étouffant un serypetit sculpteurs; de Cundier, Beisson,- parmi les graveurs. 'Cassicn,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "étouffant un serypetit sculpteurs; de Cundier, Beisson,- parmi les graveurs. 'Cassicn,"

Transcription

1 DIMAMCHE 9 SEPTEMBRE 1855* Prix dabonnement: AIX, 5 mbis.... Sfr.» 6 mois.8» 1 an : 15 Hors dàix: 5 mois, 6 f. 6 mois, 10 f.l an, 18 f. Prix dunuméeô : 50 centimes. JOMMAL- POLITIQUE, ûixr^èutrièktï! ÀKHRlfeE. ic. àf é _ Prix dés Annonces î..; RÉCLAMES..* X--^. i.- ;.SO Ci ; :-. -, Dierses......* 50 c. > JUDICIAIRES.., ;.. S C.,. -, Ladministration du journal traite à forfailpour les annonces, à nnée* (Affranchir.), ADMINISTRATIF, JUDICIAIRE, COMMERCIAL, AGRICOLE r -Mw X.-""/ paraissant tanè.-dès.: Minandjcs. On rcçôit.aiissi les Abonnements et les Annonces, à Paris, à- loffice-corrjespondàncc MM. Lejoliet.et Cie,-rpeNotre-Dame-s-VictOires, 23 ; à V Office publicité départementale, chez M. Isidore Fbniaifté, rue Treisè;- 22, et à lagence s Feuilles Politiques (correspondance générale Jl. Haas), rjie J.-J. Rousseau, 3. Les Arlicleâ aant un but dutilité publique sont insérés gratuitenieiil.^toulee qui concerné rédaction, les récmations, les insertions judiciaires et ais diers, etc., etc., doit être adressé (franco) aux: Bureaux du Journal, sur le Cours, 55, à Àix. -Les lettres non affranchies seront refusées. AIX. Le Congrès archéologique, France et.les Assises scientifiques..ont eu lieu, à Aix, samedi, dimanche et lundi rniers; Ils nont pas brillépar le concours nos concitoens. Pourtant, présence M. Cauniont, lune nos illustrations nationales, méritait un accueil plus em pressé. Notre ille, fière autrefois. ses traditions saoir et, dur banité, a abdiqué, en cette circonstance,, le surnom longtemps mérité dathènesdti midi. Le moment était, mal choisi, il est rai,, pour tenue dèices,,iqijeïiml;és:et;pius-jdun.. nos saantasses sest troué, fort heitreux d-rgoçjuer ce prétexte dinopportunité pour déserter..sci;ençe;ae.c,ar,niibs et bagages. A quoi pensaient donc les organisateurs "-duçdngr.ës.et s Assises?.-Quelle malheureuse inspiration les. a portés, àèxjer leur réunion : au premier jour.s acances? Ne saaient-ils pas quàix est une gran école, et que rien ne saurait arrêter les mi grations, lorsquarrie, enfin, lépoque si longtemps désirée du premier septembre? La illégiature attire les uns sous ses ombrages problé matiques ; les pisirs chasse conient les autres à battre cam pagne armés dun fusil.innocent et suiis dune meute inoffensie, ; quel ques-uns ont aux eaux se désser s fatigues létu tous sont possédés ce démon irrésistible du farniente, qui ssèche les idées dans le cereau et lencre sur plume. Comment résister aux tenta-; tions cet esprit malin qui séduit par s attractions et, s mirages si chatoants? Comment arrêter une course aiguillonnée par. tels épe rons? Il serait plus facile. contenir dans ses limites une riière tor-. rentueuse, comme Durance, que sopposer au déborment aux champs notre popution robe, chaire ou dacadémie,* quand lheure du repos annuel a fait ibrer son timbremagique.il faut que faculté s lettres fasse légloguo en action, qt dialogue ou enilc ses ^pipeaux, aec Titre, sous un hêtre touflu. La faculté droit eut soc cuper propriété ; le pais a chercher une chaumière, et le bar reau pêcher à ligne, genre xerrice qui çié.djsppse énormément aux mouements oratoires. Cest au moment ces graes préoccupations, cest au milieu cette furie à prendre clef s Champs quele Congrès et. les Assises ont ouert leurs séances. Autrefois, on aurait retardé son départ trois jours, et on se serait fait honneur et pisir dassister et concourir, par quelques traaux, aux doctes discussions qui souraient. Mais au jourdhui, on sait trop pour aoir encore besoin dapprendre quelque chose, et quel homme intelligent sacrifierait un jour acance, quel académicien un grain damour-propre, pour rendre les oirs lhospitalité.à science oageuse faisant halte dans notre ille! ; Malgré lesbsences et: les abstentions, les assises et le congrès ont eu * lieu aec le concours s fidèles que, le patriotisme aait groupés autour nos^ hôtes. La municipalité aait donné une preue sa bieneilnce écirée en offrant Ia..grand.salle là Mairie, quelle aait fait décorer xkjjkxp.ec autant goût que dà-prppos Un immense trophée séleait. aussus lestra et occupait tout lefod, encadrant le buste lem-, V,...-: * : > -,. -,...-,", pereur, surmonté dun, grand aigle aux ailes éplôëes, étouffant un serpetit dans ses serres. Dés"faisceaux et^^"désbaodèrolles flottaient tout au tour s parois. Les bsons s principales illes du midi et Pro ence étaientpcés dans les petus panneaux à cadres dorés. 0:i remaï. quait ceux daix, Marseille, Aignon, Montpellier, Nîmes, Toulon, Digne, Draguignan, Grasse, Brignoles, Arles, Tarascon, Beaucaire, Pertuis, Manosque, Forcalquier, Frejus,.Saint-Ilem, Lambesc, Pélis sânne, Martigues, Salon, etc. Dans les grands panneaux qui décorent le pourtour, s écussons ceints branches urier portaient en légen les noms s principales illustrations.proençales. On lisait ce,iix GallUs, Pétrone, Rejmond-Beranger, Arnaud Daniel, Bertrand dalmanon, René danjou. Pellegrin, B«menard, Pésbrgues, parmi les poètes; Campra, Gilles, Floquet, parmi les musiciens ; Pugèt., Mïgnard, Vanloo, Chastel, Toro, Daret, Dandré-Bardou. Fauchier, Leieux, Constantin, Granet. parmi les peintres et les sculpteurs; Cundier, Beisson,- parmi les graeurs. Cassicn, Sdhien, Saint-Césaiïe représentaient les écriains chrétiens; Mascaron. lorateur sacré; Mira-; beau, Sieès, Maur. Barlwrroux, Manuel, les orateuis politiques; Bnmarsais, grammaire; diiozier, généalogie; Gassendi, Vauenar gues, dargens, Jes philosophes; Euthmemes, Pthéas, Adam Çraponne, Càssini, les mathématiciens, géographes et ingénieurs. On re marquait encore.les historiens Troguc-Pompée, Alberic daix, Le Monge dés îles dor,i César Nostradamus, Pitton, Bouche, Papon, Haitze;ies jurisconsultes Fabrot. Tliomassin, du Perrier, Moncr, Dubreuil, Si méon, Portalis;? les sa ants. mécins et naturalistes^saint-hermentairè, Arnaiid /i Villeneue. Michel Nostradamus, Tournefort, Garil, Darltic, Fusée-%tiblet, Adanson, Lacejiè, Fonscolombe ; et enfin lés érudits Peresc, Ganp Chasteui!/ Barthélém, Mejanes, Baumier, Fauris Saint-Vincens, Lantier, Emeric Daid, Estrangin. Des bustes pcés nière lestra faisaient reire limage dautres célébrités locales. -,. - - _.-_. Le fauteuil présince du congrès et s assises a été tour à tour occupé par M. Caumont, directeur linstitut s proinces France, et le docteur P.-M- Roux, sbus-directeur pour le sud-est. La plume s secrétaires était tenue par MM. Paan, présint cadémie daix, Talon, J.tB. Gaut et Berlue Perussis. On _a aussi remarqué au bureau Monseigneur Re, chanoine éêque-dë Saint-De nis, 31. le chealier Bertini, membre du parlement. Turin, et dautres notabilités.,.,.., :.- -",- - "." * Nous nanalserons pas les traaux réunion, en suiant dans leur ordre les questions, posées par le programme. Nous ne publierons pas non plus les procès-erbaux décolorés s séances; Gontéiitons-nous dire que M. Caumônt a élucidé toutes. les discussions aec une crté, une métho et une érudition inépuisables. M. Roux a apporté aussi son contingent saoir et facilité dans toutes les matières qui ont été traitées. Mais nous citerons, parmi: les pures qui se Sont produites,. les mémoires M. Talon, sur limportance dé là Ville darles sous lf domination: romaine ; M. Rostan, sur rchitecture./ léglise Saint-Saueur à Aix ; M*. Gaston dé Saporta; sûr flore fossile, daix, dapt et Manosque;, M, J"-B; Gaut, sur presse et les sociétés saantess déparlements; M; Berlue Pértissis, sur les publications les plus importantes, eh 1854, dans là circonscription; M. Bâlthasar sur s inscriptions trouées à Arles ; M. Masse, sûr le moen releer lés étus littéraires ; une notice M. dégaridël Siir les traaux cadémie daix, etc. Des dissertations,, et dés conférences fort intéressantes et très, instructies ont eu lieu aussi, pepdant les trois jours,* surrçhéologie, les: -aris, lès inusées, les sciences naturelles, griculture et lindustrie. * En résumé, malgré le peu mpressement nos compatriotes, le Congrès /archéologique et les assisessciëntifiques seront fructueux pour notreille, en ce quils auront sapé plus dun préjugé, mis* en circu tion bien s notions utiles, jeté un : noueau jbûr sur bien, s ma tières dérudition, et encouragé le goût s recherches, et dès étus sérieuses. Remont-Aubin.,:, Dans quelques jours nous toucherons à nniersaire mémorable rembarquement s troupes alliées à Varna. Dans une, semaine, une année se sera écoulée puis le jour où les armées,^ françaises et angi ses, braant les tempêtes léquinoxë et enir encore mstérieux qui les attendait en Crimée,* se sont éncées sur les grèes dé Oldj Farth, pour entreprendre guerre dans quelle elles sont encore enga gées. Cet interalle paraît être un siècle, tant il est rempli gloire et dépreues, et cependant douze mois seulement se seront écoulés puis que nos héroïques soldats se sont mesurés aec lennemi et ont préludé aux ictoires dinkermann, Baca et Traktir par celle laima. Que nous prenions Makoff aant rriée lhier et lon pourra dire aec raison que, loin daoir perdu du temps, les généraux alliés auront au contraire su tirer un résultatjieureux, pour ainsi- dire, chaque heure. Haas. On lit dans une lettre particulière adressée au Times,du 5 septem-. bre, en date du camp ant Sebastopol, 24. août, que si, comme on a * quelque raison le croire, les troupes russes sont déjà démoralisées, perte tour Makoffpourrait les décourager au point faire tomber ; presque immédiatement le côté sud en notre pouoir. En ce cas, priseou struction s aisseaux rendraient disponiblespoùrdautres opé rations s forces très nombreuses qui, emploées maintenant dans les tranchées, sélèent par elles-mêmes à leffectifdune armée; redoutable. On pourrait alors, aec i s flottes alliées, transporter prompte^ ment -une partie ces troupes à Eupâtoria, où bous; aons déjà 20,000 hommes, parmi lesquels figurent les meilleurs soldats: turcs. Eti supposant que lon enoie ainsi 4-0,000, hommes, issant le reste rmée Crimée sur Tchernaïa ou le Belbeck pour obserer, le côté FEUILLETON *DTJ MÊMORIALBU 9 SEPTEMBRE De là.presse Jefr dés sociétés saantes.sx départements. M. J.-B. -Gaiit eut bien nous communiquer, sur notre man, le mémoire quil a lu, dimanche rnier, à secon séance s assises scientifiques âaix. Nous nhésitons pas à publier ce-traail, quoique presse n- soit point ménagée, et nous peusons que nos lecteurs liront aec pisir les réétions piquantes et les appréciations originales, cet écriain. Nous faisons cependant nos "réseres sur plus dun point,.- ef il est bien enleudu que nous nadmettons pas toutes ses assertions comme articles foi.- Eeniont-Aubin, M. J.-Iî. Gaut aaîtà lépondreauxquesùonssuiantes, poséespar le.progràmme.s assistes" scientifiques: ;..,..*,,., Quels serices doit svffdrcer rendre presse locale, au point ue linslructioifgénérale.et diffusion s connaissances utiles? La presse départementale a-t-elle compris sa mission? QuaJ-elle fait jusquici; dans les localités, pour occuper lesprit public s choses sérieuses? Les sociétés saantes ont-elles secondé presse dans le déeloppement ces tendances?...-..;.-, - J. - :.:;,,-./,. 1 Quels moens peut-on indiquer pour associer les efforts s sociétés saantes à ceux presse départementale? M. J.-B. Gaut sesl exprimé en ces termes : Messieurs, Les questions 12, 13, 14 el 15 du programme s Assises scientifiques pour 1855 ont une connexilé qui les rend, en quelque sorte, indiisibles. Jessaié.raijdonc les aborr simultanément, non pas pour les traiter à fond, mes occupations mul tiples ne maant pas permis pn traail aussi complet^ mais poiir essaer. d ré pondre eu peu mots, et formuler quelques idées improisées, ce inalfn, au courant plume; ": " Permettez-moi circonscrire encore plus ces questions et les localiser com plètement. Beaucoup décriains procènt, par induction, du connu à lincoàau ; je nai lhabitu.marrêterquà.ce qui m.est connu. Jai lieu dépenser que mes attenances, pendant. longues années, aec les journaux daix, ont suffi samment formé mon expérience à leur sujet, et- mautorisent à parler sciemment leur conslitution icieuse et s conséquences qui découlent leurs ices organiques. Mes réflexions pourront sappliquer, aec. même- justesse, à toules les publications hebdomadaires ou bis-hebdomadaires qui séditent dans les illes du même ordre que nôtre. La presse.marseille échappe naltirellement à mon appréciation, parce quelle est établie sur s, bases différentes sous le rapport lutilité et îa périodicité. Les ais commerciaux d.e quatrième page rennt indispensable à une-popution éminemment mercantile; sou apparition quotidienne lui permet s déeloppements considérables consacrés à défense s intérêts locaux. Cependant, jajoule, pour êlre complètement rai, que, mal gré ce rnier aantage dont dispose leur rédaction, les feuilles marseilises, sauf s cas exceptionnels, ne sont que grands satellites, graitant. autour s as tres publicité qui font leurs réolutions périodiques dans le ciel parisien^ et quelles- reçoient, ces pnètes fixes oii ces comètes écheelées,le reflet s idéesj&fd<es opinions, dés érités et dés erreursf quelles; renoient ensuite, par réfraction, à leurs lecteurs.,...--.,-,../"...-quels serices doit sefforcer rendre presse locale, au point ue lins truction générale et diffusion s connaissances utiles? : Le simple bon sens répond^ cette question. Les serices que les: journaux pour raient rendre seraient immenses, sils comprenaient leur mission ciilisatrice. O fortunati nimium, si sua bona norint! La presse a pour but constant recherché et propagation érité dans toutes les branches s coanaissances humaines. II faut quelle émietle, en quelque sorte, les sciences, les lettrés et les arts à,çes;lazares trop nombreux auxquels leur naissance, les nécessités. ie et linsufssa^ge lenseignement nont pas permis, sasseoira gàpe intellectuelle. Le journal proince doit être mi maison, le compagnon du foer et telier, linstituteur prié stiné surtout à linstruction et à lé ducation s adultes. 11 est obligé erser régulièrement sa manne à tous ceux qui marchent encore ers ^erre-promise. Les intérêts généraux du pas solli citent dabord loutes ses préoccupations. Ecirer lopinion et dministration, sil a lieu, sur les. besoins localité ; rechercher, étudier et faire connaître tout ce qui peut lui être utile, telle est sa mission principale. QuMI prenne gar, aant tout, dé se isser tromper par les mirages déceants politique, qui dé- naturerit lès objets et les perspecties dune étrange manière. Les partis oient * lout à traers un prisme multicolore qui donne s tons, dés nuances et s re flets faux où exagérés aux images qui iennent se reproduire sur rétine leur appareil isuel. Chacun choisit couleur quil préfère, et en teint ses isions. Ce qui fait que, passez-moi cette expression pisanterie familière,. les journaux * nous en font oir loules les couleurs.. Jai toujours considéré les fonctions s journalistes comme une espèce sa cerdoce qui compte beaucoup dappelés et peu délus! La presse oblige ; mais, ; ; hés! que gens ne connaissent point ou méconnaissent ses obligations-!; A. notre époque meuement et progrès indéfinis, où lon oudrait que pen-. sée fût entraînée aec itesse apeur ou se issât emporter par lécir lélectricité, lon oit se produire et se perpétuer curieuses anomalies. Des. écriains, oii se croant tels, qui rie saent pas seulement tenir une plume, sar-^ rbgent le droit dinstruite et moraliser les masses. Tous ces Pics Mirant, dole improisés et incortipris tranchent les questions les plus ardues du haut leur omniscience,,et noient lopinion et leur facon ridicule dans s flots n cre indélébile, mais qui nest pas toujours incorruptible. II faut faire sérieuse ment les choses sérieuses, et ne pas abandonner lopinion à toutes les impressions fâcheuses qui peuent résulter s rêeries ou dés étus auxquelles se Hrent ces Imaginaties en traail. Le public fait justice, maifirméra-t-pn, s produc*.. tions prétentieuses ou aorlées. Ce est iai dans une certaine mesure. Mais on peut dire aussi, aec une ariante Beaumarchais : Ecriez, écriez, il en reste toujours quelque chose!. *,. ;, Pour que le journalisme ren réellénient s serices, il faut le ramener au but réel cette institution, dont il tend, chaque jour, à sécarter daantage. II est indispensable que ies feuilles locales soccupent, surtout et aant tout, lo-> calité ; quelles sintifient aec elle, et enoient lorgane et lexpression raie et sincère en toute circonstance.sentinelles aancées ses besoins, elles doi ent eiller sans* cesse, signaler, éoquer, aspirer, en quelque sorte, tout ce qui peut lui être utile, tout ce qui peut répandre et ulgariser les éléments du bien-être matériel et intellectuel, public et prié, se faire, en un mot, les éhi cules pensée initiatrice, les apôtres ciilisation! Elles ont, le mandat impératif mettre les sciences, les arts et les lettres à portée tout le mon. En traduisant les sciences en ngue ulgaire, et en en déduisant surtout les applications usuelles, elles feipnt ie plus facile à tous, et tendront au per fectionnement toutes les industries. En distribuant sportule s l.ellres à leurs nombreux clients, elles donneront une salisfaction heureuse à lesprit, adouciront et poliront les murs et les rapports sociaux, et rendront les hommes meilleurs., Enfin; en initiant lès poputions aux arts, elles élèeront pensée, entretiendront. I le goût public et rempliront dagréments les sentiers trop souent aris déi carrière humaine. La presse départementale a-t-elle compris cette mission? Qua-t-elle fait jus* DIMAMCHE 9 SEPTEMBRE 1855* Prix dabonnement: AIX, 5 mbis.... Sfr.» 6 mois.8» 1 an : 15 Hors dàix: 5 mois, 6 f. 6 mois, 10 f.l an, 18 f. Prix dunuméeô : 50 centimes. JOMMAL- POLITIQUE, ûixr^èutrièktï! ÀKHRlfeE. ic. àf é _ Prix dés Annonces î..; RÉCLAMES..* X--^. i.- ;.SO Ci ; :-. -, Dierses......* 50 c. > JUDICIAIRES.., ;.. S C.,. -, Ladministration du journal traite à forfailpour les annonces, à nnée* (Affranchir.), ADMINISTRATIF, JUDICIAIRE, COMMERCIAL, AGRICOLE r -Mw X.-""/ paraissant tanè.-dès.: Minandjcs. On rcçôit.aiissi les Abonnements et les Annonces, à Paris, à- loffice-corrjespondàncc MM. Lejoliet.et Cie,-rpeNotre-Dame-s-VictOires, 23 ; à V Office publicité départementale, chez M. Isidore Fbniaifté, rue Treisè;- 22, et à lagence s Feuilles Politiques (correspondance générale Jl. Haas), rjie J.-J. Rousseau, 3. Les Arlicleâ aant un but dutilité publique sont insérés gratuitenieiil.^toulee qui concerné rédaction, les récmations, les insertions judiciaires et ais diers, etc., etc., doit être adressé (franco) aux: Bureaux du Journal, sur le Cours, 55, à Àix. -Les lettres non affranchies seront refusées. AIX. Le Congrès archéologique, France et.les Assises scientifiques..ont eu lieu, à Aix, samedi, dimanche et lundi rniers; Ils nont pas brillépar le concours nos concitoens. Pourtant, présence M. Cauniont, lune nos illustrations nationales, méritait un accueil plus em pressé. Notre ille, fière autrefois. ses traditions saoir et, dur banité, a abdiqué, en cette circonstance,, le surnom longtemps mérité dathènesdti midi. Le moment était, mal choisi, il est rai,, pour tenue dèices,,iqijeïiml;és:et;pius-jdun.. nos saantasses sest troué, fort heitreux d-rgoçjuer ce prétexte dinopportunité pour déserter..sci;ençe;ae.c,ar,niibs et bagages. A quoi pensaient donc les organisateurs "-duçdngr.ës.et s Assises?.-Quelle malheureuse inspiration les. a portés, àèxjer leur réunion : au premier jour.s acances? Ne saaient-ils pas quàix est une gran école, et que rien ne saurait arrêter les mi grations, lorsquarrie, enfin, lépoque si longtemps désirée du premier septembre? La illégiature attire les uns sous ses ombrages problé matiques ; les pisirs chasse conient les autres à battre cam pagne armés dun fusil.innocent et suiis dune meute inoffensie, ; quel ques-uns ont aux eaux se désser s fatigues létu tous sont possédés ce démon irrésistible du farniente, qui ssèche les idées dans le cereau et lencre sur plume. Comment résister aux tenta-; tions cet esprit malin qui séduit par s attractions et, s mirages si chatoants? Comment arrêter une course aiguillonnée par. tels épe rons? Il serait plus facile. contenir dans ses limites une riière tor-. rentueuse, comme Durance, que sopposer au déborment aux champs notre popution robe, chaire ou dacadémie,* quand lheure du repos annuel a fait ibrer son timbremagique.il faut que faculté s lettres fasse légloguo en action, qt dialogue ou enilc ses ^pipeaux, aec Titre, sous un hêtre touflu. La faculté droit eut soc cuper propriété ; le pais a chercher une chaumière, et le bar reau pêcher à ligne, genre xerrice qui çié.djsppse énormément aux mouements oratoires. Cest au moment ces graes préoccupations, cest au milieu cette furie à prendre clef s Champs quele Congrès et. les Assises ont ouert leurs séances. Autrefois, on aurait retardé son départ trois jours, et on se serait fait honneur et pisir dassister et concourir, par quelques traaux, aux doctes discussions qui souraient. Mais au jourdhui, on sait trop pour aoir encore besoin dapprendre quelque chose, et quel homme intelligent sacrifierait un jour acance, quel académicien un grain damour-propre, pour rendre les oirs lhospitalité.à science oageuse faisant halte dans notre ille! ; Malgré lesbsences et: les abstentions, les assises et le congrès ont eu * lieu aec le concours s fidèles que, le patriotisme aait groupés autour nos^ hôtes. La municipalité aait donné une preue sa bieneilnce écirée en offrant Ia..grand.salle là Mairie, quelle aait fait décorer xkjjkxp.ec autant goût que dà-prppos Un immense trophée séleait. aussus lestra et occupait tout lefod, encadrant le buste lem-, V,...-: * : > -,. -,...-,", pereur, surmonté dun, grand aigle aux ailes éplôëes, étouffant un serpetit dans ses serres. Dés"faisceaux et^^"désbaodèrolles flottaient tout au tour s parois. Les bsons s principales illes du midi et Pro ence étaientpcés dans les petus panneaux à cadres dorés. 0:i remaï. quait ceux daix, Marseille, Aignon, Montpellier, Nîmes, Toulon, Digne, Draguignan, Grasse, Brignoles, Arles, Tarascon, Beaucaire, Pertuis, Manosque, Forcalquier, Frejus,.Saint-Ilem, Lambesc, Pélis sânne, Martigues, Salon, etc. Dans les grands panneaux qui décorent le pourtour, s écussons ceints branches urier portaient en légen les noms s principales illustrations.proençales. On lisait ce,iix GallUs, Pétrone, Rejmond-Beranger, Arnaud Daniel, Bertrand dalmanon, René danjou. Pellegrin, B«menard, Pésbrgues, parmi les poètes; Campra, Gilles, Floquet, parmi les musiciens ; Pugèt., Mïgnard, Vanloo, Chastel, Toro, Daret, Dandré-Bardou. Fauchier, Leieux, Constantin, Granet. parmi les peintres et les sculpteurs; Cundier, Beisson,- parmi les graeurs. Cassicn, Sdhien, Saint-Césaiïe représentaient les écriains chrétiens; Mascaron. lorateur sacré; Mira-; beau, Sieès, Maur. Barlwrroux, Manuel, les orateuis politiques; Bnmarsais, grammaire; diiozier, généalogie; Gassendi, Vauenar gues, dargens, Jes philosophes; Euthmemes, Pthéas, Adam Çraponne, Càssini, les mathématiciens, géographes et ingénieurs. On re marquait encore.les historiens Troguc-Pompée, Alberic daix, Le Monge dés îles dor,i César Nostradamus, Pitton, Bouche, Papon, Haitze;ies jurisconsultes Fabrot. Tliomassin, du Perrier, Moncr, Dubreuil, Si méon, Portalis;? les sa ants. mécins et naturalistes^saint-hermentairè, Arnaiid /i Villeneue. Michel Nostradamus, Tournefort, Garil, Darltic, Fusée-%tiblet, Adanson, Lacejiè, Fonscolombe ; et enfin lés érudits Peresc, Ganp Chasteui!/ Barthélém, Mejanes, Baumier, Fauris Saint-Vincens, Lantier, Emeric Daid, Estrangin. Des bustes pcés nière lestra faisaient reire limage dautres célébrités locales. -,. - - _.-_. Le fauteuil présince du congrès et s assises a été tour à tour occupé par M. Caumont, directeur linstitut s proinces France, et le docteur P.-M- Roux, sbus-directeur pour le sud-est. La plume s secrétaires était tenue par MM. Paan, présint cadémie daix, Talon, J.tB. Gaut et Berlue Perussis. On _a aussi remarqué au bureau Monseigneur Re, chanoine éêque-dë Saint-De nis, 31. le chealier Bertini, membre du parlement. Turin, et dautres notabilités.,.,.., :.- -",- - "." * Nous nanalserons pas les traaux réunion, en suiant dans leur ordre les questions, posées par le programme. Nous ne publierons pas non plus les procès-erbaux décolorés s séances; Gontéiitons-nous dire que M. Caumônt a élucidé toutes. les discussions aec une crté, une métho et une érudition inépuisables. M. Roux a apporté aussi son contingent saoir et facilité dans toutes les matières qui ont été traitées. Mais nous citerons, parmi: les pures qui se Sont produites,. les mémoires M. Talon, sur limportance dé là Ville darles sous lf domination: romaine ; M. Rostan, sur rchitecture./ léglise Saint-Saueur à Aix ; M*. Gaston dé Saporta; sûr flore fossile, daix, dapt et Manosque;, M, J"-B; Gaut, sur presse et les sociétés saantess déparlements; M; Berlue Pértissis, sur les publications les plus importantes, eh 1854, dans là circonscription; M. Bâlthasar sur s inscriptions trouées à Arles ; M. Masse, sûr le moen releer lés étus littéraires ; une notice M. dégaridël Siir les traaux cadémie daix, etc. Des dissertations,, et dés conférences fort intéressantes et très, instructies ont eu lieu aussi, pepdant les trois jours,* surrçhéologie, les: -aris, lès inusées, les sciences naturelles, griculture et lindustrie. * En résumé, malgré le peu mpressement nos compatriotes, le Congrès /archéologique et les assisessciëntifiques seront fructueux pour notreille, en ce quils auront sapé plus dun préjugé, mis* en circu tion bien s notions utiles, jeté un : noueau jbûr sur bien, s ma tières dérudition, et encouragé le goût s recherches, et dès étus sérieuses. Remont-Aubin.,:, Dans quelques jours nous toucherons à nniersaire mémorable rembarquement s troupes alliées à Varna. Dans une, semaine, une année se sera écoulée puis le jour où les armées,^ françaises et angi ses, braant les tempêtes léquinoxë et enir encore mstérieux qui les attendait en Crimée,* se sont éncées sur les grèes dé Oldj Farth, pour entreprendre guerre dans quelle elles sont encore enga gées. Cet interalle paraît être un siècle, tant il est rempli gloire et dépreues, et cependant douze mois seulement se seront écoulés puis que nos héroïques soldats se sont mesurés aec lennemi et ont préludé aux ictoires dinkermann, Baca et Traktir par celle laima. Que nous prenions Makoff aant rriée lhier et lon pourra dire aec raison que, loin daoir perdu du temps, les généraux alliés auront au contraire su tirer un résultatjieureux, pour ainsi- dire, chaque heure. Haas. On lit dans une lettre particulière adressée au Times,du 5 septem-. bre, en date du camp ant Sebastopol, 24. août, que si, comme on a * quelque raison le croire, les troupes russes sont déjà démoralisées, perte tour Makoffpourrait les décourager au point faire tomber ; presque immédiatement le côté sud en notre pouoir. En ce cas, priseou struction s aisseaux rendraient disponiblespoùrdautres opé rations s forces très nombreuses qui, emploées maintenant dans les tranchées, sélèent par elles-mêmes à leffectifdune armée; redoutable. On pourrait alors, aec i s flottes alliées, transporter prompte^ ment -une partie ces troupes à Eupâtoria, où bous; aons déjà 20,000 hommes, parmi lesquels figurent les meilleurs soldats: turcs. Eti supposant que lon enoie ainsi 4-0,000, hommes, issant le reste rmée Crimée sur Tchernaïa ou le Belbeck pour obserer, le côté FEUILLETON *DTJ MÊMORIALBU 9 SEPTEMBRE De là.presse Jefr dés sociétés saantes.sx départements. M. J.-B. -Gaiit eut bien nous communiquer, sur notre man, le mémoire quil a lu, dimanche rnier, à secon séance s assises scientifiques âaix. Nous nhésitons pas à publier ce-traail, quoique presse n- soit point ménagée, et nous peusons que nos lecteurs liront aec pisir les réétions piquantes et les appréciations originales, cet écriain. Nous faisons cependant nos "réseres sur plus dun point,.- ef il est bien enleudu que nous nadmettons pas toutes ses assertions comme articles foi.- Eeniont-Aubin, M. J.-Iî. Gaut aaîtà lépondreauxquesùonssuiantes, poséespar le.progràmme.s assistes" scientifiques: ;..,..*,,., Quels serices doit svffdrcer rendre presse locale, au point ue linslructioifgénérale.et diffusion s connaissances utiles? La presse départementale a-t-elle compris sa mission? QuaJ-elle fait jusquici; dans les localités, pour occuper lesprit public s choses sérieuses? Les sociétés saantes ont-elles secondé presse dans le déeloppement ces tendances?...-..;.-, - J. - :.:;,,-./,. 1 Quels moens peut-on indiquer pour associer les efforts s sociétés saantes à ceux presse départementale? M. J.-B. Gaut sesl exprimé en ces termes : Messieurs, Les questions 12, 13, 14 el 15 du programme s Assises scientifiques pour 1855 ont une connexilé qui les rend, en quelque sorte, indiisibles. Jessaié.raijdonc les aborr simultanément, non pas pour les traiter à fond, mes occupations mul tiples ne maant pas permis pn traail aussi complet^ mais poiir essaer. d ré pondre eu peu mots, et formuler quelques idées improisées, ce inalfn, au courant plume; ": " Permettez-moi circonscrire encore plus ces questions et les localiser com plètement. Beaucoup décriains procènt, par induction, du connu à lincoàau ; je nai lhabitu.marrêterquà.ce qui m.est connu. Jai lieu dépenser que mes attenances, pendant. longues années, aec les journaux daix, ont suffi samment formé mon expérience à leur sujet, et- mautorisent à parler sciemment leur conslitution icieuse et s conséquences qui découlent leurs ices organiques. Mes réflexions pourront sappliquer, aec. même- justesse, à toules les publications hebdomadaires ou bis-hebdomadaires qui séditent dans les illes du même ordre que nôtre. La presse.marseille échappe naltirellement à mon appréciation, parce quelle est établie sur s, bases différentes sous le rapport lutilité et îa périodicité. Les ais commerciaux d.e quatrième page rennt indispensable à une-popution éminemment mercantile; sou apparition quotidienne lui permet s déeloppements considérables consacrés à défense s intérêts locaux. Cependant, jajoule, pour êlre complètement rai, que, mal gré ce rnier aantage dont dispose leur rédaction, les feuilles marseilises, sauf s cas exceptionnels, ne sont que grands satellites, graitant. autour s as tres publicité qui font leurs réolutions périodiques dans le ciel parisien^ et quelles- reçoient, ces pnètes fixes oii ces comètes écheelées,le reflet s idéesj&fd<es opinions, dés érités et dés erreursf quelles; renoient ensuite, par réfraction, à leurs lecteurs.,...--.,-,../"...-quels serices doit sefforcer rendre presse locale, au point ue lins truction générale et diffusion s connaissances utiles? : Le simple bon sens répond^ cette question. Les serices que les: journaux pour raient rendre seraient immenses, sils comprenaient leur mission ciilisatrice. O fortunati nimium, si sua bona norint! La presse a pour but constant recherché et propagation érité dans toutes les branches s coanaissances humaines. II faut quelle émietle, en quelque sorte, les sciences, les lettrés et les arts à,çes;lazares trop nombreux auxquels leur naissance, les nécessités. ie et linsufssa^ge lenseignement nont pas permis, sasseoira gàpe intellectuelle. Le journal proince doit être mi maison, le compagnon du foer et telier, linstituteur prié stiné surtout à linstruction et à lé ducation s adultes. 11 est obligé erser régulièrement sa manne à tous ceux qui marchent encore ers ^erre-promise. Les intérêts généraux du pas solli citent dabord loutes ses préoccupations. Ecirer lopinion et dministration, sil a lieu, sur les. besoins localité ; rechercher, étudier et faire connaître tout ce qui peut lui être utile, telle est sa mission principale. QuMI prenne gar, aant tout, dé se isser tromper par les mirages déceants politique, qui dé- naturerit lès objets et les perspecties dune étrange manière. Les partis oient * lout à traers un prisme multicolore qui donne s tons, dés nuances et s re flets faux où exagérés aux images qui iennent se reproduire sur rétine leur appareil isuel. Chacun choisit couleur quil préfère, et en teint ses isions. Ce qui fait que, passez-moi cette expression pisanterie familière,. les journaux * nous en font oir loules les couleurs.. Jai toujours considéré les fonctions s journalistes comme une espèce sa cerdoce qui compte beaucoup dappelés et peu délus! La presse oblige ; mais, ; ; hés! que gens ne connaissent point ou méconnaissent ses obligations-!; A. notre époque meuement et progrès indéfinis, où lon oudrait que pen-. sée fût entraînée aec itesse apeur ou se issât emporter par lécir lélectricité, lon oit se produire et se perpétuer curieuses anomalies. Des. écriains, oii se croant tels, qui rie saent pas seulement tenir une plume, sar-^ rbgent le droit dinstruite et moraliser les masses. Tous ces Pics Mirant, dole improisés et incortipris tranchent les questions les plus ardues du haut leur omniscience,,et noient lopinion et leur facon ridicule dans s flots n cre indélébile, mais qui nest pas toujours incorruptible. II faut faire sérieuse ment les choses sérieuses, et ne pas abandonner lopinion à toutes les impressions fâcheuses qui peuent résulter s rêeries ou dés étus auxquelles se Hrent ces Imaginaties en traail. Le public fait justice, maifirméra-t-pn, s produc*.. tions prétentieuses ou aorlées. Ce est iai dans une certaine mesure. Mais on peut dire aussi, aec une ariante Beaumarchais : Ecriez, écriez, il en reste toujours quelque chose!. *,. ;, Pour que le journalisme ren réellénient s serices, il faut le ramener au but réel cette institution, dont il tend, chaque jour, à sécarter daantage. II est indispensable que ies feuilles locales soccupent, surtout et aant tout, lo-> calité ; quelles sintifient aec elle, et enoient lorgane et lexpression raie et sincère en toute circonstance.sentinelles aancées ses besoins, elles doi ent eiller sans* cesse, signaler, éoquer, aspirer, en quelque sorte, tout ce qui peut lui être utile, tout ce qui peut répandre et ulgariser les éléments du bien-être matériel et intellectuel, public et prié, se faire, en un mot, les éhi cules pensée initiatrice, les apôtres ciilisation! Elles ont, le mandat impératif mettre les sciences, les arts et les lettres à portée tout le mon. En traduisant les sciences en ngue ulgaire, et en en déduisant surtout les applications usuelles, elles feipnt ie plus facile à tous, et tendront au per fectionnement toutes les industries. En distribuant sportule s l.ellres à leurs nombreux clients, elles donneront une salisfaction heureuse à lesprit, adouciront et poliront les murs et les rapports sociaux, et rendront les hommes meilleurs., Enfin; en initiant lès poputions aux arts, elles élèeront pensée, entretiendront. I le goût public et rempliront dagréments les sentiers trop souent aris déi carrière humaine. La presse départementale a-t-elle compris cette mission? Qua-t-elle fait jus*

r è g l e s d u j e u Jolly Roger Games / Matagot

r è g l e s d u j e u Jolly Roger Games / Matagot Jolly Roger Games / Matagot r è g l e s d u j e u 1 Réfléchissez et pesez le pour et le contre aant d agir. Bu t d u j e u Le jeu se déroule en 9 tours maximum. Le but est de parenir au maximum de la piste

Plus en détail

Emmanuel, Dieu avec nous

Emmanuel, Dieu avec nous Emmanuel, Dieu avec nous Jésus, un homme comme nous, dans une chair de péché Texte : Matthieu 1:18-23 (Ce que croit les Ad7J, p. 103, 55) Connaissez-vous la généalogie de Jésus? Luc 3:31 - Fils de David

Plus en détail

LAURENT PASQUET PAYSAGISTE «L'ART ET LA MATIERE»

LAURENT PASQUET PAYSAGISTE «L'ART ET LA MATIERE» DOSSIER DU STAGIAIRE Mon nom : Mon prénom : Ma classe :4éme E Dates du stage du 29/11/10 au 3/12/10 Nom de mon tuteur : Mme Guérin NOM DE L ENTREPRISE LAURENT PASQUET PAYSAGISTE «L'ART ET LA MATIERE» Nom

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

C - LE CHAMP MAGNÉTIQUE

C - LE CHAMP MAGNÉTIQUE C - LE CHAMP MAGNÉTQUE C - 1 - ORGNE DES CHAMPS MAGNÉTQUES L existence de champs magnétiques est liée aux déplacements de charges électriques. En plus d un champ électrique, une charge électrique en mouement

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

La démarche typologique

La démarche typologique Orientation de l énergie Extraersion Énergie Introersion D où préférez-ous puiser otre énergie? Les attitudes Extraersion / Introersion Les «attitudes» désignent les deux pôles de la psyché qui en donnent

Plus en détail

ÉNIGMES (doc 20) Vous participez à une course cycliste. Si vous doublez le deuxième, vous devenez...

ÉNIGMES (doc 20) Vous participez à une course cycliste. Si vous doublez le deuxième, vous devenez... ÉNIGMES (doc 0) ÉNIGME 1 Vous participez à une course cycliste. Si ous doublez le deuxième, ous deenez... ÉNIGME Trois personnes sont en file indienne, de telle sorte que le dernier oit les deux premiers,

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT TU ES ACTIF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. MAIS CONNAIS-TU TON PROPRE RÉSEAU SOCIAL? QUELLES SONT LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)?

Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)? Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)? Guillaume B. 2014-2015 Chaque chrétien s'est déjà probablement demandé s'il était normal, après avoir reçu la foi en Jésus-Christ, de pécher, et de continuer

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

5 TESTS RAPIDES A FAIRE

5 TESTS RAPIDES A FAIRE 5 TESTS RAPIDES A FAIRE Si vous résolvez le premier test, prière de m'effacer tout de suite de votre carnet d'adresse... TEST 1 Ceci est un vrai test psychologique.. C'est l'histoire d'une jeune fille.

Plus en détail

retrait gonflement des argiles

retrait gonflement des argiles argiles RISQUE retrait gonflement des argiles intercalaire secheresse recto erso:mise en page 1 27/08/13 12:08 Page 2 RISQUE retrait gonflement des argiles Les fissures et autres dégâts qui ont été constatés

Plus en détail

SEMINAIRE D'INFORMATION POUR LES MEMBRES AFRICAINS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU BIT. 27-29 avril 2015, Addis-Abeba, Ethiopie

SEMINAIRE D'INFORMATION POUR LES MEMBRES AFRICAINS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU BIT. 27-29 avril 2015, Addis-Abeba, Ethiopie SEMINAIRE D'INFORMATION POUR LES MEMBRES AFRICAINS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU BIT 27-29 avril 2015, Addis-Abeba, Ethiopie Intervention du Président du Conseil d'administration, S.E. l'ambassadeur Apolinario

Plus en détail

LotusLive. LotusLive - Guide d'administration

LotusLive. LotusLive - Guide d'administration LotusLie LotusLie - Guide d'administration LotusLie LotusLie - Guide d'administration Important Aant d'utiliser le présent document et le produit associé, prenez connaissance des informations générales

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

Présentation de texte adaptée

Présentation de texte adaptée Présentation de texte adaptée pour éviter les «inventions» dues à une lecture globale mal utilisée Titre : Approche adaptée d un texte pour un enfant qui ne fait appel qu à la méthode globale pour lire

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

Guide de référence des tâches Sametime Meetings

Guide de référence des tâches Sametime Meetings Guide de référence des tâches Sametime Meetings ii Guide de référence des tâches Sametime Meetings Table des matières Guide de référence des tâches Sametime Meetings.......... 1 iii i Guide de référence

Plus en détail

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse :

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse : JE SUIS Le chapitre huit de l Évangile selon Jean rapporte une très vive conversation qui oppose Jésus aux pharisiens jaloux de lui et impatients de le perdre. Leur propos est de le prendre en flagrant

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS Depuis que les hommes racontent des histoires, de nombreuses d entre elles tentent dʹexpliquer comment le monde a été créé et pourquoi les choses sont comme

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Objectifs ACTIVITÉ D ÉDUCATION CHRÉTIENNE Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Après cette activité, le jeune sera capable de : Raconter

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

Représentant des ventes Un portrait

Représentant des ventes Un portrait Représentant des ventes Un portrait Un représentant des ventes est un employé du service des ventes dont la fonction est de promouvoir et de vendre les produits et les services d une entreprise tels que

Plus en détail

LIVRET DE BAPTEME. Baptême de Le 26 Décembre 2004 à 11 H 15. Pierre REMERCIEMENTS

LIVRET DE BAPTEME. Baptême de Le 26 Décembre 2004 à 11 H 15. Pierre REMERCIEMENTS LIVRET DE BAPTEME REMERCIEMENTS Nous vous remercions tous chaleureusement, d avoir été présents pour partager notre joie en ce jour inoubliable et de fête : parrain, marraine, parents, grands-parents,

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27 Une méditation évangélique pour des personnes engagées dans une action au service d un dun monde plus juste et solidaire Marc 10, 17 27 Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 17 22) Jésus se

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie)

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Raconté par Lisa Ann Marsoli Illustrations de Mario Cortes, Valeria Turati et des Disney Storybook Artists Jean-Christophe a une chambre remplie

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor Le songe de la statue du roi Nebucadonosor http://www.bibleetnombres.online.fr/nabuchod.htm (1 sur 6)2011-02-04 18:36:03 " [...] La seconde année du règne de Nebucadonosor, Nebucadonosor eut des songes.

Plus en détail

Eveil à la foi: suivre Jésus, être disciple

Eveil à la foi: suivre Jésus, être disciple Eveil à la foi: suivre Jésus, être disciple Retrouve un mot: Recopie les lettres entourées d'un cercle vert. Recopie d'abord celle qui est le plus à gauche, puis avance peu à peu vers la droite. Tu as

Plus en détail

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème )

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Titre : Comme le Petit Chaperon Rouge de Perrault, apprenons à nous méfier des apparences... Pré requis de

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Marcel MICHELET Liminaire. Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Marcel MICHELET Liminaire. Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71 LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Marcel MICHELET Liminaire Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Liminaire Liminaire... cet adjectif substantifié

Plus en détail

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service 1 Leçon 7 Aimer Dieu par l'adoration et le service Introduction Lecture : Apocalypse 4.2-11; 5.11-14 Lorsque nous disons que nous aimons quelqu un, que ce soit notre époux, un membre de la famille ou un

Plus en détail

Je peux participer à l Ïuvre de Dieu

Je peux participer à l Ïuvre de Dieu Leçon 4 Je peux participer à l Ïuvre de Dieu A présent, Chang en sait davantage sur l Eglise et les différents ministères que Dieu a accordés à chacun de ses membres. Ceux-ci, il s en aperçoit bientôt,

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Octobre 2010. Puisez votre force dans le Seigneur Ephésiens 6 : 10. Bien chers amis,

Octobre 2010. Puisez votre force dans le Seigneur Ephésiens 6 : 10. Bien chers amis, Octobre 2010 Puisez votre force dans le Seigneur Ephésiens 6 : 10 Bien chers amis, Un bon bout de temps s est écoulé et pas mal de choses se sont passées depuis ma dernière lettre. Au mois de mai, j étais

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

AIKIBUDO SELF DEFENSE AURELIEN : un démarrage du club de Trets sur les chapeaux de roues!

AIKIBUDO SELF DEFENSE AURELIEN : un démarrage du club de Trets sur les chapeaux de roues! AIKIBUDO SELF DEFENSE AURELIEN : un démarrage du club de Trets sur les chapeaux de roues! Notre tout jeune club est en pleine forme! Après une ouverture toute fraiche en septembre dernier, rendu possible

Plus en détail

«Aspects spirituels de l'accompagnement des enfants» - Hafid Ouardiri

«Aspects spirituels de l'accompagnement des enfants» - Hafid Ouardiri Fondation de l Entre-Connaissance 14 rue du Môle 1201 Genève T. +4122 7320137 fec@worldcom.ch www.fec-geneve.ch Journée du RNAPU à l'attention des membres des Care teams le 23 novembre 2013 de 9 à 17 heures

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

Qu allez-vous apprendre en lisant ce livre?

Qu allez-vous apprendre en lisant ce livre? Avant-propos Q uand j ai commencé la programmation, j avais dix ans et un Atari ST possédant un interpréteur GFA Basic. Mes parents m avaient acheté un livre contenant des listings à recopier et à exécuter.

Plus en détail

Vue d'ensemble des produits

Vue d'ensemble des produits Vue d'ensemble des produits www.assura.ch ssurance obligatoire des soins et assurances complémentaires ssurance obligatoire des soins et assurance complémentaire étendue Participation de l assuré Basis

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la

Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la PALAIS DU ROI C est à la claire fontaine et auprès du palais du roi Il y a de jolies filles qui s y baignent auprès de moi Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la La plus jeune c

Plus en détail

Commentaires pour le premier trimestre

Commentaires pour le premier trimestre Commentaires pour le premier trimestre Elèves en progrès Après un début d année décevant,. semble s être ressaisi. Ses résultats sont convenables dans la Maîtrise de la Langue voire satisfaisants en Mathématiques.

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Médialogue du 20 décembre 2014. Chronique Eliane Ballif

Médialogue du 20 décembre 2014. Chronique Eliane Ballif Médialogue du 20 décembre 2014. Chronique Eliane Ballif ELOGE DES LIEUX COMMUNS qui ne le sont peut être plus tant que ça. THF. Vous nous proposez, aujourd hui, une réflexion sur ce que l on appelle les

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Complément du pronom et complément de l adjectif

Complément du pronom et complément de l adjectif ET MATÉRIEL COMPLÉMENT POUR DE L ADJECTIF ALLOPHONES 1 Fonctions de base Complément du pronom et complément de l adjectif 1 CARACTÉRISTIQUES DU COMPLÉMENT DU PRONOM Tout comme le complément du nom, le

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs?

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Problème No 1 : Votre enfant ne fait pas de son mieux Les enfants qui manquent de motivation ne fournissent qu un minimum d

Plus en détail

1942-2012 LA SHOAH, 70 APRÈS

1942-2012 LA SHOAH, 70 APRÈS AUSCHWITZ EICHMANN 1942-2012 LA SHOAH, 70 APRÈS SAMEDI 3 ET DIMANCHE 4 NOVEMBRE 2012 En janvier 1942, Adolphe Hitler décide, lors de la conférence de Wansee, de mettre en application ce qu il appelle «la

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

FAIRE UNE LISTE DE CADEAUX

FAIRE UNE LISTE DE CADEAUX Activités éducatives pour les 6 à 7 ans FAIRE UNE LISTE DE CADEAUX HABILETÉS FINANCIÈRES À EXPLORER COMPRENDRE LES ÉTAPES DE PLANIFICATION D UN ACHAT PRIORISER LES BESOINS ET LES DÉSIRS COMPARER LES PRIX

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P Année scolaire 2015-2016 Mme Sicot 1 Préambule : Les élèves de la classe de 6 ème P ont d'abord rédigé diverses situations initiales à partir de cartes

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text FEMALE: Allô, Monsieur Ledoux? Madame Chavignol à l appareil, la maman de Maxime. Je voudrais

Plus en détail

11. Dans les évangiles de l enfance on mentionne l âne et le boeuf

11. Dans les évangiles de l enfance on mentionne l âne et le boeuf Qu est-ce qui est vrai? Jeu-test VRAI FAUX 1. L eau bout à 100 2. J ai soif est une dernière parole de Jésus sur la croix 3. En Méditerranée, il n y a pas de marées 4. Faire ses malles, c est partir 5.

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Comment trouver ce que vous voulez dans la Bible?

Comment trouver ce que vous voulez dans la Bible? Leçon 3 Comment trouver ce que vous voulez dans la Bible? Nul ne pouvait trouver quoi que ce soit dans la cuisine de grand-mère. La boîte contenant de la farine portait l indication «sucre», et celle où

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : MALE : FEMALE : MALE : Heureusement que nous sommes très en avance.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS COMMUNIQUÉ L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS L ameublement : une filière qui a LE VENT EN POUPE Riche en opportunités de carrière, le secteur de l ameublement

Plus en détail

Marseille et la nuit européenne des musées Exploitation pédagogique et corrigés

Marseille et la nuit européenne des musées Exploitation pédagogique et corrigés Culture et festivités Marseille et la nuit européenne des musées Exploitation pédagogique et corrigés Introduction Nous proposons de faire découvrir Marseille à l occasion de la nuit des musées (16 mai

Plus en détail

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime.

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime. Je vais vous présenter les ruses de Renart dans le roman de Renart. Renart, notre héros Renart est le personnage principal choisi par l'auteur. Dans chacune de ses histoires, il est dans une mauvaise posture

Plus en détail

s apprend en naviguant Brochure de jeux à destination des enfants

s apprend en naviguant Brochure de jeux à destination des enfants Paris s apprend en naviguant Brochure de jeux à destination des enfants Paris et son histoire Les ------- n T P c s G Énigme 1 à l origine Remplis la grille à l aide des dessins, puis mets dans le bon

Plus en détail