[«LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE: RÔLE DES MUTUELLES SOCIALES»]

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "[«LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE: RÔLE DES MUTUELLES SOCIALES»]"

Transcription

1 Abidjan, le 05 mars 2015 [«LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE: RÔLE DES MUTUELLES SOCIALES»] 1

2 Conférence à l Université Félix-Houphouët-Boigny Abidjan le 25 février 2015 Intervention de Thierry BEAUDET Président du Groupe MGEN, Vice-président de la Mutualité française, membre du Conseil Economique, Social et Environnemental Monsieur KONE Kipéa, Représentant Monsieur le Ministre d Etat, Ministre de l Emploi, des Affaires Sociales et de Formation Professionnelle, Parrain de ladite conférence, Professeur NGUESSAN Yao, Directeur de cabinet représentant monsieur le Ministre de l Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, Professeur MANSILLA représentant Madame le Ministre de la Famille, de la Femme et de l Enfant, Monsieur le Directeur de cabinet représentant Monsieur le Président du Conseil Economique et Social, Excellence Mesdames et Messieurs les représentants des chancelleries et ambassades, Mesdames et Messieurs les représentants des organismes internationaux, (OMS, Banque mondiale, Coopération japonaise), Monsieur le Président du Conseil d Administration de la Caisse Nationale d Assurance Maladie, Monsieur le Directeur Général de la Caisse Nationale d Assurance Maladie, Madame la Directrice de l AIRMS, Mesdames et messieurs les délégués membres du Bureau ouest africain UAM, Mesdames et messieurs Administrateurs de la MUGEF-CI, Messieurs les responsables des Mutuelles sociales, Distingués participants, 2

3 La santé est notre bien le plus précieux. A la fois une aspiration individuelle et un défi collectif. La santé, nous y sommes tous attachés, que ce soit pour nous-mêmes ou pour ceux qui nous sont proches. Ce n est pas un hasard si, au début de chaque année, nous nous souhaitons des vœux de bonne santé. La bonne santé est indispensable au bien-être individuel, à l émancipation personnelle, à la réussite collective. Garantir un droit à la santé pour tous permet de lutter contre la pauvreté, de réduire les inégalités et de prévenir l exclusion. Comme chacun le sait, garantir ce droit constitue un vrai levier de développement économique. C est en ce sens que la santé est aussi un défi collectif. La santé est un idéal exigeant. De la prévention au soin, elle requiert l investissement de tous, pour donner accès à chacun à un système de santé de qualité, à des coûts maitrisés. L individu seul ne peut faire face aux aléas de santé et aux accidents de la vie. Il faut mutualiser le risque, organiser des solidarités. Depuis plusieurs décennies, quand ce n est pas plusieurs siècles, c est ce à quoi les mutuelles œuvrent à travers le monde, au nord comme au sud : protéger le plus grand nombre, hommes et femmes, jeunes et vieux, malades et bien portants, tout au long de la vie, du berceau au tombeau. Je dirais qu une mutuelle permet à ses membres, à ses adhérents : - de faire ensemble ce que l on ne peut entreprendre seul ; - de s assurer ensemble contre un risque dont on ne peut assumer seul les conséquences et les incidences. Et si le mouvement mutualiste agit depuis des décennies dans le champ de la santé c est parce qu il est porteur de valeurs et de principes intangibles qui fondent son identité. En premier lieu, la solidarité. 3

4 De tout temps se sont organisées des solidarités familiales, communautaires et professionnelles. Elles s exerçaient dès lors qu un membre du groupe décédait ou était touché par la maladie. Avec souvent la difficulté de mobiliser des moyens dans l urgence. Cette forme de solidarité est encore très présente dans de nombreux pays et notamment en Côte d Ivoire. Ce que le mouvement mutualiste a apporté, c est l idée de mettre en commun des ressources avant même que des membres du groupe ne soient victimes d un décès ou touchés par la maladie. La solidarité entre malades et bien portants, tout au long de la vie. Cette solidarité mutualiste s exerce également à travers les cotisations qui, pour être supportables par chacun, sont souvent liées aux revenus des mutualistes. C est la solidarité entre revenus élevés et revenus moins élevés. Dans les sociétés du nord, c est d abord le décès qui a fait l objet de solidarités mutualistes. Quand le décès mettait dans la difficulté une veuve et des orphelins, la solidarité mutualiste permettait d intervenir pour que ces derniers ne se retrouvent pas sans moyens. Par la suite, on a constaté des difficultés de même nature quand une maladie grave survenait. La personne se retrouvait privée d emploi et exposait sa famille à la pauvreté et à des difficultés pour subvenir à ses besoins vitaux. Alors la solidarité mutualiste est également intervenue pour réparer les conséquences de la longue maladie et de l invalidité. Et progressivement, au fil des ans, c est l ensemble des problématiques de santé qui ont fait l objet de solidarités mutualistes. Dans les pays du Sud, il semble que ce soit plus souvent la maladie, avant même le décès, qui a fait l objet des premières solidarités mutualistes. Après la solidarité, la non lucrativité. Une mutuelle n a pas d actionnaires à rémunérer, n est donc pas à la recherche de profits. Son seul but est de redistribuer les cotisations perçues sous forme de 4

5 prestations. La non lucrativité ne signifie pas qu il faille être étranger aux exigences d une bonne et saine gestion. Aussi, quand l activité génère des excédents, ils sont entièrement réinvestis au bénéfice de la mutuelle et de ses membres par le biais d améliorations des prestations, d investissements, ou mis en réserve pour renforcer la solidité de la mutuelle. La santé n est pas une marchandise, ne peut pas, ne doit pas être considérée comme un commerce. Non lucratives, les mutuelles considèrent la santé comme un bien commun attaché à la personne humaine. En dernier lieu, la démocratie. La gouvernance mutualiste est fondée sur le principe «un adhérent = une voix». L essence même du mouvement mutualiste consiste à regrouper des femmes et des hommes qui s associent librement, qui définissent ensemble les problématiques de santé qu ils souhaitent couvrir et les moyens qu ils souhaitent y attribuer. Bien entendu, les besoins de protection en santé sont importants et la satisfaction de tous ces besoins n est pas nécessairement possible. Alors, du souhaitable au possible, les représentants des adhérents déterminent, chaque année en assemblée générale, les cotisations et les prestations nécessaires. Si j insiste sur ce point, c est que le mouvement mutualiste, ancré dans la réalité de ses adhérents, est efficace : il met en relation les moyens disponibles et les besoins des personnes couvertes. Solidarité, non lucrativité, démocratie, forte de ces valeurs et de ces principes, la mutualité a incontestablement ouvert une voie qui vise à organiser l accès de tous ses adhérents à des soins de qualité, à des tarifs maitrisés. Ce dernier point est essentiel. Vous le savez tous, pour satisfaire les besoins des populations, le versement de prestations est insuffisant s il n existe pas une offre de soins, une offre sanitaire significatives. C est pourquoi le mouvement mutualiste a toujours œuvré au développement d une offre de santé de proximité, efficace, de qualité et à des coûts abordables. La contractualisation avec les professionnels de santé est au cœur de l action mutualiste. A travers les prestations mutualistes, les mutuelles adressent aux 5

6 professionnels de santé des adhérents solvables et en contrepartie les mutuelles attendent des actes et des prestations de qualité à des tarifs maitrisés. Et quand l offre de soins publique ou privée ne s avère pas suffisante pour garantir l accès de tous les mutualistes à des soins de qualité, alors les mutuelles sont en capacité de créer hôpitaux, centres dentaires et optiques, maisons de santé. Le mouvement mutualiste a été et demeure précurseur. Les systèmes mutualistes aident les personnes et les sociétés à comprendre la nécessité des couvertures santé, à comprendre la nécessité de cotiser, la nécessité d améliorer l offre. Ainsi les systèmes mutualistes diffusent une culture de la protection sociale qui favorise ensuite son extension à l ensemble de la population par la création de couvertures universelles. Le plus souvent, les systèmes mutualistes ont précédé et inspiré les systèmes de couverture santé universelle. Et partout une question s est à un moment posée au mouvement mutualiste avec l avènement des couvertures maladies universelles. Les mutuelles doivent-elles dès lors s effacer, disparaitre? Ont-elles rempli leur œuvre ou bien ont-elles un rôle majeur à jouer dans l extension des couvertures santé à l ensemble des populations? Sur ce sujet, je peux en quelques mots témoigner de l expérience française. Vous le savez, les français sont très attachés à leur système de protection sociale. Si la Sécurité sociale française a été créée au lendemain de la seconde guerre mondiale, de nombreuses sociétés de secours mutuel étaient déjà actives tout au long du 19ème siècle. Bien avant la création d un régime obligatoire d assurance maladie, la Mutualité avait développé des assurances sociales, ce que l on appelait alors la prévoyance libre. Les mutuelles avaient donc une longue expérience derrière elles quand a été créée la Sécurité sociale. Ainsi la Mutualité a été une source importante d inspiration avant de s affirmer comme un solide appui pour la mise en œuvre du système français de Sécurité sociale. Tout n a pas été simple. 6

7 Quand certaines mutuelles considéraient la création de la Sécurité sociale comme une opportunité, d autres y voyaient une menace. Mais il est rapidement apparu à toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté que le travail d extension de la protection sociale serait complexe et difficile. Raison suffisante pour mobiliser, autour d un but commun et de valeurs humanistes partagées, tous les acteurs qui avaient de l expérience et de la bonne volonté. J aime à rappeler, qu à l origine, les fonctionnaires français étaient hors du système de Sécurité sociale naissant. La MGEN que je préside aujourd hui s est alors battue pour que ses adhérents puissent être intégrés au grand régime général d assurance maladie. Avec succès. La Sécurité sociale et la MGEN ont collaboré et se sont mutuellement renforcées. Aujourd hui encore, en 2015, la MGEN, pour le compte de la Sécurité sociale, gère le régime obligatoire en même temps qu elle continue de gérer son régime mutualiste complémentaire. La collaboration entre la Sécurité sociale et la MGEN a permis d organiser un guichet unique pour le paiement des prestations des régimes obligatoire et complémentaire, au plus grand bénéfice des adhérents et des professionnels de santé. Au-delà de la MGEN, je veux souligner devant vous que c est l action combinée et complémentaire de la Sécurité sociale et de l ensemble des mutuelles qui a considérablement facilité l accès aux soins pour tous et, par voie de conséquence, amélioré l état de santé de la population française. En effet, aussi bien à sa création qu aujourd hui, le régime obligatoire français n est jamais parvenu à couvrir, seul, tous les besoins de la population. Au fil des ans, les dépenses de santé n ont cessé d augmenter du fait de l allongement de la durée de la vie, du recours plus fréquent au système de santé à tous les âges de la vie, de l utilisation de techniques médicales plus onéreuses. Tous ces progrès ont nécessité des besoins de financement toujours plus importants. Aussi en 2015, 96% des français disposent d une complémentaire pour financer la globalité de leur couverture santé. Et pour plus de la moitié d entre eux, cette complémentaire est une mutuelle. 7

8 C est bien la collaboration entre la Sécurité sociale et les mutuelles qui a permis et permet toujours à la population française d améliorer grandement son espérance de vie et son état de santé. En France, la Mutualité c est une fédération regroupant 450 mutuelles qui protègent 38 millions de mutualistes, qui gèrent 2400 services de soins et d accompagnement mutualiste ouverts à l ensemble de la population : hôpitaux, centres médicaux, centres dentaires, centres optiques, établissements pour personnes âgées ou en situation de handicap, Si l exemple français est illustratif, il n est pas unique. Il y a près de 80 ans maintenant que l AISS (l Association Internationale de la Sécurité Sociale) a été créée. Peu de personnes le savent : des mutuelles ont participé à sa création. Les régimes de protection obligatoire et les couvertures universelles n existaient alors que très peu. Naturellement, quand les régimes obligatoires se sont développés, ils ont pris le relais du pilotage de l association. Les mutuelles qui ont voulu conserver un lieu d échanges, de réflexion et d action pour leur propre modèle ont créé en 1954 l Association Internationale de la Mutualité (AIM). Depuis cette date, l AISS et l AIM continuent de travailler ensemble tant sur les couvertures santé universelles que sur le modèle mutualiste. Ce travail est continu, confiant et fructueux. Pour preuve, en 2013, les 170 pays représentés dans l AISS ont approuvé un rapport présentant les mutuelles comme un levier de généralisation des couvertures santé. Ce rapport intitulé «Les Mutualités, outils d extension de la protection sociale» résulte d un travail collaboratif auquel ont fortement contribué des mutuelles d Amérique latine, d Afrique et d Europe. Les mutuelles ont beaucoup à gagner à la coopération internationale. Ce rapport me semble particulièrement important pour l Afrique de l Ouest au moment où les acteurs mutualistes de l UEMOA viennent d obtenir un règlement 8

9 communautaire qui institue un cadre propice au développement des activités mutualistes (ce qu en Europe nous ne sommes pas parvenus à obtenir). Aussi je forme le vœu que ce rapport puisse inspirer plusieurs pays de l UEMOA, la Côte d Ivoire tout particulièrement, après la promulgation en mars 2014 de la loi instaurant la couverture maladie universelle. Je voudrais en effet, humblement, évoquer ma compréhension des enjeux et des défis qu ensemble vous allez devoir relever. Je ne suis ici que depuis quelques jours mais j ai eu l opportunité d échanger avec des hauts responsables de la Caisse Nationale d Assurance Maladie, avec des dirigeants mutualistes de même qu avec d éminents représentants de la société civile. J ai mesuré combien les uns et les autres partageaient une même ambition, celle de permettre à la population ivoirienne de disposer d un accès à des soins de santé de qualité, dans des conditions financièrement soutenables. J ai aussi mesuré combien les uns et les autres partageaient une même conscience de l immensité de la tâche à accomplir. Le début d une longue marche. Très clairement les uns et les autres relèvent des éléments de contexte favorables, tout particulièrement la détermination politique forte du Président de la République et de son gouvernement, mais aussi l engagement et le professionnalisme de nombreux acteurs publics et privés autour de cette ambition ou encore le dynamisme de la croissance économique, pour n en citer que quelques uns. Les uns et les autres m ont aussi fait part d éléments moins favorables, qu il s agisse d un secteur informel important et difficile à toucher et à faire contribuer, d une faible bancarisation de la population, d un taux de pauvreté qui demeure élevé, d une population d indigents difficile à définir et à identifier, ou encore d un réseau de soins qui en dépit de ses progrès demeure insuffisant. Des éléments favorables, d autres qui le sont moins, mais quels que soient les éléments de contexte, la réussite de la CMU nécessitera obligatoirement la définition d un panier de soins adapté aux besoins des citoyens ainsi qu aux moyens disponibles, 9

10 l enrôlement de l ensemble de la population vivant en Côte d Ivoire, l organisation de la collecte et de la gestion des cotisations, la construction d un système de gestion des prestations de qualité pour un coût raisonnable - les cotisations encaissées devront servir à payer des prestations et non pas à financer des coûts de gestion élevés ou encore la mise en place et le développement d un réseau d offreurs de prestations de qualité à tarifs négociés. Mamadou SORO, qui a ouvert cette conférence, préside une mutuelle, la MUGEF-CI qui, forte de plus de 40 années d expérience, possède un outil de gestion, plus de 40 agences locales de proximité et a constitué un réseau de plus de 5000 professionnels de santé. Elle a la confiance de ses adhérents et protège ainsi plus de personnes. Cette expérience acquise par la MUGEF-CI en 40 années d existence, mais aussi l expérience acquise par l ensemble des mutuelles de Côte d Ivoire, l expérience acquise par l ensemble des complémentaires de Côte d Ivoire sera sans aucun doute un élément décisif pour appuyer la CNAM dans le processus de déploiement puis d extension progressive de la CMU à l ensemble de la population. Les apports des mutuelles peuvent être importants et nombreux. J en citerai quatre qui sont à mes yeux fondamentaux. Le premier apport, c est le panier de soins mutualiste. Le panier de soins de la Couverture Maladie Universelle va s adresser à tous et constituer une avancée considérable pour la très grande majorité de la population aujourd hui dépourvue de toute couverture santé. Mais ce panier de soins CMU ne pourra répondre seul à l ensemble des besoins de protection de la population ivoirienne ; c est un socle de protection sociale que nous évoquons. Parallèlement, il faut garder à l esprit qu à travers leurs mutuelles, des Ivoiriens disposent aujourd hui de couvertures supérieures à celle de la CMU. La substitution pure et simple de la CMU aux couvertures mutualistes marquerait un recul pour les intéressés. Ces constats objectifs confèrent une responsabilité particulière aux acteurs, CNAM et mutuelles, qui vont devoir prendre en compte les situations existantes pour répondre à l ensemble des besoins des populations. 10

11 Les mutuelles vont avoir la responsabilité de repenser leurs offres, de développer des offres qui ne se superposent pas au panier de soins de la CMU, mais qui soient articulées avec ce panier de soins, qui le complètent. C est l addition des paniers de soins de la CMU et des mutuelles qui apportera une réponse complète. De ce point de vue, conserver quand c est déjà le cas le caractère obligatoire de l adhésion mutualiste constituerait un levier décisif. Le deuxième apport, c est la contribution au maillage du territoire par des structures de proximité. L un des enjeux majeurs de la CMU va résider dans la capacité à toucher les individus, les citoyens et à les enrôler. Professionnelles ou locales, les mutuelles par leur relation de proximité avec les adhérents, par leur ancrage dans le territoire au plus près des citoyens, vont pouvoir aider à l enrôlement et à la perception des cotisations. Comme elles vont pouvoir participer à la mise en place d outils de gestion. Si elles intègrent et articulent le panier de soins CMU et le panier de soins complémentaire, elles pourront même assurer le guichet unique. Mais pour se faire, elles devront impérativement mesurer qu une gestion de qualité nécessite des moyens importants d où la nécessité de se regrouper pour partager outils et structures. Elles pourront enfin participer au développement d une offre de soins de qualité à des tarifs maitrisés. La CMU orientera prioritairement vers l offre de soins publique qui pourrait ne pas suffire. Aussi les mutuelles devront développer leurs réseaux d établissements et de professionnels, de même qu elles pourront créer de nouvelles structures de santé mutualistes. Elles permettront ainsi l accès à une offre plus large, ce qui pourrait constituer un vrai moteur économique pour le développement d une offre de soins privée. Vous l avez compris, c est le thème de mon intervention, je plaide pour que les mutuelles sociales puissent, partout dans le monde et notamment ici en Côte d Ivoire, accompagner le déploiement et l extension des socles de protection sociale. Mais pour y parvenir au bénéfice des sociétés et des citoyens, encore faut-il que le mouvement mutualiste soit uni. 11

12 Et en tant que Vice Président de la Fédération de la Mutualité française, je veux vous dire combien je me félicite de la création en décembre dernier par l Union Africaine de la Mutualité de son premier bureau régional pour l Afrique de l Ouest appelé UAM AFRO. Ainsi, dans cette zone de l UEMOA (étendue aux pays de la CEDEAO), les mutuelles disposeront d une structure qui les appuiera et les accompagnera dans leur développement. Vous avez eu l honneur de recevoir à Abidjan le siège de son bureau et c est Mamadou SORO qui en est le premier Président. La mutualité accélère ainsi sa structuration régionale pour renforcer son unité et sa visibilité auprès des populations et des pouvoirs publics. L action prioritaire de l UAM AFRO sera de structurer le mouvement dans chacun des pays. Les mutualistes sénégalais viennent de montrer la voie et je salue le Président de la nouvelle Fédération des mutuelles du Sénégal, Aboubacri SARR. Quand se présentent aux mutuelles des sujets décisifs pour leur avenir, alors pour y faire face la mutualité doit être structurée, organisée, représentée par un interlocuteur identifié. Eu égard à ces défis et enjeux, les organisations internationales que sont l AISS et l AIM ont compris que c était le moment de vous épauler. Et concrètement la mutualité et les mutuelles françaises ont décidé de créer un programme d appui aux stratégies mutualistes de santé. Ce programme appelé PASS est opérationnel depuis septembre dernier. Aide à la création et au développement des mutuelles et du mouvement mutualiste, au développement d offres de santé et d outils de gestion efficaces, actions de plaidoyer, de communication, de formation, de diffusion de la culture mutualiste et de la protection sociale auprès de la société civile, des médias, des enseignants, des jeunes,, le programme PASS viendra en appui des stratégies définies par les responsables mutualistes africains. C est un programme pérenne, financé pour six années par les mutuelles françaises. Au terme de ces six années, il sera transformé en une plate forme technique financée et intégrée à l UAM-AFRO. 12

13 J arrive au terme de mon intervention et je veux conclure en insistant sur l unité nécessaire au mouvement mutualiste dans chaque pays, au niveau régional et en général. L unité est indispensable. L unité de vos mutuelles doit être à la hauteur des enjeux. Trop souvent, au nord comme au sud, en France, le mouvement mutualiste a été divisé. Quand les mutualistes sont divisés, tous les acteurs, les praticiens, les pouvoirs publics en jouent. C est contraire à l intérêt des citoyens. Dès lors que le mouvement mutualiste est uni, il gagne en force, en efficacité, en capacité économique et d action et cette capacité est exclusivement mobilisée dans l intérêt des mutualistes et des citoyens. Sachez que divisées, les mutuelles ne peuvent rien. Unies, elles sont un outil formidable au service de la population, au service du progrès social, au service du progrès humain. Je vous remercie de votre attention. 13

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Un partenaire qui avance avec le monde ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Mama, S/P Ouragahio, le 15 novembre 2008

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Discours d ouverture de Monsieur Khadim GUEYE, Ministre de l Agriculture du Sénégal Dakar, le 09 Novembre 2011

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie ------------------ MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ------------------ SECRETARIAT GENERAL -------------------- DIRECTION DE LA PROMOTION DE LA SANTE ----------------------

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 systèmes de PSBC 1. Un phénomène mondial 2. Origine et causes du phénomène

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016 Nouvelle lecture à l Assemblée

Plus en détail

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00.

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00. Discours du Professeur EL Houssaine Louardi, Ministre de la Santé à l occasion de l'inauguration de la Conférence Internationale de l Association Internationale des Instituts Nationaux de Santé Publique

Plus en détail

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international Seul le prononcé fait foi Mesdames et messieurs les négociateurs, chers amis, Je tenais à être avec vous

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

CEREMONIE DE SIGNATURE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA COMMISSION DE L UEMOA ET ADETEF

CEREMONIE DE SIGNATURE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA COMMISSION DE L UEMOA ET ADETEF UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ CEREMONIE DE SIGNATURE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA COMMISSION DE L UEMOA ET ADETEF ASSISTANCE

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Madame le Secrétaire Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Madame le Secrétaire Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE Allocution de Madame le Secrétaire Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé 27 Avril 2015, Sofitel Hôtel Ivoire 1 Monsieur le Premier Ministre

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle 1 Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle Discours de Madame ALBATOUL Zakaria, Ministre de l'enseignement fondamental et de l'alphabétisation du Tchad, Présidente

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET MOT DE S.E.M. DANIEL KABLAN DUNCAN, PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET

Plus en détail

Rôle et importance de la caisse de retraite pour agents et fonctionnaires de l Etat

Rôle et importance de la caisse de retraite pour agents et fonctionnaires de l Etat FORUM INTERNATIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA REFORME ET MODERNISATION DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE CONGOLAISE MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE SESSION VII INNOVATION STRATÉGIQUE EN MATIÈRE DE SYSTÈME DE

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA PROTECTION SOCIALE (MEPS) ET DES ENTREPRISES PRIVEES

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA PROTECTION SOCIALE (MEPS) ET DES ENTREPRISES PRIVEES MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA PROTECTION SOCIALE ------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail ----------- CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA PROTECTION

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE

CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE M i n i s t è r e d e l a S a n t é CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE *-*-*-* Cotonou, Hotel du Lac le 11 novembre 2014 Discours

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

Madame la ministre de l Education, des Ressources humaines, de l Education supérieure et de la Recherche scientifique de la République de Maurice,

Madame la ministre de l Education, des Ressources humaines, de l Education supérieure et de la Recherche scientifique de la République de Maurice, 1 «De Samoa à Paris : atelier d échanges avec la jeunesse mauricienne sur les enjeux du développement durable des PEID et du changement climatique» Allocution de Jean Claude de l Estrac, Secrétaire général

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

MOT DE BIENVENUE DU COMITÉ D ORGANISATION DE L IACI

MOT DE BIENVENUE DU COMITÉ D ORGANISATION DE L IACI MOT DE BIENVENUE DU COMITÉ D ORGANISATION DE L IACI Monsieur Le Représentant du Président de la République de Côte d Ivoire, Monsieur Le Représentant du Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur

Plus en détail

DISCOURS DU DGD 2EME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET SYDONIA CEMAC. Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers participants,

DISCOURS DU DGD 2EME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET SYDONIA CEMAC. Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers participants, DISCOURS DU DGD 2EME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET SYDONIA CEMAC Mesdames, Messieurs, Distingués invités, Chers Votre présence remarquée dans cette salle me procure une joie et une satisfaction

Plus en détail

Dossier de Presse mars 2013

Dossier de Presse mars 2013 Dossier de Presse mars 2013 Mutuelle Entrain Lors du Congrès de l Union des Mutuelles de Cheminots et des Personnels du Groupe (UMCPG) en 2006 à Montpellier, les délégués ont décidé la constitution d une

Plus en détail

Forum Africain sur la protection des données personnelles FA/PDP Dakar 2015 DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT DE LA CDP

Forum Africain sur la protection des données personnelles FA/PDP Dakar 2015 DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT DE LA CDP Forum Africain sur la protection des données personnelles FA/PDP Dakar 2015 DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT DE LA CDP Monsieur le Directeur de Cabinet du Ministère des Postes et des Télécommunications,

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Discours du président du GIP SPSI au Colloque du 9 et 10 juin 2008 à Casablanca sur l Avenir de la protection sociale au MAROC

Discours du président du GIP SPSI au Colloque du 9 et 10 juin 2008 à Casablanca sur l Avenir de la protection sociale au MAROC Monsieur le Ministre de l emploi et de la formation professionnelle, Monsieur le Président de la CNSS, Mesdames, Messieurs, Je voudrais tout d abord vous remercier vivement, Monsieur le Ministre, de l

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

(Cotonou, le 18 Juillet 2013)

(Cotonou, le 18 Juillet 2013) République du Bénin ************** Ministère de l Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l Insertion des Jeunes (MESFTPRIJ) **************** Ministère

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA DISCOURS DE SON EXCELLENCE

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Le rôle de la société civile

Le rôle de la société civile Le rôle de la société civile Bruxelles 15 décembre 2011 Les mutuelles de santé au Burkina Faso Inégalité d accès aux soins de santé au Burkina Faso La majorité de la population vit en dessous du seuil

Plus en détail

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire Photos de famille des participants à la journée mondiale de la

Plus en détail

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU).

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). www.coopami.org COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). Abidjan 15 juillet 2014 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Mutuelle

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

DISCOURS DU DIRECTEUR GENERAL DE LA POSTE DE COTE D IVOIRE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF NATIONAL DE AMIFEPOSTE

DISCOURS DU DIRECTEUR GENERAL DE LA POSTE DE COTE D IVOIRE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF NATIONAL DE AMIFEPOSTE DISCOURS DU DIRECTEUR GENERAL DE LA POSTE DE COTE D IVOIRE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF NATIONAL DE AMIFEPOSTE DU 01 OCTOBRE 2011 Madame la Représentante de la première

Plus en détail

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION 5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE --------- ALLOCUTION DU COMMISSAIRE EN CHARGE DES RESSOURCES HUMAINES, DE LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE DE LA COMMISSION

Plus en détail

Fédérations des finances CGT, FDSU, FO, CFDT, UNSA

Fédérations des finances CGT, FDSU, FO, CFDT, UNSA Fédérations des finances CGT, FDSU, FO, CFDT, UNSA Déclaration lue lors du groupe de travail ministériel sur la protection sociale complémentaire des personnels du 14 mai. Mémorandum pour la Protection

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Discours

Programme des Nations Unies pour le développement. Discours Programme des Nations Unies pour le développement Discours Atelier technique de mobilisation des parties prenantes au processus de formulation de l Agenda d Action-Pays (AAP) et la formulation du Programme

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Résultats de l enquête. satisfaction 2009

Résultats de l enquête. satisfaction 2009 Résultats de l enquête satisfaction 2009 80 % de participation, merci de votre collaboration! Votre participation Vous avez été 2 038 à être sollicités et 1 638 à répondre à l enquête Quille Satisf Action.

Plus en détail

Groupe MGC, la santé pour tous

Groupe MGC, la santé pour tous Groupe MGC, la santé pour tous www.mutuellemgc.fr Un système de santé en pleine mutation Le marché des complémentaires santé est aujourd hui en pleine mutation. L ultra concurrence, la nouvelle réglementation

Plus en détail

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Organisme de sécurité sociale chargé de la mission de service public d encaisser les cotisations et d assurer le service des prestations au regard de la

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail