JURISPRUDENCE RÉCENTE SUR L OBLIGATION DE VÉRI- FICATION, D INFORMATION ET DE CONSEIL DU COURTIER IMMOBILIER M e Claude Barsalou

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JURISPRUDENCE RÉCENTE SUR L OBLIGATION DE VÉRI- FICATION, D INFORMATION ET DE CONSEIL DU COURTIER IMMOBILIER M e Claude Barsalou"

Transcription

1 JURISPRUDENCE RÉCENTE SUR L OBLIGATION DE VÉRI- FICATION, D INFORMATION ET DE CONSEIL DU COURTIER IMMOBILIER M e Claude Barsalou TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 I. LES FONDEMENTS DE L OBLIGATION DE VÉRIFICATION, D INFORMATION ET DE CONSEIL DU COURTIER IMMOBILIER... 4 A. L obligation de vérification... 4 B. L obligation d information et de conseil... 5 II. QUELQUES DÉCISIONS RÉCENTES SUR L OBLIGATION DE VÉRIFICATION, D INFORMATION ET DE CONSEIL DU COURTIER IMMOBILIER... 6 A. Absence de consentement éclairé... 6 B. Foyer d hébergement et conformité à la réglementation... 7 C. Retrait de conditions fondamentales non réalisées... 8 D. Accès non conforme dévoilé... 9 E. Fondations de bois non divulguées F. Signature d un contrat de courtage et obligation de conseil G. Vente d une ferme laitière et transférabilité des quotas de lait H. Responsabilité quant à la solvabilité de l acheteur I. Fosse septique de nature artisanale CONCLUSION Directeur, Affaires juridiques et formation, Association des courtiers et agents immobiliers du Québec. Les opinions émises n engagent que l auteur.

2 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 2

3 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 3 INTRODUCTION 1 L actuelle Loi sur le courtage immobilier est entrée en vigueur le 15 janvier Elle édicte notamment la constitution de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec qui, comme son nom l indique, regroupe les titulaires d un certificat de courtier ou d agent immobilier 2. Toute personne qui agit à titre de courtier ou d agent immobilier ou qui en porte le titre doit être membre de cette association 3. Il s agit donc d une activité d exercice exclusif et non pas seulement d un titre réservé par la loi. Par ailleurs, le caractère d ordre public de l ancienne Loi sur le courtage immobilier 4, affirmé à maintes reprises par les tribunaux, s applique également à la loi actuelle 5. 2 La Loi sur le courtage immobilier en vigueur depuis plus de sept ans est venue modifier en profondeur le droit du courtage immobilier, principalement par l imposition d un encadrement des activités professionnelles des courtiers et des agents immobiliers d une manière qui est, pour l essentiel, identique à celle retenue par le Code des professions 6 pour les professionnels. Ainsi, on retrouve au sein de l Association un comité de discipline, un comité d inspection professionnelle et un syndic 7. La volonté du législateur est clairement d assurer une meilleure protection du public 8. Comme c est le cas pour les professionnels régis par le Code des professions, les courtiers et les agents immobiliers doivent dorénavant respecter un ensemble d obligations et de devoirs déontologiques énoncés à une loi et aux règlements pris en application de celle-ci, soit la Loi sur le courtage immobilier. 3 D autre part, l article 1434 du Code civil du Québec fait référence à la loi lorsqu il énumère les différentes sources du contenu obligationnel des contrats. Cet article incorpore dans les contrats les dispositions d ordre public des lois professionnelles et de leurs règlements, dont les règles déontologiques qui portent sur les relations des professionnels avec leurs clients et qui ne peuvent être écartées par stipulation contraire 9. Ainsi, les Règles de déontologie de L.R.Q., c. C Voir l article 67 de la Loi sur le courtage immobilier. Articles 3 et 15 de la Loi sur le courtage immobilier. L.R.Q., c. C-73. Voir notamment: International Paper Company c. Valeurs Trimont Ltée, [1989] R.J.Q (C.A.) ; Belgo-Fisher (Canada) Inc. c. Lindsay, [1988] R.J.Q (C.A.) ; Alepin c Québec inc., REJB (C.S.) ; Re/Max Élite (1992) inc. c. Couture, [1996] R.D.I. 134 (C.Q.). L.R.Q., c. C-26. Articles 128, 107 et 119 de la Loi sur le courtage immobilier. Pour un examen des changements apportés par cette loi, voir : Claude BARSALOU, «L Encadrement professionnel du courtage immobilier québécois», dans Repères, droit civil québécois, Montréal, Publications Dacfo, février 1996, p Claude FABIEN, «Le nouveau cadre contractuel de l exercice des professions», dans Le défi du droit nouveau pour les professionnels Le Code civil et la réforme du Code des professions, Montréal, Éditions Thémis, 1994, p. 72, à la page 84 ; Germain c. Lavoie, C.S. Abitibi, n , 19 mai 1999, j. Duchesne ; Re/Max Lac St-Jean Inc. c. Côté, L.P.J (C.S.). L affaire Germain c. Lavoie constitue par ailleurs une illustration intéressante du devoir d information du courtier immobilier en vertu de l article 28 des Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec. Dans cette affaire, un courtier immobilier ainsi que son agent ont été condamnés à payer une somme de plus de $ aux acheteurs d un immeuble affecté de différents vices.

4 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 4 l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec viennent limiter la liberté contractuelle d un courtier immobilier Une infraction déontologique pourrait donc constituer une faute civile 11. Sur le plan extra-contractuel, le tiers lésé par les agissements d un courtier ou d un agent peut également invoquer tout manquement à une disposition d ordre public 12. Or, plusieurs obligations déontologiques des courtiers et des agents immobiliers sont envers toutes les parties à une transaction, et non pas seulement leurs clients. Dans un jugement de 1997, la Cour supérieure précisait ce qui suit : 5 Ainsi, même en l absence d un lien contractuel, les acheteuses ont la faculté d invoquer tout manquement du courtier à ses responsabilités professionnelles dont traite la loi et les règlements qui l encadrent, s il y a dommages et liens de causalité. 13 I. LES FONDEMENTS DE L OBLIGATION DE VÉRIFICATION, D INFORMATION ET DE CONSEIL DU COURTIER IMMOBILIER 6 Il est en pratique difficile de distinguer l obligation de vérification de celles d informer et de conseiller. En effet, un courtier doit vérifier les renseignements, les transmettre pour bien informer et conseiller les gens à qui il les communique, notamment en ce qui concerne les actions qui doivent être ou non entreprises à la lumière de ces renseignements. A. L obligation de vérification 7 Les Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec prévoient que : 8 [l]e membre doit vérifier, conformément aux usages et aux règles de l art, les renseignements qu il fournit au public ou à un autre membre. Il doit toujours être en mesure de démontrer l exactitude de ces renseignements Notons que l article 2100 du Code civil du Québec, qui porte notamment sur le contrat de service, utilise l expression «usages et règles de leur art» (1993) 125 G.O. 2, À cet effet, voir notamment: Association des courtiers et agents immobiliers du Québec c. Les Immeubles G.L.M.C. Inc., comité de discipline de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec, n , 4 janvier 1996, 11. La Cour d appel du Québec indiquait, en obiter, que le courtier doit, dans le cadre de l exécution du contrat qui le lie à son client, fournir ses services conformément aux usages et règles de l art prévues à ces règles déontologiques : Côté c. Le St-Jovite Hôtel, J.E (C.A.). C. FABIEN, op. cit., note 9, p. 95 ; Christian N. DUMAIS, «Doit-on tenir compte de la déontologie pour évaluer la responsabilité professionnelle?», Le journal du Barreau, 1 er octobre 1997, p Voir Henri RICHARD, Le courtage immobilier au Québec, 2 e édition, Cowansville, Éditions Yvon Blais, 1994, p Re/Max Lac St-Jean Inc. c. Côté, précitée, note 9, à la page 29 du jugement intégral. Voir Gauthier c. Chiquette, J. E (C.Q.). Article 11. Pour une étude plus détaillée de l obligation de vérification du courtier immobilier, voir : Claude BARSALOU, «L obligation de vérification du courtier immobilier», Service de la formation permanente, Barreau du Québec, Récents développements en droit immobilier (1998), Cowansville, Les Éditions Yvon Blais Inc., p

5 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 5 B. L obligation d information et de conseil 10 Les Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec précisent que «[l]e membre doit fournir toutes les explications nécessaires à la compréhension et à l'appréciation des services qu'il s'engage à rendre ou qu'il rend» 15. L obligation d information des membres de l Association ne se limite pas cependant à leurs seuls clients, comme le prévoit l article 26 de ces mêmes règles : 11 Le membre doit conseiller et informer avec objectivité son client et toutes les parties à une transaction visée à l'article 1 de la loi. Cette obligation porte sur l'ensemble des faits pertinents à la transaction ainsi qu'à l'objet de celle-ci, et doit être remplie sans exagération, dissimulation ou fausse déclaration. (caractères gras ajoutés) 12 La Cour du Québec a souligné l importance de l obligation de conseil du courtier immobilier comme suit : 13 Le courtier est un spécialiste en immeubles. Il a l obligation de conseiller son client vendeur et de le représenter adéquatement dans les négociations et la transaction. Le courtier doit s assurer des caractéristiques de l immeuble qu il propose en vente, de ses qualités et de ses défauts. Il doit faire plus qu une courte visite de l immeuble. Il ne peut se fier uniquement aux informations transmises par son client puisque ce dernier n est pas un expert en la matière. Le courtier, qui est un expert, est plus en mesure que son client d établir en quels matériaux sont les différentes composantes de la maison Par ailleurs, le membre de l Association doit informer ses clients et toutes les parties à une transaction de tout facteur dont il a connaissance et qui peut affecter défavorablement les parties ou l'objet de cette transaction 17. Un membre a d ailleurs l obligation d entreprendre les démarches nécessaires pour découvrir tout facteur défavorable, conformément aux usages et aux règles de l'art De plus, le Règlement de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec dispose que : 16 [l]e titulaire d'un certificat de courtier ou d'agent immobilier doit, avant de faire signer un formulaire obligatoire qu'il a complété, permettre aux parties de prendre connaissance des termes et conditions de ce formulaire et fournir, avant la signature, toutes les explications et réponses aux questions posées par celles-ci 19. (caractères gras ajoutés) Article 23. L article 2102 du Code civil oblige d ailleurs le prestataire de services à fournir à son client, avant la conclusion du contrat et «dans la mesure où les circonstances le permettent, toute information utile relativement à la nature de la tâche qu il s engage à effectuer ainsi qu aux biens et au temps nécessaires à cette fin». Papineau c. Sigouin, [1994] R.D.I. 154, 158 (C.Q.). Article 28 des Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec. Articles 27 des Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec. (1993) 125 G.O. 2, 9094, article 97.

6 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 6 17 Les articles 91 et 92 de ce règlement visent également à favoriser une meilleure compréhension par les parties de leurs engagements contractuels Plus globalement, «[l]e membre doit informer de façon raisonnable son client et toutes les parties à une transaction visée à l article 1 de la loi des droits et obligations découlant des documents qu il leur fait signer» 21. Cette obligation d information est très importante, notamment en raison du fait que les contrats signés par l intermédiaire de courtiers et d agents immobiliers portent, dans la plupart des cas, sur le plus important investissement des parties impliquées. Par contre, le courtier ou l agent n étant pas un juriste, il doit, lorsque cela s avère nécessaire, référer son client ou les autres parties à une transaction à un avocat ou à un notaire 22. II. QUELQUES DÉCISIONS RÉCENTES SUR L OBLIGATION DE VÉRIFICATION, D INFORMATION ET DE CONSEIL DU COUR- TIER IMMOBILIER A. Absence de consentement éclairé 19 Dans une affaire de 1995, la Cour du Québec a réitéré l importance accrue dans notre droit de la présence d un consentement éclairé 23 : 20 De plus en plus, le droit se préoccupe de l information qui doit être connue du contractant pour l aider à prendre une décision éclairée. Cette exigence ne se trouve pas formellement exprimée dans le code. Elle résulte soit d obligation de renseignements prévue par les lois particulières et pour certains types de contrats seulement, soit de création jurisprudentielle. Elle est désormais reliée à l obligation de bonne foi (art C.C.Q.). L exigence supplémentaire d un consentement réfléchi se rencontre plus particulièrement dans les contrats de consommation Dans l affaire sous étude, la Cour du Québec, après avoir relevé que la défenderesse avait manifesté à plusieurs reprises le fait qu elle ne désirait pas contracter avec le courtier, a souligné que les informations fournies par ce dernier l ont induite en erreur et comportaient de nombreuses réticences et omissions 25. Ces informations erronées ou incomplètes, qui portaient entre autres sur le droit du courtier à sa rétribution dans l éventualité où une promesse d achat conforme aux conditions de vente énoncées au contrat de courtage était «91. Un formulaire obligatoire doit être complété clairement et lisiblement par le titulaire d'un certificat de courtier ou d'agent immobilier à la main ou à l'aide d'une machine à écrire, d'un système informatique ou d'un système d'imprimerie. Le titulaire ne doit notamment pas utiliser d'abréviation incompréhensible aux parties ni laisser d'ambiguïté quant au fait que certains termes et conditions d'un formulaire s'appliquent ou non. 92. Lorsque le titulaire d'un certificat de courtier ou d'agent immobilier complète un formulaire obligatoire à la main, il doit le faire à l'encre et utiliser une écriture soignée afin d'en faciliter la lecture.» Article 30 des Règles de déontologie de l'association des courtiers et agents immobiliers du Québec. L article 25 des Règles de déontologie de l'association des courtiers et agents immobiliers du Québec précise que le membre de l Association doit recommander à son client ou à l'une des parties à une transaction d'avoir recours à un expert reconnu par la loi lorsque la protection de leurs intérêts l'exige Québec Inc. c. Hartt, [1995] R.D.I. 289 (C.Q.). Id., 292. Id., 293. Voir Re/Max de l Estuaire Inc. c. Lauzier, REJB (C.Q.).

7 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 7 présentée à la défenderesse, ont empêché cette dernière de donner un consentement éclairé 26. Le tribunal a prononcé la nullité du contrat de courtage 27. B. Foyer d hébergement et conformité à la réglementation 22 Dans l affaire Côté c. Goulet 28, un courtier immobilier qui se disait spécialisé dans les transactions relatives aux foyers d hébergement poursuit des promettant acheteurs qui n ont pas procédé à la signature de l acte de vente à la suite de l acceptation de leur promesse d achat sur un immeuble pour lequel le demandeur agissait à titre d intermédiaire. En novembre 1994, l un des défendeurs s engage à faire toute offre d achat par l intermédiaire du demandeur pour l achat de certains immeubles, y compris l immeuble ayant fait l objet ultérieurement de la promesse d achat. Le courtier a alors émis au défendeur la fiche de description détaillée portant sur cet immeuble. Cette fiche indiquait qu il s agissait d un foyer d hébergement affilié au ministère des Affaires sociales qui détenait un permis pour loger 17 personnes. Par la suite, le demandeur a remis au défendeur un autre document, lequel indiquait notamment que le permis actuel était pour 12 personnes et avait été accepté pour 17, l approbation finale étant à venir. Ce document indiquait également que l immeuble serait vendu sous contrôle de justice. 23 Les défendeurs ont présenté en juin 1995 une première promesse d achat par l intermédiaire du demandeur pour une somme de $, laquelle était notamment conditionnelle à l obtention d un financement à 85 % et à la conformité de l immeuble au zonage municipal et gouvernemental. Cette première offre n a pas eu de suite en raison de l absence d un financement. Dès juillet 1995, une deuxième promesse d achat est présentée par les défendeurs, toujours par l intermédiaire du demandeur, au montant de $. Un financement de 75 % du prix de vente est prévu. Peu après, une nouvelle promesse d achat est préparée pour se conformer aux dispositions relatives à la vente en justice. Il est à noter que l offre ne prévoyait pas qu elle était conditionnelle à l obtention d un financement, bien que toutes les parties étaient au courant que son obtention était essentielle pour la conclusion de la transaction. Cette promesse d achat a été acceptée peu après mais l acte de vente n a jamais été signé en raison de l absence de financement. 24 Le prêteur hypothécaire contacté par le défendeur a refusé la demande de financement en raison notamment du fait que la résidence ne détenait aucun permis et que les règlements de zonage de la ville interdisaient l exploitation de cette entreprise. Par la suite, les défendeurs ont présenté une autre offre d achat qui n a pas eu de suite. La résidence a finalement été vendue à un tiers par l entremise du demandeur qui a reçu une rétribution de plus de $. Le courtier réclame le paiement d une rétribution d un montant de $ à l acheteur en raison de son refus de signer l acte de vente. 25 Dans un premier temps, la Cour du Québec souligne qu un acheteur qui n a pas donné suite à sa promesse en raison de l absence de financement, alors même que la promesse ne contenait pas de condition à ce sujet, pouvait ne pas Id. Id. Voir Groupe Sutton Actif Inc. c. Kowalczyk, REJB (C.Q.). REJB (C.Q.).

8 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 8 être en faute. Le tribunal a référé à deux décisions à cet effet. Après avoir examiné les faits, la Cour en est venue à la conclusion que les défendeurs n avaient commis aucune faute envers le courtier. En effet, les défendeurs étaient de bonne foi et toutes les parties à la transaction savaient que l obtention d un financement était essentielle à la conclusion de la vente. Le tribunal a rejeté l action du courtier : 26 Les défendeurs ont entrepris des démarches sérieuses pour obtenir le prêt mais celles-ci n ont pas eu de résultat compte tenu des représentations erronées faites par le demandeur sur la résidence. En effet, l institution prêteuse a refusé de financer le projet puisque l immeuble n était pas au zonage municipal à cette époque et vu l absence d un permis d exploitation de la résidence pour personnes âgées. Dans ces circonstances, la responsabilité des défendeurs peut (sic) être retenue. 29 C. Retrait de conditions fondamentales non réalisées 27 Dans Re/Max Laurentides inc. c. Robitaille 30, un courtier poursuit un acheteur en raison du fait qu il ne s est pas présenté à la signature de l acte de vente à la suite de la conclusion d une promesse d achat portant sur un immeuble présenté par l intermédiaire du demandeur. 28 En septembre 1995, le demandeur se voit confier la vente d une terre d environ 12 âcres pour la somme de $, la vente incluant tout l équipement de l érablière ainsi que des instruments aratoires. Peu après, le défendeur présente une promesse d achat, laquelle est conditionnelle notamment à ce qu il puisse exploiter une entreprise d horticulture et qu une analyse d eau établisse que l eau est cliniquement satisfaisante pour les besoins d une telle exploitation. Ces conditions, ainsi que certaines autres précisées à la promesse d achat, doivent être satisfaites, à défaut de quoi la promesse d achat deviendra nulle et non avenue. Dès janvier 1996, le défendeur signe un document de modification préparé par l agent du demandeur qui prévoit que les conditions prévues à la promesse d achat sont réalisées. Or, dans les faits, il n en est rien. Selon l agent de la demanderesse, c est de son plein gré que le défendeur a levé les conditions. 29 Comme le défendeur refuse de signer l acte de vente, le courtier poursuit en paiement de sa rétribution, laquelle se chiffre à plus de $. De son côté, le défendeur refuse de payer la rétribution et considère avoir été berné par la demanderesse. Il a ajouté que les motifs pour lesquels il désirait acheter cet immeuble avaient clairement été dénoncés à l agent de la demanderesse. Les faits ont révélé par ailleurs que c est le défendeur lui-même qui a entrepris des démarches auprès de la municipalité pour obtenir une modification au règlement de zonage pour permettre l utilisation d une entreprise d horticulture, démarches qu il a entreprises de façon immédiate. Or, ce n est que deux mois après avoir renoncé aux conditions de la promesse d achat qu il a appris que la modification au règlement de zonage avait été refusée par la municipalité Id., 3. REJB (C.Q.).

9 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 9 30 À la lumière de l ensemble des faits, le tribunal a conclu que le défendeur désirait réellement acquérir la terre qui était l objet de la promesse d achat présentée, mais pas à n importe quelle condition : 31 Ces conditions sont toutes deux clairement indiquées, spécifiées et dénoncées à l agent immobilier. Madame Faliel sait très bien, par les conditions mentionnées à l acte que cet achat est fait dans le but d y ériger des serres pour faire pousser des fleurs et en faire un commerce. La qualité de l eau est importante pour ce commerce et une modification au règlement de zonage s impose Le tribunal rappelle dans un premier temps que le devoir d un agent immobilier est d agir avec habilité, diligence et prudence. Il doit conseiller son client et effectuer les vérifications qui s imposent. Ses devoirs et obligations sont édictés aux Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec. Le tribunal cite notamment les dispositions des articles 29 et 30 qui prévoient que les droits et les obligations des clients doivent être consignés par écrit par l agent et refléter adéquatement leur volonté ainsi que l obligation d informer de façon raisonnable le client et toutes les parties à une transaction des droits et obligations qui découlent des documents que l agent leur fait signer 32. Après avoir souligné que le comportement de l agent de la demanderesse est fautif en l espèce et que par conséquent, son action doit être rejetée, le tribunal s exprime comme suit : 33 Le rôle de l agent d immeuble n est pas que de vendre. Pour vendre, l agent doit respecter les obligations que lui impose son client et les conditions que ce dernier mentionne pour concrétiser son acte d achat ou de vente. 34 Comme l acte ou la promesse d achat mentionne que si certaines des conditions prévues ne se réalisent pas la promesse devient «nulle et non avenue», c est dire l importance que l acheteur leur accorde. En ne les respectant pas et en faisant signer par son client qu elles sont réalisées, sachant que cette affirmation est inexacte, l agent commet une faute que le tribunal n a aucune hésitation à qualifier de lourde. 33 D. Accès non conforme dévoilé 35 Dans Lapierre c. Woodworth 34, l acheteur d un immeuble a poursuivi le vendeur, le notaire instrumentant ainsi que les agents immobiliers qui agissaient pour le compte du vendeur. La demanderesse avait acquis une propriété dont le garage était situé à l arrière. Le propriétaire vendeur y accédait depuis plusieurs années en empiétant sur le terrain du voisin, en raison du fait que l espace entre le mur de l immeuble et la ligne de division était insuffisant. À la suite de l achat de l immeuble, l acheteur s est retrouvé dans l impossibilité d utiliser son garage qui a été converti en une pièce habitable. La demanderesse réclame donc à l ensemble des défendeurs des dommages et intérêts pour la diminution de la valeur de la propriété, pour les coûts d aménagement d un stationnement devant l immeuble ainsi qu une certaine somme à titre de dommages moraux Id., 3. Id., 4. Voir Québec Inc. c. Boivin, REJB (C.Q.), à la page 5. Id., 4. J.E (C.S.).

10 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de La Cour supérieure a maintenu l action de la demanderesse à l encontre du vendeur ainsi que du notaire instrumentant. Entre le moment de la conclusion de la promesse d achat et la signature de l acte de vente, le vendeur s est engagé à entreprendre des démarches pour l obtention d une servitude auprès du propriétaire du lot voisin. Ces démarches se sont avérées infructueuses et, par la suite, le propriétaire du lot voisin, qui tolérait l empiétement depuis plusieurs années, a vendu son immeuble à des personnes qui prévoyaient faire des réaménagements rendant impossible l empiétement comme par le passé. Cette information n a pas été transmise à la demanderesse par le vendeur. Dans les faits, la demanderesse a été dans l impossibilité d accéder au garage à l arrière de son immeuble et a, par conséquent, procédé aux modifications nécessaires pour le rendre habitable. 37 En ce qui concerne plus particulièrement les agents œuvrant pour le vendeur, la demanderesse leur reproche d avoir manqué à leur devoir d information. Dans un premier temps, le tribunal note que seule la mention «interior garage with storage cabinets» apparaît à la fiche de description détaillée préparée par les agents immobiliers du vendeur et ne précise pas l existence d un problème d accès à celui-ci 35. Cependant, poursuit le tribunal, les agents n ont pas tenté de camoufler le problème et, au moment de la visite libre, ils ont clairement indiqué au fils de la demanderesse le problème d accès, lequel a été communiqué à la demanderesse. Au moment de la conclusion de la promesse d achat en avril 1994, la demanderesse a admis qu elle était alors au courant de l existence d un problème d accès au garage et qu elle savait également que la solution était l obtention d une servitude. 38 Comme le soulignait le tribunal, la promesse d achat de la demanderesse n était pas conditionnelle à l obtention d une telle servitude. D autre part, le tribunal a noté que les parties à la promesse d achat ont discuté directement entre elles à partir de l acceptation de la promesse. L obligation de divulguer l état des pourparlers avec le propriétaire du lot adjacent quant à la servitude incombait, dans les circonstances, au propriétaire vendeur. C est pourquoi le tribunal n a pas reproché aux agents de ne pas avoir communiqué eux-mêmes le refus du propriétaire du lot voisin de consentir à une servitude 36. Leur responsabilité n a donc pas été retenue. E. Fondations de bois non divulguées 39 Dans l affaire Royer c. Bélanger 37, les acheteurs d un immeuble dont les fondations sont de bois érigées et construites de façon non conforme, demandent la résolution de la vente de l immeuble. Des vices majeurs se sont manifestés quelques semaines après la transaction. La preuve a révélé que le défendeur principal, soit le vendeur, ignorait cet état de fait. Il avait lui-même acheté cet immeuble d une société en commandite dont l un des commandités agissait pour le compte du courtier immobilier qui a procédé à la vente. Malgré la connaissance qu en avaient ces agents, le courtier immobilier n a pas dévoilé au demandeur le fait que les fondations étaient en bois Id., 13. Id., 26. REJB (C.S.).

11 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de Après avoir rappelé que le courtier immobilier est soumis aux obligations contractuelles de loyauté, d information et de bonne foi, la Cour supérieure a souligné que le courtier doit également respecter les dispositions de la Loi sur le courtage immobilier, notamment les règles de déontologies adoptées en vertu de cette loi 38. En l espèce, poursuit le tribunal, l un des agents impliqués, actionnaire et administrateur du courtier immobilier visé «a outrepassé de façon cavalière toutes les règles d éthique, de bonne foi et d honnêteté. Il s est fait complice, pour ses propres fins, d un manque de loyauté et de dignité face à sa profession» 39. Le courtier a été condamné à payer la somme dont le vendeur a été tenu responsable face aux acheteurs 40. F. Signature d un contrat de courtage et obligation de conseil 41 Dans Immo-Nord inc. c. Miller 41, la demanderesse réclame du défendeur une somme de plus de $ à titre de rétribution. À l été 1997, un agent de la demanderesse se voit confié la vente d une pourvoirie, le prix demandé se chiffrant à $. Le défendeur se déclare intéressé après avoir effectué une visite des lieux. Il indiqua cependant à l agent de la demanderesse qu il devait au préalable vendre sa maison, à défaut de quoi il ne pourrait compléter l achat. Deux jours après cette visite, un autre agent de la demanderesse entre en contact avec le défendeur et conclut avec ce dernier un contrat de courtage pour la vente de sa maison. Trois jours après la conclusion de ce contrat de courtage, le même agent de la demanderesse suggéra au défendeur de formuler une promesse d achat pour la pourvoirie pour un montant de $, la maison du défendeur évaluée à $ devant être utilisée à titre de paiement partiel. Il est à noter que cette promesse d achat ne prévoyait pas qu elle était conditionnelle à l obtention d un financement pour le solde de $. Le défendeur ayant été dans l impossibilité de se financer, les propriétaires de la pourvoirie ont accepté d annuler la transaction, la demanderesse réclamant néanmoins sa rétribution. 42 La Cour, après avoir mentionné son étonnement devant le fait qu aucun des deux agents de la demanderesse n ait suggéré d entrée de jeu au défendeur d offrir sa maison en échange, s exprime comme suit : 43 Si la suggestion d offrir la maison en échange avait été faite plus rapidement, le défendeur aurait évité le paiement d une commission mais la demanderesse aurait été privée d une deuxième commission sur la même transaction. 44 La Cour a l intime conviction que si la suggestion d offrir la maison en échange a tardé à venir, c est que la demanderesse voulait d abord s assurer le paiement d une deuxième commission avant de proposer cette solution La Cour a souligné qu en agissant de cette façon, la demanderesse a préféré son intérêt à celui du défendeur. Or, poursuit le tribunal, à la lumière de Id., 2. Id., 2. Id., 3. C.Q. Terrebonne, n , 30 septembre 1999, j. Grammond. Id., 4.

12 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 12 l article 26 des Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec, le courtier et ses agents avaient à l égard du défendeur une obligation d information et de conseil à propos de la transaction projetée sur la pourvoirie 43. Cette obligation de conseil obligeait le courtier à conseiller au défendeur d offrir sa maison en échange, même si cette option le désavantageait, les conseils devant être donnés en toute objectivité suivant les dispositions de l article 26 de ce règlement 44. Dans la mesure où les deux agents impliqués de la demanderesse ont manqué à cette obligation de conseil et que ce manquement a fait en sorte que le défendeur a signé le contrat de courtage pour la vente de sa maison, contrat qui constitue la base de la réclamation, le tribunal a rejeté l action du courtier demandeur sur cette seule base 45. Après avoir souligné le manque d expérience du défendeur dans le domaine immobilier, le tribunal rappelle l importance de l obligation de conseil du courtier immobilier : 46 Inexpérimenté, le défendeur ne savait pas qu il pouvait poser comme condition à sa promesse d achat l obtention de financement. M. Perrault le savait très bien mais il n a pas jugé opportun d en parler au défendeur et d au moins lui faire part de cette possibilité qui aurait évité au défendeur de se retrouver dans une situation périlleuse. 47 La Cour est d avis qu en vertu de son obligation de conseil, M. Perreault avait l obligation d au moins mentionner cette possibilité et de lui mentionner les dangers qu il courrait au cas où ses tentatives d obtenir du financement échoueraient. 46 G. Vente d une ferme laitière et transférabilité des quotas de lait 48 Dans l affaire Majeau c. Chamberland 47, les vendeurs d une ferme laitière poursuivent le notaire instrumentant ainsi que leur courtier, alléguant que ces derniers les auraient mal conseillés et informés en ce qui concerne la transférabilité du quota de lait de leur entreprise au moment de sa vente. Plus spécifiquement, les informations inexactes portaient sur la transférabilité à un nouvel acquéreur d un quota de relève. Le notaire impliqué dans le dossier se présente au début de l année 1996 chez le demandeur en compagnie d un agent immobilier au service de la codéfenderesse. Peu de temps après, l agent du courtier se présente à la ferme avec un acheteur potentiel. Une promesse d achat est préparée avant le départ de l acheteur pour l Europe. Cette promesse d achat est finalement signée par l acheteur qui la transmet par la poste à l agent du courtier. Cette promesse est au montant de $ et une rétribution de $ est établie pour le courtier. 49 Le 16 février 1996, les demandeurs signent le contrat de courtage et l acceptation de l offre d achat. Peu après la signature de l acte de vente en septembre 1996, la Fédération des producteurs de lait avise par écrit l entreprise propriétaire de la ferme, dont les actions sont désormais détenues par les nouveaux acquéreurs, qu une récente vérification a permis d établir que cette société ne rencontre plus les critères d éligibilité au programme de la relève en Id., 4. Id., 5. Id., 5. Id., 7. REJB (C.Q.).

13 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 13 production laitière et que, par conséquent, le quota suivant ce programme est retiré. En règlement d une action intentée à leur encontre par les acquéreurs, les demandeurs ont versé une somme de $. 50 Après avoir relevé que l agent immobilier de la défenderesse se présente comme un expert spécialisé dans la vente de fermes, le tribunal mentionne que les demandeurs se sont sentis faussement en sécurité et qu ils ont été mal renseignés par leur agent à qui ils ont versé une rétribution de $ 48 : 51 En tant qu expert dans la vente de fermes laitières, monsieur Violet devait savoir ce qu était un quota de relève et devait savoir qu un tel quota n était pas transférable. S il l ignorait, ce dont la soussignée doute sérieusement, il aurait dû prendre des informations lorsqu il en a été question lors de l acceptation de l offre d achat plutôt que de fournir un renseignement erroné, prétention qu il a d ailleurs maintenue dans sa défense. 52 Le tribunal en vient à la conclusion que le représentant de la défenderesse a mal renseigné, mal conseillé les demandeurs et qu il a commis une faute pour laquelle il doit être tenu responsable Le tribunal a donc condamné la défenderesse à payer au demandeur la somme de $. H. Responsabilité quant à la solvabilité de l acheteur 54 Dans une autre affaire récente, des acheteurs présentés à un vendeur par un courtier ont émis plusieurs chèques qui ont été retournés par l institution financière en raison de provisions insuffisantes 50. Le tribunal a rappelé dans un premier temps qu il existe un principe bien établi au niveau de la jurisprudence à l effet que l agent immobilier n est pas garant de la solvabilité d un acheteur à moins d indices très importants qui peuvent laisser croire à son insolvabilité. L agent immobilier a néanmoins une obligation de fournir à son client un acheteur sérieux et honnête Après avoir relevé l existence de différentes dispositions prévues aux Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec qui portent sur l obligation de vérification, de conseil et d information ainsi que sur celle de découvrir les facteurs pouvant affecter défavorablement la transaction, le tribunal a reproché au courtier et à ses agents de ne pas avoir vérifié les renseignements et certains documents fournis au client vendeur qui portaient notamment sur la capacité financière des acheteurs 52. Bref, souligne le tribunal : 56 Le courtier ou l agent immobilier engage sa responsabilité s il transmet aux parties lors d une transaction immobilière des renseignements qui Id., 4. Id., 4. Gauthier c. Valois, 2000BE-359 (C.S.). Id., 7. Id., 7 et 8.

14 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 14 s avèrent faux et qui n ont fait l objet d aucune vérification ou d une vérification superficielle La défenderesse et ses deux préposés ont présenté aux demandeurs des acheteurs qui en plus d être complètement insolvables n étaient pas d une grande honnêteté, c est le moins que l on puisse dire. Ils se sont contentés d une vérification très superficielle de la qualité de ces acheteurs et en cela, ils sont responsables des dommages causés à leurs clients, les demandeurs, et en plus, n ont pas droit à leurs honoraires de courtier. 54 I. Fosse septique de nature artisanale 58 Dans Caron c. Les Immeubles Claude Dupont 55, les vendeurs d un immeuble poursuivent le courtier qui a agi comme intermédiaire pour la vente. Cet immeuble était alimenté en eau par l aqueduc municipal et les eaux usées se déversaient dans une fosse septique privée. Lors de la signature du contrat de courtage avec l agent du défendeur, les demandeurs ont mentionné qu ils avaient installé eux-mêmes le système de drainage et qu il était de nature artisanale. 59 Après quelques années de mise en marché, l immeuble est finalement vendu. À la suite de différents problèmes d infiltration d eau, les acheteurs de l immeuble ont poursuivi les vendeurs en réduction du prix de vente pour un montant de $. Les rapports d experts ayant démontré que l infiltration d eau résultait d un problème avec le système de drainage installé par les vendeurs, ces derniers ont réglé le litige pour une somme de $ Selon les demandeurs, le courtier savait, par l intermédiaire de son agent, que le système de drainage avait été construit par les vendeurs et il aurait dû procéder à certaines vérifications concernant la valeur du système avant de vendre l immeuble et même qu il aurait dû faire appel à des experts afin de faire procéder à ces vérifications. L agent avait donc, selon eux, l obligation de vérifier l efficacité du système de drainage. Enfin, ils reprochent à l agent de ne pas avoir révélé à l acheteur le fait que le système était de nature artisanale. 61 Après avoir examiné les dispositions législatives applicables, soit l article 41 de l ancienne Loi sur le courtage immobilier, le tribunal souligne que le courtier n a pas l obligation de retenir les services d un ingénieur à moins que le client vendeur n en fasse expressément la demande et en assume les frais. La Cour ajoute que ce type de dépenses ne fait pas partie de celles qu un courtier engage, à la lumière des usages en matière de vente d immeubles 57. Quant à l obligation de vérifier l efficacité du système de drainage, le tribunal souligne ce qui suit : 62 Il est normal que le mandataire se fie à la déclaration de son mandat. Le mandataire n avait pas à douter de la parole de son mandat et n avait Id., 9. Id., 10. REJB (C.Q.). Id., 3. Id., 5.

15 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 15 pas à faire un trou près de la maison pour vérifier l état du drain ceinturant la base de la maison En ce qui concerne le fait que le courtier n ait pas révélé à l acheteur que le système de drainage était de construction artisanale, la Cour du Québec conclut à l effet que l on ne peut reprocher au courtier de ne pas avoir révélé cette information, dans la mesure où c est le vendeur qui avait en quelque sorte le dernier mot, le courtier mandataire n agissant qu à titre d intermédiaire entre le proposant vendeur et le proposant acquéreur 59. CONCLUSION 64 L examen des quelques décisions rapportées ci-dessus permet de constater que les tribunaux n hésitent pas à recourir aux dispositions pertinentes de la Loi sur le courtage immobilier et de ses règlements, en particulier les Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec pour déterminer si un courtier ou un agent immobilier a agi conformément aux usages et règles de son art. Cette étude par les tribunaux a lieu non seulement dans le cadre de recours intentés à l égard des courtiers mais également à l occasion de réclamations formulées par des courtiers à l encontre notamment de promettants acquéreurs qui n ont pas donné suite à leur engagement prévu à un avantcontrat d achat. 65 L obligation de vérification, d information et de conseil du courtier et de l agent immobiliers est, en pratique, probablement la plus importante pour la sauvegarde des droits des parties. D une part, le vendeur fait appel à leurs services pour offrir en vente son immeuble avec l objectif que la vente de celui-ci se déroule sans problème. Cela comprend le fait de ne pas se voir réclamer ultérieurement des dommages ou même l annulation de la vente en raison d allégations par l acheteur que des renseignements erronés lui ont été transmis. D autre part, la personne qui désire acheter un immeuble veut obtenir toutes les informations pertinentes pour la guider dans ses choix et communiquera bien souvent avec un courtier ou un agent pour les obtenir. Elle aura bien souvent besoin de conseils de la part de l intermédiaire impliqué. 66 De l ensemble des décisions rendues depuis quelques années par les tribunaux, force est de constater que le niveau de compétence exigé de la part des courtiers et agents immobiliers est désormais plus élevé Id., 5. Il est clair cependant à notre avis qu un courtier ne peut s en remettre aux déclarations de son client vendeur : Grenier c. Bellotti-Scott, J.E (C.Q.); C. BARSALOU, op. cit., note 14, pp Id., 5. En vertu de l actuelle Loi sur le courtage immobilier, le courtier a clairement l obligation de divulguer à l acheteur un fait aussi important, en vertu de l article 28 des Règles de déontologie de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec, soit de l informer de tout facteur dont il a connaissance qui peut affecter défavorablement l objet de la transaction. Voir les propos du professeur Fabien dans la préface de l ouvrage de M e Henri Richard : op. cit., note 12, p. XIII. Ce dernier souligne, à la page 72 de son ouvrage, que «[l]es derniers changements législatifs et réglementaires se rapportant à ce domaine démontrent bien à quel point le législateur entend encadrer sévèrement cette industrie et les personnes qui y œuvrent».

16 Jurisprudence récente sur l obligation de vérification, d information et de 16

Inutilisable. NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage écrit est conclu avec une personne physique.

Inutilisable. NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage écrit est conclu avec une personne physique. NOM DE L AGENCE DU CRTIER NOM DE L AGENCE DU CRTIER ADRESSE DE L ÉTABLISSEMENT, NUMÉRO DE TÉLÉPHONE, CRRIEL REPRÉSENTÉ PAR NUMÉRO DE PERMIS NOM DE LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS ADRESSE DE L ÉTABLISSEMENT, NUMÉRO

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE LOCATION COMMERCIALE

FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE LOCATION COMMERCIALE FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE LOCATION COMMERCIALE 1. IDENTIFICATION DES PARTIES NOM, ADRESSE, NUMÉRO DE TÉLÉPHONE ET COURRIEL DU LOCATAIRE 1 ET, LE CAS ÉCHÉANT, DE SON REPRÉSENTANT, LIEN AVEC LE LOCATAIRE

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE CI 049M C.G. Code de procédure civile MÉMOIRE Février 2012 AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE Présenté à la Commission des institutions par L OACIQ, UN ORGANISME AYANT POUR

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Le processus d achat résidentiel

Le processus d achat résidentiel Ce guide a été produit grâce à la généreuse contribution de l Alberta Real Estate Foundation Le processus d achat résidentiel Cette brochure vous aidera à comprendre le processus d achat immobilier résidentiel.

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois CODE DE DÉONTOLOGIE de l Association des promoteurs constructeurs genevois Etat au 2 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 1 - RÈGLES GÉNÉRALES 3 2 - RELATIONS AVEC LA CLIENTÈLE 4 3 - RELATIONS AVEC

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION Dossier : 01 15 48 Date : 20030929 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. RONA Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 20 août 2001, le demandeur s adresse à Rona pour

Plus en détail

Les caractéristiques des dossiers de sols contaminés 1) Les montants très importants des frais

Les caractéristiques des dossiers de sols contaminés 1) Les montants très importants des frais Conférence tenue le 18 novembre 2010 17 e Colloque annuel de l Association québécoise de vérification environnementale (AQVE) LA GARANTIE DE QUALITÉ DU VENDEUR EN MATIÈRE DE TERRAINS CONTAMINÉS M e Jeffrey

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE DE LA VILLE DE SAINT-PASCAL 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE La présente politique de gestion contractuelle instaure des mesures conformes à celles exigées en vertu de l

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS 1. Dans le présent code, à moins que le contexte n indique un sens différent, les

Plus en détail

VENTE PAR VOIE DE SOUMISSION PUBLIQUE

VENTE PAR VOIE DE SOUMISSION PUBLIQUE Société de développement industriel de Saint-Anselme inc. 134, rue Principale Saint-Anselme (Québec) G0R 2N0 Tél. : 418.885.4977 Télécopieur : 418.885.9834 municipalite@st-anselme.ca www.st-anselme.ca

Plus en détail

Le processus de vente résidentielle

Le processus de vente résidentielle Ce guide a été produit grâce à la généreuse contribution de l Alberta Real Estate Foundation Le processus de vente résidentielle Cette brochure vous aidera à comprendre le processus de vente immobilière

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 110772 Date : Le 5 décembre 2013 Membre: M e Diane Poitras Plaignants et (PROPRIÉTAIRE) Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu de la Loi sur la

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

Banque HSBC Canada. RESPONSABILITÉS DU NOTAIRE (Hypothèques résidentielles Québec seulement)

Banque HSBC Canada. RESPONSABILITÉS DU NOTAIRE (Hypothèques résidentielles Québec seulement) Banque HSBC Canada RESPONSABILITÉS DU NOTAIRE (Hypothèques résidentielles Québec seulement) 1. Généralités À moins de disposition contraire aux présentes, les termes définis utilisés dans les présentes

Plus en détail

Trouvez les mots Guide des clauses types immobilières

Trouvez les mots Guide des clauses types immobilières Trouvez les mots Guide des clauses types immobilières Novembre 2005 Table des matières Avertissement : photographies illustrant l intérieur de l immeuble et visites libres 4 Pénalité 5 Exclusion de la

Plus en détail

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Médiation à la Division des petites créances Guide de fonctionnement à l intention des médiateurs Octobre 2003 (mise à jour octobre 2014)

Plus en détail

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER?

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau Les décisions récentes des tribunaux ont clairement démontré qu un avocat ne peut légalement

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER RÈGLEMENT # 368 concernant la vidange des fosses septiques des résidences isolées du territoire de la municipalité 74.03.09 Règlement portant

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-03-01(C) DATE : 17 février 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien M. Marc-Henri Germain, C.d A.A., A.V.A., courtier

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI N o COUR : 615-11-001311-127. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI N o COUR : 615-11-001311-127. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale Samson Bélair/Deloitte & Touche Inc. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N o : 22-08-0367 DATE : Le 20 juillet 2009 LE CONSEIL : M e SERGE VERMETTE Président suppléant M. GHISLAIN BÉGIN,

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

Offre d achat propriété résidentielle*

Offre d achat propriété résidentielle* Offre d achat propriété résidentielle* (unifamiliale, copropriété ou terrain) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : Téléphone (jour) : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Téléphone (jour): Téléphone (jour):

Plus en détail

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit:

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit: Le Code civil du Québec ne contient aucune section spécifique pour encadrer les conflits d intérêts des administrateurs d un conseil d administration dans l exercice de leurs obligations. Il est donc nécessaire

Plus en détail

N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre.

N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre. N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mai deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président

Plus en détail

PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE

PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE PROCESSUS D ACCRÉDITATION GÉNÉRAL D ACTIVITÉS DE FORMATION SUPPLÉMENTAIRE INTRODUCTION Afin de continuer de remplir leurs devoirs et obligations, compte tenu de l évolution des pratiques professionnelles

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 avril 2010 N de pourvoi: 09-11667 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Victoriaville CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Règlement numéro 986-2011 Adopté le 2011 Entrée en vigueur le 2011 ARTICLE 1 : TITRE Le titre

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

ÉVALUATION CERTIFICATIVE COURTAGE COMMERCIAL

ÉVALUATION CERTIFICATIVE COURTAGE COMMERCIAL Exemple de réponses Scénario 2 Important : ce que vous trouverez ci-joint n est qu un exemple d un examen complété en courtage immobilier commercial qui démontre la maîtrise de l ensemble des compétences.

Plus en détail

Dépêche 2010-03 OBJET : PROJET DE MODIFICATION DES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ET RÈGLEMENTS DE L ACI

Dépêche 2010-03 OBJET : PROJET DE MODIFICATION DES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ET RÈGLEMENTS DE L ACI Dépêche 2010-03 Le présent document contient des renseignements qui intéresseront vos membres. Nous vous remercions à l avance de votre collaboration en leur transmettant ces renseignements. OBJET : PROJET

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant.

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 02 45 Date : Le 22 novembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X -et- Y Demandeurs c. VISA DESJARDINS Entreprise DÉCISION LE LITIGE DEMANDE

Plus en détail

LES COMMISSIONS D INTERMÉDIAIRE SONT-ELLES LÉGALES?

LES COMMISSIONS D INTERMÉDIAIRE SONT-ELLES LÉGALES? LES COMMISSIONS D INTERMÉDIAIRE SONT-ELLES LÉGALES? Par : Paul Mayer du cabinet d avocats Fasken Martineau Dans la dernière édition d espace Montréal, nous avons vu qu à l exception de certaines personnes

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 NATURE JURIDIQUE ET CONDITIONS DE FORMATION DU CONTRAT DE COURTAGE IMMOBILIER... 5

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 NATURE JURIDIQUE ET CONDITIONS DE FORMATION DU CONTRAT DE COURTAGE IMMOBILIER... 5 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION.......................................1 PARTIE I- NATURE JURIDIQUE ET CONDITIONS DE FORMATION DU CONTRAT DE COURTAGE IMMOBILIER................. 5 CHAPITRE I- NATURE JURIDIQUE

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section 1 Dispositions générales 1. Le présent

Plus en détail

Admissibilité. Renseignements sur le notaire/l avocat. Renseignements de base. Renseignements sur la propriété

Admissibilité. Renseignements sur le notaire/l avocat. Renseignements de base. Renseignements sur la propriété Police d assurance-achat TitrePLUS MD Formulaire de demande pour le Québec Veuillez remplir le formulaire et l envoyer par télécopie à notre représentant d assurances : HUB International Québec Limitée

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un La particularité de ce NDA est son caractère tripartite, signé entre : le prospect, le propriétaire d un business et un broker dit, co-operating broker. Le co-op broker a assuré la mise en relation entre

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

LES AVOCATS, NOTAIRES ET ADMINISTRATEURS AGRÉÉS SE LIVRANT À DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER

LES AVOCATS, NOTAIRES ET ADMINISTRATEURS AGRÉÉS SE LIVRANT À DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER LES AVOCATS, NOTAIRES ET ADMINISTRATEURS AGRÉÉS SE LIVRANT À DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER Par : Paul Mayer du cabinet d avocats Fasken Martineau Dans les derniers numéros d espace Montréal, nous

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-09-00007 39-09-00008 DATE : 8 juillet 2010 LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président M. LÉOPOLD

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Les services offerts par le courtier collaborateur

Les services offerts par le courtier collaborateur Les services offerts par le courtier collaborateur C est le courtier qui représente l acheteur AOÛT 2014 PM114 LES OBLIGATIONS Au Québec, la loi provinciale impose aux courtiers immobiliers certaines obligations

Plus en détail

Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Le CGFPN propose des modifications à la LGF 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces

Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces Maxime B. Rhéaume, Associé T: 514.871.5461 E: mbrheaume@millerthomson.com LES

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 NATURE JURIDIQUE ET CONDITIONS DE FORMATION DU CONTRAT DE COURTAGE IMMOBILIER... 5

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 NATURE JURIDIQUE ET CONDITIONS DE FORMATION DU CONTRAT DE COURTAGE IMMOBILIER... 5 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION.......................................1 PARTIE I- NATURE JURIDIQUE ET CONDITIONS DE FORMATION DU CONTRAT DE COURTAGE IMMOBILIER................. 5 CHAPITRE I- NATURE JURIDIQUE

Plus en détail

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT BULLETIN NO. 2933 EN MATIÈRE DE DISCIPLINE EN VERTU DU STATUT 20 DE L'ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES DANS L'AFFAIRE DE MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT I. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate à la mise en application BULLETIN N 3673 514 878-2854 Le 20 septembre 2007 spoirier@ida.ca Discipline

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE D AUTORISATION AU MINISTRE DES FINANCES CONCERNANT L ATTRIBUTION OU LE TRANSFERT D ACTIONS AVEC DROIT DE VOTE PAR UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 04 05 38. Date : Le 8 août 2007. M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : Demanderesse

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 04 05 38. Date : Le 8 août 2007. M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : Demanderesse Commission d accès à l information du Québec Dossier : 04 05 38 Date : Le 8 août 2007 Commissaire : M e Jacques Saint-Laurent X Demanderesse c. Compagnie d assurance vie RBC Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

Fonderie d aluminium et modelerie ltée.

Fonderie d aluminium et modelerie ltée. TRANSACTIONS ET RESTRUCTURATION Fonderie d aluminium et modelerie ltée. Le 7 avril 2014 APPEL D OFFRES SOUS SEING PRIVÉ Mémo d informations kpmg.ca KPMG inc. Tour KPMG Bureau 1500 600, boul. de Maisonneuve

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis

Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MÉTIS-SUR-MER RÈGLEMENT NUMÉRO 13-83 Règlement de citation du site patrimonial du Phare de Pointe Mitis CONSIDÉRANT QU en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel (LRQ, c.

Plus en détail

Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton

Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton o Téléphone au bureau : 514-351-8700 o Pour toute urgence

Plus en détail

LE CONTRAT D ADHÉSION Caractéristiques et Conséquences Juridiques

LE CONTRAT D ADHÉSION Caractéristiques et Conséquences Juridiques LE CONTRAT D ADHÉSION Caractéristiques et Conséquences Juridiques À la conclusion d un contrat, il n est pas rare que les parties contractantes ne soient pas sur un pied d égalité. On a qu à penser aux

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son PV 99 03 48 RENÉ COMEAU Plaignant c. BELL MOBILITÉ Intimée LA PLAINTE Le plaignant allègue que la Boutique du téléphone, agente autorisée de l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail