LE CONSEIL D'ADMINISTRATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CONSEIL D'ADMINISTRATION"

Transcription

1 LE CONSEIL D'ADMINISTRATION Président Jean- Marc STEINDECKER Professeur agrégé Vice- Président Jean- Pierre DEDONDER - Professeur des Universités Secrétaire Général Pierre DUCROQ Ancien Directeur Général de la Fondation Trésorier Xavier ROY Inspecteur Général des Affaires Culturelles Membres Omar BRIXI Médecin épidémiologiste Chantal GOYAU Directrice Générale d une école de travail social Claudine GUTHMANN Présidente de 1999 à 2008 Danièle JOURDAIN- MENNINGER Haut fonctionnaire et professeure associée Dominique LABADIE - Avocate Jean ROUCHE Avocat au Barreau de Paris Commissaire du Gouvernement Jean- Marie MARTINEZ 1

2 Le mot du Président L année 2012 s achève sur fond de crise de l emploi, en particulier pour les jeunes et les adultes les plus fragilisés. Plus que jamais le travail social et éducatif est nécessaire pour apporter à chaque public accompagné des solutions adaptées. Face à ces situations, d une ampleur nouvelle, les professionnels sont mis à rude épreuve. Comme je le disais lors de notre cinquante- cinquième anniversaire, il vous faut aujourd hui de fortes convictions, de l imagination, de la ténacité pour protéger les enfants et les adolescents et répondre aux besoins d insertion et de formation des personnes. C est ce que montre la lecture attentive de ce rapport d activité, je constate une nouvelle fois votre dynamisme par l important travail réalisé par les équipes éducatives : personnes dont jeunes ont bénéficié en 2012 d un suivi éducatif ou social. Les éducateurs s engagent chaque jour à lutter contre les inégalités et à donner plus de chances aux enfants, adolescents et personnes en souffrance et/ou en danger. Les droits de l enfant et de la famille, le respect de la dignité humaine, l accompagnement, les expériences de vie partagées avec les jeunes témoignent de l engagement de nos professionnels. L année 2012 s est révélée très chargée à l instar des années précédentes. C est avec engagement et détermination que le conseil d administration et le bureau se sont réunis à dix reprises et ont accueilli Jean- Pierre Martinez nommé commissaire du gouvernement en décembre Merci pour cet engagement. C est avec professionnalisme et motivation que l ensemble des professionnels de la Fondation avec l aide des cadres remplissent les missions qui nous sont confiées par les pouvoirs publics. Ce qui ressort, c est que l activité de tous les établissements et services a été en 2012 soutenue, atteignant très souvent 100% des prévisions budgétaires, et comme à la Maison de la Juine, au- delà. Je salue notamment votre implication à tous, lors de notre cinquante- cinquième anniversaire. Cette manifestation placée sous le haut patronage de Pierre Joxe, militant d une justice des mineurs protectrice et éducative, a réuni plus de 500 personnes à la salle Olympes de Gouges. Myriam El Khomri, adjointe au maire de Paris, chargée de la prévention et de la sécurité et Nawel Oumer, maire adjointe du 11 ème arrondissement ont insisté sur le rôle de nos services dans le partenariat parisien et salué l engagement des professionnels et plus largement la place du secteur associatif pour accompagner les jeunes et les familles les plus fragilisés. Je veux retenir l excellente ambiance qui y a régné traduite par le plaisir manifeste et manifesté par les participants qui ont échangé avec nos équipes et fait honneur au magnifique buffet préparé par les jeunes de la Maison de la Juine et par leurs encadrants. Nous avons applaudi le spectacle de rap et de danse des jeunes de Seine- Saint- Denis. Par ces pratiques culturelles, ces jeunes tentent de reprendre la parole et donc une place dans la société, ce n est pas seulement une expression musicale qui apparaît, mais un ensemble de liens qui permet aux jeunes d être reconnus positivement. 2

3 Plusieurs autres temps forts ont ponctué l année : Le conseil d administration a validé le processus de fusion absorption de l association Parcours, avec notamment la reprise de l Espace Dynamique d Insertion «le Tipi». La Fondation a adhéré à IDEE 93, association dont l objet est la mise en réseau des associations intervenant en Seine- Saint- Denis dans le cadre de la protection de l enfance. Trente nouveaux salariés, arrivés depuis moins d un an, ont participé à la journée d accueil organisée en novembre, moment important de présentation et d échanges autour du projet global de notre Fondation. L évènement marquant aux Jacquets a été l emménagement à Nanterre à la fin de l année. Nous avons inauguré de très spacieux locaux, en février Monsieur Devedjian, Président du Conseil Général des Hauts- de- Seine et Monsieur Jarry, Maire de Nanterre, ont souligné l originalité de cette structure d accueil de jour avec une scolarité intégrée «unique en Île- de- France pour les enfants du primaire». Le partenariat avec les services départementaux et municipaux va se poursuivre et se développer pour aider les enfants et leurs familles. Il y a eu cette année d autres grands moments : exposition de photos à l Ile- Saint- Denis illustrant deux séjours de jeunes en Ukraine et au Maroc, présentation de trois chantiers de solidarité réalisés par trois équipes du service de prévention Paris, deux au Maroc et un au Sénégal et bien d autres projets encore. Je souhaite encore souligner la dimension partenariale de ces projets, le sens de la solidarité et le remarquable engagement des éducateurs. Confrontés à des situations de plus en plus périlleuses sur le plan budgétaire, les collectivités publiques doivent faire des choix financiers ; il faut s en inquiéter car il est à craindre que certains arbitrages soient faits au détriment de réponses pertinentes aux besoins des enfants, des adolescents et de leurs familles. L action des associations intervenant dans le domaine de l hébergement et de la réinsertion sociale est réinterrogée. L Etat a annoncé en 2011 une baisse de 12% des dotations sur trois ans, poussant les associations gestionnaires à se rapprocher entre elles pour réduire les coûts mais aussi diminuer le nombre d interlocuteurs devenu trop important. La refondation du système français d hébergement et d accès au logement devrait être axée vers de nouvelles réponses, notamment vers le dispositif appelé «dirigé vers le logement», expérimenté à New York et qui fait référence au niveau européen aujourd hui. En 2012, cette orientation s est traduite par une diminution de la dotation 2012 du CHRS Coquerive. La réorientation des actions de la PJJ a également des incidences sur la Maison de la Juine qui accueille des jeunes adolescents, particulièrement fragiles. Le secteur de la prévention spécialisée est également touché, notamment le service de Seine- Saint- Denis qui a eu une baisse de sa dotation en 2012, équivalente à un poste. Nous devons nous interroger sur la façon de communiquer sur nos actions, renforcer la lisibilité de nos actions de prévention spécialisée. Je tiens à remercier tous ceux qui sont des acteurs essentiels de la vie de la Fondation et de la cause que nous défendons. Par leur action, leur engagement, leur soutien, administrateurs, salariés, partenaires et élus contribuent et participent à la mise en œuvre des missions qui nous sont confiées. Jean- Marc STEINDECKER 3

4 4

5 SIEGE SOCIAL 34 rue de Picpus Paris Tél. : Fax : Directrice générale : Nicole GLOAGUEN Directrice générale adjointe : Mireille LE YAOUANQ Comptabilité : Nathalie MUSSOT Seu- Leng KY Gestion du personnel : Christine LAUDRIN Valérie LEJUSTE Sonia TÉBIGUI Secrétariat de Direction : Cécile LE BERRE 5

6 6

7 SOMMAIRE LE SIEGE Page 9 LA PREVENTION SPECIALISEE - Prévention Spécialisée Paris - Prévention Spécialisée Seine- Saint- Denis Page 15 Page 17 Page 41 MAISON DE LA JUINE Page 81 SERVICE ÉDUCATIF 91 Page 99 MAISON COQUERIVE Page 115 LES JACQUETS Page 133 SAFIP Page 159 SYNERGIE Page 167 LES CENTRES DE VACANCES Page 173 INFOBAT Page 177 7

8 8

9 9

10 Le siège, instance opérationnelle du conseil d administration, est chargé de la mise en œuvre de la politique générale de la Fondation. Il est mobilisé comme ressource de la dynamique du projet global de la Fondation à tous les niveaux : fonctionnement des instances statutaires, communication interne et externe, évaluation, gestion des ressources humaines, administrative, juridique et financière, gestion logistique et informatique, suivi des centres de vacances. Il regroupe trois pôles, la direction générale, le service administratif et financier et le pôle ressources humaines. Complémentaires et indissociables, ces trois fonctions sont assurées par huit salariés qui travaillent en liaison avec les dix établissements et services, les financeurs et les administrations concernées par la vie et le fonctionnement de notre fondation. Cette année, marquée par un fort contexte de crise, s est concrétisée par : Un moment symbolique, le cinquante- cinquième anniversaire de la Fondation. Préparé tout au long de l année, ce fut l occasion de retracer l histoire parcourue et de nous projeter dans l avenir. Ce temps fort a permis aussi de rappeler nos valeurs et surtout de les faire vivre au cours de cette manifestation, rassemblant administrateurs et salariés, anciens et nouveaux, élus, acteurs des multiples partenariats publics et associatifs. Retenons aussi la qualité de réflexion du séminaire tant par l intérêt qu a suscité son thème «le métier d éducateur hier et aujourd hui», que la manière dont il a été traité par les intervenants. Pour cet évènement, nous avons actualisé la plaquette de présentation des activités de la Fondation et diffusé un film réalisé par José Sorba de l agence Polynome qui les illustre. Cette manifestation très réussie a aussi montré l engagement de tous les acteurs de la Fondation, administrateurs et salariés, et le dynamisme des jeunes. La conduite de la politique générale de la Fondation En concertation permanente avec le Président, la directrice générale a préparé les dossiers nécessaires au bon fonctionnement associatif. Sur le plan fonctionnel, nous avons finalisé le document de délégations aux directeurs. La fondation a dû faire face aux nouvelles règles des politiques publiques en œuvre depuis un certain temps mais dont les effets directs se sont faits réellement sentir (réorientation de certaines politiques publiques - réduction de financements - gels de postes- appels à projets ). Partageant des valeurs proches, la fondation a validé le processus de fusion absorption de l association Parcours au 1 er janvier 2013, en raison du départ à la retraite de son directeur. La reprise de l Espace Dynamique d Insertion «le Tipi» représente un outil supplémentaire pour répondre à l insertion des jeunes. Les trois centres de vacances de la Fondation mis à disposition des établissements demandent un suivi régulier (planning, entretien, investissement, ). En 2012, la commission de sécurité a renouvelé pour cinq ans son avis favorable pour Montaure. Un soutien important aux établissements La direction générale a apporté son soutien au bon fonctionnement des établissements et services dans le respect des responsabilités propres à chaque directeur. Notons des changements importants dans la vie des établissements : l accueil de 29 nouveaux salariés dans nos différents services, la nomination de Yann Bourhis comme directeur du service de prévention spécialisée de Seine- Saint- Denis en janvier et l arrivée de Samir Lamouri comme directeur- adjoint en juin, l arrivée en juillet de Medhi Lacheheb comme directeur d Infobat. La direction générale a apporté un appui régulier à ces nouveaux directeurs dans le cadre du comité de pilotage mensuel à Infobat et de réunions régulières avec le service de prévention de Seine- Saint- Denis. 10

11 Des chantiers importants ont ponctué l année et impliqué un fort engagement du Président et de la Direction générale avec chaque service concerné. Nous citerons plus particulièrement : - Le déménagement des Jacquets Colombes à Nanterre porté par Serge Burghoffer et son équipe a nécessité une attention soutenue. Certes, des difficultés ont ponctué le chantier mais l installation à Nanterre début janvier 2013 a permis d augmenter notre capacité d accueil de 39 à 45 enfants et d offrir un cadre de travail et d accueil spacieux, agréable et plus fonctionnel. La réalisation de ce projet montre que lorsqu il y a une volonté politique forte, de beaux projets se concrétisent. - Nous avons accompagné le service de prévention spécialisée parisien dans la réponse à un appel à projet pour la reprise d une activité de prévention spécialisée dans le 15 ème arrondissement, mais nous n avons pas été retenus. La convention de notre service de prévention spécialisée avec le département de Paris a été signée début Lors des échanges sur ce renouvellement, nous avons été vigilants à la prise en compte de la dimension éducative de notre mission, dans une démarche commune avec les associations parisiennes. - Nous avons soutenu la direction du Safip dans le suivi de son activité. La situation financière s est améliorée mais reste cependant fragile. Dans ce contexte, la Fondation a dû dénoncer l accord d entreprise signé en 2001, tout en répondant à la demande des partenaires sociaux d appliquer la valeur du point depuis 2009, dans le cadre d un échelonnement de trois années. Nous avons également accompagné la reprise du dispositif «Lutte contre le trafic» dans un travail très concerté avec le service de prévention Paris, la Mission de prévention des toxicomanies (DASES) et la Direction de la Prévention et de la Protection de la ville de Paris. - Avec l ensemble des associations de prévention spécialisée de Seine- Saint- Denis, nous avons discuté les nouvelles orientations en matière de prévention spécialisée avec le Conseil Général, notamment la contractualisation département- association- ville. Nous avons également proposé au Conseil Général une alternative aux gels de postes demandés. - La Maison de la Juine est l établissement le plus concerné par les réductions de financements ainsi que par des gels de poste, dont ceux de chef de service technique et d éducateurs de l atelier technique. Les aspects budgétaires ont été beaucoup discutés avec le Conseil Général qui, en fin d année, a réalisé un audit financier ayant pour second objectif de déterminer des coûts par service. Nous sommes particulièrement préoccupés par cette évolution car notre établissement reçoit des jeunes fragilisés, dont les parcours sont particulièrement difficiles. Il est important de proposer à ces jeunes un cadre structuré, des activités diversifiées dont celles liées à une socialisation professionnelle dans nos ateliers de bouche. Nous notons un grand intérêt du foyer départemental (IDEF) qui nous adresse des jeunes en accueil de jour dans le cadre d un partenariat expérimental. - La direction générale a aussi soutenu le processus d actualisation du projet d établissement qui sera présenté au conseil d administration en Afin d approfondir le sens de nos actions, renforcer la cohérence des réponses mises en œuvre dans un contexte d évolution des missions, nous avons échangé lors des huit comités de direction : de la refondation des CHRS, de la hausse d activité demandée pour le service AEMO du SE 91, de thématiques de formation et d insertion mais aussi de nombreuses questions de gestion des ressources humaines et d organisation. Ces échanges ainsi que les rencontres avec les équipes éducatives sont précieux pour affiner nos orientations stratégiques. Ces temps de travail participent à une évolution de pratiques plus transversales entre nos différents établissements. Cela se concrétise, par exemple, par la mise en œuvre de projets plus partagés autour de l insertion, avec la mise en place de projets portés par les services de prévention, Infobat et le Safip, de la 11

12 mutualisation, comme la réflexion sur l évaluation interne des trois établissements de l Essonne ou des journées de réflexion ou de formation. Les ressources humaines et le dialogue social Les professionnels de la fondation sont les principaux acteurs de la qualité du service rendu aux personnes les plus fragilisées. À ce titre, les instances de la Fondation sont particulièrement attentives à leur expression et à leur participation. La direction générale assure par délégation du Président, la présidence des 4 Comités d Entreprise et du Comité Central d Entreprise. En 2012, cela a représenté 29 réunions de CE et 3 réunions de CCE ainsi que 7 réunions de Négociations Annuelles Obligatoires avec les partenaires sociaux. Le renouvellement des instances du personnel en mai a nécessité un important travail administratif ainsi que trois réunions préparatoires avec les délégués syndicaux pour négocier le protocole préélectoral. La principale modification concerne la création d un Comité d Entreprise unique pour les trois établissements situés dans le département de l Essonne. Nous avons aussi mené d autres chantiers avec les directions d établissements : la prévention des risques professionnels, le diagnostic en vue du plan d action par service de prévention de la pénibilité, l analyse de la situation femmes/hommes pour préparer la base d un accord sur l égalité femmes/hommes. Le pôle ressources humaines a travaillé à la migration du logiciel de paie (élaboration d un référentiel de paie, doublons de paie, ), qui sera finalisée début La formation est un outil essentiel dans les parcours professionnels des salariés. En plus des formations retenues au niveau de chaque établissement, la Fondation a réalisé une journée sur la responsabilité civile et pénale à l attention des cadres et trois formations rassemblant des personnels de différents établissements : trois jours sur les écrits professionnels, deux jours sur la thématique de la justice des mineurs, des fichiers et des casiers judiciaires ainsi que deux jours sur l accueil des jeunes et des familles par le personnel administratif. Concernant le personnel du siège, nous avons recruté une gestionnaire de paie ainsi qu une assistante de gestion en contrat de professionnalisation. L année a aussi été marquée par de longs arrêts maladie, et des temps partiels thérapeutiques. Nous avons accueilli un stagiaire en communication pendant deux mois. Fin 2012, nous avons obtenu la création d un poste de direction administrative et financière qui sera pourvu courant Il y aurait encore beaucoup à dire sur cette année 2012, mais je conclurai en soulignant la qualité du travail, l engagement de l équipe du siège et l implication de chaque directeur pour créer un socle solide fondé sur la cohérence, la responsabilité de chacun et l amélioration de notre organisation au service de nos missions et de notre projet. Dans un contexte particulièrement instable, le travail, la solidarité sont des bases solides qui nous aiderons à garder notre équilibre. 12

13 De nombreux chantiers se poursuivront en Sans être exhaustifs, nous citerons : - L accueil des salariés de l association Parcours. - La finalisation de l évaluation interne, avec la prise en compte de nos points forts et de nos axes d amélioration, l actualisation des projets de service. Ensuite, nous pourrons commencer à travailler l évaluation externe des établissements conventionnés. - Le soutien aux cadres dans leur fonction : après la finalisation des délégations aux directeurs en 2012, dans une démarche participative, nous engageons un travail sur les subdélégations des directeurs aux chefs de service. - Plus que toute autre, la fonction ressources humaines continue de faire face à de grandes mutations. Nous devons notamment approfondir la question du recrutement et les modalités d accueil des nouveaux salariés mais aussi la mobilité des salariés, le temps de travail, la prévention des risques professionnels et notamment les risques psychosociaux à partir des éléments recueillis auprès des délégués du personnel et des Comités d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT). - Une journée d étude concernant les informations à caractère secret, confidentiel ou sensible rassemblera les personnels éducatifs sur cette problématique où les pratiques professionnelles sont souvent soumises à des enjeux antagonistes. - Sur le plan administratif et légal, nous allons actualiser le règlement intérieur et le document de procédures administratives et financières. Nous devons également intégrer le module budget prévisionnel et compte administratif de notre prestataire CEGI. Un travail sera mené pour affiner le suivi de la gestion du patrimoine de la Fondation. 13

14 14

15 15

16 La prévention spécialisée relevant de la Fondation s exerce dans le cadre de deux services : celui de Paris et celui de Seine- Saint- Denis. Les équipes sont confrontées aux mêmes problèmes. Mais les contextes d intervention, les orientations départementales, les dynamiques des quartiers, l urbanisme, le système des acteurs et de partenariat sont différents. Une synthèse de l activité sera présentée par département, mais chacun pourra se reporter au bilan très exhaustif réalisé par chaque service s il en fait la demande. En 2012, jeunes ont bénéficié d un accompagnement éducatif mené par l ensemble des équipes des deux services de la Fondation. Un contexte de vie difficile Dans les deux départements, les équipes continuent de relever une aggravation des difficultés socio- économiques des familles et des jeunes. L activité de chaque service montre que la prévention est une construction locale qui nécessite en préalable un diagnostic du milieu de vie, portant sur sa structuration, ses ressources, ses réseaux et les dynamiques institutionnelles qui sont à l œuvre. Sa mise en œuvre et son efficience reposent sur la capacité d une équipe à construire sur le terrain une légitimité basée sur des relations de confiance. Cette confiance, le sens du dialogue avec les jeunes, le travail dans la proximité, l engagement quotidien des professionnels permettent, dans les quartiers où les équipes agissent, d apaiser les tensions, de privilégier la parole aux actes et d aider à l intégration des jeunes dans leur environnement. Les bilans de l activité des deux services illustrent particulièrement : La connaissance fine des milieux de vie des jeunes et des familles. La diversité et l originalité des actions menées en direction des jeunes et aussi le travail réalisé auprès des parents dans un objectif de protection de l enfance et de soutien aux familles. Le développement des actions en direction des collèges. Le potentiel d énergie et de ressources que recèle la jeunesse de ces quartiers, qui aspire à se faire une place dans la société. Le partenariat avec les pouvoirs publics : - Participation à des réunions avec le bureau prévention du Conseil Général de Seine- Saint- Denis sur les questions de prévention spécialisée. - Participation à la commission «jeunes en difficulté» à Paris. - Participation aux projets des villes. - Participation aux différents dispositifs existant dans les villes (contrat de ville, Contrat Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance). - Coopération avec les partenaires de la protection de l enfance, de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, de l Éducation Nationale, de la santé - Interventions de la Fondation dans des séminaires et colloques. 16

17 17

18 SERVICE de PRÉVENTION SPÉCIALISÉE de PARIS 60 Boulevard de la Guyane SAINT- MANDÉ Tél. : Fax : Financement : dotation globale du département de Paris Directrice : Annie LÉCULÉE Directeur adjoint : Patrick GOSSET Chef de service administratif : Véronique PASCHAL 2 secrétaires de Direction 10 Chefs de Service Éducatif 1 Chef de Service chargé des questions d'insertion 40 Éducateurs Spécialisés 10 Équipes de Prévention Spécialisée Paris 11 ème Orillon - Chef de Service : Marie- Claire RIPOLL Paris 14 ème Didot Vanves - Chef de Service : Joël DUPIN Paris 19 ème Curial- Cambrai - Chef de Service : Karim LFAREH Paris 19 ème Rébeval - Chef de Service : Antoine PLAQUET Paris 19 ème Place des Fêtes - Chef de Service : Philippe MOREAU Paris 20 ème Amandiers - Chef de Service : Lydia BAÏLEN Paris 20 ème Belleville - Chef de Service : Adama SENE Paris 20 ème Fougères - Chef de Service : Boualem CHABIRA Paris 20 ème Pyrénées - Chef de Service : Mathieu FERIN Paris 20 ème Pelleport Ménilmontant - Chef de Service : Nathalie MADRE 18

19 L'engagement éducatif a encore du sens aujourd'hui. La prévention spécialisée le prouve chaque jour grâce à ses équipes dont les actions en trois dimensions (travail de rue, action collective, accompagnement individuel) permettent de toucher et de maintenir un lien avec un public souvent inconnu des institutions ou du secteur associatif du quartier, alors que le champ de l'intervention sociale est de plus en plus complexe. Le service parisien de Prévention Spécialisée compte 10 équipes éducatives qui interviennent sur des territoires définis dans les 11 ème, 14 ème, 19 ème et 20 ème arrondissements, conformément à la convention et à la Charte qui nous lient au Conseil Général, avec des missions de protection de l'enfance et de réduction des phénomènes d inadaptation sociale des jeunes. Parmi les quartiers qui nous sont assignés, 8 font l'objet à ce titre d'une inscription dans le Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS). Le service travaille avec les différents acteurs du dispositif global de prévention et de protection de l enfance. L implantation dans des arrondissements implique un même travail de mise en cohérence avec les différents acteurs locaux. I. LES MISSIONS ET LEUR CONTEXTE Dépasser les apparences, chercher à comprendre, permettre qu'une communication s établisse ou se rétablisse entre des jeunes isolés ou en bande et leur environnement social et institutionnel, vivre auprès d'eux sans compromission mais avec suffisamment d'intérêt, tel est le fil conducteur de chacun des rapports d activité rendant compte de l année écoulée. Le travail de chaque équipe tient compte des conditions économiques, sociales et culturelles des populations qu'elle prend en charge et adapte ses modalités et ses contenus en fonction du quartier. L'analyse fine des problématiques rencontrées nous permet de définir un ensemble d'objectifs qui définissent et donnent du sens au travail de Prévention Spécialisée réalisé par les équipes éducatives. Toutes les actions engagées auprès de jeunes exclus ou en voie de l être, de leurs parents, et de leur environnement relationnel, social, scolaire ou professionnel, s inscrivent dans une logique commune aux dix équipes que nous nous sommes efforcés de conceptualiser et formaliser. Nous essayons de faire acquérir le sens de lui- même et des autres à «l homme de la cité», et nous avons l ambition de lui permettre de réussir sa scolarité et son insertion professionnelle. Toute notre stratégie de prise de contacts de ces jeunes, de leur accompagnement, de la recherche de partenariats est fondée sur cette conviction que leur avenir se construira plus aisément s ils trouvent ou retrouvent une place dans un cursus scolaire ou professionnel. Parce que prévenir, c est aussi s intéresser aux causes avant de pouvoir modifier les effets Nous devons inventer, créer un maximum de choses avec les jeunes, faire en sorte qu ils expérimentent, et que d eux- mêmes ils trouvent les clés de leur transformation propre et petit à petit celle du quartier La recherche du bon relais, de ce pont qui autorise à franchir l abîme de leur désespérance violente et de la peur que leur inspire le monde des «inclus» est le moteur de ce que nous considérons devoir faire dans le cadre de nos missions de Prévention Spécialisée. L année 2012 a été marquée par l élaboration du dossier de reconventionnement à l aune des années 2013/2015 et la nécessité de toujours ajuster nos réponses aux attentes des jeunes eux- mêmes mais aussi de nos financeurs. L appropriation des diverses évaluations, la prise en compte d une évolution de l action éducative, liées à des diagnostics actualisés de façon permanente, notre inscription dans des partenariats multiples mais opérationnels sont un souci constant porté autant par la direction du service que par les équipes et les cadres qui les animent. II. LE PUBLIC 19

20 Au 31 décembre, RELEVE QUANTITATIF DES JEUNES RENCONTRES ET SUIVIS EN 2012 ENSEMBLE DES EQUIPES - 12 ans 12/15 ans 16/18 ans 19/21 ans + de 22 ans F G F G F G F G F G Total A.Premiers contacts jeunes approchés en groupes B. Premiers contacts jeunes approchés individuellement C.Jeunes participant exclusivement aux activités collectives D.Relation éducative instaurée E.Accompagnement éducatif personnalisé Total Proportion filles/garçons 20

21 a. Analyse des catégories de population La population suivie par les 10 équipes est passée de jeunes à jeunes, marquant une évolution liée à une lecture renouvelée des publics suivis. Nous remarquons une augmentation de 136 jeunes que nous accompagnons de façon personnalisée et qui sont au «cœur» de notre intervention éducative. Les items de comptage des jeunes en cinq catégories ont été précisés et annexés à la nouvelle convention. Nous avons, dans le cadre de réunions avec les chefs de service, retravaillé notre façon de comptabiliser le public, en respectant la consigne d une seule identification, marquant nos rapports avec ce public, tant dans les âges cibles de 12 ans à 21 ans, que dans les frontières en amont ou en aval de ces cibles. Néanmoins, si ces définitions tentent de rendre plus lisibles les modalités d'approche des jeunes individuellement et collectivement, lors de nouveaux contacts, elles introduisent des concepts qui, dans la réalité d'une équipe implantée sur son territoire, demandent à être précisés. Il nous semble que «la photographie au 31 décembre» du public ne peut se confondre avec «une mise en mouvement» des liens établis avec ces jeunes. Nous avons mieux identifié les items dits de premiers contacts qui ne sont pas traduits dans l année par des actions concrètes comme des participations à des actions collectives (sorties séjours), ou par des interventions individualisées, prémisses d une relation éducative instaurée ou d un accompagnement éducatif individualisé. Les chiffres plus importants des items de premiers contacts, 585 contre 230 en 2011, «du jeune rencontré au jeune suivi!» sont le signe d un public potentiel pour lequel l intervention éducative de la prévention spécialisée est à mettre en place. Nous avons identifié jeunes (contre 2469 jeunes l an dernier) bénéficiant d'une relation éducative instaurée ou d un accompagnement éducatif personnalisé, soit 64%. Cette évolution est liée à la décision retenue, de mieux identifier les accompagnements éducatifs quel que soit l âge du jeune, dès lors qu il y a une intervention éducative, parfois co- construite ou relayée par les dispositifs de droit commun, ou par les partenaires sollicités. Les jeunes participant exclusivement aux actions collectives (évènements sportifs, fêtes de quartier), autrement dit sans qu'il y ait de relation éducative instaurée ou un accompagnement personnalisé (démarches concrètes) sont 890 (contre 801 l an dernier) soit 22%. Cela concerne en majorité des 12/15 ans, car ils fréquentent les actions d'aide scolaire, les sorties ponctuelles, ou sont inscrits par nos soins à des projets de vacances l'été. Quelques jeunes majeurs, de plus en plus nombreux pratiquent eux aussi une activité sportive (futsal). Ce qui est l occasion d instaurer déjà une relation éducative informelle, prélude potentiel à un accompagnement au moment où le jeune en exprimerait le besoin et/ou il y aurait pertinence à intervenir. b. Les tranches d âge significatives Toutes catégories confondues, la population des 12/21 ans, plus directement ciblée par l'action de Prévention Spécialisée selon les recommandations de la charte signée entre le Conseil Général et les associations représente personnes contre 2478 en 2011, soit 73% de la population totale. Moins de 12 ans 474 enfants de moins de 12 ans, soit 12% du public, en augmentation par rapport à 2011 (370), qui bénéficient plutôt de propositions ponctuelles d actions collectives, comme des inscriptions en séjours, l été. Ce public devrait pouvoir être suivi par d autres associations ou institutions de proximité, notamment par les centres sociaux. Mais tant nos équipes (Orillon Porte de Vanves - Belleville Fougères Pelleport) que d'autres observateurs (instituteurs, assistante sociale scolaire et associations de quartier) maintiennent leur sonnette d alarme. La présence des jeunes de moins de douze ans dans la rue est de plus en plus grande, il y a un déficit de réponses d'animation adaptées aux plus difficiles, une augmentation des situations qui nécessiteraient une attention éducative, voire une prise en charge administrative (AED). Nous réitérons, cette année encore, nos préoccupations pour ces enfants, qui, faute d un cadre éducatif sécurisant, expriment par leurs comportements, leurs difficultés et leur mal- être. 12/15 ans La population scolarisée au collège (12/15 ans) est en forte augmentation 1298 adolescents (992 l an dernier) mais ce chiffre est à pondérer car il englobe ceux rencontrés lors de premiers contacts. En 21

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes.

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes. Annexe III : Intervention professionnelle en service sociale : Intervention sociale d'aide à la personne (ISAP) et intervention sociale d'intérêt collectif (ISIC) - définitions et exemples - Dans le cadre

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE SOLIDARITÉS PROFESSIONS SOCIALES Arrêté du 18 mai 2009 relatif au diplôme d Etat d éducateur technique spécialisé

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53 Les jeudis de l hémicycle Parlement Francophone Bruxellois Le 29 novembre 2012 1 Deux

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Sommaire Introduction...p 2 Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Présentation des structures au programme de la journée thématique Enfance-Famille..p 4 Le service éducatif

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement

Note de Service spéciale Les modalités d'inspection des enseignants Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015 Tableau d'émargement Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement 1 8 2 9 3 10 4 11 5 12 6 13 7 14 Je demande

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES I - ANALYSE DE SITUATION DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES STRUCTURES PEDAGOGIQUES : 21 divisions LV1 : anglais, allemand, russe allemand section européenne en 4 ème et 3 ème. LV2 : anglais,

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014

ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014 ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014 LA JUSTICE DES MINEURS : CAP SUR L AVENIR La Garde des Sceaux a lancé une vaste consultation

Plus en détail

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 Art. 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une Association d Éducation Populaire dénommée :

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Les Chantiers de jeunes bénévoles

Les Chantiers de jeunes bénévoles Les Chantiers de jeunes bénévoles (instruction n 01-241 JS) I PREAMBULE Le chantier de jeunes bénévoles permet à des jeunes, à travers la réalisation collective d une activité utile, un apprentissage de

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE NOTE AU BUREAU MUNICIPAL

CONTRAT DE VILLE NOTE AU BUREAU MUNICIPAL CONTRAT DE VILLE NOTE AU BUREAU MUNICIPAL Objet : les dispositifs politique de la ville La politique de la ville est la pièce majeure des politiques publiques de lutte contre toutes les formes d'exclusion

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

GRENOBLE BADMINTON horizon 2016

GRENOBLE BADMINTON horizon 2016 GRENOBLE BADMINTON horizon 2016 page 1/22 Le club en 2012 Les objectifs de l olympiade 2008-2012 avaient été formulés selon six axes et ont été, en grande partie, remplis : Accueillir toutes les formes

Plus en détail

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016 E.R.E.A. Alain Fournier 99 rue des Blanches Fleurs - BP 20190 21205 BEAUNE Tél : 03 80 22 33 21 Fax : 03 80 22 82 86 Courriel : erea21@ac-dijon.fr Académie de Dijon Date de transmission au rectorat Vie

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

La gestion des situations de crise

La gestion des situations de crise agir sur le climat scolaire La gestion des situations de crise Enjeux et procédures Daniel Simon EMS Académie de Montpellier 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr Sommaire Propos liminaires Avant

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DOCUMENT UNIQUE PRECISANT LES DEFINITIONS DE FONCTION ET LA DELEGATION DE POUVOIRS DU DIRECTEUR GENERAL DE L'association. NOM : Prénom :

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie Etude logo Proposition 4 bis Juillet 2013 Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie En janvier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE La profession de conseiller en économie sociale familiale a fait l objet d investigations importantes en terme d inscription professionnelle,

Plus en détail