Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage..."

Transcription

1 Directives COV et lterntive lipochimique : peintures, encres, nettoyge, dégrissge... Alin LEMOR Recherche & Développement, Novnce, BP 20609, Venette, Compiègne Cedex, Frnce, Fx. +33 (0) Abstrct: Europen Union hs just estblished two Directives with the trget to reduce VOC emission in the tmosphere. Directive 99/13/CE concerns the emissions from industril equipments nd Directive 2004/42/CE concerns the content of VOC from solvent used to dilute rchitecturl pints nd vrnishes nd cr refinishing pints. Regrding these directives, positions re different depending of the industril ctivity ctegory. Some re looking for substitution of VOC by no voltile compounds. Lipochemistry provides such compounds with some dded vlues like biodegrdbility, renewbility, no toxicity. Some industril ctivities lredy use this substitution. Tht s the cse for rods bituminous cotings, grochemicl tretment, offset inks, clening nd degresing, nd cotings. This hs been possible becuse voltility is not deciding fctor for these pplictions. Some developments re still possible if we find solution for voltility when this chrcteristic is necessry for the ppliction. Key words: directive COV, solvent, emulsion, Alkyd, oleoglycerophtlic, coting Origines des Directives COV À l origine des Directives COV, il y une prise de conscience u niveu européen u cours des nnées 80, de l nécessité de lutter contre l pollution tmosphérique et notmment contre l formtion d ozone troposphérique. En effet, on observe à cette époque un dépérissement considérble des forêts en Allemgne et en Europe du Nord. En 1981, 6 % des épicés de l région de Bde-Wurtemberg étient tteints. En 1983, il y en vit 91 %. Il y eut une psychose collective. Après de nombreuses discussions entre les scientifiques, les industriels, les politiques et les écologistes, l formtion d ozone de fçon normlement élevée dns l couche inférieure de l tmosphère été identifiée comme étnt responsble de ce dépérissement. En formnt une brrière ux ryons du soleil, cette couche d ozone empêche le développement norml des végétux. Pourquoi ccuser les composés orgniques voltils? Comme l indique l figure 1, l ozone est produit dns l tmosphère pr réction de l oxygène moléculire (O 2 ) vec l oxygène tomique provennt de l dissocition, sous l ction du ryonnement UV, du dioxyde d zote (NO 2 )en monoxyde d zote (NO). Toutefois, l concentrtion en ozone est régulée pr des réctions chimiques interdépendntes, l ozone régissnt vec le monoxyde d zote pour former du dioxyde d zote. On qulifie le monoxyde d zote de puit d ozone puisqu il contribue à limiter l concentrtion d ozone en le consommnt. Ces trois réctions ont une cinétique rpide. Les concentrtions d ozone dépendent du rpport entre l concentrtion de dioxyde d zote et l concentrtion de monoxyde d zote. En présence de COV, un ensemble complexe de réctions se produit et conduit à l ccumultion d ozone. Ces réctions, en effet, enrichissent le réservoir tmosphérique en dioxyde d zote en consommnt le monoxyde d zote qui ne peut plus jouer son rôle de puits d ozone. Il y production de dioxyde d zote sns consommtion d ozone. L décomposition des COV est déclenchée pr le rdicl hydroxyle (OH) produit pr des réctions photochimiques [1]. Quelles sont les quntités de COV rejetées à l tmosphère en Frnce? [2] En 1988 : 2,75 millions de tonnes. En 2002 : 1,55 millions de tonnes. Sur cette période, l Frnce réduit ses émissions de COV de l ordre de 40 % vec une décroissnce de 3 à 4 % pr nnée depuis 10 ns. L objectif de 2010 est de 1,05 millions de tonnes. D où proviennent ces COV? Industrie : 31 % ; Trnsport routier : 24 % ; Agriculture : 14 % ; Prticuliers : 22 % ; Autres trnsports : 4%; Énergie 5 %. L industrie émet presque un tiers des COV, suivie du trnsport routier puis des prticuliers. Ces trois secteurs d ctivité sont donc globlement à l origine de 77 % des émissions. Dns l industrie, l utilistion de solvnts est en prtie mis lrgement l cuse des émissions de COV. Le mrché européen des solvnts d origine pétrochimique étit de 4,1 millions de tonnes en Il étit de l ordre de tonnes en Frnce à l même époque [3]. Selon les chiffres (figure 2), le secteur des peintures et vernis est le plus gros utilisteur de solvnts, vec 41 % suivi de l phrmcie vec 8 % et des encres d imprimerie vec 6 %. Toutes les trnsformtions industrielles de ces secteurs d ctivité utilisent des solvnts qui se doi: /ocl OH H 2 O RH R RO RO 2 Figure 1. L formtion d ozone troposphérique. O Réctions NO 2 NO O 2 O 2 O hυ OCL VOL. 13 N 2-3 MARS-JUIN Article disponible sur le site ou

2 déggent dns l tmosphère. Pr une ction sur le procédé, ou pr l substitution de solvnts voltils pr des solvnts non voltils, lorsque l ppliction le permet, il est possible de limiter ces émissions. C est le cdre de l Directive européenne 1999/13/CE [4]. Il existe un secteur d ctivité pour lequel on ne peut ps cpter les émissions de COV. C est celui de l mise en peinture des bâtiments et de l retouche utomobile. C est pourquoi une deuxième directive été étblie pour limiter l concentrtion des solvnts dns les produits de peinture concernés. C est l Directive européenne 2004/42/CE. [5]. Directives COV Directive 1999/13/CE L objectif est bien entendu de limiter le rejet des pollunts, pour prévenir et minimliser les effets directs et indirects dns l environnement, principlement dns l ir, insi que les risques potentiels pour l snté publique. Les mesures à mettre en œuvre pour l limittion des émissions des instlltions industrielles sont clirement définies. Un COV est défini comme étnt tout composé orgnique ynt une pression de vpeur de 0,01 kp ou plus à une tempérture de 293,15 K, ou une voltilité correspondnte dns des conditions d utilistion prticulières. Aux fins de l présente Directive, l frction de créosote qui dépsse cette vleur de pression de vpeur à l tempérture de 293,15 K est considérée comme un COV. Principles dispositions Elle s pplique à une vingtine d ctivités, correspondnt u mrché européen des solvnts décrit ci-dessus. Coutchouc & plstique Nettoyge à sec Extrction des huiles Phytosnitires Adhésifs Nettoyge de surfce Cosmétique Pds domestiques Encres d'imprimerie Phrmcie Peintures et vernis Autres 41 % Elle fixe les VLE (vleurs limites d émission) pour les émissions cnlisées et diffuses. Elle définit des vleurs limites spécifiques pour les composés à phrses de risques. Les seuils étnt définis, cel n de sens que si l industriel est en mesure de contrôler ses émissions. L Directive impose donc le contrôle des émissions de COV pr le Pln de Gestion des Solvnts. Il doit permettre de démontrer l conformité de l instlltion ux objectifs de rejets de COV, en s ppuynt sur un biln : émissions totles = Entrées COV Sorties COV ; émissions diffuses = Emissions totles Emissions cnlisées. À noter que pour ider les industriels l FIPEC (Fédértion de l industrie des peintures encres et colles) vec l ADEME (Agence de l environnement et de l mîtrise de l énergie) ont rédigé un guide sur l estimtion des émissions de COV en peintures, vernis, encres, colles et dhésifs [6]. L Directive s pplique ux instlltions nouvelles et existntes (en Frnce depuis octobre 2005). Elle permet l utilistion d un SME (schém de mîtrise des émissions). Qu est-ce qu un schém de mîtrise des émissions? [7] C est un document qui démontre que l industriel s efforce de réduire ses émissions de COV pr : l réduction des émissions à l source (exemple : pr piégege des vpeurs de solvnts des cbines de mise en peinture) ; l optimistion des conditions opértoires (exemple : en diminunt l tempérture d un procédé lorsque c est possible pour diminuer l évportion) ; 8 % Figure 2. Le mrché européen des solvnts d origine pétrochimique en % 1 % 2 % 3 % 15 % 4 % 4 % 6 % 8 % 6 % l optimistion de l consommtion de solvnt (exemple : en optimisnt les enchînements des fbrictions pour réduire les lvges des cuves) ; l utilistion de produits à bsse teneur en solvnt (exemple : utilistion de produits à Hut Extrit Sec ou substitution d un procédé en phse solvnt pr un procédé en phse queuse). Directive 2004/42/CE Cinq ns près l Directive 1999/13/CE le Prlement européen et le Conseil de l UE ont rrêté l Directive 2004/42/CE. Comme cel est décrit ci-dessus, l 1 ère Directive impose le contrôle des émissions des instlltions industrielles et le respect de VLE. L Directive 2004/42/CE est complémentire puisqu elle pour objectif l réduction les émissions de COV pour des pplictions qui ne sont ps rélisées dns des instlltions industrielles et précisément pour l mise en peinture des bâtiments et l retouche utomobile. Cel n est possible que pr l limittion de l teneur totle en COV des produits (peintures et vernis) prêt à l emploi, vec une hrmonistion des spécifictions techniques de ces produits. Dns cette Directive 12 clsses sont définies pour le bâtiment et 5 clsses pour l retouche utomobile. L objectif est comme pour l précédente Directive : l prévention et l réduction de l pollution tmosphérique. Pour cette Directive une utre définition d un COV été prise en compte : un COV est tout composé orgnique dont le point d ébullition initil, mesuré à l pression stndrd de 101,3 kp est inférieur ou égl à 250 C. Le tbleu 1 présente les 12 clsses de produits utilisés pour l mise en peinture des bâtiments, tels qu ils sont définis et répertoriés dns l Directive vec les teneurs mximles en COV utorisées en g/l de produit prêt à l emploi. L ppliction de cette Directive se fit en deux temps : u 01/01/2007 puis u 01/01/2010. Les teneurs sont différentes en fonction du type de peinture, en milieu queux ou en milieu solvnt. L échénce de 2007 impose déjà une réduction de l teneur pr rpport ux teneurs ctuelles mis cette diminution semble être à l portée des fbricnts de peintures sns modifiction importnte du procédé de préprtion. De l même fçon l évolution entre 2007 et 2010 pour les clsses c à l semble ussi mîtrisble. Une lterntive lipochimique pour obtenir une fible diminution de l teneur en COV d un produit de peinture est décrite u dernier chpitre de cette publiction. Pr contre, pour les deux premières clsses et b, l réduction est forte et techniquement difficile sns l perte des propriétés des peintures. 172 DOSSIER

3 Tbleu 1. Les clsses de produits de peinture pour bâtiments définies pr l Directive 2004/42/CE. Sous-ctégorie produits g/l * > g/l * > A S A S Intérieur mte (brillnce ) b Intérieur brillnte (brillnce > ) c Extérieur murs support minérl d Peinture intérieur/extérieur pour finitions bois ou métl e Vernis et lsures intérieur / extérieur pour finitions f Lsures non filmogènes intérieur/extérieur g Impressions 750 h Impressions fixtrices i Revêtements mono-composnts à fonction spécile j Revêtements bi-composnts à fonction spécile k Revêtements multicolores l Revêtements à effets décortifs Ces deux clsses sont ussi les plus importntes en volumes. Étnt donné qu il est impossible ctuellement de formuler des peintures en milieu solvnt à moins de 100 g/l de COV, pour ces deux clsses le mrché v bsculer en produits en phse queuse en Il existe églement une lterntive lipochimique en phse queuse. Évolutions induites pr l ppliction des Directives COV Revenons mintennt d une fçon plus générle sur les secteurs qui utilisent des solvnts pétrochimiques en Europe. Quels solvnts sont utilisés, pour quelles pplictions et dns quels secteurs et quelles sont les évolutions provoquées pr l ppliction des Directives européennes? Une étude rélisée pr l société Alcimed [2] fit précédemment le point sur ce sujet. Les résultts sont résumés dns le tbleu 2. Les ttentes ne sont ps identiques pour tous les secteurs d ctivité. Sns rentrer dns le détil, il y des secteurs qui ne recherchent ps l substitution des solvnts pétrochimiques. L industrie du coutchouc détruit ses rejets pr incinértion ou utilise des procédés sns solvnt. Le nettoyge à sec se fit en mchines fermées et étnches. Des désolvntiseurs ont été instllés pour respecter les VLE pour l extrction des huiles végétles. Dvntge pour des risons de non écotoxicité, le secteur des produits phytosnitires est un secteur fvorble à l lterntive lipochimique, surtout pour les djuvnts. L industrie des colles et dhésifs, bsculé sur des colles en phse queuse ou des colles réctives thermofusibles. Le nettoyge de surfce industriel, comme le nettoyge à sec est effectué vec des mchines fermées. En imprimerie, les teliers de flexogrphie et d héliogrvure sont équipés d instlltions pour l incinértion des rejets ou l dsorption sur chrbon ctif. Les solvnts sont régénérés dns l industrie phrmceutique. Les rejets des teliers de mise en peinture industrielle sont incinérés ou dsorbés sur chrbon ctif. En peinture, l lterntive lipochimique est possible dns une certine mesure et pour quelques pplictions. Tbleu 2. Les utilistions des solvnts pétrochimiques en Europe. Pr conséquent, en reprennt ces informtions, on rrive u constt qu il fut essentiellement substituer les huiles minérles, les solvnts liphtiques et romtiques, des composés chlorés et quelques solvnts oxygénés. Alterntives lipochimiques Qu est-ce qui est ttendu d un solvnt? C est surtout le pouvoir solvnt et l voltilité. Comme cel est précisé dns l définition d un solvnt pour peinture selon l norme ISO : «Un solvnt est un liquide simple ou mixte, voltil dns des conditions normles définies de séchge, ynt l propriété de dissoudre totlement un lint donné». Un solvnt est crctérisé pr ses propriétés physiques et chimiques à prendre en compte pour l spect technique de l ppliction mis ussi pour l sécurité, l snté et l hygiène des utilisteurs. Quels sont les gro-solvnts fournis pr l lipochimie? Selon l figure 3, pr trnsestérifiction de l huile végétle on obtient les esters d cides grs et le glycérol. Ces deux synthons peuvent conduire à d utres molécules ynt d un côté un crctère solvnt de type solvnt liphtique voir romtique pr les insturtions pour les esters d cides grs et de l utre côté un crctère solvnt oxygéné pour les dérivés du glycérol. En fisnt vrier l longueur de l chîne grsse et le rdicl lcoxy on peut décliner une gmme d esters de différentes propriétés. Secteurs Applictions Solvnts pétrochimiques Coutchouc Trnsformtion du coutchouc Solvnts hydrocrbonés Nettoyge à sec Nettoyge en mchine Perchoréthylène Extrction des huiles Extrction de l huile des tourteux Hexne Phytosnitires Adjuvnt Huiles minérles Solvnt de formultion Solvnts romtiques Colles et dhésifs Colles et dhésifs Alcools, toluène, cétone Nettoyge de surfce Nettoyge industriel en mchine Solvnts chlorés hydrocrbonés Nettoyge mnuel à évportion Alcools, trichloroéthylène Nettoyge mnuel à froid Produits domestiques Produits de détergence Éthnol, isopropnol, éthers de glycol Imprimerie Offset Huiles minérles Flexogrphie Isopropnol Éthnol Héliogrvure toluène Phrmcie Adjuvnt excipient Alcools, cétones Peintures Peintures décortives GP Hydrocrbonés liphtiques et Peintures décortives B Peintures industrielles romtiques, esters GP : grnd public ; B : bâtiment. OCL VOL. 13 N 2-3 MARS-JUIN

4 Huile végétle de liisons hydrogène des esters d cides grs (ici l oléte de méthyle pris pour exemple) sont comprbles à ceux des White Spirit, de composés romtiques de type xylène et de certins solvnts chlorés. De l même fçon, ceux des dérivés du glycérol sont comprbles à ceux de certins solvnts oxygénés (tbleu 4) [10-13]. Crbonte de glycérol Glycérol Figure 3. Les gro-solvnts oléochimiques. Tbleu 3. Les principles crctéristiques de solvnts pétrochimiques et d grosolvnts. Crctéristiques Unité T.C.E. Xylène WSD40 Oléte D.E.G.B.E. C.G. de méthyle Msse volumique g/cm 3 1,46 0,86 0,77* 0,88 0,95 1,39 à20 C Viscosité à 25 C mm 2 0,6 0,63 0,96 6,4 4,9 100 Tension superficielle mn/m 28 28,6 24,5 32, ,5 à20 C Indice kuributnol T C distilltion C Point d éclir C > 200 Pression de vpeur kp 8 1,1 0,4 0,06 0,003 < 0,01 à20 C Réglementtion - T F, Xu F, Xu / Xi / T.C.E. : Trichloroéthylène ; WSD40 : White Spirit Pt éclir 40 C ; D.E.G.B.E. : DiEthylèneGlycolButylEther ; C.G. : Crbonte de Glycérol. Tbleu 4. Les prmètres de Hnsen de solvnts pétrochimiques et d gro-solvnts. dd dp dh Oléte de méthyle 17,52 1,71 4,34 Xylène 17,8 1 3,1 WSD T.C.E. 18 3,1 5,3 C.G. 19, ,5 D.E.G.B.E. 16 7,0 10,6 Eu 12,3 31,3 34,2 Comprison des crctéristiques de solvnts pétrochimiques à celles de quelques solvnts dérivés des huiles végétles + ROH (R = Me, Et, Bu) Oléte de méthyle Les crctéristiques de ces gro-solvnts sont semblbles ux crctéristiques de certins solvnts pétrochimiques à l différence qu ils ne sont ps voltils et ne présentent ps de risques prticuliers pr rpport à l sécurité, l hygiène et l snté (tbleu 3) [8, 9]. De même en ppliqunt l théorie des prmètres de solubilité de Hnsen on se rend compte que les prmètres de dispersion, de polrité et Exemples concrets d lterntives lipochimiques Quelles sont ujourd hui les pplictions industrielles et en développement des grosolvnts? Pour illustrer les possibilités offertes pr l lipochimie, des exemples ont été relevés pour les pplictions suivntes : les revêtements bitumineux des routes, les tritements phytosnitires, les encres d imprimerie offset, le nettoyge et le dégrissge, les peintures. Pour les revêtements bitumineux des routes, c est ujourd hui une solution opértionnelle. Les fluxnts oléochimiques substituent des dérivés romtiques lourds et toxiques en pportnt des vntges [14] : grâce à un excellent pouvoir solubilisnt, l viscosité des bitumes diminue rpidement et cel permet de trviller à une tempérture plus bsse pr rpport ux fluxnts pétrochimiques ; l fible voltilité et le point d éclir élevé, permettent une ppliction plus rpide, générnt des gins de temps et moins de perte de produit à l ppliction ; l stbilité des formultions permet le stockge des enrobés sns pollution des sols, et de plus ces fluxnts oléochimiques ne sont ps écotoxiques (tbleu 5). Le remplcement des huiles minérles des djuvnts phytosnitires (tnk mix) pr des dérivés d cides grs offre églement des vntges [15] : l formultion est plus efficce grâce à une pénétrtion plus forte de l mtière ctive dns l plnte ; l ugmenttion de l dhésivité et le crctère nti-dérive font qu il y moins de perte de produit. L substitution du solvnt des mtières ctives des formultions est en développement. Les huiles minérles des encres d imprimerie offset sont mintennt remplcées vntgeusement pr des esters d cides grs pour l fonction dilunt [16]. Ces grosolvnts pénètrent fcilement le support à imprimer permettnt insi un trvil plus rpide. Le brillnt des encres (pporté pr les chînes grsses) et l intensité des couleurs (pportée pr le pouvoir dispersnt des esters) sont méliorés. Il y un confort d utilistion pour l imprimeur prce 174 DOSSIER

5 Tbleu 5. Formultions pour le nettoyge et le dégrissge. Solvnt SOLVESTER 1810 SOLVESTER 1820 SOLVESTER 1200 SOLVESTER SOLVESTER 1890 que ces encres sont stbles. Elles sont utilisbles sur presses à 8, 10 et 12 couleurs. Elles sont sns odeur et surtout non dngereuses pour l sécurité, l hygiène et l snté. Pour le nettoyge et le dégrissge Novnce mis u point une gmme de produits formulés sur bse végétle donc biodégrdbles et renouvelbles. Le produit de bse est le Solvester 1810 qui permet le nettoyge des grisses, des bitumes, des polymères en nettoyge mnuel. Les utres produits possèdent à peu près les mêmes propriétés mis vec des vntges spécifiques. Le Solvester 1820 une odeur plus gréble. Le Solvester 1200 est plus fluide et lisse une surfce nettoyée moins grsse et est pr conséquent mieux dpté pour le nettoyge de précision. Le Solvester + est rinçble à l eu. Le Solvester 1890 est moins oxydble et donc utilisble à une tempérture plus élevée et dns des conditions plus dures. Comme cel est décrit précédemment, l industrie des peintures est grosse utilistrice de solvnt, l première vec 41 % du mrché. Il est donc logique d envisger l substitution tnt u niveu des instlltions qu u niveu des produits. Des fbricnts de peintures utilisent des grosolvnts pour le nettoyge des cuves de préprtion des peintures (tbleu 6). Initilement, un test été rélisé selon le protocole suivnt : Appliction d une couche de peinture sur tôle glvnisée (5 types de peintures ont été testées, des peintures en phse solvnt et d utres en phse queuse). Séchge pendnt 3 j à 40 C. Immersion de l plque pendnt 48H dns le solvnt sns ction mécnique. Trditionnellement le nettoyge est rélisé et depuis des nnées vec des solvnts type White Spirit ou xylène si nécessire. Cette démrche se justifiit pr l volonté de mettre l instlltion en conformité selon un SME pr rpport à l Directive 1999/13/CE. Après un screening des solvnts possibles et en ne retennt que de solvnts sns risques pr rpport à l sécurité, l snté et l hygiène u trvil, deux sont restés et le Solvester 1810 finlement été retenu cr il offre l meilleure performnce. Mlgré tout il est plus efficce sur phse solvnt que sur phse queuse. Or, le but des fbricnts de peintures est de nettoyer les cuves des fbrictions u Propriétés Applictions Grisses, bitumes, mstics, polymères Dégrissge mnuel Idem 1810 Odeur gréble Incolore, fluide, fible résidu grs Nettoyge de précision Idem Rinçble à l eu Dégrissge mnuel Utilistion possible à C solvnt en utilisnt un solvnt non-cov et non nocif lors que les cuves à l eu sont nettoyées u Krcher. Dns l prtique, l cuve est nettoyée en deux étpes. Un premier lvge est rélisé u Solvester 1810 qui ttque l peinture. Un second lvge ou rinçge est fit u White Spirit qui finit de nettoyer l cuve et enlève toute trce grsse de Solvester Il ne doit ps en rester dns l cuve pour l fbriction de peinture. Dns ce domine, quel est l pport des gro-solvnts d origine oléochimique dns l préprtion des produits (peintures et vernis)? L objectif u niveu des produits de peintures étnt de conserver les mêmes propriétés en utilisnt moins de solvnt, c est ce qui est ppelé HES (hut extrit sec). L dilution d une résine lkyde de Novnce (COPOROB ) Tbleu 6. Le nettoyge des cuves de préprtion des peintures. Viscosité à 20 C (mp.s) Figure 4. Dilution du COPOROB Dilution du COPOROB ES (%) contennt sous s forme commercile 10 % de White Spirit D40 est prise pour exemple. Lors de l préprtion des peintures les fbricnts sont menés à jouter du solvnt à l formultion pour régler l viscosité. L figure 4 montre l chute de viscosité obtenue en dilunt cette résine vec 10 et 30 % de différents solvnts. Prtiquement, l dilution le même effet sur l viscosité que l on utilise le WS D40 ou les Estorob. L différence réside u niveu de l voltilité. L non-voltilité des Estorob (T ébullition > 250 C sous P = 101,3kP) est à l fois un vntge et un inconvénient. Un vntge prce cel permet d tteindre les niveux bs de COV fixés pr l Directive 2004/42/CE et un inconvénient prce que si l teneur en gro-solvnt est élevée les propriétés des peintures sont ltérées, (moins bons séchge et durcissement des films de peinture). Il y nénmoins un compromis u niveu de l quntité d gro-solvnt à utiliser. Selon le tbleu 1 des 12 clsses de peintures vec les teneurs mximles en COV à respecter, pour certines clsses il s git de réduire l teneur en COV de quelques % seulement. Ce qui peut être obtenu vec ces gro-solvnts. Pr exemple 3 % d gro-solvnt dns une formultion de peinture sont équivlent à 3 % de White Spirit D40 en terme de solubilistion du polymère et de bisse de l viscosité mis réduisent de 3 % l teneur en COV. Dns ce cs ils sont plutôt à considérer comme dditif ynt une fonction 5 Types de peinture Solvnt Décollement Lque brillnte Glycéro DOWANOL DPM +++ SOLVESTER Pliolite DOWANOL DPM + SOLVESTER Stine phse queuse DOWANOL DPM / SOLVESTER Mt phse queuse DOWANOL DPM / SOLVESTER Revêtement imperméble stine DOWANOL DPM + SOLVESTER WS D40 ESTOROB ESTOROB 1292 HUILE VEGETALE OCL VOL. 13 N 2-3 MARS-JUIN

6 solvnt et modifint rhéologique. Au-delà de 3 à 5 % l effet est négtif sur les propriétés de l peinture. Une utre lterntive dns le domine des peintures est l suivnte : une résine lkyde ou encore ppelée oléoglycérophtlique peut être représentée selon l figure 5. Des chînes grsses sont greffées sur une structure polyester composée de polyol et de polycide. L deuxième nomenclture rppelle s composition oléo pour l huile et glycéro pour le glycérol il n y que l prtie phtlique qui est d origine pétrochimique. En peinture bâtiment, l lkyde stndrd contient 60 % d huile. On peut dire que ce type de lint est un produit de l lipochimie, surtout si l nhydride phtlique est à terme substitué pr un dicide d origine oléochimique. Actuellement ce polymère est dilué dns un solvnt White Spirit mis il existe déjà Polyol c Polyielde c Polyol H White Spirit ou Xylène des produits formulés en émulsion queuse pour ne plus utiliser de COV (figure 6). Même si les performnces sont encore à méliorer pour certins types de peintures (notmment brillntes) c est déjà une solution industrielle pour les peintures stinées pr exemple. Si l on s en tient ux principles propriétés d usge que sont le séchge, l dureté et le brillnt les peintures à bse d lkyde en émulsion ont une plce sur le mrché. Conclusion lkyde solvnt dispersion crylique lkyde émulsion Figure 6. Comprison de performnces de peintures stinées. Résine lky de ou oléoglycérophtlique Solution Figure 5. Structure chimique d une résine lkyde ou oléoglycérophtlique. Émulsion O/W c Polyielde Tensioctif + eu Fce ux exigences des Directives COV l lterntive lipochimique existe. Des gro-solvnts sont déjà utilisés industriellement. Les substitutions qu il étit possible de fire fcilement sont fites. À svoir lorsque dns une ppliction le pouvoir solvnt est un critère plus importnt c séchge hors poisse dureté 30 j brillnt 30 j brillnt QUV que l voltilité. Cel s est souvent rélisé vec des vntges spécifiques qui dépendent des pplictions. C est surtout le cs pour ce qui est de l sécurité, des risques sur l snté et l hygiène lors des utilistions. Mis cel s est fit ussi souvent vec des vntges techniques. D utres substitutions sont encore possibles mis à conditions de trouver des solutions pr rpport à l voltilité, qui été le critère limitnt pour les utres substitutions. Ces solutions font ppel à l utilistion d eu : 2 exemples ont été donnés : mise u point d lkyde en émulsion et formultion de nettoyge (Solvester +) ; ussi l utilistion de COV reste possible. L objectif de l Directive 1999/13/CE est de réduire les émissions à l tmosphère et celui de l Directive 2004/42/CE est de limiter l concentrtion dns les produits de peinture. L utilistion d un solvnt complémentire été donnée en exemple pour le nettoyge des cuves de peintures. Si demin un gro-solvnt voltil est mis u point. S il est efficce il ur en plus comme vntge pr rpport ux solvnts pétrochimiques d être renouvelble, fortement biodégrdble et de grntir plus de sécurité à l utilisteur notmment pr rpport ux risques sur l snté. RÉFÉRENCES 1. Journées Techniques ADEME AGRICE. Biomsse ctlyse et solvnts. 16 et 17 mi Pris. 2. ALCIMED. ADEME. 2002, Anlyse des mrchés potentiels des gro-solvnts. 57, Boulevrd de Montmorency, Pris. 3. TRIOLET J. Pnorm de l utilistion des solvnts en Frnce fin INRS. Hygiène et sécurité du trvil. Chiers de notes documentires. 2 e trimestre / Directive 1999/13/CE du Conseil du 11 mrs Journl officiel N L085 du 29/03/1999, Directive 2004/42/CE du prlement Européen et du Conseil du 21 Avril Journl officiel de l Union Européenne du (L143/87-96). 6. ADEME, FIPEC. Les émissions de C.O.V. dns l production des peintures, vernis, encres d imprimerie, colles et dhésifs. Connître pour gir. Guide et chiers techniques. 7. ADEME. FIPEC, MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les émissions de C.O.V. dns le secteur de l production des peintures, vernis, encres d imprimerie, colles et dhésifs. Guide de rédction d un schém de mîtrise des émissions DOSSIER

7 COLONNA P. L Chimie verte. Pris : Technique et Documenttion, MATEO S. Propriétés physicochimiques et réctivité du crbonte de glycérol. Fisbilité de l obtention des lph mono éthers de glycérol et propriétés solvntes, Thèse de Docteur de l INPT Toulouse, IUCLID Dtbse. DOW Chemicls Mteril Sfety Dt Sheets, Fisher Scientific Compny, MEDINA-GONZALEZ Y, THIEBAUD-ROUX S, DE CARO P, MOULOUNGUI Z. Physicochemicl prmeters study of biosolvents for solvttion nd surfce clening. 14th. In : Pris (Frnce : Europen Biomss Conference nd Exhibition, Biomss for Energy, Industry, nd Climte Protection, 2005 : ANTOINE JP, MARCILLOUX J. Lints nhydres de répndge ou d enrobge : l route se met u vert. OCL 2005 ; 12(4) : CHARLEMAGNE D. Solvnt, djuvnt fonctionnel et écosystème. OCL 2005 ; 12(4) : LANET V. Nouvelles formultions d encres pour le procédé offset sns mouillge, fondées sur des dilunts végétux : élbortion et crctéristion. Thèse de Docteur de l INPG Grenoble, OCL VOL. 13 N 2-3 MARS-JUIN

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation.

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation. Anlyse thermo-mécnique dun prototype de stockge hybride (solide-gzeux) dhydrogène D. CHAPELLE, O. GILLIA b, M. FELDIC. Institut FEMTO ST, UMR 6174, Déprt. Mécnique Appliquée, 24 rue de l Epitphe, 25000

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W /

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / Guide d instlltion rpide Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / DCP-7070DW Veuillez lire ttentivement le livret Sécurité et réglementtion vnt d'effectuer les réglges de votre ppreil. Consultez ensuite le Guide

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11 Electrovnne double Dimension nominle 3/8 - DMV-D/11 DMV-DLE/11 7.30 M Edition 11.13 Nr. 223 926 1 6 Technique L électrovnne double DUNGS DMV intère deux électrovnnes dns un même bloc compct : - vnnes d

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages Modifiction simultnée de plusieurs crctéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de clcul de l vrition de bien-être des ménges Trvers Muriel * Version provisoire Résumé : De nombreuses situtions

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation.

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation. Guide de référence rpide Commencer Avnt d utiliser l ppreil, lisez ce Guide de référence rpide pour connître l procédure de configurtion et d instlltion. NE rccordez PAS le câle d interfce mintennt. 1

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Systèmes de plafonds

Systèmes de plafonds Systèmes de plfonds Sommire Une connissnce ultime des systèmes 4 2 Présenttion 5 Types de plfonds Gyproc 5 Applictions et vntes 6 Choix de l structure du plfond 7 Choix de l plque de revêtement 8 Pose

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure République Algérienne Démocrtique et Populire Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université Mentouri de Constntine Fculté des sciences et sciences de l ingénieur Déprtement

Plus en détail

Guide de l'utilisateur

Guide de l'utilisateur Guide de l'utilisteur Symboles Utilisés Dns ce Guide Indictions de sécurité L documenttion et le projecteur utilisent des symboles grphiques qui indiquent comment utiliser l ppreil en toute sécurité. Veillez

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke.

L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke. L EUROPE ET L EAU L eu est indispensble à l vie. Elle soutient nos écosystèmes et régule le climt. Agriculture, limenttion, énergie, trnsports : l eu est u cœur de notre existence. Cependnt, elle est inéglement

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

La pratique institutionnelle «à plusieurs»

La pratique institutionnelle «à plusieurs» L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens,

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE reglement > > instlltion E ETECTON NCENE NSTALLATON E ETECTON NCENE Une instlltion de détection incendie pour objectif de déceler et signler, le plus tôt possible, d une mnière fible, l nissnce d un incendie,

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

transforming tomorrow

transforming tomorrow AR006ExeBrochure24pV6:Mise en pge 1 3/03/11 10:35 Pge 1 Les pnneux isothermes trnsforming tomorrow AR006ExeBrochure24pV6:Mise en pge 1 3/03/11 10:35 Pge 2 Les pnneux isothermes Le meilleur pour toutes

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

dans Supply Chain sortir ERP commencent à de leur carcan prise de décision en temps réel au niveau des ateliers. La nouvelle génération de solutions

dans Supply Chain sortir ERP commencent à de leur carcan prise de décision en temps réel au niveau des ateliers. La nouvelle génération de solutions dvntge informtique Suppl commct Suppl tit sortir s i Ces N dte prution : 27-01/09/2008 Périodicité : Msuel Pge : 56 SupplCh3_27_57_337pdf T : 95 % Site Web : wwwsupplchinmgzinefr Le dns invite Suppl Chin

Plus en détail

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013 L comptbilité Comprez et choisissez votre logiciel L pye Comprez et choisissez votre logiciel TABLEAUX COMPARATIFS Compt Prtic Pour les créteurs et les entrepreneurs novice en Compt Compt Clssic Pour l

Plus en détail

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement

Plus en détail

Bilan pédagogique / Projet ipad Contexte

Bilan pédagogique / Projet ipad Contexte t e j n r i t P t n e m i r é d p x d e es ip e d s s l c en gie. l chn, p s e g iss rent p p es ur l s é r cent t e j n pr Bil g g éd n p l2 vri, e iqu U d ps égrtin m t L sch en in tin duc en De gique

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area TRm «Gestion de l Toxicité en zone Rmsr» Toxicity mngement in Rmsr re Progrmme Evlution et réduction des risques liés à l utilistion des Pesticides Rpport finl- Juillet_2014 CIHEAM-IAMM 3191 Route de Mende

Plus en détail

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1.

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1. T/TR 01-01 Pge 3 r+ 1. EQUIPMENT CONCERNE L interconnexion numerique interntionl pour le service visiophonique et de visioconf&ence necessite l stndrdistion des principux prmttres num&iques tels que d~it,

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUES

INFORMATIONS TECHNIQUES 0 INFORMATIONS TECHNIQUES tle des mtieres 06 Alimenttions et ccessoires 08 Postes extérieurs Sfer Postes extérieurs minisfer 9 Postes internes Accessoires d instlltion Centrux téléphoniques PABX Cmérs

Plus en détail

Solutions IHM. Gammes Graphite et G3 Outils pour l'usine connectée

Solutions IHM. Gammes Graphite et G3 Outils pour l'usine connectée Solutions IHM Gmmes Grphite et G3 Outils pour l'usine connectée Des IHM ux fonctions étendues : > Conversion de plus de 250 protocoles > Serveur Web intégré > Enregistreur de données sécurisées > Modules

Plus en détail

Principe de précaution! 8 Catégorie de produits TYPE A partir du 1/1/2010 g/l prêt à être utilisé Revêtements mats pour murs et plafonds Revêtements brillants pour murs et plafonds Murs extérieurs

Plus en détail

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal Clients légers IGEL et bureux virtuels : synergie idéle et coût miniml Infrstructure de bureux virtuels vec clients légers IGEL Universl Desktop : Une plus grnde liberté de conception pour vos postes de

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE POUR LES SERRURES D ENTRÉE À CLÉ EXTÉRIEURES VERROUILLABLES, À POIGNÉE DE BRINKS HOME SECURITY. POUR LES PORTES DE

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

Magister en : Génie Mécanique

Magister en : Génie Mécanique الجمهورية الجزاي رية الديمقراطية الشعبية République Algérienne Démocrtique et Populire وزارة التعليم العالي و البحث العلمي Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

La plateforme Next Generation Mini guide

La plateforme Next Generation Mini guide L plteforme Next Genertion Mini guie Ce guie onis été réé pour vous permettre e vous fmiliriser rpiement ve les nomreuses fontionnlités et outils isponiles sur l plteforme Next Genertion. Apprenez où trouver

Plus en détail

Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn

Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn Compte rendu de l vlidtion d'un oservteur cscde pour l MAS sns cpteurs mécniques sur l plte-forme d'essi de l'irccyn Mlek GHANES, Alin GLUMINEAU et Roert BOISLIVEAU Le 1 vril IRCCyN: Institut de Recherche

Plus en détail

Jean-François Vian. To cite this version: HAL Id: pastel-00005158 https://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00005158

Jean-François Vian. To cite this version: HAL Id: pastel-00005158 https://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00005158 Comprison of different tillge systems in orgnic frming : effect of soil structure nd orgnic mtter reprtition on soil micro-orgnisms nd their ctivities of cron nd nitrogen minerliztion Jen-Frnçois Vin To

Plus en détail

Réglementation de l'epa (agence américaine de protection de l'environnement) relative aux émissions

Réglementation de l'epa (agence américaine de protection de l'environnement) relative aux émissions Merci d'voir choisi l'un des meilleurs moteurs hors-bord disponibles sur le mrché. C'est un investissement judicieux dns l nvigtion de plisnce. Votre moteur hors-bord été fbriqué pr Mercury Mrine, l'un

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Portiers audio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M

Portiers audio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M Portiers udio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M Connectivité Votre regrd vers l'extérieur et ce, où que vous soyez Flexiilité Des esoins les plus simples ux instlltions les plus complexes Gmmes ABB-Welcome

Plus en détail

CARDIOLOGIE. Conférences scientifiques

CARDIOLOGIE. Conférences scientifiques www.crdiologieconferences.c 0 4 v o l u m e X V, n u m é r o CARDIOLOGIE MD Conférences scientifiques Guide prtique sur l usge des nouveux nticogulnts pour prévenir l ccident vsculire cérébrl dns l fibrilltion

Plus en détail

La réforme des soins de santé mentale en Belgique

La réforme des soins de santé mentale en Belgique 1 L réforme des soins de snté mentle en Belgique Isbel MOENS Cbinet de l Vice Première-Ministre Ministre des Affires sociles et de l Snté publique En prtenrit vec: Kristel KARLER Cbinet de l Ministre de

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés?

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés? Titrgs cidobsiqus d mélngs contnnt un spèc fort t un spèc fibl : succssifs ou simultnés? Introduction. L'étud d titrgs cidobsiqus d mélngs d dux ou plusiurs cids (ou bss) st un xrcic cournt [-]. Ls solutions

Plus en détail

l appareil et vérifier les composants Module tambour-cartouche de toner (pré-installé)

l appareil et vérifier les composants Module tambour-cartouche de toner (pré-installé) Guide d instlltion rpide Commener MFC-8510DN MFC-8520DN Commenez pr lire le Guide de séurité du produit, puis suivez ttentivement l proédure d instlltion et de onfigurtion dérite dns e Guide d'instlltion

Plus en détail

Développement de l imagerie RMN par agents CEST : application à un modèle rongeur de tumeur cérébrale

Développement de l imagerie RMN par agents CEST : application à un modèle rongeur de tumeur cérébrale Développement de l imgerie RMN pr gents CEST : ppliction à un modèle rongeur de tumeur cérérle Julien Flment To cite this version: Julien Flment. Développement de l imgerie RMN pr gents CEST : ppliction

Plus en détail

bienvenue dans un environnement naturellement plus frais contact climespace OPÉRA PALAIS DE TOKYO LES HALLES 42 MW LA TOUR MAUBOURG 17 MW CANADA

bienvenue dans un environnement naturellement plus frais contact climespace OPÉRA PALAIS DE TOKYO LES HALLES 42 MW LA TOUR MAUBOURG 17 MW CANADA 16 contct 02 - centrle cnd p r i s 02 - iceberg n t r c t i q u e contct climespce CLIMESPACE &- b 185, rue de Bercy - 752 Pris Tél. : 44 74 89 40 - Fx : 44 73 92 93 www.climespce.fr &, b Y #GVee dj kv

Plus en détail

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE Le vdemecum de l pprentissge dns l fonction publique territorile SERVICES À LA PERSONNE 1 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur disponibilité et l richesse de nos échnges toutes les personnes

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

L élia 40% 13% Chaudière gaz à condensation. Son secret : Chauffage et Eau Chaude Sanitaire Murale ou sol Cheminée ou ventouse

L élia 40% 13% Chaudière gaz à condensation. Son secret : Chauffage et Eau Chaude Sanitaire Murale ou sol Cheminée ou ventouse Chudière gz à ondenstion L éli Jusq 40% u à d éo no r hu ppor mie tàu dière pr trd ne ition nelle Chuffge et Eu Chude Snitire Murle ou sol Cheminée ou ventouse Instlltion simple dns le neuf omme dns l

Plus en détail

VIBRATIONS COUPLEES AVEC LE VENT

VIBRATIONS COUPLEES AVEC LE VENT VIBRATIONS OPLEES AVE LE VENT Pscl Hémon Lbortoire d Hydrodynmique, LdHyX Ecole Polytechnique, Pliseu Octobre 00 Vibrtions couplées vec le vent Si vous pense que j i révélé des secrets, je m en ecuse.

Plus en détail

Plan de formation Employée/Employé de commerce CFC du 26 septembre 2011 pour la formation initiale en entreprise. Tables des matières

Plan de formation Employée/Employé de commerce CFC du 26 septembre 2011 pour la formation initiale en entreprise. Tables des matières Plan de formation Employée/ du 26 septembre 2011 pour la formation Tables des matières LISTE DES BRÉVITIONS... 3 INTRODUCTION... 4 1. IMPORTNCE DE L FORMTION COMMERCILE POUR L ÉCONOMIE ET L SOCIÉTÉ...

Plus en détail

Theorie des mrches Dns ce chpitre, on etudie l'interction de l'ore et de l demnde sur un mrche d'un bien donne. On etudier, en prticulier, l'equilibre du mrche. Etnt donne qu'on s'interesse uniquement

Plus en détail

ÉQUIPEMENTS ATEX OUTILLAGE ANTI-ÉTINCELLES

ÉQUIPEMENTS ATEX OUTILLAGE ANTI-ÉTINCELLES Chpitre 8 OUTIAGE ANTI-ÉTINCEES TRAVAIER EN MIIEU EXPOSIF Des ppreils mobiles destinés à des zones protégées contre les explosions voir, communiquer, mesurer, trnsmettre, trviller Téléphones Smrtphones

Plus en détail

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8 Introduction à l modélistion et à l vériction Appliction ux systèmes temporisés Ptrici Bouyer LSV CNRS & ENS de Cchn Introduction à l modélistion et à l vériction p. 1/8 Modélistion & Vériction Introduction

Plus en détail

Déroulement de l épreuve de mathématiques

Déroulement de l épreuve de mathématiques Dérouleet de l épreuve de thétiques MATHÉMATIQUES Extrit de l ote de service 2012-029 du 24 février 2012 (BOEN 13 du 29-3-2012) Durée de l épreuve : 2 heures Nture de l épreuve : écrite pr le socle cou

Plus en détail

NOUVELLE GAMME AQUAREA TECHNOLOGIE DE POMPE À CHALEUR À HAUT RENDEMENT 2014-2015

NOUVELLE GAMME AQUAREA TECHNOLOGIE DE POMPE À CHALEUR À HAUT RENDEMENT 2014-2015 NOUVELLE GMME QURE TECHNOLOGIE DE POMPE À CHLEUR À HUT RENDEMENT 2014-2015 NOUVELLE POMPE À CHLEUR IR-EU QURE 2014-2015 *SYSTÈMES DE CHUFFGE ET DE CLIMTISTION * 2 «Une vie meilleure, un monde meilleur»

Plus en détail