Changement de courtier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Changement de courtier"

Transcription

1 Assurance vie Changement de courtier Référendum des courtiers vie Résultats & Analyse Mars - Avril 2012

2 SOMMAIRE 1 - Introduction 2 Fluidifier l'assurance vie 3 Règle d'or 4 Amortissement 5 De grandes différences a / la taille b / l'ancienneté c / les produits 6 Plus de professionnels a / CGPI et Courtiers b / peu d'écart c / Peu d'anonymat 7 Premier constat : CONTRE TOUT Résultat par barème 8 Deuxième constat : syndicats pas suivis a / Résultats "nets" b / Classement POUR c / Classement CONTRE 9 Conclusion a / Critiques b / Points forts 10 Annexes Projet de loi Analyse du 3 ème usage du courtage par François Nocaudie, professeur de droit, spécialiste du droit des assurances

3 1 Introduction Compte tenu : - du projet de loi N 3493 du 1 er juin 2011, visant à modifier le Code des Assurances dans le cas de décodifications sur les contrats groupe, - de la publication fin 2011 de recommandations tarifaires différentes, émanant de 3 syndicats professionnels, et que nous considérons : - que ce n'est ni au Législateur, ni à une organisation syndicale, qui plus est pas forcément représentative de la profession, de fixer "le prix d'un client", - que la fixation d'une règle de place, si elle se généralise, peut avoir une incidence préjudiciable sur la valeur de nos entreprises, nous avons pris l'initiative de proposer aux professionnels concernés un référendum en ligne Les distributeurs indépendants ont pu voter POUR - CONTRE - SANS OPINION aux quatre règles/barèmes publiées : Recommandation CSCA (SFAC) Cession au prix de 60% de 3 ans, soit 1,8 an d'encours. Recommandation ANACOFI Recommandation CIP Proposition indépendante Cession au prix de 2 ans d'encours. Cession au prix de 0,6% des actifs en euros et 1,5% des actifs en UC. Partage des encours au prorata des capitaux apportés. Cette étude présente les résultats de cette enquête et les conclusions qui en découlent. Remarque - C'est la première fois que les professionnels indépendants de la distribution d'assurance vie sont interrogés sur ce sujet. Tous sont pourtant concernés. - De nombreux votants ont souhaité s'exprimer et ont donné leur opinion en joignant des commentaires à leur bulletin de vote. - Ces commentaires sont riches d'enseignements. Ils permettent d'avoir une vision d'ensemble et d'étayer l'analyse. Grâce à eux, le référendum s'est transformé en véritable enquête indépendante.

4 - Par cette initiative de référendum, démonstration est faite aux syndicats professionnels qu'il est très simple de consulter leurs membres. Sur des sujets aussi importants, qui font polémique depuis des années, il serait plus judicieux et plus respectueux de ses mandants, de les informer et de leur proposer un vote en ligne plutôt que de prendre une décision entre quelques administrateurs, aussi dévoués et compétents soient-ils. 2 Fluidifier l'assurance vie Il est inacceptable que des épargnants soient prisonniers de courtiers avec lesquels ils n'ont plus de relation ou ne veulent plus en avoir. La profession du courtage vie doit tout faire pour "fluidifier" l'assurance vie. Ce véhicule d'épargne a gagné ses lettres de noblesse grâce à la diminution de ses frais et au concept de liberté des flux. Les professionnels doivent absolument franchir un nouveau cap en garantissant à leurs clients la liberté de changer de conseiller s'ils le souhaitent. Liberté de verser et de retirer, ce que vous voulez, quand vous le voulez mais pas à qui vous voulez! A l'heure où la protection du consommateur est au centre de toutes les préoccupations législatives et de réglementation, comment peut-on conserver de telles règles corporatistes? La protection des distributeurs ne doit pas primer sur la liberté des consommateurs. Le produit a su évoluer et s'adapter à une utilisation souple et moderne. En revanche, les distributeurs sont restés arc-boutés sur des principes de "propriété" archaïques et obsolètes. Vu que la plupart des contrats sont souscrits "à durée vie entière", nous préconisons que soit mentionné dans le document d'entrée en relation ou la lettre de mission que tout professionnel doit remettre à son client avant la conclusion, que ce dernier reste libre de changer de Courtier-Conseiller à tout moment. 3 - Règle d'or La négociation amiable entre deux courtiers, l'initiateur tenant du contrat et le "nouvel élu", doit rester la base de toute mutation. Ce n'est qu'en cas d'impossibilité d'accord amiable qu'une règle de place doit être appliquée par l'assureur, faisant alors office de tiers médiateur, pour éviter impérativement tout blocage. Le danger est alors qu'aucun accord ne se négocie en dehors de la règle puisqu'elle constituera le plancher pour l'ancien et le plafond pour le Nouveau. 4 - Notion d'amortissement Entre la baisse des marges à l'entrée et l'augmentation des tâches dues à la réglementation, l'amortissement d'un nouveau client ne se fait plus à la création mais sur la durée.

5 Historiquement les commissions d'acquisition permettaient de rémunérer le travail commercial. Les commissions sur encours sont venues ensuite pour compenser la baisse des frais d'entrée et surtout pour rémunérer le SAV et le suivi. Les paramètres permettant de déterminer le coût d'un client sont nombreux. Selon l'origine de la mise en relation, le temps passé en entretien et travail administratif (étude, rapport, etc.), la perception ou l'absence d'honoraires, le montant des capitaux investis, le taux de frais d'entrée, l'incompressible assureur, une éventuelle rémunération à verser à un intermédiaire ou collaborateur, la répartition des actifs,, il faut bien souvent plusieurs années pour amortir un client. La durée s'est fortement allongée ces dernières années. Parfois même au bout de 10 ans, le dossier n'a pas atteint son point mort! Il est indispensable de mettre en place une protection minimale pour le courtier créateur du contrat. En l'absence, les épargnants qui n'auraient pas un capital minimum à investir risquent de se voir refuser l'accès au conseil indépendant. Ceci irait à l'encontre de leurs intérêts puisque tous, sans distinction du montant de leur capital ou de leur capacité d'épargne, doivent pouvoir accéder aux "meilleurs conseils". Si certains courtiers peuvent accepter de travailler parfois gratuitement, peu acceptent d'avoir travaillé à perte. Tout comme un commerçant veillera à ne pas confondre chiffre d'affaires et bénéfice, les courtiers ne doivent pas confondre amortissement du travail réalisé avec éventuel futur retour sur investissement. Bien sûr chaque cas est particulier. Il est impossible d'édicter une règle de place satisfaisante pour tous. Malgré tout, nous ne pouvons rester en l'état au risque que le Législateur ne nous impose "sa" norme. Et l'on sait qu'il a une bien piètre opinion de notre profession Il conviendra donc d'opter pour la moins mauvaise des solutions. 5 - De grandes différences de perception selon Beaucoup de professionnels ne se rendent pas compte de la diversité du marché de l'assurance vie et s'imaginent que leur propre modèle est la norme pour tous. a / la taille de la structure : Les professionnels travaillant seuls ou avec du personnel administratif n'ont pas du tout la même vision que ceux qui travaillent en équipe, soit entre associés, soit avec des commerciaux, qu'ils soient mandataires ou salariés. Quelques témoignages font état de collaborateurs s'étant installés à leur compte après avoir été formés, dépouillant ainsi partiellement l'ancien Cabinet. Celui qui travaille seul ne peut comprendre que l'employeur floué mérite une protection minimale. Le premier trouvera normal que les décodifications soient gratuites alors que le second, ayant assumé la formation et les risques professionnels de son ancien collaborateur réclamera une juste indemnité de transfert. b / l'ancienneté d'exercice : L'ancienneté professionnelle est également un élément déterminant dans le souhait d'indemnisation. Les anciens, à la tête de portefeuilles clients plus ou moins importants, considèrent que chaque client constitue une partie de leur fonds de commerce et n'entendent pas le céder sans compensation. Les plus jeunes, en phase de constitution de clientèle, sont bien entendu favorables à l'absence de versement d'une indemnité.

6 De nombreux témoignages s'articulent autour de la notion "Si un client quitte un conseiller pour un autre, c'est que l'ancien n'est pas bon, donc il n'a pas à être indemnisé pour sa médiocrité. Tant pis pour lui." Si sur le fond on peut comprendre cette opinion, dans les faits, ce n'est pas si simple vu les nombreuses différences du marché. Un client souhaitant changer de courtier n'est pas forcément un client insatisfait. Il peut avoir déménagé et désirer logiquement avoir un interlocuteur sur place. c / les produits et les modes de distribution : La logique est aussi bien différente entre un produit "élitiste" préconisé uniquement par quelques professionnels et un produit "grand public" distribué à la fois par des CGPI, des courtiers indépendants, des agents généraux, un ou plusieurs réseaux captifs, des agences bancaires Quelques compagnies ont créé des contrats spécifiques pour chaque canal de distribution alors que d'autres n'ont pas fait de différence. Dans le premier cas, le risque de concurrence déloyale est quasi inexistant alors que dans le second, la porte est grande ouverte. Les deux notions de nombre de contrats souscrits et de canaux de distribution sont ici capitales. Certains professionnels vont jusqu'à émettre une double opinion et souhaiter une règle différente, entre deux types de contrats qu'ils distribuent. Attention, tout évolue : - un contrat élitiste aujourd'hui peut connaître un grand succès demain et devenir un contrat grand public... (tous les assureurs en rêvent) - une compagnie peut très bien décider de donner à ses réseaux captifs le même contrat que celui réservé jusqu'alors aux indépendants... (ils coûtent cher et râlent tout le temps) Ce n'est pas parce qu'on se sent à l'abri aujourd'hui qu'on le sera encore demain! 6 - Plus de professionnels Un a été adressé le 1 er mars 2012 à environ personnes ou cabinets, proposant de se connecter au site pour participer au sondage. Compte tenu que certaines adresses étaient dans différents fichiers (pardon si vous l'avez reçu plusieurs fois) et que d'autres étaient périmées, environ distributeurs ont reçu l'invitation, sans compter les éventuelles rediffusions à leurs entourages. Quasiment tous sont des indépendants du courtage vie. Le site a reçu visites à la date de clôture des urnes le 2 avril 2012.

7 391 votes validés 300 Professions 240 CGPI 61% 126 Courtier assurances 32% 8 Conseils financiers 2% 3 Agents d'assurances 1% 14 de leurs salariés 4% CGPI Cour tier Consei l Agent Sal ar i és a / Forte proportion de CGPI et Courtiers Ces 2 catégories professionnelles représentent 93% des votants. Ce score est logique compte tenu de la nature des fichiers d'expédition. Cette prédominance ne remet pas en cause le résultat des urnes puisque les Agents d'assurances ne sont pas confrontés à la même problématique. Etant liés à une compagnie, la notion de "propriété de clientèle" est différente lors de la cession de leur Cabinet par exemple. Peut-être aussi la raison pour laquelle ils ont été si peu nombreux à voter? b / Peu d'écart Les réponses sont relativement proches entre les différentes catégories professionnelles. Cette absence de différence s'explique par l'exacte similitude de traitement puisque les CGPI sont également Courtiers d'assurance. Il n'a donc pas été tenu compte des différences d'étiquette dans les résultats. c / Peu d'anonymat 229 personnes, soit 59% des votants, ont communiqué leur adresse , preuve que les professionnels, toute catégories confondues, assument leur opinion, même si elles sont en contradiction avec leur syndicat. 7 - Premier constat : 1 sur 5 est CONTRE TOUT Sur les 391 votants, 71 soit 18%, sont CONTRE toutes propositions. L'idée de base était de choisir : Quelle option retenir parmi les 4 proposées? La question n'est pas (plus) de déterminer si l'on est POUR ou CONTRE les décodifications ou POUR ou CONTRE l'indemnisation de l'ancien courtier mais bien "comment les gérer"? Par exemple un CONTRE TOUT précise : "Il ne faut rien toucher". Deux interprétations possibles : "Il ne faut rien modifier" et donc conserver la situation en l'état. Beaucoup insistent sur la notion de libre entente entre les courtiers.

8 La valeur client semble ici davantage basée sur le potentiel du client (le futur) que sur l'amortissement de sa création et du temps passé à son accompagnement (le passé). "Il ne faut rien percevoir" et donc ne pas indemniser l'ancien courtier considéré comme le mauvais et/ou le perdant (évidement, c'est l'autre, ce n'est pas moi ) Si 18% sont CONTRE TOUT, 82% sont favorables à la mise en place d'une solution, soit une forte majorité. Résultats des votes pour chaque option CSCA / SFAC CIP 90% 90% 80% 70% 85% 80% 70% 77% 60% 60% 50% 50% 40% 40% 30% 30% 20% 20% 10 % 0% 8% 6% POUR CONTRE SANS OPI NI ON 10% 0% 14 % 9% POUR CONTRE SANS OPINION ANACOFI Proposition Indépendante 80% 60% 70% 60% 68% 50% 51% 50% 40% 40% 30% 38% 30% 20% 26% 20% 10 % 10% 0% 7% 11% POUR CONTRE SANS OPINION 0% POUR CONTRE SANS OPINION Tenir compte de l'échelle pour les comparaisons visuelles entre graphiques

9 8 - Deuxième constat : Rejet massif des recommandations syndicales CONTRE 90% 80% 70% 60% 85% 68% 77% CSCA 333 CONTRE soit 85% ANACOFI 264 CONTRE soit 68% CIP 301 CONTRE soit 77% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 38% CSCA ANACOFI CIP PROPO IND Seule la Proposition Indépendante recueille davantage de votes POUR que de votes CONTRE avec seulement 38% d'opinion défavorables. Rappel : il était demandé à chacun de voter POUR ou CONTRE ou SANS OPINION à chacun des 4 barèmes. Le total de 100% s'entend donc par barème. a / Résultats "nets" par barème Même en se concentrant sur les votes en faveur d'au moins une option (minimum 1 POUR ou 1 SANS OPINION), on obtient 320 bulletins, soit 82% du total des votes se répartissant : CSCA 10% POUR 33 82% CONTRE 262 8% SANS OPINION 25 ANACOFI 31% POUR % CONTRE 193 8% SANS OPINION 27 CIP 18% POUR 56 72% CONTRE % SANS OPINION 34 Propo Indépendante 62% POUR % CONTRE 77 14% SANS OPINION 44 Dans tous cas Rejet massif des 3 propositions syndicales Seule la Proposition Indépendante conserve une majorité favorable

10 POUR b / Classement POUR 70% 60% 50% 40% 30% 62% 1 / Proposition Indépendante 62% 2 / ANACOFI 31% 3 / CIP 18% 4 / CSCA 10% 20% 10% 0% 31% 18% 10% CSCA ANACOFI CIP PROPO IND 90% CONTRE c / Classement CONTRE 80% 70% 60% 50% 40% 30% 82% 60% 72% 1 / CSCA 82% 2 / CIP 72% 3 / ANACOFI 60% 4 / Proposition Indépendante 24% 20% 10 % 0% 24% CSCA ANACOFI CIP PROPO IND 9 - Conclusion Une partie de la profession est opposée à l'indemnisation de l'ancien courtier et à la mise en place de solutions, même si elle est favorable à la liberté des épargnants. Ces professionnels restent minoritaire (18%). Plus la proposition d'indemnisation en vue de protéger l'ancien est élevée, plus elle recueille d'avis favorables. Les classements POUR et CONTRE le démontrent. Compte tenu du résultat de ce référendum, de l'analyse qui en découle et des nombreux commentaires recueillis, la Proposition Indépendante préconisant le maintien des encours en fonction des capitaux apportés est la solution qui doit être mise en place, bien entendu en l'absence d'accord amiable entre les courtiers. Elle n'est peut-être pas la solution idéale mais

11 apparaît comme la moins mauvaise. Quoi qu'il en soit, c'est celle qui émerge de la consultation des professionnels. a / Critiques Dans certains cas, elle peut engendrer des rentes de situations injustifiées. Solution : limiter dans le temps à 5 ans. Complexité des calculs à réaliser par le gestionnaire du contrat Solution : déjà plusieurs compartiments fiscaux : 757 B, 990 I, 125 OA. Ils sont bien plus complexes qu'une simple règle de trois basée sur les capitaux nets investis entre 2 courtiers. Nécessite de légers développements informatiques que les assureurs peuvent aisément réaliser afin d'apporter leur contribution à la modernisation de la distribution de leurs produits. Absence de rémunération du Nouveau courtier si pas de versement complémentaire. Solution : la transparence doit régir la relation client / conseiller. Le Nouveau à tout intérêt dans ce cas à facturer des honoraires de suivi pendant les 5 premières années. Est-il "choisi", oui ou non?... Ceci permettra de limiter les décodifications aux cas justifiés. Usine à gaz sur la durée Solution : le partage ne concerne que les commissions sur encours. Les commissions sur frais d'entrée restent dues au seul courtier "codifié" lors des versements. La règle de trois basée sur les capitaux nets apportés n'a pas à tenir compte des rachats partiels (prorata identique) ni du taux d'uc. Restons simple! En cas de nouvel ordre de remplacement pendant la période tampon des 5 ans, le second perd sa place au profit du troisième, même s'il a généré des versements. Bien entendu, si le second à racheté le client au premier ou s'ils ont procédé à un échange, il n'y a qu'un seul courtier référencé sur les encours. Il bénéficie donc de la période tampon des 5 ans en cas de nouveau changement de courtier. En cas de décès, de cessation d'activité, de rupture de convention, etc. le courtier concerné par l'indemnité temporaire disparaît de la liste des entités rémunérées. Le second courtier restant seul, il perçoit la totalité des encours. b / Points forts En plus des divers aspects évoqués comme la liberté des épargnants, l'accès au "meilleur conseil", l'amortissement du temps passé à la création du contrat, la protection contre les pillages, etc... l'un des avantages majeurs est l'absence de paiement d'une indemnité. Avec les recommandations syndicales, toutes axées sur une cession moyennant indemnité : le Nouveau doit réaliser un débours qu'il n'est pas sûr de récupérer. Il prend un risque financier. Le client peut racheter son contrat, décéder peu de temps après,...

12 L'Ancien cède un client. Il ne s'agit pas de la perception d'une commission mais de la cession d'un élément d'actif du cabinet. Quid de l'aspect juridique et de la fiscalité au titre des plus-values?... La formule préconisée supprime toutes notions de risques pour les deux courtiers. Simple, économique, non risquée, elle atteint les objectifs de départ de débloquer une situation de marché archaïque et de fluidifier l'assurance vie. Il est donc demandé aux syndicats de revoir leurs recommandations qui ne correspondent pas aux souhaits de leurs adhérents et aux compagnies d'assurances vie d'accompagner leurs distributeurs dans cette voie. Pierre Arraou CGPI Pau

13 N 3493 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 1 er juin PROPOSITION DE LOI portant modification de l article L du code des assurances visant à la décodification des contrats d assurance-vie, (Renvoyée à la commission des finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire, à défaut de constitution d une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.) présentée par Messieurs Georges MOTHRON, Jean-Claude MATHIS, Michel LEJEUNE, Jean-Charles TAUGOURDEAU, Christian MÉNARD, Claude BODIN, Yves FROMION, Michel GRALL, Muriel MARLAND-MILITELLO, Brigitte BARÈGES, Frédéric REISS, Marc FRANCINA, Georges COLOMBIER, Éric RAOULT, Daniel FIDELIN et François LOOS, députés.

14 2 EXPOSÉ DES MOTIFS MESDAMES, MESSIEURS, Un nombre considérable de Français épargne son argent, contribuant ainsi à l économie nationale ; l épargnant adhère à titre individuel à des contrats d assurance retraite et vie collective, par l intermédiaire d établissements financiers ou de groupements mutualistes ; ceux-ci les ont préalablement négociés et souscrits auprès de compagnies d assurances nationales ou européennes. L épargnant peut retirer des fonds en cours de contrat ; à sa retraite ou son décès, le capital constitué ira à lui-même ou aux proches qu il aura désignés. La collecte de l épargne et des adhésions est le plus souvent assurée par des courtiers d assurances, mandatés par l épargnant afin d effectuer l ensemble des démarches. Le courtier est rémunéré par les compagnies, par le truchement de l établissement financier ou du groupement mutualiste, qui calcule la commission qui lui sera due, du fait des versements effectués par l adhérent, ainsi que des «encours» (provision mathématique de la totalité des sommes gérées pour chaque adhérent, arrêtées chaque année). Les adhérents peuvent effectuer des versements à tous les stades de leur vie ; sur cette longue période, ils sont susceptibles de changer de lieu d habitation, quartier, ville ou région, ou tout simplement vouloir désigner un autre courtier pour gérer leur dossier, les conseiller. Le changement de courtier vise en pratique un changement ou transfert de code auprès de l organisme d assurance qui le rémunère (dans la pratique nommée «décodification») ; les usages professionnels pourraient sembler conduire au maintien au courtier initial de son droit à commission, y compris pour chaque versement postérieur à la substitution d intermédiaire, alors même qu un confrère aurait pris en charge les intérêts du client. Ces dernières années, de nombreux adhérents ont désiré changer de courtier et demandé à leurs groupements mutualistes le transfert de leur dossier. Ces derniers se sont alors vus opposés un refus pur et simple. En effet, la plupart des courtiers retiennent un droit à vie sur leur portefeuille, aussi soumettent-ils à leur accord exprès de leur part un

15 3 quelconque transfert de code. Cette position trouverait son fondement dans un usage du courtage auquel sont tentés de se référer les tribunaux saisis de cette difficulté et conduit à maintenir de force les adhérents chez leur courtier d origine, celui-ci ayant vocation à percevoir les commissions indéfiniment Ce processus de décodification serait lié à des usages du courtage, constatés en 1935 par le Syndicat national des courtiers («usages parisiens» sur le courtage d assurances terrestres). L article 3 vise en effet «le courtier apporteur d une police a droit à la commission non seulement sur la prime initiale mais encore sur toutes les primes qui sont la conséquence des clauses de cette police. Le droit à la commission dure aussi longtemps que l assurance elle-même, notamment lorsque la police se continue par reconduction ou lorsqu elle est renouvelée ou remplacée directement par l assuré auprès de la compagnie». La suite du texte évoque les cas de résiliation régulière ou non de la police et la survivance du droit à commission. L idée qui a présidé à la mise en forme de cet usage est que lorsqu une police a été obtenue auprès d un assuré, par les services du courtier (à l époque il s agissait principalement d assurance de dommages ou de responsabilité civile), un client a ainsi été «apporté» à la compagnie, de sorte que le courtier apporteur du contrat a droit à commission non seulement pour la prime initiale mais également pour toutes celles qui suivront et en sont la conséquence : le droit à commission dure aussi longtemps que la police elle-même. Cette position, fondée sur un singulier malentendu, est en complète contradiction, tant avec les règles du droit français que les principes fondamentaux du droit européen. Elle constate une entrave à la liberté de se dégager d un contrat : le client désireux de changer de courtier, qui s adressera par exemple au courtier d une autre ville ou d un autre quartier, ne pourra pas en pratique le faire, à partir du moment où avant toute diligence, le nouvel intermédiaire est censé prendre langue avec le premier, se renseigner sur la situation du client, sans recevoir une quelconque rémunération ou commission. En pratique, le nouveau courtier devrait être amené à travailler gratuitement. L adhérent n est ainsi plus en mesure de contracter avec qui il veut, puisque les entraves au transfert de son dossier sont de nature à décourager le nouveau courtier.

16 4 Par cette proposition de loi, je souhaite ainsi dégager une solution pour l ensemble des parties, qui consistera à permettre la libre décodification, tout en aménageant en contrepartie d une part, un préavis raisonnable et d autre part, une compensation équitable.

17 5 PROPOSITION DE LOI Article unique Le I de l article L du code des assurances est complété par cinq alinéas ainsi rédigés : «Dans le cas de contrat d assurance de groupe, souscrit auprès d une compagnie d assurance par une personne morale en charge de la collecte d épargne retraite ou vie auprès du public, le courtier qui recueille l adhésion de l épargnant, puis ses versements, perçoit une commission sur les sommes versées et les encours, pendant toute la durée de la relation contractuelle avec son client. «Celui-ci reste libre de mettre fin au courtage à tout moment, conformément aux règles du droit civil des obligations contractuelles et de désigner un nouveau représentant. L ancien courtier transmet alors dans les meilleurs délais l entier dossier à son successeur. «Toutefois, l épargnant doit respecter un délai de préavis de quatre mois avant la prise d effet de la révocation, notifiée par lettre recommandée avec accusé de réception. Pendant une durée de douze mois à compter de celle-ci, l ancien courtier reçoit une compensation équitable, déterminée en accord avec la compagnie d assurances et la personne morale souscriptrice ; en cas de contestation, cette compensation est fixée par un expert désigné soit par les parties, soit à défaut d accord entre elles, par ordonnance du président du tribunal de grande instance statuant en la forme des référés et sans recours possible. «Le présent texte régit tous les intermédiaires, quelle que soit leur dénomination, accomplissant des diligences identiques ou similaires à celles du courtier. «Il s applique à défaut d accords individuels ou collectifs plus favorables, dans le respect de la liberté de l adhérent. Tout usage contraire, restreignant directement ou indirectement celle-ci, est réputé non écrit.»

18 Commentaires de François Nocaudie * sur la Proposition indépendante de partage des commissions sur encours dans le cas de décodifications. Bien qu'il s'agisse ici principalement du contrat Afer, distribué à la fois par des courtiers indépendants et divers réseaux de l'assureur Aviva, l'analyse est applicable à tous les contrats du marché. * François Nocaudie : diplômé d'études supérieures de droit ; diplômé de l'institut des assurances de Tours/Bordeaux ; chargé de cours à la Faculté de droit de Tours de 1990 à 2008 ; promu chevalier de l'ordre du Mérite National en 2004 sur proposition du Premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, pour services rendus aux assurés. 07/03/2012 Mon cher Pierre, Je vais préparer une note à l'attention des différents membres de la CSCA qui aborde plusieurs sujets qui te préoccupent légitimement. Sur bien des points, je partage indirectement ton point de vue en ce sens que je vais rappeler dans cette note, arguments très sérieux à l'appui, qu'aviva et ses agents n'ont pas le droit de solliciter nos clients et que, de toutes façons, si un client les mandate, la totalité des commissions de son contrat nous restent dues. J'y rappellerai toutefois que le 3ème usage, comme le SFAC et la FCA l'attestaient déjà au début des années 90 sur le mensonge de l'afer en matière de décodifications (1), n'a jamais interdit à un assuré de changer de courtier pour deux raisons simples : La première est que ce droit des assurés ne relève pas de son domaine. En effet, les rapports entre un mandant et son mandataire, ce qu'est un courtier, sont traités par les dispositions du code civil en matière de droit du mandat, ce qu'un simple usage, source de droit incontestable mais secondaire, ne saurait contrarier. A ce titre, il ne fait aucun doute qu'un assuré peut successivement mandater auprès d'une compagnie plusieurs courtiers sur un contrat en cours et peut aussi, concomitamment, mandater auprès d'elle un second courtier pour la souscription d'un second contrat. La jurisprudence est ancienne et ferme sur ce point. Le troisième usage, lui, ne traite que des rapports entre les assureurs et les courtiers dans le domaine financier comme dans d'autres. La seconde est que cet usage a justement prévu les effets financiers du mandatement d'un nouveau courtier selon deux modalités. En cas de résiliation concomitante à l'ordre de remplacement suivi d'une nouvelle souscription, ce sont les dispositions du 3ème alinéa de ce 3ème usage qui sont applicables en matière de partage de commissionnement. En l'absence de résiliation, ce sont celles du 4ème alinéa qui traitent de la question. Si donc référence doit être faite aux usages, ce que je pense, c'est bien à celui ci que l'honnêteté exige de faire référence. D'autre part la cause juridique du commissionnement n'ayant pas changé depuis 1935, il n'y a pas de raison sérieuse de soutenir qu'il est totalement obsolète. Que dit ce 4ème alinéa? Tout simplement qu'en cas d'ordre de remplacement de courtier sur un contrat sans résiliation de celui ci, le courtier révoqué conserve son droit à commissions sur "le nouveau contrat" à concurrence des primes qu'il y a apportées.a contrario, il n'a donc pas droit à commission sur les primes (et leurs fruits) qu'il n'a pas apportées. Ce 4ème alinéa parle de "nouveau contrat" bien qu'il n'y ait pas résiliation. C'est tout simplement parce que pour les contrats qui se renouvellent à chaque échéance, il y a juridiquement un nouveau contrat alors qu'il s'agit du même dans la réalité. Il ne faut donc pas tenir compte de ce qualificatif pour les contrats sans échéance (qui n'existaient pas en 1935) ou à durée fixe.

19 Il en résulte clairement que ce courtier évincé conserve, en assurance vie, son droit à commission sur l'encours qu'il a généré au prorata de ce dernier. L'effondrement des commissions d'acquisition en assurance vie depuis 10 ans souligne le caractère pertinent et équitable, malgré son âge, de ce 4ème alinéa. Peut on obliger ledit courtier à céder ce droit à commission à son successeur, donc ses créances correspondantes après la perte de son mandat, contre une indemnisation forfaitairement définie? A mon avis, non pour deux raisons : Tout d'abord parce qu'une créance fondée présente la caractéristique d'être une forme comme une autre du droit de propriété. Son détenteur a donc le droit d'en disposer de la manière la plus absolue dit l'article 544 du code civil, sauf prohibition par la loi. Or cette dernière ne peut pas le limiter n'importe comment. Il faut des motifs d'intérêt général très sérieux. En effet le droit de propriété a une valeur supra législative et bénéficie à ce titre d'une double protection. Il a valeur constitutionnelle en France. En outre, il bénéficie d'une protection supplémentaire au niveau européen (article 1 du Protocole 1er de la convention européenne des droits de l'homme). On ne peut forcer personne à vendre un droit. On ne voit pas en quoi le partage entre deux courtiers, par des ordinateurs d'assureurs, des commissions d'encours au prorata des apports de chacun, pourrait porter une atteinte telle à l'intérêt général (2) qu'il justifierait une intervention du législateur en faveur d'une cession forcée entre personnes privées. En outre parce que le prix d'un droit ne peut, sauf exception, être fixé par la loi ou par une organisation professionnelle. Cela constituerait une atteinte à la liberté du commerce. La valeur de ce droit doit être librement négociable. L'avis des organismes professionnels ne peut être qu'indicatif, plus encore que dans le cas de la valeur d'un portefeuille, tant les facteurs de calcul peuvent varier selon les circonstances. Cela va de l'âge de l'assuré à différents caractéristiques du contrat (monosupport, multisupport simple ou complexe, taux respectifs des commissions d'acquisition et d'encours), en passant par les objectifs de l'assuré (prélèvements réguliers ou conservation pour transmission), les circonstances économiques, l'environnement juridique qui évolue, etc Inversement, peut on obliger le nouveau courtier mandaté à indemniser à un taux forfaitaire le droit à commission d'encours du courtier révoqué sur la part de celui que son activité à généré avant la perte de son mandat? La réponse est évidemment négative. En effet, cette obligation aurait un effet potentiellement dissuasif d'acte de concurrence pour le courtier preneur. Dans son avis du 13 décembre 2000, le Conseil de la Concurrence précisait bien, dans sa conclusion, que les solutions adoptées au nom di 3 ème usage ne devaient pas avoir d'effet dissuasif de concurrence. Comme on le voit, la suggestion de la CSCA, bien que non obligatoire pour l'instant, si elle devait faire l'objet du contenu d'une loi, n'est pas assez réaliste pour éliminer le risque de contentieux comme l'a récemment affirmé dans l'agefi Actifs notre confrère Geoffroy Roederer. A tous ces propos il faut apporter une précision d'importance dans le cas particulier des contrats AFER. Elle est la conséquence du caractère multi réseau de leur distribution. Leur assureur, Aviva, la contrôle directement et majoritairement entre d'une part son réseau de vente par des salariés (Epargne Actuelle qui n'est même plus une société de courtage aujourd'hui) et d'autre part ses agents. Le fait qu'aviva bénéficie de toutes les informations nécessaires sur un assuré apporté par ses courtiers a pour contrepartie que ses bureaux de vente directe, ses agents, leurs salariés et mandataires respectifs doivent s'abstenir de les solliciter. C'est ce que dit le 4ème Usage qui ne fait que formaliser le principe de loyauté qui le sous tend et auquel sont toujours tenus des partenaires en matière commerciale. Les preuves abondent tant du coté d'aviva que du Président du Gie Afer qui font au contraire tout pour faire abstraction de cette règle.

20 Certains soutiendront peut être que cet usage est contraire au principe de la libre concurrence. L'objection ne tient pas. Ce principe, comme tout principe, peut connaitre des limites. Celui du respect de la loyauté en constitue une, parfaitement légitime et admise par notre droit. En outre, s'il y a, à la demande d'un assuré, en l'absence de sollicitation, reprise de la gestion d'un contrat en direct par la compagnie ou l'un de ses agents ou autre distributeur non indépendant cités à l'instant, les effets conjugués de la fin du 2ème alinéa et du 5ème alinéa du 3ème usage font que la commission afférente au contrat reste acquise au courtier révoqué. Si le contrat est résilié et renouvelé, la commission du nouveau contrat lui est aussi due. Axa, Allianz, pour éviter toute concurrence interne entre réseaux, propose avec juste raison, des contrats différents à chacun. Pour en terminer sur ce dernier point, je vais donc demander à la CSCA d'intervenir auprès d'aviva et de l'afer pour leur rappeler tout cela. A mon avis, nous avons là toutes les armes nécessaires pour écarter la menace que fait peser sur nous les projets d'aviva de trouver les moyens de piller nos portefeuilles via son réseau de vente directe Epargne Actuelle et ses agents. Pour ce qui concerne les rapports entre distributeurs indépendants, la solution la plus simple consiste à mon sens à ce que nous fassions savoir à la CSCA que nous acceptons tous de laisser aux parties le choix entre elles, en cas de demande de décodification, soit de négocier une indemnité librement fixée, soit de partager l'encours au prorata des apports de chacun. Pour les contrats des autres compagnies, je vais lui suggérer de proposer une solution alternative sur l'aspect financier à celle de sa recommandation (le 4ème point). A l'instar de ce qui se pratique en assurance groupe de frais de santé ou pour des flottes auto (3), il pourrait être convenu que la commission d'encours soit contractuellement dédoublée. Une première partie de celle ci deviendrait officiellement une commission d'acquisition étalée dans le temps pour tenir compte de l'effondrement des commissions d'acquisition d'entrée. Elle serait conservée par le courtier évincé au prorata de ses apports. La seconde partie deviendrait une commission d'encours afférente à la gestion du suivi, en particulier pour les contrats multisupport complexes (4). Il s'agit d'une concession à faire à l'air du temps pour éviter qu'au niveau européen on nous impose un jour une rémunération aux honoraires pour laquelle les assurés français, dans leur immense majorité, ne sont pas du tout mûrs. Je te tiendrai au courant. Bien à toi. François 1/ Dans sa circulaire N 2/89 dans laquelle le GIE AFER a arrêté sa doctrine en matière de décodifications, la citation qu'il faisait du 3ème usage était tronquée de la fin de son 2ème alinéa et de la totalité de ses alinéas 4 et 5. Il passait volontairement ces derniers sous silence ainsi que le 4ème usage. Plus culotté encore, il osait étendre l'interdit absolument non fondé qu'elle édictait au cas de la souscription d' un second contrat par l'intermédiaire d'un second courtier. Bref, comme le 3ème alinéa qu'il invoquait indûment était totalement inadapté à l'assurance vie nouvelle manière, il a réussi, grâce à sa dissimulation (c'est une de ses grandes spécialités), à inverser complètement le sens de ces textes. La réputation d'intégrité de Gérard Athias à l'époque a fait que personne n'a eu la curiosité de vérifier le bien fondé de la circulaire jusqu'à que je m'en aperçoive au mitan des années 90. C'était du grand art dans la façon de gruger son monde et cela à fort bien réussi puisqu'aujourd'hui encore, beaucoup de professionnels de l'assurance-vie croient encore au bien fondé de cette supercherie

N 3493 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3493 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3493 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 1 er juin 2011. PROPOSITION DE LOI portant modification de l article

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I Le défaut d information ou l information tardive du délai de préavis

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009 TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE GRENOBLE Jugement du 18 mai 2009 Consulter le jugement du tribunal (fichier PDF image, 1 570 Ko) Numéro : tgig090518.pdf ANALYSE 1 copropriété, clause relative à la durée

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie.

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie. - 37 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Article 1 er Article 1 er Code des assurances I.

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs habilités et leurs clients Article 1er. En application

Plus en détail

Libre choix du réparateur en assurance automobile

Libre choix du réparateur en assurance automobile Mise à jour du 05/01/2015 Libre choix du réparateur en assurance automobile Que dit la Loi? La Loi impose aux Assureurs de mentionner la faculté pour l assuré, en cas de dommage garanti par le contrat,

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF

ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF Approuvé en date du 24.06.2008 par le conseil de l Ordre français des avocats du Barreau de Bruxelles ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF Les parties ont choisi de conclure

Plus en détail

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC

ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013. Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC ACTIVITE DU MEDIATEUR Compte-rendu annuel 2013 Michelle de Mourgues Date: Mars 2014 PUBLIC Michelle de Mourgues Médiateur auprès de HSBC France nommée le 14 décembre 2002 Professeur émérite des Universités

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

de ne pas avoir versé les salaires du mois de mai 2008 ainsi que des remboursements de frais professionnels engagés depuis le mois d'avril 2008.

de ne pas avoir versé les salaires du mois de mai 2008 ainsi que des remboursements de frais professionnels engagés depuis le mois d'avril 2008. de ne pas avoir versé les salaires du mois de mai 2008 ainsi que des remboursements de frais professionnels engagés depuis le mois d'avril 2008. Par courrier du 9 juin 2008, Jean-Michel B démission en

Plus en détail

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES?

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES Référence IT26-05/2005 Article 1 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? 1. Qu entendons-nous par «NOUS»? Les AP, une marque et un nom commercial de

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

CONVENTION D'HONORAIRES EN MATIERE DE PROTECTION JURIDIQUE

CONVENTION D'HONORAIRES EN MATIERE DE PROTECTION JURIDIQUE CONVENTION D'HONORAIRES EN MATIERE DE PROTECTION JURIDIQUE ENTRE LES SOUSSIGNES : - M. Né le De nationalité française, Demeurant.. Ci-après dénommé "le client" D'une part, ET : - LA SCPI DUPUY, BONNECARRERE,

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Le gouvernement a entériné, dans la loi de finances pour 2011, une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

Allianz Assurance Emprunteur

Allianz Assurance Emprunteur Allianz Assurance Emprunteur Loi HAMON Allianz Courtage L objectif de la loi Hamon Quel est le besoin des assurés? Comparer les offres d assurance, faire jouer la concurrence La réponse apportée par la

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES Entre la société FLEXITRANS, ayant tous pouvoirs à cet effet. 6 rue blaise pascal 66000 PERPIGNAN RCS PERPIGNAN 499 808 566 Ci après dénommé la Société,

Plus en détail

~.~ CSCA CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL

~.~ CSCA CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL ~.~ CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL Le courtier, en raison même de l'importance des intérêts qui lui sont confiés, est tenu de se conformer scrupuleusement aux devoirs que lui imposent

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 4 Les éléments de la négociation Une préparation minutieuse, exhaustive et réaliste des

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Code de la santé publique Dispositions

Plus en détail

DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr

DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr CONVENTION D'ADHESION A LA CONVENTION DE PARTICIPATION A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE 2013-2018 SOUSCRITE PAR LE CIG GRANDE COURONNE

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat

Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat Cas concernés Vous disposez d un abonnement Internet. Votre opérateur vous a informé que

Plus en détail

FAQ _ Intermédiaires d assurance

FAQ _ Intermédiaires d assurance FAQ _ Intermédiaires d assurance Contact : contact.intermediaires@acpr.banque-france.fr Sommaire 1. DÉFINITIONS... 2 1.1. Intermédiation en assurance... 2 1.1.1. Comment peut-on définir l activité d intermédiation

Plus en détail

REGLEMENT No 2001-06

REGLEMENT No 2001-06 REGLEMENT No 2001-06 MODIFIANT LE REGLEMENT No 94-05 DE LA COMMISSION DES OPERATIONS DE BOURSE RELATIF AUX SOCIETES CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER REGIES PAR LA LOI No 70-1300 DU 31 DECEMBRE 1970 MODIFIEE

Plus en détail

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 27 novembre 2009. PROPOSITION DE LOI visant à étendre aux épargnants

Plus en détail

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance 3/03/06 17:07 Page 9 DEP 428 FEV. 2006 DEP 428-4 volets Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels Centre de documentation et d information de l assurance FEV. 26, bd Haussmann

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

Modèle de contrat de collaboration libérale

Modèle de contrat de collaboration libérale variante 1 Modèle de contrat de collaboration libérale ENTRE Inscrit(e) au tableau de l Ordre des architectes de Sous le numéro Adresse Architecte Téléphone Télécopie e-mail Ou Société d architecture Inscrite

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI N 2 (2009-2010) RELATIVE AUX CONTRATS D ASSURANCE SUR LA VIE. Examen en commission : Mercredi 31 mars 2010 A M E N D E M E N T

PROPOSITION DE LOI N 2 (2009-2010) RELATIVE AUX CONTRATS D ASSURANCE SUR LA VIE. Examen en commission : Mercredi 31 mars 2010 A M E N D E M E N T N 1 Rédiger ainsi cet article : ARTICLE 1ER I. Le I de l article L. 132-9-3 du code des assurances est complété par une phrase ainsi rédigée : «Elles s informent selon une périodicité au moins annuelle

Plus en détail

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES?

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? Que dit exactement la Loi Lagarde? Publiée en juillet 2010, et entrée en vigueur le 2 septembre 2010, la loi Lagarde prévoit des obligations

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

ASSURANCE-VIE POUR OBTENIR DES REVENUS COMPLÉMENTAIRES AVANTAGES - INCONVÉNIENTS. Dernière mise à jour le 19/01/2016. Economiques : Juridique :

ASSURANCE-VIE POUR OBTENIR DES REVENUS COMPLÉMENTAIRES AVANTAGES - INCONVÉNIENTS. Dernière mise à jour le 19/01/2016. Economiques : Juridique : ASSURANCE-VIE POUR OBTENIR DES REVENUS COMPLÉMENTAIRES Dernière mise à jour le 19/01/2016 AVANTAGES - INCONVÉNIENTS AVANTAGES INCONVÉNIENTS Economiques : - Possibilité de choisir les supports d'investissements

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

ODDO INNOVATION 3 (Fonds Commun de Placement dans l'innovation relevant de l'article 22-I de la loi n 88.1201 du 23.12.1988)

ODDO INNOVATION 3 (Fonds Commun de Placement dans l'innovation relevant de l'article 22-I de la loi n 88.1201 du 23.12.1988) ODDO INNOVATION 3 (Fonds Commun de Placement dans l'innovation relevant de l'article 22-I de la loi n 88.1201 du 23.12.1988) NOTICE D INFORMATION AVERTISSEMENT La Commission des Opérations de Bourse appelle

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

Cahier des clauses administratives particulières MARCHE N 2014-08. Code CPV : 66512200-4 MARCHE DE SERVICES

Cahier des clauses administratives particulières MARCHE N 2014-08. Code CPV : 66512200-4 MARCHE DE SERVICES MSA de la Corse - CCAP 2014-08 1 Cahier des clauses administratives particulières MARCHE N 2014-08 Service de complémentaire santé pour le compte des salariés de la MSA de Corse et de leurs ayantsdroits

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION Les présentes conditions générales de réservation sont régies par la loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif au traitement comptable des opérations d une association souscriptrice d un contrat collectif d assurance et des groupements

Plus en détail

Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation

Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation Entre les soussignés: Ageas France, Société Anonyme au capital de 118 950 045,33 Euros, Entreprise régie par le Code des assurances dont le siège social

Plus en détail

Conditions Générales de prestations de services

Conditions Générales de prestations de services Conditions Générales de prestations de services applicables au 01 janvier 2012 et modifiables sans préavis ARTICLE 1 - DEFINITIONS : On entend par «ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE», ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE

Plus en détail

Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065

Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065 Comparaison entre dispositifs réglementant le CET Avant et après parution du décret n 2009-1065 Décret n 2002-634 du 29 avril 2002, modifié, version du 6 novembre 2008 Art. 1 Il est institué dans la fonction

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC

ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC Entre : - La Caisse des dépôts et consignations (CDC), sise 56 rue de Lille 75007 PARIS représentée par Pierre DUCRET, agissant en qualité de secrétaire

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Allianz, assureur officiel de la FFME

Allianz, assureur officiel de la FFME Allianz, assureur officiel de la FFME Assurance automobile des déplacements bénévoles www.allianz.fr Avec vous de A à Z Cette notice a pour objet de préciser les termes de la convention passée entre la

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES LETTRE D INFORMATIONS AU CE QUE PEUT DEMANDER LE CE EN MAI? Au mois de mai le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - sur le rapport annuel d'ensemble sur l'activité de l'entreprise (rapport

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE. fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis.

SENAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE. fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. PROJET DE LOI adopte, 22 Juin 1965. N 101 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1964-1965 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. Le

Plus en détail

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX OBJET DU CONTRAT SOUSCRIT DANS LE CADRE DE L'ARTICLE 39 CGI Sous forme d'un contrat d'assurance collective régi par le Code des assurances, il permet aux

Plus en détail

Association Nationale des Sociétés par Actions

Association Nationale des Sociétés par Actions Association Nationale des Sociétés par Actions 39 rue de Prony 75017 Paris Tél. : 01.47.63.66.41 Fax : 01.42.27.13.58 Internet : http://www.ansa.asso.fr E-mail : ansa@ansa.asso.fr Comité juridique Réunion

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 259385 Publié au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Hagelsteen, président Mlle Anne Courrèges, rapporteur M. Devys, commissaire du gouvernement SCP WAQUET, FARGE, HAZAN,

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

CONTRAT APPORT D AFFAIRE

CONTRAT APPORT D AFFAIRE CONTRAT APPORT D AFFAIRE Il est préférable de signer un accord écrit liant les deux parties sur des droits et des devoirs de la part de l un et de l autre. Avant de s engager envers une entreprise, il

Plus en détail

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6 Contrat D adhésion 1 sur 6 ENTRE LES SOUSSIGNES : 1. La société SARL, dont le siège est situé 35 Av. Pierre et Marie Curie 78360 MONTESSON représentée par Aurelien NKAM, ci-après dénommé ET 2 Mme, Mlle,

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 Décision d agrément du 31/12/1980 dûment renouvelé Siège social : Avenue Paul

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

L AGENT COMMERCIAL. B. L'agent commercial n'est pas un commerçant

L AGENT COMMERCIAL. B. L'agent commercial n'est pas un commerçant L AGENT COMMERCIAL L agent commercial est un intermédiaire de commerce qui exerce sa mission de façon permanente et indépendante au nom et pour le compte d un mandant et non pas pour son propre compte.

Plus en détail

EXTRAIT du REGISTRE des DELIBERATIONS de la COMMISSION PERMANENTE

EXTRAIT du REGISTRE des DELIBERATIONS de la COMMISSION PERMANENTE CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT du REGISTRE des DELIBERATIONS de la COMMISSION PERMANENTE Séance du 28 avril 2014 CP2014_04_3 id. 746 L'an deux mille quatorze le vingt huit avril, les membres

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Conditions Générales de vente de

Conditions Générales de vente de Conditions Générales de vente de 1 Article 1 - Définitions : Le CLIENT (VOUS) est la personne physique ou morale qui a passé commande d'une PRESTATION de services à, et de ce fait, à été informé des présentes

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail