Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage..."

Transcription

1 Directives COV et lterntive lipochimique : peintures, encres, nettoyge, dégrissge... Alin LEMOR Recherche & Développement, Novnce, BP 20609, Venette, Compiègne Cedex, Frnce, Fx. +33 (0) Abstrct: Europen Union hs just estblished two Directives with the trget to reduce VOC emission in the tmosphere. Directive 99/13/CE concerns the emissions from industril equipments nd Directive 2004/42/CE concerns the content of VOC from solvent used to dilute rchitecturl pints nd vrnishes nd cr refinishing pints. Regrding these directives, positions re different depending of the industril ctivity ctegory. Some re looking for substitution of VOC by no voltile compounds. Lipochemistry provides such compounds with some dded vlues like biodegrdbility, renewbility, no toxicity. Some industril ctivities lredy use this substitution. Tht s the cse for rods bituminous cotings, grochemicl tretment, offset inks, clening nd degresing, nd cotings. This hs been possible becuse voltility is not deciding fctor for these pplictions. Some developments re still possible if we find solution for voltility when this chrcteristic is necessry for the ppliction. Key words: directive COV, solvent, emulsion, Alkyd, oleoglycerophtlic, coting Origines des Directives COV À l origine des Directives COV, il y une prise de conscience u niveu européen u cours des nnées 80, de l nécessité de lutter contre l pollution tmosphérique et notmment contre l formtion d ozone troposphérique. En effet, on observe à cette époque un dépérissement considérble des forêts en Allemgne et en Europe du Nord. En 1981, 6 % des épicés de l région de Bde-Wurtemberg étient tteints. En 1983, il y en vit 91 %. Il y eut une psychose collective. Après de nombreuses discussions entre les scientifiques, les industriels, les politiques et les écologistes, l formtion d ozone de fçon normlement élevée dns l couche inférieure de l tmosphère été identifiée comme étnt responsble de ce dépérissement. En formnt une brrière ux ryons du soleil, cette couche d ozone empêche le développement norml des végétux. Pourquoi ccuser les composés orgniques voltils? Comme l indique l figure 1, l ozone est produit dns l tmosphère pr réction de l oxygène moléculire (O 2 ) vec l oxygène tomique provennt de l dissocition, sous l ction du ryonnement UV, du dioxyde d zote (NO 2 )en monoxyde d zote (NO). Toutefois, l concentrtion en ozone est régulée pr des réctions chimiques interdépendntes, l ozone régissnt vec le monoxyde d zote pour former du dioxyde d zote. On qulifie le monoxyde d zote de puit d ozone puisqu il contribue à limiter l concentrtion d ozone en le consommnt. Ces trois réctions ont une cinétique rpide. Les concentrtions d ozone dépendent du rpport entre l concentrtion de dioxyde d zote et l concentrtion de monoxyde d zote. En présence de COV, un ensemble complexe de réctions se produit et conduit à l ccumultion d ozone. Ces réctions, en effet, enrichissent le réservoir tmosphérique en dioxyde d zote en consommnt le monoxyde d zote qui ne peut plus jouer son rôle de puits d ozone. Il y production de dioxyde d zote sns consommtion d ozone. L décomposition des COV est déclenchée pr le rdicl hydroxyle (OH) produit pr des réctions photochimiques [1]. Quelles sont les quntités de COV rejetées à l tmosphère en Frnce? [2] En 1988 : 2,75 millions de tonnes. En 2002 : 1,55 millions de tonnes. Sur cette période, l Frnce réduit ses émissions de COV de l ordre de 40 % vec une décroissnce de 3 à 4 % pr nnée depuis 10 ns. L objectif de 2010 est de 1,05 millions de tonnes. D où proviennent ces COV? Industrie : 31 % ; Trnsport routier : 24 % ; Agriculture : 14 % ; Prticuliers : 22 % ; Autres trnsports : 4%; Énergie 5 %. L industrie émet presque un tiers des COV, suivie du trnsport routier puis des prticuliers. Ces trois secteurs d ctivité sont donc globlement à l origine de 77 % des émissions. Dns l industrie, l utilistion de solvnts est en prtie mis lrgement l cuse des émissions de COV. Le mrché européen des solvnts d origine pétrochimique étit de 4,1 millions de tonnes en Il étit de l ordre de tonnes en Frnce à l même époque [3]. Selon les chiffres (figure 2), le secteur des peintures et vernis est le plus gros utilisteur de solvnts, vec 41 % suivi de l phrmcie vec 8 % et des encres d imprimerie vec 6 %. Toutes les trnsformtions industrielles de ces secteurs d ctivité utilisent des solvnts qui se doi: /ocl OH H 2 O RH R RO RO 2 Figure 1. L formtion d ozone troposphérique. O Réctions NO 2 NO O 2 O 2 O hυ OCL VOL. 13 N 2-3 MARS-JUIN Article disponible sur le site ou

2 déggent dns l tmosphère. Pr une ction sur le procédé, ou pr l substitution de solvnts voltils pr des solvnts non voltils, lorsque l ppliction le permet, il est possible de limiter ces émissions. C est le cdre de l Directive européenne 1999/13/CE [4]. Il existe un secteur d ctivité pour lequel on ne peut ps cpter les émissions de COV. C est celui de l mise en peinture des bâtiments et de l retouche utomobile. C est pourquoi une deuxième directive été étblie pour limiter l concentrtion des solvnts dns les produits de peinture concernés. C est l Directive européenne 2004/42/CE. [5]. Directives COV Directive 1999/13/CE L objectif est bien entendu de limiter le rejet des pollunts, pour prévenir et minimliser les effets directs et indirects dns l environnement, principlement dns l ir, insi que les risques potentiels pour l snté publique. Les mesures à mettre en œuvre pour l limittion des émissions des instlltions industrielles sont clirement définies. Un COV est défini comme étnt tout composé orgnique ynt une pression de vpeur de 0,01 kp ou plus à une tempérture de 293,15 K, ou une voltilité correspondnte dns des conditions d utilistion prticulières. Aux fins de l présente Directive, l frction de créosote qui dépsse cette vleur de pression de vpeur à l tempérture de 293,15 K est considérée comme un COV. Principles dispositions Elle s pplique à une vingtine d ctivités, correspondnt u mrché européen des solvnts décrit ci-dessus. Coutchouc & plstique Nettoyge à sec Extrction des huiles Phytosnitires Adhésifs Nettoyge de surfce Cosmétique Pds domestiques Encres d'imprimerie Phrmcie Peintures et vernis Autres 41 % Elle fixe les VLE (vleurs limites d émission) pour les émissions cnlisées et diffuses. Elle définit des vleurs limites spécifiques pour les composés à phrses de risques. Les seuils étnt définis, cel n de sens que si l industriel est en mesure de contrôler ses émissions. L Directive impose donc le contrôle des émissions de COV pr le Pln de Gestion des Solvnts. Il doit permettre de démontrer l conformité de l instlltion ux objectifs de rejets de COV, en s ppuynt sur un biln : émissions totles = Entrées COV Sorties COV ; émissions diffuses = Emissions totles Emissions cnlisées. À noter que pour ider les industriels l FIPEC (Fédértion de l industrie des peintures encres et colles) vec l ADEME (Agence de l environnement et de l mîtrise de l énergie) ont rédigé un guide sur l estimtion des émissions de COV en peintures, vernis, encres, colles et dhésifs [6]. L Directive s pplique ux instlltions nouvelles et existntes (en Frnce depuis octobre 2005). Elle permet l utilistion d un SME (schém de mîtrise des émissions). Qu est-ce qu un schém de mîtrise des émissions? [7] C est un document qui démontre que l industriel s efforce de réduire ses émissions de COV pr : l réduction des émissions à l source (exemple : pr piégege des vpeurs de solvnts des cbines de mise en peinture) ; l optimistion des conditions opértoires (exemple : en diminunt l tempérture d un procédé lorsque c est possible pour diminuer l évportion) ; 8 % Figure 2. Le mrché européen des solvnts d origine pétrochimique en % 1 % 2 % 3 % 15 % 4 % 4 % 6 % 8 % 6 % l optimistion de l consommtion de solvnt (exemple : en optimisnt les enchînements des fbrictions pour réduire les lvges des cuves) ; l utilistion de produits à bsse teneur en solvnt (exemple : utilistion de produits à Hut Extrit Sec ou substitution d un procédé en phse solvnt pr un procédé en phse queuse). Directive 2004/42/CE Cinq ns près l Directive 1999/13/CE le Prlement européen et le Conseil de l UE ont rrêté l Directive 2004/42/CE. Comme cel est décrit ci-dessus, l 1 ère Directive impose le contrôle des émissions des instlltions industrielles et le respect de VLE. L Directive 2004/42/CE est complémentire puisqu elle pour objectif l réduction les émissions de COV pour des pplictions qui ne sont ps rélisées dns des instlltions industrielles et précisément pour l mise en peinture des bâtiments et l retouche utomobile. Cel n est possible que pr l limittion de l teneur totle en COV des produits (peintures et vernis) prêt à l emploi, vec une hrmonistion des spécifictions techniques de ces produits. Dns cette Directive 12 clsses sont définies pour le bâtiment et 5 clsses pour l retouche utomobile. L objectif est comme pour l précédente Directive : l prévention et l réduction de l pollution tmosphérique. Pour cette Directive une utre définition d un COV été prise en compte : un COV est tout composé orgnique dont le point d ébullition initil, mesuré à l pression stndrd de 101,3 kp est inférieur ou égl à 250 C. Le tbleu 1 présente les 12 clsses de produits utilisés pour l mise en peinture des bâtiments, tels qu ils sont définis et répertoriés dns l Directive vec les teneurs mximles en COV utorisées en g/l de produit prêt à l emploi. L ppliction de cette Directive se fit en deux temps : u 01/01/2007 puis u 01/01/2010. Les teneurs sont différentes en fonction du type de peinture, en milieu queux ou en milieu solvnt. L échénce de 2007 impose déjà une réduction de l teneur pr rpport ux teneurs ctuelles mis cette diminution semble être à l portée des fbricnts de peintures sns modifiction importnte du procédé de préprtion. De l même fçon l évolution entre 2007 et 2010 pour les clsses c à l semble ussi mîtrisble. Une lterntive lipochimique pour obtenir une fible diminution de l teneur en COV d un produit de peinture est décrite u dernier chpitre de cette publiction. Pr contre, pour les deux premières clsses et b, l réduction est forte et techniquement difficile sns l perte des propriétés des peintures. 172 DOSSIER

3 Tbleu 1. Les clsses de produits de peinture pour bâtiments définies pr l Directive 2004/42/CE. Sous-ctégorie produits g/l * > g/l * > A S A S Intérieur mte (brillnce ) b Intérieur brillnte (brillnce > ) c Extérieur murs support minérl d Peinture intérieur/extérieur pour finitions bois ou métl e Vernis et lsures intérieur / extérieur pour finitions f Lsures non filmogènes intérieur/extérieur g Impressions 750 h Impressions fixtrices i Revêtements mono-composnts à fonction spécile j Revêtements bi-composnts à fonction spécile k Revêtements multicolores l Revêtements à effets décortifs Ces deux clsses sont ussi les plus importntes en volumes. Étnt donné qu il est impossible ctuellement de formuler des peintures en milieu solvnt à moins de 100 g/l de COV, pour ces deux clsses le mrché v bsculer en produits en phse queuse en Il existe églement une lterntive lipochimique en phse queuse. Évolutions induites pr l ppliction des Directives COV Revenons mintennt d une fçon plus générle sur les secteurs qui utilisent des solvnts pétrochimiques en Europe. Quels solvnts sont utilisés, pour quelles pplictions et dns quels secteurs et quelles sont les évolutions provoquées pr l ppliction des Directives européennes? Une étude rélisée pr l société Alcimed [2] fit précédemment le point sur ce sujet. Les résultts sont résumés dns le tbleu 2. Les ttentes ne sont ps identiques pour tous les secteurs d ctivité. Sns rentrer dns le détil, il y des secteurs qui ne recherchent ps l substitution des solvnts pétrochimiques. L industrie du coutchouc détruit ses rejets pr incinértion ou utilise des procédés sns solvnt. Le nettoyge à sec se fit en mchines fermées et étnches. Des désolvntiseurs ont été instllés pour respecter les VLE pour l extrction des huiles végétles. Dvntge pour des risons de non écotoxicité, le secteur des produits phytosnitires est un secteur fvorble à l lterntive lipochimique, surtout pour les djuvnts. L industrie des colles et dhésifs, bsculé sur des colles en phse queuse ou des colles réctives thermofusibles. Le nettoyge de surfce industriel, comme le nettoyge à sec est effectué vec des mchines fermées. En imprimerie, les teliers de flexogrphie et d héliogrvure sont équipés d instlltions pour l incinértion des rejets ou l dsorption sur chrbon ctif. Les solvnts sont régénérés dns l industrie phrmceutique. Les rejets des teliers de mise en peinture industrielle sont incinérés ou dsorbés sur chrbon ctif. En peinture, l lterntive lipochimique est possible dns une certine mesure et pour quelques pplictions. Tbleu 2. Les utilistions des solvnts pétrochimiques en Europe. Pr conséquent, en reprennt ces informtions, on rrive u constt qu il fut essentiellement substituer les huiles minérles, les solvnts liphtiques et romtiques, des composés chlorés et quelques solvnts oxygénés. Alterntives lipochimiques Qu est-ce qui est ttendu d un solvnt? C est surtout le pouvoir solvnt et l voltilité. Comme cel est précisé dns l définition d un solvnt pour peinture selon l norme ISO : «Un solvnt est un liquide simple ou mixte, voltil dns des conditions normles définies de séchge, ynt l propriété de dissoudre totlement un lint donné». Un solvnt est crctérisé pr ses propriétés physiques et chimiques à prendre en compte pour l spect technique de l ppliction mis ussi pour l sécurité, l snté et l hygiène des utilisteurs. Quels sont les gro-solvnts fournis pr l lipochimie? Selon l figure 3, pr trnsestérifiction de l huile végétle on obtient les esters d cides grs et le glycérol. Ces deux synthons peuvent conduire à d utres molécules ynt d un côté un crctère solvnt de type solvnt liphtique voir romtique pr les insturtions pour les esters d cides grs et de l utre côté un crctère solvnt oxygéné pour les dérivés du glycérol. En fisnt vrier l longueur de l chîne grsse et le rdicl lcoxy on peut décliner une gmme d esters de différentes propriétés. Secteurs Applictions Solvnts pétrochimiques Coutchouc Trnsformtion du coutchouc Solvnts hydrocrbonés Nettoyge à sec Nettoyge en mchine Perchoréthylène Extrction des huiles Extrction de l huile des tourteux Hexne Phytosnitires Adjuvnt Huiles minérles Solvnt de formultion Solvnts romtiques Colles et dhésifs Colles et dhésifs Alcools, toluène, cétone Nettoyge de surfce Nettoyge industriel en mchine Solvnts chlorés hydrocrbonés Nettoyge mnuel à évportion Alcools, trichloroéthylène Nettoyge mnuel à froid Produits domestiques Produits de détergence Éthnol, isopropnol, éthers de glycol Imprimerie Offset Huiles minérles Flexogrphie Isopropnol Éthnol Héliogrvure toluène Phrmcie Adjuvnt excipient Alcools, cétones Peintures Peintures décortives GP Hydrocrbonés liphtiques et Peintures décortives B Peintures industrielles romtiques, esters GP : grnd public ; B : bâtiment. OCL VOL. 13 N 2-3 MARS-JUIN

4 Huile végétle de liisons hydrogène des esters d cides grs (ici l oléte de méthyle pris pour exemple) sont comprbles à ceux des White Spirit, de composés romtiques de type xylène et de certins solvnts chlorés. De l même fçon, ceux des dérivés du glycérol sont comprbles à ceux de certins solvnts oxygénés (tbleu 4) [10-13]. Crbonte de glycérol Glycérol Figure 3. Les gro-solvnts oléochimiques. Tbleu 3. Les principles crctéristiques de solvnts pétrochimiques et d grosolvnts. Crctéristiques Unité T.C.E. Xylène WSD40 Oléte D.E.G.B.E. C.G. de méthyle Msse volumique g/cm 3 1,46 0,86 0,77* 0,88 0,95 1,39 à20 C Viscosité à 25 C mm 2 0,6 0,63 0,96 6,4 4,9 100 Tension superficielle mn/m 28 28,6 24,5 32, ,5 à20 C Indice kuributnol T C distilltion C Point d éclir C > 200 Pression de vpeur kp 8 1,1 0,4 0,06 0,003 < 0,01 à20 C Réglementtion - T F, Xu F, Xu / Xi / T.C.E. : Trichloroéthylène ; WSD40 : White Spirit Pt éclir 40 C ; D.E.G.B.E. : DiEthylèneGlycolButylEther ; C.G. : Crbonte de Glycérol. Tbleu 4. Les prmètres de Hnsen de solvnts pétrochimiques et d gro-solvnts. dd dp dh Oléte de méthyle 17,52 1,71 4,34 Xylène 17,8 1 3,1 WSD T.C.E. 18 3,1 5,3 C.G. 19, ,5 D.E.G.B.E. 16 7,0 10,6 Eu 12,3 31,3 34,2 Comprison des crctéristiques de solvnts pétrochimiques à celles de quelques solvnts dérivés des huiles végétles + ROH (R = Me, Et, Bu) Oléte de méthyle Les crctéristiques de ces gro-solvnts sont semblbles ux crctéristiques de certins solvnts pétrochimiques à l différence qu ils ne sont ps voltils et ne présentent ps de risques prticuliers pr rpport à l sécurité, l hygiène et l snté (tbleu 3) [8, 9]. De même en ppliqunt l théorie des prmètres de solubilité de Hnsen on se rend compte que les prmètres de dispersion, de polrité et Exemples concrets d lterntives lipochimiques Quelles sont ujourd hui les pplictions industrielles et en développement des grosolvnts? Pour illustrer les possibilités offertes pr l lipochimie, des exemples ont été relevés pour les pplictions suivntes : les revêtements bitumineux des routes, les tritements phytosnitires, les encres d imprimerie offset, le nettoyge et le dégrissge, les peintures. Pour les revêtements bitumineux des routes, c est ujourd hui une solution opértionnelle. Les fluxnts oléochimiques substituent des dérivés romtiques lourds et toxiques en pportnt des vntges [14] : grâce à un excellent pouvoir solubilisnt, l viscosité des bitumes diminue rpidement et cel permet de trviller à une tempérture plus bsse pr rpport ux fluxnts pétrochimiques ; l fible voltilité et le point d éclir élevé, permettent une ppliction plus rpide, générnt des gins de temps et moins de perte de produit à l ppliction ; l stbilité des formultions permet le stockge des enrobés sns pollution des sols, et de plus ces fluxnts oléochimiques ne sont ps écotoxiques (tbleu 5). Le remplcement des huiles minérles des djuvnts phytosnitires (tnk mix) pr des dérivés d cides grs offre églement des vntges [15] : l formultion est plus efficce grâce à une pénétrtion plus forte de l mtière ctive dns l plnte ; l ugmenttion de l dhésivité et le crctère nti-dérive font qu il y moins de perte de produit. L substitution du solvnt des mtières ctives des formultions est en développement. Les huiles minérles des encres d imprimerie offset sont mintennt remplcées vntgeusement pr des esters d cides grs pour l fonction dilunt [16]. Ces grosolvnts pénètrent fcilement le support à imprimer permettnt insi un trvil plus rpide. Le brillnt des encres (pporté pr les chînes grsses) et l intensité des couleurs (pportée pr le pouvoir dispersnt des esters) sont méliorés. Il y un confort d utilistion pour l imprimeur prce 174 DOSSIER

5 Tbleu 5. Formultions pour le nettoyge et le dégrissge. Solvnt SOLVESTER 1810 SOLVESTER 1820 SOLVESTER 1200 SOLVESTER SOLVESTER 1890 que ces encres sont stbles. Elles sont utilisbles sur presses à 8, 10 et 12 couleurs. Elles sont sns odeur et surtout non dngereuses pour l sécurité, l hygiène et l snté. Pour le nettoyge et le dégrissge Novnce mis u point une gmme de produits formulés sur bse végétle donc biodégrdbles et renouvelbles. Le produit de bse est le Solvester 1810 qui permet le nettoyge des grisses, des bitumes, des polymères en nettoyge mnuel. Les utres produits possèdent à peu près les mêmes propriétés mis vec des vntges spécifiques. Le Solvester 1820 une odeur plus gréble. Le Solvester 1200 est plus fluide et lisse une surfce nettoyée moins grsse et est pr conséquent mieux dpté pour le nettoyge de précision. Le Solvester + est rinçble à l eu. Le Solvester 1890 est moins oxydble et donc utilisble à une tempérture plus élevée et dns des conditions plus dures. Comme cel est décrit précédemment, l industrie des peintures est grosse utilistrice de solvnt, l première vec 41 % du mrché. Il est donc logique d envisger l substitution tnt u niveu des instlltions qu u niveu des produits. Des fbricnts de peintures utilisent des grosolvnts pour le nettoyge des cuves de préprtion des peintures (tbleu 6). Initilement, un test été rélisé selon le protocole suivnt : Appliction d une couche de peinture sur tôle glvnisée (5 types de peintures ont été testées, des peintures en phse solvnt et d utres en phse queuse). Séchge pendnt 3 j à 40 C. Immersion de l plque pendnt 48H dns le solvnt sns ction mécnique. Trditionnellement le nettoyge est rélisé et depuis des nnées vec des solvnts type White Spirit ou xylène si nécessire. Cette démrche se justifiit pr l volonté de mettre l instlltion en conformité selon un SME pr rpport à l Directive 1999/13/CE. Après un screening des solvnts possibles et en ne retennt que de solvnts sns risques pr rpport à l sécurité, l snté et l hygiène u trvil, deux sont restés et le Solvester 1810 finlement été retenu cr il offre l meilleure performnce. Mlgré tout il est plus efficce sur phse solvnt que sur phse queuse. Or, le but des fbricnts de peintures est de nettoyer les cuves des fbrictions u Propriétés Applictions Grisses, bitumes, mstics, polymères Dégrissge mnuel Idem 1810 Odeur gréble Incolore, fluide, fible résidu grs Nettoyge de précision Idem Rinçble à l eu Dégrissge mnuel Utilistion possible à C solvnt en utilisnt un solvnt non-cov et non nocif lors que les cuves à l eu sont nettoyées u Krcher. Dns l prtique, l cuve est nettoyée en deux étpes. Un premier lvge est rélisé u Solvester 1810 qui ttque l peinture. Un second lvge ou rinçge est fit u White Spirit qui finit de nettoyer l cuve et enlève toute trce grsse de Solvester Il ne doit ps en rester dns l cuve pour l fbriction de peinture. Dns ce domine, quel est l pport des gro-solvnts d origine oléochimique dns l préprtion des produits (peintures et vernis)? L objectif u niveu des produits de peintures étnt de conserver les mêmes propriétés en utilisnt moins de solvnt, c est ce qui est ppelé HES (hut extrit sec). L dilution d une résine lkyde de Novnce (COPOROB ) Tbleu 6. Le nettoyge des cuves de préprtion des peintures. Viscosité à 20 C (mp.s) Figure 4. Dilution du COPOROB Dilution du COPOROB ES (%) contennt sous s forme commercile 10 % de White Spirit D40 est prise pour exemple. Lors de l préprtion des peintures les fbricnts sont menés à jouter du solvnt à l formultion pour régler l viscosité. L figure 4 montre l chute de viscosité obtenue en dilunt cette résine vec 10 et 30 % de différents solvnts. Prtiquement, l dilution le même effet sur l viscosité que l on utilise le WS D40 ou les Estorob. L différence réside u niveu de l voltilité. L non-voltilité des Estorob (T ébullition > 250 C sous P = 101,3kP) est à l fois un vntge et un inconvénient. Un vntge prce cel permet d tteindre les niveux bs de COV fixés pr l Directive 2004/42/CE et un inconvénient prce que si l teneur en gro-solvnt est élevée les propriétés des peintures sont ltérées, (moins bons séchge et durcissement des films de peinture). Il y nénmoins un compromis u niveu de l quntité d gro-solvnt à utiliser. Selon le tbleu 1 des 12 clsses de peintures vec les teneurs mximles en COV à respecter, pour certines clsses il s git de réduire l teneur en COV de quelques % seulement. Ce qui peut être obtenu vec ces gro-solvnts. Pr exemple 3 % d gro-solvnt dns une formultion de peinture sont équivlent à 3 % de White Spirit D40 en terme de solubilistion du polymère et de bisse de l viscosité mis réduisent de 3 % l teneur en COV. Dns ce cs ils sont plutôt à considérer comme dditif ynt une fonction 5 Types de peinture Solvnt Décollement Lque brillnte Glycéro DOWANOL DPM +++ SOLVESTER Pliolite DOWANOL DPM + SOLVESTER Stine phse queuse DOWANOL DPM / SOLVESTER Mt phse queuse DOWANOL DPM / SOLVESTER Revêtement imperméble stine DOWANOL DPM + SOLVESTER WS D40 ESTOROB ESTOROB 1292 HUILE VEGETALE OCL VOL. 13 N 2-3 MARS-JUIN

6 solvnt et modifint rhéologique. Au-delà de 3 à 5 % l effet est négtif sur les propriétés de l peinture. Une utre lterntive dns le domine des peintures est l suivnte : une résine lkyde ou encore ppelée oléoglycérophtlique peut être représentée selon l figure 5. Des chînes grsses sont greffées sur une structure polyester composée de polyol et de polycide. L deuxième nomenclture rppelle s composition oléo pour l huile et glycéro pour le glycérol il n y que l prtie phtlique qui est d origine pétrochimique. En peinture bâtiment, l lkyde stndrd contient 60 % d huile. On peut dire que ce type de lint est un produit de l lipochimie, surtout si l nhydride phtlique est à terme substitué pr un dicide d origine oléochimique. Actuellement ce polymère est dilué dns un solvnt White Spirit mis il existe déjà Polyol c Polyielde c Polyol H White Spirit ou Xylène des produits formulés en émulsion queuse pour ne plus utiliser de COV (figure 6). Même si les performnces sont encore à méliorer pour certins types de peintures (notmment brillntes) c est déjà une solution industrielle pour les peintures stinées pr exemple. Si l on s en tient ux principles propriétés d usge que sont le séchge, l dureté et le brillnt les peintures à bse d lkyde en émulsion ont une plce sur le mrché. Conclusion lkyde solvnt dispersion crylique lkyde émulsion Figure 6. Comprison de performnces de peintures stinées. Résine lky de ou oléoglycérophtlique Solution Figure 5. Structure chimique d une résine lkyde ou oléoglycérophtlique. Émulsion O/W c Polyielde Tensioctif + eu Fce ux exigences des Directives COV l lterntive lipochimique existe. Des gro-solvnts sont déjà utilisés industriellement. Les substitutions qu il étit possible de fire fcilement sont fites. À svoir lorsque dns une ppliction le pouvoir solvnt est un critère plus importnt c séchge hors poisse dureté 30 j brillnt 30 j brillnt QUV que l voltilité. Cel s est souvent rélisé vec des vntges spécifiques qui dépendent des pplictions. C est surtout le cs pour ce qui est de l sécurité, des risques sur l snté et l hygiène lors des utilistions. Mis cel s est fit ussi souvent vec des vntges techniques. D utres substitutions sont encore possibles mis à conditions de trouver des solutions pr rpport à l voltilité, qui été le critère limitnt pour les utres substitutions. Ces solutions font ppel à l utilistion d eu : 2 exemples ont été donnés : mise u point d lkyde en émulsion et formultion de nettoyge (Solvester +) ; ussi l utilistion de COV reste possible. L objectif de l Directive 1999/13/CE est de réduire les émissions à l tmosphère et celui de l Directive 2004/42/CE est de limiter l concentrtion dns les produits de peinture. L utilistion d un solvnt complémentire été donnée en exemple pour le nettoyge des cuves de peintures. Si demin un gro-solvnt voltil est mis u point. S il est efficce il ur en plus comme vntge pr rpport ux solvnts pétrochimiques d être renouvelble, fortement biodégrdble et de grntir plus de sécurité à l utilisteur notmment pr rpport ux risques sur l snté. RÉFÉRENCES 1. Journées Techniques ADEME AGRICE. Biomsse ctlyse et solvnts. 16 et 17 mi Pris. 2. ALCIMED. ADEME. 2002, Anlyse des mrchés potentiels des gro-solvnts. 57, Boulevrd de Montmorency, Pris. 3. TRIOLET J. Pnorm de l utilistion des solvnts en Frnce fin INRS. Hygiène et sécurité du trvil. Chiers de notes documentires. 2 e trimestre / Directive 1999/13/CE du Conseil du 11 mrs Journl officiel N L085 du 29/03/1999, Directive 2004/42/CE du prlement Européen et du Conseil du 21 Avril Journl officiel de l Union Européenne du (L143/87-96). 6. ADEME, FIPEC. Les émissions de C.O.V. dns l production des peintures, vernis, encres d imprimerie, colles et dhésifs. Connître pour gir. Guide et chiers techniques. 7. ADEME. FIPEC, MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. Les émissions de C.O.V. dns le secteur de l production des peintures, vernis, encres d imprimerie, colles et dhésifs. Guide de rédction d un schém de mîtrise des émissions DOSSIER

7 COLONNA P. L Chimie verte. Pris : Technique et Documenttion, MATEO S. Propriétés physicochimiques et réctivité du crbonte de glycérol. Fisbilité de l obtention des lph mono éthers de glycérol et propriétés solvntes, Thèse de Docteur de l INPT Toulouse, IUCLID Dtbse. DOW Chemicls Mteril Sfety Dt Sheets, Fisher Scientific Compny, MEDINA-GONZALEZ Y, THIEBAUD-ROUX S, DE CARO P, MOULOUNGUI Z. Physicochemicl prmeters study of biosolvents for solvttion nd surfce clening. 14th. In : Pris (Frnce : Europen Biomss Conference nd Exhibition, Biomss for Energy, Industry, nd Climte Protection, 2005 : ANTOINE JP, MARCILLOUX J. Lints nhydres de répndge ou d enrobge : l route se met u vert. OCL 2005 ; 12(4) : CHARLEMAGNE D. Solvnt, djuvnt fonctionnel et écosystème. OCL 2005 ; 12(4) : LANET V. Nouvelles formultions d encres pour le procédé offset sns mouillge, fondées sur des dilunts végétux : élbortion et crctéristion. Thèse de Docteur de l INPG Grenoble, OCL VOL. 13 N 2-3 MARS-JUIN

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services Des solutions pour l eu potble Solutions pour le tritement de l eu potble pr Severn Trent Services Des solutions complètes pour le tritement de l eu potble Severn Trent Services, principl fournisseur de

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Recherche des prmètres de préréglge en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Appliction et utilistion des préréglges : Les données de

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm N 529 Assemlges ngulires de plns de trvil de cuisine d'une lrgeur de 60 cm A Description Le grit de frisge APS 900 et une défonceuse Festool, p. ex. l défonceuse OF 1400, permettent de réliser rpidement

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8 ère S Thème : Couleurs et imges TP n 6 Chimie Avncement d une réction chimique Chp.8 Notions et contenus Réction chimique réctif limitnt stœchiométrie notion d vncement Compétences eigiles Identifier le

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

Votre Image au travers de vos éditions Clients

Votre Image au travers de vos éditions Clients Votre Imge u trvers de vos éditions Clients Nos prtenires: LOGITAS SA est un tiers de confince, prtenire des éditeurs de logiciels et des utilisteurs pour l conception, le contrôle et l conservtion de

Plus en détail

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 1 Méthode de l réction prépondérnte : proposition d une pproche quntittive systémtisée pr Lycée Léonrd de Vinci - 62228 Clis

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement.

Fiabilité, sécurité et enfichage intégral éprouvés. Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillage antiarrachement. Fibilité, sécurité et enfichge intégrl éprouvés Tous les connecteurs sont équipés de dispositifs de verrouillge ntirrchement. 100% stekerbr Qu est-ce qu une instlltion 100 % enfichble? Mtériel fourni en

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne) Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Guide d utilisation EasyMP Multi PC Projection

Guide d utilisation EasyMP Multi PC Projection Guide d utilistion EsyMP Multi PC Projection Tble des mtières 2 À propos d EsyMP Multi PC Projection Types de réunions proposés pr EsyMP Multi PC Projection... 5 Réunions à plusieurs imges... 5 Réunions

Plus en détail

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire Méthodologie pour les projets réduisnt l consommtion de combustibles fossiles dns une instlltion préexistnte de production d énergie thermique pour chuffge, pr optimistion de l gestion de l production.

Plus en détail

Caractères et Glyphes

Caractères et Glyphes Crctères et Glyphes Le texte est obtenu pr l frppe u clvier des différents crctères désirés, crctères représentés à l écrn pr leur forme, les glyphes, représenttions des crctères. Ces crctères peuvent

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE RPUBLIQU ALGRINN DMORAIQU POPULAIR MINIR D L'NIGNMN UPRIUR D LA RHRH INIFIQU UNIVRI D BANA FAUL D HNOLOGI DPARMN D MANIQU MMOIR PRN POUR L OBNION DU DIPLOM D MAGIR pécilité : MANIQU Option : NRGIQU PAR

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

ULTRASONS DOUBLE ACTION

ULTRASONS DOUBLE ACTION ULTRASONS DOUBLE ACTION GRAISSES SUPERFICELLES GRAISSES PROFONDES HISTORIQUE LES ULTRASONS Les Ultrsons, générlité et théorie - 1794: découverte des ULTRASONS - 1927: mise en évidence de leurs ctions sur

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

Numara Asset Management Platform

Numara Asset Management Platform Numr Asset Mngement Pltform L Puissnce Tout-en-un L plteforme de gestion de prc informtique Numr Asset Mngement Pltform (NAMP) permet ux services informtiques d ccroître les niveux de service, d méliorer

Plus en détail

ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE ACCESSOIRES

ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE HUMIDIFICATEURS IR médicl dministré u ptient pr voies respirtoires. Il se visse à l sortie d un déitmètre (à ille ou ien précliré) et s utilise vec de l eu stérile. Principles crctéristiques

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

Centre de documentation de la console

Centre de documentation de la console Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Remrque Avnt d utiliser le présent document et le produit

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

Les meilleures performances sur les pièces automobiles!

Les meilleures performances sur les pièces automobiles! Nouveu brise-copeux pour le tournge Brise-copeux B158F Les meilleures performnces sur les pièces utomobiles! ycontrôle isé des copeux à diverses profondeurs de psse, vitesses de coupe et vnces Nouveu brise-copeux

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ...

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ... Mon Coordinomètre Nom.................................................................................................................................................... Régionle..........................................................................

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Allez où bon vous semble, nous garantissons votre sécurité.

Allez où bon vous semble, nous garantissons votre sécurité. L check-list on-rod et off-rod: ussi importnte qu un bon pneu! Avez-vous monté les pneus on-rod / off-rod de Continentl? Vérifié le niveu d huile? Contrôlé l pression des pneus? Vérifié l étt de l roue

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc.

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc. Rpport finl rélisé dns le cdre du progrmme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à l Strtégie phytosnitire québécoise en griculture TITRE : IMPLANTATION D UN RÉSEAU LOCAL DE DÉTECTION HÂTIVE DE PHYTOPHTHORA

Plus en détail

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR ÉCLAIRAGES À LED CH OL/AOL ET OFR/AFR LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR NOUVELLES SÉRIES D ÉCLAIRAGES À LED PUISSANCE LUMINEUSE ET DESIGN INGÉNIEUX PERFORMANTS,

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR ÉCLAIRAGES À LED CH OL/AOL ET OFR/AFR LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR NOUVELLES SÉRIES D ÉCLAIRAGES À LED PUISSANCE LUMINEUSE ET DESIGN INGÉNIEUX PERFORMANTS,

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection L effet de l position du seuil d injection sur le d un polymère dns un moule d injection Hmdy HASSAN, Nicols REGNIER, Cédric LEBOT, Guy DEFAYE Université Bordeux I ; CNRS ; UMR 8508, Lbortoire TREFLE,

Plus en détail

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A Une conception prticulièrement innovnte pour une cnlistion de moyenne puissnce. L enveloppe en luminium plus légère est pte à résister ux environnements

Plus en détail

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 2 SOMMAIRE A/ PRÉSENTATION Rélistion de conduits utoportnts pré-isolés à prtir de pnneux de l gmme Fi-Air. A/ PRÉSENTATION

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct DNPA Clibrtion 16-01-04 1 Clibrtion bsolue pr l mesure du fisceu direct 1- Introduction Les différentes méthodes permettnt de fire des mesures bsolues en diffusion de neutrons ux petits ngles (DNPA) sont

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION mission révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION PRÉ VENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Revue trimestrielle - Éditée pr l CGSS de L Réunion - septembre 2011 - Numéro 54 Avec l prévention,

Plus en détail

catalogue SECURISATION RESERVE HAUTE ET BASSE

catalogue SECURISATION RESERVE HAUTE ET BASSE tble c r t é R e d r t p.2 Blus bine C e d t i o T r u o p es l b t c r t é R s e-pied d r G s e l ô T 4 p. Du stndrd vers l singulrité Depuis s crétion en 1972, LYCMA rticule s strtégie utour de 4 xes

Plus en détail

Scooters électriques e-mo e-mo+

Scooters électriques e-mo e-mo+ Scooters électriques e-mo e-mo+ Fites le plein d économies Mîtriser l prt de son budget conscrée u trnsport, c est dire dieu ux fluctutions du prix des hydrocrbures et ux coûts d entretien, c est choisir

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

CHOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE. Christian Ducauze, Arlette Baillet-Guffroy et Thanh X. Bui

CHOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE. Christian Ducauze, Arlette Baillet-Guffroy et Thanh X. Bui HOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE hristin Ducuze, Arlette Billet-Guffroy et Thnh X. Bui HOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE - Résumé - - Description d une méthode d nlyse - Schém générl

Plus en détail

Le Plancher Rayonnant Surfacique à faible inertie

Le Plancher Rayonnant Surfacique à faible inertie Le Plncher Ryonnnt Surfcique à file inertie Vue en coupe mm *4 mm 0 5 4 * Selon le type d isolnt et selon le niveu d isoltion du plncher G r n t 0 i e ns Avis technique CSTB 4/-55 Grntie 0 ns GAN M34-0-058/059

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie 5-050--0 Production des ryons X en imgerie pr projection et en scnogrphie D. Régent, D. Mndry, V. Croise-Lurent,. Oliver, F. Jusset, V. Lombrd Le tube rdiogène reste le fcteur limitnt dns les techniques

Plus en détail

CSTC OUVRAGES PARTICULIERS EN VERRE PARTIE 1 : APPLICATIONS STRUCTURALES NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 242

CSTC OUVRAGES PARTICULIERS EN VERRE PARTIE 1 : APPLICATIONS STRUCTURALES NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 242 ISSN 0528-4480 CSTC UNE ÉDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 242 OUVRAGES PARTICULIERS EN VERRE PARTIE 1 : APPLICATIONS STRUCTURALES Novembre 2011

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

Pour un filetage parfait

Pour un filetage parfait Mnuel technique Perçge & filetge _ Wlter Titex & Wlter Prototyp Pour un filetge prfit SOMMAIRE 2 Exemples d'ppliction 2 Usinge de longerons 4 Usinge de roues dentées 6 Informtions sur les produits 6 Forets

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

MC352dn/MC362dn/MC562dn

MC352dn/MC362dn/MC562dn MC352dn/MC362dn/MC562dn Des multifonctions A4 couleur polyvlents qui optimisent l efficcité et les performnces Impression COPIE NUMÉRISATION FAX1 RÉSEAU A4 Couleur/ monochrome Impression A6 à 1 320mm,

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA DECHETERIE DE BRENOLO (ST JEAN BREVELAY)

REGLEMENT INTERIEUR DE LA DECHETERIE DE BRENOLO (ST JEAN BREVELAY) REGLEMENT INTERIEUR DE LA DECHETERIE DE BRENOLO (ST JEAN BREVELAY) SOMMAIRE ARTICLE l : DEFINITION """"" 3 ARTICLE 2: CONDTTIONS D'ACCES """"""""""' 3 2.1 Origine des déchets...'... """""""' 3 2.2 Conditions

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs Comprison de trois types de ventiltion lors d un trnsport de 10 heures mince et ien-être des porcs étge 3 étge 2 étge 1 Le règlement 411/98 CE, complémentire de l Directive 91/628 CE pour le trnsport de

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Les formations professionnelles Livret d information des services Application

Les formations professionnelles Livret d information des services Application ² Services "Utilisteur" Confince, Expertise, Performnce Les formtions professionnelles Livret d informtion des services Appliction Answers for Life (*) (*) Des réponses pour l vie Sommire 3 L formtion

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Installation et utilisation du périphérique ImageShare

Installation et utilisation du périphérique ImageShare Instlltion et utilistion du Copyright 2000-2002: Polycom, Inc. Polycom, Inc., 4750 Willow Rod, Plesnton, CA 94588 www.polycom.com Polycom et le logo de Polycom sont des mrques déposées de Polycom, Inc.

Plus en détail

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation.

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation. Anlyse thermo-mécnique dun prototype de stockge hybride (solide-gzeux) dhydrogène D. CHAPELLE, O. GILLIA b, M. FELDIC. Institut FEMTO ST, UMR 6174, Déprt. Mécnique Appliquée, 24 rue de l Epitphe, 25000

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION UNIVERSITE PRIS PNTHEON SORBONNE UFR DE GESTION MTHEMTIQUES PPLIQUEES L ECONOMIE ET L GESTION LICENCE nnée Cours de Thierry LFY TRVUX DIRIGES semestre 7-8 Thème n : Rppels Eercice Déterminez l ensemble

Plus en détail

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants y Accurcy Figures for decision Cegid Group Évlution indépendnte de l vleur des BAAR dns le cdre du projet de modifiction des crctéristiques des BAAR existnts Ce rpport d expertise ne constitue ps une «Attesttion

Plus en détail

Mathématiques, Semestre S1

Mathématiques, Semestre S1 Polytech Pris-Sud PeiP1 2011/2012 Notes de cours Mthémtiques, Semestre S1 Filippo SANTAMBROGIO 2 Tble des mtières 1 Les fonctions dns R et leurs limites 7 1.1 Fonctions réelles d une vrible réelle.........................

Plus en détail

PREPARER UNE INTERVENTION

PREPARER UNE INTERVENTION PREPARER UNE INTERVENTION MAINTENANCE INDUSTRIELLE Niveu IV 2006 CAFOC - GIP de l cdémie de Lyon - 39, rue Pierre Bizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 80 51 53-04 78 47 27 11 - gipl-cfoc@c-lyon.fr PREPARER

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE CORMONTAIGNE. 12 Plce Cormontigne BP 70624. 57010 METZ Cedex 1 Tél.: 03 87 31 85 31 Fx : 03 87 31 85 36 Sciences Appliquées. Svoir-fire expérimentux.. Référentiel.. :. S5 Sciences. Appliquées......

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / ssocitions Loi du 1 er juillet 1901, reltive u contrt d ssocition Nom de l ssocition : Dte limite de retour des dossiers / 31 jnvier 2016 Pr courrier : Mirie de

Plus en détail

Condens 7500 WT Chaudière murale gaz à condensation. Chauffage + eau chaude sanitaire.

Condens 7500 WT Chaudière murale gaz à condensation. Chauffage + eau chaude sanitaire. Chudière murle gz à condenstion. Chuffge + eu chude snitire. Condens 700 WT WC C R C7H N WC C R C7H N Chuffge + eu chude snitire pr ccumultion pr bllon ECS intégré Condens 700 WT WC C R C7 N Chuffge +

Plus en détail