L actualité économique internationale textile-habillement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L actualité économique internationale textile-habillement"

Transcription

1 L actualité économique internationale textile-habillement N Octobre 2013 Europe - Situation et l évolution des importations européennes d habillement En coopération avec le Cercle Euro-méditerranéen des Dirigeants Textile-Habillement, le cabinet conseil JF Limantour/Texaas (Textile And Apparel Services) a réalisé une étude sur les caractéristiques actuelles et l évolution des importations européennes d habillement. Qui sont les principaux fournisseurs d habillement de l Union européenne? Quels sont leurs atouts? Qu exportent-ils vers l Europe et à quels prix? Comment évoluent leurs parts de marché? Quels sont les marchés européens les plus attractifs? Qu achètent-ils et à qui? Quels vêtements sont les plus importés? Quels en sont les principaux fournisseurs? Comment évoluent les principales zones de sourcing des étatsmembres? Tels sont quelques-uns des thèmes de cette étude de 130 pages conçue pour être un outil d information et de réflexion stratégique pour les divers acteurs de la filière textile-habillement. Renseignements : - France : léger mieux pour les ventes d habillement Après une forte hausse en juin (+5,4 %), principalement imputable au calendrier des soldes d été, les ventes d habillement en France ont baissé en juillet (-1,2 %) pour revenir en août à leur niveau de juin (+ 1,3 %). Au cours des sept premiers mois de 2013, elles ont atteint une valeur de 30,15 milliards d euros, soit 1,1 % de moins que pour les sept premiers mois de Source : Insee Traitement statistique : J.F Limantour Dans ces conditions et compte tenu de la légère reprise économique, le CEDITH anticipe à 1% le recul de la consommation vestimentaire/chaussure de

2 - France : hausse très modérée des prix des vêtements En un an, de septembre 2012 à septembre 2013, les prix de détail des vêtements n ont progressé que de 0,6 %. Cette évolution traduit bien la morosité persistante de la consommation vestimentaire, affectée par la crise économique et le chômage. Source Insee Traitement statistique : J.F Limantour - Commerce extérieur français : stagnation des importations! Les importations françaises d habillement d origine extra-européennes n ont pas progressé en valeur au cours des sept premiers mois de 2013 par rapport à leur niveau à fin juillet Commerce extérieur d habillement de la France à fin juillet 2013 Importations d habillement de la France Exportations d habillement de la France Fournisseurs 7 premiers mois 2013 (1000 ) 2013/2012 % Clients 7 premiers mois 2013 (1000 ) 2013/2012 % Chine % Etats-Unis % Bangladesh % Suisse % Turquie % Hong Kong % Inde % Japon % Maroc % Russie % Tunisie % Chine % Vietnam % Emirats A.U % Pakistan % Corée du Sud % Cambodge % Arabie Saoudite % Total extra U.E % Total extra U.E % Source : Douanes françaises Calculs : IFM Les performances des fournisseurs asiatiques sont contrastées, avec un nouveau recul de la Chine (-6%), la stagnation de l Inde (0%) et du Pakistan (+1%) alors que le Bangladesh (+14%) et le Vietnam (+10%) progressent sensiblement. Mais la plus belle performance est à mettre à l actif du Cambodge qui progresse de 85 % à fin juillet 2013! Rappelons que ce pays bénéficie à la fois d une règlementation européenne avantageuse (TSA) et de délocalisations d entreprises chinoises vers ce fournisseur à très bas coûts salariaux. 2

3 Au cours de cette même période, les exportations françaises d habillement vers les pays extra-ue ont progressé de 4 %. Elles continuent à croitre à un rythme soutenu à Hong Kong (+14%) et en Chine (+24%). Elles sont quasiment stables vers les partenaires européens de la France : +1 %, avec toutefois une belle progression en Allemagne (+12%) mais des baisses de 3 % en Italie et de 8 % en Espagne. - Baisse ralentie des importations européennes d habillement Importations européennes en provenance des pays extra-ue (7 premiers mois de 2013) Fournisseurs Rang 7 premiers mois premiers mois 2013 Evolution Valeur (1000 ) % Valeur (1000 ) % 2012/2013 % TOTAL EXTRA-EUR , ,0-2,3 China , ,6-8,4 Bangladesh , ,8 6,3 Turquie , ,3 3,9 Inde , ,3-0,9 Maroc , ,5 6,9 Tunisie , ,4-5,3 Vietnam , ,4-0,5 Pakistan , ,3 9,8 Cambodge , ,2 25,5 Sri Lanka , ,7-6,3 Indonésie , ,6-14,5 Suisse , ,9-1,9 Thaïlande , ,8-18,9 USA , ,8 4,0 Hong Kong , ,7 1,4 Égypte , ,6-4,3 Ile Maurice , ,5-5,8 Croatie , ,4-23,1 Macédoine , ,4-2,3 Madagascar , ,3 10,6 Source : Eurostat Traitement statistique : J.F Limantour A fin juillet 2013, les importations européennes d habillement restaient orientées à la baisse (-2,3 % à 35 milliards d euros). Mais la baisse ralentit, ce qui suggère que les importateurs sont moins pessimistes et croient à une reprise prochaine des marchés. Les performances des pays asiatiques demeurent contrastées : bon nombre d entre eux comme la Chine, l Inde, le Vietnam, le Sri Lanka, l Indonésie ou la Thaïlande sont en recul alors que d autres tels que le Bangladesh et le Pakistan sont en croissance. Situation contrastée également dans l Océan indien avec l Ile Maurice en baisse de 5,8 % et Madagascar qui progresse de 10,5 %. La progression de Madagascar résulte en partie de délocalisation sur la Grande Ile d usines mauriciennes. Du côté des fournisseurs méditerranéens, on notera surtout le décrochage de la Tunisie (-5,3%) alors que le Maroc qui lui a ravi la 5 ème place en tant que fournisseur d habillement de l U.E, progresse de 6,9 %. Avec une progression de 3,9 %, la Turquie gagne des parts de marché et consolide sa position de 3 ème fournisseur de l UE en habillement alors que l Egypte, engluée dans ses problèmes politiques et économiques, recule de 4,3 %. 3

4 - Management de la mode : deux notes de Lectra à lire absolument! Tout dirigeant d une entreprise d habillement doit absolument lire deux remarquables notes pédagogiques réalisées et diffusées récemment par Lectra, le numéro un mondial des solutions technologiques avancées de création, de design, de développement et de production des industries de la mode. La première, intitulée «Conduire le changement dans l industrie de la mode» prodigue de très utiles conseils sur l art et la manière de gérer efficacement un changement à grande échelle, comme la mise en place d une solution PLM : analyse des problèmes, définition des objectifs du projet, communication interne, motivation des acteurs du changement, information des fournisseurs, etc. La seconde, intitulée «Un approche globale du contrôle des coûts de développement» souligne l importance d une maitrise optimisée des coûts des tissus, du prototypage, d un patronage intelligent, de la résolution des problèmes «avant qu ils ne coûtent cher», et d avoir des relations transparentes avec les fournisseurs. Bref, une approche «Design to Cost» permettant d optimiser les opérations de conception et de création en intégrant différentes contraintes de production à des moments clés du développement, afin de tester différents scénarios et d analyser leur incidence sur les coûts. Asie - Japon : croissance record de Fast Retailing (Uniqlo) Le groupe japonais d habillement Fast Retailing a annoncé des résultats en forte croissance pour son exercice 1 er septembre 2012/31 août 2013 : hausse de 23,1 % de son chiffre d affaires à milliards de yens (9,14 milliards d euros) pour un profit net de 90,4 milliards de yens (723 millions d euros). Selon le groupe, ces excellents résultats ont été obtenus grâce au succès de sa marque Uniqlo au Japon (énorme succès des vêtements «Heat-tech» ) et à l expansion internationale de cette griffe. Outre Uniqlo, Fast Retailing gère d autres griffes dont Theory, Comptoir des cotonniers, Princesse Tam Tam et G.U. Le groupe compte 853 boutiques Uniqlo au Japon et 446 hors Japon dont 102 dans la «sphère chinoise» (Chine, Hong Kong, Taïwan). Pour l exercice 2013/2014 en cours, Fast Retailing table sur un profit opérationnel de 156 milliards de yens et sur un chiffre d affaires de milliards de yens. Le groupe escompte une hausse de 39 % des ventes d Uniqlo hors Japon, avec l ouverture de 198 nouveaux magasins dont 98 en sphère chinoise. - Chine : délocalisations vers l Asie du Sud-Est Selon le Quotidien du Peuple, l atout majeur de l industrie textile-habillement chinoise réside dans sa chaîne industrielle complète, qui fait que la Chine demeure, de très loin, le premier exportateur mondial de vêtements. Ce journal note toutefois que cette situation est en train de changer progressivement, la fabrication chinoise de vêtements bas/moyen de gamme étant de plus en plus progressivement délocalisée vers les pays voisins de l Asie du Sud-Est tels que le Cambodge, pays où le salaire mensuel minimum n est que de 80 US$. Pour le Quotidien du Peuple, la stratégie du secteur textile-habillement chinois est claire : produire à l extérieur les vêtements bas/moyen de gamme destinés essentiellement au marché populaire intérieur chinois et développer en Chine une production à forte valeur ajouté de vêtements pour les marchés d exportation et les classes moyennes et supérieures chinoises. Bref, une stratégie qui ressemble, en beaucoup de points, à celle qui fut mise en œuvre, avec plus ou moins de succès, par l industrie européenne lors du démantèlement de l Accord Multifibres. Quoi qu il en soit, les maîtres mots en Chine sont maintenant marques, style, innovation et créativité, technologies de pointe, marketing, tissus intelligents, communication, compétences..pour demeurer plus que jamais le leader mondial incontesté. Un pari qui sera très vraisemblablement réussi. 4

5 - Vietnam : coopération dans le secteur de l habillement Un dispositif d interface textile-habillement va être mis en œuvre entre le Vietnam et l Union européenne, à l initiative du Cercle Euro-méditerranéen des Dirigeants Textile-Habillement (Cedith) et de cabinets-conseils membres, pour renforcer la coopération euro/vietnamienne dans le secteur textile-habillement. L objectif général est de favoriser les échanges commerciaux de produits textiles et d habillement entre l Union européenne et le Vietnam, ainsi que la coopération industrielle. Cette structure qui devrait être opérationnelle début 2014 sera basée à Paris et à Hanoï. Elle interviendra dans les domaines du conseil, de l intelligence économique, des investissements, de la promotion et de la formation professionnelle. Avec plus de 4000 entreprises et 1,3 million de salariés, l industrie textile-habillement du Vietnam est devenue au cours de ces dernières années un des fournisseurs majeurs des marchés occidentaux en vêtements. En 2012, ses exportations totales d habillement ont atteint 17,2 milliards de dollars dont 7,1 milliards US$ sur le marché américain où il figure maintenant à la seconde place derrière la Chine. L année dernière, ses exportations d habillement vers l UE ont atteint 1,73 milliard d euros (2,34 milliards US$), ce qui place le Vietnam au 7 ème rang parmi les fournisseurs de l Union européenne. Le Vietnam importe l essentiel de ses besoins en textile (fils, tissus,..) de Chine, de Corée et du Japon. Le succès du Vietnam à l exportation d habillement sur les marchés internationaux repose sur divers atouts dont des coûts salariaux attractifs : le salaire minimum mensuel varie, selon les régions, de 60 à 85 euros, et les salaires mensuels moyens ouvriers de 100 à 130 euros (base 48 heures/semaine), soit sensiblement inférieurs aux salaires de la Chine voisine. La stabilité politique du pays, le strict respect des normes sociales, la qualité des investissements matériels, le bon niveau de qualification du personnel ouvrier et d encadrement ainsi que la productivité des usines sont également des facteurs importants de la compétitivité du secteur. Conscientes de l importance stratégique du secteur pour les équilibres socio-économiques du Vietnam, les autorités vietnamiennes ambitionnent de porter ses exportations à 25 milliards de dollars en 2020, 32 milliards en 2020 et 65 milliards US$ en Bangladesh : plus de mille usines de confection vont être inspectées! Pays parmi les plus pauvres du monde, le Bangladesh s est hissé en quelques années au second rang des fournisseurs d habillement de l Union européenne et des Etats-Unis, derrière la Chine. Son secteur de l habillement, fort de entreprises et de 4 millions de salariés, représente 80 % des exportations bangladaises, 15 % de son Produit Intérieur Brut (PIB) et 45 % de l emploi industriel. Entre 2007 et 2012, les importations européennes d habillement en provenance du Bangladesh ont augmenté de 87,2 %, soit une croissance annuelle moyenne de 13,4 %, pour atteindre 8,2 milliards d euros. Le Bangladesh doit sa progression rapide à trois facteurs principaux : Des salaires très bas : actuellement, le salaire mensuel minimum est de takas, soit 28 euros! Des conditions sociales souvent très en deçà des normes internationales minimales Un accord préférentiel très avantageux, octroyé sans contrepartie par l Union européenne, permettant au Bangladesh d exporter à droits nuls vers l U.E les vêtements qu il produit, et quelle que soit l origine des tissus qui les composent. Grâce à ces conditions incomparables de compétitivité, le Bangladesh est devenu en quelques années une zone très attractive de sourcing pour la plupart des grandes enseignes et grandes marques internationales. Des entreprises chinoises elles-mêmes viennent s y délocaliser pour alimenter leur marché domestique. Cet âge d or pourrait cependant prendre fin prochainement : les 110 morts en novembre 2012 dans l incendie de l usine Tazreen, le drame de l effondrement des neuf étages d ateliers de confection du Rana Plaza avec ses 1129 victimes en avril, les 9 morts de l incendie qui a ravagé le 9 octobre dernier l usine de confection Aswad Knit Composite près de Dacca et les violentes manifestations sociales qui se succèdent au Bangladesh depuis des mois jettent une lumière crue sur les conditions de travail des salariés de l habillement et rendent les distributeurs très prudents. Compte tenu des enjeux et des risques pour les exportations bangladaises, le gouvernement tente de réagir. Pour améliorer les conditions de travail dans le secteur, il a appuyé la signature d un accord sur la sécurité dans les usines entre de grandes marques internationales et les syndicats, a promis d augmenter en novembre 5

6 le salaire minimum à «entre 4500 et 5500 takas» (58 à 71 dollars) et a lancé avec l Organisation Internationale du Travail (OIT), le 22 octobre à Dacca, une vaste opération d inspection de plus de mille ateliers de confection. Cela suffira-t-il? La série noire qui frappe le secteur va-t-elle s arrêter? Pas sûr! Déjà, les syndicats menacent de déclencher une vague de grèves si le salaire minimum est fixé sous les takas (78 dollars). Quant au strict respect généralisé des normes minimales du travail au Bangladesh, ce n est sans doute pas demain la veille. Mais qui s en soucie réellement? Les grands distributeurs? L Union européenne? Méditerranée/Afrique - Algérie : développement d un partenariat textile-habillement avec la France A l occasion d un colloque franco-algérien organisé à Alger fin octobre sur les nouvelles technologies pour l industrie textile, les participants français réunis sous la bannière de l Union des Constructeurs de Matériels Textiles de France (UCMTF) et les entrepreneurs algériens ont manifesté le souhait de développer une coopération et des partenariats (investissements, prises de participation, formation) pour valoriser l offre textile-habillement algérienne afin d offrir des produits nationaux aux consommateurs algériens (demande nationale en produits textiles estimée à 150 milliards de dinars), en substitution aux vêtements importés et au marché informel. Dans le domaine de la formation, une coopération est envisagée avec l Ecole Supérieure d Ingénieurs du Sud Alsace (Ensisa) et l Institut Textile et Chimique de Lyon (Itech). Les investissements en Algérie, pays où les entrepreneurs textiles turcs sont de plus en plus présents, sont estimés entre 800 et 900 millions de dollars. - L Ethiopie, nouvel eldorado? Suite à la montée des coûts chinois et aux problèmes du Bangladesh, certains distributeurs occidentaux comme H&M se tournent maintenant vers des pays de l Afrique sub-saharienne pour leur sourcing en vêtements. C est le cas de l Ethiopie. Avec des coûts de salariaux deux fois inférieurs à ceux de Chine, ce pays de 85 millions d habitants, un des plus pauvres du monde ( selon la Banque mondiale, le revenu moyen annuel par habitant atteignait 370 dollars (276 euros) en 2012, contre dollars (938 euros) en moyenne chez ses voisins), attire en effet des investisseurs, par exemple le chinois Huajian, et un nombre croissant de grandes enseignes en quête de conditions d approvisionnement très compétitives. L Ethiopie va-t-elle devenir un des grands producteurs d habillement? Rien n est moins sûr car les salaires y augmentent rapidement corrélativement à une situation économique qui s améliore sensiblement, le pays n est pas encore membre de l OMC, ce qui constitue un handicap lourd pour participer activement au commerce international, et, comme le Bangladesh, le respect des droits de l homme est plus un objectif incertain qu une réalité. - Zambie : relance du secteur textile-habillement Selon un rapport du Département américain au Commerce, la Zambie ne parvient pas à profiter de l accès à droits nuls autorisé par l Africa Growth Opportunity Act (AGOA), en raison de la faiblesse de son industrie de l habillement. Inquiet par les mauvaises performances du secteur, le vice-ministre du commerce et de l industrie de Zambie, Miles Sampa, a déclaré que le gouvernement est déterminé à relancer l industrie textile pour bénéficier effectivement de l AGOA. Le gouvernement a annoncé qu il rencontrera rapidement tous les acteurs de la filière à ce sujet mais n a pas, pour l heure, donné la moindre indication sur les voies et moyens qu il envisageait pour redresser la situation. 6

7 Amériques - Nouvelle implantation du Coréen H&T Textiles à Haïti H&H Textiles, la filiale haïtienne de Yujin Apparel basée à Séoul, vient ce mois-ci de réunir ses 500 premiers salariés. L'usine occupe mètres carrés dans deux bâtiments modernes qui composent Les Palmiers Zone Franche, dans la municipalité de Carrefour, aire métropolitaine de Port-au-Prince. La zone franche, démarrée un an après le séisme de 2010, et achevée il y a 10 mois, représente un investissement privé local de US$ 8.5 millions. H&H s'attend à dépenser un peu plus de la moitié de ce montant pour compléter ses installations. Une fois pleinement opérationnelles, les deux usines disposeront de 3000 salariés. Ces salariés rejoindront les1600 ouvriers déjà employés dans deux complexes, soit au total. La production de ces unités est destinée au marché américain. - Canada : du haut de gamme à 100% «made in Québec». Victime de l ouverture des quotas asiatiques en 2005, l industrie québécoise de l habillement résiste et s oriente résolument vers le haut de gamme. Le secteur québécois ne comptait plus en 2009 que salariés dans 525 entreprises, presque toutes de petite taille (86 % d entre elles comptaient moins de 50 salariés. Pour les industriels de la Province, les sous-secteurs des textiles techniques à forte valeur ajoutée, incluant les textiles «intelligents» et les vêtements haut de gamme (par exemple à base de duvet d oie) et les vêtements professionnels de protection (à noter que la loi oblige que les vêtements militaires soient canadiens) ont un bel avenir au Québec. Plusieurs entreprises ont déjà rapatrié au Canada des unités de production délocalisées en Asie. Selon les professionnels, cette stratégie volontariste du «made in Québec» se heurte cependant à un sérieux problème de main d œuvre. De l avis général, l industrie manque de main-d œuvre qualifiée. Avec la crise des années , des programmes de formation ont fermé leurs portes. Aujourd hui, le diplôme d études professionnelles (DEP) Dessin de patron n est offert que dans deux centres de formation professionnelle, le DEP Confection de vêtements et d articles de cuir dans un seul centre, le diplôme d études collégiales (DEC) Gestion de la production du vêtement dans un seul établissement. Compte tenu de liens étroits du Québec avec la France, ne faudrait-il pas lancer un programme de coopération en formation professionnelle avec des écoles françaises? Jean-François Limantour Président Cercle Euro-méditerranéen des Dirigeants Textile-Habillement (CEDITH) 25 octobre

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 INTERVENANTS Daniel Wertel, Président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin François-Marie Grau, Secrétaire Général de la Fédération

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

BILAN ECONOMIQUE 19 FEVRIER 2013

BILAN ECONOMIQUE 19 FEVRIER 2013 BILAN ECONOMIQUE 19 FEVRIER 2013 Jean-Pierre MOCHO, Président de la FFPAPF François-Marie GRAU, Secrétaire Général de la FFPAPF Actualités de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin Du 26 février

Plus en détail

L actualité économique internationale textile-habillement. Sommaire

L actualité économique internationale textile-habillement. Sommaire L actualité économique internationale textile-habillement Sommaire N 20142 Février 2014 AFRIQUE/MAGHREB/MEDITERRANEE - Turquie : le SMIC horaire à 1,73 euros au 1 er janvier 2014 2 - Tunisie : assez bons

Plus en détail

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest Atelier de la classe de premiere en Sciences Economiques & Sociales Revue de presse économique, politique et sociale française Janvier

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam 1 Chine Singapour Hong Kong Cross Border ZBA Crédit Agricole CIB succursale du Japon solutions

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Présentation. Villeray Saint-Michel Parc-Extension

Présentation. Villeray Saint-Michel Parc-Extension Villeray Saint-Michel Parc-Extension Présentation Villeray Saint-Michel Parc-Extension est l un des arrondissements centraux de la ville de Montréal. Bordés au nord par Ahunstic-Cartierville et Montréal-Nord,

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

WWW.FRANCE-EXPATRIES.COM

WWW.FRANCE-EXPATRIES.COM Dossier spécial Mars 2008 WWW.FRANCE-EXPATRIES.COM Les français dans le monde Bilan 2007 Le nombre de ressortissants français à l étranger n a cessé d augmenter ces dernières années. En moyenne une hausse

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver?

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? «Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? Mme BLEYER et M. LEMESRE (Banque Populaire) M. BREHIER (Oséo) M. BRUN (Coface) M. HAM (DIRRECTE) Sommaire 1. Je m informe Grâce

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF. étrangers

LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF. étrangers LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF Atelier «accueil des étudiants étrangers» 8 décembre d 2007-1 Accompagner l inscription Aider les établissements dans leur sélection Un guichet unique en ligne

Plus en détail

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

Votre réseau international. Chine

Votre réseau international. Chine Votre réseau international Chine Allemagne Argentine Brésil Burkina Faso Canada Assurer votre succès à l international avec ERAI Depuis 1987, ERAI accompagne les entreprises rhônalpines pour concrétiser

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à :

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à : Le Manitoba en bref Le Manitoba : Province du Canada depuis 1870. Manitoba signifie «lieu où vit l Esprit» dans les langues des peuples autochtones de la province. Chef politique : Premier ministre (Greg

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Groupe Crédit Agricole Une Banque Universelle de Proximité à votre service Métiers

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 DYNAMISME CONFIRME MALGRE LA FAIBLESSE CHRONIQUE DE L EPARGNE LONGUE EN ACTIONS 1 En France, les encours globaux sous gestion (mandats et OPC)

Plus en détail

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16 9. Revue des Marchés Charles Gagné 2015-04-16 Les faits saillants 1. Inventaires de porcs aux É.-U. ( Hogs & Pigs) Croissance de 2 % du troupeau reproducteur 2. Baisse des exportations américaines Valeur

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/21/FC/5 Commission des finances Distr. limitée 4 juin 2015 Français Original : anglais Vingt et unième session Kingston (Jamaïque) 13-24 juillet 2015 État

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer.

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Communiqué de presse Croix, le 31 août 2015 Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Hausse du chiffre d affaires HT consolidé : 26,9 milliards d euros, +3,4

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

À qui pouvons-nous vendre nos feuillus nobles?

À qui pouvons-nous vendre nos feuillus nobles? À qui pouvons-nous vendre nos feuillus nobles? (exportation) Par Bruno Couture, ing. F., MBA 11 février 2015 À ceux qui en veulent et qui sont en mesure de se les payer! Canada 1,2 % États-Unis 0,7 %

Plus en détail

Le textile habillement tunisien et le défi de la libéralisation. Quel rôle pour l investissement direct étranger?

Le textile habillement tunisien et le défi de la libéralisation. Quel rôle pour l investissement direct étranger? Le textile habillement tunisien et le défi de la libéralisation Quel rôle pour l investissement direct étranger? AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT, 2005 5 rue Roland Barthes - 75598 Paris cedex 12 Tél

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général L atome pour la paix Conseil des gouverneurs Conférence générale GOV/2015/46-GC(59)/16 19 août 2015 Réservé à l usage officiel Point 8 b) i) de l ordre du jour provisoire du Conseil des gouverneurs (GOV/2015/43)

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

La lettre mensuelle de Texaas Consulting, publiée par le CEDITH, dédiée à la Méditerranée et à l Océan indien. www.cedith.com

La lettre mensuelle de Texaas Consulting, publiée par le CEDITH, dédiée à la Méditerranée et à l Océan indien. www.cedith.com 1 La lettre mensuelle de Texaas Consulting, publiée par le CEDITH, dédiée à la Méditerranée et à l Océan indien www.cedith.com N 12- Mai 2007 Union européenne + Union de la Méditerranée 2 Non des professionnels

Plus en détail

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits

Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Dole Food Company Instructions concernant les appels internationaux gratuits Appels nationaux (États-Unis, Canada et Guam): 1. Composez le 888-236-7527 Appels internationaux: 1. Pour appeler EthicsPoint

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

HSBC Receivables Finance

HSBC Receivables Finance HSBC Receivables Finance A strength for a Global & Sustainable Business Lionel CHOURAKI Directeur Commercial Adjoint STRATEGIE DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES AFFACTURAGE: LEVER DU CASH EN TOUTE SIMPLICITE

Plus en détail

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale Business Strategy Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale 4e étude mondiale sur les web-acheteurs Agenda Page 1 Le digital au cœur du parcours d achat 1 2 Dynamisme du commerce en ligne

Plus en détail

ECOLE DES MINES DE NANCY

ECOLE DES MINES DE NANCY Emploi ECOLE DES MINES DE NANCY FORMATION INGÉNIEUR CIVIL DES MINES ENQUÊTE D INSERTION de la PROMOTION 2005 DIPLÔMÉE en 2008. Cette analyse est issue des résultats collectés par l Ecole des Mines de Nancy

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

UBIFRANCE. et les Missions économiques

UBIFRANCE. et les Missions économiques UBIFRANCE et les Missions économiques VOS PARTENAIRES A L EXPORT L EXPORT : IL EST URGENT DE S Y METTRE! Un réseau de partenaires pour accompagner les PME Pour mieux accompagner les PME, UBIFRANCE et

Plus en détail

Performance commerciale du Canada

Performance commerciale du Canada Document de travail des Performance commerciale du Canada Examen de huit indicateurs Dylan Moeller d EDC Le 1 er août 2012 11 Table des matières Résumé... 3 1. Croissance des exportations... 5 2. Croissance

Plus en détail