L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la consommation : la force motrice

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la consommation : la force motrice"

Transcription

1 L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la consommation : la force motrice LIVRE BLANC DE LA TABLE RONDE SUR LA DURABILITÉ PAPIERS À USAGES DOMESTIQUES, PRODUITS KRUGER LE 26 JUIN 2013

2 L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 1

3 INTRODUCTION L approvisionnement responsable devrait faire partie des considérations importantes de toute entreprise, quel que soit son domaine d activité : foresterie, pêche ou production d huile de palme ou de sucre, de cacao, de thé la liste est longue. Le sujet est vaste, d une grande portée, et se prête à différentes interprétations selon la nature des individus, des entreprises et des organisations. Au contraire du principe de développement durable, dont la définition est communément admise développement qui permet de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins telle que formulée par l Organisation des Nations Unies, l expression approvisionnement responsable ne fait pas consensus. Une pléiade d entreprises dans le monde ont néanmoins adopté leurs propres définitions et intègrent l approvisionnement responsable à leurs activités. Le principe a gagné l adhésion de multinationales telles que Unilever et Marks & Spencer, aussi bien que de moyennes entreprises, pensons à Whole Foods Markets, mais aussi de petites entités locales : Modrobes par exemple. Il s impose comme pivot du cours normal des affaires, non seulement parce qu il assure la durabilité environnementale et sociale, mais aussi parce qu il revêt une grande importance du point de vue économique. L entreprise existe principalement dans une perspective de rentabilité. Sans égard au contexte industriel ou géographique dans lequel elle évolue, ou même à son envergure, sa survie dépend directement de son profit net. Qu elle se préoccupe ou non à l extrême de la protection de l environnement, comme Interface rendue célèbre par son dévouement et son engagement sans faille à n avoir aucun effet négatif sur l environnement l entreprise estime à sa juste valeur l importance de sa performance financière. Pour subsister dans le monde des affaires, la santé financière est essentielle. C est le défi majeur de toute entreprise le juste équilibre entre les objectifs environnementaux, sociaux et économiques. Malgré les dictats de performance économique, les leaders du monde entier revoient leurs processus et les normes de leurs chaînes d approvisionnement pour y intégrer l extraction et l approvisionnement responsables. Ces entreprises ont en commun une plus ou moins grande appréciation des avantages que cette démarche représente pour leur performance globale. Elles se préparent d autant mieux à composer avec les rigueurs d un avenir en mutation. Le chemin pour y arriver diffère selon le contexte, mais cette réalité est omniprésente autour de nous. En dépit aussi de l ardeur déployée par nombre d entreprises partout dans le monde pour garantir la durabilité de leurs chaînes d approvisionnement et promouvoir l approvisionnement responsable, ce facteur n influence pas beaucoup les décisions d achat dans les pays développés comme le Canada. Les producteurs de biens emballés pour la vente au détail et les détaillants ont beau clamer haut et fort le succès de leurs chaînes d approvisionnement responsables, le message ne progresse que lentement auprès des consommateurs. En fait, selon une étude récente de BBMG, GlobeScan et SustainAbility, les consommateurs des marchés émergents (Brésil, Chine, Inde) attachent relativement deux fois plus d importance à la question que leurs contreparties des marchés développés (Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis). Ils ont à cœur d acheter des produits favorables à l environnement et à la société (51 % c. 22 %); sont prêts à payer plus cher pour des produits durables (60 % c. 26 %) et incitent leur entourage à acheter les produits d entreprises socialement et environnementalement L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 2

4 responsables (70 % c. 34 %). De plus, certains consommateurs déclarent «attacher de l importance à l origine du produit» (5 %); «appuyer par leur choix une cause à laquelle ils croient» ou «prendre en considération l impact social (4 %) de ce choix» et «qu ils ne se sont pas prêts à changer de marques de produits dans une même catégorie.» 1 Le 6 mars 2013, Produits Kruger S.E.C. et le magazine Canadian Grocer convoquaient les Leaders de la réflexion sur la durabilité à une deuxième table ronde à Toronto, en Ontario, dans le but de favoriser l adhésion à l approvisionnement responsable. L objectif était d inviter des entreprises ayant des vues similaires à revoir ensemble les efforts, succès et défis de l heure pour rehausser la qualité des débats et créer des possibilités de collaboration. La table ronde était animée par Howard Green, présentateur de la populaire émission-débat «Headline with Howard Green», du Business News Network (BNN) au Canada. La table ronde regroupait : Bolan, Geoff Directeur commercial pour les Amériques, Marine Stewardship Council Bouchard, François Propriétaire, Country Grocer Comolli, Mark Directeur des marchés, Rainforest Alliance Gerlsbeck, Rob Rédacteur en chef, magazine Canadian Grocer Sage, Steven Vice-président, Développement durable et innovation, Produits Kruger Smith, David Vice-président, Développement durable, Sobeys Uys, Paul Vice-président en produits de la mer durables, Compagnies Loblaw Bien qu il n existe aucune définition universelle du principe, l approvisionnement responsable, de même que les normes applicables à certaines industries et catégories de produits spécifiques commencent à émerger. Pour les besoins de ce livre blanc, l information et la recherche ont été axées sur l industrie des biens emballés pour la vente au détail et sur les détaillants appelés à servir les consommateurs de ce type de produits. La discussion s inscrit sous trois grandes thématiques : 1.0 La situation actuelle 2.0 Les enjeux et succès 3.0 Et maintenant, où allons-nous? En appui à la discussion de la table ronde, Rogers Media a organisé un sondage auprès des consommateurs sur Internet en novembre et décembre 2012, en utilisant ses abonnés de partout au Canada comme répondants. Ce livre blanc reflète les impressions de 530 répondants qualifiés comme participants au sondage référencé sous le titre de Rogers Connect Market Research 2012(2). 1 Re:Thinking Consumption Consumers and the Future of Sustainability. Étude publiée par BBMG, GlobeScan et SustainAbility L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 3

5 1.0 SITUATION ACTUELLE La raison d être Les préoccupations à l échelle mondiale incitent les entreprises, multinationales ou autres, à ne plus voir l approvisionnement responsable uniquement sous le prisme de la protection de l environnement, mais comme un facteur de durabilité touchant les trois piliers environnement, société et économie. Ces enjeux d ordre mondial : mutations économiques, chaînes d approvisionnement et alimentaires imprévisibles, dérèglements climatiques et insuffisances d eau potable, accélèrent le processus d adhésion à l approvisionnement responsable. Sa réalité s impose dans les entreprises. Il ne s agit pas d un comportement altruiste ayant pour but de sauver la planète et d'obtenir la loyauté des clients, des investisseurs et des consommateurs en soignant les communications marketing, mais bien d une préoccupation, d une nécessité qui ne cesse de croître et que toute entreprise doit satisfaire pour assurer son avenir. Pour certaines entreprises leaders du monde des affaires, l approvisionnement responsable devient un important élément de gestion des risques. D autres, à défaut de bien cerner la possible volatilité et l instabilité de l avenir, peuvent encore ignorer la valeur commerciale réelle qu il représente pour leur chaîne d approvisionnement. La bonne réputation d une entreprise peut profiter de la promotion appropriée de ses pratiques et politiques d approvisionnement responsables, mais ce type d auréole commence à pâlir. À preuve, le tsunami qui s est produit au Japon en La destruction des installations industrielles a fait régresser les profits des fabricants de véhicules et de produits électroniques du monde entier, en une nuit seulement. L étroite relation entre les droits de la personne occupant des emplois directs et induits et le succès d une entreprise est bien comprise par de nombreux employeurs. Les travailleurs jouissant de conditions de travail décentes, d une paie équitable et d un traitement respectueux manifestent une plus grande loyauté envers leur employeur et, sont en définitive plus productifs 2. Au cours des années 1970, les mauvaises conditions de travail ont commencé à polariser l attention des consommateurs et des organismes non gouvernementaux (ONG) en fait, depuis que Nike s est vue accuser d utiliser des ateliers de misère en Corée du Sud, en Chine et à Taïwan. Des marques réputées comme Nike et Gap continuent d attirer l attention sur les droits de la personne. Le public est donc en général mieux informé de ces questions que de la problématique des filières bois ou huile de palme «éthique». En fait, au moment de la rédaction de ce livre blanc, une fabrique de vêtements s effondrait à Dhaka, au Bangladesh, tuant plus de 1000 travailleurs. L enquête a mené à la fermeture d au moins 18 autres installations dans ce pays. Cette situation tragique a remis à l avant-plan les droits de la personne dans le monde entier, l immeuble ayant supposément été construit de façon illégale et en violation des règlements de construction. En six mois, il s agissait du troisième événement du genre à susciter des interrogations sur la sécurité des travailleurs et les conditions de travail au Bangladesh. Les 2 Taiwo, Akinyele Samuel. The influence of work environment on workers productivity: A case of selected oil and gas industry in Lagos, Nigeria. African Journal of Business Management. Vol. 4 (3), pp , mars Consulté le 24 avril Accessible sur L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 4

6 organismes du Canada n ont pas le pouvoir d imposer le respect de certains codes et règlements dans d autres pays, mais les entreprises sont en droit d assurer la conformité à certaines normes et d en vérifier le respect au moyen d audits. Loblaw a été la première entreprise canadienne à reconnaître publiquement qu elle achetait des vêtements de cet atelier de confection pour sa marque Joe Fresh. Toutefois, des liens ont été établis avec plusieurs autres entreprises, dont H&M, Fairweather Ltd, Wal- Mart Canada et Atlantic Sportswear. Des géants du détail canadiens, y compris Wal-Mart Canada, Sears Canada et Loblaw se sont réunis d urgence pour décider de la marche à suivre et s assurer que «de telles tragédies ne se reproduisent plus», selon Diane Brisebois, présidente-directrice générale du Conseil canadien du commerce de détail (CCCD). Entre-temps, l Union Européenne menace de retirer les avantages commerciaux octroyés au Bangladesh si le pays n améliore pas les conditions de sécurité du travail. Sous la montée des pressions du monde entier, plusieurs grandes marques d habillement, dont l Italienne Benetton, la Britannique Marks & Spencer et la Suédoise H&M, de même que les Espagnoles Mango et Zara, se sont ralliées à un pacte exigeant qu elles assument la conduite d inspections de sécurité indépendantes et les coûts des réparations, en plus de débourser $ par année pour améliorer la sécurité. Elles doivent de plus mettre fin à toute relation d affaires avec les fabriques qui refusent d apporter les améliorations requises pour assurer la sécurité de leurs travailleurs. À ce jour, Gap ainsi que 14 autres détaillants nord-américains refusent de signer l accord de sécurité. Ce programme de cinq ans prévoit des inspections de sécurité par des tiers indépendants et des rapports publics sur tous les fournisseurs bangladais utilisés par les entreprises signataires, l exécution obligatoire des réparations et rénovations, l obligation pour les marques de financer les améliorations nécessaires à la sécurité et des conséquences pour les fournisseurs qui refusent d améliorer les conditions de travail, y compris la cessation de leurs activités. Un mouvement similaire s est enclenché aux États-Unis où les démocrates Sander Levin et George Miller ont écrit au président Obama, le pressant de faciliter le développement de plans concrets pour résoudre une série de problèmes reliés aux conditions de travail et aux droits des ouvriers du vêtement au Bangladesh. Sous la pression internationale, le premier ministre Sheikh Hasina a prévenu les propriétaires d ateliers qu ils devraient désormais mieux prendre soin de leurs travailleurs en leur garantissant des salaires équitables et un environnement sécuritaire. Le gouvernement a aussi créé une commission du salaire minimum chargée de recommander des hausses de salaire pour les ouvriers du textile. Même si les échos fusent de régions très éloignées, les consommateurs ne veulent pas entendre parler de violations des droits de la personne, surtout pas en lien avec les produits qu ils achètent. Au Canada, Loblaw a été confrontée à des appels au boycottage de sa gamme Joe Fresh dont certains produits provenaient de l atelier sinistré. La compagnie a réagi en promettant une compensation aux familles des travailleurs décédés. Selon Peter McAllister, directeur de l Ethical Trading Initiative, l industrie du détail doit reconnaître ce qu il en coûte réellement pour rendre les entreprises durables, mais qu à défaut d opérer le changement dans l ensemble de cette industrie, les leaders tarderont à se manifester par crainte de se voir désavantager par rapport à la concurrence. Il est temps que les entreprises grandes, moyennes ou petites dans toutes les industries, prennent conscience de l incertitude de l avenir et de l impact que cette incertitude peut avoir sur leurs affaires. L approvisionnement responsable permet d assurer la durabilité des biens achetés, non seulement pour leur permettre de vendre des produits «verts» ou «éthiques», mais aussi pour qu elles L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 5

7 demeurent rentables. L atténuation des changements climatiques, le maintien de l accès à de l eau propre, la satisfaction des demandes matérielles d une classe moyenne grandissante, l empêchement de la déforestation toutes ces questions se déclinent en impératifs commerciaux. Où se situe le consommateur canadien? L approvisionnement responsable ne fait pas partie des priorités de la majorité des consommateurs. Toutefois, plus de la moitié d entre eux sont d avis que les producteurs alimentaires et les fabricants font un bon travail en matière d approvisionnement responsable. 3 Au supermarché, les consommateurs ont accès à une myriade de produits, allant du chocolat équitable au café cultivé à l ombre. Et les commerçants les encouragent à «faire un choix responsable» en achetant ces produits. 4 Mais que comprend le consommateur à cette surenchère de publicité et d'étiquettes qu est-ce que l approvisionnement éthique en réalité? Pour le consommateur, quelle différence y a-t-il entre commerce équitable et label de commerce équitable? Entre la certification du Forest Stewardship Council et celle de la Coalition pour la foresterie durable? Malheureusement, le consommateur n a pas toujours la bonne réponse. Et pour ajouter à la complexité du sujet, l Europe et l Amérique du Nord mettent l accent sur des thèmes différents pour faire la promotion de la décision d achat responsable. De façon générale, en Amérique, l épicier souligne la sécurité des aliments, tandis qu en Europe, il met en lumière, dans l ordre, le bien-être des travailleurs, la protection de l environnement et la sécurité des aliments. 5 Influence de l approvisionnement responsable sur les décisions d achat sondage auprès des consommateurs canadiens 6 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Considération Top Considera]on majeure Consider Considération When si le prix Affordable est accessible Considération Consider When si tous all les autres produits sont égaux Others Are Equal Aucune Never considération Consider 3 Rogers Connect Market Research 2012(2). 4 Barrientos, Stephanie et Dolan, Catherine. Ethical Sourcing in the Global Food System. Earthscan, Barrientos, Stephanie et Dolan, Catherine. Ethical Sourcing in the Global Food System. Earthscan, Rogers Connect Market Research 2012(2). L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 6

8 Une foule de raisons poussent le consommateur à ne pas rechercher de produits écoresponsables. Plusieurs de ces raisons ont été soulevées dans le livre blanc intitulé Helping Canadian Households Achieve Their Sustainability Goals, qui dévoile les résultats d une étude menée par Rogers pour la Table ronde 2012 des Leaders de la réflexion sur la durabilité. Confusion chez le consommateur, coûts et méfiance en général envers les prétentions des marques. 7 Toutefois, lorsque le consommateur envisage de faire un achat responsable, souvent sa décision est reliée aux droits de la personne. Les répondants au sondage, invités à choisir parmi une liste de certifications celles qu ils jugent les plus importantes, ont en majorité opté pour le logo du commerce équitable. Le pourquoi, selon la réponse à une seconde question, en général : parce qu il «couvre un enjeu important» (les droits de la personne). 8 De plus, selon l étude «Re:Think Consumption», cinq des six questions de droits de la personne qui, selon les consommateurs, devraient être abordées en priorité par les entreprises incluent : L eau potable Les soins de santé Des salaires équitables et des conditions de travail sécuritaires Les emplois et les débouchés économiques L éducation 9 Le consommateur associe également l achat responsable aux aliments vendus en épicerie, plus qu aux marchandises non comestibles 10. Et ce, probablement dû au fait que l on porte plus attention à ce que l on ingère et que l alimentation revêt un caractère émotionnel, une hypothèse qui fait consensus parmi les membres de la Table ronde 2013 des Leaders de la réflexion sur la durabilité. L être humain entretient un rapport privilégié avec sa nourriture et, par conséquent, place l alimentation au premier plan de ses préoccupations. Il se soucie de la façon dont les aliments sont produits et, de plus en plus, de sa santé et de sa sécurité. Alors que le consommateur européen s inquiète depuis longtemps de la qualité et de la sécurité de ses aliments, le sujet a fait la manchette en Amérique du Nord dans les années 1980 et Les crises et scandales reliés aux aliments et à leur sécurité augmentent la méfiance des consommateurs. Les flambées d encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (nv-mcj) 11, de Listeria, salmonelle et de maladies des pieds et de la bouche 12, et plus récemment les cas de listériose reliés aux aliments Maple Leaf en 2008, ont suscité une plus grande prise de conscience à l égard de la sécurité des aliments. 7 Rogers Rogers Connect Market Research 2012(2). 9 Re:Thinking Consumption Consumers and the Future of Sustainability. Étude de BBMG, GlobeScan et SustainAbility Rogers Connect Market Research 2012(2). 11 Gabriel, Y. et Lang, T. The Unmanageable Consumer, 2 e édition. Sage, Londres : Barrientos, Stephanie et Dolan, Catherine. Ethical Sourcing in the Global Food System. U.K., Earthscan: L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 7

9 L aide peut venir de tierces parties crédibles L industrie ne fait pas cavalier seul en matière d approvisionnement responsable. De nombreux organismes de renom peuvent aider les entreprises de divers secteurs à réaliser l audit de leurs chaînes d approvisionnement et de leurs politiques d achat pour y intégrer l approvisionnement responsable. La difficulté consiste sans doute à choisir l organisme qui convient le mieux pour mettre en œuvre les initiatives d achat écoresponsables dans une entreprise donnée. L impératif étant d établir l équilibre entre les objectifs commerciaux et économiques et les demandes des parties prenantes. Dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail, en particulier, la perception du consommateur joue un rôle clé dans cette décision. Il a tendance à reconnaître certains organismes plus que d autres et à leur faire confiance. Ce qui augmente la valeur des logos de ces organismes, lorsqu apposés sur les produits et la publicité. Il demeure néanmoins que le consommateur n a qu une compréhension limitée de l approvisionnement responsable et ceci, en raison de la complexité des chaînes d approvisionnement. S il n est pas en mesure de comprendre les problèmes d'approvisionnement responsable propres à chaque catégorie de produits, comment peut-il bien interpréter les prétentions des fabricants par rapport à leurs produits et prendre des décisions d achat responsables? Logos de certifications d approvisionnement responsables les plus facilement reconnaissables par les consommateurs canadiens 13 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 0% Commerce Fairtrade EcoLogo ÉcoLogo Rainforest équitable Alliance Ocean Wise Recommended 13 Rogers Connect Market Research 2012(2). L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 8

10 Voici une liste d organismes tiers crédibles travaillant en collaboration avec des entreprises à but lucratif à l amélioration des chaînes et des normes d approvisionnement, ainsi qu à la réalisation d audits et au respect de la conformité. Better Cotton Initiative La Better Cotton Initiative (BCI) est une coalition de producteurs, égreneurs, usines, négociants, manufacturiers, détaillants, marques et organismes de la société civile engagés à développer une chaîne durable de produits cotonniers de base. BCI travaille de concert avec de nombreuses parties prenantes à promouvoir la mise en place d améliorations mesurables et continues pour l environnement, les communautés agricoles et les régions cotonnières. Son objectif consiste à améliorer la production mondiale de coton dans l intérêt des producteurs, de l environnement et de l avenir des régions cotonnières. Les détaillants membres incluent H&M, Marks & Spencer, IKEA et le groupe Adidas. On retrouve parmi ses donateurs la WWF, The Sustainable Trade Initiative et Advocates for International Development. Ethical Trading Initiative L Ethical Trading Initiative (ETI) est une alliance d entreprises, de syndicats et d organismes bénévoles œuvrant en partenariat pour améliorer la vie au travail des populations pauvres et vulnérables du monde entier engagées dans la culture et la fabrication de biens de consommation. Le commerce équitable est beaucoup plus facile à dire qu à faire. Les chaînes d approvisionnement modernes sont vastes, complexes et réparties partout dans le monde. Et toutes les questions relatives au travail comportent leur lot de défis. Pour l ETI, le commerce équitable n a de signification réelle que lorsque les détaillants, les marques et les fournisseurs assument leurs responsabilités en améliorant les conditions de travail des personnes qui fabriquent les produits qu ils vendent. Marks & Spencer a mis en place une gamme d initiatives conférences et autres événements, site Web et DVD de sensibilisation destinées à rallier le soutien des fournisseurs à la cause du commerce équitable,. Fair Labor Association La Fair Labor Association (FLA) est un effort de collaboration internationale regroupant des universités, des organismes de la société civile et des entreprises socialement responsables qui se portent à la défense des droits des travailleurs du monde entier. Cet organisme travaille avec les entreprises pour assurer le respect des normes en matière de droits des travailleurs et mettre en œuvre des stratégies innovatrices et durables pour aider les entreprises à améliorer leurs pratiques. D importantes multinationales, telles Apple et American Eagle Outfitters, Inc. ou encore le Groupe Adidas et Nestle, coopèrent avec la FLA pour assurer l adoption de pratiques et de conditions de travail équitables, sécuritaires et respectueuses de l être humain à tous les échelons de leurs chaînes d approvisionnement. Fairtrade Foundation La Fairtrade Foundation est un organisme indépendant à but non lucratif qui accorde les licences d utilisation du label FAIRTRADE sur les produits au Royaume-Uni, conformément aux normes internationalement reconnues du commerce équitable. En croissance depuis sa fondation en 1992 par six ONG, dont Oxfam, Christian Aid et la National Federation of Women s Institutes, l organisme regroupe maintenant de nombreuses autres sociétés membres. La Fondation se dévoue pour créer un L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 9

11 monde dans lequel la justice et le développement durable seraient au cœur des structures et pratiques du commerce. Sa collaboration avec les entreprises, les groupes communautaires et les individus facilite la formation de partenariats commerciaux basés sur l équité et la transparence, et contribue ainsi au développement durable pour aider les producteurs marginalisés, les travailleurs et leurs communautés. Fair Trade International Organisme mondial, Fair Trade International réunit plus de 25 organisations membres dont les efforts conjugués améliorent les échanges commerciaux dans l intérêt des fermiers et des travailleurs. Fair Trade aide les entreprises à certifier leurs produits selon les normes de son organisme, et les cultivateurs et producteurs à obtenir la certification Fairtrade et à développer des débouchés commerciaux. Un groupe diversifié d entreprises ont intégré les produits certifiés Fairtrade tels la canne à sucre, le cacao et le café dans leurs exploitations. Redpath Sugars Ltd., Ben & Jerry s, Mars Inc., Starbucks Manufacturing Corporation et Dole Fresh Fruit International Ltd., par exemple, en font partie. Forest Stewardship Council Le Forest Stewardship Council (FSC ) a été fondé en 1993 par des organismes de premier plan tels Rainforest Alliance et Greenpeace. Le FSC est devenu l organisme de certification forestière le plus rigoureux au monde. Le FSC a établi un système crédible permettant d identifier les forêts bien aménagées comme sources de produits de bois responsables. Le nombre de certificats émis, tant au niveau de l aménagement forestier que des chaînes de traçabilité, affiche une croissance exponentielle, dépassant les certificats en Essentiellement, le FSC favorise l aménagement durable des forêts du monde entier selon des principes respectueux de l environnement, socialement bénéfiques et viables sur le plan économique. Kimberly-Clark a obtenu sa première certification FSC après avoir subi des pressions intenses de la part de Greenpeace, tandis que Produits Kruger a été le premier fabricant canadien de papiers à usages domestiques, commerciaux et industriels à obtenir la certification FSC pour les produits destinés à ses deux secteurs cibles : domestiques et hors foyer. Certificats GreenPalm GreenPalm est un site de négoce de certificats en ligne conçu pour lutter contre les problèmes environnementaux et sociaux causés par la production d huile de palme. Les producteurs vendent des certificats par l intermédiaire du programme GreenPalm et réalisent ainsi de meilleurs profits sur leurs cultures par le biais de l agriculture durable. En achetant des produits estampillés GreenPalm, les consommateurs contribuent de façon positive à encourager la production d huiles de palme certifiées durables. The Marine Stewardship Council (MSC) Le MSC est une organisation mondiale qui travaille en collaboration avec les pêcheries, les entreprises de transformation, les scientifiques, les organismes voués à la conservation et le public à promouvoir les choix de produits de la mer les plus favorables à l environnement. Fondé en 1997 par le World Wide Fund for Nature et Unilever, le MSC est devenu totalement indépendant en 1999; en mars 2013, plus de produits de la mer vendus dans plus de 100 pays portaient l écolabel MSC, symbole du produit de la mer responsable. L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 10

12 Le MSC a créé des normes de pêche durable et de traçabilité des produits de la mer. L organisme croit que ces deux types de normes correspondent aux pratiques exemplaires les plus rigoureuses et qu elles contribuent à transformer et à améliorer les marchés mondiaux des produits de la mer. De nombreuses entreprises ont adapté leurs sources d approvisionnement pour se conformer à ces normes. L une des offensives les plus remarquables au Canada menée par les Compagnies Loblaw Limitée visait un approvisionnement à 100 % de sources durables pour tous les produits de la mer vendus dans ses magasins, y compris les produits certifiés MSC, et ce, dès Étant le plus important acheteur de produits de la mer au Canada, Loblaw a collaboré avec de nombreuses organisations externes, allant des experts universitaires aux ONG et agences gouvernementales, pour atteindre son objectif. La compagnie a entrepris une solide campagne de promotion du label MSC pour mieux conscientiser le consommateur, mais également, sur le plan commercial, elle a obtenu l engagement des fournisseurs et vendeurs à intégrer cet objectif dans leurs relations de travail avec Loblaw. L envergure de ce projet était immense, puisqu il englobait, outre les produits de la mer frais et surgelés, tout le contenu des rayonnages renfermant des produits de la mer, y compris les aliments pour animaux. Rainforest Alliance Rainforest Alliance a pour vocation de préserver la biodiversité et d assurer des moyens de subsistance durables aux communautés en transformant les pratiques agricoles et commerciales et le comportement des consommateurs. Rainforest Alliance utilise les forces du marché pour enrayer les principaux moteurs de destruction de l environnement. À cette fin, l organisme aide les communautés à s assurer que les écosystèmes à l intérieur et aux alentours de leurs sites d activités sont protégés et que les travailleurs sont bien formés, qu ils bénéficient de conditions de travail sécuritaires, d installations sanitaires appropriées, de soins de santé et de logements décents. Une fois que les entreprises ont satisfait à certaines normes environnementales et sociales, Rainforest Alliance les relie aux opérateurs du marché international où la demande de biens et services durables est en croissance, les aidant ainsi à assurer la survie de leurs entreprises en haussant le niveau de conscientisation mondiale et la demande de produits éthiques. L organisme participe à l amélioration de plusieurs catégories de produits et de leurs effets positifs sur l environnement, la société et l économie : matériaux de construction, fleurs et plants, santé et beauté, domicile et bureau. La certification Rainforest Alliance repose sur les trois piliers du développement durable : la protection de l'environnement, l'équité sociale et la viabilité économique. Les normes de son Réseau d agriculture durable proposent des principes directeurs visant à protéger les forêts et la faune ainsi que les habitats de grande valeur sur les territoires et à proximité des fermes. Ainsi, ses 10 principes directeurs intègrent la conservation et la surveillance de la qualité de l eau. L aspect social est abordé par l assurance de conditions de travail et de salaires équitables et décents, ainsi que par l éradication du travail des enfants. Finalement, la certification augmente l efficacité sur les fermes en réduisant les intrants coûteux, améliore la gestion et facilite l accès aux acheteurs de produits spécialisés, à la stabilité des contrats, à des conditions de crédit favorables, à la publicité, à l assistance technique et aux marchés de choix. Il en résulte une optimisation de la qualité des produits de la ferme, cacao, café, bananes, thé, ou autres. L approvisionnement responsable dans l industrie des biens emballés pour la vente au détail : la force motrice 11

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

Politique Internationale d Achat d Huile de Palme

Politique Internationale d Achat d Huile de Palme Politique Internationale d Achat d Huile de Palme Version: Août 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ Adopté par le conseil d administration de l ASPQ Le 11 octobre 2013, et amendée le 12 avril 2014, version finale Dans le

Plus en détail

Colloque FIL IDF CANADA / STELA

Colloque FIL IDF CANADA / STELA Colloque FIL IDF CANADA / STELA 13-16 mai 2013 Session 2: Développement durable de l industrie laitière Initiatives de développement durable Point de vue d un transformateur Présenté par : Martin Scuccimarri,

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Préambule Les différentes CDEC (Corporations de développement économique communautaire) ont pour mission le développement

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse Laetitia Gill, Directerice du Réseau et Développement Philias Forum 20 ans Mode d Emploi 16 novembre UNIL Lausanne www.philias.org www.philias.org

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Développement durable Certifications Environnementales

Développement durable Certifications Environnementales Certifications Environnementales Introduction La société devient de plus en plus exigeante envers les entreprises pour qu elles jouent un rôle actif et responsable dans la préservation de l environnement.

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier Code de conduite des fournisseurs de Bombardier 1 À PROPOS DE BOMBARDIER Bombardier croit qu un solide engagement et une approche stratégique à l égard de la responsabilité d entreprise sont essentiels

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir.

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. ISO 14001 de BSI. Nos chiffres vont de paire avec la croissance durable. Nos connaissances, notre expertise

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

La responsablité sociale de l entreprise : Standards et initiatives à l international

La responsablité sociale de l entreprise : Standards et initiatives à l international La responsablité sociale de l entreprise : Standards et initiatives à l international Position actuelle du secteur La pression des consommateurs, des investisseurs et des ONG Prise en charge des valeurs

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes Q UA L I T É FI E F C AC ITÉ B N SA I L I T É O Le choix ouvre sur un monde de possibilités RES P Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes L engagement de l IPPF

Plus en détail

La Marque de sécurité UL-EU. La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue

La Marque de sécurité UL-EU. La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue La Marque de sécurité UL-EU La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue Services d essais et de certification mondlaux La Marque UL confirme que des échantillons représentatifs

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Matériaux labellisés (PEFC, FSC...) : quelles garanties pour l'environnement? Comment les intégrer dans sa politique achats?

Matériaux labellisés (PEFC, FSC...) : quelles garanties pour l'environnement? Comment les intégrer dans sa politique achats? Matériaux labellisés (PEFC, FSC...) : quelles garanties pour l'environnement? Comment les intégrer dans sa politique achats? Jeudi 17 novembre 2011, de 9h30 à 11h00 Intervenants : FSC France : Marie VALLEE,

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LES PRINCIPES DU COMMERCE EQUITABLE Le Commerce Equitable c est : Mettre l homme au cœur du

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Partenariats public-privé

Partenariats public-privé Partenariats public-privé Au-delà de l approvisionnement : stratégies de gestion des contrats PPP kpmg.ca/fr CONCRÉTISER LA VALEUR DES PROJETS PPP Le modèle canadien de partenariat publicprivé (PPP) est

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Politique en matière d investissement responsable

Politique en matière d investissement responsable Politique en matière d investissement responsable Le 12 février 2009 1. Notre mandat... 1 2. Nos principes... 1 3. Stratégie de placement...2 4. Engagement des actionnaires...3 5. Processus d engagement...4

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

L art de négocier au Mexique et au Brésil

L art de négocier au Mexique et au Brésil L art de négocier au Mexique et au Brésil Plan de la présentation 1. Introduction 2. La négociation: est-ce un art ou une science? 3. La négociation en contexte culturel différent 4. Les aspects de la

Plus en détail

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Ce guide fait partie de la campagne paneuropéenne de sensibilisation sur la RSE menée à l initiative de

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements Investissement Pour plus de renseignements sur les fonds Jantzi RBC, veuillez vous adresser à votre conseiller ou visiter www.rbc.com/jantzifonds Fonds Jantzi RBC Des choix socialement responsables pour

Plus en détail

Programmes de cartes commerciales Visa pour l industrie de la construction. Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre.

Programmes de cartes commerciales Visa pour l industrie de la construction. Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour l industrie de la construction Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour l industrie de la construction construction : pour des Les

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Principaux domaines d'expertise

Principaux domaines d'expertise Principaux domaines d'expertise Élaborer des stratégies, programmes, plans et indicateurs de durabilité Politiques, procédures et plans environnementaux et/ou de durabilité de la société Les règlements

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

De déficits record à un renouveau concurrentiel

De déficits record à un renouveau concurrentiel De déficits record à un renouveau concurrentiel UN PROJET DE RECHERCHE DE L ICPA Pour repositionner le secteur des aliments transformés Sommaire du programme et du partenariat Mai 2013 L INSTITUT CANADIEN

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable.

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Le RSE de BEDEL Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Notre démarche commerciale ne découle pas seulement d une maximisation des profits, mais exige

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur :

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : La traversée de la rue à Montréal : Comment accroître le confort et la sécurité des piétons 10

Plus en détail