Délocalisations, relocalisations : Mise en perspective et enjeux pour la région Aquitaine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Délocalisations, relocalisations : Mise en perspective et enjeux pour la région Aquitaine"

Transcription

1 Délocalisations, relocalisations : Mise en perspective et enjeux pour la région Aquitaine Rapport du GREThA (UMR CNRS 5113, Université de Bordeaux) pour la DIRECCTE Aquitaine Marie CORIS (coordinatrice) Christophe CARRINCAZEAUX Vincent FRIGANT Alain PIVETEAU

2 2

3 Présentation de l étude Le présent rapport a été effectué dans le cadre du marché de services et de développement (études et recherches fondamentales et appliquées) conclu entre la DIRECCTE Aquitaine et une équipe de chercheurs du GREThA. L étude s est étendue sur une période de sept mois. Elle s intègre dans le projet de recherche ESCAPE (CCRRDT Région Aquitaine, ). Problématique générale L actualité des délocalisations se lit dans la médiatisation croissante du phénomène et de ses effets sociaux. Si la croissance quantitative des mouvements de délocalisation s interprète comme une manifestation de la globalisation des économies, c est leur évolution qualitative qui retient l attention des décideurs et des praticiens. En effet, l extension des délocalisations à l ensemble des secteurs industriels et de services, y compris aux activités à fort contenu technologique (notamment les activités de R&D), signale une transformation du phénomène qui en bouscule les perceptions courantes. Deux séries d interrogations orientent alors les débats en cours, indiquant par là même un fort enjeu de connaissance auquel l étude commanditée par la DIRECCTE Aquitaine se propose de contribuer. C est en premier lieu l ampleur du phénomène des «délocalisations» qui interroge l observateur car il semble beaucoup plus limité que ce qu en suggère sa couverture médiatique. Une partie de ce décalage vient du fait que, le plus souvent, seules les fermetures consécutives à des délocalisations vers les pays à bas coûts retiennent l attention des médias alors qu une approche d ensemble de ces mouvements oblige à appréhender, certes les sorties, mais également les entrées. Ainsi, la question des délocalisations est plus large et nécessite d être réintégrée dans celle de la mobilité des entreprises. En second lieu, certaines analyses soulignent que des mouvements plus complexes qu un simple transfert d activités motivé par des gains salariaux seraient à l œuvre. La mobilité des firmes ne se fait pas uniquement dans le sens nord-sud mais également dans un sens nordnord et dans un sens sud-nord. En effet, à côté des exemples de délocalisations, on observe des relocalisations d entreprises après des expériences jugées décevantes. De plus, et c est là un phénomène relativement récent, des études montrent que des multinationales originaires des pays à bas coûts, en particulier des pays émergents (Chine et Inde), cherchent à leur tour à s implanter dans les pays développés Ces mouvements croisés reflètent les dynamiques de la géographie des activités économiques qui se restructurent rapidement dans le contexte actuel de mondialisation. Le schéma traditionnel de division internationale du travail, réservant les activités de conception au centre (i.e. les pays développés) et la production à bas coûts dans les pays émergents, est largement remis en cause : à la fois par la capacité limitée à dissocier les différentes fonctions (notamment de conception et de production) de la firme, et par la montée en puissance du potentiel technologique des périphéries. Plutôt que de proposer un nouveau diagnostic macroéconomique des délocalisations, l étude propose d en observer et d en étudier la mécanique d ensemble depuis une échelle d observation infranationale où, précisément, se manifestent les effets productifs et 3

4 économiques des délocalisations/relocalisations et où se contextualisent les décisions des entreprises. C est de cette manière que l équipe du GREThA a décidé de répondre à la demande de la DIRECCTE. Les quatre points clefs de l étude 1 La contextualisation des débats : comprendre les délocalisations pour mieux les maîtriser Le rapport propose une contextualisation et un bilan du phénomène des délocalisations. En revenant sur l ampleur limitée des délocalisations dans le contexte français, il fait ressortir que les principaux enjeux sous-jacents du phénomène sont d ordre qualitatif. Un diagnostic global des mouvements de localisation est ainsi proposé afin de préciser la manière dont se posent les termes du débat et dont peuvent s appréhender les stratégies de délocalisation mais aussi les choix de relocalisation (au sens de retour d activités précédemment délocalisées) des firmes. Trois propositions analytiques se dégagent pour affiner la compréhension du phénomène : - une identification des facteurs de délocalisations croisant les résultats des grandes enquêtes disponibles et ceux des analyses plus théoriques ; - la mise en évidence de l existence de spécificités sectorielles et territoriales ; - le passage d une logique statique à une appréhension dans le temps des processus de localisation. 2 Situer les délocalisations dans la mobilité des firmes en Aquitaine : quel poids, quelles tendances? La question des délocalisations se pose à différentes échelles spatiales (infranationale, nationale, internationale ) et fait intervenir plusieurs niveaux de concurrence territoriale (entre pays, entre régions ). Certains enjeux ou certaines tendances sont partagés par l ensemble des régions françaises mais d autres semblent plus spécifiques à l Aquitaine. L évaluation de la mobilité des activités économiques en Aquitaine proposée par la base ESPA permet de situer les mouvements de délocalisation et de relocalisation dans le contexte général de la mobilité (attraction/répulsion). L étude fait ressortir, pour deux années (2003 et 2008), les secteurs et les activités les plus concernés par la mobilité et souligne ainsi les points de force et de faiblesse de la capacité d attraction de l Aquitaine. 3 De la diversité des trajectoires à la reconstitution de cas types de (dé)localisation Il ressort des trois types d analyses menées (revue de littérature, étude quantitative et analyse qualitative) que les délocalisations sont des processus complexes qui ne se traduisent pas par un mouvement massif obéissant à une logique unique, ni même dominante. Une même mobilité peut combiner différentes stratégies de localisation (ancrage, délocalisation partielle, externalisation ). Ses impacts et ses conséquences ne sont pas nécessairement immédiats et directs. 4

5 Une grille de lecture de la mobilité des firmes a donc été construite par l équipe pour permettre une analyse en termes de trajectoires temporelles. Grâce à cette grille, l étude offre une illustration d un certain nombre de cas types de délocalisation et relocalisation. Construites à partir des éléments significatifs collectés au cours des entretiens, les narratives d entreprises reconstituées et anonymées rendent compte de la multiplicité des facteurs qui, dans un contexte marqué par la mondialisation des processus productifs, fondent les stratégies de mobilité des entreprises. 4 Proposer une lecture sectorielle et territoriale de la mobilité des entreprises : quelles stratégies pour l Aquitaine? La grille de lecture construite pour le projet offre la possibilité de resituer la mobilité des firmes dans leurs contextes sectoriel et territorial. Cinq secteurs jugés prioritaires par les instances régionales font l objet d un focus particulier : l automobile, l aéronautique, l informatique de santé, la filière glisse et la pharmacie. Chaque focus rend compte des dynamiques sectorielles de localisation (niveau national ou international) et dresse un panorama des enjeux liés pour l Aquitaine (en termes de risque de mobilité et d ancrage des activités). Il ressort de l étude que les dynamiques sectorielles sont déterminantes dans la mobilité des firmes. Mais l action publique possède une influence certaine pour tenter d infléchir les décisions stratégiques. La synthèse de l ensemble des résultats de l étude permet de proposer quelques pistes d action en vue : - de prévenir les délocalisations - et/ou de favoriser les relocalisations en région. Les deux méthodes mises en œuvre dans l étude L étude repose sur la mise en œuvre de deux méthodes. L une est statistique (construction d une base de données) et l autre est qualitative (réalisation d entretiens). L un des apports du projet est d ordre méthodologique. Partant de l objectif de dresser un bilan quantitatif des mouvements de localisation-délocalisation-relocalisation des activités économiques en Aquitaine, l équipe a été confrontée au manque de données statistiques disponibles sur la question. En suivant alors les méthodologies proposées par l ERM (European Restructuring Monitor) au niveau européen et J.-P. Chanteau 1 dans son étude de la région Rhône-Alpes, nous avons construit une base de données originales (ESPA) repérant, autant que faire se peut, les mouvements de mobilité en Aquitaine (industries manufacturières et services aux entreprises). Deux années ont été retenues (2003 et 2008). ESPA est renseignée à partir des informations publiées par l Aquitaine Presse Service (APS) et elle est complétée par la base DIANE, le site Internet Société.com ou les sites Internet des entreprises. D autres sources de presse ont parfois été mobilisées afin d affiner l information 1 CHANTEAU Jean-Pierre, 2008, "Quantification et analyse stratégique des délocalisations : une étude empirique sur données d entreprises", Revue d économie industrielle, n 124, pp

6 relative aux motivations à la mobilité (notamment la base de données Factiva qui recouvre l ensemble de la presse nationale et régionale). Les opérations recensées sont d abord codées, puis analysées, selon qu elles contribuent à renforcer le potentiel productif de la région (création d entreprises et/ou d établissements, reprises et extension d activités, y compris les délocalisations à destination de l Aquitaine) ou à réduire la capacité productive de l Aquitaine (fermetures, investissements à l étranger ou à destination d autres régions françaises, y compris les délocalisations depuis l Aquitaine). Objectif général du travail d enquête Le cœur de l étude repose sur la réalisation d une série d entretiens approfondis. De dimension qualitative, le travail d enquête rend compte de la complexité des facteurs et du processus de décision qui, au sein de l entreprise, fondent la stratégie de localisation des activités. Ces stratégies ne s éclairent pleinement et ne peuvent s expliquer qu à la lumière des dynamiques sectorielles dans lesquelles elles s inscrivent. Le travail d enquête intègre cette double dimension, entre dynamique d ensemble d un secteur et stratégie plus «individuelle» de l entreprise, et permet de resituer ces réalités sectorielles et d entreprises dans le territoire aquitain. Pour ce faire, une cinquantaine d entretiens approfondis (d une durée moyenne d une heure et trente minutes) ont été menés auprès de deux groupes d acteurs : des représentants (responsables) d entreprises issus des différents secteurs retenus pour l étude (une trentaine) ; des experts sectoriels et des associations et organisations professionnelles ainsi que des représentants des institutions et organismes en charge de la politique économique du territoire (une douzaine). Pour des raisons de confidentialité, la liste des personnes rencontrées n est pas reproduite dans le présent rapport. Méthodologie du travail d enquête Les entretiens auprès des acteurs de la politique économique locale ceux menés auprès des représentants professionnels et des experts sectoriels ont poursuivis le même objectif de croiser les points de vue des représentants de la politique territoriale sur : - la réalité et les facteurs explicatifs des délocalisations/relocalisations en Aquitaine ; - le risque à venir des délocalisations - les tendances à la relocalisation Les enquêtes auprès des entreprises avaient pour enjeu majeur de reconstruire des histoires vécues de mobilité en vue d en comprendre le processus et de recueillir les expériences et les attentes en matière de politique publique des acteurs impliqués dans ces mouvements. Un travail préalable de sélection a été réalisé auprès de personnes ressources en lien avec la DIRECCTE. Une vingtaine d entreprises ont été ciblées lors de cette phase, retenues sur la base d un double critère : leur appartenance à l un des secteurs retenus et/ou le fait qu elles aient été confrontées à une situation de mobilité. Le ciblage s est affiné et s est complété au cours des entretiens (notamment ceux auprès des institutionnels et des représentants sectoriels). 6

7 Dans cette phase du travail d enquête, la focale a été placée sur les «stratégies» de localisation des entreprises (délocalisation, absence de délocalisation, relocalisation). L approche est donc résolument qualitative puisqu elle vise à déconstruire puis reconstruire le processus de décision conduisant au «choix» de localisation. Suivant une méthodologie éprouvée par les économistes du GREThA, la «stratégie» de l entreprise est appréhendée comme le produit d une combinaison de quatre relations fondamentales : la relation avec les travailleurs, la relation avec les fournisseurs, la relation avec les clients et la relation avec les financeurs. Une compilation de données (fiche entreprise et dossier de presse) a été réalisée pour chacune des entreprises enquêtées, préalablement aux entretiens approfondis conduits auprès de leurs responsables et décisionnaires afin : a) de mettre à jour les caractéristiques essentielles de chacune des quatre relations constitutives de la stratégie ; b) d identifier les principaux éléments qui, dans ces relations, ont conduit l entreprise à son choix de localisation ; c) de décrire et analyser le processus de décision qui a conduit à ce choix. Testé dans une première phase auprès de quatre entreprises, un guide complet d entretien semi ouvert et une grille d analyse ont été mis à disposition des enquêteurs. Ils sont directement issus de la grille de lecture mobilisée pour cette étude. Plan du rapport Le rapport est composé de trois parties. 1 «Les délocalisations : une réalité controversée» pose la question de la France face aux délocalisations. La contextualisation du phénomène et le développement de la grille d analyse qui en découle font l objet de cette première partie. 2 «ESPA : une évaluation de la mobilité des activités en Aquitaine» présente la base de données originale construite pour l étude et détaille les éléments de cadrage qui ressortent, relativement à la mobilité des activités économiques sur le territoire aquitain. Le poids et les formes des délocalisations vers et depuis l Aquitaine sont resitués dans cette mobilité. 3 «Analyse qualitative de la mobilité des firmes : enjeux et orientations possibles pour l Aquitaine» offre, en mobilisant la grille de lecture développée dans la première partie, trois grandes séries de résultats. Le premier chapitre est dédié à l illustration des «cas types» reconstruits en termes de trajectoires de mobilité. Les focus sectoriels et les résultats de l ensemble de l enquête qualitative sont ensuite synthétisés et discutés dans un second chapitre mettant en relief une série d enjeux et d orientations possibles pour l Aquitaine. 7

8

9 Sommaire Présentation de l étude 3 Synthèse 11 Partie 1 - Les délocalisations : une réalité controversée 23 Section 1. Les délocalisations, de quoi parle-t-on? 24 Section 2. Les délocalisations : quelle quantification du phénomène et quels enjeux sous-jacents?29 Section 3. Les facteurs explicatifs des délocalisations 37 Conclusion de la partie 1 56 Partie 2 - ESPA : une évaluation de la mobilité des activités économiques en Aquitaine 57 Section 1. Présentation de la Base de Données des Evolutions des Structures Productives en Aquitaine (ESPA) 59 Section 2. Un panorama général de l évolution des capacités productives en Aquitaine 63 Section 3. Les créations d entreprises et les implantations en Aquitaine 71 Section 4. Les fermetures, faillites et réductions significatives d effectifs 81 Section 5. Le renforcement du potentiel régional 86 Section 6. Les délocalisations à destination de l Aquitaine 93 Section 7. Entre attractivité et ancrage : les acquisitions et les prises de participation en Aquitaine 97 Section 8. La mobilité extra-régionale (y compris délocalisations) des entreprises aquitaines 102 Partie 3 - Analyse qualitative de la mobilité des firmes : enjeux et orientations pour l Aquitaine 113 Chapitre 1 - Histoires de mobilité en Aquitaine 115 Chapitre 2 - Synthèse des expériences de mobilité en Aquitaine et pistes d action 140 Section 1. Les déterminants de la mobilité : focus sur cinq secteurs en Aquitaine 142 Section 2. Les enjeux de la mobilité des firmes en Aquitaine : des faits saillants aux pistes d action 168 9

10 10

11 Synthèse 11

12 Préambule : la problématique des délocalisations à l échelle régionale L actualité des délocalisations se lit dans la médiatisation croissante du phénomène et de ses effets sociaux présumés. Si elles peuvent être vues comme une manifestation de la globalisation des économies, leurs évolutions quantitative et qualitative retiennent l attention des décideurs et des praticiens. Plutôt que de proposer un nouveau diagnostic macroéconomique des délocalisations, l étude du GREThA et de la DIRECCTE analyse le phénomène depuis une échelle d observation infranationale, celle de la région. C est en effet à cette échelle que se manifestent les effets productifs et économiques des délocalisations (et des relocalisations) et que se contextualisent les décisions des entreprises. Les délocalisations sont une source inépuisable de débats car elles ne font pas l objet d une définition consensuelle ni de mesures satisfaisantes. Certes les effets mesurés sur l emploi (principale crainte suscitée par ce mouvement) apparaissent faibles, mais la rapidité des transformations actuelles du commerce européen (ouverture à l Est) et la montée des pays émergents (des BRIC en général et de la Chine en particulier) renforcent les inquiétudes à ce sujet. D une façon générale, la théorie économique souligne les effets bénéfiques sur la croissance de cette forme de mondialisation qui contribue à l approfondissement des «avantages comparatifs dynamiques» et à la diffusion des technologies au niveau mondial. Il reste que l accélération du processus présente dans certains cas des dangers à la fois pour les pays émergents (enfermés dans une stratégie coût empêchant toute forme de rattrapage) et pour les pays développés (perte de compétitivité dans certains domaines). Le jeu des effets de compensation n est donc pas assuré ce qui, d un point de vue théorique, laisse entrevoir le risque d une dégradation des conditions locales (nationales) de l emploi. Cette indétermination des effets des délocalisations est d autant plus prononcée au niveau des régions que les effets négatifs à court terme peuvent ne pas être compensés dans une temporalité équivalente ou au sein de la zone initialement concernée. La présente étude a pour but de contribuer à une meilleure compréhension des mouvements de délocalisation en Aquitaine à partir du recueil d expériences locales. A cet effet, deux méthodes ont été mobilisées : un dépouillement de la presse locale à des fins de quantification du phénomène et une série d entretiens approfondis à des fins de compréhension des motivations à la délocalisation. Dans les deux cas, il s est avéré nécessaire de repenser les délocalisations comme modalité particulière de la mobilité des entreprises. L éclairage proposé des situations observées repose sur une approche sectorielle des déterminants de la mobilité au travers de la mobilisation d une grille permettant de comprendre les logiques d ancrage et de mobilité des entreprises. Cette étude s intègre dans le projet de recherche ESCAPE (CCRRDT Région Aquitaine, ). 12

13 1- Les termes du débat Définition, mesures, impacts sur l emploi, déterminants : les délocalisations, de quoi parle-t-on? Un premier temps consiste à poser les termes du débat. Les délocalisations : une absence de définition consensuelle On sait combien la notion de délocalisation est floue et pose des problèmes de mesure. Stricto sensu, une délocalisation suppose la fermeture d une unité de production sur le territoire national suivie de sa réouverture à l étranger, en vue de réimporter sur le territoire national les biens produits et/ou de continuer à fournir les marchés d exportation à partir de cette implantation. Cette définition ne permet ni de prendre en compte la complexité du phénomène ni de le mesurer correctement. Au contraire, elle le sous-estime. Afin de ne pas négliger les différents types de déplacements d activités (fermeture partielle, IDE, non localisation), une définition élargie des délocalisations s impose. On considère alors, avec la Commission des Finances française, que sur un plan microéconomique, la délocalisation regroupe tous les arbitrages réalisés par les entreprises dans un sens défavorable à la localisation des activités et des emplois sur le territoire national. Cette définition permet de resituer les choix de localisation dans l ensemble du processus décisionnel de l entreprise. Le poids des délocalisations : une absence de mesure satisfaisante Les débats portant sur la définition se retrouvent dans l hétérogénéité des modes de quantification des mouvements de délocalisation. Chaque type de mesure a ses limites. La mesure par la suppression d emplois imputés, dite mesure directe, sous-estime le phénomène ; la mesure indirecte en termes d investissements directs à l étranger ou d importations donne une indication d ampleur mais n offre pas d évaluation fiable des délocalisations qui ne sont pas assimilables aux IDE ou aux importations. En l absence d enquête systématique sur les délocalisations, aucune tentative de mesure ne peut fournir, comme le rappelle l OCDE dans différents rapports, une appréhension satisfaisante du phénomène. Les études sur les délocalisations : analyse de quelques idées reçues Les études et les enquêtes menées sur la question permettent cependant d interroger quelques idées reçues couramment admises. Idée reçue n 1 : les délocalisations sont un important facteur de destruction d emplois Une étude de l OCDE montre que lorsque la part de production des biens manufacturés externalisée à l étranger puis importée augmente de 1%, la perte d emplois dans le pays d origine se chiffre à 0,15% de l emploi sectoriel. L ERM, observatoire européen des restructurations, estime quant à lui que seuls 6 % des emplois détruits en France seraient imputables aux délocalisations (la majorité des destructions proviennent de faillites ou fermetures). L effet des délocalisations sur la destruction d emploi serait donc sinon négligeable, du moins marginal au niveau macroéconomique. Les évaluations statistiques nuancent ainsi les préjugés sur l étendue du phénomène, mais son accélération dans la période récente et la fragilité des mesures proposées doivent être rappelées. L impact direct sur le niveau d emploi semble marginal au niveau macroéconomique 13

14 Idée reçue n 2 : les délocalisations se font à destination des pays «low cost» D après une enquête de l INSEE, une légère majorité (53%) des délocalisations au sens large ne se font pas vers des pays à bas salaires mais entre pays développés. Les délocalisations se font autant à destination des pays développés que des pays low cost Idée reçue n 3 : les délocalisations sont motivées par les différentiels de coûts salariaux La hiérarchie des critères énoncés par les entreprises pour justifier leur choix d externalisation dans les différentes enquêtes (AFCCI, KPMG, A.T. Kearney, Ernst and Young) ne permet pas d attester de la prédominance de la motivation par les coûts salariaux. Les diverses enquêtes montrent qu il existe un large éventail de déterminants des délocalisations. Sont ainsi mis en évidence le recentrage sur le cœur de métier et la recherche de compétences complémentaires externes. Ceci autorise un transfert des coûts fixes (et parfois des risques) sur les fournisseurs afin de générer une réduction des coûts et une amélioration de la performance productive et commerciale. La pénétration de nouveaux marchés et la conservation des clients actuels peuvent se conjuguer pour motiver les délocalisations. Le choix de délocaliser : une pluralité de facteurs explicatifs Des motivations aux enjeux : deux tendances remarquables Tendance n 1 : Des délocalisations sous contrainte, la pression des parties prenantes L enquête AFCCI met en exergue les pressions de la clientèle (donneurs d ordres et clients) et des actionnaires qui poussent les entreprises à délocaliser. Tendance n 2 : Des enjeux locaux, dépendants du contexte sectoriel Les impacts positifs et négatifs sur l emploi et sur le tissu productif, s ils peuvent se compenser au niveau national, sont ressentis différemment, et peuvent perdurer, au niveau local. Les secteurs de basse technologie, tels que le textile ou l habillement-cuir, qui emploient une main d œuvre peu qualifiée, sont plus enclins à délocaliser vers les pays low cost (motivation par les coûts salariaux). Mais certains secteurs de plus haute intensité technologique semblent de plus en plus attirés par les pays émergents (biens d équipements, électronique, etc.). Les différences régionales s expliquent par la composition du tissu productif local. Une région qui concentre majoritairement des secteurs de basse technologie sera plus sensible aux délocalisations qu une région dont le tissu productif est basé sur des industries de haute technologie. Cependant, cette logique pourrait être remise en cause par de nouvelles formes spécifiques de délocalisations, touchant les laboratoires de R&D, les centres de décision et plus généralement par la restructuration internationale de la chaîne de valeur. Ces divers enseignements incitent à déplacer la réflexion vers une analyse dans la durée afin d appréhender la mobilité des entreprises comme un processus temporel et une trajectoire décisionnelle. Deux techniques d étude doivent pour cela être mises en œuvre (voir encadré). 14

15 Les deux méthodes mobilisées dans l étude La construction d une base de données originale (ESPA). La base de données ESPA (Evolution des Structures Productives en Aquitaine) a été spécifiquement construite pour évaluer le poids des délocalisations dans la mobilité des firmes en Aquitaine. Elle recense les mouvements de mobilité, depuis et à destination de l Aquitaine, observés en 2003 et 2008 pour les industries manufacturières et les services aux entreprises. Les informations publiées par Aquitaine Presse Service (APS) sont la principale source de renseignement d ESPA. La réalisation d une enquête de terrain. Afin de comprendre les choix de localisation (délocalisations et relocalisations) dans leur contexte sectoriel et spatial, une cinquantaine d entretiens approfondis ont été menés auprès de représentants (responsables) d entreprises, d experts sectoriels et de représentants des institutions et organismes en charge de l animation économique du territoire. Ce travail d enquête intègre la double dimension de la dynamique d ensemble d un secteur et de la stratégie plus «individuelle» de l entreprise en les resituant dans le territoire aquitain. 2- ESPA : le poids des délocalisations dans la mobilité des firmes en Aquitaine Le principe d enregistrement des opérations de mobilité dans ESPA ESPA recense les opérations de mobilité des activités productives depuis ou à destination du territoire aquitain : - selon qu elles contribuent à renforcer le potentiel productif de la région (création d entreprises et/ou d établissements, reprises et extension d activités, y compris les délocalisations à destination de l Aquitaine) - ou selon qu elles participent à réduire la capacité productive de l Aquitaine (fermetures, investissement à l étranger ou à destination d autres régions françaises, y compris les délocalisations depuis l Aquitaine). Les quatre grands résultats d ESPA 1) Les mobilités infranationales et infrarégionales sont les premières pratiques de mobilité des entreprises La mobilité se joue d abord au sein de l espace domestique (national et régional). Ce point est d importance car il signifie que la question de l ancrage du potentiel productif se joue aussi dans la capacité à cerner les attentes des entreprises locales, pas seulement dans la capacité à attirer des entreprises étrangères. La question de l ancrage doit se poser y compris lorsque les enjeux de mobilité à l international semblent absents. 2) Une attractivité relative mais une véritable capacité d ancrage des entreprises étrangères ESPA permet de distinguer les opérations relevant d un choix initial de localisation de celles relevant d une réaffirmation, dans le temps, de ce choix. Pour les entreprises étrangères, l analyse montre : - une faiblesse relative de l attractivité régionale (difficulté à attirer les entreprises étrangères sur son territoire) - une capacité d ancrage certaine dans la mesure où les entreprises étrangères implantées sur le territoire aquitain ont tendance à y renforcer leur potentiel productif. 15

16 3) La fragilité de l industrie manufacturière Quelle que soit la forme de mobilité étudiée, l industrie manufacturière apparaît sujette à une certaine faiblesse. L Aquitaine souffre d une difficulté récurrente à ancrer les activités manufacturières (notamment les activités de production). Ceci est en particulier vérifié lorsqu on étudie les délocalisations. N oublions pas qu une part importante du tissu local relève du low tech et que ce dernier n est pas forcément le moins mobile. 4) La pluralité des motifs à la mobilité à l international Un des grands enseignements d ESPA est de vérifier : - la diversité des formes (extension, substitution), des motivations (accès au marché, aux compétences, recherche de gains en termes de coûts) et des destinations (pays développés et low cost) pour la mobilité à l international. - la dimension temporelle des pratiques de mobilité. Quelques chiffres sur les délocalisations et les relocalisations en Aquitaine Les délocalisations à destination de l Aquitaine Très difficiles à évaluer sur la base des «annonces» des entreprises, les délocalisations à destination de l Aquitaine (d origine étrangère ou nationale) comptent pour seulement 1,2% du total des opérations de mobilité en 2003 (7 cas identifiés) et 2,2% en 2008 (17 cas). Les trois quarts de ces opérations renvoient à une logique de substitution (l activité en Aquitaine se substitue à l activité extrarégionale) ; 4 cas sont des cas de relocalisation d activités précédemment délocalisées depuis l Aquitaine. Les pratiques de délocalisations des firmes aquitaines Le choix de la mobilité extrarégionale pour les entreprises aquitaines (y compris les délocalisations infranationales et les délocalisations à l étranger) concerneraient 16 opérations en 2003 et 83 en Parmi ces opérations, seules 4 d entre elles renvoient à des délocalisations au sens strict en Ce chiffre est cependant porté à 34 en En 2008, 12 opérations de délocalisations se font à destination de la France (délocalisations infranationales) et 22 à destination de l étranger. Les délocalisations pures à l étranger pèsent ainsi pour 2,9% des opérations de mobilité enregistrées en Elles concernent très majoritairement les fonctions de production et d assemblage. 3- Les «narratives» (histoires de mobilité) Entre rapports de forces et repositionnement de gamme Les objectifs de l enquête par entretien Les entretiens menés auprès des acteurs de la politique économique locale et des experts sectoriels ont poursuivi l objectif de croiser les points de vue sur la réalité et les facteurs explicatifs des délocalisations en Aquitaine, les risques à venir et les tendances à la relocalisation. Les enquêtes auprès des entreprises avaient pour enjeu majeur de reconstruire des histoires vécues de mobilité afin d en comprendre le processus, ainsi que de recueillir les expériences et attentes des entreprises en matière d action publique. Une approche résolument qualitative : la réalisation d entretiens approfondis auprès des responsables et décisionnaires a permis de déconstruire puis de reconstruire le processus de décision conduisant au «choix» de localisation (délocalisation, absence de délocalisation, relocalisation). 16

17 Les études de cas ont révélé la très grande variété des cas de mobilité en Aquitaine : délocalisation pure, relocalisation, double délocalisation (infranationale et partielle), délocalisation partielle de la R&D, ancrage (plus ou moins incertain) par la ressource, etc. Quatre faits saillants issus des narratives Les six «narratives» confirment l importance des phénomènes de «délocalisation partielle» qui, indissociables des logiques d externalisation (d ailleurs peu ou pas mesurées), sont pourtant souvent associés à une stratégie d ancrage des activités sur le territoire. Le jeu des rapports de forces entre les différentes parties-prenantes de la firme est prégnant dans les choix de localisation (délocalisation versus ancrage). L étude confirme le poids des délocalisations réalisées «sous-contrainte» des actionnaires ou des donneurs-d ordres. L enjeu de l attractivité du territoire est mis en avant, notamment à travers l existence d infrastructures locales adéquates et de systèmes productifs locaux. La présence de sous-traitants compétents est un atout pour des firmes qui sont en recherche de qualité, de réactivité et de répartition de l effort d investissement. Ces effets sont renforcés par l existence d une demande locale. La mobilité des firmes apparaît fortement sensible à ces éléments. L attractivité joue aussi au travers des financements publics locaux. Le repositionnement de la gamme des produits (montée en gamme) semble jouer un rôle prépondérant dans la mobilité des firmes. La décision de produire des biens de qualité supérieure est un facteur de non mobilité, voire de relocalisation. Une illustration par le cas Machette : les impacts d une «non-délocalisation» Machette est une entreprise agissant dans la conception, l assemblage et la maintenance de machines d usage spécifique. Son secteur d activité est oligopolistique (deux acteurs se partagent la majorité du marché). En 200X et sous pression de ses actionnaires, l entreprise envisage la délocalisation de la production en Chine (seule la conception serait maintenue sur le territoire aquitain). Les études spécifiques menées indiquent une économie en termes de coûts de l ordre de 20%. Parallèlement, les dirigeants réalisent une «contre-étude» montrant qu en reconcevant les machines (en partenariat avec les sous-traitants locaux), une baisse des coûts de l ordre de 20 à 25% peut être envisagée. La délocalisation n est pas effectuée. Dans le temps, le choix de l ancrage réalisé par Machette aura trois principaux impacts : - Sur la relation financière par l acquisition de la minorité de blocage par les dirigeants (souhaitée pour s affranchir de la pression des actionnaires à la délocalisation) - Sur la relation commerciale puisque la re-conception des machines se traduira par une remontée en gamme et un repositionnement (sur la réactivité et les services liés) - Sur la relation d approvisionnement car la co-conception des machines avec le réseau de sous-traitants (locaux) conduira à un renforcement des liens «locaux» mais aussi à de la délocalisation partielle «par procuration» (ce sont les sous-traitants qui délocalisent une partie de leur production sur demande de leur donneur-d ordres, Machette). Cette narrative souligne l importance des besoins de proximité entre le donneur-d ordres et ses fournisseurs dans le cas où la dissociation entre conception et production n est pas totalement praticable. Les dirigeants affirment que «si la production avait été délocalisée, à terme, la conception aurait suivi». 17

18 L influence du contexte sectoriel Les exemples de l aéronautique et du secteur de la glisse Les trajectoires des firmes ont chacune leur part de spécificité mais l étude révèle le poids des déterminants sectoriels dans les choix de localisation. Un focus analytique sur chacun de cinq secteurs «clés» en Aquitaine (automobile aéronautique, informatique de santé, pharmacie et secteur de la glisse) a été réalisé. Il ressort que la problématique de la mobilité se pose en des termes différents au sein des cinq secteurs étudiés. La mobilité d une firme est dépendante du secteur dans lequel elle opère, mais également de la place qu elle occupe au sein de la filière. A titre d exemple, le secteur aéronautique et le secteur de la glisse font tous deux preuves d un ancrage ancien dans la région Aquitaine mais ils sont aujourd hui concernés par des logiques de mobilité très différentes. Dans le secteur aéronautique, le resserrement de la pyramide d approvisionnement a positionné les équipementiers et les sous-traitants en «victimes» de la pression sur les prix. La mobilité semble dès lors imposée par les donneurs d ordres. De plus, la facturation en dollars d une production effectuée en zone euro pose un dilemme commercial aux donneurs d ordres du secteur. Ils optent donc pour un transfert du risque de change et du risque d investissement vers les fournisseurs qui s efforcent d ouvrir des sites de production dans les zones dollar. Ces pratiques sont principalement l apanage de grands groupes, les PME réfléchissent à cette possibilité mais elles n ont pas toujours les moyens de la mettre en œuvre. Le secteur de la glisse renvoie largement à celui du textile puisque 80% de la valeur ajoutée est généré par la vente de vêtements et autres équipements textiles. La question de la mobilité s aborde ici de façon différente car la majorité de la production s effectue depuis plusieurs années en Asie. Les activités de conception, de marketing, de logistique et de design sont toujours localisées à proximité des bassins de clientèle (choix de la côte basquo-landaise en Europe). La question de la mobilité se pose aujourd hui pour ces activités. Les sections marketing s internationalisent et le défaut d infrastructures ou de formation pourraient conduire les entreprises à délocaliser les activités de logistique ou de design (ailleurs en Europe occidentale). L ancrage par les «spots de surf» peut se révéler fragile à terme. 4- Ancrage et délocalisation en Aquitaine Une lecture suivant quatre relations fondamentales Quatre relations fondamentales structurent les relations que la firme entretient avec ses partenaires : la relation salariale (marché du travail), la relation d approvisionnement (avec les fournisseurs), la relation commerciale (avec les clients finals ou les donneurs-d ordres) et la relation avec les financeurs. Au niveau sectoriel, ces quatre relations définissent le jeu concurrentiel. En synthétisant l ensemble des résultats d enquête, on peut offrir une lecture des principaux facteurs d ancrage et de délocalisations selon ces quatre relations. Bien que certains de ces éléments puissent être généralisés, l analyse reste spécifique à l Aquitaine. 18

19 La relation financière ou la pression des actionnaires Un facteur d accélération des délocalisations? La relation financière est déterminante pour les choix de localisation. Les différences sont essentielles en fonction de la structure du capital. Premier résultat, la pression actionnariale ressort bien comme un facteur important de fragilisation de l ancrage local (autrement dit comme un facteur de délocalisation). En revanche, l attachement au territoire (par l origine des dirigeants et/ou le cadre de vie «en région») associé à une structure de propriété plus «locale» joue bien son rôle de facteur d ancrage. La relation financière renvoie aussi au rôle des financements publics pour l attractivité et l ancrage des activités sur le territoire. Un constat et une proposition ressortent de l analyse du discours des dirigeants. Le constat : les aides publiques sont plébiscitées par les PME (en particulier le crédit impôt recherche) mais certaines d entre elles peuvent avoir des effets macroéconomiques (nationaux) limités et nuancés par le jeu de la concurrence territoriale. La proposition : le dispositif financier d aides publiques pourrait être renforcé et doublé d un principe de reversement lorsque le risque diminue. La relation d approvisionnement ou le paradoxe de la «dictature» des coûts L argument du moindre coût est systématiquement évoqué ou invoqué par les responsables d entreprises mais il s accompagne d une imprécision chronique du calcul «ex ante». Pourquoi une telle imprécision que les entretiens approfondis et confidentiels ne permettent pas de lever? Deux interprétations sont possibles : - l élément serait trop stratégique pour être dévoilé ; - le coût global réel ne se révèlerait qu au cours de l expérience, une fois la décision prise et la délocalisation effective. Le «coût réel» serait incalculable ex ante. N.B. D après les expériences de mobilité analysées, le coût réel serait sensiblement différent en fonction de la taille de l entreprise (relativement plus élevé pour la PME en raison, notamment, de son défaut de pouvoir de négociation, auprès des fournisseurs comme des autorités, et pouvant conduire à la relocalisation de l entreprise). La décision de délocaliser ne dépend pas nécessairement d un calcul en termes de coûts. La dépendance de l entreprise (par exemple au donneur-d ordres) peut-être telle que la «décision» ne dépend pas d un tel calcul. Le discours sur la séparabilité des activités de conception (au Nord) et de production (au Sud) ne semble pas passer l épreuve des faits. L innovation est un facteur d ancrage par la différenciation, la qualité et le service MAIS les interactions entre conception et production limitent les possibilités de séparation géographique DONC l innovation retient la production, mais si la production part, à terme la conception suivra. 19

20 La relation commerciale ou l impératif de qualité La relation commerciale peut jouer tout à la fois comme facteur d ancrage et comme facteur de mobilité des activités. La relation commerciale : facteur de mobilité Le premier motif est bien entendu l accès à de nouveaux marchés. L apprentissage lié à ces implantations facilite alors les délocalisations éventuelles futures : à partir d une masse critique d implantations sur les marchés offshore, le verrou de la distance culturelle et logistique s estompe jusqu à pouvoir devenir un accélérateur des délocalisations. Le second motif peut être celui du «suivi» des donneurs-d ordres (voire des fournisseurs) : la mobilité des grands donneurs d ordres s accompagne généralement de celle de leurs principaux fournisseurs. La relation commerciale : facteur d ancrage La relation commerciale reste l un des principaux facteurs d ancrage des entreprises au travers du besoin de proximité au marché MAIS la proximité peut être gérée de manière temporaire (simple implantation commerciale ou délégation de personnel chez le client) DONC la proximité au marché joue finalement plus à l échelle nationale ou des grandes zones. Le nearshore (délocalisation à proximité) est alors compatible avec la contrainte de proximité au marché. La stratégie d ancrage la plus souvent constatée est celle qui mise sur la remontée en gamme par différenciation (innovation, marketing «Made in France», qualité, réactivité et services) et le rôle des normes (par exemple celles montantes du développement durable, tant au plan environnemental que social). Cette stratégie est celle qui est invoquée dans les cas de relocalisation et de «nondélocalisation» analysés dans l étude. On constate à ce titre le rôle important des grands comptes qui sont en capacité d influencer les stratégies de localisation de leurs fournisseurs au travers des critères de leur approvisionnement (le plus souvent liés à des normes de développement durable). La relation salariale ou l ancrage par les compétences Les débats autour du coût de la main d œuvre sont évidemment au centre de la motivation des délocalisations Globalement, les délocalisations touchent d abord et principalement les parties du processus productif les plus intenses en main d œuvre. MAIS on retrouve l imprécision de calcul ex ante et la relativisation de l avantage du coût par l élévation des prix liée à l élévation de la qualification de la main d œuvre dans les pays émergents. L ancrage des activités productives et la maîtrise des délocalisations sont envisageables en Aquitaine car la région peut s appuyer sur la main d œuvre qualifiée disponible dans le bassin d emplois aquitain. Sont alors soulignés : - l enjeu de la qualité de l offre de formation en tant que facteur d attractivité et d ancrage (la région, lieu de production et d attraction de talents) - la capacité du système de formation (écoles et universités) à favoriser et à structurer l émergence de réseaux sociaux innovants - la nécessité d améliorer les moyens de transport pour favoriser la connexion avec les autres villes françaises et européennes (mobilité temporaire de la main d œuvre). 20

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

L IMPACT DES DÉLOCALISATIONS SUR L'EMPLOI : PROBLÈMES DE MESURE ET IMPLICATIONS POLITIQUES

L IMPACT DES DÉLOCALISATIONS SUR L'EMPLOI : PROBLÈMES DE MESURE ET IMPLICATIONS POLITIQUES L IMPACT DES DÉLOCALISATIONS SUR L'EMPLOI : PROBLÈMES DE MESURE ET IMPLICATIONS POLITIQUES Version préliminaire : prière de ne pas citer sans l autorisation préalable de l auteur Thomas Hatzichronoglou

Plus en détail

Les délocalisations et l emploi

Les délocalisations et l emploi Les délocalisations et l emploi TENDANCES ET IMPACTS MONDIALISATION EXTERNALISATION À L ÉTRANGER SOUS SOUS-TRAITANCE À L ÉTRANGER FILIALES EXTERNALISATION MONDIALISA EXTERNALISATION FILIALES SOUS-TRAIT

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

L outsourcing de la fonction comptable

L outsourcing de la fonction comptable OCA, Société d Expertise-Comptable 63 avenue de Villiers 75017 PARIS Tel: 01.40.54.98.80 / Fax : 01.47.63.92.75 oca@oca-audit.com www.oca-audit.com L outsourcing de la fonction comptable Sommaire 1. L

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE Fondée le 3 août 1803 sous le nom de Société de Pharmacie de Paris Reconnue d utilité publique le 5 octobre 1877 «Matières premières pharmaceutiques, Mondialisation et Santé

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)

PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) LES ORGANISATIONS BOUGENT PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) Livret rédigé par Jean-Pascal Bricout, Daniel Chabaud et Martine Crumière SCÉRÉN-CNDP, 2007 Fondée en 1875, l entreprise familiale Babolat

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Ms. Martine Boutary, PhD Lecturer at the Toulouse Business School, m.boutary@esc-toulouse.fr

Plus en détail

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel...

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel... Délégation aux entreprises -- Secrétariat général Tableau de bord central 2003 Management de la qualité Valorisation et transfert de technologies Sommaire Résumé opérationnel... 2 Préambule... 3 Construction

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Jocelyne Barreau, Delphine Brochard, LESSOR, Rennes 2 L exploitation de l enquête REPONSE que nous avons

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

Appel à proposition. Unité Territoriale 41. Cité Administrative Porte B 3ème étage 34, avenue Maunoury 41011 BLOIS CEDEX Téléphone : 02.54.55.85.

Appel à proposition. Unité Territoriale 41. Cité Administrative Porte B 3ème étage 34, avenue Maunoury 41011 BLOIS CEDEX Téléphone : 02.54.55.85. Appel à proposition «Convention THYSSEN Suivi des actions et prolongation du portage de l action de Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences sur le vendômois secteur de l industrie» Unité Territoriale

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES FORMALISATION ET CAPITALISATION DES CONNAISSANCES DANS L ECOSYSTEME DE L INNOVATION 1 Le constat 1.1 L apparition des écosystèmes Depuis une trentaine d années, des écosystèmes dédiés à l innovation se

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement?

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? Terminale Enseignement spécifique de SES Devoir type bac DISSERTATION Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? DOCUMENT 1 :

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE L évolution des effectifs intercommunaux NOTE TECHNIQUE Juillet 2012 1. Une augmentation des effectifs dans les collectivités locales La fonction publique territoriale

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3. La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le numérique transforme en profondeur les modes de vie, bouleverse l organisation et les marchés des entreprises traditionnelles,

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Fiche entreprise : E12

Fiche entreprise : E12 Fiche entreprise : E12 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée a une formation en génie mécanique et agit à titre de directrice de la production, ce qui inclut la responsabilité

Plus en détail

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS ENQUETE La Gestion de la Retraite dans le Cadre de la Mobilité Internationale Dans le cadre du 19 ème Salon de la Mobilité Internationale AVENIR EXPAT Etude réalisée par la Direction Internationale de

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences.

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. LES NOTES D ALTAÏR L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. Altair Think tank culture médias interpelle les parlementaires afin qu ils prennent le temps de la réflexion

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES APPELS A PROJETS 2015 TANGO&SCAN LE CAHIER DES CHARGES DES APPELS A PROJETS TANGO&SCAN P 2 ANNEXE - POURQUOI TANGO&SCAN?

CAHIER DES CHARGES DES APPELS A PROJETS 2015 TANGO&SCAN LE CAHIER DES CHARGES DES APPELS A PROJETS TANGO&SCAN P 2 ANNEXE - POURQUOI TANGO&SCAN? CAHIER DES CHARGES DES APPELS A PROJETS 2015 TANGO&SCAN LE CAHIER DES CHARGES DES APPELS A PROJETS TANGO&SCAN P 2 ANNEXE - POURQUOI TANGO&SCAN? P 7 1 CAHIER DES CHARGES DES APPELS A PROJETS TANGO&SCAN

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT?

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? COMMENTAIRE Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? Faits saillants La reprise des ventes d automobiles aux États-Unis s est traduite

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes Evaluation

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes.

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. Recommandations : 16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. 17- Assurer non seulement une meilleure lisibilité

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail