La couverture maladie universelle. Vers une nouvelle protection sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La couverture maladie universelle. Vers une nouvelle protection sociale"

Transcription

1 Lille 2 Ecole doctorale n 74 Mémoire soutenu par Debhora Kanner Sous la direction Xavier Labbée La couverture maladie universelle. Vers une nouvelle protection sociale DEA de droit social Session 1999/2000

2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 6 PREMIERE PARTIE : LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE : L'INSTAURATION DE NOUVEAUX DROITS VISANT À UNE OPTIMISATION DU SYSTÈME INSTITUTIONNEL EXISTANT CHAPITRE I : L'ABOUTISSEMENT DU MOUVEMENT DE GÉNÉRALISATION DE L'ASSURANCE MALADIE SECTION I/ LA COUVERTURE MALADIE DE BASE ) UN ACCES FACILITE A LA COUVERTURE DE BASE A/ LE CRITERE SUBSIDIAIRE DE RESIDENCE B/ L'AUTOMATICITE DE L'AFFILIATION ET LA CONTINUITE DES DROITS ) LE PRINCIPE D'UNIVERSALITE A/ UN SYSTEME UNIQUE B/ UN DROIT SOCIAL SOUS CONDITION DE RESSOURCES SECTION II/ LA COUVERTURE MALADIE COMPLEMENTAIRE, L'INNOVATION DU DISPOSITIF LEGAL ) LES CARACTERISTIQUES DU NOUVEAU DISPOSITIF A/ LES CONDITIONS D'ATTRIBUTION B/ LA DETERMINATION DES DROITS ) L'ETENDUE DE LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE A/ LES SOINS PRIS EN CHARGE B/ LE CHOIX DE L'ORGANISME ASSURANT LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE

3 CHAPITRE II : L'APPARITION DE NOUVEAUX ACTEURS DANS LE SYSTEME INSTITUTIONNEL SECTION I/ L'ELARGISSEMENT DE LA COMPETENCE DE L'ASSURANCE MALADIE ) UNE NOUVELLE MISSION DEVOLUE AUX CAISSES PRIMAIRES A/ UNE ORGANISATION SPECIFIQUE POUR LA CMU B/ L'OBLIGATION D'ASSURER LA CONTINUITE DES DROITS ) LA COLLABORATION DES CENTRES COMMUNAUX D'ACTION SOCIALE ET DES PROFESSIONNELS DE SANTE A/L'INTERET DE LA PARTICIPATION DES CCAS B/ LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LA CMU SECTION II / LE PARTENARIAT ENTRE LES CAISSES D'ASSURANCE MALADIE ET LES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES ) UNE PRISE EN CHARGE ASSUREE CONJOINTEMENT PAR LES CAISSES D'ASSURANCE MALADIE ET PAR LES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES A/ UN NOUVEAU STATUT POUR L'ASSURANCE COMPLEMENTAIRE B / LES DEUX VOIES D'ACCES A LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE REPONDENT A DEUX LOGIQUES DIFFERENTES ) VERS UN SYSTEME CONCURRENTIEL DE PRISE EN CHARGE A/ DE LA PERCEPTION PAR LES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES DE L'INTERVENTION DES CAISSES D'ASSURANCE MALADIE B/ LES RECOURS CONTENTIEUX A PROPOS DE LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE

4 SECONDE PARTIE : L'ACCES AUX SOINS EFFECTIF DE TOUS: DE L'AFFICHAGE À LA REALITÉ CHAPITRE I : LES RISQUES D'INEGALITES DE TRAITEMENT LIES AUX CARACTÉRISTIQUES DU NOUVEAU SYSTEME DE SOINS SECTION I / LA RESTRICTION DE L'ACCES AUX SOINS POUR TOUS ) LA QUESTION DE L'ADOPTION ET DE LA PERTINENCE DU SEUIL RETENU A/ LA FIXATION D'UN SEUIL : UN DISPOSITIF DISCUTABLE B/ LES SOLUTIONS ENVISAGEES ) LES INEGALITES RELATIVES AU MODE D'EXERCICE MEDICAL A/ L'APPARITION D'UNE MEDECINE A DEUX VITESSES B/ REFUS DE SOINS ET BENEFICIAIRES DE LA CMU SECTION II/ LE PANIER DE BIENS ET SERVICES : UNE REPONSE A L'ENSEMBLE DES BESOINS DE SOINS ) LE PANIER DE BIENS ET SERVICES : PRINCIPES ET INNOVATIONS 63 A/ LA DETERMINATION D'UN PANIER DE BIENS ET SERVICES B/ LE CONTENU DU PANIER DE BIENS ET SERVICES ) PANIER DE BIENS ET SERVICES : UNE SOLUTION INSATISFAISANTE A/ L'EVALUATION DU DISPOSITIF B/ UNE APPROCHE ESSENTIELLEMENT COMPTABLE DU PANIER DE BIENS ET SERVICES CHAPITRE II : LE FINANCEMENT : UN FACTEUR DETERMINANT DANS LA GARANTIE DE L'ACCES AUX SOINS POUR TOUS SECTION I/ LES MODALITES DE FINANCEMENT

5 1) LA DISTINCTION ENTRE DEUX MODES DE FINANCEMENT A/ DES TRANSFERTS FINANCIERS POUR LA COUVERTURE DE BASE B/ LA CREATION D'UN FONDS DE FINANCEMENT POUR LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE ) LES DIFFICULTES JURIDIQUES ISSUES DE LA CREATION DU FONDS DE FINANCEMENT A/ LA DETERMINATION DE LA NATURE JURIDIQUE DU FONDS DE FINANCEMENT B /LE PRINCIPE DE L'EGALITE DEVANT LES CHARGES PUBLIQUES SECTION II/ UNE PARTICIPATION FINANCIERE ORIENTEE VERS LA SOLIDARITE ) LES FONDEMENTS D'UN FINANCEMENT SOLIDAIRE A/ LA PERTINENCE THEORIQUE DU PRINCIPE DE SOLIDARITE B/ LES INSUFFISANCES DE LA PROTECTION PRIVEE ) L'ETENDUE DE LA SOLIDARITE ASSURANT LE FINANCEMENT A/ LA CAPACITE DE LA COLLECTIVITE NATIONALE A SUPPORTER LA CHARGE FINANCIERE DES DEPENSES LIEES AUX SOINS B/ LES LIMITES A LA SOLIDARITE CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES

6 INTRODUCTION La possession du meilleur état de santé que ses possibilités lui permettent d atteindre est un des droits fondamentaux de tout être humain C est en ces termes que ce droit est proclamé dans le préambule de la Constitution de l Organisation mondiale de la santé, signée à New York le 26 juillet Il est reconnu dans celui de la Constitution française du 27 octobre 1946, solennellement rappelé en tête de la Constitution du 4 octobre 1958 et confirmé comme principe de valeur constitutionnelle 1. Toute personne malade doit pouvoir accéder aux soins que son état nécessite, quel que soit le montant de ses revenus. Aussi, le droit à la santé, en France, se fonde sur le principe d égal accès aux soins des patients. Ce principe est complété par un libre accès aux soins. Que faut-il entendre par «accès aux soins»? On peut le définir comme la possibilité offerte à toute personne de recourir au système de soins, ce qui suppose notamment le choix du praticien, l accès aux spécialités, à la pharmacie, aux analyses et au paramédical, ainsi que la possibilité d un suivi médical. Toutefois, malgré l inscription du droit à la santé dans la Constitution française, la mise en place d une couverture universelle s est révélée particulièrement complexe dans la mesure où les conditions d un véritable accès aux soins des personnes défavorisées n étaient pas réunies. Créé en 1945 pour accompagner la reconstruction du pays, le système français de Sécurité sociale se proposait de «protéger les travailleurs et leur famille contre les risques de toute nature susceptibles de supprimer ou réduire leur capacité de travail ou de gain» (article 1 er de l ordonnance du 4 octobre 1945). Il s agissait donc, sous la réserve très importante que les bénéficiaires originaires étaient «les travailleurs et leurs familles», de mettre en place un régime général de protection susceptible de faire face à un certain nombre de risques ou d aider à certaines charges affectant soit la capacité de gain, soit les ressources des 1 CAYLA (J.S), L accès aux soins et la politique de santé publique, RD sanit. Soc. 35 (2), avrjuin 1999, p.409 7

7 bénéficiaires. Les fondateurs espéraient que ce dispositif aurait vocation à s étendre, à partir du noyau central constitué par les salariés, à l ensemble des catégories professionnelles et, par l extension des droits dérivés, à l ensemble de la population. Ainsi, dans son principe et dans sa conception, le régime des salariés devait accueillir les autres régimes de protection, apparus avant lui et propres à certains groupes professionnels, «les régimes spéciaux». Il devait également étendre sa protection aux non-salariés et enfin, par le jeu de son extension, rendre inopérants les mécanismes assistanciels. Cependant, dans tous ces secteurs des difficultés apparurent et la généralisation du système ne put se réaliser comme prévu. Dès les premières années, entre 1945 et 1958, des obstacles de nature catégorielle apparurent et conduisirent à un certain nombre d échecs de la vocation initiale d universalisation du système de protection sociale. Les premières tentatives de généralisation se heurtèrent à la résistance des professions indépendantes (loi du 22 mai 1946 généralisant la Sécurité sociale pour les agriculteurs, artisans et commerçants) qui refusèrent d être intégrées dans un régime légal d assurances obligatoires. D autres obstacles se dresseront ultérieurement concernant notamment les régimes spéciaux des mines, chemin de fer L ambition de la Sécurité sociale, telle qu affirmée au moment de sa création, laissait espérer un abandon progressif des anciens mécanismes assistanciels établis tels que l assistance médicale gratuite instituée par la loi du 15 juillet En réalité il n en fut rien. La généralisation trop lente et trop tardive, l insuffisance de la couverture de droit commun face à certains besoins, tout cela concourut à imposer le maintien de l assistance. Le décret du 29 novembre 1953 substitua l Aide sociale à l Assistance publique. On le voit, dans les dix premières années de son existence, la Sécurité sociale fut loin d englober l ensemble de la population 2. Mais une politique de généralisation va 2 Haut Comité de la Santé Publique, La progression de la précarité en France et ses effets sur la santé, éd. ENSP, février 1998, PP

8 chercher à pallier la logique socioprofessionnelle de la protection sociale fondée sur l appartenance au salariat ou à des groupes professionnels spécifiques. Ces critères traditionnels vont recevoir une interprétation de plus en plus extensive au point que le régime des salariés du commerce et de l industrie affilie des personnes qui n ont plus d activité depuis longtemps ou dont le lien avec un assuré ne peut être strictement qualifié de familial. Est ainsi couverte toute personne cohabitant depuis plus d un an avec un assuré social, étant à sa charge effective, totale et permanente. Ces extensions furent continuelles et cet effort de généralisation de la Sécurité sociale a culminé en 1978 avec la création de l assurance personnelle. Il s agissait d un régime facultatif ouvert à toute personne qui ne relevait pas par ailleurs d un régime obligatoire et assurant les prestations en nature maladie et maternité du régime général. Pour plus d efficacité, le dispositif du Revenu Minimum d Insertion (RMI), apparu en décembre 1988, a prévu l affiliation systématique à l assurance personnelle de ses bénéficiaires et des personnes à leur charge s ils ne disposent pas d une couverture maladie, ainsi que la prise en charge partielle ou totale des cotisations correspondantes. La loi du 25 juillet 1994 a tenté de venir achever de manière effective cette généralisation en offrant aux personnes, pour lesquelles toute appartenance à un régime d assurance maladie ne pouvait être immédiatement établie, la possibilité d être provisoirement rattachées à l assurance personnelle. Par ailleurs, le dispositif de l aide médicale va connaître une réforme, amorcée par la loi du 1 er décembre 1988 et poursuivie par la loi du 29 juillet 1992, visant à moderniser et à adapter l aide médicale au développement des situations de précarité et de pauvreté. Quelles sont dès lors les conditions d admission à l aide médicale? La loi a prévu un double régime d admission à l aide médicale : d une part, l admission de plein droit pour les bénéficiaires du RMI, les personnes à leur charge, et les bénéficiaires de l allocation veuvage, d autre part, l admission de droit commun après examen de la situation, notamment financière de l intéressé. 9

9 Les conditions et les modalités d accès à l aide médicale ont été simplifiées : cette aide couvre désormais les dépenses de soins auxquelles le demandeur aura éventuellement à faire face sans qu il n ait à justifier que ces soins sont nécessaires du fait de son état. L existence d une résidence régulière en France et l infériorité des ressources au regard du plafond départemental sont deux conditions suffisantes pour bénéficier de l aide médicale, qui est de surcroît étendue à l ensemble des personnes à charge du demandeur. Quel était le but poursuivi par la loi du 29 juillet 1992? Cette loi a tendu à assurer une meilleure couverture à l ensemble de la population. A ce titre, la réforme est allée dans le sens d une harmonisation avec le dispositif mis en place en matière de Sécurité sociale, dans la mesure où, désormais c est l ensemble de la famille au sens de la Sécurité sociale qui est prise en compte. Cependant, en dépit de ces améliorations notables le dispositif s est avéré insuffisant, l accès aux soins n étant toujours pas garanti pour l ensemble de la population. En effet, l aide médicale, même si elle a su apporter une réponse à un certain type de besoins, a été très critiquée. L accès à ce droit était inégal, chaque département étant souverain pour définir ses règles d admission. Inégal aussi le niveau de couverture selon la richesse fiscale de la collectivité. L absence de règles dans certains endroits rendait, de plus, l exercice du droit aléatoire. Si l aide médicale a été bâtie à l origine sur le principe de proximité et d assistance, le système ne paraissait plus répondre aux besoins des personnes exclues du système de protection sociale et à l idée de citoyenneté et d accès aux droits. On a pu remarquer que le fait de devoir déposer un dossier au centre communal d action sociale (CCAS) ou de se voir apposer un label «aide sociale» ne faisait que stigmatiser cette population et créer une catégorie différente entre ceux qui sont bénéficiaires et peuvent prétendre à la Sécurité sociale et les autres. En outre, la prise en charge de prestations complémentaires et notamment d une assurance complémentaire, et le remboursement de certains frais médicaux demeuraient facultatifs pour les départements. 10

10 La survenance de ces disparités n a pu donner lieu à une réponse publique rapide pour plusieurs raisons : la première d entre elles est la difficulté du sujet à se prêter aux quantifications statistiques. L on apprécie mal l ampleur des difficultés à se soigner. Les études et les enquêtes du Centre de recherche, d étude et de documentation en économie de la santé (CREDES) tentent de remédier à cette lacune. La deuxième raison réside dans l impact financier d une éventuelle réforme qui est apparue impossible tant que l équilibre des comptes était atteint par des économies sur les prestations. Une troisième raison réside dans les choix institutionnels à opérer, la question de la couverture sociale des plus démunis étant aux confins de la Sécurité sociale, de la protection complémentaire et de l aide médicale. Le constat, lui, est simple si les questions sont complexes : toutes les approches furent d abord de nature juridique et le projet de l assurance maladie universelle du gouvernement de Monsieur Alain Juppé comportait encore une réponse juridique consistant à réécrire le droit de l assurance maladie sur le fondement d un seul critère : la résidence en France. Mais il ne s attaquait pas au problème de l insuffisance de la couverture financière. Il est vrai que ce projet avait d autres ambitions qui restent à satisfaire : simplifier le droit et alléger la gestion des caisses, assurer la transparence financière entre régimes et œuvrer pour le rapprochement des niveaux de prestations et des efforts contributifs. Face à la montée en puissance des situations d exclusion, la mise en place d une réforme est apparue comme une nécessité. Le projet présenté par Madame Martine Aubry qui prend nom de «couverture maladie universelle» rompt avec les démarches précédentes et s attaque au cœur du problème : les freins financiers à se soigner. Par la création de la couverture maladie universelle (CMU) 3, le législateur a donné corps à l un des objectifs qu il a visé dans sa lutte contre les exclusions, à savoir réduire l inégalité dans l accès aux soins. 3 Loi n du 27 juillet 1999 portant création d une couverture maladie universelle, JO. 28 juillet 1999, p

11 On peut s interroger sur les conséquences de cette réforme. Le système existant est-il remis en cause? Il en résulte la disparition de l assurance personnelle, régime subsidiaire, coûteux et facultatif, mais prenant à charge, notamment, la protection maladie des personnes les plus démunies. Cette disparition s accompagne d une réforme de l aide médicale, notamment dans son expression départementale qui disparaît elle aussi. Préparée par un rapport confié au député Jean-Claude Boulard, la loi du 27 juillet 1999 portant création d une couverture maladie universelle a été conçue comme un instrument de lutte contre les exclusions, en l espèce dans le domaine de la santé. A la demande du gouvernement, Monsieur Jean-Claude Boulard a établi un rapport sur les conditions de mise en œuvre de la couverture universelle 4. Il lui a semblé judicieux d explorer plusieurs scénarios avant d exprimer une préférence en référence à un principe : «inclure les exclus dans la couverture de tous». Selon ce rapport, la CMU constitue le volet «accès aux soins» de la politique d insertion engagée par la loi votée le 9 juillet Elle a pour objectif de résorber un écart qui tend à s accroître entre droit et réalité en matière de santé. Partant du postulat que pour «mieux rembourser», il faut «mieux maîtriser» les dépenses de soins, le rapporteur propose trois scénarios : - Première piste : partir de l existant, c est-à-dire de l aide médicale et en étendre la portée. Il s agirait, tout en respectant les principes de décentralisation, de combler les lacunes existantes. Cette solution de «couverture décentralisée encadrée» n a toutefois pas ses faveurs car elle n entre pas dans le champ de l assurance maladie mais de l assistance jugée «stigmatisante». - Deuxième solution : créer, par le biais du régime de base, un accès national centralisé à l assurance maladie. L accès à la couverture maladie universelle serait subordonné, comme actuellement à un critère professionnel ou familial et à titre subsidiaire, ce qui constitue une nouveauté, à un critère de résidence. La août 1998, 91 p. 4 BOULARD (J.C), Pour une couverture maladie universelle base et complémentaire, Paris, 12

12 «couverture complémentaire accessible sous condition de ressources» serait gérée par le régime général. - Dernier scénario, qui a les préférences du rapporteur, associer les acteurs de la couverture complémentaire au système. Dans le cadre de la «couverture partenariale», l ouverture d un droit d affiliation directe au régime de base, sur critère de résidence, serait complétée par une extension de la couverture complémentaire. Pour permettre aux personnes, dont le revenu se situe entre le RMI et le minimum vieillesse d accéder à la complémentaire, une «allocation personnalisée santé» pourrait leur être versée par l Etat, en complément d une participation personnelle. Quelles ont été les suites du rapport Boulard? Quel scénario a été retenu? La préférence est allée à la centralisation pour la couverture de base et au partenariat pour la couverture complémentaire. La loi sur la CMU reprend cette architecture. En effet, il faut bien distinguer deux volets dans la réforme, l un relatif à la protection de base, l autre ayant trait à la protection complémentaire. Le premier volet a pour objet d étendre la protection contre le risque maladie aux personnes encore aujourd hui sans droits. A cette fin l assurance personnelle est supprimée. Ce régime fait place à une obligation d affiliation au régime général pour toutes les personnes qui ne sont pas rattachées à l un des régimes existants du fait d une activité professionnelle ou d un lien familial. Cette affiliation s effectuera sur la base du critère de la résidence régulière et stable. On peut ainsi remarquer que le dispositif se révèle largement novateur puisque l accès de tous aux soins repose non plus seulement sur la qualité de travailleur ou d ayant droit de travailleur ayant cotisé, mais sur celle de citoyen français ou plus précisément de résident en France. Le bénéfice de la couverture de base est en principe gratuit mais les bénéficiaires dont les revenus dépassent certains plafonds seront tenus d acquitter une cotisation. Ce caractère contributif a été l un des points les plus discutés de la loi. Les 13

13 détracteurs du projet de loi y ont vu un mécanisme pervers de nature à introduire une discrimination entre les citoyens vis-à-vis de l assurance maladie. La question du respect du principe d égalité entre les bénéficiaires peut ainsi être posée : le mécanisme contributif n est-il pas de nature à rompre l égalité entre assurés sociaux? Il faut se méfier du terme «égalité» et en préciser la signification. Il s agit du principe selon lequel tous les hommes, possédant une égale dignité, doivent être traités de manière égale. Une distinction s opère entre les principes d égalité en droit et d égalité des chances. L égalité en droit qui, centrée essentiellement sur le terrain des droits civiques (insertion et participation à la communauté politique) et des droits civils (droits personnels et droits réels), se joue désormais sur le terrain des droits économiques et sociaux. Quant à l égalité des chances, elle se joue sur le terrain de l égalité d accès individuel aux droits sociaux. En ce qui concerne l existence ou non d une rupture du principe d égalité, le Conseil constitutionnel, saisi sur ce point, a estimé dans une décision rendue le 23 juillet que le pouvoir réglementaire devait fixer le montant des plafonds de ressources ainsi que les modalités de leur révision annuelle de façon à respecter les dispositions du préambule de la Constitution afin que l égalité entre assurés sociaux ne soit pas rompue. Le deuxième volet de la réforme est particulièrement novateur puisqu il consiste à créer un droit à une protection complémentaire en matière de santé. Ce droit sera accordé sous condition de ressources. Le seuil sera modulé en fonction de la composition de la famille. La protection comportera la prise en charge du ticket modérateur, du forfait journalier dû en cas d hospitalisation, de tout ou partie des frais de prothèses dentaires et de dispositifs médicaux tels que l optique. Cette couverture sera assortie du bénéfice de la dispense d avance de frais, communément appelée tiers-payant. Il s agit d une disposition innovante. Ce qui n était jusqu ici qu une commodité devient donc un droit. 5 Décision n DC 23 juillet 1999, JO 28 juill

14 Pour la part complémentaire, les bénéficiaires auront le choix de leur organisme d affiliation ou d adhésion, c est-à-dire soit une caisse maladie qui assurera la gestion des prestations pour le compte de l Etat, soit une mutuelle, une institution de prévoyance ou une compagnie d assurance. Nous sommes ainsi face à une construction juridique originale, ce qui n en réduit pas sa pertinence, à savoir une prestation de solidarité nationale. Ce qui caractérise et spécifie la couverture maladie universelle par rapport aux autres formes de protection sociale tient à ce qu elle renvoie à des prestations matérielles ou monétaires allouées sans contrepartie du bénéficiaire. Elle est donc fondée sur un principe de solidarité dont le fondement réside dans l idée d appartenance soit au genre humain (c est le fait d être homme qui impose l obligation de prise en charge) soit à une collectivité nationale (c est le fait d être citoyen qui impose la même obligation). 6 Il semble que notre système évolue insensiblement vers un modèle de solidarité nationale financé par l impôt. Par touches successives, le système de protection sociale français passe du modèle assurantiel fondé sur le travail et l échange «cotisations contre protection» à un modèle différent, dans lequel on tend à rechercher une logique de «solidarité nationale» fondée sur des droits fondamentaux, structurée à partir de la légitimité politique et financée par l impôt. L idée d une évolution du système de protection vers la solidarité a fait l objet d une interprétation par le Haut Comité de la santé Publique 7. Selon lui, le modèle de solidarité nationale écarte progressivement le dispositif de prestations égalitaires et généralisées pour introduire des aides ciblées sur les plus pauvres. En apparence, cette solution paraît plus équitable puisqu elle concentre les aides et la protection sur ceux qui en ont réellement besoin. Le Haut Comité de la Santé Publique estime qu il existe un risque, celui de l évolution vers un système de protection sociale fiscalisé pour les plus défavorisés. Dès 6 BORGETTO (M.), LAFORE (R.), Droit de l aide et de l action sociales, 2 e édition, Montchrestien, 1998, p.57 7 Haut Comité de la Santé Publique, op.cit., supra note n 2. 15

15 lors, «si la protection sociale décroche de la politique économique et industrielle, sur laquelle elle reposait antérieurement, pour ne devenir qu un dispositif de prise en charge des exclus du marché et de la vie sociale, elle évoluera vers une logique résiduelle, réduite à la construction d un ultime filet de sécurité pour protéger la société contre ses marges». En tout état de cause, il apparaît qu une conception nouvelle du «social» est nécessaire. Cette conception doit se recomposer autour d un objectif prioritaire : mettre en cohésion et en solidarité une société qui est animée par un processus fort d éclatement et de différenciation. Il se posera alors deux questions prépondérantes : que doit-on entendre par solidarité? et jusqu où le devoir de solidarité doit-il aller? La solidarité peut être définie par le sentiment de responsabilité mutuelle entre plusieurs personnes, ou plusieurs groupes. Il est question du lien fraternel qui oblige tous les êtres humains les uns envers les autres. Toute personne en difficulté doit pouvoir bénéficier de la solidarité nationale avant que ne se produisent des dommages tels que sa santé, voire son existence, s en trouve gravement menacée. C est pourquoi la couverture maladie pour tous doit entraîner un changement de logique de la protection sociale. Aujourd hui, on recherche un procédé universel simplifié qui serait mieux à même d apporter une réponse globale basée sur l individu. Parallèlement, il apparaît essentiel de favoriser dès à présent la mise en œuvre d une politique sociale basée sur le concept de pleine activité d utilité collective. Il faut rappeler, en effet, que si la faiblesse ou l absence de revenu est le facteur essentiel de la précarisation, le sentiment d inutilité sociale ou de dévalorisation qui l accompagne fréquemment est probablement le déterminant, direct ou indirect, majeur du risque de dégradation à moyen terme de l état de santé. L absence de travail, qui doit nécessairement bénéficier de la solidarité nationale, n est pas seulement un problème de revenu. C est également celui de la place objective ou ressentie qu occupe chaque personne dans la société. Une solution partielle peut être proposée : en incitant ceux qui bénéficieraient de la solidarité nationale à contribuer par leur activité à la vie de leur milieu, on leur offrirait la possibilité d une protection contre le risque de glissement vers l exclusion et 16

16 donc de meilleurs chances de réinsertion, et l on renforcerait la cohésion du tissu social local. La politique de lutte contre les exclusions doit donc être mise en œuvre en même temps que la politique d accès aux soins. Ces démarches peuvent se construire en découpant dans la réalité sociale des catégories de personnes réunies par un problème similaire : le chômage, la maladie Cette logique correspond à l approche la plus classique des problèmes sociaux. Mais il est une autre façon d aborder les difficultés que rencontrent certains groupes ou certaines personnes ; elle réside dans l identification de biens ou de prestations qui apparaissent indispensables pour assurer à chacun une place dans la vie de la collectivité : la politique sociale ayant pour finalité l accès à ces biens, services ou ressources. Il s agit alors de politiques qui, loin d être conçues en considération des catégories d individus susceptibles d en bénéficier, se centrent au contraire sur la construction et la mise en œuvre de droits d accès au profit de toute personne ne pouvant, par ses seules ressources ou par les seules modalités d attribution de droit commun, utiliser effectivement certains services ou prestations. C est cette conception qui tend aujourd hui à se développer. La couverture maladie universelle s inscrit dans cette logique. Elle constitue une avancée certaine puisqu elle vise à intégrer dans la sphère de la couverture sociale les personnes qui en sont exclues, et à permettre aux plus défavorisées d accéder à une protection complémentaire. Ce dispositif modifie cependant les règles applicables et laisse subsister un certain nombre d interrogations. On peut soulever tout d abord la problématique de l ampleur de l universalité. On le voit : le dispositif mis en place permet une meilleure prise en charge des plus démunis et une assimilation de ces derniers au droit commun, seule garantie de leur intégration. L apport majeur de la loi est l admission à une assurance complémentaire gratuite pour les plus démunis qui devrait concerner un peu plus de six millions de personnes qui, précédemment, devaient acquitter les cotisations à titre personnel à défaut de prise en charge extérieure et qui, très souvent, n étaient pas couvertes, ceci entraînant un renoncement à certains soins par manque de moyens financiers. 17

17 En ce sens la loi va très loin en matière de cohésion sociale, l objectif étant d assurer une réelle égalité devant la maladie grâce à une harmonisation des droits et à l organisation d un accès automatique aux soins. Les pouvoirs publics ont souhaité franchir une étape supplémentaire et décisive vers un accès effectif aux soins pour tous. Cependant, la couverture maladie universelle signifie-t-elle l accès aux soins dans leur universalité? S il faut effectivement octroyer un droit aux soins pour tous, ce droit peut-il concerner tous les soins? En d autres termes, la prise en charge par l assurance maladie peut-elle s étendre à tous les soins? Ensuite, il nous faudra réfléchir au concept d individualisation des droits. En effet, il ne suffit pas que le législateur lève les obstacles qui entravent l accès aux soins. Encore faut-il qu il assure la jouissance du droit aux soins. Quels moyens le bénéficiaire de la couverture maladie universelle devra-t-il mettre en œuvre pour recevoir les prestations qui lui sont octroyées? Il semble essentiel que le régime de la CMU réponde à un souci d efficacité, non seulement au profit du plus grand nombre mais également au profit de chaque bénéficiaire. Respectueux des droits fondamentaux de la personne, ce régime doit tendre également à l individualisation des droits. Il reste que la couverture maladie universelle est un dispositif discutable et problématique dans certaines de ses solutions. Si l ensemble de la classe politique a pu s accorder sur la nécessité d une telle réforme, les modalités adoptées ont engendré un certain nombre de critiques qu il conviendra de réexaminer. Les questions essentielles résident, à ce titre, dans l effet de seuil induit par une telle mesure, dans l articulation en matière de protection complémentaire entre les caisses de Sécurité sociale et les autres prestataires privés, et enfin dans les modalités de financement de la couverture maladie universelle. En ce sens, nous soulignerons que l adoption de la couverture universelle est une avancée sociale indéniable dans la mesure où elle instaure de nouveaux droits visant à une optimisation du système institutionnel existant (PREMIERE PARTIE). 18

18 La loi relative à la couverture maladie universelle proclame l accès aux soins effectif de tous, reste à savoir si cet affichage est conforme à la réalité (SECONDE PARTIE). 19

19 PREMIERE PARTIE LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE : L INSTAURATION DE NOUVEAUX DROITS VISANT A UNE OPTIMISATION DU SYSTEME INSTITUTIONNEL EXISTANT 20

20 La loi du 27 juillet 1999 portant création de la couverture maladie universelle met en évidence une double évolution du système français de Sécurité sociale. En premier lieu, l adoption de ce texte s inscrit dans une logique de généralisation de la Sécurité sociale et en particulier du bénéfice de l assurance maladie (Chapitre I). Par ailleurs, la réalisation de ce mouvement de généralisation suppose l intervention de nouveaux acteurs dans le système institutionnel (Chapitre II). CHAPITRE I : L ABOUTISSEMENT DU MOUVEMENT DE GENERALISATION DE L ASSURANCE MALADIE Une exacte compréhension de la réforme impose de bien distinguer deux volets, l un relatif à la protection de base (Section I), l autre ayant trait à la protection complémentaire (Section II). Section I/ LA COUVERTURE MALADIE DE BASE Le premier volet a pour objet d étendre la protection contre le risque maladie. Il facilite ainsi l accès à la couverture de base ( 1) pour permettre une véritable universalité ( 2). 1) UN ACCES FACILITE A LA COUVERTURE DE BASE La couverture sociale est désormais acquise par l affiliation obligatoire sous critère de résidence de toutes les personnes présentes sur le territoire national (A). Les caractéristiques de l affiliation sur critère de résidence sont : l automaticité et la continuité des droits (B). 21

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

OBJET. Réforme de l assurance maladie : aide à l acquisition d une couverture complémentaire présentation du dispositif, modalités de mise en œuvre.

OBJET. Réforme de l assurance maladie : aide à l acquisition d une couverture complémentaire présentation du dispositif, modalités de mise en œuvre. DATE : Levallois, le 19 mai 2005 REFERENCES : Circulaire n 14/2005 DESTINATAIRES - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons agréées par la Mutuelle Saint-Martin OBJET Réforme

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

- 4 - L aide ménagère

- 4 - L aide ménagère - 4 - L aide ménagère Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 49 LES 4 4 - L aide ménagère. Dispositions générales. Article 1.1 Objectifs. L aide ménagère

Plus en détail

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2012. PROPOSITION DE LOI relative à la création d un

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION

PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION Sylvie Chanh Chargée d études juridiques risque automobile, Fédération Française des Sociétés d Assurances Une prestation sociale consiste est le versement par un

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

DATE : Levallois, le 4 septembre 2006. REFERENCES : Circulaire n 18/2006 DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses

DATE : Levallois, le 4 septembre 2006. REFERENCES : Circulaire n 18/2006 DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses DATE : Levallois, le 4 septembre 2006 REFERENCES : Circulaire n 18/2006 DESTINATAIRES - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons agréées par la Mutuelle Saint-Martin OBJET

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Dossier de presse Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Contact presse : Géraldine Vieuille vieuille.geraldine@ccmsa.msa.fr 01.41.63.72.41 SOMMAIRE

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L. 131-3 du CASF, Article L 132-6 du code de l action sociale et des familles 1. Définition Toute personne âgée de 65 ans, ou de plus de 60 ans reconnue inapte

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 DIRECTION DE LA

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS

LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS LE RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS L ordonnance n 2005-1528 du 8 décembre 2005 a créé le Régime Social des Indépendants (RSI). Celui-ci, né de la fusion de la Caisse Nationale d Assurance Maladie des Professions

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

Aide pour une complémentaire santé et tiers payant social

Aide pour une complémentaire santé et tiers payant social Artisans, commerçants et professionnels libéraux Aide pour une complémentaire santé et tiers payant social Octobre 2014 AIDE POUR UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ET TIERS PAYANT SOCIAL Vous ne pouvez pas bénéficier

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Monsieur le directeur de la caisse nationale d assurance vieillesse (CNAV),

Monsieur le directeur de la caisse nationale d assurance vieillesse (CNAV), Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE Quel qu en soit le motif, l entrée sur le territoire français est soumise à une obligation de «visa» (sauf nationalités dispensées). Le visa «pour raison médicale» ou «sanitaire» est un visa spécialement

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Ph.D. N 2 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Montréal, 1er mai 2008 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Page 2 Table des matières LA LOI ET LA PERCEPTION DES

Plus en détail

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21 Sommaire Introduction...13 Qu est-ce que le droit à la protection sociale?...13 Qu est-ce que le risque social?...14 Comment la Sécurité sociale est-elle née?...14 Quels sont les différents modèles de

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

CONNAISSEZ VOS DROITS... Prévoyance

CONNAISSEZ VOS DROITS... Prévoyance Prévoyance CONNAISSEZ VOS DROITS... Caisse de prévoyance des Agents de la Sécurité Sociale et assimilés Institution de Prévoyance régie par le code de la Sécurité Sociale 2 ter, boulevard Saint-Martin

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES ET MM les Directeurs Date : 29/04/99. des Caisses Primaires d'assurance Maladie. des Caisses Générales

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES Septembre 2008 1 Direction Générale Adjointe Solidarités Formations tout au long de la vie Direction des Solidarités

Plus en détail

S O M M A I R E I 07.03 A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE

S O M M A I R E I 07.03 A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE I 07.03 S O M M A I R E A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE D ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES E

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE. Conditions d exonération des charges sociales PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE, RETRAITE ET PREVOYANCE Conditions d exonération des charges sociales PARTIE 1 : CONDITIONS D EXONERATION DE CHARGES SOCIALES DES REGIMES DE PREVOYANCE ET RETRAITE La

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

Info Syndicale : complémentaire Santé

Info Syndicale : complémentaire Santé Info Syndicale : complémentaire Santé La complémentaire santé des Salariés non-cadres La complémentaire santé des salariés agricoles non cadre évolue afin de répondre aux obligations mises en place par

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE SECRATARIAT GENERAL CELLULE DE COMMUNICATION REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland MINISTRY OF LABOUR AND

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

POINTS CLES SUR LES CONTRATS DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE

POINTS CLES SUR LES CONTRATS DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE Q UELQUES POINTS CLES SUR LES CONTRATS DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE Source juridique Lettre circulaire ACOSS n 2008-028 du 6 août 2008 Lettre ministérielle du 13 février 2008 Lettre circulaire ACOSS

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

Levée des mesures transitoires pour les ressortissants roumains et bulgares et accès aux droits sociaux

Levée des mesures transitoires pour les ressortissants roumains et bulgares et accès aux droits sociaux Levée des mesures transitoires pour les ressortissants roumains et bulgares et accès aux droits sociaux 22 janvier 2014 La fin des mesures transitoires d accès au marché du travail des ressortissants roumains

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 11/04/73 Origine : SDAM MMES et MM les Directeur des Caisses Primaires d Assurance Malaladie

Plus en détail

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE 1 REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE Sommaire 1 - AFFILIATION...2 2 - COTISATIONS...3 3 - GARANTIES...4 31 - Contenu des garanties...4 32 - Bénéficiaires des garanties...4 33 - Prise d effet des garanties...5

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Prestations financières pour adultes handicapés Prestation financière

Plus en détail