RENOV A TION -NETTOY AGE ET ASSECHEMENT DES BA. TIMENTS ANCIENS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RENOV A TION -NETTOY AGE ET ASSECHEMENT DES BA. TIMENTS ANCIENS"

Transcription

1 RENOV A TION -NETTOY AGE ET ASSECHEMENT ES BA. TIMENTS ANCIENS A V ANT-PROPOS C'est en 1976 que le Centre Sientifique et Tehnique de la Constrution entama un programme d'étude et de reherhe expérimentale sur la" Rénovation des bâtiments» sous l'égide d'une Commission présidée par M. A. Vandekerkhove, entrepreneur général, et ave l'appui finanier de l'irsia (Institut pour l'enouragement de la Reherhe dans l'industrie et l'agriulture). Cette reherhe, qui onerne tous les bâtiments du patrimoine immobilier omporte les prinipaux thèmes suivants: -les problèmes struturels: murs porteurs, planhers, harpentes, fondations; -l'assèhement des murs ou la lutte ontre l'humidité asensionnelle; -le ravalement ou plus préisément le nettoyage des façades et leur traitement: hydrofugation, durissement; -l'isolation thermique plus spéialement axée sur l'étude des menuiseries, leur étanhéité et la pose de vitrages rapportés; -les aspets soiaux et éonomiques liés à la rénovation de l'habitat anien. Sont traités i-après le nettoyage des façades, en partiulier elles des monuments historiques, et l'assèhement des murs des bâtiments aniens. Fig. 1 Façade en pierres blanhes avant nettoyage. LE NETTOY AGE ES MONUMENTS QUES HISTORI- 1. Introdution En Belgique omme dans la plupart des pays industrialisés, les façades des bâtiments ont beauoup souffert sous l'ation des agents de pollution; elles présentent souvent un aspet sale et diverses dégradations. Celles-i atteignent surtout les pierres et les briques tendres. Si on a été sensible à la laideur de nos bâtiments, on s'est sans doute réjoui des efforts onsentis pour redonner à es témoins du passé une nouvelle jeunesse; 'est l'ère de la rénovation qui omporte notamment le nettoyage et la réfetion des façades. Fig. 2. -Même façade C;lue elle de la fig. I après nettoyage effetué par pulvérisation d'eau. suivie de retouhes par grésage hydropneumatique. ans le as de bâtiments réents, le nettoyage régulier peut se montrer efliae pour maintenir la pierre propre et en retarder l'altérati9n (Fig. I et 2). Lorsqu'il s'agit de bâtiments aniens, il faut en sauver les valeurs authentiques ave la plus grande rigueur. 77

2 Comme l'intervention vient généralement trop tard, il devient diffiile d'adapter un traitement de onservation aux règles du respet de l'expression et de la signifiation historique, ulturelle et arhiteturale du monument (Fig. 3). Le mal vient également de e qu'on ne différenie pas les modifiations des enrassements et que dans l'optique de la remise en état on ne respete pas la patine. A vant de nettoyer, il est don néessaire de onnaître les différents états de surfae que les matériaux peuvent aquérir ave le temps. Si les méanismes qui modifient l'aspet des monuments sont nombreux et omplexes et si l'eau y joue un rôle prépondérant, l'homme n'a fait qu'ajouter à la nature, par la pollution, quelques éléments agressifs de plus et notamment des suies qui dans les villes et les sites industriels salissent nos édifies et en aélèrent la dégradation. Fig.3. -Eglise Saint-Niolas à Enghien. Etat délabré: l'élatement de la roûte gypseuse est suivie de l'érosion de la ouhe poudreuse dont la disparition ôte rapidement toute signifiation aux éléments arhiteturaux. Quand on envisage le nettoyage d'une façade et surtout elles des bâtiments aniens, dont les matériaux présentent souvent des altérations plus ou moins grandes, on doit employer les méthodes de nettoyage ompatibles ave le degré de salissement, l'état des matériaux et le but poursuivi. 2. éfinition des f;tats de surfae L'aspet des matériaux d'une façade exposée aux intempéries résulte de l'apport de matières étrangères et des modifiations himiques et physiques qui affetent leur surfae. Il dépend de la nature des matériaux, de leur omposition et de l'agressivité du milieu, des onditions limatiques, de l'orientation du bâtiment, et. Parmi les états de surfae, on distingue les salissures, les effloresenes et les modifiations de surfae Salissures Celles-i sont de deux types : -enrassement: dépôt superfiiel de matière, plus ou moins important non pénétrant qui ne modifie pas le matériau proprement dit. Exemples: dépôt terreux, enfumage (dépôt de suie), dépôt ou roûte de gypse et de suie (Fig. 4). -souillure: matière étrangère qui pénètre plus ou moins fortement dans le matériau en n'en modifiant que l'aspet. Exemples: tahe d'huile, de goudron, de rouille, de arbonate ou de sulfate de uivre, suie absorbée par un grès poreux (Fig. 5) Effloresenes Les effloresenes sont des formations salines apparaissant sur un matériau soumis aux intempéries (humidifiation suivie d'évaporation) ave ou sans altération du matériau (F'ig. 6) Modifiations de surfae Parmi elles-i, on mentionne : -la patine: transformation de la surfae du matériau produisant ave le temps un hangement de teinte et/ou de texture n'entraînant pas la destrution du matériau (Fig. 7). Exemples: patine grise du petit granit; patine blanhâtre ou jaunâtre des pierres de Meuse et de Tournai, patine dorée du lédien; -le alin: roûte d'épaisseur diverse qui se forme sur les parements alaires; il résulte d'une transformation du matériau en surfae; sa omposition himique n'est pas préisée. Il se forme soit par déalifiation ave augmentation en surfae de la teneur en matières insolublt:s omme le fer, l'alumine, la silie, soit par alifiation (alin proprement dit) par l'apport de arbonate de alium (assez rare) ou par sulfatation(formation de sulfate de alium); dans e dernier as, on parlera de sulfin. Celui-i est le plus fréquent dans les atmosphères urbaines et industrielles (Fig. 8); 7R

3 Fig. 4. -Hôtel de Ville de Gand. Enrassement par les suies et par la fiente de pigeons. Par déomposition. les matières organiques provenant de la fiente peuvent altérer le alaire sous-jaent. Fig. 5. -Illustration de la souillure p~r absorption des suies sans formation de dépôt; il s'agit d'un grès blan, le grès de Herzogenrath de la olonne du Congrès il Bruxelles: oupe transversale dans un élément sulpté. Fig. 6. -Effloresenes provenant de briques soumises à des alternanes naturelles d.hun1idifiation et de séhage. '7n

4 Fig. 7. -Souillures et modifiations de surfae donnent une patine authentique (lame mine perpendiulaire à la surfae d'un relief Assyrien). Fig. 8. -Lame mine perpendiulaire à la surfae effetuée dans un alaire lédien sulfaté de la Cathédrale Saint-Mihel à Bruxelles. La roûte gypseuse blanhe (alin) ouverte de suie noire, s'est formée par sulfatation du iment alaire. Les fissures (bandes blanhes visibles sur la figure) se forment par différene de tension; elles annonent l'éaillage de la pierre. 80

5 -l' altération: modifiation entraînant la destrution progressive du matériau; ses prinipales manifestations de surfae sont le bris par le gel ou par toute ation méanique, l'usure, l'érosion, la orrosion, l'exfoliation, la pulvérulene, les effets biologiques dus aux algues, aux lihens ou au guano (Fig. 9 et 10) Etat général de surfae L'état général d'une façade résulte des états partiuliers des matériaux qui la omposent; il peut être aratérisé par la loalisation, le degré et l'étendue du salissement et des modifiations de surfae. On peut aratériser et état général par différentes expressions : -bon état: frais, à patine laire ou fonée, lavé ou délavé, légèrement ou fortement enfumé, souillé ou enrassé (Fig. 4); -mauvais état à surfae plus ou moins ohérente: orrodé, érodé, affouillé, éorné, épaufré, alvéolaire, délité, trésaillé, fissuré, revassé, et.; -mauvais état à surfae non ohérente: délabrement loal, étendu ou profond, hanreux, loqué, exfolié, éailleux, pelliuleux, pulvérulent, effrité, friable, et. (Fig. 9 et 10). On pourrait définir respetivement les matériaux orrespondant à es trois états omme suit : -matériaux -matériaux -matériaux sains; abîml~s; délabrés. 3. Méthodes de nettoyage Le nettoyage peut omporter plusieurs opérations qui sont généralement ontenues dans le terme «ravalement». Pour les monuments historiques, on sera amené à envisager: -le nettoyage, quli onsistera à enlever les poussières et suies peu adhérentes en onservant au matériau sa patine ou tonali1:é due à la marque du temps; -l'élimination des parties altérées ou roûtes non adhérentes omplétée par un traitement adéquat de onservation; -la réparation de ertaines pierres ou éléments onstitutifs de It façade ou des joints ; -le traitement de protetion de la propreté retrouvée tendant à retarder le salissement ou l'altération uttérieurs, ou permettant des entretiens ultérieurs plus failes. Fig.9. Cathédrale Saint-Bavon à Gand. Calaire gréseux lédien délabré par des hanres de slllfatation RI

6 Fig Eglise Saint-Niolas à Enghien. Altération de grès d'eaussines par le gel Projetion de ~~ranulats à se Ce proédé onsiste: à projeter à se et sous pression d'air des partiules de granulométrie déterminée sur le matériau de façade, au moyen d'une lane ationnée manuellement. Les granulats utilisés sont des granulats de quartz (oxyde de siliium SiO2), ommerialement dénommés sables de Mol ou de Maastriht, des granulats d'autres minéraux (tous les minéraux autres que eux à base de quartz; le minéral le plus utilisé à l'heure atuelle est onnu sous le nom d'olivine et est obtenu en broyant des rohes d'orthosijiate de fer et de magnésium), des granulats non minéraux (grenailles métalliques, siures de bois, poudres d'éores, noyaux broyés, et.). L'abrasion de la surfae du matériau par un sable est liée entre autres à 12L nature du matériau à nettoyer, à la granulométrie, à la masse volumique, à la forme et à l'élastiité du minéral employé, à la pression d'air à la sortie de la lane et à la distane dé travail entre l'extrémité de la lane et la surfae à nettoyer. e es fateurs et de l'opérateur dépend don le résultat qui peut aller d'un léger dépoli à une attaque de plus de 2 à 3 mm de profondelllr. En outre, il faut noter que le Règlement Général pour la Protetion du Travail (R.G.P. T. -Bruxelles, Ministère de l'emploi et du Travail) impose (artiles 148 sexies, 160 et 161) des onditions opératoires lors du sablage à se (Fig. II) Grésage hydropneumatique Cette méthode onsiste à projeter en même temps au moyen de deux onduits distints de l'eau et un minéral de granulométrie déterminée. Les minéraux sont les mêmes que eux employés pour la méthode de proje(:tion de granulats à se ( 3.1.). Les prinipales méthodes de nettoyage dérites iaprès * sont onnues sous les noms suivants : -projetion de granulats à se; -grésage hydropneumatique (O); -pulvérisation d'eau (P); -vapeur saturée humide (V); -pulvérisation d'eau et vapeur saturée humide (P-V); -traitement himique et/ou tensio-atif (T, A). Fig. Il. -Projetion de granulats à se. Protetion de )'opérateur et poussières dégagées. Proédé " réglementé" à réserver pour des traitements limités etspé(:ifiques. 'autres méthodes existent mais sont d'un emploi peu ourant; il s'agit: -du brossage à se ou dépoussiérage; -du rabotage; -de J'hydrosablage (projetion d'un mélange de sable et d'eau)..ans et artile, on a volontairement abrégé la desription, les avantages et inonvénients des différentes méthodes en attirant l'attention sur l'essentiel; le leteur qui souhaite plus de détails les trouvera dans la NIT 121 du CSTC, 82

7 Avant l'emploi des matières abrasives, il est utile de réaliser une pulvérisation d'eau de manière à imbiber l'enrassement. Comme pour la méthode de projetion de granulats à se, l'agressivité du traitement est diretement liée à la pression d'air, à la granulométrie et à la masse volumique du minéral utilisé, à la distane de travail et à la nature du matériau à nettoyer. Le grésage hydropneumatique permet l'élimination rapide des enrassements quelle que soit leur intensité et ne présente pas pour l'opérateur et pour l'environnement d'inonvénients majeurs. Pour es raisons, ette méthode est ouramment utilisée dans la mesure où l'altération du matériau ne onstitue pas un ritère trop absolu. Comme le système de projetion de granulats à se, le système par grésage hydropneumatique est déonseillé pour les surfaes lisses ou polies. Signalons que le grésage hydropneumatique peut être utilisé après d'autres méthodes (himique, pulvérisation,...) pour des retouhes partielles Pulvérisation d'eau à basse pression (Fig. 12) Le ruissellement d'eau pur et simple n'est pratiquement plus employé étant donné la longue durée de l'opération et les dégâts dus à une grande humidifiation des murs qu'elle entraîne. Atuellement, ette méthode est remplaée par la pulvérisation d'eau à basse pression. Celle-i est utilisée pour ramollir les enrassements gypseux et onsiste à pulvériser au moyen de rampes munies de gileurs un minimum d'eau sur la surfae du matériau, sans ruissellement proprement dit, e qui dans un premier temps est inutile. La pulvérisation est de ourte durée et répétée plusieurs fois si néessaire. L'enrassement est ainsi ramolli par solubilisation partielle et son évauation est ensuite effetuée au moyen d'un jet d'eau sous pression. L'effiaité de la méthode est nettement aentuée si I:>n proède à un traitement manuel des surfaes à l'aiide d'une brosse en nylon ou en hiendent. Ce proédé onvi,~nt partiulièrement pour le nettoyage des matérialllx alaires et des matériaux à iment alaire; il ne permet toutefois pas d'éliminer des enrassements fortement inrustés, notamment dans les matériaux silie'llx (grès, briques). La pulvérisation d'eau à basse pression suivie d'un rinçage sous pression onvient partiulièrement : -pour les bâtiments et les monuments historiques pour lesquels on ne peut pas envisager d'autres méthodes pour diverses raisons; -pour les surfae:, à entretenir régulièrement (par exemple annuellelment en site urbain); -pour les matériauk non poreux à surfae lisse ou polie. Il est de plus vivement reommandé que la pulvérisation d'eau soit toujours de ourte durée, 'est-à-dire elle qui est née:)saire pour imprégner l'enrassement. C'est pourquloi, l'appliation de ette méthode est souvent omplé1:ée par elle d'autres systèmes, par exemple brossage, grésage hydropneumatique, vapeur, et Vapeur saturée humide (Fig. 13) Cette tehnique onlsiste en la projetion sous pression d'une vapeur saturé:e humide. Cette méthode onvient très bien si les salis:)ures ne sont pas trop inrustées et elle permet aux matériaux de onserver leur patine. Le méanisme d'élimination du salissement peut se déomposer en troi~) phases : Fig.12 d'eau. Hôtel de Ville de Bruxelles: nettoyage par pulvérisation Fig.13. Nettoyage à 1,1 vapeur saturée humide. 83

8 -ramollissement de la rasse par l'eau ondensée s'éoulant sur la façade; -déollement de la rasse par l'ation méanique de la vapeur, favorisée par la température élevée; -élimination de la rasse par le ruissellement d'eau qui résulte du refroidissement de la vapeur. Il est primordial que la vapeur à la sortie de la lane soit saturée et humide, de manière à obtenir au ontat de la surfae froide un ruissellement d'eau suseptible d'entraîner les rasses déollées par le jet de vapeur et d'assurer indiretement un ruissellement préalable des surfaes inférieures. Combinée à la pulvérisation d'eau, ette méthode est la plus indiquée pour le nettoyage des bâtiments historiques, surtout lorsqu'il s'agit de façades très ouvragées. Elle onvient très bien haque fois qu'il s'agit de nettoyer et non de remettre à neuf ainsi que pour les entretiens réguliers Traitement himique et/ou tensio-atif L'emploi de produits himiques a pour but de failiter l'élimination des salissures par une réation physiohimique de surfae. La omposition himique exate des produits du ommere n'est que rarement onnue. Les différentes solutions utilisées se omposent généralement de l'agent himique proprement dit, d'agents mouillants et d'autres omposés éventuels (harges, agents émulsionnants, épaississeurs,...). L'emploi de produits himiques peut entraîner sur les matériaux traités l'apparition d'effloresenes résultant de la migration de sels solubles engendrés par une réation du produit dans le matériau ou par le fait du produit de nettoyage Jui-même. Il faut don exlure tous les produits himiques suseptibles de provoquer l'apparition d'effloresenes. En effet, la grande diffiuité, lors de remploi de produits himiques, n'est pas d'enlever la saleté mais d'éviter la pénétration du produit dans le matériau. 'une manière générale, l'emploi de l'aide hlorhydrique, des sels de sodium et de potassium, des détergents anioniques (sels sodiques) doit être interdit sur les matériaux poreux et les joints. Les détergents non ioniques sont les moins dangereux, bien qu'ils soient diffiiles à éliminer. Ils sont hygrosopiques. Le bifluorure d'ammonium peut être onsidéré omme peu dangereux pour le nettoyage des alaires et des grès blans. La neutralisation est toujours une opération dangereuse et presque toujours inutile. Elle introduit des sels solubles dans le matériau. Les produits himiques néessitent l'utilisation d'une main-d'reuvre spél;ialisée. Pour limiter l'attaque aide à la surfae du matériau, il est néessaire de mouiller onvenablement elui-i avant l'appliation du produit liquide ou en pâte. Les produits austiques ne devraient jamais être appliqués en solution, mais en pâte préparée, mélangés à des poudres absorbantes (amidon, tal, farine, argile, raie, ellulose) ou à une matière thixotropique (arboxymétyl-ellulose). Ces pâtes, appliquées sur le matériau se, diminuent la pénétration des produits et, par séhage, absorbent une partie des sels formés. Il est néessaire d'éliminer les pâtes le plus possible méaniquement avan1: tout rinçage à l'eau. Le prémouillage dgit être réalisé de bas en haut pour éviter la pénétration des eaux sales dans les pores du matériau se. L'appliation des pâtes basiques sur matériau se et leur élimination méanique ainsi que le rinçage doivent tou~ours être effetués de bas en haut. Il est impossible d'éliminer onvenablement les sels solubles par rinça~:e à l'eau. Ils ne peuvent s'extraire que par absorption répétée à l'aide d'une pâte humide enlevée méaniquement après séhage omplet du matériau traité. S'il est onseillé pour toutes les méthodes de ravalement de réaliser dl~s essais d'orientation sur une surfae restreinte à l':abri de la pluie et peu visible de la façade, es essais sont impératifs lorsqu'il s'agit du traitement au moylen de produits himiques. ans e as, les essais d'olientation doivent être réalisés plusieurs semaines avant le hoix de la méthode, de manière à pouvoir d(:eler l'apparition de réations seondaires (effloresl;enes, tahes) pendant le séhage de la surfae traité~ Rabotage, meulage ou ponçage Ces méthodes onsistent à éliminer méaniquement l'enrassement tout en enlevant au moyen d'un rabot ou d'une meule une ertaine épaisseur en surfae du matériau dans le blllt de lui redonner son aspet neuf ou pour retifier ertaines inégalités. Ces proédés peuvent éviter le remplaement des matériaux de parement peu hanreux Protetion des surfaes non soumises au nettoyage Le nettoyage des façades entraîne dans la majorité des as l'obligation de protéger les surfaes non diretement onernées par le nettoyage. Il faut distinguer d(:ux types de prévention, empêhement de la pénétration de l'eaù utilisée et empêhement de l'altération des matériaux onstitutifs des éléments qui ne font pas l'objet du nettoyage. 84

9 3.8. Reommandations pour l'utilisation des méthodes de nettoyage (tableau i-après) Pour hoisir une méthode de nettoyage, on pourra se référer au tableau i-après en portant son attentiqn à la nature du matériau à nettoyer, à l'état de elui-i et en tenant ompte des aratéristiques des méthodes telles qu'elles ont été dérites aux paragraphes préédents. On distinguera également entre un nettoyage «de base», 'est-à-dire de matériaux fortement enrassés, et un entretien. Le tableau a été établi pour les bâtiments ourants du par immobilier. Si on veut l'utiliser pour hoisir une méthode de nettoyage destinée à des bâtiments historiques ou pour des ouvrages à aratère historique, il faudra s'orienter vers des méthodes «doues» n'altérant pas ou peu la surfae des matériaux, rendue souvent fragile par la formation de roûtes non adhérentes et par la présene fréquente de fines sulptures. Les méthodes d'un emploi restritif (projetion de granulats à se), rare ou partiulier (dépoussiérage, rabotage) n'ont pas été reprises dans le tableau. Méthodes de nettoyage en fontion des matériaux et du but possible poursuivi: nettoyage s'il s'agit de matériaux fortement enrassés, entretien s'il s'agit de matériaux sains ou peu abîmés et peu enrassés ou ne demandant pas une remise à neuf. Les méthodes de nettoyage à appliquer doivent être hoisies selon l'état des matériaux : -matériaux sains, fortement enrassés: méthodes prévues pour le nettoyage; -matériaux sains ou peu abîmés, peu enrassés ou ne Pierres bleues alaires R > kgf!m2 > 100 N!mm2 rugueux lisse Marbres taillé poli (**) Briques éramiques) (ou matériaux poreux tendre dur rugueux lisse émaillé C C (*) Matériaux diffiiles à nettoyer du fait de la pénétration très profonde de l'enrassement (plusieurs mm à 2 ou 3 m). (**) es méthodes de nettoyage à l'aide de réatifs partiuliers sont ouramment utilisées pour e type de matériau. par exemple l'aide oxalique. Légende du tableau G: grésage hydropneumatique P: pulvérisation d'eau à basse pression «I N/mm2 ou 10 kgf/m2) + brossage V. vapeur saturée humide p- V: pulvérisation d'eau + vapeur saturée humide T: traitement himique à l'aide de produits tensio-atifs A: traitement himique à l'aide de produits aides à base de fluor. R~

10 demandant pas une remise à neuf: méthodes prévues pour l'entretien; -matériaux abîmés: méthodes prévues pour l'entretien à employer ave prudene en tenant ompte de la plus grande hétérogénéité du matériau résultant de son état d'altération; d'une manière générale, l'emploi des méthodes V ou P-V peut être reommandé, ave une légère appliation loalisée du grésage hydropneumatique à basse pression si besoin en est dans les parties à fortes salissures ; -matériaux délabrés (mauvais état à surfae non ohérente): méthodes de nettoyage à onseiller et à déonseiller à déterminer en fontion de haque as. En se basant sur les données relatives au matériau et en tenant ompte qu'il s'agit d'un nettoyage ou d'un entretien rendu l'un ou l'autre possible suivant l'état du matériau omme ela est expliqué i-avant, on peut à l'intersetion des différentes lignes et olonnes lire les méthodes onseillées, déonseillées et utilisables. Les méthodes seront don : onseillées en général (au point de vue effiaité, altération de surfae, éonomie,...): C; -utilisables mais non spéialement onseillées: - -déonseillées en fontion des altérations de surfae, de pénétrations d'eau, d'effloresenes,...:. Pour ertains matériaux, on peut être amené à examiner plusieurs lignes simultanément; par exemple, une pierre peut être à la fois poreuse, rugueuse et tendre. ans e as, il faut onsulter plusieurs lignes de reommandations et hoisir la méthode qui reste onseillée ou utilisable pour l'ensemble des lignes onsidérées. Les alaires gréseux sont à assimiler dans le tableau aux pierres alaires fermes. Fig Hôtel de Ville d'audenarde. Sulpture en pierre d'avesnes ayant perdu toute signifiation; la sulfatation a onduit à l'irréparable. Que faut-il faire? 4. Con[usion Si du point de vue esthétiqu~ un nettoyage peut être souhaitable pour retrouver l'expression arhiteturale, il peut, dans les as de souillure 'est-à-dire de salissure inrustée dans le support omme en partiulier la suie dans les grès, être pratiquement impossible. En outre, un nettoyage peut enore faire apparaître des désaords entre les matériaux divers introduits par les restaurations suessives et influer ainsi sur l'expression plastique en mettant en évidene une hétérogénéité que l'enrassement ne rendait pas visible. Comme les monuments aniens sont altérés par un manque d'entretien, le nettoyage aura pour effet de faire disparaître les roûtes superfiielles et les éléments déomposés provoquant une apparene déplaisante aux parements et réduisant à néant la signifiation des éléments sulptés (Fig. 14). e plus, par.e développement de la surfae et la rugosité de elle-i ausés par le nettoyage, le matériau arohera mieux Iles poussières et s'altèrera enore plus rapidement. ès lors, le résultat final peut être plus destruteur que bénéfique à la onservation des parements de es monuments aniens, : le prestige d'un jour supplante l'avenir à long terme. La mise en valeur d'un édifie n'est-elle qu'une onessi,on à la mode ou peut-elle devenir une ation onertée dans une haîne d'interventions " sur mesure» et répf:tées, basée sur l'analyse ritique des faits? Avant toute opération, on effetuera un prélavage loal approprié qui doit permettre d'éliminer les inrustations et dépôts importants de suie et de gypse, 'est-à-dire eu)( qui déforment et empêhent la vision; les souillures légères seront traitées séparément par une ation rapide visant à leur atténuation sans reherher l'unifolrmisation afin de permettre une meilleure «leture» Ide l'état du monument. Les parties lavf~es naturellement par la pluie seront laissées telles sans int~rvention. A e stade, les répa- RI\

11 rations indispensables qui apparaîtront seront entreprises. Le nettoyage est alors répété haque année, par un traitement léger, loal ou non visant à atténuer les souillures agressives. L'apparene devant être ohérente ave l'état et l'âge du matériau, e traitement sera répété jusqu'à équilibre des patines. C'est alors qu'une appliation d'un hydrofuge de surfae approprié peut être envisagée et l'entretien indispensable pourra être réalisé tous les trois à inq ans par un lavage rapide. Le problème des monuments historiques est vaste par la diversité des matériaux et des expositions; il ne faut don pas se hâter vers une généralisation faile du nettoyage et de ses tehniques. Chaque bâtiment anien, haque monument sont des as partiuliers et les solutions pour leur sauvegarde doivent être adaptées à leur état. Pour les bâtiments plus réents, sales bien sûr mais dont les matériaux ne sont pas altérés, un nettoyage régulier et non agressif permettra d'éliminer les fateurs générateurs de l'altération et favorisera don leur lon2évité. En matière de onservation, la surveillane et les interventions minimales indispensables mais répétées à temps sont ertainement le meilleur garant de l'avenir du monument et le meilleur moyen d'en prolonger l'existene tout en sauvegardant au mieux son authentiité. P. de HENAU Institut Royal du Patrimoine Artistique R. GERAR E. MEERT A. PIEN Centre Sientifique et Tehnique de la Constrution BIBLIOGRAPHf NETTOYAGE ES FAÇAES AMOROSO, G.G. et FEUX, C. : Les produits de traitement de la pierre de taille et la lutte ontre l'irréversibilité des proessus d'altération. Matériaux et Tehniques n , 7 et , 9 et et Il , Paris. CAMERMAN, C. : Les pierres de taille alaires, leur omportement sous l'ation des fumées. Annales des T.P. de Belgique, CARRIE, C. et MOREL,. : Salissures de façades. Ed. Eyrolles, 1975, Paris. CLARKE, BL. : Some reent researh on leaning external masonry in Great Britain. The treatment of stone. Centro per la onservazione delle s:ulture all'aperto, Bologna de HENAU, P. : Les matériaux pierreux et leur nettoyage. Problèmes des monuments historiques. Revue de la Soiété Royale des Ingénieurs et des Industriels, n I -1977, Bruxelles. UPAS, M. : Monumients et sels solubles dans l'eau. Bulletin de l'assoiation Belge des professeurs de Physique et de Chimie, n , Namur. LEHMAN, J. : Quelques nouvelles reherhes sur le nettoyage et la préservation des sulptures en pierre exposées à l'extérieur en pologne. Centro per la onservazione delle sulture all'aperto, Bologne MAMILLAN, M. : Rf~herhes réentes sur le nettoyage des façades en pierre alaire. Annales de l'institut Tehnique du Bâtiment et des Travaux Publi:;, n , 1964, Paris. TORRACA, G. : Treatment of stone in monuments: a review of priniples and proesses. The Conservation of stone I, Proeedings of the International symposium, Bologna V ANEKERCKHOVE, A. : Tehnishe en eonomishe problemen van het reinigen van steenmaterialen. Revue de la Soiété Royale des Ingénieurs et des Industriels, n I -1977, Bruxelles. V ANEKERCKHOVE, A. : Problèmes tehniques et éonomiques du nettoyage des mat(:riaux pierreux. Le Mausolée n 498 -février 1978, Givors (F). UMIGLIA, J.P. : Lavage des façades -Journal de la Constrution de la Suisse Romande, n 13, 1979, Lausanne. Ravalement des façades. N.I. T Centre Sientifique et Tehnique de la Constrution -septembre 1978, Bruxelles. SUMMARY The satisfatory leaning of anient buildings neessari/y presupposes : a) Abstention from interferene with the authenti quality of the original work. b) Ability to dfstinguish between surfae a/terations and dirt or stains. ) Use of leaning methods suited to the degree of dirtiness and to the ondition of the building materials. The artile desribes the various possible states of the materials to be leaned and the prinipal leaning methods, giving partiulars of the advantages and disadvantages of eah and their respetive fields of appliation. The paragraph entitled «Conlusion" ontains a ertain number of reommendations whih must be obeyed when leaning an anient building or historial monument, sine.~ah is a speial ase of its own and will require an iindividual method of preservation treatment. R7

12 Fig. I. -White masonry wall before (:.Ieaning. Fig.2. -Same wall as in Fig. I after spraying with water and hydropneumati grit-blasting where neessary. Fig. 3. -Churh of St. Niholas at Enghien. Building in a dilapidated state: the raking off of the gypseous outer layer is followed by erosion of the powdery layer. whose disappearane is rapidly depriving the arhitetural features of any signijiane. Fig. 4. -Town hall, Ghent. Enrasted with soot and pigeon droppings. As the droppings deompose, the organi substanes they ontain are liable to damage the limestone underneath. Fig. 5. -Example of staining by absorption of soot without the formation of a deposit. The material is the white Herzogenrath sandstone ofthe Colonne du Congrè.\ in Bru.\.sels (ross-setion of a arving). Fig. 6. -Efflore.\.(:.enes formed on briks subjeted for limati reasons to aiternale wetting and drying. Fig. 7. -Stains and surfae alterations have produed an authenti patina (fine flake perpendiular to the surfae of an As.,yrian relief). Fig. 8. -Fine jlake perpendialar 10 the surfae of a sulphated Bartonian limes/one {Cathedral of SI. Mihael, Brussels). The white gypseous rust overed with blak 5001 has formed as a result of the sulphating of the alareous material. The raks (.fhown in white on the illustra/ion) are due 10 differene5 in stre.l'.f and their formation will ertainly be followed by jlaking off of the stone. Fig. 9. -Cathedral of Saint Bavon, Ghent. Bartonian Sandylime-.I.tone attaked by su,pha/e.l. at sattered points. Fig. IO. -Churh of SI. Niholasat Enghien. Eaussines sand5tone damaged by frost. Fig. II. -Grit-b/asting. with system of body protetion agains1 dus/. A speial treat,7lent restrited 10 a ertain number of 5peifi ases. Fig Brussel.l' town hall:.i-praying with water. Fig. /3. -Steamjet leaning. Fig Town hall" Audenarde. Avesne5 stone arving now omple/ely unreognizabl'e; sulphates have aused irreparable damage. What i.f 10 be done? RESUMEN La limpieza de los edifiios antiguos implia que se tenga en uenta iertas exigenias : -respeto del valor auténtio del edifiio; -distinguir entre las modifiaiones de las superfiies y la suiedad; -emplear métodos de limpieza adeuados on el grado de suiedad y el del estado de onservaion del material. En el art{ulo resumido se establee los diferentes estados que pueden tener los materiales de las fahadas y los prinipales métodos empleados en su limpieza; quedando preisados las ventajas, los inonvenientes y los dominios de apliai6n. En la parte «o~tlusiones» hay ierto numero de reomendaiones q'ue se deben respetar uando se trata de limpiar un edifiio antiguo o hist6rio porque ada aso onstituye un aso partiular y las soluiones para su salvagu,(lrdia deben ser adptadas segun su estado de onservai6n. Fig. I..Fahada de piedra.t blanas anles de la limpieza. Fig. 2. -La mismafahada que la de la Fig. 1 despues de la lim. pieza por pulverizaion de agua, segulda de un reloque por un gru. fido hldroneumallo. Fig. 3. -Iglesia San Niolas de Enghien. Eslado ruinoso: fragmenlaion de la apa de yeso seguida de la erosion de la apa polvorienla, la desapariion de la ual quila rapidamenle Ioda signifiaion a los elemenlos arquilelonios. Fig. 4. -Palaio Muniipal de la iudad de Ganle. Enmugrei. mienlo por el holl[n y los esremenlos de las palomas. Por.tU des. omposiion las malerias organias procedenle.t de los exremenlos llegan a allerar el alario subyae,!le. Fig. 5. -I/luslraion del ensuiamenlo por absorion de hollines sin formaion de,lingun deposilo, se Irala de asperon blanos, el aspe. ron de Herzogenralh de la olumna del Congreso de Bruselas : orle Iransversal de un elemenlo esulpido. Fig. 6..Ejloresenia proedenlede ladrillos somelldos a alternalivas nalurales de humidifiaion y de enjugamienlo. Fig. 7. -Ensuiamienlo y modijiaiones de la superfiie que dan la palma aule';lia (lamina fina perpendiular en la superfiie de un relieve Asirio). Fig. 8. -Lamjna fina pt!rpt!ndju/ar t!n /a supt!rfijt! t!ft!tuada sobrt! un a/arjo dt! B,(lrton suflatado dt! /a Catedra/ San Mjgut!/ dt! Brust!/as. La apa dt' yt!so b/anco (a/fn) ubjt!rta de hol/fn nt!gro St! formo por su/fataj6n de/ Ct!mt!nto a/carjo. Las grjt!tas (/as tjras b/ans qut! st! ven sobrt! /afigura) st! forman por dift!rt!njaj6n dt! /a tt!nsj6n: anunian e/,dt!sasaramjt!nto dt! /a pjt!dra. Fjg. 9. -Catt!dra/ San BaVOn en Gantt!. Ca/ario de asper6n dt! Barton dt!tt!rjorado por CanCros dt! su/fatai6n. Fjg. /O. -19/t!sia SaJ1 Nio/aS dt! Enghit!n. A/terai6n dt! aspt!r6n dt! Eausjnas provocado por /as ht!/adas. Fig. II. -Proyt!i6/1 dt! granu/os t!n St!Co. Prott!i6n dt!1 opt!rario y polvos dt!spt!jados. Proedjmit!nto somt!tido a rt!gla y rt!st!rvado para /os tratamjt!ntos limjtados yt!spt!cijicos. Fjg Palajo Munijpal dt! Brust!/as: limpjt!za por pulvt!rizai6n de agua. Fig Limpjt!za por Vapor saturada y humt!da. Fjg Palajo Muniipal dt! Audt!narda. Esultura t!n pit!dra dt! Avt!snas qut! ha pt!rq'jdo toda formai la su/fataj6n ondujo a 10 jrrt!parable? Qut! st! put!dt! hat!r? 88

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale NCCI : Modèle de alul pour les pieds de poteaux artiulés Poteaux en I en Ce NCCI présente les règles permettant de déterminer soit la résistane de alul, soit les dimensions requises des plaques d'assise

Plus en détail

Exemples de solutions acoustiques

Exemples de solutions acoustiques Exemples de solutions aoustiques RÉGLEMENTATON ACOUSTQUE 2000 Janvier 2014 solement aux bruits aériens intérieurs et niveau de bruit de ho Traitement aoustique des parties ommunes Bruits d équipements

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

SOMMAIRE. LES MURS EXTERIEURS page 2. LES BOISERIES EXTERIEURES page 5. LES LASURES ET VERNIS page 6. LES FERRURES ET FERRONNERIES page 8

SOMMAIRE. LES MURS EXTERIEURS page 2. LES BOISERIES EXTERIEURES page 5. LES LASURES ET VERNIS page 6. LES FERRURES ET FERRONNERIES page 8 SOMMAIRE LES MURS EXTERIEURS page 2 LES BOISERIES EXTERIEURES page 5 LES LASURES ET VERNIS page 6 LES FERRURES ET FERRONNERIES page 8 LES TOITURES page 8 LES INTERIEURS page 9 CONSEILS PRATIQUES page 11

Plus en détail

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur

Équations différentielles et systèmes dynamiques. M. Jean-Christophe Yoccoz, membre de l'institut (Académie des Sciences), professeur Équations différentielles et systèmes dynamiques M. Jean-Christophe Yooz, membre de l'institut (Aadémie des Sienes), professeur La leçon inaugurale de la haire a eu lieu le 28 avril 1997. Le ours a ensuite

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION - Février 2003 - ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine 75008 Paris HOLISUD Ingénierie 21,

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieu Sommaire LE CONTRAT DE TRAVAIL...3 LA REMUNERATION : PAIEMENT AU CACHET, PAIEMENT

Plus en détail

Entretenez votre bonheur

Entretenez votre bonheur GUIDE D ENTRETIEN Entretenez votre bonheur Commencez avec vos meubles en bois et terrasse Rectavit PROTECTION TOTALE contre le vieillissement, la décoloration et les saletés Légende Vos meubles en bois

Plus en détail

INFOFICHE EB001 NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES PAVÉS ET DES DALLES DE RUE EN BÉTON

INFOFICHE EB001 NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES PAVÉS ET DES DALLES DE RUE EN BÉTON EBEMA NV Dijkstraat 3 Oostmalsesteenweg 204 B-3690 Zutendaal B -2310 Rijkevorsel T +32(0)89 61 00 11 T +32(0)3 312 08 47 F +32(0)89 61 31 43 F +32(0)3 311 77 00 www.ebema.com www.stone-style.com www.megategels.com

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

Filtre permanent d'antigraffiti, d'antisticker, antioxydant et d'ultraviolets de protection.

Filtre permanent d'antigraffiti, d'antisticker, antioxydant et d'ultraviolets de protection. Fiche Tecniqué 09.07.A HLG SYSTEM Filtre permanent d'antigraffiti, d'antisticker, antioxydant et d'ultraviolets de protection. Propriétés de la protection Champs d'application Principalement les types

Plus en détail

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Professionnels de l art by Hisox Questionnaire préalable d assurane Votre interlouteur: Buzz Assurane Servie lients - BP 105 83061 Toulon Cedex prodution@buzzassurane.om La ommunauté des olletionneurs

Plus en détail

Votre dossier d adhésion

Votre dossier d adhésion MSH INTERNATIONAL pour le ompte Votre dossier d adhésion Vous avez besoin d aide pour ompléter votre dossier d adhésion? Contatez-nous au +33 (0)1 44 20 48 77. Adhérent Bulletin d adhésion Titre : Mademoiselle

Plus en détail

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées Guide pratique L emploi des personnes handiapées Sommaire Guide pour les salariés p. 3 L'aès et le maintien dans l'emploi... 4 Les établissements et servies d aide par le travail (ÉSAT)... 10 Les entreprises

Plus en détail

La pierre Cette pierre extraite de la carrière n'est qu'un caillou. L'homme, avec ses outils, va la façonner, la modeler, lui donner vie.

La pierre Cette pierre extraite de la carrière n'est qu'un caillou. L'homme, avec ses outils, va la façonner, la modeler, lui donner vie. La pierre Cette pierre extraite de la carrière n'est qu'un caillou. L'homme, avec ses outils, va la façonner, la modeler, lui donner vie. Carrière souterraine de Thénac exploitée depuis l'antiquité - cr1974

Plus en détail

La RFID et les quarante voleurs

La RFID et les quarante voleurs Gildas Avoine, Massahusetts Institute of Tehnology, Cambridge, MA, USA, avoine@mit.edu La tehnologie en un lin d oeil L identifiation par radiofréquene (RFID) fait aujourd hui ouler beauoup d enre... et

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION

ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION Lumec recommande fortement que vous fassiez l entretien de vos luminaires deux fois par année pour prolonger la beauté de leur surface

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 RC Professionnelle by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Guide d entretien N 3. pour des parquets huilés DI LEGNO finition blanche

Guide d entretien N 3. pour des parquets huilés DI LEGNO finition blanche Guide d entretien N 3 pour des parquets huilés DI LEGNO finition blanche GUIDE D ENTRETIEN Pour conserver la beauté infinie de votre parquet Di Legno POURQUOI CE GUIDE D ENTRETIEN? Bienvenue dans le groupe

Plus en détail

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée)

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée) 1 Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Date de réation : Possédez-vous

Plus en détail

Le compte satellite des institutions sans but lucratif

Le compte satellite des institutions sans but lucratif Institut des omptes nationaux Le ompte satellite des institutions sans ut luratif 2000-2001 Contenu de la puliation Le ompte satellite des institutions sans ut luratif (ISBL) est élaoré d après les définitions

Plus en détail

L'entretien des menuiseries extérieures en bois

L'entretien des menuiseries extérieures en bois L'entretien des menuiseries extérieures en bois (Info-fiche n 15, editée par le CSTC) L'entretien des menuiseries extérieures en bois relève d'une importance capitale en vue d'en assurer la durabilité

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : NOTION DE CONSERVATION

FICHE TECHNIQUE : NOTION DE CONSERVATION LE SERVICE D INFORMATION ET DE DOCUMENTATION SID, Mars 2009 DE LA FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE FICHE TECHNIQUE : NOTION DE CONSERVATION D UN FONDS D ARCHIVES D UNE ALLIANCE FRANÇAISE. SOMMAIRE Les objectifs...

Plus en détail

PRESCRIPTIONS D ENTRETIEN

PRESCRIPTIONS D ENTRETIEN PRESCRIPTIONS D ENTRETIEN Pour le choix des produits d entretien ou de nettoyage il est très important de savoir si la pierre naturelle contient de la calcite (marbre, pierre calcaire) ou si la pierre

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail

Comprendre l efflorescence

Comprendre l efflorescence Février 2006 Bulletin technique 4 BULLETIN TECHNIQUE Le Conseil Canadien des Systèmes d Isolation et de Finition Extérieure (SIFE) / (416) 499-4000 Comprendre l efflorescence Nous avons tous déjà observé

Plus en détail

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Nom ou raison soiale Adresse Code postal Ville

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

PRODUITS d entretien pour l asphalte GUIDE. d installation et d information

PRODUITS d entretien pour l asphalte GUIDE. d installation et d information PRODUITS d entretien pour l asphalte GUIDE d installation et d information TABLE des matières À propos de RESISTO 2 AsphaltE Nettoyeur et dégraisseur 3 Apprêt pour taches d huile 3 Enduit de colmatage

Plus en détail

Soudal Panel System SPS. La force extrême derrière vos panneaux de façade. www.soudal.com SOUDAL PANEL SYSTEM. Soudal Panel System 1 SPS SOUDAL PANEL

Soudal Panel System SPS. La force extrême derrière vos panneaux de façade. www.soudal.com SOUDAL PANEL SYSTEM. Soudal Panel System 1 SPS SOUDAL PANEL www.soudal.com Soudal Panel System La force extrême derrière vos panneaux de façade WINDOW Soudal Panel System 1 Soudal Panel System () Qu est-ce que le? Les panneaux de façade existent dans tous les modèles

Plus en détail

AVEC ARDEX, vous MORTIERS DE JOINTOIEMENT ARDEX

AVEC ARDEX, vous MORTIERS DE JOINTOIEMENT ARDEX AVEC ARDEX, vous pouvez regarder de pres! MORTIERS DE JOINTOIEMENT ARDEX ARDEX EG 8 Joint hybride Protection longue durée contre les agents agressifs. Nous sommes fiers de vous présenter ARDEX EG 8, le

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : L humidité dans les bâtiments Rédaction : Tomasini François / Etudiant ETC 3 ème année Date : Décembre 2010 Présentation Un problème abordé

Plus en détail

MAÇONNERIE. 2594-080 du 07-08-2012-7 pages numérotées. CONSEILS de POSES des BRIQUES. Fabrication des BRIQUES sur Machine BRICKaBRICK-12

MAÇONNERIE. 2594-080 du 07-08-2012-7 pages numérotées. CONSEILS de POSES des BRIQUES. Fabrication des BRIQUES sur Machine BRICKaBRICK-12 MAÇONNERIE CONSEILS de POSES des BRIQUES Fabrication des BRIQUES sur Machine BRICKaBRICK-12 PRÉPARATION des MORTIERS Mortier de hourdage Composition Mortier de rejointoiement Composition Boîte en bois

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

g conditions actuelles de la répression du blanchiment de fraude fiscale et sur ses conséquences.

g conditions actuelles de la répression du blanchiment de fraude fiscale et sur ses conséquences. Le délit de blanhiment, un horizon pénal qui ne esse de s'élargir... 4- t ru Q) ' Le blanhiment de fraude fisale ru :::::: Le ontexte de la réflexion sur la lutte ontre la fraude fisale invite à s'interger

Plus en détail

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99)

Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Xd3d Version 7.72 (8 Jan 99) Visualisation de maillages 2D et 3D et de surfaes 3D sous X François JOUVE 1 1 Introdution xd3d est un outil graphique apable de visualiser des maillages bi et tridimensionnels,

Plus en détail

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 L'amiante (asbeste) est à l origine une roche naturelle composée de minéraux fibreux. Pour ses nombreuses propriétés, dont la résistance

Plus en détail

Périodiquement, nettoyer les surfaces de l unité pour les maintenir dans une condition sanitaire et ce, aussi souvent que nécessaire.

Périodiquement, nettoyer les surfaces de l unité pour les maintenir dans une condition sanitaire et ce, aussi souvent que nécessaire. Périodiquement, nettoyer les surfaces de l unité pour les maintenir dans une condition sanitaire et ce, aussi souvent que nécessaire. Laver les surfaces à l aide d une solution d eau tiède et de savon,

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

Herrebout-Vermander N.V. S.A.

Herrebout-Vermander N.V. S.A. Pag. 1/5 Herrebout-Vermander N.V. S.A. Kuurne, mai 2002 rev. Janvier 2005 Le parquetteur est parti, et qu'est-ce qu'on fait maintenant Félicitations avec votre nouveau Le parquet est un revêtement de sol

Plus en détail

VERRE DECORATIF AGC POUR APPLICATIONS INTERIEURES GUIDE DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN

VERRE DECORATIF AGC POUR APPLICATIONS INTERIEURES GUIDE DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN VERRE DECORATIF AGC POUR APPLICATIONS INTERIEURES GUIDE DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN VERSION 2.0 MAI 2015 Cette version du guide annule et remplace toutes les versions précédentes. Consultez régulièrement

Plus en détail

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0 Cafetière Mode d Emploi 1Notice cafetière v1.0 SOMMAIRE 1 CONSIGNES DE SÉCURITÉ... 3 2INSTALLATION DE L APPAREIL EN TOUTE SÉCURITÉ...4 3PRECAUTION CONCERNANT L UTILISATION DE L APPAREIL...5 4DESCRIPTION

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

PROCESSUS VALMONT CONCERNANT L APPLICATION DE LA TEINTE

PROCESSUS VALMONT CONCERNANT L APPLICATION DE LA TEINTE En ce qui concerne le calcul, les mâts bois sont comparables à tous les autres mâts acier ou aluminium. Conformément à la directive européenne de 1985 ils sont calculés et dimensionnés avec le même référentiel

Plus en détail

La rénovation des meubles et objets

La rénovation des meubles et objets + de 800 photos pour vous guider pas à pas Robert Longechal La rénovation des meubles et objets L a m a i s o n d u s o l a u p l a f o n d Je récup Je décape Je patine Je restaure Maquette intérieure

Plus en détail

Instructions d'utilisation

Instructions d'utilisation U22 K 7208 5500 0/2003 FR (FR) Pour l'opérateur Instructions d'utilisation Chaudière à condensation à gaz Logamax plus GB22-24/24K Prière de lire ces instructions avec soin avant l'utilisation Avant-propos

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SikaLatex

FICHE TECHNIQUE SikaLatex FICHE TECHNIQUE SikaLatex RÉSINE À MÉLANGER À L'EAU DE GÂCHAGE DES MORTIERS DESCRIPTION DU PRODUIT Le SikaLatex est une dispersion aqueuse de résine synthétique qui se présente sous la forme d un liquide

Plus en détail

BALAIS Moteur (charbons)

BALAIS Moteur (charbons) BALAIS Moteur (charbons) 1/ Rôle a) Pour les machines électriques comportant des bagues (alternateur moteur asynchrone) : moteur universel Les balais doivent maintenir un contact constant avec la bague

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383 Chapitre Contenu Page 14 383 14 Principes De par ses propriétés particulières, le béton s est installé comme matériau dans tous les domaines de la construction. Partenaire important et fiable, il est

Plus en détail

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION FICHE CONSEIL N 2 REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION (Plaques, carreaux, enduits) Ces préconisations communes des Industriels du plâtre ont pour but d aider l expert mandaté dans son

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

V6R: 2-way valve with female thread, PN 16 (el.)

V6R: 2-way valve with female thread, PN 16 (el.) Produt data sheet 56.460 V6R: 2-way valve with female thread, PN 16 (el.) How energy effiieny is improved Effiieny means preise and reliable ontrol Features Regulating valve free of silione grease with

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Article. «Le nettoyage de la maçonnerie : première partie» François Varin. Continuité, n 18, 1983, p. 28-31.

Article. «Le nettoyage de la maçonnerie : première partie» François Varin. Continuité, n 18, 1983, p. 28-31. Article «Le nettoyage de la maçonnerie : première partie» François Varin Continuité, n 18, 1983, p. 28-31. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/18290ac

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction

physique - chimie Livret de corrigés ministère de l éducation nationale Rédaction ministère de l éduation nationale physique - himie 3e Livret de orrigés Rédation Wilfrid Férial Jean Jandaly Ce ours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à e ours sont la propriété de

Plus en détail

LES SOUBASSEMENTS ET LES MURS EN PIERRE OU MAÇONNERIE

LES SOUBASSEMENTS ET LES MURS EN PIERRE OU MAÇONNERIE fiche technique / 02 les techniques constructives traditionnelles Le soubassement est en général en pierre afin de protéger les parties en bois de l'humidité et de l'intrusion des animaux comme les rongeurs

Plus en détail

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE PAVÉS EN BETON CONCEPTION APPROPRIÉE + MISE EN OEUVRE PROFESSIONNELLE = RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE 10 règles de base pour une mise en œuvre correcte de revêtements de pavés en béton 1 2 3 4 5 6 7 8

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION

MANUEL D'UTILISATION CAFETIERE MANUEL D'UTILISATION Modèle : KF12 Merci de lire attentivement ce document avant la première utilisation de l'appareil CONSIGNES DE SECURITE Lors de l'utilisation d'appareils électriques, des

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

Le calendrier des inscripti

Le calendrier des inscripti ÉTUDES SUP TOP DÉPART Vous venez d entrer en terminale. Au œur de vos préoupations : obtenir le ba. Néanmoins, vous devrez aussi vous souier des poursuites d études, ar les insriptions dans le supérieur

Plus en détail

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION EXIGENES POUR LA SÉQUENE DE HARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFETION 1.1 Généralités Avant d accepter le contrat de commission de transport, l adhérent GMP+FSA doit déterminer la procédure de nettoyage

Plus en détail

Les adoucisseurs d'eau Essential Series MC de Kinetico aident à optimiser l'efficacité des appareils électroménagers

Les adoucisseurs d'eau Essential Series MC de Kinetico aident à optimiser l'efficacité des appareils électroménagers POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Photos disponibles sur demande Joyce Penhallurick ou Patrice Aylward Yopko Penhallurick LLC jp@yp-pr.com ou pa@yp-pr.com 440-543-8615 Les adoucisseurs d'eau Essential Series MC

Plus en détail

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES FONDATIONS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Déterminez la nature des fondations : matériaux utilisés (béton, blocs de béton, pierres) ;

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile

SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement. L Epoxy facile SALLE DE BAIN, DOUCHE, PLAN DE TRAVAIL CUISINE, PISCINE... Collage et jointoiement L Epoxy facile DOMAINES D EMPLOI Recommandé pour salle de bain, douche, plan de travail cuisine, piscine, bassins thermaux,

Plus en détail

RENOVATION DE LOCAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Cahier des charges techniques Rénovation de locaux Services techniques - Page 1

RENOVATION DE LOCAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Cahier des charges techniques Rénovation de locaux Services techniques - Page 1 RENOVATION DE LOCAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Cahier des charges techniques Rénovation de locaux Services techniques - Page 1 SOMMAIRE 1 - CLAUSES COMMUNES A TOUS LES LOTS P. 3 1.1 DEFINITION

Plus en détail

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET CONTRAINTES SOMMAIRE Caractéristiques des Triples vitrages p.3 Comparatif entre Doubles et Triples vitrages p.4 Bilan p.5 Conclusion p.6 Annexe 1 p.7 Méthodes Industrielles

Plus en détail

ARCHIVES DIPLOMATIQUES PRESERVATION ET CONSERVATION

ARCHIVES DIPLOMATIQUES PRESERVATION ET CONSERVATION PRESERVATION ET CONSERVATION 1. Anticiper les dégradations Prévenir : tel est le maître-mot qui doit dicter nos actions lorsqu il faut préserver l état matériel d un document et allonger ainsi sa durée

Plus en détail

Diagnostiquer les défauts de peinture et les éliminer.

Diagnostiquer les défauts de peinture et les éliminer. Diagnostiquer les défauts de peinture et les éliminer. Avant-propos Les défauts de peinture Inévitables, mais gérables. Les causes des défauts de peinture sont diverses. Il est possible que votre client

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Guide pratique : l entretien d un canapé cuir

Guide pratique : l entretien d un canapé cuir Guide pratique : l entretien d un canapé cuir Contenu A- Nettoyez régulièrement votre canapé recouvert... 3 1. Le nettoyage annuel d un canapé cuir... 3 2. Nettoyer une tache difficile sur un canapé en

Plus en détail

GUIDE D INSTRUCTION. Montage Entretien

GUIDE D INSTRUCTION. Montage Entretien GUIDE D INSTRUCTION Montage Entretien INSTRUCTIONS PARTICULIÈRES Dès réception des marchandises, veuillez vérifier le bon état de l'emballage. Veuillez mentionner tout dégât éventuel de transport sur le

Plus en détail

Humidité FICHE TECHNIQUE

Humidité FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Humidité 2 5 CONNAÎTRE > Eau solide, eau liquide et eau vapeur > Migration de l eau à travers les matériaux > L évacuation de l eau > Les dommages causés par l humidité REGARDER > Accidents

Plus en détail

Contribution à la modélisation dynamique des systèmes articulés. Bases mathématiques et outils informatiques

Contribution à la modélisation dynamique des systèmes articulés. Bases mathématiques et outils informatiques Contribution à la modélisation dynamique des systèmes artiulés. Bases mathématiques et outils informatiques Ali Hamlili To ite this version: Ali Hamlili. Contribution à la modélisation dynamique des systèmes

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

Contexte professionnel n 3 : Éco Clean

Contexte professionnel n 3 : Éco Clean Contexte professionnel n 3 : Éco Clean Table des matières I - Conditions de travail 3 II - Éco Clean : entretien d'immeubles et communs 5 III - Appartement meublé - résidence Calypso 7 IV - Classement

Plus en détail

Manuel d application pour S&P C-Sheet 240

Manuel d application pour S&P C-Sheet 240 Manuel d application pour Exigences de qualité générale: Adhérence minimale du support > 1.0 N/mm 2 Température du support au minimum 3 C au-dessus de la température du point de rosée Humidité maximale

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free. 5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LS MÉLANGS HOMOGÈNS T LS CORPS PURS CORRCTION DS XRCICS Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : xercice 1 p 40 a L'apparence homogène d'une substance ne

Plus en détail