Rappel de la démarche Enseignements des ateliers prospectifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rappel de la démarche Enseignements des ateliers prospectifs"

Transcription

1 Jeudi 28 mai Siège de Région Rappel de la démarche Enseignements des ateliers prospectifs Document préparatoire à la publication des actes du Forum des Mille acteurs de la formation professionnelle

2 2 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

3 La formation professionnelle est l affaire de tous En 2014, la formation professionnelle initiale accueille près de apprenants sur l ensemble du territoire régional. Ce sont autant de parcours que la Région vise à soutenir en inscrivant les trajectoires de formation au cœur des dynamiques socio-économiques des territoires. Des outils pour une carte prospective des formations professionnelles Pour cela, la Région accompagne l ensemble des acteurs de la formation (initiale et continue) afin de tracer ensemble les contours prospectifs de la carte des formations professionnelles. Un premier outil, les trois volumes de «Regards croisés économie-formation-territoires» synthétisent l apport de la collectivité en matière. Le 2 octobre dernier lors du Forum des mille acteurs de la formation professionnelle la Région, aux côtés des autorités académiques, a lancé une démarche d accompagnement continu des acteurs impliqués afin de tracer conjointement les contours prospectifs de la carte des formations professionnelles. Des ateliers prospectifs pour construire ensemble dans et avec les territoires Concrètement, cet accompagnement prend la forme d ateliers prospectifs organisés à partir des Domaines d Acticités Stratégiques (DAS). Les Domaines d Activités Stratégiques sont définis par la Stratégie Recherche Innovation pour une Spécialisation Intelligente (SRI-SI) comme des ensembles d activités sur lesquels appuyer le développement régional par la recherche, l innovation et la formation. Six grands domaines d activité sont identifiés comme étant les points forts sur lesquels le Nord-Pas de Calais se situe au niveau de l excellence européenne et sur lesquels peuvent être fédérées l ensemble des énergies régionales. Il apparaît essentiel de mobiliser le développement des formations professionnelles autour de ces dynamiques fortes de l économie régionale. Un comité scientifique pour accompagner la démarche Ce comité est présidé par Laurent DAVEZIES, économiste, professeur au CNAM, titulaire de la chaire «économie et développement des territoires» Nicole GADREY, Maître de Conférences honoraire en sociologie, Présidente du CORIF Sabine DUHAMEL, Maître de Conférences en géographie, vice-présidente de l ULCO, coordinatrice Formation à la COMUE Lille Nord de France Nathalie CHUSSEAU, Maître de Conférences en sciences économiques, Université Lille 1 Fabienne MAILLARD, Professeur en sciences de l éducation, Université Lille 3 Marie-Hélène TOUTIN, Chargée d études en économie au CEREQ, Université de Lille 1 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai

4 Présentation de la démarche Démarche initiée : Cette démarche a été initiée : dans le cadre et dans le prolongement du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles et des Contrats d Objectif Sectoriels, pour faire suite à l élargissement des responsabilités de la Région en matière de programmation des formations et d élaboration de la carte des formations professionnelles (loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l école dite loi Peillon et loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle). Il s agit d un exercice engagé sur l ensemble des voies de formation, initiales, supérieures, continue (demandeurs d emploi et salariés). Autour d un objectif : Construire collectivement le paysage de la formation professionnelle à 5 ans Asseoir les futurs exercices de programmation des formations professionnelles et d instruction de la carte des formations sur des perspectives régionales de moyen terme. Démarche prospective Partant des dynamiques économiques et d innovation (sur la base des DAS de la SRI-SI et par la voix des Pôles d excellence et de compétitivité) En envisageant les impacts de ces évolutions sur les besoins en compétences et en formation professionnelle à l horizon 5 ans Près de 50 intervenants représentant le monde économique et de l innovation 8 Ateliers prospectifs : Images numériques et industries créatives Artisanat Ubiquitaire & Internet des objets Transports & éco-mobilité Santé & Alimentation Chimie, Matériaux et Recyclage Economie résidentielle et présentielle Energie Un Atelier a été conçu pour se dérouler sur deux réunions : Réunion 1 (décembre 2014 février2015) : présentation des dynamiques économiques et d innovation traversant le secteur Réunion 2 (mars-avril 2015): Pistes d évolution de la carte des formations professionnelles 4 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

5 Décembre-Janvier Réunion1 ECONOMIE-INNOVATION Mars-Avril Réunion 2 FORMATION Vision régionale à moyen terme Développement économique et innovation : stratégies par Domaines d Activités Stratégiques Offre de formation professionnelle : Pistes d évolution Potentiels d innovation, de développement, besoins en compétences Potentiels de formation, accessibilité et lisibilité des parcours, complémentarité des établissements et des dispositifs Document d orientation Région Appel à contributions En sortie, des perspectives de moyen terme, par grand domaine d activité stratégique : Contenus et parcours de formation professionnelle Enjeux liés à l offre de formation et à son organisation Pré-requis, socle de base, expertises professionnelles et compétences transversales Évolution des contenus, des niveaux de qualification attendus Enjeux d attractivité - Parcours d information, d orientation Parcours de formation et de professionnalisation tout au long de la vie Continuum -3+3 Ecosytèmes économie/innovation/formation Enjeux liés à la localisation des formations et à l organisation des systèmes d acteurs Dynamiques territoriales Pôles excellence et compétitivité, Réseaux de recherche et d innovation Campus des métiers et des qualifications, lycées des métiers, réseaux d établissement Accompagnement à la mobilité (aires de recrutement, transport et hébergement ) Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai

6 Une démarche participative Premier cycle de réunions : Dynamiques économiques et d innovation Impact sur les métiers et les compétences Intervenants : Pôles d excellence et de compétitivité, laboratoires, centres de recherche et innovation, clusters Représentants du monde économique, branches professionnelles, organismes paritaires, associations professionnelles Développeurs de projets territoriaux Près de 500 participants Deuxième cycle de réunions : Dynamiques de formation vers une vision stratégique à 5 ans Intervenants : Services académiques (inspection, orientation, chef d établissement ) Acteurs de la formation continue, de l alternance, de l université, des grandes écoles Développeurs de projets territoriaux Près de 300 participants 6 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

7 Premiers éléments de restitution à l issue du premier cycle de réunion Dynamiques économiques et d innovation Des activités nouvelles, et des activités traditionnelles engagées dans de nouvelles stratégies d innovation (spécialisation intelligente) Les usages comme clé d entrée (analyse de la demande, fonctionnalité des objets et des matériaux, sécurité et sûreté, pratiques culturelles, réseaux, ) Le numérique dématérialisation des prestations, gestion des données de masse Création numérique culturelle, e-commerce technologies embarquées, contrôles à distance, maintenance prédictive, logistique de masse automatisation process et le développement durable transition énergétique, performance énergétique des bâtiments, régulation des flux d énergie écomobilité, décarbonation des transports, allègement des véhicules et évolution de la motorisation durabilité et cycle de vie des matériaux...comme enjeux transversaux et vecteurs d innovation Les croisements entre champs disciplinaires, et la diversification des domaines d application comme porteurs de valeur ajoutée (fertilisation croisée) Impact sur les métiers et les compétences Ces dynamiques d innovation s appuient sur : l évolution des métiers traditionnels et des compétences professionnelles associées (les métiers évoluent mais ne disparaissent pas), le développement de nouveaux profils professionnels poly-compétents. Elles supposent : le renforcement du socle de base, des compétences générales (et technologiques), le développement de compétences transversales : numérique, gestion projet, langues, gestion le développement de capacités d adaptation, dans des cadres de travail appelés à se renouveler (adaptation à la demande, évolution des process, échanges pluri-discplinaires ) Elles interpellent : sur le bon niveau de professionnalisation, sur la nature des parcours de formation, sur la place à accorder aux mises en situation professionnelle dans les parcours de formation (place de l alternance), sur les moyens de l adaptation des compétences tout au long de la vie (place de la formation continue). Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai

8 Atelier IMAGES NUMÉRIQUES et INDUSTRIES CRÉATIVES Réunion 1 : 2 décembre Siège de Région Réunion 2 : 23 avril Serre Numérique (Valenciennes) DAS «images numériques et industries créatives» : Image, industries culturelles et créatives, Industries de la communication, Médiation, Design... La révolution numérique bouleverse fortement le monde de la création et de l image. La Région s appuie sur ses potentiels pour développer des activités phares dans le domaine des industries créatives et culturelles (jeux vidéo, animation, cinéma et audiovisuel ) Thématiques phares : design interactif et créativité, création de contenus de médiation culturelle et éducative, production d œuvres transmedia Pôles d excellence et de compétitivité : Pôle d excellence Pictanovo, Pôle d excellence ubiquitaire, Pôle numérique culturel (Euralens) Dynamiques économiques et d innovation Un DAS à la croisée des arts, du commerce et de la technologie Les industries du contenu (auteurs, journalisme, cinéma et télévision, jeux vidéo, arts et spectacles) qui convergent vers les supports numériques ; Les industries de la médiation (e-learning, serious games, livres numériques, services culturels innovants) à la frontière entre service au public et prestataires ; Autres industries créatives (mode, design d objets, publicité marketing, architecture, imprimerie), positionnées entre le numérique et les autres secteurs industriels (textile, commerce, santé, ) Le secteur des industries créatives, ce sont 2000 établissements, salariés. La métropole Lilloise se situe immédiatement derrière celle de Lyon. L Image et création numérique : plus de 200 entreprises, 10 écoles, 30 laboratoires de recherche, 700 techniciens et auteurs réalisateurs. Marchés économiquement porteurs : marché du jeu vidéo, marché de l animation (programmes audiovisuels et contenus pour mobiles) Dynamiques et innovations impactant le secteur : gameification des données personnnelles, marketing digital, développement de moteurs de jeux, Big Data, cloud computing, impression additive, technologies cross-canal, Des typologies de secteurs et d emplois peuvent être repérées : champ professionnel créatif / champ professionnel technologique se distinguent par l accès à la formation, les métiers, le niveau de qualification pour l accès au marché du travail Y ajouter le champ professionnel de la médiation culturelle. certains métiers sont plus «stables» que d autres : il y a une tendance à la massification des postes basés sur une seule technologie (développeurs) alors que d autres sont en émergence car fortement liés à l évolution des usages. Sans compter ceux qui sont plus difficiles à cerner de par leur statut free-lance et évoluant dans des secteurs niches (télémédecine, MOOC, etc). Les atouts de la région : La région dispose, pour les métiers créatifs, d une offre de formation de pointe, s appuyant sur une forte présence d établissements supérieurs privés bénéficiant d une grande notoriété et d établissements publics dont le recrutement, souvent national, est également sélectif. Pour les métiers «techno», l offre publique universitaire est importante. Fort soutien des pouvoirs publics avec un écosystème «recherche formation entreprises» unique en Europe : Pictanovo, Plaine Images, Arenberg, Serre numérique, Louvre Lens, etc. Réseau des écoles d art et des musées 8 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

9 De grandes réussites économiques en région: par exemple Ankama (Trans média, jeux vidéo), Big Ben (jeux vidéo, accessoires jeux vidéo, applications pour mobiles).présence d entreprises positionnées sur les technologies clés Labellisation FrenchTech. Caractéristiques de l emploi : Secteur surtout composé de TPE donc peu de service RH. Syndrome «boîte de copains» dont le développement nécessite de la gestion de compétences. Nombre de ces structures ont besoin d accompagnement sur ce sujet. Beaucoup d intermittents, de stagiaires, d auto-entrepreneurs. Secteur qui insère des diplômés mais aussi des autodidactes, surtout sur les métiers «créatifs». Pour les métiers dits plus «technologiques», le diplôme reste primordial pour l insertion avec une entrée à minima au niveau BTS. Mais le Niveau I reste la norme. C est une industrie globale où le recrutement peut être international : la mobilité est nécessaire. «Développeurs = mines d or». A la fois recherchés dans le secteur des Industries Culturelle et Créatives et par les entreprises de service numérique avec un avantage pour les entreprises qui peuvent mieux rémunérer leurs stagiaires (et les garder) et mieux rémunérer leurs salariés. Pour les Industries Culturlles et Créatives, l attractivité auprès des développeurs repose sur la motivation de participer à un projet créatif et/ou innovant et/ou à valeur ajoutée humaine. Toutefois les deux secteurs sont confrontés à des problèmes d attractivité car, en France, la notion de carrière de développeur n existe pas. Les ingénieurs veulent devenir «chefs de projet» après 3 ans de développement, ou quitter le salariat pour créer leur entreprise. D où un turn-over conséquent. Tensions sur les métiers informatiques donc, mais aussi sur les profils pouvant occuper les postes de community manger, d assistant de production (audiovisuel, jeux vidéo) et de fonctions supports (commercial, chargé de communication, ) Impact sur les emplois, les métiers, les compétences L évolution perpétuelle des technologies et des usages implique l évolution perpétuelle des compétences à mobiliser. Plus que des compétences techniques à acquérir, le préalable à l employabilité est de savoir identifier et mobiliser les compétences nécessaires aux enjeux créatifs/technologiques du projet. D où l importance d acquérir des compétences générales favorisant la réactivité, l adaptabilité, l agilité. Le mode d acquisition des compétences est en soi une compétence à valoriser. Ainsi la volonté d apprendre est un véritable atout à l embauche. Les métiers «traditionnels» du secteur (designers, photographes, cinéastes, graphistes) ont été bouleversés et ont dû s adapter en conjuguant leurs compétences à celles de l image numérique et celles induites par les innovations technologiques. Le mode de travail par projet est devenu la norme dans le secteur. On observe une volonté de mixer les profils recrutés afin de constituer des collectifs de compétences. Plutôt que de chercher l hyper spécialisation des membres d une équipe, ce sont la capacité à travailler ensemble et la polyvalence qui sont recherchées. Ce mode de fonctionnement par projet peut être perçu comme un frein au développement de l alternance car les rythmes formation/entreprise ne sont que rarement compatibles. De fait c est un secteur qui mobilise fortement les dispositifs de formation continue (et souvent à l initiative du salarié) car marqué par une relative obsolescence des technologies et des contenus. Les compétences recherchées sont à la fois transversales (logique de projet, comprendre la demande du client, adaptabilité, etc.) et spécifiques (juridique, certaines technologies «niches»). En complément de l aspect technique et créatif, le volet «marketing» des projets souffre parfois d un manque de producteurs pour porter les projets. La segmentation entre les secteurs est de moins en moins vrai, il y a une porosité entre les activités et les média : cross canal, multi-écran, nouveaux usages. Par exemple l acquisition d un socle de compétence partagé presse-cinéma-image est pertinent pour une insertion rendue plus facile de par la polyvalence des candidats Des initiatives sont prises pour mutualiser l accès à la formation que ce soit sur des problématiques métiers ou des compétences liées à la gestion d entreprise. Ex : coopérative de play test, formations transversales aux compétences managériales, etc. Enjeux Enjeu d attractivité des métiers et des formations surtout sur le versant technique. De plus le secteur est moins attractif que celui des entreprises de services numériques car les rémunérations y sont plus faibles. Mais le secteur bénéficie d une aura liée au côté «passionnant» du métier, à une certaine culture commune et à un mode de management supposé horizontal. Certains des métiers du secteur souffrent d une méconnaissance, d un manque de visibilité et d un déficit de communication sur leur réalité (écart entre usage et exercice professionnel, où les aptitudes créatives ne sont pas l unique compétence à mobiliser). Enjeu de mixité au sein des formations et des entreprises : travail à effectuer pour attirer les filles sur des métiers autres que purement créatifs. En effet les métiers de la création bénéficient d une attractivité forte (et surtout auprès du public féminin) pour des conditions d insertion incertaines. Les métiers techniques bénéficient d une attractivité plus faible et sont très majoritairement occupés par des hommes avec des conditions d emploi plus favorables. Enjeu d animation de filière car tissu économique constitué essentiellement de très petites structures Enjeux autour de l accessibilité des formations et de la réponse publique aux besoins d alimentation du secteur car l offre régionale, si elle est pointue, est principalement privée et coûteuse. L acquisition d une véritable culture du numérique est un enjeu pour le développement du secteur, car même chez les digital natives, il est observé que les usages numériques n engendrent que peu de compréhension des technologies et des métiers correspondants. La généralisation de l aptitude au codage doit être encouragée. Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai

10 Atelier ARTISANAT Réunion 1 : 11 décembre Siège de Région Réunion 2 : 17 mars Antenne URMA (Arras) Exercées sous la forme artisanale, les activités de cet atelier concernent un large panel d activités de proximité (commerces d alimentation, coiffure, esthétique, hôtellerie-restauration, services de l automobile, bâtiment ) Thématiques phares : création et transmission d entreprise, innovation et formation continue des artisans, alternance Dynamiques économiques et d innovation Un secteur tonique dans tous les territoires malgré une situation économique difficile : emplois salariés du secteur artisanal et entreprises artisanales 59/62 au 1er janvier immatriculations nouvelles : 92% créations et 8% reprises. Conjoncture plus nuancée constatée toutefois fin 2014 avec une stagnation de l activité, un effritement de l emploi, un creusement des trésoreries et un recul de l investissement. 22% des dirigeants d entreprises sont âgés de plus de 55 ans et sont donc concernés par un départ à la retraite et la transmission de leur entreprise contrats d apprentissage en cours dont près de 65 % pour les seuls secteurs du bâtiment et de l alimentation. Les inégalités d usage du numérique dans les activités artisanales persistent : 45% des entreprises artisanales n ont pas de site web et seul 9% des artisans utilisent le e-commerce. Impact sur les emplois, les métiers, les compétences L approche compétence est privilégiée plus que l approche diplôme, même si la qualification demeure importante pour la reconnaissance salariale et la rémunération. Il faut trouver le bon dosage. Les compétences techniques deviennent technologiques par une évolution de plus en plus rapide et couteuse. La capacité de l artisan -ou du futur artisan à s emparer du management et des normes qualités est devenue indispensable. La communication via le numérique est désormais une nécessité pour tous les métiers de l artisanat Le volet compétences transversales est important dès la formation initiale : Ressources humaines, règlementation, TIC, management, travail en réseau Les compétences sont à acquérir dans l évolutif : apprendre à apprendre, il ne suffit plus d apprendre à travailler. Le métier de base reste capital et il faut former sur un socle de compétences de base solide. Il faut privilégier l entrée «métier de base» puis aller chercher des compétences complémentaires en fonction des niches technologiques qui se développent. Apparition du métier de «collaborateur» du chef d entreprise artisanale. Il existe une véritable mosaïque des métiers de l artisanat dont beaucoup demeurent inconnus ou méconnus dans la réalité de ce qu ils sont aujourd hui et de leur modernité 10 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

11 Enjeux La question se pose des nouveaux modes d acquisition des connaissances, davantage basés sur l immersion dans l entreprise afin d éviter le décalage entre la réalité des métiers et le contenu abordé en formation. Double mouvement : certaines entreprises en pointe transmettent aux jeunes apprentis des méthodes et l enseignement de technologies nouvelles en décalage avec le contenu de formation reçue. D autres entreprises plus traditionnelles bénéficient des connaissances de pointe des apprentis car les centres de formation et le contenu des programmes abordent des nouvelles technologies non encore présentes dans l entreprise. L apprentissage de qualité est ainsi plébiscité : nécessité d un rapprochement fort entre les formateurs et les entreprises : importance de la mise à niveau de la ressource pédagogique. Typologie des entreprises face à l arrivée de nouvelles technologies : les précurseurs ; celles qui attendent la massification de la nouvelle technologie avant de s y mettre ; celles qui tardent trop et sont obligés de s adapter à regret : question de la formation continue des artisans. Exigence d expertises forte d où besoin de spécialisation accrue chez les artisans. La mutualisation des compétences est alors importante. Le travail en réseau est important si l on veut conserver des techniques de fabrication au local car les TPE ne peuvent pas recruter tous les profils dont elles ont besoin pour couvrir les attentes de leurs clients (demande de prestation globale et de spécialisation) Création de groupements d employeurs afin de mutualiser les compétences techniques? La voie classique d accès aux métiers de l artisanat demeure l apprentissage mais la diversification des publics et donc des voies de formation est à encourager. Le besoin en compétences transversales et la plus forte technicité des métiers entrainent une hausse du niveau d entrée (IV). L installation est l aboutissement naturel de la formation et nécessite un accompagnement dès le début du cursus. Enjeu de communication et d information sur la diversité des métiers de l artisanat. Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai

12 Atelier UBIQUITAIRE et INTERNET des OBJETS Réunion 1 : 16 décembre Siège de Région Réunion 2 : 31 mars Euratechnologies (Lille) DAS - Ubiquitaire et internet des objets : Commerce, Numérique Le DAS Ubiquitaire et internet des objets explore les activités d échanges, dans un contexte de développement et de diversification des usages des technologies numériques. Il mobilise particulièrement le secteur du commerce, historiquement implanté dans le Nord-Pas de Calais et celui des technologies de l information. Thématiques phares : commerce de demain, mobilité dans les télécommunications, sûreté-sécurité informatique, «villes intelligentes» Pôles d excellence et de compétitivité : Pôle de compétitivité PICOM, Pôle d excellence ubiquitaire Dynamiques économiques et d innovation Le secteur de l économie numérique représente le secteur le plus dynamique de l économie mondiale avec un taux de croissance double de celui de l économie de la plupart des pays développés. On estime à 1500 milliards d objets potentiellement connectables, dont seulement 0,8 % le sont déjà. La création nette d emplois dans les secteurs connexes est plus importante que dans la seule Branche du numérique. «L enjeu principal est la création d une société connectée pour le bien-être des citoyens et contribuant à une croissance intelligente, durable et inclusive». Les défis sociétaux majeurs identifiés : la sécurité et la protection des citoyens et des infrastructures, la surveillance et le traitement des flux immatériels et matériels, la gestion des crises, les villes et les habitats intelligents. On distingue 7 tendances émergentes du numérique : Le cloud computing : les entreprises utilisatrices n ont plus besoin de monter elles-mêmes leurs infrastructures réseaux et serveurs L internet mobile : ensemble des terminaux qui permettent l accès à internet en mobilité. La multiplication par 4 des ventes de Smartphones entre 2009 et 2012 stimule la demande de terminaux multifonctions L internet des objets (objets communicants) Le paiement sans contact Le Big Data : les technologies d exploitation massive et intelligente des données La cyber sécurité Les systèmes numériques centrés sur les utilisateurs (human-centeredcomputing) Impact sur les emplois, les métiers, les compétences Le portail des métiers de l Internet du ministère de l économie, de l industrie et du numérique répertorie 104 métiers dont la moitié n existait pas il y a 15 ans. Evolution rapide des technologies impactant directement le contenu des métiers. Le maître mot est la multi-compétence et la construction d expertise : Compétences sectorielles techniques et réglementaires Compétences techniques spécifiques en Sciences et ingénierie : automatique, informatique, mécanique Compétences comportementales Compétences managériales Des métiers à forts potentiels : Parmi les fonctions informatiques : développeurs web, architectes web, spécialistes des données (exigera un large spectre de compétences du nettoyeur de bases de données jusqu au statisticien) ingénieurs sécurité web, directeur et chef de projet technique Parmi les fonctions marketing : KPI management, pilotage de contenu, web analytics, architecte de médias sociaux, community management, traffic manager 12 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

13 Augmentation des besoins pour les profils et compétences suivantes : Profils pluridisciplinaires disposant de bonnes bases techniques, mais aussi la capacité à communiquer et à piloter des projets avec une bonne compréhension des métiers concernés. Montée en puissance de la fonction chef de projet Spécialistes de la sécurisation des données Architectes capables de maîtriser la complexité grandissante des réseaux Compétences autour des technologies internet (Java/J2EE et Dotnet, PHP, Drupal ), cloud et applications mobiles. De gros besoins en cybersécurité (discipline encore peu traitée en formation initiale ou continue) Compétences recherchées en administration de réseaux ouverts (interne et externe = cloud, mobiles) et en connectivité Compétences couplées de téléphonie / informatique et vidéo Bonne maîtrise de l anglais Zoom sur le secteur du jeu vidéo Très forte hausse des effectifs dans tous les métiers liés à l exploitation de nouvelles consoles aux performances décuplées. Adaptation cruciale des concepteurs-développeurs (appelés «programmeurs» dans le monde des jeux vidéo) à ce nouveau hardware dès sa sortie pour développer des jeux mais aussi de nouveaux outils de production (destinés aux autres fonctions : graphistes, game designers). Transition de certains métiers du game design classique vers le monetisation management : spécialisation dans la création de mécaniques de jeu adaptées aux nouveaux business-models (freemium, micro-achats intégrés). Approche plus économique du jeu avec des compétences en analyse statistique. Développement important de l approche sociale du jeu vidéo et du community management pour promouvoir les fonctionnalités typées «réseau social» des futures consoles. Zoom sur le secteur du e-commerce Intégration de la vidéo et de la 3D dans les métiers du webdesign Très forte hausse et spécialisation des métiers du référencement, à la fois SEM (Search Engine Marketing) et SEO (Search Engine Optimization) alliant connaissances en marketing, en statistiques, en programmation et maîtrise des outils dédiés au référencement Emergence des métiers de la big data, nécessitant une expertise en analyse statistique, modélisation mathématique et programmation Profils marketing et analyse de données Enjeux Quatre axes stratégiques potentiels : le commerce de demain, mobilité dans les télécommunications, la sécurité-sûreté informatique, la ville intelligente. Le marché global de l Internet des objets (IoT- ido) est estimé à 290 milliards de dollars en 2017 contre 44 milliards de dollars en Il y aura 3,7 milliards d objets connectés dans le monde en 2014, soit une croissance de 30 % en un an. L Internet des Objets est le futur de l Internet. Renforcement de l attractivité de la filière auprès des jeunes. Cependant, les représentations des jeunes sur ces métiers sont tronquées. Ils se placent souvent comme des usagers, mais sont incapables de passer du statut de consommateur à celui d acteur. Nécessité de renforcer les passerelles entre le monde de la formation et le monde professionnel. Faible féminisation des métiers de ce secteur. Idée de faire témoigner des filles ayant réussi un parcours de formation ou professionnel sur ces métiers. Métiers nécessitant des formations à des niveaux très élevés (BAC +5) et qui apparaissent réservés à une élite. Quelle place pour les BAC-3/Bac+3? Promotion interne et montée en qualification par la formation continue très limitées. Les formations au numérique de la filière professionnelle sont attractives (BAC PRO SEN et BTS systèmes numériques). Bon taux de passage entre le BAC PRO et le BTS. A contrario, le BAC technologique STI2D se trouve être en concurrence directe avec le BAC S. Plafond de verre entre la formation initiale en lycée professionnel et les formations de l enseignement supérieur. L évolution rapide des technologies du web entraine la présence de nombreux profils d autodidactes. Peu de formations reconnues malgré l émergence de formations autour du digital, avec des écoles comme EEMI, SUPDEWEB ou SUP Internet. Manque de reconnaissance des formations qualifiantes, de l expérience professionnelle et des autodidactes. Une bonne offre en formation initiale, bonne offre en formation continue, mais offre globalement segmentée Les formations diplômantes ne sont pas toujours adaptées aux nouveaux besoins naissants. Un écart entre les technologies présentes dans les entreprises, les innovations de ces secteurs et les équipements de certains établissements d enseignement. Les métiers de niveau BAC +2 (technicien, rédacteur web, chef de projet informatique) sont en recul et sont des métiers techniques peu attractifs. La multiplication des objets connectés créera peut être un besoin de maintenance, de réparation et de SAV, d animateurs de communauté qui concernerait un profil de technicien (niveau de formation IV ou III). Des jeunes créateurs d entreprise du web deviennent prestataires de services pour d autres entreprises. Expérimenter de nouvelles formes d organisation du travail qui favorisent l horizontalité par rapport à la hiérarchie verticale. Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai

14 Atelier TRANSPORTS et ĖCOMOBILITĖ Réunion 1 : 20 janvier Siège de Région Réunion 2 : 24 mars Euralogistic (Dourges) DAS «Transports et éco-mobilité» : construction automobile, ferroviaire, industrie mécaniques, logistique La région Nord-Pas de Calais dispose de la présence combinée de constructeurs automobiles et ferroviaires adossée à une importante activité industrielle de sous-traitance. Au cœur de l Europe du Nord, elle est aussi une grande région logistique. Thématiques phares : Sécurité des Transports, mobilité durable, massification des flux, internet des marchandises Pôles d excellence et de compétitivité : Pôle I-trans, Pôle automobile, Pôle ferroviaire, Pôle mécanique (Mécanov), Pôle d excellence Euralogistic Dynamiques économiques et d innovation Au regard du DAS Transports et éco-mobilités : 4 enjeux principaux commandent les innovations à l horizon 2025 : Décarbonation et verdissement du système de transports Sécurité et sûreté des transports Systèmes de transports intelligents pour une croissance efficace de la mobilité Anticipation de la fin de vie des véhicules et des infrastructures et acceptabilité des nouveaux usages de la mobilité Les atouts de la région Nord-Pas de Calais : Positionnement géographique favorable et infrastructures logistiques développées Une terre d industries Une recherche fédérée dans une approche pluridisciplinaire Une offre de formation riche mais qui demande encore à être structurée 5 axes stratégiques d innovation : Remarque préalable : L innovation est transfilières beaucoup d innovations sont transverses. 1. Les infrastructures et les systèmes ferroviaires 2. Les matériaux et la motorisation des véhicules 3. La performance des process industriels 4. La sécurité et l assistance à la mobilité 5. La personnalisation de masse En filigrane : La limitation des impacts environnementaux comme fil rouge des innovations. Fort Impact du numérique sur l évolution des produits, des services et des process. Une interrogation sur les usages et leur acceptabilité, importance du facteur humain. Tous ces développements partent de métiers fondamentaux et basiques qu il faut savoir maîtriser. 14 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

15 Impact sur les emplois, les métiers, les compétences Domaines de compétence en émergence : Industrie (automobile, ferroviaire et mécanique): Plusieurs briques de compétences : Matériaux : résistance, traitement de surface, bio-mécanique (propriétés mécaniques sur organismes vivants), recyclage Mécatronique : mécanique, électronique, informatique systèmes complexes dont les systèmes embarqués, systèmes d assistance Numérique : interfaces, simulations Energie : stockage, gestion, conversion avec un but énergie propre, performance énergétique Organisation industrielle : Process (Usine du Futur) et Ressources Humaines Maintenance (notamment maintenance des infrastructures) Déconstruction et recyclage Sans oublier les métiers fondamentaux d usineur, chaudronnier, soudeur, câbleur, assembleur. Logistique : Besoins portant sur plusieurs champs : Orchestration des flux : combinaisons co-modales ou multi-modales avec des plateformes permettant de prendre les bonnes décisions Organisation, dans un système de forte complexification, ce qui suppose de plus en plus d ingénieurs Spécialisations sectorielles, pour répondre à l évolution logistique ciblée (logistique hospitalière, logistique alimentaire ) Compétences managériales Conducteurs : besoins accrus sur des transports en zones courtes avec des évolutions de compétences qui s apparentent de celles du transport de voyageur (satisfaction client, relation clientèle...) Evolution des besoins en compétence : Des besoins de recrutement à tous les niveaux de qualification Les métiers cœurs de la filière sont accompagnés par les métiers du process. Les compétences (et les métiers) évoluent mais ne disparaissent pas. Importance des pré-requis et du socle de base pour pouvoir aborder sereinement les évolutions Au-delà des expertises métiers, des compétences transversales sont demandées par les entreprises Plus que l apparition de compétences, c est la fertilisation des domaines qui est source d innovation et de montée en compétences. Les cadres de travail mobilise des compétences multiples et on assiste ainsi à une demande en multi-compétences.. Modes d acquisition des compétences, attractivité des métiers : Question des rôles respectifs de la formation initiale et de la formation en entreprise -Rôle de l entreprise dans la professionnalisation et l entretien des compétences professionnelles Modes d acquisition basés sur un mixte de toutes les méthodes pédagogiques actuelles. Intérêt de la mise en situation professionnelle («learning by doing»), et de l alternance Question de la place des publics en insertion, pour lesquels on peut trouver des modalités particulières d intégration de ces filières (écoles de production?). Il apparait nécessaire de travailler sur l image des métiers dès le niveau V et d organiser des parcours complets de formation. Travail auprès des jeunes et de leurs familles et en direction des jeunes filles Importance de se donner et/ou de modifier les représentations, par la mise en proximité avec les réalités professionnelles. Travailler en amont sur la culture technologique et la lisibilité des formations. Enjeux Une région industrielle, inscrite dans une géographie et une tradition logistique favorables Une recherche fédérée sur des axes d innovation transfilières sur le champ de la mobilité et de la limitation des impacts environnementaux Une veille permanente à entretenir pour intégrer ces évolutions dans les contenus de formation sur la base d ingénieries adaptées et selon des temporalités optimales : Des représentations à faire évoluer, par une plus grande proximité des univers de la formation et des réalités professionnelles Des profils professionnels classiques, à adapter aux évolutions constantes de leurs cadres d exercice. Une culture technologique et numérique à entretenir et développer, des compétences transversales et une aptitude à l agilité à développer Le croisement des compétences, comme support des prochaines évolutions, basées sur la fertilisation croisée. Importance d une dimension sciences humaines pour favoriser une évolution alerte et responsable des cadres et des finalités des activités. Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai

16 Atelier SANTĖ et ALIMENTATION Réunion 1 : 22 janvier Siège de Région Réunion 2 : 16 avril CCI Côte d Opale (Boulogne sur Mer) DAS «Santé et Alimentation» : Agriculture, Agro-alimentaire, Chimie- Biologie, Transformation des produits de la mer, industrie des technologies médicales, services liés à la Santé Une industrie agro-alimentaire forte, adossée au plus grand site hospitalo-universitaire de France et à une importante communauté de recherche en biologie santé ; des problématiques particulières de santé (obésité, problèmes cardio-vasculaires ) et la nécessité d accompagner le vieillissement. Thématiques phares : alimentation et nutrition durables, technologies de la santé, développement des outils diagnostiques et thérapeutiques, développement de nouveaux médicaments et alicaments, aquaculture et diversification alimentaire, chambre d hôpital du futur, e-santé Pôles d excellence et de compétitivité : Pôle de compétitivité Nutrition-Santé-Longévité, Pôle d excellence Eurasanté, Pôle d excellence agro-alimentaire (AGROE), Pôle de compétitivité AQUIMER Dynamiques économiques et d innovation Enjeux sociétaux : Améliorer la prévention, le diagnostic, le traitement de pathologies ciblées et notamment émergentes Dimension comportementale Anticiper les enjeux de vieillissement de la population Prévenir les pathologies par l amélioration de l alimentation Prise en charge globale des patients dans des systèmes de soin et des systèmes de santé efficaces et soutenables et par des services innovants (télé-médecine) La préservation et l optimisation des ressources agroalimentaires et maritimes La filière «santé» 4 secteurs majeurs d activité pour la filière «santé» : pharmacie/biotechnologies/nutrition santé biomédical TIC appliquées à la santé services spécialisés. Le domaine considère les activités de 800 entreprises, salariés, pour un chiffre d affaires annuel de 8,4 millions d euros. L emploi industriel pèse 40% des entreprises du secteur. La région dispose du premier campus hospitalo-universitaire d Europe. Une activité Pharma/Biotech/Nutrition florissante et prépondérante. Le biomédical représente près d une entreprise sur % des sociétés de la filière sont des PME de moins de 50 salariés. 2% sont des entreprises de taille intermédiaire (ETI, +250 salariés). 60% des effectifs de la filière régionale sont situés sur la métropole lilloise. La filière est récente : 1/3 des entreprises de la filière ont été créées au cours des 15 dernières années. La croissance du secteur est continue depuis plus de 10 ans : l emploi salarié croît de 2% en moyenne par an, soit une croissance de 23% des effectifs entre 2002 et 2013 ; le chiffre d affaires généré par la filière a augmenté de 53% pendant cette période. Également suivi par le pôle d excellence «Eurasanté», les enjeux du développement de la silver-économie : Filière des services : 920 salariés Filière des produits destinés au marché de la dépendance (produits alimentation nutrition, produits d équipements du domicile : 400 entreprises, emplois 16 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

17 La filière «agroalimentaire» : Les objectifs du pôle «Agroé» : innovation, emploi, promotion, durabilité entreprises, actifs dont dans la transformation pour 11 milliards d euros de chiffre d affaires. 60% en production, 5% en maintenance, 10% en logistique, 10% en commercial. La filière comprend 15 secteurs d activité dont certains figurent parmi les leaders mondiaux en chiffres d affaires : céréales et amylacés, viande et plats préparés, produits laitiers, légumes (frais et transformés), pommes de terre, sucre et confiseries. Le Nord Pas de Calais est la 1ère région agroalimentaire de France en matière d exportation : 1/3 du chiffre d affaires. L agroalimentaire est le 1er secteur industriel du Nord Pas de Calais en chiffre d affaires. Dissémination de ces activités sur le territoire régional. La filière comprend également le secteur de la production et de la transformation des produits aquatiques avec Boulogne sur Mer : 1er centre européen de transformation des produits aquatiques ; 360 entreprises salariés dont 4 8OO à Boulogne 1 milliards d euros de chiffre d affaires. Pôle de compétitivité Aquimer. Impact sur les emplois, les métiers, les compétences Le DAS «santé alimentation» mobilise une large palette de métiers et de compétences ; sont concernées les activités de production et de services. Concernant les activités de production, les besoins concernent les opérateurs de systèmes automatisés jusqu aux ingénieurs en passant par les techniciens (notamment de maintenance). Le secteur des Services Aux Personnes requiert également des personnels du niveau V au niveau II. La filière «agroalimentaire» recrute en proximité des établissements et assure l adaptation aux postes de travail à partir de profils privilégiant l adaptabilité du candidat. L embauche par les entreprises se fait sur le niveau III, bien que le niveau de compétences attendues repose davantage sur le niveau IV. Des difficultés de recrutement dans le secteur de la maintenance. Un recours au temps partiel et à l intérim important. Des besoins en personnels dans les métiers de la production auxquels une compétence produit est associée. Des contraintes règlementaires qui favorisent le recrutement de personnes majeures dans ce secteur et non le recours à l apprentissage. Concernant la filière «Santé», les difficultés de recrutement se portent sur des profils qualifiés :»» Commerciaux ayant une bonne connaissance de l univers santé»» Doubles profils techniques/santé»» Spécialistes techniques d un domaine pointu (réglementation sur un marché ) Sur les premiers niveaux de qualification, les besoins concernent essentiellement les segments du biomédical (sur des postes de techniciens de maintenance, opérateurs de conditionnement, soudeurs ) et les services spécialisés (techniciens d installation au domicile et de maintenance). L offre de formation continue apparait parfois inadaptée aux attentes du secteur (importance de l anticipation, de l adaptation des formations aux enjeux propres du secteur). Le temps passé en formation est une problématique importante pour les TPE/PME qui souhaitent favoriser les stages en milieu ouvert et les formations mobiles. La qualification est recherchée ; la possession d un diplôme est souvent indispensable pour attester d une formation de base (niveau IV minimum); importance de la formation générale : permet l adaptabilité à différentes situations dans l entreprise (socle de base) la formation professionnelle intervient sous forme de modules complémentaires (acquisition de savoir-faire techniques) la spécialisation est réalisée au sein de l entreprise dans le cadre de l alternance et/ou de la formation continue. Les métiers connexes à la production requièrent des qualifications précises ; la double compétence est appréciée : sécurité/ environnement, domotique, objets connectés, robotique, commercialisation, qualité. Les secteurs de la filière «santé» étant en développement, les implantations nouvelles sont nombreuses ; elles font appel aux secteurs du bâtiment et des industries métallurgiques pour l installation des unités de production et leur première maintenance. Une coloration «santé» est indispensable pour s assurer du respect des normes relatives à cet environnement. Enjeux La connaissance précise des métiers constitue un enjeu important pour l orientation vers l exercice des métiers du secteur (conditions de travail, niveaux de qualification des emplois). Les conditions du recrutement peuvent donner cours à un sentiment de déclassement par les candidats (mauvaise appréciation du niveau de qualification de l emploi marché du travail fermé aux profils sur qualifiés- ou au contraire tendance des PME à recruter des niveaux supérieurs aux nécessités du poste). Importance du dialogue entreprises Education Nationale (lycées CFA enseignement supérieur) et branches professionnelles pour gérer les parcours de formation et d insertion. Besoin de créer une synergie entre l offre et la demande de produits et de services dans le cadre de la silver-économie Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai

18 Atelier CHIMIE, MATĖRIAUX, RECYCLAGE Réunion 1 : 27 janvier Siège de Région Réunion 2 : 9 avril CETI (Tourcoing) DAS «Chimie, matériaux, recyclage» : Chimie, Plasturgie, Textile, Bois, papiers-cartons, BTP Ce DAS porte sur la conception, les procédés de fabrication et les usages de tous types de matériaux dans une perspective de développement durable. Thématiques phares : textiles techniques, composites, plastiques biosourcés, matériaux multifonctionnels, recyclage des matériaux Pôles d excellence et de compétitivité : Pôle de compétitivité MATIKEM, Pôle de compétitivitéteam2, Pôle de compétitivité Up tex, Pôle d excellence Textile-Mode-Matériaux, Pôle d excellence BTP, Pôle d excellence Plasturgie, Pôle d excellence éco-activités, Pôle d excellence Bois Dynamiques économiques et d innovation Des défis communs à relever pour les secteurs impliqués dans le DAS : Alléger les matériaux : posé comme l objectif transversal premier du DAS. Développer des produits et des procédés de fabrication conformes aux exigences du développement durable et viser l amélioration constante de l efficacité énergétique Nouveaux usages à prendre en compte dans les stratégies de développement : économie de la fonctionnalité et économie circulaire. Répondre à l affirmation des exigences des clients et à l individualisation des besoins sociaux : développer la customisation et penser le design des produits. Des champs d action pour : Transports BTP Santé et bien-être Dynamiques traversant les activités : Mécanique : L innovation se situe dans le process (Usine du Futur). Le secteur emploie salariés dont près de la moitié sont ouvriers, de plus en plus qualifiés. Le secteur (composé en 4 sous activités : usinage, maintenance, soudure et assemblage) connait des difficultés de recrutement avec près de 1500 postes non pourvus. Plasturgie : L innovation est interdépendante de la chimie des matériaux. Le secteur innove sur de nombreux marchés (transport, emballage, construction, ). L évolution des compétences dans le domaine de la plasturgie a pour conséquence le report de besoins en ouvriers non qualifiés sur les ouvriers qualifiés (HSE, laboratoires). L ouverture à l export devient un enjeu qu il faut affronter en renforçant les compétences en marketing des entreprises. Le secteur est confronté aux difficultés de recrutement, principalement sur les métiers de production dits traditionnels (régleurs, stratifieurs, usineurs, ), et à l évolution des compétences des salariés permettant de préserver et enrichir leurs expertises techniques. Le textile continue à miser sur l innovation, et plus spécifiquement sur la fonctionnalisation des matériaux textiles. Le secteur textile s ouvre à de nouveaux marchés (transports, santé ). Le secteur a besoin d opérateurs qualifiés et ses entreprises doivent anticiper les départs de ses salariés pour consolider les transmissions de savoirs. Les produits innovants sont réalisés sur des machines traditionnelles d où un besoin persistant de former des tisseurs, des tullistes, des teinturiers Les secteurs du Bâtiment et des Travaux publics sont concernés par nombre de mouvements d innovations technologique et sociale : les éco-matériaux, la performance énergétique, l éco-rénovation, l intelligence embarquée des routes, la domotique, l économie circulaire, la maquette numérique, etc Le recyclage occupe une place considérable dans l économie du domaine, la région étant la 3ème après l Ile de France et Rhône Alpes. Son développement est lié aux évolutions sociales, réglementaires et technologiques et c est un secteur confronté à de nombreuses évolutions. Pour autant il reste un secteur industriel, employant 60% d ouvriers. 18 Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

19 Impact sur les emplois, les métiers, les compétences Tendances sur les métiers et les besoins en compétence dans les différentes activités : En mécanique, l enjeu principal est de concevoir des produits et procédés de fabrication «propres». Enjeu qui impacte les compétences attendues des salariés. Dans le domaine de la plasturgie les évolutions portent principalement sur les métiers de la maintenance et de la mécanisation. Ce sont les métiers traditionnels qui évoluent avec l émergence de compétences en lien direct avec l innovation comme dans le métier de stratifieur appelé à manipuler les nouveaux matériaux. La plasturgie a créé 9 CQP (+ 7 en préparation) pour faire face aux évolutions des métiers. Le BTS Europlastic est en cours de rénovation et est attendu par la profession pour faire face à la montée des compétences attendues des techniciens. L industrie chimique est aussi traversée par des besoins d innovation organisationnelle : management, QHSE, anticiper et répondre à la demande du client L industrie chimique ( emplois) connait également des tensions sur les postes d opérateurs de fabrication et les formations ont du mal à recruter des jeunes. Pourtant les salaires y sont attractifs mais la méconnaissance des métiers jouent en leur défaveur. A noter la création à le rentrée 2016 de 2 BTS : «procédés chimiques HQSE» et «métiers de la chimie». Les métiers du recyclage peuvent être des métiers d insertion pour un public en difficulté scolaire mais souffrent d une image sociale dévalorisée et d un manque de connaissance de ses métiers auprès des opérateurs de formation. Il n existait avait pas de formation dédiée avant la création de 2 CQP (opérateur de tri manuel, opérateur de tri industriel) et un CQPI (maintenance animateur d équipe). Nombre de métiers du BTP sont concernés par l application de matériaux, ce sont alors les innovations industrielles qui impactent les métiers du secteur par les évolutions techniques inhérentes à ces nouveaux matériaux. Le niveau de compétence requis augmente en conséquence. De plus l utilisation d éco-matériaux a un impact positif sur l image des métiers auprès des jeunes, mais est corrélée à une injonction à former (RGE) qui est parfois mal perçue par les entreprises. La vision transversale et intégrée des chantiers devient un enjeu pour l avenir (maquette numérique, gestion technique des bâtiments). La création de la fonction d intégrateur domotique témoigne de cette tendance à prendre en compte le besoin de de coordination et d intégration des différents corps de métiers. Les métiers du bâtiment deviennent des métiers d expert tout en devant faire face à une probable industrialisation de certaines de ses tâches. Evolution des compétences : Evolution des métiers traditionnels en conséquence et développement de compétences propres. Les besoins en opérateurs de production et de fabrication sont toujours une réalité (opérateurs de production en tissage et dentelle, opérateurs du recyclage, etc.). De façon générale il n y a pas de nouveaux métiers mais une évolution de ceux-ci. Innovation organisationnelle : l encadrement intermédiaire joue un rôle primordial pour donner du sens à l innovation et pour l intégration des différents métiers dans un projet novateur qui doit traverser toute l entreprise. On voit augmenter le besoin de management de proximité. Est valorisable également le fonctionnement en mode projet et un management intégré Décloisonner les fonctions semble être en enjeu commun avec l importance donnée à la polyvalence comme compétence favorisant l employabilité des personnes. La montée en compétences spécifiques aux métiers s accompagne d une demande des entreprises de compétences générales affirmées : autonomie, réactivité, savoir-être, maturité, multi compétence, maitrise du numérique, La transversalité est plébiscitée ainsi que son pendant, la spécialisation. Par exemple des profils d ingénieurs spécialisés en chimie avec des compétences en science de gestion sont très recherchés. La transversalité est également intersectorielle : BTP/recyclage (recyclage des routes), BTP/textile (pose d une sous-couche textile des routes), etc. Enjeux Les filières industrielles connaissent toutes un déficit d image qui joue en défaveur des dynamiques des secteurs : difficultés de recrutement, sections de formation non remplies, problèmes d anticipation des départs en retraite et de gestion de personnel D où un enjeu fort qui repose sur l attractivité des formations et des métiers : comment communiquer positivement sur les métiers industriels? comment mettre en avant l innovation qui les traverse? Les besoins de main d œuvre reposent essentiellement sur les postes d opérateurs qui souffrent plus d une image sociale dégradée. La difficulté d adhésion est due à l absence de lisibilité des perspectives offertes par ces métiers ainsi qu aux représentations qui concernent leur environnement de travail. L orientation par défaut vers ces métiers doit trouver son substitut. Un socle commun de qualification (et de représentations?) est à construire pour les métiers des industries : la formation serait vecteur de ce socle de compétences et la spécialisation s opère en entreprise. Pour s adapter les opérateurs ont besoin de spécialisation, besoin qui peut être réglé par des dispositifs de formation courts et la modularisation des contenus de formation. Enjeu de rapprochement entre monde professionnel et monde éducatif afin de diffuser les innovations technologiques auprès de chaque acteur : un système d aller-retour peut enrichir à la fois les connaissances des formateurs et des apprenants comme celle de l entreprise. La valorisation de plateaux techniques et de démonstrateurs a ici un rôle à jouer. Enjeu de transmission des savoirs (textile, chimie notamment) car les outils et savoir-faire sont touchés par l innovation mais ils ne sont pas obsolètes pour autant. Enjeu d évolution des modes collaboratifs : mode projet, intégration des métiers, dynamiques relationnelles. Ce qui suppose un nouveau rapport à la responsabilité et à la délégation du travail. Enjeu d évolution des usages : nouveau usages, économie de la fonctionnalité, économie circulaire Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai

20 Atelier ĖNERGIE Réunion 1 : 3 février Siège de Région Réunion 2 : 14 avril CUD (Dunkerque) DAS «Energie» : Energie, BTP, Bois, industrie mécanique, électricité-électronique Ce DAS fédère toutes les activités de production, stockage et diffusion de l énergie autour de l enjeu de la «transition énergétique» ; il intègre également la question de l efficacité énergétique des bâtiments. Thématiques phares : énergies renouvelables, modes de stockage, régulation et efficacité énergétique Pôles d excellence et de compétitivité : Pôle d excellence Energie 2020, Pôle d excellence éco-activités, Pôle Bois, Pôle Médée... Dynamiques économiques et d innovation Le DAS «Energie» : Faire de la région Nord-Pas de Calais une économie attractive et productive en manière d économie décarbonée (importantes consommations d énergie dans la région liées à la présence d un tissu industriel dense). Objectif : mobiliser le tissu économique en développant les synergies entre les entreprises aux savoir-faire complémentaires pour les positionner sur les marchés d avenir relatifs à la maîtrise de l énergie et au développement des énergies non carbonées. Les axes stratégiques du DAS Energie : Production (biomasse, biogaz, GNL comme carburant de substitution, froid, bois-énergie, énergie marine, éolien, photovoltaïque) ; Stockage et transport (hydrogène) ; Réseaux (conversion électrique, réseaux intelligents, gestion du multi sources) ; Efficacité énergétique (GNL, composant chaînes électriques, optimisation des machines électriques, bâtiments, valorisation des énergies fatales). Le périmètre de la filière : la production et la distribution d énergie traditionnelle ou renouvelable la constitution de réseaux d énergie (1 300 établissements) le stockage et le transport ( salariés) la fabrication, l installation et la maintenance d équipements (7 300 établissements et emplois dont en activité principale). 1/3 des entreprises travaillent à l export 32% du chiffre d affaires de la filière (17% à destination de l UE dont l Allemagne 1/3), 7% à destination du Moyen Orient). Le secteur se compose de grands opérateurs (inter)nationaux mais également d entreprises de toutes tailles proposant des équipements et des services innovants. 20 Impact sur les emplois, les métiers, les compétences Perspectives d emploi : Le secteur de l énergie est en pleine mutation et la filière présente de réelles perspectives en termes de création d emplois : Besoin de rajeunir les effectifs Nécessité de moderniser certaines installations (efficacité énergétique) Orientations politiques (transition énergétique) Adaptation de corps de métiers préexistants De profonds changements à anticiper et à accompagner, en adaptant les dispositifs de formation En 2014, 19% des entreprises de la filière ont exprimé un besoin de recrutement (environ emplois). Le segment «Installation, exploitation équipement et maintenance» constitue la plus forte proportion de salariés en Nord-Pas de Calais (49% des effectifs pour 78% des entreprises employeurs) Le manque de compétences pose problème pour 56% des entreprises qui ont recruté Première restitution des travaux du Forum des Mille - 28 mai 2015

économiques des territoires.

économiques des territoires. économiques des territoires. En 2014, la formation professionnelle initiale accueille près de 82 000 apprenants sur l ensemble du territoire régional. Ce sont autant de parcours que la Région vise à soutenir

Plus en détail

Les ateliers prospectifs s organisent autour de 2 cycles de réunions.

Les ateliers prospectifs s organisent autour de 2 cycles de réunions. En 2014, la formation professionnelle initiale accueille près de 82 000 apprenants sur l ensemble du territoire régional. Ce sont autant de parcours que la Région vise à soutenir en inscrivant les trajectoires

Plus en détail

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2

Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Atelier Prospectif «Chimie Matériaux et Recyclage» Réunion 2 Contexte de l offre de formation professionnelle initiale Tourcoing le 09 avril 2015 Offre de formation professionnelle initiale La politique

Plus en détail

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE Analyse de l évolution des emplois et des compétences dans les industries chimiques en Haute-Normandie à horizon 2020 SYNTHESE Monsieur Ludovic

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Alternance d excellence

Alternance d excellence Recrutez un(e) futur(e) Ingénieur(e) en Systèmes, Réseaux et Télécommunications Formation ingénieur en alternance Alternance d excellence 4 jours / semaine en entreprise Université de technologie de Troyes

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé»

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Evolution prospective des métiers et recommandations en matière de ressources humaines Version du 17 janvier BPI 37, rue du Rocher 75008 Paris France Tel:

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Demain s écrit aujourd hui

Demain s écrit aujourd hui exigence INSTITUT RÉGIONAL D ÉTUDES DE TECHNIQUES APPLIQUÉES implication résultats Demain s écrit aujourd hui www.irta.fr Pour un jeune, choisir IRTA c est adopter un état d esprit responsable et s impliquer

Plus en détail

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais Offres et besoins de formations : les Vers une définition concertée des enjeux de développement des formations professionnelles en région Nord-pas de Calais Région Nord-Pas de Calais Mission d Appui aux

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Synthèse Contexte Depuis 2008, les marchés et la filière automobile font face à de nombreux chocs conjoncturels

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE ENTREPRISES TOUTES NOS COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE les-industries-technologiques.fr Malgré le contexte économique actuel, le sujet de préoccupation qui arrive en tête pour les chefs d entreprise

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

CONFERENCE l SYNTEC NUMERIQUE UPS Toulouse 17 juin 2011 Michel Corbarieu

CONFERENCE l SYNTEC NUMERIQUE UPS Toulouse 17 juin 2011 Michel Corbarieu CONFERENCE l SYNTEC NUMERIQUE UPS Toulouse 17 juin 2011 Michel Corbarieu 01/04/2011 LE NUMÉRIQUE, UNE INDUSTRIE D INNOVATION ET CRÉATRICE D EMPLOI Des entreprises aux modèles économiques riches et innovants

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin

Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Zoom études : Commerce et gestion Auditorium de l Institut Français du Bénin Samedi 23 Novembre 2013 Introduction : le commerce en quelques chiffres 590 000 entreprises Commerce de gros Commerce de détail

Plus en détail

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

L'emploi, l Intérim et les métiers à l'horizon 2015

L'emploi, l Intérim et les métiers à l'horizon 2015 L'emploi, l Intérim et les métiers à l'horizon 2015 Principaux résultats de l'étude OTT- CRÉDOC - GESTE 25 janvier 2011 Le marché du travail à l'horizon 2015 Le marché du travail en 2015 Aujourd'hui 24

Plus en détail

LICENCE PRO. Management logistique et transport

LICENCE PRO. Management logistique et transport LICENCE PRO Management logistique et transport Définition de la discipline La logistique constitue une fonction globale assurant la gestion des flux des matières et des produits des fournisseurs jusqu

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Electronique, informatique et communication embarquées appliquées aux transports de l Université de Valenciennes

Plus en détail

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STI2D La série STI2D s inscrit de manière affirmée dans la voie technologique

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Pourquoi le Pôle Numérique Culturel (phase projet) est-il devenu «Louvre Lens Vallée» (phase action)?

Pourquoi le Pôle Numérique Culturel (phase projet) est-il devenu «Louvre Lens Vallée» (phase action)? Dossier de presse Pourquoi le Pôle Numérique Culturel (phase projet) est-il devenu «Louvre Lens Vallée» (phase action)? Une différenciation territoriale évidente Dans la compétition qui est à l œuvre sur

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Eco-conception des produits innovants de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019

Plus en détail

Atelier Prospectif «Artisanat» Réunion 2

Atelier Prospectif «Artisanat» Réunion 2 Atelier Prospectif «Artisanat» Réunion 2 Contexte de l offre de formation professionnelle initiale Arras le 17 mars 2015 Offre de formation professionnelle initiale La politique de l Education Nationale

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat Favoriser l insertion des publics les plus fragilisés Expérience des centres de formation de l U.R.M.A Région Martinique Chambre de Métiers et de l Artisanat Le concept de l URMA des Chambres de Métiers

Plus en détail

La logistique à la Réunion

La logistique à la Réunion La logistique à la Réunion Le développement de la logistique amorcé il y a une vingtaine d années à la Réunion s est inscrit dans le prolongement des services portuaires (stockage, entreposage) et en complément

Plus en détail

La formation Ingénieurs par la voie de l'apprentissage

La formation Ingénieurs par la voie de l'apprentissage La formation Ingénieurs par la voie de l'apprentissage Cadres dirigeants d entreprise de production agricole Mise à jour : 2 décembre 2014 Les 4 organismes pilotant la formation Ingénieur par apprentissage

Plus en détail

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque PROFESSIONNALISATION, UN ENJEUX NATIONAL, UNE «PRIORITÉ» POUR LES CCI Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque année plus de 160 000 jeunes quittant le système scolaire

Plus en détail

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec Nouveauté 2013 en partenariat avec Formation par apprentissage Ingénieur-e en performance énergétique ÉCOLE PUBLIQUE D INGÉNIEUR-E-S Institut National des Sciences Appliquées de Rouen Performance énergétique

Plus en détail

TENDANCES METIERS EN AQUITAINE

TENDANCES METIERS EN AQUITAINE TENDANCES METIERS EN AQUITAINE Le secteur et les métiers du numérique en Aquitaine Le 08 mars 2016 Sommaire Séquence 1 : Que savoir sur les métiers du numérique en Aquitaine? Quels sont ces métiers, leurs

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Rappel du contexte et du contenu de l accord

Rappel du contexte et du contenu de l accord BILAN DE L EXPERIMENTATION FAVORISANT L ACCES DES JEUNES A L EMPLOI Rappel du contexte et du contenu de l accord La collaboration entre le CNML et le groupe CRIT s est formalisée à travers un accord de

Plus en détail

Développement économique en Biologie-Santé-Nutrition en Nord Pas de Calais : Focus sur les TIC Santé. Sommaire

Développement économique en Biologie-Santé-Nutrition en Nord Pas de Calais : Focus sur les TIC Santé. Sommaire Développement économique en Biologie-Santé-Nutrition en Nord Pas de Calais : Focus sur les TIC Santé Développement économique TIC Santé Sommaire Eurasanté Le tissu économique régional Le secteur des TIC

Plus en détail

Le Campus des métiers et des qualifications «Eco-construction et efficacité énergétique»

Le Campus des métiers et des qualifications «Eco-construction et efficacité énergétique» Le Campus des métiers et des qualifications «Eco-construction et efficacité énergétique» Appareil de formation au service du bâtiment à énergie positive (BEPos) en Alsace Vendredi 4 avril 2014 Académie

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET FORMATION AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION

ACCOMPAGNEMENT ET FORMATION AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION ACCOMPAGNEMENT ET FORMATION AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION Ensemble gagnons l avenir GERER LES COMPETENCES QUALIFIER - CERTIFIER ACCOMPAGNER - FORMER Réseaulument Formation «AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION»

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Etude prospective sur la filière matériel roulant ferroviaire

Etude prospective sur la filière matériel roulant ferroviaire Etude prospective sur la filière matériel roulant ferroviaire horizon 2015-2025 Etat des lieux : besoins de la filière et de l offre de formation Analyse : adéquation offre de formation / besoins futurs

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

construisons ensemble les savoirs de demain

construisons ensemble les savoirs de demain construisons ensemble les savoirs de demain «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Informatique Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Licence professionnelle Automatique et Informatique Industrielle, Automation et Robotique

Licence professionnelle Automatique et Informatique Industrielle, Automation et Robotique Licence professionnelle Automatique et Informatique Industrielle, Automation et Robotique Contact Responsable de la formation Pierre LAGUILLAUMIE Tél. : 05 49 49 65 01 - Fax : 05 49 49 65 04 pierre.laguillaumie@univ-poitiers.fr

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

FORMATION CONSEIL. La formation créative. L intelligence collective

FORMATION CONSEIL. La formation créative. L intelligence collective La formation créative CONSEIL FORMATION L intelligence collective formation Partenaire des Centres de formation, des Ecoles, des Universités et des Entreprises Alliance Formation propose Des solutions

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce, spécialité chargé d affaires en informatique, commercialisation de solutions informatiques

Licence professionnelle Commerce, spécialité chargé d affaires en informatique, commercialisation de solutions informatiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce, spécialité chargé d affaires en informatique, commercialisation de solutions informatiques Université de Bordeaux Campagne

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

C'EST QUOI? LES CHIFFRES CLÉS

C'EST QUOI? LES CHIFFRES CLÉS LES GRETA C'EST QUOI? LES CHIFFRES CLÉS 1er réseau de France en formation continue Les Greta sont les structures de l'education nationale qui organisent des formations pour adultes dans la plupart des

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Master Mécanique et ingénieries

Master Mécanique et ingénieries Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Mécanique et ingénieries Université de Bordeaux (déposant) Arts et Métiers Paris Tech Ecole Nationale Supérieure d Architecture et de Paysage de Bordeaux

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016 Les métiers porteurs Perspectives 2016 2 Rappel Titre Les métiers porteurs Cette présentation est basée sur les résultats d études publiées par la DARES et le Ministère du Travail en 2011 complétée par

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION Intitulé de la filière : Génie Electrique & Télécommunication (GET) Options : Génie Electrique & Contrôle Industriel Génie Electronique & Télécommunication OBJECTIFS DE LA FORMATION Les objectifs de la

Plus en détail

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES MÉTIERS, DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DES ENTREPRISES DU MÉDICAMENT

L OBSERVATOIRE DES MÉTIERS, DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DES ENTREPRISES DU MÉDICAMENT L OBSERVATOIRE DES MÉTIERS, DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DES ENTREPRISES DU MÉDICAMENT L OBSERVATOIRE DES MÉTIERS DES ENTREPRISES DU MÉDICAMENT, UN OBSERVATOIRE PRÉCURSEUR En 2014, l Observatoire des

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France?

Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France? Du mardi 27 novembre au vendredi 30 novembre 2012 Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France? B E R N A R D R O T H É P R É S I

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

PROFILS et COMPETENCES ECTI LORRAINE

PROFILS et COMPETENCES ECTI LORRAINE PROFILS et COMPETENCES ECTI LORRAINE Domaines d intervention Expériences acquises Secteur d activité Compétences Expérience Conseil en conception d usine Conseil en organisation, en gestion et en RH Agro-alimentaire

Plus en détail

: UN OPEN LAB CRÉÉ EN 2001. Etienne Gaudin Directeur Innovation Groupe 10/03/2015

: UN OPEN LAB CRÉÉ EN 2001. Etienne Gaudin Directeur Innovation Groupe 10/03/2015 : UN OPEN LAB CRÉÉ EN 2001 Etienne Gaudin Directeur Innovation Groupe 10/03/2015 Le groupe Bouygues aujourd hui : trois pôles et une participation Routes (depuis 1986) BTP (195 2) Immobilie (1956 r ) 96,6

Plus en détail

Avec un partenaire reconnu

Avec un partenaire reconnu Kreno Consulting et IMCA vous présentent COMMUNICATION / MEDIAS Avec un partenaire reconnu www.imca.fr www.kreno-consulting.com Qui sommes-nous? Kreno Consulting est un cabinet de conseil en Ressources

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

La S3 Stratégie de spécialisation intelligente en Alsace

La S3 Stratégie de spécialisation intelligente en Alsace La S3 Stratégie de spécialisation intelligente en Alsace S3 - Contexte Une demande de la Commission Européenne avec les entreprises au cœur de la réflexion pour renforcer leur compétitivité via l innovation

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

Fiches métiers de la Vente Directe. développeurs de talents

Fiches métiers de la Vente Directe. développeurs de talents Fiches métiers de la Vente Directe développeurs de talents les métiers de la Vente Directe pour construire votre avenir La Fédération de la Vente Directe (FVD) créée en 1966 œuvre depuis de nombreuses

Plus en détail

développez vos compétences et celles de vos collaborateurs par la formation

développez vos compétences et celles de vos collaborateurs par la formation développez vos compétences et celles de vos collaborateurs par la formation Centre d Aix-en-Provence Europôle de l Arbois BP 30-13545 Aix en Provence Cedex 04 Tél. : 04 42 97 14 20 Révélateur de talents!

Plus en détail

PRESENTATION du Comité Comité de de Programme Programme n n 1 Formations Formations de de niveaux supérieurs

PRESENTATION du Comité Comité de de Programme Programme n n 1 Formations Formations de de niveaux supérieurs PRESENTATION du Comité de Programme n 1 Formations de niveaux supérieurs Sommaire Positionnement du CP1 dans i Trans Organisation et composition du CP1 Missions et Objectifs du CP1 Travaux du CP1 Positionnement

Plus en détail