observations, la chambre a arrêté dans sa séance du 2 mars 1998 ses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "observations, la chambre a arrêté dans sa séance du 2 mars 1998 ses"

Transcription

1 Monsieur le Directeur du Centre hospitalier de QUIMPERLE 20, Bis Avenue Maréchal Leclerc B.P QUIMPERLE CEDEX Par lettre du 28 novembre 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre établissement, conformément à la procédure contradictoire prévue par le code des juridictions financières. Après avoir examiné les réponses écrites apportées à ces observations, la chambre a arrêté dans sa séance du 2 mars 1998 ses observations définitives. Je vous rappelle que l'examen de la gestion a porté sur les points suivants : I - Les structures et activités ; II - La place de l'établissement au sein du secteur sanitaire n 3 ; III - La situation budgétaire et financière ; IV - Les activités de certains praticiens ; V - La réalisation et la gestion d'une nouvelle cuisine centrale.

2 Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à la présente lettre de transmission. En application des dispositions de l'article L du code des juridictions financières, ces observations devront être communiquées au conseil d'administration dès sa plus proche réunion. Elles feront l'objet d'une inscription à son ordre du jour et seront jointes à la convocation adressée à chacun de ses membres. Par ailleurs, en application de l'article 117 du décret n du 23 août 1995, la présente lettre étant communicable aux tiers dès qu'aura eu lieu la première réunion de l'assemblée délibérante suivant sa réception, je vous saurai gré de bien vouloir m'informer de la date à laquelle se sera tenue cette réunion. Je précise, en outre, que conformément aux dispositions de l'article 127 du décret précité, une copie de ces observations est transmise au préfet ainsi qu'au trésorier-payeur général du département du Finistère. Roger COMBEL OBSERVATIONS DEFINITIVES DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE (exercices 1992 et suivants)

3 I - LES STRUCTURES ET ACTIVITES La chambre a constaté que l'établissement paraissait avoir atteint en 1997 sa taille optimale et que certaines de ses activités seraient vraisemblablement réduites. - Après une nette diminution des lits installés ainsi que des durées moyennes de séjour de 1990 à 1996, les entrées en " médecine active " n'ont pas cependant réellement progressé et plusieurs taux d'occupation des lits sont bien inférieurs aux " taux cibles " nationaux de 80 % en obstétrique et de 85 % en médecine pédiatrie et chirurgie. #Voir Tableau 1#

4

5 - Dans ce contexte, la chambre a également relevé que plusieurs " chefferies " de service avaient été pour l'une refusée, pour les autres supprimées (chirurgie traumatologique ; pédiatrie ; convalescence/rééducation fonctionnelle), tandis que la maternité compte un nombre annuel de naissances qui dépasse encore de peu le seuil minimal de performance de 500 figurant dans le schéma régional de 1994 (de 1990 à 1996 : 461, 515, 541, 520, 523, 536, 581). - Par ailleurs, si les actes médico-techniques apparaissent plutôt en stagnation, il convient de noter un accroissement relatif des consultations externes. #Voir Tableau 2#

6

7 II - PLACE DE L'ETABLISSEMENT AU SEIN DU SECTEUR SANITAIRE N 3 - La situation qui vient d'être décrite doit être en outre appréciée dans le cadre du secteur sanitaire auquel l'établissement est rattaché depuis la publication du schéma régional de l'organisation sanitaire (17 octobre 1994). En effet, le centre hospitalier de QUIMPERLE doit maintenant trouver son nouveau "format" de " pôle de proximité " par rapport au " pôle de référence " du secteur LORIENT-HENNEBONT. - La chambre a bien mesuré combien la requalification des activités de l'établissement, dans le sens d'une " offre de soins polyvalente de proximité ", induisait de complexes adaptations, tant au sein de l'hôpital que vis à vis du pôle de référence. Le chef d'établissement a exposé les diverses démarches, qui ont été, non sans réticences, engagées ou seulement envisagées en vue d'établir des actions de coopération et de complémentarité en médecine active, ainsi qu'en psychiatrie. Il a fait état de l'envoi au centre hospitalier de Bretagne Sud, d'un projet de " charte constitutive d'une communauté d'établissements de santé ", le 11 décembre La chambre ne peut qu'inciter l'établissement à contribuer activement à la mise en place du nouveau dispositif sectoriel. Elle

8 rappelle qu'aux termes de la loi (1), l'hôpital doit, avant avril 1999, adhérer à une communauté d'établissements, pourvue d'une charte fixant notamment les actions évoquées plus haut. Passé ce délai, le directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation pourrait être amené à prendre des mesures d'office (2). Elle suggère également, pour fédérer au sein de l'établissement les volontés de coopération, de demander au directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation la désignation d'un médecin coordonnateur (3). III -SITUATION BUDGETAIRE ET FINANCIERE - En section d'exploitation, les dépenses réalisées ont subi de fortes augmentations jusqu'en #Voir Tableau 3#

9

10 Dans ce contexte, l'établissement a continué à avoir recours au procédé du " report de charges ", déjà dénoncé par la chambre. Il a fait valoir que, par rapport à la masse budgétaire, l'importance de ces reports avait décru. A ne considérer que le budget général, les dépenses reportées de n - 1 représentent les pourcentages suivants dans le budget primitif des années 1990 à 1996 : 2,75 %, 4,94 %, 4,81 %, 1,77 %, 1,89 %, 1,25 % et 1,81 %. La chambre ne peut que renouveler son observation antérieure. - En ce qui concerne l'endettement, l'établissement a pratiqué une pause dans les emprunts de 1993 à Ainsi, le capital à rembourser est passé de 58,62 MF en 1993 à 46,14 MF en Parallèlement, après déduction du montant du capital des emprunts, l'autofinancement net (4) est passé de 2,38 MF à 5,1 MF. - Quant à la trésorerie, elle a évolué de 11,8 MF à 7,8 MF de 1993 à 1996 ; elle résulte pour une grande part de crédits d'investissement encore inutilisés (de 10 MF en 1993 à 6,5 MF en 1996). - Il ressort de ces différents éléments que l'établissement a dû récemment ou devra largement emprunter pour faire face à de nouvelles opérations (construction d'une nouvelle cuisine centrale, coût total de

11 28 MF ; restructuration de la maison de retraite de MOELAN-SUR-MER, coût prévisionnel de 18 MF). Il risque de ce fait de retrouver une situation financière tendue (financement des emprunts et des amortissements). - Enfin, la chambre est conduite à renouveler son observation, relative à l'insuffisance des provisions pour charges à répartir sur plusieurs exercices (compte 157) et surtout pour dépréciation des comptes des redevables (compte 49). C'est la seconde fois que, selon ses propres termes, la direction prend bonne note de cette remarque, sans pour autant prendre les mesures qui s'imposent. IV - LES ACTIVITES DE CERTAINS PRATICIENS A ce titre, la chambre formule deux observations, portant respectivement sur l'activité libérale d'un praticien hospitalier et sur la situation administrative d'un autre. - Un contrôle de l'activité libérale des praticiens hospitaliers du service de gynécologie-obstétrique a révélé que l'exercice de cette activité en matière de consultations est régulièrement fixé et que l'information des consultants est correctement assurée. La chambre a cependant relevé une évolution fâcheuse entre le total des actes " publics " et celui des actes privés effectués par un praticien hospitalier, qui conduit l'intéressé a avoir une activité privée plus importante que l'activité publique.

12 Années Actes publics Actes privés La chambre estime que l'activité libérale ne saurait excéder celle du service public. Elle souhaite que ce point, qui a été porté à la connaissance du praticien concerné, soit également signalé à la commission de l'activité libérale. - Un praticien hospitalier à temps plein recruté en novembre 1984 puis nommé chef de service se trouve " suspendu " depuis pratiquement quatre ans et réduit à faire acte de présence dans l'établissement. S'agissant d'un praticien hospitalier à temps plein ayant atteint le dernier échelon, le coût salarial annuel (traitement plus charges) est de F pour l'établissement. La chambre considère que cette situation n'est pas acceptable et souhaite que l'établissement persévère dans les démarches déjà entreprises auprès des autorités compétentes pour que cette affaire sorte de l'impasse administrative et financière dans laquelle elle se trouve. V - LA REALISATION ET LA GESTION D'UNE NOUVELLE CUISINE CENTRALE Cette opération a particulièrement retenu l'attention de la chambre en raison de son montage atypique pour un établissement public

13 de santé et de l'insécurité juridique et financière qui caractérise la gestion de l'équipement Une conception inhabituelle ne respectant pas le " principe de subsidiarité " qui s'impose aux établissements de santé Le centre hospitalier envisageait depuis longtemps de se doter d'une installation neuve et moderne, pour satisfaire ses besoins propres (cuisine, self-service neuf, magasins). Le projet figure au programme approuvé des installations pour les années 1996/2000. Faute de subventionnement spécifique, et en l'absence d'un autofinancement suffisant, l'établissement a concrétisé avec la nouvelle municipalité de QUIMPERLE (élue en 1995) un projet antérieur de " partenariat " entre personnes publiques distributrices de repas. L'équipement a été conçu d'emblée pour les besoins en restauration du centre hospitalier (malades et personnel soignant) et de la ville (cantines scolaires). Ainsi, la ville se contenterait de servir les repas fabriqués et livrés par l'établissement de santé. Cette prestation est loin d'être marginale, puisque les études de 1996 tablaient sur la fourniture de repas scolaires, soit 30 % des repas hospitaliers. Certes, " dans le respect de leurs missions, les établissements publics de santé peuvent à titre subsidiaire assurer des prestations de service " (5). Toutefois, " les prestations de service que les

14 établissements de santé peuvent assurer à titre subsidiaire sont développées dans la limite des moyens matériels et humains indispensables à l'exécution de leurs missions " (6). Plus précisément, " les prestations de service doivent rester marginales et ne peuvent être développées qu'à partir des moyens nécessaires à l'exécution du service public hospitalier " (7). La chambre ne critique aucunement l'intérêt et l'importance d'un projet de construction neuve d'une cuisine centrale et de magasins généraux, ni la possibilité de dégager des recettes par des prestations subsidiaires. Elle se doit de relever que, dans sa conception même, l'opération contrevient nettement aux règles qui ont été rappelées ci-dessus et ne devaient pas être ignorées, au nom d'une synergie économique, au sens large, entre une collectivité territoriale et un établissement public de santé Des études et une convention sources d'une grande insécurité juridique et financière pour l'établissement en ce qui concerne les prévisions de dépenses et de recettes liées à la production et la livraison de repas non hospitaliers La chambre admet que l'établissement puisse trouver un certain intérêt financier dans l'étalement et la neutralisation progressive des

15 charges d'investissement et fonctionnement, grâce au partenariat avec la ville, à condition que les prévisions se réalisent. Toutefois, elle doit relever que, la collectivité territoriale s'est engagée sur un prix de livraison qui lui convient et qui est inférieur au prix de revient dégagé par l'établissement. Ce dernier a délibérément ignoré les dispositions du code de la santé publique qui imposent aux établissements de santé de ne pas céder des prestations à un prix inférieur à celui de revient. (8) Enfin, elle constate que la convention conclue avec la commune le 2 juillet 1997 et qui a pris en principe effet au 1er janvier 1998 ne contient aucune clause de révision avant huit ans. Il lui semble qu'un tel ajustement aurait dû être contractuellement pratiqué après une année pleine d'exploitation, et qu'une telle disposition pourrait être introduite dans le contrat en ce qui concerne la traduction des prévisions financières dans la convention passée avec la ville de QUIMPERLE * Alors que les prévisions de livraison de repas scolaires atteignaient par an, l'engagement communal (article 2 de la convention) ne porte que sur une commande de à repas au plus, ce qui fausse encore des estimations de recettes déjà imprécises. Vous avez indiqué que cette différence serait sans doute comblée par la

16 livraison d'autres repas (centres de loisirs, personnel communal, portage à domicile) simplement envisagée dans l'article 5, mais malheureusement non quantifiée. * Au demeurant, le code précité stipule que le prix de revient doit résulter de l'application d'une comptabilité analytique (9). Il est étonnant et regrettable que la convention n'ait pas prévu l'établissement d'un compte annuel d'exploitation. * Il faut encore rappeler que les stipulations contractuelles précitées ne peuvent être renégociées avant huit années. Il n'est pas exclu que la gestion de la cuisine centrale entraîne des déficits, dont une partie serait imputable à la livraison de repas à l'extérieur et ne devrait en aucune façon peser sur le budget général (10), ce qui impliquerait en l'espèce une contribution communale. Il est en effet impensable que le déficit des repas produits au profit de la ville soit supporté indirectement par l'assurance maladie. Ce point a pourtant été ignoré dans la convention. * Enfin, la mise à jour tarifaire annuelle (articles 33 et 34 de la convention) prend comme référence l'indice général des prix à la consommation. Des dispositions à valeur législative (11) interdisent cette pratique. Il convient de retenir un indice par fonction de consommation, tel que celui figurant au tableau 23, ligne 8313 T, "

17 repas dans un restaurant scolaire ou universitaire ", du bulletin mensuel de statistique. Il paraît en outre utile de fixer clairement la date de l'indice retenu : celui applicable au 1er janvier ou celui connu au 1er janvier. * Qu'il s'agisse de la quantification contractuelle de toutes les prestations, de l'établissement d'une comptabilité analytique et d'un compte d'exploitation, et de la prise en charge de déficits éventuels, une nouvelle base contractuelle devrait être introduite par avenant dans la convention initiale, comme l'établissement a manifesté l'intention de le faire en ce qui concerne la clause de mise à jour tarifaire en ce qui concerne l'assujettissement des prestations vendues à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) Les tarifs de vente de repas à la ville sont explicitement réputés livrés " TTC ". Toutefois, l'établissement avait indiqué : que cette mention n'avait pas de portée particulière, puisque les services fiscaux auraient assuré au trésorier de l'établissement que les prestations de l'espèce n'étaient pas assujettissables à la TVA. ; qu'en tout cas le montant de la TVA n'avait pas été intégré dans les tarifs TTC conventionnels. Pour sa part, et compte tenu de votre réponse, la chambre croit nécessaire de développer la position suivante :

18 Les hôpitaux publics sont placés hors du champ d'application de la TVA en vertu des dispositions de l'article 256 B alinéa 1 du code général des impôts qui dispose que " les personnes morales de droit public ne sont pas assujetties à la taxe ajoutée pour l'activité de leurs services administratifs, sociaux, éducatifs, culturels et sportifs, lorsque leur non-assujettissement n'entraîne pas de distorsions dans les conditions de concurrence ". Cependant, lorsqu'ils servent des repas à des tiers non hospitalisés ou non accompagnant, les hôpitaux publics se livrent à des opérations étrangères à leur activité d'établissement de soins. Aussi, les ventes à consommer sur place fournies à ce titre constituent des prestations de services de nature commerciale imposables en principe au taux normal de la TVA. Lorsque comme au cas d'espèce, elles sont fournies à des cantines scolaires gérées par une collectivité locale, elles peuvent bénéficier du taux réduit à condition : - qu'un contrat écrit lie le fournisseur des repas avec la collectivité locale ; - que le service des repas soit réservé aux seuls élèves ; - que les repas soient servis dans les locaux de l'établissement, partie au contrat, par le personnel du fournisseur

19 extérieur ; - que le prix des repas soit sensiblement inférieur à celui pratiqué par les restaurants similaires ouverts au public (article 85 bis annexe III du code générale des impôts). Il appartient à l'établissement de se rapprocher de la direction des services fiscaux en vue de connaître clairement le régime d'assujettissement qui s'applique à lui, et d'instaurer rapidement une facturation effective " toutes taxes comprises " Des prestations de service d'un établissement public en faveur d'une collectivité publique qui n'auraient sans doute pas dû ignorer une mise en concurrence Certes le problème de l'appel à la concurrence intéresse au premier chef la ville de QUIMPERLE, mais il ne doit pas laisser indifférent l'établissement public cocontractant. La chambre observe en premier lieu qu'en matière de restauration collective, l'initiative privée n'est pas défaillante (au reste, la ville avait d'abord consulté des sociétés privées). En second lieu, la directive communautaire " services " n 92/50 (du 18 juin 1992) indique clairement que les prestations de services entre organismes publics n'échappent pas à la mise en concurrence. Même s'il n'a pas encore été transposé en droit français, ce texte paraît

20 d'application immédiate (12). Le régime conventionnel exclusif qui a été choisi serait donc susceptible d'être mis en cause par des tiers. L'enjeu d'une mise en compétition n'est pas négligeable puisque le montant prévisionnel des recettes attendues par l'hôpital sur dix ans atteint le chiffre de l'ordre de 29,31 MF (base prévisionnelle 1996). Il apparaît en définitive que l'établissement serait bien inspiré en procédant, en liaison avec la ville de QUIMPERLE, à la mise au point d'un avenant à la convention du 2 juillet (1) Combinaison des articles L et L du code de la santé publique. (2) Article L du code de la santé publique. (3) Article R du code de la santé publique. (4) Définition de l'autofinancement net. (5) Article L du code de la santé publique. (6) Article R du code de la santé publique. (7) Circulaire ministérielle DH-AF3-92 du 27 février 1992, paragraphe 3-2. (8) Article R du code de la santé publique. (9) Article R renvoyant à l'article R du code de la

21 santé publique. (10) Article R , dernier alinéa, du code de la santé publique. (11) Ordonnance n du 30 décembre 1958, article (12) Décision de la Cour de Justice des Communautés Européennes, 20 septembre 1988, " BENTJES ". Décision du tribunal administratif de Strasbourg du 23 mai 1997, " Communes du Piedmont de BARR " #Voir Tableau 4#

22

23

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en cinq pages jointes à la présente lettre de transmission.

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en cinq pages jointes à la présente lettre de transmission. Par lettre du 2 mars 2001, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion des exercices 1994 et suivants de votre établissement, conformément

Plus en détail

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a

les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la observations provisoires par vous-même le 19 novembre 1997, la chambre a Monsieur PERRACHON Liquidateur de la Société d'aménagement du Morbihan 10, rue Saint-Tropez Boite postale 55 56002 VANNES CEDEX Par lettre du 17 septembre 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ

II - LA TRANSACTION CONCLUE AVEC LA BANQUE DU CREDIT MUTUEL POUR L'ENTREPRISE AU TITRE DE LA GARANTIE OCCAJ Madame le Maire de DOUARNENEZ Mairie 29100 DOUARNENEZ Par lettre du 24 février 1998, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre

Plus en détail

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003.

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE HAUTE-NORMANDIE RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES DU 31 MARS 2004 SUR LA GESTION DE L'HOPITAL LOCAL DE BRETEUIL-SUR-ITON (Exercices 1997 et suivants) I - RAPPEL DE LA

Plus en détail

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001.

Les observations provisoires retenues par la Chambre vous ont été communiquées par lettre du 5 juin 2001. Monsieur le Maire, Dans le cadre d'une enquête nationale interjuridictions portant sur les relations entre les collectivités publiques et les casinos, la Chambre régionale des comptes de Picardie a examiné

Plus en détail

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission.

Les observations retenues à titre définitif sont détaillées en neuf pages jointes à cette lettre de transmission. Par lettre du 18 septembre 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes sur la gestion de votre commune, conformément à la procédure contradictoire

Plus en détail

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire,

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Chambre régionale des comptes de Bourgogne EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Par lettre en date du 8 février 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre

Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre Madame la Présidente de la Chambre régionale des comptes du Centre à Monsieur Philippe VITU Directeur de la maison de retraite de Villeloin-Coulange " Les Baraquins " 36, rue des Loges 37450 VILLELOIN-COULANGE

Plus en détail

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières.

Il est accompagné de la réponse reçue à la Chambre dans le délai prévu par l'article L. 241-11, alinéa 4, du Code des juridictions financières. Le Président N /G/150/06-0655 E NOISIEL, le 30 mai 2006 N 06-0210 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations définitives

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Monsieur Patrick PROVOST Président du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Hôtel de Ville 73130 SAINT FRANCOIS LONGCHAMP Monsieur le Président, Par lettre en date du 1er octobre 1998, j'ai porté

Plus en détail

INSTITUT DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE. Examen de la gestion. Exercices 1991 à 2000 OBSERVATIONS DEFINITIVES

INSTITUT DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE. Examen de la gestion. Exercices 1991 à 2000 OBSERVATIONS DEFINITIVES INSTITUT DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE Examen de la gestion Exercices 1991 à 2000 OBSERVATIONS DEFINITIVES O. Introduction - Les étapes du contrôle L'examen de la gestion de l'institut de la Communication

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Fiche technique 5 LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Références : Articles L. 6133-1 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-1 et suivants du CSP. La détermination des

Plus en détail

Ces observations sont également adressées par courrier de ce jour à Monsieur FLOHR, ancien maire de la commune pour la gestion qui le concerne.

Ces observations sont également adressées par courrier de ce jour à Monsieur FLOHR, ancien maire de la commune pour la gestion qui le concerne. Monsieur le Maire, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le 4 novembre 2005 par la Chambre territoriale des comptes sur la gestion de la commune

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

L'objet de la présente lettre porte sur la mise en ouvre du contrôle interne et la gestion des services d'eau et d'assainissement.

L'objet de la présente lettre porte sur la mise en ouvre du contrôle interne et la gestion des services d'eau et d'assainissement. M. Jean-Claude WEISS Maire de Notre-Dame-de-Gravenchon Hôtel de ville Place d'isny BP 29 76330 Notre-Dame-de-Gravenchon Monsieur le Maire, En application de l'article L. 211-8 du code des juridictions

Plus en détail

TVA et cantines administratives et scolaires

TVA et cantines administratives et scolaires TVA et cantines administratives et scolaires Depuis une décision rendue par le Conseil d'etat le 27 mars 2001 1, la fourniture des repas au personnel de collectivités locales par les gestionnaires des

Plus en détail

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens.

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. Publication au JORF du 24 septembre 1959 Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959 le Premier ministre, Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. version consolidée au 27 décembre

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS ", que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS , que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du N/Réf. : GO835701 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de l'association " Comité des fêtes de PAMIERS ",

Plus en détail

FOURNITURE DE REPAS POUR LE SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE MUNICIPALE

FOURNITURE DE REPAS POUR LE SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE MUNICIPALE GROUPEMENT DE COMMUNES FERRIÈRE-SUR-BEAULIEU ET BEAULIEU-LÈS-LOCHES FOURNITURE DE REPAS POUR LE SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE MUNICIPALE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

Épreuve n 4 : droit fiscal

Épreuve n 4 : droit fiscal Épreuve n 4 : droit fiscal Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire d un ou plusieurs documents et/ou une ou plusieurs questions. Durée

Plus en détail

Réf. : FO801401. Monsieur le Maire,

Réf. : FO801401. Monsieur le Maire, Réf. : FO801401 Monsieur le Maire, Vous voudrez bien trouver ci-joint le texte des observations relatives à l'association " Service social du personnel territorial et assimilé de la ville de TOULOUSE "

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES concernant le Comité d'action pour le Progrès Economique et Social Haut-Rhinois (C.A.H.R) Exercice 1994 à 1997 1. Les comptes et la situation

Plus en détail

Le président. bm/er/n 05-1060/gr. Strasbourg, le 20 octobre 2005. Recommandé avec A.R

Le président. bm/er/n 05-1060/gr. Strasbourg, le 20 octobre 2005. Recommandé avec A.R Le président bm/er/n 05-1060/gr Strasbourg, le 20 octobre 2005 Recommandé avec A.R Objet : Notification du rapport d observations définitives relatif à l examen de la gestion de la maison de retraite médicalisée

Plus en détail

Objet : Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la société d'économie mixte de Mézières-en-Brenne

Objet : Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la société d'économie mixte de Mézières-en-Brenne Objet : Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la société d'économie mixte de Mézières-en-Brenne Monsieur le Président En application des articles L. 211-4 et L.

Plus en détail

DATE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : Vendredi 17 mai 2013 avant 12H00

DATE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : Vendredi 17 mai 2013 avant 12H00 MARCHE PUBLIC DE SERVICES MARCHE EN PROCEDURE ADAPTEE Maître d ouvrage : Ville de La Péronne en Mélantois Rue du Marais 59273 PERONNE EN MELANTOIS Objet de la consultation : Restauration - Cahier des Clauses

Plus en détail

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire.

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire. Fiche 41 otions clés sur les documents budgétaires Deux sortes de documents peuvent être distingués : d une part, ceux qui prévoient et autorisent, ce sont les budgets au sens strict et d autre part, les

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002 La Présidente PP/PC à Monsieur le Président du Syndicat Intercommunal du collège de La Monnerie-le-Montel Hôtel de ville 63650

Plus en détail

Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions médicales et des personnels médicaux hospitaliers Bureau

Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions médicales et des personnels médicaux hospitaliers Bureau Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions médicales et des personnels médicaux hospitaliers Bureau M 3 Circulaire DHOS/M 3 n 2001-610 du 12 décembre 2001

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 4 décembre 2006 Références à rappeler : JP/ROD II 033002529 Monsieur le Maire, Par lettre du 21 mars 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR FOURNITURES PLOMBERIE-ROBINETTERIE-SANITAIRE

CAHIER DES CHARGES POUR FOURNITURES PLOMBERIE-ROBINETTERIE-SANITAIRE Préambule : CAHIER DES CHARGES POUR FOURNITURES PLOMBERIE-ROBINETTERIE-SANITAIRE La procédure de consultation utilisée est une procédure adaptée en vertu de l article 28 du Code des Marchés Publics. Le

Plus en détail

EXPLICATION DE TEXTES.. La question du statut de PH

EXPLICATION DE TEXTES.. La question du statut de PH EXPLICATION DE TEXTES.. La question du statut de PH A propos des décrets publiés le 29 septembre 2010 Il y a le fond et il y a la forme : Le 11 Novembre 2010 - La forme d abord : disons le tout net, nous

Plus en détail

A Clermont-Ferrand, le 1er décembre 2003. La Présidente. Monsieur le Président du Centre. départemental de gestion. de la fonction publique du Cantal

A Clermont-Ferrand, le 1er décembre 2003. La Présidente. Monsieur le Président du Centre. départemental de gestion. de la fonction publique du Cantal A Clermont-Ferrand, le 1er décembre 2003 La Présidente à Monsieur le Président du Centre départemental de gestion de la fonction publique du Cantal Monsieur le Président, Le rapport d'observations arrêté

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Monsieur le Directeur général,

Monsieur le Directeur général, Objet : Observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion de l'office public d'aménagement et de construction de l'habitat drouais. Monsieur le Directeur général, En application

Plus en détail

Vote et Transmission des Documents Budgétaires

Vote et Transmission des Documents Budgétaires Annexe 3 Vote et Transmission des Documents Budgétaires Articles L 2312-1, L 1612-2, L 2121-7, L 2121-20, L 2121-23 du Code Général des Collectivités Territoriales Le Vote (art. L 2312-1, L 2121-17, L

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE Vu le code général des collectivités territoriales et notamment ses articles L.1431-1 à L. 1431-9

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par lettre du 20 octobre 2001, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale des comptes concernant la gestion du centre psychothérapique de

Plus en détail

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE ATKÈS DÉCLARATION D' URGENCE relatif à la généralisation

Plus en détail

Par lettre en date du 25 mars 1997, j'ai porté à votre connaissance les. observations provisoires de la Chambre régionale des comptes concernant

Par lettre en date du 25 mars 1997, j'ai porté à votre connaissance les. observations provisoires de la Chambre régionale des comptes concernant Monsieur Jean DENAIS Président du SIERTE Hôtel de Ville 74200 THONON-LES-BAINS Monsieur le Président, Par lettre en date du 25 mars 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223]

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223] Références du document 4G223 Date du document 25/06/98 SECTION 3 Entreprises utilisant une adresse dite de domiciliation Dans le cadre des mesures destinées à faciliter la création des entreprises, la

Plus en détail

En matière de TVA, ces activités sont de celles qui, étant mentionnées au deuxième alinéa de l article 256 B du CGI, sont imposables de plein droit

En matière de TVA, ces activités sont de celles qui, étant mentionnées au deuxième alinéa de l article 256 B du CGI, sont imposables de plein droit Les collectivités locales ou leurs établissements publics peuvent être amenés à effectuer des opérations de production et de distribution d énergie (électrique, gazière ou thermique notamment) pour répondre

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI Loi n 15/AN/98/4 ème L portant organisation du Ministère de l'économie, des Finances et de la Planification, Chargé de la Privatisation. L'ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Réf. : DO213401. Monsieur le président,

Réf. : DO213401. Monsieur le président, Réf. : DO213401 Monsieur le président, Conformément aux dispositions de l'article L. 241-11 du code des juridictions financières, je vous transmets le rapport d'observations définitives notifié au président

Plus en détail

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du :

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Commune d Esneux Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Aides déjà octroyées sur l exercice : oui / non FORMULAIRE A REMPLIR POUR LA DEMANDE DE MISE A DISPOSITION GRATUITE

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.

VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A. VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) (le présent cahier des clauses administratives contient 10 pages dont

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 19 novembre 2007 Le Président Références à rappeler : DC/CB/ROD-II/ 024 045 997 Monsieur le Directeur, Par lettre du 3 août 2006, vous avez été informé

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 22 février 2007 CONFIDENTIEL Références à rappeler : FN/RODII/CMA 24 Monsieur le Président, En application des dispositions des articles L. 111-9,

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 24 avril 2007 Références à rappeler : JP/CB/RODII/040023999 Monsieur le Président, Par lettre du 27 novembre 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

Avenant Numéro 6 de la convention des Médecins Généralistes

Avenant Numéro 6 de la convention des Médecins Généralistes Avenant Numéro 6 de la convention des Médecins Généralistes "suivi et contrôle des engagements du médecin référent" Imprimer cette page L'organisation syndicale représentative des médecins généralistes

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

CIRCULAIRE N 362 DU 24 Mai 1967

CIRCULAIRE N 362 DU 24 Mai 1967 CIRCULAIRE N 362 DU 24 Mai 1967 Prise en application de I'arrêté du 24 mars 1967 modifiant les conditions d'attribution de la prime de service aux personnels de certains établissements d'hospitalisation,

Plus en détail

Audit citoyen de son hôpital public

Audit citoyen de son hôpital public Audit citoyen de son hôpital public Patrick Saurin Auditer la dette de son hôpital public grâce à ses représentants salariés et au droit à l information Les établissements publics de santé sont dotés d

Plus en détail

FAQ n 10 : Curateurs et TVA

FAQ n 10 : Curateurs et TVA FAQ n 10 : Curateurs et TVA Cette FAQ n 10 vise à regrouper les règles spécifiques en matière de TVA qui concernent les curateurs de faillites telles qu elles ont été précisées dans la circulaire du 20

Plus en détail

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993).

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Vu la Constitution, notamment son article 101 ; Après examen par le conseil des ministres réuni le

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ

MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ Recommandation n 8 relative aux appels de fonds que le syndic peut exiger des copropriétaires Le 7 janvier 2008 LA COMMISSION, Vu les articles

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président Monsieur Jean-Jacques BERTHOD Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES Monsieur le Président Par lettre en date du 7 août 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la

Plus en détail

MOTS CLES : ACTION SOCIALE / ACTION IMMOBILIERE / FINANCEMENT CONSTRUCTION /

MOTS CLES : ACTION SOCIALE / ACTION IMMOBILIERE / FINANCEMENT CONSTRUCTION / Direction nationale de l action sociale Département Développement et Pilotage de l action sociale direction-nationale-action-sociale@cnav.fr Document consultable dans la base commune retraite de DORIS.

Plus en détail

Les mécanismes de financement, le cadre comptable et financier des établissements de santé

Les mécanismes de financement, le cadre comptable et financier des établissements de santé Les mécanismes de financement, le cadre comptable et financier des établissements de santé Alain Tessier Mars 2015 A partir de 2004 les établissements de santé publics et privés ont mis en œuvre un nouveau

Plus en détail

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage L Agence française de lutte contre le dopage, Vu la loi n 2006-405 du 5 avril

Plus en détail

Quels sont les régimes fiscaux et juridiques possibles pour les particuliers producteurs d énergie? Installations de puissance supérieure à 3 kwc

Quels sont les régimes fiscaux et juridiques possibles pour les particuliers producteurs d énergie? Installations de puissance supérieure à 3 kwc Quels sont les régimes fiscaux et juridiques possibles pour les particuliers producteurs d énergie? Installations de puissance supérieure à 3 kwc Mise à jour : Version n 1 - Date : Janvier 2012 Table des

Plus en détail

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts.

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts. STATUTS VERSION 2014 I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 L Association des Commerçants de Collonge-Bellerive et Vésenaz (ci-après l'association) est une association de droit suisse au sens des articles

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

Accusé de réception - Ministère de l'intérieur

Accusé de réception - Ministère de l'intérieur Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 029-242900694-20130221-2013-016ccpq-DE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE Accusé QUIMPERLE certifié exécutoire Réception par le préfet : 25/02/2013 Publication

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION INVESTISSEMENT

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION INVESTISSEMENT Direction régionale des affaires culturelles de Guyane 95, avenue de Gaulle B.P. 11 97321 CAYENNE CEDEX Téléphone : 05.94.25.54.00 Télécopie : 05.94.25.54.10 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION INVESTISSEMENT

Plus en détail

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ;

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ; Par courrier en date du 24 janvier 2006, je vous ai adressé le rapport d'observations définitives arrêté par la chambre dont il a été accusé réception le 25 janvier 2006. En application de l'article L.

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA/Procédure de taxation et Obligations Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014 Exigibilité

Plus en détail

MODALITÉS ADMINISTRATIVES RELATIVES AUX CONDITIONS ET MODALITÉS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE L'ORDRE DES COMPTABLES AGRÉÉS DU QUÉBEC

MODALITÉS ADMINISTRATIVES RELATIVES AUX CONDITIONS ET MODALITÉS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE L'ORDRE DES COMPTABLES AGRÉÉS DU QUÉBEC MODALITÉS ADMINISTRATIVES RELATIVES AUX CONDITIONS ET MODALITÉS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE L'ORDRE DES COMPTABLES AGRÉÉS DU QUÉBEC (version révisée août 2011) 1. Les termes suivants signifient : Section

Plus en détail

N 128 SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. portant réforme du code de la mutualité. Le Sénat a modifié, en première lecture, le projet

N 128 SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. portant réforme du code de la mutualité. Le Sénat a modifié, en première lecture, le projet PROJET DE LOI adopté le 19 juin 1985 N 128 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT portant réforme du code de la mutualité. Le Sénat a modifié, en première lecture,

Plus en détail

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique La présente circulaire porte sur les contrats qui suivent : 1. Marchés publics Au sens de l article 1 er du code des marchés publics

Plus en détail

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION du COMPTE FINANCIER 2014 Conseil d administration du 27 MARS 2015 . SOMMAIRE Pages Exécution du budget 2014 1 Comparaison budget / compte financier 2 Produits 2014

Plus en détail

N 123 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986. Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1985. PROPOSITION DE LOI

N 123 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986. Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1985. PROPOSITION DE LOI N 123 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1985. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE EN DEUXIÈME LECTURE,

Plus en détail

CONVENTION SUR LA RECONDUCTION D'UNE CONSULTATION DE MEDECINE GENERALE LIBERALE A L'HOPITAL NORD II A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT :

CONVENTION SUR LA RECONDUCTION D'UNE CONSULTATION DE MEDECINE GENERALE LIBERALE A L'HOPITAL NORD II A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : CONVENTION SUR LA RECONDUCTION D'UNE CONSULTATION DE MEDECINE GENERALE LIBERALE A L'HOPITAL NORD ENTRE : L'ETAT, représenté par le Préfet des Bouches du Rhône Le Département des Bouches du Rhône représenté

Plus en détail

Vu la loi constituante n 2011-6 du 16 décembre 2011, portant organisation provisoire des autorités publiques,

Vu la loi constituante n 2011-6 du 16 décembre 2011, portant organisation provisoire des autorités publiques, Décret n 2012-753 du 2 juillet 2012, fixant l'organisation administrative et financière et les modalités de fonctionnement du centre national du cinéma et de l'image. Le chef du gouvernement, Sur proposition

Plus en détail

3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Séance du 26 juin 2012 AVIS

3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Séance du 26 juin 2012 AVIS CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Articles L 1612-4 et 5 du code général des

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-Direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé Bureau des systèmes d information

Plus en détail

P R E M I E R A V I S

P R E M I E R A V I S Formation : Chambre Rapport n 2006-0056 Séance du 8 juin 2006 RECOMMANDE AVEC A.R. SYNDICAT MIXTE DU PAYS THOUARSAIS (N 079 041 977) CONTROLE BUDGETAIRE Article L.1612-15 du code général des collectivités

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 ÉPREUVE N 4 DROIT FISCAL DURÉE DE L'ENSEIGNEMENT (à titre indicatif) : 150 heures 12 crédits européens 1. Introduction générale

Plus en détail

Préfecture d'ille-et-vilaine

Préfecture d'ille-et-vilaine Préfecture d'ille-et-vilaine - MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICE - CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Prestations de location et de maintenance d appareils multifonctions pour les services

Plus en détail

Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel

Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel La qualité de loueur en meublé professionnel est reconnue aux personnes louant des logements meublés, anciens

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Monsieur le Président, Le rapport d'observations définitives sur la gestion du centre de gestion de la fonction publique territoriale des Deux-Sèvres, arrêté par la Chambre régionale des comptes le 12

Plus en détail

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : DCh/ROD II/047090994 Bordeaux, le 20 Mai 2008 Monsieur le Président, Par lettre du 14 juin 2006, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d'aquitaine

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail