PROJET DE MEDECINE A. HISTOIRE ET PROJET DE L ETABLISSEMENT ET DU SERVICE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE MEDECINE A. HISTOIRE ET PROJET DE L ETABLISSEMENT ET DU SERVICE"

Transcription

1 1 PROJET DE MEDECINE A. HISTOIRE ET PROJET DE L ETABLISSEMENT ET DU SERVICE Le Centre Hospitalier de SOMAIN a achevé sa restructuration en 1999 avec la fermeture de plusieurs services actifs (maternité, chirurgie). Le service de médecine polyvalente a donc à cette époque était installé dans ses locaux actuels avec une capacité de 40 lits. Après la cession de l activité de chimiothérapie au CH. Douai, le service a été reconnu comme référent en réhabilitation respiratoire. Le projet d établissement propose notamment : la mise en œuvre du Projet médical commun CHS-CHD la réorganisation de la médecine polyvalente et le développement de l alcoologie / addictologie le renforcement des SSR et le développement de la prise en charge des personnes âgées le développement du secteur médico-technique, points sur lesquels le service de médecine est concerné. La diminution du nombre d hospitalisations complètes en Médecine polyvalente impose une restructuration des lits MCO. Etant donné l évolution actuelle des activités du service d Alcoologie, le glissement de 13 lits de Médecine vers ce service apparaît cohérent et nécessaire. Les 27 lits restants de Médecine polyvalente devront permettre au CHS de répondre aux besoins d un hôpital de proximité, tout en restant une vraie force pour les autres services du CHS (concertation avec les SSR, USLD et EHPAD notamment pour la prise en charge des patients âgés, collaboration active avec l Alcoologie /Addictologie, approches communes pour les fins de vie, etc.). La prise en charge des patients souffrant de troubles respiratoires (en dehors des épisodes aigus nécessitant une hospitalisation en urgence au CH. Douai) sera optimisée au travers d une organisation «transversale» permettant des : des consultations, actes et explorations ; des hospitalisations en soins de courte durée en Médecine Polyvalente, avec 4 lits d hospitalisation de nuit (Polysomnographie / ventilation non invasive / adaptation d oxygénothérapie) ; des hospitalisations en SSR de réhabilitation respiratoire (10 lits); de la réhabilitation respiratoire en journées (5 places en Hôpital de Jour SSR).

2 2 La reconnaissance de ces spécificités actuelles du CH. Somain par les médecins de ville et les différents praticiens travaillant dans les hôpitaux des environs devra faire l objet d une attention particulière. C est pourquoi l établissement est appelé à mettre en œuvre une série d activités destinées à améliorer sa «visibilité» B. PRESENTATION DU SERVICE ET MISSIONS 1 Le service de Médecine polyvalente 2 se situe au Centre Hospitalier de Somain : L équipe médicale : 61 bis rue Joseph Bouliez SOMAIN M. Francis PAGNIER, Pneumologue, chef de pôle M. Philippe De TAURIAC, praticien hospitalier, pneumologue M. Mohamed KHALDI, praticien hospitalier. 1-Accès : Le service se situe au premier étage du bâtiment C. Il est accessible par l ascenseur et par l escalier qui se situent dans le hall d entrée du bâtiment, face au bureau des admissions. 2- Capacité d accueil : L unité de médecine est composée de : 17 lits de court séjour, répartis en 6 chambres individuelles et une chambre de soins attentifs, 5 chambres doubles, 5 places hôpital de jour en réhabilitation respiratoire 4 lits hôpital de nuit pour la polysomnographie 10 lits de SSR respiratoire 3- Horaires de fonctionnement : Les soins sont assurés 24 heures sur 24, toute l année pour le SSR et la Médecine. De 9h à 17h pour l Hôpital de jour. De 16h30 à 8h le lendemain pour l Hôpital de nuit. 1 Annexe 1 : dépliant Médecine 2 Annexe 2 : Règlement intérieur

3 3 4- Missions : L unité de médecine polyvalente a une activité très diversifiée de par les différentes orientations au sein du même service. LE COURT SEJOUR 3 Nous prenons en charge la plupart des pathologies médicales, avec trois orientations : pneumologie, cardiologie et médecine gériatrique. Nous accueillons des patients adressés directement par leur médecin traitant, les consultations externes sans rendez vous ou suite à une consultation spécialisée. Le service accueille de façon classique des décompensations de personnes âgées polypathologiques nécessitant un bilan et une prise en charge thérapeutique (escarres, décompensation cardio-respiratoire, troubles du transit, diabète déséquilibré, maladies neurologiques avec accidents vasculaires cérébraux). L'objectif vise à favoriser la prise en charge thérapeutique de façon rapide et efficace tout en affirmant un diagnostic. Au cours du séjour, sont réalisées différentes investigations : bilan biologique, des examens complémentaires adaptés à la situation en fonction de la cause organique recherchée tels qu'un électrocardiogramme, une radiologie thoracique, un écho-doppler, une scintigraphie, un scanner cervical, une IRM, etc. La collaboration en équipe pluridisciplinaire : kinésithérapeute, infirmières, aides-soignantes, médecin, psychologue, diététicienne permet de récupérer au mieux les fonctions altérées. Puis de mettre en œuvre précocement, dès l admission dans le service, des stratégies de réadaptation en même temps que les phases diagnostiques et de traitements spécifiques. Une attention particulière est portée à la prévention et la prise en charge spécifique des affections liées au vieillissement telles que la dénutrition, le maintien de l'autonomie, les troubles de la mémoire. Une durée d'hospitalisation courte et un retour au lieu de vie antérieur sont toujours privilégiés. La prise en charge sociale du devenir fait l objet d une attention toute particulière en liaison avec les familles et l assistante sociale. A l'issue de cette hospitalisation, une synthèse est effectuée par les différents intervenants pour aboutir à un diagnostic le plus précis possible et faire des propositions de prise en charge qui seront communiquées aux médecins traitants et aux patients ainsi qu'à la famille. 3 Annexe 3 : Règlement de fonctionnement de l hospitalisation temps complet

4 4 L HÔPITAL DE NUIT (POLYSOMNOGRAPHIE) 4 Des chambres sont totalement dédiés à la réalisation d examen, celle-ci sont insonorisés afin d avoir une qualité d enregistrement optimal 3 chambres sont dédiées à la polysomnographie, 1 à la polygraphie. Les patients arrivent entre 17h et 20h. Ils sont accueillis et installés, ceux-ci ont été vus préalablement en consultation par un pneumologue qui a posé l indication de la réalisation de l examen. La pose du matériel : Des électrodes collées sur le cuir chevelu pour enregistrer l activité électrique du cerveau (sommeil) Des électrodes sont fixées sur votre visage pour capter le mouvement de vos yeux et votre tonus musculaire Des électrodes pour relever le tracé ECG Un capteur nasal pour enregistrer le flux nasal respiratoire et le ronflement Un capteur bucco-nasal pour enregistrer la respiration buccale Une sangle au thorax et une à l abdomen pour enregistrer les mouvements respiratoires Des électrodes d électrocardiogrammes sur le thorax pour détecter les variations de la fréquence et du rythme cardiaque Un capteur fixé sur l ongle pour mesurer l oxygénation Des capteurs posés sur les jambes pour enregistrer les mouvements des muscles. Une fois le matériel posé, des tests sont réalisés pour vérifier le bon fonctionnement du matériel. Ces tests consistent à faire ouvrir les yeux, fermer les yeux, regarder de gauche à droite avec les yeux, serrer les dents, arrêter de respirer, respirer par le nez, respirer par la bouche, inspirer par le nez et expirer par la bouche, relever le pied droit, relever le pied gauche. Ensuite le patient est libre jusqu au coucher (23 heures maximum). Le matin, le patient se réveille de lui-même. La dépose du matériel est faite dès le réveil. Le tracé est visualisé par le pneumologue pour voir s il y a nécessité à appareiller le patient. Le patient est revu en consultation avec les résultats. 4 Annexe 4 : Dépliant Annexe 5 : Charte de fonctionnement de l Hôpital de nuit Annexe 6 : Règlement de fonctionnement

5 5 L HÔPITAL DE JOUR (REHABILITATION RESPIRATOIRE) 5 Les patients peuvent être hospitalisés en hospitalisation de jour, de semaine ou pendant 4 semaines La Réhabilitation Respiratoire est un programme d'activités de soin 6 proposé aux patients atteints de maladies respiratoires chroniques responsables d'une dyspnée invalidante. Cette dyspnée engendre progressivement un handicap dû à un déconditionnement physique une sédentarité. Celle-ci aggrave l'essoufflement. Cette technique de prise en charge globale a pour but d'améliorer leur état général et d'optimiser la fonction respiratoire des patients. Le pneumologue établit un projet thérapeutique personnalisé de prise en charge de chaque patient. Les objectifs d éducation seront définis pour chaque patient en fonction de sa maladie, de ses connaissances de sa pathologie et de ses besoins. La Réhabilitation Respiratoire représente le travail concerté d'une équipe pluridisciplinaire permettant de restituer la meilleure condition physique, psychologique et sociale possible. L'objectif est que le patient puisse récupérer une autonomie optimale dans sa vie familiale et sociale. La prise en charge sera effectuée par une équipe composée de : pneumologues, kinésithérapeutes, infirmier(e)s, aides-soignants(e)s, assistante sociale, psychologue et diététicienne. Le programme débute par un bilan approfondi permettant de connaître les causes de la dyspnée, de fixer les modalités personnalisées du stage et de proposer un réentraînement individualisé à l'effort. Le programme quotidien comporte : éducation, rééducation, activité gymnique, réentrainement à l'effort, et séance de relaxation. Il couvre la journée entière, du lundi au vendredi de jour ou éventuellement en hospitalisation complète avec possibilité de permissions le samedi et/ou le dimanche selon l état de santé et sur avis médical. Durant les permissions, le transport est à la charge du patient. Un compte-rendu est adressé à la sortie au médecin traitant, au pneumologue et aux autres personnels paramédicaux, de façon à ce qu'ils puissent orchestrer ensemble le suivi à domicile. Des consultations de suivi de programme de Réhabilitation Respiratoire seront proposées afin d'évaluer et pérenniser les actions initiées durant le stage et de motiver les patients à la poursuite d'une activité physique. Cette organisation permet de pérenniser les acquis, d associer de façon active l entourage, d accompagner le retour à domicile, de poursuivre une surveillance médicale et de réinsérer le patient dans son quotidien de façon progressive. 5 Le programme éducatif fait l objet d un guide Annexe 6bis : dépliant - Annexe 7 : Charte de fonctionnement de l Hôpital de jour Annexe 8 : Règlement de fonctionnement de l Hôpital de jour 6 Annexe 9 : Programme

6 6 LES SOINS DE SUITE RESPIRATOIRES 7 Cette activité est réalisée sur 10 lits en hospitalisation complète. Les patients pris en charge sont atteints de pathologies telles que : BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) insuffisance respiratoire chronique post hospitalisation après décompensation décompensation respiratoire post réanimation cancer asthme sévère, bronchectasie et autres affections respiratoires plus rares Le service de soins de suite et de réadaptation permet une prise en charge globale du patient destinée à lui permettre de retourner dans son lieu de vie d origine. La réponse au besoin du patient en soins de suite fait appel à la totalité de ces missions : Les soins La rééducation La réadaptation La prévention L éducation thérapeutique L aide au retour à domicile L accompagnement à la fin de vie Le projet de soins individualisé est élaboré, en concertation avec le patient, à partir d un bilan initial de l état clinique. Ce projet de soins définit les objectifs et la durée prévisible du séjour. Il est périodiquement réévalué par l équipe pluridisciplinaire. Le patient se trouve au centre d une prise en charge qui fait participer de nombreux professionnels aux spécialités différentes et complémentaires. Le service de soins de suite accueille des patients, pour la plupart, après une hospitalisation en service de court séjour des hôpitaux et cliniques. Il permet de répondre au besoin de soins liés : aux maladies chroniques, aux évènements de santé invalidants, au vieillissement de la population, et au cours d une hospitalisation en secteur de soins aigus. Les demandes d hospitalisation en SSR respiratoire se font via le logiciel «trajectoire». 7 Annexe 3 : Règlement de fonctionnement de l hospitalisation à temps complet

7 7 5- Le projet de soins 8 : Malgré des activités très variées au sein d une même unité les objectifs du personnel dans le cadre de la prise en charge des patients restent les même et dans la même philosophie de soins. - Assurer le maintien et la ré-autonomisation des patients. - Assurer les soins d hygiène et de confort nécessaire au bien être des patients. - Essayer de stabiliser les facteurs de comorbidité. - Lutter contre la iatrogénie - Lutter contre les interactions médicamenteuses. - Dépister et traiter les déséquilibres nutritionnels. - Dépister, évaluer et traiter la douleur. - Assurer un retour à domicile dans les meilleures conditions possibles, ou orienter le patient vers une structure adaptée à son état de santé. - Assurer le dépistage des pathologies liées à la mémoire. - Accompagner le patient en fin de vie et sa famille, en prenant en compte les aspects physiques et psychologiques de chacun des intervenants. - Eviter la propagation des infections à BMR. C. PUBLIC ET ENTOURAGE Le service prend en charge la plupart des pathologies médicales, avec trois orientations : pneumologie, cardiologie et médecine gériatrique. Les patients sont adressés directement par leur médecin traitant, les consultations externes sans rendez vous ou suite à une consultation spécialisée. A l'issue de cette hospitalisation, une synthèse est effectuée par les différents intervenants pour aboutir à un diagnostic le plus précis possible et faire des propositions de prise en charge qui seront communiquées aux médecins traitants et aux patients ainsi qu'à la famille. Pour la polysomnographie, le service concerne essentiellement les cas suivants : Somnolence diurne excessive Pauses respiratoires pendant le sommeil 8 Annexe 10 : Projet de Soins médecine (court séjour et hôpital de nuit) Annexe 11 : Projet de soins SSR (SSR pneumologique et hôpital de jour)

8 8 Impression d étouffement de courte durée pendant la nuit Ronflement excessif parfois associé à des troubles du sommeil et de la vigilance le jour Réveils fréquents Fatigue au réveil matinal Difficultés de concentration, assoupissement au volant Maux de tête au réveil Le patient est revu en consultation avec les résultats. La Réhabilitation Respiratoire est un programme d'activités de soin proposé aux patients atteints de maladies respiratoires chroniques responsables d'une dyspnée invalidante. Un compte-rendu est adressé à la sortie au médecin traitant, au pneumologue et aux autres personnels paramédicaux, de façon à ce qu'ils puissent orchestrer ensemble le suivi à domicile. Les patients pris en charge dans le cadre du SSR pneumologique sont atteints de pathologies telles que : BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) insuffisance respiratoire chronique post hospitalisation après décompensation décompensation respiratoire post réanimation cancer asthme sévère, bronchectasie et autres affections respiratoires plus rares D. PARTENARIATS ET OUVERTURE 1- Projet médical commun CH. Douai / CH. Somain Les projets développés dans le cadre de ce Projet Médical commun sont repris ci-dessous : Renforcer le partage des compétences cliniques entre les 2 établissements Adapter l offre de consultations avancées entre les deux établissements et renforcer les filières d adressage entre les 2 établissements Organiser la filière d adressage entre le court séjour du CH de Douai et le Soins de Suite et de Réadaptation du CH de Somain Créer de nouvelles structures pour offrir une prise en charge coordonnée sur la zone de proximité du Douaisis Développer les moyens de télétransmissions entre les deux établissements Poursuivre et développer les coopérations des deux établissements pour les activités médicotechniques et logistiques Mener une communication commune sur l ensemble de la zone de proximité du Douaisis Etendre les coopérations à la qualité gestion des risques. Les pneumologues du CH. Somain interviennent au CH. Douai dans le cadre du suivi des chimiothérapies.

9 9 2- Conventions Mise à disposition du plateau technique de la médecine aux cardiologues et pneumologues libéraux Convention de coordination territoriale en SSR du Douaisis avec le CH. Douai et la clinique St Roch «la Plaine de Scarpe» à Marchiennes Avec le CARSAT Nord Picardie (personnes âgées, soins à domicile, PAP d urgence) Conventions définissant les modalités de coopération entre EPS et EHPAD avec l EHPAD de Rieulay, l EHPAD de Marchiennes, l EHPAD d Ecaillon Convention de transfert avec l A.P.E.I. Douai (Papillons Blancs) Convention de prise en charge des résidents du Douaisis AFEJI en cas de déclenchement du plan bleu Convention avec le Pôle Santé du Douaisis Convention avec France Alzheimer Nord Hainaut pour l accompagnement dans la prise en charge du patient Alzheimer ou maladies apparentées. 3- La place de l usager La personne soignée est au centre du dispositif de soins, participant ainsi à sa prise en charge. Cette participation s exerce tout d abord par la mise en place d enquêtes de satisfaction. Deux fois par an, une enquête de satisfaction de la prestation d hôtellerie est effectuée dans le cadre de la politique qualité de l établissement. Chaque patient, lors de sa sortie a la possibilité de remplir un questionnaire de satisfaction qui est à déposer dans une boîte aux lettres prévue à cet effet. Le résultat et l analyse de ces questionnaires fait l objet d un affichage. La participation de l usager s exerce également par la présence de représentants des usagers au Conseil de Surveillance ainsi qu à la Commission de relation avec les usagers (CRUQPC). Ces représentants peuvent être sollicités dans le cadre d autres instances ou pour participer à des groupes de travail ou d évaluation (procédure de certification V3 par exemple). E. LES PRINCIPES ET LES VALEURS 1- Les valeurs 9 La prise en charge dans l une des unités du service de Médecine Polyvalente s inscrit dans le respect des principes et valeurs définis par la charte de la personne hospitalisée. La charte est affichée et remise aux patients lors de l admission avec le livret d accueil. Le consentement du patient est toujours recherché et des dispositions sont prises pour l informer des risques encourus lors d examens spécifiques. 9 Annexe 12 : Les chartes (personne hospitalisée laïcité bientraitance)

10 10 Le patient bénéficie de ses libertés fondamentales qui s expriment dans le respect réciproque : Des professionnels Des autres patients Des proches Ces libertés fondamentales sont : Respect de la dignité et de l intégrité Respect de la vie privée Liberté d opinion Droit à l information La charte de la laïcité dans les services publics est affichée. La bientraitance est une autre des valeurs du service (et de l établissement). Afin d éviter toute situation de maltraitance, les professionnels sont impliqués dans la procédure de bientraitance du Centre Hospitalier de Somain, et s engagent à respecter la charte bientraitance rédigée par l établissement. 2- Les recommandations Respect du règlement intérieur du service Les horaires de visite doivent être respectés afin de permettre une organisation efficience de la prise en charge. Les visiteurs s engagent à signaler leur présence dans le service. Pour la sécurité de tous, il est interdit de fumer à l hôpital. Les règles et recommandations concernant l hygiène doivent être respectées (lavage des mains, isolement). Prendre soin du mobilier et des locaux mis à disposition. Respecter le calme du service en utilisant avec discrétion des appareils de radio et de télévision, en limiter les communications après 22 heures et en évitant les visites en groupe. Ne pas introduire de boissons alcoolisées, de médicaments non autorisés. S adresser au cadre du service pour tout problème ou toute demande d information. Sécurité des biens et des personnes Traiter avec égard le personnel qui participe à la prise en charge ainsi que les autres patients et leur entourage. Ne pas introduire d objets dangereux et interdits.

11 11 3- Régulation Chaque patient a la possibilité de saisir un médiateur médical ou non médical, membres de la CRUQPC, d exprimer ses griefs sur un registre des plaintes et réclamations et d avoir accès à son dossier médical. Ce dernier point est organisé par le biais d une procédure administrative «procédure d accès au dossier patient document n 2 version 2». F. LES PROFESSIONNELS ET LES COMPETENCES MOBILISEES 1- L équipe médicale Elle est constituée de médecins pneumologues, cardiologue, généraliste intervenant au sein du Centre Hospitalier. Ils assurent le suivi de l'admission à la sortie. 2- Le personnel non médical Le cadre de santé, assure la gestion du service et l organisation des soins tout en s assurant de la qualité. Il est responsable de l équipe intervenant dans le service. Il est l interlocuteur privilégié du patient et de sa famille pour toute demande concernant la prise en charge. Les infirmières assurent une présence permanente et dispensent les soins nécessaires liés à la prescription médicale ou à son rôle propre. Les aides-soignants assurent, en collaboration avec l infirmière, les soins d hygiène et de confort. Les secrétaires médicales assurent les prises de rendez-vous et le suivi administratif du séjour (courrier, classement). Elles informent les patients pour tout autre renseignement en lien avec le séjour. Les agents de service hospitalier sont chargés de l hygiène et de la restauration. La psychologue, intégrée à l équipe pluridisciplinaire, propose une écoute et un accompagnement psychologique du patient et de ses proches. Les kinésithérapeutes interviennent sur prescription médicale. Ils assurent avec l assistance d éducateurs sportifs la prise en charge éducative des patients de réhabilitation respiratoire. La diététicienne, en collaboration avec l équipe médicale pluridisciplinaire, prend en charge les troubles nutritionnels des patients. Elle a une mission préventive et curative et est le garant de l équilibre et de la qualité nutritionnelle. L'assistante socio-éducative a pour mission de conseiller, d orienter, de soutenir et d accompagner les patients et leurs proches dans leurs démarches sociales. 3- Formation et développement des compétences Afin d optimiser le développement des compétences de chacun, un entretien de formation est proposé chaque année au personnel non médical. Une commission de formation valide le plan de formation

12 12 construit à partir des entretiens et présenté par le responsable du service formation. Ce plan est complété par les propositions institutionnelles qu elles aient le service ou l établissement pour origine. La mise en place du Dossier Professionnel Continu (DPC) et de l entretien professionnel contribuera à l évolution des compétences des acteurs médicaux et non médicaux. L actualisation et le développement des connaissances passent également par des séances d information organisées dans le service lors de réunions de fonctionnement ou lors de séances proposées par des laboratoires présentant les dernières techniques de soins. L équipe du service assure l encadrement des stagiaires infirmiers, aides-soignants, assistants administratifs, manipulateurs en électroradiologie, ambulanciers et Bac Pro. Dans le cadre d une charte signée par le CH. Somain, un engagement a été pris pour adhérer au programme MobiQual. Sont utilisés les volets douleur, bientraitance et soins palliatifs. G. OBJECTIFS D EVOLUTION La mise en œuvre du projet d établissement cadre les évolutions nécessaires que va connaitre le service de Médecine dans le développement de certaines activités et dans le travail de partenariat amorcé avec le Centre Hospitalier de Douai. Le développement des soins de suite pneumologiques va permettre la concrétisation de projets intéressant d autres services et spécialités de l établissement notamment en libérant des espaces et du temps soignants.

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012

SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 SYNTHESE ANALYSE DESCRIPTIVE QUESTIONNAIRE DE SORTIE 2012 Enquête de satisfaction réalisée en 2012 auprès de 1231 patients du Centre Hospitalier Intercommunal Amboise Château-Renault Qualité /Risques Avril

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Le PRADO BPCO vu par le SML

Le PRADO BPCO vu par le SML Le PRADO BPCO vu par le SML LES CONSTATS du SML Actuellement, les patients hospitalisés pour décompensation de BPCO ne le sont pas en pneumologie faute de lit. Ils sont éparpillés dans les différents services

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p.

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p. Sommaire Présentation de la Clinique... p.2 L équipe médicale... p.3 L hospitalisation... p.3 Le séjour... p.4 La sortie... p.5 La Démarche Qualité... p.6 La Charte de la personne hospitalisée... p.7/8

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Unité de Surveillance Continue Médicale (USCM) Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans l Unité de Surveillance

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage

Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Centre Hospitalier Pontoise Livret d accueil Unité Kangourou Bâtiment B - 3 ème étage Chef de service : Dr Philippe BOIZE Cadre de santé puéricultrice : Mme Ana GRIMBERT Standard Centre Hospitalier : 01.30.75.40.40

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG)

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) PRESENTATION HOPITAL SAINT JOSEPH Le personnel de l hôpital Saint Joseph est heureux de vous accueillir et de participer à votre formation. Établissement

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

1 re structure HAD de province

1 re structure HAD de province Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation à domicile

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

NOM DE L ETABLISSEMENT

NOM DE L ETABLISSEMENT NOM DE L ETABLISSEMENT : CSSR LES LAURIERS Adresse : 8 ROUTE DE CARBON BLANC BP 119-33306 LORMONT CEDEX Tél. 05.56.77.37.37 Fax. : 05.56.31.53.35 Mail : cssr.lauriers@ugecamaq.fr Site Internet : www.cssr-leslauriers.fr

Plus en détail

Formation Professionnelle Continue

Formation Professionnelle Continue CENTRE HOSPITALIER DE FLERS INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Numéro d Existence : 2561P600361 Numéro de Siret : 26610057700219 25 rue du Docteur Maubert BP 219 61104 FLERS Cedex Téléphone : 02

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Pour les modalités d admission, de suspension ou d interruption, se référer au livret d accueil.

Pour les modalités d admission, de suspension ou d interruption, se référer au livret d accueil. PREAMBULE : Le présent règlement de fonctionnement décrit les modalités mises en œuvre par le service pour remplir sa mission. Il est le garant du respect du droit commun qui s applique à tout citoyen

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER BEZIERS LIVRET D ACCUEIL PÔLE GÉRONTOLOGIQUE CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS. Espace Perréal

CENTRE HOSPITALIER BEZIERS LIVRET D ACCUEIL PÔLE GÉRONTOLOGIQUE CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS. Espace Perréal CENTRE HOSPITALIER BEZIERS LIVRET D ACCUEIL PÔLE GÉRONTOLOGIQUE CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS Espace Perréal BIENVENUE AU PÔLE GÉRONTOLOGIQUE DE L ESPACE PERRÉAL La Direction du Centre Hospitalier et l ensemble

Plus en détail

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE L hôpital de jour de chimiothérapie accueille les patients des services d oncologie, d hépato-gastro-entérologie et d hématologie, nécessitant des séances de chimiothérapie. Article 1 : Organisation de

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux.

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux. POSITION DE L UNPS SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE ÂGÉE EN PERTE D AUTONOMIE Présentation de l UNPS L Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) est l institution crée par la loi qui regroupe

Plus en détail

Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie

Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie Appui des professionnels dans le secteur de la gérontologie Hélène ARCHAMBAULT Chargée de mission métiers de la gérontologie XX/XX/XX 1 Un peu d histoire: la gérontologie, un secteur victime d une image

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

«Au Gré du Vent» - 05.55.84.89.89 05.55.84.89.80 ehpad.allassac@wanadoo.fr

«Au Gré du Vent» - 05.55.84.89.89 05.55.84.89.80 ehpad.allassac@wanadoo.fr «Au Gré du Vent» - 05.55.84.89.89 05.55.84.89.80 ehpad.allassac@wanadoo.fr LE MOT D ACCUEIL Madame, Mademoiselle, Monsieur, Bienvenue à l'e.h.p.a.d «Au Gré du Vent», "Maison de Retraite Publique" d ALLASSAC

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Service de LIVRET D ACCUEIL SOINS À DOMICILE. du Bassin d Arcachon Sud. www.agglo-cobas.fr

Service de LIVRET D ACCUEIL SOINS À DOMICILE. du Bassin d Arcachon Sud. www.agglo-cobas.fr LIVRET D ACCUEIL Service de SOINS À DOMICILE du Bassin d Arcachon Sud EDITO L association «Service de Soins à Domicile du Bassin d Arcachon Sud» s est fixé pour objectif de veiller à contribuer au maintien

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr.

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr. ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE ASAD de BORDEAUX 74 Cours Saint-Louis BP 60053 33028 Bordeaux Cedex Horaires d ouverture Du Lundi au Vendredi de 8h30 à 18h Site internet : www.asad-bordeaux.fr

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ ISSENHEIM N :S.PC.A.001.2 PROCEDURE D ACCUEIL ET DE SORTIE SERVICES DESTINATAIRES

HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ ISSENHEIM N :S.PC.A.001.2 PROCEDURE D ACCUEIL ET DE SORTIE SERVICES DESTINATAIRES HOPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL SOULTZ ISSENHEIM N :S.PC.A.001.2 PROCEDURE D ACCUEIL ET DE SORTIE CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8 : CLASSEUR

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE

1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE 1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE Le code de la santé publique (CSP) considère les structures d HAD comme des alternatives à l hospitalisation. L article R. 6121-4 du CSP définit que

Plus en détail

SYNTHESE Projet d établissement 2014/2018

SYNTHESE Projet d établissement 2014/2018 SYNTHESE Projet d établissement 2014/2018 Items I. L établissement : son environnement et sa philosophie Nos valeurs : - Le respect des droits et libertés de la personne accueillie - Le résident au centre

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Centre Hospitalier de Dreux PÔLE ANP PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Version n Nombre de pages : 7 Diffusée le :16/12/2015 Appliquée le : Rédigée par : Mme

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Définition du travail de l assistant de service social Dans une démarche éthique et déontologique, l assistant de service social agit avec les personnes, les familles,

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL

SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL Réactualisé le 5 Décembre 2014 et présenté au Conseil de la Vie Sociale du 13 Avril 2015, au Comité Technique d Etablissement du 16 Avril 2015 et

Plus en détail

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes Des Réseaux, des Réponses. Panorama Pr Romain Moirand Rennes Objectifs Décrire les actions concrètes proposées par les réseaux existants sur la thématique des addictions Faire le lien entre ces actions

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

Aujourd hui le chef vous propose: menus

Aujourd hui le chef vous propose: menus Aujourd hui le chef vous propose: La commission des menus Aude Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Quelles recommandations? Outil Angélique Repas Attentes et souhaits Existe t-il un dispositif

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

QUELS DANGERS POUR LES

QUELS DANGERS POUR LES RÉUNION D INFORMATION SUR LA LOI DE SANTÉ : QUELS DANGERS POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX? Mercredi 17 décembre 2014 Titre I : Renforcer la prévention et la promotion de la santé Chapitre I Art. 2 à 5 : Soutenir

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE & L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES VENDREDI 14 JUIN 2013 A 15 heures Salle de visioconférence Centre

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Médecin Coordonnateur. Loi du 24/01/1997 Arrêté du 26/04/1999 Décret 28/05/2005

Médecin Coordonnateur. Loi du 24/01/1997 Arrêté du 26/04/1999 Décret 28/05/2005 Médecin Coordonnateur Loi du 24/01/1997 Arrêté du 26/04/1999 Décret 28/05/2005 1976 Médecins de SCM 1999 2001 2003 2005 Arrêté du 26 avril 1999: cahier des charges CT (nouveau métier, profil médical gériatrique,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS A lire impérativement et suivre toutes les consignes

RECOMMANDATIONS A lire impérativement et suivre toutes les consignes EN/SPEC/AMB/780/01 DU 25/01/11 RECOMMANDATIONS A lire impérativement et suivre toutes les consignes 1/9 Les exigences de la Chirurgie Ambulatoire L ensemble des recommandations ci-dessous doit être respecté.

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration Dr Joséphine Loteteka Dr Tatiana Garcia HAD Santé Service Corpalif 93, 23 mars 2010 Sommaire Le cadre

Plus en détail

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions.

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. Un objectif général : Répondre aux besoins en matière de santé pour les personnes âgées

Plus en détail

L EHPAD La Miséricorde Bon Accueil A Cébazat. Vous souhaite la Bienvenue

L EHPAD La Miséricorde Bon Accueil A Cébazat. Vous souhaite la Bienvenue L EHPAD La Miséricorde Bon Accueil A Cébazat L I V R E T Vous souhaite la Bienvenue EHPAD LA MISERICORDE BON ACCUEIL 4 Rue de Verdun 63 118 CEBAZAT Tél : 04 73 24 28 29 Site: www.ehpad-lamisericorde.com

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation 17 rue d Hapéténia 64 702 Hendaye cedex Tél : 05 59 20 70 33 Fax : 05 59 48 07 63 direction@stvincentconcha.fr Bienvenue Plan d accès

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

Guide et recommandations

Guide et recommandations LA VEILLE DE VOTRE INTERVENTION : APPELER le 04 72 19 32 39 entre 14H et 17H * * Appeler le vendredi si intervention le lundi Guide et recommandations 1/9 Les exigences de la Chirurgie Ambulatoire Un séjour

Plus en détail

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE RESIDENCE HOSPITALIERE DE LA WEISS Définition validée par : Date et Signature : F18 DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE 1. IDENTIFICATION DE LA FONCTION Intitulé exact de la fonction :

Plus en détail

PAERPA 9-10-19. Atelier 4 «Gérer la fragilité en EHPAD» 2 ème séance mardi 22 avril 2014

PAERPA 9-10-19. Atelier 4 «Gérer la fragilité en EHPAD» 2 ème séance mardi 22 avril 2014 PAERPA 9-10-19 Atelier 4 «Gérer la fragilité en EHPAD» 2 ème séance mardi 22 avril 2014 1 Synthèse du 1 er atelier / objectifs de la 2 nde séance Fin 1ères séances des ateliers Paerpa / début des 2èmes

Plus en détail