Centre Africain d Etudes Supérieures en Gestion. Mémoire de fin d études THEME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre Africain d Etudes Supérieures en Gestion. Mémoire de fin d études THEME"

Transcription

1 Centre Africain d Etudes Supérieures en Gestion Institut Supérieur de Comptabilité, de Banque et de Finance (ISCBF) Master Professionnel en Comptabilité et Gestion Financière (MPCGF) Mémoire de fin d études THEME Promotion 06 ( ) Gestion des risques bancaires liés aux crédits accordés aux entreprises : CAS de la BSIC-BF Présenté par : Dirigé par : TOE Bagnié Alex KABORE Lassane Chef du service comptabilité de la BSIC Avril 2013

2 DEDICACE Nous dédions ce mémoire à nos parents, pour tous les sacrifices qu ils ont consentis afin que nous puissions parvenir à la réussite. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page i

3 REMERCIEMENTS Nos remerciements vont à l endroit des personnes suivantes : l ensemble des membres de notre famille, pour tout leur soutien ; l ensemble du corps professoral du CESAG, pour la qualité des enseignements reçus durant notre parcours académique et également aux membres de l administration ; notre directeur de mémoire et notre maître de stage qui nous ont accordé une partie de leur temps afin de nous guider et nous assister lors de la rédaction de notre mémoire de fin d études ; l équipe dirigeante de la BSIC pour nous avoir accordé ce stage qui a été très enrichissant et nous a permis de mener cette étude ; l ensemble du personnel de la BSIC, pour la disponibilité et pour nous avoir facilité la collecte et le traitement des informations lors de notre présence au sein de l entreprise ; l ensemble de nos amis et camarades de classe, pour avoir rendu agréables nos années d études. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page ii

4 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS BAD : Banque Africaine de Développement BCEAO : Banque Centrale des Etats de l Afrique et de l Ouest BID : Banque Islamique de Développement BOAD : Banque Ouest Africaine de Développement BSIC : Banque Sahélo-saharienne pour l Investissement et le Commerce CA : Chiffre d affaires CBI : Coris Bank International CCT : Crédit à Court Terme CEDEAO : Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest CEN-SAD : Communauté des Etats Sahélo-Sahariens CFA : Communauté Financière Africaine COSO : Commitee of Sponsoring Organizations of the Treadway Commission DAB : Distributeurs Automatiques de Billets FAGACE : Fonds Africain de Garantie et de Coopération Economique FAIR : Fonds d Aide à l Intégration Régionale FCFA : Francs de la Communauté Financière Africaine FR : Fonds de Roulement FSA : Fonds de Solidarité Africain GARI : Fonds de Garantie des Investissements IFACI : Institut Français de l Audit et de Contrôle Internes OCDE : Organisation de la Coopération et de Développement Economique PVD : Pays en Voie de Développement SBE : Société Burkinabé d Equipement UEMOA : Union Economique Monétaire Ouest Africaine UMOA : Union Monétaire Ouest Africaine Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page iii

5 LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX Liste des figures : Figure 1: Modèle d'analyse de la gestion des risques bancaires liés aux crédits accordés aux entreprises Figure 2 : La matrice des risques liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises Liste des tableaux : Tableau 1: Bilan de la banque de (million FCFA) Tableau 2: Endettement bancaire Tableau 3: Situation du compte courant Tableau 4: Engagement du client Tableau 5 : Identification des risques liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises Tableau 6 : Echelle de l'impact des risques Tableau 7 : Echelle de probabilité des risques Tableau 8 : Evaluation des risques liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises Tableau 9 : Hiérarchisation décroissante des risques Tableau 10 : Analyse des dispositifs de contrôle interne de la gestion des risques liés aux crédits accordés aux entreprises Tableau 11: Tableau de suivi des recommandations Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page iv

6 TABLE DES MATIERES DEDICACE... i REMERCIEMENTS... ii LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS... iii LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX... iv TABLE DES MATIERES... v INTRODUCTION GENERALE... 1 PREMIERE PARTIE : CADRE THEORIQUE DE LA GESTION DES RISQUES BANCAIRES LIES AUX CREDITS ACCORDES AUX ENTREPRISES... 6 INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE... 7 Chapitre 1 : Les types de crédits bancaires et risques liés Types de crédits bancaires Définition du crédit bancaire Classification des crédits selon leur nature Les risques de crédit bancaire Définition du risque de crédit bancaire La typologie des risques de crédit bancaire Chapitre 2 : Gestion des risques liés aux crédits bancaires Les principaux acteurs de la gestion des risques bancaires Les autorités régulatrices Les autorités de contrôle Les actionnaires Le conseil d administration La direction Le comité d audit et les auditeurs internes Les auditeurs externes Le grand public Technique de couverture des risques de crédit La diversification du portefeuille de crédit Surveillance et contrôle du futur débiteur La surveillance constante de la solvabilité La prise de garanties Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page v

7 La gestion du risque de taux Les supports à exiger dans l'administration du crédit La convention du crédit L assurance-crédit Les contres garanties Les dispositions règlementaires relatives à la gestion du risque de crédit Le ratio de COOKE ou ratio de solvabilité Le Bâle II Le dispositif prudentiel de l Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) Le dispositif du COSO II pour le management des risques de l entreprise Chapitre 3 : Méthodologie de recherche Modèle d analyse Outils de collecte des données et analyse des données L interview L analyse documentaire L observation physique La grille de séparation des tâches Le questionnaire de contrôle interne Le test de conformité et de permanence CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE DEUXIEME PARTIE : CADRE PRATIQUE DE LA GESTION DES RISQUES BANCAIRES LIES AUX CREDITS ACCORDES AUX ENTREPRISES PAR LA BSIC-BF INTRODUCTION DE LA DEUXIEME PARTIE Chapitre 4 : Présentation de la BSIC- Burkina FASO Missions et objectifs de la BSIC Structure et organisation de la BSIC Le conseil d administration La direction générale Les différents services Les services du Back office Les opérations de la BSIC-BF Les partenaires de la BSIC-BF Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page vi

8 4.5. Les correspondants bancaires de la BSIC-BF Les performances de la BSIC-BF Chapitre 5 : Description du processus d octroi de crédit à la BSIC et gestion des risques liés Processus d octroi du crédit à la BSIC Le conseiller clientèle Le contrôle des risques Le chef du service des engagements et du portefeuille La gestion des risques de crédit à la BSIC Normes de gestion des risques de crédit de la BSIC L analyse financière et économique de la demande de crédit La prise de garanties Le suivi de l utilisation du crédit par le client Mesures prises en cas de non remboursement des crédits Chapitre 6 : Analyse de la gestion du risque de crédits bancaires accordés aux entreprises Identification des risques liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises Evaluation des risques liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises Analyse du dispositif de gestion du risque liés aux crédits bancaires accordés aux entreprises Recommandations Recommandations à l endroit du conseiller clientèle Recommandations à l endroit du responsable chargé de l analyse Recommandation à l endroit du service des engagements et du portefeuille Recommandation à l endroit du service juridique, du recouvrement et du contentieux Le suivi des recommandations CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE CONCLUSION GENERALE ANNEXES BIBLIOGRAPHIE Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page vii

9 INTRODUCTION GENERALE Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 1

10 Dans l économie moderne, l'activité bancaire est devenue incontournable. Elle conditionne la vie économique des Etats, des entreprises et des particuliers. Aussi, le crédit et le capital en général constituent des éléments importants en tant que facteurs de production et partant, des moteurs de développement économique. Pour préserver le capital investi, le crédit doit s adosser à des mécanismes qui permettent la maîtrise des difficultés qui peuvent survenir. S il est vrai que le crédit est lié au risque, la banque se doit de s y prémunir. En effet, au sein des institutions bancaires, la maîtrise du risque, sa gestion, la spécialisation dans les activités et l'anticipation surtout dans la gestion de l'encaissement disponible sont des notions clés sur lesquels les responsables doivent agir pour ne pas être confrontés à un blocage des activités. Le banquier se doit de prendre le maximum de précautions afin de réduire le risque de non remboursement et ainsi limiter la défaillance du client. La banque évolue dans un secteur très risqué et est susceptible d'avoir des difficultés pour recouvrer ses prêts, compromettant ainsi la continuité de ses activités. Dès lors, il devient particulièrement intéressant d'analyser sa politique de gestion du risque de crédit. La finalité pour la banque dans l octroi d'un crédit est son remboursement. Pourtant, dans diverses situations, les remboursements ne s'effectuent pas à l'échéance prévue. Parfois, ils se trouvent même définitivement compromis. Face à cette situation, la banque se voit donc contrainte de matérialiser un risque de contrepartie par la prise de garanties. Les banques en général et les banques burkinabè en particulier, qu'elles soient de petite ou de grande taille font recours à différentes méthodes de gestion qui leur permettent de se couvrir contre les risques des crédits bancaires pour améliorer leur performance à différents niveaux. Selon Sall (2000 : 226), bien que la structure des actifs des banques africaines reflète, en partie, le fait que la masse des engagements soit remboursable à vue, leur préférence pour l'octroi des prêts essentiellement à court terme peut également s'expliquer par une attitude d'aversion contre les risques dans une situation où les activités de leurs clients potentiels sont sensibles à l'impact des facteurs exogènes (les conditions climatiques, les crises économiques et l'environnement économique international). En outre, pour le cas particulier des entreprises emprunteuses il y a la difficulté d'évaluer leur solvabilité sur de longues périodes. Cette Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 2

11 situation est due au fait que les données comptables présentées pour les demandes de prêt sont généralement mal fournies et non vérifiables. «Une politique de crédit est donc considérée comme stable lorsque le profil du crédit en longue période n'est pas affecté par des variations très importantes comme des expansions très soutenues pendant quelques années suivies des contractions très brutales.» (Gentier, 2003 : 111). La Banque Sahélo-saharienne pour l Investissement et le Commerce du Burkina (BSIC-BF) fait partie des établissements qui sont nouvellement installés dans les Etats de la CEN-SAD. Selon les statuts, elle a pour mission de «soutenir le développement du Burkina Faso, de promouvoir les petites et moyennes entreprises (PME) et d affirmer sa présence dans tous les secteurs de l économie nationale». La BSIC-BF fait partie du secteur secondaire. Outre les problèmes d'ordre structurel que connaît ce secteur (une demande intérieure très réduite, un manque d'agressivité et de compétitivité des opérateurs économiques, une absence de zones industrielles viabilisées), la banque se doit de trouver une place au sein du système bancaire pour participer à la lutte contre la pauvreté et l insécurité alimentaire quasi permanente dans le pays. Comme indiqué plus haut, la BSIC est jeune (2004) dans le milieu bancaire. Son capital d expérience n est pas assez solide pour éviter toutes les difficultés qui pavent l octroi de crédit aux entreprises. Elle fait donc face à des risques de non recouvrement ou des complications dans le remboursement des crédits octroyés aux clients. Cette situation qui occasionne des pertes financières importantes pour la banque est le plus souvent due: au versement du montant d'un crédit avant la prise effective de la garantie prévue ; à l imputation du montant du crédit dans le compte d'un tiers et non dans celui du bénéficiaire réel ; à une mauvaise évaluation de la situation financière du client à financer ; à une défaillance dans le dispositif de contrôle des risques d octroi des crédits. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 3

12 Pour faire face à ces problèmes, la banque doit évaluer le dispositif de contrôle interne établi pour maîtriser ces risques. Elle se doit aussi de veiller au respect des réglementations bancaires en vigueur. L analyse du processus d octroi de crédit permettra l évaluation du dispositif de contrôle interne. Au regard de ce qui précède et dans le cadre de notre étude, la question fondamentale que l on peut se poser est de savoir dans quelle mesure le processus d octroi de crédit de la BSIC est- il efficace dans la maîtrise des risques liés à ce type de crédit? La réponse à cette interrogation découle des questions suivantes : quelles sont les directives mises en place pour assurer la fonction de gestion des risques? quel est le rôle de l audit interne dans le processus de gestion des risques? quelles sont les améliorations à apporter pour minimiser la survenance de ces risques? L étude du thème: «la gestion des risques bancaires liés aux crédits accordés aux entreprises : cas de la BSIC-BF» tentera d apporter des réponses à ces préoccupations. Le but majeur de cette étude est de contribuer à l amélioration du processus d octroi des crédits par son analyse et par la formulation de recommandations. Ce but nous oriente donc vers les objectifs spécifiques suivants : Identifier les risques liés au processus d octroi de crédit ; Evaluer les critères d octroi des crédits de la banque ; Apprécier les outils d évaluation des risques liés au crédit ; Formuler des recommandations. L'intérêt de cette étude peut donc être synthétisé de la manière suivante: Pour la BSIC-BF Cette étude permettra à la banque d avoir une vue unifiée sur l ensemble des risques liés aux crédits aux entreprises Pour une meilleure prise en charge de ces derniers. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 4

13 Au plan personnel Elle nous permettra d'appliquer nos connaissances et acquis académiques d'une part et de les approfondir d'autre part. Notre étude sera subdivisée en deux grandes parties : La première partie consistera en la présentation de la revue de littérature couvrant les risques de crédit ainsi que la présentation de la gestion de ces risques. Dans la seconde partie, l étude portera sur la prise de connaissance pratique des risques liés aux crédits accordés aux entreprises ainsi que l analyse de leur gestion. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 5

14 PREMIERE PARTIE : CADRE THEORIQUE DE LA GESTION DES RISQUES BANCAIRES LIES AUX CREDITS ACCORDES AUX ENTREPRISES Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 6

15 INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE Les métiers de la banque, qu'il s'agisse des activités de la banque de détail ou des activités de la banque d'investissement, sont générateurs de risques, qui sont aujourd'hui particulièrement importants en raison des transformations qui ont affecté 1'économie mondiale (concurrence accrue dans de nombreux secteurs, ouverture croissante sur l'extérieur, forte volatilité des variables financière, etc.). L insuffisance de maîtrise de ces risques, pourrait entraîner des pertes affectant la rentabilité et les fonds propres de la banque. La gestion des risques est donc très importante pour les banques, car elle leur permet de surveiller les risques afin de se protéger contre tout évènement aux conséquences néfastes. La première partie du mémoire, qui constitue le cadre théorique, sera composée de trois chapitres : le premier nous permettra de présenter les différents types de crédit ainsi que les risques qui y sont liés, le deuxième sera consacré à la gestion des risques liés aux crédits accordés aux entreprises, et le troisième constituera la méthode de l étude. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 7

16 Chapitre 1 : Les types de crédits bancaires et risques liés Ce chapitre nous permettra d aider le lecteur de ce document à avoir une bonne compréhension de la notion de risque lié aux crédits bancaires. Nous définirons d abord le concept de crédit bancaire, ensuite nous présenterons les différents types de crédits, et, nous développerons enfin les risques qui y sont liés Types de crédits bancaires Il s agira dans cette section de mettre en exergue la notion de crédit et la classification des crédits selon leur nature Définition du crédit bancaire Pour Petit-Dutaillis (1967 : 18), «faire crédit, c'est faire confiance, mais c'est aussi donner librement la disposition effective et immédiate d'un bien réel ou d'un pouvoir d'achat, contre la promesse que le même bien ou un bien équivalent vous sera restitué dans un certain délai, le plus souvent avec rémunération du service rendu et du danger couru, danger de perte partielle ou totale que comporte la nature même de ce service». Bernard & al (1989 : 43), lui, dit que «le crédit est un acte de confiance comportant l'échange de deux prestations dissociées dans le temps, biens ou moyens de paiement contre promesse ou perspective de paiement ou de remboursement». De ces deux définitions ci-haut citées, nous relevons principalement trois notions essentielles dans l'octroi des crédits : la confiance qui doit exister entre les parties contractantes ; le facteur temps qui est extrêmement important dans ce genre d'opération ; la promesse de remboursement du bien prêté. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 8

17 Classification des crédits selon leur nature Les crédits peuvent être classés en fonction de certains critères notamment la durée, le degré de libéralité des banques, l'objet, la forme et d'après l'origine des crédits Les types de crédit selon la durée Selon ce critère, on distingue les crédits à court terme, à moyen terme et à long terme. - les crédits à court terme On désigne sous le terme des crédits à court terme l'ensemble des techniques de financement spécialisées relatives aux opérations du cycle d'exploitation et d'autre part des moyens de financement dont la durée est extrêmement courte, de quelques jours à quelques mois. Pour préciser cette définition, il faut examiner la nature des opérations auxquelles le crédit est attaché. «Ainsi, suivant la durée du cycle de production ou de commercialisation, le crédit à court terme peut être relativement long et atteindre une période de l'ordre d'un an, on désigne alors ces crédits sous le nom de court terme prolongé, et on les distingue des opérations plus courtes qui portent sur une période de trois à six mois» Conso (2005 : ). - les crédits à moyen terme Selon Pruvost (2009 : 72), «le crédit à moyen terme ainsi que son nom l indique, est un crédit sur une durée moyenne qui peut aller de 24 à 84 mois c est-à-dire de 2 ans à 7 ans». Les crédits à moyen terme oscillent entre les crédits à court terme et les crédits à long terme. Certains les appellent des «crédits à long terme courts» tandis que d'autres les appellent des «crédits intermédiaires». Ils servent au financement des activités rentables à moyen terme (ex : construction). - les crédits à long terme Les crédits à long terme peuvent, en matière commerciale commencer à 5 ans. Mais du point de vue des finances de l'etat, cette durée ne constitue véritablement pas du long terme, il faut qu'elle soit encore plus longue. C'est ainsi que l'on le définit à partir de 7 ans. Les entreprises préfèrent ce genre de crédit lorsqu'elles investissent dans des projets qui donneront des résultats qu'à long terme (ex : usine). Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 9

18 Les types de crédits selon le degré de libéralité des banques Selon le degré de libéralité des banques, on distingue les crédits mobilisables et les crédits non mobilisables. Dans les Etats de la zone UMOA, on parle de crédits mobilisables lorsque la banque centrale donne un accord de déclassement sur la signature du client, ce qui permet à une banque de solliciter auprès un crédit et lui donne en même temps son accord sur le refinancement d'une partie du crédit. Les signatures qui ne bénéficient pas d accord de classement de la Banque Centrale sont des crédits non mobilisables car non acceptés au refinancement Les types de crédits selon leur objet Tout banquier a besoin de savoir ce qu'en est de l'utilisation du crédit sollicité par son client. C'est pourquoi il exige de l'emprunteur d'indiquer ses projets afin que le banquier puisse savoir s'il vaut la peine de les financer. Pour l entreprise, on distingue généralement les crédits d exploitation et les crédits d investissement. - les crédits d'exploitation Ces crédits sont destinés à : faciliter les approvisionnements (c'est-à-dire les biens et les services nécessaires à la fabrication) ; permettre la transformation des matières et fournitures en produits finis (c'est-à-dire permettre l'utilisation de ces matières et fournitures et le paiement du personnel de l'usine) ; faciliter la commercialisation des biens produits ou achetés en finançant les frais de livraison, d'après-vente, de publicité, etc. Nous relevons que ces crédits ont une durée courte, car le cycle d'exploitation d'une entreprise est généralement inférieur à une année. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 10

19 - les crédits d'investissement Ils sont destinés à l'acquisition soit des investissements corporels (machines, matériels et outillages, etc.) soit des investissements incorporels (financement de frais d'établissement, le financement des dépenses de recherche et de développement, l'achat ou la mise en place du fonds de commerce, etc.). Selon Desmicht (2007 : 69), le crédit investissement ou encore appelé prêt libre aux entreprises fait partie des crédits qui sont destinés aux entreprises. Ce sont des prêts à moyen et long termes et leurs caractéristiques financières sont variées aussi bien en taux qu en échéancier de remboursement Les types de crédits selon leur forme Cette typologie est définie suivant le degré de liberté dans l'utilisation de ces crédits. Ainsi, on distingue généralement les crédits liés au projet et les crédits non liés. - Les crédits liés au projet Les bénéficiaires n'ont pas le plein droit d'en utiliser à leur gré. Le prêteur les leur donne après qu'ils aient présenté le projet à financer et les bailleurs de fonds analysent sa viabilité et sa fiabilité. Son niveau dépend principalement du volume d'investissement ainsi que du schéma de financement intérieur et celui attendu de l'extérieur. Ces genres de crédits sont les plus octroyés aux PVD. Ils bénéficient de ces crédits à des fins précises et clarifiées par les bailleurs de fonds. - Les crédits non liés L'utilisation par le bénéficiaire de la ligne de crédit est libre. Il ne doit pas présenter de projets spécifiques aux bailleurs c'est le genre le plus rare dans les pays pauvres. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 11

20 Les types de crédits selon leur origine Nous distinguons deux grands types de crédits : Le marché intérieur est constitué par l Etat et ses démembrements d une part, la Banque centrale ou alors les particuliers, les entreprises et les organismes financiers implantés dans le pays d autre part. Elle provient également de l'épargne nationale tant oisive que celle qui est prête à être investie. Elle se présente en définitive comme une simple transaction financière entre l'etat et les agents économiques en activité à l'intérieur du même pays. Les ressources proviennent aussi de l'extérieur : le crédit extérieur trouve son existence dans les fonds étrangers qui sont mis à la disposition l'économie nationale. Les agents économiques s'adressent dans ce cas soit à des pays tiers, soit à des organismes régionaux et internationaux, ou encore à des sociétés ou institutions bancaires privées. Il s'agit donc ici d'une transaction entre deux collectivités économiques différentes, d'un transfert de ressources d'une économie à une autre. Au regard de tous ces types de crédits présentées, il est important de se demander quels sont les risques qui y sont liés? 1.2. Les risques de crédit bancaire Dans cette section, nous allons d abord voir la notion de risque bancaire avant de présenter les différents types de risques Définition du risque de crédit bancaire Le risque en matière bancaire peut être défini, selon Rouach & al (1998 : 30), comme étant «un engagement portant une incertitude dotée d'une probabilité de gain et de préjudice, que celui-ci soit une dégradation ou une perte». Sampson (1982 : 38) pour sa part considère que : «la tension qui habite les banquiers est inséparable de leur métier, ils veillent sur les économies d'autrui et partant ils les font Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 12

21 bénéficier en les prêtant à d'autres ce qui comporte inévitablement des risques. Il continue en précisant qu'un banquier qui ne prend pas de risque n'en est pas un». D après Martinet & al (2000 : 81), «le risque est un phénomène aléatoire correspondant à une situation ou le futur n est prévisible qu avec les probabilités». Aussi, la prise de risque est tout simplement liée à l'objet principal de l'activité bancaire : l'octroi de crédit. Cette prise de risque est inéluctable et justifie l'existence même des banques. Le simple retard dans un remboursement peut être préjudiciable pour une banque qui travaille avec des fonds empruntés, car comme tout commerçant ou industriel, il doit faire face, de son côté, à ses propres échéances et, par conséquent, compter sur les rentrées nécessaires à l'équilibre de sa trésorerie. Si, par suite de circonstances imprévisibles, ou même par suite d'une politique de crédit imprudente, les retards se généralisaient, il pourrait en résulter une immobilisation de capitaux susceptible de mettre la banque en sérieuses difficultés, même si les crédits accordés ne sont pas compromis La typologie des risques de crédit bancaire En dehors des risques communs à toutes les entreprises (risques logistiques, juridiques, de malversation...), les banques sont confrontées à des risques spécifiques inhérente à leurs activités : les octrois des crédits. Ces risques ne sont pas purement hypothétiques. Cependant, lorsqu'ils se réalisent, ils peuvent entrainer de lourdes conséquences. Il existe une multitude de risques de crédits bancaires. Leur classification (typologie), diffère selon les auteurs à cause surtout des fortes interdépendances qui existent entre les risques, les uns pouvant entraîner les autres. Toutefois, nous retenons les mêmes éléments constitutifs du risque bancaire quel que soit l'auteur. Sardi (2002 : 39-47), par exemple, inventorie une dizaine de risques de crédits bancaires regroupés en cinq catégories : le risque de contrepartie, le risque particulier à un client ou à une opération, le risque de taux, le risque corporatif ou professionnel et le risque général. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 13

22 Le risque de contrepartie Selon Calvet (2002 : 96), «de façon tout à fait générale, le risque de contrepartie ou de crédit ou encore de signature, est le risque de défaillance d une contrepartie sur laquelle est détenue une créance ou un engagement de hors-bilan assimilable». Dans un premier temps, le risque de crédit est donc le risque de subir une perte dans l hypothèse où la contrepartie se révélerait dans l incapacité de faire face à ses engagements. C'est le risque à la fois le plus dangereux et le plus courant pour une banque. Il s'agit du nonrespect par un client de son engagement financier à savoir, dans la majorité des cas, un remboursement de prêt. Les événements qui peuvent amener un emprunteur à ne pas respecter ses engagements sont multiples : - une malhonnêteté évidente (escroquerie, abus de confiance) ; - un cas de force majeure. Ceci est notamment le cas en ce qui concerne les crédits accordés à des emprunteurs étrangers qui peuvent être confrontés à des risques de guerre, de révolution, de catastrophes naturelles ou de non transfert ; - le plus souvent, la cause du non remboursement est à chercher aussi dans une défaillance économique ou financière involontaire des débiteurs : chômage pour un particulier ou dépôt de bilan pour une entreprise Le risque particulier à un client ou à une opération Le risque particulier à un client dépend d'éléments qui ne dépassent pas le cadre d'une affaire. Il est fonction de la situation financière, industrielle ou commerciale de l'entreprise, ainsi que de la compétence technique et de la moralité de ses dirigeants. Les crédits accordés à des entreprises qui manquent de ressources, qui a trop d immobilisation, qui n'ont pas un fonds de roulement suffisant, qui sont surendettées ou dont la trésorerie est lourde comportent des risques assez grands. Alex Bagnié TOE, Master professionnel en comptabilité et gestion financière, CESAG Page 14

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-04 du 28 mars 2002 Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Sommaire

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

LEXIQUE MICROFINANCE

LEXIQUE MICROFINANCE Microfinance et Développement Mali - CIDR LEXIQUE MICROFINANCE Actif (membre) Dans une CVECA, un membre actif est un membre ayant effectué au moins une opération de dépôt ou de crédit pendant une période

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Financer son Entreprise

Financer son Entreprise 1 En élaborant votre business plan, vous avez évalué vos besoins et établi votre plan de financement. Subventions, prêts, garanties, aides fiscales et sociales En fonction de votre profil, de votre lieu

Plus en détail

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010 BILAN ENGAGEMENTS DONNES Engagements de financement donnés en faveur d'établissements de crédit et assimilés Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle Engagements de garantie d'ordre

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 64 64 ACTIVITÉS DES SERVICES FINANCIERS, HORS ASSURANCE ET CAISSES DE RETRAITE Cette division comprend les activités de collecte et de redistribution

Plus en détail

Norme comptable relative aux Contrats de construction

Norme comptable relative aux Contrats de construction NC 09 Norme comptable relative aux Contrats de construction Objectif 01. Les contrats de construction portent généralement sur la construction d'immeubles, de barrages, de ponts, de bateaux ou d'autres

Plus en détail

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia Achat de marchandises ou de stock Montant payé pour l achat de matières premières, de produits semi-finis et de produits finis en vue de les vendre ultérieurement. Achats Prix versé à des fournisseurs

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI

REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

COURS DE DROIT DU CREDIT

COURS DE DROIT DU CREDIT COURS DE DROIT DU CREDIT BIBLIOGRAPHIE : - Sophie Sabatier : Droit du crédit, 2007, 1 ère Edition ; - Fodé Ndiaye : Micro-finance en Afrique de l Ouest ; - Ousseynou Sow : la sécurisation des engagements

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE

DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE COMMUNICATION SUR LE CADRE INSTITUTIONNEL DE LA GESTION DE LA DETTE PUBLIQUE DU BURKINA FASO Atelier régional

Plus en détail

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS 620105bis DECF SESSION 2006 GESTION FINANCIERE Eléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS DECF 2006-Gestion financière CORRIGÉ 1/10 DOSSIER

Plus en détail

Politiques et procédures en matière de gestion de risques

Politiques et procédures en matière de gestion de risques Introduction Politiques et procédures en matière de gestion de risques La Banque africaine de développement a établi et applique diverses politiques et procédures visant à réduire ou à limiter son exposition

Plus en détail

ROYAL SCHOOL. Mini-Catalogue GESTION COMPTABILITE ET FINANCE

ROYAL SCHOOL. Mini-Catalogue GESTION COMPTABILITE ET FINANCE REF Formation Mini-Catalogue GESTION COMPTABILITE ET FINANCE Durée (jour) Objectifs Comprendre la logique des principales normes internationales IAS/IFRS. S imprégner de la nécessité de l harmonisation

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

PLAN. A) Les cautions qui évitent les sorties de fonds. I) Les cautions bancaires

PLAN. A) Les cautions qui évitent les sorties de fonds. I) Les cautions bancaires PLAN I) Les cautions bancaires A) Les cautions qui évitent les sorties de fonds 1) Les cautions de marchés publics a. La caution pour adjudication ou la caution provisoire b. La caution pour soumission

Plus en détail

Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA. Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris

Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA. Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris 1 Introduction 2 Risque et financement 3 Efficacité des sûretés

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

NC 14 Norme comptable relative aux éventualités et événements postérieurs à la date de clôture

NC 14 Norme comptable relative aux éventualités et événements postérieurs à la date de clôture NC 14 Norme comptable relative aux éventualités et événements postérieurs à la date de clôture Objectif 01. Les états financiers doivent renseigner les utilisateurs, non seulement sur les transactions

Plus en détail

METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET

METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET DE RECOUVREMENT OBJECTIFS Ce Métier devrait permettre aux apprenants de : Etre à l écoute du client pour pouvoir satisfaire à ses besoins et attentes en matière de crédit

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques

Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques modifié par les règlements n o 94-03 du 8 décembre 1994, n o 96-06 du 24 mai 1996, n o 97-04 du 21 février 1997, n o 98-03

Plus en détail

NC 32 Norme comptable relative a la présentation des états financiers des associations autorisées à accorder des micro-credits

NC 32 Norme comptable relative a la présentation des états financiers des associations autorisées à accorder des micro-credits NC 32 Norme comptable relative a la présentation des états financiers des associations autorisées à accorder des micro-credits Objectif 01. La norme comptable NC 01 -"Norme comptable générale" définit

Plus en détail

Analyse de la demande L'entreprise qui désire obtenir un financement de la SODEC doit déposer un plan d'affaires.

Analyse de la demande L'entreprise qui désire obtenir un financement de la SODEC doit déposer un plan d'affaires. APPROCHE D AFFAIRES En matière de financement des entreprises, l'intervention de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) s effectue dans les différents domaines du secteur de la

Plus en détail

LES CREDITS IMMOBILIERS

LES CREDITS IMMOBILIERS LES CREDITS IMMOBILIERS Actualisée le : 21/05/ 2011 TYPOLOGIE DES PRETS Les prêts réglementés Prêt à taux Zéro (PTZ) Prêt à l accession sociale (PAS) Prêt conventionné (PC) Prêt Epargne Logement (PEL)

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

SESSION 2010. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2010. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1010006 DCG SESSION 2010 Document autorisé : Aucun document autorisé. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2015 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Guide pratique - BOAD 1 GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Mémoire de fin d étude THEME

Mémoire de fin d étude THEME Centre Africain d études Supérieures en Gestion Institut Supérieur de Comptabilité, de Banque et de Finance (ISCBF) Master Professionnel en Comptabilité et Gestion Financière (MPCGF) Promotion 4 (2009-2011)

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1,PL2,PL3,PL4) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des Banques STATISTIQUES MONETAIRES

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7)

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7) Chapitre 2. Le bilan 1. Présentation générale du bilan 1.1. Définition C'est une représentation à une date donnée (à la clôture de l'exercice en général) du patrimoine de l'entreprise c'est-à-dire de tout

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2002-03 DU CRC DU 12 DECEMBRE 2002 RELATIF AU TRAITEMENT COMPTABLE DU RISQUE DE CREDIT modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION Le mécanisme de la subrogation Introduction La subrogation est un mécanisme juridique qui permet au créancier (A) qui est payé par une autre personne (B) que son

Plus en détail

Les engagements et revenus y afférents dans les établissements bancaires

Les engagements et revenus y afférents dans les établissements bancaires NC 24 Les engagements et revenus y afférents dans les établissements bancaires Objectif 01. Les prêts et avances et les engagements de financement ou de garantie constituent généralement un segment important

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle II, Luxembourg, le 26 Juin 2014-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Règlement n 2000-04 du 4 juillet 2000 Relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Modalités particulières d'évaluation et de comptabilisation. Titre III Règles de comptabilisation et d'évaluation

Modalités particulières d'évaluation et de comptabilisation. Titre III Règles de comptabilisation et d'évaluation Modalités particulières d'évaluation et de comptabilisation Titre III Règles de comptabilisation et d'évaluation Chapitre III - Modalités particulières d'évaluation et de comptabilisation Section 1 - Immobilisations

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne: Affaires juridiques et conformité Comptabilité réglementaire Crédit Détail Haute direction Institutionnel

Plus en détail

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, JURIDIQUES ET SOCIALES -RABAT- LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE Réalisé par: [Tapez un texte] Page 1 Introduction SOMMAIRE : Première

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

du 22 août 1996 (Dernière modification : 20 mai 2008)

du 22 août 1996 (Dernière modification : 20 mai 2008) Circ.-CFB 96/4 Dépôts du public auprès d établissements non bancaires Page Circulaire de la Commission fédérale des banques : Acceptation à titre professionnel de dépôts du public par des établissements

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par l inversion

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

La cotation Banque de France

La cotation Banque de France ENTREPRISES PROFESSION BANCAIRE La cotation Banque de France Guide de référence 2011 Une référence pour le dialogue entre la banque et l entreprise Sommaire LA COTATION BANQUE DE FRANCE 1.1. UNE COTATION

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE

MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2013 JUILLET 2014 Société à responsabilité limitée au capital de 1. 000. 000 F CFA Expertises

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principaux moyens à mettre en oeuvre pour : gérer le risque clients recouvrer les impayés. TEMPS PREVU : 3 h 00

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principaux moyens à mettre en oeuvre pour : gérer le risque clients recouvrer les impayés. TEMPS PREVU : 3 h 00 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

Conseils en Credit Management

Conseils en Credit Management Conseils en Credit Management détection précoce des risques de défaut de paiement Les faillites interviennent souvent lorsqu un partenaire d affaires important ferme ses portes. Ce sont en particulier

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz TABLE DES MATIERES Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 Art. 5 Art. 6 Art. 7 Art. 8 Art.

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Circulaire _2009_29 du 30 septembre 2009 Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Champ d'application: Les entreprises d'assurances soumises à la loi du 9 juillet 1975

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail