Agence du Service Civique Rapport d activités 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agence du Service Civique Rapport d activités 2012"

Transcription

1 Agence du Service Civique Rapport d activités 2012 Agence du Service Civique rapport d activité

2 Sommaire I. Le Service Civique en 2012 : organismes et volontaires... 4 A. Campagne d agréments et de recrutements Nombre d organismes et de postes agréés en Nombre de recrutements effectifs Taux de réalisation des agréments... 5 B. Caractéristiques des organismes d accueil de volontaires en Nature des organismes Focus sur les collectivités territoriales agréées en Focus sur les services de l Etat et les établissements publics Nombre de volontaires par organismes... 7 C. Profil des volontaires recrutés en Répartition par genres Répartition par âge Niveau de formation Situation à l entrée Bénéficiaires de la majoration sur critères sociaux Répartition géographique des volontaires Les missions à l International D. Le contrôle du Service Civique La procédure de contrôle Les programmes régionaux Le programme national II. Le Service Civique en 2012 : reconnaissance et valorisation A. Actions de formation mises en œuvre en La formation aux premiers secours La formation des tuteurs B. Valorisation du Service Civique Valoriser l engagement des jeunes pendant leur mission Valoriser les compétences acquises par les volontaires pendant leurs missions. 20 C. L Institut du Service Civique D. Evaluation du Service Civique Les ruptures anticipées des contrats de Service Civique Enquête de TNS Sofres sur l impact du Service Civique sur ceux qui l ont fait Les enquêtes de satisfaction III. L agence du Service Civique en Agence du Service Civique rapport d activité

3 A. Le conseil d administration B. Point sur l exécution financière du budget C. Le comité stratégique de l Agence du Service Civique D. Les équipes de l Agence du Service Civique E. Les relations de gestion avec l Agence de Services et de Paiement F. La coordination des acteurs au niveau local G. Actions engagées pour recruter des volontaires et animation du réseau Des dispositifs de recrutement réguliers tout au long de l année Un site web pilier du recrutement des jeunes Animation du réseau des volontaires volontaires à Paris le 27 juin Création d outils pour soutenir l information sur le Service Civique FOCUS : la mise en œuvre d ELISA Annexe 1 : tableau récapitulatif des contrôles locaux réalisés en Annexe 2 : Les contrôles formalisés (programme national) Annexe 3 : Régions ou collectivités qui proposent des avantages Agence du Service Civique rapport d activité

4 I. I. LE SERVICE CIVIQUE EN 2012 : ORGANISMES ET VOLONTAIRES A. Campagne d agréments et de recrutements Nombre d organismes et de postes agréés en organismes étaient autorisés à recruter des volontaires en 2012, dont 3933 au niveau local et 339 au niveau national postes ont été agréés pour 2012, dont au niveau local et au niveau national Nombre d'organismes agréés pour 2012 Nombre de postes agréés pour 2012 Au niveau local En % Au niveau national En % Total ,1% 339 7,9% ,7% ,3% Nombre de recrutements effectifs recrutements en engagement de Service Civique ont été constatés en 2012 (source : ASP au 29/04/2013), dont 45% par des organismes agréés au niveau local et 55% par des organismes agréés au niveau national janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre nombre entrées mensuelles sur agrément national Nombre entrées mensuelles sur agrément local nombre entrées cumulées Agence du Service Civique rapport d activité

5 3. Taux de réalisation des agréments Le taux de réalisation des agréments est de 74,2% en moyenne. Nombre de postes agréés pour 2012 Nombre de recrutements effectifs Au niveau local En % Au niveau national En % Total ,7% ,3% ,8% ,2% Taux de réalisation 69,7% 78,3% 74,2% B. Caractéristiques des organismes d accueil de volontaires en Nature des organismes 76% des organismes agréés pour 2012 sont des associations. Elles réalisent 82% des recrutements effectifs des volontaires. Répartition des organismes agréés par type de structures Répartition des volontaires recrutés par type de structures Etablissements publics 10% Collectivités 10% Services de l'etat 2% Autres 2% Etablissements publics 6% Collectivités 7% Services de l'etat 2% Autres 2% Associations 76% Associations 83% Agence du Service Civique rapport d activité

6 Nombre d'organismes agréés pour 2012 Soit en % Nombre de recrutements prévisionnels en 2012 Soit en % Nombre de recrutements réels en 2012 Soit en % Associations ,8% ,0% ,3% dont agrément collectif (union/fédération) 92 2,2% ,9% ,1% dont agrément simple ,6% ,1% ,2% Collectivités 406 9,5% ,0% ,4% Commune 330 7,7% ,7% ,6% Communauté de communes 52 1,2% 119 0,5% 74 0,4% Conseil général 22 0,5% 436 1,7% 274 1,4% Conseil régional 2 0,0% 53 0,2% 13 0,1% Etablissements publics ,1% ,2% ,4% Services de l'etat 69 1,6% 647 2,5% 351 1,8% Fondations, fonds de dotation 21 0,5% 390 1,5% 265 1,4% Autres 67 1,6% 213 0,8% 138 0,7% Total ,0% ,0% ,0% 2. Focus sur les collectivités territoriales agréées en 2012 Les 10 communes agréées au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté le plus de volontaires en 2012 sont : Nombre de volontaires Ville Département accueillis en 2012 PARIS LILLE BORDEAUX KOUROU PETIT-BOURG DUNKERQUE EVRY SAINT-PIERRE LORRAIN SAINT-DENIS Agence du Service Civique rapport d activité

7 Les 21 conseils généraux agréés pour accueillir des volontaires en 2012 sont : Nombre de volontaires Conseil général accueillis en 2012 CONSEIL GÉNÉRAL DE MEURTHE-ET-MOSELLE 71 CONSEIL GÉNÉRAL DE LA RÉUNION 71 CONSEIL GÉNÉRAL DU BAS-RHIN 35 CONSEIL GENERAL DES ALPES MARITIMES 26 DÉPARTEMENT DE SEINE-MARITIME 15 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 12 CONSEIL GENERAL DE LA CHARENTE 11 CONSEIL GENERAL DE LA SOMME 9 DEPARTEMENT DE LA CORREZE 6 CONSEIL GÉNÉRAL DE LOIR-ET-CHER 5 CONSEIL GÉNÉRAL DE SAÔNE ET LOIRE 3 CONSEIL GENERAL DE LA SEINE SAINT DENIS 2 CONSEIL GENERAL DE LA HAUTE LOIRE 2 CONSEIL GENERAL DE LA CHARENTE-MARITIME 2 CONSEIL GENERAL DU MORBIHAN 1 CONSEIL GENERAL DU DOUBS 1 CONSEIL GÉNÉRAL DES ALPES DE HAUTE PROVENCE 1 CONSEIL GÉNÉRAL DE L'ARDÈCHE 1 CONSEIL GENERAL D'ILLE ET VILAINE 0 CONSEIL GÉNÉRAL DE L'AIN 0 CONSEIL GENERAL DE LA CREUSE 0 Les deux conseils régionaux agréés pour accueillir des volontaires en 2012 sont les conseils régionaux de Poitou-Charentes et de la Lorraine qui ont accueillis respectivement 10 et 3 volontaires en Focus sur les services de l Etat et les établissements publics Concernant les services de l Etat et les établissements publics, on peut souligner l accueil de volontaires au sein des services de police et gendarmerie, des services départementaux d incendie et de secours (SDIS) et dans l Education Nationale. Service Nombre de volontaires accueillis en 2012 Police et gendarmerie 246 SDIS 296 Education nationale Nombre de volontaires par organismes 47% des organismes ayant recruté des volontaires en 2012 n ont en accueilli qu un seul en 2012, 91% en ont accueilli entre un et cinq. 2 organismes ont accueillis plus de 1000 volontaires en 2012, la Ligue de l enseignement (2100 volontaires) et Unis Cité (1596 volontaires). 16 organismes ont accueillis entre 101 et 500 volontaires. Agence du Service Civique rapport d activité

8 entre 11 et 100 4,6% entre 6 et 10 3,8% entre 101 et 500 0,5% plus de ,1% un seul volontaire 47,4% entre 2 et 5 43,6% C. Profil des volontaires recrutés en Répartition par genres Les volontaires continuent à être majoritairement des femmes : 58% des volontaires sont de sexe féminin Femme Homme 2. Répartition par âge Comme en 2011, l âge moyen des volontaires est de 21 ans. Les volontaires sont uniformément répartis sur toutes les tranches d âges entre 18 et 25 ans. Par contre, les mineurs ne représentent que 2,5 % des volontaires. Agence du Service Civique rapport d activité

9 entre 23 et 25 ans 6671 entre 21 et 22 ans 5641 entre 18 et 20 ans 6645 entre 16 et 17 ans Niveau de formation La répartition des volontaires recrutés en 2012 par niveau de formation est strictement identique à celle des volontaires recrutés en niveau infra bac 25% niveau supérieur au bac 41% niveau bac 34% 4. Situation à l entrée Inactif (hors étudiant) 14% Salarié 5% Demandeur d'emploi 47% Etudiant 34% 5. Bénéficiaires de la majoration sur critères sociaux 9,3% des volontaires accueillis en 2012, soit 1817 jeunes, ont bénéficié de la majoration sur critères sociaux de l indemnité de Service Civique. Parmi eux, 62% étaient bénéficiaires du RSA ou issus d un Agence du Service Civique rapport d activité

10 foyer bénéficiaires du RSA et 38% étaient titulaires d une bourse de l enseignement supérieur à l échelon V ou VI. 6. Répartition géographique des volontaires Les volontaires sont répartis de manière équilibrée sur l ensemble du territoire français : on constate que la répartition des volontaires par région est quasiment équivalente à la répartition des jeunes de 16 à 25 ans sur le territoire français, à l exception des jeunes ultra-marins qui sont «surreprésentés» dans le Service Civique. 7. Les missions à l International Le Service Civique à l international poursuit sa progression. Fin 2012, on pouvait recenser plus de 700 volontaires effectuant des missions à l étranger, et ce dans près de 70 pays. Le bilan de l année fait apparaître plusieurs points de satisfaction. L implication des Offices binationaux de jeunesse Les objectifs de l OFAJ (Office franco-allemand pour la Jeunesse) de 50 tandems associatifs francoallemands ont été atteints et un programme supplémentaire de 24 postes dans des lycées français et Agence du Service Civique rapport d activité

11 allemands a été mis en place ; le renouvellement de l agrément de l OFQJ (Office franco-québécois pour la jeunesse) a porté sur 70 postes, dont une vingtaine réservé à des tandems franco-québécois intervenant dans des alliances françaises d Amérique latine et de la Caraïbe. La coopération avec France Volontaires Elle se traduit par une procédure d avis sur les structures d accueil dans les pays relevant de la solidarité internationale, par l implication des espaces Volontariats dans le suivi sur place des volontaires et par l élaboration (avec ses associations-membres) de référentiels de formation et de préparation au départ ; parmi les projets conjoints, on peut citer l appui du Service Civique à des programmes d expérimentation, notamment dans les DOM-TOM (jeunes martiniquais au Pérou, jeunes calédoniens au Vanuatu), au projet EVHAC (une vingtaine de volontaires européens et français en mission au Burundi, au Kenya, en République centrafricaine et au Tchad dans le cadre d un appel d offre de la commission pour le lancement d un corps européen de volontaires humanitaires) ou encore l accueil en France de volontaires du Mali et du Niger en liaison avec les ambassades de France dans ces pays et les partenaires de la coopération décentralisée. La poursuite du programme spécial Haïti Mis en place suite au séisme de janvier 2010 avec le soutien du ministère des Affaires étrangères et dont la mise en œuvre est assurée conjointement par l Agence du Service Civique, l ambassade de France à Port-au-Prince et France Volontaires ; depuis 2010, 120 volontaires, en 5 vagues successives, se sont consacrés à diverses mission d appui principalement dans le domaine de l éducation et dans le secteur culturel, d abord dans la capitale, puis à travers tout le pays. En 2012, un effort particulier a été consenti en direction des provinces ne participant pas encore au programme ; les missions dans les instituts de formation des maîtres et dans les alliances françaises ont été renforcées et de nouveaux champs d intervention ont été développés dans le domaine de la sécurité routière ou de l appui à la nouvelle université de Limonade. Enfin, plusieurs points positifs sont également à noter : l évolution progressive du nombre de partenaires associatifs (plus de 70), tant au niveau national que régional, et la qualité des missions proposées ; les résultats extrêmement positifs des programmes dits de réciprocité, conduits tout particulièrement avec l Afrique du sud et la Tunisie Le cadrage du dispositif de Service Civique à l étranger apparaît globalement efficient, mais il convient de le renforcer encore. Les pistes de travail pour l année à venir comprennent la consolidation du suivi administratif (notamment des aspects liés à la sécurité des volontaires) et du processus de formation, la poursuite du travail de conviction engagé auprès des collectivités dans le cadre de leur coopération décentralisée, l incitation à développer des missions mixtes (intégrant des séjours, même courts, à l étranger) et des programmes dits de réciprocité comportant un volet accueil de volontaires étrangers. Enfin, et ce depuis la création même du dispositif, le développement des missions de Service Civique à l étranger est étroitement lié à la capacité des organismes d accueil à générer des financements complémentaires et à l affirmation d une identité forte du Service Civique au sein de l offre qui existe en matière de volontariat international. Agence du Service Civique rapport d activité

12 D. Le contrôle du Service Civique 1. La procédure de contrôle L Agence du Service Civique s est dotée, au niveau central, d un «pôle contrôle» qui a pour mission de coordonner la procédure de contrôle mise en œuvre par les délégués territoriaux de l Agence. L instruction n ASC/SG/2011/204 du 30 mai 2011 définit la procédure de contrôle applicable en matière de Service Civique. Cette procédure a pour objet de garantir la conformité de la mise en œuvre du Service Civique aux textes en vigueur ainsi que, de manière générale, le respect de l esprit de la loi du 10 mars 2010 et la qualité du programme. Elle précise les contenus, les périmètres et les modalités des interventions des délégués territoriaux de l Agence du Service Civique et des services de l Agence. L instruction N ASC/2012/343 du 21 septembre 2012 a pour objet de présenter les orientations de mise en œuvre du contrôle du Service Civique pour l exercice 2012/2013 et de proposer des compléments méthodologiques pour la conduite de ces opérations de contrôle. Une note de procédure actualisée en décembre 2012 définit les modalités de réception, de classement et de suivi des documents relatifs au contrôle transmis par les services déconcentrés et par les organismes nationaux. La procédure de retrait d agrément est présentée dans une note actualisée en décembre Pour mémoire, le contrôle du Service Civique est organisé dans le cadre d un programme qui comprend deux volets : - un volet régional ciblant les organismes agréés au niveau régional - un volet national ciblant les organismes agréés au niveau national Un premier rapport d activité de juin 2011 à juin 2012 a été produit sur la base des rapports régionaux transmis par les services déconcentrés pour l année Il a permis de dresser un premier bilan de l application de la circulaire du 30 mai 2011 et de préciser les priorités pour l année en cours notamment dans le cadre de la circulaire du 20 septembre Certaines informations de ce premier bilan sont reprises dans le bilan Les chiffres du Contrôle (2012) 627contrôles réalisés au titre des programmes régionaux ; Plus de volontaires auditionnés par les services ; 137 acteurs mobilisés ; 9 contrôles réalisés au titre du programme national ; 100 volontaires auditionnés ; 10 DRJSCS et 9 DD mobilisés. Agence du Service Civique rapport d activité

13 627 contrôles réalisés en Les programmes régionaux a) La programmation Les programmes régionaux de contrôle transmis à l Agence conformément à la procédure adoptée ou dans le cadre des programmes d intervention des missions Inspection Evaluation Contrôle (ICE) reprennent tous a minima l objectif de 20% des organismes à contrôler en 2012 à partir des critères de choix proposés dans l instruction du 30 mai 2011 : le nombre de volontaires, les nouveaux organismes agréés et l intermédiation. A ces critères s ajoutent des contrôles des organismes locaux liés aux thématiques suivantes : le sport et l animation, les missions conduites dans le cadre des établissements scolaires. b) La réalisation 627 contrôles, réalisés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2012, ont été enregistrées 1 et plus de volontaires ont été auditionnés par les services. Pour 2012, il est à noter une augmentation des contrôles et un taux moyen d organismes contrôlés de 18% fiches synthétiques de comptes-rendus de contrôle réalisés entre le 15 juin 2011 et le 15 mai Le taux de contrôle d organismes varie entre 4 et 45% selon les régions et les ressources humaines dédiées au contrôle. Agence du Service Civique rapport d activité

14 En 2012, le Service Civique étant en phase de développement, Mayotte, Wallis et Futuna, la Nouvelle-Calédonie ainsi que la Polynésie Française n ont pas mis en place de programmes de contrôles. c) Les acteurs du contrôle 137 agents ont été mobilisés pour ces contrôles. Ils regroupent en majorité des CEPJ, puis des inspecteurs et des personnes spécialisées dans les domaines du sport, de la santé, de l environnement. Un tableau récapitulatif des contrôles locaux est produit dans l annexe 1. Il indique le nombre de contrôles réalisé en 2012 par région et le nombre d agents mobilisés. d) Les premiers enseignements A partir des fiches de contrôles transmises par les services, les premiers enseignements confortent en partie ceux présentés dans le rapport d activité de juin 2011 à juin 2012 et notamment l impact positif du Service Civique comme indéniable pour l ensemble des acteurs et des bénéficiaires. Ils rappellent par ailleurs que de nombreux facteurs facilitent le bon déroulement des missions : leur définition, le tutorat et de façon générale, la préparation en amont de l accueil des volontaires. La méthode Les documents transmis par les services témoignent d une démarche qui, tout en étant formalisée par l envoi de courriers prévus dans la procédure 3, correspond bien à l état d esprit souhaité : vérification de la conformité du programme, accompagnement et soutien des organismes, audition des volontaires. Les contrôles effectués par le référent Service Civique et l inspecteur et/ou un acteur d un autre service du fait de la spécificité de la mission (sport, santé, environnement ) sont remarqués comme facilitant permettant l émergence d une culture commune. Le recours à la procédure contradictoire marque l évolution la plus significative. De plus, l émergence de difficultés mieux identifiées a permis de préciser et d approfondir des éléments de doctrine repris sous la forme d indicateurs 4. La mise en place de nouveaux outils élaborés en liaison avec les services à partir des premiers contrôles a permis d identifier ou mêmes de prévenir certains risques encourus et de réajuster les conditions d exercice des missions et les obligations des organismes. Ils ont concerné notamment les positions des volontaires au regard de la laïcité et de la neutralité, les règles proposées pour les interventions des volontaires dans les domaines du sport et de l animation, la situation particulières des sapeurs-pompiers volontaires en Service Civique, la nature de l intervention des volontaires au regard des prestations, la prise en compte de la protection des personnes et notamment la protection des volontaires dans le cadre de leur mission par la mise en place d une démarche relative au traitement des réclamations et par l émergence d une nouvelle obligation pour les organismes d accueil visant à protéger les mineurs et plus globalement les personnes vulnérables en contact avec les volontaires. Par ailleurs, au titre du contrôle des organismes nationaux, la position des services déconcentrés a été progressivement confortée au regard des réalités locales et notamment du fait du grand nombre de volontaires recrutés par les associations nationales le plus souvent supérieur au nombre de volontaires recruté par les associations locales. A ce titre la collaboration entre les services et l Agence a été renforcée de façon plus souple et plus adaptée aux enjeux liés à la gouvernance territoriale. 3 Courriers type en annexe 1.3 de la circulaire relative au contrôle 4 Un document regroupe l ensemble des éléments de doctrine définis dans le cadre de la procédure de contrôle Agence du Service Civique rapport d activité

15 Les risques identifiés - Le risque de la substitution à l emploi reste évoqué par l ensemble des acteurs ; - La difficulté de positionner les missions de Service Civique dans le cadre des établissements scolaires au regard des interventions des autres acteurs de l Education nationale et notamment des assistants d éducation. - Le défaut de tutorat et le manque de prise en compte de la préparation au projet d avenir sont également identifiés comme des motifs significatifs de dysfonctionnement. Les bonnes pratiques Sont remarquées au titre des bonnes pratiques contribuant à apporter de la qualité au Service Civique : - Les regroupements de volontaires et les temps de rencontre entre volontaires d un même territoire organisés par les services ; - La formation des tuteurs. Les principales modifications attendues concernent la nécessité d une meilleure identification des missions qui permette d anticiper en partie le risque de substitution à l emploi et un tutorat mieux formalisé. L accompagnement des services déconcentrés Le pôle contrôle a été sollicité par les services pour un accompagnement et un soutien sur site pour 11 contrôles dont 5 ont été suivis par un retrait d agrément : - Deux contrôles suite à des dysfonctionnements caractérisés : dans les Alpes de Haute Provence pour les amis dignois des animaux (SPA) (04) le 17 septembre et dans les Vosges (88) pour le SAS Foot Ball d Epinal le 30 octobre. Ces contrôles ont été suivis de demande de modifications. - Trois contrôles dans les Alpes Maritimes pour la ville de Mougins et le CCAS de Cagnes sur Mer (06) le 25 avril et en Haute-Garonne (31) pour le SICOVAL le 6 juin. - Un contrôle de l Agence a eu lieu le 9 juillet auprès de l antenne du Conseil Général de la Réunion à Paris en liaison avec les SD suite à la réclamation d une volontaire - 4 retraits d agréments locaux : 1. «Coquelicot et Capucine» Arrêté portant retrait d agrément du 11 avril 2012 : Ile et Vilaine (35) Région Bretagne Suite à des informations relatives au dépôt d une plainte effectuée par un usager à l encontre du volontaire. Motifs : Les conditions de mise en œuvre de la mission de Service Civique ne sont pas conformes ni aux dispositions légales et réglementaires, ni aux missions identifiées dans la décision d agrément. Déplacement de l Agence. 2. Sporting Olympique Avignonnais XIII Décision de retrait d agrément du10 juillet 2012 Vaucluse (84) Région PACA Suite à des visites de contrôle du 27 mars et 13 avril 2012 constatant des manquements relatifs aux conditions d exercice des missions dont cumul entre emploi et Service Civique dans le club Motifs : manquements relatifs aux conditions d exercice des missions Déplacement de l Agence. 3. UDPS 77 Décision de retrait d agrément du11 octobre 2012 Seine et Marne (77) Région IDF Suite à des réclamations de volontaires (violences, harcèlement) Motifs : manquements relatifs aux conditions d exercice des missions dont un lien de subordination, un défaut relatif contenu de la mission, comportement inadapté du tuteur, substitution à l emploi. Agence du Service Civique rapport d activité

16 Suivi à distance de l Agence 4. «Cheval Espérance» Arrêté portant retrait d agrément du 25 octobre 2012 Seine-Maritime (76) Région Haute-Normandie Suite au contrôle du 13 décembre 2011 et du 1 er février 2012 où il ressort que la mission confiée aux volontaires relèvent de l emploi déguisé Motifs : Emploi déguisé et manquements relatifs aux conditions d exercice des missions Suivi à distance de l Agence 3. Le programme national Le programme retenu par l Agence permet de répondre de façon adaptée et autant que possible aux demandes de contrôle des délégués territoriaux tout en engageant quelques contrôles à l initiative de l Agence notamment sur la base des réclamations des volontaires. - 9 contrôles formalisés des organismes nationaux ont été réalisés par l Agence sur 50 sites 5 (100 volontaires auditionnés en 2012) ; - Des interventions liées au contrôle ont eu lieu auprès de 18 organismes 6. - Dans le cadre des contrôles formalisés 10 DRJSCS été mobilisés pour 12 interventions7 et 9 DD pour 10 interventions8. L annexe 2 précise les contrôles réalisés, les délais et les dates de réalisation, les motifs et le nombre de volontaires auditionnés. Les premiers enseignements Trois motifs principaux de déclenchement du contrôle sont constatés : - Risques de substitution à l emploi (annonce d emploi, position de subordination ) ; - Malaise du volontaire (malaise, désaccord, plainte du volontaire ) ; - Risque de contentieux (inégalité de traitement entre les associations nationales et locales, requalification d un contrat d engagement) Les modifications demandées par l Agence suite à ces contrôles : - Des missions mieux identifiées au regard des postes de salariés et de l objet des associations ; - Une terminologie plus adaptée ; - Une meilleure visibilité du Service Civique notamment sur le site des organismes (il a été en effet constaté qu aucune des structures contrôlées ne respectaient les obligations des organismes fixées dans le cadre de la communication 9 ) 5 Avenir-Santé, la Fédération de la Maison des Potes, le Mouvement Ni putes Ni Soumises, la Ligue de l enseignement, la Ligue de Protection des Oiseaux, SLAM PRODUCTIONS, BIO CONSOM ACTEURS, FFMJC, ANIMAFAC 6 Les MRJC, la Croix-Rouge dans le Rhône (69), le Secours-Catholique, la Fédération Française de Rugby à XIII (FFR XIII), les Eclaireurs, Visa, Emmaüs en Charente (16), la FNOGEC dans la Haute-Loire (43), Solidarité-Jeunesses dans le Vaucluse (85) et au Vietnam Concordia au Vietnam, l ARCHE en Ile et Vilaine (35) et dans les Yvelines (78), UNIS-CITE en Charente (16), Solidarité-Jeunesses pour la Croisée des Regards (84), Ligue de l enseignement en Charente (16), Ile et Vilaine (35), Haute-Vienne (87), Nord (59), FRANCAS dans le Puy de Dôme (63), Emmaüs en Charente (16), IFAC dans les Bouches du Rhône (13), SOS VILLAGE dans le Nord (59), UNEF dans le Rhône (69), Rempart dans le Cher (18), l Université Paris Cité à Paris l UNIJ pour le CRIJ dans la Somme (80), les Petits Débrouillards dans la Meuse (55) 7 Les DRJSCS de Languedoc-Roussillon et de Rhône-Alpes pour Avenir Santé, la DRJSCS de Rhône-Alpes pour ANIMAFAC, la DRJSCS d Auvergne, d Alsace, de Bretagne, des Pays de la Loire, de Poitou-Charentes pour la LPO, la DRJSCS d Auvergne et les DD de l Allier, du Cantal, de la Haute-Loire, du Puy de Dôme pour la Ligue de l enseignement, les DRJSCS PACA et Franche-Comté pour la FNMDP 8 La DD du Rhône pour Avenir-Santé et ANIMAFAC, les DD de Vendée, de la Sarthe, du Finistère pour la LPO, la DD de Meurthe et Moselle pour la FFMJC 9 «Mentionner que la structure, dans toutes les actions de communication effectuées sur le Service Civique, bénéficie du soutien de l Etat et de l Agence du Service Civique et utiliser l identité visuelle «Service Civique» et le logo selon les modalités définies par l Agence du Service Civique et de lui soumettre pour avis avant toute publication» Agence du Service Civique rapport d activité

17 - Un tutorat mieux formalisé et la mise en place d un accompagnement au projet d avenir ; - Des efforts en matière de mixité sociale ; - Une meilleure animation en direction des organismes tiers qui accueillent des volontaires dans le cadre de l intermédiation. Un impact positif est souligné par la majorité des volontaires rencontrés au cours des contrôles formalisés tant du point de vue de leur expérience d engagement personnel que de leur acquisition de compétences transférables dans leur parcours d insertion professionnelle. Des difficultés sont identifiées dans le cadre des procédures d intermédiation. Ces contrôles ont permis de reconsidérer les renouvellent des agréments demandés sur la base de la prise en compte des modifications attendues. En conclusion : La seconde année de mise en œuvre du contrôle a permis d inscrire durablement la démarche d un suivi «renforcé» avec l intervention plus familière pour les services et plus fréquente d une démarche contradictoire. Le travail poursuivi de concert avec les services a permis de concevoir de nouveaux outils facilitant la mise en place d un suivi plus qualitatif et l émergence d une culture commune. L impact positif du contrôle Au regard de l ensemble des informations collectées et compte tenu de l expertise conduite par les services, il est reconnu que les contrôles réalisés révèlent le plus souvent un impact positif pour les jeunes et pour les organismes et une adhésion à l état d esprit du Service Civique. Les bonnes pratiques Les regroupements de volontaires et les rencontres organisées avec les volontaires sont particulièrement signalés au titre des bonnes pratiques contribuant à apporter de la qualité au Service Civique. Les risques identifiés concernent principalement : - La substitution d emploi ; - Le défaut de tutorat et de prise en compte de la préparation au projet d avenir ; - La stratégie de placement de certains organismes nationaux dans le cadre de l intermédiation. Agence du Service Civique rapport d activité

18 II. LE SERVICE CIVIQUE EN 2012 : RECONNAISSANCE ET VALORISATION A. Actions de formation mises en œuvre en La formation aux premiers secours Considérant la portée hautement civique et citoyenne de la formation aux premiers secours, le conseil d administration de l Agence du Service Civique a décidé d inclure obligatoirement la formation Prévention et Secours de niveau 1 (PSC1) dans la formation civique et citoyenne. L organisation de cette formation a été confiée en 2011 et 2012 à la Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France (FNSPF) dans le cadre d une procédure d appel d offre volontaires ont bénéficié de cette formation en Une majorité de volontaires ne semble donc pas avoir bénéficié de cette formation. Plusieurs facteurs peuvent être avancés et notamment l insuffisance de la couverture territoriale des lieux de formation de la FNSPF et un manque d information des volontaires. Pour pallier à ces difficultés, l Agence à sélectionné deux prestataires pour 2013, la FNSPF et la Croix Rouge, et a renforcé l information en direction des jeunes. 2. La formation des tuteurs Afin d assurer la qualité du Service Civique, et soutenir les associations, collectivités et établissements publics accueillant des volontaires l Agence du Service Civique propose une formation s adressant aux tuteurs de volontaires en Service Civique. Cette formation a été confiée à un groupement solidaire constitué d Unis-Cité et de la Ligue de l enseignement. Ces formations comprennent deux modules distincts : - MODULE 1 : pour les nouveaux tuteurs amenés à encadrer des jeunes au sein de structures agréées (ou en cours) : connaître les fondamentaux du Service Civique pour bien accueillir et accompagner un jeune ; - MODULE 2 : pour les tuteurs expérimentés ayant déjà été amenés à occuper cette fonction et/ou ayant déjà participé à une session de formation de tuteur : échange d expériences et de pratiques de tutorat. Chaque formation se déroule sur une journée organisée en 2 modules parallèles, adaptés à l expérience des tuteurs. Ces journées de formation peuvent avoir lieu au niveau régional, départemental ou local dans l ensemble des territoires, sur demande des référents Service Civique. 116 journées de formation ont été organisées en 2012, et 1757 tuteurs issus de 1360 organismes d accueil distincts en ont bénéficié. B. Valorisation du Service Civique Dans le cadre de l élaboration et l animation des partenariats, l Agence du Service Civique poursuit un objectif unique : valoriser l engagement des volontaires. En 2012, les actions de valorisation sont déclinées en deux grands types : - les actions ayant pour but de valoriser l engagement des volontaires pendant leurs missions en leur permettant de bénéficier d avantages ou de réductions ; Agence du Service Civique rapport d activité

19 - les actions ayant pour but de valoriser, à l issue de leurs missions, l engagement des volontaires et les compétences acquises pendant le Service Civique (auprès des universités et des recruteurs). 1. Valoriser l engagement des jeunes pendant leur mission En 2012, l Agence a développé de nouveaux partenariats avec : GMF Depuis janvier 2012, GMF offre aux volontaires 2 mois de cotisation pendant la 1 ère année de leur assurance Habitation. Ce partenariat s'inscrit dans la continuité du mécénat déjà noué entre GMF et les Parcs Nationaux de France (PNF) depuis 2008 sur le thème "la nature en partage", dont l'objectif est de faciliter l'accès des parcs aux personnes en situation de handicap. Par ailleurs, depuis 2011, GMF a étendu son aide à travers un mécénat de compétence avec PNF, dans le but d'accompagner et de faciliter la mise en œuvre du Service Civique pour la protection de la nature dans les parcs nationaux. ANCV Depuis mars 2012, l Agence Nationale pour les Chèques-Vacances (ANCV) s est associée à l Agence du Service Civique pour permettre aux volontaires en Service Civique de bénéficier d un séjour de vacances à tarif solidaire via le programme Bourse Solidarité Vacances. Dans le cadre de sa mission de service public qui est de favoriser l accès aux vacances pour tous, l ANCV assure notamment la mise en œuvre du programme BSV. Ce dispositif facilite chaque année le départ en vacances de près de personnes qui en sont exclues en leur proposant des séjours à tarif solidaire (-80% du prix public). L ANCV recueille toute l année auprès des professionnels du tourisme engagés dans ce programme, des offres de séjours et de loisirs à la disposition des collectivités, des organismes sociaux et des associations partenaires. Les séjours durent une semaine et se déroulent dans les centres de vacances, les résidences de tourisme, hôtels, campings, mobile homes ou gîtes. Ils sont proposés aux volontaires qui peuvent avoir accès à toutes les offres du programme BSV, hors vacances scolaires, une période réservée aux familles. Banque Postale Le groupe La Banque Postale soutient les volontaires pendant et à l'issue de leurs missions de Service Civique. Depuis mars 2012, les volontaires en Service Civique peuvent bénéficier d avantages bancaires dédiés : - Un an de cotisation offert la 1 ère année pour toute souscription d'une Formule de Compte. - Deux mois offerts la 1 ère année sur la cotisation annuelle de l'assurance Habitation. Par ailleurs, la Banque postale offrira dans les prochains mois la possibilité d emprunter à taux zéro pour les volontaires en Service Civique (microcrédits). En 2012, le socle des avantages nationaux se compose donc de la façon suivante : - complémentaires Santé (MACIF Mutualité et Malakoff Médéric) ; - assurance habitation (GMF et Banque postale) ; - frais bancaire (Banque postale) ; - loisirs (ANCV) ; - équipement informatique (Microsoft) ; - forfait mobile (Orange). Il est complété par des avantages proposés par les collectivités (tarification spécifique pour les transports par exemple). Ces avantages sont encore très disparates d une région à une autre. Agence du Service Civique rapport d activité

20 Une enquête lancée par l Agence du Service Civique auprès des référents locaux en fin d année 2012 a permis de recenser que sept régions, trois départements et une communauté d agglomération sont signataires d accords de valorisation du Service Civique permettant d accorder des avantages pour les jeunes et/ou les structures d accueil (voir tableau en annexe). En annexe, la liste des avantages régionaux. Ces avantages s inscrivent dans les domaines suivants : aide à la mobilité ; accès à la culture ; accompagnement post-service Civique ; appui financier. 2. Valoriser les compétences acquises par les volontaires pendant leurs missions a) Favorisation l insertion professionnelle des volontaires : animation et développement des partenariats existants Afin de permettre une meilleure connaissance du monde de l entreprise par les volontaires, l Agence du Service Civique organise avec ses partenaires des rencontres entre les salariés et les volontaires ou des journées thématiques associant ses partenaires. C est aussi l occasion d impliquer les collaborateurs des partenaires. Ces actions peuvent prendre des formes diverses : Journée «Attentes et responsabilités de l entreprises vis-à-vis des jeunes», visites de magasins et découvertes des métiers, journée thématique sur les sciences, découvertes des métiers et propositions de parrainage par un salarié du groupe, session de recrutement pour les volontaires. Elles se sont tenus partout en France et ont regroupé parfois plus de 100 volontaires. Elles ont été organisées, entre autres, par l Essec, IBM, Inditex ou Adecco. b) Valoriser le Service Civique dans les cursus de formation et mobiliser les universités Les universités contribuent au développement du Service Civique. Notamment en : - Favorisant la connaissance du Service Civique auprès des étudiants et du corps professoral, relayant via les services d orientation et d Insertion professionnelle les missions de Service Civique ; - Accueillant des volontaires en Service Civique en proposant des missions variées (en lien, par exemple, avec les étudiants étrangers, ou en situation de handicap, ou l animation de projets culturels ) ; - Valorisant l expérience du Service Civique dans les cursus proposés. En effet le décret du 24 août 2011, relatif aux modalités de valorisation du Service Civique dans les formations post-baccalauréat, définit les conditions dans lesquelles les conseils d administration des universités peuvent décider de valider et de valoriser, notamment par l attribution de crédits ECTS, la réalisation d un Service Civique par leurs étudiants. Plusieurs universités ont déjà mis en œuvre des moyens pour valoriser l expérience du Service Civique (octroi de crédits ECTS, validation du Service Civique en lieu et place d un stage). En 2012, l Agence du Service Civique et ses référents locaux ont accompagné une dizaine d universités dans la mise en place de modalités de valorisation du Service Civique : l université Jean Monnet à Saint Etienne, l université de Bourgogne à Dijon, l université Blaise Pascal à Clermont Agence du Service Civique rapport d activité

21 Ferrand, l université de Haute Alsace à Mulhouse, l université de Lorraine à Nancy, l université François Rabelais à Tours, etc Par ailleurs, de plus en plus d écoles valorisent le Service Civique ou ont initié des travaux dans ce sens : Ecole de formation du Barreau de Paris, Euromed, Polytech Orléans, l ESSEC. C. L Institut du Service Civique L Institut du Service Civique a pour objet d aider des jeunes qui ont montré leur potentiel pendant leur Service Civique à entreprendre des parcours de formation ou des parcours professionnels qui leur permettent de valoriser ce potentiel et les compétences qu ils ont acquises et démontrées pendant leur engagement. Il s adresse à des jeunes de tout niveau scolaire a été la première année de fonctionnement de l Institut du Service Civique. Elle a vu la conception et la mise en oeuvre de l ensemble de la procédure de détection, le développement des premiers partenariats, et la mise en route les actions de l Institut : accompagnement des projets individuels des lauréats et actions collectives. La procédure de détection a été élaborée de façon conjointe entre l Institut, ses partenaires entreprises ou établissements d enseignement, et les associations membres du comité stratégique de l Agence du Service Civique. Sa mise en œuvre a permis à l ensemble de ces partenaires, ainsi qu aux délégués territoriaux du Service Civique de participer, tant à la lecture des dossiers pour l admissibilité qu aux entretiens oraux d admission. Ont ainsi été accueillis au sein de l Institut 150 jeunes, qui ont bénéficié de séminaires et conférences organisés par l Institut, ainsi que d un accompagnement individuel dans la réalisation de leur projet. Plus de 20 écoles et une quinzaine d entreprises partenaires ont accepté de mettre en place des procédures spécifiques pour pouvoir accueillir des lauréats dans leurs équipes et recrutements. Sur les 150 jeunes «lauréats de l Institut du Service Civique», près de la moitié ont repris un parcours de formation. Une petite trentaine de jeunes sont accompagnés dans un projet de création d activité. Une cinquantaine étaient en recherche d emploi et ont été accompagnés et appuyés dans cette recherche. L Institut du Service Civique est une structure disjointe de l Agence du Service Civique. Sa création, inscrite dans les orientations stratégiques de l Agence dès 2011, participe de la démarche de valorisation du Service Civique. L Agence et l Institut fonctionnent en synergie, notamment pour la mise en place de partenariats avec des entreprises ou avec des établissements d enseignement. L Agence du Service Civique et le réseau territorial ont participé à la diffusion d information envers les volontaires afin de leur faire connaître la possibilité qui leur était offerte par l Institut de valoriser leur Service Civique et de bénéficier d un appui dans leur projet d avenir. D. Evaluation du Service Civique Deux enquêtes d envergure ont été menées en 2012 pour évaluer le Service Civique, suite à des débats et orientations du comité stratégique : une enquête sur les ruptures anticipées des contrats de Service Civique et la poursuite de la série d enquêtes initiées en 2011 et confiées à TNS Sofres sur la mesure des conséquences du Service Civique sur les volontaires qui l accomplissent. Agence du Service Civique rapport d activité

22 1. Les ruptures anticipées des contrats de Service Civique 26% des contrats signés en 2011 et début 2012 ont été rompus avant terme. (Les données concernant l ensemble des contrats 2012 ne sont pas significatives à ce stade, puisqu une majorité d entre eux sont toujours en cours) Concernant les motifs de ruptures déclarés par les organismes d accueil, ils se répartissent comme suit : Retrait de l'agrément de la structure d'accueil 0,11% Le volontaire n'a jamais pris son poste 0,38% Force majeure 4% Embauche en CDD moins de 6 mois; 5,38% Faute grave d'une des parties; 6,43% Commun accord entre les parties; 46,30% Abandon de poste; 14,41% Une enquête a été confiée par l Agence du Service Civique à Optima-IFOP pour approfondir les motifs de ruptures les moins explicites à savoir «commun accord entre les parties» invoqué dans plus de 46% des notifications de rupture, «Faute grave d une des parties», «Force majeure», et «abandon de poste». 500 volontaires concernés par ces motifs ont été contacté par téléphone puis 30 entretiens qualitatifs ont été menés en face-à-face entre mars et mai Concernant le profil des volontaires, il ressort de cette enquête : Embauche en CDD d'au moins 6 mois ou CDI; 22,96% - Une sous-représentation des jeunes ayant un niveau de formation supérieur au bac et une surreprésentation des jeunes ayant un niveau de formation infra-bac parmi les jeunes rompant leur contrat avant terme : formation % parmi les volontaires dont le contrat a été rompu avant terme % parmi l'ensemble des contrats 2011 % parmi l'ensemble des contrats 2012 Niveau I, II, III 33% 41% 40% Niveau IV 35% 36% 36% Niveau V et VI 32% 23% 24% - Une sous-représentation des étudiants une surreprésentation des demandeurs d emploi parmi les jeunes rompant leur contrat avant terme : Agence du Service Civique rapport d activité

23 Situation à l entrée % parmi les volontaires dont le contrat a été rompu avant terme % parmi l'ensemble des contrats 2011 % parmi l'ensemble des contrats 2012 demandeur d'emploi 50% 47% 42% Etudiant 28% 34% 36% Inactif 17% 13% 16% Salarié 5% 6% 6% Concernant les motifs de rupture, les volontaires interrogés ont été invité à définir librement quelles étaient les raisons pour lesquels leur contrat avait été rompu avant terme. Les motifs cités ont été regroupés en 3 thèmes (détail des motifs en annexe 3) : - Le contexte de la mission (41 %) : reprise d emploi, d études, rémunération trop faible, etc. - Le ressenti de la mission (46 %) : pas d activité, problème relationnel, défaut d accompagnement ou d organisation, etc. - Les causes factuelles (13 %) : problèmes de santé, difficultés personnelles, etc. Un certain nombre d outils répondant à ces problématiques était déjà en cours d élaboration ou de développement au moment de la finalisation de cette enquête : formation des tuteurs, guide des tuteurs, guide du volontaire. Pour 2013, l Agence a inscrit dans ces priorités l amélioration de la qualité des missions, à partir des constats réalisés en 2012 : - Former les tuteurs le plus précocement possible ; - Sensibiliser les jeunes aux spécificités des missions de volontariat : leur spécificité ne réside pas seulement dans la nature des tâches réalisées au cours de la mission mais aussi dans la posture particulière qu il implique et qui exclut tout lien de subordination. La formalisation de son positionnement par rapport aux salariés et aux bénévoles en constitue ainsi une dimension essentielle. La formation citoyenne et le projet d avenir y contribuent également. La sensibilisation des jeunes doit donc prendre en compte l ensemble de ces éléments ; - Améliorer le suivi des jeunes pendant et à la fin de leur Service Civique ; - Développer la reconnaissance du statut du jeune en Service Civique. 2. Enquête de TNS Sofres sur l impact du Service Civique sur ceux qui l ont fait A la demande de l Agence du Service Civique, TNS Sofres a interrogé d anciens volontaires afin de connaître leur opinion sur le Service Civique et le bilan qu ils tirent de leur mission. 893 volontaires ont été interrogés par Internet du 11 au 19 février 2012, soit 4 à 8 mois après la fin de leur mission. En parallèle un échantillon-miroir de 500 jeunes Français a été interrogé. Celui-ci a fait l objet d un redressement afin d être conforme à l échantillon des anciens volontaires interrogés en termes de sexe, d âge, de profession des parents et de niveau de diplôme. a) Une très large satisfaction à l égard de sa mission de Service Civique 89% des anciens volontaires se disent satisfaits de leur mission (dont 43% très satisfaits) contre seulement 11% qui ne sont pas satisfaits de leur expérience. Agence du Service Civique rapport d activité

24 Plus encore, les anciens volontaires sont quasi-unanimes (94%) à estimer qu avec le recul leur décision de faire une mission de Service Civique était une bonne idée. 60% estiment même qu il s agissait d une «très» bonne idée. Le retour sur expérience est bon avec une note moyenne de 7,0 sur 10 donnée au Service Civique. A ce titre les plus jeunes (17-22 ans) se montrent particulièrement satisfaits (note moyenne de 7,4). Globalement, les anciens volontaires se montrent positifs vis-à-vis des différents éléments liés à leur expérience dans le Service Civique. Les résultats sont particulièrement élevés concernant le contenu de leur mission. Pour 92% d entre eux celle-ci a été l occasion d être autonome, pour 91% ils ont pu faire quelque chose d utile socialement et 90% ont le sentiment d avoir rempli les objectifs de leur mission. Quant aux aspects professionnalisants du Service Civique, les résultats sont largement positifs : les anciens volontaires sont très nombreux à estimer que l expérience leur a permis d acquérir des compétences utiles dans leur avenir professionnel (86%), de profiter de l expérience des professionnels (81%), et de découvrir le milieu professionnel et le monde du travail (70%). Très largement satisfaits de leur mission, 95% des anciens volontaires recommanderaient à d autres jeunes de réaliser un Service Civique, dont 57% disent qu ils le recommanderaient certainement. Agence du Service Civique rapport d activité

25 b) Pour une large majorité, le Service Civique aide à trouver un emploi 61% des anciens volontaires estiment par ailleurs que leur expérience de Service Civique les a aidés ou va les aider à trouver un emploi. Trois raisons principales sont citées à l appui de ce constat : le développement des compétences professionnelles pendant la mission (cité par 72%), le fait qu il s agisse d une première expérience valorisable auprès d un employeur (62%) et enfin la confiance en soi acquise grâce au Service Civique (53%). Le Service Civique est très largement mis en valeur dans les CV (80%) et au cours des entretiens d embauche (64%). 62% de ceux qui l ont mis en avant lors de ces entretiens, estiment que les employeurs ont d ailleurs accordé de l importance à cette expérience. En revanche, ils sont moins nombreux à avoir obtenu l appui de la structure où ils ont fait leur Service Civique (36%) et à avoir mobilisé leurs relations professionnelles connues pendant leur Service Civique (32%). Pour ceux qui ont mis en valeur leur Service Civique pendant leur recherche d emploi, 48% ont mis l accent sur les compétences professionnelles acquises ou développées et 38% sur l expérience qu a représenté leur mission. A l inverse ceux qui estiment que leur mission ne les a pas aidés ou ne va pas les aider à trouver un emploi, citent deux raisons principales : la faible connaissance du Service Civique par les employeurs (47%) et le fait qu ils cherchent un emploi dans un domaine différent de leur mission (43%). A noter que, seulement 37% des anciens volontaires qui ont mis en valeur leur mission auprès des conseillers du Pôle Emploi ont eu l impression que ces derniers accordaient de l importance au fait d avoir fait un Service Civique. c) Le Service Civique : un impact important sur l orientation professionnelle 69% des anciens volontaires considèrent que leur mission leur a permis d avoir une idée plus précise de ce qu ils souhaitent faire dans les mois ou les années à venir. 47% des anciens volontaires estiment que leur expérience dans le Service Civique a confirmé leur projet professionnel contre 20% pour qui elle l a remis en cause (pour le tiers restant cela n a rien changé). Le fait d avoir accompli une mission dans le Service Civique figure comme l élément le plus important dans la précision des projets professionnels des anciens volontaires interrogés, 49% déclarant qu il a Agence du Service Civique rapport d activité

26 été utile dans la précision du projet professionnel, loin devant les autres éléments cités (stage, accompagnement par la mission locale, etc.). d) 75% étudient ou travaillent 6 mois après le Service Civique Seuls 20% des volontaires interrogés quatre à huit mois après la fin de leur mission Service Civique sont sans activité. 75% sont occupés : 35% des anciens volontaires suivent des études ou une formation, 11% sont en stage, 29% travaillent. Si l on compare la situation des jeunes volontaires avant et après le Service Civique, on constate un triplement de la part de ceux qui ont un emploi (qui passe de 10 à 29%) tandis que la proportion des personnes sans activité passe de 37 à 20%. Dans le même laps de temps de 12 mois, au sein d un échantillon miroir sociologiquement équivalent mais n ayant pas fait de Service Civique, la part d inactivité passe de 14 à 10%, et ceux qui travaillent de 35 à 57%. Les volontaires sont au global plus nombreux que les jeunes l échantillon-miroir à estimer que la recherche d emploi des jeunes Français en général est difficile (95% contre 83%). On remarque la Agence du Service Civique rapport d activité

27 même tendance quant à leur propre situation professionnelle : 34% des anciens volontaires trouvent que leur propre recherche d emploi est ou a été facile, contre 49% des jeunes de l échantillon miroir. En regardant les difficultés rencontrées au moment de la recherche d emploi, la première difficulté invoquée par l échantillon-miroir, et de manière nette, est le reproche de l absence de première expérience (51%). Cette difficulté n est citée qu en second par les anciens volontaires (48%) et surtout se démarque moins des autres difficultés rencontrées, signe que la mission de Service Civique peut être valorisée comme cette première expérience qui manque à beaucoup. Cet écart est encore plus considérable quand on regarde les résultats de ceux qui sont sans activité professionnelle : 64% des jeunes «miroirs» citent alors le reproche d un manque d expérience contre 50% des anciens volontaires. Les anciens volontaires sont plus nombreux que l échantillon miroir à citer leur difficulté principale comme étant liée au trop grand nombre de candidats pour les emplois recherchés (respectivement 48% et 33% de citations). 75 % des anciens volontaires qui travaillent se disent satisfaits de leur emploi actuel (à un niveau semblable de l échantillon miroir) et 32% se disent même très satisfaits, contre 23% de l échantillon miroir. Globalement des anciens volontaires trouvent qu il y a une correspondance entre leurs attentes et leur emploi actuel, notamment concernant leurs qualifications (71%) et le secteur dans lequel ils veulent travailler (71%), des résultats très similaires à ceux de l échantillon miroir. Une majorité déclare également que leur emploi actuel correspond au statut (57%) et au niveau de rémunération (50%) qu ils souhaitaient avoir, mais dans une moindre proportion que les jeunes de l échantillon miroir (68% et 59%), ce qui peut être le fait soit d une situation moins favorable, soit d un niveau d exigence plus élevé. e) Des anciens volontaires plus ouverts, plus confiants et plus engagés que les autres jeunes Sur un certain nombre d opinions et d attitudes, les anciens volontaires interrogés se montrent plus ouverts et plus confiants que l échantillon de jeunes Français interrogés. L engagement est également quelque chose de plus important pour eux. S agissant de la confiance à l égard des autres, on remarque une différence importante entre les anciens volontaires du Service Civique et l échantillon-miroir. Les premiers se montrent en effet beaucoup plus ouverts : 43% estiment qu on peut faire confiance à la plupart des gens (contre 55% qui jugent qu on n est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres). Auprès de l échantillon miroir seuls 17% adoptent cette attitude de confiance. Par ailleurs, seuls 31% des anciens volontaires estiment «qu aujourd hui en France on ne se sent plus chez soi comme avant» contre 65% qui jugent au contraire qu on se sent autant chez soi aujourd hui qu avant. Or sur cette question d attitude, les jeunes de l échantillon-miroir sont au contraire une large majorité (59%) à juger qu on ne sent plus chez soi comme avant en France. Par ailleurs, 92% des anciens volontaires déclarent que le sentiment d être utile aux autres est quelque chose d important pour eux, dont 43% pour qui c est essentiel (ils sont respectivement 85% et 33% dans l échantillon miroir). Le sentiment de pouvoir changer les choses est bien davantage partagé par les anciens volontaires que pour les jeunes Français en général. 76% des premiers pensent pouvoir contribuer à ce que les Agence du Service Civique rapport d activité

28 choses bougent là où ils habitent contre 56% des jeunes miroirs. Si le sentiment de pouvoir changer les choses diminue avec l élargissement du champ d action (national et mondial), les anciens volontaires sont toujours plus nombreux à déclarer qu ils peuvent changer les choses que l échantillon miroir. Concernant l importance des différents comportements civiques, une grande majorité des anciens volontaires les estime importants et ils se montrent globalement plus sensibles à cette question que l échantillon miroir. On note que les anciens volontaires sont particulièrement sensibles aux comportements civiques qui supposent une forme de volontarisme : ils sont ainsi plus nombreux à accorder de l importance au fait de rendre service à ses proches ou ses voisins (54% jugent cela «très important» contre 31% de l échantillon miroir), de trier ses déchets (45% contre 33%) et de donner de l argent ou du temps à des associations d entraide (23% contre 8%). Les différences avec l échantillon-miroir sont en revanche moins nettes s agissant de l importance du vote aux élections et du respect des règles de la vie en société. 3. Les enquêtes de satisfaction Durant l année 2012, ont été réalisées six enquêtes de satisfaction auprès de volontaires qui ont terminé leur mission de Service Civique (janvier, mars-avril-mai, juin, juillet, août, septembre). Les questionnaires sont envoyés par mail et par courrier aux volontaires ayant terminé leur mission de Service Civique volontaire qui répondent en ligne. Les objectifs de ces enquêtes (distincts de ceux poursuivis dans le cadre de l'évaluation et de l'enquête menée par TNS Sofres) sont doubles : - mesurer le niveau de satisfaction du volontaire à l'égard de son expérience de Service Civique ; - et détecter d'éventuels dysfonctionnements au cours du Service Civique dans une perspective de contrôle (respect de la durée hebdomadaire, versement de l'indemnité complémentaire, etc.) Agence du Service Civique rapport d activité

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

Journée de formation - Service Civique

Journée de formation - Service Civique Journée de formation - Service Civique Accueillir et accompagner un jeune en engagement de Service Civique «Le tuteur, un rôle fondamental pour le respect de l esprit du Service Civique, et la réussite

Plus en détail

GUIDE DU VOLONTAIRe EN SERVICE CIVIQUE

GUIDE DU VOLONTAIRe EN SERVICE CIVIQUE GUIDE DU VOLONTAIRe EN SERVICE CIVIQUE Note au lecteur Comme il est détaillé dans le document (encadré page 9), il existe plusieurs formes de volontariat prises en compte par la loi du 10 mars 2010. Le

Plus en détail

www.rhonealpes.fr Rhône-Alpes

www.rhonealpes.fr Rhône-Alpes www.rhonealpes.fr Accueillir et accompagner des jeunes en contrat d engagement de service civique Rhône-Alpes Alors que la jeunesse doit rester l âge des projets et des rêves, aujourd hui, dans notre région,

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Le service civique. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / juin 2010 1

Le service civique. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / juin 2010 1 Sans disparaître complètement, le volontariat associatif, introduit par la loi du 23 mai 2006, reçoit une nouvelle configuration et réapparaît dans la loi du 10 mars 2010 sous la dénomination de «service

Plus en détail

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Historique : Créée par Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

Cadre achat de prestation du PLIE année 2015. Cahier des charges

Cadre achat de prestation du PLIE année 2015. Cahier des charges Cadre achat de prestation du PLIE année 2015 Action préparatoire à une entrée en parcours qualifiant Cahier des charges INTRODUCTION... 2 CONTEXTE GENERAL... 2 OBJECTIFS ET RESULTATS ATTENDUS... 2 DEROULEMENT

Plus en détail

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Seconde rencontre nationale des mandatés CHOMAGE CFTC les 17

Plus en détail

BaroJOB. Une priorité : Donner Envie aux Jeunes. Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / Mars-Avril 2014

BaroJOB. Une priorité : Donner Envie aux Jeunes. Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / Mars-Avril 2014 BaroJOB Une priorité : Donner Envie aux Jeunes Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / MarsAvril 2014 Filière IT : Confirmations et paradoxes 2 Filière IT : Confirmations

Plus en détail

GUIDE DE L EMPLOYEUR

GUIDE DE L EMPLOYEUR Unité Territoriale de Paris GUIDE DE L EMPLOYEUR Actualisé le 07 août 2013 CONTRAT UNIQUE D INSERTION(CUI) : 1. CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI (CAE) 2. CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CIE) 3. EMPLOIS

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

RESTAURATION LOGEMENTS

RESTAURATION LOGEMENTS LES PRESTATIONS MINISTERIELLES au 1 er janvier 2014 La restauration collective RESTAURATION 927 structures de restauration collective réparties en 322 restaurants financiers, 74 restaurants inter administratifs

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique Un peu d histoire Cette formation qui existe depuis une quinzaine d années est devenue un master

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Service Civique Eric Forti Délégué Général Ligue de l enseignement Val-d Oise

Service Civique Eric Forti Délégué Général Ligue de l enseignement Val-d Oise Service Civique Eric Forti Délégué Général Ligue de l enseignement Val-d Oise Le Service Civique Cadre général Qu est ce que le Service civique? C est la possibilité de s engager : pour des jeunes de 16

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

MENTION ADMINISTRATION DES TERRITOIRES ET DES ENTREPRISES

MENTION ADMINISTRATION DES TERRITOIRES ET DES ENTREPRISES MENTION ADMINISTRATION DES TERRITOIRES ET DES ENTREPRISES Les spécialités : MASTER PROFESSIONNEL 00 Management des activités tertiaires () Management public : métiers de l administration territoriale ()

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES 1 ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES Vus La Loi n 2009-1437 du 24 novembre 2009 La Loi n 2010-1657 du 29 décembre 2010 Le Décret n 2010-1780 du 31 décembre

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Depuis la parution de la circulaire du 23 juillet 2007, le paysage des incitations financières a fortement

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Règlement Intérieur 2015 Défi Lor

Règlement Intérieur 2015 Défi Lor Règlement Intérieur 2015 Défi Lor 1 Préambule Depuis 10 ans, la situation de la jeunesse française s est aggravée. A la fracture sociale, s ajoute désormais une fracture territoriale et à court terme une

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d expertises en

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

2 Le service civique : une ambition forte, une montée en charge à maîtriser

2 Le service civique : une ambition forte, une montée en charge à maîtriser 2 Le service civique : une ambition forte, une montée en charge à maîtriser PRÉSENTATION Instauré par la loi du 10 mars 2010 en remplacement du service civil volontaire, avec l objectif de renforcer la

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Guide Pratique Pour le développement du service civique dans les établissements d'enseignement supérieur

Guide Pratique Pour le développement du service civique dans les établissements d'enseignement supérieur Guide Pratique Pour le développement du service civique dans les établissements d'enseignement supérieur L 'épanouissement intellectuel et citoyen de la jeunesse française est un enjeu majeur pour notre

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Laval (53), Mercredi 28 mai 2014

Laval (53), Mercredi 28 mai 2014 Laval (53), Mercredi 28 mai 2014 Savoir identifier, accueillir et accompagner un volontaire en engagement de Service Civique «Le tuteur, un rôle fondamental pour le respect de l esprit du Service Civique,

Plus en détail

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique SOFIP - SERVICE OFFRE DE FORMATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE Relations Université-Entreprises l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique Ce guide est destiné à la communauté universitaire

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013

Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013 Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013 ------------- C. N. D. S. ------------ Retour des dossiers des Ligues Régionales

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Management de l Environnement" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 13 octobre 2007 2 2013 / 2014 Groupe Sup

Plus en détail

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION OBJET A travers ce dispositif, la Région souhaite : Démocratiser l accès à la culture Faire du dispositif un véritable outil d ouverture culturelle Valoriser

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS

VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS VOLONTAIRES EN SERVICE CIVIQUE GUIDE À DESTINATION DES TUTEURS WWW.SERVICE-CIVIQUE.GOUV.FR Préambule Seule personne auprès du volontaire nommément désignée dans le contrat d engagement de Service Civique,

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Contribution des Jeunes Européens-France au livre vert sur la promotion de la mobilité des jeunes à des fins d apprentissage

Contribution des Jeunes Européens-France au livre vert sur la promotion de la mobilité des jeunes à des fins d apprentissage Contribution des Jeunes Européens-France au livre vert sur la promotion de la mobilité des jeunes à des fins d apprentissage La contribution apportée par les Jeunes Européens-France se base : - D une part

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

Congrès fédéral 7 juin 2014. Pôle Développement Institut Fédéral de l Emploi et de la Formation

Congrès fédéral 7 juin 2014. Pôle Développement Institut Fédéral de l Emploi et de la Formation Les emplois d avenir Convention-cadre FFTT-MSJEPVA Congrès fédéral 7 juin 2014 Pôle Développement Institut Fédéral de l Emploi et de la Formation 1 Rappel sur L emploi d avenir C est un dispositif d emploi

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d'affaires en contrôle des bâtiments de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

Convention Collective Nationale de la Mutualité

Convention Collective Nationale de la Mutualité Page 1 sur 14 Convention Collective Nationale de la Mutualité ACCORD DE BRANCHE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE PREAMBULE Les organismes mutualistes et leurs salariés sont confrontés à la nécessité de

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Effectifs et taux de réponse par discipline

Effectifs et taux de réponse par discipline observatoire régional #36 Synthèse régionale août 2013 à Master mixte Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2012 des diplômés de Master mixte promotion 2010 349 diplômés de M2 mixte en 2010 sur 399 interrogés

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail