CROCE. & Associés SA CRIMES FISCAUX ET BLANCHIMENT D ARGENT ETAT DE SITUATION À SINGAPOUR. Avocats Avvocati Attorneys-at-law

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CROCE. & Associés SA CRIMES FISCAUX ET BLANCHIMENT D ARGENT ETAT DE SITUATION À SINGAPOUR. Avocats Avvocati Attorneys-at-law"

Transcription

1 CROCE & Associés SA Avocats Avvocati Attorneys-at-law CRIMES FISCAUX ET BLANCHIMENT D ARGENT ETAT DE SITUATION À SINGAPOUR Par Lorenzo CROCE Singapour, le 8 avril 2013 Avocat au Barreau de Genève Avocat étranger au Barreau de Singapour LL.M. New York University LL.M. National University of Singapore Trust and Estate Practitioner Suite à l adoption des nouvelles recommandations du GAFI (Groupe d Action Financière) en février 2012, Singapour a décidé d incorporer dans sa législation interne les crimes fiscaux graves («serious tax offenses») en tant qu infractions préalables au blanchiment d argent. Initiée en septembre 2011 déjà, cette démarche vise à renforcer la crédibilité de la place financière sur la scène internationale. Plus particulièrement, elle s inscrit dans la volonté du gouvernement de faire de Singapour un centre financier propre et transparent et d éviter que la cité-etat ne soit un abri pour les fraudeurs du fisc. En date du 9 octobre 2012, la MAS (Monetary Authority of Singapore) a émis un document consultatif destiné aux intermédiaires financiers (banques, assurances, gestionnaires de fortune indépendants, trust companies, etc.). Un délai au 9 décembre 2012 leur a été imparti afin qu ils prennent position. Par communiqué du 28 mars 2013, la MAS a répondu au feedback reçu et a apporté quelques précisions bienvenues ; cellesci seront détaillées ci-après. Le projet de loi définitif devrait être adopté par le Parlement dans les prochaines semaines.

2 A l instar de Hong-Kong, de l Australie et du Royaume-Uni qui ont déjà pris des mesures par le passé, Singapour doit réviser sa législation interne afin de définir ce qu elle entend par «crimes fiscaux graves». Sont notamment concernées les lois suivantes : - l Income Tax Act (s.96 et s.96a); - le Goods and Services Tax Act (s.62 et s.63) et; - le Corruption, Drug Trafficking and Other Serious Crimes (Confiscation of Benefits) Act (CDSA). D après la Loi fiscale sur le revenu, il y a évasion et fraude fiscales lorsque: s.96 Tax Evasion (1) Any person who wilfully with intent to evade or to assist any other person to evade tax: (a) omits from a return made under this Act any income which should be included; (b) makes any false statement or entry in any return made under this Act or in any notice made under s.76(8); (c) gives any false answer, whether verbally or in writing, to any question or request for information asked or made in accordance with the provisions of this Act; or (d) fails to comply with s.76(8) s.96a Serious Fraudulent Tax Evasion (1) Any person who wilfully with intent to evade or to assist any other person to evade tax: (a) prepares or maintains or authorises the preparation or maintenance of any false books of account or other records or falsifies or authorises the falsification of any books of account or records; or (b) makes use of any fraud, art or contrivance or authorises the use of any such fraud, art or contrivance Il ressort de ce qui précède que non seulement la fraude fiscale est visée par ce projet législatif mais également la simple évasion.

3 Par ailleurs, on relèvera que le projet prévoit une coopération accrue entre Singapour et les juridictions ayant signé des accords internationaux d entraide pénale ou administrative. S agissant des intermédiaires financiers, l enjeu est double : - D une part, ils s exposent à de lourdes sanctions s ils assistent leurs clients à frauder le fisc d une quelconque manière que ce soit. - D autre part, ils ont l obligation d informer les autorités de poursuite pénale en cas de soupçons d évasion fiscale. A cette fin, ils doivent mettre sur pied des procédures de contrôle interne visant à s assurer que les avoirs déposés ne proviennent pas de crimes fiscaux. Les intermédiaires financiers n ont toutefois pas à déterminer avec certitude que leurs clients sont en pleine conformité avec leurs obligations fiscales. Ils doivent en revanche examiner s il existe des raisons suffisantes laissant suspecter que les biens déposés proviennent d une infraction fiscale grave. La nuance est importante. Cette nouvelle règlementation concerne tant l ouverture de nouveaux comptes bancaires que ceux déjà existants. Les dispositions du projet entendent également s appliquer tant aux infractions commises à Singapour que celles perpétrées à l étranger («foreign serious offence»). La notion de «foreign serious offence» est définie dans la loi comme suit (art. 2 CDSA) : foreign serious offence means an offence (other than a foreign drug trafficking offence) against the laws of, or of a part of, a foreign country stated in a certificate purporting to be issued by or on behalf of the government of that country and the act or omission constituting the offence or the equivalent act or omission would, if it had occurred in Singapore, have constituted a serious offence; S agissant des infractions fiscales commises à l étranger, cette définition pose le problème de la double-incrimination. En effet, seules les infractions également punissables à Singapour sont visées par le projet. Or, à la différence de pays comme la France ou l Italie, Singapour applique une fiscalité allégée fondée sur une imposition territoriale. En particulier, les donations, les successions ou la fortune ne sont pas taxées. A la lecture du projet de loi, Singapour considère comme «serious tax offence» uniquement les infractions fiscales commises sur les revenus et sur la TVA. Tenant compte de cette distinction, la MAS a imaginé trois scénarios distincts :

4 1) L intermédiaire financier est certain que l infraction fiscale commise à l étranger porte sur un type d impôt également perçu à Singapour. Dans ce cas, celui-ci a l obligation de prévenir les autorités (required to file a «Suspicious Transaction Report») et bénéficiera de l immunité conférée par la loi (absence de violation du secret bancaire en cas de dénonciation infondée). 2) L intermédiaire financier est incertain si l infraction fiscale commise relève ou non d une catégorie d impôt perçue à Singapour. Dans cette hypothèse, l intermédiaire financier est également contraint de dénoncer le cas et sera protégé par la loi. 3) Enfin, si l intermédiaire financier est certain que l évasion fiscale concerne un type d impôt non taxé à Singapour, il n est pas tenu de remplir un STR mais demeure libre de le faire. En revanche, il ne bénéficiera pas de la protection conférée par la loi et s expose à d éventuelles poursuites par le client. Cette approche se justifie par le fait que du point de vue singapourien, une telle violation du droit étranger n est pas considérée comme une infraction fiscale grave à Singapour. Il ressort de ce qui précède que l on voit mal un intermédiaire financier prendre le risque de dénoncer un client dont il présume qu il n a pas déclaré une donation, une succession ou une partie de sa fortune par exemple. Toutefois, pour des raisons évidentes de réputation, l intermédiaire financier devrait exiger la fermeture du compte. La question est plus délicate s agissant des dividendes ou des gains en capital non déclarés dans le pays de résidence du client. En effet, bien que ces types d impôts rentrent dans la définition de «revenu», ils ne sont pas taxés à Singapour. Dès lors, se pose la question d une éventuelle obligation de dénonciation de la part de l intermédiaire financier. A l heure actuelle, la MAS n a fourni aucune précision à ce sujet mais le projet de loi définitif devrait sans doute apporter une réponse. Comme il l a été relevé ci-dessus, sur le plan organisationnel les intermédiaires financiers ont l obligation de mettre en place des procédures de contrôle interne afin d identifier si les fonds déposés proviennent d infractions fiscales. S agissant des moyens d investigation, ils doivent adopter une approche basée sur le risque en appliquant la méthode dite des «red flag indicators», soit l utilisation d indices ou de critères propres à éveiller des soupçons d évasion ou de fraude fiscale. Sont notamment considérés comme des «red flag» :

5 - Les clients résidant dans des pays à risque comme ceux domiciliés aux Etats-Unis, au Canada, dans l Union européenne et dans une moindre mesure en Suisse. - L utilisation de structures insolites ou inutilement complexes (mise en place de sociétés écrans, recours à des «nominee shareholders» ou d autres véhicules opaques, etc.) - La demande du client de conserver la correspondance bancaire chez l intermédiaire financier (correspondance en «banque restante»). - Les dépôts et retraits cash réguliers. - Le refus du client de signer une auto-déclaration de conformité fiscale. A noter toutefois qu une telle déclaration ne dispense pas l intermédiaire financier de s assurer de la véracité et de la crédibilité des dires du client. En toutes circonstances, d autres investigations en toute indépendance sont nécessaires. - La mise en lumière d éléments négatifs (enquêtes, poursuites, condamnations fiscales du client) lors de vérifications sur internet, world-check, etc. - L absence de liens du client avec l Asie (investissements, travail, etc.). - L absence de réunions en face à face avec le client. - Certaines transactions suspectes sur des comptes bancaires dormants. - Le fait de verser plus de fonds sur le compte que ce qui avait initialement été indiqué à l intermédiaire financier lors de l ouverture de la relation. - La volonté du client de gérer lui-même son compte depuis son pays de résidence sans recourir aux services de la banque ou d un gestionnaire de fortune indépendant local. On relèvera que ces critères ne sont pas exhaustifs et que la MAS édictera sans doute des lignes directrices ultérieurement.

6 L entrée en vigueur de la nouvelle législation est prévue pour le 1 er juillet En clair, cela signifie qu à partir de cette date, tout intermédiaire financier devra non seulement refuser toute nouvelle relation présentant des risques de fraude mais aura l obligation de bloquer les avoirs déposés et de dénoncer aux autorités de poursuite pénale tout client dont il sait ou peut raisonnablement suspecter que les fonds proviennent d un crime fiscal grave. Sur la base des critères mentionnés ci-dessus, les banques et autres intermédiaires financiers procèdent actuellement à un examen complet de chaque compte ou relation ouverts auprès de leur établissement. Concrètement, le Code de conduite adopté par la «Private Banking Industry Group» (PBIG) de Singapour préconise une approche en 4 étapes : 1) Tout d abord, l intermédiaire financier doit effectuer des recherches sur le client à partir d internet ou de toute autre base de données afin de vérifier si celui-ci fait l objet de poursuites ou de condamnations dans son pays de résidence. 2) Ensuite, il est tenu de poser au client toutes les questions nécessaires et évaluer la véracité des informations fournies de manière indépendante afin de s assurer que les fonds ne proviennent pas d infractions fiscales. Les raisons qui ont amené le client à ouvrir la relation doivent également être considérées. 3) Il doit en outre consulter la législation fiscale étrangère dans la mesure de ses capacités. 4) Enfin, dans l hypothèse d une structure complexe, l intermédiaire financier est contraint de clairement identifier tous les «bénéficiaires économiques» et de comprendre les buts de celle-ci en s assurant qu elle n a pas pour objectif de soustraire des impôts. Cette démarche effectuée, chaque client est ensuite classé dans trois catégories, soit celui qui présente un risque faible (liste verte), moyen (liste orange) ou élevé (liste rouge) d évasion fiscale. Cette liste, mise à jour continuellement doit être accessible à la MAS. Les relations qui tombent sous le coup de la liste orange nécessitent des investigations supplémentaires et des éclaircissements de la part de client. Un délai initial à juin 2014 est imparti aux intermédiaires financiers pour s acquitter de cette tâche, à charge toutefois pour eux de prouver que le client n appartient pas à la liste rouge.

7 Les clients qui relèvent quant à eux de la liste rouge doivent soit fermer leur compte, soit se mettre en complaisance fiscale ou prouver à l intermédiaire financier qu ils ont régularisé leur situation d ici le 1 juillet prochain. Passée cette date, ceux-ci dénonceront les cas aux autorités. Enfin, on relèvera que la législation impose aux intermédiaires financiers une obligation continue de surveillance des comptes des clients ainsi que des contrôles périodiques de leur conformité fiscale. Par ailleurs, elle exige une formation adéquate des collaborateurs de même que la mise en place de procédures hiérarchisées et indépendantes (obligation de reporting au management, comités d examen séparés du «relationship manager», documentation et preuves écrites adéquates, etc.).

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Lydia Schneider Hausser : Mais où sont passés les salaires de Vitol?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Lydia Schneider Hausser : Mais où sont passés les salaires de Vitol? Secrétariat du Grand Conseil QUE 47-A Date de dépôt : 6 février 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de Mme Lydia Schneider Hausser : Mais où sont passés les salaires de Vitol? Mesdames

Plus en détail

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche TAX ALERT 4 octobre 2012 Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche La Commission européenne a donné son feu vert, en date du 17 avril 2012, aux accords signés par la Suisse avec l'allemagne

Plus en détail

BILL S-226 PROJET DE LOI S-226 S-226 S-226 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

BILL S-226 PROJET DE LOI S-226 S-226 S-226 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA S-226 S-226 Second Session, Forty-first Parliament, 62-63-64 Elizabeth II, 2013-2014-2015 Deuxième session, quarante et unième législature, 62-63-64 Elizabeth II, 2013-2014-2015 SENATE OF CANADA SÉNAT

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE

RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE Les Franco-Israéliens face aux RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE - 1 - SOMMAIRE PREFACE RESIDENCE FISCALE DANS QUEL PAYS SUIS-JE FISCALEMENT RESIDENT PANIER FISCAL D INTEGRATION QUELS SONT LES AVANTAGES ATTRIBUES

Plus en détail

Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle

Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle / 26/11/2012 Page 0 Table des matières Thèmes Pages Le concept RUBIK 2 RUBIK, comment ça marche? 4 Schématisons le passé 5 Schématisons le futur

Plus en détail

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong :

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong : Hong Kong: Le territoire de Hong Kong est situé sur les côtes Sud Est de la Chine et regroupe un grand nombre d îles. Ce territoire compte, à ce jour, près de sept millions d habitants. Hong Kong est revenu

Plus en détail

US Program: les conséquences des choix des banques en 2014 et au-delà

US Program: les conséquences des choix des banques en 2014 et au-delà US Program: les conséquences des choix des banques en 2014 et au-delà Philipp Fischer Association genevoise de droit des affaires Plan 1. Introduction: rappel du contexte général 2. Aujourd hui: US Program

Plus en détail

Bill 70 Projet de loi 70

Bill 70 Projet de loi 70 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 70 Projet de loi 70 An Act respecting protection for registered retirement

Plus en détail

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1237b Avril 2006 LES NOTAIRES ET LA

Plus en détail

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Dans le cadre de ses objectifs, la BATL souhaite collaborer à une législation efficace et de qualité qui soit applicable dans la pratique du droit

Plus en détail

La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers. Entrée en vigueur le 01.01.2010

La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers. Entrée en vigueur le 01.01.2010 La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers Entrée en vigueur le 01.01.2010 Pascale Maudry-Vonlanthen, Inspection fiscale et des remises 1 I. Bases légales

Plus en détail

CHAPTER 126 CHAPITRE 126

CHAPTER 126 CHAPITRE 126 CHAPTER 126 CHAPITRE 126 Collection Agencies Act Table of Contents 1 Definitions collection agency agence de recouvrement collector agent de recouvrement Minister ministre prescribed prescrit Table des

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale

Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale Considérant que le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de Jersey souhaitent renforcer et faciliter

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLcorruption version5 Janvier

Plus en détail

Memo to clients. 1. Structures du patrimoine privé. First Advisory Group. No. 2 Juin 2012. Introduction:

Memo to clients. 1. Structures du patrimoine privé. First Advisory Group. No. 2 Juin 2012. Introduction: Memo to clients No. 2 Juin 2012 1. Structures du patrimoine privé Introduction: L imposition privilégiée des sociétés de domicile ou de holding (appelée taxe spéciale sur les sociétés) a été supprimée

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D

P A T R I C K M I C H A U D P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE ANALYSE PRATIQUE DE LA CIRCULAIRE DE BERNARD CAZENEUVE SUR LE TRAITEMENT DES DÉCLARATIONS RECTIFICATIVES

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Conférence de presse annuelle du 23 mars 2010. Urs Zulauf Directeur adjoint Responsable de la division Services stratégiques et centraux

Conférence de presse annuelle du 23 mars 2010. Urs Zulauf Directeur adjoint Responsable de la division Services stratégiques et centraux Conférence de presse annuelle du 23 mars 2010 Urs Zulauf Directeur adjoint Responsable de la division Services stratégiques et centraux Les risques juridiques dans le cadre des relations d affaires transfrontières

Plus en détail

Bill 26 Projet de loi 26

Bill 26 Projet de loi 26 3RD SESSION, 37TH LEGISLATURE, ONTARIO 51 ELIZABETH II, 2002 3 e SESSION, 37 e LÉGISLATURE, ONTARIO 51 ELIZABETH II, 2002 Bill 26 Projet de loi 26 An Act to provide civil remedies for the victims of identity

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

Aggregate Financial Exposure (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur le total des risques financiers (sociétés de fiducie et de prêt)

Aggregate Financial Exposure (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur le total des risques financiers (sociétés de fiducie et de prêt) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Aggregate Financial Exposure (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur le total des risques financiers (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2001-365 DORS/2001-365

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

Certificate of Incorporation Certificat de constitution

Certificate of Incorporation Certificat de constitution Request ID: 017562932 Province of Ontario Date Report Produced: 2015/04/27 Demande n o : Province de l Ontario Document produit le: Transaction ID: 057430690 Ministry of Government Services Time Report

Plus en détail

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Présentation des obligations professionnelles des métiers du conseil et de la finance 19 mai 2011 Christophe ZEEB

Plus en détail

Conserver son patrimoine financier au Luxembourg : les avantages

Conserver son patrimoine financier au Luxembourg : les avantages _ FR RÉGULARISATION FISCALE EN BELGIQUE Conserver son patrimoine financier au Luxembourg : les avantages Vous avant tout La régularisation fiscale en Belgique L'environnement économique, législatif et

Plus en détail

Votre patrimoine étranger en ligne de mire!

Votre patrimoine étranger en ligne de mire! Votre patrimoine étranger en ligne de mire! De l échange de renseignements à la taxe Caïman et la possibilité d une rectification spontanée DE BROECK VAN LAERE & PARTNERS Avocats à Bruxelles, Gand et Anvers

Plus en détail

Assurance vie et échange d informations en matière fiscale

Assurance vie et échange d informations en matière fiscale Assurance vie et échange d informations en matière fiscale Table-ronde FARAD sur l intermédiation en conformité 19 septembre 2013 Marc GOUDEN Avocat à la Cour et Avocat au Barreau de Introduction Annonces

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2015 LOIS DU CANADA (2015) CHAPITRE 34 CHAPTER 34 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2015 LOIS DU CANADA (2015) CHAPITRE 34 CHAPTER 34 ASSENTED TO SANCTIONNÉE Second Session, Forty-first Parliament, 62-63-64 Elizabeth II, 2013-2014-2015 Deuxième session, quarante et unième législature, 62-63-64 Elizabeth II, 2013-2014-2015 STATUTES OF CANADA 2015 LOIS DU CANADA

Plus en détail

Ouvrir un compte bancaire à l étranger

Ouvrir un compte bancaire à l étranger Ouvrir un compte bancaire à l étranger Contributeurs EURES EURES est un réseau européen créé en 1993 par la Commission européenne avec l objectif de favoriser la libre circulation et la mobilité dans l

Plus en détail

Projet Retenue à la source libératoire

Projet Retenue à la source libératoire Décembre 2009 Projet Retenue à la source libératoire Retenue à la source libératoire sur les avoirs déposés auprès de banques dans le cadre de relations transfrontalières SOMMAIRE Résumé... 3 1. Situation

Plus en détail

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL Conférence «Traduction financière» Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg Catherine BOURIN - ABBL 8 juillet 2010 Qu est-ce que le blanchiment

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève? Secrétariat du Grand Conseil QUE 72-A Date de dépôt : 15 mai 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Nous maîtrisons les terrains les plus divers mai 2015 Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Le délit fiscal qualifié : nouvelle infraction préalable / Conséquences pour les intermédiaires

Plus en détail

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui?

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? 13 décembre 2012 Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? Conférence Academy & Finance du 13 décembre 2012 Alexandre de Senarclens ads@oher.ch

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés Cette norme professionnelle a été adoptée lors de l'assemblée

Plus en détail

Conséquences de la loi américaine «Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA)» pour les caisses populaires et credit unions

Conséquences de la loi américaine «Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA)» pour les caisses populaires et credit unions Conséquences de la loi américaine «Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA)» pour les caisses populaires et credit unions Le 4 décembre 2012 Dan Lundenberg, associé Grant Thornton, S.E.N.C.R.L. T +1

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

PRESENTATION BIENVENUE DANS NOTRE. Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers. Options et avantages

PRESENTATION BIENVENUE DANS NOTRE. Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers. Options et avantages BIENVENUE DANS NOTRE PRESENTATION Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers Options et avantages Présenté par Paul Debastos Chasseur-Immo-Floride 8551 W Sunrise Blvd, Suite

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Régularisation fiscale

Régularisation fiscale CONTEXTE DE LA RÉGULARISATION Question n 1 Quels sont les facteurs qui pourraient contribuer au succès des opérations de régularisation fiscale en 2013? L obligation imposée aux contribuables belges de

Plus en détail

CLASSIFICATION FISCALE INTERNATIONALE D UNE ENTITÉ

CLASSIFICATION FISCALE INTERNATIONALE D UNE ENTITÉ CLASSIFICATION FISCALE INTERNATIONALE D UNE ENTITÉ 500-5000, rue Yonge Toronto (Ontario) M2N 7J8 www.transamerica.ca Nom officiel complet de l entité qui est le propriétaire de police/titulaire de compte

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Amélioration significative de la collaboration avec l UE L accord entre la

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Kaloyan Stoyanov Expert fiscal diplômé, docteur en droit Président du conseil d administration

Kaloyan Stoyanov Expert fiscal diplômé, docteur en droit Président du conseil d administration Kaloyan Stoyanov Expert fiscal diplômé, docteur en droit Président du conseil d administration BERNE : FISCALITE ET BLANCHIMENT BRUXELLES : ENCORE DES MESURES PARIS : TENTATIVES DE «VASSALISATION» WASHINGTON

Plus en détail

CHAPTER 201 CHAPITRE 201

CHAPTER 201 CHAPITRE 201 CHAPTER 201 CHAPITRE 201 Pari-Mutuel Tax Act Table of Contents 1 Definitions bettor parieur collector percepteur Commissioner commissaire Minister ministre Table des matières 1 Définitions commissaire

Plus en détail

Remission Order Concerning Interest Accruing on Certain Unemployment Insurance Overpayments

Remission Order Concerning Interest Accruing on Certain Unemployment Insurance Overpayments CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Remission Order Concerning Interest Accruing on Certain Unemployment Insurance Overpayments Décret de remise visant l intérêt à payer à l égard de certains trop-payés

Plus en détail

General Import Permit No. 106 Apparel Goods or Other Textile Articles. Licence générale d importation n o 106 vêtements ou autres articles textiles

General Import Permit No. 106 Apparel Goods or Other Textile Articles. Licence générale d importation n o 106 vêtements ou autres articles textiles CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION General Import Permit No. 106 Apparel Goods or Other Textile Articles Licence générale d importation n o 106 vêtements ou autres articles textiles SOR/97-170 DORS/97-170

Plus en détail

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Conférence suisse des impôts Cl 15 Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire du 31 août 2001 1 Introduction La loi du 15 décembre

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

Remission Order in Respect of a Transfer of a Sahtu Dene and Metis Settlement Corporation s Assets under a Self-Government Agreement

Remission Order in Respect of a Transfer of a Sahtu Dene and Metis Settlement Corporation s Assets under a Self-Government Agreement CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Remission Order in Respect of a Transfer of a Sahtu Dene and Metis Settlement Corporation s Assets under a Self-Government Agreement Décret de remise relatif à un transfert

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

Frequently asked questions

Frequently asked questions Frequently asked questions 1. Questions générales A) FATCA: qu est-ce que c est? FATCA signifie Foreign Account Tax Compliance Act. Il s agit d une législation fiscale américaine qui vise l identification

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Foundation

Wealth & Tax Planning Private Foundation Wealth & Tax Planning Private Foundation Parties dans une Private Foundation Structure simplifiée Mandant de la fondation = Fondateur Procure des recommandations Conseil de fondation Transfère les actifs

Plus en détail

Héritier non apparent : planification successorale pour les bénéficiaires des États-Unis

Héritier non apparent : planification successorale pour les bénéficiaires des États-Unis Héritier non apparent : planification successorale pour les bénéficiaires des États-Unis Jamie Golombek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Services consultatifs de gestion de

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2012-08-23 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

trouvent; Le FERR est plus possible facteur assujetti

trouvent; Le FERR est plus possible facteur assujetti Fonds enregistrés de revenu de retraite Fonds enregistréss de revenu de retraite La plupart des Canadiens connaissent le régime enregistré d épargne-retraite (REER). Ils sont nombreux à s en servir pendant

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Fund

Wealth & Tax Planning Private Fund Wealth & Tax Planning Private Fund Parties dans un Private Fund Structure simplifiée Structure le Private Fund Mandant = Sponsor Définit le cadre opératif Administrateur Chargé de l évaluation des actifs,

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION CTIF-CFI DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NLcorruption version3 03/05/2007 DOSSIERS

Plus en détail

Edna Ekhivalak Elias Commissioner of Nunavut Commissaire du Nunavut

Edna Ekhivalak Elias Commissioner of Nunavut Commissaire du Nunavut SECOND SESSION THIRD LEGISLATIVE ASSEMBLY OF NUNAVUT DEUXIÈME SESSION TROISIÈME ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU NUNAVUT GOVERNMENT BILL PROJET DE LOI DU GOUVERNEMENT BILL 52 PROJET DE LOI N o 52 SUPPLEMENTARY

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

POUR LES ENTREPRISES CANADIENNES

POUR LES ENTREPRISES CANADIENNES BDO Canada s.r.l./s.e.n.c.r.l. CONSÉQUENCES FISCALES AMÉRICAINES POUR LES ENTREPRISES CANADIENNES Présentée par : Joy Murad, Associée, fiscalité internationale Série Frontière Sud -MEQ Le 12 mars 2014

Plus en détail

Accord entre la Confédération suisse et la République des Seychelles sur l échange de renseignements en matière fiscale

Accord entre la Confédération suisse et la République des Seychelles sur l échange de renseignements en matière fiscale Traduction 1 Accord entre la Confédération suisse et la République des Seychelles sur l échange de renseignements en matière fiscale Conclu le 26 mai 2014 Approuvé par l Assemblée fédérale le 20 mars 2015

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme JUIN 2014 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce mini-guide

Plus en détail

MAINTENANCE PAYMENTS REMISSION ORDER R.R.N.W.T. 1990,c.F-8

MAINTENANCE PAYMENTS REMISSION ORDER R.R.N.W.T. 1990,c.F-8 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT MAINTENANCE PAYMENTS REMISSION ORDER R.R.N.W.T. 1990,c.F-8 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DÉCRET SUR LA REMISE RELATIVE AU VERSEMENT DE PENSIONS ALIMENTAIRES R.R.T.N.-O.

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Company

Wealth & Tax Planning Private Company Wealth & Tax Planning Private Company Parties dans une Private Company Structure simplifiée Mandant = Actionnaire Procure des recommandations Conseil d administration Les actions peuvent être détenues

Plus en détail

Canadian Films and Video Tapes Certification Fees Order. Décret sur les droits d émission de visas de films et bandes magnétoscopiques canadiens

Canadian Films and Video Tapes Certification Fees Order. Décret sur les droits d émission de visas de films et bandes magnétoscopiques canadiens CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Films and Video Tapes Certification Fees Order Décret sur les droits d émission de visas de films et bandes magnétoscopiques canadiens SOR/82-550 DORS/82-550

Plus en détail

Ordonnance de classement Art. 319 ss CPP

Ordonnance de classement Art. 319 ss CPP Procureure fédérale: Collaboratrice juridique: Greffière: Procédure n o : Lausanne, le 11 décembre 2014 SV.13.0530- Ordonnance de classement Art. 319 ss CPP Dans la cause pénale Personnes prévenues A.,

Plus en détail

Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification)

Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification) Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification) Introduction Rappel des faits : Le 1 er juillet 2014, date d entrée en vigueur du nouvel

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

BILL C-452 PROJET DE LOI C-452 C-452 C-452 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

BILL C-452 PROJET DE LOI C-452 C-452 C-452 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA C-452 C-452 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-452 PROJET DE LOI C-452 An Act to amend

Plus en détail

Le dispositif de contrôle de la conformité: attentes et recommandations du superviseur

Le dispositif de contrôle de la conformité: attentes et recommandations du superviseur Le dispositif de contrôle de la conformité: attentes et recommandations du superviseur Audrey Sudara-Boyer ACPR Chef du service du droit de la lutte anti-blanchiment et du contrôle interne 1 Sommaire I.

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Résidents Non-Habituels Regime fiscal spécial portugais

Résidents Non-Habituels Regime fiscal spécial portugais Tax Global Employer Services 2015 Résidents Non-Habituels Regime fiscal spécial portugais Ce résumé présente un bref panorama général des principaux aspects et implications du régime des Résidents Non

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2014-02-05 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

1998 COOPERATIVE CREDIT ASSOCIATIONS - ASSOCIATIONS COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF DOLLARS) (EN MILLIERS DE DOLLARS) TABLE I - ASSETS

1998 COOPERATIVE CREDIT ASSOCIATIONS - ASSOCIATIONS COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF DOLLARS) (EN MILLIERS DE DOLLARS) TABLE I - ASSETS 1998 COOPERATIVE CREDIT S - S COOPÉRATIVES DE CRÉDIT (IN THOUSANDS OF (EN MILLIERS DE TABLE I - ASSETS LOANS TO MEMBERS (LESS PROVISIONS FOR LOANS IN DEFAULT) CASH TREASURY BILLS AND SHORT TERM DEPOSITS

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME

Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME Jean Goncalves 44 rue Paul Valery 75116 Paris Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME Note pour les investisseurs résidents

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE Punissabilité des entreprises En automne 2001, les Chambres fédérales ont adopté les nouveaux articles 102 et 102a du Code pénal qui

Plus en détail

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission «L application à la profession d avocat de la directive 91/308/CEE relative

Plus en détail