Expérience de consommation et séries télévisées : Le cas de Friends.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Expérience de consommation et séries télévisées : Le cas de Friends."

Transcription

1 IUP MV 3 Institut Universitaire Professionnalisé D ingénierie du commerce et de la vente IAE Institut d administration des Entreprises Université de Lille 1 Expérience de consommation et séries télévisées : Le cas de Friends. MEMOIRE Pour l obtention du Master 1 de Marketing/Vente Année 2007/2008 Par Lina BOUNSY Flore HUGUET Charlotte VERIN Directeur de Mémoire Richard LADWEIN Professeur Université de Lille Tuteur de Mémoire Candy KOLENC Doctorant Université de Lille

2 Remerciements Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin au bon déroulement de ce mémoire. Ces remerciements s adressent tout particulièrement à l ensemble de la formation de master 1 Marketing Vente de l IAE de Lille, qui nous a formé toute l année et nous a suivi dans la réalisation de ce travail. A Mlle Candy Kolenc et M. Richard Ladwein, nos tuteurs de mémoire, pour leur suivi, leur conseils avisés, leur soutien, leur disponibilité et leur bonne humeur, et qui nous ont permis d aboutir à ce mémoire dans de bonnes conditions. A M. Stéphane St Pol, directeur de formation MV, qui nous a donné les moyens de suivre une formation de qualité et d entreprendre des dossiers et mémoire pertinents. A M. Gilles Marousé, secrétaire de formation MV, pour sa disponibilité, son écoute et sa réactivité tout le long de l année et lors de la réalisation de ce mémoire. Enfin, nous remercions l ensemble des interviewés pour leurs disponibilités et leurs entretiens, sans qui ce mémoire n aurait jamais pu aboutir! 2

3 Sommaire Introduction... 4 Chapitre 1 : Revue de littérature et objectifs de recherche Les expériences de consommation Les séries Valeurs de consommation Objectifs de recherche Chapitre 2 : Méthodologie Collecte d informations Traitement des données Méthodes d analyse Présentation des catégories Chapitre 3 : Résultats Structuration de l activité Intérêt de l activité Expérience de consommation et miroir de soi Projection au-delà d une expérience de consommation Chapitre 4 : Discussion et Implications Rappel des principaux résultats, implications théoriques et managériales Limites et voies de recherches Conclusion

4 Introduction Nous allons nous intéresser dans cette étude à l immersion d un individu dans une expérience de consommation lorsqu il regarde une série télévisée. Cette analyse nous permettra, après avoir réalisé une méthodologie adaptée, d extrapoler les recherches faites sur les expériences de consommation et sur les séries à l une des plus connue, la série américaine Friends. Nous avons décidé d étudier le cas des séries télévisées du fait qu il s agit d un nouveau phénomène de société. En effet, la plupart des adolescents ont une voire deux séries de prédilection qu ils vont suivre régulièrement, qu ils vont télécharger (en streaming), et auxquelles ils vont être fortement influencés d un point de vue identitaire, communautaire ou utilitaire. Friends peut être considérée comme l une des plus importantes séries humoristiques diffusées dans les années 90 et jusqu à nos jours. En effet, en moyenne, la série rassemblait environ 26 millions de personnes chaque semaine, et ce pendant 10 ans! De même, une publication par le magazine Entertainment Weekly d une liste des 100 meilleures émissions de télévision des 25 dernières années, a classé Friends en 9 position, derrière les Simpsons. La série était diffusée dans plus de 50 pays et en France, lorsqu elle était diffusée, elle représentait toujours plus de 10% de parts de marché. Cet excellent audimat est appuyé par les nombreuses récompenses (56) et nominations (153) qu ont pu recevoir la série et ses acteurs, attestant de son succès et de sa qualité. En conséquence, tout le monde a aujourd hui déjà entendu ou regardé cette série. Il nous paraissait donc intéressant d étudier la cause de cet engouement pour Friends et donc, d un point de vue marketing, d analyser l immersion dans une expérience de consommation à travers cette série et les effets qui s en suivent. 4

5 L ensemble de notre recherche suivra un schéma classique. Une première partie sera consacrée à une revue de littérature qui exposera et confrontera les différentes théories d auteurs concernant les expériences de consommation, les séries télévisées et les valeurs de consommation. Cette partie nous permettra alors de poser les objectifs de recherche. La deuxième partie présentera une méthodologie d enquête relative au problème étudié. Nous verrons ici que, dans la mesure où aucune étude de ce type n a été réalisée jusqu à ce jour, nous réalisons une étude de type exploratoire. Après une revue de littérature et une méthodologie pertinente, nous serons alors en mesure dans une troisième partie d analyser et d expliquer les résultats obtenus en vue de développer la finalité de nos investigations. Enfin, dans une quatrième et dernière partie, nous discuterons de ces résultats et des implications managériales et théoriques qui en découlent. Des limites méthodologiques seront ainsi fixées, ouvertes à de nouvelles voies de recherches. 5

6 Chapitre 1 : Revue de littérature et objectifs de recherche Depuis les années 60, nous assistons à une nouvelle donne concernant la consommation. En effet, avant basée principalement sur la fonction utilitaire du produit, elle est devenue aujourd hui dans les sociétés modernes une activité à vivre plus ou moins intensément, individuellement ou collectivement. C est ce que de nombreux auteurs appellent «les expériences de consommation». Ce changement dans nos modes de consommation n est pas négligeable puisque l ensemble des entreprises doit dorénavant adapter son offre de produit et le contexte dans lequel il est vendu. Pour se démarquer de la concurrence et fidéliser le consommateur, les enseignes doivent faire vivre une expérience inoubliable aux individus par la consommation de leur produit. L enjeu est donc de taille si les marques veulent rester dans la course. Beaucoup d écrits ont analysé les expériences de consommation à travers un produit concret, un lieu, une enseigne ou bien une marque et ont relevés certaines caractéristiques à la production d expérience et à l immersion du consommateur. Cependant, aucun ne mentionne l accès à une expérience de consommation par le visionnage d une série télévisée. C est ce que nous voulons prouver : que l expérience de consommation est également accessible via les séries télévisées. Nous allons donc analyser, à travers plusieurs auteurs reconnus, comment les individus peuvent vivre une expérience de consommation à travers un produit totalement abstrait et loin physiquement. Pour cela, nous allons tout d abord étudier les expériences de consommation à travers les différents écrits sur le sujet afin de pouvoir mieux comprendre l état subjectif dans lequel les consommateurs se retrouvent. Nous allons ensuite tenter d avoir une approche littérale sur les séries télévisées pour enfin décrire les valeurs de consommations traitées pour notre sujet. 6

7 1- Revue de littérature 1.1. Les expériences de consommation Définition et enjeux Les expériences de consommation peuvent être définies de plusieurs manières selon l approche que l on souhaite avoir, mais Ladwein 1 va répondre à cette nouvelle donne marketing en définissant l expérience dans un contexte marketing comme «une nouvelle catégorie d offre qui vient s ajouter aux commodités, produits et services pour répondre aux besoins du consommateur actuel». En effet, le consommateur ne veut plus avoir de rapport utilitaire et transactionnel avec le produit mais le considère dorénavant comme un moyen pour vivre de nouvelles expériences. Carù et Cova 2 poussent plus loin l analyse en affirmant que le consommateur se procurera un produit dans le but de le faire rêver et de s éloigner de sa vie quotidienne tout en l aidant à sa construction identitaire. Tout comme Ritzer (cité par Carù et Cova) qui aura une approche plus poétique en surlignant que le but principal du consommateur face aux produits est maintenant de «se divertir et de s évader d un quotidien désenchanté» (1999). Cependant, le produit en lui seul ne peut jouer ce rôle de «libérateur» malgré les nombreux moyens mis en place par les entreprises en termes de packaging ou d innovation produit. Le consommateur, face à ce produit, ne peut également pas construire et gérer son évasion. La démarche doit se faire par le produit qui va appartenir à un univers propre et proposé par les marques. Comment faire alors pour qu une relation puisse se créer entre le produit et le consommateur? 1 LADWEIN R (2003), Le comportement du consommateur et de l acheteur, éditions Economica, Paris, p ; p.108 ; p.116 ; p CARU, Antonella et COVA, Bernard (2006), Expérience de marque : comment favoriser l immersion du consommateur?, Décisions marketing, 41, Janvier-Mars,

8 1- Revue de littérature Les contextes expérientiels. Des contextes expérientiels vont être créés en stimulant les 5 sens et l imaginaire (Carù & Cova 1 ), et des habillages expérientiels vont permettre une interaction entre le produit et le consommateur (Ochs & Rémy 2 ). L intérêt est que le consommateur puisse être immergé dans une expérience d achat positive qu il va percevoir comme extraordinaire. Ainsi celui-ci ayant vécu un moment inoubliable, n aura qu une envie de réitérer cette expérience et sera alors fidélisé avec la marque. Les producteurs auront gagnés leur pari! (Dupuis & Savreux 3 ). Cependant, comme toute chose, cette expérience n est pas pérenne et pour ne pas lasser le consommateur il est nécessaire qu il y ait un processus de renouvellement. Les distributeurs vont ainsi mettre en œuvre des outils marketing de contextes expérientiels, faisant apparaître chez le consommateur des sensations extrêmement positives et qui renaîtront à chaque immersion de manière différente (Dupuis & Savreux). Les mises en scènes. Tout d abord, le contexte expérientiel va être créé par une mise en scène particulière qui va produire de l expérience. La production d expérience (Holbrook, 2000), va revêtir quatre composantes : expérience, divertissement, exhibitionnisme et évangélisme. Pour cela, les marques vont devoir mettre en place des éléments qui permettront la production d expérience : le décor, par la théâtralisation, l intrigue et l action qui vont correspondre aux relations consommateur-produit. 1 CARU, Antonella et COVA, Bernard (2006), Expérience de marque : comment favoriser l immersion du consommateur?, Décisions marketing, 41, Janvier-Mars, OCHS, Adeline et REMY, Eric (2006), Marketing stratégique et distribution à l aune du marketing expérientiel : Porter aux pays des merveilles, Décisions Marketing, 42, Avril-Juin, DUPUIS, Marc et LEJEAN SAVREUX, Dominique (2004), Marketing expérientiel et performances des enseignes de distribution, Revue française de marketing, 198, Juillet,

9 1- Revue de littérature Le décor va permettre de contrôler l immersion dans une expérience de consommation en posant des limites visuelles. Son aspect visuel sera caractérisé par une architecture intérieure et extérieure et par un scénario concrétisé par tout ce qui sera animation, vendeurs, etc. (Dupuis & Savreux 1 ). L intrigue va raconter le produit dans tous ses aspects et va intégrer les quatre composantes de la production d expérience (cf. plus bas). Et enfin, l action va faire rentrer le produit dans la vie du consommateur et fera partie intégrante de son existence (Filser 2 ). Cette mise en scène se fera bien entendu par des éléments de théâtralisation mais également par les histoires construites autour du produit. Ces histoires vont faire passer l individu d un statut de consommateur à celui de lecteur où il sera alors transporté dans son imaginaire. Il va s agir «d ensemble de quasi-récits qui mettent l individu face à un monde fictionnel et souvent mythique» (Carù & Cova 3 ). Par cette mise en scène particulière propre au produit ou à la marque présentée, les sens du consommateur vont alors être largement suscités, ainsi que son imaginaire. Tous les outils vont être mis en place pour que l odorat, la vue, l ouïe, le toucher et le goût soient éveillés pour faire ressentir des sensations chez le consommateur qu il n oubliera pas. Cette surstimulation immergera les individus dans des contextes expérientiels qui apparaîtront comme ludiques (Carù & Cova, 2006). Il s agit ici de développer le marketing sensoriel qui va «créer une expérience agréable grâce à la stimulation polysensorielle» (Dupuis & Savreux, 2004). Dans un contexte expérientiel, une atmosphère va être recréée et correspondra au positionnement adopté par la marque 1 DUPUIS, Marc et LEJEAN SAVREUX, Dominique (2004), Marketing expérientiel et performances des enseignes de distribution, Revue française de marketing, 198, Juillet, FILSER, Marc (2002), Le marketing de la production d expérience : Statuts théoriques et implications managériales, Décisions marketing, 28, Octobre-Décembre, CARU, Antonella et COVA, Bernard (2006), Expérience de marque : comment favoriser l immersion du consommateur?, Décisions marketing, 41, Janvier-Mars,

10 1- Revue de littérature Les caractéristiques. Cependant, même si le contexte expérientiel est mis en place par une mise en scène particulière qui va susciter une explosion des sens chez le consommateur, celui-ci doit tout de même être contrôlé pour éviter les «dérapages» de la part du consommateur qui passerait alors à côté de l objectif non-dit qui est avant tout de vendre. Pour maîtriser ce contexte expérientiel, il doit requérir 3 caractéristiques : enclave, sécurité, thème. Il doit être enclavé dans la mesure où il doit requérir certaines limites pour maîtriser l évasion de l individu dans un monde parallèle loin du quotidien. Le contexte doit être sécurisé dans le sens où aucun «parasite» ne doit faire interférence avec cette immersion. Enfin, il doit être thématisé pour lui donner un sens. Ces trois composantes vont créer un «univers hyperréel» où le consommateur pourra pleinement plonger, suscité par une stimulation importante de l imaginaire grâce à un renouvellement constant de récits, d intrigues, d image (Carù & Cova 1 ). Le rôle du consommateur dans les contextes expérientiels. Malgré tous ces éléments mis en place par les marques, le consommateur en lui-même va jouer le rôle principal dans l immersion et décidera tout seul la manière dont il souhaite vivre l expérience, plus ou moins intensément, même si les outils adéquats sont mis en place (Carù & Cova, 2006). Cette immersion, largement développée par Carù et Cova, va dépendre bien entendu du vécu du consommateur. En effet, selon sa propre expérience, l individu ne va pas s arrêter à la fonction utilitaire du produit mais va rechercher dans son vécu des valeurs hédonistes, ludiques, esthétiques qu il aurait pu intégrer grâce à une expérience de 1 CARU, Antonella et COVA, Bernard (2006), Expérience de marque : comment favoriser l immersion du consommateur?, Décisions marketing, 41, Janvier-Mars,

11 1- Revue de littérature consommation antérieure satisfaisante(holbrook 1 ). Mais les marques peuvent toujours jouer un rôle dans cette immersion et mettre en place des outils abstraits, réduisant la distance consommateur-contexte (Carù & Cova, 2006) Le consommateur, producteur de sens Le discours et l expérience de consommation. Le consommateur va extérioriser les sensations qu il va avoir vis à vis de l expérience de consommation qu il va vivre. Il va ainsi tenir un certain discours qui sera la preuve verbale qu il fut immergé dans une expérience de consommation. Bourgeon et Filser2 ont analysé sept caractéristiques émanant du discours du consommateur qui montrera son implication dans la consommation d un produit. Il s agit de l implication, l orientation visuelle ou verbale (à deux échelles), l orientation romantique ou classique, le besoin de stimulation, la recherche de sensations, et l orientation intrinsèque ou extrinsèque. Ainsi, après l analyse de contenu, il sera aisé de déterminer à quel niveau d immersion est le consommateur en visionnant une série télévisée. 1 HOLBROOK M.B., HIRSCHMAN E.C. (1982), The Experiential Aspects of Consumption: Consumer Fantasies, Feelings and Fun, Journal of Consumer Research, Vol. 9, n 2, pp BOURGEON, Dominique et FILSER Marc (1995), Les apports du modèle de recherches d expériences à l analyse du comportement dans le domaine culturel ; une exploration conceptuelle et méthodologique, Recherche et Applications en Marketing, vol.x, n 4, Avril,

12 1- Revue de littérature Faciliter l immersion du consommateur. Comme nous l avons vu précédemment, les marques vont mettre en place tout un contexte favorisant l immersion du consommateur dans une expérience de consommation. Cependant, cette immersion ne va pas se faire uniquement au niveau du produit. En effet, le consommateur va devoir être «guidé» vers cette expérience par des dispositifs d accompagnement, d action collective et d auto-détermination (Carù et Cova 1 ). Ce rôle de guide développé par Carù et Cova (2006) va permettre «d accompagner» le consommateur, c est à dire, faire en sorte qu il ait confiance dans le produit présenté en révélant une partie intime. Cela peut être une histoire développée quand il s agit d une marque ou bien de connaître les secrets des personnages d une série par exemple. En se sentant en confiance et oubliant l aspect totalement transactionnel du produit, l individu va alors développer des émotions positives qui faciliteront son évasion et son immersion en expérience de consommation. Une stimulation émotionnelle comme réponse à l expérience de consommation. L individu, en étant en expérience de consommation va faire appel à sa sphère cognitive et affective du fait de son interactivité avec l objet et le contexte associé (Filser 2 ). L immersion va donc être totalement subjective dans la mesure où elle va dépendre du vécu des consommateurs et de leur réactivité aux signaux envoyés. Malgré cela, les individus vont mobiliser un ensemble de stimulus dans le seul but de s évader de leur quotidien et d oublier le stress et les tracas de leur vie (Carù et Cova 3 ). Ils vont dépasser la fonction utilitaire du 1 CARU, Antonella et COVA, Bernard (2006), Expérience de marque : comment favoriser l immersion du consommateur?, Décisions marketing, 41, Janvier-Mars, FILSER, Marc (2002), Le marketing de la production d expérience : Statuts théoriques et implications managériales, Décisions marketing, 28, Octobre-Décembre, CARU, Antonella et COVA, Bernard (2003), Approche empirique de l immersion dans l expérience de consommation : les opérations d appropriation, Recherche et applications en marketing, vol 18, 2,

13 1- Revue de littérature produit pour qu il devienne producteur de sens et dégagent un ensemble d émotions fortes qui rendra l expérience comme extraordinaire (Ochs et Rémy 1 ) Cette immersion réveillera les cinq sens du consommateur qui sera donc en sur-stimulation émotionnelle. Voulant alors renouveler cette expérience et explorer à nouveau ses sensations, il donnera ainsi un sens à sa vie et une construction identitaire (Carù et Cova, 2003). Une construction identitaire. Selon Carù et Cova 2, le consommateur va chercher à s immerger dans une expérience de consommation parce qu elle va lui procurer des sensations inoubliables. Cela va lui donner une image positive de lui-même qui le poussera alors à explorer encore plus ses capacités émotionnelles. En ce sens, le consommateur va se découvrir et construire son identité au fur et à mesure l expérience de consommation. Cela devient un «objectif global de construction identitaire» (Carù et Cova 3 ). Par une expérience de consommation l individu va donc orienter le produit vers soi et ainsi favoriser la construction de son identité propre. Cependant, elle peut être également de type communautaire du fait qu il va y avoir non seulement une interactivité objet-consommateur mais également une interactivité objet-consommateur-contexte, facilitant encore plus la production d expérience (Filser 4 ). En effet, l expérience de consommation vécue à l origine de manière individuelle, aura besoin d être partagée par le consommateur. Ainsi, en exprimant ses ressentiments, celui-ci se sentira exister et appartenir à un réseau social partageant les 1 OCHS, Adeline et REMY, Eric (2006), Marketing stratégique et distribution à l aune du marketing expérientiel : Porter aux pays des merveilles, Décisions Marketing, 42, Avril-Juin, CARU, Antonella et COVA, Bernard (2003), Approche empirique de l immersion dans l expérience de consommation : les opérations d appropriation, Recherche et applications en marketing, vol 18, 2, CARU, Antonella et COVA, Bernard (2006), Expérience de marque : comment favoriser l immersion du consommateur?, Décisions marketing, 41, Janvier-Mars, FILSER, Marc (2002), Le marketing de la production d expérience : Statuts théoriques et implications managériales, Décisions marketing, 28, Octobre-Décembre,

14 1- Revue de littérature mêmes valeurs (Carù et Cova 1 ). Des micro-rituels pourront être réalisés, renforçant encore plus l idée de communauté et des apprentissages mutuels seront réalisés des plus instruits vers les plus novices. Ces activités collectives renforceront l identité du consommateur au sein d un groupe et également son identité propre en donnant un sens à sa vie. (Carù et Cova, 2006). Ces analyses étaient principalement basées sur une relation consommateur-objet. Il serait donc très intéressant de pouvoir élargir ces hypothèses à un produit de type culturel et qui rentre dans les générations actuelles : les séries télévisées, qui suscitent un fort engouement au près des jeunes et de nombreux «accrocs». Quels sont les outils mis en place pour que ce processus d addiction et de renouvellement au travers des séries télévisées puisse exister? 1 CARU, Antonella et COVA, Bernard (2006), Expérience de marque : comment favoriser l immersion du consommateur?, Décisions marketing, 41, Janvier-Mars,

15 1- Revue de littérature 1.2. Les séries Les aspects de la consommation expérientielle. Tout d abord, les séries télévisées vont se différencier des programmes de cinéma dans la mesure où elles concernent des histoires qui vont se dérouler sur un très long terme, mettant en place des coupures où le téléspectateur va revenir à la réalité. Ces coupures vont faire en sorte que l immersion du consommateur dans la série se fasse par petits moments intenses et pas par un grand plongeon, comme il peut être le cas avec les films cinématographiques (Carù et Cova, 2004). L immersion sera ainsi facilitée puisque le consommateur aura pris le temps de s approprier la série. Ensuite, les séries peuvent se distinguer également des films dans le sens où il ne sera pas mis en place de contexte propre à la série, comme cela peut être le cas avec les films qui vont être projetés dans une salle de cinéma. Ici, le risque est que dans ce cas l appropriation est ralentie dans la mesure où les trois étapes de nidification, marquage et exploration seront bâclées voire inexistantes. Il va donc être indispensable ici de démontrer que les individus entrent en expérience de consommation et par quel biais cela s opère. Le marketing expérientiel a fait émerger l idée que l ensemble des activités de consommation ne se résumait pas qu aux biens et aux services, mais qu il était également composé des expériences de consommation. Cette approche souligne l importance des valeurs hédoniques, symboliques et esthétiques au sein de la consommation. 15

16 1- Revue de littérature L influence des séries. Selon Ladwein, Kolenc et Ouvry 1, la télévision «modèle la conception du monde réel par les téléspectateurs, en déformant leurs perceptions du monde réel par les perceptions du monde imaginaire de la télévision». Cela peut s appliquer aux séries dans la mesure où elles vont présenter dans un petit écran un univers propre qui sera vu de manière totalement subjectif selon la vision et le vécu du téléspectateur. Cependant, malgré le fait que le spectateur va regarder la série selon ses propres yeux, la télévision va tout de même jouer une forte influence sur lui, de manière totalement invisible. En effet, selon Hirschman (1998), une certaine idéologie est transmise via les séries surtout lorsque celles-ci restent proches de la réalité. Les téléspectateurs vont alors faire une projection de leur vie dans celle de la série qui va alors lui donner des réponses à ses questions. Les séries vont également avoir une forte influence auprès des téléspectateurs, surtout les plus jeunes, en leur montrant des personnages qui pourraient être comme eux mais idéalisés. Ils sont appelés «modèles de rôle» et vont être des «agents de socialisation déterminants» (Ladwein, Kolenc, Ouvry 2 ). En effet, ces derniers auront une forte influence sur les téléspectateurs et peuvent être même considérés comme prescripteurs (Martin, Bush, 2000), malgré le fait qu ils n entrent pas en contact direct avec le consommateur. Ainsi, tout en étant dans un état totalement passif devant son écran, l individu va absorber ce qu il en voit et en créer une expérience de consommation. Cependant, il serait intéressant d étudier si le consommateur va aller plus loin dans son expérience de consommation en la 1 LADWEIN, R., KOLENC, C. et OUVRY, M. (2007), Expérience de consommation télévisuelle et restauration du lien social : le cas Star Académy, 6 ème Journées Normandes de Recherche sur la consommation : Société et consommations, Mars, LADWEIN, R., KOLENC, C. et OUVRY, M. (2007), Expérience de consommation télévisuelle et restauration du lien social : le cas Star Académy, 6 ème Journées Normandes de Recherche sur la consommation : Société et consommations, Mars,

17 1- Revue de littérature partageant avec d autres membres qui lui ressemble, créant alors un groupe identitaire, que l on pourrait qualifier de «sous culture» (Schouten et McAlexander 1 ) L expérience des séries vers une sous-culture. Les consommateurs vont donc se plonger dans une expérience de consommation et s approprier la série. Dans la mesure où les téléspectateurs vont chercher à travers la série a acquérir des sensations liées au divertissement, expérience, exhibitionnisme et évangélisme (Holbrook, 2000), celle-ci va rentrer totalement dans leur mode de vie (Filser 2 ) et l individu va alors se créer un environnement pour accueillir ce nouveau produit. Cela va se concrétiser par une projection de l expérience de consommation à travers son réseau social et se créer un groupe dans lequel il pourra partager cette expérience. Schouten et McAlexander 3 utilisent le terme de «sous culture de consommation» pour caractériser un groupe distinctif qui va partager une activité de consommation. Nous sommes bien dans le cas des séries télévisées où les individus vont se retrouver entre eux et partager des émotions en visionnant la série. Kozinets 4 pousse même plus loin cette définition avec son analyse sur Star Treck. Il affirme que le terme de «culture de consommation» va être utilisé lorsque les groupes vont pratiquer ensemble une activité mais également partager et s identifier dans le but que créer un groupe le plus homogène possible. Le consommateur de la série va donc être immergé dans une expérience de consommation, influencé par les modèles de rôles et créer une «sous-culture» (Schouten et McAlexander, 1 SCHOUTEN, J. W.; McALEXANDER, J. H. (1995), Subcultures of consumption: An ethnography of the new biker, Journal of Consumer Research; Vol.22, N 1, pp FILSER, Marc (2002), Le marketing de la production d expérience : Statuts théoriques et implications managériales, Décisions marketing, 28, Octobre-Décembre, SCHOUTEN, J. W.; McALEXANDER, J. H. (1995), Subcultures of consumption: An ethnography of the new biker, Journal of Consumer Research; Vol.22, N 1, pp KOZINETS, Robert (2001), Utopian enterprise : articulating the meanings of Star Treck s culture of consumption, Journal of Consumer Research, Vol.28 Issue 1, Juin,

18 1- Revue de littérature 1995). Une telle réception à la série n est pas négligeable pour que l on puisse s interroger sur ce qui va permettre cette investiture. Quelles vont être les valeurs qui vont se dégager du produit pour qu il devienne un objet d influence? 18

19 1- Revue de littérature 1.3. Valeurs de consommation. Nous avons pu voir précédemment que les téléspectateurs allaient pouvoir plonger dans une expérience de consommation à travers un produit qui ne revêt quasiment aucune fonction utilitaire, une série télévisée. Cependant, il va être important de pouvoir comprendre les valeurs auxquelles les individus adhèrent à travers ce type de produit. Les travaux d Aurier, Evrard et N Goala 1 ont une approche relativement générale et conceptuelle des valeurs de consommation en les plaçant du côté des consommateurs, à l inverse d autres auteurs. Selon les auteurs, il va exister deux types de valeurs à savoir globale ou analytique. Dans cette revue de littérature, nous nous intéresserons à la deuxième dans la mesure où elle va concerner la valeur de consommation en la plaçant au niveau des expériences de consommation (Aurier, Evrard et N Goala, 1998). Holbrook et Corfman (1995) vont expliquer cette valeur en la définissant comme «une préférence relative, caractérisant l expérience d un individu en interaction avec un objet». Nous sommes donc bien en plein cœur de notre sujet, c est à dire quelles sont les interactions entre le téléspectateur et la série Friends. Très peu d écrits ont analysés en profondeur cette valeur de consommation analytique et sont en général retenus que deux aspects à la valeur de consommation. Tout d abord il y a bien entendu la valeur utilitaire puis les pionniers du marketing expérientiel ont avancé l idée qu il existait également un aspect hédonique à la consommation (Holbrook et Hirschman 2 ). L objet de consommation n est plus un moyen mais devient une finalité et relève donc de qualités intrinsèques. Plusieurs auteurs ont eu une approche conceptuelle ou bien empirique sur cette valeur de consommation. Nous allons les présenter brièvement afin de poser un cadre général pour ensuite mieux analyser ces valeurs à travers notre sujet. 1 AURIER, P, EVRARD, Y, N GOALA, G (2004), Comprendre et mesurer la valeur du point de vue du consommateur, Recherche et Applications en marketing, Vol.19, 3, Mars, HOLBROOK M.B., HIRSCHAMN E.C. (1982), The Experiential Aspects of Consumption: Consumer Fantasies, Feelings and Fun, Journal of Consumer Research, Vol. 9, n 2, pp

20 1- Revue de littérature Cadre général Les différents auteurs qui ont pu étudier les valeurs de consommation se rejoignent sur le fait qu ils opposent les valeurs extrinsèques de celles intrinsèques. Une fois cette opposition faite, ces auteurs vont se démarquer quand à la classification qu ils vont faire de ces valeurs. Holbrook va comparer les deux types de valeurs de consommations en les reposant sur des dichotomies (1994) puis en analysant les préférences. Celles-ci vont être alors soit vers le consommateur, soit vers les autres, que celui-ci soit actif ou bien passif. Ces trois dichotomies nous montrent bien la complexité des valeurs de consommations intrinsèques et la complexité des champs qu elle peut revêtir. Holt 1, confirme cette approche comme quoi la valeur intrinsèque peut être orientée vers le consommateur ou bien vers les autres, mais va plus loin en relevant quatre significations. Les pratiques de consommation peuvent alors relever de l expérience, du jeu, de l intégration ou bien de la classification. D après les définitions de ces significations, nous ne pouvons classer les séries télévisées comme Friends dans une seule et unique catégorie dans la mesure où c est le téléspectateur qui va choisir tout seul la manière dont il souhaite «utiliser» la série. De plus, dans la mesure où la série est multidimensionnelle, la relation consommateur-objet n est que plus complexe. Malgré le fait que la valeur globale est opposée à la valeur analytique, Sheth, Newman et Gross (1991) ont proposé une typologie des bénéfices perçus et se calent tout de même avec l objet de notre intérêt. En effet, selon eux, les bénéfices seraient de l ordre du fonctionnel, social, émotionnel, épistémique et conditionnel. Lai (1995) pousse la typologie en ajoutant trois nouveaux bénéfiques, applicables aux valeurs de type analytique : hédonique, esthétique et holistique, qui ne sont pas sans rappeler les fonctions d expérience de consommation relevées par Holbrook et Hirschman 2 en HOLT, Douglas (1995), How consumers consume : a typology of consumption practices, Journal of Consumer research, Vol.22, Juin, HOLBROOK M.B., HIRSCHAMN E.C. (1982), The Experiential Aspects of Consumption: Consumer Fantasies, Feelings and Fun, Journal of Consumer Research, Vol. 9, n 2, pp

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

les ateliers Papilles Créatives

les ateliers Papilles Créatives Oubliez ce que vous savez des ateliers culinaires classiques les ateliers Papilles Créatives STOP aux complexes et à la performance culinaire! STOP aux diktats alimentaires et à la culpabilité en cuisine!

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Enseignement recherche ED N 2

Enseignement recherche ED N 2 Enseignement recherche h ED N 2 Les Techniques de recueil de données 1 DMG de Paris 7 Le but de la recherche générer une hypothèse, développer une théorie Tester une hypothèse Mesurer - des questions différentes!

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE ATELIER PHILO COMPRENDRE LES ENJEUX ANIMATION STIB APPRÉHENDER LA RÉALITÉ DE TERRAIN TRAVAIL DE CRÉATION FIXER LES NOTIONS ACQUISES MOMENT DE CLÔTURE SE RETROUVER

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation OBJECTIFS - Connaître les phases d élaboration d un cahier des charges de formation - Etre capable de définir les objectifs

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

L analyse de données selon la grounded theory. Procédures de codage et critères d évaluation A. Strauss et J. Corbin PRÉSENTATION

L analyse de données selon la grounded theory. Procédures de codage et critères d évaluation A. Strauss et J. Corbin PRÉSENTATION L analyse de données selon la grounded theory. Procédures de codage et critères d évaluation A. Strauss et J. Corbin PRÉSENTATION CANONS ET PROCÉDURES La collecte et l analyse des données sont un processus

Plus en détail

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités Synthèse des résultats de l enquête menée par le Groupe accueil des bibliothèques

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

L ENTRETIEN INDIVIDUEL

L ENTRETIEN INDIVIDUEL L ENTRETIEN INDIVIDUEL 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L entretien individuel est une technique de recueil de l information qui se déroule dans une relation de face-à-face entre l évaluateur

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

MAITRISE DE SOI ÉCOLE SECONDAIRE PREMIER ET DEUXIÈME CYCLES

MAITRISE DE SOI ÉCOLE SECONDAIRE PREMIER ET DEUXIÈME CYCLES MAITRISE DE SOI ÉCOLE SECONDAIRE PREMIER ET DEUXIÈME CYCLES Les élèves ayant des troubles d apprentissage ou un trouble du déficit de l attention avec hyperactivité (TDA/H) ont souvent de la difficulté

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr Atelier n 4n Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr rent Docteur Agnès Riché Référente en antibiothérapie, CH Angoulême Docteur Remy Gauzit Anesthesiste Réanimateur, Hôtel Dieu, AP-HP

Plus en détail

La vidéo en France en 2016

La vidéo en France en 2016 La vidéo en France en 2016 Pratiques et enjeux 23/05/16 ! Méthodologie Population de référence Internautes de 15 ans et plus Mode de recueil Administration d un questionnaire sur Internet Taille de l échantillon

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN LARDEUX Solenn Créer un projet ayant pour intitulé «réalisation artistique personnelle» laisse une très grande liberté.

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

IAE LILLE. Com en or day. 8 mars 2016 Halls de la filature, Saint-André Synthèse LIVE

IAE LILLE. Com en or day. 8 mars 2016 Halls de la filature, Saint-André Synthèse LIVE IAE LILLE Com en or day 8 mars 2016 Halls de la filature, Saint-André Synthèse LIVE Quand l événement fait la meilleure pub Animation :, Président d IAEvent La publicité dans les médias traditionnels est

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises VIDEO FADA un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises Le Cinéma Numérique Ambulant (CNA) est un réseau d associations, basées en Afrique et en Europe, qui a pour objectif d organiser

Plus en détail

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année CLASSE DE 3 ème Présentation de l année Quelques points de repères pour l année de 3 ème 1 er trimestre Informations La classe rencontre la conseillère d Orientation Réunion d information parents / direction

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

La mémoire des 5 sens

La mémoire des 5 sens FRANÇOIS PAUL-CAVALLIER La mémoire des 5 sens Méthode de mémorisation sensorielle Cette méthode permet d accroître sa capacité de mémorisation. Le principe en est totalement original car il s appuie sur

Plus en détail

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HASARD ET D ARGENT À L ADOLESCENCE: DE L EXPÉRIENCE À UNE RATIONALISATION SOCIALE Annie-Claude Savard, M. Serv. Soc., candidate au doctorat, École de Service Social,

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

ETUDE D USAGE D ALPHALIRE

ETUDE D USAGE D ALPHALIRE ETUDE D USAGE D ALPHALIRE Festival du premier roman de Chambéry-Savoie Festival du premier roman de Chambéry, 237 carré Curial, 73 000 Chambéry Directrice : Véronique Bourlon (veroniquebourlon@festivalpremierroman.com)

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Méthodologie du mémoire

Méthodologie du mémoire Méthodologiedumémoire UFRCultureetcommunication LicenceInformationetcommunication Lesenjeuxdumémoire Un enjeu pédagogique: la préprofessionnalisation suppose de la part de l étudiant des facultésd adaptationenmilieuprofessionnel,etuncertainreculquidoitluipermettre,audelà

Plus en détail

[ INDEX ] Introduction...1. CHAPITRE I - Communication sensorielle et identité de marque...3

[ INDEX ] Introduction...1. CHAPITRE I - Communication sensorielle et identité de marque...3 1 [ INDEX ] Introduction...1 CHAPITRE I - Communication sensorielle et identité de marque...3 A] La communication sensorielle...3 Franchir les limites du visuel...4 Une mémoire sensorielle : un facteur

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail