Le Cristal du CNRS, créé en 1992, distingue chaque année des ingénieurs, des techniciens et des administratifs. Il récompense celles et ceux qui, par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Cristal du CNRS, créé en 1992, distingue chaque année des ingénieurs, des techniciens et des administratifs. Il récompense celles et ceux qui, par"

Transcription

1

2 Le Cristal du CNRS, créé en 1992, distingue chaque année des ingénieurs, des techniciens et des administratifs. Il récompense celles et ceux qui, par leur maîtrise technique et leur sens de l innovation, contribuent aux côtés des chercheurs à l avancée des savoirs et à l excellence de la recherche française.

3 SOMMAIRE INSTITUT DES SCIENCES BIOLOGIQUES (INSB) PATRICK PARRA NATHALIE PASQUALINI JEAN-YVES TIERCELIN 04 MOTIVATION, SPORTIVITÉ ET MÉCANIQUE 05 ENTRE MANAGEMENT ET QUALITÉ 06 LA MÉCANIQUE AU SERVICE DES NEUROSCIENCES INSTITUT DE CHIMIE (INC) LUC DELMOTTE ANNE LESAGE 07 LA RMN AU SERVICE DE TOUS LES SOLIDES 08 AUX MANETTES DU PLUS PUISSANT SPECTROMÈTRE RMN INSTITUT ÉCOLOGIE ET ENVIRONNEMENT (INEE) SAMUEL ROBERT 09 LA GÉOGRAPHIE, VECTEUR D INTERDISCIPLINARITÉ INSTITUT DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES (INSHS) MARIN DACOS VÉRONIQUE HUMBERT 10 LES HUMANITÉS NUMÉRIQUES 11 ARCHÉOLOGUES EN RÉSEAU INSTITUT DES SCIENCES INFORMATIQUES ET DE LEURS INTERACTIONS (INS2I) MICHEL BENOIT 12 ROBOT : QUAND LA RAPIDITÉ N EST PLUS UN FREIN INSTITUT DES SCIENCES DE L INGÉNIERIE ET DES SYSTÈMES (INSIS) GILLES ADDA 13 LA PAROLE EST À L INGÉNIEUR! INSTITUT DE PHYSIQUE (INP) MONIQUE GRANON NICOLAS PAUWELS 14 DE LA CONVIVIALITÉ DANS LA PHYSIQUE QUANTIQUE 15 EXPERT EN DÉMANTÈLEMENT NUCLÉAIRE INSTITUT NATIONAL DE PHYSIQUE NUCLÉAIRE ET DE PHYSIQUE DES PARTICULES (IN2P3) THIERRY LAMY RENÉE PIGNARD INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES DE L UNIVERS (INSU) LAURENT JOCOU 16 DES IONS QUI COULENT DE SOURCE 17 DE LA PRÉCISION DE LA CHIMIE À LA RIGUEUR DE LA GESTION 18 QUAND OPTIQUE ET TECHNOLOGIE INTERFÈRENT MOYENS COMMUNS JEAN-LOUIS BUSCAYLET GÉRARD KERLIDOU 19 UN HOMME DE L OMBRE POUR UN CNRS EN LUMIÈRE 20 LE SERVICE PUBLIC POUR VOCATION OURS 21 «Talents» Cristal du CNRS Palmarès

4 PATRICK PARRA MOTIVATION, SPORTIVITÉ ET MÉCANIQUE «Être capable de réaliser un assemblage de pièces qui fait aujourd hui l objet d un brevet, je n aurais même pas osé y croire il y a vingt ans.» Cette machine, un stimulateur multivibrissal, Patrick Parra, 52 ans, et son confrère Jean-Yves Tiercelin l ont fabriquée pour l équipe de recherche de Daniel Schulz, responsable de l une des équipes pour lesquelles ils travaillent. Le but? Étudier les sensations tactiles des rats médiées par les vibrisses, c est-à-dire leurs moustaches. Pour y parvenir, les deux mécaniciens ont relevé le défi de faire bouger une seule vibrisse à la fois ou une rangée de vibrisses, ou l ensemble des vibrisses, grâce à un système sophistiqué de stylos capables de faire réagir ces moustaches. Pas simple quand on sait que les vingt-quatre vibrisses d un rat occupent une surface de seulement 1 cm 2! Petit retour en arrière... Début 2002, Patrick Parra a rejoint Jean-Yves Tiercelin dans l atelier de mécanique de l Institut de neurobiologie Alfred Fessard (Inaf). Depuis, «la boule au ventre du dimanche soir, ressentie des centaines de fois, a disparu». C est par passion pour la mobylette que le jeune homme avait choisi, à 16 ans, de devenir mécanicien et d entrer à l école de la Snecma. Il débute sa carrière au sein du géant de l aéronautique. «Mais c était la vraie usine des films de Charlie Chaplin.» Et surtout, les horaires en deux-huit et en trois-huit empêchent le jeune homme de se rendre à ses entraînements de basket, au club d Athis-Mons. Il démissionne en À partir de cette date et jusqu à sa réussite au concours du CNRS, ce féru de sport exerce dans diverses sociétés de sous-traitance, intéressées par sa maîtrise de la commande numérique, une spécialité rare à l époque. Pour parfaire les collaborations, le mécanicien aimerait organiser une journée de découverte de l atelier durant laquelle les différentes équipes de recherche pourraient échanger sur les outils qu elles utilisent. Des échanges et des systèmes d entraide qui existent déjà au sein du réseau régional et national des mécaniciens du CNRS, auquel le duo de l Inaf participe régulièrement. Et sur le site même de Gif, Patrick a rejoint le club associatif d élevage d animaux, situé sous la cantine. Pour se détendre, notre amateur de sports, qui ne peut plus se permettre de jouer intensément au basket, tient un blog 1 consacré particulièrement à l Essonne, le département où il vit depuis Et surtout, il a trouvé son coin de paradis : Bouzigues, en face de Sète, connue pour ses huîtres «salées au goût de noisette». 1. IL A GARDÉ UN ENTHOUSIASME ILLIMITÉ POUR LA MÉCANIQUE. Aujourd hui, toujours mû par un enthousiasme illimité pour la mécanique, Patrick s investit dans l atelier qui voit défiler nombre de scientifiques chaque jour. «Au début, les chercheurs commencent par bricoler de vieux trucs, ensuite, ils poussent la porte de notre atelier!» Patrick, lui, se rend toujours dans les labos pour vérifier que les appareillages fournis fonctionnent. «C est extraordinaire, comme si je regardais France 5 tous les jours! En ce moment par exemple, je fabrique de très petits moules qui accueilleront des œufs de zebra fish sur un système de microscopie automatisé.» INSTITUT DES SCIENCES BIOLOGIQUES (INSB) INSTITUT DE NEUROBIOLOGIE ALFRED FESSARD (INAF) CNRS GIF-SUR-YVETTE INAF. Photo Jean-Paul Bouillot 04

5 NATHALIE PASQUALINI ENTRE MANAGEMENT ET QUALITÉ Nathalie Pasqualini l admet elle-même, elle a «un parcours biscornu». Née à Lyon, elle grandit dans l île de Beauté, passe un baccalauréat scientifique puis un DEUST 1 à l université de Corte avant de rallier le continent pour intégrer en 1991, à Montpellier, un IUP 2 d ingénierie de la santé. Suivront de multiples CDD en tant que technicienne de laboratoire dans plusieurs entreprises pharmaceutiques. Rattrapée par le chômage, la jeune femme envisage alors une reconversion et suit une formation en gestion et management de la qualité. Une formation à laquelle l un de ses anciens professeurs, Bernard Pau, l encourage avant de l embaucher au sein du laboratoire qu il dirige. Depuis janvier 2007, à la suite d une réorganisation des labos, Nathalie Pasqualini est devenue responsable administrative du Centre d études d agents pathogènes et biotechnologies pour la santé (CPBS). Instruire et suivre les dossiers des personnels de l unité de recherche, réaliser bilans et synthèses, établir et suivre le budget, organiser et coordonner les projets organisationnels de l unité, telles sont quelques-unes des nombreuses missions dont elle a la charge. La jeune femme aujourd hui âgée de 40 ans, n en oublie pas pour autant sa formation. «J applique les méthodes du management qualité à mon travail.» Quand on la sollicite, elle n hésite pas non plus à prodiguer des conseils sur la traçabilité, le suivi du matériel ou la gestion de l information. Mais elle préfère rester discrète sur sa qualité de qualiticienne. «Mettre en place une démarche qualité au sein du laboratoire prendrait 100 % de mon temps.» D autant que son emploi du temps, déjà très chargé, va encore s alourdir avec le prochain déménagement de son laboratoire dans un bâtiment tout neuf de 3000 m². «J APPLIQUE LES MÉTHODES DU MANAGEMENT QUALITÉ À MON TRAVAIL.» Au delà de son activité dans l unité de recherche, la jeune femme mène également de front de nombreuses activités transverses en matière d expertise en management qualité au niveau régional et national. Première ingénieure qualité recrutée par l Institut des sciences biologiques du CNRS, elle en est la référente. Elle a joué un rôle pionnier dans le développement de la démarche qualité dans les unités du CNRS. Elle est aussi co-fondatrice et vice-présidente de l association QuaRES (Qualité en recherche et en enseignement supérieur), membre du comité de pilotage du réseau «Qualité en recherche» au sein de la Mission ressources et compétences technologiques (MRCT) DR13. Photo Valérie Suiro INSTITUT DES SCIENCES BIOLOGIQUES (INSB) CENTRE D ÉTUDES D AGENTS PATHOGÈNES ET BIOTECHNOLOGIES POUR LA SANTÉ (CPBS) CNRS / UNIVERSITÉ MONTPELLIER 1 / UNIVERSITÉ MONTPELLIER 2 MONTPELLIER du CNRS et co-auteur de l ouvrage La démarche qualité dans la recherche publique et l enseignement supérieur 3. A-t-elle pour autant des regrets pour les recherches qu elle a menées à ses débuts dans le domaine de la santé? «Aucun. Finalement la démarche qualité, qui exige rigueur, organisation, pédagogie et aptitude à la rédaction, correspond mieux à ma personnalité que la démarche scientifique en elle-même. Je fais des choses beaucoup plus variées que si je menais un seul projet de recherche.» Et puis, en travaillant au sein d un laboratoire, elle continue à côtoyer les chercheurs, dans un environnement passionnant. À la ville, Nathalie Pasqualini partage son temps libre entre son mari, ses deux enfants et l organisation de leurs prochaines vacances... en Corse, naturellement. 1. Diplôme d études universitaires scientifiques et techniques. 2. Institut universitaire professionnel. 3. Quæ Éditions, «Talents» Cristal du CNRS Palmarès

6 JEAN-YVES TIERCELIN LA MÉCANIQUE AU SERVICE DES NEUROSCIENCES «Regardez ce tiroir, son système d ouverture est un extraordinaire mécanisme de translation.» Dans l atelier de mécanique avec vue sur le parc du domaine de Gif-sur-Yvette, Jean-Yves Tiercelin, 57 ans, conserve précieusement des pièces dont les mécanismes pourraient lui être utiles. «Je ne fabrique pas tout mais je détourne la fonction d objets jetés aux rebuts.» Passionné de vide-greniers, habitué des puces de la porte de Vanves et de celles de Montreuil, il préfère de loin le recyclage au gaspillage. Mais c est surtout pour «Passer du bleu de travail à une blouse blanche a été formidable.» Pour Jean-Yves, quitter le privé, «un milieu d hommes avec des rapports humains parfois un peu rustres», lui a permis de s épanouir dans son métier et de concrétiser enfin son fort désir de créativité. «Pendant mes vingt-quatre années dans le privé, on me donnait des plans avec des notations précises et j exécutais. Maintenant, je travaille avec des neurobiologistes, sans connaissance particulière en mécanique, qui me laissent carte blanche.» Voici donc le maître-mot : l autonomie. Et les projets de grande envergure, à partir d un simple croquis imaginé par les scientifiques, se suivent année après année. Le premier projet de Jean-Yves? Une machine de conditionnement à mouches pour laquelle il fallait imaginer un système de chargement de drosophiles. Mais l appareil dont il retire le plus de fierté, «celui exigeant le plus de technicité et construit à neuf», est un stimulateur multivibrissal. La plupart des réalisations sont élaborées en duo, avec Patrick Parra, également mécanicien et lauréat du Cristal. IL ÉLABORE AVEC LES CHERCHEURS DES APPAREILLAGES SCIENTIFIQUES UNIQUES ET DES PIÈCES DE HAUTE PRÉCISION QUI N EXISTENT PAS SUR LE MARCHÉ. INSTITUT DES SCIENCES BIOLOGIQUES (INSB) INSTITUT DE NEUROBIOLOGIE ALFRED FESSARD (INAF) CNRS GIF-SUR-YVETTE sa longue expérience sur les machines traditionnelles, sa motivation et son inventivité que Jean-Yves a été recruté au CNRS. Entré sur concours en 1996, à l âge de 42 ans, le mécanicien d usinage s attache à concevoir, avec les chercheurs de l Institut de neurobiologie Alfred-Fessard (Inaf), des appareillages scientifiques uniques et à élaborer des pièces de haute précision qui n existent pas sur le marché. INAF. Photo Jean-Paul Bouillot. Quant aux relations humaines au sein de l Inaf, Jean- Yves les compare avec celles qu il a connues enfant et adolescent. «Mes parents étaient gens de maison dans un château du Maine-et-Loire. J ai retrouvé ici une certaine noblesse d esprit et des rapports humains empreints de respect et de confiance.» Et quand ils ne sont pas co-auteurs des publications scientifiques, Jean-Yves Tiercelin et Patrick Parra sont toujours largement cités dans les remerciements. Et pour cause : sans leur ingéniosité, il n y aurait pas ces machines extraordinaires qui aujourd hui voyagent dans des laboratoires internationaux et sont déterminantes pour les travaux des équipes de recherche. Grâce aux cours du soir, Jean-Yves a su acquérir des compétences professionnelles complémentaires : «Paris est une ville d opportunité pour un ouvrier.» Mais surtout, à la sortie de l usine, il avait «besoin de vivre autre chose». Paris lui a fourni un décor idéal pour assouvir sa passion pour la photographie - une activité abandonnée depuis quinze ans qu il espère reprendre à la retraite. Très discret sur sa vie privée, notre lauréat évoque toutefois une autre de ses passions : celle qu il partage avec Bernadette, sa compagne, et Jean, son fils, pour le cinéma. 06

7 LUC DELMOTTE LA RMN AU SERVICE DE TOUS LES SOLIDES du solide. Fort de ses compétences en électronique, Luc en accepte la gestion. Après plusieurs mois passés à «apprivoiser et modifier la machine», il peut décrypter les mécanismes guidant la synthèse des zéolithes (proches des argiles) avec des ions fluorures en milieu acide. «Mon laboratoire était le spécialiste de cette réaction mais personne ne savait comment elle se produisait! En adaptant la RMN, j ai pu localiser les interactions entre les atomes de fluor et les différentes zéolithes. Je ne me sentais pas limité par le matériel, c était extraordinaire!» IS2M. Photo Nathalie Castelein INSTITUT DE CHIMIE (INC) INSTITUT DE SCIENCE DES MATÉRIAUX DE MULHOUSE (IS2M) UNIVERSITÉ DE MULHOUSE / CNRS MULHOUSE «Le déclic s est fait avec Jules Verne. Sa lecture m a donné le goût de l invention.» Tout jeune, il s amuse à «triturer» les produits qui l entourent, comme les engrais de la ferme parentale. Puis l avènement de la télévision ouvre le lycéen aux joies de l électronique. Comprendre et utiliser les machines les plus complexes : tel est le credo de Luc Delmotte, 55 ans et spécialiste de la résonance magnétique nucléaire (RMN) à l Institut de science des matériaux de Mulhouse (IS2M) dirigé par Cathie Vix. D abord attiré par la chimie industrielle, le jeune ingénieur diplômé de l École nationale supérieure de chimie de Mulhouse (ENSCMu) choisit, en 1984, d intégrer le CNRS. «Il était important pour moi de conserver une grande liberté de recherche et de mettre mes connaissances au service des autres» Loin s en faut. À peine amorcées, ses recherches sur la chimie des minéraux argileux se voient «détrônées» par l arrivée, au laboratoire, du premier appareil de RMN Passé maître en RMN, il multiplie les collaborations avec chercheurs et industriels. Fibres de verre, polymères destinés aux pare-chocs, poudres de propulsion d Ariane Toutes sortes de matériaux à caractériser passent à la moulinette de son équipement. L œil pétillant, notre lauréat raconte comment «beaucoup de thésards, à court de données, viennent encore (le) voir pour avancer leurs travaux». Avec, à la clé, plus de quatre-vingt-dix publications scientifiques à son actif. Mais sa notoriété internationale tient à un domaine particulier : le soudage du bois sans colle. Avec le professeur Antonio Pizzi de l École du bois d Épinal, Luc Delmotte met au point, au tournant des années 2000, ce procédé révolutionnaire. Il s agit de frotter pendant quelques secondes deux pièces de bois sous pression jusqu à atteindre la température de «fusion» du bois. Puis en se solidifiant, la matière fondue crée une soudure entre les deux pièces. En jeu? Une économie annuelle de milliers de tonnes de colle et un aspect écologique indéniable. «Avec la RMN et la spectroscopie infra-rouge, j ai pu caractériser les modifications chimiques des fibres du bois au niveau de l interface. Ces résultats permettent aujourd hui d évaluer la qualité de la soudure.» SA NOTORIÉTÉ INTERNATIONALE TIENT À UN DOMAINE PARTICULIER : LE SOUDAGE DU BOIS SANS COLLE. Résultat : un premier brevet en 2003, un autre en cours d élaboration, trois prix et une ANR plus que réussie «d autant que Cathie Vix me laisse entièrement carte blanche!» Depuis quelques mois, l ingénieur dispose de tout nouveaux appareils, capables d observer des phénomènes biologiques in vivo comme l adhésion de bactéries pathogènes aux prothèses. De nouvelles applications qui «lui plaisent beaucoup». On l aura compris, Luc Delmotte est un homme de passion. Sorti de son laboratoire, c est à la mycologie qu il consacre ses loisirs. Avec enthousiasme, bien sûr. 07

8 ANNE LESAGE AUX MANETTES DU PLUS PUISSANT SPECTROMÈTRE RMN Il faut pénétrer dans un vaste hangar pour découvrir l objet de toutes ses attentions : un spectromètre RMN de 1 gigahertz (GHz). De ce «premier exemplaire au monde», Anne Lesage, directrice technique du Centre européen de résonance magnétique nucléaire à très hauts champs (CRMN) de Lyon, situé à Villeurbanne, parle avec fierté. Et d y voir l aboutissement de quinze années d efforts et d investissement personnel. Inaugurée en grande pompe en octobre 2009, la machine suscite beaucoup d espoirs. «Elle va permettre d accéder avec une précision inégalée à l intimité des édifices moléculaires complexes. Qu il s agisse des nanomatériaux, de protéines, ou encore d infimes traces de divers composés dans les fluides biologiques.» Avec, à la clé, des applications en chimie, biologie, médecine ou en sciences des matériaux. «Je suis une scientifique dans l âme», dit-elle en évoquant son goût indéfectible pour le fondamental. C est cela qui la pousse, en 1992, alors qu elle suit la filière «classique» d ingénieur à l École centrale Paris à entamer parallèlement un DEA de biophysique moléculaire, à l Institut de biologie et de chimie des protéines (IBCP) de Lyon. C est parti pour l ingénierie moléculaire. La thésarde affûte ses premières armes de «RMNiste» sur un spectromètre 500 MHz installé au laboratoire de chimie de l École normale supérieure (ENS) de Lyon. En 2003, l équipe se voit confier les rênes de la conception et de la construction du CRMN, qui ouvre ses portes en Véritable cheville ouvrière du projet, Anne Lesage supervise toutes les étapes, de l aménagement des locaux à la gestion des énormes contraintes techniques. À elle aussi, entourée de ses collègues, de tester les limites du spectromètre à 1 GHz et d y adapter en permanence sondes et autres systèmes de détection de plus en plus performants 2. Depuis quelques mois, des chercheurs du monde entier viennent soumettre leurs échantillons au crible de cette machine d exception. Notre ingénieur s en réjouit. «Travailler avec des équipes internationales nous met en perpétuelle ébullition, c est très stimulant!» 1. Lauréat de la médaille d argent en En collaboration étroite avec l entreprise Bruker, son constructeur. «UNE MACHINE D EXCEPTION QUI VA PERMETTRE D ACCÉDER AVEC UNE PRÉCISION INÉGALÉE À L INTIMITÉ DES ÉDIFICES MOLÉCULAIRES COMPLEXES.» À 26 ans, Anne Lesage entre au CNRS comme ingénieur de recherche dans ce même laboratoire. Dans la foulée démarre, sous l impulsion de Lyndon Emsley 1, jeune professeur de chimie fraîchement arrivé à l ENS, la mise en place d une équipe de recherche en RMN du solide. «Cette spectroscopie permet d accéder à la structure atomique de composés à l état solide tels que des médicaments sous forme de poudre, des polymères, des verres Une partie de notre travail a été de développer des méthodes pour augmenter la lisibilité et la sensibilité des spectres RMN.» Avec succès. Une décennie plus tard, les résultats sont là, salués par la communauté internationale. Exemple : des méthodes RMN donnant «à voir» la structure fine de matériaux désordonnés à l instar des fibres de cellulose. Objectif? «Accéder à des systèmes toujours plus complexes, comme des virus entiers.» INSTITUT DE CHIMIE (INC) CENTRE EUROPÉEN DE RÉSONANCE MAGNÉTIQUE NUCLÉAIRE À TRÈS HAUTS CHAMPS DE LYON (CRMN LYON) ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE LYON / UNIVERSITÉ LYON 1 / CNRS VILLEURBANNE Droits réservés. Photo Vincent Moncorgé. 08

9 SAMUEL ROBERT LA GÉOGRAPHIE, VECTEUR D INTERDISCIPLINARITÉ faire sa thèse. «En définissant une méthode inédite de cartographie des espaces présentant une vue sur mer, j ai pu montrer que dans la zone côtière du Var, des Alpes-Maritimes et des provinces italiennes d Imperia et de Savona, les espaces soumis à la vue de la mer sont plus de deux fois et demie plus artificialisés que les espaces sans vue.» Un travail qui lui a permis d entamer des collaborations avec les services d urbanisme de plusieurs villes des Alpes-Maritimes et qui a même débouché sur le classement de trois sommets collinaires boisés en «espaces naturels sensibles». ECCOREV. Photo Joëlle Cavalieri. INSTITUT ÉCOLOGIE ET ENVIRONNEMENT (INEE) ÉCOSYSTÈMES CONTINENTAUX ET RISQUES ENVIRONNEMENTAUX (ECCOREV) UNIVERSITÉ PAUL-CÉZANNE AIX-MARSEILLE 3 / CNRS / UNIVERSITÉ DE PROVENCE AIX-MARSEILLE 1 / UNIVERSITÉ DE LA MÉDITERRANÉE AIX-MARSEILLE 2 / CEA / CEMAGREF / INRA / IRD / UNIVERSITÉ D AVIGNON ET DES PAYS DU VAUCLUSE / IRSN / INERIS OBSERVATOIRE HOMMES - MILIEUX DU BASSIN MINIER DE PROVENCE (OHM). CNRS-INEE AIX-EN-PROVENCE C est peut-être parce qu il est géographe, spécialiste des systèmes d information géographique (SIG), que Samuel Robert a su trouver sa route sur les chemins détournés qu il a empruntés pour accéder à la recherche. Jeune titulaire d un DEA de géographie, il part en Inde, plus précisément à l Institut français de Pondichéry, dans le cadre d un projet de recherche en coopération. De retour en France, il propose un projet de thèse mais, faute de financement, c est finalement vers un Capes d histoire-géographie qu il s oriente. Celui-ci en poche, il enseigne pendant deux ans dans le secondaire avant d intégrer le CNRS sur concours en Le jeune homme passera ensuite par trois laboratoires. D abord, l unité mixte de recherche Prodig 1 à Paris où là encore il travaille beaucoup en coopération avec les pays du Sud. Puis, après avoir passé deux ans dans un laboratoire privé, il revient au CNRS, cette fois à Nice, au sein de l unité Espace 2. Là, il s interroge sur l urbanisation, les usages de l espace et le paysage en zone côtière méditerranéenne et en profite pour En 2008, Samuel Robert quitte Nice pour rejoindre le laboratoire Eccorev 3 à Aix-en-Provence afin d assurer la mise en œuvre du premier Observatoire Hommes- Milieux (OHM) 4. «Il s agit d une démarche innovante en matière de recherche puisque, pour mieux comprendre l évolution d un territoire et son environnement, l OHM met en relation des chercheurs venus de tous horizons, abordant ainsi cette question non plus avec le regard d une seule discipline mais de plusieurs. Nous faisons travailler des juristes avec des pédologues ou des spécialistes de la santé avec des géochimistes et des anthropologues. Par ailleurs, nous sommes en étroite relation avec les acteurs du territoire.» IL A ASSURÉ LA MISE EN ŒUVRE, EN PROVENCE, DU PREMIER OBSERVATOIRE HOMMES-MILIEUX. Le territoire en question, ici, c est l ancien bassin minier de Provence, celui qui s étend tout autour de la commune de Gardanne et de son ancienne mine de lignite. «La problématique qui se pose à ce territoire, c est bien sûr la reconversion post-industrielle mais aussi, plus largement, toutes les questions qui ont trait à l environnement péri-urbain où il y a compétition pour l espace entre industrie, agriculture et urbanisme.» Intégré au comité de direction de l Observatoire, Samuel Robert a su rendre cet outil fonctionnel en seulement quelques mois. Pour affiner les procédures de fonctionnement et d organisation, il a créé la charte de l OHM, charte qui est aujourd hui appliquée dans tous les OHM créés depuis. Dans le management de ce dispositif de recherche interdisciplinaire, la formation de géographe de cet homme de 39 ans a été un atout indéniable. «La géographie est, par essence, une discipline intégrative.» 1. Pôle de recherche pour l organisation et la diffusion de l information géographique. 2. Étude des structures, des processus d adaptation et des changements de l espace. 3. Écosystèmes continentaux et risques environnementaux

10 MARIN DACOS LES HUMANITÉS NUMÉRIQUES «Il n y a que l histoire qui permette de savoir d où l on vient et où l on va.» Avide de comprendre l évolution de la société, Marin Dacos s est tout naturellement lancé dans des études d histoire. Il passe le Capes et l agrégation mais c est lorsqu il enseigne à l université d Avignon que s effectuera le tournant de sa carrière. «J étais alors impliqué dans le comité de rédaction de deux revues d histoire. Comme beaucoup de revues à l époque, celles-ci étaient dans une situation de faible visibilité. Les abonnements diminuaient, le travail scientifique était difficile à valoriser. On m a alors chargé de bricoler un, puis deux sites web pour ces revues, jusqu à ce que je me rende compte que des sites Internet disséminés ne résoudraient pas le problème. J ai alors créé Revues.org, mis en ligne ces deux publications et invité d autres revues à rejoindre ce portail.» C était en Onze ans plus tard, Revues.org est devenu, avec près de 250 revues, un portail majeur de publications en sciences humaines et sociales. Et la french touch de Marin Dacos est d avoir misé sur l appropriation plutôt que sur la délégation. «Contrairement à la plupart des autres portails, qui se positionnent comme des prestataires de services à qui les éditeurs de revues envoient leurs textes pour que le portail les mette en ligne, sur Revues.org, ce sont les éditeurs qui éditent eux-mêmes leurs publications.» Bien sûr, cela nécessite beaucoup de travail en amont de la part de la dynamique équipe du Centre pour l édition électronique ouverte. Des sessions de formation sont également nécessaires. «Chaque année, nous formons 250 personnes gratuitement à Lodel, le logiciel de mise en ligne de Revues.org.» En 2005, alors qu il a quitté l université d Avignon pour rejoindre l École des hautes études en sciences sociales à Paris, Marin Dacos reçoit d ailleurs un Trophée du Libre pour ce logiciel diffusé gratuitement et sous licence libre. «LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE N EST PAS SEULEMENT UN PROCESSUS TECHNOLOGIQUE, ELLE INTERROGE NOTRE RAPPORT AU SAVOIR, DERRIÈRE LEQUEL IL Y A AUSSI DES ENJEUX DE SOCIÉTÉ.» En 2007, le CNRS, intéressé par Revues.org et la démarche de son fondateur, recrute Marin Dacos et l université de Provence lui propose des locaux. Le voici désormais directeur d une unité mixte de service, le Centre pour l édition électronique ouverte (Cléo). C est à Marseille que notre lauréat, aujourd hui âgé de 38 ans, coordonne le développement de trois portails : Revues.org, Calenda et Hypotheses.org. «La plupart des revues que nous éditons sont en libre accès. Je suis pour le libre accès à la littérature INSTITUT DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES (INSHS) CENTRE POUR L ÉDITION ÉLECTRONIQUE OUVERTE (CLÉO) CNRS / ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES / UNIVERSITÉ DE PROVENCE / UNIVERSITÉ D AVIGNON ET DES PAYS DU VAUCLUSE MARSEILLE scientifique : cela permet la diffusion optimale des savoirs et cette circulation est de fait la condition du savoir». Néanmoins, plusieurs stratégies de diffusion sont possibles et l une d entre elles, le freemium a, d après Marin Dacos, beaucoup d avenir. «L idée est de proposer le texte en libre accès et d offrir en complément des fonctionnalités avancées payantes. Ce que l on vend alors ce n est pas le contenu mais le service, comme une version PDF d un article, qui est par ailleurs disponible gratuitement en HTML, ou l impression à la demande.» Avec Pierre Mounier, il anime également régulièrement un séminaire sur les digital humanities 1. «La révolution numérique n est pas seulement un processus technologique, elle interroge notre rapport au savoir, derrière lequel il y a aussi des enjeux de société.» 1. Marin Dacos et Pierre Mounier ont publié récemment L édition électronique, aux éd. La Découverte, coll. «Repères / Cultures Communication», mars Cléo. Photo Élodie Picard. 10

11 VÉRONIQUE HUMBERT ARCHÉOLOGUES EN RÉSEAU Rien ne prédestinait Véronique Humbert à devenir documentaliste d un laboratoire d archéologie. Entrée au CNRS en 1989 après un BTS d assistante de direction, elle intègre le service des relations internationales à la direction générale de l Inist 1 à Nancy. Deux ans plus tard, elle passe à la direction marketing. C est là que s effectue le tournant de sa carrière. «Alors que j avais en charge la communication évènementielle, mon responsable Marc Guichard [lauréat du Cristal 2007, actuel directeur adjoint de l Inist], m a demandé de me former aux outils documentaires développés par l Inist. Ce fut pour moi l occasion de prendre toute la dimension de l information scientifique dans la recherche en France et à l étranger.» Cinq ans plus tard, la jeune femme décide de se rapprocher du monde de la recherche et intègre le Groupe de recherche sur l Amérique latine (GRAL) à Toulouse. En 1999, elle reprend ses études pour s orienter vers les métiers de la communication et de l information scientifiques appliqués aux sciences humaines et sociales. Tout en exerçant ses fonctions de chargée de l administration et de la communication, elle obtient une maîtrise en sciences de l information et de la communication puis un DEA sur l Amérique latine. «J ai suivi ce cursus dans l idée de me former à la recherche en sciences humaines et sociales afin de mieux appréhender les problématiques de celle-ci et de mieux exercer mes fonctions au plus près des chercheurs. Même si ce DEA portait sur les civilisations d Amérique latine, son caractère pluridisciplinaire m a permis d acquérir de bonnes bases scientifiques. Pour le reste, j apprends au contact des chercheurs.» INSTITUT DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES (INSHS) ARCHÉOLOGIE DES SOCIÉTÉS MÉDITERRANÉENNES UNIVERSITÉ MONTPELLIER 3 / CNRS / MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION / INRAP LATTES DR13. Photo Valérie Suiro. «GRÂCE À CES RÉSEAUX, LES DOCUMENTALISTES EXERCENT UNE VÉRITABLE VEILLE ET FACILITENT LA VISIBILITÉ ET LA VALORISATION DE LA PRODUCTION SCIENTIFIQUE» En 2002, elle suit son mari à Montpellier et intègre l unité de recherche Archéologie des sociétés méditerranéennes où elle est maintenant responsable des ressources documentaires. Suite aux profondes mutations qu a connues le métier de documentaliste, Véronique Humbert est devenue une «pro» du numérique. Après la réorganisation et l informatisation de la bibliothèque, elle a mis en place plusieurs sites Internet, bases de données et portails de sources numériques en archéologie. Elle participe à la veille et à la diffusion de l information scientifique à travers plusieurs réseaux et outils collaboratifs en ligne. Elle est ainsi impliquée dans le réseau Frantiq qui regroupe une vingtaine de laboratoires d archéologie. Elle est également à l origine de la création du réseau de documentalistes en Languedoc-Roussillon, le réseau Pist LR. «À travers ces réseaux, la mise en place de groupes de travail et la création d outils mutualisés, les documentalistes exercent une véritable veille métier et facilitent la visibilité, la valorisation et l accessibilité à la production scientifique des unités de recherche. Je considère d ailleurs que ce Cristal est un clin d œil à toute la communauté des professionnels de l information scientifique du CNRS.» À la ville, la jeune femme de 41 ans est maman d une petite fille de 5 ans ; elle est également fan de peinture et de bandes dessinées. 1. Institut de l information scientifique et technique. 11

12 MICHEL BENOIT ROBOT : QUAND LA RAPIDITÉ N EST PLUS UN FREIN En lien avec son projet de fin d études, Michel est recruté en 1971, à Toulouse, par le Laboratoire d automatique et de ses applications spatiales (LAAS), devenu depuis le Laboratoire d analyse et d architecture des systèmes : il devient alors responsable du calculateur en temps réel, avec pour mission d étendre le système d exploitation. Un an plus tard, il intègre le CNRS, tout en restant au sein de son labo. Au cours des neuf années qu il va y passer, l ingénieur travaille à la fabrication de nombreux robots. Il participe ainsi à la réalisation des héliostats de la centrale solaire Thémis d EDF. Et à celle de Hilare, le premier robot mobile autonome. Un robot que Michel a eu la surprise de «découvrir» au Musée des arts et métiers de Paris. Il faut dire que dans son domaine, lorsqu un robot est industrialisé, un autre, plus performant, est déjà entre ses mains! LIRMM. Photo Caroline Imbert. INSTITUT DES SCIENCES INFORMATIQUES ET DE LEURS INTERACTIONS (INS2I) LABORATOIRE D INFORMATIQUE, DE ROBOTIQUE ET DE MICROÉLECTRONIQUE DE MONTPELLIER (LIRMM) UNIVERSITÉ MONTPELLIER 2 / CNRS MONTPELLIER Le temps. C est après lui que Michel Benoit court. Non pas que cet ingénieur de recherche au Laboratoire d informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier (LIRMM) soit souvent en retard. Non, le temps qu il traque, c est celui qu il essaie de réduire entre le moment où une commande est donnée à un robot et celui où ce dernier effectue la tâche. Cela fait quarante ans que ça dure et Michel s en sort très bien puisqu il vient de recevoir un Cristal! Mais revenons au début. Une fois son bac scientifique en poche, Michel entre à l Institut national des sciences appliquées de Toulouse en Pourquoi cette école? Parce qu elle lui avait été présentée lors de sa terminale et qu il l avait trouvée suffisamment intéressante pour s y inscrire. Et puis la localisation géographique de l école joue en sa faveur : moniteur de voile, Michel participe à des courses en Méditerranée depuis ses quinze ans. Il aimerait ne pas trop s en éloigner! Après les deux années de classe préparatoire, le futur ingénieur choisit de se spécialiser en automatique et électronique industrielle. En 1980, il émigre à Montpellier, dans un tout nouveau laboratoire d automatique devenu aujourd hui le LIRMM, concevant toujours les systèmes de contrôle de robots. Plus spécialement, c est lui qui fabrique les cartes électroniques, les interfaces entrée/sortie qui relient les robots à l ordinateur. La raison? Celles qui existent dans le commerce ne sont pas assez rapides! Or, les commandes envoyées aux robots rapides doivent être rafraîchies toutes les millisecondes. C est notamment le cas du robot Quattro, commercialisé par Adept, le plus gros fabricant au monde de robots manipulateurs : c est le plus rapide, puisqu il peut fournir une accélération de 17 g 1. Un chiffre à comparer aux quelque 7 ou 8 g que subit un pilote dans son avion de chasse lorsqu il effectue un virage serré! Autre fierté : le robot Hexa, également le plus rapide dans le domaine des applications de montage-insertion. LORSQU UN ROBOT EST INDUSTRIALISÉ, UN AUTRE, PLUS PERFORMANT, EST DÉJÀ ENTRE SES MAINS! À 63 ans, Michel, seul ingénieur du département Robotique du LIRMM, continue son travail sur Sherpa, un robot humanoïde porteur de charge. «Des chercheurs en ont conçu le squelette et tous ses moteurs. Je l ai habillé d électronique et d informatique, je lui apprends à bouger, à vivre. Ensuite je rendrai le bébé aux chercheurs qui lui apprendront à marcher, à monter des escaliers et à les suivre avec un fardeau.» 1. Un g représente l accélération que subit tout corps immobile sur Terre. Plus la valeur de g augmente, plus il subit une forte accélération. 12

13 GILLES ADDA LA PAROLE EST À L INGÉNIEUR! Photo LIMSI. Photo Pierre Durand. INSTITUT DES SCIENCES DE L INGÉNIERIE ET DES SYSTÈMES (INSIS) LABORATOIRE D INFORMATIQUE POUR LA MÉCANIQUE ET LES SCIENCES DE L INGÉNIEUR (LIMSI) CNRS / UNIVERSITÉS PIERRE-ET-MARIE-CURIE ET PARIS-SUD 11 ORSAY Au cours de sa thèse, le jeune homme est embauché dans la société Systex : il conçoit alors un logiciel permettant de transcrire des notes prises en sténotypie, «une sorte de langage phonétique» vers des graphèmes, puis des mots, sur micro-ordinateur, pour le sous-titrage d émissions télévisées destinées aux malentendants. Dès cette époque, Gilles avait pris contact avec le Limsi et décidé qu il avait envie d y travailler! Aussi, quand arrive le moment de choisir entre un poste de chercheur et un poste d ingénieur au Limsi, il n hésite pas beaucoup : «Je me sentais de toute façon plus ingénieur, j aime le travail en équipe. Et puis, je n avais pas tellement envie d écrire des rapports!» C est donc ainsi qu il rejoint son laboratoire actuel en tant qu ingénieur au ministère de la Culture. Sa mission? Développer des corpus de mots, une denrée rare à l époque. En 1992, il intègre le CNRS et est depuis cette date responsable du thème «modélisation linguistique». Dans ce domaine, Gilles utilise très tôt les méthodes probabilistes, alors qu elles ne sont pas encore à la mode! L idée est d étudier les statistiques qui ressortent des successions de mots afin de modéliser le langage, au niveau du lexique et de la syntaxe, c est-à-dire l ordre respectif des mots. LES CORPUS CRÉÉS PAR GILLES ET SES COLLÈGUES PERMETTENT DE DÉCOUVRIR DES PROPRIÉTÉS DE LA PAROLE. «Je travaille sur la langue, tant au niveau scientifique que technologique», annonce Gilles Adda, 50 ans, ingénieur de recherche au Laboratoire d informatique pour la mécanique et les sciences de l ingénieur (Limsi), à Orsay. Plus exactement, il accompagne la recherche par la mise au point de méthodes de reconnaissance de la parole et de modèles de traitement du langage naturel. Pourtant, s il avait suivi ses envies de jeunesse, Gilles Adda aurait plutôt été ébéniste. De cet intérêt premier, le lauréat du Cristal garde le plaisir de la belle ouvrage. Mais les mathématiques l intéressaient beaucoup aussi. C est donc logiquement, qu après son bac C, le jeune homme intègre l École centrale de Lyon en Et choisit de se spécialiser en mécanique, avec une option mathématiques. À la sortie de l école d ingénieurs, Gilles commence un DEA d analyse numérique, mais se réoriente rapidement vers un DEA d informatique, à Orsay. «C était le début de l informatique, il y avait plein de problèmes qui ne demandaient qu à être résolus, je trouvais ça plus exaltant que la mécanique!» Mais l utilisation des statistiques ne dispense pas de devoir connaître la langue. «L anglais est assez simple au niveau lexical et syntaxique, mais il pose des problèmes au niveau de la prononciation. Quant au français, les mots qui s écrivent différemment mais se prononcent pareil sont de vrais pièges! On peut traiter des langues de façon automatique, mais après, il faut rajouter de la connaissance.» Les corpus créés par Gilles Adda et ses collègues sont de véritables mines d informations, permettant de découvrir des propriétés de la parole. Et les modèles de langage permettent le développement de systèmes de traduction. Gilles apprécie que son travail soit utile à la société. «Grâce aux outils de reconnaissance de la parole, on peut ainsi rechercher directement dans des enregistrements audio sur le web une information, sans passer par l indexage textuel.» Et comment ses relations se passent-elles avec ses collègues? Très bien, d autant plus que l une d elle est sa femme! 13

14 MONIQUE GRANON DE LA CONVIVIALITÉ DANS LA PHYSIQUE QUANTIQUE Parce qu «elle ne souhaitait pas faire d études supérieures», Monique Granon a passé l essentiel de sa vie professionnelle à se former, à acquérir des connaissances et à les transmettre aux autres. Un paradoxe qu elle vit avec un bonheur évident et qui lui vaut aujourd hui la reconnaissance du Cristal. Dès ses 18 ans, en 1976, elle décide de travailler «par désir d indépendance». Après six mois de secrétariat à l université Paris Sud, elle entre au LAL 1 à Orsay comme secrétaire gestionnaire. Elle va se familiariser avec la physique «en faisant la saisie des thèses des physiciens», tout en suivant l évolution de la bureautique. D abord chargée du secrétariat et de la gestion, elle se spécialise dans l équipement informatique du labo et met en place des séances de formation à la bureautique destinées au personnel du LAL. Ce goût pour la formation ne se démentira pas. Mais c est en entrant en 1999 au laboratoire Kastler Brossel (LKB), temple de la physique fondamentale, qui produit prix Nobel et médailles d or du CNRS 2, qu elle va révéler ses compétences en matière d animation d une collectivité. Constatant que les relations sont cloisonnées entre le personnel technique et administratif (une trentaine de personnes, dépendant de plusieurs tutelles) et l équipe scientifique du labo, elle entreprend de rapprocher ces deux communautés en instaurant un séminaire commun, dans lequel chacun pourra s exprimer et exposer son travail. Le succès, immédiat, se pérennise : les journées des ITA 3 sont désormais intégrées aux réunions annuelles de prospective initialement réservées aux chercheurs. Sa passion pour les relations humaines se précise. Avec un étudiant en RH, elle évalue l adéquation des postes, observe les blocages, suggère des préentretiens pour favoriser les promotions. Charismatique et créative, elle impulse une dynamique fondée sur l écoute et la communication. Dès 2006, le nouveau directeur, sensibilisé à ces problèmes, lui demande de représenter les ITA au comité de direction. CHARISMATIQUE ET CRÉATIVE, ELLE IMPULSE UNE DYNAMIQUE FONDÉE SUR L ÉCOUTE ET LA COMMUNICATION. Des efforts salués par l Aeres 4 qui note dans son rapport sur le LKB : «Le management témoigne d une exellente stratégie pour favoriser la recherche et assurer une grande cohésion du laboratoire, aussi bien pour ce qui est de l équipe scientifique que de l équipe technique.» Mais notre «administratrice adjointe, responsable des ressources humaines» - puisque tels sont ses titres - ne se contente pas de mettre ses INSTITUT DE PHYSIQUE (INP) LABORATOIRE KASTLER BROSSEL (LKB) UNIVERSITÉ PIERRE-ET-MARIE-CURIE / ENS PARIS / CNRS / COLLÈGE DE FRANCE / UNIVERSITÉ D EVRY PARIS qualités humaines et son écoute attentive au service des personnels du labo. Elle multiplie les activités entre les deux sites (l École normale supérieure et l université Pierre-et-Marie-Curie à Jussieu), gère les budgets, organise des colloques, accueille les nombreux chercheurs, doctorants ou postdocs qui y font des séjours. «C est compliqué pour les jeunes étrangers, surtout quand ils ne parlent pas un mot de français!» Au cours des années, elle a réussi à débrouiller des problèmes administratifs complexes et aidé des dizaines de chercheurs étrangers. Elle trouve encore le temps de faire de la formation en logiciel de gestion dans sa délégation et de préparer le déménagement de septembre puisque le LKB, désamiantage oblige, campe actuellement dans des locaux provisoires avant de retrouver sa «tour» de Jussieu. Compliquée la physique fondamentale? «Oui, reconnaîtelle. Mais les chercheurs ont tellement de talent pour la raconter et la mettre en scène!» 1. Laboratoire de l accélérateur linéaire. 2. Serge Haroche, médaille d or 2009 ; Claude Cohen-Tannoudji, médaille d or 1996 et prix Nobel 1997 ; Jean Brossel, médaille d or 1984 ; Alfred Kastler prix Nobel 1966 et médaille d or 1964 et nombre d autres distinctions. 3. Ingénieurs, techniciens et personnels administratifs. 4. Agence d évaluation de la recherche et de l enseignement supérieur. LKB - Photo Serge Begon 14

15 NICOLAS PAUWELS EXPERT EN DÉMANTÈLEMENT NUCLÉAIRE démanteler son prédécesseur, LURE, construit en 1957, initialement pour sonder l intérieur des noyaux, des neutrons et des protons avec des électrons. En 2001, le jeune ingénieur est recruté pour participer à son démantèlement. UN DÉMANTÈLEMENT SOUMIS AUX MÊMES RÉGLEMENTATIONS DRACONIENNES QUE LES CENTRALES NUCLÉAIRES. LURE - Photo Jean-Michel Horodynski INSTITUT DE PHYSIQUE (INP) UNITÉ DÉMANTÈLEMENT DE L INSTALLATION NUCLÉAIRE DE BASE 106 (LURE) - (UDIL) CNRS ORSAY Treize aimants de trente tonnes chacun à évacuer. Un désamiantage très délicat. Près de mille cinq cents tonnes de déchets radioactifs à transférer à un centre de retraitement. Le démantèlement de l accélérateur de particules LURE 1 à Orsay au sud de Paris n est pas une opération de tout repos. Confié à une unité spécialisée du CNRS dirigée par Nicolas Pauwels, 44 ans, il va s achever dans les délais fin Dans un domaine où les retards et les dépassements de budget ne sont pas rares, l équipe se paye même le luxe de réaliser une économie de cinq millions d euros. Comment Nicolas Pauwels a-t-il acquis cette expertise? En 1993, suite à un DEA de physico-chimie, il est nommé ingénieur à l Institut de physique nucléaire, à Orsay. Il s occupe alors de la protection contre les rayonnements, et de recherche et développement liés à des expériences de physique nucléaire, objet de sa thèse soutenue en C est le moment où est décidée la construction de l accélérateur Soleil, un synchrotron destiné à de multiples applications, de la chimie à la biologie. Il faut donc Le passage des particules dans LURE a rendu faiblement radioactifs les matériaux qui le composent. À cause de cela, son démantèlement est soumis aux mêmes réglementations draconiennes que les centrales nucléaires. Il faut d abord obtenir la cessation définitive d exploitation, fin Puis en 2006, c est le long chemin administratif vers le décret de mise à l arrêt définitif et de démantèlement. «Il faut d abord six mois pour constituer le dossier. Puis pendant deux ans, il est examiné par de multiples institutions : Autorité de sûreté nucléaire (ASN), ministères, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), etc.» En avril 2009, c est le soulagement : l autorisation de démantèlement est accordée. Le va-et-vient des camions commence. L accélérateur est vaste : trois cent cinquante mètres de long, auxquels s ajoutent deux synchrotrons de soixante-treize et quatre-vingt-treize mètres de circonférence. Nicolas Pauwels cherche à réduire le coût des opérations. Il cède ainsi des éléments de l accélérateur à diverses institutions en Suisse, en Jordanie et même en Chine. Autre exemple : «Dans une zone, les murs étaient très faiblement radioactifs, moins d un dixième de la limite légale. Plutôt que de les démolir, ce qui coûterait très cher et risquerait de fragiliser le bâtiment, nous avons décidé de faire classer la zone : tous les travaux ultérieurs seront soumis à autorisation.» Outre le désamiantage, il faut également remettre aux normes l imposant réseau électrique de l accélérateur. De nombreux transformateurs contiennent des polychlorobiphényles (PCB), un produit toxique interdit en Plus de trois cents tonnes de produits contaminés par des PCB ont ainsi dû être évacuées. Et après le démantèlement? «Ce n est pas encore décidé, mais je vais sans doute poursuivre mes diverses missions d expertise auprès d autres installations de ce type.» 1. Laboratoire pour l utilisation du rayonnement électromagnétique. 15

16 THIERRY LAMY DES IONS QUI COULENT DE SOURCE satellites d observation du Soleil. L accélérateur sera ensuite déménagé à Caen où il fonctionne toujours. En 1993, le CEA Grenoble est réorganisé. Thierry décide de suivre Jürgen Andrä, son précédent directeur, dans un nouveau laboratoire (de spectrométrie physique). Là, il met au point une source d ions argon inédite, pour un dispositif destiné à aspirer les impuretés à la surface des matériaux. Mais le départ de Jürgen Andrä, deux ans plus tard, sonne le glas de la petite équipe. Thierry doit trouver un nouveau point de chute. Droits réservés. Photo Stéphanie Aigret. INSTITUT NATIONAL DE PHYSIQUE NUCLÉAIRE ET DE PHYSIQUE DES PARTICULES (IN2P3) LABORATOIRE DE PHYSIQUE SUBATOMIQUE ET DE COSMOLOGIE (LPSC) CNRS / UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER / INSTITUT POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE GRENOBLE Il ne semble pas du genre à se laisser faire, Thierry Lamy. En 1982, insatisfait de la tournure que prend sa thèse, en passe de se terminer, il décide de ne pas la soutenir. Après un diplôme d ingénieur, ce passionné de langues vivantes monte une société de traduction, avec pour premier client une entreprise suédoise. Mais en 1987, il est recruté par le laboratoire grenoblois de recherche sur les ions, les plasmas et la physique atomique (Lagrippa), sur recommandation d un chercheur avec qui il avait travaillé, Richard Geller. Sans ce hasard imprévu, Thierry Lamy ne serait sans doute pas devenu l un des spécialistes mondiaux d un des principaux types de sources d ions 1. Ce sont des dispositifs qui produisent des ions, par exemple pour les injecter ensuite dans des accélérateurs. À son arrivée au labo, il décide de participer à la construction d un petit accélérateur et de sa source d ions destinés à alimenter des expériences de physique atomique 2. «Quand j ai commencé, il n y avait qu un grand hall avec un trou : tout était à construire.» Achevé en 1992, l accélérateur s avère très performant. Une équipe zurichoise le choisit notamment pour étalonner des instruments de la mission SOHO, l un des principaux En 1996, l occasion se présente : il entre au CNRS, à l Institut des sciences nucléaires (ISN) à Grenoble. Il met alors au point une méthode qui va lui valoir rapidement une reconnaissance internationale. «Pour accélérer des ions lourds dans un cyclotron, un type très répandu d accélérateur, il faut généralement augmenter leur charge électrique. Notre méthode le fait de manière cent fois plus efficace qu avant.» Elle est également très rapide, un point capital car les ions produits se désintègrent très vite. Une société créée pour valoriser les travaux du CNRS va permettre d exporter ce système au Canada et en Angleterre. Cette source d ions spécifique appelée «Booster de charge» sera imitée par des équipes américaines et japonaises. En 1997, avec son collègue Pascal Sortais, Thierry Lamy fonde le service des sources d ions à l ISN. De 2002 à 2007, il est aussi le coordinateur technique de l ISN, devenu en 2004 le LPSC (Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie). IL DÉVELOPPE UNE NOUVELLE SOURCE D IONS QUI POURRA ÊTRE UTILISÉE POUR LA PRODUCTION DE NEUTRINOS. Aujourd hui à 52 ans, il anime le service des sources d ions. Il y favorise entre autres la mise en point de petites sources d ions de faible puissance et peu coûteuses, afin de produire un faisceau d ions de grande taille. Ceux-ci faciliteront la fabrication de composants micro-électroniques et permettront de cartographier finement les surfaces de matériaux. Il développe également une nouvelle source d ions, qui pourra être utilisée pour la production de neutrinos 3, en collaboration avec des équipes russes et françaises, tout en poursuivant le développement du «Booster de charge» qui devrait bientôt être exporté en Italie. 1. Il s agit des sources d ions à résonance cyclotronique électronique, inventées par le même Richard Geller. 2. Il s agissait de l accélérateur du Lagrippa. 3. Particules élémentaires. 16

17 RENÉE PIGNARD DE LA PRÉCISION DE LA CHIMIE À LA RIGUEUR DE LA GESTION un tournant radical. «Après trente ans de couches minces, dit-elle en souriant, on a envie de changer!» Et puis, comment résister à Virgo? Inauguré en 2003 à Cascina, près de Pise, cet observatoire francoitalien, qui déploie ses longs bras métalliques dans la campagne toscane, devrait bouleverser notre compréhension de l univers en décelant les énigmatiques ondes gravitationnelles qui se diffusent à la vitesse de la lumière à travers l espace et la matière mais ne provoquent qu une variation infime, de l ordre de m. Pour la détecter, Virgo doit disposer de composants optiques et de miroirs d une perfection absolue destinés à fonctionner dans des conditions extrêmes, en ultra-vide et en suspension. LMA. Photo Janyce Franc INSTITUT NATIONAL DE PHYSIQUE NUCLÉAIRE ET DE PHYSIQUE DES PARTICULES (IN2P3) LABORATOIRE DES MATÉRIAUX AVANCÉS (LMA) CNRS VILLEURBANNE Sur l organigramme du laboratoire son nom figure six fois, signe de la multiplicité des fonctions qu elle y exerce, mais aussi de sa polyvalence, de sa disponibilité, de son engagement. Des qualités que son parcours confirme : à 20 ans à peine, en 1970, elle entre dans le monde de la recherche comme technicienne chimiste à l université de Lyon. En 1977, elle rejoint le CNRS et l IN2P3, tout en suivant les cours du CNAM, qui la conduiront à un diplôme d ingénieur. Pendant cette période, elle travaille sur les «couches minces», contribuant notamment au développement des couches de carbone hydrogéné - dit «adamantin» en raison de sa ressemblance avec le diamant. Ces couches ont trouvé des applications industrielles dans le domaine de l optique infrarouge et des têtes de lecture/écriture pour magnétoscopes grand public. C est avec la construction de l interféromètre Virgo que sa carrière change. Dès 1998, elle se consacre à l infrastructure entièrement dédiée à la fabrication des miroirs pour la détection des ondes gravitationnelles. En 2004, la création du Laboratoire des matériaux avancés (LMA), unité propre de service du CNRS, va couronner cet engagement. Sa carrière va connaître SON IMPLICATION DANS L AVENTURE DU PROJET VIRGO VA MARQUER UN TOURNANT RADICAL DANS SA CARRIÈRE. Leur conception a nécessité une infrastructure dédiée. Renée Pignard s y est consacrée avec enthousiasme, depuis l aménagement du bâtiment jusqu à la mise en place des installations complexes : 500 m 2 de salle blanche 1 dont 150 m 2 en classe 1, m 2 de plateau technique, un défi en matière de pureté de l air et de sécurité. Cette infrastructure unique au monde a fait du LMA le meilleur spécialiste de la nouvelle génération des miroirs du programme Virgo, ainsi que de ceux du programme américain Advanced Ligo. Grâce à sa technologie de pointe, le LMA est impliqué dans de nombreux projets internationaux, notamment la réalisation au Chili d un télescope de grand diamètre (Large Synoptic Survey Telescope). Renée, qui a activement participé à la création du labo en 2004, fait désormais partie de son comité de direction. Elle assure la gestion administrative et financière de l unité, est responsable du personnel et des services généraux. Elle s implique également dans la sécurité en tant qu Acmo 2 et a pris en charge les fonctions de correspondante formation, correspondante valorisation et de chargée de communication. «Pilier et mémoire du labo», Renée tient à rester accessible et sa porte est toujours ouverte. Elle trouve encore le temps de remplir sa fonction d élue dans une commune rurale et de faire de la randonnée. «Heureusement, j ai besoin de peu de sommeil!» 1. Les salles blanches sont des milieux stériles et contrôlés, indispensables en biologie, en bactériologie mais aussi pour la construction d appareils optiques. 2. Agent chargé de la mise en œuvre des règles d hygiène et de sécurité. 17

18 LAURENT JOCOU QUAND OPTIQUE ET TECHNOLOGIE INTERFÈRENT Derrière les télescopes. C est là que travaille Laurent Jocou, au laboratoire d astrophysique de Grenoble. Plus précisément, il s occupe de l instrumentation nécessaire à leur fonctionnement. Un domaine dans lequel il excelle puisqu il vient de recevoir un Cristal. Une récompense personnelle qui met le jeune ingénieur d études de 39 ans «plutôt mal à l aise». Car pour Laurent, «ce qui est motivant, c est le travail d équipe!». Travailler dans l aéronavale, c était pourtant ce que le jeune Laurent aurait voulu faire. Mais faute de capacités sportives suffisantes, il tourne le dos à cette carrière et se plonge dans l instrumentation spatiale. Après un bac en micromécanique, l étudiant choisit de suivre un BTS en optique instrumentale au lycée Fresnel, à Paris. «La visite du lycée m avait enthousiasmé et je ne voulais pas stagner en restant dans le domaine de la micromécanique.» À la fin de ses études, Laurent travaille successivement dans deux entreprises privées : Laser Service, où le jeune homme s occupe de la maintenance pour des systèmes opto-mécaniques, puis Alcatel Alsthom Recherche, où il participe au montage de lasers semi-conducteurs avec fibres optiques. Un travail intéressant, mais Laurent reconnaît ne pas avoir beaucoup apprécié la hiérarchie trop présente dans ce milieu. Puis il entre au CNRS, d abord sous contrat, ensuite en tant qu assistant ingénieur : il est alors responsable à l Observatoire de Meudon du système «fibres optiques» du spectrographe FLAMES/GIRAFFE, dédié au Very Large Telescope (VLT), de l Observatoire européen austral (ESO), au Chili. Pendant son service militaire, il profite de ses jours de congés pour venir travailler à Meudon! INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES DE L UNIVERS (INSU) LABORATOIRE D ASTROPHYSIQUE DE GRENOBLE (LAOG) UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER / CNRS GRENOBLE Photo Laurent Jocou IL CONTRIBUE À LA MISE AU POINT D UNE TECHNIQUE INNOVANTE D OPTIQUE ADAPTATIVE POUR L ASSEMBLAGE DE MICRO-MIROIRS MAGNÉTIQUES. Après ce long projet de presque dix ans, Laurent se sent «un peu usé». En 2002, il rejoint son laboratoire actuel, à Grenoble. C est alors qu il contribue à la mise au point d une technique innovante d optique adaptative pour l assemblage de micro-miroirs magnétiques : une technologie protégée par un brevet et qui donne lieu à la création d une start-up devenue entreprise indépendante, ALPAO. Il en est toujours le conseiller scientifique. Mais peu à peu, Laurent se tourne vers l interférométrie : il en fait même son sujet de mémoire. Son sujet de mémoire? Oui, car pendant dix ans, il a suivi les cours du soir au Conservatoire national des arts et métiers pour obtenir le diplôme d ingénieur. Un travail de longue haleine, qu il a «commencé célibataire et fini marié avec trois enfants!». Une période pendant laquelle le soutien de sa femme et celui de son labo l ont aidé à persévérer! Il œuvre ainsi à la réalisation d un banc de tests spécifique pour les composants d optique intégrée, c est-à-dire des guides optiques en silice déposés sur un substrat de silicium. Les systèmes interférométriques ainsi miniaturisés devraient équiper GRAVITY, à l ESO, dont l objectif sera d étudier le voisinage du trou noir du centre de la galaxie. En attendant, notre lauréat trouve parfois le temps d aller jouer de la guitare avec le groupe de country de son père quand il se produit en concert : réservez vos billets! 18

19 JEAN-LOUIS BUSCAYLET UN HOMME DE L OMBRE POUR UN CNRS EN LUMIÈRE parmi lesquelles les désormais célèbres Rencontres CNRS Jeunes «Sciences et Citoyens», qui réunissent chaque année plus de 500 jeunes au Futuroscope de Poitiers. «Nous relevons chaque fois un nouveau défi. En 2009, un speed-dating scientifique entre jeunes et chercheurs, la veille des ateliers leur avait permis de faire connaissance et avait enrichi les débats.» Nostalgique de la leçon de choses, Jean-Louis désire avant tout éveiller la curiosité des ados en développant des opérations dans les écoles, les collèges et les associations de quartier. CNRS - DR16. Photo Nicole Tiget. MOYENS COMMUNS DIRECTION DE LA COMMUNICATION (DIRCOM) CNRS PARIS «Honoré mais ébloui par cette lumière.» Metteur en scène en coulisses des événements qui font rayonner le CNRS, Jean-Louis Buscaylet, 55 ans, se rassure en voyant dans ce Cristal la reconnaissance de son équipe et des acteurs de la communication. Car ce «rapatrié de l Aveyron», mordu de rugby, en a l esprit et aime filer la métaphore sportive pour expliquer son métier de directeur adjoint à la Direction de la communication. «J ai toujours occupé le poste de demi de mêlée qui relie les avants aux trois quarts. Aujourd hui, mon rôle, en tirant le meilleur parti des compétences de chacun, est également celui d un trait d union entre la science et le public.» Outre l organisation intégrale de la prestigieuse cérémonie de remise de la médaille d or du CNRS, Jean-Louis organise avec son équipe de grandes expositions ou des salons conçus à l initiative du CNRS et assure la présence de l organisme lors d autres grands événements scientifiques nationaux et européens. Cité des sciences, CNAM, Trocadéro autant de beaux lieux pour faire aimer la science au grand public. Il multiplie et pérennise les opérations tournées vers les jeunes, Des idées à foison et une propension naturelle à se tourner vers les autres ont transformé le parcours de Jean-Louis. Recruté au CNRS à l âge de vingt ans grâce à son père, mineur de fond aveyronnais devenu plombier au CNRS, le jeune homme commence sa carrière au service de la paye. Repéré pour son aptitude évidente à la communication, il participe à l organisation d événements dès Mais ne vous y trompez pas : l orateur hors pair, au carnet d adresses bien rempli et au charisme reconnu, lutte constamment contre un tempérament pessimiste né d une «timidité sans limites». MON RÔLE EST CELUI D UN TRAIT D UNION ENTRE LA SCIENCE ET LE PUBLIC. Pour se rassurer, cet «hyper-stressé dans l âme» vérifie le moindre détail et sait qu il n a pas droit à l erreur. Une minutie au service, entre autres, des voyages organisés pour les petits patients de l hôpital Robert-Debré dans le cadre de l opération annuelle, «Les chercheurs font rêver les enfants 1.» La médecine, explique Jean-Louis, est «le seul contact de ces enfants avec la science. De station marine en observatoire astronomique, de chantier de fouilles en laboratoire souterrain, nous leur offrons du rêve...» Ces quatre jours d évasion ne s improvisent pas : de l accueil des chercheurs à l accompagnement d une vingtaine d enfants et de leurs soignants en passant par la gestion des soins hors hôpital, tout se doit d être parfait. Un labeur récompensé par l illumination des yeux des jeunes malades et l enthousiasme des chercheurs. Loin du tumulte et des mondanités parisiennes, Jean-Louis profite de la vie en épicurien. Pendant ses vacances, au cœur de la Corrèze, sur le plateau de Millevaches, il fait semblant de pêcher la truite, profitant ainsi de rares moments contemplatifs et solitaires. Et surtout, il a le temps de «se poser des questions existentielles». Nous n en saurons pas plus

20 GÉRARD KERLIDOU LE SERVICE PUBLIC POUR VOCATION «Le hasard ne favorise que les esprits préparés» disait Louis Pasteur. La formule pourrait également s appliquer à la carrière de Gérard Kerlidou, semée de hasards, de rencontres et d opportunités qu il a su saisir. Entré tardivement au CNRS en 1996 il avait 47 ans, Gérard Kerlidou avait auparavant passé six ans en préfecture puis seize ans comme secrétaire général de l Institut régional d administration de Bastia puis de celui de Lyon. Ensuite, un poste de responsable des ressources humaines s est libéré au CNRS, «j ai postulé et j ai été recruté». Gérard Kerlidou arrive au sein de la délégation régionale du CNRS à un moment clé, quand la direction souhaite fusionner la gestion des ressources humaines et les services liés à la formation du personnel, l assistance sociale et la médecine de prévention. Il retrouve dans ce poste les valeurs qui l ont poussé à embrasser une carrière dans le service public. «Le service public, c est être au service du public, des citoyens et faire en sorte que tous soient égaux face à la loi.» Avec pour objectif l amélioration des conditions de travail des agents de la circonscription, Gérard s est particulièrement investi dans l augmentation des quotas CNRS de logements et de crèches pour l accueil des nouveaux entrants et de leurs familles. «Il y a quelques années, Montpellier et son agglomération recevaient mille habitants de plus chaque mois, des difficultés de logement se sont donc rapidement fait sentir pour les nouveaux entrants du CNRS.» «LE SERVICE PUBLIC, C EST ÊTRE AU SERVICE DES CITOYENS ET FAIRE EN SORTE QUE TOUS SOIENT ÉGAUX FACE À LA LOI.» MOYENS COMMUNS DÉLÉGATION RÉGIONALE LANGUEDOC-ROUSSILLON CNRS MONTPELLIER CNRS - DR13. Photo Valérie Suiro. À cette période charnière, il est aussi beaucoup question de malaise et même de harcèlement au travail. Un problème que Gérard prend à bras le corps grâce, notamment, à la mise en place d une cellule d écoute téléphonique. «L idée n est pas de moi mais des représentants syndicaux. Cette demande a été une remise en question pour moi ; alors que j avais toujours répondu positivement à toutes les sollicitations d entretien, je me suis demandé quelles situations difficiles avaient pu m échapper avant de comprendre le besoin d anonymat qui motivait cette approche particulière.» Mise en place concrètement en 2005, cette cellule d écoute téléphonique unique au CNRS fonctionne toujours. «Au début, nous craignions d être débordés par les appels ; finalement nous ne recevons que quelques appels par mois. Néanmoins, cette cellule d écoute constitue un outil intéressant parmi tous ceux mis en place pour aider les agents.» En 2007, notre lauréat quitte les ressources humaines pour le poste d adjoint à la déléguée régionale. «C est une fonction plus «politique», plus près de la stratégie, mais dans laquelle mon expérience des ressources humaines n est pas inutile, bien au contraire.» Car une fois encore, il s agit toujours de gérer de l humain et d être à son service. Une mission à laquelle Gérard, aujourd hui âgé de 61 ans, s est beaucoup donné. Ce qui n empêche pas ce passionné de peinture, de musique classique, de littérature ou encore de voyages, d avoir une vie sociale très remplie. «Dans ma vie professionnelle comme dans ma vie privée, je ne me suis jamais ennuyé!» 20

AVEC UN DOCTORAT ET UNE EXPÉRIENCE DE LA RECHERCHE

AVEC UN DOCTORAT ET UNE EXPÉRIENCE DE LA RECHERCHE CHERCHEUR AVEC UN DOCTORAT ET UNE EXPÉRIENCE DE LA RECHERCHE DEVENEZ DIRECTEUR OU DIRECTRICE DE RECHERCHE AU CNRS Reconnu pour la qualité de ses publications et l excellence des projets qu il a menés,

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire )

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Bientôt en Alsace : La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Création d une usine-école unique en Europe L Etat, dans

Plus en détail

Faculté des Sciences d ORSAY

Faculté des Sciences d ORSAY Université Paris-Sud 11 Faculté des Sciences d ORSAY Personnes ressources des disciplines représentées : Département de Biologie Vice-Président : Hervé DANIEL Secrétaire : Malika DERRAS Université Paris-Sud

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Les métiers de la Physique Le domaine Sciences, Technologies, Santé Alexis, chargé de recherche diplômé d un Master Physique du rayonnement et de la matière et d un Doctorat en

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation Mastère Spécialisé Économie circulaire : les outils de l Écologie industrielle et de l Éco-conception Bac +6 Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Plus en détail

BOURGOGNE. Nouveauté 2012-2013

BOURGOGNE. Nouveauté 2012-2013 webclasseur orientation La lettre kiosque du Webclasseur orientation BOURGOGNE et du Kiosque N 1 - Octobre 2012 Édito Édito À l ardoise : Le Webclasseur orientation fait sa rentrée! Nouveauté 2012-2013

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

REMISE A NIVEAU SCIENTIFIQUE Accessible à tous les baccalauréats

REMISE A NIVEAU SCIENTIFIQUE Accessible à tous les baccalauréats CHIMIE CONDUITE DE PROJETS PHYSIQUE MATHÉMATIQUES SCIENCES EN QUESTIONS BIOLOGIE REMISE A NIVEAU SCIENTIFIQUE Accessible à tous les baccalauréats Université Catholique de Lille 1 La FLST, au cœur du campus

Plus en détail

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche FILIÈRE «PHYSIQUE» Président: Prof. Marc Haelterman marc.haelterman@ulb.ac.be Vice-président : Prof. Pierre-Etienne Labeau pelabeau@ulb.ac.be La formation en un coup d œil Objectifs Former les étudiants

Plus en détail

Prix ampère De l electricité De FranCe. lauréat de l année 2014. Gilles CHabrier

Prix ampère De l electricité De FranCe. lauréat de l année 2014. Gilles CHabrier Prix ampère De l electricité De FranCe lauréat de l année 2014 1974 Prix annuel (50 000 ) fondé par électricité de France en l'honneur du grand savant dont le 200 ème anniversaire de la naissance a été

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

«Physique nucléaire et applications»

«Physique nucléaire et applications» UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 UFR de PHYSIQUE MASTER DÉLOCALISÉ A HANOI (avec le soutien de l Agence universitaire de la Francophonie) «Physique nucléaire et applications» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2008-2009 RÉSUMÉ

Plus en détail

ÉCOLE SUPÉRIEURE D INGÉNIEURS DE LUMINY - MARSEILLE

ÉCOLE SUPÉRIEURE D INGÉNIEURS DE LUMINY - MARSEILLE ÉCOLE SUPÉRIEURE D INGÉNIEURS DE LUMINY - MARSEILLE former des ingénieurs spécialistes des hautes technologies Créée en 1993, l École Supérieure d Ingénieurs de Luminy a pour vocation de former des professionnels

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Double cursus en BioInformatique. Christine Froidevaux Pr. Université Paris Sud LRI CNRS UMR 8623 et INRIA Saclay Christine.Froidevaux@u-psud.

Double cursus en BioInformatique. Christine Froidevaux Pr. Université Paris Sud LRI CNRS UMR 8623 et INRIA Saclay Christine.Froidevaux@u-psud. Double cursus en BioInformatique Christine Froidevaux Pr. Université Paris Sud LRI CNRS UMR 8623 et INRIA Saclay Christine.Froidevaux@u-psud.fr Double cursus et Interdisciplinarité Mon propre parcours

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sommaire Le mot du président 3 Recherche & Développement 5 Le Hub 6 Axes de différenciation 7 Crowdfunding 8 Partenaires 9 Contacts presse 11 2 Le mot du président La multiplication

Plus en détail

Le directeur marketing

Le directeur marketing Le directeur marketing Le Directeur marketing occupe un poste clef au sein de l entreprise (souvent au Comité de Direction) et est à la fois un stratège et un manager. Il élabore les plans marketing (analyse

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

La transmission et le renouvellement des compétences, priorité absolue pour le groupe EDF

La transmission et le renouvellement des compétences, priorité absolue pour le groupe EDF DOSSIER DE PRESSE MARS 2011 La transmission et le renouvellement des compétences, priorité absolue pour le groupe EDF L accord Défi Formation du 10 septembre 2010 Un geste simple pour l'environnement,

Plus en détail

La fonction qualité au CNRS

La fonction qualité au CNRS Les cahiers de l observatoire des métiers DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DECEMBRE 2003 La fonction qualité au CNRS MARIE-NOELLE POGER CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Sommaire INTRODUCTION...

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ M1 60 ES Volume horaire étudiant : Entre 130 et190

Plus en détail

Après le bac, trouver sa voie

Après le bac, trouver sa voie novembre 2014 Après le bac, trouver sa voie Vous êtes au lycée et l on vous demande de faire des choix. Choix de bac, choix de filière Pas de panique. Avec un peu de méthode, on y arrive! S orienter c

Plus en détail

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans. F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.fr/ et ne peuvent en aucun cas suffire. Ce sont uniquement des compléments

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les Métiers évoluent, la formation s adapte - Présentation rapide de l Ecole Centrale Marseille et de quelques

Plus en détail

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE 8 Chapitre 1 L engouement pour les formations en management, au sein des écoles

Plus en détail

1.Quelles études après un Bac L? 2.Quelles études après un Bac ES? 3.Quelles études après un Bac S?

1.Quelles études après un Bac L? 2.Quelles études après un Bac ES? 3.Quelles études après un Bac S? Des pistes après le BAC 1.Quelles études après un Bac L? 2.Quelles études après un Bac ES? 3.Quelles études après un Bac S? Lycée Municipal d Adultes www.lyceedadultes.fr 1.Quelles études après un Bac

Plus en détail

Saadi KHOCHBIN. Directeur de recherche CNRS. médaille d Argent. Institut des sciences biologiques. Institut Albert Bonniot (IAB)

Saadi KHOCHBIN. Directeur de recherche CNRS. médaille d Argent. Institut des sciences biologiques. Institut Albert Bonniot (IAB) Saadi KHOCHBIN Directeur de recherche CNRS Institut Albert Bonniot (IAB) Inserm / UJF Institut des sciences biologiques médaille d Argent Les projets développés par Saadi Khochbin s inscrivent essentiellement

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

INTÉGREZ LE MONDE PROFESSIONNEL EN ISRAËL

INTÉGREZ LE MONDE PROFESSIONNEL EN ISRAËL INTÉGREZ LE MONDE PROFESSIONNEL EN ISRAËL Technicien supérieur המינהל לסטודנטים עולים Israel Student Authority Ministry of Immigrant Absorption 2 L Office des Etudiants Ha-Minhal LeStudentim Olim, vous

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 3, Hors-Série 1, 11 (2004) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bib-j3ea:2004611 EDP Sciences, 2004 Formation

Plus en détail

Le choix des séquences mathématiques et des sciences pour la 4ième et la 5ième secondaire

Le choix des séquences mathématiques et des sciences pour la 4ième et la 5ième secondaire Le choix des séquences mathématiques et des sciences pour la 4ième et la 5ième secondaire Guide de l élève de la 3e secondaire Nom de l élève: Groupe: Ce document a été réalisé par Éric Boisvert, conseiller

Plus en détail

Licence professionnelle Radioprotection, démantèlement et déchets nucléaires : chargé de projets

Licence professionnelle Radioprotection, démantèlement et déchets nucléaires : chargé de projets Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Radioprotection, démantèlement et déchets nucléaires : chargé de projets Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation

Plus en détail

Christelle MAZIERE (30 ans)

Christelle MAZIERE (30 ans) Christelle MAZIERE (30 ans) Villa Orcéa, Lieu-dit Pertérato 20212 Favalello di Boziu 06.35.58.13.21 maziere@univ-corse.fr COMPÉTENCES PARTICULIÈRES Enseignement Gestion de corpus de données : recueil,

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER Sandra Huissière de justice (Actihuis) «Je ne savais pas ce que je voulais faire. Enfin si, je savais que je ne voulais pas faire de Droit car j en avais une image trop rigide. Après mon Bac ES (ex B),

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sogilis La société de développement logiciel qui prône le management sans Manager Contacts Presse Agence Valeur D image Virginie Debuisson v.debuisson@valeurdimage.com +33.6.10.80.06.52

Plus en détail

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion.

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion. Rencontre Notre secteur AREQ vient de fêter son 25 e anniversaire d existence. En 1986, sous la présidence de Rita Fortin, quarante membres se sont réunis. Deux ans plus tard, Anne-Marie Roy Coulombe était

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

www.u-bordeaux2.fr/ltpi http:/deustbordeaux2.free.fr www.ipibordeaux.com

www.u-bordeaux2.fr/ltpi http:/deustbordeaux2.free.fr www.ipibordeaux.com Laboratoire de Technologie Pharmaceutique Industrielle LTPI (IPIB) UFR des Sciences Pharmaceutiques Industrielle 146 rue Léo-Saignat Case 86 33076 BORDEAUX cedex Tel: 05-57-57-12-40 Fax: 05-56-96-12-40

Plus en détail

Conception graphique : Nicolas Piroux - Photos : Campus communication - Camille Boulycault ; UPS mission Campus ; Florent Delaigue ; Gwenaël Le Garff

Conception graphique : Nicolas Piroux - Photos : Campus communication - Camille Boulycault ; UPS mission Campus ; Florent Delaigue ; Gwenaël Le Garff Polytech 3 volets V7.indd 3 27/10/12 19:11 Conception graphique : Nicolas Piroux - Photos : Campus communication - Camille Boulycault ; UPS mission Campus ; Florent Delaigue ; Gwenaël Le Garff ; Shutterstock

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis Avis n 2010/05-10 relatif à l habilitation de l École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) à délivrer des titres d ingénieur diplômé admis par l état Objet : G : accréditation et admission par l'état

Plus en détail

Quatre lycées pour réussir

Quatre lycées pour réussir SPÉCIAL ENSEIGNEMENT Quatre lycées pour réussir De la classe préparatoire aux grandes écoles, aux options scientifiques pointues, les quatre lycées de Créteil offrent aux élèves des formations générales,

Plus en détail

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management 2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management Double-diplôme INSEEC BACHELOR/FACulté DE PHARMACIE Bachelor en Management Un double-diplôme inseec bachelor / faculté de pharmacie CAleNDRieR

Plus en détail

Bureau des étudiants VERSION IFP

Bureau des étudiants VERSION IFP Bureau des étudiants VI VERSION IFP l Institut Français de Presse & Version IFP L Institut Français de Presse est une institution pionnière dans la formation au monde des médias. Depuis près de 80 ans,

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Techniques nucléaires et radioprotection de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE DU M2 STATISTIQUE & ECONOMÉTRIE Yves Aragon & Thibault Laurent & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, Université des Sciences Sociales 21 Allée de Brienne 31000

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

LA FRANCHISE YVES ROCHER

LA FRANCHISE YVES ROCHER Créateur de la Cosmétique Végétale LA FRANCHISE YVES ROCHER Marque déposée par Yves Rocher ENTREPRENEZ BEAUCOUP, PASSIONNÉMENT 1ère entreprise préférée des Français dans le secteur de la beauté*, 2ème

Plus en détail

EPCCI ÉCOLE PRATIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE & D INDUSTRIE DE CÔTE D IVOIRE NOTRE OFFRE DE FORMATION

EPCCI ÉCOLE PRATIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE & D INDUSTRIE DE CÔTE D IVOIRE NOTRE OFFRE DE FORMATION EPCCI ÉCOLE PRATIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE & D INDUSTRIE DE CÔTE D IVOIRE NOTRE OFFRE DE FORMATION LES PLUS DE L EPCCI L EPCCI, UNE ÉCOLE EN PHASE AVEC LES ATTENTES DES ENTREPRISES L Afrique dans sa

Plus en détail

Catalogue de Formation

Catalogue de Formation SARL INSTITUT FRANÇAIS DE LANGUES ET DE SERVICES ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVE CREE EN 1992 Catalogue de Formation vous propose des formations adaptées à vos besoins et à vos attentes Particuliers,

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

GAZETTE DCI N 11. Le Billet du Président. Division de Chimie Industrielle. Bonjour à tous,

GAZETTE DCI N 11. Le Billet du Président. Division de Chimie Industrielle. Bonjour à tous, Division de Chimie Industrielle GAZETTE DCI N 11 Le Billet du Président Bonjour à tous, La soirée du 5 mars à IFPEN (Rueil), a été consacrée à des thèmes en lien avec l énergie (batteries, hydrogène).

Plus en détail

Fiche métier : Le Community Manager

Fiche métier : Le Community Manager Fiche métier : Le Community Manager Le métier de Community Manager, en quoi cela consiste? 1) Un métier neuf La notion de community management étant relativement récente, il n en existe pas de véritable

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre du droit de l entreprise, EA 3397 de l'université Strasbourg 3 avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

Guide des métiers des Ressources Humaines

Guide des métiers des Ressources Humaines Guide des métiers des Ressources Humaines IUT de TOURS Département GEA Licence professionnelle Gestion des Ressources Humaines 2010-2011 Laëtitia MORAND Monique PLOQUIN Anthony PLOTU Aurélie TOUBLANC Enseignant

Plus en détail

À l école pour développer des compétences

À l école pour développer des compétences _x áxüä vx wxá ÜxááÉâÜvxá wâvtà äxá tâå }xâçxá 2007-2008 2008 À l école pour développer des compétences -au préscolaire- - 1 - - 2 - Mot de présentation Votre enfant entre à la maternelle cette année.

Plus en détail

Maison de l Enfant et des Découvertes 4 avenue Aristide Briand 27000 Evreux.

Maison de l Enfant et des Découvertes 4 avenue Aristide Briand 27000 Evreux. Maison de l Enfant et des Découvertes 4 avenue Aristide Briand 27000 Evreux. Heures d ouverture pour le public : Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h Téléphone Fax 02 32 33 47 39 02 32 33 71

Plus en détail

Master Management, innovation, technologie

Master Management, innovation, technologie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management, innovation, technologie Université Pierre Mendes France- Grenoble- UPMF Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Numéro 7 Avril 2013. Dans ce numéro :

Numéro 7 Avril 2013. Dans ce numéro : 1 sur 5 02/07/2013 12:54 Vous recevez cette newsletter parce que vous êtes en contact avec pixid ou utilisateur de l'application pixid. Vous pouvez-vous desabonner ou modifier vos préférences à partir

Plus en détail

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin Pourquoi "oser la prépa ECE "? La CPGE ECE (classe préparatoire aux grandes écoles économique et commerciale voie économique) appelée aussi prépa HEC voie éco est un tremplin d accès aux grandes écoles

Plus en détail

COMMERCIAL MARKETING COMMUNICATION

COMMERCIAL MARKETING COMMUNICATION ASSISTANT COMMERCIAL (H/F) Contrat : CDI Lieu : Vendée Entreprise spécialisée dans l'installation de poêles à bois et à granulés. COMMERCIAL MARKETING COMMUNICATION Polyvalent(e), vos missions seront d'ordre

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance L enfance au cœur de nos actions. La Fondation 29 Haussmann a retenu pour thème la lutte contre la rupture du lien

Plus en détail

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» 1- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS :

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 de l'université Lille 3 Juin 2009 Section des Unités

Plus en détail

M é t e i e t r d s e d l e a l R H e ô s t t a e u l l r e a r t i i e o n N 2 5

M é t e i e t r d s e d l e a l R H e ô s t t a e u l l r e a r t i i e o n N 2 5 M é t i e r s d e l H ô t e l l e r i e e t d e l a R e s t a u r a t i o n N 2 5 Faites de votre D O S S I E R D U M O I S Les Métiers de l Hôtellerie 2 L hôtellerie et la restauration sont des secteurs

Plus en détail

L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs. Premiers éléments d un bilan à deux ans.

L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs. Premiers éléments d un bilan à deux ans. L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs Interactions (INSMI) : Premiers éléments d un bilan à deux ans. 1. Mise en place de l INSMI Au CNRS, l année 2009 a été une année de transition

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

Elaboration du plan France Numérique 2020

Elaboration du plan France Numérique 2020 Paris, le 30 septembre 2011 Elaboration du plan France Numérique 2020 Réponse de l ARPP à la consultation publique Organisme de régulation professionnelle de la publicité en France, l Autorité de Régulation

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

LE SYNDICAT DE L INNOVATION BIG BIG DATA, UNE RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE OU CULTURELLE? DATA DAY

LE SYNDICAT DE L INNOVATION BIG BIG DATA, UNE RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE OU CULTURELLE? DATA DAY LE SYNDICAT DE L INNOVATION BIG BIG DATA, UNE RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE OU CULTURELLE? DATA DAY A EURATECHNOLOGIES, 165 AVENUE DE BRETAGNE, 59000 LILLE JEUDI 18 SEPTEMBRE 2014 Le Big Data envahit brutalement

Plus en détail

Héritage. Naissance d un nouveau porte flambeau pour les créations de Ludovic Lacroix

Héritage. Naissance d un nouveau porte flambeau pour les créations de Ludovic Lacroix 1 Héritage Les origines de LORME remontent à la manufacture de skis de Bois d Amont (Jura, France) qui fut l un des symboles du ski de compétition pendant des décennies. En 2000 Ludovic Lacroix la relance.

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail