Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie"

Transcription

1 Question de point de vue Rue de Gembloux, Saint-Servais Tél : 081/ Fax : 081/ Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie Cette analyse est téléchargeable sur : Avec le soutien de Par le Réseau wallon pour l'accès durable à l'énergie (Rwadé) La libéralisation des secteurs du gaz et de l électricité a compliqué l accès des ménages à la fourniture. Elle a aussi impliqué pour les CPAS et pour le secteur associatif concerné la nécessité d accueillir et de traiter de nouvelles demandes de la part de leurs usagers, souvent désemparés et confrontés à des situations qu ils ne maîtrisent pas. C est pourquoi le Rwadé plaide activement depuis plusieurs années pour la création d un service d appui. Ce projet est tout juste en voie de réalisation. L occasion d en rappeler les avantages. La libéralisation des marchés du gaz et de l'électricité a engendré de nombreux et profonds changements. Outre la séparation des métiers de gestion des réseaux et de fourniture qui reste peu lisible pour la majorité des ménages, ces derniers sont passés d'un statut d'usager d'un service (semi) public, à un statut de client contraint de «négocier» les conditions de leur accès à l'énergie avec des fournisseurs qui disposent des moyens humains, juridiques et économiques de maîtriser les législations en vigueur. S'il convient de renforcer le cadre légal de protection des consommateurs, il convient aussi de leur fournir les moyens de faire usage de ces protections. Dans ce contexte, l'europe elle-même reconnait, à travers sa dernière directive, l'importance de renforcer le pouvoir des consommateurs, avec une attention particulière aux consommateurs vulnérables et à la lutte contre la précarité énergétique (Art. 3, directive 2009/72/CE). Outiller les ménages dans leurs relations conflictuelles avec leurs fournisseurs permettrait de rééquilibrer, en partie au moins, l'asymétrie de leurs rapports. Répondre à un nouveau besoin d'accompagnement En Région wallonne, les ménages confrontés à des relations conflictuelles avec leur fournisseur, ne comprenant pas la nouvelle organisation des marchés et ne maîtrisant pas les législations fédérales et régionales qui définissent leurs droits et obligations, se sont massivement tournés vers les CPAS, mais aussi vers le secteur associatif (services des mutuelles, des syndicats, services sociaux associatifs, associations défendant le droit au logement, Agences immobilières sociales - AIS, 1

2 Sociétés de logement sociaux - SLSP...) qui ont ainsi fait face à un important flux de nouvelles demandes, les éloignant parfois de leurs missions de base. Il y a donc en Région wallonne un large vivier d'intervenants sociaux susceptibles d'apporter une réponse de première ligne à ces nouvelles demandes de la population (choix d'un contrat de fourniture, problèmes de déménagement, contestation de facture, démarchage abusif, négociation d'un plan de paiement). Encore faut-il que ces intervenants sociaux puissent eux-mêmes maîtriser les mesures de protection des consommateurs mises en place au niveau fédéral et régional et disposer des ressources pour activer les procédures de recours existantes. En effet, des services (fédéral et régional) de médiation ont été mis en place. Mais ceux-ci exigent généralement des consommateurs qu'ils commencent par porter plainte auprès de leur fournisseur. Ces plaintes ne sont pas forcément faciles à rédiger, y compris par les travailleurs sociaux confrontés à des situations parfois imbriquées (demande de placement de compteur à budget alors que la facture ou la validité du contrat pourrait faire l'objet d'une contestation) vécues par les usagers de leurs services. Outiller les intermédiaires sociaux La création d'un service d'appui permettrait d'assurer un soutien de seconde ligne à ce vivier d'intervenants sociaux. Ce soutien prendrait la triple forme d'un processus de formation continuée (permettant aux travailleurs de détecter les situations problématiques et le type de réponses à y apporter), de soutien de seconde ligne (permettant aux travailleurs sociaux confrontés à tel cas particulier d'apporter une réponse adéquate et argumentée) et de prise en charge des situations les plus difficiles. Il conviendra de définir dans une convention entre le service d'appui et les centres locaux, les limites entre les tâches que les travailleurs sociaux pourront réaliser en première ligne (et pour lesquelles ils seront mieux outillés qu'aujourd'hui) et celles qui seront déléguées au service d'appui. La création de ce service d'appui permettra donc d'améliorer la qualité des services de première ligne actuellement rendus et de décharger ces services des cas les plus difficiles qui, faute d'expertise suffisante au niveau local, mobilisent d'importantes ressources. Un élargissement structuré des services sociaux reconnus Les différents services sociaux qui assurent un accompagnement des ménages confrontés à des relations conflictuelles avec leur fournisseur, qu'ils soient issus du secteur public comme du secteur associatif, pourraient s'affilier au service d'appui. Cette affiliation ouvrirait le droit de faire appel au soutien de seconde ligne, tandis que les conditions de l'affiliation seraient précisément définies. Sur cette base, un service social verra sa légitimité d'action mieux reconnue, notamment à l'égard des autres acteurs du marché. Suite aux difficultés rencontrées par les travailleurs sociaux pour joindre les call centers des fournisseurs et obtenir de leur part un suivi des différents dossiers, les CPAS ont obtenu une ligne téléphonique spécifique mise à leur disposition par les différents fournisseurs. Faute d'une structuration suffisante des services sociaux organisés par le secteur associatif et par les organisations sociales (dont la plupart sont reconnues comme organisation de consommateur), les travailleurs sociaux de ces secteurs n'ont actuellement pas accès à cette ligne 2

3 téléphonique spécifique, ce qui limite leurs possibilités de mener un accompagnement efficace des usagers de leurs services. La création du service d'appui et ses modalités d'affiliation permettrait une reconnaissance publique du travail d'accompagnement actuellement réalisé par ce secteur par nature très hétérogène. Ce faisant, ces travailleurs sociaux verraient la légitimité de leur action reconnue par les acteurs du marché. Les travailleurs des services sociaux «associatifs» affiliés au service d'appui pourraient se voir attribuer un statut de «conseiller». Ce statut pourrait être légalement défini dans les décrets gaz et électricité. Une série de missions pourraient être confiées à ces conseillers, notamment en matière de négociation de plan de paiement, voire pour l'octroi du statut de client protégé. Renforcer l'information générale et sa qualité Une mission d'information générale pourrait également être confiée au service d'appui juridique, qui pourrait contribuer à la rédaction comme à la diffusion (de brochure) d'information, en s'appuyant notamment sur la presse associative particulièrement abondante dans notre Région. Celle-ci aborde déjà le sujet, sans toutefois apporter d'éclairage systématiquement précis sur des matières qui sont souvent complexes. Cette mission viendrait en complément de l'obligation faite aux fournisseurs de diffuser tout document édité par la Région, qu'il convient de conserver, mais de limiter à des circonstances particulières. Dans un second temps, l'existence d'un tel service d'appui pourrait permettre de détacher un travailleurs social (par exemple pour assurer des moments de permanence organisés localement par les communes) visant à renforcer périodiquement les effectifs des services locaux, selon des modalités restant à définir, mais qui permettraient d'apporter une expertise précieuse aux pouvoirs locaux, en particulier à ceux dont la taille ne permet pas d'engager une personne à temps plein pour assurer cette mission. Le service d'appui pourrait également se voir confier une mission de concertation avec les services de médiation qui sont parfois en panne d'interlocuteurs pour améliorer une série de dispositifs, notamment en matière de déménagements problématiques. Le service d'appui pourrait enfin se voir confier une mission de recherche sur les problématiques spécifiquement rencontrées par les clients résidentiels dans leur accès aux services de l'énergie. Accompagner les consommateurs en CLE Le service d'appui pourrait également se voir confier une mission d'accompagnement ou de représentation des consommateurs convoqués aux Commissions locales de l énergie - CLE. Les CLE peuvent être saisies pour une série de situations liées au défaut de paiement. Actuellement, tout client peut en effet s'y faire représenter ou assister par une personne de son choix (Chap. VII, Art. 33ter. 2, 2 ). Dans la pratique cependant, peu de clients font usage de ces possibilités, notamment faute de pouvoir identifier les personnes ressources compétentes. Dans certains cas, le travailleur social présent dans les CLE ne se sent pas toujours suffisamment outillé pour défendre le dossier de l'usager de son service, face au représentant du GRD dont c'est le métier principal. Sur demande du client (ou du travailleur social), un employé du service d'appui pourrait ainsi accompagner ou représenter le client lors de son passage en 3

4 CLE, en tant que «représentant des consommateurs 1». Il convient de préciser que l'intervention et le rôle de ce «représentant des consommateurs» seraient complémentaires à ceux du travailleur social du CPAS. Le représentant des consommateurs n aura pas à évaluer la situation sociale de l usager qui reste la prérogative du CPAS. L'assistant social resterait en effet, avec le représentant du conseil de l'action sociale, les seuls juges des difficultés rencontrées par le client du fait de sa situation sociale et les seuls garants de la justification d'apporter une aide sociale. Le rôle du «représentant des consommateurs» se limiterait donc à apporter un soutien et un éclairage sur le respect des législations 2 en vigueur et de l'état de la jurisprudence. Il pourra également développer une vision propre des modalités de décision des CLE sur l'ensemble des 262 CLE régionales. Les représentants du CPAS pourront ainsi disposer d'un regard et d'une analyse complémentaire à celui que seuls les GRD 3 sont actuellement en mesure de leur fournir. La présence d'un «représentant des consommateurs» nous semble d'autant plus importante dans le cadre des «CLE fournisseurs» chargées de statuer sur le caractère raisonnable d'un plan de paiement. En effet, dans ce cadre plus encore que dans le cadre actuel, il conviendra de développer une «jurisprudence» sur le caractère raisonnable du plan de paiement, que les travailleurs sociaux seront difficilement en mesure de 1 Voir le point relatif à la structure institutionnelle. 2 A ce titre, nous sommes étonnés du nombre de retraits de limiteur de puissance décidé par les CLE alors même que les GRD n'ont que très rarement respecté les délais dans lesquels ils devaient réagir face à un non-rechargement des compteurs à budget. Un représentant des consommateurs aurait sans doute pu utilement rappeler aux différents membres de la commission en quoi le nonrespect de cette obligation a pu accentuer une situation sociale parfois déjà difficile. 3 Gestionnaires du réseau de distribution. maîtriser, face à des représentants des fournisseurs présents dans les 262 CLE et disposant de ressources humaines, juridiques et économiques. La présence d'un représentant des consommateurs permettra de fournir aux représentants du CPAS une contre-expertise susceptible d'équilibrer la discussion et de garantir ainsi des décisions plus équilibrées. Enfin, le service d'appui pourra diffuser cette jurisprudence régionale auprès de l'ensemble des services sociaux afin qu'ils puissent la mettre en pratique dès le stade de la négociation du plan de paiement. Les services sociaux pourront également faire appel au service d'appui afin de décider s'il est pertinent, au regard de la «jurisprudence régionale» de contester le caractère raisonnable du plan et de saisir la CLE. Un tel dispositif permettra donc de contribuer à limiter le recours au CLE. Financement du service d'appui et rapports avec la Région Le financement de ce service pourrait être assuré par l'ensemble des consommateurs, selon des modalités similaires à celles qui prévalent pour le financement de la CWaPE (régulateur wallon). Il convient par ailleurs de s interroger sur la complémentarité de ce service d'appui avec la proposition fédérale d obligation pour les fournisseurs de disposer d un bureau par province 4. Il nous semble que la création d un service juridique s appuyant sur l expertise des organisations de consommateurs ait un coût largement inférieur à ceux que vont générer cette proposition fédérale. De plus, ce service offrira aux 4 Ce point provient d une proposition de résolution du parlement fédéral belge déposée le 1 er octobre 2010 visant à renforcer la protection des consommateurs dans le marché libéralisé de l'électricité et du gaz. (Doc /001). 4

5 consommateurs des informations sur leurs droits et devoirs davantage pertinentes, puisqu indépendantes des fournisseurs et des GRD. La Région bruxelloise a créé un service d'appui aux consommateurs indépendant des acteurs du marché : Infor-Gaz-Elec. Ce service est institué par ordonnance et dispose actuellement de quatre équivalents tempsplein. La création et les missions du service d'appui pourraient être définies dans les décrets organisant les marchés du gaz et de l'électricité qui préciseraient également ses moyens de financement qui pourraient être assurés par le fonds énergie. Le service d'appui soumettrait chaque année au gouvernement un rapport sur l'exécution de ses missions ainsi que sur les évolutions des difficultés rencontrées par les consommateurs résidentiels dans les marchés du gaz et de l'électricité. Le ministre transmettrait ce rapport au Parlement wallon. considérablement réduits dans les organes de régulation qui leur ont succédé. Si une représentation est assurée au conseil général de la CREG, aucune forme de représentation des intérêts des consommateurs n'est assurée au niveau de la Région. Alors que la CWaPE rencontre régulièrement les représentants des fournisseurs et des gestionnaires de réseau afin de recueillir leurs points de vue, elle n'a actuellement pas d'interlocuteur représentant l'ensemble des consommateurs. La création de ce service d'appui, à la tête duquel se retrouveraient les organisations de consommateurs, pourrait pallier à ce manque d'interlocuteur et fournir aux organisations membres un niveau d'expertise suffisante que pour faire valoir leurs intérêts de la manière constructive et argumentée. Le Rwadé se réjouit de voir que le gouvernement wallon a pris la mesure de l intérêt d un tel soutien de seconde ligne. En effet, une expérience pilote de trois ans va voir le jour en Nul doute que nous aurons l occasion d en reparler. Structure institutionnelle du service d'appui Le service d'appui juridique serait un organisme autonome ayant la personnalité juridique et ayant son siège dans l'arrondissement de Namur. Le conseil d'administration du service d'appui juridique serait constitué pour partie à partir des services sociaux affiliés et pour partie à partir des membres du Conseil des usagers représentants les consommateurs résidentiels (cfr infra). Une présence syndicale, mutualiste et des CPAS serait garantie. Il convient de constater que dans la foulée de l'ouverture de la vente des kwh de gaz et d'électricité à la concurrence, la présence et le rôle des organisations de consommateurs dans les organes de contrôle d'hier, ont été 5

Le pour et le contre de la libéralisation du gaz et de l'électricité à Bruxelles Perspectives futures (2 ème partie)

Le pour et le contre de la libéralisation du gaz et de l'électricité à Bruxelles Perspectives futures (2 ème partie) Question de point de vue Rue de Gembloux, 48-5002 Saint-Servais Tél : 081/73.40.86 - Fax : 081/74.28.33 secretariat@equipespopulaires.be Cette analyse est téléchargeable sur : www.equipespopulaires.be

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

Facture annuelle p. 1/9 - Electrabel. Votre code Zoomit : 11111 Votre identifiant : (www.electrabel.be)0 00/BE ZFRBC 5 B-W2-L9

Facture annuelle p. 1/9 - Electrabel. Votre code Zoomit : 11111 Votre identifiant : (www.electrabel.be)0 00/BE ZFRBC 5 B-W2-L9 Facture annuelle p. 1/9 - Electrabel Données client 1. Numéro de client 2. Nom et adresse 3 1 Votre code Zoomit : 11111 Votre identifiant : (www.electrabel.be)0 Données facture 3. Numéro de facture 4.

Plus en détail

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références Guide sur les Programmes pour les Indiens Volume 1 Immobilisations et entretien Systèmes d'alimentation et distribution électrique 1.0 Objet 1.1 La présente directive énonce la politique du ministère des

Plus en détail

La libéralisation des secteurs du gaz et de l électricité en Région wallonne

La libéralisation des secteurs du gaz et de l électricité en Région wallonne La libéralisation des secteurs du gaz et de l électricité en Région wallonne Jehan Decrop, Thibaud De Menten, Christine Steinbach Le droit à un logement décent l exige! Une publication du Rwadé, avec le

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 06/2010 du 3 février 2010 Objet : avant-projet de décret relatif à l'archivage administratif La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ; Vu la loi du 8 décembre

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

Revendications pour les élections fédérales 2014

Revendications pour les élections fédérales 2014 Coordination Gaz-Electricité-Eau Bruxelles (CGEE) Rue du Grand Duc, 58 1040 Bruxelles E-mail : coordinationgee@yahoo.fr claude.adriaenssens@asbl-csce.be Revendications pour les élections fédérales 2014

Plus en détail

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE AVIS A. 1156 Relatif à l avant- projet de décret modifiant le décret du 12 avril 2001 relatif à l organisation du marché régional de l électricité, visant à instaurer une base juridique pour le financement

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération du 16 juillet 2014 de la Commission de régulation de l énergie portant proposition de décret modifiant le décret n 2010-1022 du 31 août 2010 relatif aux dispositifs de comptage

Plus en détail

* * * Loi n 07-08 portant transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme

* * * Loi n 07-08 portant transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme Dahir n 1-10-09 du 26 safar 1431 portant promulgation de la loi n 07-08 portant transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme. (B.O. n 5822 du 18 mars 2010). Vu la Constitution, notamment ses articles

Plus en détail

LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL DANS LE SECTEUR PUBLIC

LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL DANS LE SECTEUR PUBLIC LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL DANS LE SECTEUR PUBLIC LES ACTEURS INTERNES I. Les relations collectives sont fixées par le statut syndical Dans le secteur public, les relations collectives du travail trouvent

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

CONDITIONS OCTA+ ASSISTANCE

CONDITIONS OCTA+ ASSISTANCE CONDITIONS OCTA+ ASSISTANCE Article 1. Définitions Adresse : L'adresse de livraison applicable chez OCTA+ pour le contrat d'électricité et/ou de gaz. Ethias : Ethias S.A., rue des Croisiers 24, 4000 Liège

Plus en détail

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4315 Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 118, alinéa 2, de la loi relative à l assurance obligatoire soins de santé

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel Fiche pratique /Mes démarches L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel L'ouverture à la concurrence des marchés de l électricité et du gaz naturel est effective depuis le 1er juillet

Plus en détail

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : 480718-170856752 / YM Date de la saisine : 11 juin 2008 Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Mme H. Fournisseur(s)

Plus en détail

l énergie GUIDE OUVERTURE À LA CONCURRENCE DES MARCHÉS DE Depuis le 1 er juillet 2004,

l énergie GUIDE OUVERTURE À LA CONCURRENCE DES MARCHÉS DE Depuis le 1 er juillet 2004, OUVERTURE À LA CONCURRENCE DES MARCHÉS DE l énergie Depuis le 1 er juillet 2004, les marchés de l énergie sont ouverts à la concurrence pour les collectivités locales. Cela signifie que la collectivité

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Secrétariat général Service des ressources humaines Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP 0149554955 Note de service SG/SRH/SDDPRS/2014-932

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail

Titre CIRCULAIRE N 2011-02 du 17 janvier 2011

Titre CIRCULAIRE N 2011-02 du 17 janvier 2011 Titre CIRCULAIRE N 2011-02 du 17 janvier 2011 Objet - RÈGLES RELATIVES À L ASSURANCE CHÔMAGE APPLICABLES AUX EMPLOYEURS PUBLICS - CONSÉQUENCES POUR L ASSURANCE CHÔMAGE DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE 26

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019 Cet appel sollicite les responsables des gouvernements afin qu'ils s'engagent à relever ces enjeux dès l entrée en fonction de la nouvelle législature. Appel pour une politique stratégique et coordonnée

Plus en détail

Politique sur l accès aux documents et sur la protection des renseignements personnels

Politique sur l accès aux documents et sur la protection des renseignements personnels Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1511-00-12 Nombre de pages : 6 Politique sur l accès aux documents et sur la protection des renseignements personnels Amendée par le Comité exécutif le 4 octobre 2006

Plus en détail

ACN Energie en partenariat avec Direct Energie Présentation marché et produits

ACN Energie en partenariat avec Direct Energie Présentation marché et produits ACN Energie en partenariat avec Direct Energie Présentation marché et produits 1 Sommaire 1. Direct Energie en quelques mots 2. Aperçu du marché 3. L'essentiel sur l'électricité et le gaz 4. Electricité

Plus en détail

Statuts de la Coopérative suisse des artistes interpretes SIG

Statuts de la Coopérative suisse des artistes interpretes SIG Coopérative suisse des artistes interpretes SIG avenue de la Gare 2, CH- 2000 Neuchâtel, Tél. +41 77 251 97 96 Schweizerische Interpretengenossenschaft SIG Kasernenstrasse 15, CH- 8004 Zürich Tel +41 43

Plus en détail

IDEAL Connaissances. Au service de la performance publique

IDEAL Connaissances. Au service de la performance publique IDEAL Connaissances Au service de la performance publique Présentation des premières conclusions de l enquête sur la gestion technique des aires d accueil Présentation du Réseau Gens du Voyage La gestion

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Loi n 46-628 du 8 avril 1946. Loi sur la nationalisation de l'électricité et du gaz

Loi n 46-628 du 8 avril 1946. Loi sur la nationalisation de l'électricité et du gaz Loi n 46-628 du 8 avril 1946 Loi sur la nationalisation de l'électricité et du gaz version consolidée au 8 décembre 2006 - Publication au JORF du 9 avril 1946 Titre Ier : De la nationalisation des entreprises

Plus en détail

Primes énergie 2011. Département de l'énergie et Guichet de l'énergie Téléphone : 078 15 00 06 - Fax : 081 33 55 11 http://energie.wallonie.

Primes énergie 2011. Département de l'énergie et Guichet de l'énergie Téléphone : 078 15 00 06 - Fax : 081 33 55 11 http://energie.wallonie. Primes énergie 2011 Renvoyez l'original de ce formulaire (pas de copie) complété, signé et accompagné des annexes dans les 4 mois prenant cours à la date de la facture finale à votre gestionnaire de réseau

Plus en détail

ACN Energie en partenariat avec Direct Energie Présentation marché et produits

ACN Energie en partenariat avec Direct Energie Présentation marché et produits ACN Energie en partenariat avec Direct Energie Présentation marché et produits 1 Sommaire 1. Direct Energie - Présentation de l'enteprise 2. Aperçu du marché 3. L'essentiel sur l'électricité et le gaz

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 ------------------------------------------------------------------

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 ------------------------------------------------------------------ CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 ------------------------------------------------------------------ Séance du mercredi 9 novembre 2005 -------------------------------------------------- CONVENTION

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

OUI OUI NON. Principalement circulateur de chauffage avec variateur de vitesse IEE 0,23 des logements individuels.

OUI OUI NON. Principalement circulateur de chauffage avec variateur de vitesse IEE 0,23 des logements individuels. PRIME ÉNERGIE E5 VARIATEUR DE FRÉQUENCE (dont circulateur de chauffage IEE 0,23) Décision du 11 décembre 2014 du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d approbation du programme d exécution relatif

Plus en détail

Notre énergie à votre service

Notre énergie à votre service Notre énergie à votre service Stéphane Moreau CEO TECTEO Group André Gilles Président du Conseil d administration L Association Liégeoise d Électricité (ALE) a vécu et est devenue Tecteo Group suite à

Plus en détail

La demande de dispense de cotisations sociales

La demande de dispense de cotisations sociales La demande de dispense de cotisations sociales 012 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

Le bien-être à l école

Le bien-être à l école Le bien-être à l école >> ETATS DES LIEUX sur l arrondissement de Namur Partenariat entre les AMO de l'arrondissement de Namur (AMO Basse-Sambre à Sambreville, Imagin'AMO à Gembloux, Service Droit des

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

INTRODUCTION A LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DES MANDATAIRES COMMUNAUX EN REGION WALLONE.

INTRODUCTION A LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DES MANDATAIRES COMMUNAUX EN REGION WALLONE. INTRODUCTION A LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DES MANDATAIRES COMMUNAUX EN REGION WALLONE. Séminaire PV assurances à Villers la Ville : 26 juin 2015 Me Johan Vanden Eynde Avocat Bruxelles Charleroi

Plus en détail

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI adoptée le N 18 SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI MODIFIÉE PAR LE SÉNAT modifiant la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de

Plus en détail

LES EVOLUTIONS DE LA DISTRIBUTION A EDF ET GDF SUEZ

LES EVOLUTIONS DE LA DISTRIBUTION A EDF ET GDF SUEZ L A L E T T R E N 12 PA GE 2 LES EVOLUTIONS DE LA DISTRIBUTION A EDF ET GDF SUEZ La distribution de l'électricité et du gaz assurée par EDF et Gaz de France a toujours répondu à la demande et aux besoins

Plus en détail

service Rénovation Mixité sociale Services des entreprises Rénovation urbaine urbaine Mixité sociale Services aux des salariés Le 1 % Logement au

service Rénovation Mixité sociale Services des entreprises Rénovation urbaine urbaine Mixité sociale Services aux des salariés Le 1 % Logement au U nion d E conomie S ociale pour le L ogement Rénovation Rénovation urbaine urbaine Services des Salariés salariés entreprises Services aux des entreprises Septembre 2008 Mixité sociale Mixité sociale

Plus en détail

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat.

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat. Secrétariat général DIRECTION DE L'EVALUATION DE LA PERFORMANCE, ET DES AFFAIRES FINANCIERES ET IMMOBILIERES SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES IMMOBILIERES SLAC/N AFFAIRE SUIVIE PAR : Pierre AZZOPARDI Tél :

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

LES CONGÉS POUR VENTE ET REPRISE

LES CONGÉS POUR VENTE ET REPRISE LES CONGÉS POUR VENTE ET REPRISE Je suis locataire et mon propriétaire veut récupérer son logement... Est-ce légal? Quelle est la différence entre un congé vente et un congé reprise? Que faire? A qui m'adresser?

Plus en détail

CAISSE DE PREVOYANCE MUTUELLE DA LA CONFEDERATION LUXEMBOURGEOISE DES SYNDICATS CHRETIENS - STATUTS -

CAISSE DE PREVOYANCE MUTUELLE DA LA CONFEDERATION LUXEMBOURGEOISE DES SYNDICATS CHRETIENS - STATUTS - CAISSE DE PREVOYANCE MUTUELLE DA LA CONFEDERATION LUXEMBOURGEOISE DES SYNDICATS CHRETIENS - STATUTS - CHAPITRE I - Désignation, siège et but Art. 1. Sous la raison sociale de «VITA», Caisse de Prévoyance

Plus en détail

Code de la publicité écologique

Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique: Préambule Une société saine construit un avenir durable. De plus en plus, le souci de l'homme pour son environnement en constitue un élément

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

ENTENTE DE FUSION UNIFOR

ENTENTE DE FUSION UNIFOR ENTENTE DE FUSION E N T R E : LE SYNDICAT NATIONAL DE L AUTOMOBILE, DE L'AÉROSPATIALE, DU TRANSPORT ET DES AUTRES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DU CANADA (TCA-CANADA) (ci-après appelé «TCA» ou «TCA-Canada»)

Plus en détail

Les badges de chantier*

Les badges de chantier* Fabienne Muller Université de Strasbourg - Octobre 2013 Les badges de chantier* * Travail réalisé à partir de l'exploitation des questionnaires envoyés aux partenaires concernés par les dispositifs, éventuellement

Plus en détail

Mutuelle du Centre Culturel Islamique Luxembourg

Mutuelle du Centre Culturel Islamique Luxembourg Mutuelle du Centre Culturel Islamique Luxembourg (Extrait Mémorial B - Nº22 du 2 avril 2001) REMARQUE : Ce texte contient les modifications apportées en 2006 et 2007 Arrêté ministériel du 14 mars 2001

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

Copropriété & accessibilité

Copropriété & accessibilité Note technique Copropriété & accessibilité Résumé de la législation relative aux travaux d accessibilité des BHC (Bâtiments d Habitation Collectifs) existants Les copropriétés relèvent de la réglementation

Plus en détail

Garde des enfants et droit de visite

Garde des enfants et droit de visite Garde des enfants et droit de visite Lorsque vous ne vivez plus ensemble en famille Conna tre vos droits et vos responsabilités concernant votre enfant Begin a better ending Commencer une meilleure fin

Plus en détail

Table des matières I. GÉNÉRALITÉS

Table des matières I. GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Table des matières VII I. GÉNÉRALITÉS LOI SUR LE CONTRAT D'ASSURANCE TERRESTRE ET ARRÊTÉS D'EXÉCUTION 25 JUIN 1992. LOI sur le contrat d'assurance terrestre. (Mon. 20 août 1992) 3 24

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPB1511507D Intitulé du texte : Décret modifiant les décrets n 2010-509 et n 2010-518 Ministère à l origine de la mesure : Finances et comptes publics

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT MODIFICATION DE LA DIRECTIVE 86/613/CEE SUR L APPLICATION

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES?

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? Que dit exactement la Loi Lagarde? Publiée en juillet 2010, et entrée en vigueur le 2 septembre 2010, la loi Lagarde prévoit des obligations

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

[Contractant] [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence

[Contractant] [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence BESOINS PROPRES DE L'AGENCE LICENCE TYPE DE l'esa 4 [Contractant] et [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence Contrat partiellement

Plus en détail

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée L'Initiative mondiale des réseaux Protéger et faire progresser la liberté d'expression et le respect de la vie privée dans les technologies de l information et de la communication Principes de liberté

Plus en détail

Fonctionnement des Marchés électriques, Distribution, Energies renouvelables E N E R G I E 2 0 0 8

Fonctionnement des Marchés électriques, Distribution, Energies renouvelables E N E R G I E 2 0 0 8 Sart-Tilman B28 Université de Liège Cours ELEC0018-1 Fonctionnement des Marchés électriques, Distribution, Energies renouvelables Ce cours sur le fonctionnement des marchés énergétiques est ouvert aux

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

FICHE PRATIQUE MAISON DES LYCEENS

FICHE PRATIQUE MAISON DES LYCEENS FICHE PRATIQUE MAISON DES LYCEENS La Maison des lycéens (MDL) est une association qui rassemble les élèves qui souhaitent s engager dans des actions citoyennes et prendre des responsabilités au sein de

Plus en détail

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques 12/10/2007 REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI Note de problématiques Les travaux des groupes paritaires de la délibération sociale ont fait

Plus en détail

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF LA CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE Une association est définie

Plus en détail

L AMICALE CNL EN PRATIQUE

L AMICALE CNL EN PRATIQUE L AMICALE CNL EN PRATIQUE Se rassembler en amicales locataires Locataires ou copropriétaires, si vous habitez un immeuble ou un ensemble de maisons individuelles d'un même bailleur, vos problèmes de logement

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 17

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 17 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 17 Commentaire de la décision n 2004-501 DC du 5 août 2004 Loi relatif au service public de l'électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières

Plus en détail

Fiche de l'awt Contrat d'hébergement d'un site Web

Fiche de l'awt Contrat d'hébergement d'un site Web Fiche de l'awt Contrat d'hébergement d'un site Web Définition et enjeux de ce type de contrats. Objets des prestations liées au contrat. Les différentes obligations pour les parties: objet des prestations

Plus en détail

L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants

L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants Qu'est-ce que l'assurance responsabilité civile? L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants (A&D) est

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSS1411758D Intitulé du texte : décret relatif à la sélection des contrats d assurance complémentaires de santé susceptibles de bénéficier du crédit

Plus en détail

A Mesdames et Messieurs les Présidents de CPAS

A Mesdames et Messieurs les Présidents de CPAS 1 2 AVR. 2OO7 RÉGION WALLONNE A Mesdames et Messieurs les Présidents de CPAS A Mesdames et Messieurs les Secrétaires et les Receveurs de CPAS Madame, Monsieur le Président, Madame, Monsieur le Secrétaire,

Plus en détail

L'abonnement ou les charges de chaleur doivent correspondre à la résidence principale du foyer.

L'abonnement ou les charges de chaleur doivent correspondre à la résidence principale du foyer. Annexe 1 : détail des critères d'éligibilité aux fonds de solidarité Chauffage Urbain La première facture de chaleur (chauffage et/ou eau chaude sanitaire) ou le premier décompte de charge ne peut pas

Plus en détail

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES REPUBLIQUE FRANÇAISE PREMIER MINISTRE Secrétariat Général de la Défense Nationale N 730/ SCSSI Issy-les-Moulineaux, le 13 janvier 1997 GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relatif à l obligation d audit énergétique Yann MENAGER

Plus en détail

Les partenaires du projet EJE, qui réunit les organisations représentatives de la profession

Les partenaires du projet EJE, qui réunit les organisations représentatives de la profession Commentaires sur la Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil portant création d'une ordonnance européenne de saisie conservatoire des comptes bancaires, destinée à faciliter le recouvrement

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données www.coopami.org Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PLAN de l exposé : Partie 1 : Contexte général du système de remboursement

Plus en détail

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie.

- 37 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie. - 37 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Proposition de loi relative aux contrats d'assurance sur la vie Article 1 er Article 1 er Code des assurances I.

Plus en détail

CONSOMMATION Proposition de directive relative aux droits des consommateurs Position et Amendements de la CGPME

CONSOMMATION Proposition de directive relative aux droits des consommateurs Position et Amendements de la CGPME CONSOMMATION Proposition de directive relative aux droits des consommateurs Position et Amendements de la CGPME La Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises (CGPME) est une organisation

Plus en détail

Cellule Energie CPAS Charleroi

Cellule Energie CPAS Charleroi Cellule Energie CPAS Charleroi La situation actuelle Fonds Energie Cellule FSM Permanence Energie Depuis 2009 Charleroi Ecoénergie -Tuteurs Energie PAP 2012: la Maison de l Energie La Cellule FSM Le fonds

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC : CONDITIONS GENERALES

CONTRAT DE SYNDIC : CONDITIONS GENERALES - 1 - Article 1 : Hiérarchie des documents de référence En cas de conflits entre les Statuts et les présentes conditions, il convient de se référer aux dispositions légales en vigueur. De la même manière

Plus en détail

Les clauses en bleu concernent spécifiquement l électricité, en vert le gaz naturel et en noir les deux énergies.

Les clauses en bleu concernent spécifiquement l électricité, en vert le gaz naturel et en noir les deux énergies. Analyse des CGV électricité et gaz du fournisseur DIRECT ENERGIE en vigueur au 1/01/2012 disponibles sur son site internet (périmètre des clients particuliers uniquement) Les thèmes qui pourraient être

Plus en détail

Gaz & électricité Osez comparer Le simulateur de la CWaPE

Gaz & électricité Osez comparer Le simulateur de la CWaPE Gaz & électricité Osez comparer Le simulateur de la CWaPE Manuel d utilisation Qu est-ce que le simulateur? Le simulateur de la CWaPE - offre une comparaison objective des contrats d électricité et de

Plus en détail