Promouvoir et renforcer l image et la réputation de l hôtellerie et de ses métiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Promouvoir et renforcer l image et la réputation de l hôtellerie et de ses métiers"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL

2 CHARTE Notre association se donne pour mission de fédérer tous les établissements accueillants des hôtes dans les cantons de Vaud, Fribourg, Neuchâtel et Jura, dans le but de : Promouvoir et renforcer l image et la réputation de l hôtellerie et de ses métiers Défendre les intérêts de ses membres auprès de toutes les instances nationales, cantonales et locales Défendre les conditions cadres de l exercice de la profession Encourager la solidarité et les collaborations entre ses membres Favoriser l organisation de ses sections locales ou régionales en entités touristiques cohérentes selon les diverses destinations Pour ce faire, elle Intervient à chaque fois que l intérêt de la profession est en jeu en privilégiant les relations publiques et le lobbying politique S efforce d acquérir le maximum de membres pour avoir la meilleure représentativité auprès de son entourage professionnel, civil et politique S engage dans la promotion de la relève, la formation professionnelle et la formation continue Participe à l élaboration de la convention collective de la branche, se préoccupe du droit du travail et renseigne ses membres avec l appui d hotelleriesuisse Œuvre pour être à l écoute de ses membres ; les informer, les conseiller, ainsi que chercher à créer un esprit de corps entre les hôteliers Agit pour améliorer les conditions-cadres offertes à la branche hôtelière par les cantons et les régions Devient l interlocutrice privilégiée des autorités cantonales en matière d hôtellerie, in extenso de tourisme Renforce l influence de l hôtellerie dans les organes touristiques et économiques régionaux et cantonaux 2

3 CHARTE Association Romande des Hôteliers (ARH) 1. Les Alpes 2. La Côte 3. Fribourg 4. Lausanne 5. Montreux-Vevey 6. Neuchâtel-Jura 7. Nord Vaudois et Broye 6 Daniela Vogt Martin Mayoly Pierre-André Michoud Françoise Guilloud 7 3 Pierre Borer Dino Demola Robert Pontet 2 Philippe Thuner Jacques Pernet Stefano Brunetti 4 5 Olivier Lehrian Christopher Rudolph Dominique Dietrich 1 Patrick Grobéty 3

4 TABLES DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 5 Par Philippe Thuner, président TOUR D HORIZON PAR DICASTÈRE 6 Finances, Tourisme, Economie, Jura & Trois-Lacs ORGANES ET ACTIVITÉS 10 Procès-verbal de l assemblée générale 2010 Activités en 2010 CHIFFRES ET DONNÉES SUR L ARH 22 COMPTES RAPPORT DES VÉRIFICATEURS 25 BUDGET FORMATION PROFESSIONNELLE 27 hotelleriesuisse à Lausanne GTR (Groupe de travail romand d hotelleriesuisse) Marketing de la relève Suisse romande Ecole de secrétariat hôtelier d hotelleriesuisse de Lausanne Hôtel-école Mercure Classic Hôtel à Leysin Formation continue Suisse romande Commission formation professionnelle Vaud Commission formation professionnelle Neuchâtel Commission formation professionnelle Fribourg Ecole hôtelière de Lausanne STATISTIQUES TOURISTIQUES 38 ORGANISATION ET REPRÉSENTATIONS 39 LISTE DES MEMBRES ACTIFS 42 Conception et impression: IF Imprimerie Fleury, Yverdon-les-Bains 4

5 AVANT-PROPOS Le second défi est généré par internet et comporte deux volets, à savoir les sites d évaluation d hôtels par commentaires des clients et la position dominante de quelques sites majeurs de réservation dont les commissions prélevées aux hôteliers ont tendance à prendre l ascenseur. par Philippe Thuner, président 2010 fut un très bon millésime pour l hôtellerie romande. Les hôtels vaudois ont presque regagné ce qu ils avaient perdu en La ville de Lausanne a enfin atteint ce million de nuitées qu elle avait en point de mire depuis des années. L agglomération lausannoise réalise ainsi son meilleur score depuis l année fantastique de l exposition nationale Le canton de Fribourg est également en progression de même que Neuchâtel. Le Jura est stable. Par contre, l hôtellerie jurassienne entame un développement réjouissant avec 3 nouveaux hôtels inaugurés depuis la création de notre association en Tout pourrait donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes hôteliers. Et pourtant, quelques nuages menaçants s amoncellent et annoncent clairement les défis qui attendent les hôteliers: La faiblesse des monnaies de nos principaux clients est un phénomène cyclique extrêmement pénalisant pour notre branche économique. Sans aucune modification par l hôtelier suisse, ses prix ont augmenté de plus de 20 % pour nos hôtes européens. Que faire contre ce phénomène que nos autorités et notre banque nationale n arrivent pas à maîtriser? La seule réponse possible est l amélioration de la qualité. Si nous ne pouvons rivaliser avec certaines destinations exotiques en raison du coût de la vie très élevé de notre pays, nous devons être meilleurs que nos collègues européens: l hôtellerie suisse doit se distinguer par un haut niveau de qualité permanent et, surtout, bien perçu par les clients. Un réinvestissement régulier pour maintenir au top l outil de travail que constitue un hôtel ainsi que la formation et la motivation constante des collaborateurs sont les clés du succès de demain. Première remarque, ces sites sont mondiaux. Ni l hôtelier individuellement, ni hotelleriesuisse ne peuvent lutter contre ces géants économiques et il est souhaitable de traiter le problème au niveau européen, par exemple sous la bannière de «Hotels Stars Union», qui rassemble une dizaine de pays pour une classification des hôtels harmonisée. Pour les sites d évaluation, l hôtelier doit être actif et réactif, soit répondre aux commentaires négatifs, corriger les faiblesses de son établissement et le faire savoir. Par contre, il est indispensable que ces sites mettent vraiment en pratique des règles de fair play ou une certaine déontologie : par exemple, ne pas permettre à un non-client de placer un commentaire, éliminer les évaluations vieilles de plus de deux ans et afficher le lien avec le site internet de l hôtel. Pour les sites de réservation, la commission, même élevée, peut se comparer à celles, cumulées, octroyées précédemment aux «tours operators» et agents de voyages. A la différence près que ces sites ne font rien de particulier pour promouvoir la région et «vendre» un hôtel donné. Ils ne font que mettre à disposition un outil technique de réservation. L hôtelier a bien plus intérêt à payer une commission de réservation à son office du tourisme qui utilisera cet argent pour la promotion de la destination. Il faudrait donc développer des méthodes qui amènent le client potentiel à réserver sans commission ou sur le site prélevant la commission la plus basse, voire la plus utile pour la promotion de la région. Si l hôtelier est maître dans sa maison, les défis que pose cette mondialisation par les nouvelles techniques de l information nécessitent plus que jamais de regrouper nos forces sur le plan national - aussi avec les autres acteurs du tourisme - et international pour disposer des moyens de défense suffisants pour nos hôtels. 5

6 TOUR D HORIZON PAR DICASTÈRE FINANCES ENJOY SWITZERLAND, une démarche ambitieuse pour le tourisme fribourgeois Par Pierre Borer, vice-président et trésorier de l ARH Du point de vue financier, nos comptes se portent bien, avec un excédent de recettes confortable. Nous pouvons ainsi, d une façon efficace et ciblée, répondre aux objectifs de défense des conditions cadres, de promotion/marketing, de formation et de conseils que nous nous sommes fixés. Cette bonne situation financière me laisse la place pour vous développer en quelques lignes le projet «Enjoy Switzerland FRIBOURG REGION» que l Union Fribourgeoise du Tourisme a lancé officiellement le 26 janvier 2011 et dans lequel je suis impliqué. - l amélioration du sentiment d accueil - la mise en scène consciente et volontaire des lieux touristiques - l information aux hôtes durant le séjour (notamment par la mise en place d un passeport donnant accès aux attractions touristiques pour le personnel hôtelier) - la qualité de l offre - la mobilité Le but n est pas de révolutionner le tourisme dans le canton de Fribourg, mais plutôt de l améliorer. Tous les acteurs potentiels du tourisme, de la police à la population, sont associés à la démarche. La principale difficulté sera de parvenir à une unité cantonale en tenant compte des intérêts de chacun. L impulsion donnée par ce projet va générer une amélioration globale de l offre touristique. Pour plus d informations : Pour la première fois, ce n est plus une station touristique ou une ville, mais bien tout un canton, visant une participation coordonnée, cohérente et structurée de l ensemble des régions touristiques fribourgeoise qui prend part à ce projet initié par Suisse Tourisme. L objectif est clair : «l excellence!» qui est désignée comme le but avoué de la démarche de Suisse Tourisme. La satisfaction incite les hôtes à revenir dans une même région et à recommander cette destination à leur entourage. L amélioration de l ensemble des maillons de la chaîne touristique est le meilleur outil marketing. En effet, selon une étude, plus de 35% des hôtes visitent une région sur recommandation. Une équipe de projet a été mise en place, regroupant l ensemble des acteurs concernés. Celle-ci fixe les mesures et met tout en œuvre pour favoriser leur exécution. Les actions retenues touchent notamment à : 6

7 TOUR D HORIZON PAR DICASTÈRE TOURISME Jacques Pernet, vice-président responsable du dicastère tourisme, a choisi de traiter un sujet crucial pour l avenir de notre profession en donnant la parole au nouveau directeur de l OTV. Le tourisme et les nouvelles technologies de l information Quelles sont les perspectives générales et futures dans le domaine des nouvelles technologies? Définir une stratégie e-business ou e-tourisme et l inclure dans la stratégie globale d une grande organisation touristique ou de prestataires hôteliers est devenu presque inéluctable. En effet, la tendance actuelle donne à tout un chacun la possibilité de choisir et réserver ses vacances via Internet, ou même directement sur place. L e-tourisme répond à cette demande et permettant d identifier de nouvelles opportunités pour faire du business : il permet d accélérer la communication, d avoir une accessibilité globale et de réduire les coûts pour le lancement et la promotion de nouveau produits ou services. Quelles sont les tendances actuelles pour l hôtellerie et les plates-formes Internet de réservation? Selon les résultats d une enquête en ligne auprès des membres d hotelleriesuisse en janvier 2011, les plates-formes Internet de réservation sont en constante progression. Déjà 55.9 % des réservations sont effectués via des canaux électroniques et de plateformes de distribution. Booking.com est un très bon exemple avec un taux de pénétration de 90 % sur le marché Suisse. A quoi faut-il être attentif dans cette évolution? Un très grand risque est la dépendance à ces plateformes. Plus une plateforme gagne en importance sur un marché, plus elle peut faire pression sur les prix et les commissions. Il est donc primordial pour les hôteliers d adopter une stratégie de diversification en utilisant des systèmes de channel management, qui permettent de gérer plusieurs contingents sur plusieurs plateformes. Quel est le rôle d une organisation touristique dans cette évolution? Dans le canton de Vaud, toutes les destinations (sauf Lausanne) travaillent avec un seul système de réservation cantonal (TOMAS). Celui-ci permet aux destinations de mettre à disposition plusieurs sortes d hébergements (hôtels, parahôtellerie) mais aussi d autres prestations locales, tels que forfaits de ski, cours, matériel. Ce système présente le grand avantage d être très flexible et peut ainsi proposer des solutions locales et plus adaptées à ses prestataires locaux. Ils peuvent par exemple proposer des offres de réservation élargies en intégrant d autres services tels que réservation de cours de ski, forfaits, matériel, Les hôteliers quant à eux devraient appliquer la parité des prix sur toutes ces plateformes, pour ne pas défavoriser le partenaire local. Quels outils un hôtelier dispose-t-il pour rester visible sur internet? L e-marketing permet une présence sur internet et de gagner de nouveaux clients. Des actions menées par marketing, bannière, campagne AdWords, Affiliate marketing (échange de liens), vidéos, photos, blog, Web 2.0, Twitter, Facebook sont autant de moyens existant pour augmenter sa visibilité sur la toile. Le marketing de communautés virtuelles - groupes de personnes qui interagissent entre elles, partagent et utilisent des informations en relation avec leur centre d intérêts-, sont d excellents réseaux pour cibler des actions de marketing viral. Le e-commerce quant à lui s occupe des mesures concrètes liées à la vente. Il peut la faciliter améliorer le service client et partenaire, la qualité des produits et services, mesurer la satisfaction des clients ainsi que fidéliser des clients existants. Les outils à disposition sont des campagnes s, vidéo de l hôtel, participation des hôtes sur internet via des blogs, facebook par exemple. 7

8 TOUR D HORIZON PAR DICASTÈRE ECONOMIE par Pierre-André Michoud, Vice-président Nous souhaitons tous une branche hôtellerie-restauration dynamique, innovante et compétitive ; pour qu elle rayonne et porte haut les traditions d accueil et de savoirfaire de notre pays. Dans ce sens, je m investis depuis plusieurs années au sein du comité de Gastronomia. J ai vu ce magnifique outil passer par des phases différentes et pour le moins fructueuses. Au terme de l édition 2008, une véritable remise en question était nécessaire à propos de l avenir du salon. Quand certains ont quitté le navire, je suis resté persuadé que nous avions besoin, en Suisse romande, d un salon professionnel où nous pourrions nous retrouver, échanger nos points de vue et faire des affaires. L année dernière MCH Group, le premier organisateur d évènements en Suisse, dont IGEHO à Bâle, a racheté la société Beaulieu Exploitation, qui organise Gastronomia. Pour relancer la machine, des moyens conséquents ont été attribués à la nouvelle équipe de direction. Malgré cela, il fallait avoir le courage de repartir de zéro, de réinventer complètement le concept, de croire que nous pouvions mettre en place quelque chose de séduisant, d utile, voire d indispensable pour notre branche d activités, et la concurrence était rude! Pour l ensemble des membres du comité et les organisateurs de Gastronomia, il a fallu prendre son bâton de pèlerin pour aller convaincre chaque exposant, chaque partenaire du bien-fondé de la manifestation. Regagner la confiance perdue est sans doute la bataille la plus difficile à mener. Je crois que nous y sommes arrivés. 70 exposants et 32 partenaires ont pris place dans les halles professionnels ont visité Gastronomia et parmi eux 80 % de décideurs! Nous sommes conscients qu il faut faire mieux, mais le pari est tenu : nous avons relancé un salon que beaucoup souhaitaient enterrer et auquel peu de professionnels croyaient. Je tiens d ailleurs à saluer la persévérance de l équipe de MCH Beaulieu Lausanne, qui a fourni des efforts considérables pour remettre la manifestation sur les rails. 8 En novembre dernier, et j espère que vous l avez fréquenté, nous avons proposé un salon de haute qualité, différent de ce qu on a pu voir jusque-là. En plus d une offre commerciale, vous avez bénéficié d un Forum de discussions et d un Village VIP. L enquête de satisfaction, menée auprès des visiteurs et des exposants, affiche la nécessité de maintenir un salon pour l hôtellerie et la gastronomie en Suisse romande. En effet, 62 % des exposants déclarent que leur participation à Gastronomia est importante, voire très importante. Les résultats révèlent aussi la qualité de la nouvelle structure (un salon professionnel, un Forum et un Village VIP). 70 % des exposants et des visiteurs ont déclaré être satisfaits. La qualité des visiteurs est aussi largement mise en évidence par 87.5 % d exposants qui font part de leur contentement. Une satisfaction qui s explique grâce à la qualité des contacts établis. Je rappelle que le public était constitué uniquement de professionnels de l HORECA, parmi lesquels 80 % de décideurs. Avec ces bases solides, nous pouvons imaginer l avenir du salon positivement. Il reste encore du chemin à accomplir, mais nous sommes sur la bonne voie. Nous avons la volonté d inscrire Gastronomia comme une référence en termes d affaires et de devenir le rendez-vous incontournable pour les professionnels de l hôtellerie et de la gastronomie en Suisse romande. Forts des remarques reçues, nous travaillons déjà au développement de Parmi les objectifs fixés pour la prochaine édition, outre le nombre d exposants et de visiteurs que nous souhaitons accroître, les animations du salon seront renforcées, ceci dans le but de le rendre encore plus attractif. Le Village VIP aura un nouveau look, les thèmes traités au Forum seront approfondis, un espace de rencontres pour les visiteurs sera mis en place et une arène de concours et de démonstrations verra le jour. Il me plairait également que nous élargissions le développement du salon à toute la notion du «hospitality business». Le comité du salon et sa direction restent constamment à la disposition des professionnels de la branche pour écouter toutes remarques ou suggestions, d ailleurs une boîte à idées vient d ouvrir : Profitez-en, si vous avez des choses à dire. Gastronomia est fait pour les Romands et nous le voulons à votre image. Plateforme commerciale, mais aussi stimulateur d idées, le salon professionnel romand de l hôtellerie et de la gastronomie veut être le lieu d interactions entre les différentes professions et ainsi proposer les clés pour pousser les portes d un avenir compétitif et fructueux.

9 TOUR D HORIZON PAR DICASTÈRE JURA & TROIS-LACS Association Romande des Hôteliers est membre de J3L et un hôtelier siège à son comité. Il sera appuyé par un groupe de travail comprenant un hôtelier de chaque région concernée. par Daniela Vogt Vice-présidente Depuis le 1 er janvier 2010, Jura & Trois-Lacs (J3L) forme la Région officielle numéro 8. Pour rappel, la Suisse est divisée en treize Régions touristiques. Cette reconnaissance nationale est une avancée majeure et un signe fort que le rapprochement entre les offices du tourisme de J3L (Jura Tourisme, Jura bernois Tourisme, Tourisme neuchâtelois, Bienne Seeland Tourisme, Région Soleure Tourisme et Région Lac de Morat & Estavayer-le- Lac) s inscrit dans la direction prônée par les associations faîtières touristiques, à savoir une diminution drastique du nombre de destinations. J3L couvre désormais le 10 % du territoire suisse. Sur le plan marketing, 2010 a vu la réalisation de plusieurs actions d envergure sur les marchés national et international pour un montant total de CHF 1,7 million. Côté développement de l offre, un département MICE- Meeting a été créé. Désormais, via un contact et un numéro de téléphone uniques, le client peut trouver de l information et de l aide pour l ensemble du périmètre J3L. Un observatoire du tourisme est également opérationnel ; les statistiques et les tendances touristiques sont publiées tous les trois mois permettant ainsi de mieux appréhender le marché touristique et d évaluer la portée des actions marketing menées. Dès 2011, notre Sur le plan structurel, la «Vision 2012 J3L» a fait l objet d une large consultation qui a rencontré un fort taux d adhésion. Aussi, l année 2012 verra-t-elle : 1. La création d une seule destination Jura & Trois-Lacs. 2. Le renforcement d une société de marketing unique, au bénéfice du statut juridique d association, pour gérer le marketing, l administration de la Région 8, les partenariats et le développement de l identité interne J3L, piloter un projet de politique régionale , assurer, sur mandat complémentaire, le marketing des OT. 3. Les offices du tourisme recentrer progressivement leurs missions principales sur l accueil et le développement de l offre. 4. La réunion d un budget marketing de plus de CHF 2 millions. 5. La pérennisation des moyens financiers (Cantons, OT, Villes, privés). Sur le plan des résultats, l année 2010 a été fructueuse pour J3L avec nuitées (+1,4 %), ce qui représente une des meilleures années jamais réalisées. Le marché suisse demeure sans conteste le marché prioritaire avec 60 % des nuitées. Suivent les marchés allemand (12 %) et français (7 %). V. Bourrut Neuchâtel V. Bourrut Chasseral 9

10 ACTIVITÉS PROCÈS-VERBAL SUCCINCT ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PUBLIQUE DU 27 MAI 2010 ECOLE HÔTELIÈRE GLION INSTITUT OF HIGHER EDUCATION À BULLE 1. Ouverture et salutations par M. Philippe Thuner, Président Le Président ouvre la deuxième assemblée générale de l ARH convoquée dans la charmante et paisible cité de Bulle où tout nous invite à prendre le temps de vivre. Il remercie les quelque 185 participants d avoir fait le déplacement dans l un des nouveaux cantons de l association et leur souhaite une très cordiale bienvenue. Seules quelques personnalités sont citées, puisqu afin de réduire le temps consacré aux salutations - qui pourrait être multiplié par quatre comme le nombre des cantons associés- la liste de toutes les éminentes personnalités présentes défile cette année à l écran. Il regrette de ne pouvoir citer les plus de 200 personnes qui se sont excusées, des milieux politique, économique, religieux, hôtelier, touristique, professionnel et de la presse. 2. Souhait de bienvenue par M. Dino Sante Demola, Président de l AFH Au nom de la section Fribourg D. Demola se fait un honneur d accueillir cette année à Bulle la 2 e assemblée générale annuelle de l ARH. Le canton de Fribourg, situé sur la frontière linguistique de la Suisse allemande et romande, s étend de la région du lac de Morat avec ses vins du Vully et son jardin potager jusqu aux Préalpes fribourgeoises, allant du Lac Noir (Schwarzsee) avec ses chalets pittoresques et son Lac Idyllique jusqu à Charmey, le Moléson et la Gruyère avec ses fameux fromages et sa crème double. C est un canton bilingue, avec deux langues officielles : le français parlé par environ 63,2 % de la population et l allemand principalement des dialectes suisses alémaniques - par 29,2 % des habitants de l Est du canton. D autre patois sont encore parlés principalement par les personnes du 3ème âge. La Société des patoisants de la Gruyère (fondée en 1984) a pour but de maintenir la connaissance et l usage du patois Gruyérien. 10 Il relate l histoire du drapeau du canton de Fribourg : Le Duc Berthold IV de Zahringen fonda la Ville de Fribourg en L histoire raconte qu il était alors à la chasse et que, surpris par la nuit et par l orage, il se perdit et fut accueilli pour la nuit par un bûcheron. Ce dernier étant fort pauvre, il le fit dormir sous deux sacs, l un de farine et l autre de charbon. Le Duc voit, en s éveillant le lendemain matin, ses vêtements à moitié blancs et à moitié noirs. C est ainsi qu il décida que la ville qu il allait fonder aurait comme «couleurs» le blanc et le noir. Au fil du temps, cet emblème est devenu celui, non plus de la ville, mais du canton de Fribourg. Dans le chaudron à surprises de la section organisatrice, une mijotée de produits du terroir et de bonne humeur sont à découvrir, alliant le travail à la détente. D. Demola souhaite à tous une cordiale bienvenue en Gruyère et un «Buon divertimento» tout en conseillant les participants de se laisser surprendre 3. MESSAGE DU PRESIDENT ARH Philippe Thuner «Vous avez devant vous un président heureux et satisfait». Non pas satisfait de lui-même car le doute et les remises en question personnelles sont Hôtel des Alpes, Nyon

11 ACTIVITÉS les ferments indispensables d une action efficace sur le long terme. Simplement satisfait d avoir réussi grâce à un travail d équipe et à la confiance de tous les hôteliers - le premier exercice de la nouvelle Association Romande avec, de surcroit, un joli résultat financier à la clé. Toutefois, le plus dur est devant, il s agit de consolider et de développer l ARH au même niveau de pénétration et de reconnaissance publique dans les quatre cantons. Heureux, tous peuvent l être, car l hôtellerie romande a plutôt bien résisté à la crise financière de 2008/2009. La fréquentation des établissements est assez comparable à celle de l année 2007, qui était excellente même si elle n a pas atteint les records de Seuls bémols, témoins de la crise mondiale, les hôtels 5 étoiles et la Riviera vaudoise ont souffert plus sévèrement que les autres. Cela tient aux caractéristiques d une clientèle très internationale, notamment celle de Montreux basée essentiellement sur les congrès, voyages de motivation, séminaires et expositions. Par rapport à 2008, les chiffres pour l ARH se présentent comme suit : 1 % de nuitées en moins pour Neuchâtel et Jura, % pour Fribourg et 5.6 % dans le canton de Vaud, pour les raisons indiquées ci-dessus. Mais tout n est pas rose, loin s en faut. En effet, la pression sur les prix de ventes de nos chambres est très forte et ce n est qu à la lecture des résultats comptables que l on peut mesurer les pertes subies par notre branche économique. Même si nos hôtels sont mieux armés pour résister aujourd hui que lors de la crise de 2003, il convient de rester prudent car la baisse du cours de change de l euro face au franc suisse menace notre compétitivité et accentue la pression sur les prix, notamment de la part d organisateurs de voyages de groupe à la montagne cet été. Cela peut même conduire à des annulations pures et simples faute d avoir pu remplir suffisamment l autocar. L attaque des taux de change est d ailleurs triple. D une part, le très bas niveau de la livre sterling fait fuir les touristes britanniques. D autre part, les Européens viennent moins nombreux et, pour couronner le tout, les Suisses sont plus tentés de passer des vacances à l étranger qui sont devenues bien moins chères. Maigre consolation, la hausse du dollar pourrait inciter plus d américains à voyager en Suisse. Mais il y a longtemps, pratiquement depuis la première guerre du golf en , qu ils n arrivent plus en bataillons serrés dans notre région. C est pourquoi, l action de promotion réalisée avec les banques Raiffeisen, résultat de plusieurs années de préparation, tombe à pic pour renforcer la présence de la clientèle suisse dans le canton de Vaud. L expérience sera certainement renouvelée, sous une forme à définir, avec les cantons de Fribourg, Neuchâtel et Jura. BAM Les taux de change sont le danger à court terme, nettement visible. Mais il y en a un plus sournois qui nous guette : c est le développement des réservations en ligne sur des sites mondiaux auxquels l hôtelier doit verser une commission parfois exorbitante sur la chambre louée. Non seulement, nous vivons dans un village touristique mondialisé, mais internet mondialise le processus de réservation. La plupart des réservations se font aujourd hui sous forme électronique. Lorsqu un courriel arrive directement à l hôtel, tout va bien : l hôtelier touche 100 % de son prix de vente. Lorsque la réservation arrive par un site de partenaire touristique ou d office du tourisme, c est encore très positif. La commission raisonnable alimentera un organisme qui fait de la promotion pour faire venir d autres clients dans la région et à l hôtel concerné. Mais lorsqu il s agit d un site mondial auquel il faut verser jusqu à 25 % de commission, il y a un grand danger pour notre branche. Ce danger est d ailleurs multiple. Premièrement, le petit hôtel qui ne peut pas être présent sur ces sites, faute de pouvoir gérer l administration, risque d être 11

12 ACTIVITÉS éjecté du marché. Deuxièmement, les commissions diminuent la rentabilité de nos établissements ou réduisent notre compétitivité car elles doivent bien être intégrées dans les prix de vente. Enfin, la disparition des sites locaux, régionaux ou même nationaux pourrait conduire à un oligopole où la position dominante sur le marché de quelques sites mondiaux pousserait les commissions vers des sommets correspondant à une sorte de racket légal. Nos associations professionnelles, même à l échelon national, sont quelque peu désarmées face à cette évolution très rapide. Que pourra faire l hôtelier avec son chiffre d affaires d hébergement en centaines de milliers ou en quelques millions de francs contre ces mastodontes, qui génèrent presque automatiquement des centaines de millions de recettes? C est un peu le pot de terre contre le pot de fer. Les hôteliers ont une grande faculté d adaptation. La flexibilité est l une des compétences clés de notre profession. Des solutions seront certainement trouvées pour survivre face à cette problématique sur laquelle nous n avons aucune prise. L une des pistes à Le Président termine : notre hôtellerie est généralement de bonne qualité. Elle a beaucoup investi ces dernières années et investit encore - pour améliorer son outil de travail. Elle est armée pour affronter, non pas des cataclysmes, mais certaines turbulences et profiter à nouveau des années de vaches grasses qui reviendront fatalement. 4. Information sur l AG interne des délégués Par Philippe Thuner, Président Les principaux thèmes, hors activités routinières ou statutaires, abordés lors de l assemblée interne sont les suivants : - Mise en place de l ARH - Fumée passive - Finalisation de l action Raiffeisen Vaud-Genève - Infrastructures et transports - Tourisme Neuchâtel Jura - Situation financière : cette année, le compte d exploitation laisse apparaître un excédent de recettes de fr La situation financière est saine. Les comptes 2009 et le budget 2010 ont été adoptés. Grégoire Chappuis Vue depuis Saint-Cergue explorer est une collaboration plus intensive entre les hôtels qui permette de mieux négocier avec les partenaires commerciaux. Si tous les hôtels d une ville ou d une région défendent ensemble une position commune, alors il y a des chances de retrouver une marge de manœuvre dans les négociations. - Nouveaux statuts de l ARH : L assemblée a également adopté les nouveaux statuts de l ARH, qui sont une adaptation des anciens aux changements légaux intervenus ces dernières années, notamment dans le code civil et le code des obligations, ainsi que le regroupement des sujets par chapitre. 12

JURA & TROIS-LACS CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ DOCUMENT POUR CONSULTATION DÉCEMBRE 2013

JURA & TROIS-LACS CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ DOCUMENT POUR CONSULTATION DÉCEMBRE 2013 JURA & TROIS-LACS CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ DOCUMENT POUR CONSULTATION DÉCEMBRE 2013 1 1. INTRODUCTION Pourquoi un Masterplan et pour quoi faire? Créée en 2011, la destination Jura

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Contact : Laure Dubois : contact@animateurnumeriquedeterritoire.com Site web : www.animateurnumeriquedeterritoire.com Offices de Tourisme de France Fédération

Plus en détail

Saint-Brieuc Agglomération

Saint-Brieuc Agglomération Dossier de presse Saint-Brieuc Agglomération destination tourisme d affaires Création du bureau des congrès : l Office de tourisme devient Office de tourisme et des congrès de la Baie de Saint-Brieuc Contact

Plus en détail

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion.

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion. BUSINESS PLAN SALON DES ETUDIANTS DE LAUSANNE, 25 ET 26 MARS 2010 1. Présentation générale 1.1. La formation d économiste d entreprise diplômé ES en Suisse Le contenu de la formation d économiste d entreprise

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Comment optimiser votre gestion hôtelière?

Comment optimiser votre gestion hôtelière? Comment optimiser votre gestion hôtelière? En utilisant les meilleurs outils marketing et statistiques disponibles pour améliorer votre PMS! Maximisez vos revenus grâce au Yield Management et à des modules

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

Assemblée générale du 18 mai 2016 16h 00

Assemblée générale du 18 mai 2016 16h 00 Assemblée générale du 18 mai 2016 16h 00 Allocution de Jürg Bucher, président du conseil d administration Assemblée générale du 18 mai 2016, exposé de Jürg Bucher, président du conseil d administration

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

French Entrée. J'adore! Marketing Services

French Entrée. J'adore! Marketing Services Votre partenaire privilégié pour la promotion de la France en tant que destination touristique sur le marché britannique et anglophone. FrenchEntrée Services Marketing Votre partenaire privilégié pour

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

LES ACTIVITES DES ASSOCIATIONS BURUNDI : CAS DE LA CHAMBRE SECTORIELLE DE L HOTELLERIE ET DU TOURISME DU BURUNDI «HTB»

LES ACTIVITES DES ASSOCIATIONS BURUNDI : CAS DE LA CHAMBRE SECTORIELLE DE L HOTELLERIE ET DU TOURISME DU BURUNDI «HTB» LES ACTIVITES DES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES DE SERVICES AU BURUNDI : CAS DE LA CHAMBRE SECTORIELLE DE L HOTELLERIE ET DU TOURISME DU BURUNDI «HTB» Par Pierre Claver HAKIZINDAVYI Président 1 1. Genèse

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

Département de l économie Rue Caroline 11 1014 Lausanne

Département de l économie Rue Caroline 11 1014 Lausanne Département de l économie Rue Caroline 11 1014 Lausanne MISE EN ŒUVRE DE LA LOI FEDERALE DU 6 OCTOBRE 2006 SUR LA POLITIQUE REGIONALE (LPR) PROGRAMME INTERCANTONAL POUR DES ESPACES GEOGRAPHIQUES DE PROXIMITE

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

HPCBIG DATASIMULATION

HPCBIG DATASIMULATION INNOVATION BY SIMULATION SIMULER POUR INNOVER le rendez-vous international The international meeting HPCBIG DATASIMULATION 23 & 24 juin/june 2015 ECOLE POLYTECHNIQUE PALAISEAU - FRANCE www.teratec.eu DOSSIER

Plus en détail

Fondation vaudoise pour la formation et le perfectionnement professionnels des métiers MEM

Fondation vaudoise pour la formation et le perfectionnement professionnels des métiers MEM Fondation vaudoise pour la formation et le perfectionnement professionnels des métiers MEM Rapport d activité 2011 1. Message du Président Durant sa 8ème année d activité, la Fondation a pu poursuivre

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

Chambre de Commerce de Manresa. Dossier d information

Chambre de Commerce de Manresa. Dossier d information Chambre de Commerce de Manresa Dossier d information 00 La Chambre La Chambre Officielle de Commerce et d Industrie de Manresa est une institution qui œuvre pour le développement économique de la région

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES Finance Comptabilité Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES LE MOT DU CENTRE PATRONAL Donnez un coup d accélérateur à votre carrière! A u service des entreprises

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Agence de communication Evénementielle

Agence de communication Evénementielle Agence de communication Evénementielle L AGENCE Corp est née d un simple constat : nous ne sommes plus uniquement des consommateurs mais aussi des publics. Le brand content a réinventé le discours de la

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises ENTREPRISES ACHETEUSES Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises Cécile Rioux, Responsable des achats, et Nicolas Pernet, Trésorier du CE d'apicil, ont fait appel à Nathalie

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

Guide de marque Marque commercialevalais et label Valais excellence. 2ème édition (2011)

Guide de marque Marque commercialevalais et label Valais excellence. 2ème édition (2011) Guide de marque Marque commercialevalais et label 2ème édition (2011) Guide de marque Marque commerciale Valais et label 2 ème édition (2011) lindaphoto.ch Nous, les Valaisans... Nous les Valaisans, nous

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

Le salon de la PME au service de l entreprise!

Le salon de la PME au service de l entreprise! Le salon de la PME au service de l entreprise! Un salon avec conférences et ateliers destinés aux fournisseurs et prestataires de services et de biens d équipement pour les PME Expo Beaulieu Lausanne Palexpo

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Nous avons l honneur de vous soumettre le projet de décret concernant la suspension de

Nous avons l honneur de vous soumettre le projet de décret concernant la suspension de MESSAGE accompagnant le projet de décret concernant la suspension du remboursement des prêts sans intérêts LIM et NPR dans les secteurs des remontées mécaniques et de l hébergement Le Conseil d Etat du

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONVENTION INTERNATIONALE DES METIERS DU SPORT 7-8 MAI 2014 BEAULIEU LAUSANNE

DOSSIER DE PRESSE CONVENTION INTERNATIONALE DES METIERS DU SPORT 7-8 MAI 2014 BEAULIEU LAUSANNE DOSSIER DE PRESSE CONVENTION INTERNATIONALE DES METIERS DU SPORT BEAULIEU LAUSANNE TABLE DES MATIÈRES 1. MISSION & OBJECTIFS 2. CIBLES 3. PARTENAIRES 4. WISE EN BREF 5. EXPOSANTS 6. COMITE DE PILOTAGE

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Editeur de logiciel pour centre de contacts CONTACT PRESSE

DOSSIER DE PRESSE. Editeur de logiciel pour centre de contacts CONTACT PRESSE Editeur de logiciel pour centre de contacts DOSSIER DE PRESSE CONTACT PRESSE Violaine BRENEZ : marketing executive Boulevard de la Woluwe, 62 1200 Bruxelles Tel : +32 (0)2.307.00.00 Email : v.brenez@nixxis.com

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Notre objectif est de vous communiquer les meilleures solutions pour que vous puissiez

Notre objectif est de vous communiquer les meilleures solutions pour que vous puissiez Toute action marketing a pour objectif nécessairement de vous permettre de maîtriser votre marché, ses contraintes et ses acteurs pour développer une offre, en adéquation parfaite, avec les attentes de

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY RÉCEPTION EN L HONNEUR DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSEAD HÔTEL DE VILLE DE MONTRÉAL 2 OCTOBRE 2009 Seul le discours prononcé fait foi

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

ENTREZ DANS LE PREMIER RÉSEAU D INDÉPENDANTS

ENTREZ DANS LE PREMIER RÉSEAU D INDÉPENDANTS ENTREZ DANS LE PREMIER RÉSEAU D INDÉPENDANTS Fédération Internationale des Logis VOUS SOUHAITEZ conserver votre identité et votre indépendance en vous appuyant sur une marque puissante?, c est 3 000 restaurateurs-hôteliers,

Plus en détail

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE AGTL1

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE AGTL1 QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE AGTL1 J ai fait mon stage dans une résidence de tourisme à la Rosière, en tant que réceptionniste. Mon rôle était d accueillir les clients et de

Plus en détail

Communiqué de Presse - 10 septembre 2009

Communiqué de Presse - 10 septembre 2009 Communiqué de Presse - 10 septembre 2009 L inauguration prochaine du nouveau Palais des Congrès (Square) repose la question de la diminution indispensable de la TVA dans l Horeca, particulièrement pour

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

A B A C U S R E S E A R C H A G Ecknauer+Schoch ASW

A B A C U S R E S E A R C H A G Ecknauer+Schoch ASW ABACUS RESEARCH AG Continuité ABACUS l entreprise Compétence ABACUS l équipe Professionnalisme ABACUS l infrastructure Engagement ABACUS l aide à l utilisateur Partenariat ABACUS les revendeurs Intégration

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Fondation vaudoise pour la formation et le perfectionnement professionnels des métiers MEM

Fondation vaudoise pour la formation et le perfectionnement professionnels des métiers MEM Fondation vaudoise pour la formation et le perfectionnement professionnels des métiers MEM Rapport d activité 2010 1. Message du Président Durant sa 7ème année d activité, la Fondation a pu poursuivre

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

Le Portefeuille d Etudes Yphise

Le Portefeuille d Etudes Yphise à l attention des décideurs, managers et cadres pour réfléchir, agir et se former Manager - Investir - Aligner - Produire Recherche indépendante en informatique d entreprise MOe et MOa depuis 1985 LE PORTEFEUILLE

Plus en détail

RÉUSSIR VOTRE SALON. 2012 Encourage inc.

RÉUSSIR VOTRE SALON. 2012 Encourage inc. RÉUSSIR VOTRE SALON 2012 Encourage inc. OPTIMISEZ VOTRE PARTICIPATION À UN SALON Réussir votre salon, c est non seulement réserver un emplacement et monter un kiosque mais c est aussi, et surtout, bien

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Allocution à l ouverture du Salon de la formation

Allocution à l ouverture du Salon de la formation Allocution à l ouverture du Salon de la formation à Moutier 26 mars 2014 Bernhard Pulver Madame la Ministre, Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les représentantes et représentants - des autorités

Plus en détail

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements La gestion de fortune par des professionnels, pour tous les investisseurs Edition pour la Suisse Fonds de diversification des actifs BFI Dynamic (CHF)

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

PLAN DE DÉVELOPPEMENT DE L INDUSTRIE TOURISTIQUE 2012-2020

PLAN DE DÉVELOPPEMENT DE L INDUSTRIE TOURISTIQUE 2012-2020 PLAN DE DÉVELOPPEMENT DE L INDUSTRIE TOURISTIQUE 2012-2020 Bilan de mi-parcours 2012-2015 Par M. Patrick Dubé, sous-ministre adjoint au développement de l industrie touristique, à l hébergement et aux

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

SYLVIA PINEL. Jeudi 9 janvier 2014

SYLVIA PINEL. Jeudi 9 janvier 2014 SYLVIA PINEL MINISTRE DE L ARTISANAT, DU COMMERCE ET DU TOURISME Discours Discours Vendredi 10 janvier 2014 N 340 Discours de Sylvia PINEL ministre de l Artisanat, du Commerce et du Tourisme lors de la

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

INFRA 2013. Notes pour une allocution de M. Stéphane Bilodeau, ing. Vice-président aux affaires publiques de l Ordre des ingénieurs du Québec

INFRA 2013. Notes pour une allocution de M. Stéphane Bilodeau, ing. Vice-président aux affaires publiques de l Ordre des ingénieurs du Québec INFRA 2013 Notes pour une allocution de M. Stéphane Bilodeau, ing. Vice-président aux affaires publiques de l Ordre des ingénieurs du Québec Centre des congrès de Québec Mercredi le 4 décembre 2013 Mesdames

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

Journée Valaisanne du Tourisme

Journée Valaisanne du Tourisme Journée Valaisanne du Tourisme Défis, Tendances et Innovations en matière d hébergement touristique Martigny - 5 Octobre 2015 Pierre Olivier TOUMIEUX - CEO Groupe LAGRANGE SOMMAIRE 2 1. Le Groupe LAGRANGE

Plus en détail

Projet de coopération interrégionale «Valorisation et promotion des vignobles de Loire»

Projet de coopération interrégionale «Valorisation et promotion des vignobles de Loire» Projet de coopération interrégionale «Valorisation et promotion des vignobles de Loire» Des territoires de vignobles coopèrent pour prolonger leurs stratégies de développement oenotouristique et patrimonial

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail