CASSAGNE et Associés. Le relais entre votre titre et les investisseurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CASSAGNE et Associés. Le relais entre votre titre et les investisseurs"

Transcription

1 Le relais entre votre titre et les investisseurs SQLI GROUP Créée en 1990, SQLI prend rapidement le virage des technologies Internet. En 2002, une nouvelle équipe de direction organise le Groupe pour que son service réponde aux meilleurs standards : le processus d industrialisation autour de CMMI est lancé et en novembre 2003, un premier centre offshore est ouvert au Maroc. En 2005, un plan triennal est engagé et il va permettre au Groupe de passer de 45,8 M de chiffre d affaires en 2004 à 157 M en 2008, à la fois par des opérations de croissance externe et par une croissance organique soutenue, nettement supérieure à la progression du marché des SSII. Les acquisitions réalisées par le Groupe ont définitivement assis son rôle moteur dans les projets e-business en France. SQLI a toujours su anticiper l évolution de son marché, le Groupe a développé depuis plusieurs années des actifs technologiques et des compétences qui légitiment son organisation actuelle en deux pôles : SQLI Digital Commerce et SQLI Technologies. Le Groupe accompagne ses clients dans leur transformation digitale et leur propose une offre globale alliant offre technologique et offre de marketing digital. Le regroupement des activités en deux pôles, sous l impulsion du nouveau Directeur Général, Didier Fauque, doit favoriser une nouvelle phase de croissance soutenue et rentable. 18 novembre Etude SQLI - 1/29

2 SOMMAIRE 1. UN MARCHE DES SERVICES INFORMATIQUES EN MUTATION Evolution du marché des services informatiques La transformation digitale des entreprises... 5 Un mouvement irréversible vers le numérique... 5 Les principaux enjeux L entreprise numérique, les ESN et les agences digitales... 8 L entreprise numérique et ses clients... 8 Le rôle central des ESN dans la transformation digitale des entreprises... 9 De nouveaux entrants : les agences digitales SQLI, UN ACTEUR MAJEUR DU E-BUSINESS La maîtrise des technologies e-business Un positionnement historique sur les technologies Internet La réorganisation du Groupe Le plan de développement Une double expertise en digital business : IT et marketing Le pôle IT Le pôle Agence digitale ANALYSE FINANCIERE Historique Evolution du chiffre d affaires Rentabilité Financement Analyse du compte de résultat Analyse du bilan L actif immobilisé Les capitaux propres Le besoin en fonds de roulement Liquidité et solvabilité Les résultats semestriels et chiffre d affaires du T Perspectives financières VALORISATION Valorisation par la méthode DCF Hypothèses Valorisation Analyse de la sensibilité du modèle DCF Valorisation par les comparables boursiers Peer Group Les multiples de valorisation du peer group novembre Etude SQLI - 2/29

3 RESUME - CONCLUSION Capitalisation boursière 52,32 M Nombre de titres 3,58 M Cours au 18/11/ ,6 Extrêmes 12 m. Volume moyen 12 m. 7,02 / 14, Fair Value 16,9 Potentiel + 16% Marché ISIN Reuters Bloomberg Actionnariat : Dirigeants&managers Flottant Autocontrôle Eurolist C FR SQLI.PA SQI:FP 14,9% 84,8% 0,30% En millions d euros 12 13e 14e CA Variation -4% -2% 5% ROC 8,5 7,4 9,5 MOC 5,4% 4,8% 5,8% RN 4,5 6,7 5,0 Marge nette 2,8% 4,3% 3,0% Immobilisations nettes 52,3 51,0 51,6 BFR 6,61 6,98 7,32 Autres actifs 1,39 1,39 1,39 Actif économique 60,3 59,4 60,3 Capitaux propres 64,1 69,5 72,4 Autres passifs 2,0 2,0 2,0 Endettement net -5,8-12,1-14,1 Capitaux investis 60,3 59,4 60,3 BPA 1,2 1,9 1,4 Div./action 0,4 0,6 0,4 Rendement 2,5% 3,8% 2,8% PE 7,1 7,8 10,6 VE/CA 0,2 0,3 0,2 VE/EBITDA 3,1 4,8 3,8 ROCE 9% 8% 10% ROE 7% 10% 7% 14,0 10,0 6,0 2,0 janv.-12 mai-12 sept.-12 janv.-13 mai-13 sept.-13 Figure 1 : Cours de SQLI depuis janvier 2012 SQLI est reconnu comme un acteur majeur des technologies e- business en France : le Groupe est un des principaux «pure player». SQLI s est singularisé très tôt par des mesures visant à industrialiser son service : CMMI, centres offshore, capitalisation de son savoir-faire (solutions). Pour mieux correspondre à l évolution de ses activités vers une offre à la fois technologique et marketing, SQLI Group a annoncé en septembre dernier sa réorganisation en deux pôles : SQLI Digital Commerce et SQLI Digital Technologies. Cette meilleure visibilité de l offre doit lui permettre de profiter de la forte croissance du marché du digital business. Notre objectif de cours est de 17,9. 18 novembre Etude SQLI - 3/29

4 1. UN MARCHE DES SERVICES INFORMATIQUES EN MUTATION 1.1. Evolution du marché des services informatiques Le secteur des services informatiques a commencé à se développer dans les années 1970 avec l extension du parc d ordinateurs. Auparavant, ce marché était dominé par les constructeurs de matériels. Les principaux objectifs poursuivis étaient alors l automatisation et l informatisation du travail des employés. Les services informatiques ont ensuite réellement pris leur essor dans les années 1990 avec la demande croissante des entreprises en matière de progiciels reposant sur le web et tournés vers des préoccupations métier. Ces années 1990 sont aussi celles de la structuration et de la consolidation du secteur. Dans les années 2000, l infogérance applicative et l infogérance d infrastructures se développent fortement, l externalisation de l IT permet aux entreprises de se recentrer sur leur cœur de métier. De nombreux contrats pluriannuels très conséquents sont signés entre les SSII et les grands groupes industriels ainsi qu avec des acteurs majeurs du monde bancaire. Pendant cette période, la généralisation d Internet modifie profondément les organisations : désormais, le système d information d une entreprise est accessible même à l extérieur de celle-ci. Bruno Ménard («L Entreprise Numérique») distingue trois principaux facteurs qui ont contribué à l avènement de la société numérique : l augmentation de la puissance de calcul, l accroissement de la capacité de stockage et la hausse de la capacité de transport de l information à travers le réseau. Ces évolutions ont des impacts importants sur le métier des SSII qui ne peuvent plus prendre uniquement en compte les dimensions technique et technologique : elles doivent mettre les technologies au service de leurs clients et adopter une approche tournée vers les usages des utilisateurs. Ainsi, en avril dernier, afin de prendre en compte «la transformation des métiers et des prestations» des SSII, le Syntec Numérique a officiellement annoncé le changement de nom des SSII qui deviennent des Entreprises de Services du Numérique (ESN). Ces dernières années sont marquées par une rationalisation des dépenses informatiques des entreprises et une massification des prestataires. La pression sur les prix a poussé les ESN à rechercher des gains de productivité par la maîtrise du delivery (CMMI), par l implantation d agences en province (les coûts salariaux y étant moins élevés qu en Ile-de- France), par le recours plus intensif à l offshore et par le développement de solutions c est-àdire de briques logicielles réutilisables. Aujourd hui, dans un contexte de croissance économique faible et de pressions toujours plus importantes sur les prix, accentuées par la concurrence des SSII indiennes, les ESN trouvent notamment des relais de croissance dans les services numériques : le Cloud Computing, les solutions de mobilité, la sécurisation des données informatiques. Le cabinet Pierre Audoin Consultants observe la transformation du marché des services informatiques avec d un côté les services de masse sur lesquels les acteurs se livrent à une guerre des prix intense et de l autre côté, les services à valeur ajoutée qui permettent aux ESN de se différentier. 18 novembre Etude SQLI - 4/29

5 1.2. La transformation digitale des entreprises Un mouvement irréversible vers le numérique Tous les secteurs de l économie sont concernés par les technologies et les services numériques. Les médias, l édition, les sites de e-commerce bien entendu mais également le secteur de la santé avec la télémédecine et les consultations à distance, les banques qui proposent de plus en plus de services en ligne et dont la banque en ligne constitue un nouveau canal de distribution, les administrations publiques qui offrent la possibilité d effectuer un nombre croissant de démarches sur Internet ou encore la grande distribution qui fait évoluer son modèle classique avec la mise en place du «driving». Avec la généralisation de l accès à Internet, aussi bien fixe que mobile, les habitudes des consommateurs ont évolué. D une part, ils recherchent eux-mêmes, sur le web, les renseignements dont ils ont besoin sur des produits et/ou des services, alors qu auparavant, c était l entreprise qui fournissait ces éléments à ses clients. D autre part, les consommateurs échangent de plus en plus d informations entre eux sur ces mêmes produits et services : ils les recommandent et les notent sur les sites Internet des vendeurs, au sein des communautés virtuelles, sur les blogs, les réseaux sociaux. Les décisions d achat sont de plus en plus influencées par les informations disponibles sur Internet et par les commentaires des internautes. Les usages ont profondément changé, les individus veulent accéder facilement et rapidement aux ressources numériques quel que soit le lieu ou le moment. Outre l ergonomie des sites Internet qui, quel que soit le support utilisé (ordinateur, smartphone, tablette), doit être optimale pour créer une expérience utilisateur de qualité, les entreprises doivent savoir proposer de nouveaux services numériques grâce par exemple à des applications pour smartphone ou des widgets. L enjeu pour les entreprises est de réussir leur «transformation digitale» : de fluidifier, grâce aux technologies et aux services numériques, leur relation interne, avec leurs collaborateurs, et leurs relations externes avec leurs clients, fournisseurs et différents partenaires. Cette transformation digitale entraîne la modification du modèle économique, des modes d organisation de l entité et de ses principes de management. Les entreprises de e- commerce sont particulièrement sensibles à l intégration du numérique à toutes les strates de leur organisation : leur plateforme de prise de commande doit être liée en temps réel à leur système d information gérant aussi bien les stocks (le bien que le client commande est-il disponible immédiatement?), que leur production (lancement d un cycle lorsque les stocks diminuent) et leur logistique (envoi du bien au client). Leur système d information doit également intégrer les ventes réalisées par les autres canaux de distribution tels que les boutiques traditionnelles. Toutes les entreprises doivent aujourd hui réussir leur transformation digitale, ce qui implique de profonds changements culturels et l évolution de leur modèle d affaires. Les DSI doivent intégrer une donnée cruciale : les usages prennent aujourd hui le pas sur les technologies. 18 novembre Etude SQLI - 5/29

6 Les principaux enjeux Cloud computing Le Cloud Computing permet aux entreprises de gérer leurs données numériques en les externalisant sur des plateformes virtuelles. Les logiciels ne sont plus installés dans le système d information des entreprises mais celles-ci y accèdent par Internet en tant que service. Selon le cabinet IDC, le marché du Cloud Computing qui englobe les services professionnels, les logiciels et les infrastructures sous forme de services (Saas et Iaas 1 ) pèse 1,96 milliards d euros en 2012 et en 2015, il s élèvera à 2,65 milliards d euros. Le Cloud Computing s impose de plus en plus comme un modèle d achat des ressources informatiques. Exploitation de l information / big data L expression Big data est apparue avec l accroissement exponentiel des données informatiques générées et stockées (photos, vidéos, messages sur les réseaux sociaux etc.) : l enjeu actuel est de pouvoir analyser et gérer ces informations. 90 % des données dans le monde ont été créées au cours des deux dernières années. Le système de traitement utilisé doit être capable d analyser et d extraire, au sein d un volume massif de données non structurées, des informations claires et répondant aux besoins de l utilisateur et de les convertir en connaissances. Ce marché en est encore à ses prémices. Mobilité La convergence du mobile et du web est aujourd hui en pleine ébullition avec la montée en puissance des smartphones et des tablettes et la facilité de se connecter en haut débit par le réseau wifi ou 3G/4G. Les entreprises doivent intégrer ces nouveaux usages dans leur stratégie afin de capter de nouveaux consommateurs et de fidéliser leurs clients existants en leur proposant de nouveaux services. Les smartphones et les tablettes sont de nouveaux outils stratégiques pour le marketing. 24,1 millions de français possèdent un smartphone (soit 44,4 % de la population de 11 ans et plus) et 18,4 % des foyers sont équipés d une tablette (Source : baromètre du marketing mobile - Mobile Marketing Association France ). En outre, 77,7 % des mobinautes utilisent l Internet mobile quasi-quotidiennement. Selon l enquête annuelle de PWC sur l industrie des médias et des loisirs, le marché de l Internet mobile représentera 46 % du marché des accès à Internet dans le monde en D après cette même étude, le marché des médias et des loisirs sera de 65,5 mds d euros en 2016 en France contre 55,4 mds d euros en 2011, soit une croissance annuelle moyenne de 3,4 %. Ce taux de croissance s explique principalement par la publicité en ligne qui progressera de 9,9 % en moyenne, le segment le plus dynamique étant celui de la publicité sur mobile. 1 Saas : Software As A Service. IaaS : Infrastructure As A Service 18 novembre Etude SQLI - 6/29

7 Le web social Le web social représente une certaine vision d Internet qui est considéré comme un espace de socialisation à travers : des plates-formes participatives qui sont enrichies par les utilisateurs (Wikipédia ), des communautés de partage au sein desquelles les internautes peuvent mettre en commun des documents, des vidéos, des photos etc. (Dailymotion, Flickr ), des réseaux sociaux pour échanger, créer un cercle d amis ou de connaissances professionnelles, promouvoir son activité (Facebook, Linkedin ). En France, près de 32 millions de personnes âgées de plus de 13 ans sont inscrites sur un réseau social (Médiamétrie - juin Baromètre annuel des réseaux sociaux) et près des deux tiers consultent quotidiennement leur réseau, tendance renforcée par la capacité d accéder à ces sites grâce à son smartphone. L internet des objets L Internet des objets fait référence à l extension d Internet à des choses du monde réel. Il s agit des objets communicants c est-à-dire les objets auxquels nous pouvons donner des instructions via une machine. Ce qui intéresse le plus les entreprises et les consommateurs, ce sont les objets intelligents qui seront capables, grâce aux informations qu ils auront collectées, d agir en conséquence. In fine, ces objets connectés permettront de décharger les individus de certaines tâches telles que passer la commande des courses, recouvrir la piscine si un orage est attendu etc. Le Commissariat Général à la stratégie et à la prospective estime qu il existe aujourd hui 9 milliards d objets et de capteurs reliés à Internet et que ce nombre atteindra 45 milliards en Deux objets connectés font particulièrement l actualité en ce moment : les Google Glass (paire de lunettes avec une réalité augmentée) et la voiture connectée. 18 novembre Etude SQLI - 7/29

8 1.3. L entreprise numérique, les ESN et les agences digitales L entreprise numérique et ses clients 50,00 40,00 30,00 20,00 10,00 8,70 11,60 15,60 20,00 25,00 31,00 37,70 45,00 Alors que l économie française est atone depuis plusieurs années, le secteur du e- commerce a connu une croissance moyenne annuelle de plus de 25 % depuis , Figure 2 : Evolution du e-commerce depuis en milliards d euros (Source - Fevad) Cette dynamique devrait se poursuivre notamment grâce au développement du m- commerce, favorisé par le taux d équipement grandissant en smartphones et tablettes. Les ventes sur l Internet mobile, smartphones et tablettes, sont estimées à 1 milliard d euros en 2012 contre 400 M en 2011 (Source Fevad - chiffre clés 2013). Les entreprises doivent savoir identifier les besoins de leurs consommateurs «numériques» et leurs comportements, leur proposer des services numériques innovants, créer une expérience utilisateur lors de la visite de ces consommateurs sur leur site Internet ou sur leur application, introduire des services interactifs pour renforcer la relation clients. Ces entreprises doivent disposer d infrastructures et de plateformes technologiques adaptées à cette offre numérique. Les marques doivent réfléchir à leur stratégie digitale voire multi-canal et maîtriser leur e- réputation : les internautes n ont plus un comportement passif mais sont désormais des acteurs qui fournissent du contenu et expriment leur opinion sur une entreprise ou une marque. Les entreprises doivent également avoir à leur disposition des outils performants permettant de récupérer les données utilisateurs et les exploiter pour mieux cerner leurs clients et leurs attentes. Les entreprises de e-commerce ne sont pas les seules à devoir être performantes dans le vaste domaine de l économie numérique. Toutes les entreprises doivent aujourd hui intégrer des composantes numériques à leur modèle d affaires : dans la manière de travailler de leurs collaborateurs (outils collaboratifs, télétravail), dans leur relation avec leurs partenaires externes et avec leurs clients. Dans un environnement de plus en plus dématérialisé et connecté, la performance des entreprises, quel que soit leur secteur d activité ou leur taille, passe par leur capacité à s adapter aux évolutions numériques et par leur aptitude à implémenter des stratégies numériques. Les besoins de l entreprise numérique sont à la frontière entre l offre des ESN classiques et celles des agences de communication. 18 novembre Etude SQLI - 8/29

9 Le rôle central des ESN dans la transformation digitale des entreprises Les ESN jouent un rôle central pour accompagner les entreprises dans leur transformation digitale. Leurs compétences technologiques les rendent incontournables pour la conception, l intégration de systèmes d information et d applicatif métier et pour la conduite du changement chez leurs clients. Pour la mise en place de produits et services technologiques tels que des outils pour faciliter les échanges entre collaborateurs (plateformes collaboratives) ou bien des outils pour suivre les ventes (ERP, CRM ), les entreprises se tournent spontanément vers des ESN. Pour bénéficier pleinement de la dynamique du secteur du e-commerce, les ESN doivent proposer la conception et l intégration de plateformes innovantes et évolutives de e- commerce. Les ESN se doivent de maîtriser l ensemble de l écosystème du e-commerce et de faire le lien entre chaque volet : les boutiques en ligne ; la gestion de contenu ; la gestion de la relation clients : les outils CRM (Customer Relationship Management) ; les ERP (Enterprise Resource Planning) ; les liaisons avec les fonctions support : logistique, transport, paiement sécurisé, la gestion des clients, des commande, des tarifs, l interaction avec les magasins physiques ; la conception, l intégration et l ergonomie des sites Internet classiques, des sites mobiles, des applications l optimisation du parcours clients ; les services de maintenance et d hébergement de la boutique en ligne ; l évolution des plateformes technologiques Au-delà de ces métiers qui restent relativement proches de leurs compétences historiques, les clients des ESN ont également besoin d expertises en communication et en marketing digital. Une cohérence doit exister entre la stratégie digitale que le client souhaite adopter et les technologies à mettre en place. 18 novembre Etude SQLI - 9/29

10 De nouveaux entrants : les agences digitales Dans ces domaines de la communication et du marketing en ligne, les premières positionnées sont bien évidemment les agences de communication. Plusieurs modèles existent tels que les agences digitales pure players et les agences de communication généralistes qui ont intégrées une composante digitale à leur offre. Une étude OpinionWay (baromètre de la relation annonceurs agences, édition 2011), rappelle que 74 % des annonceurs interrogés estiment que les agences digitales sont les plus légitimes à élaborer une stratégie numérique. Par ailleurs, cette étude identifie les moyens utilisés par les annonceurs dans leur stratégie de communication digitale. Marketing m obile et applications m obile / tablettes Plateform es e-com m erce (s ites m archands ) Outils et études d'im age et de réputation Brand contents / production de contenu rédactionnels et rich m édia Sites web événem entiels Anim ation s ur les réseaux sociaux, Com m unity Managem ent Outils et études de m esure de l'efficacité Search m arketing et achat d'espace E-m arketing relationnel (CRM, fidélisation, em ailing,...) Prés ence s ur les rés eaux sociaux Dis play (bannières, pop-up, habillage de sites, etc.) 49% 49% 50% 58% 59% 60% 62% 67% 70% 71% 73% Site web institutionnel 85% Figure 3 : Moyens utilisés par les annonceurs dans leur stratégie de communication digitale - Opinion Way Limelight 2011 Le digital modifie la relation entre les entreprises et leurs clients. Outre la mise en œuvre de la stratégie «classique» de communication, les agences doivent maîtriser les technologies liées au numérique, les spécificités de ce mode de communication (identité visuelle, e- réputation, interactivité) et les outils de mesure de la performance de leurs actions et les outils d analyse des comportements des consommateurs. La définition et l implémentation de stratégies digitales mobilisent à la fois des compétences en communication, des connaissances du média numérique et une maîtrise des technologies e-business. La frontière entre ESN et agences digitales s estompe, chacune cherche à élargir son périmètre d action et à proposer à ses clients un panel large de compétences. Plusieurs ESN, dont SQLI, s orientent vers des modèles hybrides reposant sur deux piliers : l agence et la technologie. 18 novembre Etude SQLI - 10/29

11 2. SQLI, UN ACTEUR MAJEUR DU E-BUSINESS 2.1. La maîtrise des technologies e-business Un positionnement historique sur les technologies Internet Créée en 1990 pour aider les sociétés à tirer profit des nouvelles technologies informatiques, SQLI met en place dès sa création un service de veille informatique efficace. Le Groupe suit de près l évolution d Internet et son expansion dans les années 1990 avec l apparition du World Wide Web qui permet, grâce à un navigateur, de consulter des pages mises en ligne sur des sites. La fin des années 1990 valide ce qui est aujourd hui une évidence : Internet n est pas un marché de niche mais une évolution de fond qui va modifier de manière durable l organisation et la gestion des entreprises. SQLI se tourne dès 1995 vers les technologies Internet à destination des entreprises. Elle anticipe le mouvement d ouverture et de modernisation de leur système d information : elle propose une offre de services pour accompagner les entreprises dans l évolution de leur système d information et dans la mise en place de projets e-business complexes : par exemple, utiliser un nouveau canal de vente pour leurs clients ou encore améliorer les échanges avec leurs partenaires et leurs fournisseurs. SQLI se positionne en tant qu «intégrateur Internet» et débute son développement régional avec l ouverture d une agence à Lyon. Avec la maturité grandissante du marché, SQLI va élargir son offre de services. En 2000, SQLI s introduit sur le Nouveau Marché. Sa levée de fonds lui permet d accélérer son développement et d acquérir entre 1999 et 2000 quatre sociétés (SUDISIM, ABCIAL, INVERSO et CARI). Dans le même temps, le réseau de SQLI s agrandit avec les agences de Toulouse, Bordeaux, Nantes et la Suisse. En 2002, une nouvelle équipe de direction arrive et attache la même importance à la Recherche et Développement et à l innovation. SQLI sera une des premières sociétés françaises à lancer l industrialisation de son service en 2002 avec le début de la mise en œuvre des bonnes pratiques CMMI 1, la création d un centre offshore au Maroc et le développement de solutions dans le domaine de la santé. A partir de 2005, SQLI mène une politique d acquisitions ciblées qui va imposer le Groupe en tant que leader des projets e-business en France. SQLI, qui a été dans les premières SSII à prendre le virage Internet en France, a su conserver cette position de leader des technologies e-business grâce à une veille technologique forte, à des efforts importants en matière de Recherche et Développement et à des croissances externes ciblées. 1 CMMI : Capability Maturity Model Integrated. 18 novembre Etude SQLI - 11/29

12 La réorganisation du Groupe En avril 2011, à l occasion de l annonce de ses résultats annuels 2010, SQLI détaille un ensemble de mesures destinées à favoriser la mise en place d une croissance rentable. La rationalisation du périmètre et la réorganisation de l entreprise SQLI a identifié si chacune de ses agences disposait d une taille critique et/ou d un fort potentiel. Le Groupe a apporté une solution adaptée à chaque agence qui ne répondait pas à ces critères. Ainsi, en 2010, les agences de Strasbourg et Lorient ont été fermées, les activités d Alcyonix Inc au Canada arrêtées, LNET Multimédia (agence de Poitiers) a été cédée à son manager, les agences de Casablanca et de Rabat ont été regroupées. Début 2011, les agences méditerranéennes d Aix-en-Provence et de Montpellier (20 collaborateurs) ont été rachetées par la société Smile. En 2012, Ubigreen, la solution logicielle pour le pilotage de la performance énergétique et environnementale, et le fonds de commerce Diademys (CA 270 K ) sont cédés. Début 2013, SQLI continue de se séparer de ses activités non stratégiques : Dataroom (CA 213 K ), la solution professionnelle en mode SaaS de partage de documents, et Semaphore (CA 334 K ), en charge de la commercialisation, du développement et de la maintenance du logiciel «Sémaphore». La plus importante opération intervient en juillet 2013 avec la cession de son pôle Ideo Santé pour 6,4 M, cette activité a réalisé en 2012 un chiffre d affaires de l ordre de 8 M. Outre ces cessions, SQLI a également simplifié son organigramme avec des transmissions universelles de patrimoine (TUP) des sociétés Urbanys, Appia Consulting et Sysreso au profit respectivement des sociétés SQLI SA et de deux de ses filiales, Clear Value SAS et Aston Education. Concernant les sociétés Alcyonix France et Naga Conseil, elles ont été dissoutes puis ont fait l objet d une TUP au profit de SQLI. SQLI a également réduit ses coûts de structure par un ajustement des effectifs non productifs et par la rationalisation des surfaces occupées Agences en France 10 7 International 8 5 Effectifs Offshore 9 % 18 % Taux d activité 77 % 82 % TJM En 2012, SQLI compte sept agences en France ; Paris, Lyon, Dijon, Bordeaux, Nantes, Rouen, Toulouse. Le Groupe est implanté dans cinq autres pays : Maroc, Suisse, Luxembourg, Pays- Bas, Belgique. 18 novembre Etude SQLI - 12/29

13 La rationalisation du périmètre et la réorganisation du Groupe ont conduit à une baisse du nombre d agences et à une réduction des effectifs d environ 200 personnes entre 2009 et Le taux d activité est remonté à 82 % en 2012 contre 77 % en 2009 et le TJM a progressé pour atteindre 497 en 2012 En juin 2013, les effectifs sont stables à personnes, en revanche, le TJM est redescendu à 473 sous l effet d un recours accru à l offshore. Ce TJM nous semble faible compte tenu des fondamentaux du Groupe. Le développement de l offre à forte valeur ajoutée Les mesures visant à développer l offre à forte valeur ajoutée ont pour le moment essentiellement consistées en des croissances externes. L agence belge, spécialisée dans l activité Ubimedia, a été renforcée début 2011 via l acquisition de «Wax! Interactive». Il s agit d une agence d e-marketing, composée de 10 collaborateurs avec un chiffre d affaires de 1 M et une marge opérationnelle à deux chiffres. Wax! Interactive est une agence de communication spécialisée dans le développement créatif et le marketing en ligne. Elle développe des sites internet, conçoit des plans de communication et en particulier des plans de web marketing, des campagnes d ing. Elle propose aussi une offre d optimisation pour les moteurs de recherche (SEO) et des outils de traçage. Début 2012, SQLI a annoncé le rachat du fonds de commerce d eclaps, une société spécialisée dans le conseil en marketing mobile et digital, l audience mobile et la conception d applications pour smartphones et tablettes. En ligne avec le développement des activités à plus forte valeur ajoutée, l intégration de ses dix experts permet au Groupe de renforcer son positionnement sur le marché porteur des applications mobiles. En février 2012, SQLI a signé un partenariat avec Digimind, spécialisée dans la veille stratégique et l e-reputation, afin de compléter son offre d e-commerce. Digimind a développé un logiciel d analyse et de gestion de la réputation sur Internet. SQLI est passé d un résultat opérationnel proche de l équilibre en 2009 à une marge opérationnelle de 5,37 % en Les changements de périmètre ont eu un impact négatif sur le chiffre d affaires qui a diminué de 170 M à 158 M. Malgré la mise en œuvre de sa stratégie, le Groupe n a pas réussi à renouer avec une croissance organique dynamique et rentable. 18 novembre Etude SQLI - 13/29

14 Le plan de développement En mai dernier, le Conseil d Administration de SQLI a annoncé la révocation de Julien Mériaudeau, Directeur Général depuis 2010 et son remplacement par Didier Fauque qui a également été coopté au poste d administrateur. Ce dernier était précédemment Directeur Général d IBM Global Business Services. Son profil opérationnel et commercial doit permettre à SQLI d implémenter une nouvelle dynamique de croissance. Son expérience en matière de conseil et d intégration de systèmes, notamment SAP, auprès de grands clients, devrait donner à ces activités un nouvel élan. Didier Fauque a présenté sa vision stratégique pour les trois années à venir lors de la réunion SFAF du 26 septembre dernier. Le Groupe est réorganisé autour de deux pôles d activité : Digital Commerce et Digital Technologies. Comme son nom l indique, le pôle Digital Technologies regroupe les équipes spécialisées dans les technologies les plus avancées du web telles que Java, PHP, open source, CDS et s appuie sur les atouts de SQLI à savoir les centres de services, CMMI et l offshore (350 personnes aujourd hui). SQLI Digital Technologies représente collaborateurs pour un chiffre d affaires de 95 M, ce pôle est dirigé par Didier Benet. SQLI Digital Commerce unifie sous la même enseigne les différentes compétences du Groupe en matière de stratégie digitale : l e-commerce bien évidement et également le marketing digital, la mobilité, les réseaux sociaux, la relation clients... Ses 550 collaborateurs, qui réalisent aujourd hui 55 M de chiffre d affaires, proposeront trois offres complémentaires : le marketing digital, le conseil (relation clients) et la digital solution factory, qui sera en charge de développer des outils spécifiques pour l e-commerce. Ce pôle est placé directement sous l autorité de Didier Fauque. SQLI conforte la stratégie qu elle mène depuis plusieurs années. Elle est d ores et déjà reconnue comme un acteur majeur des technologies e-business en France, le Groupe élargit aujourd hui visiblement son positionnement sur le marché du digital commerce. SQLI Group accompagnera ses clients sur l ensemble des problématiques liées à leur stratégie digitale : il se positionne entre les agences de publicité et les plateformes de e-commerce pour profiter en partie de la forte croissance de ce marché. Outre la création de ces pôles, SQLI va accélérer la réalisation des synergies au sein du Groupe par la mise en place de fonctions transversales. Un directeur des ressources humaines va être recruté et des collaborateurs vont être mis en place pour gérer les plus grands comptes et, surtout, suite à plusieurs incidents dans le delivery, Philippe Fuhr va être chargé du contrôle et de la qualité opérationnels des contrats. Le développement de SQLI déterminé par Didier Fauque repose à la fois sur une croissance organique soutenue grâce à la convergence des problématiques IT, marketing et communication de ses clients et sur la croissance externe. Le nouveau directeur général s appuiera notamment sur la progression de ses activités pour accroître les marges du Groupe. 18 novembre Etude SQLI - 14/29

15 2.2. Une double expertise en digital business : IT et marketing Le pôle IT La maîtrise des technologies SQLI intervient depuis de nombreuses années auprès de ses clients pour optimiser leur système d information, l aligner sur leurs objectifs, leur stratégie et leurs métiers. Les consultants de SQLI aident les entreprises à définir et à mettre en œuvre des actions permettant d améliorer leurs processus de développement et de maintenance. L industrialisation des pratiques de gestion de projets permet de mieux gérer les budgets et les délais, améliorant ainsi la satisfaction des clients et également leur compétitivité. Initialement, un diagnostic est réalisé, cet audit de l existant aboutit à des recommandations. Les experts de SQLI sont ensuite présents lors du déploiement des actions d amélioration des processus. Les sociétés sont accompagnées dans la conduite du changement, dans la planification des actions, dans l organisation de leurs ressources et dans le suivi des mesures prises. Depuis sa création, SQLI est reconnue pour sa maîtrise des technologies web y compris les plus innovantes. Le Groupe a développé une expertise sur les plates-formes Java/J2EE, Microsoft.NET et PHP qui sont les principaux modèles technologiques de plate-forme applicative ainsi que des compétences fortes en matière de langage de programmation. Dans le domaine du travail collaboratif, SQLI maîtrise la suite Sharepoint de Microsoft qui permet aux entreprises de structurer leurs ressources numériques, d aider à la prise de décision (générer des statistiques), de partager des informations avec des personnes extérieures (clients, fournisseurs) et d offrir aux collaborateurs la possibilité de travailler à distance. Les démarches agiles et CMMI SQLI a entamé très tôt un processus de certification CMMI, gage de maturité d une organisation en termes de bonnes pratiques de gestion, de développement, de maintenance d applications et de systèmes. CMMI est un référentiel professionnel proposant une évaluation du développement des systèmes, des produits et des logiciels d une entreprise. Le modèle CMMI a pour objectif d améliorer la qualité des projets, d engendrer des gains de productivité, de favoriser la maîtrise des coûts, le professionnalisme et la compétitivité des équipes. Chaque entité du Groupe a ainsi opté pour les mêmes processus de développement : chaque type de projet est piloté de manière identique facilitant alors les échanges et le transfert de projets entre différentes personnes, entre différentes agences. L adoption de telles pratiques favorise l intégration rapide et efficace de nouveaux collaborateurs. Dans le cas de prestations au forfait, le principal risque est le dépassement du budget qui sera alors assumé par SQLI. La démarche CMMI est un réel atout car elle permet à SQLI de respecter les délais fixés avec une qualité des produits et des services optimale. 18 novembre Etude SQLI - 15/29

16 Les méthodes agiles sont des procédures de conception de logiciel qui ont les mêmes objectifs que les méthodes CMMI à savoir accroître la qualité des projets : satisfaction des clients, optimisation des coûts, gestion des risques Ces deux méthodes diffèrent cependant sur certains points : les méthodes CMMI se focalisent sur les processus alors que les méthodes agiles sont orientées vers les personnes. CMMI implique la production d une documentation très importante alors que les méthodes agiles sont moins bureaucratiques. Ces deux méthodes sont néanmoins complémentaires sur plusieurs sujets stratégiques. SQLI dispose de plusieurs centres de services en France et au Maroc. Le nearshore lui offre à SQLI des avantages compétitifs : la proximité d équipes d experts capables d intervenir sur des projets importants et la fidélisation des clients locaux. Les équipes de proximité sont les interlocuteurs privilégiés des clients. Ces experts définissent leurs besoins et assurent le transfert de ces informations aux intégrateurs des centres qui développent le projet. Ces consultants s assurent que les projets correspondent bien aux attentes des clients et le cas échéant, les anomalies sont corrigées. Cette proximité permet aux consultants d intervenir sur place dans de meilleurs délais et elle participe à une meilleure relation clients. Le centre offshore de SQLI au Maroc (350 personnes) représente aujourd hui 18 % des jours hommes. L objectif du Groupe est de faire passer ce chiffre à 25 % d ici trois ans. L ingénierie est un des points forts de SQLI et l industrialisation de son service doit servir l ensemble du groupe pour répondre à des appels d offre et remporter des contrats pluriannuels. Accroissement de l activité TMA SQLI est l intégrateur et le partenaire gold de deux principales plateformes de e-commerce : Hybris et Magento. SQLI travaille avec Magento depuis 2008, 70 collaborateurs sont aujourd hui formés sur cette plateforme. Magento est dédiée aux entreprises de toute taille et son expertise en référencement de site (acquisition de trafic) est reconnue. Hybris, qui a été rachetée en juin dernier par SAP, est une solution d e-commerce multi-canal qui s adresse plus particulièrement aux moyennes et grandes entreprises. 80 spécialistes de SQLI sont en charge de Hybris. Après la préconisation, l intégration et la formation de ses clients, SQLI se positionne sur la maintenance de ces solutions. Cette délégation de service, qui sera systématiquement proposée à la livraison des sites, assure au groupe des contrats d une durée plus longue et une récurrence, source de profitabilité et de sécurisation du chiffre d affaires. 18 novembre Etude SQLI - 16/29

17 Le pôle Agence digitale SQLI propose trois offres transverses : le marketing digital, le conseil et la digital solution factory. Le marketing digital Le marketing digital doit s adapter à la réalité des process des clients et à leur modèle d affaires. SQLI veut s imposer comme le partenaire de référence des entreprises dans leur stratégie digitale. En amont, SQLI intervient pour accompagner l entreprise dans la définition du positionnement de sa marque sur Internet et parmi ses concurrents, dans l identification des besoins et attentes de ses clients et dans la détermination de leur profil. Les équipes du pôle création et conception construisent des contenus efficaces, optimisent l ergonomie du site Internet et mobile, élaborent une campagne efficace en fonction des objectifs poursuivis. L expérience de l utilisateur, le parcours qu il effectue avant son achat doit être pensé pour qu il reste sur le site Internet et qu il ait envie d y revenir. Pour les campagnes d acquisition ou de fidélisation, plusieurs outils peuvent être utilisés tels que le référencement payant ou naturel (SEA / SEO), les médias sociaux, les campagnes de ing, l affiliation, la publicité sur Internet (l achat d espaces publicitaires sur Internet ou display avec notamment la montée en puissance du Real Time Bidding : les espaces sont alloués en temps réel avec un système d enchères et les acheteurs peuvent cibler précisément le profil d internautes qu ils recherchent), le reciblage publicitaire (retargeting : un internaute a été identifié sur le site d un annonceur, il quitte ce site avant d avoir finalisé son processus d achat pour aller sur un autre site web sur lequel une bannière publicitaire du premier annonceur va s afficher). Les entreprises ont de plus en plus recours à des stratégies marketing reposant sur plusieurs canaux qui ont chacun un rôle à jouer : Internet, mobile, boutique physique. Le parcours d achat des consommateurs est aujourd hui plus complexe et cross-canal. Les habitudes de consommation évoluent avec les technologies. Le conseil L implémentation d une campagne de web marketing n est pas suffisante : la société doit avoir à sa disposition des outils lui permettant de collecter les données et de les analyser afin de connaître précisément les usages et les comportements de ses consommateurs. Ainsi, l annonceur pourra optimiser la performance de son site Internet et de ses campagnes, lancer des actions marketing ciblées et améliorer les taux de conversion. L offre de conseil de SQLI en matière de digital business est alors primordiale. 18 novembre Etude SQLI - 17/29

18 En matière de CRM (Customer Relationship Management), SQLI s appuie sur l expérience des équipes d Eozen en matière de solutions telles que SAP, Salesforce ou Sugar CRM. Mieux connaître ses clients permet de leur proposer de nouvelles offres adaptées à leur profil et à leurs besoins, d élaborer des campagnes e-marketing ciblées. Les cent consultants spécialistes de la CRM définissent avec leurs clients leurs besoins, intègrent les solutions, assurent la conduite du changement et la formation. La Business Intelligence est l exploitation des données de l entreprise dans le but de faciliter la prise de décision pour un meilleur pilotage de l activité. Compte tenu de la masse de ressources numériques qui ne cessent d augmenter, il est devenu crucial de pouvoir faire ressortir les informations pertinentes et fiables pour mieux piloter l activité. SQLI met en place des systèmes permettant de recueillir les données issues de différentes sources d information et de les rendre exploitables. SQLI intervient dans plusieurs domaines : la CRM analytique, la gestion de référentiels, les systèmes de pilotage (finances, ressources humaines, marketing, achats, production). L approche des 140 consultants de SQLI repose sur la modélisation, les interfaces naturelles (réduire les intermédiaires techniques - souris, clavier - au profit du tactile, des détecteurs intelligents etc.), la mobilité (BI sur les terminaux mobiles), le temps réel (analyse des données en temps réel) et les réseaux sociaux («social BI»). SQLI se positionne également sur les projets de big data. Aujourd hui, un des principaux objectifs est le ciblage comportemental en temps réel : les sites Internet peuvent être personnalisés de façon dynamique en fonction du profil de l internaute qui le visite. La digital solution factory La digital solution factory est un maillon central pour poursuivre la stratégie d innovation menée par le Groupe depuis sa création. Des projets seront incubés et auront pour objet le développement d actifs technologiques qui seront par la suite utilisés par l ensemble des centres de compétences du Groupe pour enrichir l offre proposée. SQLI veut mettre au point des briques technologiques très innovantes qui pourront jouer un rôle de moteur sur le marché. SQLI, par sa maîtrise des interfaces et des technologies ainsi que par sa compréhension des enjeux Internet, propose à ses clients des offres innovantes : conseil et AMOA sur les nouveaux usages, solutions de marketing mobile, blogs, infiltration communautaire 18 novembre Etude SQLI - 18/29

19 3. ANALYSE FINANCIERE 3.1. Historique Evolution du chiffre d affaires , , , , La politique de croissance externe menée par le Groupe entre 2005 et 2009 (14 acquisitions pour un total de chiffre d affaires supérieur à 60 M ) et une croissance organique soutenue (16 % en 2005 et 2006 puis respectivement 14 % en 2007 et 11 % en 2008) lui ont permis de passer de 46 M de CA en 2004 à 170 M en , Figure 4 : Répartition du CA depuis 2005 en M Source - Société L un des volets du plan «Boost», initié en 2010, était la rationalisation du périmètre du Groupe ce qui s est traduit par la cession ou l arrêt de certaines activités. Ainsi, le CA est en décroissance en 2011 et 2012 (- 4 %). Rentabilité La forte croissance de l activité en 2006 et en 2007 (respectivement +54 % et +27 %) a absorbé la hausse des coûts de structure et de la masse salariale : la marge opérationnelle a atteint 6,2 % en 2006 et 7,2 % en En 2008 et 2009, la baisse du taux d activité, les difficultés rencontrées par l agence de Paris et la finalisation de l intégration des dernières opérations de croissance externe ont fortement affecté les marges. Elles remontent à partir de 2010 grâce aux effets du plan «boost» qui jouent pleinement en Malgré la baisse du chiffre d affaires (- 4 %), la marge opérationnelle est stable à 5,2 % en ,6% CA Marge opérationnelle courante 91 6,2% 115 7,2% ,0% -1,0% 170 1,5% 165 5,0% 31/12/05 31/12/06 31/12/07 31/12/08 31/12/09 31/12/10 31/12/11 31/12/12 Figure 5 : Evolution du CA (M ) et de la marge opérationnelle courante depuis 2005 Source - Société 158 8,00% 6,00% 5,4% 4,00% 2,00% 0,00% -2,00% 18 novembre Etude SQLI - 19/29

20 Financement Capitaux propres consolidés Dettes financières Les opérations de croissance externe entre 2005 et 2009 ont été payées en numéraire et en titres. En 2005, SQLI a levé 9,1 M auprès des marchés financiers et en 2007, elle obtient une ligne de crédit de 17,2 M qui sera utilisée au cours des deux exercices suivants pour financer ses acquisitions Figure 6 : Evolution des capitaux propres et des dettes financières depuis 2005 (K ) Source - Société Au premier trimestre 2011, SQLI a émis un nouvel emprunt de 17 M auprès de banques par l émission de OBSAAR. Chaque OBSAAR est constituée d une obligation d une valeur nominale de 200 et d une durée de vie de cinq ans et de 107 BSAAR. Dix BSAAR donnent droit à l achat d une action au prix de 15 durant la période d exercice s étalant du 21/04/2014 au 20/04/2018 inclus. Le nombre d actions susceptibles d être émises par l exercice des BSAAR est aujourd hui de (SQLI a racheté en juillet BSAAR). Si tous les BSAAR étaient exercés, les actions nouvelles représenteraient un peu plus de 17 % du capital post-opération. Le produit de l émission a été affecté au remboursement de la dette financière (7 M ) et le reste est consacré au financement de la croissance organique et à d éventuelles opérations ciblées de croissance externe. Le Groupe SQLI dispose d une trésorerie de 19 M au 30/06/2013 pour mener à bien sa stratégie de développement, ce montant ne prend pas encore en compte la cession d IdeoSanté (6,1 M ). Le nombre d actions était de 19,4 millions fin 2004 et, suite au paiement en titres de certaines acquisitions, à l exercice de BCE, à la mise en place d un Plan d Epargne Entreprise, ce nombre est de 35,8 M en En juillet 2012, SQLI a procédé à un regroupement de ses actions par 10. Le nombre d actions total est de 3,58 M en octobre Aujourd hui, le seul risque dilutif est celui lié à l exercice des BSAAR ( actions potentielles). Flottant 84,80% Dirigeants et Managers 14,90% Autocontrôle 0,30% Figure 7 : Répartition du capital au 31/12/2012 Source - Société 18 novembre Etude SQLI - 20/29

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 STRATÉGIE & PERSPECTIVES 21 CONCLUSION 28 1 RAPPEL DU POSITIONNEMENT

Plus en détail

Résultats annuels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 31 mars 2008

Résultats annuels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 31 mars 2008 Résultats annuels 2007 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 31 mars 2008 Résultats annuels 2007 lundi 31 mars 2008 Présentation du groupe SQLI Faits marquants et résultats annuels 2007

Plus en détail

INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI DIDIER FAUQUE NICOLAS REBOURS. + Président du Conseil d administration. + Directeur Général. + Directeur Général Délégué

INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI DIDIER FAUQUE NICOLAS REBOURS. + Président du Conseil d administration. + Directeur Général. + Directeur Général Délégué INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI + Président du Conseil d administration DIDIER FAUQUE + Directeur Général NICOLAS REBOURS + Directeur Général Délégué ORDRE DU JOUR FAITS MARQUANTS ET RÉSULTATS DU 1 ER SEMESTRE

Plus en détail

Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives. SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008

Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives. SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008 Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008 0 Sommaire Présentation du groupe Avancées de notre plan 2005-2008 Résultats du premier semestre

Plus en détail

SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France

SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France Résultats annuels 2005 30 mars 2006 Sommaire Présentation du Groupe SQLI Faits marquants et résultats 2005 Stratégie et plan de développement

Plus en détail

Résultats Annuels 2014. 20 février 2015

Résultats Annuels 2014. 20 février 2015 Résultats Annuels 2014 20 février 2015 Sommaire Profil du groupe Résultats annuels consolidés 2014 Questions-réponses Conclusion Profil du groupe Spir Communication Profil du groupe Chiffre d affaires

Plus en détail

Résultats annuels 2012

Résultats annuels 2012 www.gfi.fr Résultats annuels 2012 1 Disclaimer Disclaimer Cette présentation peut contenir des informations de nature prospective relatives à la situation financière, aux résultats, aux métiers, à la stratégie

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

-1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004

-1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004 -1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004 Septembre 2004 -2 - Sommaire Présentation de SQLI Faits marquants et résultats semestriels Perspectives -3 - SQLI : les éléments clés Dates

Plus en détail

Bruxelles le 31 août 2010 -

Bruxelles le 31 août 2010 - RENTABILIWEB Progression record du chiffre d affaires et des résultats au 1 er semestre 2010 Croissance organique très dynamique : CA +39% Excellente progression des performances opérationnelles : EBITDA

Plus en détail

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014 Contacts Relations Investisseurs : Patrick Gouffran +33 (0)1 40 67 29 26 pgouffran@axway.com Relations Presse : Sylvie Podetti +33 (0)1 47 17 22 40 spodetti@axway.com Communiqué de Presse Axway : croissance

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007 Résultats semestriels 2007 & Perspectives 31 octobre 2007 Agenda Identité, marchés et philosophie Les modèles économiques du groupe Freelance.com Activité et résultats semestriels 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013 RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013 Paris le 31 Octobre 2013 - LeadMedia Group (FR0011053636, ALLMG) - groupe de marketing digital spécialisé dans le data marketing - annonce aujourd hui ses résultats consolidés

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009 RÉSULTATS ANNUELS 2008 Avril 2009 2. Un marché immense et porteur La formation continue en Europe Une priorité collective La formation sur le lieu et pendant le temps de travail constitue une dimension

Plus en détail

Activité et Résultats annuels 2014

Activité et Résultats annuels 2014 Activité et Résultats annuels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 25 février 2015 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir

Plus en détail

Résultats annuels 2014 Réunion SFAF, le 18 mars 2015

Résultats annuels 2014 Réunion SFAF, le 18 mars 2015 Résultats annuels 2014 Réunion SFAF, le 18 mars 2015 VM MATÉRIAUX Faits marquants 2014 Résultats 2014 Perspectives et orientations Un maillage régional de proximité, une présence à l international Groupe

Plus en détail

E-COMMERCE & MULTI CANAL

E-COMMERCE & MULTI CANAL E-COMMERCE & MULTI CANAL SPÉCIALISTE E-BUSINESS UNE STRUCTURE ACCOMPAGNANT SES CLIENTS A L INTERNATIONAL + 1900 collaborateurs + CA 158 M + 21 années d'existence + 15 ans d'expérience e-business AVEC UN

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

Résultats semestriels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data»

Résultats semestriels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data» Résultats semestriels 2014 & perspectives «Du mobile au Big Data» Sommaire 1. Profil du Groupe Du mobile au Big Data 2. Résultats semestriels 2014 Croissance et rentabilité 3. Environnement & perspectives

Plus en détail

Assemblée générale mixte

Assemblée générale mixte Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 24 Juin 2015 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2014 RESULTATS ANNUELS 2014 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux Un Pôle de ressources en Drôme Un Pôle de ressources et d'échanges pour :

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2 Rapport financier du premier semestre 2007 Sommaire 1. Commentaires sur l activité de la période... p. 3 2. Rapport des Commissaires aux comptes... p. 5 3. Comptes consolidés au 30 juin 2007... p. 9 Weborama

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 Intervenants Jean Louis Bouchard Président Bruno Lemaistre Directeur Général Jean Philippe Roesch Directeur Général P. 1 Sommaire 1 2 3 4 5 6 Le

Plus en détail

Cegedim : Un semestre prometteur pour l avenir

Cegedim : Un semestre prometteur pour l avenir SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 30 juin 2015 IFRS - Information Réglementée - Auditée

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Résultats annuels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data»

Résultats annuels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data» Résultats annuels 2014 & perspectives «Du mobile au Big Data» Sommaire 1. Profil du Groupe Du mobile au Big Data 2. Résultats annuels 2014 Excellente année : croissance et rentabilité 3. Stratégie & perspectives

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Cegedim : Une année 2014 stratégique

Cegedim : Une année 2014 stratégique SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière annuelle au 31 décembre 2014 IFRS - Information Réglementée Auditée

Plus en détail

Rapport financier semestriel au 30 juin 2013 de BSB Rapport financier. Ajustement de l offre commerciale. Extension de l empreinte métier

Rapport financier semestriel au 30 juin 2013 de BSB Rapport financier. Ajustement de l offre commerciale. Extension de l empreinte métier Rapport financier semestriel 2013 Solife EBIT et EBITDA en hausse Nouveaux contrats majeurs Nouveau centre de développement Ajustement de l offre commerciale Extension de l empreinte métier Lancement d

Plus en détail

Rapport financier semestriel. Société Anonyme au capital de 13.401.587 Euros Siège Social : 12, rue Ampère ZI 91430 IGNY 343 902 821 RCS EVRY

Rapport financier semestriel. Société Anonyme au capital de 13.401.587 Euros Siège Social : 12, rue Ampère ZI 91430 IGNY 343 902 821 RCS EVRY Rapport financier semestriel 2013 Société Anonyme au capital de 13.401.587 Euros Siège Social : 12, rue Ampère ZI 91430 IGNY 343 902 821 RCS EVRY SOMMAIRE RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE DU CONSEIL D AMINISTRATION

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Secteur Finance - Assurance

Secteur Finance - Assurance Secteur Finance - Assurance isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur financier Selon l INSEE, en 2011, le secteur

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

Comptes Consolidés 30/06/2014

Comptes Consolidés 30/06/2014 Comptes Consolidés 30/06/2014 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

Résultats annuels 2013

Résultats annuels 2013 Jeudi 20 Mars 2014 Shangri-La Hôtel Résultats annuels 2013 Valérie Benvenuto, Directeur Financier Frédéric Sebag, co-président Guy Mamou-Mani, co-président Sommaire 1 2 3 Résultats Financiers Présentation

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

GFI Informatique. Présentation des Résultats Annuels 2008. 2009 - GFI Informatique

GFI Informatique. Présentation des Résultats Annuels 2008. 2009 - GFI Informatique GFI Informatique Présentation des Résultats Annuels 2008 2009 - GFI Informatique Sommaire L année 2008 Résultats financiers 2008 L activité début 2009 Objectifs 2009 Annexes Analyse du chiffre d affaires

Plus en détail

Mise en ligne des comptes annuels 2014

Mise en ligne des comptes annuels 2014 Saint-Denis, le 6 mars 2015 Mise en ligne des comptes annuels Le Groupe annonce la mise en ligne de ces comptes consolidés pour l année et rappelle à cette occasion les éléments financiers principaux de

Plus en détail

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 25 Juin 2014 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2013 RESULTATS ANNUELS 2013 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Montpellier, le 22 avril 2015 Résultats annuels 2014 Taux de marge brute en progression à 57,4% Mise en œuvre des investissements conformément au plan de développement Solide situation financière : 17,5

Plus en détail

Résultats semestriels et guidances. 14 septembre 2006

Résultats semestriels et guidances. 14 septembre 2006 Résultats semestriels et guidances 14 septembre 2006 1 Prolégomène Un 1er semestre de préparation de l exercice 2007 avec des actions nécessaires qui porteront leurs fruits à court terme L affirmation

Plus en détail

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé?

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? Le tunnel de commande, correspond aux différentes étapes que suit l acheteur, de son arrivée sur le site e-commerçant à la

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 & perspectives. «Du mobile au Big Data»

Résultats semestriels 2015 & perspectives. «Du mobile au Big Data» Résultats semestriels 2015 & perspectives «Du mobile au Big Data» Sommaire 1. Profil du Groupe Du mobile au Big Data 2. Résultats semestriels 2015 Croissance et rentabilité 3. Activité récente & perspectives

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Résultats semestriels page 2

Résultats semestriels page 2 Paris, le 31 juillet 2008 Les activités de GO Sport Belgique étant en cours de réorganisation, les données 2008 et 2007 ci-après ont été retraitées en application de la norme IFRS 5 : les activités belges

Plus en détail

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2010/11 3. Résultats semestriels 2010/11 4. Les ressources humaines, un enjeu

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 28 avril 2015 Progression de la croissance Internet à +4,1%, chiffre d affaires consolidé en légère baisse et renforcement des partenariats avec les grands acteurs du web

Plus en détail

Comptes Consolidés 31/12/2013

Comptes Consolidés 31/12/2013 Comptes Consolidés 31/12/2013 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

NETBOOSTER FR0000079683 ALNBT FAIR VALUE: 6,6

NETBOOSTER FR0000079683 ALNBT FAIR VALUE: 6,6 Marina Ilieva marina@nexfinance.fr www.nexresearch.fr 6 septembre 2006 NETBOOSTER FR0000079683 ALNBT FAIR VALUE: 6,6 Données boursières K 2005 2006e 2007e 2008e Dern. Cours 5,72 Chiffre d'affaires 8 901

Plus en détail

Présentation du Groupe

Présentation du Groupe PRÉSENTATION Présentation du Groupe EVOLUTIVE GROUP coordonne l ensemble des spécialités du numérique pour accompagner la stratégie digitale de ses clients. Pour nos équipes, la mise en place d une stratégie

Plus en détail

Rapport semestriel sur les comptes consolidés

Rapport semestriel sur les comptes consolidés Rapport semestriel sur les comptes consolidés www.concoursmania.com 1 Référentiel comptable, modalités de consolidation, méthode et règles d évaluation 1.1. Principes comptables En vue d apporter une information

Plus en détail

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité Communiqué de presse La Fouillouse, le lundi 9 décembre 2013 Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

Livre Blanc Virtua 2012

Livre Blanc Virtua 2012 Livre Blanc Virtua 2012 LES SECRETS D UNE CAMPAGNE DIGITALE DE NOËL RÉUSSIE Suivez-nous sur Twitter Virtua 021 544 28 00 info@virtua.ch Stratégies et créations digitales 2 Table des matières Préparez votre

Plus en détail

S informer et se développer avec internet

S informer et se développer avec internet S informer et se développer avec internet S informer et se développer sur Internet - CCI Caen 03/03/2014 1 1 Le réseau internet Sommaire Internet : un média devenu incontournable S informer sur Internet

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2015

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2015 SQLI Société anonyme Au capital de 2.903.588 uros Siège social : 268, avenue du président Wilson 93210 La Plaine Saint-Denis RCS Bobigny 353 861 909 SIREN 353 861 909 00094 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL

Plus en détail

4 500 entreprises. 3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. clientes. de bulletins produits par mois. partenaires. en france.

4 500 entreprises. 3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. clientes. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. Yourcegid RH Y2 1 Yourcegid Ressources Humaines Spécialiste des logiciels de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, Cegid répond aux exigences de l entreprise d aujourd hui, quel que soit le secteur

Plus en détail

Résultats annuels 2013

Résultats annuels 2013 Activité iié et Résultats annuels 2013 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 26 février 2014 SOMMAIRE ALTEN, leader européen sur le

Plus en détail

Exercice 2007. Mesdames, Messieurs,

Exercice 2007. Mesdames, Messieurs, SQLI Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Au capital social de 1.534.525,45 uros Siège social : Immeuble Le Pressenssé 268, avenue du Président Wilson 93200 La Plaine Saint-Denis RCS

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE

SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE - Bilan consolidé - Compte de résultat consolidé - Tableau de flux - Annexe simplifiée 1 SOMMAIRE DE L ANNEXE SIMPLIFIEE 1 EVENEMENTS SIGNIFICATIFS

Plus en détail

Résultats annuels 2013 & perspectives. «Du mobile au Big Data»

Résultats annuels 2013 & perspectives. «Du mobile au Big Data» Résultats annuels 2013 & perspectives «Du mobile au Big Data» Sommaire 1. Profil du Groupe Du mobile au Big Data 2. Résultats annuels 2013 Croissance et rentabilité 3. Perspectives Confiance pour 2014

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation CUSTOM SOLUTIONS SA Société anonyme au capital de 4.863.050 Siège Social : 135, avenue Victoire Z.I. de Rousset-Peynier 13790 ROUSSET RCS AIX EN PROVENCE B 500 517 776 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

Communiqué de presse FY 2014-2015

Communiqué de presse FY 2014-2015 Communiqué de presse du 29 mai 2015 Huizingen, Belgique Confidentiel jusqu au 29 mai 2015 Communiqué de presse FY 2014-2015 (Résultats pour l exercice clôturé le 31 mars 2015) 1,8 de croissance du chiffre

Plus en détail

COMMUNIQUE ALPHA M.O.S RESULTATS ANNUELS 2013/2014 AMELIORATION IMPORTANTE DE LA RENTABILITE SUR LE DEUXIEME SEMESTRE

COMMUNIQUE ALPHA M.O.S RESULTATS ANNUELS 2013/2014 AMELIORATION IMPORTANTE DE LA RENTABILITE SUR LE DEUXIEME SEMESTRE COMMUNIQUE Toulouse, le 30 janvier 2015 DIFFUSION IMMEDIATE ALPHA M.O.S RESULTATS ANNUELS AMELIORATION IMPORTANTE DE LA RENTABILITE SUR LE DEUXIEME SEMESTRE Le Conseil d Administration d Alpha M.O.S (EuroNext

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

La vision des annonceurs sur la stratégie digitale et le marché des agences de communication

La vision des annonceurs sur la stratégie digitale et le marché des agences de communication La vision des annonceurs sur la stratégie digitale et le marché des agences de communication MÉTHODOLOGIE La partie de l'image avec l'id de relation rid11 n'a pas été trouvé dans le fichier. Phase qualitative

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

+ DISCOVER " BENCHMARK DU SECTEUR, DE LA CONCURRENCE, + PLAN MÉTHODOLOGIE " STRATÉGIE COMMERCIALE, STRATÉGIE DE MARQUE, MARKETING,

+ DISCOVER  BENCHMARK DU SECTEUR, DE LA CONCURRENCE, + PLAN MÉTHODOLOGIE  STRATÉGIE COMMERCIALE, STRATÉGIE DE MARQUE, MARKETING, + " BENCHMARK DU SECTEUR, DE LA CONCURRENCE, " STRATÉGIE COMMERCIALE, STRATÉGIE DE MARQUE, MARKETING, " STRATÉGIE MULTI-CANAL, " BUSINESS PLAN, + PLAN " EXPRESSION DE BESOIN / CAHIER DES CHARGES " PLAN

Plus en détail

L ERP SaaS qui propulse la croissance des cabinets de conseil et des société de services (SSII, ESN, ingénierie, )

L ERP SaaS qui propulse la croissance des cabinets de conseil et des société de services (SSII, ESN, ingénierie, ) L ERP SaaS qui propulse la croissance des cabinets de conseil et des société de services (SSII, ESN, ingénierie, ) ASSUREZ VOTRE CROISSANCE VSActivity BUSINESS L ERP regroupant toutes les fonctionnalités

Plus en détail

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Avec vous, nous nous engageons pour construire vos solutions de gestion Face à la globalisation des marchés, au développement des systèmes

Plus en détail

FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION

FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION DATES CLÉS 2013 Spécialisation en nos domaines d expertises 2008 Séparation des activités Conseil et IT 2006 Création de FEEL EUROPE

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 --------------------------------------

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 -------------------------------------- RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1 er janvier 30 juin 2013 ---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/ -------------------------------------- Société anonyme au capital

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail