Culture. riz : le défi du sourcing. le magazine des partenaires filière. du Groupe Soufflet. n 6 juin 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Culture. riz : le défi du sourcing. le magazine des partenaires filière. du Groupe Soufflet. www.soufflet.com. n 6 juin 2013"

Transcription

1 Culture n 6 juin 2013 riz : le défi du sourcing le magazine des partenaires filière du Groupe Soufflet

2 sommaire FILIÈRE vers l agrément certiphyto filière Inde : construire une filière CROISSANCE nouvel essor de l export à corbeil événement une journée au service du goût marchés Riz : un marché mondial en tension zoom sur clever : le pilotage de la qualité Produits Ruminants : productivité accrue n 6 culturefilière éditorial Magazine des partenaires du Groupe Soufflet Quai du Général Sarrail, BP Nogent s/seine Cedex Tél (0) Directeur de publication Thierry Berger Secrétaire de la rédaction Yoann Greffier Photos / Illustrations Groupe Soufflet, Fotolia, I.Girolet, P.Masson, Rea, Anastase, G.Chris, Thinkstock Conception / rédaction Agence Anastase Réalisation Groupe Soufflet Traduction Act L / Paris Impression UTIM Dépôt légal 2 e trimestre 2013 ISSN une gouvernance pour l avenir Piloter l action quotidienne avec précision, tout en se projetant vers l avenir : c est le lot de toutes les directions d entreprises, y compris celle du Groupe Soufflet. Ainsi, pour faire face à notre développement international et à l évolution constante des marchés, il nous a paru nécessaire ces derniers mois Jean-Michel Soufflet Président du Directoire d enrichir notre mode de gouvernance et de constituer une équipe de direction élargie, capable de favoriser les échanges entre nos différentes activités et de travailler sur des thèmes transversaux, dans cette logique de filière qui fait aujourd hui notre force et notre différence. Fin mai, j ai donc annoncé à l ensemble de nos collaborateurs la création d un Comité exécutif pour le Groupe Soufflet. à partir du 1 er juillet prochain, ce Comité exécutif (COMEX) aura pour missions de piloter les politiques du Groupe, d optimiser son organisation, et d assurer la réalisation des objectifs à court terme définis par le Directoire. J en assurerai la présidence. Il sera composé de huit autres membres : Quatre directeurs opérationnels : Jean François LEPY, Directeur Négoce ; Christophe PASSELANDE, Directeur Malterie ; Erick ROOS, Directeur Meunerie ; Didier THIERRY, Directeur Agriculture. Quatre directeurs fonctionnels : Arnaud BECARD, Directeur Administratif Organisation et Systèmes d information ; Benoît FERRARI, Directeur du Contrôle de gestion ; Georges COHEN-ADAD, Secrétaire Général, chargé en outre de coordonner nos travaux ; Xavier ROSSIGNOL, Directeur des Ressources humaines. Avec le Directoire composé de Raoul VEIT, Directeur Général, de Laurent BERNASSE, Directeur Financier et de moi-même qui continuera à définir nos grandes orientations stratégiques, et le Conseil de Surveillance, qui en assure le contrôle et le suivi, le COMEX complète le dispositif de gouvernance du Groupe Soufflet. Il assurera une articulation efficace entre l action de terrain et l ambition pour l avenir. C est ce que nos clients attendent de nous : c est ce que nous sommes heureux de leur garantir. E f ilière Vers l agrément Certiphyto par Laurent Paupelard, Responsable du service technique de Soufflet Vigne et Alexandre HALLIER, Adjoint Chef Marché Engrais n tant qu entreprises distributrices de produits de protection des plantes, Soufflet Agriculture et Soufflet Vigne seront officiellement ré-agréées par le Ministère de l Agriculture durant l été. En plus des certifications personnelles déjà obtenues par les salariés, l organisation du travail, les pratiques et les infrastructures s apprêtent donc à être auditées dans les semaines à venir sur un nouveau cahier des charges. Une centaine de règles nouvelles Quatre nouveaux référentiels règlementaires, qui détaillent exactement 100 exigences à respecter, nous ont conduits à une évolution de l ensemble de nos activités. Nous pouvons la résumer en deux chantiers principaux : l obligation d information des clients en magasins sur les produits de protection des plantes (PPP) et les Bonnes Pratiques Agricoles (BPA), tant dans l affichage qu à l oral ; l exigence de justification et d enregistrement de nos préconisations dans le domaine des PPP. Notre métier évolue Les nouvelles exigences de l agrément Certiphyto font évoluer notre offre. L enregistrement du conseil est au centre des nouvelles attentes : pour tout traitement effectué ou détecté sur une parcelle, nous devrons pouvoir justifier sa pertinence. Nos TCP (Techniciens Conseillers préconisateurs) doivent délivrer du conseil et des ordonnances parfaitement adaptés aux besoins des clients. Soufflet Agriculture et Soufflet Vigne migrent donc vers une nouvelle forme d accompagnement de leurs clients, encore plus qualitative, et résolument orientée vers la valorisation du service. Prochaine étape en juillet, pour l audit préalable au nouvel agrément attendu : de façon irréversible, le changement est en marche. Grâce à la solution Atland de la société MaFerme, accessible sur ipad, les technico-commerciaux disposent des produits, des conseils, et de toutes les informations réglementaires sur le terrain. Toutes les préconisations sont enregistrées sur le logiciel Atland et disponibles tant pour l agriculteur que pour le distributeur. En 2013, Soufflet Agriculture et Soufflet Vigne vont connaître une évolution majeure de leur métier, avec la concrétisation des exigences de la directive EcoPhyto En octobre prochain, tous les Techniciens Conseillers Préconisateurs (TCP) devront avoir été certifiés, et les sociétés elles-mêmes agréées. Un défi préparé minutieusement. Zoom «La tablette après le PC, c est le sens de l histoire» Alexandre Hallier, chef de projet «Certiphyto Agriculture» «L obligation d enregistrer notre conseil nous donne l opportunité de valoriser davantage nos services. Le conseil se fait très souvent dans la cour de la ferme ou au milieu du champ. Une solution ultramobile s imposait donc : la tablette permettra un enregistrement exhaustif et en direct, ainsi qu un accès complet à toute notre offre, de façon immédiate. Testée dans la région Brie-Champagne auprès de douze TCP, la tablette a été plébiscitée. Après le PC, c est vraiment le sens de l histoire, et un progrès significatif pour le service de nos clients.» 3

3 f ilière Croissance Inde : construire une filière par Dominique Dupont, Directeur Inde chez Malteries Soufflet 4 L Inde est l un des nouveaux territoires de croissance du Groupe Soufflet. Un pays-continent où tout est à construire dans la filière Orge. Depuis deux ans, nous procédons à des essais agronomiques. En avril dernier a eu lieu la première moisson de notre histoire indienne. Raccourcir les distances Avant qu elle ne soit consommée, l orge d une bouteille de bière indienne fait presque km : produite au nord du pays, elle est alors maltée, puis brassée dans le sud. Les plus gros producteurs d orge sont les états du Rajasthan, d Haryana, de l Uttar Pradesh et du Penjab. à l inverse, 75% de la consommation de bière se fait au sud de la ligne Bombay-Calcutta, les plus gros outils de production des brasseurs se situant au Tamil Nadu, au Kerala et au Maharashtra. Raccourcir les distances est un enjeu majeur : avec une orge de qualité produite à Penjab une plus grande proximité Haryana de leurs usines, malteurs et New Delhi Rajasthan brasseurs disposeront d un Uttar Pradesh prix de revient bien plus favorable que celui qu ils paient aujourd hui. Maharashtra culturefilière Bombay Kerala Tamil Nadu Calcutta D LÉGENDE Moissons contractualisées en Zone principale de production Zone principale de brassage ès 2010, le regard de Malteries Soufflet s est porté vers l Inde, un pays en fort développement où la consommation de bière est sans rapport avec la qualité brassicole de l orge produite, particulièrement faible. Pour plus de 90 millions de tonnes de blé et plus de 100 millions de tonnes de riz produites chaque année en Inde, on n y cultive en outre qu 1,6 million de tonnes d orge. Comme dans toutes les économies émergentes, elle est vue ici comme la céréale des terres pauvres ou arides, sans autre intérêt que de servir au fourrage. Dans la suite logique de la stratégie du Groupe Soufflet rapprocher les producteurs des utilisateurs il y avait un défi à relever pour mieux répondre aux besoins des brasseurs indiens. Deux années d expérimentation Nous nous sommes donc installés sur place durant l été 2011, pour une longue phase de repérage, d apprentissage du pays et d expérimentations variétales. L objectif : tester des variétés de semences d orges de pays au climat moins tempéré qu en Europe, aux côtés d orges indiennes servant de témoins. Allaientelles s adapter? La réponse est positive. Elles se révèlent même plus productives que les orges locales, tout en étant moins consommatrices en eau que le blé. Elles permettent d espérer un double gain : un revenu net annuel en croissance pour l agriculteur, une qualité très améliorée pour les brasseurs. Bâtir une filière Au-delà de nos parcelles expérimentales, nous accompagnons un malteur local dans le cadre d une joint-venture en projet. Sous notre impulsion, une contractualisation a été lancée fin 2012 avec 350 agriculteurs, que nous fournissons en semences de qualité et que nous accompagnons à travers des conseils agronomiques. Un contrat d achat des récoltes à prix garanti leur a aussi été proposé. Semées entre octobre et novembre 2012, les orges ont été récoltées à partir d avril 2013, et offrent déjà une qualité et des volumes supérieurs aux standards atteints les années passées. Pour les brasseurs, l intérêt de récoltes conduites selon notre expertise est évident : grâce à de l orge brassicole de qualité, et disponible en quantité croissante à prix concurrentiel, ils vont pouvoir déployer leur portefeuille de marques, avec notamment leurs produits premium. Les moissons contractualisées en ont été réalisées sur deux sites différents, tous proches des malteries de notre partenaire indien : une zone dans le nord-est à Kashipur, le deuxième à 80 km au sud de New Delhi. nouvel essor de l export à corbeil par Antoine Moussié, Directeur Commercial Grands Moulins de France exportation de farine est en crise : en 10 ans, tout a changé en L Europe, avec la disparition des grands marchés historiques, tels la Lybie, l Egypte et Cuba, devenus autosuffisants. à l échelle continentale, la surcapacité meunière dépasse à présent les 30 %. Pour répondre à ce défi de taille, Moulins Soufflet a pris le taureau par les cornes et s attache à saturer ses sites industriels, dans le but d atteindre un taux d utilisation minimal de 85 %, afin de maîtriser ses coûts. Saturer nos capacités Après la saturation de notre site de Rouen, depuis toujours tourné vers l export maritime, il importait de considérer le site de Corbeil, dans l Essonne, au sud de Paris. Ce dernier était auparavant équipé de quais de chargement traditionnels de péniches en vrac par le biais de systèmes d élingage. Cette année, la logistique a été adaptée aux besoins du marché, avec un quai de chargement dédié aux conteneurs. Mis en place à partir de février 2013, ce dernier est totalement opérationnel depuis le mois de mars. S adapter à la demande export Le chargement en conteneurs correspond désormais beaucoup mieux aux attentes des clients à l export. Il y a 10 ans, 70 % des volumes étaient chargés en vrac ; mais aujourd hui, ce ne sont plus que 10 %. Equipé d un «canon à sac» capable de charger plus de tonnes par an, le nouveau quai se présente comme un outil industriel optimisé, qui nous permet de saturer notre moulin de Corbeil et de répondre à la demande export en conteneurs. Le Moulin conserve néanmoins toujours la capacité de répondre à des pics de demande en conventionnel, en fonctionnant en 3x8 quand la demande s en fait ressentir, ce qui a été le cas au cours du printemps. Face au défi d un marché de la meunerie en profonde mutation, Moulins Soufflet réforme son outil industriel. Après l adaptation du moulin de Bruxelles, c est au tour de Corbeil de connaître des changements, avec l export en ligne de mire. Se regrouper, s améliorer Sans cesse à la recherche d une réponse adaptée au bouleversement des marchés d export, Grands Moulins de France poursuit sa mutation. Moulins Soufflet a ainsi décidé de fermer le bureau d Anvers en novembre 2012, pour regrouper la totalité de l export dans nos locaux de la rue du Louvre à Paris. Par ailleurs, afin de satisfaire les demandes spécifiques de nos clients étrangers, variables selon les territoires, nous faisons évoluer notre réponse commerciale, aussi bien sur le plan de la formulation des farines que dans le support et l accompagnement technique que nous apportons. Une nouvelle recrue technico-commerciale vient par ailleurs de rejoindre l équipe, toujours dans le but d améliorer notre réactivité. 5

4 événement une journée au service du goût Le 30 mai dernier a eu lieu la seconde édition des «Rencontres Actual IT» à Corbeil-Essonnes : Un rendez-vous entre experts du goût, pour prendre le temps d échanger sur nos expériences et nos innovations. Retour sur un événement rare et réussi. par Edouard de Vaux, Responsable Marketing AIT Ingredients E n partenariat avec Moulins Soufflet, Venez vivre une expérience sensorielle unique nous avons organisé les «Deuxièmes rencontres Actual IT». Leur première édition avait connu un bon succès il y a deux ans, et cette année encore, la réussite a été au rendez-vous. L objectif était clair : se retrouver autour de la préoccupation du goût pour une expérience d échange et de découvertes avec nos clients industriels. Responsables R&D, responsables de production, marketing, dirigeants : plus de 50 personnes, représentant une trentaine d entreprises européenne, mais aussi tunisiennes, algériennes tous professionnels des métiers de la panification, ont ainsi passé une journée ensemble, autour d un mot d ordre, «stimuler ses papilles et son imagination». Les huit ateliers des Deuxièmes Rencontres Actual IT Conçus autour de l axe central des perceptions sensorielles, et du goût en particulier, les ateliers de cette journée ont été animés par des experts de Moulins Soufflet et d AIT Ingredients (responsables de l analyse sensorielle, de la formulation, de la R&D, du marketing), accompagnés d intervenants du laboratoire d Analyse Sensorielle de l ISIPCA et de l École de Chimie ParisTech. «Papilles et molécules» : le goût est une affaire de chimie : transformation des molécules aromatiques, expériences de panification moléculaire, l acidité en panification, la réaction de Maillard. «Les mots pour le dire» : découvrir les liens entre l univers du parfum et celui de l alimentation, comprendre et utiliser les interactions entre odeurs et saveurs. «Le goût des autres» : résultats de deux études exclusives sur les préférences alimentaires des consommateurs européens, leurs attitudes face à l innovation, et leurs attentes en matière de goût. L importance du levain comme stimulateur de goût dans la panification, et comme support possible de créativité, a été soulignée au cours de plusieurs ateliers. Dans son discours introductif, Jean-Michel Soufflet a profité de l occasion pour annoncer la construction en cours d une unité de production de levain près de Caen. Usine AIT Ingredients de Creil (60) 6 culturefilière C est souvent à la faveur de ce type de rendez-vous, où l on prend du recul sur le rythme du quotidien, que naissent les meilleures idées, et que sont semées les graines des partenariats de long terme. AIT Ingredients et Moulins Soufflet ont donc voulu favoriser au cours de cette journée la possibilité de croiser les analyses venues d horizons différents, et offrir à chaque participant l occasion d approfondir des thématiques de son métier selon ses besoins spécifiques. Pour cela, huit ateliers de haut niveau étaient proposés (voir ci-contre). Un seul regret pour les participants : n avoir pu en suivre que la moitié! Une synthèse de tous les ateliers, mise en ligne après l événement, leur a cependant permis d avoir accès à ceux qu ils avaient manqués. Au terme de cette journée, les retours ont été très positifs, comme l ont souligné l ensemble des témoignages reçus. Un succès qui porte la signature du Groupe Soufflet, commune à AIT Ingredients et Moulins Soufflet : celle de la passion du goût, et du service du client. «Du pain et du vin» : œnologie et analyse sensorielle ; identifier les descripteurs du goût des produits issus d une fermentation (vin, pain au levain), pour mieux comprendre les préférences des consommateurs. «Le goût : au cœur du business-model des entreprises?» : définir la proposition de valeur offerte aux clients pour mettre en ligne les ressources-clés et l organisation de l entreprise. «Le forum expérimental» : recettes originales et applications étonnantes en panification. Pains, viennoiseries, feuilletés pour faire le plein d idées. «Rôle de la filière sur le potentiel sensoriel des farines» : des ateliers pour voir, sentir et goûter l impact sensoriel du choix des variétés de blé ; comprendre les différentes filières, leurs évolutions et les solutions Moulins Soufflet ; la farine est plus qu une commodité : c est un ingrédient naturel à redécouvrir! «Les goûts et les couleurs» : innover avec les ingrédients céréaliers et les levains ; la recherche d ingrédients naturels peu transformés constitue une attente grandissante des consommateurs, et entraîne la remise en cause de la formulation de certains produits. AIT Ingredients doublement certifié Dans le cadre du développement de son activité, AIT Ingredients a obtenu le 24 avril dernier le renouvellement de sa certification IFS (International Food Standard, version 6) pour l ensemble de la production de son site de Creil, dans l Oise. Elle a aussi obtenu une évaluation positive pour la certification BRC (British Retail Consortium, version 6). L usine de Creil est équipée de 6 lignes dédiées au mélange et au conditionnement d ingrédients de panification, de la grande série au sur-mesure (améliorants et concentrés pour pains, viennoiseries et pâtisseries). Sa double certification traduit l engagement de l ensemble des équipes d AIT Ingredients pour garantir à ses clients - et aux clients de ses clients - la prise en compte permanente de leurs attentes en matière de qualité et de sécurité alimentaire. 7

5 marchés 8 riz : un marché mondial en tension par Antoine Laroche, Directeur achats et ventes aux industriels chez Soufflet Alimentaire Avec une production et une consommation mondiales quasiment équilibrées, le riz fait figure de marché maîtrisé. C est pourtant une matière première très surveillée, dont l export est marginal, et pour laquelle la demande est en croissance régulière. Yorokobi : le nouveau riz spécial sushi Traditionnellement, le riz destiné aux sushi est un riz rond, à la fois collant pour s agglomérer, mais dont les grains doivent se détacher en bouche. Il faut aussi qu il reste soyeux et presque transparent après cuisson. Un vrai défi! Expert du riz, Soufflet Alimentaire a donc souhaité satisfaire les besoins des professionnels du sushi en France (fabricants, chaînes de restaurants, industriels, kiosques et corners en galeries marchandes) en sélectionnant une variété de riz rond blanc, de type Japonica, produit en Camargue. Soumis dans notre usine à un processus de transformation bien spécifique, il répond idéalement aux attentes des amateurs : lancé le 1 er juin 2013 sous la marque Yorokobi signifiant «Délice» il constitue une toute nouvelle référence de qualité supérieure au catalogue de Soufflet Alimentaire à destination du marché de la RHF et des IU. L e riz est aujourd hui la deuxième céréale la plus cultivée au monde, avec 487,5 millions de tonnes en «équivalent blanchi» c est-à-dire rendu comestible produites chaque année. On en fait pousser sur tous les continents, mais la production reste néanmoins très concentrée en Asie : à eux seuls, 7 pays (Chine, Inde, Indonésie, Bangladesh, Vietnam, Thaïlande et Birmanie) en assurent 80 %. En termes de consommation, les volumes mondiaux annuels, qui absorbent presque la production mondiale, s élèvent à 478 millions de tonnes. Le riz a en effet cette particularité d être presque essentiellement destiné à la consommation intérieure : en Asie, il constitue la nourriture principale des populations, avec en moyenne 80 kg consommés par an par habitant, et même plus de 130 kg par an au Laos, en Birmanie ou au Bangladesh. un marché en «équilibre précaire» Ainsi, seules 38,5 millions de tonnes, soit 7,5 % du volume de riz produit, sont échangées dans le monde, contre 12 % du maïs, 18 % du blé, et 30 % du soja. Certains producteurs leaders, comme la Chine, sont même déficitaires, et contraints d importer. Dans ce contexte, les stocks mondiaux de riz restent faibles, ce qui augmente le risque de volatilité des prix. C est donc un «équilibre précaire» qui règne sur ce marché : concentrée en Asie, la production est vulnérable en cas d incident climatique. Les quatre plus grands exportateurs mondiaux (Inde, Vietnam, Thaïlande, Pakistan) sont aussi soumis au même risque. Par ailleurs, alors que l augmentation de la demande est régulière (2 % par an), tirée par la croissance de la population des pays en voie de développement, les surfaces de culture ont tendance à diminuer en raison de la pression foncière de l urbanisation. Or le riz ayant besoin d eau et de soleil, les zones de culture sont limitées : c est principalement l amélioration des rendements (4,5 T/ha en moyenne mondiale) qui permet donc de faire croître la production. En Birmanie, où le travail agricole se fait sans mécanisation ni fertilisants, le rendement moyen est de 1,8 tonnes de riz à l hectare. A l autre extrême, il est de 11 tonnes pour la même surface en Uruguay, où la maîtrise de la conduite culturale est très pointue. Le progrès en matière de rendement des surfaces agricoles est un point crucial pour l avenir du marché mondial du riz, dont l équilibre reste aujourd hui précaire. Une commodité politique On comprend donc que le riz soit aujourd hui une commodité «100 % politique», dont le marché est régulé par les décisions gouvernementales. Les états producteurs ont en effet l objectif prioritaire de garantir leur autosuffisance alimentaire, pour éviter les émeutes de la faim si le riz vient à manquer, et de réguler l inflation susceptible d entraîner elle aussi une instabilité. Cet interventionnisme peut aller du quota d exportation maximal à l export ban (interdiction de toute exportation), en passant par la définition d un MEP prohibitif («minimum export price», prix minimal d exportation). Il passe aussi par des subventions à la production, et une politique d achats en très gros volumes, qui permet de réguler les prix. Le riz échappe donc aux règles classiques de négoce des autres céréales : une grande partie de l export est gérée de gouvernement à gouvernement (accords dits «G to G»), en échange d autres commodités, hors des habitudes des marchés occidentaux. Le cas de l Europe à la marge de ce contexte global, l Europe est un cas particulier, qui consomme 2,5 millions de tonnes de riz par an (4 kg par personne en moyenne en France), dont 75 % produit sur place. L importation n y concerne que tonnes de «spécialités» (riz parfumés, étuvés ou précuits), de type Japonica. Soufflet Alimentaire, en plus de son activité en Camargue (voir cicontre), assure le sourcing mondial de ces produits spécifiques, grâce à une expertise des circuits et des origines les plus adaptées à ses marchés (RHF, Grande distribution, Industries utilisatrices). Au sein d une équipe de 6 personnes, son service Achats comprend une Responsable Qualité, dédiée à la matière première. Chaque année, Soufflet Alimentaire commercialise tonnes de riz en Europe, dont un tiers est acheté hors de France. Usine Soufflet Alimentaire de Camargue Soufflet Alimentaire en Camargue : un site leader en France La Camargue produit tonnes de riz brut, dit «paddy», chaque année, soit tonnes de riz blanchi. Soufflet Alimentaire assure la transformation de 50 % de ce volume dans son usine, et y ajoute tonnes de paddy importé, pour servir de base à deux activités de transformation distinctes : la transformation de tonnes de «riz naturel» à destination de la filière baby food, des desserts lactés et des céréales de petit déjeuner, et celle de tonnes de «riz étuvé» pour la restauration collective, les riz à cuisson rapide et les plats cuisinés. Soufflet Alimentaire Camargue est le seul acteur en France à faire de l étuvage, qui permet au riz de ne pas coller à la cuisson. En partenariat exclusif avec la coopérative de collecte Sud Céréales, il garantit aussi une filière 100 % française, complètement maîtrisée et tracée de la semence jusqu à la vente. culturefilière 9

6 Obtained by solid state fermentation FEED SAFETY ASSURANCE production concentrate. 40,9 40,8 40,5 40,4 40,3 39,6 39,1 39,1 39,3 39,3 Week 1 Week 2 Week 3 pre-trial pre-trial transition 34,5 33,6 33,2 33,1 32,1 31,5 31,3 30,0 29,8 30,1 29,8 32,0 31,9 31,2 31,6 30,4 30,0 30,0 30,0 29,4 29,0 28,5 Pre-trial 1 Pre-trial 2 Transition 1 Transition 2 Transition 3 Trial 1 Trial 2 Trial 3 Trial 4 Trial 5 Trial 6 Trial 7 Trial French Farm, 2010 Charolais, 20 bulls per treatment, 8 months, from 320 kg to 700 kg corn silage and pressed sugar beet pulp. TO > TO+8 months zoom sur clever : partager et gérer les informations au niveau Groupe par Daniel Delattre, Directeur QSE Groupe, et Sophie Godier, Chef de projet Clever produits Ruminants : productivité accrue par Mathieu Tournat, Responsable nouveaux marchés Biotechnologies Comment identifier l information utile en matière de qualité, sécurité et environnement, la traiter, et la partager facilement dans l entreprise, afin d en faire un levier de croissance? Pour répondre à cette question cruciale, le Groupe Soufflet a lancé le projet transversal et international «Quality Leverage», autrement appelé «Clever». Un pas déterminant pour la maîtrise de la performance dans nos métiers. Une brique du CRM à venir Ergonomique, facile d accès grâce à son interface 100 % web, disponible en version multilingue, l outil Clever est conçu pour la plus grande facilité d usage des équipes opérationnelles. évolutif et ouvert, il est appelé à communiquer de plus en plus avec les applications CRM existantes ou à venir au sein des Divisions, et il fait office de brique fondatrice. 10 culturefilière Division pilote pour le déploiement de Clever, Moulins Soufflet laissera ensuite la place à Malteries Soufflet pour accueillir cet outil de traitement de l information. D ans les domaines de la qualité, de la sécurité et de l environnement (QSE), le contexte actuel réclame un niveau de professionnalisme appelé à s améliorer sans cesse. Le projet Clever vise à répondre à cette exigence à l échelle du Groupe Soufflet. Son objectif est de permettre le recueil et le traitement harmonisés des données relatives à la qualité au sens large dans l entreprise, afin de piloter l optimisation de sa performance globale. Conception et déploiement Une première phase a porté sur le recueil et l harmonisation des pratiques au sein des différents métiers du Groupe : suivi des événements (réclamations clients, non conformités produits, accidents de travail, dysfonctionnements identifiés), gestion documentaire, gestion des audits et des autoévaluations, traitement des actions d amélioration. à l issue de cette étude, un progiciel de l éditeur Enablon, spécialisé dans la gestion de l information QSE, a été choisi pour succéder aux outils bureautiques classiques. Il concernera à terme plus de 800 utilisateurs, soit près de 20 % des salariés du Groupe, concentrés sur le middle management. Le premier déploiement est prévu sur les 10 sites français et belge de la Division pilote, Moulins Soufflet, d ici septembre Le déploiement complet de Clever se terminera fin 2014 dans toutes les Divisions du Groupe en France et à l international. des gains nombreux Le projet Clever va nous apporter un nombre certain d améliorations : un reporting fiable, standardisé, en version multilingue, la remontée et la descente d informations en temps réel et leur partage via le web, permettant l économie du travail de consolidation au niveau des Divisions et du Groupe, la capitalisation des connaissances dans une base de données commune et accessible, une dématérialisation des supports. Pour chacun de nos clients, l outil Clever est aussi la garantie que toute réclamation est prise en compte, enregistrée, suivie, et traitée encore plus efficacement pour y apporter les meilleures solutions, qu il soit boulanger ou agriculteur, petit artisan ou grand industriel. F ace à la recherche de solutions de rentabilité dans les secteurs de l élevage et de la production laitière, le Groupe Soufflet apporte des réponses plus que convaincantes : après avoir lancé Avimalt Plus, destiné à l alimentation aviaire et porcine, il a dévoilé cette année Bovimalt Plus, conçu pour les races bovines. of wheat particles, a traditional asian process optimised for monogastrics & ruminants. Components registered in EU catalogue of Feed Materials GMP+ Complied with annex BA1 of GMP+ international standard. Tél. +33 (0) Fax +33 (0) Your yields boosted by natural ingredients Lyven has developped a major innovation for ruminants Dairy Cows / Milk Production French zootechnical station, Prim Holstein, 19 dairy cows per treatment, pre-trial (2 weeks), transition (1 week), trial (6 weeks) corn silage, wheat straw and alphaalfa, protein supplement, +1,1 L Dairy Cows / Milk Production Week 4 Week 5 Week 6 Week 7 Week 8 Week 9 French zootechnical station, Prim Holstein per treatment (pairs). Pre-trial (2 weeks), transition (3 weeks), trial (8 weeks). Corn silage based diet % +1,5 L Fattening bulls Average Daily Gain (g/day) - Tél. +33 (0) Un résultat de la FMS Ce complément alimentaire absolument naturel est fabriqué en France à partir du processus de la Fermentation en Milieu Solide (FMS) dont Lyven, filiale du Groupe Soufflet, est le leader européen. Les tests scientifiques menés en , sur une saison entière, ont révélé un impact exceptionnel de Bovimalt Plus sur la lactation et la prise de poids des bovins. Plus Ainsi, grâce au mélange naturel de particules de blé maltées fermentées, à raison d une prise de 20g par jour par tête de bétail, Bovimalt permet en effet une amélioration des rendements plus que significative : pour les vaches laitières, de 1 à 1,5 litre supplémentaire par traite quotidienne à partir de la troisième semaine de consommation ; * pour les races à viande, une amélioration de 9 % de la prise de poids sur 8 mois de consommation, soit un gain quotidien de 130 grammes.* Des marchés prometteurs Révélé au public international des professionnels des industries de l alimentation animale à l occasion du salon VIV Asia, à Bangkok en Thaïlande, Bovimalt Plus a immédiatement séduit plusieurs clients et prospects asiatiques. Les deux zones principales d élevage d Asie, la région Chine-Japon-Corée et la région Turquie-Iran ont en effet elles-mêmes à répondre à une demande croissante en matière de produits carnés et laitiers sur leurs marchés. Avec ce produit à fort potentiel, sans aucun additif chimique, le Groupe Soufflet et sa filiale Lyven sont en passe de définir un nouveau standard de qualité et de performance nutritive auprès des éleveurs, qui y trouvent la garantie d une production à la fois saine, durable et performante. * Résultats moyens de tests scientifiques menés en France respectivement sur races Prim Holstein et Charolaise en 2010 et Lyven, filiale du Groupe Soufflet dédiée aux biotechnologies, a lancé en janvier dernier son nouveau produit Bovimalt Plus, destiné aux ruminants. Une offre 100 % naturelle pour un complément nutritif aux performances remarquables. Graphs Vaches laitières / Production du lait 39,6 Semaine 1 pré-test 30,0 30,0 Pré-test 1 Station zootechnique française, 2010 ; Prim Holstein, 19 vaches laitières par traitement. Pré-test (2 semaines), transition (1 semaine), test (6 semaines). Ensilage de maïs, paille de blé et luzerne, complément de protéines, concentré de production. +1,1 L Semaine 2 pré-test 31,5 30,0 30,0 29,0 Pré-test 2 Transition 1 40,9 Semaine 3 transition Transition 2 29,8 29,4 Transition 3 40,4 40,5 40,8 39,1 39,1 39,3 39,3 Semaine 4 Semaine 5 Semaine 6 Semaine 7 Semaine 8 Semaine 9 Station zootechnique française, 2011 ; 15 Prim Holstein par traitement (couples). Pré-test (2 semaines), transition (3 semaines), test (8 semaines). Régime à base d ensilage de maïs. 30,1 Test 1 34,5 32,0 Test 2 33,2 31,9 Test 3 33,6 31,2 Test 4 33,1 31,6 Test 5 32,1 30,4 Test 6 31,3 Test 7 40,3 29,8 28,5 Test 8 +1,5 L Qu il s agisse de la prise de poids pour les races à viande ou de la production de lait, les effets stimulants de la préparation Bovimalt Plus, à base de blés maltés fermentés, sont parfaitement avérés. 11

7 Le vert qui vous convient, nous l avons. Grâce à notre expertise de la sélection variétale, développez les goûts et les couleurs de vos produits. Depuis la sélection de nouvelles variétés et la production de semences certifiées pour nos clients agriculteurs, jusqu au choix des meilleures qualités de céréales pour les industries de transformation, notre complète maîtrise de la filière nous permet de répondre aux cahiers des charges les plus exigeants. Grâce à cette expertise globale, nous sommes en mesure de développer pour vous, en réponse à vos besoins, une filière spécifique qui vous est propre. Avec nous, développez vos innovations produits!

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

le groupe soufflet s engage...

le groupe soufflet s engage... maîtrise des risques matières premières le groupe soufflet s engage... www.soufflet.com Face à la grande fragilité de l équilibre entre l offre et la demande mondiale de céréales? Valorisation des productions

Plus en détail

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée En optant pour le progiciel Déclic de Prios Groupe, Huttepain Aliments s est doté d une solution métier taillée sur-mesure,

Plus en détail

La Bio en France : repères

La Bio en France : repères La Bio en France : repères Plus d un million d hectares engagés en bio fin 25 467 producteurs engagés en bio en et plus de 26 211 au 30 juin 2014 12 577 transformateurs, distributeurs et importateurs Evolution

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Cahier de charges Biodia

Cahier de charges Biodia Cahier de charges Biodia Produits biologiques locaux et équitables Auteur : Lieve Vercauteren - VREDESEILANDEN Adaptations version 2 : Gert Engelen - Vredeseilanden Cahier de charges Biodia version 2 novembre

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

Manuel de Management QSE

Manuel de Management QSE Manuel de Management QSE Union des Coopératives Agricoles de l ALlier Approuvé par : VERLADIS GUICHARD Yves COURRIER Directeur de COOPACA 4 A Christophe MARCOUX Directeur de VAL limagne.coop La force d

Plus en détail

Qualité, innovation et développement durable au service de l agroalimentaire wallon!

Qualité, innovation et développement durable au service de l agroalimentaire wallon! Qualité, innovation et développement durable au service de l agroalimentaire wallon! Wal.Agri, un leader agroalimentaire proche de chez vous Bienvenue dans le troisième millénaire avec Wal.Agri Ces trente

Plus en détail

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus DOSSIER DE PRESSE prios groupe éditeur sectoriel Créée en 1990, La société PRIOS s est spécialisée dans deux activités principales : l agro-alimentaire et l équipement de la personne (gamme Estelle). Depuis

Plus en détail

PRESENTATION BIO TRANSFO PAIN DE BELLEDONNE

PRESENTATION BIO TRANSFO PAIN DE BELLEDONNE PRESENTATION BIO TRANSFO PAIN DE BELLEDONNE A L ENTREPRISE PAIN DE BELLEDONNE 1 / IDENTITE, HISTORIQUE ET CROISSANCE 2 / LES CIRCUITS DE DISTRIBUTION DE PAIN DE BELLEDONNE 3/ LE PAIN: ORGANISATION ET PROCESS

Plus en détail

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs?

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? CARTRYSSE Christine, APPO (1), Centre Pilote CePiCOP (2) Unité de Phytotechnie des Régions Tempérées, ULG-Gembloux Agro-Bio

Plus en détail

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons La Solution Pour Le Secteur Des Boissons Avec Tectura, Bénéficiez D une Solution Spécialement Adaptée A Votre Métier Les contraintes liées au secteur de la fabrication de boissons sont toujours plus complexes

Plus en détail

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN Programme : SOS PROTEIN 1 Qui sommes nous! Localisation & Financements 2 Démarche! 3 Comment travaille-t-on? 4 Quelques résultats PAO CLUSTERS Bba Dairy : 85 %. Lactalis, Danone, Bongrain,... ADRO-Ouest

Plus en détail

Variétés de blé tendre Récolte 2013

Variétés de blé tendre Récolte 2013 ÉDITION Février 2013 Variétés de blé tendre Récolte 2013 LES ÉTUDES DE LES ÉTUDES DE Récolte 2013 : Blés panifiables majoritaires Les blés panifiables dominent avec 92 % des surfaces en blé tendre. La

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE République française MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «responsable technico-commercial en vins et

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 46 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 Recherche & Développement ; Innovation La Recherche et Développement dans le Groupe VIVADOUR est une démarche engagée il y a plusieurs années dans le but d apporter

Plus en détail

Catalogue Audit & Conseil 2015

Catalogue Audit & Conseil 2015 Catalogue Audit & Conseil 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue 3 solutions pour vous accompagner Audit : Mesure

Plus en détail

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives

CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives > Les synthèses de FranceAgriMer février 2011 numéro5 ÉLEVAGE / VIANDES CONSOMMATION MONDIALE DE VIANDE : état des lieux, dynamique, défis et perspectives 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil-sous-Bois

Plus en détail

Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS

Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS Sommaire PRÉSENTATION DE STALAVEN p. 1. Sa production, ses marchés. Chiffre d affaires 2009. Les effectifs. Des investissements

Plus en détail

LA REGLEMENTATION EUROPEENNE

LA REGLEMENTATION EUROPEENNE LA REGLEMENTATION EUROPEENNE 1 Un nouveau contexte européen Réglementation Protection et information consommateur Loyauté des transactions Protection de l environnement Applications Analyse de risques

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Association nationale de la meunerie française

Association nationale de la meunerie française Association nationale de la meunerie française LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373

Plus en détail

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

Marché céréalier : fonctionnement et actualités

Marché céréalier : fonctionnement et actualités Marché céréalier : fonctionnement et actualités IAG - Grangeneuve 11 mars2015 FSPC - Fédération suisse des producteurs de céréales Pierre-Yves Perrin La FSPC FSPC = Organisation de producteurs, fondée

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

LES «PAIEMENTS COUPLES»

LES «PAIEMENTS COUPLES» cap sur La pac 2015 2020 LES «PAIEMENTS COUPLES» La réforme de la politique agricole commune (PAC) permet à la France d amplifier le montant des paiements couplés à une production (c est-à-dire liés à

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Chapitre IV Habiter le monde rural

Chapitre IV Habiter le monde rural Chapitre IV Habiter le monde rural 1 e Leçon Y a-t-il beaucoup d agriculteurs dans les campagnes des pays riches? Ex : l Amérique du Nord Projection de la vidéo Galilée : un paysage rural du Middle West

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015 Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 LE GROUPE BEL 150 ANS DE SUCCESS STORY Antoine Fiévet, Président-Directeur Général 150 ANS D AUDACE FAMILIALE ET D EXPERTISE 1865

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Charte d engagement. Filières alimentaires de proximité du Pays de Brest

Charte d engagement. Filières alimentaires de proximité du Pays de Brest Charte d engagement Filières alimentaires de proximité du Pays de Brest 2 un marché à fort potentiel DICIMEME.BZH, C EST QUOI QUELS PROFESSIONNELS SUR DICIMEME.BZH POURQUOI S ENGAGER SUR DICIMEME.BZH POURQUOI

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Le système de régulation du marché laitier au Canada

Le système de régulation du marché laitier au Canada Le système de régulation du marché laitier au Canada Séminaire agricole La PAC { l horizon 2020, Bruxelles, 31 mars et 1 er avril Plan de la présentation 1. La production laitière chez nous 2. Pourquoi

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

CSP & DÉMATÉRIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : POUR UNE FONCTION FINANCE OPTIMISÉE À L INTERNATIONAL. Benoît DUPRE, Responsable CSP

CSP & DÉMATÉRIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : POUR UNE FONCTION FINANCE OPTIMISÉE À L INTERNATIONAL. Benoît DUPRE, Responsable CSP CSP & DÉMATÉRIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : POUR UNE FONCTION FINANCE OPTIMISÉE À L INTERNATIONAL Benoît DUPRE, Responsable CSP AGENDA I. LE GROUPE SOUFFLET Présentation du Groupe Métiers du groupe

Plus en détail

La chaîne de valeur: un modèle d affaires innovant et rentable!

La chaîne de valeur: un modèle d affaires innovant et rentable! La chaîne de valeur: un modèle d affaires innovant et rentable! Josée Vincelette, M.Sc. (Marketing) Conseillère en chaînes de valeur Consultium services-conseils 1 Quoi Une définition de la chaîne de valeur

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs (2) www.alternatives-rurales.org- Novembre 2014 Points de vue et témoignages Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire Par : EL ATYQY Mohamed, Ingénieur I.A.A www.azaquar.com Sommaire : 1. INTRODUCTION...2 2. Genèse de la norme ISO 22000...2 3. PRINCIPES DE

Plus en détail

Nutrition animale : APEVAL inaugure une nouvelle usine de fabrication de préparations biscuitées à La Tardière

Nutrition animale : APEVAL inaugure une nouvelle usine de fabrication de préparations biscuitées à La Tardière Nutrition animale : APEVAL inaugure une nouvelle usine de fabrication de préparations biscuitées à La Tardière APEVAL est une joint-venture créée le 1 er janvier 2012 entre le groupe français AKIOLIS et

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

BACHELOR DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL PARCOURS EXPERT

BACHELOR DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL PARCOURS EXPERT BACHELOR DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL PARCOURS EXPERT COMMERCE ET MARCHÉS Avec plus de 2200 étudiants, l ESCEM est une Grande Ecole de Management française. Son accréditation AACSB est une référence de qualité

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

EDIC MALI. Volet Agriculture

EDIC MALI. Volet Agriculture Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement Division de l'afrique, des pays les moins avancés et des programmes spéciaux ( ALDC ) EDIC MALI Volet Agriculture Moctar BOUKENEM Consultant

Plus en détail

ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants -

ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants - ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants - La traçabilité a été et est encore aujourd hui au cœur des discussions au niveau provincial,

Plus en détail

TRADE. Yourcegid Trade Y2

TRADE. Yourcegid Trade Y2 TRADE Yourcegid Trade Y2 1800 Clients négociants plus de + de 10 langues + de 40 pays plus de 200 DE collaborateurs et experts Un réseau performant : 200 PRès de Distributeurs certifiés Parce que votre

Plus en détail

2 Mix 50/50. WALDKORN CÉRÉALES ANCIENNES Mix 50 / 50 pour pains spéciaux aux céréales anciennes

2 Mix 50/50. WALDKORN CÉRÉALES ANCIENNES Mix 50 / 50 pour pains spéciaux aux céréales anciennes 2 Mix 50/50 WALDKORN CÉRÉALES ANCIENNES Mix 50 / 50 pour pains spéciaux aux céréales anciennes Mie tendre et alvéolée de couleur orangée Croûte dorée au goût intense Saveur authentique de blé amidonnier

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

Sage 30 pour les petites entreprises

Sage 30 pour les petites entreprises Informations France : 0 825 825 603 (0.15 TTC/min) Informations Export : +33 (0)5 56 136 988 (hors France métropolitaine) www.sage.fr/pme Sage 30 pour les petites entreprises Abordez votre gestion en toute

Plus en détail

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Centre d analyse régional des mutations de l économie et de l emploi Mission d assistance

Plus en détail

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional et ainsi créer de l emploi Développer l agriculture à taille humaine et durable Développer la production alimentaire

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE ÉDITION décembre 2014 Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE Résumé Les capacités de stockage à la ferme sont estimées par l'enquête réalisée par BVA

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques 1 BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques Etude Ailancy du 19 janvier 2015 2 1. Quelques mots sur Ailancy 2. Présentation de BCBS 239 et de ses impacts pour les Banques QUELQUES MOTS SUR AILANCY

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Juillet 2013 Sommaire Les risques du métier en Agriculture L univers des risques les réponses

Plus en détail

CONCENTRÉ DE SÉRÉNITÉ

CONCENTRÉ DE SÉRÉNITÉ CONCENTRÉ DE SÉRÉNITÉ VITAMINER LA RELATION CLIENT L importance stratégique de la Relation Client est aujourd hui largement admise : l information commerciale est désormais considérée comme un actif de

Plus en détail

LES FORMATIONS 2015. Du bio pour tous dès la crèche. Le poisson en restauration collective : de la criée à l assiette

LES FORMATIONS 2015. Du bio pour tous dès la crèche. Le poisson en restauration collective : de la criée à l assiette LES FORMATIONS 2015 Du bio pour tous dès la crèche Le poisson en restauration collective : de la criée à l assiette Le bio et l alternatif pour plus de goût et de diversité La cuisine évolutive au service

Plus en détail

Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires

Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires Pilotes : M. Pascal FLEUREAU EURIAL, M. Jean-François CRETET - LES RUCHERS DU GUE Copilote

Plus en détail

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit La génétique, pari gagnant le pour pari produire gagnant du pour lait produire à un coût maîtrisé du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le contexte mondial des filières oléagineuses- Principales caractéristiques L analyse du secteur mondial

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

Travailler ensemble pour une meilleure alimentation, éthique et plus respectueuse des animaux d élevage. CIWF Agroalimentaire

Travailler ensemble pour une meilleure alimentation, éthique et plus respectueuse des animaux d élevage. CIWF Agroalimentaire Travailler ensemble pour une meilleure alimentation, éthique et plus respectueuse des animaux d élevage CIWF Agroalimentaire L Équipe Agroalimentaire Depuis sa création en 2007, l équipe agroalimentaire

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège. La Pie Rouge mixte

Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège. La Pie Rouge mixte Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège La Pie Rouge mixte Origine de la race La situation géographique de la Belgique au milieu de l Europe Occidentale a toujours favorisé un brassage important tant

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES LOGISTIQUE &TRANSPORT 2014 FABRICANT D ECONOMIES Notre Cabinet Notre Cabinet A propos Notre activité Notre Méthodologie DoubleV Conseil accompagne ses clients de façon opérationnelle dans la réduction

Plus en détail

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Sébastien Pasquet, Responsable de missions Le CRM (Customer Relationship Management) s est développé depuis 10 ans essentiellement par l intégration

Plus en détail

æ Pérennité BeProject est fondée sur des idées fortes, qui constituent notre identité :

æ Pérennité BeProject est fondée sur des idées fortes, qui constituent notre identité : Qui sommes-nous? BeProject est une entreprise spécialisée dans la conception de logiciels sur mesure. Fort d une expérience de 10 années dans la création de systèmes d information et le conseil en organisation,

Plus en détail

L ÉVOLUTION DES RÈGLES DE L ART. pour répondre aux enjeux de la transition énergétique dans la construction 17 E RENDEZ-VOUS QUALITÉ CONSTRUCTION

L ÉVOLUTION DES RÈGLES DE L ART. pour répondre aux enjeux de la transition énergétique dans la construction 17 E RENDEZ-VOUS QUALITÉ CONSTRUCTION REVUE DE L AGENCE QUALITÉ CONSTRUCTION HORS SÉRIE INTERNET OCTOBRE 2015 20 17 E RENDEZ-VOUS QUALITÉ CONSTRUCTION L ÉVOLUTION DES RÈGLES DE L ART pour répondre aux enjeux de la transition énergétique dans

Plus en détail

Le niveau de vie des chinois ne cesse d augmenter. La classe moyenne compte aujourd hui entre 300 à 400 millions de consommateurs.

Le niveau de vie des chinois ne cesse d augmenter. La classe moyenne compte aujourd hui entre 300 à 400 millions de consommateurs. Le niveau de vie des chinois ne cesse d augmenter. La classe moyenne compte aujourd hui entre 300 à 400 millions de consommateurs. Bien manger est une des priorités des ménages chinois. Pour chaque catégorie

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

TITRE TEXTE : Décret n 97-616 du 17 juin 1997 portant réglementation de la production, de la certification et du commerce des semences et des plants.

TITRE TEXTE : Décret n 97-616 du 17 juin 1997 portant réglementation de la production, de la certification et du commerce des semences et des plants. TITRE TEXTE : Décret n 97-616 du 17 juin 1997 portant réglementation de la production, de la certification et du commerce des semences et des plants. REFERENCE : J.O. n 5752 du 12 juillet 1997, page 265

Plus en détail

Bilan d activité 2014

Bilan d activité 2014 Bilan d activité 2014 Session du 25 mars 2015 Conseil technique Notre présence sur le terrain Elevage : 270 Bio végétal : 160 Végétal : 500 pour 320 exploitations Notre présence sur les MIN fleurs et légumes

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français Master SF2M Sustainable Food Manufacturing Management Présentation aux ENTREPRISES Managers internationaux pour l agroalimentaire Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme

Plus en détail

Programme d'animation de la future convention GAB / CDA

Programme d'animation de la future convention GAB / CDA Programme d'animation de la future convention GAB / CDA Auteur : Claude TETTAMANTI 18/02/2013 Dans le cadre de la future convention GAB / CDA, nous avons bâti un programme d'animations par filière (viande,

Plus en détail

France Telecom Orange

France Telecom Orange France Telecom Orange fiches métiers assistant commercial et marketing conseiller commercial chef de produit technicien intervention supports réseaux assistant/gestionnaire RH domaine client conseiller

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA FORUM SUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE Du 28 au 30 mars 2012 Kampala, Ouganda HOUSING FINANCE

Plus en détail