PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU CANCER DU SEIN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU CANCER DU SEIN"

Transcription

1 PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU CANCER DU SEIN Francine Pfeil : cadre de santé responsable ETP sein Danielle Prébay : pharmacien APHAL 19 mars 2013 Luxembourg

2 Objectif de ce programme d ETP Permettre aux femmes atteintes d un cancer du sein : une réinsertion familiale, professionnelle et sociale, plus rapide et dans les meilleures conditions possibles

3 Contexte 1 femme sur 8 atteinte d 1 cancer du sein avant 75 ans Traitements responsables de : Troubles de l image corporelle Symptômes liés à l hypoœstrogènie Prise de poids Or les études ont démontré que : L activité physique améliore la tolérance aux traitements et diminue les risques de récidive La prise de poids favorise la rechute

4 Activité depuis avril patientes ont pris part au programme sur les 173 patientes à qui il a été proposé Motifs des refus : 58 refus car non prise en charge des transports 28 refus car reprise du travail après les traitements 10 refus car contraintes médicales 23 refus : contraintes familiales et autres

5 Contenu de ce programme de 3 mois 8 ateliers différents d environ 1h chacun sont proposés : 3 ateliers d activité physique par semaine, par les kinésithérapeutes 4 ateliers diététiques par programme : pour l élaboration de menus équilibrés 2 ateliers avec la socio esthéticienne pour les conseils pour l apparence et le bien-être 1 atelier avec le pharmacien concernant la gestion des effets indésirables des traitements et l observance

6 Contenu de ce programme de 3 mois 1 atelier avec la gynécologue pour répondre aux symptômes de l hypoœstrogénie 1 atelier avec la psychologue pour la gestion de l après-cancer 1 atelier avec la neuropsychologue pour l évaluation et la prise en charge des troubles cognitifs 1 atelier avec une bénévole de l association «Vivre comme avant» permettant le partage d expériences

7 Place du pharmacien dans l ETP 80% des cancers du sein sont dits hormonodépendants ou hormonosensibles Traitement au long cours (au moins 5 ans) par voie orale Avec des effets indésirables et des toxicités non négligeables et très variables Conciliation avec d autres traitements médicamenteux

8 Place du pharmacien dans l ETP Mise en place d un atelier pharmaceutique au sein du programme Objectif = permettre l acquisition ou le maintien des compétences nécessaires à la bonne gestion du traitement médicamenteux

9 Place du pharmacien dans l ETP Dans ce programme : Répondre aux attentes des patientes Apporter toutes les informations sur le traitement Améliorer la tolérance des traitements en aidant à une meilleure gestion des toxicités et effets indésirables Prendre conscience de l intérêt d une bonne observance du traitement

10 Déroulement de la séance pharmaceutique Consultation de groupe Durée : 1h30 à 2 h Définition des attentes, des acquis et des traitements Information sur les objectifs de cette séance Explications des différents traitements et de leurs effets indésirables Recherche de solutions pour un meilleur contrôle de ces effets : moment de prise, alimentation, autres médicaments, Sensibilisation des enjeux d une bonne observance à long terme

11 Déroulement de la séance pharmaceutique Questions/réponses : Tolérance : expériences personnelles CT et thérapies ciblées Hormonothérapie Médecines complémentaires Enjeu de la durée du traitement Rôle du médecin généraliste Rôle du pharmacien de ville Sites Internet Outils : Fiches de bon usage distribuées en fin de séance

12 Déroulement de la séance pharmaceutique Evaluation de la séance Outil : questionnaire de satisfaction Objectif : amélioration du contenu de l atelier Résultats : Les patientes sont satisfaites Leur qualité de vie est améliorée 75% meilleure compréhension du traitement 75% meilleur contrôle des effets indésirables Sujet à rajouter : la fatigue

13 Conclusion de la séance pharmaceutique Le traitement médicamenteux après un cancer du sein est de longue durée La compliance au traitement est un enjeu majeur dans l évolution de la maladie Reprise de l atelier médicamenteux 1 X/an pour les volontaires Relation ville hôpital : intégration des pharmaciens d officine dans l accompagnement de ces patientes

14 Conclusion du programme ETP Le cancer du sein en Alsace : 1400 nouveaux cas/an Au CPS : 900 patientes traitées et 640 nouveaux cas/an

15 Conclusion du programme ETP Evaluation du programme : 100% patientes satisfaites du contenu du programme 100% le conseilleraient à des patientes atteintes de la même pathologie mise en place d un atelier supplémentaire concernant la reconstruction mammaire (avril 2013) Nécessité d un programme spécifique aux femmes de + de 70 ans?

16 Conclusion du programme ETP Programme ouvert à toutes les patientes volontaires quelque soit l établissement de santé Amélioration globale de la qualité de vie, de l état psychologique et maintien de l autonomie, de l indépendance des femmes

17 Conclusion du programme ETP Selon les patientes, les bénéfices apportés : à court terme : éviter le sentiment d isolement et d abandon à moyen terme : réapprendre à vivre après les traitements avec une meilleure gestion des effets indésirables à long terme : adopter un mode de vie différent (activité sportive régulière, alimentation équilibrée..)

18 Tu me dis, j oublie, Tu m apprends, je me souviens, Tu m impliques, j apprends. Benjamin Franklin ( ) MERCI DE VOTRE ATTENTION Des Questions?

Pôle 75G07, IX et Xème arrondissement Paris EPS de Maison Blanche

Pôle 75G07, IX et Xème arrondissement Paris EPS de Maison Blanche Renforcement positif des compétences sociales des patients schizophrènes stabilisés: impact d un programme d éducation thérapeutique sur la qualité de vie Pôle 75G07, IX et Xème arrondissement Paris EPS

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE POUR LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES : Polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, rhumatisme psoriasique

EDUCATION THERAPEUTIQUE POUR LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES : Polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, rhumatisme psoriasique EDUCATION THERAPEUTIQUE POUR LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES : Polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, rhumatisme psoriasique D. Poivret, M.E. Saint-Eve, Ph. Thomas Et toute l équipe d éducation

Plus en détail

MEDECINE DE REEDUCATION ET SCLEROSE EN PLAQUES. Dr Bruno Fernandez, Service de MPR, CHU de Saint Etienne

MEDECINE DE REEDUCATION ET SCLEROSE EN PLAQUES. Dr Bruno Fernandez, Service de MPR, CHU de Saint Etienne MEDECINE DE REEDUCATION ET SCLEROSE EN PLAQUES Dr Bruno Fernandez, Service de MPR, CHU de Saint Etienne LA MPR Offre multidisciplinaire en équipe Médecin spécialisé en MPR Handicap Paramédicaux Kinésithérapeutes

Plus en détail

UE.3.2 S2. Compétence 2. Animateur : SAIDINI Laetitia Secrétaire : SECKLER Sophie

UE.3.2 S2. Compétence 2. Animateur : SAIDINI Laetitia Secrétaire : SECKLER Sophie UE.3.2 S2 Compétence 2 Animateur : SAIDINI Laetitia Secrétaire : SECKLER Sophie RITT Marine RUHLMANN Clémence SCHAEDELE Sylvia SCHAFF Nicolas SCHOTT Marine SOBOLEVSKA Anna SOLDA Agathe SPAETY Marie SPRINGER

Plus en détail

Le rôle des professionnels de santé dans la prise en charge de la douleur

Le rôle des professionnels de santé dans la prise en charge de la douleur FICHE 5 Le rôle des professionnels de santé dans la prise en charge de la douleur Cette fiche a pour objectif de vous informer sur les rôles des différents professionnels de santé qui peuvent vous aider

Plus en détail

David TROUILLOUD 1. 3 es journées annuelles 29 et 30 mars 2007. Jennifer REGNIER 1,2, Serge HALIMI², Philippe SARRAZIN 1

David TROUILLOUD 1. 3 es journées annuelles 29 et 30 mars 2007. Jennifer REGNIER 1,2, Serge HALIMI², Philippe SARRAZIN 1 L'éducation thérapeutique chez des personnes diabétiques de type 2 : David TROUILLOUD 1 Jennifer REGNIER 1,2, Serge HALIMI², Philippe SARRAZIN 1 1. Laboratoire Sport et Environnement Social UFR-APS Grenoble

Plus en détail

Pathologies thyroïdiennes

Pathologies thyroïdiennes Pathologies thyroïdiennes Suivi des traitements, Effets indésirables Surveillance clinique = amélioration et disparition des symptômes Surveillance biologique : quels marqueurs? À quelle fréquence? Modalités

Plus en détail

Hôpital Timone Indicateurs IPAQSS

Hôpital Timone Indicateurs IPAQSS Hôpital Timone Indicateurs IPAQSS Résultats SCOPE Santé-HAS Publiés le 27/11/2013 0 Résultats SCOPE Santé-HAS Indicateurs portant sur la tenue du dossier patient En, chirurgie, obstétrique TDP - Tenue

Plus en détail

brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage LA FATIGUE dans la SEP A. Catteau et T.

brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage LA FATIGUE dans la SEP A. Catteau et T. brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage LA FATIGUE dans la SEP A. Catteau et T. Moreau CHU Dijon La fatigue est un symptôme très fréquent dans la Sclérose en Plaques

Plus en détail

Approche neuropsychologique et Psychologique des Pathologies neurodégénératives 1re Partie

Approche neuropsychologique et Psychologique des Pathologies neurodégénératives 1re Partie Formation extra-muros Approche neuropsychologique et Psychologique 1re Partie Programme DPC n 47341500051 Hôtel Ibis Paris Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy s Moulineaux constat s

Plus en détail

Prise en charge et accompagnement en fin de vie : quelle complémentarité ville/hôpital?

Prise en charge et accompagnement en fin de vie : quelle complémentarité ville/hôpital? Prise en charge et accompagnement en fin de vie : quelle complémentarité ville/hôpital? Jeudi 21 octobre 2010 Clinique Médicale de la Porte Verte - Versailles Représentation des soins palliatifs C est

Plus en détail

Le DPC Les EPP : quoi, qui, où, quand, comment? Où en sommes nous, où allons-nous?

Le DPC Les EPP : quoi, qui, où, quand, comment? Où en sommes nous, où allons-nous? Le DPC Les EPP : quoi, qui, où, quand, comment? Où en sommes nous, où allons-nous? Le Développement Professionnel Continu 2 Rencontre des métiers de la santé Strasbourg Docteur Marielle LAFONT Conseiller

Plus en détail

La Commission de la Transparence (CT)

La Commission de la Transparence (CT) La Commission de la Transparence (CT) Évaluation des médicaments en vue de leur remboursement La HAS, un rôle central dans le circuit d évaluation du médicament Autorisation de mise sur le marché (AMM)

Plus en détail

Education thérapeutique (ETP) en cardiologie

Education thérapeutique (ETP) en cardiologie Education thérapeutique (ETP) en cardiologie L ETP couvre l ensemble des compétences et des processus nécessaires pour gérer au quotidien une maladie et un traitement. L ETP est un processus continu intégré

Plus en détail

Programme. psychiatrique (PDCP) Centre Moe Levin. de démence avec comorbidité

Programme. psychiatrique (PDCP) Centre Moe Levin. de démence avec comorbidité Programme de démence avec comorbidité psychiatrique (PDCP) Centre Moe Levin Programme de gérontopsychiatrie 6875, boul. LaSalle Montréal (Québec) H4H 1R3 514 7 61-6131, poste 2165 www.douglas.qc.ca Mission

Plus en détail

Activité physique Pratique sportive dans la SEP

Activité physique Pratique sportive dans la SEP brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Dr. Cécile Donzé et M. Marc Alexandre Guyot (Educateur médico-sportif), Hôpital Saint-Philibert de Lille D après la conférence

Plus en détail

LE SAMU FACE A LA FIN DE VIE :

LE SAMU FACE A LA FIN DE VIE : Les Rendez-vous du SAMU 67, juin 2006 LE SAMU FACE A LA FIN DE VIE : PRISE EN CHARGE DE L URGENCE EN SOINS PALLIATIFS Dr Sophie WINTER PLAN I. Quelques définitions autour de la fin de vie II. III. IV.

Plus en détail

L annonce de la maladie grave

L annonce de la maladie grave L annonce de la maladie grave Le droit à l information: décret du 4 mars 2002 Pourquoi c est si important? L annonce arrive souvent après: Un symptôme qui a un retentissement La peur du résultat Une période

Plus en détail

Le projet de soins personnalisé en HdJ

Le projet de soins personnalisé en HdJ Le projet de soins personnalisé en HdJ par Bernard Dov Botturi «Le soin est l attention particulière portée à une personne et à ses proches en vue de leur venir en aide Il comprend tout ce que les professionnels

Plus en détail

ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAITEMENTS PAR AVK AU SEIN D UNE MAISON DE SANTÉ PLURIPROFESSIONNELLE EN VUE D EN LIMITER LA IATROGÉNIE.

ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAITEMENTS PAR AVK AU SEIN D UNE MAISON DE SANTÉ PLURIPROFESSIONNELLE EN VUE D EN LIMITER LA IATROGÉNIE. ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAITEMENTS PAR AVK AU SEIN D UNE MAISON DE SANTÉ PLURIPROFESSIONNELLE EN VUE D EN LIMITER LA IATROGÉNIE. 1 Journées de la FFMPS 30 & 31 mars 2012 Dr Michel Serin

Plus en détail

RCP de SOINS de SUPPORT A propos de 2 expériences

RCP de SOINS de SUPPORT A propos de 2 expériences Réunion Régionale Oncomip - AFSOS 30 Avril 2015 RCP de SOINS de SUPPORT A propos de 2 expériences Dr Nathalie CAUNES-HILARY ICR IUCT - Oncopole Dr Laurence BIGAY-GAME Unité d oncologie thoracique Hôpital

Plus en détail

Arrivée à St-Quay Px (TBVS 2014)

Arrivée à St-Quay Px (TBVS 2014) Arrivée à St-Quay Px (TBVS 2014) Le Renard en baie de St-Malo 1/ Lésion cérébrale post AVC Nos partenaires : remercie ses partenaires sans qui le projet ne pourrait exister 2/ Vers 9 ou 10 ans, 1er bords

Plus en détail

Fréquence des épisodes Risque à vie de suicide : 15 à 20% SMR (15 ; 22) 40% Risque à vie accru de maladie cardiovasculaire (>20%) Surmortalité

Fréquence des épisodes Risque à vie de suicide : 15 à 20% SMR (15 ; 22) 40% Risque à vie accru de maladie cardiovasculaire (>20%) Surmortalité ETP DE GROUPE DANS LES TROUBLES BIPOLAIRES V.BOURGEOIS 12/02/2015 CENTRE HOSPITALIER NAVARRE PLAN CONTEXTE DIFFERENTS OUTILS RESULTATS CONCLUSION CONTEXTE Approche historique Concept ancien Pharmacopée

Plus en détail

L apport de la CNSA dans la construction. aidants familiaux. Louis-Xavier COLAS

L apport de la CNSA dans la construction. aidants familiaux. Louis-Xavier COLAS L apport de la CNSA dans la construction du dispositif d accompagnement des aidants familiaux Louis-Xavier COLAS 08 février 2011 Introduction Aidants familiaux : un acteur en puissance Évolutions démographiques

Plus en détail

Analyse économique et organisationnelle

Analyse économique et organisationnelle L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES MALADIES CHRONIQUES. Rapport d orientation Février 2008 Service Évaluation économique et Santé publique I. INTRODUCTION De plus en plus, les professionnels

Plus en détail

Questionnaire pour le patient et l aidant proche : qualité de service. 1. Où vivez-vous maintenant? (une seule réponse)

Questionnaire pour le patient et l aidant proche : qualité de service. 1. Où vivez-vous maintenant? (une seule réponse) Questionnaire pour le patient et l aidant proche : qualité de service 1. Où vivez-vous maintenant? 2. Où préféreriez-vous vivre maintenant? 3. Qui des personnes suivantes vous donnent de l aide, des soins

Plus en détail

31 janvier 2012. Finalités et mise en œuvre du CEP Service Energies du SIGERLy Hôtel de région. Agnès Hennet Caroline Pasquier Jean François Pillet

31 janvier 2012. Finalités et mise en œuvre du CEP Service Energies du SIGERLy Hôtel de région. Agnès Hennet Caroline Pasquier Jean François Pillet Syndicat Intercommunal de Gestion des Energies de la Région Lyonnaise La «Matinale» du SIGERLy 31 janvier 2012 Finalités et mise en œuvre du CEP Service Energies du SIGERLy Hôtel de région Agnès Hennet

Plus en détail

Gestion du Stress, prévenir le burn out

Gestion du Stress, prévenir le burn out Formation Gestion du Stress, prévenir le burn out Programme DPC Ibis Paris Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaures - 92130 Issy les Moulineaux 1 constat travail peut être une source d épanouissement

Plus en détail

Présentation d exemples de déroulement du M11

Présentation d exemples de déroulement du M11 Présentation d exemples de déroulement du M11 Etablissement N 1 : déroulement à raison de 4 jours bloqués en septembre puis de 2H00 tous les 15 jours sur les 2 ans Période Activités proposés Objectifs

Plus en détail

Projet d enquête transversale sur l état bucco dentaire des résidents

Projet d enquête transversale sur l état bucco dentaire des résidents Projet d enquête transversale sur l état bucco dentaire des résidents Groupe de travail du réseau CoCLINNOR Le réseau CoCLINNOR Création du réseau d hygiène du secteur Seine et Plateau Nord : novembre

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 juin 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité : TITANOREINE A

Plus en détail

Démarche de Soins Infirmiers

Démarche de Soins Infirmiers Démarche de Soins Infirmiers La reconnaissance de l infirmière dans son rôle propre. Sommaire Rappel historique Qui est concerné par la Démarche de Soins Infirmiers? Comment se met-elle en place? Comment

Plus en détail

Intitulé : ERGOTHERAPEUTE EN SANTE MENTALE

Intitulé : ERGOTHERAPEUTE EN SANTE MENTALE Intitulé : ERGOTHERAPEUTE EN SANTE MENTALE Famille de métier : Soins Statut (métier / emploi type) : Ergothérapeute Si emploi type, fiche métier source : 1 - Objectifs / Résultats attendus Aider à restaurer,

Plus en détail

Equipe Mobile Maladie Alzheimer

Equipe Mobile Maladie Alzheimer QUELLE PLACE POUR LES PROCHES EN EHPAD? VIGNETTES CLINIQUES Blandine BUISSON Gaëlle RICHARD Psychologues EMMA Printemps des EHPAD 29/04/2016 Equipe Mobile Maladie Alzheimer Critères d intervention : maladie

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION CIVILE

DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION CIVILE République Algérienne Démocratique et Populaire DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION CIVILE Instruction Relative à l Organisation et à la Définition des Missions des Structures de la Direction Générale

Plus en détail

La démarche d évaluation interne

La démarche d évaluation interne La démarche d évaluation interne Support de présentation àusage des établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes 5 rue Pleyel Bâtiment Euterpe 93200 Saint Denis Tél. : 01 48 13 91 00 Fax

Plus en détail

Dispositif d annonce d cadre du premier plan cancer

Dispositif d annonce d cadre du premier plan cancer Dispositif d annonce d dans le cadre du premier plan cancer Dr Olivier BÉZYB Médecin Psychiatre Équipe Mobile de Psycho-Oncologie Adulte CHU Centre Jean Perrin Contexte généralg 1998 : Premiers états généraux

Plus en détail

Pratiques optimales de gestion des absences et de retour au travail reliées à des troubles musculosquelettiques ou des problèmes de santé mentale

Pratiques optimales de gestion des absences et de retour au travail reliées à des troubles musculosquelettiques ou des problèmes de santé mentale Pratiques optimales de gestion des absences et de retour au reliées à des troubles musculosquelettiques ou des problèmes de santé mentale Marie-José Durand Ph.D. Université de Sherbrooke Février 2016 Contexte:

Plus en détail

N 02 LE SERVICE PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DU CENTRE DE GESTION DE SAONE ET LOIRE. Rôle du service

N 02 LE SERVICE PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DU CENTRE DE GESTION DE SAONE ET LOIRE. Rôle du service Fiche Info Prévention & Sécurité N 02 LE SERVICE PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DU CENTRE DE GESTION DE SAONE ET LOIRE Rôle du service Le rôle du service de prévention des risques professionnels

Plus en détail

Une formation qui vous aide à prendre votre diabète en main. Français

Une formation qui vous aide à prendre votre diabète en main. Français Une formation qui vous aide à prendre votre diabète en main Français Pourquoi devez-vous gérer votre diabète? Le diabète est un état de santé avec lequel vous devrez vivre toute votre vie. Il a de multiples

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE AU CENTRE HOSPITALIER DE ST-MARCELLIN - «Vivre l évaluation»

EVALUATION EXTERNE AU CENTRE HOSPITALIER DE ST-MARCELLIN - «Vivre l évaluation» EVALUATION EXTERNE AU CENTRE HOSPITALIER DE ST-MARCELLIN - «Vivre l évaluation» PELLERIN Christelle, responsable démarche qualité médico-social Centre Hospitalier de St-Marcellin Journée régionale 2015

Plus en détail

L information du patient

L information du patient L information du patient Un droit ancien réaffirmé par une réglementation récente Un droit pour le patient, un devoir pour le professionnel de santé Marie-Alix ERTZSCHEID, infirmière hygiéniste, C CLIN

Plus en détail

L acte transfusionnel et ses contrôles. Un exemple d évolution d une formation e-learning vers un programme DPC

L acte transfusionnel et ses contrôles. Un exemple d évolution d une formation e-learning vers un programme DPC L acte transfusionnel et ses contrôles Un exemple d évolution d une formation e-learning vers un programme DPC E-LEARNING EF02: L ACTE TRANSFUSIONNEL ET SES CONTRÔLES Formation assistée par ordinateur,

Plus en détail

Certificat de qualification professionnelle Maintenance des équipements de production de médicaments

Certificat de qualification professionnelle Maintenance des équipements de production de médicaments Certificat de qualification professionnelle Maintenance des équipements de production de médicaments CQP Maintenance des équipements de production des médicaments CQP Animation d équipe option maintenance

Plus en détail

La tarification des Etablissements et Services pour Personnes Agées. Des réformes en cours

La tarification des Etablissements et Services pour Personnes Agées. Des réformes en cours La tarification des Etablissements et Services pour Personnes Agées Des réformes en cours 1 Un contexte général en évolution 2 Un nouveau type de régulation (1/2) Nouveau type de régulation pour répondre

Plus en détail

L ADMINISTRATION DU MÉDICAMENT

L ADMINISTRATION DU MÉDICAMENT L ADMINISTRATION DU MÉDICAMENT DONNER LE BON MEDICAMENT AU BON MALADE AU BON MOMENT 1 les différents acteurs en jeu La prescription : acte médical La dispensation : acte pharmaceutique L administration

Plus en détail

POURQUOI REPÉRER L EXCÈS DE POIDS?

POURQUOI REPÉRER L EXCÈS DE POIDS? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 POURQUOI REPÉRER L EXCÈS DE POIDS?

Plus en détail

Le travail avec les médecins généralistes, pierre angulaire du travail de secteur psychiatrique : Dispositif et intérêt.

Le travail avec les médecins généralistes, pierre angulaire du travail de secteur psychiatrique : Dispositif et intérêt. Le travail avec les médecins généralistes, pierre angulaire du travail de secteur psychiatrique : Dispositif et intérêt. Docteur Olivier Verriest octobre 2012 1 1 QU EST CE QU UN MÉDECIN GÉNÉRALISTE? Promotion

Plus en détail

Accident vasculaire cérébral :

Accident vasculaire cérébral : Accident vasculaire cérébral : méthodes de rééducation de la fonction motrice chez l adulte Juin 2012 Intensité et continuité Messages clés Méthodes de rééducation de la fonction motrice Rééducation de

Plus en détail

Infirmier hygièniste et gestion des risques

Infirmier hygièniste et gestion des risques Infirmier hygièniste et gestion des risques Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est RIPHH Languedoc Roussillon- 18 octobre 2013 Décret du 12 novembre 2010 relatif à

Plus en détail

La coordination sanitaire et Médico-sociale

La coordination sanitaire et Médico-sociale La coordination sanitaire et Médico-sociale La coordination sanitaire et médicosociale Dans le cadre de l évolution du système de santé français tel que définie par la nouvelle loi Hôpital Patients Santé

Plus en détail

FORMATION AUXILIAIRE DE PUERICULTURE FORMATION

FORMATION AUXILIAIRE DE PUERICULTURE FORMATION FORMATION AUXILIAIRE DE PUERICULTURE FORMATION PRESENTATION DE LA FORMATION ET DU PROGRAMME DES ETUDES CONDUISANT AU DIPLOME D ETATD'AUXILIAIRE DE PUERICULTURE D après l'arrêté du 16 janvier 2006 modifié

Plus en détail

ETUDE REHAL Évaluation des connaissances et pratiques en transfusion

ETUDE REHAL Évaluation des connaissances et pratiques en transfusion Direction de la Santé Publique et de l Offre Médico-Sociale Département de Sécurité des Soins et des Produits de Santé Cellule Régionale d Hémovigilance ETUDE REHAL Dr Christian HADRZYNSKI Coordonnateur

Plus en détail

Comité de lutte contre la douleur

Comité de lutte contre la douleur Comité de lutte contre la douleur C.L.U.D. - C.H.D. Vendée CME avril 2003 1 Cadre réglementaire. Art L 710-3-1 et 710-3-2 loi du 4 Fév. 1995 Les moyens de prise en charge de la douleur doivent être définis

Plus en détail

PLATEFORME D INVESTIGATION TECHNOLOGIQUE

PLATEFORME D INVESTIGATION TECHNOLOGIQUE PLATEFORME D INVESTIGATION TECHNOLOGIQUE Etude ORFEVRE ORFEVRE : «Evaluation d une ORthèse articulée Fémoro-tibiale à effet Valgisant et Rotateur Externe dans la gonarthrose» Investigateur-Coordonnateur

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, la broncho-pneumopathie chronique obstructive

La prise en charge de votre maladie, la broncho-pneumopathie chronique obstructive GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, la broncho-pneumopathie chronique obstructive Vivre avec une broncho-pneumopathie chronique obstructive Mars 2007 Pourquoi ce guide?

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. RAPPORT 2011-2012 sur l'application de la procédure d'examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits

FAITS SAILLANTS. RAPPORT 2011-2012 sur l'application de la procédure d'examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits FAITS SAILLANTS RAPPORT 2011-2012 sur l'application de la procédure d'examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits MOT DU COMMISSAIRE RÉGIONAL AUX PLAINTES ET À LA QUALTÉ

Plus en détail

Vaincre le stress, la dépression

Vaincre le stress, la dépression L ES LIVRES QUI SOIGNENT Docteur Patrick M. GEORGES Vaincre le stress, la dépression Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-7081-3592-9 Table des matières Avant-propos................................. 7 Notice

Plus en détail

Les échelles d évaluation de la SEP

Les échelles d évaluation de la SEP brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Pr. Lucien Rumbach comité scientifique de la Fondation ARSEP et Chef de service Neurologie du CHU Besançon 2009 Les échelles

Plus en détail

Psychopathologie et travail. Delphine Brioude

Psychopathologie et travail. Delphine Brioude Journée Régionale Soins de Support AFSOS / Oncomip Psychopathologie et travail exemple de prise en charge en hôpital de jour de psychiatrie chez des patients en souffrance à cause du travail Delphine Brioude

Plus en détail

Hôpital de Jour Jacques Prévert

Hôpital de Jour Jacques Prévert Pôle de Psychiatrie Infanto-Juvénile-CAMSP /Secteur 95-I-03 25, rue Bernard Février BP 30071 95503 Gonesse Cedex Téléphone : 01.34.53.21.07 Hôpital de Jour Jacques Prévert LIVRET D ACCUEIL 1 Bienvenue

Plus en détail

Les interventions psychosociales: classification, définition, méthodologie, apports et limites.

Les interventions psychosociales: classification, définition, méthodologie, apports et limites. Ligue ALZHEIMER Formation Référent démence Les interventions psychosociales: classification, définition, méthodologie, apports et limites. M. YLIEFF, prof honoraire ULg UNITE DE PSYCHOLOGIE CLINIQUE DU

Plus en détail

La Charte de collaboration a pour but d'énoncer les principales attentes de

La Charte de collaboration a pour but d'énoncer les principales attentes de Dr Alain RICHARD La Charte de collaboration a pour but d'énoncer les principales attentes de l'établissement concernant les médecins traitants libéraux, choisis librement par les résidents, leurs familles

Plus en détail

Retour d expérience sur la mise en œuvre d une démarche d ergonomie participative au sein du service de Réanimation Polyvalente

Retour d expérience sur la mise en œuvre d une démarche d ergonomie participative au sein du service de Réanimation Polyvalente Retour d expérience sur la mise en œuvre d une démarche d ergonomie participative au sein du service de Réanimation Polyvalente Dr Lazarovici S. Equipe du service de Réanimation/Surveillance continue Paris

Plus en détail

Prise en charge du malade

Prise en charge du malade Prise en charge du malade I. Introduction: - Le malade consulte le médecin pour des raisons: Il souffre (souffrance organique ou psychique). Il cherche une solution (traitement à sa souffrance). par une

Plus en détail

LE FOYER D'ACCUEIL MEDICALISE HANDIVILLAGE 33

LE FOYER D'ACCUEIL MEDICALISE HANDIVILLAGE 33 LE FOYER D'ACCUEIL MEDICALISE HANDIVILLAGE 33 Le Foyer d Accueil Médicalisé : F.A.M. (rappel) Résidants dépendants mais conscients et communicants Troubles pluridisciplinaire : médico-sociale 2 Équipe

Plus en détail

Hôpitaux Universitaires La Pitié Salpêtrière-Charles Foix PROTOCOLES DE SOINS

Hôpitaux Universitaires La Pitié Salpêtrière-Charles Foix PROTOCOLES DE SOINS Hôpitaux Universitaires La Pitié Salpêtrière-Charles Foix PROTOCOLES DE SOINS Plan Définition Réglementation Types de protocoles Justification d un protocole Objectifs Elaboration - Fiche technique Critères

Plus en détail

19 avril 2010 Symposium HAS-BMJ : Impact Clinique des Programmes d Amélioration de la Qualité

19 avril 2010 Symposium HAS-BMJ : Impact Clinique des Programmes d Amélioration de la Qualité Un dépistage systématique des patients à haut risque cardio-vasculaire suivie d une prise en charge adaptée est il possible et efficace? Programme Prévarance. T. DENOLLE (1), G. HAMONIC (1), R. BATAILLON

Plus en détail

La promotion des droits du patient via la médiation. La situation belge

La promotion des droits du patient via la médiation. La situation belge La promotion des droits du patient via la médiation La situation belge Professeur Geneviève SCHAMPS Université catholique de Louvain Directrice du Centre de droit médical et biomédical (U.C.L.) Présidente

Plus en détail

EPP REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DE LA PERSONNE AGEE

EPP REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DE LA PERSONNE AGEE EPP REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DE LA PERSONNE AGEE Ce document comprend : 1 Grille d'audit 1 Guide d'utilisation de la grille d'audit 2 Protocoles en fonction du type d'établissement

Plus en détail

L infirmier coordinateur de soins : un maillon devenu incontournable. Claudine LEMAIRE Olivier YKMAN

L infirmier coordinateur de soins : un maillon devenu incontournable. Claudine LEMAIRE Olivier YKMAN L infirmier coordinateur de soins : un maillon devenu incontournable Claudine LEMAIRE Olivier YKMAN Plan Le monde du travail s adapte Nos origines Description de la fonction Conclusions Le monde du travail

Plus en détail

Groupement FIAPA des Institutions et Associations de Personnes Agées

Groupement FIAPA des Institutions et Associations de Personnes Agées Chartes de recommandations issues du colloque international des 16 et 17 octobre 2014 du groupement FIAPA sur «les droits et la bientraitance des personnes âgées dans la région Océan Indien» Charte de

Plus en détail

Mesurer le stress au travail pour mieux le gérer. Promotion Santé Suisse

Mesurer le stress au travail pour mieux le gérer. Promotion Santé Suisse Mesurer le stress au travail pour mieux le gérer 1 SWiNG SWiNG - Gestion du stress, effets et bénéfices de la promotion de la santé en entreprise Une étude pilote sur la prévention du stress dans les grandes

Plus en détail

Blocs de compétence du CQP Animateur d Athlétisme

Blocs de compétence du CQP Animateur d Athlétisme BC 1 Constitution des blocs de compétence des CQP Blocs de compétence du CQP Animateur d Athlétisme Accueil des publics enfants, parents et adultes avant et après la séance afin d'expliciter, d'informer

Plus en détail

12.01.2015 PARCOURS DE SOINS : LA REPARATION DU CORPS, UN ASPECT ESSENTIEL POUR GUERIR. ATELIER THERAPEUTIQUE ESCRIME un outil pertinent

12.01.2015 PARCOURS DE SOINS : LA REPARATION DU CORPS, UN ASPECT ESSENTIEL POUR GUERIR. ATELIER THERAPEUTIQUE ESCRIME un outil pertinent 12.01.2015 PARCOURS DE SOINS : LA REPARATION DU CORPS, UN ASPECT ESSENTIEL POUR GUERIR ATELIER THERAPEUTIQUE ESCRIME un outil pertinent Dr Violaine Guérin COMMENT ET POURQUOI UN ATELIER ESCRIME? «Immersion»

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE D UNE UNITÉ COGNITIVO- COMPORTEMENTALE (UCC) DANS LE CADRE D UN NOUVEL ENSEMBLE DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR)

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE D UNE UNITÉ COGNITIVO- COMPORTEMENTALE (UCC) DANS LE CADRE D UN NOUVEL ENSEMBLE DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR) DOSSIER DE PRESSE Troyes, le 23 janvier 2015 OUVERTURE D UNE UNITÉ COGNITIVO- COMPORTEMENTALE (UCC) DANS LE CADRE D UN NOUVEL ENSEMBLE DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR) INTRODUCTION Un nouvel

Plus en détail

LE MOUVEMENT ALZHEIMER QUÉBÉCOIS

LE MOUVEMENT ALZHEIMER QUÉBÉCOIS LE MOUVEMENT ALZHEIMER QUÉBÉCOIS 4 juin 2015 1 LA MALADIE D ALZHEIMER Des besoins grandissants Au Québec On compte actuellement plus de 125 000 Québécois atteints de la maladie d'alzheimer ou d une maladie

Plus en détail

Référentiel activités

Référentiel activités Référentiel métier Inter bloc. Tome II, n 4, décembre 2003 Référentiel activités Fiche activité type (FAT) - 1 Assurer la conformité et l opérationnalité de l environnement opératoire. Fiche activité type

Plus en détail

Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie. Naïma LAHFAIRI Coordinatrice 3C Constellation

Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie. Naïma LAHFAIRI Coordinatrice 3C Constellation Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie Naïma LAHFAIRI Coordinatrice 3C Constellation Le principe de transparence Le principe de transparence innerve le droit de la santé Ce principe

Plus en détail

CERTIFICAT DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE DELEGUE DE L ASSURANCE MALADIE REFERENTIEL DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE

CERTIFICAT DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE DELEGUE DE L ASSURANCE MALADIE REFERENTIEL DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE CERTIFICAT DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE DELEGUE DE L ASSURANCE MALADIE REFERENTIEL DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE CQP/DAM Référentiel certification 1 1 - LA VALIDATION DE L'EXPERIENCE Cet outil constitue

Plus en détail

Fédération de Géronto-Psychiatrie

Fédération de Géronto-Psychiatrie Fédération de Géronto-Psychiatrie Centre Hospitalier Georges Mazurelle Etablissement Public de Santé Mentale de Vendée 85026 LA ROCHE-SUR-YON CEDEX Tél : 02.51.09.72.72 Numéro de déclaration d activité

Plus en détail

Date d ouverture du dossier: # Dossier: FORMULAIRE D'ADMISSION POUR THERAPIE DE COUPLE À compléter individuellement

Date d ouverture du dossier: # Dossier: FORMULAIRE D'ADMISSION POUR THERAPIE DE COUPLE À compléter individuellement Date d ouverture du dossier: # Dossier: FORMULAIRE D'ADMISSION POUR THERAPIE DE COUPLE À compléter individuellement Prénom: Nom de famille: Âge: Date de naissance (aaaa/mm/jj): / / Groupe ethnique: Religion:

Plus en détail

Fiche de poste Médecin coordonnateur

Fiche de poste Médecin coordonnateur MISSION PRINCIPALE : Assurer, en application des règles éthiques et déontologiques, la qualité de la prise en charge gérontologique en favorisant une prescription coordonnée des différents intervenants,

Plus en détail

Programme Avis d expert

Programme Avis d expert Programme Avis d expert Aline Boulanger 20 avril 2015 Contexte du programme d avis d expert Besoins exprimés Obtenir une réponse rapide Maintenir la prise en charge par le médecin traitant Intervenants

Plus en détail

LA PROFESSION ET LA FORMATION EN KINÉSITHÉRAPIE À L ENKRE

LA PROFESSION ET LA FORMATION EN KINÉSITHÉRAPIE À L ENKRE UFR Paris Diderot admission ENKRE janvier 2015 LA PROFESSION ET LA FORMATION EN KINÉSITHÉRAPIE À L ENKRE «Comprendre le mouvement humain, le restaurer et le choisir comme valeur de santé» 1 UFR Paris Diderot

Plus en détail

26 novembre 2009. Table ronde prise en charge 2. La période de crise

26 novembre 2009. Table ronde prise en charge 2. La période de crise ASSISES RÉGIONALES HAUTE-NORMANDIE 26 novembre 2009 Table ronde prise en charge 2. La période de crise Docteur Marie DESBORDES, Praticien Hospitalier, Centre Hospitalier Spécialisé é du Rouvray, Pôle de

Plus en détail

Innovation et santé et la Mutualité Française. Christine MEYER (FNMF- DGMAS)

Innovation et santé et la Mutualité Française. Christine MEYER (FNMF- DGMAS) Innovation et santé et la Mutualité Française Christine MEYER (FNMF- DGMAS) Le mouvement mutualiste : depuis plus de 100 ans, des services et la protection des risques liés à la santé. 3 activités : Complémentaire

Plus en détail

Bilan et remise des certificats et attestations.

Bilan et remise des certificats et attestations. Programme de formation en soins oncologiques destiné aux professionnels de santé : infirmiers exerçant en oncologie et médecins oncologues dans les centres hospitaliers publics. Bilan et remise des certificats

Plus en détail

AVIS DE VACANCE MEDECIN ADJOINT EN SANTE. Poste de rattachement hiérarchique : Médecin coordonnateur départemental de PMI

AVIS DE VACANCE MEDECIN ADJOINT EN SANTE. Poste de rattachement hiérarchique : Médecin coordonnateur départemental de PMI Direction des Ressources Humaines AVIS DE VACANCE MEDECIN ADJOINT EN SANTE MODE DE GARDE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction Enfance Famille

Plus en détail

Vivre et faire vivre la profession de ticien - Nutritionniste

Vivre et faire vivre la profession de ticien - Nutritionniste Vivre et faire vivre la profession de Diététicien ticien - Nutritionniste Mr X DR région X 35, Allée Vivaldi 75012 Paris Tél. : 01 40 02 03 02 Fax : 01 40 02 03 40 www.afdn.org- afdn@afdn.org Cartographie

Plus en détail

dans trois établissements en santé mentale au Québec

dans trois établissements en santé mentale au Québec L adaptation Ladaptation dun d un cours hybride dans trois établissements en santé mentale au Québec 6 e congrès mondial des infirmières et infirmiers francophones 4 juin 2015 Palais des congrès de Montréal

Plus en détail

Développement des soins palliatifs à l échelle cantonale

Développement des soins palliatifs à l échelle cantonale Développement des soins palliatifs à l échelle cantonale Pia Coppex-Gasche Collaboratrice au Département des finances, des institutions et de la santé du canton du Valais Décembre 2010 1 Les soins palliatifs

Plus en détail

EXPOSITION AUX FLUIDES DE COUPE UTILISES POUR LES ACTIVITES D USINAGE

EXPOSITION AUX FLUIDES DE COUPE UTILISES POUR LES ACTIVITES D USINAGE EXPOSITION AUX FLUIDES DE COUPE UTILISES POUR LES ACTIVITES D USINAGE Présentation de l étude 2014-2015 INTRODUCTION Objectifs Evaluer l exposition des salariés d après une enquête menée en entreprise

Plus en détail

De la qualité des conditions de travail à la sécurité des soins.

De la qualité des conditions de travail à la sécurité des soins. n1 De la qualité des conditions de travail à la sécurité des soins. L expérience du Centre Hospitalier de Carcassonne 1 Diapositive 1 n1 nroyer; 14/05/2010 La construction d un nouvel hôpital : une opportunité

Plus en détail

Formation à destination des personnels Et proches accompagnant des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer

Formation à destination des personnels Et proches accompagnant des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer Formation à destination des personnels Et proches accompagnant des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer Carpe Diem : un regard différent, une approche différente 05 avril 2013 Nicole POIRIER OBJECTIF

Plus en détail

La sécurisation du parcours de soins : coordination de la sortie

La sécurisation du parcours de soins : coordination de la sortie La sécurisation du parcours de soins : coordination de la sortie G. Boittin - F. Lebrun 02.12.2015 - Centre Eugène MARQUIS UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le Centre Eugène Marquis

Plus en détail

Satisfaction des usagers : votre avis nous intéresse

Satisfaction des usagers : votre avis nous intéresse Satisfaction des usagers : votre avis nous intéresse La satisfaction des usagers fait l objet d enquêtes auprès des patients hospitalisés et des consultants. Un questionnaire intitulé «Votre avis nous

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER DE LA PROSTATE S INFORMER AVANT DE DÉCIDER

LE DÉPISTAGE DU CANCER DE LA PROSTATE S INFORMER AVANT DE DÉCIDER LE DÉPISTAGE DU CANCER DE LA PROSTATE S INFORMER AVANT DE DÉCIDER 1 La décision de s engager dans une démarche de dépistage du cancer de la prostate est un choix personnel qui nécessite d être réfléchi.

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER DE LA PROSTATE S INFORMER AVANT DE DÉCIDER

LE DÉPISTAGE DU CANCER DE LA PROSTATE S INFORMER AVANT DE DÉCIDER LE DÉPISTAGE DU CANCER DE LA PROSTATE S INFORMER AVANT DE DÉCIDER 1 La décision de s engager dans une démarche de dépistage du cancer de la prostate est un choix personnel qui nécessite d être réfléchi.

Plus en détail

Département hospitalier Services de neuropsychologie et logopédie. INFORMATION AUX PATIENTS L héminégligence

Département hospitalier Services de neuropsychologie et logopédie. INFORMATION AUX PATIENTS L héminégligence Département hospitalier Services de neuropsychologie et logopédie INFORMATION AUX PATIENTS L héminégligence Mai 2011 Introduction A la suite d une lésion cérébrale, une personne peut souffrir de séquelles

Plus en détail