 Article 5 Ed. 04.05 QUELLES SONT LES PERSONNES QUE LE CONTRAT CONCERNE? Le preneur d'assurance est la personne qui conclut le

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau décret modifiant le Compte épargne temps.

Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau décret modifiant le Compte épargne temps. Fonctions publiques et Assimilées Paris, le 16 avril 2009 Compte Epargne Temps : Une escroquerie à temps plein. Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau

Plus en détail

de ne pas avoir versé les salaires du mois de mai 2008 ainsi que des remboursements de frais professionnels engagés depuis le mois d'avril 2008.

de ne pas avoir versé les salaires du mois de mai 2008 ainsi que des remboursements de frais professionnels engagés depuis le mois d'avril 2008. de ne pas avoir versé les salaires du mois de mai 2008 ainsi que des remboursements de frais professionnels engagés depuis le mois d'avril 2008. Par courrier du 9 juin 2008, Jean-Michel B démission en

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS ET La société WwWWw SA au capital de x immatriculée au registre de commerce et des sociétés de xxxx sous le numéro SIRET 0000 dont le siège social est au... (Ci-après désignée

Plus en détail

Conditions Générales de Vente des Prestations de Service d Etude

Conditions Générales de Vente des Prestations de Service d Etude La société Cédric Pascal Soler EIRL nommée EDS - INFRA, ayant son siège social à BAINS les BAINS prise en la personne de M. SOLER Cédric Ayant la fonction de : Gérant du Bureau d étude Ci-après dénommé

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents de l'attf

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents de l'attf Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents de l'attf Résumé des garanties RÉSUMÉ DES GARANTIES (ARTICLE L.141-4 DU CODE DES ASSURANCES) L ATTF (Association des Techniciens supérieurs

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail