i, 1 81~ 1 I Lo40.33+~ */6 1 j.l i LES! HUIT JOURNÉES DE MAI 1 1 i *,?. j - $ E./ I / 1 i: - - * I L *4f). -- &?;:z- a < 1 -!. 3 4 I ' 1 j! + 2! 9 ] Loi03 31; '" name="description"> i, 1 81~ 1 I Lo40.33+~ */6 1 j.l i LES! HUIT JOURNÉES DE MAI 1 1 i *,?. j - $ E./ I / 1 i: - - * I L *4f). -- &?;:z- a < 1 -!. 3 4 I ' 1 j! + 2! 9 ] Loi03 31; '"> i, */6. Lo40.33+~ 1 81~ 1. .l i LES! HUIT JOURNÉES DE MAI. i * . j - $ E./ - - L *4f) . -- &?;:z- - PDF">

.* 9%" !,ti. ' 'e. !'> i, */6. Lo40.33+~ 1 81~ 1. .l i LES! HUIT JOURNÉES DE MAI. i * . j - $ E./ - - L *4f) . -- &?;:z-

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Transcription

1 4 i 1 "i p i.* 9%"!,ti.&a% 03.6 ' 'e!'> i, 1 81~ 1 I Lo40.33+~ */6 1 j.l i LES! HUIT JOURNÉES DE MAI 1 1 i *,?. j - $ E./ I / 1 i: - - * I L *4f). -- &?;:z-

2

3 a < 1 -!. 3 4 I ' 1 j! + 2! 9 ] Loi03 31; ' 1. 1! i 1 ' 4 Cette premihre édition est un simple cadre que les temoins oculaires sont appel& à rern- I j plir. Notre but principal en la publiant est de! reunir le plus'de renseignements possible pour 1 servir à l'histoire authentique des JournBes de 1 1 Mai. 1 1 Elles n'ont été jusqu'à present raconas que ^. 1 I 1 par les vainqueurs. Nous espérions que quelque relation de derrière lesbarricades viendrait pro- / taster contre de ridicules récits. Après qua+re mois, personne n'6levant la voix, c'est un devoir.".-*-. :,,- <m croyons-nous, de provoquer une enquête.! \ \+:" Nous l'ouvrons anjourd'hul en produisant ;. ':..A.$,,;,, ' I " tous les faits que nous tenons de sources cer- +n.es. Nous n'avons admis et nousn'admettrons que 1 1 iles t6moignages directs, sévbrement contrôlés. B i -- --,lussi nous ne faisons appel, pour l'ddition prochaine, qu'aux seules dépositions des survivants i i ' b -_ i

4 / ' I, - II -- I - de cette lutte, ct nous accepterons avec reconl naissance les informations, les rectificatibns et, 1 l les lumibres qu'ils voudront bien nous corn- / I! maniquer. 1 t l I i 1.? I Le 19 avril 'I 871 la Commune publia le manifeste suivant, qui renferme le programme de principales reformes communales, sociales et!' l, politiques pour lesquelles elle fut instituée : l 1 La Commune a le devoir d'&filmer et de ' i --_ pris, inconnu, calomnié par les hommes politi- l ' ddterminer les aspirations et les vceux de la population de Paris, ainsi que de préciser le caractère du mouvement du 18 mars, incom- 1 ques q" ~iégent B Versailles. \ n Cette fois encore, Paris travaille et souffre 1 pour la France entibre, dont il prépare, par des?, combats et des sacrifices, la rdgéndration intellectuelle, morale, administrative et 6co- 1 nomique, la gloire et la prospdrité. j i -- 1 { j n Que demande-t-il? 77 La reconnaissance & la consolidation de,. ln république. -*W. i G, i i i t 1! trc-

5 --. A.-A-". u--- FI n L'autonomie absoluede la Commune &en- / due à toutes les localites de la France,asvurant 1 à chacune l'intégralité de ses droits et à tout l Français le plein exercice de ses facultes et de ses aptitudes, comme homme, comme citoyen, ' 4 i comme travailleur. I L'autonomie de la Commune n'aura pour limites que le droit d'autonomie pour toutes 511 les autres communes adhérentes au contrat dont l'ensemble doit assurer l'uniformite française. ( 1 n Les droits inhérents à la Commune sont : 10 vote du budget communal des recettes et des I 1 deenses; la fixation et la répartition de l'imi Nt; la direction des services locaux, de la police intijrieure et de l'enseignement ; l'adminis- ' par la libre défense de leurs intérhts ; des garanties données 8. ces manifestations par la Commune, seule chargee de surveiller et d'assurer 'i le libre et juste exercice du droit de remion et de publicité ; l'organisation dela défense urbaine 1 et une garde nationale élisant ses chefs et 1 veillant seule au ma intien de l'ordre dans ln I cité. paris ne demknde rien de plus, à titre de * garanties locales, B la condition, bien entendu, de retrouver dans la grande administration mntrale et une délégation des Communes fédérales lar réalisation et la pratïque des mêmes principes. n Mais à la heur de son autonomie, et proi fitant de sa liberté d'action, il se reserve $0-1 I pérer comme il l'entendra chez lui les réformes tration des biens appartenant 8. la Cbmmune ; 1 administratives et économiques que réclame 1% k le choix par l'dlection ou le concours, avec res-, popdation, de créer les institutions propres & ponsabilité et droit permanent d: cmtrôle, e développer et L propager l'instruction, la proi la rdvocation des magistrats et fonctionnaires, duction,l'échange et le crédit, d'universaliser le communaux de tout ordre ; la garantie absolue pouvoir et la propriété suivant les nécessités du. de la liberté individuelle, de la liberte de con- 1 ' moment, le vœu des intéressés et les donn&s l science et de la liberte du travail; l'interven- fournies par l'expgrience. i ' t tien permanente des citoyens dans les affaifes 1 communales par la manifestation de leurs idées, i n Nos ennemis se trompent ou trompent le pays, quand ils accusent Paris de vouloir im-,.- i b,- I c

6 / Poser sa La lutte engagée entre Paris et Versailles Sa mpmatie au reste de est de celles qui ne se terminer par des la et de prétendré une dictature qui 2 compromis il?usoires; mais fissue n.en serait an attentat contre l'ind6pendance et la, gtre douteuse. In dchire, ursuivie,avec une souverainet6 cles autres communes. indomptable énergie par la garde nationale, n 11s se trompent quant ils accusent Paris de restera à l'id80 et au droit. poursuivre la destruction de l'unité française, 1 n Nous en appel~ns à la France &%ie que constitnée parla Rd~olution.L'unitë, telle qu'elle Paris en armes possède autant de calme que de nous a imposée jusqu'à ce jour par l'empire, I bravoure, qu'il soutient l'ordre avec autant $6- la monarchie et le parlementarisme, n'est que 1s centralisation despotique, intelligente, arbinergie que d'enthousiasme, qu'il se sacrifie avec traire ou onéreuse. L'unité politique, telle que, autant de raison que d'héroïsme, qu'il ne s'est i armé la veut Paris, c'est I'associsttion volontaire de. que par dévouement pour la liberté et la toutes les initiatives lacales, le concours spon. glo' ire communes. r, tané, libre, de toutes les énergies individuelles, Que la France fasse cesser ce sanglant conen vue du but commun, qui est le bien-être, la flit. C'est à la France j desarmer Versailles par liberté et la sécnrit8 de tous. une manifestation solennelle de son irrésistible 1 volonté. 1 La rdvolution communale commencée par, l'initiative populaire, le 18 mars, a inairgnrd ' fi Appelée à bdnéficier de nos conquêtes, qu'elle une ère nouvelle de politique expérimentale, 1 se déclare solidaire de nos efforts; qu'elle soit positive,scientifique. C'est la fin duvieux monde notre ailiée dans ce combat qui ne peut finir i que p r le triomphe de l'idee communale ou par 1. gouvernemental, clérical, militanste, fonctionnariste, la fin de l'exploitation, de l'agiotage, 1 ruine de Paris. n des monopoles, des priailéges auxquels le pro- Quant à nous, citoyens de Pans, nous avons mission d'accomplir la révolution moderne la Iétmiat doit sonservageet la patrie ses malheurs plus large et la plus fëconde de toutes celles et ses désastres.

7 qui ont illumind lbistoire; nous avons le devoir de lutter et de vaincre.. Tels furent les hommes et le drapeau qui lutthrent B outrance pendant les Joumée~ de Mai contre les idées, les institutions et les généraux de. l'empire. j, ' CHAI'ITRE YRERiIIEK Le dimanche 2 1: Ide concert des Tuileries. - Ducatel. - Entise des Versaillais. - La d6p8che de la guerre. - Vaiitcrics dc M. Tliiers. - L'arinBe com~nunalistc. - Les chefs. -.Le 48 mars. -Le Cornit6 central. -Con- flits de pouvoirs - L'arinemeiit. - 1;dt:it-major.- Les services sp6ciauu. - La porte Maillot. - Ni ordre ni discipline. - Cluseret, llossel, Dcles-, cluzc. --la v4ritahlevaleur de I'armbe. - I'aniqur. - Occupation di1 Trocadéro et de la Muette. -Les Versaillais s'dtendent dans Paris. - Lrur plan. Le dimanchc 21 mai, à deux heures de I'a- 1 prhs-midi, plus de huit mille personnes assis-! taient au concert donné dans le jardin des / Tuileries au profit des veuves et des orplielins des gardes nationaux morts pour la Commune. Ce concert, annoncé depuis plusieurs jours, de-, vait avoir lieu place de la Concorde; mais le 1

8 bainedi soir, or1 avait jiigé prudent de iic pas exposrr l'auditoire aux obus versaillais qui cléil passaient de beaucoiip le rond-point des Champs- $lysées. Les femmes en grande toilette remplissaient les xlldes. Le ciel Otait radieux. Au-dessus da l'arc de Triomphe voltigeaient les panaches de fumoe des boites à mitraille. Les obus faisaient rage à moins de cinq cents rnktres, sans que le GI f public, tout entier à l'excellente musique de la garde nationale, daignât le moins clu monde s'en éinouvoir. A quatre heures et demie, le lieuteizant-colone1 d'état-inajor X (1) monta sur l'estrade, d'où le chef d'orchestre dirigcait ses treize centsmusiciens, et dit textuellement : Li Citoyens, M. Thiers avait promis d'eiztrer hier à Paris. M. Thiers n'est pas entré ; il n'entrera pas. Je vous convie pour dimanche prochain 28, ici, à la même place, A notre second I t wncwt au profit iles veuves et orphelins. A oetc heure, quatre heures et demie, l'avantgarde des Versaillais entrait par la porto de SaintCloiiil. (4) Piouû avons dh, on le comprendra, iious imposer certaines reserves dans le récit de ces EvEncinents, VRP rxemplc supprimer tes noms propre%. 1 Depuis quelquq jours, les Versaillais cani- 1 paient au pieci des remparts, depuis Noiitronge i jusqu'h la porte Maillot. Les fortortnd'lssy, de Clai malt, de Vanves, du petit Vanves, avaknt succombê. Auteuil, Passy, le Point-du-Jour, 1 étaient violemment bombardés, et de nombreux a obus tombaient au Trocadéro. En outre, les sol- f dats faisaient cle ce chtd de grands travaux d'spy~oche. Leurs attaques,leurs suocés, l'irnportancc stratégique de cette position, qui est la clef do Paris, tout indiquait que l'assaut serait donne sur ce point et qu'il serait prochain. Mais In lassitiicla avait gagné leu plus énergiques. Les memes bataillons de la garde nationale étaient sur pied depuis tantût deux mois. Les memes hoinmes avaient soutenu sana dtre relevkci tout le poids de ln gnerre. A boiio de forccs, décourages par leurs Fchecs constsnts, mecontents de leurs officiers, ils avaient perdu leur premier dan et jusqu'à leurs habitndes de vigilance. Aussi, le dimanche 21 mai, à trois hew-~ JQ l'aprbs-midi, il n'y avilit ni un otneier n sentinehe A la l~ozbe de Saint-Cloud. Le capitaine de fdgate T&ves se tm à ce moment dans les tranchées, it deux cemü n~htres du mur des fortifications, tandis que bs, soixante et dix pièces de Nonhetout, la b~tteric

9 de Breteuil, celle des Quatre-Tourelles, d'lssy et de Meudon, faisaient converger leurs feux sur la porto de Saint-Cloud. Bien que cette partie du rempart criblée d'obus et de mitraille fût ü. peu prms intenable, le silence de la ville 1%- tonna. Personne nc répondait, ni artillerie, iii inoiisqueterie, quand, vers trois heures, un homme vêtu en I~ourgeois apparut au-dossns du bastion 64, agitant un mouchoir blanc et poussant des cris que le vacarme de l'artillerie empêchait d'entendre. Cependant, Trèves crut distinguer ces mots : '6 -- Venez, il n'y R personne.,, - Qui êtes-vous? dit Tréves.,, - Je suis Ducatel, piqueur des ponts ut chaussées et ancien officier (l'infanterie de iiiariiie. Paris est à vous si vous voulez le prendre ; faites entrer vos troupes, - tout est abandonné. >> (1) Lc commandant traversa le pont-levis dont un obus avait brisé les ohaines, pénétra dans Yencointe et,guidd par Ducatel, il visita les bastions de gauche et de droite, et constata une évacuatioii eomplbte ; il entra dans les maivona (1) Extraits d'me relalion puhlibe par Iri Liberte et qii valut A Ducatel la croix (le la Légion d'honneur et uno aumône dri Fiy.'ignvo. roisinos et s'assura qu'elles n'étaient lmint gardées. Revenant aussitùt dans sa tranchée, TrPves télégraphia aux géii6raux Douai et Vergé ce qui venait de se passer, et une heure aprts, le feu des batteiles versaillaises ayant été suspendu, il rentrait dans l'enceinte avec une section du génie. Vers cinq heures, les détachenlents de ligne les plus rapproclids ùe la porte entrèrent dan6 Paris ; les canons des rempasths furent imm0diatement sortis de leurs cmbrasiircs et retournés contre la ville. Lc reste de la division Douai suivit, couronnsnt les hastioiis 66, 65, 64 ct une partie ;lu bastion 63. Dii haut du Mont-Valérien, M. Thiers, le rnaréchol Mac-Mahon et l'amiral Potliuao, qui étaient arrivés en curieux b quatre heuraj et demie, conteniplaient ce triomphe inattendu. A six lieures, le général Vinoy recevait k Versailles la dépêche suivante : Le corps Douai entre à Paris, par la porte de Versailles, entre les bastions 65 et 66. La division Rruat suivra et occupera ses positions. Faites prendre les armes à la division Faron. n A sept heures et demie du soir, il y avait déjk vingt niille hommes dans l'enceinte de Paris. Vers six heures, un messager effaré appr1 nnp 114pPclie ait Ninistère de la guerre. El

10 venait dc Dombrowski. Il annonoait l'eiitree des Versaillais, et cependant il répondait de tout. Le délégué fit aussitôt prévenir le Comité de salut public. La Commune était en séance. Le Comité lui envoya un de ses membres. X entra, demanda solennellen~ent la parole et au milieu d'un silence de mort lut la dépêche. Un grand tumulte s'ensuivit. On se sépara peu aprss pour aller aux renseignements, les uns pleins de résolution et d'enthousiasme, les autres plus qu'abattus. Pendant ce temps, Delescluze avait envoyé un messager à l'arc de Triomphe, d'où il était évidemment impossible d'apercevoir un mouveiiient de t~upes aussi facile à cacher, et la d6 ~Gche suivante fut affichée dans la soirée : L'observatoire de l'arc de Triompbc nie l'entrée des Versaillais; du moins il ne voit rien qui y ressemble. Le commandant Renard, de la section, vient de quitter mon cabinet et affirme qi1'il n'y a eu qu'une panique, et que la ph d'hteuil n'a pas Bté forcée; que si quelques. Versaillais se sont présentés, ils ont été repoussés. Pai envoyé chercher onze bataillons do renfort, par autant d'officiers d'état-major, qui ne doivent les quitter qu'après les avoir conduits &II poste qu:ils doivent occuper. De~esc~uze. ri Presque it la m8me heure,m. Thiers dressait ntix préfets et à toutes les ttntorités civiles et militaires, la circulnire suivante h afficher dans totttes les communes : Versailles, 21 inai, 7 II. 20 di1 soir.,, La porte de Saint-Cloud vient de s'nbattve sous le feu de NOS canons.. Ide général Douai ~'y est prkcipité et il entre en ce moment dan# Paris nvea ses troupes. Les coips des génpraux Tjadmirault et Clinchant s'ébranlent pour le suivre.,, Cette d+&che etait rédigée, on le voit;, rle tnaniére ii flatter l'amour-prol~re des troupes. M. Thiers ne voulait pas atnuer que l'entréc dans Paris était (lue ii. une.simple surprise. Drpuis, continualit ces fanfaroiinades, il a cou$-ert (le fleure l'armée de Mac-Mahon. Elle s'est révélée aax yeux du inonde, 9 a-t-il dit ib la Chambre. (4 Les généraux qui ont conduit l'entrée à Paris sont de grands hommes de guerre.= Et il l'a paseée en revue sous les yeux des l'rusfilens, vict~rieiix et gouailleurs. Il n'est pas no- + cessaire d'attendre le jugement de l'histoire puur faire justice de ces exagérations. J~R Cnmmiitic ri'ciit point, rl'nrrnre réritnl)lt.,

11 l c'e~t.i-<lirc un ensemble solide de discipline, &e science ct d'entrain courageux. Certes, ni l'cntrain ni lc courage ne manqubrent aux fddhrés, iiiais 1s discipline, des chefs, une administration. Iiistitu6e pour l'étude et le travail, antithese de la centralisation et de la dictature, la Comiiiunr, si prompte a relever tous les services publics, était incapable d'improviser une organisation militaire.' Ce fut rnêine l'mxetd de Versailles de l'entraîner sur les champs de I~ataille où sa défaite était assurée. Réduite pour se (léfendre k nianier les inêmes armes que la inonarchie, la Commune n'avait point les ïexsources cle son savant despotisme. Cette révoliition politique et sociale ne conlportait pas et ne pouvait susciter de génie militaire. Lx 4 i. l'"se ei'armes (lu 18 mars srait été aussi spontanée que le 14 juillet A la nouvelle du eoupd'ittat manqué, les bataillons republicains. i s'étaient trouvés descencliis dans la rue pousses i i i par lc mkme instinct secret, sans autre but tluc de défendre la République, sans niot d'orrlre, sans chefs, h tel point.qu'ils errèrent au hahard une partie de la journde. IJc Comité central, pris à l'improviste autant que le gouvernement, se r6unit fort tard, (1) hésita des '1) ~ I I P ilasfroicl, ad faiihourp Saint-Ailtoine, trh 1 111'11res entiiires, enfin noinma Liillier génornl en chef. La situatio~i voulait un homme de tôte, nu coup d'mil prompt, froid et; audacieux. Ce fou, qui était un sot avant de devenir un mal-! honnéte hoinnie, perclit en quelques heures toute l'avance conquise le matin. Fermer iinb m0diat&nent leu portes do la ville et retenir 1 prisonniers ministres, miiiistkres, g6néraux, gendarmes et sergents de ville, marcher (le nuit sur Versailles ii peine gardé, surprendre et ramener l'dsaeinblée à Paris, telles étaient " 1' les indications du plus vrtlgaire bon sens. Lull lier n'en fit rien et, grâce P lui, le gouvernemrnt l'ut, Bvacuer Paris avec armes, per~ionnel et bagages. On lui doit également la terrible siirpriqe du Mont-Valérien, abanclonné (lu 18 nu 20 - par les Versaillais. Plus tafil, la Commune nomma Cluseret. Mai ce n'était qu'un brochurier militaire sans idéer I loin ainsi de hiontinarti*c. II &ait donoinatérielleiner impossible qiie le Cornit6 pût prendre aucune part 8 I'cx6ciition dcs g0116raiix. ClOment-Thomas fiit arrft6 h qnatre heures, fusillé aquatitc heurcs ettlemie, et sri iriori entraina cellc de Lceointe, deinaiidi.~ dcpuis le irintin pais les soidatsdec.cg6néral. Le Coinil6crntralest toiif aussi responsable de ocs 6vi;neinents qiic la miiniril~alilo du 14 juillet 1789 pouvait 1'étre)le la inort tlc l:lrsselles, Foiilfin, ~tv.

12 sans ressources propres, un diminutif de Trochir. Rossel, venu trop tard, entièrement ignorant dc ce milieu, oh il fallait surtout un homme - politique, plus homme de critique qi ie d'initiative, se débattit dans los ténébres et ne sut pas innover. Seule, la Commune l'aurait pu. Maie c'dtait la garde nationale qui avait fait le 18 mars, le Comité central installe la Commune. CommOat dume$ des lois h cette force qui faisait et defaisait le# gouvernements? Ler 3 élus du L 26 mars n'étaient pas pour l'oser, 6 :t, timides 7 ils laissérent les gardes victoriei lx et d'au. n,,l",l,., tant moins disciplnables, maîtr~~ aunu~ud de leur organisation intérieure. Ceux-ci, après le 18 mars, reconstituèrent les cadres des bstaillons, et tous los officiers qai, dks le débtit, :'étaient pas ralliés à la Rdvolution, furent iiiiés sans piti8, plusieurs même poursuivi^ et a rrêtés. - Leurs successeurs, élus trop sou- Venl ". t var de petits groupes, n'eurent qu'une médioc :ri autorité,- Le ComitO oentral fut égalemet it renouvel é depuis le 18 mars, et moins Ileu teusement compose que le premier, prétendit --nn-ésenter,<y* comme lui la garde nationale. La Con Imune laissa vivre cette autorité, qui n'avait plur i de raison d'iiti+e. et le plus gr~nil (lhordt. asuivit. Tel bataillon, coinmand4 par In bmrnune exigeait le contreaseing du Comite ntral; tel antre se mettait en mouvement sur i simple ordre du Comit4. C'&tait bien la Coniune qui donnait les drapeaux, passait les rees, présidait au départ des bataillons; mais le Cofnité, s:appuyant sur la place Vendôme, réglait le roulement, etendait continuellement.ses attributions de conseil de famille,et, comme ceux de la Commune, sea mcmbree portaient l'écharpe et le ruban rouge, différ,encies seul fient par une frange d'argent. Aiissi le d6légué à le auerre ne p ut mettre j mais sur la garde nationale une -..:.. IUULII LA..& WUI, puissante. Cluseret, essayant de ruser, appela tlomité au ministére, l'y installa, crut l'aiinih ler ; le Comité vint et fut le maître. Encore, s avait exerce souverainement cette autorité qu' 'il disputait à la gucrse! Mais il se heurtait 1 ui aussi contre l'indiscipline engendrée par le principe fatal de l'élection. Tel chef de batai 1. lon trouvait le moyen de differer son dépar ayant reçu 1'01 -dre(le sort ir,pendant que tel auti hataillori der neurait qit inee et vil ngt jour^ c suite aux trail chées. 1 cete du Comité central de la 'ornité central rl'artillesie prétent

13 cles bouches h feu, et se voyait aussi peu obt?i qu'il obéissait peu à la guerre. Croirait-on qiie ni Cluseret, ni Rossel, ni 1)elescluze ne purent centraliser les pioces d'artillerie ni mhme en obtenir le relevé exact. Telle légion prétendait conserver les siennes dans l'arrondissement. Dans des circonstances pressantes, il fut irnpossible, malgr6 les ordresfomels de la guerre et meme ciu Comité, d'obtenir cle tel officier subalterne des pihces nécessaires au service des rcmparts ou de l'extérieur. Le SCN~CO do I'aimement ne put incme en deux mois fournir los chassepots ou de fusils B tabatihe tons les liomuies aux tranchées ou en expédition. Et cependant les Versaillais, quand ils désarmkrent Paris, saisirent 285,000 chassepots, 150,000 fusils à tabatière, 14,000 carabines Enfield -- do quoi armer dix fois les habillons de marche.. L'état-major continua les traditions du pre-, mier siége. Beaucoup d'ofliciers des bataillons (le marche rachetaient par une grande bravoure leur insuffisance d'instruction militaire. Mais, sauf de très rares excel~tions, les états-majors aux rctr.oussis rouges, aux bottes brillantes, aux larges ceintures, aux multiples galons, traînant nrrr fracas cles sabres vierges, ne firent bonne iiiine que dans les cafés. On les voyait, à cinq heures, venir prendre l'absinthe sur les boulevards, à cheval, quelquefois suivis de leurs ordonnances. La presse, indignée, les dénonça à la Commune, aux délégués à la Guerre. Un ordre de Rossel prescrivit un examen et une révision des titres; mais ce délégué n'eut pa,~ le temps d'accomplir sa réforme. Plus radical, le Comité de salut public fit op6rer un soir une razzia dans les restaurants de filles.' Le 22 mai, ils disparurent, eux et leurs uniformes ; on en vit bien peu derribre les barricades. Les vivres ne manquaient pas, grâce aux approvisionnements antérieurs, mais le gaspillage fut considérable. Un instant, Varlin, esprit net ot rigoureux, dirigea. la manutention; le Comité central l'élimina. L'organisation mddicale fut pitoyable ; là où il fallait des hommes spéciaux, on bombarda les premiers venus sans leur faire subir le moindrc examen préparatoire. En revanche, les plus capables furent souvent Bcartés. Un républicain dévoué à la révitlution du 18 mars, qui avait desservi pendant la campagnf: une des plus gaiides ambulances del'arm6e du Rhin, vint s'offrir à, la Guerre, et se vit préférer de bruyantes nullitds. Il faut tout dire. Dans les commencements

14 surtout, une exylosian de ~dvouerneiit se fit vers la Commune ; les hommes qpbles afib rent. S'ils furent éoonhits, ilupplantos 1 mr des impuissantu, la faute en est B ceux dm m embrea (lu Comité central et (le la Commune, q ni con-,. suitèrent plus leurs sympathies, et quelaue~ois leurs intrr8ts permnds quo le salut public. L'assembléc ne la Commune, saisie de e as particuliers, fit bien quelques exemples, m ais ces n; A', rigueurs accidentelles iio tenaient lieu.." AL& discipline ni su~tont de direct ion. Elle rnqnait absolument, La Comm nne, la Commission militaire, le dd1éf p6, mcoml braient..*-. do leurs ordres contradictoires l'uflceer, sans s'inquiéter do savoir s'ils étaient réalisables ou exbcutds. Quana Cluseret créa les trois commandements de Dombrowski, Wrobleski, L:a Cécilia, Dombrowski s'indigna, vouluk donner se démission. - " Que signifient ces dt tcrets P.s'écria-t-il. Et des hommes? où me trouvc rra-t-2 hnmmes?,- Il nous avoua n'avoir jamais eu à sa dispositior i, à AsniEr es, plus d e deux mille ga rdes natior 1aux. - Li ' 3, Quelquefoi: ajouta-t-il, j e pourrais opérer dcs mouverne nts im-..--c^..l" 1"""nuw, entelopper des corps entit.,, deinandt : uii reiifort de quh cmts ou deux mille ho mmes, on rn'eii envoie... tnis cents! ri sait la rksistance lcgendairo clo la porto,t, commaildée par le colonel X, A~rèzi six semai nes de bombardemer it, I'armde laise, i couverte cependant pi ar le Mont- versail- Valerien, n'osa pas tenter l'assaut dc! ces remp arts, Or, irrn r1;v yrùces n: 7. seulement répomaient... au feu des Ver~ai Ilais, et il n'y eut presque jamais plus lx servant: 3 par pibec. Souvent 1 artille ur charge ait, pointait et rcmettsit en "," place. LOIW ceux qui ont osé aventurer dans ces knible.,rages,ontpu voir un arti1ieurma- 1. rin, nommé Craon, mort depuis à Bon poste, marr ncenvrant à lui seul deux pièceede 7. Un tirc+feu 'ii de chaque main, il faisait paartir en mên 70 temlm les deux coupa. BiIRlgré lus obus et les boîtes à P.', mitraille, - on cn compta plus de tren $8 -Z jamais les canons do la porte MaiIlou te iiiille,,- Y tèrent muets. Et cependant, certains soirs, il ii'y eut pas six hommes pour les servir. be pnste voisin, -la porte des Teme 4 $3, - nc contenait pas quelquefois cinquante ga riic<i na, tionaux. Les rondc bs-~e long 61 es rempaiti? étaient L peu prés inconr lues, ou du moins tn b-rares. Vingt fois depuis Le 18 mars, une coloi saillale. usant 1 1 certaines.. me ver-, ~ pr4cautionc. ^-.-L $, UUlHlC pu, par ' une nuit ni oire, shppr, ocher des fi wtifieations, fi rsnchir les fossés et leil portes et,, snns

15 LYJUII fkrir, yenktrer au cceur de Paria. Sur dis points différents, ln même tentative ailrait cii Ie même succbs. Aucune barricade sérieuse n'aurait arrêté les envahisseurs. Je ne parle l'as de celle de l'avenue de la Grande-Arnléc, qui est toujours restée à l'état embryonnaire, ni dii massif de pierres si sottemcnt construit i~ l'int4rieur de l'arc de Triomphe, où il ne prote'- geait rien du tout. Comment conaenser la garde nationale au milieu de ces conflits de pouvoir, faire surgir une armée résistante dc ces elémenix désordonnés? Les deux seuls delégués un peu entendus aux choses militaircs n'avaient même pas une idée nette dc la situation. ils crurent tous les ileuxque la fermetéet quelques semaines d'exercices suffiraient à transformer la garde nationale en une troupe regulière. Aucun ne coniprit que l'esprit de cette institution Etait comljlétement opposé aux règles de la discipline ordinaire ot qu'il fallait lui créer une tactique spéciale. Disons à leur décharge qu'aucun d'eux n'avait assez cl'autorité pour opérer de pareils changements et que la Commune leur liait les mains. soit (léfiance, soit surtout crainte du Comité central. Mais, puisque In Coinmuno n'oaait ni remanier la garde natio- I 1 riale, iii dibsoudre ce fatal Comité, il fallait, usant d'un moyen terme, lui abandonner la garde sédentaire et organiser des voloi~taircs recrutés parmi les bataillons. Ces r&giincnts nouveaux, bien équipés, bien armé,, auraient reçu des Cadres, non plus Blus ct dans la dépendance timide de leurs Glecteurs, niais choisis après examen de la délégation B la Guerre. Aulieu de provoquer à grands frais la création de corps francs, tels que les Veqzgetc~.~, les Xounres, les Xnfarqts de Paris, les E;)P fhts perdzcs, les Cavaliers, les Garibaldie~~s (il' y en eut plus de 32 comprenant environ 10,000 honimes), et d'éparpiller ainsi des effoit:, 1x6- cieux, on aurait dû refondre toutes les activitg:, particulières dans une organisation iiiiiforiiic. Dès lors, les opérations d'ensemble, qui cleinarident de la précision et de la discipline, seraient devenues possibles. On ne put, Iiélas! obtenir cctte discipline mfiinc en préaetice des plus pressants dangers. Les gardes discutaient les oiliciers g6iiéraux, les ofliciers supérieurs, et les ordres de leurs sous-oeciers. A Issy, le capitaine X, envoye pour occuper le fort quand mênie, fut méconnu, chassé. Des patrouilles rebrous~aient clienilii. nialgré leurs officiers, sous prétexte qu'ellci 2

16 n'étaient pas en nombre. A la moindre diaculté avec leurs commandants, les gardes portaient plainte au Cornite central, qui, pour ménager sa popularité, donnait presque toujour~ raison aux réclamants. La discipline était aussi Incannue aux officiers qu'aux simples gardes. Les chefs de Iégion etaient disciités par les: chefs de bataillons et les officiers inferieurs. Bien plus. Rossel casse un colonel d'état-major; il le revoit le lendemain dans les bureaux de la Guerre. - Ir VOUS n'&te8 plus colonel,,, lui dit le d6ldgiie. -- IL Pardon, répondl'officier, Dombrowski m'a prié de rester avec lui. n Dans leu tranchées, des ofliciers abandonnaient leurs hommes pour aller faire le coup de feu. A Issy, un lieutenant caserné dans le fort avec sa compagnie, voyant I'actioii engagse au Val-Fleury, s'écrie qu'il n'y tient plus, et prend un fusil. u Qui ni'aiine rue suive! dit-il ; on me fiiaillera si l'on veut.,, Et abaridonnant son postc, il s'élance au deliors. D~lutres, au contraire, refusaient netternerit de marcher. La cour martiale voulut faire un exemple el prononça une condamnation inort, commuée en trois ans de prison par la Commission exécutive. Contradiction perpétuelle et fatble. La Commune forcde de faire la guerre ne voulait pas, se soumettre à ses nécessités. AprèsRossel tout craqua. Cluseret, incapable d'action et vaniteux (l), avait lais86 faire; - In Commuile, qui déplaçait les bataillons sana le consulter, l'accusade trahison.rosse1, actif, énergiqlie, mais trop jeune, prétendit faire par luim&me et, étant responsable, Etre aussi le maître ; -oni'accusade trahisonet de tyrannie.11 voulut briser les bataillons pour forincr des régiments dc 2,500 hommes, lescaserner horsparis. Mesurcs impolitiques et inopportunes. Toutes les oppositions se coalisérent contrelui,les chefsde légion, le Comité central, le Comité d'artillerie, et loin de chercher à les ramener ou à les convaincre, il les exaspdra par des rudesses maladroites. Il aurait passe outre, mais la Commune, à l'exception de quelques membres, le voyait avec défiance, ne le soutenait pas. Le mauyais génie de la Commune, M. Félix Pyat, lui en voulait mortellement d'avoir dédaign6 ses Blucubrations militaires. Impuissant, dégoûtd, il se retira, dans un de ces mouvemenb d'liumeur qui (4) Et d'une vanit4 siiigulière. a Savez-vous, dit-il un jour Delescluze, que Versailles m'a fait offrir un million? a - s Taisez-vous, n rependit Delescluze en lui tournant le dos.

17 lui étaielit trop familiers. Il.eut tort, eiitibrc?- ment tort, Avant d'accepter, il avait pli se reiidre un compte exact de la situation, ayant Oté le chef d'état-major de Cluseret. Dès lors le chaos s'epaissit. Beaucoup dans la Commune s'écribrent qu'elle venait d'&happer au grand danger de la clictature militaire, et, symptijme de leur incapacité politique, beaucoup en fui-eiit convaincus. D'un commun accord on nomma un ddlégué civil, et l'on supprima toute direction militaire, au moment même où l'on périssait faute de direction. Lepouvoir retombait dés lors entre les mains du seul orgnnisme existant. le Comité central. Delcscluzc, imposant par l'intégrité de son caractére, mais absolument incapable de contrôle, se perdant dans les détafis et d'une grande faiblesse sous une apparente roideur, fut nommé à la Guerre. Son chef d'état-major, le colonel X, se crea dcs diiiicultés'avec les commandants de corps d'armée. Un mandat fut lancé contre lui par la prtifecture de police. Delescluze laisse faire. lloiiis débonnaire, le colonel X montra aux comn~icisaires chargés de l'arrêter une dizaine (le grands gaillards bien décidés à ne pas laisser emmener leur chef, piiis, lcs ayant fait dinrr, il les renvoya fort dcbaiiffés. son p111s que Cluseret, Delescluze ne p11t parvenir à rassembler les canons ni même connaître le nombre d'artilleurs véritables dont la Commune disposait.-il eût été pourtant bien simple de ne payer que les canonniers n leurs pièces. - Les rapporh militaires ne parvenaient au délégué que d'une faqon intennittente. Les services fonctionnaient en dehors de son action, sous la dépendance du Comité central, seul administrateur de la garde nationale, et ce dernier, àdeuxpasdudélégud, souvent sans prendre son avis, tranchait les questions 5% guise. Déldgués, généraux, cliefu de légions, chefs de bataillons, chacun, sur le même sujet, donnait des ordres différents. En attendant, les remparts restaient à peu prbs sans gardes, et Delescluze, qui, incapable de mensonge, avait une égale confiance dans la parole d'autrui, publiait de bonne foi les rapports fantaisiste8 que des états-majors indignes puisaient dans leur imagination. Ainsi, le 20 au soir, le bureau de la Guerre commiiniquait aux journaux la dépêche suivante : u Hidi, Petit Vanves. n Les garibaldiens ont mis en fuite les ruraux. n Nous avons eu encore l'avantage du côté de Clamart.,,

18 Et le lendemain, les Versaillais entraient. Nous abrégeons, ayant h&te de rentrer dans le rdcit. Disons seulement, pour compléter cet exposé, que l'on ne doit pas évaluer au-dessus de 15,000 le nombre des hommes qui pendant deux mois de siége firent un service actif en dehors des fortifications ou sur les remparts. C'est cette poignée d'hommes saa cohésion, bans officiers suîfisants, sans Btats-majors, sans intendance, sans discipline, qui a arrêté deux inois la fameuse armée de M. Thiers. C'est cette artillerie, sans autres artilleurs que quelque! volontaires, à deux ou trois hommes par pièce, qui a tenu tête deux mois aux six cents bouches ù, feu du Nont-Valérien, de Courbevoie, d'asnieres, de Montretout, des Moulineaux, de Meudon. Et maintenant, qui oserait diro que sans la trahison de Ducatel, - car il y eut trahison, servie et rendue possible, je le veux bien, par l'incapacité des chefs, mais enfin trahison, - qui oserait affirmer que Pans aurait Bté pris d'assaut en plein jour? On ne peut refuser aux fédérés le courage, on ne peut nier que, en cas d'assaut, ils aur~ient garni les remparts, eux et leur artillerie, au lieu de s'éparpiller dans leurs quartiers comme ils durent le faire plus tard. Les 17e~snillais, ail contraire, n'étant plils sou- tenus par leur artillerie,nécessaireinent muette, auraient da, sous la grêle des balles et des mitrailleuses, descendre les fossés, les traverser, gravir les remparts et les emporter ê, la balonnette. - Les Prussiens ne l'ont pas rêvé. Pouvait-on raisonnablement l'attendre de ces jeunes soldats versaillais, incapables, après deux mois d'attaques renouvelées, d'enlever de vive force à quelques francs-tireurs le village de Neuilly 'rl M. Thiers a pu enfler ses bulletins ; il n'en est pas moins vrai que, pour qu'il entrât dans Faris, il a fallu, d'un cûté, l'ineptie absolue des états-majors, l'indiscipline toujours croissante, la coupable indolence de certains officiers chargés des avant-postes; et de l'autre, pour soumettre les rues, cent trente mille hommes luttant contre douze mille. Se glorifier d'être entré par une trahison, aprbs deux mois de siége et ae bombardement infructueux, dans une ville ainsi gardée, ainsi défendue, de l'avoir subjuguée à, plus de dix contre un, c'est triompher à bon compte et prêter à sourire aux hommes de guerre sdrieux. Dix heures. - Vingt-cinq mille Versaillais sont dans Paris, et Paris l'ignore! Le ciel resplendissait et les boulevards avaient repris It.rir anrionne animation, Ri ~4kilt0 ~JPS

19 htllefi nr~wir.~ que Zr6 Ficcnce nit jn~nrsis ~ ws ~vnit poussé en ce moment sur l'hôtel de ville ri l\lontmartre, clle eût d'un sciil bond conquis toute la ville, Dans les groupefi abusés on racontait les engagenienfs 7ceuretcx de la veille nu IJO~S de Boulogne. Le canon se taisait partoiit. A onze Iicures, on sut au ministére de la giici~c, d'une façon positive, l'entrée en inasse des Ve~saillais. L'état-major n'y voulait pas croireet affirmait, avec son ignorance et sa vanité habituelles, qu'il ne s'agissait que d'un ddtachement, que les envaliisseurs Etaient perdus, clu'ils allaient htre enveloppés et faits prisonniers. Cependant, B une heure, le doute ne fut plus possible. On entendait le bruit de la fusillade enxagéd nu Trocadéro. Cette importante hautcur, qui comi~iande les deux rives, n'était protegée que par un ouvrage ébauché à i'entrée de l'avenue de l'empereur, tournant ainsi le dos aux Versaillais. Ceux-ci, déployés en tirailleurs, surprirent les fécldrés. A cette attaque imprdvue quelques gardes résolus répondirent par un feu roulant, niais l'immense majorité se débanda. On vit bientôt les Iicmmes s'éparpiller par groupes (le quatre ou cinq dans les rues do hiihnurg Srtint-(lermnin. Vnineincnt,, (~CS ohiriers dii sninistbre de Is eene accoururcnt et s'efforckrent d'arrêter les fuyards. Ceuxci p~~saient outre, disant : U Maintenant, c'est la guerre des barricades, chacun dam ses quartiem.,, Un petit nombre?hommes seulement consentirent à demeurer it 1'Ecole militaire. Vers trois heures, la troupe occupait entièrement lc Trocadéro. Dans l'intervalle le d6légué àla Gucrrc avait fait sonner le tocsin dans tous les quartiers de la rive gauche.11 évacua à quatre heures le ministhre de la guerre et se replia avec tout son personnel sur 1'Hûtel de ville. La prison du Cherche-Midi ct la mairie du VIIme arrondissement furent égalcinent abandonnées. Au momont où les bagages de la guerre arrivaient à l'hôtel de ville, dans l'avenue Victoria, deux gardes porteurs d'une cai~lse furent asraillis h coups de hache par un individu vêtu cl'iine blouse et coiffe d'un béret. L'un des Iiommes tomba raide mort. L'assassin, imm6- cliatement saisi, criait, écumant de rage : VOUS Otcs foutus, vous Gtes foutus! Rendez-moi ma hache et je vais recommencer n. Le commiseaire de police de l'hôtel de ville ~ccounit et trouva sur ce furieux des papiers et un linet attestant c~u'il avait servi dm.; les sergents de villr. On

20 le fusilla seance tenante contre la bai~icade de l'avenue. La plus entière sécurité régnait à l'hbtel de Ville. - Un membre de la Commune affirina venir du Trocadéro, et n'avoir rien vu. Mais un autre, le citoyen X, moins confiant, sollicita immédiatement du Comité de salut public l'ordre de construire les barricades autour de l'bote1 de ville et d'armer la terrasse des Tuileries ainsi que In redoute Saint-Florentin, Cet ordre lui fut remispour le satisfaive. Mais il se trouva que Ics mitrailleuses de PHGtel de ville no pouvaient servir faute de quelques pieces. X obtint également de faire sonner le tocsin dans les arrondissements de la rive droite, et ordre fut envoyé aux mairies d'acheminer le plus d'hommes possible vers les Tuileries, le Louvre et l'hôtel de ville qui paraissaient les premiers menacés. A cinq heures du matin, la Muette était enlevée presque sans combat et l'armée occupait tous les bastions depuis le Point-du-Jour. Pendant qu'un détachement du général Vinoy s'établissait au Trocadéro, un autre, s'emparant du pont de Grenelle, allait ouvrir les portes de Vaugirard et de Montrouge au gpnkai Cisscy, qiii 8'Ptenrlit hien vite dans le XVme arrondissement. Il avait franchi les pontslevis et les remparts sans même rencontrer une sentinelle. A six heures et demie du matin, il touchait au Champ-de-Mars d'un côté, de l'autre, à la gare Montparnasse. DBs lors, le plan des Vervaillais commença à se dessiner. Dans l'ovale assez régulier que forine Paris, l'armée, entrée par l'extrémitd ouest, devait s'avancer en poussant devant elle des cercles concentriques appuyés des deux côtés sur les fortifications, s'dlargissant d'abord en avançant vers le centre, diminuant ensuite au fur et R. mesure que les barricades seraient emportées, jusqu'h ce qu'ils vinssent s'aplatir, à l'est, cjontre les remparts des XIXe et Xe arrondissements. Envelopper sur tous les points un ennemi dix fois inftjrieur en pombre, tel fut tout le gbnie de ces " grands homm de guerre.

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

HO PROCÈS-VERBAUX DE LA COMMUNE DE PARIS

HO PROCÈS-VERBAUX DE LA COMMUNE DE PARIS HO PROCÈS-VERBAUX DE LA COMMUNE DE PARIS SÉANOE DU S AVRIL 1871 1 SOMI\!AIRR. Service télégraphique entre la Place et le ministère de la Guerre. - Compte-rendu de la Commission exécutive; démission de

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

Alice s'est fait cambrioler

Alice s'est fait cambrioler Alice s'est fait cambrioler Un beau jour, à Saint-Amand, Alice se réveille dans un hôtel cinq étoiles (elle était en congés). Ce jour-là, elle était très heureuse car elle était venue spécialement ici

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Ngoc-hoang, l empereur de Jade, le dieu suprême des cieux, vivait dans son royaume céleste où il possédait un palais

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

On faitle rnarche. avec Papa

On faitle rnarche. avec Papa On faitle rnarche avec Papa Apres diner, Papa a fait les comptes du mois avec Maman. - Je me dernande ou passe l'argent que je te donne, a dit Papa. - Ah! j'aime bien quand tu me dis ca, a dit Maman, qui

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

LE PROCÈS DE MACHIAVEL

LE PROCÈS DE MACHIAVEL LE PROCÈS DE MACHIAVEL II. L INTENTION POLITIQUE DE BOCCALINI Boccalini était-il antimonarchiste et républicain ou n était-il qu un observateur résigné, sarcastique, sceptique? Deux raisons principales

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

Ling Tsui dans son bureau de Paris avec le ministre Sun Jiadong

Ling Tsui dans son bureau de Paris avec le ministre Sun Jiadong 1 of 6 Vers la célébrité CHAPITRE 12: Demain est un mystère Un jour de 1991 où je me trouvais en réunion dans mon bureau de Paris avec le professeur Sun Jiadong, ministre chinois de l'industrie aérospatiale,

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Dieu était sur moi Une phrase qui revient comme un refrain et qui peut résumer en

Dieu était sur moi Une phrase qui revient comme un refrain et qui peut résumer en Cet Esdras vint de Babylone : c'était un scribe versé dans la loi de Moïse, donnée par l'éternel, le Dieu d'israël. Et comme la main de l'éternel, son Dieu, était sur lui, le roi lui accorda tout ce qu'il

Plus en détail

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 LE BRAQUEUR DU Crédit Lyonnais C est un matin comme tous les jours pierrent après un petit déjeuner vite pris part pour le journal où il travaille et comme

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MАNIOС. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie)

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Raconté par Lisa Ann Marsoli Illustrations de Mario Cortes, Valeria Turati et des Disney Storybook Artists Jean-Christophe a une chambre remplie

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

épreuve possible pour tenter de soigner quelqu'un (max 1D6 ). sur un échec critique, le héros parvient à blesser encore plus son compagnon (-1D6 ).

épreuve possible pour tenter de soigner quelqu'un (max 1D6 ). sur un échec critique, le héros parvient à blesser encore plus son compagnon (-1D6 ). À l'aide de cette compétence, un personnage pourra tenter de réparer ou de fabriquer des objets rudimentaires, pour peu qu'il réussisse une épreuve d'adresse, et sans avoir besoin de connaître le sujet

Plus en détail

La Théorie des Contraintes Appliquée à la Première Guerre Mondiale. Yves REHBY, CFPIM, CIRM

La Théorie des Contraintes Appliquée à la Première Guerre Mondiale. Yves REHBY, CFPIM, CIRM La Théorie des Contraintes Appliquée à la Première Guerre Mondiale Yves REHBY, CFPIM, CIRM Rappel Historique La Bataille de Verdun Phase 1: 21 février 30 Avril Commandant en chef : Pétain un défenseur

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux?

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau La réponse à cette question, qui rend perplexe tant les

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Chapitre 1: Dispositions générales Art. 1. Forme juridique et siège 1. La section vaudoise, membre de la Fédération suisse des aveugles

Plus en détail

COMMENT ORGANISER UN VOTE

COMMENT ORGANISER UN VOTE FICHE METHODOLOGIQUE N 2 COMMENT ORGANISER UN VOTE A l'attention des enseignants en grande section de maternelle et en école élémentaire Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Article 1 er : Constitution, Dénomination I DEFINITION ET OBJET L Union des Associations Suisses de France est une Union formée

Plus en détail

FÉDÉRATION SUISSE DES JARDINS FAMILIAUX S T A T U T S. Fédération suisse des jardins familiaux / Schweizer Familiengärtner-Verband

FÉDÉRATION SUISSE DES JARDINS FAMILIAUX S T A T U T S. Fédération suisse des jardins familiaux / Schweizer Familiengärtner-Verband FÉDÉRATION SUISSE DES JARDINS FAMILIAUX S T A T U T S Fédération suisse des jardins familiaux / Schweizer Familiengärtner-Verband Les présents statuts ont été adoptés par l assemblée ordinaire des délégués

Plus en détail

STEPHEN KING. Dôme. Tome 1 ROMAN TRADUIT DE L ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR WILLIAM OLIVIER DESMOND ALBIN MICHEL

STEPHEN KING. Dôme. Tome 1 ROMAN TRADUIT DE L ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR WILLIAM OLIVIER DESMOND ALBIN MICHEL STEPHEN KING Dôme Tome 1 ROMAN TRADUIT DE L ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR WILLIAM OLIVIER DESMOND ALBIN MICHEL L AVION ET LA MARMOTTE 1 À deux mille pieds d altitude, Claudette Sanders prenait une leçon de

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

«Pour moi,» dit le léopard, «je prétends être couronné, car je ressemble plus au lion que tous les autres prétendants.»

«Pour moi,» dit le léopard, «je prétends être couronné, car je ressemble plus au lion que tous les autres prétendants.» Compréhension de lecture Andrée Otte Le choix d un nouveau roi des animaux Fénelon Le lion étant mort, tous les animaux accoururent dans son antre pour consoler la lionne sa veuve, qui faisait retentir

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI DECRET N 98-228/P-RM Fixant l organisation et les modalités de fonctionnement de la chambre de commerce et d industrie du Mali. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 94-009 du

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229)

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) 1 Seigneur, avec toi nous irons au désert, Poussés comme toi par l Esprit (bis). Et nous mangerons la parole de Dieu Et nous choisirons notre Dieu Et nous fêterons

Plus en détail

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir...

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir... Les trois groupes de verbes 1er groupe : tous les verbes terminés par er (chanter,manger, tomber, laver...) sauf aller qui est irrégulier 2ème groupe : tous les verbes terminés par ir (finir, agir, réfléchir

Plus en détail

Emmanuel, Dieu avec nous

Emmanuel, Dieu avec nous Emmanuel, Dieu avec nous Jésus, un homme comme nous, dans une chair de péché Texte : Matthieu 1:18-23 (Ce que croit les Ad7J, p. 103, 55) Connaissez-vous la généalogie de Jésus? Luc 3:31 - Fils de David

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

La poule qui se promenait dans la forêt

La poule qui se promenait dans la forêt Téa la poule et la montre à remonter le temps Il était une fois une poule qui s'appelait Téa. Quand Téa voulait dormir c'était que le matin! Il n'était que 9 heures, Téa cria tous les jours, Je veux dormir

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

Tranche d'age Durée Lieux Partie

Tranche d'age Durée Lieux Partie Voici le déroulement du Lip Dub dans son intégralité. On reprends ici les paroles, la durée et les différents lieux. La chanson choisie est Je veux de ZAZ car le clip finira par la chanson du Mas Eloi

Plus en détail

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule-

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- J vard Chanzy; vers midi, quelques grands personnages pleins de recueillemeiit, le procureur Lanata, le président

Plus en détail

PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!!

PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!! PRÉVENTIONS SÉNIORS POUR VOTRE SÉCURITÉ, AYEZ LES BONS RÉFLEXES!! sommaire A votre domicile Des gestes simples se prémunir des cambriolages en cas d'absence prolongée que faire? Vous avez été victime d'un

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez.

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. DOSSIER 3 Quelle journée! Pêle-mêle 19 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. 1.... 2.... 3.... 4.... 5.... 6.... 66. Reconstituez les mots de la page Pêle-mêle.

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN L'admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de

Plus en détail

UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE

UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE TITRE I : GENERALITES...2 Article 2 : BUT...2 Article 3 : SIEGE...2 Article 4 : COMPOSITION...2 Article 5 : RESSOURCES...3 Article 6.

Plus en détail

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal Chanson Alex Beaupain Plus de peur que de mal Au premier toboggan 1 Déjà tu savais bien Les risques que l on prend Les paris 2 que l on tient Voler chez le marchand À vélo sans les mains Tirer 3 sur cette

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail