After LIFE. Plan de Communication. LIFE + Information & Communication Projet AlterIAS. ALTERnatives to Invasive Alien Species

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "After LIFE. Plan de Communication. LIFE + Information & Communication Projet AlterIAS. ALTERnatives to Invasive Alien Species 2014-2018"

Transcription

1 LIFE + Information & Communication Projet AlterIAS ALTERnatives to Invasive Alien Species Plan de Communication After LIFE Disséminer l information dans le futur... LIFE08 INF/B/ Décembre

2 INTRODUCTION Dans toute problématique liée à la conservation de la biodiversité, les changements d attitude sont des processus qui s inscrivent sur le long terme. Le projet AlterIAS et le Code de conduite belge sur les plantes exotiques envahissantes doivent être considérés comme une première étape d une demarche de sensibilisation progressive qui continuera dans l avenir. Un Plan de Communication After LIFE est par conséquent nécessaire pour continuer la diffusion de l information et pérenniser les actions développées durant le projet. Ce Plan After LIFE sera subdivisé en deux parties: 1. Présentation concise AlterIAS et de la thématique des plantes invasives, avec un focus les résultats, les activités et leurs impacts sur le public cible. La transférabilité de certaines approches sera mise en évidence. 2. Présentation de la stratégie pour continuer la communication vers/avec le public cible durant les prochaines années. Ce Plan After LIFE est prévu pour une période de cinq ans [ ]. L objectif de ce Plan After LIFE pourrait s exprimer à travers les scénarios illustrés cidessous. Un Plan efficace devrait garantir une augmentation de l utilité grâce à (1) un soutien en resources humaines ou financières et (2) une forte collaboration entre les partenaires (scenario A). A l inverse, l utilité diminuera si aucune action ne continue et si aucun Plan After LIFE n est mis en oeuvre (scenario B). A B Scénario avec Plan After LIFE Financement Scénario sans Plan After LIFE Financement Utilité Utilité Soutien en ressources financières/humaines Fin Début Période après-projet Début Fin Période après-projet Scénarios projetés pour la période After LIFE LE PROJET ALTERIAS CONTEXTE: LE BESOIN DE COMMUNIQUER SUR LES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES D après la définition scientifique, les plantes invasives sont des espèces exotiques introduites par l homme en dehors de leur aire de distribution naturelle. Elles s installent dans les habitats naturels, se répandent et entrent en compétition avec la flore et la faune indigène. En Europe et partout dans le monde, la dispersion des plantes invasives est considérée comme un des défis écologiques majeurs du 21ème siècle, générant des pertes de biodiversité, une dégradation des écosystèmes et parfois des problèmes de santé publique, avec des conséquences économiques importantes pour la société. Beaucoup de plantes invasives sont des plantes ornementales cultivées pour des usages horticoles. Les introductions volontaires sont les points de départ des invasions: une fois plantées, ces espèces peuvent s échapper des parcs, des jardins, des pépinières ou des jardins botaniques, coloniser les milieux naturels et se disperser dans le paysage. Mais la plupart demeurent méconnues en dehors du milieu scientifique. Bien souvent, elles sont utilisées sans savoir les dommages environnementaux qu elles peuvent causer dans certains milieux. Pour prévenir les invasions dans la nature, il est par conséquent nécessaire d informer les professionnels de l horticulture et les particuliers amateurs de jardinage sur les risques que représentent ces espèces. 2

3 DU PROJET AlterIAS [ALTERnatives to Invasive Alien Species] était un projet de communication consacré aux plantes invasives et à la prévention dans le secteur horticole en Belgique. Le projet visait à mettre en place des actions de sensibilisation et des mesures préventives afin de réduire les introductions de ces plantes dans les parcs, les jardins, les pépinières. Pour atteindre ce but, de nombreuses actions de communication et outils de communications ont été développés. Un Code de Conduite volontaire sur les plantes invasives a également été développé en concertation avec le secteur de l horticulture ornementale. La communication et la sensibilisation font partie intégrante de la prévention qui est une des options les plus effectives pour limiter la dispersion des espèces exotiques envahissantes (EEE). Les actions préventives et les approches volontaires sont recommandées par la nouvelle législation européenne sur les EEE en cours de préparation. Le projet AlterIAS s inscrit donc pleinement dans la stratégie européenne sur les EEE. PUBLIC CIBLE Le projet ciblait les acteurs de la filière ornementale, du producteur consommateurs. Cela comprenait trois groupes cibles bien distincts: aux Les professionnels de l horticulture membres des fédérations ou des associations horticoles: pépiniéristes (producteurs, vendeurs), entrepreneurs de jardins, architectes paysagistes, gestionnaires publics d espaces verts, gestionnaires des jardins botaniques. Les particuliers amateurs de jardinage (le grand public). Les professeurs et les étudiants en horticulture. UN PROJET, TROIS OBJECTIFS Le projet AlterIAS project avait trois objectifs spécifiques: Sensibiliser les professionnels de l horticulture, les jardiniers amateurs et les étudiants en horticulture sur les risques que représentent les plantes invasives. Collaborer avec les acteurs du secteur ornemental pour identifier des alternatives et des bonnes pratiques en matière de prévention. Guider/encourager ces mêmes acteurs à adopter ces mesures à travers une démarche d auto-régulation (i.e. un Code de conduite volontaire). ET TROIS CAMPAGNES Le projet AlterIAS était organisé en trois campagnes de communication: Campagne 1 ("La prévention commence dans nos jardins"): durant la première moitié, une campagne d information générale a été conduite. Les thèmes suivants étaient développés: définition d une plante invasive, impacts, situation en Belgique et en Europe, vecteurs d introduction, lien avec l horticulture, solution à envisager. Campagne 2 ("Plantons autrement"): pendant la deuxième moitié, une campagne était dédiée à la préparation et à la promotion d un Code de conduite volontaire sur les plantes invasives. Campagne 3 ("Les plantes invasives à l école"): parallèlement à la deuxième campagne, une campagne de sensibilisation était réalisée dans le secteur de l enseignement horticole afin d enseigner les concepts clés de l écologie des invasions et des plantes invasives aux futurs professionnels de l horticulture. 3

4 ACTIVITÉS ET IMPACTS SUR LE PUBLIC CIBLE Actions de communication 46 articles publiés dans la presse locale ou régionale ciblant le grand public. Le nombre total de copies diffusées a été estimé à , ce qui donne une indication du nombre de lecteurs touchés ou potentiellement touchés. 31 articles publiés dans les magazines d horticulture ou de jardinage, diffusés en copies. Ces articles ciblaient les professionnels de l horticulture et les particuliers amateurs de jardinage. 40 articles publiés dans les journaux des fédérations horticoles, pour un nombre total de copies diffusées aux professionnels affiliés. 70 évènements horticoles visités par visiteurs. Un stand d information était tenu et les matériaux de communication (dépliants, brochures, posters, etc.) étaient diffusés aux jardiniers amateurs et au grand public. 92 séances d information et/ou conférences ont été organisées/animées par l équipe AlterIAS, rassemblant un nombre total de 3700 participants. 11 reportages TV et 10 reportages radio ciblant le grand public. L audience a été estimée à un minimum de téléspectateurs et auditeurs. La campagne dans les écoles a principalement consisté en séances d information organisées dans les classes avec les étudiants. Un total de 71 séances ont été conduites dans 41 institutions différentes (écoles et universités) étudiants et professeurs ont participé. Huit séances de formation ont également été organisées auprès de 96 professeurs et/ou adultes. Un total de personnes ont été touchées ou potentiellement touchées par ces actions. Outils de communication Différents matériaux de communication ont été produits. Ils sont tous disponibles en français et en néerlandais. Certains ont été traduits en anglais et en allemand. Le dépliant AlterIAS (75000 copies) et réimpression d un dépliant sur les plantes aquatiques invasives (15000 copies). Le Code de conduite (CdC) sur les plantes invasives en Belgique, une charte volontaire pour limiter la dispersion des plantes invasives. Le dépliant du CdC (65000 copies), le poster (1000 copies) et le logo du CdC distribués aux professionnels ayant adopté le Code. Une brochure sur les plantes alternative (40000 copies), avec un marquepage sur le CdC et la liste de consensus (voir cadre page 5). Un site web (www.alterias.be) disponible en trois langues (FR, NL et EN) et visité par plus de visiteurs. 5 newsletters diffusées à plus de 1000 adhérents. Un film documentaire de 45 minutes (500 copies) distribué aux professeurs. De nombreuses présentations Power Point utilisées durant les conférences. Un stand d information avec des posters pour les évènements horticoles. 4

5 RÉSULTATS ET EFFET DE LA COMMUNICATION Les effets des campagnes de communication ont été estimés à travers des enquêtes socio-économiques. Une enquête a été realisée au début (en 2010), puis répétée en 2013 avec des questions similaires. Les changements d attitude du public cible ont été quantifiés en comparant les réponses formulées. Les principaux résultats sont les suivants: Enquête initiale (2010) La communication a augmenté le niveau de connaissance des plantes invasives: en 2013, une plus grande proportion de professionnels de l horticulture possède une connaissance correcte du concept de plante invasive. Par contre, peu de changements ont été observés pour les particuliers. Le projet a concentré ses efforts sur les professionnels pour sensibiliser avant tout le sommet de la chaîne de distribution. Seule une petite proportion de consommateurs a par conséquent été atteinte par les campagnes de sensibilisation. Les professionnels de l horticulture sont davantage conscients des impacts écologiques des plantes invasives: en définissant les plantes invasives, la proportion de répondants ayant cité les impacts négatifs sur la biodiversité a augmenté de 17%. Les résultats ont également démontré une meilleure connaissance de la liste des plantes invasives en Belgique: le nombre d exemples cités a sensiblement augmenté (28 espèces citées en 2013, contre 17 en 2010). La disponibilité de l information a également augmenté de 30%: en 2013, 88% des professionnels ont reçu une information sur les plantes invasives (contre 59% en 2010). De plus le besoin en information a été comblé: en 2013 la plupart des professionnels (64%) se sentaient assez informé à propos des plantes invasives (contre seulement 34% en 2010). Enquête finale (2013) Ces résultats suggèrent que la communication est efficace pour sensibiliser des groupes cibles bien définis, ce qui était le cas pour les professionnels de l horticulture regroupés en fédérations. Les efforts doivent être poursuivis pour les particuliers. Etant donné la masse considerable de personnes à toucher, une campagne de communication spécifique est nécessaire pour atteindre ce groupe cible à une échelle nationale. Une telle campagne nécessite des moyens de communication plus adaptés. Le Code de conduite belge sur les plantes invasives: une approche innovante et transférable Ce Code a été développé en concertation avec des représentants des fédérations horticoles, des administrations et du milieu scientifique. C est la première fois qu un tel instrument volontaire est mis en place en Belgique. Les lignes directrices du Code ont été définies à travers une approche consultative organisée en tables rondes. Ce processus de consultation fut un succès: le Code a été approuvé à l unanimité après 9 mois de négociation. Le Code propose cinq bonnes pratiques pour réduire les introductions de plantes invasives dans les parcs, les jardins, les pépinières. Une mesure clé concerne la restriction d usage (arrêt des ventes et/ou des plantations) de 28 plantes invasives (i.e. la liste de consensus). Cet outil d auto-régulation a été lancé en septembre Après deux années de promotion, plus de 1000 partenaires ont adopté la charte. Le Code est signé en ligne sur Les partenaires signataires sont enregistrés dans une base de données couplée avec une interface google map. En décembre 2013, les partenaires comprenaient 494 professionnels de l horticulture, 476 particuliers amateurs de jardinage et 52 organisations. Parmi les professionnels, on dénombre : 242 pépinières et jardineries (incl. tous les points de vente) 28 architectes paysagistes 52 entrepreneurs de jardins 150 services publics (communes et provinces) 6 jardins botaniques Les taux d adhésion ont été estimés entre 10 et 30% pour des professionnels de l horticulture membres des fédérations, 30% pour les communes, 90% pour les provinces et 21% pour les jardins botaniques. Un tel processus de consultation et de promotion est transférable à d autres pays souhaitant mettre en place un Code de conduite. 5

6 AFTER LIFE ET FUTURES ACTIONS DE COMMUNICATION Ce Plan de Communication After LIFE repose sur quatre actions principales: (1) réimpression et diffusion des outils de communication; (2) révision du Code de conduite sur les plantes invasives; (3) suivi des professionnels de l horticulture engagés dans le Code et (4) maintenance du site internet. Quatre actions supplémentaires (actions 5, 6, 7 and 8) ont été identifiées au cours des discussions avec les administrations (SPF, SPW, ANB, IBGE-BIM), les bénéficiaires (ULg, CTH, PCS) et les fédérations/associations horticoles (FWH, AVBS, UVCW, VVOG, ABAJP- BVTL, BFG-FBEP, BTV-ABJ et le Jardin Botanique National). Le plan est conçu pour une période de cinq années [ ], débutant par une période transitoire [ ] pour tenir compte des perspectives du Code au sein de la nouvelle legislation européenne sur les EEE en cours de préparation. Une action clé de ce plan consiste à assurer la continuité du Code de conduite en Belgique. C est actuellement le seul instrument opérationnel pour auto-réguler à la fois le commerce et la plantation des plantes invasives à l échelle nationale. Action 1 : Réimpression et diffusion des outils de communication Cette action consiste à (1) continuer la réimpression de certains outils de communication (dépliant, brochure, poster) une fois le stock épuisé et (2) assurer leur diffusion vers le public cible. Les versions PDF seront toujours disponibles sur le site web AlterIAS. Certains outils seront réimprimés et transportés vers les organisations partenaires du Code qui seront à leur tour responsable de la diffusion. Elles joureront un role de point de distribution. Si nécessaire, le contenu de certains outils sera mis à jour avant réimpression. Les administrations régionales (SPW, ANB) co-financeront les réimpressions. Les fédérations horticoles, les bénéficiaries et les administrations seront responsables du stockage et de la diffusion. Le plan de dissémination des outils de communication (durant des évènements, des réunions, des conférences, via des envois postaux, etc.) dépendra des moyens et du budget disponibles au sein de chaque institution. Le dépliant et le poster du Code de conduite seront réimprimés durant la période La brochure sur les plantes alternatives et le dépliant sur les plantes aquatiques invasives seront réimprimés à partir de Action 2: Révision du Code de conduite sur les plantes invasives Il est prévu que le Code soit revu tous les trois ans en concertation avec le secteur horticole. Ce processus de révision s intègre dans une perspective à long terme du Code. La révision sera organisée à travers des tables rondes rassemblant un échantillon représentatif du secteur horticole, des représentants des administrations régionales et fédérale en charge de l environnement et des scientifiques spécialisés en biologie des invasions. Les administrations régionales (SPW, ANB) seront responsables de l organisation et de la mise en œuvre du processus de révision et de concertation. Les fédérations/associations horticoles seront responsables de la promotion du Code (voir action 6). Tous les trois ans. Etant donné la nouvelle législation européenne sur les EEE en cours de préparation, la première révision du Code est reportée en Toutefois certaines recommandations concernant les espèces de l annexe II pourraient être mises à jour sur le site web durant la première phase de l After LIFE (même si le Code lui-même ne sera pas modifié avant 2016). 6

7 Action 3: Suivi des professionnels de l horticulture engagés dans le Code Le Code de conduite sera toujours opérationnel une fois le projet terminé. Le Code et les outils de communication seront toujours disponibles sur le site web pendant cinq ans. Le système d enregistrement en ligne et la base de données partenaires seront fonctionnels pour collecter de nouvelles inscriptions. Les outils de communication seront également disponibles auprès des fédérations horticoles qui joueront un rôle de point de distribution et de point de contact pour répondre à d éventuelles questions de la part des professionnels. Les fédérations seront mentionnées comme point de contact sur le site web AlterIAS. Les fédérations/associations horticoles (FWH, AVBS, UVCW, VVOG, ABAJP-BVTL, BFG-FBEP, BTV-ABJ et le Jardin Botanique National) et PCS pour la Flandre. Toute l année. Action 4: Maintenance du site internet Le site web AlterIAS (www.alterias.be) est un outil de communication central contenant des informations sur les plantes invasives accessibles en trois langues (FR, NL et EN). Le site internet sera maintenu en ligne durant cinq ans. Le contenu du site sera mis à jour une fois que le Code de conduite sera revu (voir action 2). La maintenance sera prise en charge par les administrations régionales (SPW, ANB). Il y aura deux personnes de contact (une en Wallonie et une en Flandre) qui travailleront en collaboration. Le SPF finance l hébergement du site web pour les cinq années du Plan After LIFE. Tous les trois ans (à chaque révision du Code). Une première révision est prévue en Action 5: Continuer la collaboration entre les partenaires La collaboration entre les administrations et le secteur horticole continuera une fois le projet terminé. Cette action est complémentaire avec la révision du Code prévue tous les trois ans. Entre-temps un dialogue permanent sera maintenu entre les acteurs, sous la responsabilité des administrations et des fédérations. Un comité d accompagnement After LIFE sera mis en place pour coordonner les actions et évaluer l état d avancemennt du Code. Ce comité se réunira annuellement (en septembre) et rassemblera des représentants du secteur horticole et des administrations en charge de l environnement en Belgique. Les bénéficiaries (ULg, PCS et CTH) pourraient également participer. D autre part les partenaires continueront de collaborer à travers des activités de networking (incl. networking avec le Forum Belge sur les Espèces Invasives). Tous les partenaires (pour les activités de networking) et les administrations régionales (pour le comité). Toute l année pour les activités de networking et une fois par an pour le comité. 7

8 Action 6: Promotion du Code de conduite La promotion du Code est une autre action clé pour continuer de faire fonctionner efficacement cet instrument dans le futur. La publicité et la promotion figurent parmi les critères nécessaires au succès d une approche volontaire. Les organisations horticoles continueront de diffuser de l information sur les plantes invasives et le Code à leurs membres. Différentes actions de communication seront conduites (voir table ci-dessous): articles dans les journaux des fédérations, lettres d information, conférences, évènements horticoles, consultations directes, etc. Les fédérations horticoles (FWH, AVBS, UVCW, VVOG, ABAJP-BVTL, BFG-FBEP, BTV-ABJ et le Jardin Botanique Natinal). Les administrations régionales (SPW, ANB) assureront également la promotion du Code vers les communes. Toute l année Institution Actions de communication FWH Article dans le journal de la FWH (max. 6 art./an), contacts directs avec les professionnels durant des réunions, des meetings ou des évènements. AVBS Au moins 2 articles/an dans Sierteelt & Groenvoorziening Verbondsnieuws (parmi lesquels des témoignages de professionnnels). UVCW Une lettre/an aux communes et/ou un article/an dans la lettre d information de l UVCW, organisation de conférence/journée d information avec des représentants des communes. BTV-AJB Articles dans Tuininfo et dans la lettre d information VVOG BFG-FBEP ABAJP-BVTL National Botanical Garden PGD 3 articles/an dans Groencontact, communication à travers la lettre d information de VVOG GroenMail. Lien vers AlterIAS sur le site internet de VVOG. 3 articles dans Groenondernemer et Entrepreneur Paysagiste, 2 articles via la lettre d information, page web permanente sur le site de BFG-FBEP, contacts directs avec les professionnels. Mailing aux membres, communication sur le site web de l ABAJP, une lettre d information/an, organisation de 2 réunions/an, communication via les réseaux sociaux (en préparartion). Consultations directes, articles dans MUSA (lettre d information) et dans le journal Botanical Garden. Article dans la lettre d information, communication sur le site web du PGD. Action 7: Continuer la sensibilisation avec les étudiants et le grand public Des actions de communication générales vont également continuer pour sensibiliser le grand public et les étudiants. Deux types d actions seront maintenues: (1) des séances d information/formation avec les étudiants et (2) des visites du jardin didactique avec les plantes alternatives durant des évènements horticoles (voir table ci-dessous). De plus les administrations continueront de communiquer sur les espèces invasives une fois le projet terminé. Les administrations possèdent des départements avec des fonctionnaires en charge de la problématique des espèces invasives. Les bénéficiaires (ULg, CTH et PCS). Toute l année. Institution ULg CTH PCS Actions de communication 5 cours/an en biologie des invasions (10 heures/an ; 125 étudiants touchés) 2 à 3 visites guidées/an du jardin alternatif avec les plantes alternatives 2 évènements/an au CTH (en mai et en septembre; 2000 visiteurs/évènement) 3 évènements/an au PCS; 2 articles/an 2 visites guidées/an du jardin alternatif avec les plantes alternatives 8

9 Action 8: Monitoring/suivi du Code En complément de l évaluation annuelle du Code par le comité After LIFE (voir action 5), un suivi final sera mis en place en 2018 pour évaluer l efficacité de cet instrument volontaire sur le long terme. Différentes méthodes d évaluation peuvent être utilisées (suivi de la base de données partenaires, enquêtes, visites auprès des professionnels, etc.). La méthode la plus appropriée sera définie par le comité d accompagnement After LIFE. Les administrations régionales (SPW et ANB). Un suivi final est prévu en 2018 à la fin du Plan After LIFE. PUBLIC CIBLÉ PAR LE PLAN DE COMMUNICATION AFTER LIFE Actions Professionnels de Jardiniers - Etudiants l horticulture grand public Réimpression/diffusion des outils de communication X X X Révision du Code X Suivi des professionnels de l horticulture X Maintenance du site internet X X X Collaboration entre les partenaires X Promotion du Code X Sensibilisation des étudiants et du public X X Suivi du Code X BUDGET ESTIMÉ POUR LA PÉRIODE AFTER LIFE [ ] Actions Coût (en ) Réimpression des outils de communication - Dépliant du Code de conduite (15000 copies) Brochure sur les plantes alternatives (10000 copies) Dépliant sur les plantes aquatiques invasives (15000 copies) Poster du Code de conduite (1000 copies) 340 Révision du Code de conduite 4655 Site internet - Maintenance du site web et des base de données Modification/amélioration mineure de la structure site internet Hébergement 300 Collaboration entre les partenaires (réunion annuelle) 1550 TOTAL Le budget pourrait être revu durant la période transitoire [ ]. 9

10 IDENTITÉ DU PROJET DONNÉES DU PROJET Localisation Code Belgique LIFE08 INF/B/ Date début de projet 01/01/2010 Date fin de projet 31/12/2013 Durée 4 ans Budget total Site internet BÉNÉFICIAIRES DU PROJET ET CO-FINANCEURS Coordinateur Unité Biodiversité & Paysage Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech (ULg GxABT) Partenaires Proefcentrum voor Sierteelt (PCS) Centre Technique Horticole (CTH) Service Public Fédéral - Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement (SPF SPSCAE DG Env) Co-financeurs Commission Européenne (EC) Service Public de Wallonie (SPW) Agentschap voor Natuur en Bos (ANB) Bruxelles Environnement Leefmilieu Brussel (IBGE-BIM) Le projet AlterIAS [ ] était soutenu et co-financé par le programme LIFE+ de la Commission Européenne et par les administrations régionales et fédérale en charge de l environnement en Belgique. 10

LA COMMUNICATION SUR. Bilan & perspectives. Colloque LIFE AlterIAS Gembloux, 25/09/2013

LA COMMUNICATION SUR. Bilan & perspectives. Colloque LIFE AlterIAS Gembloux, 25/09/2013 LA COMMUNICATION SUR LES PLANTES INVASIVES Bilan & perspectives Mathieu Halford Unité Biodiversité & Paysage (Ulg GxABT) Coordinateur du projet AlterIAS Colloque LIFE AlterIAS Gembloux, 25/09/2013 ALTERnatives

Plus en détail

Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes en France métropolitaine

Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes en France métropolitaine Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes en France métropolitaine SOMMAIRE Le Code de Conduite a été rédigé par le Comité de pilotage national interprofessionnel plantes

Plus en détail

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE

PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE Urbanbees PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE LIFE+08 NAT-F-000478 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIFS RESULTATS ATTENDUS PARTENAIRES ET FINANCEURS 3 4 5 6 INFORMATION ET SENSIBILISATION 7 1/ EXPOSITION ITINERANTE 7

Plus en détail

Stratégie de communication LIFE III

Stratégie de communication LIFE III Stratégie de communication LIFE III Table des matières Stratégie de communication LIFE III I. Contexte et enjeux... p. 1 II. Objectifs organisationnels... p. 1 III. Objectifs de communication... p. 2 IV.

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Semaine européenne de la démocratie locale

Semaine européenne de la démocratie locale Semaine européenne de la démocratie locale TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LA SEDL 8 Vos contacts 1 Le contexte général et les objectifs de la SEDL 2 Participer à la SEDL Qui et comment? 7 Les formulaires

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Les plantes invasives (partie 1) : La prévention commence dans nos jardins

Les plantes invasives (partie 1) : La prévention commence dans nos jardins Les plantes invasives (partie 1) : La prévention commence dans nos jardins Depuis plusieurs années, les contrats de rivière luttent contre certaines plantes invasives bien établies le long de nos cours

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1)

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) Campagne de publicité - Activité 2.2: Encourager davantage d'ong et le secteur

Plus en détail

Le rôle des entreprises dans les dynamiques de «ville durable et intelligente» en Belgique

Le rôle des entreprises dans les dynamiques de «ville durable et intelligente» en Belgique Le rôle des entreprises dans les dynamiques de «ville durable et intelligente» en Belgique Auteurs Anne-Marie André & Nathalie Crutzen Smart City Institute HEC-Ecole de Gestion de l Université de Liège

Plus en détail

La Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones de Belgique asbl en collaboration avec la Maison wallonne de la Pêche

La Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones de Belgique asbl en collaboration avec la Maison wallonne de la Pêche La Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones de Belgique asbl en collaboration avec la Maison wallonne de la Pêche Nouveau! Formation à la gestion durable de la pêche et au développement des structures

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne

Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne Coordinateur : Sylvie VARRAY -Fédération des Conservatoires d espaces naturels Avec le soutien de : Séminaire du Centre de

Plus en détail

QUELQUES INDICATEURS DE L ETAT DES LIEUX DES PLUS DE 45 ANS

QUELQUES INDICATEURS DE L ETAT DES LIEUX DES PLUS DE 45 ANS QUELQUES INDICATEURS DE L ETAT DES LIEUX DES PLUS DE 45 ANS 1.Objectif Etat des lieux de la situation des actions déjà entreprises concernant les 45 ans et plus dans l emploi (et hors emploi) définir les

Plus en détail

PRESENTATION DE L OPERATION SENIORS : L ATOUT MAJEUR DES ENTREPRISES

PRESENTATION DE L OPERATION SENIORS : L ATOUT MAJEUR DES ENTREPRISES PRESENTATION DE L OPERATION SENIORS : L ATOUT MAJEUR DES ENTREPRISES DOSSIER DE PRESSE Sommaire 2/4 Communiqué de presse 5 Témoignages AG2R/ Espaces Partagé de Santé Publique 6 Pole Emploi : La demande

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

II. Le e-marketing mix de Eco-Benin

II. Le e-marketing mix de Eco-Benin II. Le e-marketing mix de Eco-Benin 1. La Politique de Communication Après sa création en 1999, l organisation Eco-Benin a consacré ses premières années d existence à développer et aménager des sites et

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Étude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne PHASE 4. Préconisation Axes de développement & Actions

Étude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne PHASE 4. Préconisation Axes de développement & Actions Étude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne PHASE 4 Préconisation Axes de développement & Actions 1 Conseil, recherche, conception, rédaction, synthèse, réalisation et suivi de l étude : Véronique Charpenet-Bouchard

Plus en détail

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale 1

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale 1 Note informative relative à la complémentarité des rapports et plans pauvreté produits régulièrement par les Régions, les Communautés et au niveau interfédéral mars 2009 Les différents rapports sont décrits

Plus en détail

Cahier de charges Biodia

Cahier de charges Biodia Cahier de charges Biodia Produits biologiques locaux et équitables Auteur : Lieve Vercauteren - VREDESEILANDEN Adaptations version 2 : Gert Engelen - Vredeseilanden Cahier de charges Biodia version 2 novembre

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

1. Le changement de système

1. Le changement de système JOURNEE MONDIALE HYGIENE DES MAINS 2014 Auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains dans les établissements de soins et médico-sociaux en région Picardie NOM DE L'ETABLISSEMENT

Plus en détail

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques DEMARCHE QUALITE Référentiel A Grille d auto-évaluation de France Stations Nautiques F AFNOR Juillet 2004 Paragraphe Non appliqué En cours Maîtrisé Progrès Commentaire 3. ENGAGEMENTS F doit organiser une

Plus en détail

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX TITRE Requérant Contribution au projet régional de facilitation des affaires dans l espace UEMOA «eregulations UEMOA» - Phase 2 Commission UEMOA Durée du

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail

GREEN GLOBE : Certification Internationale du Tourisme Durable. www.greenglobe.com

GREEN GLOBE : Certification Internationale du Tourisme Durable. www.greenglobe.com GREEN GLOBE : Certification Internationale du Tourisme Durable www.greenglobe.com 1 A propos de FTC ECONOMIE DURABLE ENVIRONNEMENT HUMAIN ET SOCIAL FRANCOIS TOURISME CONSULTANTS Société de conseil et de

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Compte-rendu Réunion comité

Compte-rendu Réunion comité Compte-rendu Réunion comité Communication/mobilisation Rencontre préparatoire internationale FSM Tunis 2013 Le 15/12/12 Lieu : Local FSM à Tunisie Heure : 14H30 Présentation des participants à la réunion

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Contexte La région Midi-Pyrénées bénéficie d un patrimoine naturel exceptionnel. Il faut toutefois constater un déficit de connaissance

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES PRINCIPE : L utilisation des cartes de crédit professionnelles devrait renforcer l efficacité en simplifiant l acquisition, la réception et le paiement

Plus en détail

Conférence finale : jeudi 15 mai 2008 - Bruxelles. «Comment renforcer le dialogue civil en Europe?»

Conférence finale : jeudi 15 mai 2008 - Bruxelles. «Comment renforcer le dialogue civil en Europe?» Projet européen «Encourager le dialogue civil en Europe : l apprentissage mutuel entre organisations de la société civile des anciens, des récents et des nouveaux États membres.» Conférence finale : jeudi

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Dossier de presse Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et la Fondation Bâtiment-Énergie Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Le Plan Bâtiment Durable... 2 La Fondation Bâtiment-Énergie...

Plus en détail

Espèces invasives non présentes, quelles sont les possibilités?

Espèces invasives non présentes, quelles sont les possibilités? Les espèces invasives un casse tête environnemental Dans votre jardin, le long de nos routes Vous en croisez tous les jours sans même vous en rendre compte. Les espèces invasives ou espèces exotiques envahissantes

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Plantes invasives (partie 2) : L homme, son jardin et les plantes invasives

Plantes invasives (partie 2) : L homme, son jardin et les plantes invasives Plantes invasives (partie 2) : L homme, son jardin et les plantes invasives La plupart des plantes invasives ont été introduites pour l ornement. Encore aujourd hui, elles sont présentes sur le marché

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

l eworkspace de la sécurité sociale

l eworkspace de la sécurité sociale l eworkspace de la sécurité sociale Qu est-ce que l eworkspace? L eworkspace est un espace de travail électronique destiné à la collaboration entre les institutions de sécurité sociale. Il permet de partager

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

Plan. Première Partie: Présentation des Groupes Régionaux (GR) Italien et Andalou

Plan. Première Partie: Présentation des Groupes Régionaux (GR) Italien et Andalou Plan Première Partie: Présentation des Groupes Régionaux (GR) Italien et Andalou Deuxième partie: Proposition du groupe de coopération régional IUCN Med Caractéristiques du GR Italien Accord de collaboration

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique 28/4/2015 Level IT Introduction Level IT est un Centre de Recherche

Plus en détail

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007 La charte pour l environnement au niveau local : enjeux et rôles des actions de communication et de sensibilisation CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011 VARENIO

Plus en détail

EDITO : UNE CONFÉRENCE FINALE PAR ET POUR LES JEUNES

EDITO : UNE CONFÉRENCE FINALE PAR ET POUR LES JEUNES Bulletin d information Make-IT-Safe - Novembre 2014 EDITO : UNE CONFÉRENCE FINALE PAR ET POUR LES JEUNES Les 17 et 18 novembre derniers, des représentants des 5 pays participants au projet Make-IT-Safe

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Le Code de conduite sur les plantes invasives en Belgique. Plantons autrement

Le Code de conduite sur les plantes invasives en Belgique. Plantons autrement Le Code de conduite sur les plantes invasives en Belgique Plantons autrement Septembre 2011 Document rédigé par M. Halford, C. Mathys, L. Heemers, S. Vanderhoeven, E. Branquart & G. Mahy, en collaboration

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs Description Modules 1-13 et objectifs Module 1 Introduction à la formation GEDEon et outils de travail (2 jours) Présentation de la formation GEDEon Outils d organisation du temps et du travail Analyse

Plus en détail

ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES

ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES - AVENANT 2010 A L ACCORD DE GROUPE EN FAVEUR DE L EGALITE DES CHANCES Entre D une part, AREVA, représentée par Philippe VIVIEN, Directeur des Ressources

Plus en détail

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Mémoire présenté par le Consortium pour le développement durable de la forêt gaspésienne lors de la consultation publique tenue le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU D HISTOLOGIE EXPERIMENTALE DE MONTPELLIER

CHARTE DU RESEAU D HISTOLOGIE EXPERIMENTALE DE MONTPELLIER CHARTE DU RESEAU D HISTOLOGIE EXPERIMENTALE DE MONTPELLIER Charte du Réseau d Histologie Expérimentale de Montpellier 1 CHARTE du Réseau d Histologie Expérimentale de Montpellier (R.H.E.M.) Article 1 -

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00

Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 Création et animation du «Club TIC Oise» mardi 26 Juin 2012 18h00 20h00 «Le club Tic est cofinancé par l union européenne. L Europe s engage en Picardie avec le Fonds européen de développement régional»

Plus en détail

Archives du Conseil de l'europe

Archives du Conseil de l'europe Archives du Conseil de l'europe 21 janvier 2004 Rapport d activités 2003 1 Rôle des archives Un rapport sur "Le rôle des archives centrales" 1 a été élaboré, à la demande de la direction, pour faciliter

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Le projet européen B-NEW (RÉSEAU DE FEMMES ENTREPRENEURES - BUSINESS NETWORK FOR ENTERPRISING WOMEN)

Le projet européen B-NEW (RÉSEAU DE FEMMES ENTREPRENEURES - BUSINESS NETWORK FOR ENTERPRISING WOMEN) Dossier de presse Le projet européen B-NEW (RÉSEAU DE FEMMES ENTREPRENEURES - BUSINESS NETWORK FOR ENTERPRISING WOMEN) Mardi 3 avril 2012 à 10 h 00 - Maison du Département - Quimper WSX WSX Enterprise

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Liste des sujets de mémoire CSA

Liste des sujets de mémoire CSA Liste des sujets de mémoire CSA Editeurs \Radio Monographies de radio (description d une station de radio, quels en sont les traits les plus particuliers et distinctifs) les programmes de nuit Les «matinales»

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Fiche technique. Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges. Objectifs»Amener le public à prendre conscience des conséquences

Fiche technique. Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges. Objectifs»Amener le public à prendre conscience des conséquences Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges Présentation de l atelier éducatif Aménagement urbain, développement durable. Agriculture urbaine. Créez et entretenez votre propre jardin

Plus en détail

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 AVANT-PROPOS L ONAFTS poursuit l objectif d une bonne gestion et souhaite optimaliser sa légitimité et son intégrité. C est la raison

Plus en détail

Qualité en Recherche. A. Rivet

Qualité en Recherche. A. Rivet Qualité en Recherche A. Rivet ANGD Reciprocs, 6/07/2009 Qualité en recherche Introduction Les normes de management La norme ISO 9001 Le système d organisation du Cermav Conclusion Qualité en recherche

Plus en détail

Les cahiers pour un développement durable

Les cahiers pour un développement durable Les cahiers pour un développement durable Dans l enseignement technique et professionnel Jasmin JALAJEL, Robert-Schuman-Institut, Eupen 1 Qu est ce que le cahier pour un DD? «Un outil pédagogique dont

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER 09-11 AOUT 2011 27/10/2011 1 27/10/2011 2 Introduction

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA CHARTE

PRÉSENTATION DE LA CHARTE PRÉSENTATION DE LA CHARTE "EV EVOLUTION TO ELECTRICAL VEHICLES" ( EV. TO E.V. ) INTRODUCTION Les transports routiers sont actuellement une source de pollution en raison de leurs rejets dans l air et des

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Table des matières INTRODUCTION... 2 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX SUR LA LOI SUR LA RÉGLEMENTATION DE

Plus en détail

ATELIER EQUALITY PAYS OFF (L ÉGALITÉ PORTE SES FRUITS)

ATELIER EQUALITY PAYS OFF (L ÉGALITÉ PORTE SES FRUITS) ATELIER EQUALITY PAYS OFF (L ÉGALITÉ PORTE SES FRUITS) Comment attirer et fidéliser les grands talents féminins Date: 30 mai 2013 Lieu: Fédération des Entreprises de Belgique Rue Ravenstein 4 1000 Bruxelles

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Sous atelier 2 - Comment prévenir la diffusion de nouvelles espèces?

Sous atelier 2 - Comment prévenir la diffusion de nouvelles espèces? Campagne de communication sur les espèces exotiques envahissantes en Nouvelle-Calédonie Travail du GEE, de Sylvain Gleye et Julie Vinciguerra, stagiaires. Sous atelier 2 - Comment prévenir la diffusion

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION 1 1 La coordination NEA2 Coordination «Economie» Coordination «Environnement» Coordination «Social» Chef de file Coordination technique transnationale

Plus en détail