Audit sur la situation de l université de la Nouvelle-Calédonie au regard de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Audit sur la situation de l université de la Nouvelle-Calédonie au regard de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités"

Transcription

1 Rapport - n JUILLET 2010 Inspection générale de l administration de l Éducation nationale et de la Recherche Audit sur la situation de l université de la Nouvelle-Calédonie au regard de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités Rapport à Madame la ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche

2 LISTE DES DESTINATAIRES MADAME LA MINISTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE CABINET - M. PAGEZY - Mme AVENEL - Mme DURAND - M. DIZAMBOURG - M. BONACCORSI - M. PROBST ENVOIS ULTÉRIEURS PROPOSÉS Monsieur le directeur général pour l enseignement supérieur et l insertion professionnelle Monsieur le directeur général pour la recherche et l innovation Monsieur le secrétaire général Madame la directrice générale des ressources humaines Monsieur le directeur des affaires financières Monsieur le directeur de l évaluation, de la prospective et de la performance Monsieur le président de l université de Nouvelle-Calédonie Monsieur le vice-recteur de la Nouvelle-Calédonie Monsieur le président de l Agence d évaluation de la recherche et de l enseignement supérieur Madame la présidente du comité de suivi de la mise en œuvre de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités

3 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche Audit sur la situation de l université de la Nouvelle-Calédonie au regard de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités JUILLET 2010 Pierre BALME Inspecteur général de l administration de l éducation nationale et de la recherche Frédérique CAZAJOUS Inspectrice générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche

4 SOMMAIRE INTRODUCTION... 5 I. L université est en capacité de prendre en charge les nouvelles compétences Du fait de sa gouvernance De son organisation et de la motivation de ses équipes De son système d information De sa situation financière et de sa qualité comptable De la qualité future de son patrimoine immobilier...9 II. Elle devra cependant avoir des points de vigilance En matière de prévision budgétaire et de projection de ses dépenses de personnel En matière de sécurisation et de formalisation de ses procédures...10 III. Elle devra aussi se mettre en état d adopter une vision pluriannuelle Par une mise en adéquation de sa politique et de ses moyens Par la mise en place d un vrai contrôle de gestion et la construction de tableaux de bord et d indicateurs Par la réalisation d un schéma directeur en matières de ressources humaines...11 CONCLUSION... 13

5 Introduction L université de la Nouvelle-Calédonie (UNC) autrefois composante de l université française du Pacifique avec l université de Polynésie française est, depuis 1999, un établissement autonome. La situation géographique de l UNC est singulière. Elle se caractérise d abord par son extrême éloignement de la métropole, près de kilomètres entre Paris et Nouméa et un temps de transport proche de 24 heures, ce qui rend les déplacements coûteux et pèse sur les décisions de l université. Elle est particulière ensuite dans son environnement culturel. Proche de l Australie et de la Nouvelle-Zélande, elle représente la francophonie dans un océan Pacifique essentiellement anglophone, ce qui constitue un avantage ou un inconvénient en fonction des circonstances. La situation juridique est aussi singulière, les accords de Matignon (26 juin 1988) et l accord de Nouméa (5 mai 1998) prévoient le transfert progressif de certaines compétences de l État à la Nouvelle-Calédonie et la mise en place de nouvelles institutions. A partir de 2014 et au plus tard en 2018, les citoyens admis au sein du corps électoral restreint, seront amenés à se prononcer sur le transfert à la Nouvelle-Calédonie de compétences régaliennes de l État. Enfin, la loi organique n du 19 mars 1999 complète l organisation institutionnelle et politique de la Nouvelle-Calédonie, définie comme une collectivité sui generis d Outre-mer spécifiquement régie par le titre XIII de la Constitution française (articles 76 et 77). Le code du travail est particulier à la Nouvelle-Calédonie, et une loi sur la préférence à l emploi local pour les recrutements est en préparation. En matière de rémunération, outre certaines spécificités propres, il n y a pas de dispositif de paie sans ordonnancement préalable à la trésorerie générale et la paye de tous les agents publics est calculée à l aide d une application locale par un service du Gouvernement, puis réintégrée après ordonnancement dans CHORUS. Acteur principal de l enseignement supérieur en Nouvelle-Calédonie, l UNC occupe une place prépondérante dans le paysage calédonien par son ambition affichée d accompagner les évolutions du territoire dans le domaine de la formation (généraliste, professionnelle et continue) et de la recherche scientifique. Elle comprend trois départements de formation initiale (droit- économie et gestion, lettreslangues et sciences humaines, sciences et techniques), une école interne (IUFM intégré en mai 2009), un département de formation continue, une école doctorale, cinq équipes de recherche. En formation initiale, elle propose neuf licences et cinq masters généralistes ; il s y ajoute des formations professionnalisantes : le PCEM 1, quatre DEUST, une licence professionnelle, un master métiers de l enseignement, des préparations aux concours de l enseignement. En formation continue, elle prépare à sept diplômes. Ces formations répondent à une double contrainte : répondre à un marché local qui est demandeur d un niveau bac + 2 mais qui est rapidement saturé et offrir des parcours de formation complets dans le cadre du LMD à ses étudiants pour éviter leur départ. Elle compte près de 3000 étudiants au total : 2450 en formation initiale et 540 en formation continue (en augmentation de 91,7% depuis 2000). La répartition est assez équilibrée entre les trois départements, l école doctorale regroupe une trentaine de thésards. 5

6 Son budget s est élevé en 2009 à 10 M en prévision et à 14 M après intégration de l IUFM au 1 er mai Elle bénéficie de 163 postes budgétaires dont 98 postes d enseignants, d enseignantschercheurs et d ATER et 65 de BIATOS et emploie environ 300 vacataires et 22 agents non titulaires sur budget propre. Le système de répartition des moyens lui reconnaît un déficit de 20 emplois. Elle est implantée sur deux sites : Magenta le site historique au cœur de Nouméa (abandonné fin 2011) et Nouville, une presqu île à quelques kilomètres de Nouméa qui regroupera à l issue des XIV èmes Jeux du Pacifique (août-septembre 2011) l ensemble de l université L université demande son passage aux responsabilités et compétences élargies au 1 er janvier 2011 (avis favorable du comité technique paritaire en date du 27avril 2010 et du conseil d administration du 17 juin 2010 à l unanimité). 6

7 I. L UNIVERSITE EST EN CAPACITE DE PRENDRE EN CHARGE LES NOUVELLES COMPETENCES 1.1. Du fait de sa gouvernance Malgré une élection difficile en juillet 2007 et toujours contestée par son rival malheureux, le président dispose d une large majorité dans ses conseils. Les votes sont très souvent acquis à l unanimité (cf. le vote pour le passage aux RCE). Le président a su fédérer autour de ses projets une grande partie des personnels et usagers de l université. Il est aussi très écouté et entendu à l extérieur de l université. Si un effort d ouverture et de communication serait souhaité par certains interlocuteurs, l université est amenée à jouer un rôle majeur dans la construction des cadres de la Nouvelle-Calédonie et dispose de ce fait d un potentiel de sympathie important. Entouré d une petite équipe dynamique, compétente et volontaire, le président mène une politique ambitieuse et gère de façon sûre son établissement. Certains, dans l université, tout en reconnaissant la qualité de cette gestion, regrettent le processus décisionnel qui est ressenti comme un peu trop «descendant» ce qui peut parfois freiner les initiatives locales. Pour remédier à cette critique, le président s est employé à réunir de manière plus fréquente ses cadres et à développer des groupes de réflexions thématiques, notamment pour préparer le passage aux compétences et responsabilités élargies De son organisation et de la motivation de ses équipes Tant dans les fonctions financières et comptables que pour la gestion des ressources humaines, l université a adopté une organisation très centralisée. Ce mode d organisation lui permet d optimiser des effectifs en nombre relativement limité dans ces deux fonctions. Elle bénéficie d une organisation budgétaire, financière et comptable bien structurée. Elle a su développer récemment une procédure d élaboration budgétaire faisant davantage participer les acteurs de l établissement à travers des groupes de travail spécifiques et une commission des finances dont le rôle devrait évoluer dans l avenir avec l élargissement des enjeux budgétaires dans le cadre du passage aux responsabilités et compétences élargies. En matière de ressources humaines, même si l UNC a souffert en raison de l absence de deux des acteurs essentiels que sont la directrice des ressources humaines et la secrétaire générale, son organisation lui a permis de maintenir la qualité de sa gestion et de sa paie. Les équipes se sont fortement mobilisées pour rendre compatible l application de paie locale THIARE avec ses applications comptables et l université pourra suivre de manière très sécurisée la mise en paiement des rémunérations et le traitement des retours paye. 7

8 1.3. De son système d information L'université de la Nouvelle-Calédonie s'est dotée dès sa création d'un véritable système d'information principalement construit autour des applications diffusées par l association Cocktail dont l UNC est membre depuis l origine. Cependant, les spécificités de la Nouvelle-Calédonie (franc CFP, fuseau horaire, calendrier austral, système fiscal et social particulier) demandent un effort conséquent d adaptation des applications Cocktail conçues pour les universités métropolitaines. Cela a été le cas pour réaliser une interface de type KX à partir du logiciel THIARE, dont les premiers tests sont encourageants. Au total, tous les applicatifs nécessaires à une gestion de qualité sont présents à l exception du patrimoine (mais la nécessité au vu des surfaces à gérer est moindre et il convient surtout de trouver l outil dimensionné aux besoins). L équipe du CRI est bien structurée et bien formée, à la fois compétente et motivée. Les ressources humaines affectées à la fonction sont quantitativement suffisantes et qualitativement satisfaisantes mais elles présentent, comme dans d autres secteurs, des éléments de fragilité liés à la non stabilité des équipes (contractuels, VCAT, fonctionnaires «métropolitains»). Les moyens matériels, les réseaux permettent d assurer dans de bonnes conditions l exploitation pour des fins tant de gestion, que de pédagogie ou de recherche. Enfin, l UNC est dans l attente d un schéma directeur numérique en cours de formalisation par une société extérieure et dont la remise est prévue pour la fin De sa situation financière et de sa qualité comptable Fin 2009, l université disposait d un excédent d exploitation positif de 1,6 M, en progression depuis 2007, notamment grâce à l intégration de l IUFM. Le fonds de roulement net global corrigé pour l année 2009 s élève à 4,37 M. Elle bénéficie également d une trésorerie confortable, puisque, même après corrections des restes à réaliser sur les programmes immobiliers, elle s établit à 6,9 M, ce qui représente 219 jours de fonctionnement. La prise en charge de la paye devra cependant faire l objet d une attention particulière de la part du MESR compte tenu des délais de réception des fonds actuellement constatés. Ses différents indicateurs en matière de rythme d engagement ou de dépenses sont corrects et témoignent d une saine gestion. L exécution des conventions qu elle a passées avec ses différents partenaires est également suivie de manière satisfaisante. L UNC dispose de pratiques comptables que pourraient lui envier certaines universités métropolitaines. Ainsi, l agent comptable utilise depuis plusieurs années la comptabilité des charges à payer et suit de manière très attentive les soldes des comptes de classe 4, ce qui permet une très grande réactivité dans leur apurement. Le patrimoine immobilier et mobilier est intégré au bilan et leurs amortissements ont été régularisés. Il est aussi assuré. 8

9 1.5. De la qualité future de son patrimoine immobilier L UNC disposera à la rentrée de février 2012 d un patrimoine de grande qualité (d environ m² dédiés à l enseignement, la recherche et l administration) totalement adapté à ses besoins y compris pour le logement des étudiants (600 studios et chambres). Il lui manquera des surfaces «recherche» pour lesquelles un projet est en cours de réflexion dans le cadre de la constitution d un PRES, en partenariat notamment avec l IRD. Un schéma directeur immobilier en cours d élaboration devrait préciser les attentes et les perspectives d évolution. La situation patrimoniale est claire : les régularisations juridiques ont été faites de même que la valorisation des biens. Une politique d amortissement et d assurance des bâtiments est mise en place. La gestion de l immobilier est assurée par un service compétent et efficace. L université ne s est pas prononcée encore officiellement sur la dévolution de son patrimoine, mais la mission estime qu elle pourra légitimement y prétendre à partir de II. ELLE DEVRA CEPENDANT AVOIR DES POINTS DE VIGILANCE 2.1. En matière de prévision budgétaire et de projection de ses dépenses de personnel Il n existe toujours pas à l université de lettre de cadrage budgétaire bien que celle-ci ait été prévue dans les réflexions préalablement menées pour le passage aux RCE et que son absence ait été soulignée dans plusieurs rapports. Sa mise en œuvre permettrait d afficher plus clairement la traduction de la politique de l établissement dans la construction budgétaire. Dans le même esprit, la présentation du budget de gestion reste formelle et l université gagnerait à mieux utiliser cet outil pour évaluer sa politique. Si des progrès ont été réalisés pour mieux retracer l activité réelle de l établissement dans la construction budgétaire et son suivi, on constate encore des écarts importants entre le montant des budgets initiaux et ceux des comptes financiers. Ces écarts devraient pouvoir être résorbés par une amélioration des outils de prévision budgétaire et de pilotage. Un effort a été notamment fait pour mieux maitriser les heures complémentaires, mais leur suivi serait fiabilisé par une plus grande automatisation grâce aux fonctionnalités des outils disponibles. Une partie des recettes est liée à des effectifs étudiants qui subissent une évaporation importante dès la fin du premier semestre. En effet, beaucoup d étudiants s inscrivent en Nouvelle- Calédonie en attendant la reprise des cours en Métropole du fait du décalage des années universitaires. L université doit donc développer sa notoriété au plan local et des formations adaptées au marché du travail pour conserver ses effectifs. Mais elle devra également veiller attentivement à l adaptation de ses structures aux effectifs réellement présents afin d optimiser ses coûts. 9

10 Les outils de projection en matière de dépenses de personnel n étaient pas encore opérationnels au moment de la mission, l accent ayant d abord été mis sur la récupération des données. La masse salariale «État» représente un volume de crédits particulièrement important du fait des majorations de traitement (14 M pour un budget de fonctionnement de 7,8 M ). L université ne connaît pas encore le périmètre exact des dépenses qui lui seront transférées et il faudrait rapidement définir ce qui restera payé sur les différents BOP par le vice-rectorat. La variabilité de certaines dépenses spécifiques à la Nouvelle-Calédonie (prestations familiales, indemnité de logement, indemnité d éloignement..) nécessitera également une analyse fine pour bien les calibrer au moment du transfert. Enfin, le financement des œuvres pose aujourd hui problème du fait du coût incompressible des prestations et de l insuffisance des recettes et du subventionnement du CNOUS. La convention avec le CNOUS devant être renégociée cette année, une attention particulière devra être apportée à cette situation. Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie est très attentif à la condition étudiante qui peut être un élément d attractivité de l université et il souhaiterait une évolution de l organisation actuelle par la création d un guichet unique pour les étudiants 1. Au total, compte tenu de la maitrise de ses emplois et du travail déjà réalisé par les équipes en place, l UNC devrait réussir à se doter rapidement des outils indispensables à la gestion de la masse salariale pour être en capacité de dégager des marges de manœuvre En matière de sécurisation et de formalisation de ses procédures Du fait de ses effectifs resserrés, l organisation confie à un nombre d agents réduit les missions d exécution budgétaire et de paie. En outre, certaines fonctions sont soumises aux contraintes de mobilité des personnels, ce qui a pour conséquence un grand risque de perte de compétences. La réalisation de fiches de procédure et une amélioration de la polyvalence des personnels seraient de nature à améliorer le transfert de connaissances au moment des recrutements. Le fait que l agent comptable soit aussi chef des services financiers peut conduire à une confusion des rôles. Il est indispensable de mettre en place un contrôle interne qui séparerait bien ces fonctions. Il conviendrait aussi de prendre rapidement l attache d un commissaire aux comptes pour préparer la future certification des comptes. Enfin, bien que le code des marchés publics spécifique à la Nouvelle-Calédonie soit assez peu contraignant, il serait souhaitable de mieux formaliser la commande publique pour des montants s approchant des seuils légaux des appels d offres. 1 Par la création d un GIP Etat/collectivité 10

11 III. ELLE DEVRA AUSSI SE METTRE EN ETAT D ADOPTER UNE VISION PLURIANNUELLE 3.1. Par une mise en adéquation de sa politique et de ses moyens L UNC doit renouveler son contrat quadriennal l an prochain, ce qui est l occasion pour elle de réfléchir à sa politique de développement des formations et à leur articulation avec les BTS qui existent dans les établissements du second degré. Pour accompagner son développement économique, le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie est prêt à aider financièrement l université dans le cadre d une convention globale qui permettrait de sécuriser une partie de ses ressources mais qui va nécessiter la mise en place d une comptabilité analytique lui permettant de mieux suivre ses coûts. En dehors des formations dispensées pour le Gouvernement, la réflexion doit aussi se poursuivre pour dégager de nouvelles ressources propres que ce soit par la formation continue ou par la valorisation de sa recherche. De même, les développements immobiliers qui sont envisagés devront être convenablement intégrés dans les budgets des années à venir Par la mise en place d un vrai contrôle de gestion et la construction de tableaux de bord et d indicateurs Bien que l UNC dispose d un poste de contrôleur de gestion (poste obtenu en décembre 2006), on ne peut pas dire qu un véritable contrôle de gestion se soit réellement mis en place. Le contrôleur de gestion est plutôt un chargé d études : il établit, à la demande, des indicateurs, il stabilise les données et, à ce titre, il a été fortement sollicité dans le cadre de la préparation du passage aux RCE. Il est vrai que l établissement est petit, que l on pense tout connaître et que le recours à des outils automatisés et sécurisés n apparaît pas toujours primordial. Il est vrai aussi qu il a fallu pallier les absences de la secrétaire générale et de la directrice des ressources humaines dans un établissement aux moyens limités. Toutefois, la mission recommande la mise en place d un vrai contrôle de gestion et la construction de tableaux de bord et d indicateurs de gestion. L établissement d un bilan social serait aussi très souhaitable Par la réalisation d un schéma directeur des ressources humaines L université de la Nouvelle-Calédonie est soumise en matière de gestion de ses ressources humaines à une double incertitude. La première est liée à des divergences d interprétation sur la réglementation applicable aux agents vacataires et non titulaires et à la loi en cours de préparation sur «la préférence locale». La seconde résulte de l obligation de mobilité de certains de ses personnels (enseignants du second degré et administratifs). Ceci rend d autant plus nécessaire la construction d un schéma directeur des ressources humaines qui lui permettra d asseoir sa politique de recrutement et de transformation d emplois. Compte tenu des difficultés rencontrées par le passé, et de la taille de ses effectifs, elle ne peut plus se permettre des erreurs de recrutement. C est ce qui l a conduite à envisager des pré-recrutements par la voie de la délégation. Cette formule permet l arrivée de «sang 11

12 neuf» sans forcément engager définitivement l avenir. Ces formules temporaires de recrutement sont à privilégier compte tenu des évolutions probables de ses besoins de formation et des limites dans le recours aux vacataires locaux. Il s agira de trouver un équilibre entre le recrutement interne pour assurer la promotion de certains de ses personnels et le besoin de recrutement exogène. L UNC a déjà réalisé un travail important d analyse de l existant en matière de répartition des postes et de qualification des enseignants-chercheurs par département, travail qui devrait lui permettre rapidement d avancer. Le nombre des personnels administratifs a facilité jusqu à présent leur gestion et des efforts ont été faits pour prendre en compte le mérite dans les attributions indemnitaires. Des écarts persistent sur les attributions entre l AASU et l ITRF, au détriment de l ITRF contrairement aux autres universités. L extension des entretiens d évaluation à tous les personnels et une complète cotation des postes devraient favoriser un meilleur équilibre des attributions individuelles. Enfin, le travail entamé sur la gestion des personnels contractuels va permettre une harmonisation des pratiques entre l IUFM et l UNC, mais à terme les recrutements pour l IUFM devront s intégrer dans le schéma global de l université. 12

13 Conclusion L université de la Nouvelle-Calédonie dispose sans conteste d atouts importants pour pouvoir accéder aux responsabilités et compétences élargies dans un avenir proche. C est une université administrée avec compétence et fermeté, dotée de cadres de valeur et motivés, d outils d information adaptés et complets et disposant de ressources environnement, cadre de travail, moyens techniques et financiers appréciables. Les facteurs de risques apparaissent limités. Pour sécuriser la prise en charge des nouvelles compétences, il conviendrait de préciser rapidement à l université le champ des éléments de paie qui sera transféré sur son budget et de s assurer des modalités de calcul permettant une juste couverture. De même, la situation du financement des «œuvres», méritera une attention particulière au moment de la renégociation de la convention avec le CNOUS. L université de la Nouvelle-Calédonie, malgré sa jeunesse, les difficultés liées à l éloignement, l isolement géographique, dispose d un certain nombre d atouts qu il lui appartient de développer. Les marges de manœuvre qui vont s offrir à l UNC, une fois réalisé son passage aux responsabilités et compétences élargies, ne pourront être exploitées qu en interaction avec les partenaires de proximité et ce, spécialement, dans le contexte du transfert de compétences en cours. La qualité des relations que l université entretient avec eux est gage d espoir pour l avenir mais il conviendra d être très attentif sur ces évolutions, de bien les préparer tant en Nouvelle-Calédonie qu en France métropolitaine. Pierre BALME Frédérique CAZAJOUS 13

14 UNIVERSITE DE LA NOUVELLE-CALEDONIE RAPPORT THEMATIQUE : SI ET PILOTAGE

15 S O M M A I R E. I. LE SYSTEME D INFORMATION DE L UNC APPARAIT SOLIDE ET PERFORMANT... 1 II. I. 1. L EXERCICE DE LA FONCTION REPOSE SUR UNE PETITE EQUIPE COMPETENTE ET MOTIVEE MAIS LE PILOTAGE GENERAL EST A AMELIORER Un organe de pilotage statutaire mais peu sollicité : le CARI Une équipe compétente et motivée: le CRI... 1 I. 2. LE DISPOSITIF DES OUTILS DE GESTION EST UNIQUE... 3 I. 3. L UNC A UNE VISION CLAIRE DE L AVENIR DE SON SYSTEME D INFORMATION Le dispositif actuel est le résultat d une histoire Pour bien assurer l avenir l UNC entend structurer sa stratégie numérique LES FONDAMENTAUX DU PILOTAGE SONT EN PLACE MAIS LE CONTEXTE EST EN EVOLUTION PROFONDE II. 1. UNE GOUVERNANCE CENTRALE FORTE II. 2. UNE ORGANISATION PERTINENTE ET DES EQUIPES MOTIVEES II. 3. DE TRES FAIBLES MOYENS HUMAINS DEDIES A LA FONCTION D AIDE AU PILOTAGE II. 4. DES ELEMENTS NOVATEURS QUI SONT AUTANT D ATOUTS POUR L AVENIR II. 5. UN AVENIR AU DEMEURANT COMPLEXE III. POUR PASSER EN TOUTE SECURITE AUX RCE, L UNC DOIT S Y PREPARER EN PARACHEVANT SON SYSTEME D INFORMATION ET EN CONSOLIDANT SES MODES DE PILOTAGE III. 1. LE SYSTEME D INFORMATION DEMEURE INCOMPLET ET SA MISE EN ŒUVRE PERFECTIBLE Bien veiller à l articulations entre TIARHE et le SI Parachever le dispositif des applications III. 2. LE PILOTAGE DOIT A LA FOIS S AFFIRMER ET S AFFINER EN METTANT EN PLACE DES INDICATEURS, UN TABLEAU DE BORD ET DES FICHES DE PROCEDURES IV. CONCLUSION V. PLAN D ACTION SIP... 19

16 Système d information (SI) et pilotage, sans se confondre, forment des concepts étroitement liés : instrument d aide à la gestion, le SI est aussi un outil d aide au pilotage. Quant au pilotage s il dispose d autres moyens (projet d établissement, définition d axes stratégiques ), il reste très dépendant du système d information. C est pourquoi l un et l autre ne sauraient être examinés séparément. Cet examen, à l université de la Nouvelle-Calédonie, fait apparaître qu au regard du système d information en place comme des pratiques et des instruments du pilotage, l UNC dispose des atouts requis, même si elle doit les conforter encore. I. LE SYSTEME D INFORMATION DE L UNC APPARAIT SOLIDE ET PERFORMANT I. 1. L exercice de la fonction repose sur une petite équipe compétente et motivée mais le pilotage général est à améliorer Un organe de pilotage statutaire mais peu sollicité : le CARI Créé en 5 juin 2000, le conseil d administration des ressources informatiques (CARI) est constitué de membres de droit (le président, le vice-président du conseil scientifique, le secrétaire général, l agent comptable, le directeur du CRI et son adjoint, les directeurs des départements et services communs) de membres désigné par les conseils (un étudiant), de membres élus par leurs pairs (un représentant des enseignants en informatique et un représentant des personnels du CRI). Il a pour mission de préparer la définition de la politique informatique de l établissement, de donner son avis sur la nomination du directeur du CRI et de son adjoint, de soumettre au conseil d administration le projet de budget, de veiller à la formation des personnels C est donc normalement au sein de cette instance que devraient être discutées et prises les décisions stratégiques en ce domaine et notamment les arbitrages pour les projets à présenter pour la préparation budgétaire. Dans la réalité, cet organe ne s est pas réuni depuis près de deux ans, les crédits dédiés à la fonction étant jugés «suffisants» pour éviter des arbitrages difficiles. On ne peut que recommander de faire à nouveau fonctionner cette instance de concertation et d informations mutuelles entre tous les acteurs de l université Une équipe compétente et motivée : le CRI Le centre de ressources informatiques (CRI) est installé au cœur même du campus de Nouville, dans des locaux exigus mais à l image de toute l administration dans l attente de l extension prévue en

17 Placé sous la direction d un Maître de conférences en informatique, il compte, hors le directeur, 12 personnes (dont 7 contractuels). Il s agit donc d un service très concentré. L équipe est bien structurée et bien formée, à la fois compétente et motivée. Les ressources humaines affectées à la fonction sont quantitativement suffisantes et qualitativement satisfaisantes mais elles présentent, comme dans d autres secteurs, des éléments de fragilité liés à la non stabilité des équipes (contractuels, VCAT, fonctionnaires «métropolitains»). Le tableau 1 ci-dessous décrit la situation du point de vue quantitatif. Ce sont au total, 12 ETP qui sont consacrés à la fonction informatique, soit environ 14 % des moyens BIATOSS de l UNC Tableau 1 : Effectifs consacrés à la fonction support informatique (1) Effectifs en ETP dont cat. A dont cat. B dont cat. C dont contractuels et vacataires pour mémoire ETP administratifs dédiés informatique de gestion systèmes et réseau calcul scientifique informatique pédagogique et multimédia ressources informatiques dans les composantes ressources informatiques dans les laboratoires (2) Total (1) ne doivent être prises en compte que les fonctions techniques. Les ETP administratifs sont décomptés à part et en plus dans la colonne "ETP administratifs dédiés". Les vice-présidents, chargés de mission informatique, TICE, etc. ne sont pas décomptés. (2) y compris les effectifs des EPST. Source UNC La procédure budgétaire régissant le financement du CRI semble rodée même si elle est perfectible, comme signalé plus haut. Un appel à projets est lancé auprès de toutes les composantes et services, les demandes sont examinées par le directeur du CRI qui présente chaque année une demande de crédits au secrétaire général qui le soumet à l arbitrage de la commission des finances 2

18 En 2009, la demande du CRI s est élevée à ; elle a été satisfaite à 100%. Au budget 2010, les crédits obtenus, pour l instant, sont de I. 2. Le dispositif des outils de gestion est unique L'université de la Nouvelle-Calédonie s'est dotée d'un véritable système d'information dès son origine. Le principe qui sous-tend son système repose sur la création d'un entrepôt de données. Chaque donnée n'est saisie qu une fois par une seule entité, celle qui en a la connaissance la plus complète ou bien qui en a l'utilisation la plus importante. Celle-ci est mise à la disposition d'autres utilisateurs à travers des applications spécifiques venant se connecter sur cet entrepôt. Ainsi la donnée n'existe qu'une fois à un seul endroit mais peut servir à de multiples actions de gestion, de contrôle ou d'activités. Normalement aucune ressaisie 1 n'est nécessaire. Il s agit, a priori, d une conception d'un système intégré très pertinente et peu coûteuse mais qui exige une grande rigueur dans la gestion et le maintien des compétences. Cette conception permet d'assurer une réelle cohérence de l'information existante, elle met à disposition de toute une base de données fiable, exhaustive et cohérente. Il s'agit d'un système d'information intégré et pas seulement d'un système informatique cohérent. Cela permet aussi une évolution simple sans remise en cause des bases de données puisque cette base n'est pas intégrée dans le logiciel d application lui-même. Les modules applicatifs viennent reprendre l'information qu'ils doivent traiter dans cette même et unique base. Aucun outil ne crée des bases de données indépendantes, en conséquence il n existe aucune information qui ne soit pas disponible maintenant ou dans le futur pour une application existante ou à construire. Le système d information de l UNC est principalement construit autour des applications diffusées par l association Cocktail dont l UNC est membre depuis l origine. Cependant les spécificités de la Nouvelle-Calédonie (franc CFP, fuseau horaire, calendrier austral, système fiscal et social particulier) demandent un effort conséquent d adaptation des applications Cocktail conçues pour les universités métropolitaines. La bonne appropriation du SGI par les personnels de l UNC a conduit à des demandes d applications dédiées aux usages et à la simplification administrative. place. Le tableau 2, ci-après présente les principales applications informatiques de gestion en 1 Ce n est pas le cas pour l instant, il y a des ressaisis des données paye dans TIARHE, ce qui explique que MANGUE soit incomplet. 3

19 Tableau 2 : Principales applications informatiques de gestion utilisées par l université Logiciel Orientation Active Domaine fonctionnel (1) "orientation" des futurs étudiants Origine du logiciel (2) en partie développement interne (réponse aux vœux des étudiants), en partie externe (IDC.NC : enquête sur l'orientation des lycéens en terminale) année de démarrage 2008 (refus du ministère de nous intégrer au dispositif national d'orientation PostBac pour des raisons techniques) Chef de projet P.Olive + IDC.NC pour la partie collecte des données Compositi on du comité de pilotage direction UNC + direction IDC.NC existence comité d'utilisateur non Interopérable avec hors du PGI (mais sert à nourrir la partie préinscriptions administratives par le Web) Scolarix Scolarité (gestion administrative) consortium COCKTAIL, avec une maintenance évolutive par développement interne 2000 Cocktail, à l'origine - évolutions gérées par P.Olive pas mis en place officiellem ent (Scolarité) Correspondant fonctionnel Scolarité gestion Pédagogique (ScolPedagogie) Préinscriptions Scolarité (préinscription administrative des étudiants) consortium COCKTAIL, avec une maintenance évolutive par développement interne 2010 Cocktail Cocktail??? Gestion administrative (Scolarix) ScolPédagogie Scolarité (gestion pédagogique) consortium COCKTAIL 2002 Cocktail Cocktail Forum utilisateurs (Cocktail) + Correspondant fonctionnel Scolarité UNC Gestion administrative (Scolarix) + Heures Complémentaires + Emplois du temps IP Web Scolarité (inscription pédagogique Web des étudiants) développement interne, intéresse d'autres membres Cocktail 2007 développement P.Olive SG + Scolarité Correspondant fonctionnel Scolarité gestion Pédagogique (ScolPedagogie) Saisie-Notes Scolarité (saisie des notes par le Web - enseignants volontaires) développement interne 2006 P.Olive, développement Sylvain Brison SG + Scolarité Correspondant fonctionnel Scolarité gestion Pédagogique (ScolPedagogie) Salles-STU "Patrimoine" (recensement des salles de l'unc - gestion simplifiée) consortium COCKTAIL 2002 Cocktail Cocktail Forum utilisateurs (Cocktail) gestion des salles et emplois du temps Superplan (+ groupescol) Scolarité (gestion des salles et emplois du temps) consortium COCKTAIL 2002 Cocktail Cocktail Forum utilisateurs (Cocktail) gestion Pédagogique (ScolPedagogie), Salles, GRH 4

20 EdtWEB Hcomp Mangue Annuaire Scolarite (accès des étudiants et personnels aux EdT en mode Web) interface Scolarité / GRH GRH (gestion de tous les personnels UNC) Référentiel du PGI consortium COCKTAIL consortium COCKTAIL consortium COCKTAIL consortium COCKTAIL 2002 Cocktail Cocktail 2004 Cocktail Cocktail depuis 2004 (évolutions d'architecture technique) Cocktail Cocktail depuis 2000 Cocktail Cocktail Forum utilisateurs (Cocktail) Forum utilisateurs (Cocktail) Forum utilisateurs (Cocktail) Forum utilisateurs (Cocktail) SuperPlan gestion Pédagogique (ScolPedagogie) + GRH (Mangue) Référentiel Cocktail (comme toutes les applications du PGI), Annuaire toutes les applications du PGI (référentiel unique) Kiwi (gestion des missions) Interface Sphère Jefyco (GFC) et GRH consortium COCKTAIL 2007 Cocktail Cocktail Forum utilisateurs (Cocktail) GRH + Sphère Jefyco Carambole (gestion de la dépense) Sphère Jefyco (GFC) consortium COCKTAIL 2006 Cocktail Cocktail Forum utilisateurs (Cocktail) Référentiel + Sphère Jefyco Bibasse (Gestion du Budget) Maracuja (comptabilité générale pour l'agence comptable) JefyAdmin (administration Jefyco - gestion des droits et des utilisateurs) Situations (éditions et extractions à partir des données des autres modules) Sphère Jefyco (GFC) Sphère Jefyco (GFC) Sphère Jefyco (GFC) Sphère Jefyco (GFC) consortium COCKTAIL consortium COCKTAIL consortium COCKTAIL consortium COCKTAIL 2006 Cocktail Cocktail 2006 Cocktail Cocktail 2006 Cocktail Cocktail 2006 Cocktail Cocktail Forum utilisateurs (Cocktail) Forum utilisateurs (Cocktail) Forum utilisateurs (Cocktail) Forum utilisateurs (Cocktail) Référentiel + Sphère Jefyco Référentiel + Sphère Jefyco Référentiel + Sphère Jefyco Référentiel + Sphère Jefyco Coconut (gestion des conventions) Sphère Jefyco (GFC) consortium COCKTAIL 2008 Cocktail Cocktail Forum utilisateurs (Cocktail) Référentiel + Sphère Jefyco Corossol (inventaire et livraison - liquidations dans Carambole) Abricot (Mandats - Titres : échanges Ordonnateur / Comptable) Sphère Jefyco (GFC) Sphère Jefyco (GFC) consortium COCKTAIL consortium COCKTAIL 2007 Cocktail Cocktail 2006 Cocktail Cocktail Forum utilisateurs (Cocktail) Forum utilisateurs (Cocktail) Référentiel + Sphère Jefyco Référentiel + Sphère Jefyco 5

Les principales dates

Les principales dates Les principales dates 2003 : Etude de la solution Cocktail comme Système d'information Décision de mettre en place les outils Cocktail fin 2003 Septembre 2004 : Mise en place de la scolarité Janvier 2005

Plus en détail

Consortium COCKTAIL. Comité de pilotage 24 Octobre 2007

Consortium COCKTAIL. Comité de pilotage 24 Octobre 2007 Consortium COCKTAIL Comité de pilotage 24 Octobre 2007 Ordre du jour Calendrier de fin 2007 Finalisation des annexes définissant le cadre opérationnel pour l'exercice 2008 Définition du plan d'actions

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des organisations de l économie sociale et solidaire de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019

Plus en détail

3) La démarche projet «GBCP» à Lille1. 3.1 Ce qui est déjà en place à Lille 1

3) La démarche projet «GBCP» à Lille1. 3.1 Ce qui est déjà en place à Lille 1 Plan d action «GBCP» Université Lille1 1) Les objectifs de la réforme Le décret n 2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique a pour objectifs de : Refonder le champ

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL POUR L ÉVALUATION INSTITUTIONNELLE DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE DANS LES ÉTATS MEMBRES DU CAMES

RÉFÉRENTIEL POUR L ÉVALUATION INSTITUTIONNELLE DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE DANS LES ÉTATS MEMBRES DU CAMES CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46/72 80 74 34 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Audit, contrôle, finance de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation J1 RECRUTEMENTS DES ASSISTANTS INGENIEURS...2 J1.1 Assistant en gestion administrative...2 J1.2 Assistant en gestion des ressources humaines...3 J1.3 Assistant en ingénierie de formation continue...4 J1.4

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Schéma directeur pour la ville numérique 2015-2020. Repères #1

Schéma directeur pour la ville numérique 2015-2020. Repères #1 Schéma directeur pour la ville numérique 2015-2020 Repères #1 Février 2015 A - L état des lieux Des systèmes d information, levier de modernisation de l administration Grâce aux investissements réalisés

Plus en détail

Loi Organique relative aux Lois de Finances. La LOLF

Loi Organique relative aux Lois de Finances. La LOLF Loi Organique relative aux Lois de Finances La LOLF 1 La LOLF Réforme budgétaire la plus vaste jamais réalisée depuis les débuts de la V ème République Consensus exceptionnel 2 - Pourquoi fallait-il réformer

Plus en détail

Démarche Système Global d Information

Démarche Système Global d Information Démarche Système Global d Information Alain Mayeur Quelle démarche pour le SI? UNR et UNT Espace Numérique de Travail PRES SYSTEME D INFORMATION Ministère LRU Modernisation Innovation Pédagogique Société

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues, littératures et civilisations étrangères de l Université Lille 3 - Sciences humaines et sociales - Charles de Gaulle Vague

Plus en détail

Licence Economie et gestion

Licence Economie et gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Economie et gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Pilotage économique, comptable et financier

Pilotage économique, comptable et financier 08 Pilotage Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de contribuer à la connaissance et à la maîtrise des données, flux et résultats économiques, s s de l entreprise. Les différentes sous-familles

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

PROGRAMME FONCTIONNEL

PROGRAMME FONCTIONNEL MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES INSTITUT DE FRANCE 23 Quai de Conti 75006 PARIS PROGRAMME FONCTIONNEL FOURNITURE ET MISE EN ŒUVRE DES SYSTÈMES D INFORMATIONS BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE

Plus en détail

Comité de pilotage du système d information de l enseignement supérieur et de la recherche

Comité de pilotage du système d information de l enseignement supérieur et de la recherche Comité de pilotage du système d information de l enseignement supérieur et de la recherche Compte-rendu et relevé de conclusions de la séance du 19 novembre 2009. Sous la co-présidence de M. Eric Piozin,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Relevé de délibérations du Conseil d Administration du 29 mars 2013.

Relevé de délibérations du Conseil d Administration du 29 mars 2013. Relevé de délibérations du Conseil d Administration du 29 mars 2013. Le Conseil d Administration a été informé de la désignation de 4 nouveaux chargés de mission : - Monsieur Guillaume LE BLANC, chargé

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

RNCP Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification

RNCP Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification Intitulé RNCP Répertoire National des Certifications Professionnelles Résumé descriptif de la certification Master à finalité professionnelle et recherche Mention Finance, comptabilité, contrôle de gestion

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

QUELS TABLEAUX DE BORD DANS LE SECTEUR PUBLIC?

QUELS TABLEAUX DE BORD DANS LE SECTEUR PUBLIC? QUELS TABLEAUX DE BORD DANS LE SECTEUR PUBLIC? Evénement organisé par Logica Business Consulting et l Association des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG) Introduction En septembre 2011,

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ORGANİSÉE PAR LE CABİNET MAZARS SUR LE COMMİSSARİAT AUX COMPTES DANS LES UNİVERSİTÉS

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ORGANİSÉE PAR LE CABİNET MAZARS SUR LE COMMİSSARİAT AUX COMPTES DANS LES UNİVERSİTÉS COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE ORGANİSÉE PAR LE CABİNET MAZARS SUR LE COMMİSSARİAT AUX COMPTES DANS LES UNİVERSİTÉS Le 31 mars 2010 le cabinet MAZARS a organisé une rencontre portant sur les premiers retours

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Métiers de l'international de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

POEMS Outil de pilotage des emplois et de la masse salariale

POEMS Outil de pilotage des emplois et de la masse salariale POEMS Outil de pilotage des emplois et de la masse salariale Présentation 1 PRESENTATION POEMS 1. Généralités 1. Un outil à destination des petites et moyennes structures 2. Un outil de prévision et de

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit des affaires et fiscalité de l Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Troisième partie. Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po

Troisième partie. Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po Troisième partie Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po 1 2 Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po Gouvernance - Sciences Po entend

Plus en détail

La direction des ressources humaines de l université de Strasbourg : un exemple d organisation RH

La direction des ressources humaines de l université de Strasbourg : un exemple d organisation RH La direction des ressources humaines de l université de Strasbourg : un exemple d organisation RH Marylène OBERLÉ, secrétaire générale adjointe DRH université de Strasbourg www.unistra.fr 1 I. Présentation

Plus en détail

Licence professionnelle Génie climatique à qualité environnementale

Licence professionnelle Génie climatique à qualité environnementale Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence professionnelle Génie climatique à qualité environnementale Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Protocole social. ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Protocole social. ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche Protocole social ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche 17 février 2014 Sommaire I SUIVI DE LA SITUATION DES AGENTS NON-TITULAIRES II- LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L EMPLOYEUR A- Promotion

Plus en détail

Projet de statuts de la COMUE Université de Lyon Document de travail V3 10 juin 2014

Projet de statuts de la COMUE Université de Lyon Document de travail V3 10 juin 2014 Projet de statuts de la COMUE Université de Lyon Document de travail V3 10 juin 2014 Page 1 sur 15 Sommaire CHAPITRE I - Dispositions générales... 3 Article 1 er - Objet... 3 Article 2 Composition... 3

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE DIRECTION REGIONALE DE LA PROTECTION JUDICIAIRE DE LA JEUNESSE ILE DE FRANCE CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT D INTÉRÊT T PUBLIC DERPAD DRPJJ 14, rue Froment 75011 PARIS Téléphone : 01 49 29 28 60

Plus en détail

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage L Agence française de lutte contre le dopage, Vu la loi n 2006-405 du 5 avril

Plus en détail

Vers une gestion performante du patrimoine public local

Vers une gestion performante du patrimoine public local Programme conjoint sur le renforcement de l administration locale en Serbie Vers une gestion performante du David CARASSUS Université de Pau et des Pays de l Adour 1 Eléments introductifs 1) Le des collectivités

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire, patrimoine et technologies numériques de l Ecole Nationale des Chartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Rapport annuel d activité

Rapport annuel d activité Rapport annuel d activité Bilan 2009-2010 et Perspectives Università di Corsica Pasquale Paoli 14 décembre 2010 Bilan 2009/2010 et Perspectives 2010/2011 2 L Université de Corse : chiffres clés 2009/2010

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences du management de l Université Lille 1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

République Française Ministère de l'agriculture et de la Pêche. Le Ministre de l'agriculture et de la Pêche

République Française Ministère de l'agriculture et de la Pêche. Le Ministre de l'agriculture et de la Pêche République Française Ministère de l'agriculture et de la Pêche Direction Générale de l'administration 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche 1ter,

Plus en détail

STATUTS de la Direction de l Informatique et des Systèmes d Information (DISI)

STATUTS de la Direction de l Informatique et des Systèmes d Information (DISI) STATUTS de la Direction de l Informatique et des Systèmes d Information (DISI) Article 1 : Préambule. La Direction de l Informatique et des Systèmes d Information est un service général de l Université

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

CHARTE DE GESTION DES PERSONNELS BIATSS CONTRACTUELS DE L UNIVERSITE D AIX-MARSEILLE

CHARTE DE GESTION DES PERSONNELS BIATSS CONTRACTUELS DE L UNIVERSITE D AIX-MARSEILLE 1 CHARTE DE GESTION DES PERSONNELS BIATSS CONTRACTUELS DE L UNIVERSITE D AIX-MARSEILLE Avis favorable du comité technique du 17 juillet 2012 Approuvée par le conseil d administration du 17 juillet 2012

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de l offre de soins _ Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins _ Bureau de l efficience des établissements

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

AVIS. sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris Descartes

AVIS. sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris Descartes 2013-03 Séance du 27 février 2013 Conseil de l immobilier de l État AVIS sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris Descartes Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifi

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Droit de l immobilier de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Champ "Science politique"

Champ Science politique Formations et diplômes Synthèse des évaluations Champ "Science politique" Université Toulouse 1 Capitole - UT1 (déposant) Institut d'études politiques de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et mathématiques de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Référentiels interministériels de formation

Référentiels interministériels de formation Livret 4 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Référentiels interministériels de formation OUTILS DE LA GRH p. 2 Référentiels interministériels de formation

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

1- Organisation des services de la Comptabilité

1- Organisation des services de la Comptabilité 1 04 Février 2013 2 3 1- Organisation des services de la Comptabilité Les services de la comptabilité comportent : La DGC composée de 05 Directions et d une inspection; L Agence Centrale Comptable du Trésor;

Plus en détail

LABEL ORIENTATION POUR TOUS

LABEL ORIENTATION POUR TOUS REGION AUVERGNE LABEL ORIENTATION POUR TOUS Raison sociale et adresse des organismes partenaires : Nom et coordonnées du responsable de la coordination : Date d'envoi du dossier : SERVICE PUBLIC DE L ORIENTATION

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes.

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. Recommandations : 16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. 17- Assurer non seulement une meilleure lisibilité

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

Sur la mise en place des outils de gestion de l immobilier de l État

Sur la mise en place des outils de gestion de l immobilier de l État 2015-06 Séance du 11 février 2015 AVIS Sur la mise en place des outils de gestion de l immobilier de l État Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n 2006-1267 du 16 octobre 2006

Plus en détail

OPÉRATEURS DU SECTEUR PUBLIC : ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS BUDGÉTAIRES ET COMPTABLES

OPÉRATEURS DU SECTEUR PUBLIC : ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS BUDGÉTAIRES ET COMPTABLES OPÉRATEURS DU SECTEUR PUBLIC : ANTICIPER LES TRANSFORMATIONS BUDGÉTAIRES ET COMPTABLES Décret gestion budgétaire et comptable du 7 novembre 2012 Afin de préciser les modalités d application concrètes de

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Matériaux de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des

Plus en détail

JEFYCO. MANUEL UTILISATEUR : DEPENSE (partie 1)

JEFYCO. MANUEL UTILISATEUR : DEPENSE (partie 1) JEFYCO MANUEL UTILISATEUR : DEPENSE (partie 1) Introduction à Jefyco... 2 CARAMBOLE : les dépenses... 6 ABRICOT : les bordereaux... 32 MARACUJA : la comptabilité... 38 TABLE DES MATIERES Introduction à

Plus en détail

Licence Professionnelle Presse et édition d entreprise

Licence Professionnelle Presse et édition d entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Professionnelle Presse et édition d entreprise Université Bordeaux Montaigne Vague A 2016-2020 Campagne d évaluation 2014-2015 Formations et diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques-Informatique de l Université de Perpignan Via Domitia Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Séminaire OSMOSE - Lot n 5 27 mars 2012. Direction des Etudes, de la Vie Universitaire et de l Insertion professionnelle (DEVUIP) Alexandra PUARD

Séminaire OSMOSE - Lot n 5 27 mars 2012. Direction des Etudes, de la Vie Universitaire et de l Insertion professionnelle (DEVUIP) Alexandra PUARD Séminaire OSMOSE - Lot n 5 27 mars 2012 Direction des Etudes, de la Vie Universitaire et de l Insertion professionnelle () Alexandra PUARD Directrice Générale des Services Adjointe déléguée aux Etudes,

Plus en détail

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur Contribution à la mission de contrôle du Sénat Avril 2010 Avant-propos La présente contribution est issue des travaux effectués par

Plus en détail

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue

Présentation des guides d audit et du processus d audit d un réseau académique de formation continue Décembre 2011 Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la Recherche Inspection générale de l'éducation nationale Présentation des guides d audit et du processus d audit d

Plus en détail

Les agences comptables des lycées et collèges publics

Les agences comptables des lycées et collèges publics Les agences comptables des lycées et collèges publics Dans le rapport public annuel de 2008, les juridictions financières avaient souligné les défaillances de la gestion comptable des 2600 lycées et des

Plus en détail

Master Management des systèmes d information

Master Management des systèmes d information Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des systèmes d information Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Comptabilité - contrôle - audit de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION Préface Les associations sportives proposent une offre de pratiques diversifiée et accessible au plus grand nombre. Utiles

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Le 5 Mars 2015 Version de travail Projet Février 2015-1 Ordre du jour Avancement des travaux Rappel du

Plus en détail

Licence Sciences de gestion

Licence Sciences de gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE La loi donne aux OPH la possibilité de choisir leur régime budgétaire et comptable : public ou commercial. Le choix qui se pose est donc généralement celui du passage en comptabilité de commerce. Il doit

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

CONVENTION MASTERS METIERS DE L ENSEIGNEMENT CO-HABILITES

CONVENTION MASTERS METIERS DE L ENSEIGNEMENT CO-HABILITES CONVENTION MASTERS METIERS DE L ENSEIGNEMENT CO-HABILITES Entre L université,,, d une part,, d une part ( ),, d une part,, d une part ),, d une part,, d une part 1/5 L intégration des IUFM dans les universités

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international général de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Rapport d'évaluation externe du programme de Licence en Banque - Assurance-Finance de l Ecole Supérieure de Commerce et de Gestion (ESUP) - Dakar

Rapport d'évaluation externe du programme de Licence en Banque - Assurance-Finance de l Ecole Supérieure de Commerce et de Gestion (ESUP) - Dakar REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE AUTORITE NATIONALE D ASSURANCE QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Rapport d'évaluation externe du

Plus en détail

IBM Managed Support Services managed technical support

IBM Managed Support Services managed technical support Approche intégrée et simplifiée du support technique au sein d un environnement informatique multifournisseur IBM Managed Support Services managed technical support Points clés Relever les défis du support

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3309 Convention collective nationale IDCC : 2272. ASSAINISSEMENT ET MAINTENANCE INDUSTRIELLE (1 re édition.

Plus en détail