Oracle. SQL 3 - Objet - XML. Auteur : Clotilde Attouche. Version 1.1. Du 6 Mars 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Oracle. SQL 3 - Objet - XML. www.tellora.fr. Auteur : Clotilde Attouche. Version 1.1. Du 6 Mars 2010"

Transcription

1 Oracle SQL 3 - Objet - XML Auteur : Clotilde Attouche Version 1.1 Du 6 Mars 2010

2 Sommaire 1 La base de données Oracle 11g La documentation Les Outils d accés à la base L outil isql*plus L outil SQL*Plus Environnement de travail Le prompt SQL*Plus Quelques commandes SQL*Plus Générer un fichier résultat appelé «spool» Déclarer un éditeur Utilisation de paramètres Le dictionnaire de données Le langage SQL Notion de schema Rêgles de nommage L extension objet gérée par Oracle Le concept objet De UML à SQL Evolution de l objet à SQL Les associations de cardinalités Les associations de cardinalités 1-n Les associations de cardinalités n-n Les associations de cardinalités n-aire Les associations reflexives Les classes-associations Les associations d héritage Gestion des types objets dans oracle Remarques concernant les collections Les tables imbriquées Les types VARRAY et VARYING ARRAY Les types objet Les attributs l OID Les méthodes Modifier un type utilisé Héritage Page 2/66

3 10 Les procédures externes Les fonctions d agrégat Le XML Les méthodes du XML Manipuler les données d une colonne de type XML Extraire les données Génération de XML dans les requêtes Agréger les documents XML Paramètres de formatage pour SYS_XMLGEN et SYS_XMLAGG Création d un document à partir d une requête Page 3/66

4 1 La base de données Oracle 11g Oracle Database 11g représente la nouvelle génération de la gestion des informations en entreprise, qui permet de faire face aux exigences qu'imposent la croissance rapide des volumes de données, l'évolution constante de l'environnement et la nécessité de fournir une qualité de service maximale tout en réduisant et en contrôlant les coûts informatiques. Oracle Database 11g reste centré sur le grid computing : il permet de constituer des matrices de serveurs et de systèmes de stockage économiques capables de traiter les données de façon rapide, fiable et évolutive, en supportant les environnements les plus exigeants, qu'il s'agisse de datawarehouse, de transactionnel ou de gestion de contenus. Oracle Database 11g intègre de multiples nouveautés et améliorations. Ainsi, Oracle 11g offre une performance améliorée du stockage sur fichiers, des fonctionnalités renforcées pour la sécurité, d'importantes améliorations de performances pour Oracle XML DB, et des fonctions nouvelles pour l'olap et le datawarehouse. Oracle 11g multiplie les outils de gestion et introduits de nouvelles fonctionnalités d'auto gestion et d'automatisation. Automatic SQL, Partitioning Advisor ou Support Workbench accompagnent les administrateurs pour améliorer les performances et les informer le plus rapidement possible des incidents. Ainsi -- Oracle Flashback Transaction permet de revenir plus facilement sur une erreur de transaction et des dépendances. Parallel Backup and Restore augmente les performances des sauvegardes sur les grosses bases. -- Hot Patching permet d'appliquer les mises à jour sans arrêter les bases. -- Data Recovery Advisor accompagne les administrateurs pour déterminer intelligemment les plans de secours. -- Oracle Fast Files adopte un comportement proche des systèmes de fichiers (file systems), ce qui est un gage de performances avec les LOBs (Large Objects) ou des fichiers contenant du texte, des images, ou des données XML, objets tridimensionnels, etc. -- Oracle XML DB permet de stockées et manipulées nativement les données XML. Le langage XML se révèle lourd, et avec cette approche Oracle 11g limite la dégradation de ses performances. De même la base supporte les interfaces standard XQuery, Java Specification Requests (JSR)-170 et SQL/XML. -- Oracle Transparent Data Encryption permet de crypter les données des tables, des index ou encore les données stockées de type LOB. -- Cubes OLAP, apporte des fonctionnalités de datawarehouse (fermes de données), Oracle 11g embarque les cubes OLAP pour visualiser les informations stockées, ce qui autorise le développement de requêtes au format SQL. -- Continuous Query Notification notifie immédiatement les changements apportés dans la base. -- avec Query Result Caches, requêtes et fonctionnalité de la base ou d'applications tierces sont placées en cache afin de les accélérer ou de les réutiliser. -- Database Resident Connection Pooling est destiné aux applications qui ne sont pas multithreadées (ou les développeurs qui ne maîtrisent pas cette technologie parallèle), en particulier pour les systèmes web, Oracle 11g permet de créer des 'pool' de connexions. Page 4/66

5 Les différents produits d Oracle sont proposés en trois gammes : Enterprise Edition - La gamme pour les grosses applications critiques de l entreprise. Standard Edition - La gamme pour les applications des groupes de travail ou des départements de l entreprise, elle est destinée à des serveurs possédant 4 processeurs. Standard Edition ONE - la gamme destinée à un bi-processeur. Personal Edition - La gamme pour l utilisateur indépendant (développeur, consultant, ), elle utilise un noyau Enterprise Edition. Les composants développés par Oracle pour le Grid Computing sont : Real Application cluster (RAC) : Supporte l exécution d Oracle sur un cluster d ordinateurs qui utilisent un logiciel de cluster indépendant de la plate forme assurant la transparence de l interconnexion. Automatic Storage Management (ASM) : Regroupe des disques de fabricants différents dans des groupes disponibles pour toute la grille. ASM simplifie l administration car au lieu de devoir gérer de nombreux fichiers de bases de données, on ne gère que quelques groupes de disques. Oracle Ressource Manager : Permet de contrôler l allocation des ressources des nœuds de la grille Oracle Scheduler : contrôle la distribution des jobs aux nœuds de la grille qui disposent de ressources non utilisées. Oracle Streams : Transfère des données entre les nœuds de la grille tout en assurant la synchronisation des copies. Représente la meilleure méthode de réplication. Quatre nouvelles options offrent des possibilités exclusives de gestion des données pour Oracle Database 11g Enterprise Edition : Oracle Real Application Testing Oracle Advanced Compression Oracle Total Recall Oracle Active Data Guard Oracle Real Application Testing aide ces clients à réduire les délais, les risques et les coûts de test de ces modifications de leur environnement informatique, de façon contrôlée et économique. Outil de tests et de gestion des changements, cet outil est bienvenu là où les infrastructures et environnements sont plus que jamais multiples. Oracle Advanced Compression intègre de nouveaux mécanismes de compression applicables à tous les types de données permettant d'atteindre des taux de compression de 2x ou 3x, et parfois plus. Associé à de nouveaux mécanismes de partitionnement, Oracle Advanced Compression permet de déployer dans la base de données des stratégies de gestion du cycle de vie des informations, sans avoir à modifier les applications, afin de réduire encore plus les besoins de stockage. Oracle Total Recall permet de conserver et de retrouver les historiques des données modifiées, mais aussi d'en simplifier l'accès.les administrateurs peuvent intervenir plus tôt dans les processus, ce qui apporte une nouvelle dimension de temps dans la gestion des données, comme le tracking (suivi, en temps réel des flux d'informations), les audits ou le respect des règles. Oracle DATA GUARD porte la protection des données jusqu'aux risques de défaillances des systèmes et de désastres. L'application permet simultanément d'écrire et récupérer les données Page 5/66

6 d'une base de données, ce qui augmente les performances et apporte une solution économique de 'Disaster Recovery'. Oracle Active Data Guard peut être employé pour améliorer la performance des bases de données de production en transférant vers une base de données physique secondaire des opérations requérrant beaucoup de ressources, telles que certaines requêtes ou les sauvegardes. Cette solution améliore fortement le retour sur investissement pour une base de données physique de secours, car celle-ci peut être utilisée à la fois pour la protection en cas de panne générale et pour l'amélioration de la qualité de service de l'environnement de production. Notion de Grid Computing La base de données intègre la notion de Grid Computing (réseau distribué d ordinateurs hétérogènes en grille). Le but du Grid est de créer des pools de ressources : de stockage de serveurs Le Grid Computing autorise un accès transparent et évolutif (en termes de capacité de traitement et de stockage) à un réseau distribué d ordinateurs hétérogènes. Oracle 11g permet à ces machines d intéropérer ; l ensemble étant considéré comme une seule ressource unifiée. Chaque ressource est vue comme un service. Il est possible de mettre en place des réseaux grille nationaux, voire mondiaux. Ainsi chaque nouveau système peut être rapidement mis à disposition à partir du pool de composants Exemple d application en Grid Computing Les deux applications présentées ci-dessous, Facturation et Comptabilité se partagent des ressources de deux serveurs. Chacune peut être hébergée sur n importe lequel d entre eux et les fichiers de base de données peuvent se trouver sur n importe quel disque. Page 6/66

7 La nouvelle fonctionnalité Automatic Storage Management (ASM) permet à la base de données de gérer directement les disques bruts, elle élimine le besoin pour un gestionnaire de fichier de gérer à la fois des fichiers de données et des fichiers de journaux. L ASM répartit automatiquement toutes les données de bases de données entre tous les disques, délivrant le débit le plus élevé sans aucun coût de gestion. Au fur et à mesure de l ajout et de l abandon de disques, l ASM actualise automatiquement la répartition des données. Pour utiliser ASM vous devez démarrer une instance appelée «ASM instance» qui doit être démarrée avant de démarrer l instance de votre propre base de données. Les instances ASM ne montent pas de base de données (ensemble de fichiers constituant la base) mais gère les metadatas requises pour rendre les fichiers ASM disponibles à n importe quelle instance de base de données. Les deux, instance ASM et instance «ordinaire» ont accès au contenu des fichiers. Communicant avec l instance ASM seulement pour connaître le layout des fichiers utilisés. Page 7/66

8 Outils de développement Oracle offre l'accès à un choix d'outils et processus de développement, avec de nouvelles fonctionnalités comme Client Side Caching, Binary XML, un nouveau compilateur Java, l'intégration native avec Microsoft Visual Studio 2005 pour les applications.net, Oracle Application Express pour les outils de migration, ou encore SQL Developer pour coder rapidement les routines SQL et PL/SQL. Page 8/66

9 2 La documentation La documentation Oracle est également consultable à partir du serveur : La documentation Oracle est également consultable à partir du serveur : Page 9/66

10 3 Les Outils d accés à la base Trois outils sont présents pour accéder à une base de données Oracle isql*plus, peut être utilisé en application indépendante ou connecté à un référentiel Oracle Management Server (OMS) SQL*Plus (sqlplus), interface d accés à la base de données en mode commande Oracle Enterprise Manager (OEM), appelé Grid Control ou Database Control. o o Database control est créé à la création d une base oracle et ne permet d administrer graphiquement que cette base de données Grid control est un outil qui permet d administrer une ferme de bases de données (oracle ou non oracle). 1.1 L outil isql*plus Outil Internet d accès à une base de données Oracle, permettant d écrire des requètes SQL (d une façon plus ou moins graphique). Par défaut, seule la connexion en tant qu utilisateur «normal» (non SYSDBA ou SYSOPER) est autorisée. Par contre, la connexion en tant qu utilisateur SYSDBA ou SYSOPER est protégée par une authentification au niveau du serveur HTTP Page 10/66

11 Pour l autoriser, il faut au choix : Ajouter des entrées (utilisateur / mot de passe) à l aide de l utilitaire htpasswd dans un fichier d authentification du serveur HTTP (défini par défaut dans le fichier de configuration isqlplus.conf à : ORACLE_HOME\sqlplus\admin\iplusdba.pw Désactiver l authentification du serveur HTTP pour ce type de connexion (directive <Location /isqlplusdba> dans le fichier de configuration isqlplus.conf) Lors d une connexion SYSDBA ou SYSOPER, l URL est modifiée en : 1.2 L outil SQL*Plus Outil ligne de commande nommé SQLPLUS. SQLPLUS [ connexion ] [argument [, ]] ] Il permet de saisir et d exécuter des ordres SQL ou du code PL/SQL et dispose en plus d un certain nombre de commandes. -- sans connexion C:\> SQLPLUS /NOLOG -- avec connexion C:\> SQLPLUS -- avec connexion et lancement d un script sur la ligne de commande C:\> -- sous dos set ORACLE_SID=TAHITI -- connection sans fichier de mot de passe SQL> connect /as sysdba ConnectÚ. SQL> show user USER est "SYS" -- sous unix Export ORACLE_SID=TAHITI -- Connexion avec un fichier de mots de passe SQL> connect sys/secret as sysdba ConnectÚ. SQL> show user USER est "SYS" SQL> Page 11/66

12 1.2.1 Environnement de travail SQL*PLUS est avant tout un interpréteur de commandes SQL. Il est également fortement interfacé avec le système d'exploitation. Par exemple, sous UNIX, on pourra lancer des commandes UNIX sans quitter sa session SQL*PLUS. Un SGBDR est une application qui fonctionne sur un système d exploitation donné. Par conséquent, il faut se connecter au système avant d ouvrir une session ORACLE. Cette connexion peut être implicite ou explicite. Pour lancer SQL Plus sans se connecter à une base de données utilisez la commande : C:\> sqlplus /nolog Pour démarrer une session SQL Plus sous dos il suffit de se mettre en commande DOS puis d exécuter la commande SQL PLUS. -- avec connexion C:\> SQLPLUS SQL> show user USER est "charly" SQL> Page 12/66

13 Nous avons installé au préalable les couches clients ORACLE sur le Poste Client. Cette installation est simple, il suffit de renseigner les modules à installer et le protocole TCP/IP à utiliser (il peut y en avoir plusieurs sur une même machine). Depuis le groupe ORACLE, double cliquer sur l icône SQL*Plus... La boîte de dialogue suivante permet de saisir un compte et un mot de passe ORACLE... Le nom de la «Chaîne hôte» correspond au nom du service Oracle Net de la base de donnée à laquelle l utilisateur veut se connecter. Celle ci se trouve le plus souvent sur un serveur distant. La session SQL*PLUS est ouverte... Pour se positionner dans le répertoire courant il suffit d effectuer la manipulation suivante : Fichier Ouvrir (jusqu à se que l on voit le contenu du répertoire de travail dans la boîte de dialogue) OK pour sortir de la boîte de dialogue Oracle mémorise le chemin du répertoire affiché. Page 13/66

14 1.2.2 Le prompt SQL*Plus Une fois une session SQL*PLUS débutée l utilisateur peut travailler en interactif ou non. Dans le premier cas il saisira ses commandes sous le prompt SQL et devra les terminer par le caractère «;» pour lancer l interprétation. Dans le second cas, il construit ses scripts (avec l extension «.sql») et les lance sous le prompt SQL en les faisant précéder de start Une session SQL*PLUS se termine par la commande exit. La transaction en cours est alors validée. Une requête peut s écrire sur plusieurs lignes. A chaque retour chariot l interpréteur incrémente le numéro de ligne jusqu au «;» final qui marque la fin de la saisie. SQL> select * 2 from 3 avion; ID_AVION NOM_AVION Caravelle 2 Boeing 3 Planeur 4 A_Caravelle_2 Un script se lance par la commande start nom_script nom_script... SQL> start all_avion; ID_AVION NOM_AVION Caravelle 2 Boeing 3 Planeur 4 A_Caravelle_2 L éditeur par défaut avec lequel s interface SQL*PLUS est le «Bloc Notes» (c:\windows\notepad.exe). Les principes précédents restent les mêmes. SQL*Plus est un outil composé de commandes de mise en forme et d affichage A ne pas confondre avec des commandes SQL. Page 14/66

15 1.2.3 Quelques commandes SQL*Plus COL ADRESSE FORMAT A20, formater l affichage d une colonne ADRESSE sur 20 caractères COL PRIXUNIT FORMAT 99.99, formater l affichage d une colonne PRIXUNIT CLEAR COL, ré-initialiser la taille des colonnes par défaut SET LINESIZE 100, reformater la taille de la ligne à 100 caractères SET PAUSE ON, afficher un résultat page par page SHOW USER, visualiser le user sous lequel on est connecté CONNECT, se connecter à l instance permet de changer de session utilisateur CLEAR SCREEN, ré-initialiser l écran SET SQLPROMPT TEST>, afficher le prompt SQL en : TEST> DESC Nom_Table, afficher la structure d une table ou d une nom_ficher, permet d exécuter le contenu d un fichier sql /, ré-active la dernière commande SET ECHO ON/OFF, affiche ou non le texte de la requête ou de la commande à exécuter SAVE nom_ficher [append create replace], permet de sauvegarder le contenu du buffer courant dans un fichier «.sql». TIMING ON OFF, provoque l affichage d informations sur le temps écoulé, le nombre d E/S après chaque requête TI ON OFF, provoque l affichage de l heure avec l invite TERM [ON OFF], supprime tout l affichage sur le terminal lors de l exécution d un fichier VER [ON OFF], provoque l affichage des lignes de commandes avant et après chaque substitution de paramètre. SQL }, spécifie le caractère «}» comme étant le caractère de continuation d une commande SQL*Plus. SUFFIX txt, spécifie l extension par défaut des fichiers de commande SQL*Plus Générer un fichier résultat appelé «spool» La commande SPOOL permet de générer un fichier résultat contenant toutes les commandes passées à l écran SPOOL NomFichier.txt, permet d activer un fichier de format texte dans lequel on retrouvera les commandes et résultas affichés dans SQL Plus. Page 15/66

16 SPOOL OFF, permet de désactiver le spool ouvert précédemment. SPOOL MonFichier.txt -- commandes SQL affichées -- commandes SQL affichées -- commandes SQL affichées Spool OFF Déclarer un éditeur Pour déclarer NotPad comme éditeur SQL*PLUS, et l extension «.txt» pour exécuter un script il suffit de saisir ces deux lignes de commandes : SET SUFFIX TXT DEFINE _EDITOR = NOTPAD Après avoir tapé ces 2 lignes de commandes taper : ED Pour afficher l éditeur NotPad. 1.3 Utilisation de paramètres L instruction ACCEPT permet de saisir des valeurs de paramètres (ce ne sont pas des variables et à ce titre ne nécessitent aucune déclaration). ACCEPT reference NUMBER PROMPT 'Entrez la référence d un avion: ' select * from avion where Id_avion=&reference; Entrez la référence d un avion: 1 ID_AVION NOM_AVION Caravelle Page 16/66

17 4 Le dictionnaire de données C est un ensemble de tables et de vues qui donne des informations sur le contenu d une base de données. Il contient : Les structures de stockage Les utilisateurs et leurs droits Les objets (tables, vues, index, procédures, fonctions, ) Le dictionnaire de données chargé en mémoire est utilisé par Oracle pour traiter les requêtes. Il appartient à l utilisateur SYS et est stocké dans le tablespace SYSTEM. Sauf exception, toutes les informations sont stockées en MAJUSCULE. Il contient plus de 866 vues. Il est créé lors de la création de la base de données, et mis à jour par Oracle lorsque des ordres DDL (Data Définition Langage) sont exécutés, par exemple CREATE, ALTER, DROP Il est accessible en lecture par des ordres SQL (SELECT) et est composé de deux grands groupes de tables/vues : Les tables et vues statiques Basées sur de vraies tables stockées dans le tablespace SYSTEM Accessible uniquement quand la base est ouverte «OPEN» Les tables et vues dynamiques de performance Sont en fait uniquement basées sur des informations en mémoire ou extraites du fichier de contrôle S interrogent néanmoins comme de vraies tables/vues Donnent des informations sur le fonctionnement de la base, notamment sur les performances (d où leur nom) Pour la plupart accessibles même lorsque la base n est pas complètement ouverte (MOUNT) Les vues statiques de performances sont stockées dans le fichier de contrôle, et disponibles à l ouverture de celui-ci (voir démarrage et arret d une base Oracle). Page 17/66

18 Les vues statiques sont constituées de 3 catégories caractérisées par leur préfixe : USER_* : Informations sur les objets qui appartiennent à l utilisateur ALL_* : Information sur les objets auxquels l utilisateur a accès (les siens et ceux sur lesquels il a reçu des droits) DBA_* : Information sur tous les objets de la base Derrière le préfixe, le reste du nom de la vue est représentatif de l information accessible. Les vues DICTIONARY et DICT_COLUMNS donnent la description de toutes les tables et vues du dictionnaire. Oracle propose des synonymes sur certaines vues : Synonyme cols dict ind obj seq syn tabs Vue correspondante User_tab_columns Dictionnary User_indexes User_objects User_sequences User_synonyms User_tables Les vues dynamiques de performance sont : Préfixées par «V$» Derrière le préfixe, le reste du nom de la vue est représentatif de l information accessible Décrites dans les vues DICTIONARY et DICT_COLUMNS Exemple de vues dynamiques V$INSTANCE V$DATABASE V$SGA V$DATABASE V$PARAMETER Page 18/66

19 5 Le langage SQL Le langage SQL (Structured Query Langage) s appuie sur les normes SQL ANSI en vigueur et est conforme à la norme SQL92 ou SQLV2 (ANSI X n, ISO Standard 9075, FIPS 127). Il a été développé dans le milieu des années 1970 par IBM (System R). En 1979 Oracle Corporation est le premier à commercialiser un SGBD/R comprenant une incrémentation de SQL. Oracle comme acteur significatif intègre ses propres extensions aux ordres SQL. Depuis l arrivée d internet et de l objet Oracle fait évoluer la base de données et lui donne une orientation objet, on parle SGBDR/O : System de Base de Données relationnel Objet. Les sous langages du SQL sont : LID : Langage d Interrogation des données, verbe SELECT LMD : Langage de Manipulation des Données, utilisé pour la mise à jour des données, verbes INSERT, UPDATE, DELETE, COMMIT, ROLLBACK LDD : Langage de définition des données, utilisé pour la définition et la manipulation d objets tels que les tables, les vues, les index, verbe CREATE, ALTER, DROP, RENAME, TRUNCATE LCD : Langage de Contrôle des Données, utilisé pour la gestion des autorisations et des privilèges, verbe GRANT, REVOKE 1.4 Notion de schema Le terme SCHÉMA désigne l ensemble des objets qui appartiennent à un utilisateur, ces objets sont préfixés par le nom de l utilisateur qui les a créés. En général on indique sous le terme de schéma, l ensemble des tables et des index d une même application. Principaux types d objets de schéma : Tables et index Vues, séquences et synonymes Programmes PL/SQL (procédures, fonctions, packages, triggers) 1.5 Rêgles de nommage Un nom de structure Oracle doit respecter les règles suivantes : 30 caractères maximums Doit commencer par une lettre Peut contenir des lettres, des chiffres et certains caractères spéciaux (_$#) N est pas sensible à la casse Ne doit pas être un mot réservé Oracle Page 19/66

20 6 L extension objet gérée par Oracle Oracle supporte l extension objet dans : Les requêtes SQL Les blocs PL/SQL Les programmes en OCI (Oracle Call Interface) Les pré-compilateurs Il est possible de déclarer des paramètres et des variables de types objet, d utiliser des méthodes et des procédures stockées qui opèrent sur des objets et référencer des attributs de types objet. Il est également possible d utiliser les ordres DML (INSERT, UPDATE, DELETE ) sur les types objets dans les procédures PL/SQL. 1.6 Le concept objet La notion d objet complète la notion de type abstrait de données. Un objet détient deux types d éléments : des attributs (la valeur de ses données) et un comportement (ses opérations ou méthodes). Les premiers décrivent un objet et le distinguent des autres. Le second est la description des actions d un objet (les procédures). Ainsi un objet est une pièce de logiciel constituée de données et de procédures qui agissent sur ces données. Les procédures sont appelées les méthodes et les données les attributs. Une méthode est une «manière» d accomplir une tâche (ensemble des démarches raisonnées pour parvenir à un but). C est la réalisation d une opération. Un objet a un état (l'ensemble des valeurs de ses attributs à un moment donné) et un comportement (l'ensemble des algorithmes décrits dans ses méthodes). L'encapsulation est le procédé qui permet de séparer clairement l'interface (partie publique) de l'objet de son implémentation (partie privée). L'idée est de masquer tout ce qui pourrait rendre les autres objets dépendants (principe de faible couplage entre objets). La contrepartie est qu'un objet doit avoir une forte cohésion interne (il ne doit traiter que ce qui le concerne, mais tout ce qui le concerne). Un objet est rarement utile isolément. Il faut voir la programmation objet comme une collection d'objets qui coopèrent ensemble. On dit que les objets s'échangent des messages. En fait, ils se rendre des services entre eux par appel de méthodes. Page 20/66

21 Les états et les comportements des objets sont définis par des classes qui sont des modèles pour la construction des objets. Ainsi la classe est un prototype qui définit un type d'objet. On dira qu'un objet est une instance de classe (en fait, une variable d'un certain type). De la même façon que différentes maisons peuvent avoir le même plan, différents objets peuvent être instances de la même classe (ils ont le même type mais pas forcément le même état). Chaque objet d'une même classe a ses propres valeurs d'attributs mais un comportement identique (les mêmes méthodes). Un constructeur est une méthode spéciale qui est utilisée pour initialiser un objet nouvellement créé. 1.7 De UML à SQL3 Un type regroupe un ensemble d objets qui possèdent les mêmes structures et comportent les mêmes caractéristiques. Oracle 8 permet la création de types et ajoute de nouveau types pour supporter les objets volumineux (LOB). Les types définis par l utilisateur peuvent être une combinaison de types prédéfinis ou de types définis antérieurement. Il existe des bibliothèques contenant des définitions de types qui peuvent être fournies par Oracle ou des sociétés partenaires. Le terme de «cartouches» est généralement employé (Cartridge). Par exemple Oracle fournit une «image data cartridge» qui est un groupe de datatypes utilisables par les réalisateurs pour manipuler des images. Un nouveau format de ROWID permet l adressage dans les partitions et repousse les limites de taille. Page 21/66

22 7 Evolution de l objet à SQL3 Les outils de conception UML génèrent des classes C++ et JAVA mains sont moins adaptés aux base de données. Les scripts SQL3 permettent de générer un schéma objet vers unes base de données objet relationnelle. La syntaxe Oracle est trés proche de la norme SQL3. Ainsi une classe UML du diagramme de classe se traduit en un type de données avec la syntaxe : CREATE TYPE et une table objet relationnelle issue de ce type. La commande CREATE TYPE permet la déclaration d une structure de données simple ou complexe pouvant contenir des déclarations de méthodes. Cette structure peut être utilisée dans un programme ou peut former une table objet-relationnelle. La commande DROP TYPE permet de détruire le type. Dans l exemple ci-dessous le type pilote_type déclare 2 pointeurs par un attribut de type REF vers un type défini auparavant. Exemple Create type pilote_type as object (numpilote NUMBER, Nom CHAR(10), Grade CHAR(10), RefSani REF sanitaire_type, Refentraine REF entraine_type ) ; La commande CREATE TABLE nomtable OF nomtype, déclare une table objet-relationnelle issue d un type. Ainsi chaque ligne de la table sera doté d un unique OID (Object Identifier) qui pourra être utilisé comme un pointeur. La table objet-relationnelle Pilote, peut stocker des objets de type pilote_type comme le montre l exemple ci-dessous. Exemple Create table pilote OF pilote_type ; La commande DROP TABLE pilote ; permet de supprimer la table. La commande DESC affiche la structure de la table objet-relationnelle. Page 22/66

23 Exemple DESC pilote Nom Null Type NUMPILOTE NUMBER NOM CHAR(10) GRADE CHAR(10) SANI REF OF SANITAIRE_TYPE ENTRAINE REF OF ENTRAINE_TYPE 1.8 Les associations de cardinalités 1-1 Le diagramme de classe UML ci-dessous représente la possibilité pour un étudiant d effectuer 1 stage. STAGE ETUDIANT 1 effectue Nstage Theme Netu Nom Age 1 ère solution : Définition d un attribut REF ou d une contrainte de type FOREIGN KEY dans le type qui décrit STAGE et qui pointe vers le type qui décrit ETUDIANT. 2 ème solution : Définition d un type qui contient 2 attributs REF ou FOREIGN KEY vers les types décrivant STAGE et ETUDIANT. En utilisant 2 attribut REF dans la 2 ème solution, on retrouve la solution universelle qui convient à tous les types d association. Afin de maintenir la cohérence des cardinalités 1, il conviendrait de définir une contrainte UNIQUE sur chaque pointeur. Pour les attributs de type FOREIGN KEY c est possible, mais pas toujours pour les attributs de type REF. Page 23/66

24 Implémentation de la 1 ère solution sous SQL3, en utilisant un attribut de type REF. La cardinalité 1 de l association effectue, se traduit par un contrainte NOT NULL sur le pointeur. Oracle permet de limiter la portée à une table donnée par la directive SCOPE IS. Ces 2 sont en gras dans le scripts SQL3. Exemple Create type stage_type AS OBJECT (nstage CHAR(4), Theme CHAR(30) ); Create type etudiant_type AS OBJECT (netu CHAR(4), nom CHAR(30), age NUMBER, refsta REF refstage_type ); Create table stage OF stage_type ( constraint pk_stage PRIMARY KEY(nstage) ); Create table etudiant OF etudiant_type ( CONSTRAINT pk_etudiant PRIMARY KEY(netu), CONSTRAINT nn_refsta CHECK(refsta IS NOT NULL), CONSTRAINT scope_refsta refsta SCOPE IS stage ); Même si les pointeurs permettent d implémenter une association entre 2 tables (une de type père et une de type fils), comme les contraintes FOREIGN KEY, ils n offrent pas les dépendances de celles-ci. Ainsi on peut détruire le père même si des fils le référencent. L intégrité référentielle est à programmée. Avec Oracle il est possible de savoir si un objet fils n est rattaché à aucun père en utilisant la directive DANGLING dans une requête SQL. Il n est pas possible de définir une clé primaire, une contrainte UNIQUE ou un index sur une colonne de type pointeur. Page 24/66

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle

Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle Bases de données et sites WEB Cours 2 : SQL3 Modèle 1 Plan Insuffisances du modèle relationnel Concepts objet Modèle Objet-relationnel et SQL3 2 Insuffisances du modèle relationnel Opérations séparées

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours Sommaire du cours Module 1 Introduction et Rappels Module 2 Eléments de langage PL/SQL Module 3 Accès à la Base de données Module 4 Traitements stockés Module 5 Gestion des exceptions Module 6 - Compléments

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Ce guide de formation a pour but de vous permettre d'acquérir une bonne connaissance du

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4

SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 SQL pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft, Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-12055-9, ISBN 13 : 978-2-212-12055-4 Table des matières PRÉAMBULE... MODULE 1 : PRÉSENTATION DE L ENVIRONNEMENT... 1-1 Qu'est-ce

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Théorie et pratique de Base de données Oracle M.Boubetra 1 Système d Information But : gérer un ensemble d informations Stockage Consultation Modification Suppression Edition 2 Conception d un système

Plus en détail

Paradigme relationnel-objet. Hiver 2011 C. Desrosiers

Paradigme relationnel-objet. Hiver 2011 C. Desrosiers LOG660 - Bases de données de haute performance Paradigme relationnel-objet Hiver 2011 C. Desrosiers Département de génie logiciel et des TI Le modèle relationnel-objet (OR Ajoute quelques notions au modèle

Plus en détail

Le Langage SQL version Oracle

Le Langage SQL version Oracle Université de Manouba École Supérieure d Économie Numérique Département des Technologies des Systèmes d Information Le Langage SQL version Oracle Document version 1.1 Mohamed Anis BACH TOBJI anis.bach@isg.rnu.tn

Plus en détail

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL.

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL. Base de données Département Informatique et Statistique, Faculté de SEG, Université Lumière Lyon 2 M2 Informatique spécialité IDS-IIDEE Année 2011-2012 Bases de données objets TD n 4 J. Darmont (http:eric.univ-lyon2.fr~jdarmont),

Plus en détail

SGBD orientés objet. Généralités Modèles de données et SGBD orientés objet 03/03/2015. Définitions. Concepts Généraux

SGBD orientés objet. Généralités Modèles de données et SGBD orientés objet 03/03/2015. Définitions. Concepts Généraux SGBD orientés objet Définitions Généralités Modèles de données et SGBD orientés objet MDOO : Un modèle de données qui capture la sémantique des objets supportée en programmation objet. Concepts Généraux

Plus en détail

Oracle. SQL 2 & SQL*Plus. www.tellora.fr. Auteur : Clotilde Attouche. Version 1.1. Du 6 Mars 2010

Oracle. SQL 2 & SQL*Plus. www.tellora.fr. Auteur : Clotilde Attouche. Version 1.1. Du 6 Mars 2010 Oracle SQL 2 & SQL*Plus Auteur : Clotilde Attouche Version 1.1 Du 6 Mars 2010 Sommaire 1 La base de données Oracle 11g... 5 2 La documentation... 10 3 Les Outils d accés à la base... 11 1.1 L outil isql*plus...

Plus en détail

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition)

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition) Avant-propos 1. Les objectifs de ce livre 13 2. Les principaux sujets qu'aborde ce livre 13 3. À qui s adresse ce livre? 14 4. Les pré-requis 14 Introduction à MySQL 1. Introduction aux bases de données

Plus en détail

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique.

Il est nécessaire de connaître au moins un système d'exploitation de type graphique. GBD-030 Oracle Prise en main Saint-Denis à 9h30 5 jours Objectifs : Une formation Oracle complète pour découvrir tous les concepts du système et les différentes façons de les utiliser concrètement tout

Plus en détail

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305

PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES. Objectif. Code. Dure e. Public Concerne. Pre -requis. Programme OR305 PLAN DE COURS ORACLE : ADMINISTRATION DE BASES DE DONNEES Objectif Administrer une ou plusieurs bases de, tant sous l'aspect "gestionnaire de " que sous l'aspect "responsable système Oracle". Public Concerne

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1

Table des matières. Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1. Module 2 L INSTALLATION... 2-1 Table des matières Module 1 L ARCHITECTURE D ORACLE... 1-1 La base de données... 1-2 Le stockage des données... 1-4 L instance... 1-6 La zone «Shared Pool»... 1-7 La zone «Buffer Cache»... 1-8 L exécution

Plus en détail

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données Le modèle relationnel 1. Introduction 9 2. Rappels sur le stockage des données 9 2.1 Les différentes catégories de données 10 2.1.1 Les données de base 10 2.1.2 Les données de mouvement 10 2.1.3 Les données

Plus en détail

SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010

SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010 Définitions SQL SERVER 2008 Le 20/10/2010 Une base de données est un objet particulièrement difficile à définir puisqu il est abordé en pratique selon différents points de vue : Pour un administrateur,

Plus en détail

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire l objet d une exploitation

Plus en détail

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers Département d informatique Collège Lionel Groulx. Préparé par Saliha Yacoub Table des matières. Introduction...

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage

Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage Bases de données et sites WEB Cours 3 : SQL3 Langage 1 Plan Références Requêtes simples Expressions de chemin Appels de fonctions et d opérateurs Création d instances Opérations sur les collections 2 Références

Plus en détail

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique

Les formations. Développeur Logiciel. ENI Ecole Informatique page 1/5 Titre professionnel : Reconnu par l Etat de niveau III (Bac), inscrit au RNCP (arrêté du 12/10/07, J.O. n 246 du 23/10/07) (32 semaines) Unité 1 : Structurer une application 6 semaines Module

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

Jérôme FESSY. IUT de Paris 5. Base de Données. Cours Introductif. Base de Données

Jérôme FESSY. IUT de Paris 5. Base de Données. Cours Introductif. Base de Données Base de Données Cours Introductif Base de Données Quelques chiffres Évolution annuelle moyenne 2004/2000 15% +20% 12% 5% 0.5% 2000 2004 L3G IA SG mono poste : Part de marché 5% 5% 10% Paradox 65% SG 15%

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014

Du 10 Fév. au 14 Mars 2014 Interconnexion des Sites - Design et Implémentation des Réseaux informatiques - Sécurité et Audit des systèmes - IT CATALOGUE DE FORMATION SIS 2014 1 FORMATION ORACLE 10G 11G 10 FEV 2014 DOUALA CAMEROUN

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE

Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE Bases de données orientées objets SGBD relationnels-objets un exemple : ORACLE SQL3 - SQL3 = SQL2 pour BD relationnelles+ des extensions orienté-objet multi-media spatial Séries temporelles - Ce chapitre

Plus en détail

Compte rendu d activité Fiche n 1

Compte rendu d activité Fiche n 1 Compte rendu d activité Fiche n 1 Alexandre K. (http://ploufix.free.fr) Nature de l activité Création d une base de connaissances avec PostgreSQL Contexte : Le responsable technique souhaite la mise en

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

2.1/ Les privilèges sous oracle

2.1/ Les privilèges sous oracle LP Informatique(DA2I), UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 13/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 2 : Transaction,

Plus en détail

UNIVERSITE DE M SILA BDDA 2014/2015

UNIVERSITE DE M SILA BDDA 2014/2015 Modèle Relationnel /Objet Le modèle objet-relationnel (OR) reprend le modèle relationnel en ajoutant quelques notions qui comblent les plus grosses lacunes du modèle relationnel Pourquoi étendre le modèle

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction

Chapitre 1 : Introduction Chapitre 1 : Introduction A. Objectifs de l'ouvrage.................. 8 B. Présentation d'oracle11g................. 8 1. Introduction........................ 8 2. Principales nouveautés de la version

Plus en détail

Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes

Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes Cours 4 : Tables système, contrôle des accès et synonymes Tables système Les informations du dictionnaire de données (tables système) sont accessibles en consultation seule, au moyen de vues Quatre classes

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION

ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION ALCOMP CATALOGUE DE FORMATION 1 N Alcomp transfert de compétences vers nos clients» «Le 2 A : Formations ORACLE A1 : Fondamentaux : Sommaire A2 : Cursus développement : A3 : Cursus Administration : B1

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 07/04/2014 Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ADMINISTRATION ET TUNING DE BASES DE DONNÉES CHAPITRE 1 ARCHITECTURE RESPONSABLE DR K. BOUKHALFA

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger

CHAPITRE 1 ARCHITECTURE BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 20/10/2014. Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique BASES DE DONNÉES AVANCÉES 2014-2015 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII CHAPITRE 1 ARCHITECTURE 1

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

Programmer avec PL/SQL

Programmer avec PL/SQL Programmer avec PL/SQL École Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information (ESSAI) Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing

Performances. Gestion des serveurs (2/2) Clustering. Grid Computing Présentation d Oracle 10g Chapitre VII Présentation d ORACLE 10g 7.1 Nouvelles fonctionnalités 7.2 Architecture d Oracle 10g 7.3 Outils annexes 7.4 Conclusions 7.1 Nouvelles fonctionnalités Gestion des

Plus en détail

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions Mostafa Hanoune 8 Traitement des Exceptions Objectifs A la fin de ce chapitre, vous saurez : Définir des exceptions PL/SQL Reconnaître les exceptions non gérées Lister et utiliser les différents types

Plus en détail

Manuel D utilisation de SQL*Plus

Manuel D utilisation de SQL*Plus Manuel D utilisation de SQL*Plus 1 Lancer Oracle et SQL Plus se déconnecter, puis sortir Pour lancer le client Oracle, aller dans démarrer et faire : Oracle - OraHome 10g / Application Development / SQL

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 2 Architecture d une base de données

IFT3030 Base de données. Chapitre 2 Architecture d une base de données IFT3030 Base de données Chapitre 2 Architecture d une base de données Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées

Plus en détail

Unité de formation 1 : Structurer une application. Durée : 3 semaines

Unité de formation 1 : Structurer une application. Durée : 3 semaines PROGRAMME «DEVELOPPEUR LOGICIEL» Titre professionnel : «Développeur Logiciel» Inscrit au RNCP de niveau III (Bac+2) (JO du 23 Octobre 2007) (32 semaines) Unité de formation 1 : Structurer une application

Plus en détail

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE SQL : LDD et LMD SQL ne se résume pas aux requêtes d'interrogation d'une base. Ce langage permet aussi de : - créer des tables - de modifier la structure de tables existantes - de modifier le contenu des

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1 Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 Le langage SQL... 1-2 Le langage PL/SQL... 1-4 Qu'est-ce que SQL*Plus?... 1-5 Commandes SQL*Plus... 1-7 Variables de substitution... 1-15 La commande

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL 1. Description SQL est un acronyme pour Structured Query Language qui a été conçu par IBM, et a succédé au langage SEQUEL. C est maintenant le langage le plus utilisé dans les

Plus en détail

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont

Faculté de Sciences Économiques et de Gestion. Bases de données. Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Bases de données Maîtrise de Sciences Économiques Année 2001-2002 Jérôme Darmont http://eric.univ-lyon2.fr/~jdarmont/ Plan du cours I. Introduction II. Le

Plus en détail

Oracle PL/SQL. www.tellora.fr. Auteur : Clotilde Attouche. Version 1.1. Du 6 Mars 2010

Oracle PL/SQL. www.tellora.fr. Auteur : Clotilde Attouche. Version 1.1. Du 6 Mars 2010 Oracle PL/SQL Auteur : Clotilde Attouche Version 1.1 Du 6 Mars 2010 Sommaire 1 La base de données Oracle 11g... 5 2 La documentation... 10 3 Les Outils d accés à la base... 11 1.1 L outil isql*plus...

Plus en détail

Vocabulaire 1/2. Base de données : collection de données interreliées. SGBD : système de gestion de bases de données.

Vocabulaire 1/2. Base de données : collection de données interreliées. SGBD : système de gestion de bases de données. Bases de données Au menu : Vocabulaire Le modèle relationnel Types de bases de données Implémentation libre : MySQL Le SQL (Simple Query Language) Administration d'un SGBD Sécurité des SGBD Vocabulaire

Plus en détail

Auto-évaluation Oracle: cours de base

Auto-évaluation Oracle: cours de base Auto-évaluation Oracle: cours de base Document: F0475Test.fm 14/01/2008 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION ORACLE: COURS DE

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 28 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 28 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 28 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications.

dans laquelle des structures vont être créées pour une ou plusieurs applications. Création d'une nouvelle base de données A. Vue d'ensemble 1. Étapes de création d'une nouvelle base de données pour une application Le processus complet de création d'une nouvelle base de données pour

Plus en détail

IMPLANTATION D UNE BASE DE DONNEES SOUS MS-ACCESS 97

IMPLANTATION D UNE BASE DE DONNEES SOUS MS-ACCESS 97 Stage STT050 - Novembre 2000 Page 1 IMPLANTATION D UNE BASE DE DONNEES SOUS MS-ACCESS 97 GENERALITES SUR MS-ACCESS Fonctionnalités de MS-ACCESS Access 97 est un produit Microsoft de type SGBDR (Système

Plus en détail

FileMaker 12. Guide ODBC et JDBC

FileMaker 12. Guide ODBC et JDBC FileMaker 12 Guide ODBC et JDBC 2004-2012 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, California 95054 FileMaker et Bento sont des marques commerciales de

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

BD50. Gestion des courses

BD50. Gestion des courses Département Génie Informatique BD50 TP7 : Développement avec le module PL/SQL de 9iAS et DBMS_EPG d'oracle 10G Gestion des courses Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Mai 2007 Présentation

Plus en détail

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES?

A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? BASE DE DONNÉES OBJET Virginie Sans virginie.sans@irisa.fr A QUOI SERVENT LES BASES DE DONNÉES? Stockage des informations : sur un support informatique pendant une longue période de taille importante accès

Plus en détail

SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio

SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio [03/07/09] Sommaire 1 Installation de SQL Server

Plus en détail

Système de base de données

Système de base de données Système de base de données 1. INTRODUCTION Un système de base de données est un système informatique dont le but est de maintenir les informations et de les rendre disponibles à la demande. Les informations

Plus en détail

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010

ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION. Distribution de données avec Oracle. G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 ORACLE 10G DISTRIBUTION ET REPLICATION Distribution de données avec Oracle G. Mopolo-Moké prof. Associé UNSA 2009/ 2010 1 Plan 12. Distribution de données 12.1 Génération des architectures C/S et Oracle

Plus en détail

Travailler avec des données de type XML

Travailler avec des données de type XML Travailler avec des données de type XML Version 1.0 Z Grégory CASANOVA 2 Travailler avec des données de type XML 28/07/2009 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré requis... 4 3 XML typé et non typé... 5 3.1

Plus en détail

Introduction aux SGBDR

Introduction aux SGBDR 1 Introduction aux SGBDR Pour optimiser une base Oracle, il est important d avoir une idée de la manière dont elle fonctionne. La connaissance des éléments sous-jacents à son fonctionnement permet de mieux

Plus en détail

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Z Grégory CASANOVA 2 Les procédures stockées et les fonctions utilisateur [08/07/09] Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les procédures

Plus en détail

Programme «Analyste Programmeur» Diplôme d état : «Développeur Informatique» Homologué au niveau III (Bac+2) (JO N 176 du 1 août 2003) (34 semaines)

Programme «Analyste Programmeur» Diplôme d état : «Développeur Informatique» Homologué au niveau III (Bac+2) (JO N 176 du 1 août 2003) (34 semaines) Programme «Analyste Programmeur» Diplôme d état : «Développeur Informatique» Homologué au niveau III (Bac+2) (JO N 176 du 1 août 2003) (34 semaines) Module 1 : Programmer une application informatique Durée

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Le langage SQL : Le Langage de Contrôle des Données (LCD)

Le langage SQL : Le Langage de Contrôle des Données (LCD) T-GSI STAGE RENOVATION - SQL.Chapitre 5 - Le langage SQL : Le Langage de Contrôle des Données (LCD) Sources du document : Livre bible Oracle 9i, J. Gabillaud, Editions Eni ; Support Oracle ; Documentation

Plus en détail

CA RC/Update for DB2 for z/os

CA RC/Update for DB2 for z/os FICHE PRODUIT CA RC/Update for DB2 for z/os CA RC/Update for DB2 for z/os CA RC/Update for DB2 for z/os (CA RC/Update) est un outil de gestion des données et des objets DB2 destiné à aider les administrateurs

Plus en détail

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique Cours (Master 1) : Bases de Données Avancées, (Responsable : A. AIT BOUZIAD) SQL PROCEDURAL Dans les différentes parties

Plus en détail

Le language SQL (2/2)

Le language SQL (2/2) Les commandes de base sous Unix SQL (Première partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Création d'une base ([] facultatif) : createdb nombase [ -U comptepostgres ] Destruction

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 PRÉSENTATION DE TSQL... 2 1.1 Historique... 2 1.2 Les différents types d instructions... 2 1.2.1 Langage de Définition des Données... 2 1.2.2 Langage de Manipulation des Données...

Plus en détail

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers

Programme détaillé. Administrateur de Base de Données Oracle - SQLServer - MySQL. Objectifs de la formation. Les métiers Programme détaillé Objectifs de la formation Les systèmes de gestion de bases de données prennent aujourd'hui une importance considérable au regard des données qu'ils hébergent. Véritable épine dorsale

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Génération de codes. à partir d un modèle UML sous PowerAMC. La génération de code, ça n est pas immédiat : processus en 3 étapes

Génération de codes. à partir d un modèle UML sous PowerAMC. La génération de code, ça n est pas immédiat : processus en 3 étapes Génération de codes à partir d un modèle UML sous PowerAMC Véronique Deslandres, IUT, Département Informatique Université de Lyon MàJ: 8/10/2013 Introduction La génération de code, ça n est pas immédiat

Plus en détail