After LIFE. Plan de Communication. LIFE + Information & Communication Projet AlterIAS. ALTERnatives to Invasive Alien Species

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "After LIFE. Plan de Communication. LIFE + Information & Communication Projet AlterIAS. ALTERnatives to Invasive Alien Species 2014-2018"

Transcription

1 LIFE + Information & Communication Projet AlterIAS ALTERnatives to Invasive Alien Species Plan de Communication After LIFE Disséminer l information dans le futur... LIFE08 INF/B/ Décembre

2 INTRODUCTION Dans toute problématique liée à la conservation de la biodiversité, les changements d attitude sont des processus qui s inscrivent sur le long terme. Le projet AlterIAS et le Code de conduite belge sur les plantes exotiques envahissantes doivent être considérés comme une première étape d une demarche de sensibilisation progressive qui continuera dans l avenir. Un Plan de Communication After LIFE est par conséquent nécessaire pour continuer la diffusion de l information et pérenniser les actions développées durant le projet. Ce Plan After LIFE sera subdivisé en deux parties: 1. Présentation concise AlterIAS et de la thématique des plantes invasives, avec un focus les résultats, les activités et leurs impacts sur le public cible. La transférabilité de certaines approches sera mise en évidence. 2. Présentation de la stratégie pour continuer la communication vers/avec le public cible durant les prochaines années. Ce Plan After LIFE est prévu pour une période de cinq ans [ ]. L objectif de ce Plan After LIFE pourrait s exprimer à travers les scénarios illustrés cidessous. Un Plan efficace devrait garantir une augmentation de l utilité grâce à (1) un soutien en resources humaines ou financières et (2) une forte collaboration entre les partenaires (scenario A). A l inverse, l utilité diminuera si aucune action ne continue et si aucun Plan After LIFE n est mis en oeuvre (scenario B). A B Scénario avec Plan After LIFE Financement Scénario sans Plan After LIFE Financement Utilité Utilité Soutien en ressources financières/humaines Fin Début Période après-projet Début Fin Période après-projet Scénarios projetés pour la période After LIFE LE PROJET ALTERIAS CONTEXTE: LE BESOIN DE COMMUNIQUER SUR LES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES D après la définition scientifique, les plantes invasives sont des espèces exotiques introduites par l homme en dehors de leur aire de distribution naturelle. Elles s installent dans les habitats naturels, se répandent et entrent en compétition avec la flore et la faune indigène. En Europe et partout dans le monde, la dispersion des plantes invasives est considérée comme un des défis écologiques majeurs du 21ème siècle, générant des pertes de biodiversité, une dégradation des écosystèmes et parfois des problèmes de santé publique, avec des conséquences économiques importantes pour la société. Beaucoup de plantes invasives sont des plantes ornementales cultivées pour des usages horticoles. Les introductions volontaires sont les points de départ des invasions: une fois plantées, ces espèces peuvent s échapper des parcs, des jardins, des pépinières ou des jardins botaniques, coloniser les milieux naturels et se disperser dans le paysage. Mais la plupart demeurent méconnues en dehors du milieu scientifique. Bien souvent, elles sont utilisées sans savoir les dommages environnementaux qu elles peuvent causer dans certains milieux. Pour prévenir les invasions dans la nature, il est par conséquent nécessaire d informer les professionnels de l horticulture et les particuliers amateurs de jardinage sur les risques que représentent ces espèces. 2

3 DU PROJET AlterIAS [ALTERnatives to Invasive Alien Species] était un projet de communication consacré aux plantes invasives et à la prévention dans le secteur horticole en Belgique. Le projet visait à mettre en place des actions de sensibilisation et des mesures préventives afin de réduire les introductions de ces plantes dans les parcs, les jardins, les pépinières. Pour atteindre ce but, de nombreuses actions de communication et outils de communications ont été développés. Un Code de Conduite volontaire sur les plantes invasives a également été développé en concertation avec le secteur de l horticulture ornementale. La communication et la sensibilisation font partie intégrante de la prévention qui est une des options les plus effectives pour limiter la dispersion des espèces exotiques envahissantes (EEE). Les actions préventives et les approches volontaires sont recommandées par la nouvelle législation européenne sur les EEE en cours de préparation. Le projet AlterIAS s inscrit donc pleinement dans la stratégie européenne sur les EEE. PUBLIC CIBLE Le projet ciblait les acteurs de la filière ornementale, du producteur consommateurs. Cela comprenait trois groupes cibles bien distincts: aux Les professionnels de l horticulture membres des fédérations ou des associations horticoles: pépiniéristes (producteurs, vendeurs), entrepreneurs de jardins, architectes paysagistes, gestionnaires publics d espaces verts, gestionnaires des jardins botaniques. Les particuliers amateurs de jardinage (le grand public). Les professeurs et les étudiants en horticulture. UN PROJET, TROIS OBJECTIFS Le projet AlterIAS project avait trois objectifs spécifiques: Sensibiliser les professionnels de l horticulture, les jardiniers amateurs et les étudiants en horticulture sur les risques que représentent les plantes invasives. Collaborer avec les acteurs du secteur ornemental pour identifier des alternatives et des bonnes pratiques en matière de prévention. Guider/encourager ces mêmes acteurs à adopter ces mesures à travers une démarche d auto-régulation (i.e. un Code de conduite volontaire). ET TROIS CAMPAGNES Le projet AlterIAS était organisé en trois campagnes de communication: Campagne 1 ("La prévention commence dans nos jardins"): durant la première moitié, une campagne d information générale a été conduite. Les thèmes suivants étaient développés: définition d une plante invasive, impacts, situation en Belgique et en Europe, vecteurs d introduction, lien avec l horticulture, solution à envisager. Campagne 2 ("Plantons autrement"): pendant la deuxième moitié, une campagne était dédiée à la préparation et à la promotion d un Code de conduite volontaire sur les plantes invasives. Campagne 3 ("Les plantes invasives à l école"): parallèlement à la deuxième campagne, une campagne de sensibilisation était réalisée dans le secteur de l enseignement horticole afin d enseigner les concepts clés de l écologie des invasions et des plantes invasives aux futurs professionnels de l horticulture. 3

4 ACTIVITÉS ET IMPACTS SUR LE PUBLIC CIBLE Actions de communication 46 articles publiés dans la presse locale ou régionale ciblant le grand public. Le nombre total de copies diffusées a été estimé à , ce qui donne une indication du nombre de lecteurs touchés ou potentiellement touchés. 31 articles publiés dans les magazines d horticulture ou de jardinage, diffusés en copies. Ces articles ciblaient les professionnels de l horticulture et les particuliers amateurs de jardinage. 40 articles publiés dans les journaux des fédérations horticoles, pour un nombre total de copies diffusées aux professionnels affiliés. 70 évènements horticoles visités par visiteurs. Un stand d information était tenu et les matériaux de communication (dépliants, brochures, posters, etc.) étaient diffusés aux jardiniers amateurs et au grand public. 92 séances d information et/ou conférences ont été organisées/animées par l équipe AlterIAS, rassemblant un nombre total de 3700 participants. 11 reportages TV et 10 reportages radio ciblant le grand public. L audience a été estimée à un minimum de téléspectateurs et auditeurs. La campagne dans les écoles a principalement consisté en séances d information organisées dans les classes avec les étudiants. Un total de 71 séances ont été conduites dans 41 institutions différentes (écoles et universités) étudiants et professeurs ont participé. Huit séances de formation ont également été organisées auprès de 96 professeurs et/ou adultes. Un total de personnes ont été touchées ou potentiellement touchées par ces actions. Outils de communication Différents matériaux de communication ont été produits. Ils sont tous disponibles en français et en néerlandais. Certains ont été traduits en anglais et en allemand. Le dépliant AlterIAS (75000 copies) et réimpression d un dépliant sur les plantes aquatiques invasives (15000 copies). Le Code de conduite (CdC) sur les plantes invasives en Belgique, une charte volontaire pour limiter la dispersion des plantes invasives. Le dépliant du CdC (65000 copies), le poster (1000 copies) et le logo du CdC distribués aux professionnels ayant adopté le Code. Une brochure sur les plantes alternative (40000 copies), avec un marquepage sur le CdC et la liste de consensus (voir cadre page 5). Un site web (www.alterias.be) disponible en trois langues (FR, NL et EN) et visité par plus de visiteurs. 5 newsletters diffusées à plus de 1000 adhérents. Un film documentaire de 45 minutes (500 copies) distribué aux professeurs. De nombreuses présentations Power Point utilisées durant les conférences. Un stand d information avec des posters pour les évènements horticoles. 4

5 RÉSULTATS ET EFFET DE LA COMMUNICATION Les effets des campagnes de communication ont été estimés à travers des enquêtes socio-économiques. Une enquête a été realisée au début (en 2010), puis répétée en 2013 avec des questions similaires. Les changements d attitude du public cible ont été quantifiés en comparant les réponses formulées. Les principaux résultats sont les suivants: Enquête initiale (2010) La communication a augmenté le niveau de connaissance des plantes invasives: en 2013, une plus grande proportion de professionnels de l horticulture possède une connaissance correcte du concept de plante invasive. Par contre, peu de changements ont été observés pour les particuliers. Le projet a concentré ses efforts sur les professionnels pour sensibiliser avant tout le sommet de la chaîne de distribution. Seule une petite proportion de consommateurs a par conséquent été atteinte par les campagnes de sensibilisation. Les professionnels de l horticulture sont davantage conscients des impacts écologiques des plantes invasives: en définissant les plantes invasives, la proportion de répondants ayant cité les impacts négatifs sur la biodiversité a augmenté de 17%. Les résultats ont également démontré une meilleure connaissance de la liste des plantes invasives en Belgique: le nombre d exemples cités a sensiblement augmenté (28 espèces citées en 2013, contre 17 en 2010). La disponibilité de l information a également augmenté de 30%: en 2013, 88% des professionnels ont reçu une information sur les plantes invasives (contre 59% en 2010). De plus le besoin en information a été comblé: en 2013 la plupart des professionnels (64%) se sentaient assez informé à propos des plantes invasives (contre seulement 34% en 2010). Enquête finale (2013) Ces résultats suggèrent que la communication est efficace pour sensibiliser des groupes cibles bien définis, ce qui était le cas pour les professionnels de l horticulture regroupés en fédérations. Les efforts doivent être poursuivis pour les particuliers. Etant donné la masse considerable de personnes à toucher, une campagne de communication spécifique est nécessaire pour atteindre ce groupe cible à une échelle nationale. Une telle campagne nécessite des moyens de communication plus adaptés. Le Code de conduite belge sur les plantes invasives: une approche innovante et transférable Ce Code a été développé en concertation avec des représentants des fédérations horticoles, des administrations et du milieu scientifique. C est la première fois qu un tel instrument volontaire est mis en place en Belgique. Les lignes directrices du Code ont été définies à travers une approche consultative organisée en tables rondes. Ce processus de consultation fut un succès: le Code a été approuvé à l unanimité après 9 mois de négociation. Le Code propose cinq bonnes pratiques pour réduire les introductions de plantes invasives dans les parcs, les jardins, les pépinières. Une mesure clé concerne la restriction d usage (arrêt des ventes et/ou des plantations) de 28 plantes invasives (i.e. la liste de consensus). Cet outil d auto-régulation a été lancé en septembre Après deux années de promotion, plus de 1000 partenaires ont adopté la charte. Le Code est signé en ligne sur Les partenaires signataires sont enregistrés dans une base de données couplée avec une interface google map. En décembre 2013, les partenaires comprenaient 494 professionnels de l horticulture, 476 particuliers amateurs de jardinage et 52 organisations. Parmi les professionnels, on dénombre : 242 pépinières et jardineries (incl. tous les points de vente) 28 architectes paysagistes 52 entrepreneurs de jardins 150 services publics (communes et provinces) 6 jardins botaniques Les taux d adhésion ont été estimés entre 10 et 30% pour des professionnels de l horticulture membres des fédérations, 30% pour les communes, 90% pour les provinces et 21% pour les jardins botaniques. Un tel processus de consultation et de promotion est transférable à d autres pays souhaitant mettre en place un Code de conduite. 5

6 AFTER LIFE ET FUTURES ACTIONS DE COMMUNICATION Ce Plan de Communication After LIFE repose sur quatre actions principales: (1) réimpression et diffusion des outils de communication; (2) révision du Code de conduite sur les plantes invasives; (3) suivi des professionnels de l horticulture engagés dans le Code et (4) maintenance du site internet. Quatre actions supplémentaires (actions 5, 6, 7 and 8) ont été identifiées au cours des discussions avec les administrations (SPF, SPW, ANB, IBGE-BIM), les bénéficiaires (ULg, CTH, PCS) et les fédérations/associations horticoles (FWH, AVBS, UVCW, VVOG, ABAJP- BVTL, BFG-FBEP, BTV-ABJ et le Jardin Botanique National). Le plan est conçu pour une période de cinq années [ ], débutant par une période transitoire [ ] pour tenir compte des perspectives du Code au sein de la nouvelle legislation européenne sur les EEE en cours de préparation. Une action clé de ce plan consiste à assurer la continuité du Code de conduite en Belgique. C est actuellement le seul instrument opérationnel pour auto-réguler à la fois le commerce et la plantation des plantes invasives à l échelle nationale. Action 1 : Réimpression et diffusion des outils de communication Cette action consiste à (1) continuer la réimpression de certains outils de communication (dépliant, brochure, poster) une fois le stock épuisé et (2) assurer leur diffusion vers le public cible. Les versions PDF seront toujours disponibles sur le site web AlterIAS. Certains outils seront réimprimés et transportés vers les organisations partenaires du Code qui seront à leur tour responsable de la diffusion. Elles joureront un role de point de distribution. Si nécessaire, le contenu de certains outils sera mis à jour avant réimpression. Les administrations régionales (SPW, ANB) co-financeront les réimpressions. Les fédérations horticoles, les bénéficiaries et les administrations seront responsables du stockage et de la diffusion. Le plan de dissémination des outils de communication (durant des évènements, des réunions, des conférences, via des envois postaux, etc.) dépendra des moyens et du budget disponibles au sein de chaque institution. Le dépliant et le poster du Code de conduite seront réimprimés durant la période La brochure sur les plantes alternatives et le dépliant sur les plantes aquatiques invasives seront réimprimés à partir de Action 2: Révision du Code de conduite sur les plantes invasives Il est prévu que le Code soit revu tous les trois ans en concertation avec le secteur horticole. Ce processus de révision s intègre dans une perspective à long terme du Code. La révision sera organisée à travers des tables rondes rassemblant un échantillon représentatif du secteur horticole, des représentants des administrations régionales et fédérale en charge de l environnement et des scientifiques spécialisés en biologie des invasions. Les administrations régionales (SPW, ANB) seront responsables de l organisation et de la mise en œuvre du processus de révision et de concertation. Les fédérations/associations horticoles seront responsables de la promotion du Code (voir action 6). Tous les trois ans. Etant donné la nouvelle législation européenne sur les EEE en cours de préparation, la première révision du Code est reportée en Toutefois certaines recommandations concernant les espèces de l annexe II pourraient être mises à jour sur le site web durant la première phase de l After LIFE (même si le Code lui-même ne sera pas modifié avant 2016). 6

7 Action 3: Suivi des professionnels de l horticulture engagés dans le Code Le Code de conduite sera toujours opérationnel une fois le projet terminé. Le Code et les outils de communication seront toujours disponibles sur le site web pendant cinq ans. Le système d enregistrement en ligne et la base de données partenaires seront fonctionnels pour collecter de nouvelles inscriptions. Les outils de communication seront également disponibles auprès des fédérations horticoles qui joueront un rôle de point de distribution et de point de contact pour répondre à d éventuelles questions de la part des professionnels. Les fédérations seront mentionnées comme point de contact sur le site web AlterIAS. Les fédérations/associations horticoles (FWH, AVBS, UVCW, VVOG, ABAJP-BVTL, BFG-FBEP, BTV-ABJ et le Jardin Botanique National) et PCS pour la Flandre. Toute l année. Action 4: Maintenance du site internet Le site web AlterIAS (www.alterias.be) est un outil de communication central contenant des informations sur les plantes invasives accessibles en trois langues (FR, NL et EN). Le site internet sera maintenu en ligne durant cinq ans. Le contenu du site sera mis à jour une fois que le Code de conduite sera revu (voir action 2). La maintenance sera prise en charge par les administrations régionales (SPW, ANB). Il y aura deux personnes de contact (une en Wallonie et une en Flandre) qui travailleront en collaboration. Le SPF finance l hébergement du site web pour les cinq années du Plan After LIFE. Tous les trois ans (à chaque révision du Code). Une première révision est prévue en Action 5: Continuer la collaboration entre les partenaires La collaboration entre les administrations et le secteur horticole continuera une fois le projet terminé. Cette action est complémentaire avec la révision du Code prévue tous les trois ans. Entre-temps un dialogue permanent sera maintenu entre les acteurs, sous la responsabilité des administrations et des fédérations. Un comité d accompagnement After LIFE sera mis en place pour coordonner les actions et évaluer l état d avancemennt du Code. Ce comité se réunira annuellement (en septembre) et rassemblera des représentants du secteur horticole et des administrations en charge de l environnement en Belgique. Les bénéficiaries (ULg, PCS et CTH) pourraient également participer. D autre part les partenaires continueront de collaborer à travers des activités de networking (incl. networking avec le Forum Belge sur les Espèces Invasives). Tous les partenaires (pour les activités de networking) et les administrations régionales (pour le comité). Toute l année pour les activités de networking et une fois par an pour le comité. 7

8 Action 6: Promotion du Code de conduite La promotion du Code est une autre action clé pour continuer de faire fonctionner efficacement cet instrument dans le futur. La publicité et la promotion figurent parmi les critères nécessaires au succès d une approche volontaire. Les organisations horticoles continueront de diffuser de l information sur les plantes invasives et le Code à leurs membres. Différentes actions de communication seront conduites (voir table ci-dessous): articles dans les journaux des fédérations, lettres d information, conférences, évènements horticoles, consultations directes, etc. Les fédérations horticoles (FWH, AVBS, UVCW, VVOG, ABAJP-BVTL, BFG-FBEP, BTV-ABJ et le Jardin Botanique Natinal). Les administrations régionales (SPW, ANB) assureront également la promotion du Code vers les communes. Toute l année Institution Actions de communication FWH Article dans le journal de la FWH (max. 6 art./an), contacts directs avec les professionnels durant des réunions, des meetings ou des évènements. AVBS Au moins 2 articles/an dans Sierteelt & Groenvoorziening Verbondsnieuws (parmi lesquels des témoignages de professionnnels). UVCW Une lettre/an aux communes et/ou un article/an dans la lettre d information de l UVCW, organisation de conférence/journée d information avec des représentants des communes. BTV-AJB Articles dans Tuininfo et dans la lettre d information VVOG BFG-FBEP ABAJP-BVTL National Botanical Garden PGD 3 articles/an dans Groencontact, communication à travers la lettre d information de VVOG GroenMail. Lien vers AlterIAS sur le site internet de VVOG. 3 articles dans Groenondernemer et Entrepreneur Paysagiste, 2 articles via la lettre d information, page web permanente sur le site de BFG-FBEP, contacts directs avec les professionnels. Mailing aux membres, communication sur le site web de l ABAJP, une lettre d information/an, organisation de 2 réunions/an, communication via les réseaux sociaux (en préparartion). Consultations directes, articles dans MUSA (lettre d information) et dans le journal Botanical Garden. Article dans la lettre d information, communication sur le site web du PGD. Action 7: Continuer la sensibilisation avec les étudiants et le grand public Des actions de communication générales vont également continuer pour sensibiliser le grand public et les étudiants. Deux types d actions seront maintenues: (1) des séances d information/formation avec les étudiants et (2) des visites du jardin didactique avec les plantes alternatives durant des évènements horticoles (voir table ci-dessous). De plus les administrations continueront de communiquer sur les espèces invasives une fois le projet terminé. Les administrations possèdent des départements avec des fonctionnaires en charge de la problématique des espèces invasives. Les bénéficiaires (ULg, CTH et PCS). Toute l année. Institution ULg CTH PCS Actions de communication 5 cours/an en biologie des invasions (10 heures/an ; 125 étudiants touchés) 2 à 3 visites guidées/an du jardin alternatif avec les plantes alternatives 2 évènements/an au CTH (en mai et en septembre; 2000 visiteurs/évènement) 3 évènements/an au PCS; 2 articles/an 2 visites guidées/an du jardin alternatif avec les plantes alternatives 8

9 Action 8: Monitoring/suivi du Code En complément de l évaluation annuelle du Code par le comité After LIFE (voir action 5), un suivi final sera mis en place en 2018 pour évaluer l efficacité de cet instrument volontaire sur le long terme. Différentes méthodes d évaluation peuvent être utilisées (suivi de la base de données partenaires, enquêtes, visites auprès des professionnels, etc.). La méthode la plus appropriée sera définie par le comité d accompagnement After LIFE. Les administrations régionales (SPW et ANB). Un suivi final est prévu en 2018 à la fin du Plan After LIFE. PUBLIC CIBLÉ PAR LE PLAN DE COMMUNICATION AFTER LIFE Actions Professionnels de Jardiniers - Etudiants l horticulture grand public Réimpression/diffusion des outils de communication X X X Révision du Code X Suivi des professionnels de l horticulture X Maintenance du site internet X X X Collaboration entre les partenaires X Promotion du Code X Sensibilisation des étudiants et du public X X Suivi du Code X BUDGET ESTIMÉ POUR LA PÉRIODE AFTER LIFE [ ] Actions Coût (en ) Réimpression des outils de communication - Dépliant du Code de conduite (15000 copies) Brochure sur les plantes alternatives (10000 copies) Dépliant sur les plantes aquatiques invasives (15000 copies) Poster du Code de conduite (1000 copies) 340 Révision du Code de conduite 4655 Site internet - Maintenance du site web et des base de données Modification/amélioration mineure de la structure site internet Hébergement 300 Collaboration entre les partenaires (réunion annuelle) 1550 TOTAL Le budget pourrait être revu durant la période transitoire [ ]. 9

10 IDENTITÉ DU PROJET DONNÉES DU PROJET Localisation Code Belgique LIFE08 INF/B/ Date début de projet 01/01/2010 Date fin de projet 31/12/2013 Durée 4 ans Budget total Site internet BÉNÉFICIAIRES DU PROJET ET CO-FINANCEURS Coordinateur Unité Biodiversité & Paysage Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech (ULg GxABT) Partenaires Proefcentrum voor Sierteelt (PCS) Centre Technique Horticole (CTH) Service Public Fédéral - Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement (SPF SPSCAE DG Env) Co-financeurs Commission Européenne (EC) Service Public de Wallonie (SPW) Agentschap voor Natuur en Bos (ANB) Bruxelles Environnement Leefmilieu Brussel (IBGE-BIM) Le projet AlterIAS [ ] était soutenu et co-financé par le programme LIFE+ de la Commission Européenne et par les administrations régionales et fédérale en charge de l environnement en Belgique. 10

LA COMMUNICATION SUR. Bilan & perspectives. Colloque LIFE AlterIAS Gembloux, 25/09/2013

LA COMMUNICATION SUR. Bilan & perspectives. Colloque LIFE AlterIAS Gembloux, 25/09/2013 LA COMMUNICATION SUR LES PLANTES INVASIVES Bilan & perspectives Mathieu Halford Unité Biodiversité & Paysage (Ulg GxABT) Coordinateur du projet AlterIAS Colloque LIFE AlterIAS Gembloux, 25/09/2013 ALTERnatives

Plus en détail

Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes en France métropolitaine

Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes en France métropolitaine Code de conduite professionnel relatif aux plantes exotiques envahissantes en France métropolitaine SOMMAIRE Le Code de Conduite a été rédigé par le Comité de pilotage national interprofessionnel plantes

Plus en détail

Le Code de conduite sur les plantes invasives en Belgique. Plantons autrement

Le Code de conduite sur les plantes invasives en Belgique. Plantons autrement Le Code de conduite sur les plantes invasives en Belgique Plantons autrement Septembre 2011 Document rédigé par M. Halford, C. Mathys, L. Heemers, S. Vanderhoeven, E. Branquart & G. Mahy, en collaboration

Plus en détail

Stratégie de communication LIFE III

Stratégie de communication LIFE III Stratégie de communication LIFE III Table des matières Stratégie de communication LIFE III I. Contexte et enjeux... p. 1 II. Objectifs organisationnels... p. 1 III. Objectifs de communication... p. 2 IV.

Plus en détail

PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE

PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE Urbanbees PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE LIFE+08 NAT-F-000478 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIFS RESULTATS ATTENDUS PARTENAIRES ET FINANCEURS 3 4 5 6 INFORMATION ET SENSIBILISATION 7 1/ EXPOSITION ITINERANTE 7

Plus en détail

Espèces invasives non présentes, quelles sont les possibilités?

Espèces invasives non présentes, quelles sont les possibilités? Les espèces invasives un casse tête environnemental Dans votre jardin, le long de nos routes Vous en croisez tous les jours sans même vous en rendre compte. Les espèces invasives ou espèces exotiques envahissantes

Plus en détail

Témoignage de la Ville de Liège sur l application du Code de conduite sur les plantes invasives

Témoignage de la Ville de Liège sur l application du Code de conduite sur les plantes invasives Gembloux, le 25 septembre 2013 Témoignage de la Ville de Liège sur l application du Code de conduite sur les plantes invasives Par Ir. Thomas HALFORD Ingénieur agronome des Eaux et Forêts Ville de Liège

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

DÉMARCHE DE GESTION COLLECTIVE AU SEIN D'UN PAE : MÉTHODOLOGIE DU PROJET LIFE-SMIGIN

DÉMARCHE DE GESTION COLLECTIVE AU SEIN D'UN PAE : MÉTHODOLOGIE DU PROJET LIFE-SMIGIN DÉMARCHE DE GESTION COLLECTIVE AU SEIN D'UN PAE : MÉTHODOLOGIE DU PROJET LIFE-SMIGIN Dernière révision du document : août 2015 PRÉAMBULE Le projet Life-environnement SMIGIN "Sustainable Managment by Interactive

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

La Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones de Belgique asbl en collaboration avec la Maison wallonne de la Pêche

La Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones de Belgique asbl en collaboration avec la Maison wallonne de la Pêche La Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones de Belgique asbl en collaboration avec la Maison wallonne de la Pêche Nouveau! Formation à la gestion durable de la pêche et au développement des structures

Plus en détail

Les plantes invasives (partie III) : Quelles solutions à l expansion des plantes invasives? De la prévention à la gestion

Les plantes invasives (partie III) : Quelles solutions à l expansion des plantes invasives? De la prévention à la gestion Les plantes invasives (partie III) : Quelles solutions à l expansion des plantes invasives? De la prévention à la gestion Prévention et gestion sont deux stratégies pour limiter la dissémination des plantes

Plus en détail

Sous atelier 2 - Comment prévenir la diffusion de nouvelles espèces?

Sous atelier 2 - Comment prévenir la diffusion de nouvelles espèces? Campagne de communication sur les espèces exotiques envahissantes en Nouvelle-Calédonie Travail du GEE, de Sylvain Gleye et Julie Vinciguerra, stagiaires. Sous atelier 2 - Comment prévenir la diffusion

Plus en détail

Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne

Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne Coordinateur : Sylvie VARRAY -Fédération des Conservatoires d espaces naturels Avec le soutien de : Séminaire du Centre de

Plus en détail

La chimie végétale. Description du contenu de la mallette

La chimie végétale. Description du contenu de la mallette La chimie végétale Description du contenu de la mallette Objectifs, limites Le réchauffement climatique, la fin annoncée des réserves de pétrole, les pollutions tenaces voici le tableau peu reluisant de

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

QUELQUES INDICATEURS DE L ETAT DES LIEUX DES PLUS DE 45 ANS

QUELQUES INDICATEURS DE L ETAT DES LIEUX DES PLUS DE 45 ANS QUELQUES INDICATEURS DE L ETAT DES LIEUX DES PLUS DE 45 ANS 1.Objectif Etat des lieux de la situation des actions déjà entreprises concernant les 45 ans et plus dans l emploi (et hors emploi) définir les

Plus en détail

LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES

LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES Colloque sur les achats publics durables 18 novembre 2014 LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS

Plus en détail

Projet de pêche durable des petits pélagiques en Afrique Nord Ouest

Projet de pêche durable des petits pélagiques en Afrique Nord Ouest Projet de pêche durable des petits pélagiques en Afrique Nord Ouest Séminaire sur les mécanismes de gestion concertée Dakar, 15 17 avril 2009 Pays Bas H. El Ayoubi, CSRP/Wageningen Données de base Zone

Plus en détail

AUTORITE DU BASSIN DU NIGER

AUTORITE DU BASSIN DU NIGER RENFORCER LES CONNAISSANCES ET LES CAPACITÉS DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES DU BASSIN DU NIGER POUR LE BÉNÉFICE DES COMMUNAUTÉS ET LA RÉSILIENCE DES ÉCOSYSTÈMES Inversion des Tendances à la Dégradation

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

Groupe Régional Auvergne sur les Plantes Exotiques Envahissantes L APPROCHE REGIONALE DE LA GESTION DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES EN AUVERGNE

Groupe Régional Auvergne sur les Plantes Exotiques Envahissantes L APPROCHE REGIONALE DE LA GESTION DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES EN AUVERGNE Groupe Régional Auvergne sur les Plantes Exotiques Envahissantes L APPROCHE REGIONALE DE LA GESTION DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES EN AUVERGNE Journées d échanges sur les espèces exotiques envahissantes

Plus en détail

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif?

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif? L 7 a diversité biologique une richesse difficile à préserver A Uccle Notre Commune fait partie des communes les plus vertes de Bruxelles. Aussi aurez-vous peut-être la chance de faire des rencontres intéressantes

Plus en détail

Enquête «Interactions entre entreprises et biodiversité» Le vivant au cœur des activités de l entreprise Questionnaire

Enquête «Interactions entre entreprises et biodiversité» Le vivant au cœur des activités de l entreprise Questionnaire Enquête «Interactions entre entreprises et biodiversité» Le vivant au cœur des activités de l entreprise Questionnaire Mai Juin 2010 1 «Ce questionnaire porte sur la biodiversité. On la définit comme étant

Plus en détail

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante Le Salon de l Écologie est un événement annuel d envergure nationale organisé par les étudiants du master Ingénierie en Écologie et en Gestion de la Biodiversité (IEGB) de l Université de Montpellier.

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL POUR LE SECTEUR BELGE DE LA PECHE, période de programmation 2007-2013, cofinancé par le FONDS EUROPEEN POUR LA PECHE (FEP)

PROGRAMME OPERATIONNEL POUR LE SECTEUR BELGE DE LA PECHE, période de programmation 2007-2013, cofinancé par le FONDS EUROPEEN POUR LA PECHE (FEP) PROGRAMME OPERATIONNEL POUR LE SECTEUR BELGE DE LA PECHE, période de programmation 20072013, cofinancé par le FONDS EUROPEEN POUR LA PECHE (FEP) En date du 11 novembre 2008, le Programme Opérationnel (PO)

Plus en détail

Programme Opérationnel Plurirégional Massif-central 2007-2013 RAPPORT ANNUEL 2007

Programme Opérationnel Plurirégional Massif-central 2007-2013 RAPPORT ANNUEL 2007 Programme Opérationnel Plurirégional Massif-central 2007-2013 RAPPORT ANNUEL 2007 1. IDENTIFICATION Programme Opérationnel Objectif concerné : Compétitivité régionale et emploi Zone éligible concernée

Plus en détail

Service Communication Comité consultatif

Service Communication Comité consultatif Service Communication Comité consultatif Communication externe AFSCA Réalisations 2013 Planning 2014 Lieve Busschots 26 février 2014 1 1. GENERALITES 2. OPERATEURS 3. CONSOMMATEURS 4. CELLULE DE VULGARISATION

Plus en détail

1. Missions du Centre de compétence Secteurs verts

1. Missions du Centre de compétence Secteurs verts 1. Missions du Centre de compétence Secteurs verts 3.1. APEC (Association Pour les Espaces Communaux) 3.2. Convention cadre entre pouvoirs locaux et le Forem 4.1. Organisation de modules de formations

Plus en détail

En continuité avec ses actions en faveur du développement durable, Caen la mer met en oeuvre une campagne de sensibilisation du public.

En continuité avec ses actions en faveur du développement durable, Caen la mer met en oeuvre une campagne de sensibilisation du public. 30/03/2007 Semaine du développement durable 2007 Préservation de la biodiversité et participation au programme Papillons & Jardin Signature d un partenariat avec Noé Conservation Dossier de presse Dans

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Intervention du 8 mars 2013 - UVCW. Le secteur de l aide aux familles en Wallonie

Intervention du 8 mars 2013 - UVCW. Le secteur de l aide aux familles en Wallonie Le secteur de l aide aux familles en Wallonie Plan de la présentation Présentation Contexte Paysage belge de l aide et des soins à domicile Evolution socio-démographique Evolution du système de santé Autres

Plus en détail

PARTICIPATION DES POPULATIONS RIVERAINES AU CONTROLE DES VEGETAUX AQUATIQUES ENVAHISSANTS EN VUE DE LA CONSERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE

PARTICIPATION DES POPULATIONS RIVERAINES AU CONTROLE DES VEGETAUX AQUATIQUES ENVAHISSANTS EN VUE DE LA CONSERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE PRÉSENTATION POWER POINT PARTICIPATION DES POPULATIONS RIVERAINES AU CONTROLE DES VEGETAUX AQUATIQUES ENVAHISSANTS EN VUE DE LA CONSERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE Félicia JOHNSON Wadja Mathieu EGNANKOU

Plus en détail

La lutte contre les espèces envahissantes dans les environnements aquatiques et côtiers. Module 8

La lutte contre les espèces envahissantes dans les environnements aquatiques et côtiers. Module 8 1 La lutte contre les espèces envahissantes dans les environnements aquatiques et côtiers Module 8 Communication, éducation et sensibilisation du public - 1 - 2 TABLE DES MATIERES 8 Communication, Education

Plus en détail

Agriculture urbaine et péri-urbaine

Agriculture urbaine et péri-urbaine Formation continue Agriculture urbaine et péri-urbaine Certificat d université Session 2016 PHYTOPATHOLOGIE INTÉGRÉE ET URBAINE CERTIFICAT D UNIVERSITÉ Agriculture urbaine et péri-urbaine L agriculture

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation

Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation 1 Mise sur le marché des PPP : explication du processus d agréation Symposium : Un espace public sans pesticides, c est possible! Mars 2015 Justine Pecceu Attaché Agréation des Produits phytopharmaceutiques

Plus en détail

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1)

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) Campagne de publicité - Activité 2.2: Encourager davantage d'ong et le secteur

Plus en détail

Projet OGAM. Fiche de présentation

Projet OGAM. Fiche de présentation Projet OGAM Fiche de présentation Table des matières 1 Éléments de contexte...2 2 Description de l opération...3 3 Les fonctionnalités minimales attendues...6 4 Gouvernance du projet...6 5 Les grandes

Plus en détail

Prendre en compte les enjeux de développement durable

Prendre en compte les enjeux de développement durable Contrat de territoire2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires. Prendre en compte les enjeux de développement durable FICHE ACTION

Plus en détail

Rapport d activité association SPNE 2012 et actions à venir 2013

Rapport d activité association SPNE 2012 et actions à venir 2013 Rapport d activité association SPNE 2012 et actions à venir 2013 Jeudi 4 avril 2013 Ordre du jour I. Animations réalisées en 2012 II. Valorisation et protection du patrimoine naturel 2012 III. Sorties

Plus en détail

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Présentation du rapport de stage effectué au Conseil Régional R d Aquitaine Février à Juillet 2013 Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Master professionnel: Economie et

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION 1 er octobre 2013 @ Aula Magna Louvain-la-Neuve DOSSIER DE PARTICIPATION www.digiwal.eu by DIGIWAL VOUS OFFRE EN UN SEUL LIEU UN CONCENTRÉ D OPPORTUNITÉS D AFFAIRES ET DE VISIBILITÉ SANS ÉQUIVALENT UNE

Plus en détail

Les Parcs naturels régionaux

Les Parcs naturels régionaux Les Parcs naturels régionaux Des collectivités territoriales engagées pour la préservation de la biodiversité Thierry MOUGEY - Fédération des PNR de France DÉFINITION D UN PARC NATUREL RÉGIONAL Peut être

Plus en détail

L AFSCA un service au public

L AFSCA un service au public L AFSCA un service au public CU-COC-809718-CX Editeur responsable: Gil Houins, C.E.O. CA-Botanique, Food Safety Center, Bd du Jardin botanique 55 1000 Bruxelles L AFSCA : un service au public! Organisme

Plus en détail

Table des matières. ¼ ¼Communiqué de presse...2 ¼¼Pourquoi étudier l éco-habitat à l école?...3

Table des matières. ¼ ¼Communiqué de presse...2 ¼¼Pourquoi étudier l éco-habitat à l école?...3 Table des matières ¼ ¼Communiqué de presse...2 Pourquoi étudier l éco-habitat à l école?...3 ¼ ¼Synthèse et objectifs du projet...4 ¼ ¼Le guide pédagogique...5 ¼ ¼Le site Internet...6 ¼ ¼Les partenaires...7

Plus en détail

Dossier de presse Une convention pour la connaissance et la protection des grands rapaces des Pyrénées

Dossier de presse Une convention pour la connaissance et la protection des grands rapaces des Pyrénées Dossier de presse Une convention pour la connaissance et la protection des grands rapaces des Pyrénées La LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et le Parc national des Pyrénées viennent de signer

Plus en détail

FR - 2015. Service Public Fédéral FINANCES

FR - 2015. Service Public Fédéral FINANCES L UNION FAIT LA FORCE FR - 2015 Service Public Fédéral FINANCES AVANT - PROPOS Le but de cette brochure est de fournir une information générale sur le nouveau système de Tax Shelter, basée sur la Loi

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F)

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) BRUXELLES SPF ECONOMIE, PME, CLASSES MOYENNES ET ENERGIE AFG07004 Contexte de la fonction Le Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes

Plus en détail

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Contexte La région Midi-Pyrénées bénéficie d un patrimoine naturel exceptionnel. Il faut toutefois constater un déficit de connaissance

Plus en détail

The ICT Forum you need. 1 er octobre 2013. @ Aula Magna Louvain-la-Neuve DOSSIER PARTENAIRES. www.digiwal.eu

The ICT Forum you need. 1 er octobre 2013. @ Aula Magna Louvain-la-Neuve DOSSIER PARTENAIRES. www.digiwal.eu 1 er octobre 2013 @ Aula Magna Louvain-la-Neuve DOSSIER PARTENAIRES www.digiwal.eu by DIGIWAL VOUS OFFRE EN UN SEUL LIEU UN CONCENTRÉ D OPPORTUNITÉS D AFFAIRES ET DE VISIBILITÉ SANS ÉQUIVALENT UNE VISION

Plus en détail

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Andréanne Blais biologiste, chargée de projet 4 décembre 2012 Ordre de la présentation

Plus en détail

Étude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne PHASE 4. Préconisation Axes de développement & Actions

Étude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne PHASE 4. Préconisation Axes de développement & Actions Étude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne PHASE 4 Préconisation Axes de développement & Actions 1 Conseil, recherche, conception, rédaction, synthèse, réalisation et suivi de l étude : Véronique Charpenet-Bouchard

Plus en détail

www.valdefensch-tourisme.com

www.valdefensch-tourisme.com Val de Fensch Tourisme Guide de l adhérent 2015 Office de Tourisme du Val de Fensch 2 rue de l Hôtel de Ville - 57700 Hayange Tél : +33 (0)3 82 86 65 30 - info@valdefensch-tourisme.com Nos missions, nos

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

ECD Watch. Les. Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales. Un outil pour la conduite responsable des entreprises

ECD Watch. Les. Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales. Un outil pour la conduite responsable des entreprises ECD Watch Les Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales Un outil pour la conduite responsable des entreprises À propos des Principes directeurs de l OCDE à l intention

Plus en détail

Chapitre 1 Natura 2000 en quelques mots

Chapitre 1 Natura 2000 en quelques mots Chapitre 1 Natura 2000 en quelques mots Natura 2000, qu est ce que c est? Définition : Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels résultant de l application de deux directives européennes : la

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

CHARTE FONDATRICE DU RÉSEAU TELA BOTANICA. Le Réseau de communication et d échanges des Botanistes Francophones

CHARTE FONDATRICE DU RÉSEAU TELA BOTANICA. Le Réseau de communication et d échanges des Botanistes Francophones CHARTE FONDATRICE DU RÉSEAU TELA BOTANICA Le Réseau de communication et d échanges des Botanistes Francophones 1) LE CONTEXTE DU PROJET La botanique n est pas qu un loisir qui consiste à admirer les nombreuses

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ

AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ ADVIES OVER HET ONTWERP VAN KONINKLIJK BESLUIT HOUDENDE DE FACTURATIE VAN ELEKTRICITEIT EN GAS BRUXELLES

Plus en détail

Programme SPORT. Les actions suivantes dans le domaine du sport sont mises en œuvre à travers ce guide du programme:

Programme SPORT. Les actions suivantes dans le domaine du sport sont mises en œuvre à travers ce guide du programme: Programme SPORT Quelles actions sont soutenues? Les actions suivantes dans le domaine du sport sont mises en œuvre à travers ce guide du programme: Partenariats collaboratifs Manifestations européennes

Plus en détail

1995 2015 : 20 années de Mesures Agro-Environnementales (MAE) en Wallonie

1995 2015 : 20 années de Mesures Agro-Environnementales (MAE) en Wallonie 1995 2015 : 20 années de Mesures Agro-Environnementales (MAE) en Wallonie L année 2015 marque le 20 ème anniversaire du programme agro-environnemental en Wallonie. A cette occasion, l asbl Natagriwal a

Plus en détail

LA LPO S ENGAGE EN FAVEUR D UN ACCORD AMBITIEUX ET CONTRIBUE FORTEMENT A LA MOBILISATION DE TOUS POUR LA COP 21

LA LPO S ENGAGE EN FAVEUR D UN ACCORD AMBITIEUX ET CONTRIBUE FORTEMENT A LA MOBILISATION DE TOUS POUR LA COP 21 DOSSIER DE PRESSE Novembre 2015 LA LPO S ENGAGE EN FAVEUR D UN ACCORD AMBITIEUX ET CONTRIBUE FORTEMENT A LA MOBILISATION DE TOUS POUR LA COP 21 EDITO Du 30 novembre au 11 décembre 2015, la COP 21 se déroule

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Le milieu naturel DES IDÉES POUR PASSER À L ACTION

Le milieu naturel DES IDÉES POUR PASSER À L ACTION DES IDÉES POUR PASSER À L ACTION Vous êtes un acteur du milieu scolaire et désirez organiser une activité dans le cadre du Jour de la Terre? Rien de plus facile! Les parents peuvent aussi y participer.

Plus en détail

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine pourquoi s inquiéter? Les entreprises européennes souhaitent pénétrer le marché

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Chaque partenaire relais d une agence de l eau est invité à compléter cette fiche d évaluation à l issue des manifestations (réunions, expositions,

Plus en détail

47. TABLEAU DE BORD D'INDICATEURS ENVIRONNEMENTAUX POUR UN

47. TABLEAU DE BORD D'INDICATEURS ENVIRONNEMENTAUX POUR UN 47. TABLEAU DE BORD D'INDICATEURS ENVIRONNEMENTAUX POUR UN 1.Introduction DÉVELOPPEMENT DURABLE À BRUXELLES L'objectif du tableau de bord d indicateurs (TBI) est de montrer comment évolue l état, la gestion

Plus en détail

Fiche technique. Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges. Objectifs»Amener le public à prendre conscience des conséquences

Fiche technique. Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges. Objectifs»Amener le public à prendre conscience des conséquences Réservations Thème Public : Hors écoles Public : Écoles et collèges Présentation de l atelier éducatif Aménagement urbain, développement durable. Agriculture urbaine. Créez et entretenez votre propre jardin

Plus en détail

Objet : Invitation à l édition 2012 du Jour de la Terre aux musées

Objet : Invitation à l édition 2012 du Jour de la Terre aux musées Montréal, le 8 novembre 2011 Objet : Invitation à l édition 2012 du Jour de la Terre aux musées Madame, Monsieur, Institutions culturelles Depuis sept ans, divers musées, bibliothèques et centres culturels

Plus en détail

Le Sud à votre porte Les expositions et le stand de la Coopération belge au développement

Le Sud à votre porte Les expositions et le stand de la Coopération belge au développement Le Sud à votre porte Les expositions et le stand de la Coopération belge au développement DGD / Thomas Hiergens Empruntez gratuitement les expositions de la Coopération belge au Développement Quoi, pourquoi

Plus en détail

FORMATION (gratuite) Reconnaissance et Gestion DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES

FORMATION (gratuite) Reconnaissance et Gestion DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de la Haute-Vienne Adresse : 13 Rue Auguste Comte -CS 92092-87070 LIMOGES Siret : 412 109 670 00031 Code APE : 7120

Plus en détail

L AGENCE DE L EAU RHONE MEDITERRANEE

L AGENCE DE L EAU RHONE MEDITERRANEE Mise en œuvre de la charte régionale «Vers une région sans pesticide, nos collectivités s engagent» Convention de partenariat Région/Agence de l Eau/Agence Régionale pour l Environnement et l Ecodéveloppement

Plus en détail

LILLE METROPOLE : «Minidéchets»

LILLE METROPOLE : «Minidéchets» LILLE METROPOLE : «Minidéchets» Le programme transfrontalier franco-belge «minidéchets» s inscrit dans le cadre du programme européen INTERREG III. Il a démarré en octobre 00 et s étend sur 5 ans (00-007.

Plus en détail

CELEBRATION DE L AIDB AU BENIN : ACTIVITES PHARES l AIDB

CELEBRATION DE L AIDB AU BENIN : ACTIVITES PHARES l AIDB CELEBRATION DE L AIDB AU BENIN : ACTIVITES PHARES l AIDB Contexte et justification L une des plus importantes résolutions de la Conférence des Nations Unies sur l Environnement et le Développement tenue

Plus en détail

M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes»

M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes» M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes» Termes de référence de la composante 1 Plans de Formation Introduction L initiative Sud Expert Plantes du Ministère français des Affaires Etrangères soutient l'effort

Plus en détail

Réunion d information préalable du public

Réunion d information préalable du public Réunion d information préalable du public Demande de permis d environnement Mise en location de kayaks sur la Lesse entre Houyet et Anseremme 15 juin 2015 Contenu de la réunion Présidence de la réunion

Plus en détail

Architecte d infrastructures informatiques

Architecte d infrastructures informatiques Architecte d infrastructures informatiques E1C23 Infrastructures informatiques - IR L architecte d infrastructures informatiques pilote la conception, le déploiement et la mise en oeuvre d'architectures

Plus en détail

Braine-le-Château : aménagement d un lieu de convivialité intergénérationnelle sur le terrain communal jouxtant la maison du Bailli

Braine-le-Château : aménagement d un lieu de convivialité intergénérationnelle sur le terrain communal jouxtant la maison du Bailli Braine-le-Château : aménagement d un lieu de convivialité intergénérationnelle sur le terrain communal jouxtant la maison du Bailli DESCRIPTION DU PROJET Le projet consiste en l aménagement de l ancien

Plus en détail

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Dossier de presse Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et la Fondation Bâtiment-Énergie Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Le Plan Bâtiment Durable... 2 La Fondation Bâtiment-Énergie...

Plus en détail

Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré

Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré Conférence-débat SNPN sur les espèces invasives Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré Photo : Jean-Luc Potiron Jean-Marc Pons Origine, Structure et Evolution de la biodiversité,

Plus en détail

Enseignement Fondamental

Enseignement Fondamental Enseignement Fondamental enseignement fondamental L Enseignement à distance dispense des cours de Français, de Mathématiques, de Néerlandais et d Eveil scientifique conçus pour des enfants de six à douze

Plus en détail

Théme 1: matière organique et biodiversité

Théme 1: matière organique et biodiversité Théme 1: matière organique et biodiversité Jan Valckx Provincie Limburg (B) Union européenne - Europese Unie Fonds Européen de Développement Régional Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Interreg

Plus en détail

MARTIN Bertrand 1,2, GUTLEBEN Caroline 2, COLSON François 2

MARTIN Bertrand 1,2, GUTLEBEN Caroline 2, COLSON François 2 Aménagement et gestion des espaces verts pour produire, sous contraintes réglementaires, des bouquets de services écosystémiques : Témoignage de la ville de Rennes MARTIN Bertrand 1,2, GUTLEBEN Caroline

Plus en détail

Investir dans la recherche écologique de pointe

Investir dans la recherche écologique de pointe Investir dans la recherche écologique de pointe Laboratoire national d énergie renouvelable Partenariat public-privé Investir dans l innovation environnementale Aux partenaires éventuels : La dégradation

Plus en détail

29 ème Festival International du Film Francophone de Namur 3 10 octobre 2014

29 ème Festival International du Film Francophone de Namur 3 10 octobre 2014 29 ème Festival International du Film Francophone de Namur 3 10 octobre 2014 Le 29 ème Festival International du Film Francophone (FIFF) se déroulera du 3 au 10 octobre 2014 à Namur. L Asbl Festival International

Plus en détail

Portrait de l industrie horticole ornementale québécoise. Par Julie Ouellet

Portrait de l industrie horticole ornementale québécoise. Par Julie Ouellet Portrait de l industrie horticole ornementale québécoise Par Julie Ouellet La Filière ornementale Fournisseurs de produits et services horticoles Jardinerie Pépinières Serres Gazonnières Aménagement paysager

Plus en détail

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau 1 Direction générale opérationnelle de l'agriculture, des Ressources naturelles et de l'environnement Département de l'agriculture Département de la Nature et des Forêts Département de la Ruralité et des

Plus en détail

Créer votre Refuge LPO, c est faire partie d un réseau et partager et enrichir ses expériences, ses connaissances et son savoir-faire.

Créer votre Refuge LPO, c est faire partie d un réseau et partager et enrichir ses expériences, ses connaissances et son savoir-faire. Dans un parc, un jardin, à votre porte, que ce soit à la ville ou à la campagne, la nature peut se révéler extraordinairement riche et variée Malheureusement, de nombreuses espèces autrefois communes sont

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004 Rédacteur : Jean-Marc FAUCONNIER - Téléphone : 02 54 51 56 70 e-mail : cdpne@wanadoo.fr FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

FORMATION (gratuite) Reconnaissance et Gestion DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES

FORMATION (gratuite) Reconnaissance et Gestion DES PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de la Haute-Vienne Adresse : 13 Rue Auguste Comte -CS 92092-87070 LIMOGES Siret : 412 109 670 00031 Code APE : 7120

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 POUR UN PROJET DE DEFRICHEMENT

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 POUR UN PROJET DE DEFRICHEMENT PRÉFET DE MEURTHE-ET-MOSELLE FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 POUR UN PROJET DE DEFRICHEMENT Coordonnées du demandeur : Nom (personne morale ou physique) :...... Adresse :..........

Plus en détail