PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS, DONNEURS D ORDRE ET DÉPENDANCE ÉCONOMIQUE : sécuriser les relations contractuelles et favoriser la création d

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS, DONNEURS D ORDRE ET DÉPENDANCE ÉCONOMIQUE : sécuriser les relations contractuelles et favoriser la création d"

Transcription

1 PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS, DONNEURS D ORDRE ET DÉPENDANCE ÉCONOMIQUE : sécuriser les relations contractuelles et favoriser la création d entreprises individuelles Rapport de Madame Paulette GASSMANN, présenté au nom de la commission du travail et des questions sociales et adopté à l Assemblée générale du 13 juin 2002

2 PRISE DE POSITION Afin de répondre au mieux à une exigence croissante de flexibilité sur le marché économique mondial, les entreprises ont, ces dernières années, de plus en plus fréquemment eu recours à la sous-traitance ou à des experts externes pour prendre en charge une partie de leur activité ou pour accomplir des tâches précises. Ce phénomène a notamment favorisé la création d entreprises unipersonnelles, par des experts, appelés communément «professionnels autonomes» ou encore, «solos», et ayant pour point commun d exercer seuls leur activité. Outre le souci de certaines grandes entreprises d externaliser les risques liés à l exploitation d une partie de leur activité, d autres facteurs y ont contribué : on peut citer en particulier le progrès des technologies de l information et de la communication ou encore l évolution des modes de vie, portée par une aspiration à une relative indépendance professionnelle. Le trait dominant qui caractérise fréquemment ces nouveaux actifs tient à la situation, particulièrement précaire, de dépendance économique étroite à l égard d un cocontractant, lorsqu il est durablement unique. C est pour remédier aux inconvénients de leur situation particulière que les juges ont, parfois de manière contestable, assuré à ces actifs une relative protection contre un aléa économique exorbitant, en reconnaissant à leurs engagements contractuels la nature de contrats de travail. Si cette démarche de requalification assure aux intéressés l application des règles du licenciement, du régime général de sécurité sociale ou encore du régime d assurance chômage des salariés, elle n est pas toujours souhaitable, et ce, pour deux raisons essentielles : tout d abord, parce qu il s agit d actifs soucieux d exercer dans une réelle indépendance, ceci étant, par définition, exclusif de tout lien de subordination juridique à l égard d une autre entité économique ; ensuite, parce que ce procédé judiciaire induit des conséquences financières souvent coûteuses (notamment en matière de charges sociales ou encore de droit du licenciement), qui dépassent les intentions des parties elles-mêmes. D autres pays européens se sont également trouvés confrontés au même problème, mais l ont résolu de manière différente : en Italie, par exemple, a été créé au profit de ces «professionnels autonomes» le statut juridique de «parasubordination», leur conférant des droits sociaux, jusque-là réservés aux seuls travailleurs salariés. La transposition de cette solution en France ne serait toutefois pas satisfaisante dans la mesure où, d une part, elle 2

3 ferait peser de nouvelles contraintes sur les cocontractants des «parasubordonnés», et, d autre part, risquerait de déséquilibrer les régimes sociaux actuels. L Allemagne et les Pays-Bas, quant à eux, ont adopté une autre méthode consistant à retenir un certain nombre de critères précis pour dépister la présence d un lien de dépendance économique fort entre deux entités, et accorder, par voie de conséquence, aux «professionnels autonomes dépendants», certains droits sociaux supplémentaires. C est en s inspirant de cette dernière méthode que des mesures pourraient être avancées pour, à la fois, consolider les catégories juridiques préexistantes de salarié et non salarié et favoriser la création et le développement des entreprises individuelles. La Chambre de commerce et d industrie de Paris propose, dans ce but, de : - donner une véritable définition légale du salariat ; - rétablir une présomption de non-salariat applicable aux actifs exerçant à titre indépendant et régulièrement déclarés comme tels ; - reconnaître aux non-salariés placés en situation de dépendance économique le droit à une assurance perte d activité, selon des critères précisément définis ; - améliorer l accès des «professionnels autonomes» à la formation professionnelle continue. 3

4 SOMMAIRE I CONSTAT ET ENJEUX... 6 A UN DÉVELOPPEMENT DE PRATIQUES QUI FAVORISENT LA CRÉATION D ENTREPRISES PERSONNELLES.. 7 1) L externalisation des tâches : une réponse à un besoin grandissant de flexibilité...7 a) Les causes d une externalisation croissante...7 b) De nouveaux besoins satisfaits par l émergence de nouveaux professionnels autonomes...8 2) La contrepartie de l externalisation : l émergence d un lien de dépendance économique fort entre deux entités...8 B UNE INSÉCURITÉ JURIDIQUE ET FINANCIÈRE PEU COMMUNE ) Les conséquences d une frontière juridique floue entre le salariat et le non-salariat...9 a) Une répartition des actifs qui repose sur une notion juridique de salariat très équivoque...9 b) Une distinction qui conduit parfois à des comportements critiquables ) La prise en compte du lien de dépendance économique par les juridictions sociales...12 a) Un état précaire, objet de contestations nombreuses...12 b) Des décisions judiciaires souvent critiquables...14 II L ANALYSE CRITIQUE DES SOLUTIONS AVANCÉES A LES EXEMPLES ÉTRANGERS ) La «parasubordination» italienne...17 a) La «parasubordination» : une relation de travail caractérisée par une «collaboration coordonnée et continue»...17 b) Un régime de protection sociale et fiscal spécifique ) Un régime spécial pour les «quasi-salariés» allemands...18 a) Définition et règles applicables en droit du travail...18 b) Le régime de protection sociale applicable aux «quasi-salariés» allemands ) L expérience néerlandaise...19 B POUR UN STATUT DE «PARASUBORDONNÉ» EN FRANCE? ) Sur les contours d un statut de «parasubordonné à la française» ) Les risques de la création d un nouveau statut juridique...20 a) Les contraintes pesant sur les donneurs d ordre...20 b) Les enjeux pour les organismes sociaux...21 III LES PROPOSITIONS DE LA CCIP POUR SÉCURISER LES COCONTRACTANTS ET FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT D ENTREPRISES INDIVIDUELLES A LA CONSOLIDATION DES STATUTS DE SALARIÉ ET DE NON-SALARIÉ ) Une définition légale du salariat ) Le rétablissement d une présomption de non-salariat...24 B MESURES TENDANT À FAVORISER LA CRÉATION ET LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRENEURS INDIVIDUELS ) La prise en considération de la situation de dépendance économique ) L amélioration de l accès à la formation professionnelle continue

5 Depuis plusieurs années, le contentieux de la requalification des contrats d entreprise en contrats de travail connaît un développement tout particulier : un nombre croissant d actifs, à première vue franchisés, sous-traitants, experts ou consultants exerçant à titre libéral ou encore artisans, contestent, lors de la perte de leur unique ou principal «client» la qualification donnée à leur contrat. L objectif de ces litiges est essentiellement, pour les exécutants extérieurs, de voir reconnu l état d extrême dépendance économique qui les lie à l entreprise donneuse d ordre. L accueil, souvent bienveillant, de ces demandes par le juge a pour effet de contraindre alors l entreprise à assumer le coût de la relation salariale et de sa rupture et les organismes sociaux, notamment le régime d assurance chômage, à leur accorder le bénéfice de leurs prestations. Ce phénomène crée, au détriment des entreprises, une insécurité juridique et financière d autant plus grande que la frontière entre salariat et non-salariat est peu évidente. Pour tenter d y remédier, il convient de dresser, dans un premier temps, un état des lieux général des relations contractuelles entre ces «actifs économiquement dépendants» et leurs donneurs d ordre ou clients, en précisant les enjeux en présence (I). Dans un deuxième temps, seront analysées les solutions envisagées au niveau national et européen, dont certaines sont actuellement en vigueur (II). Des solutions seront proposées, dans une dernière partie, en vue de sécuriser les relations contractuelles et favoriser la création d entreprises individuelles (III). 5

6 I CONSTAT ET ENJEUX 6

7 Sous la pression conjuguée de facteurs divers, on constate aujourd hui un recours croissant, par les entreprises, aux compétences et à l expertise de professionnels extérieurs (A). Face au lien étroit qui les lie à leur client et qui les maintient parfois dans un état de dépendance économique durable, le juge est amené à donner satisfaction à ceux qui considèrent leur situation comme incompatible avec leur statut d indépendant (B). A UN DEVELOPPEMENT DE PRATIQUES QUI FAVORISENT LA CREATION D ENTREPRISES PERSONNELLES 1) L externalisation des tâches : une réponse à un besoin grandissant de flexibilité a) Les causes d une externalisation croissante Les entreprises font généralement appel à la sous-traitance ou confient des missions ponctuelles à des personnes extérieures à l entreprise pour répondre, avant tout, à un objectif de flexibilité et de réactivité, ce qui conduit tout à la fois à externaliser les risques et à diminuer les coûts fixes. Le fait de pouvoir «sous-traiter» une partie de son activité ou une tâche précise, à un tiers, permet à une entreprise de se recentrer sur son «cœur de métier», et de ne pas prendre en charge des activités qu elle maîtrise mal ou moins bien. Il peut également s agir de s adjoindre temporairement les compétences d un expert extérieur pour évaluer la situation technologique, économique, financière ou sociale de l entreprise : l appel aux consultants est aujourd hui fréquent, dans les disciplines les plus variées (ressources humaines, informatique, etc.). Le recours à des compétences complémentaires, dont l entreprise est dépourvue en interne, permet aussi d introduire les innovations nécessaires au maintien de sa compétitivité. L essaimage est par ailleurs pour partie à l origine d une externalisation, non seulement des tâches, mais également des hommes et des compétences : elle permet de se séparer, dans des conditions particulières, d une ou plusieurs activités jugées insuffisamment rentables ou trop lourdes. Les salariés deviennent sous-traitants de l entreprise essaimeuse et peuvent commencer leur propre activité avec un certain volant de chiffre d affaires et des coûts allégés, tout en restant dans leur métier d origine. L entreprise peut ainsi conserver un créneau considéré comme nécessaire et le gérer de manière rentable. De plus, l essaimage permet à l entreprise de faire développer en sous-traitance des produits qu elle conçoit mais dont elle externalise la fabrication et le développement. Cette technique permet de remédier aux carences de sous-traitants peu motivés ou insuffisamment compétents, en leur substituant des salariés de l entreprise. On peut enfin évoquer, outre le coût relativement élevé du travail salarié, dû aux charges sociales et fiscales, les aléas liés aux obligations légales qui ne laissent aucune place au droit à l erreur. Tous ces facteurs concourent au développement de réseaux d entreprises et de compétences et à la multiplication des acteurs économiques, parfois réduits à la personne même de l expert. 7

8 b) De nouveaux besoins satisfaits par l émergence de nouveaux professionnels autonomes Ces nouveaux besoins ont favorisé l arrivée sur le marché d acteurs, prenant place aux côtés des traditionnels cabinets de consultants et des entreprises sous-traitantes, et dont la particularité est d exercer seuls leur activité. Ces «professionnels autonomes 1», travailleurs en «freelance» ou «solos», fournissent principalement des prestations dites intellectuelles et forment une catégorie hétérogène recoupant une multitude de professions : photographes, journalistes, traducteurs, consultants, informaticiens, illustrateurs, graphistes, documentalistes, Ce phénomène est amplifié par le développement des technologies de l information et de la communication qui favorise d autres formes d activités, particulièrement innovantes en matière de fourniture de biens et de prestations de services. Leur caractéristique commune est qu elles s affranchissent le plus souvent de tout lien de subordination juridique, même si elles sont exercées au profit d un seul cocontractant. Il en est ainsi pour le travail à distance ou à domicile : longtemps réservé à des activités traditionnelles exercées par des personnes rémunérées à la pièce, ce mode d activité s est étendu, grâce à l informatique et à internet, à des professions qui en étaient jusqu alors exclues (informaticiens, publicitaires, comptables, juristes ). 2) La contrepartie de l externalisation : l émergence d un lien de dépendance économique fort entre deux entités La plupart des phénomènes d externalisation peuvent, lorsqu ils conduisent à une quasiexclusivité des liens commerciaux, se traduire par une plus ou moins grande dépendance économique de l entrepreneur individuel («professionnel autonome», «solo», etc.) à l égard de son donneur d ordre. Tel est le cas, en particulier, lorsqu un «indépendant» ne trouve à exercer son activité que vis-à-vis d un seul client ou d un unique donneur d ordre. Cette circonstance peut résulter de la permanence ou du caractère durable des prestations qui font l objet de la sous-traitance. Elle peut découler aussi de la technique de l essaimage lorsqu elle fait naître un lien étroit entre l entreprise et l «essaimé». Elle peut, plus rarement, résulter de l organisation par l entreprise d une sous-traitance «sous contrôle», où le donneur d ordre assoit son pouvoir économique sur le lien exclusif qu il entretient avec son cocontractant, ce qui renforce d autant la situation de dépendance économique. Or, outre le fait que cet état de dépendance vis-à-vis d un client (ou donneur d ordre) porte en germe le déséquilibre, en faveur de ce dernier, des relations contractuelles, il engendre, au détriment des parties contractantes, une situation d insécurité juridique, donc aussi financière, au moins pour l une d entre elles. B UNE INSECURITE JURIDIQUE ET FINANCIERE PEU COMMUNE Deux caractéristiques majeures peuvent résumer la situation professionnelle de ces actifs : indépendance juridique et dépendance économique. Mis en présence de ce paradoxe, les juges ont été tentés, à de nombreuses reprises, d apporter au travailleur «économiquement subordonné» une certaine protection contre les conséquences de cet état de fait, notamment en profitant de l imprécision des contours légaux du salariat (1). Il faut d ailleurs 1 M.N. Auberger-Barré, «Qu est-ce donc qu un professionnel autonome?», Cadres CFDT, n 395, avril

9 noter qu ils y ont été incités par le législateur lui-même, qui a établi une quasi-présomption de salariat au profit de certaines catégories de travailleurs. C est pourquoi ces relations de travail particulières, situées dans «une zone grise entre indépendance et salariat 2», sont parfois assimilées à des relations salariales, alors qu elles présentent l apparence, au moins contractuelle, de contrats de droit civil ou commercial de type location-gérance, de mandat de droit commun ou encore de contrat de franchise (2). 1) Les conséquences d une frontière juridique floue entre le salariat et le nonsalariat L absence d une définition univoque du statut de salarié conduit à des contentieux fréquents, lesquels débouchent sur des solutions souvent insatisfaisantes. a) Une répartition des actifs qui repose sur une notion juridique de salariat très équivoque Il n y a pas de définition unique du travail salarié en droit social (et, a fortiori, du travail non salarié) : les champs d application du droit du travail et du régime général de la Sécurité sociale diffèrent sensiblement. La notion de salarié n est pas définie explicitement par le Code du travail : les critères pour identifier le salariat résultent d une jurisprudence abondante et longtemps fluctuante. Toutefois, l arrêt «Société générale», rendu par la Cour de Cassation le 13 novembre , semble avoir mis fin à des années d incertitudes en coordonnant l analyse du lien de subordination opérée en droit de la sécurité sociale et en droit du travail. Ce lien est désormais caractérisé par «l exécution d un travail sous l autorité d un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d en contrôler l exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné». De même, le Code de la sécurité sociale est peu explicite : en vertu de l article L , «sont affiliés obligatoirement aux assurances sociales du régime général, quel que soit leur âge et même si elles sont titulaires d une pension, toutes les personnes quelle que soit leur nationalité, de l un ou de l autre sexe, salariées ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs et quels que soient le montant et la nature de leur rémunération, la forme, la nature ou la validité de leur contrat». Une telle définition a donné lieu à un abondant contentieux. Ainsi, de nombreux travailleurs, considérés, de prime abord, comme non-salariés, se sont trouvés rattachés au régime général de Sécurité sociale du fait de l interprétation de cet article par les juridictions sociales. Il en est ainsi, par exemple, pour certains vendeurs ou courtiers 4, ou encore, pour certains sportifs 5. Le législateur a, lui-même, rendu plus difficile la distinction entre travailleurs salariés et nonsalariés par un certain nombre de dispositions troublantes, notamment en édictant une présomption de salariat, sous réserve de quelques règles spéciales ou particulières, au profit de certaines catégories de travailleurs tels les V.R.P., les journalistes professionnels, les 2 A. Supiot, «Les nouveaux visages de la subordination», Dr. soc. 2000, p Cass., soc., 13 novembre 1996, Société générale, Bull. civ. V, n 382 ; JCP 1997, éd.e, 911, note J. Barthélemy ; Dr. soc. 1996, p.1067, note J.-J. Dupeyroux. 4 Voir notamment, Cass., soc., 16 janvier 1992, RJS 1992, n 369, sur un vendeur d emplacements publicitaires ; Cass. soc., 15 juin 1995, RJS 1995, n 970, sur les courtiers. 5 Cass., soc., 2 juillet 1990, RJS 1990, n 723, concernant des joueurs de tennis auxquels une association a recours, lors de compétitions promotionnelles ; Cass., soc., 8 décembre 1994, RJS 1995, n 59, sur les maîtres nageurs. 9

10 mannequins et artistes du spectacle 6, les «gérants non salariés» des succursales de maisons d alimentation de détail, les assistantes et assistants maternels ou les travailleurs à domicile 7, tous «salariés par détermination de la loi 8». Le conjoint salarié du chef d entreprise 9, bénéficie d une même présomption dans la mesure où le Code du travail «écarte l obstacle à la reconnaissance d un contrat de travail que paraissait parfois constituer l existence d un lien conjugal 10». Qui plus est, certaines activités traditionnellement exercées sous le statut de non-salarié peuvent légalement s exercer sous le statut de salarié : un professionnel libéral, tel un médecin ou un avocat, peut librement choisir d exercer son activité à titre salarié d un organisme ou d une entreprise, et bénéficier, de ce fait, des dispositions du Code du travail et du Code de la Sécurité sociale régissant ce statut. La confusion est accrue par le fait que le régime général de la Sécurité sociale est applicable, en vertu de dispositions particulières du Code de la Sécurité sociale 11, à des catégories de travailleurs non-salariés au sens du droit du travail : sont, à ce titre, assimilés à des salariés, les dessinateurs, dactylographes, correcteurs de devoirs et traducteurs à domicile ; les gérants libres de stations-service ; les ouvreuses et employés de vestiaires ; les vendeurs à domicile, Au surplus, au caractère incertain de la frontière juridique entre les catégories de travailleurs salariés et les autres, s ajoute une diversification des modes de production et des prestations fournies : le modèle du salarié de type «tayloriste» ou «fordiste» 12, ayant inspiré en grande partie une législation du travail stricte et protectrice, est largement dépassé aujourd hui : «Le travailleur salarié n est plus nécessairement un simple rouage dépourvu d initiative dans une organisation fortement hiérarchisée. Et le travailleur indépendant n est plus nécessairement un entrepreneur libre d œuvrer comme bon lui semble. Le travail salarié fait place à ce qu on peut appeler l autonomie dans la subordination, tandis que, réciproquement, le travail non salarié s est ouvert à ce qu on peut appeler l allégeance dans l indépendance» 13. Pourtant, la distinction présente un intérêt non négligeable, qui peut parfois induire des comportements équivoques. 6 Professions énumérées par le Livre VII du Code du travail intitulé «Dispositions particulières à certaines professions», articles L (V.R.P.), L (journalistes professionnels), L (artistes du spectacle), L (mannequins). 7 Catégories particulières de travailleurs énumérées aux articles L et s. («gérants non salariés»), L et s. (assistantes et assistants maternels), L et s. (travailleurs à domicile) du Code du travail. 8 F. Gaudu et R. Vatinet, «Les contrats de travail», Traité des contrats, LGDJ, 2001, n Article L du Code du travail. 10 A. Jeammaud, «L assimilation de franchisés aux salariés», Dr. Soc. 2002, p.158 ; voir notamment, Cass., soc., 6 novembre 2001, Bouvard c. Zanaria, dans lequel la chambre sociale a réaffirmé cette solution, et a également jugé que «l existence d un lien de subordination ( ) n est pas une condition d application de l article L C. trav.» pour rejeter un pourvoi contre un arrêt de Cour d appel ayant condamné une commerçante en qualité d (ex-)employeur de son (ex-)époux au temps de leur union, Semaine Sociale Lamy, n 1051, 19/11/2001 ; Cahiers sociaux du Barreau de Paris, n 136, p Tel l article L Où le travailleur est «un simple rouage ajusté au rythme de la machine», A. Supiot, précité. 13 A. Supiot, précité. 10

11 b) Une distinction qui conduit parfois à des comportements critiquables L intérêt de distinguer les salariés des non salariés 14 réside principalement dans le statut protecteur des premiers. En effet, les dispositions du Code du travail, ainsi que celles du régime d assurance chômage ou encore du régime général de Sécurité sociale, ont été, à l origine, élaborées dans le but de protéger la partie «faible» au contrat de travail, à savoir le salarié, puisque ce dernier est dans un état de subordination juridique vis-à-vis d une autre personne, l employeur. Les non-salariés, du fait de leur indépendance juridique, ne se voient donc pas appliquer les règles de droit du travail. Il en est ainsi, notamment, pour les articles relatifs à la rupture du contrat, les conditions de travail ou encore la rémunération, la représentation collective (syndicats, délégués du personnel, ). De même, seuls les salariés ont un régime d assurance chômage obligatoire (géré par l UNEDIC), alors que certains non-salariés peuvent bénéficier, sous des conditions restrictives, d un régime d assurance chômage facultatif (GSC, APPI). Dès lors, apparaissent clairement les enjeux des deux catégories : pour les uns, salariés, l exécution d une prestation dans un lien de subordination juridique est faite en contrepartie d une protection sociale étendue, couvrant les risques tant sociaux que professionnels ; pour les autres, non-salariés, assumant le risque économique inhérent à leur indépendance, un minimum de contraintes leur est imposé et, de ce fait, leur couverture sociale et professionnelle obligatoire est moindre. Cette différence de couverture sociale explique que certains professionnels recherchent d office le statut protecteur du salariat par crainte de la précarité inhérente au statut du professionnel non-salarié et se tournent parfois vers la formule du portage salarial, tout particulièrement en début d activité 15. Ce phénomène, né il y a une vingtaine d années, et qui a déjà fait l objet d études 16 et de commentaires, ne fait que s amplifier aujourd hui, semblant révéler une insatisfaction grandissante face à l alternative juridique du salariat et du non-salariat. Mais, ces sociétés de portage salarial sont parfois contestées : d abord, parce qu elles ne sont pas légalement reconnues 17. Ensuite, parce que, si les «portés» voient dans cette technique un moyen d obtenir la protection du droit du travail et une couverture sociale étendue, certains contrats signés avec lesdites sociétés comportent des risques : en termes de responsabilité en cas de dommage causé par le consultant lors de son intervention. 14 Selon les données statistiques disponibles, près de 90% de la population active en France est salariée et les 10% restants forment une catégorie hétérogène de travailleurs non salariés regroupant les agriculteurs, les commerçants et industriels indépendants, les artisans et les professions libérales (INSEE, «France, portrait social» , p.169). 15 La technique du portage permet à une personne, le porté, de proposer à une société (dite «de portage») de le salarier pour qu il effectue la mission dont il a déjà négocié le contenu et le coût avec un client. La société de portage «salarie» l intéressé et perçoit un pourcentage du prix de la prestation versée par l entreprise approchée par le porté. 16 Dont celle du Groupe de Recherche et d Étude pour la Prospective destinée au Ministère de l Emploi et de la Solidarité («Le portage salarial», janvier 2001). 17 Même s il ne s agit pas là d une généralité, certaines de ces sociétés seraient éventuellement susceptibles de tomber sous le coup de l incrimination de prêt de main-d œuvre illicite en vertu des articles L (délit de marchandage) et L (sur le travail temporaire) du Code du travail 11

12 Dans ces conditions et du moins à l heure actuelle, la solution temporaire qu ont donc trouvée ces professionnels pour remédier à leur insécurité statutaire est loin d être satisfaisante. 2) La prise en compte du lien de dépendance économique par les juridictions sociales a) Un état précaire, objet de contestations nombreuses Sauf exceptions, les «professionnels autonomes économiquement dépendants» ne bénéficient pas, en tant que tels, d allocations chômage, d indemnités en cas d arrêt maladie ou d accident 18. Non seulement cette précarité peut être, à juste titre, considérée comme indue 19 dans la mesure où elle place les intéressés dans une situation contraire à la véritable indépendance qui devrait caractériser leur statut, mais aussi elle les pousse à rechercher une compensation à leur état de dépendance économique. Qu il s agisse des entrepreneurs individuels eux-mêmes ou encore des organismes sociaux, l objet principal des contestations formulées par ces «actifs isolés» est de bénéficier d une partie de la législation sociale protectrice applicable, à l heure actuelle, aux seuls travailleurs salariés ou considérés comme tels 20. D une part, des entrepreneurs individuels souhaitent se voir appliquer certaines dispositions du Code du travail, notamment : il en est ainsi, en cas de rupture du contrat de travail, pour les mesures protectrices relatives à la procédure et aux indemnités de licenciement (pour motif personnel ou économique). De même, ces actifs aspirent à bénéficier des allocations chômage en cas de perte d activité, voire parfois des prestations du régime général de Sécurité sociale. D autre part, les organismes de protection sociale au sens large (Sécurité sociale des salariés et non-salariés, régimes de retraite complémentaires et d assurance chômage), ont également d importants intérêts en jeu : le rattachement des actifs à tel ou tel régime est primordial pour leur équilibre financier. L action judiciaire de ces divers acteurs économiques semble d ailleurs porter ses fruits. Pour s en convaincre, il suffit d analyser certaines décisions rendues par la Cour de cassation. Selon les circonstances et les intentions, parfois équivoques, des protagonistes, les juges ont en effet été le plus souvent amenés à trancher en faveur de la reconnaissance du statut de salarié au profit de travailleurs a priori non salariés, voire de bénévoles. Des «artisans» en état de subordination juridique? Les contentieux mettant de «faux artisans» aux prises avec un cocontractant ne sont pas rares. On peut, à cet égard, évoquer le cas de chauffeurs livreurs antérieurement salariés d une entreprise et restés après la rupture de leur contrat, au service de leur ancien 18 On relèvera cependant que, comme les artisans, les commerçants régulièrement inscrits au RCS et affiliés au régime de protection sociale des non-salariés peuvent, à la différence des professionnels libéraux, bénéficier d indemnités journalières forfaitaires en cas d arrêt de travail pour raison de santé. 19 Voir notamment : «La galère des tâcherons de la matière grise» - Liaisons sociales magazine, mars 2002, p.51 ; Cadres CFDT n avril 2001 ; association Freelance en Europe (site Internet : 20 Voir note 6. 12

13 employeur en tant qu artisans. Constatant l état de dépendance économique et de subordination juridique, le juge avait pu conclure à l existence de contrat de travail 21. On peut également citer l arrêt Labbane du 19 décembre En l espèce, le contrat passé entre la société Bastille taxi et l un des chauffeurs locataires d un «véhicule équipé taxi» a été requalifié en contrat de travail par la Cour de cassation : «l accomplissement effectif du travail dans les conditions ( ) prévues par ledit contrat ( ) plaçait le «locataire» dans un état de subordination à l égard du «loueur» et qu en conséquence, sous l apparence d un contrat de location d un «véhicule taxi», était en fait dissimulée l existence d un contrat de travail». Des franchisés présumés salariés? Les contrats de franchise sont également parfois au cœur de tels conflits. Sont à signaler les deux arrêts en date du 4 décembre , «société France acheminement», rendus sur la base de l article L du Code du travail, lequel présume de la qualité de salarié de certains travailleurs. La Haute juridiction a requalifié des conventions dites «de franchise» passées entre la société France acheminement avec ses représentants, en posant le principe suivant lequel la réunion des conditions de l article L du Code du travail permettait au demandeur de s affranchir de la preuve de l existence d un lien de subordination. Ainsi, «face à l imprécision, et à la difficulté probatoire du critère de la subordination, la volonté de la Cour de cassation est nette : permettre à tous ceux qui peuvent invoquer l article L C. trav. de demander en justice la requalification de leur contrat. La liste risque d être longue (louageurs travaillant au profit d une entreprise, sous-traitants, )» 24. Le flou est d autant plus difficile à dissiper que les solutions rendues par la Cour de cassation sont parfois contradictoires. Des volontaires entre bénévolat et salariat? S agissant des activités exercées à titre bénévole, la Haute juridiction a, en effet, tantôt admis, tantôt exclu l existence d un contrat de travail. Par un arrêt en date du 9 mai , la Cour a jugé «qu en intégrant la communauté Emmaüs en qualité de compagnon ( )», l intéressé s était soumis «aux règles de vie communautaire qui définissent un cadre d accueil comprenant la participation à un travail destiné à l insertion sociale des compagnons et qui est exclusive de tout lien de subordination» ; alors que, dans un arrêt du 29 janvier , elle a estimé que «la seule signature d un contrat dit de bénévolat entre une association et une personne n ayant pas la qualité de sociétaire, n exclut pas l existence d un contrat de travail, dès l instant que les conditions en sont remplies». A moins d admettre que le second arrêt remet en cause le premier, force est de constater qu il n existe pas de solution unique concernant, a priori, des situations similaires. 21 Cass., crim., 5 janvier 1995, n , «Villar». 22 Cass., soc., 19 décembre 2000, Labbane c/ Chambre syndicale des loueurs d automobiles de place de deuxième classe de Paris Ile-de-France et société Bastille taxi, Dr. soc. 2001, p.227 Voir annexe I. 23 Cass., soc., 4 décembre 2001, Société France acheminement c/ Sierra et Société France acheminement c/ Dalval, Dr. soc. 2002, p F.J. Pansier, commentaire sous Cass., soc., 4 décembre 2001, Société France acheminement c/ Sierra et Société France acheminement c/ Dalval, CSBP n 137, p Cass., soc., 9 mai 2001, Communauté Emmaüs de la Pointe rouge c/ Barons, Liaisons sociales, jurisprudence, n 754 ; Dr. soc. 2001, p.798, «Vie communautaire et contrat de travail», J. Savatier. 26 Cass., soc., 29 janvier 2002, Association Croix rouge française c/ Huon et autres, Liaisons sociales, jurisprudence, n

14 Des «apporteurs d affaires» salariés? Certaines solutions rendues en matière de requalification juridique des contrats par la Cour de cassation le sont parfois au prix de contorsions juridiques particulièrement audacieuses. L arrêt Solovam 27 du 20 mai 1999 en est une parfaite illustration. Il s agissait de vendeurs salariés d un réseau automobile qui conseillaient leurs clients dans le montage de leur dossier financier. Ils proposaient à cet égard de contracter avec un organisme de crédit déterminé. Ce dernier, pour encourager les vendeurs, leur versait une prime pour toute signature d un dossier de financement. Selon la Haute juridiction, «les sommes litigieuses avaient été versées aux salariés pour l accomplissement d un travail effectué au sein d un service organisé dont les conditions d exécution étaient déterminées unilatéralement». Les sommes versées l ont été «en contrepartie d un travail effectué dans un lien de subordination». Elle a donc considéré que salariés et organisme de crédit étaient liés par un contrat de travail, alors même que ce dernier ne faisait naître aucune obligation à la charge du prétendu salarié Une telle solution est d ailleurs susceptible de toucher l ensemble des professionnels qui se comporteraient comme des «apporteurs d affaires 28». Il est ici important de souligner le rôle décisif des Unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale du régime général qui veillent à donner aux opérations les plus diverses la qualification juridique d activité salariée 29. b) Des décisions judiciaires souvent critiquables Toutes ces décisions mettent finalement en évidence le relatif inconfort du juge face à l imprécision du statut de salariat et à la situation de dépendance économique de certains actifs. Or, les solutions retenues sont peu satisfaisantes. Tout d abord, il est important de noter que la possible requalification d un contrat d entreprise, de franchise ou de sous-traitance, en contrat de travail a pour effet de placer les cocontractants directs (clients, donneurs d ordre) des «professionnels autonomes» dans une situation d insécurité juridique lourde de conséquences : lorsque la qualité d employeur leur est judiciairement conférée, ils se trouvent de fait astreints au respect de l ensemble des dispositions du Code du travail et du Code de la sécurité sociale. Dès lors, ils peuvent être, par exemple, condamnés en cas de rupture de contrat avec le «professionnel autonome», pour non-respect de la procédure de licenciement ou encore, se voir réclamer par les URSSAF le montant global de charges sociales qui auraient dû être versées aux organismes du régime général. A cet égard, on peut souligner que ce ne sont pas tant les unions de recouvrement qui doivent être incriminées mais bien plutôt les règles actuellement en vigueur, dont l imprécision leur offre une grande latitude pour agir en justice. Ensuite, pour un certain nombre d «actifs isolés», l assimilation totale à des travailleurs salariés et, par conséquent, l application de l ensemble des dispositions du Code du travail et du Code de la sécurité sociale relatives à ces derniers, n est pas souhaitée. En effet, les requalifications judiciaires ne semblent être qu un pis aller : par exemple, les chauffeurs de taxi requalifiés de salariés par le juge préfèreraient sans conteste, s ils en avaient les 27 Cass., soc., 20 mai 1999, Sté Solovam c/u.r.s.s.a.f. de Paris, RJS 07/99, n H.G. Bascou et J.C. Ranc, «Les indicateurs et apporteurs d affaires, qui sont-ils?», T.P.S. 1997, chron Ainsi en va-t-il des contrats dits de «sponsoring» passés entre un sportif et une agence de publicité ou de grandes enseignes commerciales. 14

15 moyens financiers 30, avoir le statut d artisan. Quant aux loueurs de véhicules, ils déplorent la nouvelle jurisprudence : ainsi, la chambre syndicale qui les représente condamne la solution rendue par la Cour de cassation 31. Un même constat s impose pour les «free-lances» qui ne recherchent pas à tout prix le confort du salariat, même dans les professions où la précarité est la plus forte, mais aspirent à la liberté, la richesse des missions et l absence de contraintes hiérarchiques. 30 Le prix de la licence à Paris s élevant à un peu plus de euros. 31 Liaisons sociales magazine, «Les forçats du taxi, faux locataires mais vrais salariés», avril 2001, p

16 II L ANALYSE CRITIQUE DES SOLUTIONS AVANCÉES 16

17 Certains États ont mis en place des dispositions novatrices en la matière (A), que certains auteurs voudraient voir imitées en France (B). A LES EXEMPLES ETRANGERS Trois pays ont élaboré des mesures tendant à la reconnaissance d une nouvelle catégorie de travailleurs dits «parasubordonnés» ou encore «quasi-salariés» : l Italie, l Allemagne et les Pays-Bas. 1) La «parasubordination» italienne a) La «parasubordination» : une relation de travail caractérisée par une «collaboration coordonnée et continue 32» La notion de travailleur «parasubordonné» est apparue en Italie il y a près de trente ans 33 et a eu notamment pour objet d étendre le droit des litiges individuels du travail aux relations d agence et de représentation commerciale, ainsi qu aux autres rapports de collaboration qui se concrétisent par une «prestation de travail continue et coordonnée, de nature personnelle, même si elle n a pas de caractère subordonné 34». Cette forme de travail ne se caractérise donc pas par un lien de subordination juridique entre deux parties, mais par un «contrat de prestation professionnelle», réglementant la prestation par des modalités d exécution, une durée, ainsi qu une rétribution corrélative à cette prestation, précisément définies. Ce type de contrat peut être verbal et n oblige aucunement le travailleur à s inscrire, à la différence des travailleurs indépendants et professionnels libéraux, à un quelconque registre ou ordre professionnel. Cette catégorie recoupe des professions diverses dont les vendeurs à domicile, consultants, formateurs, administrateurs de sociétés ; certains services administratifs, comptables ; les professionnels du marketing, télémarketing, et de la publicité Les secteurs d activité les plus concernés sont, pour l essentiel, le commerce, les services (publics et privés), les assurances et organismes de crédit, et l industrie manufacturière. A l heure actuelle, on compte plus de deux millions de travailleurs «parasubordonnés» en Italie, ce qui représente près de 10% de la population active. b) Un régime de protection sociale et fiscal spécifique La loi n 335/1995, adoptée en 1995, dispose que les personnes qui exercent une profession indépendante (et qui n ont pas de caisse d assurance professionnelle propre) ou qui ont des rapports de collaboration coordonnée et continue doivent obligatoirement cotiser auprès d organismes sociaux pour les risques invalidité et vieillesse. Les intéressés effectuent leurs versements auprès de l INPS 35, ceux-ci s élevant au total à 14% du revenu brut pour l année En Italie, les «parasubordonnés» sont appelés «co-co-co» du fait que leur relation de travail se manifeste sous la forme d une «collaboration coordonnée et continue» («collaborazione coordinata e continuativa», article 409 du Code de procédure civile italien). 33 Cette notion est apparue avec la loi n 533/1973, codifiée à l article 409 du Code de procédure civile. 34 «Altri rapporti di collaborazione che si concretino in una prestazione d opera continuativa e coordinata, prevalentemente personae anche se non carattere subordinato» (art. 409 Codice civile). 35 «Instituto nazionale previdenza sociale». 36 Source : Chambre française de commerce et d industrie en Italie (Milan). 17

18 Ce versement est dû pour les deux tiers par la société contractante et pour un tiers par le travailleur «parasubordonné». A l instar du régime applicable aux travailleurs salariés, c est à la société contractante de verser lesdites sommes. Tel un employeur dans le cadre d un contrat de travail, la société effectue la retenue de la part du travailleur «parasubordonné» sur le montant brut de la rémunération versée à ce dernier. Depuis janvier 2001, les revenus provenant d une «collaboration coordonnée et continue» sont explicitement assimilés à ceux des salariés. Les employeurs doivent opérer la retenue sur l ensemble du revenu, et remettre au collaborateur une fiche de paie. Toutefois, les sommes ainsi versées couvrent seulement le «parasubordonné» contre les risques vieillesse et invalidité : les prestations maladie-maternité ainsi que les allocations familiales sont financées par l impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPEF) 37. Ainsi, au moment de la cessation du contrat ou bien à la fin de l année, l employeur doit calculer le solde concernant l IRPEF et les taxes additionnelles. Le collaborateur peut demander que l employeur intègre directement les abattements auxquels il a droit, compte tenu de sa situation de famille. L entreprise doit également remettre le récapitulatif de ses revenus au collaborateur, avant la fin du mois de février de chaque année. Il est important de signaler que, s il existe effectivement des règles relatives à cette forme «atypique» de travail, il n y a pas, à proprement parler, de statut légal du travailleur «parasubordonné». Un projet de loi à ce sujet 38, adopté par le Sénat, est en cours de discussion au sein du Parlement italien. 2) Un régime spécial pour les «quasi-salariés» allemands a) Définition et règles applicables en droit du travail Le droit allemand a créé un statut particulier pour les travailleurs ayant la qualité de «quasisalariés 39», définis comme des travailleurs juridiquement indépendants, mais économiquement dépendants, qui ont besoin d une protection sociale semblable à celle des salariés 40. Afin de déterminer la qualité de «quasi-salarié», la législation allemande énumère un certain nombre de critères, dont deux principaux : - l intéressé doit travailler seul et sans l assistance d un personnel salarié ; - la majeure partie de son travail ou de ses revenus doit provenir d une seule personne ou institution. Au-delà, existent d autres indices similaires à ceux parfois utilisés par les tribunaux français : il en est ainsi de l intégration à un service organisé et de la participation à l entreprise d autrui, par exemple. 37 Le taux de l IRPEF s élevant à 19% en Projet de loi n 2094/1998 du 8 avril 1998 relatif au «travail atypique ou parasubordonné». 39 «Arbeitnehmerähnliche Personen». 40 Loi de 1974 sur les conventions collectives, section 12a. 18

19 La vérification de la dépendance s opère également en recherchant si l intéressé ne travaille pas à son propre compte, ne participe pas aux chances de gains et de pertes, ne possède pas son propre équipement et sa clientèle, etc 41. Par analogie avec les «parasubordonnés» italiens, les «quasi-salariés» allemands bénéficient principalement des règles applicables aux travailleurs indépendants : ils sont, par exemple, exclus du champ du droit du licenciement ; cependant, ils bénéficient de certaines dispositions du Code du travail, relatives aux litiges du travail, aux congés ainsi qu aux conditions de travail. De plus, comme en France, des catégories de travailleurs «quasi-salariés» font l objet de règles particulières : les représentants de commerce (V.R.P.) et les travailleurs à domicile. b) Le régime de protection sociale applicable aux «quasi-salariés» allemands Le droit de la Sécurité sociale allemand, applicable, de droit, aux salariés, est étendu aux travailleurs remplissant au moins deux des quatre critères énumérés ci-après, caractérisant la notion de dépendance économique : - le travail est accompli personnellement, sans l aide de collaborateurs (sauf les membres de sa famille) ; - il l est pour le compte d un seul employeur ; - il correspond à un emploi salarié (par exemple, d autres personnes accomplissent la même tâche, sur le même lieu de travail, et ont la qualité de salariés) ; - il est effectué sans que l intéressé n apparaisse comme un entrepreneur sur le marché 42. En résumé, la législation allemande semble plus proche du droit français, en la matière, que du droit italien. En Allemagne, c est le besoin de protection sociale qui a motivé l extension de la législation du travail ; alors qu en Italie, c est principalement en matière de procédure contentieuse et d hygiène et de sécurité que les dispositions ont été étendues, bien que, à l heure actuelle, les «parasubordonnés» italiens aient obtenu, par voie de conventions collectives, des avantages qui vont bien au-delà des dispositions légales. 3) L expérience néerlandaise Aux Pays-Bas, la technique d «assimilation partielle» de travailleurs non salariés à des travailleurs salariés est aussi utilisée, notamment pour leur étendre le droit du licenciement économique. En effet, certaines dispositions de ce dernier sont applicables à des travailleurs non titulaires d un contrat de travail, mais se trouvant en situation de dépendance économique vis-à-vis d un client. Le lien de dépendance économique est caractérisé, en droit néerlandais, par les critères suivants : - le caractère personnel du travail accompli ; - un travail accompli pour deux «employeurs» au plus ; - avec l assistance de deux personnes au plus ; - ne présentant pas un caractère accessoire. 41 De la même manière, les contrôleurs du fisc américains utilisent un test dénommé «The IRS 20 Factors Test», répertoriant 20 critères d identification, afin de déterminer si tel professionnel exerce, ou non, une activité à titre indépendant Voir annexe I. 42 Dispositions issues de la loi du 19 décembre 1998, entrée en vigueur le 1 er janvier 1999, et insérées dans le Code civil allemand (BGB, art. 3). 19

20 Par ailleurs, la loi néerlandaise permet d introduire dans les conventions collectives des dispositions applicables à ces travailleurs indépendants. B POUR UN STATUT DE «PARASUBORDONNE» EN FRANCE? A été avancée l idée de créer un statut juridique propre aux personnes dont l activité était, jusqu à présent, considérée comme exercée à titre indépendant mais qui, concrètement, se réalisait le plus souvent dans un lien de dépendance économique vis-à-vis des personnes ayant recours à leurs services 43. 1) Sur les contours d un statut de «parasubordonné à la française» Un tel statut engloberait non seulement les travailleurs dits indépendants se trouvant dans un état de dépendance économique vis-à-vis d un client, mais encore les salariés dont l activité ne peut se concevoir en dehors de l indépendance technique, à savoir les cadres dirigeants et supérieurs. Selon les partisans de ce nouveau statut, il serait nécessaire d accorder à ces professionnels divers, le bénéfice de droits collectifs et, en particulier, le droit de conclure des «conventions collectives 44», par analogie avec celui applicable aux salariés, afin de rétablir l équilibre de leurs relations. Cette faculté aurait pour avantage principal de mieux les protéger des abus potentiels 45 de donneurs d ouvrage. Il conviendrait également d harmoniser totalement les différents régimes de protection sociale, et de faire en sorte que cette nouvelle catégorie juridique relève d une couverture sociale en matière d accidents du travail et d assurance chômage et de droits étendus en matière de formation. 2) Les risques de la création d un nouveau statut juridique Si tentante soit-elle, l institution d une nouvelle catégorie d actifs jouissant d un statut protecteur, soulève des réserves tant au regard des rigidités qu elle ne manquerait pas de créer pour les cocontractants que des risques qu elle pourrait faire courir au détriment des régimes sociaux actuels. a) Les contraintes pesant sur les donneurs d ordre Si des nouveaux droits sont accordés 46, il faut que cela ait pour seul but de protéger des professionnels contre d éventuels abus de la part de leurs cocontractants. 43 Cette théorie a principalement été exposée et développée par Jacques Barthélémy : «Le professionnel parasubordonné», JCP 1996, éd.e, n J. Barthélémy s appuie sur les accords signés le 16 avril 1996 qui ont fixé le statut des agents généraux d assurance («Une convention collective de travailleurs indépendants?», Dr. soc.1997, p.40). Selon l auteur, «la technique ainsi utilisée pour organiser les rapports de travailleurs indépendants et d entreprises pourrait l être aussi pour d autres professions libérales, mais aussi entre sous-traitants et donneurs d ordre. Elle peut être utile chaque fois qu un travailleur, malgré son indépendance juridique excluant le contrat de travail, se trouve en état de dépendance économique telle que sont déséquilibrés les pouvoirs dans la négociation du contrat. Peuvent être concernés alors, les titulaires de contrats, non seulement de mandat, mais aussi d entreprise, voire de sociétés». 45 Notamment les abus de délais de paiement, de rupture de contrats, d opacité vis-à-vis du donneur d ouvrage final, 46 Conventionnellement ou par la création du statut juridique de «parasubordination» (voir supra). 20

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon «LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon Eléments de réponse au questionnaire adressé par les organisateurs 1. Il n existe pas de définition

Plus en détail

Aspects juridiques des nouvelles formes d emplois

Aspects juridiques des nouvelles formes d emplois Aspects juridiques des nouvelles formes d emplois Réunion plénière du 11 mars 2014 B. Bohnert, conseiller auprès du secrétariat général du COE Conseil d orientation pour l emploi 2 Introduction Une évolution

Plus en détail

Atelier de la Profession

Atelier de la Profession Sécuriser le recours à la prestation de services et à la sous-traitance en Europe : Obligations & droits pour les entreprises et les salariés Atelier de la Profession LES INTERVENANTS Laurence BOURGEON

Plus en détail

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011 Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB Titre Attestation relative au portage salarial Objet Transmission de l attestation relative au portage salarial

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

LES STATUTS DES CONJOINTS DE COMMERCANTS ET D ARTISANS.

LES STATUTS DES CONJOINTS DE COMMERCANTS ET D ARTISANS. LES STATUTS DES CONJOINTS DE COMMERCANTS ET D ARTISANS. Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse

Plus en détail

pratiques «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps

pratiques «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps pratiques [salaire] «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps Après avoir consacré le principe «à travail égal, salaire égal», la Cour de cassation s est vue contrainte

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 14 mai 2009 N de pourvoi: 08-12966 Publié au bulletin Rejet M. Bargue, président M. Gallet, conseiller apporteur M. Sarcelet, avocat général SCP

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

LES ASSOCIATIONS SPORTIVES LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1.2.3. AU SOMMAIRE Les missions de l URSSAF La répartition des cotisations Les acteurs Les dispositifs Les cas particuliers Les remboursements de frais Les avantages en nature

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

des délégués { { { Les délégués du personnel

des délégués { { { Les délégués du personnel doit être remis par l employeur aux délégués du personnel dans les six mois suivant la fin de l exercice examiné. l) Refus et report de divers congés En l absence de comité d entreprise, l employeur ne

Plus en détail

Vente en ligne, CGV et clauses abusives

Vente en ligne, CGV et clauses abusives Vente en ligne, CGV et clauses abusives L examen de sites de vente aux consommateurs (B-to-C) fait apparaître de manière récurrente des clauses contractuelles dans les conditions générales de vente (CGV)

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées

Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées AUTO ENTREPRENEUR OU SALARIE AU SOMMAIRE Les acteurs Les risques Le lien de subordination Les dérives constatées Introduction Les associations sportives peuvent avoir recours à des intervenants dans le

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB...

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... C O T I S A T I O N S S O C I A L E S LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... Exercer c est aussi déclarer... et cotiser! Prélèvements sociaux et professionnels : COMPARATIF COLLABORATEUR

Plus en détail

Le statut de VDI détaillé sous forme de questions-réponses

Le statut de VDI détaillé sous forme de questions-réponses Le statut de VDI détaillé sous forme de questions-réponses Table des matières 1. FORMALITÉS ADMINISTRATIVES... 2 1.1 QUELLE SONT LES SEULES FORMALITÉS QUE LE VDI DOIT ACCOMPLIR AVANT DE DÉBUTER SON ACTIVITÉ?...

Plus en détail

La réforme de l assurance construction est maintenant une réalité. Elle clarifie le régime de l assurance décennale obligatoire.

La réforme de l assurance construction est maintenant une réalité. Elle clarifie le régime de l assurance décennale obligatoire. Titre : Référence : IP-Bât 05 008 REFORME DE L ASSURANCE CONSTRUCTION Date : 08.2005 La réforme de l assurance construction est maintenant une réalité. Elle clarifie le régime de l assurance décennale

Plus en détail

Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N

Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Objet Origine - SITUATION DES CONDUCTEURS LOCATAIRES DE TAXI AU REGARD DU REGIME D'ASSURANCE CHOMAGE - ARRÊT LABBANE DU 19 DECEMBRE 2000 Direction

Plus en détail

La protection sociale des travailleurs non salariés. Direction de la sécurité sociale

La protection sociale des travailleurs non salariés. Direction de la sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 avril 2009 à 9 h 30 «Les régimes de retraite des indépendants : les problématiques spécifiques» Document N 13.1 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 150 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 décembre 2010 PROPOSITION DE LOI tendant à sécuriser le régime du portage salarial, PRÉSENTÉE Par M. Alain HOUPERT, Sénateur

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I.

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I. Lettre d'information en JUILLET droit 2015 social SOMMAIRE I LES REFORMES - Portabilité de la prévoyance : Nouvelles règles applicables depuis le 1 er juin 2015 - Le portage salarial II EN BREF - Charge

Plus en détail

Comité d'entreprise Désignation d un RS au CE dans les entreprises de moins de trois cents salariés

Comité d'entreprise Désignation d un RS au CE dans les entreprises de moins de trois cents salariés Veille jurisprudentielle : Droit privé : quelques arrêts intéressants. Comité d'entreprise Désignation d un RS au CE dans les entreprises de moins de trois cents salariés Dans cet arrêt, la Cour de cassation

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports et de la vie associative Ministère du budget, des comptes publics et

Plus en détail

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE

Titre. Portage salarial : mesures transitoires. Objet CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014. Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE CIRCULAIRE N 2014-31 DU 22 DECEMBRE 2014 Direction des Affaires Juridiques INSW0031-ACE Titre Portage salarial : mesures transitoires Objet Décision du Bureau de l Unédic du 16 décembre 2014 relative aux

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Préambule. Gérants de Succursales de Maisons d'alimentation de Détail ou de Coopératives de Consommation. fait par FERREIRA Antoine

Préambule. Gérants de Succursales de Maisons d'alimentation de Détail ou de Coopératives de Consommation. fait par FERREIRA Antoine Synthèse sur l application du droit social aux Gérants non salariés issus des dispositions légales par la codification L.7322-1 et suite du Code du Travail. Gérants de Succursales de Maisons d'alimentation

Plus en détail

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er - 39 - TABLEAU COMPARATIF Code de l éducation TROISIÈME PARTIE Les enseignements supérieurs LIVRE VI L organisation des enseignements supérieurs TITRE I ER L organisation générale des enseignements Proposition

Plus en détail

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS La vente directe en plein essor recrute 10.000 nouveaux commerciaux à temps partiel ou à temps plein En s engageant à recruter 10.000 personnes,

Plus en détail

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial CIRCULAIRE N 2013-15 DU 18 JUILLET 2013 Direction des Affaires Juridiques INSV0014-ACE Titre Portage salarial Objet Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial Unédic

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61 Table des matières Introduction 13 Chapitre I L objet et la finalité du droit du travail 14 Section I L objet du droit du travail 15 Section II La fonction du droit du travail 16 Chapitre II Histoire du

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3298 Convention collective nationale IDCC : 2104. THERMALISME AVENANT N 24 DU

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

NOTE RELATIVE AU PRET DE MAIN-D'ŒUVRE ILLICITE DANS LE DROIT FRANCAIS

NOTE RELATIVE AU PRET DE MAIN-D'ŒUVRE ILLICITE DANS LE DROIT FRANCAIS CERN/DSU-DO/RH/9165 (version non-confidentielle) 17 août 1999 ( ) NOTE RELATIVE AU PRET DE MAIN-D'ŒUVRE ILLICITE DANS LE DROIT FRANCAIS 1. La présente note a pour but de résumer la situation juridique

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Les opportunités de la localisation de l entreprise : le devoir de conseil. La défiscalisation près de chez vous

Les opportunités de la localisation de l entreprise : le devoir de conseil. La défiscalisation près de chez vous Les opportunités de la localisation de l entreprise : le devoir de conseil La défiscalisation près de chez vous Intervenants Olivier PALAT Direction de la législation fiscale (bureau B1 fiscalité d entreprise)

Plus en détail

1) quel est le tribunal compétent?

1) quel est le tribunal compétent? SEMINAIRE CFACI 10/4/2008 LE CONTRAT DE TRAVAIL, aspects internationaux Serge WORTHALTER, Membre de la CFACI, Avocat au Barreau de Paris serge@worthalter-cabinet.avocat.fr http://www.worthalter.net La

Plus en détail

Document 2 : L organisation juridictionnelle française

Document 2 : L organisation juridictionnelle française Document 1 : Rappel Les branches du droit Document 2 : L organisation juridictionnelle française 1 2 On distingue les juridictions de première instance (TGI, Tribunal de commerce, TI, Conseil de Prud hommes,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

FORUM PROFESSIONNEL. Fédération Nationale des Enseignants de Yoga. Syndicat National des Professeurs de Yoga

FORUM PROFESSIONNEL. Fédération Nationale des Enseignants de Yoga. Syndicat National des Professeurs de Yoga FORUM PROFESSIONNEL Fédération Nationale des Enseignants de Yoga Syndicat National des Professeurs de Yoga Divers statuts : I - Salarié (Association, Comité d entreprise, Société de portage, Entreprise

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques

ateliers Aravis - les ateliers Aravis - les ateliers Aravis les ateliers Aravis - les ateliers Aravis Formes d emploi et de travail atypiques Formes d emploi et de travail atypiques GLOSSAIRE document de travail A------------------------------------------------------------------------------------------------------ Auto-entrepreneur DEFINITION

Plus en détail

le statut de l artiste et les cumuls d activités

le statut de l artiste et les cumuls d activités Association départementale pour le développement des arts vivants dans le Morbihan Fiche 19 Le statut de l artiste le statut de l artiste et les cumuls d activités Le statut de l artiste du spectacle 1)

Plus en détail

La négociation des accords de prévoyance d entreprise

La négociation des accords de prévoyance d entreprise Par Lionel Parienté La négociation des accords de prévoyance d entreprise Dés l origine de la sécurité sociale d après guerre, la question de l existence d une protection sociale complémentaire résultant

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole Métropole N 52 N 52 janvier 2015 Paiement des heures supplémentaires Les heures supplémentaires donnent lieu à une majoration de salaire Les heures ainsi

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Le travailleur indépendant

Le travailleur indépendant Le travailleur indépendant Lorsqu une association n a pas la capacité en interne de réaliser une prestation, elle peut décider de conclure une convention avec un travailleur indépendant. Toutefois cette

Plus en détail

DETACHER UN SALARIE D UNE EXPLOITATION A L AUTRE

DETACHER UN SALARIE D UNE EXPLOITATION A L AUTRE PREFECTURE DE LA REGION CORSE Direction Régionale de l Agriculture et de la Forêt DETACHER UN SALARIE D UNE EXPLOITATION A L AUTRE PRET DE MAIN D OEUVRE? DETACHEMENT? ENTRAIDE? MISE A DISPOSITION DE SALARIES?

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise

Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise Jusqu à présent, il n existait aucune définition juridique du stage en entreprise, et ce concept aux contours fuyants pouvait regrouper une grande

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97 Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt 1. Par ordonnance du 27 octobre 1997, parvenue à la Cour le 17 novembre suivant, le Finanzgericht

Plus en détail

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI Quels sont les droits et les obligations : - du salarié de droit privé? - du fonctionnaire? -du travailleur

Plus en détail

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE!

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS : AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! (Résumé) Septembre 2015 FEDERATION FRANCAISE DU BATIMENT 1 Le Régime Social des Indépendants (RSI), qui constitue la Sécurité

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les Toutes les Générations www.toutes-les-generations-en-entreprise.com Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle du Val d Oise PLAN ÉGALITÉ ACCÈS À L EMPLOI ET DANS

Plus en détail

ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE. Direction de l administration générale du personnel et du budget. Service des ressources humaines

ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE. Direction de l administration générale du personnel et du budget. Service des ressources humaines ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction

Plus en détail

Jean-Marie SEEVAGEN Avocat au Barreau de PARIS

Jean-Marie SEEVAGEN Avocat au Barreau de PARIS EDITORIAL I SECURITE JURIDIQUE II REGIME DES CONTRATS 1- Loi du 11 décembre 2001 2. Contrats entre personnes publiques III TECHNIQUES ET SAVOIR FAIRE 1. Externalisation de la production de chaleur 2. Les

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE ÉRIC SPIRIDION L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 2011 ISBN : 978-2-212-54872-3 Chapitre 1 Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux l ESSENTIEL

Plus en détail

Dans les contrats liant le travailleur (in)dépendant :

Dans les contrats liant le travailleur (in)dépendant : Le patenté: un travailleur indépendant De nombreux travailleurs dits indépendants car patentés sont de véritables salariés Dans les métiers du sport, cette confusion semble exister Dans les contrats liant

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

Le conjoint de l entrepreneur : quel statut choisir?

Le conjoint de l entrepreneur : quel statut choisir? Le conjoint de l entrepreneur : quel statut choisir? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Passer commande, recevoir des clients, émettre des factures, vendre des produits Le conjoint, qu il soit marié, partenaire

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET RÉGIME DES INDÉPENDANTS (RSI) : FONCTIONNEMENT, RÈGLES D'ASSUJETTISSEMENTS, COTISATIONS

RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET RÉGIME DES INDÉPENDANTS (RSI) : FONCTIONNEMENT, RÈGLES D'ASSUJETTISSEMENTS, COTISATIONS RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET RÉGIME DES INDÉPENDANTS (RSI) : FONCTIONNEMENT, RÈGLES D'ASSUJETTISSEMENTS, COTISATIONS Les régimes de Sécurité sociale dans l'entreprise Introduction La solidarité

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 456 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 9 juin 2009 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE NATIONALE, pour faciliter le maintien et la création d emplois,

Plus en détail

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région L e statut juridique de l Agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HBG) aux Articles 84 à 92c. Ces articles ont été modifiés par la Loi du

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr Le statut juridique conditionne le régime social du dirigeant I - Caractéristiques

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers LIGNES DIRECTRICES DU CCBE EN VUE D UNE APPLICATION HOMOGÈNE PAR LES ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DES PRINCIPES ÉNONCÉS PAR LE RÈGLEMENT

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Approche de solutions pour limiter la taxe sur les salaires dans les sociétés holdings

Approche de solutions pour limiter la taxe sur les salaires dans les sociétés holdings Approche de solutions pour limiter la taxe sur les salaires dans les sociétés holdings Lors d acquisition de sociétés, il est usuel de constituer une société holding qui se portera acquéreur des titres

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail