After LIFE. Plan de Communication. LIFE + Information & Communication Projet AlterIAS. ALTERnatives to Invasive Alien Species

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "After LIFE. Plan de Communication. LIFE + Information & Communication Projet AlterIAS. ALTERnatives to Invasive Alien Species 2014-2018"

Transcription

1 LIFE + Information & Communication Projet AlterIAS ALTERnatives to Invasive Alien Species Plan de Communication After LIFE Disséminer l information dans le futur... LIFE08 INF/B/ Décembre

2 INTRODUCTION Dans toute problématique liée à la conservation de la biodiversité, les changements d attitude sont des processus qui s inscrivent sur le long terme. Le projet AlterIAS et le Code de conduite belge sur les plantes exotiques envahissantes doivent être considérés comme une première étape d une demarche de sensibilisation progressive qui continuera dans l avenir. Un Plan de Communication After LIFE est par conséquent nécessaire pour continuer la diffusion de l information et pérenniser les actions développées durant le projet. Ce Plan After LIFE sera subdivisé en deux parties: 1. Présentation concise AlterIAS et de la thématique des plantes invasives, avec un focus les résultats, les activités et leurs impacts sur le public cible. La transférabilité de certaines approches sera mise en évidence. 2. Présentation de la stratégie pour continuer la communication vers/avec le public cible durant les prochaines années. Ce Plan After LIFE est prévu pour une période de cinq ans [ ]. L objectif de ce Plan After LIFE pourrait s exprimer à travers les scénarios illustrés cidessous. Un Plan efficace devrait garantir une augmentation de l utilité grâce à (1) un soutien en resources humaines ou financières et (2) une forte collaboration entre les partenaires (scenario A). A l inverse, l utilité diminuera si aucune action ne continue et si aucun Plan After LIFE n est mis en oeuvre (scenario B). A B Scénario avec Plan After LIFE Financement Scénario sans Plan After LIFE Financement Utilité Utilité Soutien en ressources financières/humaines Fin Début Période après-projet Début Fin Période après-projet Scénarios projetés pour la période After LIFE LE PROJET ALTERIAS CONTEXTE: LE BESOIN DE COMMUNIQUER SUR LES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES D après la définition scientifique, les plantes invasives sont des espèces exotiques introduites par l homme en dehors de leur aire de distribution naturelle. Elles s installent dans les habitats naturels, se répandent et entrent en compétition avec la flore et la faune indigène. En Europe et partout dans le monde, la dispersion des plantes invasives est considérée comme un des défis écologiques majeurs du 21ème siècle, générant des pertes de biodiversité, une dégradation des écosystèmes et parfois des problèmes de santé publique, avec des conséquences économiques importantes pour la société. Beaucoup de plantes invasives sont des plantes ornementales cultivées pour des usages horticoles. Les introductions volontaires sont les points de départ des invasions: une fois plantées, ces espèces peuvent s échapper des parcs, des jardins, des pépinières ou des jardins botaniques, coloniser les milieux naturels et se disperser dans le paysage. Mais la plupart demeurent méconnues en dehors du milieu scientifique. Bien souvent, elles sont utilisées sans savoir les dommages environnementaux qu elles peuvent causer dans certains milieux. Pour prévenir les invasions dans la nature, il est par conséquent nécessaire d informer les professionnels de l horticulture et les particuliers amateurs de jardinage sur les risques que représentent ces espèces. 2

3 DU PROJET AlterIAS [ALTERnatives to Invasive Alien Species] était un projet de communication consacré aux plantes invasives et à la prévention dans le secteur horticole en Belgique. Le projet visait à mettre en place des actions de sensibilisation et des mesures préventives afin de réduire les introductions de ces plantes dans les parcs, les jardins, les pépinières. Pour atteindre ce but, de nombreuses actions de communication et outils de communications ont été développés. Un Code de Conduite volontaire sur les plantes invasives a également été développé en concertation avec le secteur de l horticulture ornementale. La communication et la sensibilisation font partie intégrante de la prévention qui est une des options les plus effectives pour limiter la dispersion des espèces exotiques envahissantes (EEE). Les actions préventives et les approches volontaires sont recommandées par la nouvelle législation européenne sur les EEE en cours de préparation. Le projet AlterIAS s inscrit donc pleinement dans la stratégie européenne sur les EEE. PUBLIC CIBLE Le projet ciblait les acteurs de la filière ornementale, du producteur consommateurs. Cela comprenait trois groupes cibles bien distincts: aux Les professionnels de l horticulture membres des fédérations ou des associations horticoles: pépiniéristes (producteurs, vendeurs), entrepreneurs de jardins, architectes paysagistes, gestionnaires publics d espaces verts, gestionnaires des jardins botaniques. Les particuliers amateurs de jardinage (le grand public). Les professeurs et les étudiants en horticulture. UN PROJET, TROIS OBJECTIFS Le projet AlterIAS project avait trois objectifs spécifiques: Sensibiliser les professionnels de l horticulture, les jardiniers amateurs et les étudiants en horticulture sur les risques que représentent les plantes invasives. Collaborer avec les acteurs du secteur ornemental pour identifier des alternatives et des bonnes pratiques en matière de prévention. Guider/encourager ces mêmes acteurs à adopter ces mesures à travers une démarche d auto-régulation (i.e. un Code de conduite volontaire). ET TROIS CAMPAGNES Le projet AlterIAS était organisé en trois campagnes de communication: Campagne 1 ("La prévention commence dans nos jardins"): durant la première moitié, une campagne d information générale a été conduite. Les thèmes suivants étaient développés: définition d une plante invasive, impacts, situation en Belgique et en Europe, vecteurs d introduction, lien avec l horticulture, solution à envisager. Campagne 2 ("Plantons autrement"): pendant la deuxième moitié, une campagne était dédiée à la préparation et à la promotion d un Code de conduite volontaire sur les plantes invasives. Campagne 3 ("Les plantes invasives à l école"): parallèlement à la deuxième campagne, une campagne de sensibilisation était réalisée dans le secteur de l enseignement horticole afin d enseigner les concepts clés de l écologie des invasions et des plantes invasives aux futurs professionnels de l horticulture. 3

4 ACTIVITÉS ET IMPACTS SUR LE PUBLIC CIBLE Actions de communication 46 articles publiés dans la presse locale ou régionale ciblant le grand public. Le nombre total de copies diffusées a été estimé à , ce qui donne une indication du nombre de lecteurs touchés ou potentiellement touchés. 31 articles publiés dans les magazines d horticulture ou de jardinage, diffusés en copies. Ces articles ciblaient les professionnels de l horticulture et les particuliers amateurs de jardinage. 40 articles publiés dans les journaux des fédérations horticoles, pour un nombre total de copies diffusées aux professionnels affiliés. 70 évènements horticoles visités par visiteurs. Un stand d information était tenu et les matériaux de communication (dépliants, brochures, posters, etc.) étaient diffusés aux jardiniers amateurs et au grand public. 92 séances d information et/ou conférences ont été organisées/animées par l équipe AlterIAS, rassemblant un nombre total de 3700 participants. 11 reportages TV et 10 reportages radio ciblant le grand public. L audience a été estimée à un minimum de téléspectateurs et auditeurs. La campagne dans les écoles a principalement consisté en séances d information organisées dans les classes avec les étudiants. Un total de 71 séances ont été conduites dans 41 institutions différentes (écoles et universités) étudiants et professeurs ont participé. Huit séances de formation ont également été organisées auprès de 96 professeurs et/ou adultes. Un total de personnes ont été touchées ou potentiellement touchées par ces actions. Outils de communication Différents matériaux de communication ont été produits. Ils sont tous disponibles en français et en néerlandais. Certains ont été traduits en anglais et en allemand. Le dépliant AlterIAS (75000 copies) et réimpression d un dépliant sur les plantes aquatiques invasives (15000 copies). Le Code de conduite (CdC) sur les plantes invasives en Belgique, une charte volontaire pour limiter la dispersion des plantes invasives. Le dépliant du CdC (65000 copies), le poster (1000 copies) et le logo du CdC distribués aux professionnels ayant adopté le Code. Une brochure sur les plantes alternative (40000 copies), avec un marquepage sur le CdC et la liste de consensus (voir cadre page 5). Un site web (www.alterias.be) disponible en trois langues (FR, NL et EN) et visité par plus de visiteurs. 5 newsletters diffusées à plus de 1000 adhérents. Un film documentaire de 45 minutes (500 copies) distribué aux professeurs. De nombreuses présentations Power Point utilisées durant les conférences. Un stand d information avec des posters pour les évènements horticoles. 4

5 RÉSULTATS ET EFFET DE LA COMMUNICATION Les effets des campagnes de communication ont été estimés à travers des enquêtes socio-économiques. Une enquête a été realisée au début (en 2010), puis répétée en 2013 avec des questions similaires. Les changements d attitude du public cible ont été quantifiés en comparant les réponses formulées. Les principaux résultats sont les suivants: Enquête initiale (2010) La communication a augmenté le niveau de connaissance des plantes invasives: en 2013, une plus grande proportion de professionnels de l horticulture possède une connaissance correcte du concept de plante invasive. Par contre, peu de changements ont été observés pour les particuliers. Le projet a concentré ses efforts sur les professionnels pour sensibiliser avant tout le sommet de la chaîne de distribution. Seule une petite proportion de consommateurs a par conséquent été atteinte par les campagnes de sensibilisation. Les professionnels de l horticulture sont davantage conscients des impacts écologiques des plantes invasives: en définissant les plantes invasives, la proportion de répondants ayant cité les impacts négatifs sur la biodiversité a augmenté de 17%. Les résultats ont également démontré une meilleure connaissance de la liste des plantes invasives en Belgique: le nombre d exemples cités a sensiblement augmenté (28 espèces citées en 2013, contre 17 en 2010). La disponibilité de l information a également augmenté de 30%: en 2013, 88% des professionnels ont reçu une information sur les plantes invasives (contre 59% en 2010). De plus le besoin en information a été comblé: en 2013 la plupart des professionnels (64%) se sentaient assez informé à propos des plantes invasives (contre seulement 34% en 2010). Enquête finale (2013) Ces résultats suggèrent que la communication est efficace pour sensibiliser des groupes cibles bien définis, ce qui était le cas pour les professionnels de l horticulture regroupés en fédérations. Les efforts doivent être poursuivis pour les particuliers. Etant donné la masse considerable de personnes à toucher, une campagne de communication spécifique est nécessaire pour atteindre ce groupe cible à une échelle nationale. Une telle campagne nécessite des moyens de communication plus adaptés. Le Code de conduite belge sur les plantes invasives: une approche innovante et transférable Ce Code a été développé en concertation avec des représentants des fédérations horticoles, des administrations et du milieu scientifique. C est la première fois qu un tel instrument volontaire est mis en place en Belgique. Les lignes directrices du Code ont été définies à travers une approche consultative organisée en tables rondes. Ce processus de consultation fut un succès: le Code a été approuvé à l unanimité après 9 mois de négociation. Le Code propose cinq bonnes pratiques pour réduire les introductions de plantes invasives dans les parcs, les jardins, les pépinières. Une mesure clé concerne la restriction d usage (arrêt des ventes et/ou des plantations) de 28 plantes invasives (i.e. la liste de consensus). Cet outil d auto-régulation a été lancé en septembre Après deux années de promotion, plus de 1000 partenaires ont adopté la charte. Le Code est signé en ligne sur Les partenaires signataires sont enregistrés dans une base de données couplée avec une interface google map. En décembre 2013, les partenaires comprenaient 494 professionnels de l horticulture, 476 particuliers amateurs de jardinage et 52 organisations. Parmi les professionnels, on dénombre : 242 pépinières et jardineries (incl. tous les points de vente) 28 architectes paysagistes 52 entrepreneurs de jardins 150 services publics (communes et provinces) 6 jardins botaniques Les taux d adhésion ont été estimés entre 10 et 30% pour des professionnels de l horticulture membres des fédérations, 30% pour les communes, 90% pour les provinces et 21% pour les jardins botaniques. Un tel processus de consultation et de promotion est transférable à d autres pays souhaitant mettre en place un Code de conduite. 5

6 AFTER LIFE ET FUTURES ACTIONS DE COMMUNICATION Ce Plan de Communication After LIFE repose sur quatre actions principales: (1) réimpression et diffusion des outils de communication; (2) révision du Code de conduite sur les plantes invasives; (3) suivi des professionnels de l horticulture engagés dans le Code et (4) maintenance du site internet. Quatre actions supplémentaires (actions 5, 6, 7 and 8) ont été identifiées au cours des discussions avec les administrations (SPF, SPW, ANB, IBGE-BIM), les bénéficiaires (ULg, CTH, PCS) et les fédérations/associations horticoles (FWH, AVBS, UVCW, VVOG, ABAJP- BVTL, BFG-FBEP, BTV-ABJ et le Jardin Botanique National). Le plan est conçu pour une période de cinq années [ ], débutant par une période transitoire [ ] pour tenir compte des perspectives du Code au sein de la nouvelle legislation européenne sur les EEE en cours de préparation. Une action clé de ce plan consiste à assurer la continuité du Code de conduite en Belgique. C est actuellement le seul instrument opérationnel pour auto-réguler à la fois le commerce et la plantation des plantes invasives à l échelle nationale. Action 1 : Réimpression et diffusion des outils de communication Cette action consiste à (1) continuer la réimpression de certains outils de communication (dépliant, brochure, poster) une fois le stock épuisé et (2) assurer leur diffusion vers le public cible. Les versions PDF seront toujours disponibles sur le site web AlterIAS. Certains outils seront réimprimés et transportés vers les organisations partenaires du Code qui seront à leur tour responsable de la diffusion. Elles joureront un role de point de distribution. Si nécessaire, le contenu de certains outils sera mis à jour avant réimpression. Les administrations régionales (SPW, ANB) co-financeront les réimpressions. Les fédérations horticoles, les bénéficiaries et les administrations seront responsables du stockage et de la diffusion. Le plan de dissémination des outils de communication (durant des évènements, des réunions, des conférences, via des envois postaux, etc.) dépendra des moyens et du budget disponibles au sein de chaque institution. Le dépliant et le poster du Code de conduite seront réimprimés durant la période La brochure sur les plantes alternatives et le dépliant sur les plantes aquatiques invasives seront réimprimés à partir de Action 2: Révision du Code de conduite sur les plantes invasives Il est prévu que le Code soit revu tous les trois ans en concertation avec le secteur horticole. Ce processus de révision s intègre dans une perspective à long terme du Code. La révision sera organisée à travers des tables rondes rassemblant un échantillon représentatif du secteur horticole, des représentants des administrations régionales et fédérale en charge de l environnement et des scientifiques spécialisés en biologie des invasions. Les administrations régionales (SPW, ANB) seront responsables de l organisation et de la mise en œuvre du processus de révision et de concertation. Les fédérations/associations horticoles seront responsables de la promotion du Code (voir action 6). Tous les trois ans. Etant donné la nouvelle législation européenne sur les EEE en cours de préparation, la première révision du Code est reportée en Toutefois certaines recommandations concernant les espèces de l annexe II pourraient être mises à jour sur le site web durant la première phase de l After LIFE (même si le Code lui-même ne sera pas modifié avant 2016). 6

7 Action 3: Suivi des professionnels de l horticulture engagés dans le Code Le Code de conduite sera toujours opérationnel une fois le projet terminé. Le Code et les outils de communication seront toujours disponibles sur le site web pendant cinq ans. Le système d enregistrement en ligne et la base de données partenaires seront fonctionnels pour collecter de nouvelles inscriptions. Les outils de communication seront également disponibles auprès des fédérations horticoles qui joueront un rôle de point de distribution et de point de contact pour répondre à d éventuelles questions de la part des professionnels. Les fédérations seront mentionnées comme point de contact sur le site web AlterIAS. Les fédérations/associations horticoles (FWH, AVBS, UVCW, VVOG, ABAJP-BVTL, BFG-FBEP, BTV-ABJ et le Jardin Botanique National) et PCS pour la Flandre. Toute l année. Action 4: Maintenance du site internet Le site web AlterIAS (www.alterias.be) est un outil de communication central contenant des informations sur les plantes invasives accessibles en trois langues (FR, NL et EN). Le site internet sera maintenu en ligne durant cinq ans. Le contenu du site sera mis à jour une fois que le Code de conduite sera revu (voir action 2). La maintenance sera prise en charge par les administrations régionales (SPW, ANB). Il y aura deux personnes de contact (une en Wallonie et une en Flandre) qui travailleront en collaboration. Le SPF finance l hébergement du site web pour les cinq années du Plan After LIFE. Tous les trois ans (à chaque révision du Code). Une première révision est prévue en Action 5: Continuer la collaboration entre les partenaires La collaboration entre les administrations et le secteur horticole continuera une fois le projet terminé. Cette action est complémentaire avec la révision du Code prévue tous les trois ans. Entre-temps un dialogue permanent sera maintenu entre les acteurs, sous la responsabilité des administrations et des fédérations. Un comité d accompagnement After LIFE sera mis en place pour coordonner les actions et évaluer l état d avancemennt du Code. Ce comité se réunira annuellement (en septembre) et rassemblera des représentants du secteur horticole et des administrations en charge de l environnement en Belgique. Les bénéficiaries (ULg, PCS et CTH) pourraient également participer. D autre part les partenaires continueront de collaborer à travers des activités de networking (incl. networking avec le Forum Belge sur les Espèces Invasives). Tous les partenaires (pour les activités de networking) et les administrations régionales (pour le comité). Toute l année pour les activités de networking et une fois par an pour le comité. 7

8 Action 6: Promotion du Code de conduite La promotion du Code est une autre action clé pour continuer de faire fonctionner efficacement cet instrument dans le futur. La publicité et la promotion figurent parmi les critères nécessaires au succès d une approche volontaire. Les organisations horticoles continueront de diffuser de l information sur les plantes invasives et le Code à leurs membres. Différentes actions de communication seront conduites (voir table ci-dessous): articles dans les journaux des fédérations, lettres d information, conférences, évènements horticoles, consultations directes, etc. Les fédérations horticoles (FWH, AVBS, UVCW, VVOG, ABAJP-BVTL, BFG-FBEP, BTV-ABJ et le Jardin Botanique Natinal). Les administrations régionales (SPW, ANB) assureront également la promotion du Code vers les communes. Toute l année Institution Actions de communication FWH Article dans le journal de la FWH (max. 6 art./an), contacts directs avec les professionnels durant des réunions, des meetings ou des évènements. AVBS Au moins 2 articles/an dans Sierteelt & Groenvoorziening Verbondsnieuws (parmi lesquels des témoignages de professionnnels). UVCW Une lettre/an aux communes et/ou un article/an dans la lettre d information de l UVCW, organisation de conférence/journée d information avec des représentants des communes. BTV-AJB Articles dans Tuininfo et dans la lettre d information VVOG BFG-FBEP ABAJP-BVTL National Botanical Garden PGD 3 articles/an dans Groencontact, communication à travers la lettre d information de VVOG GroenMail. Lien vers AlterIAS sur le site internet de VVOG. 3 articles dans Groenondernemer et Entrepreneur Paysagiste, 2 articles via la lettre d information, page web permanente sur le site de BFG-FBEP, contacts directs avec les professionnels. Mailing aux membres, communication sur le site web de l ABAJP, une lettre d information/an, organisation de 2 réunions/an, communication via les réseaux sociaux (en préparartion). Consultations directes, articles dans MUSA (lettre d information) et dans le journal Botanical Garden. Article dans la lettre d information, communication sur le site web du PGD. Action 7: Continuer la sensibilisation avec les étudiants et le grand public Des actions de communication générales vont également continuer pour sensibiliser le grand public et les étudiants. Deux types d actions seront maintenues: (1) des séances d information/formation avec les étudiants et (2) des visites du jardin didactique avec les plantes alternatives durant des évènements horticoles (voir table ci-dessous). De plus les administrations continueront de communiquer sur les espèces invasives une fois le projet terminé. Les administrations possèdent des départements avec des fonctionnaires en charge de la problématique des espèces invasives. Les bénéficiaires (ULg, CTH et PCS). Toute l année. Institution ULg CTH PCS Actions de communication 5 cours/an en biologie des invasions (10 heures/an ; 125 étudiants touchés) 2 à 3 visites guidées/an du jardin alternatif avec les plantes alternatives 2 évènements/an au CTH (en mai et en septembre; 2000 visiteurs/évènement) 3 évènements/an au PCS; 2 articles/an 2 visites guidées/an du jardin alternatif avec les plantes alternatives 8

9 Action 8: Monitoring/suivi du Code En complément de l évaluation annuelle du Code par le comité After LIFE (voir action 5), un suivi final sera mis en place en 2018 pour évaluer l efficacité de cet instrument volontaire sur le long terme. Différentes méthodes d évaluation peuvent être utilisées (suivi de la base de données partenaires, enquêtes, visites auprès des professionnels, etc.). La méthode la plus appropriée sera définie par le comité d accompagnement After LIFE. Les administrations régionales (SPW et ANB). Un suivi final est prévu en 2018 à la fin du Plan After LIFE. PUBLIC CIBLÉ PAR LE PLAN DE COMMUNICATION AFTER LIFE Actions Professionnels de Jardiniers - Etudiants l horticulture grand public Réimpression/diffusion des outils de communication X X X Révision du Code X Suivi des professionnels de l horticulture X Maintenance du site internet X X X Collaboration entre les partenaires X Promotion du Code X Sensibilisation des étudiants et du public X X Suivi du Code X BUDGET ESTIMÉ POUR LA PÉRIODE AFTER LIFE [ ] Actions Coût (en ) Réimpression des outils de communication - Dépliant du Code de conduite (15000 copies) Brochure sur les plantes alternatives (10000 copies) Dépliant sur les plantes aquatiques invasives (15000 copies) Poster du Code de conduite (1000 copies) 340 Révision du Code de conduite 4655 Site internet - Maintenance du site web et des base de données Modification/amélioration mineure de la structure site internet Hébergement 300 Collaboration entre les partenaires (réunion annuelle) 1550 TOTAL Le budget pourrait être revu durant la période transitoire [ ]. 9

10 IDENTITÉ DU PROJET DONNÉES DU PROJET Localisation Code Belgique LIFE08 INF/B/ Date début de projet 01/01/2010 Date fin de projet 31/12/2013 Durée 4 ans Budget total Site internet BÉNÉFICIAIRES DU PROJET ET CO-FINANCEURS Coordinateur Unité Biodiversité & Paysage Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech (ULg GxABT) Partenaires Proefcentrum voor Sierteelt (PCS) Centre Technique Horticole (CTH) Service Public Fédéral - Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement (SPF SPSCAE DG Env) Co-financeurs Commission Européenne (EC) Service Public de Wallonie (SPW) Agentschap voor Natuur en Bos (ANB) Bruxelles Environnement Leefmilieu Brussel (IBGE-BIM) Le projet AlterIAS [ ] était soutenu et co-financé par le programme LIFE+ de la Commission Européenne et par les administrations régionales et fédérale en charge de l environnement en Belgique. 10

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES

LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES Colloque sur les achats publics durables 18 novembre 2014 LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS

Plus en détail

Rapport d activité association SPNE 2012 et actions à venir 2013

Rapport d activité association SPNE 2012 et actions à venir 2013 Rapport d activité association SPNE 2012 et actions à venir 2013 Jeudi 4 avril 2013 Ordre du jour I. Animations réalisées en 2012 II. Valorisation et protection du patrimoine naturel 2012 III. Sorties

Plus en détail

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1)

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) Campagne de publicité - Activité 2.2: Encourager davantage d'ong et le secteur

Plus en détail

1 \ Introduction. 2 \ Lectorat. Comptabilité 10% Administration 9% CEO/COO 35% Responsables ressources humaines 11% Responsables Fleet 21% Achat 14%

1 \ Introduction. 2 \ Lectorat. Comptabilité 10% Administration 9% CEO/COO 35% Responsables ressources humaines 11% Responsables Fleet 21% Achat 14% 1 \ Introduction Fleet & Business est la plateforme de communication de référence pour la diffusion d informations professionnelles sur la gestion de flotte et les formules de mobilité au sein des petites,

Plus en détail

Bâtiment et biodiversité

Bâtiment et biodiversité Contribution au GROUPE DE TRAVAIL PLAN BATIMENT DURABLE Bâtiment et biodiversité ELAN Structure : Nom, prénom : LEMOINE, Olivier (suppléante COUZENS, Rebecca) Coordonnées : o.lemoine@elan-france.com, 06

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

LILLE METROPOLE : «Minidéchets»

LILLE METROPOLE : «Minidéchets» LILLE METROPOLE : «Minidéchets» Le programme transfrontalier franco-belge «minidéchets» s inscrit dans le cadre du programme européen INTERREG III. Il a démarré en octobre 00 et s étend sur 5 ans (00-007.

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES HUITIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Nairobi, 0-5 novembre 005 Point 5 (b) de l ordre du jour Distr. GENERAL PNUE/CMS/Conf. 8.13/Rev.1 19 octobre 005 FRANÇAIS

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Attentes des jardiniers urbains :

Attentes des jardiniers urbains : Attentes des jardiniers urbains : Quels végétaux? Quelles prestations? Enquête réalisée par TNS Sofres pour VAL HOR à l occasion de Jardins Jardin - mai 2014 Sommaire 1 Méthodologie 3 2 Les jardiniers

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

2015 Jogging réservé aux femmes,

2015 Jogging réservé aux femmes, Womanrace 2015 Jogging réservé aux femmes, au béné ce d actions positives contre les cancers féminins. 10 étapes 8000 femmes Historique - Organisateurs - Expérience 3 Présentation 4 Actions 6 Villes 7

Plus en détail

The ICT Forum you need. 1 er octobre 2013. @ Aula Magna Louvain-la-Neuve DOSSIER PARTENAIRES. www.digiwal.eu

The ICT Forum you need. 1 er octobre 2013. @ Aula Magna Louvain-la-Neuve DOSSIER PARTENAIRES. www.digiwal.eu 1 er octobre 2013 @ Aula Magna Louvain-la-Neuve DOSSIER PARTENAIRES www.digiwal.eu by DIGIWAL VOUS OFFRE EN UN SEUL LIEU UN CONCENTRÉ D OPPORTUNITÉS D AFFAIRES ET DE VISIBILITÉ SANS ÉQUIVALENT UNE VISION

Plus en détail

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Chaque partenaire relais d une agence de l eau est invité à compléter cette fiche d évaluation à l issue des manifestations (réunions, expositions,

Plus en détail

Formulaire de demande d une phytolicence

Formulaire de demande d une phytolicence Formulaire de demande d une phytolicence Veuillez compléter toutes les données en MAJUSCULES et joindre à ce formulaire tous les documents demandés avant de l envoyer. Les demandes reçues électroniquement

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION 1 er octobre 2013 @ Aula Magna Louvain-la-Neuve DOSSIER DE PARTICIPATION www.digiwal.eu by DIGIWAL VOUS OFFRE EN UN SEUL LIEU UN CONCENTRÉ D OPPORTUNITÉS D AFFAIRES ET DE VISIBILITÉ SANS ÉQUIVALENT UNE

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable «Le développement durable, c est un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.» - Rapport Brundtland - 1987

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

Mise en place d un réseau d Arboretums pour une valorisation coordonnée des ressources ligneuses ex situ

Mise en place d un réseau d Arboretums pour une valorisation coordonnée des ressources ligneuses ex situ ENGREF. Mise en place d un réseau d Arboretums pour une valorisation coordonnée des ressources ligneuses ex situ Stéphanie BRACHET Chargée des missions scientifiques ENGREF - Arboretum national des Barres

Plus en détail

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Patrimoine vert bordelais et politique de développement et de gestion Ecologie : grands principes et applications

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012 STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE Août 2012 Projet sectoriel Cadre réglementaire et orientations politiques Etat des lieux Amélioration de la connaissance Préservation de Valorisation de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Marchés publics en ligne : simplifier la vie des entreprises et des administrations. Août 2014

DOSSIER DE PRESSE. Marchés publics en ligne : simplifier la vie des entreprises et des administrations. Août 2014 DOSSIER DE PRESSE Marchés publics en ligne : simplifier la vie des entreprises et des administrations Août 2014 SPF Personnel et Organisation Service e-procurement Rue de la Loi 51 1040 Bruxelles Waldo

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ

AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ ADVIES OVER HET ONTWERP VAN KONINKLIJK BESLUIT HOUDENDE DE FACTURATIE VAN ELEKTRICITEIT EN GAS BRUXELLES

Plus en détail

Avis d Appel d Offres Ouvert : Campagne Publicitaire pour l American English Language Program

Avis d Appel d Offres Ouvert : Campagne Publicitaire pour l American English Language Program Introduction : l Ambassade des Etats Unis au Niger est heureuse d annoncer l ouverture d un appel d offres ouvert pour une campagne publicitaire pour son programme d anglais qui vient juste d être transféré

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Étude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne PHASE 4. Préconisation Axes de développement & Actions

Étude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne PHASE 4. Préconisation Axes de développement & Actions Étude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne PHASE 4 Préconisation Axes de développement & Actions 1 Conseil, recherche, conception, rédaction, synthèse, réalisation et suivi de l étude : Véronique Charpenet-Bouchard

Plus en détail

Statuts. Association Coeur de Forêt. Association loi 1901

Statuts. Association Coeur de Forêt. Association loi 1901 Statuts Association Coeur de Forêt Association loi 1901 Mise à jour au 20/11/2013 Sommaire TITRE 1 : DENOMINATION OBJET SIEGE SOCIAL - DUREE... 3 Article 1 Constitution et Dénomination... 3 Article 2 Objet...

Plus en détail

Valorisation des Produits Stratégie de Marque. SICA Marché aux fleurs d Hyères

Valorisation des Produits Stratégie de Marque. SICA Marché aux fleurs d Hyères Valorisation des Produits Stratégie de Marque SICA Marché aux fleurs d Hyères La Marque HORTISUD : Historique et état des lieux 10 ans : une Offre de Qualité mais: * Hétérogène * Non standardisée Création

Plus en détail

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 Par la présente charte, le collectif Alternatiba Dijon définit les objectifs et les modalités d organisation d un «village des alternatives» à Dijon, pour prendre part à la

Plus en détail

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Connaissance et gestion des zones humides : Lagunes et marais Formation ATEN / Pôle lagunes

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

EUROPE-INTERNATIONAL. Isabelle Compagnie Chef du Service International Union des Villes et Communes de Wallonie

EUROPE-INTERNATIONAL. Isabelle Compagnie Chef du Service International Union des Villes et Communes de Wallonie Les communes sur la scène européenne Après vous avoir présenté le programme citoyen "L Europe pour les citoyens" dans le Mouvement communal de mai 2007, nous vous présentons, ci-dessous, l ensemble des

Plus en détail

2013 Monitoring Report

2013 Monitoring Report 2013 Monitoring Report Executive summary Monitoring 2013 TV advertsing Sites Internet Ecoles primaires Conclusion 2013 Monitoring Report Executive summary & Key findings I Attitude publicitaire et marketing

Plus en détail

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE Le cadre de planification proposé par l unité de concertation «Seniors actifs 1» comprend : - six objectifs spécifiques à atteindre endéans les cinq ans ; - une série d objectifs intermédiaires, à initier

Plus en détail

Présentation du SINP. DGALN/DEB/PEM4 mai 2014

Présentation du SINP. DGALN/DEB/PEM4 mai 2014 Présentation du SINP DGALN/DEB/PEM4 mai 2014 1 Sommaire Présentation du SINP, finalités et organisation Les points-clefs du nouveau protocole Les outils du SINP Les réalisations du SINP 2 Finalité du SINP

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts»

Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts» Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts» Secteur Construction Ir. Aymé ARGELES Conseiller CCW Historiques des réglementations «énergie» en Belgique 1985 (1/5) : Région wallonne:

Plus en détail

SANDRINE. La prévention des problèmes de santé liés à la pollution intérieure des habitations. Projet européen

SANDRINE. La prévention des problèmes de santé liés à la pollution intérieure des habitations. Projet européen SANDRINE La prévention des problèmes de santé liés à la pollution intérieure des habitations Projet européen SANDRINE Projet à l initiative de : Inter-Environnement Wallonie & Société Scientifique de Médecine

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Combien de cell-packs ai-je vendus au printemps dernier et quel a été mon prix moyen? À qui ai-je vendu des poinsettias roses et combien chacun de

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

STATUTS. www.solidar.ch

STATUTS. www.solidar.ch STATUTS www.solidar.ch I. Nom, siège et but Article 1 Solidar Suisse / Œuvre suisse d entraide ouvrière OSEO Solidar Suisse / Schweizerisches Arbeiterhilfswerk SAH ci-après Solidar Suisse, est une association

Plus en détail

Etude nationale sur l audition Résultats

Etude nationale sur l audition Résultats Etude nationale sur l audition Résultats 18 février 2013 Partenaires de l étude: Contenu Résumé Introduction Objectif Méthodologie de l étude Raisons pour lesquelles aucun appareil auditif n a été porté

Plus en détail

LA FORMATION EN ALTERNANCE. Une autre façon d apprendre un métier et de réussir

LA FORMATION EN ALTERNANCE. Une autre façon d apprendre un métier et de réussir LA FORMATION EN ALTERNANCE Une autre façon d apprendre un métier et de réussir Dominique Parys Chargée de mission DGEO -Direction Relations Ecoles Monde du Travail dominique.parys@cfwb.be 02/690.83.61

Plus en détail

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé Partie générale : bio, reconnaissable et contrôlé. L objectif de la partie générale de la brochure est de clarifier ce qu est exactement

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Cap2020 Déjeuner des décideurs 11 octobre 2013. Enseignements suite à la construction d un bâtiment passif

Cap2020 Déjeuner des décideurs 11 octobre 2013. Enseignements suite à la construction d un bâtiment passif Cap2020 Déjeuner des décideurs 11 octobre 2013 Enseignements suite à la construction d un bâtiment passif Le rôle de l architecte Par Alain Stevens, Chef de Service en maîtrise d ouvrage et construction

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Journée des nouveaux arrivants : Rôle de l'aten. 29 septembre La Défense

Journée des nouveaux arrivants : Rôle de l'aten. 29 septembre La Défense Journée des nouveaux arrivants : Rôle de l'aten 29 septembre La Défense Un réseau technique de gestionnaires d espaces naturels L'Aten créé en 1997 et reconduit en 2010 (avec de nouveaux membres) pour

Plus en détail

L assurance de la FFE et de ses pratiquants. Présentation du 20 septembre 2014

L assurance de la FFE et de ses pratiquants. Présentation du 20 septembre 2014 L assurance de la FFE et de ses pratiquants Présentation du 20 septembre 2014 1 Vos interlocuteurs Courtier gestionnaire: Aiac courtage Assureur: La Sauvegarde GMF 2 Deux idées fortes : Se protéger Les

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Séminaire de la Formation. 9 au 11 Juillet 2014

Séminaire de la Formation. 9 au 11 Juillet 2014 Séminaire de la Formation 9 au 11 Juillet 2014 LA RECONNAISSANCE DES ENSEIGNANTS AU SEIN DE LA FEDERATION Projet secteur formation - mai 2014 Dans un souci de valoriser le métier d enseignant de judo,

Plus en détail

SCOT et biodiversité en Midi-Pyr Présentation des Guides méthodologiques m prise en compte de la trame verte et bleue dans les SCoT et les PLU/PLUi

SCOT et biodiversité en Midi-Pyr Présentation des Guides méthodologiques m prise en compte de la trame verte et bleue dans les SCoT et les PLU/PLUi SCOT et biodiversité en Midi-Pyr Pyrénées. Présentation des Guides méthodologiques m de prise en compte de la trame verte et bleue dans les SCoT et les PLU/PLUi 1ère JOURNEE TECHNIQUE «SCoT ET BIODIVERSITE»

Plus en détail

l eworkspace de la sécurité sociale

l eworkspace de la sécurité sociale l eworkspace de la sécurité sociale Qu est-ce que l eworkspace? L eworkspace est un espace de travail électronique destiné à la collaboration entre les institutions de sécurité sociale. Il permet de partager

Plus en détail

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe)

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Première partie : estimation économique 1. Genre Date: / / Masculin (s) Féminin(s)...... Prière d indiquer le nombre de personnes

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS, pour qui? 4000 entreprises en région appartenant à 8 filières et représentant 25 000 emplois 420 Chercheurs et techniciens 250 Adhérents 2500

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Newsletter 01. www.formationtitresservices.be

Newsletter 01. www.formationtitresservices.be Newsletter 01 www.formationtitresservices.be Avant-propos Cher lecteur, Le secteur des titres-services est toujours en pleine croissance. Avez-vous déjà parcouru l étude IDEA commandée par les autorités

Plus en détail

C est un outil important pour : - mener une politique de communication cohérente, - et fixer des priorités.

C est un outil important pour : - mener une politique de communication cohérente, - et fixer des priorités. Élaborer un plan de communication stratégique pour une organisation publique - Guide pour les communicateurs fédéraux - COMM Collection - N 19 Bruxelles, juin 2010 Cette démarche suppose une analyse approfondie

Plus en détail

Projet de pêche durable des petits pélagiques en Afrique Nord Ouest

Projet de pêche durable des petits pélagiques en Afrique Nord Ouest Projet de pêche durable des petits pélagiques en Afrique Nord Ouest Séminaire sur les mécanismes de gestion concertée Dakar, 15 17 avril 2009 Pays Bas H. El Ayoubi, CSRP/Wageningen Données de base Zone

Plus en détail

INFORMATIQUE SYSTÈMES D EXPLOITATION TRAITEMENTS DE TEXTE LES BASES DE WINDOWS (COURS 820 - MODULE 2 ECDL)

INFORMATIQUE SYSTÈMES D EXPLOITATION TRAITEMENTS DE TEXTE LES BASES DE WINDOWS (COURS 820 - MODULE 2 ECDL) INFORMATIQUE SYSTÈMES D EXPLOITATION LES BASES DE WINDOWS (COURS 820 - MODULE 2 ECDL) Ce cours, composé de 7 séries, permet de posséder les aptitudes et les connaissances nécessaires pour l utilisation

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

Mundo-Namur. Centre de bureaux pour associations et PME à Namur. Un lieu de travail dynamique dans votre région!

Mundo-Namur. Centre de bureaux pour associations et PME à Namur. Un lieu de travail dynamique dans votre région! Mundo-Namur Centre de bureaux pour associations et PME à Namur Un lieu de travail dynamique dans votre région! Mundo Namur : espaces de travail dans un cadre durable! Mundo Namur rassemble sous un même

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien.

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien. Mesdames et Messieurs, Le P total) afin de relever le défi de la compétitivité et de faire émerger un nouveau modèle de croissance, en finançant des projets innovants et exemplaires, rigoureusement sélectionnés.

Plus en détail

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 PROJET SENIOR COMPETENCE Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 3. ACTIONS ET CALENDRIER DU PROJET...5 3.1. ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC (1 ER

Plus en détail

ÉCOLOGIE, ENVIRONNEMENT

ÉCOLOGIE, ENVIRONNEMENT STATISTIQUES ÉCOLOGIE, ENVIRONNEMENT REPERTOIRE D EMPLOIS Sur les 78 diplômés entrant dans le champ d enquête (de nationalité française et en formation initiale), 66 ont répondu au questionnaire soit un

Plus en détail

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence La Déclaration de Rio et les textes européens et français encouragent les collectivités territoriales à adopter des plans d actions en faveur

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

La directive INSPIRE en Wallonie: le géoportail et l infrastructure de diffusion des géodonnées en Région wallonne (InfraSIG(

La directive INSPIRE en Wallonie: le géoportail et l infrastructure de diffusion des géodonnées en Région wallonne (InfraSIG( La directive INSPIRE en Wallonie: le géoportail et l infrastructure de diffusion des géodonnées en Région wallonne (InfraSIG( InfraSIG) Jean-Pierre KINNAERT Directeur Département de la géomatique Service

Plus en détail

Soirée d'info au Centre Culturel Elzenhof 20/05/2014. «Créer un potager collectif en Région bruxelloise : Comment se lancer?»

Soirée d'info au Centre Culturel Elzenhof 20/05/2014. «Créer un potager collectif en Région bruxelloise : Comment se lancer?» Soirée d'info au Centre Culturel Elzenhof 20/05/2014 «Créer un potager collectif en Région bruxelloise : Comment se lancer?» Un jardin potager collectif, ça peut être quoi? un lieu de production alimentaire,

Plus en détail

Gouvernement Wallon. Séance du 13 septembre 2012. Ordre du jour

Gouvernement Wallon. Séance du 13 septembre 2012. Ordre du jour Gouvernement Wallon Séance du 13 septembre 2012 Ordre du jour 1. Plan Marshall 2.vert. Rapport synthétique de suivi et principaux indicateurs. 2. Plan Marshall 2.vert. Axe II : un succès à amplifier :

Plus en détail

Wallonia Export-Invest Fair

Wallonia Export-Invest Fair 5 et 6 décembre Palais des congrès - Liège Wallonia Export-Invest Fair 1 re édition du Salon du commerce international www.wallonia-export-invest-fair.be En 2 jours, disposez d opportunités ciblées et

Plus en détail

Présentation du Programme INTERREG V A France-Suisse 2014-2020 1 er juillet 2014

Présentation du Programme INTERREG V A France-Suisse 2014-2020 1 er juillet 2014 1 Présentation du Programme INTERREG V A France-Suisse 2014-2020 1 er juillet 2014 Partie 1 Le programme INTERREG V France-Suisse 2014-2020 2 3 Carte du territoire INTERREG France-Suisse 2014-2020 Gouvernance

Plus en détail

Présentation Septembre 2015

Présentation Septembre 2015 Présentation Septembre 2015 Qui sommes-nous? Créé en 2007, le DynsClub est une Association Loi 1901 rassemblant les sociétés utilisatrices d une solution Microsoft Dynamics Par son action le DynsClub fédère

Plus en détail

TÉLÉMARKETING. La difficulté est de trouver un juste équilibre entre le droit d informer (du vendeur), le droit

TÉLÉMARKETING. La difficulté est de trouver un juste équilibre entre le droit d informer (du vendeur), le droit Big Brother est partout! Bon nombre d institutions, de personnes et d organisations ne sont pas très regardantes quant à la viee privée des citoyens. De Liga voor Mensenrechten et La Ligue des droits de

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Être présent sur Passion Bassin...

Être présent sur Passion Bassin... Association Passion Bassin (LOI 1901 - N W421-000136) Le FAUX 42111 Saint-Didier-sur-Rochefort Tél : 06 10 67 78 07 www.passionbassin.com contact@passionbassin.com Être présent sur Passion Bassin... Depuis

Plus en détail

Tout savoir sur Mr.Goodfish

Tout savoir sur Mr.Goodfish Tout savoir sur Mr.Goodfish 1 BIENVENUE DANS LE PROGRAMME MR.GOODFISH Par votre adhésion au programme Mr.Goodfish, vous faites un geste important pour une consommation durable des produits de la Mer. Soyez

Plus en détail

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE Les plates-formes de santé mentale AR de 1990 : création des associations de PF OBJECTIF > organiser la concertation en matière

Plus en détail