étouffant un serypetit sculpteurs; de Cundier, Beisson,- parmi les graveurs. 'Cassicn,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "étouffant un serypetit sculpteurs; de Cundier, Beisson,- parmi les graveurs. 'Cassicn,"

Transcription

1 DIMAMCHE 9 SEPTEMBRE 1855* Prix dabonnement: AIX, 5 mbis.... Sfr.» 6 mois.8» 1 an : 15 Hors dàix: 5 mois, 6 f. 6 mois, 10 f.l an, 18 f. Prix dunuméeô : 50 centimes. JOMMAL- POLITIQUE, ûixr^èutrièktï! ÀKHRlfeE. ic. àf é _ Prix dés Annonces î..; RÉCLAMES..* X--^. i.- ;.SO Ci ; :-. -, Dierses......* 50 c. > JUDICIAIRES.., ;.. S C.,. -, Ladministration du journal traite à forfailpour les annonces, à nnée* (Affranchir.), ADMINISTRATIF, JUDICIAIRE, COMMERCIAL, AGRICOLE r -Mw X.-""/ paraissant tanè.-dès.: Minandjcs. On rcçôit.aiissi les Abonnements et les Annonces, à Paris, à- loffice-corrjespondàncc MM. Lejoliet.et Cie,-rpeNotre-Dame-s-VictOires, 23 ; à V Office publicité départementale, chez M. Isidore Fbniaifté, rue Treisè;- 22, et à lagence s Feuilles Politiques (correspondance générale Jl. Haas), rjie J.-J. Rousseau, 3. Les Arlicleâ aant un but dutilité publique sont insérés gratuitenieiil.^toulee qui concerné rédaction, les récmations, les insertions judiciaires et ais diers, etc., etc., doit être adressé (franco) aux: Bureaux du Journal, sur le Cours, 55, à Àix. -Les lettres non affranchies seront refusées. AIX. Le Congrès archéologique, France et.les Assises scientifiques..ont eu lieu, à Aix, samedi, dimanche et lundi rniers; Ils nont pas brillépar le concours nos concitoens. Pourtant, présence M. Cauniont, lune nos illustrations nationales, méritait un accueil plus em pressé. Notre ille, fière autrefois. ses traditions saoir et, dur banité, a abdiqué, en cette circonstance,, le surnom longtemps mérité dathènesdti midi. Le moment était, mal choisi, il est rai,, pour tenue dèices,,iqijeïiml;és:et;pius-jdun.. nos saantasses sest troué, fort heitreux d-rgoçjuer ce prétexte dinopportunité pour déserter..sci;ençe;ae.c,ar,niibs et bagages. A quoi pensaient donc les organisateurs "-duçdngr.ës.et s Assises?.-Quelle malheureuse inspiration les. a portés, àèxjer leur réunion : au premier jour.s acances? Ne saaient-ils pas quàix est une gran école, et que rien ne saurait arrêter les mi grations, lorsquarrie, enfin, lépoque si longtemps désirée du premier septembre? La illégiature attire les uns sous ses ombrages problé matiques ; les pisirs chasse conient les autres à battre cam pagne armés dun fusil.innocent et suiis dune meute inoffensie, ; quel ques-uns ont aux eaux se désser s fatigues létu tous sont possédés ce démon irrésistible du farniente, qui ssèche les idées dans le cereau et lencre sur plume. Comment résister aux tenta-; tions cet esprit malin qui séduit par s attractions et, s mirages si chatoants? Comment arrêter une course aiguillonnée par. tels épe rons? Il serait plus facile. contenir dans ses limites une riière tor-. rentueuse, comme Durance, que sopposer au déborment aux champs notre popution robe, chaire ou dacadémie,* quand lheure du repos annuel a fait ibrer son timbremagique.il faut que faculté s lettres fasse légloguo en action, qt dialogue ou enilc ses ^pipeaux, aec Titre, sous un hêtre touflu. La faculté droit eut soc cuper propriété ; le pais a chercher une chaumière, et le bar reau pêcher à ligne, genre xerrice qui çié.djsppse énormément aux mouements oratoires. Cest au moment ces graes préoccupations, cest au milieu cette furie à prendre clef s Champs quele Congrès et. les Assises ont ouert leurs séances. Autrefois, on aurait retardé son départ trois jours, et on se serait fait honneur et pisir dassister et concourir, par quelques traaux, aux doctes discussions qui souraient. Mais au jourdhui, on sait trop pour aoir encore besoin dapprendre quelque chose, et quel homme intelligent sacrifierait un jour acance, quel académicien un grain damour-propre, pour rendre les oirs lhospitalité.à science oageuse faisant halte dans notre ille! ; Malgré lesbsences et: les abstentions, les assises et le congrès ont eu * lieu aec le concours s fidèles que, le patriotisme aait groupés autour nos^ hôtes. La municipalité aait donné une preue sa bieneilnce écirée en offrant Ia..grand.salle là Mairie, quelle aait fait décorer xkjjkxp.ec autant goût que dà-prppos Un immense trophée séleait. aussus lestra et occupait tout lefod, encadrant le buste lem-, V,...-: * : > -,. -,...-,", pereur, surmonté dun, grand aigle aux ailes éplôëes, étouffant un serpetit dans ses serres. Dés"faisceaux et^^"désbaodèrolles flottaient tout au tour s parois. Les bsons s principales illes du midi et Pro ence étaientpcés dans les petus panneaux à cadres dorés. 0:i remaï. quait ceux daix, Marseille, Aignon, Montpellier, Nîmes, Toulon, Digne, Draguignan, Grasse, Brignoles, Arles, Tarascon, Beaucaire, Pertuis, Manosque, Forcalquier, Frejus,.Saint-Ilem, Lambesc, Pélis sânne, Martigues, Salon, etc. Dans les grands panneaux qui décorent le pourtour, s écussons ceints branches urier portaient en légen les noms s principales illustrations.proençales. On lisait ce,iix GallUs, Pétrone, Rejmond-Beranger, Arnaud Daniel, Bertrand dalmanon, René danjou. Pellegrin, B«menard, Pésbrgues, parmi les poètes; Campra, Gilles, Floquet, parmi les musiciens ; Pugèt., Mïgnard, Vanloo, Chastel, Toro, Daret, Dandré-Bardou. Fauchier, Leieux, Constantin, Granet. parmi les peintres et les sculpteurs; Cundier, Beisson,- parmi les graeurs. Cassicn, Sdhien, Saint-Césaiïe représentaient les écriains chrétiens; Mascaron. lorateur sacré; Mira-; beau, Sieès, Maur. Barlwrroux, Manuel, les orateuis politiques; Bnmarsais, grammaire; diiozier, généalogie; Gassendi, Vauenar gues, dargens, Jes philosophes; Euthmemes, Pthéas, Adam Çraponne, Càssini, les mathématiciens, géographes et ingénieurs. On re marquait encore.les historiens Troguc-Pompée, Alberic daix, Le Monge dés îles dor,i César Nostradamus, Pitton, Bouche, Papon, Haitze;ies jurisconsultes Fabrot. Tliomassin, du Perrier, Moncr, Dubreuil, Si méon, Portalis;? les sa ants. mécins et naturalistes^saint-hermentairè, Arnaiid /i Villeneue. Michel Nostradamus, Tournefort, Garil, Darltic, Fusée-%tiblet, Adanson, Lacejiè, Fonscolombe ; et enfin lés érudits Peresc, Ganp Chasteui!/ Barthélém, Mejanes, Baumier, Fauris Saint-Vincens, Lantier, Emeric Daid, Estrangin. Des bustes pcés nière lestra faisaient reire limage dautres célébrités locales. -,. - - _.-_. Le fauteuil présince du congrès et s assises a été tour à tour occupé par M. Caumont, directeur linstitut s proinces France, et le docteur P.-M- Roux, sbus-directeur pour le sud-est. La plume s secrétaires était tenue par MM. Paan, présint cadémie daix, Talon, J.tB. Gaut et Berlue Perussis. On _a aussi remarqué au bureau Monseigneur Re, chanoine éêque-dë Saint-De nis, 31. le chealier Bertini, membre du parlement. Turin, et dautres notabilités.,.,.., :.- -",- - "." * Nous nanalserons pas les traaux réunion, en suiant dans leur ordre les questions, posées par le programme. Nous ne publierons pas non plus les procès-erbaux décolorés s séances; Gontéiitons-nous dire que M. Caumônt a élucidé toutes. les discussions aec une crté, une métho et une érudition inépuisables. M. Roux a apporté aussi son contingent saoir et facilité dans toutes les matières qui ont été traitées. Mais nous citerons, parmi: les pures qui se Sont produites,. les mémoires M. Talon, sur limportance dé là Ville darles sous lf domination: romaine ; M. Rostan, sur rchitecture./ léglise Saint-Saueur à Aix ; M*. Gaston dé Saporta; sûr flore fossile, daix, dapt et Manosque;, M, J"-B; Gaut, sur presse et les sociétés saantess déparlements; M; Berlue Pértissis, sur les publications les plus importantes, eh 1854, dans là circonscription; M. Bâlthasar sur s inscriptions trouées à Arles ; M. Masse, sûr le moen releer lés étus littéraires ; une notice M. dégaridël Siir les traaux cadémie daix, etc. Des dissertations,, et dés conférences fort intéressantes et très, instructies ont eu lieu aussi, pepdant les trois jours,* surrçhéologie, les: -aris, lès inusées, les sciences naturelles, griculture et lindustrie. * En résumé, malgré le peu mpressement nos compatriotes, le Congrès /archéologique et les assisessciëntifiques seront fructueux pour notreille, en ce quils auront sapé plus dun préjugé, mis* en circu tion bien s notions utiles, jeté un : noueau jbûr sur bien, s ma tières dérudition, et encouragé le goût s recherches, et dès étus sérieuses. Remont-Aubin.,:, Dans quelques jours nous toucherons à nniersaire mémorable rembarquement s troupes alliées à Varna. Dans une, semaine, une année se sera écoulée puis le jour où les armées,^ françaises et angi ses, braant les tempêtes léquinoxë et enir encore mstérieux qui les attendait en Crimée,* se sont éncées sur les grèes dé Oldj Farth, pour entreprendre guerre dans quelle elles sont encore enga gées. Cet interalle paraît être un siècle, tant il est rempli gloire et dépreues, et cependant douze mois seulement se seront écoulés puis que nos héroïques soldats se sont mesurés aec lennemi et ont préludé aux ictoires dinkermann, Baca et Traktir par celle laima. Que nous prenions Makoff aant rriée lhier et lon pourra dire aec raison que, loin daoir perdu du temps, les généraux alliés auront au contraire su tirer un résultatjieureux, pour ainsi- dire, chaque heure. Haas. On lit dans une lettre particulière adressée au Times,du 5 septem-. bre, en date du camp ant Sebastopol, 24. août, que si, comme on a * quelque raison le croire, les troupes russes sont déjà démoralisées, perte tour Makoffpourrait les décourager au point faire tomber ; presque immédiatement le côté sud en notre pouoir. En ce cas, priseou struction s aisseaux rendraient disponiblespoùrdautres opé rations s forces très nombreuses qui, emploées maintenant dans les tranchées, sélèent par elles-mêmes à leffectifdune armée; redoutable. On pourrait alors, aec i s flottes alliées, transporter prompte^ ment -une partie ces troupes à Eupâtoria, où bous; aons déjà 20,000 hommes, parmi lesquels figurent les meilleurs soldats: turcs. Eti supposant que lon enoie ainsi 4-0,000, hommes, issant le reste rmée Crimée sur Tchernaïa ou le Belbeck pour obserer, le côté FEUILLETON *DTJ MÊMORIALBU 9 SEPTEMBRE De là.presse Jefr dés sociétés saantes.sx départements. M. J.-B. -Gaiit eut bien nous communiquer, sur notre man, le mémoire quil a lu, dimanche rnier, à secon séance s assises scientifiques âaix. Nous nhésitons pas à publier ce-traail, quoique presse n- soit point ménagée, et nous peusons que nos lecteurs liront aec pisir les réétions piquantes et les appréciations originales, cet écriain. Nous faisons cependant nos "réseres sur plus dun point,.- ef il est bien enleudu que nous nadmettons pas toutes ses assertions comme articles foi.- Eeniont-Aubin, M. J.-Iî. Gaut aaîtà lépondreauxquesùonssuiantes, poséespar le.progràmme.s assistes" scientifiques: ;..,..*,,., Quels serices doit svffdrcer rendre presse locale, au point ue linslructioifgénérale.et diffusion s connaissances utiles? La presse départementale a-t-elle compris sa mission? QuaJ-elle fait jusquici; dans les localités, pour occuper lesprit public s choses sérieuses? Les sociétés saantes ont-elles secondé presse dans le déeloppement ces tendances?...-..;.-, - J. - :.:;,,-./,. 1 Quels moens peut-on indiquer pour associer les efforts s sociétés saantes à ceux presse départementale? M. J.-B. Gaut sesl exprimé en ces termes : Messieurs, Les questions 12, 13, 14 el 15 du programme s Assises scientifiques pour 1855 ont une connexilé qui les rend, en quelque sorte, indiisibles. Jessaié.raijdonc les aborr simultanément, non pas pour les traiter à fond, mes occupations mul tiples ne maant pas permis pn traail aussi complet^ mais poiir essaer. d ré pondre eu peu mots, et formuler quelques idées improisées, ce inalfn, au courant plume; ": " Permettez-moi circonscrire encore plus ces questions et les localiser com plètement. Beaucoup décriains procènt, par induction, du connu à lincoàau ; je nai lhabitu.marrêterquà.ce qui m.est connu. Jai lieu dépenser que mes attenances, pendant. longues années, aec les journaux daix, ont suffi samment formé mon expérience à leur sujet, et- mautorisent à parler sciemment leur conslitution icieuse et s conséquences qui découlent leurs ices organiques. Mes réflexions pourront sappliquer, aec. même- justesse, à toules les publications hebdomadaires ou bis-hebdomadaires qui séditent dans les illes du même ordre que nôtre. La presse.marseille échappe naltirellement à mon appréciation, parce quelle est établie sur s, bases différentes sous le rapport lutilité et îa périodicité. Les ais commerciaux d.e quatrième page rennt indispensable à une-popution éminemment mercantile; sou apparition quotidienne lui permet s déeloppements considérables consacrés à défense s intérêts locaux. Cependant, jajoule, pour êlre complètement rai, que, mal gré ce rnier aantage dont dispose leur rédaction, les feuilles marseilises, sauf s cas exceptionnels, ne sont que grands satellites, graitant. autour s as tres publicité qui font leurs réolutions périodiques dans le ciel parisien^ et quelles- reçoient, ces pnètes fixes oii ces comètes écheelées,le reflet s idéesj&fd<es opinions, dés érités et dés erreursf quelles; renoient ensuite, par réfraction, à leurs lecteurs.,...--.,-,../"...-quels serices doit sefforcer rendre presse locale, au point ue lins truction générale et diffusion s connaissances utiles? : Le simple bon sens répond^ cette question. Les serices que les: journaux pour raient rendre seraient immenses, sils comprenaient leur mission ciilisatrice. O fortunati nimium, si sua bona norint! La presse a pour but constant recherché et propagation érité dans toutes les branches s coanaissances humaines. II faut quelle émietle, en quelque sorte, les sciences, les lettrés et les arts à,çes;lazares trop nombreux auxquels leur naissance, les nécessités. ie et linsufssa^ge lenseignement nont pas permis, sasseoira gàpe intellectuelle. Le journal proince doit être mi maison, le compagnon du foer et telier, linstituteur prié stiné surtout à linstruction et à lé ducation s adultes. 11 est obligé erser régulièrement sa manne à tous ceux qui marchent encore ers ^erre-promise. Les intérêts généraux du pas solli citent dabord loutes ses préoccupations. Ecirer lopinion et dministration, sil a lieu, sur les. besoins localité ; rechercher, étudier et faire connaître tout ce qui peut lui être utile, telle est sa mission principale. QuMI prenne gar, aant tout, dé se isser tromper par les mirages déceants politique, qui dé- naturerit lès objets et les perspecties dune étrange manière. Les partis oient * lout à traers un prisme multicolore qui donne s tons, dés nuances et s re flets faux où exagérés aux images qui iennent se reproduire sur rétine leur appareil isuel. Chacun choisit couleur quil préfère, et en teint ses isions. Ce qui fait que, passez-moi cette expression pisanterie familière,. les journaux * nous en font oir loules les couleurs.. Jai toujours considéré les fonctions s journalistes comme une espèce sa cerdoce qui compte beaucoup dappelés et peu délus! La presse oblige ; mais, ; ; hés! que gens ne connaissent point ou méconnaissent ses obligations-!; A. notre époque meuement et progrès indéfinis, où lon oudrait que pen-. sée fût entraînée aec itesse apeur ou se issât emporter par lécir lélectricité, lon oit se produire et se perpétuer curieuses anomalies. Des. écriains, oii se croant tels, qui rie saent pas seulement tenir une plume, sar-^ rbgent le droit dinstruite et moraliser les masses. Tous ces Pics Mirant, dole improisés et incortipris tranchent les questions les plus ardues du haut leur omniscience,,et noient lopinion et leur facon ridicule dans s flots n cre indélébile, mais qui nest pas toujours incorruptible. II faut faire sérieuse ment les choses sérieuses, et ne pas abandonner lopinion à toutes les impressions fâcheuses qui peuent résulter s rêeries ou dés étus auxquelles se Hrent ces Imaginaties en traail. Le public fait justice, maifirméra-t-pn, s produc*.. tions prétentieuses ou aorlées. Ce est iai dans une certaine mesure. Mais on peut dire aussi, aec une ariante Beaumarchais : Ecriez, écriez, il en reste toujours quelque chose!. *,. ;, Pour que le journalisme ren réellénient s serices, il faut le ramener au but réel cette institution, dont il tend, chaque jour, à sécarter daantage. II est indispensable que ies feuilles locales soccupent, surtout et aant tout, lo-> calité ; quelles sintifient aec elle, et enoient lorgane et lexpression raie et sincère en toute circonstance.sentinelles aancées ses besoins, elles doi ent eiller sans* cesse, signaler, éoquer, aspirer, en quelque sorte, tout ce qui peut lui être utile, tout ce qui peut répandre et ulgariser les éléments du bien-être matériel et intellectuel, public et prié, se faire, en un mot, les éhi cules pensée initiatrice, les apôtres ciilisation! Elles ont, le mandat impératif mettre les sciences, les arts et les lettres à portée tout le mon. En traduisant les sciences en ngue ulgaire, et en en déduisant surtout les applications usuelles, elles feipnt ie plus facile à tous, et tendront au per fectionnement toutes les industries. En distribuant sportule s l.ellres à leurs nombreux clients, elles donneront une salisfaction heureuse à lesprit, adouciront et poliront les murs et les rapports sociaux, et rendront les hommes meilleurs., Enfin; en initiant lès poputions aux arts, elles élèeront pensée, entretiendront. I le goût public et rempliront dagréments les sentiers trop souent aris déi carrière humaine. La presse départementale a-t-elle compris cette mission? Qua-t-elle fait jus* DIMAMCHE 9 SEPTEMBRE 1855* Prix dabonnement: AIX, 5 mbis.... Sfr.» 6 mois.8» 1 an : 15 Hors dàix: 5 mois, 6 f. 6 mois, 10 f.l an, 18 f. Prix dunuméeô : 50 centimes. JOMMAL- POLITIQUE, ûixr^èutrièktï! ÀKHRlfeE. ic. àf é _ Prix dés Annonces î..; RÉCLAMES..* X--^. i.- ;.SO Ci ; :-. -, Dierses......* 50 c. > JUDICIAIRES.., ;.. S C.,. -, Ladministration du journal traite à forfailpour les annonces, à nnée* (Affranchir.), ADMINISTRATIF, JUDICIAIRE, COMMERCIAL, AGRICOLE r -Mw X.-""/ paraissant tanè.-dès.: Minandjcs. On rcçôit.aiissi les Abonnements et les Annonces, à Paris, à- loffice-corrjespondàncc MM. Lejoliet.et Cie,-rpeNotre-Dame-s-VictOires, 23 ; à V Office publicité départementale, chez M. Isidore Fbniaifté, rue Treisè;- 22, et à lagence s Feuilles Politiques (correspondance générale Jl. Haas), rjie J.-J. Rousseau, 3. Les Arlicleâ aant un but dutilité publique sont insérés gratuitenieiil.^toulee qui concerné rédaction, les récmations, les insertions judiciaires et ais diers, etc., etc., doit être adressé (franco) aux: Bureaux du Journal, sur le Cours, 55, à Àix. -Les lettres non affranchies seront refusées. AIX. Le Congrès archéologique, France et.les Assises scientifiques..ont eu lieu, à Aix, samedi, dimanche et lundi rniers; Ils nont pas brillépar le concours nos concitoens. Pourtant, présence M. Cauniont, lune nos illustrations nationales, méritait un accueil plus em pressé. Notre ille, fière autrefois. ses traditions saoir et, dur banité, a abdiqué, en cette circonstance,, le surnom longtemps mérité dathènesdti midi. Le moment était, mal choisi, il est rai,, pour tenue dèices,,iqijeïiml;és:et;pius-jdun.. nos saantasses sest troué, fort heitreux d-rgoçjuer ce prétexte dinopportunité pour déserter..sci;ençe;ae.c,ar,niibs et bagages. A quoi pensaient donc les organisateurs "-duçdngr.ës.et s Assises?.-Quelle malheureuse inspiration les. a portés, àèxjer leur réunion : au premier jour.s acances? Ne saaient-ils pas quàix est une gran école, et que rien ne saurait arrêter les mi grations, lorsquarrie, enfin, lépoque si longtemps désirée du premier septembre? La illégiature attire les uns sous ses ombrages problé matiques ; les pisirs chasse conient les autres à battre cam pagne armés dun fusil.innocent et suiis dune meute inoffensie, ; quel ques-uns ont aux eaux se désser s fatigues létu tous sont possédés ce démon irrésistible du farniente, qui ssèche les idées dans le cereau et lencre sur plume. Comment résister aux tenta-; tions cet esprit malin qui séduit par s attractions et, s mirages si chatoants? Comment arrêter une course aiguillonnée par. tels épe rons? Il serait plus facile. contenir dans ses limites une riière tor-. rentueuse, comme Durance, que sopposer au déborment aux champs notre popution robe, chaire ou dacadémie,* quand lheure du repos annuel a fait ibrer son timbremagique.il faut que faculté s lettres fasse légloguo en action, qt dialogue ou enilc ses ^pipeaux, aec Titre, sous un hêtre touflu. La faculté droit eut soc cuper propriété ; le pais a chercher une chaumière, et le bar reau pêcher à ligne, genre xerrice qui çié.djsppse énormément aux mouements oratoires. Cest au moment ces graes préoccupations, cest au milieu cette furie à prendre clef s Champs quele Congrès et. les Assises ont ouert leurs séances. Autrefois, on aurait retardé son départ trois jours, et on se serait fait honneur et pisir dassister et concourir, par quelques traaux, aux doctes discussions qui souraient. Mais au jourdhui, on sait trop pour aoir encore besoin dapprendre quelque chose, et quel homme intelligent sacrifierait un jour acance, quel académicien un grain damour-propre, pour rendre les oirs lhospitalité.à science oageuse faisant halte dans notre ille! ; Malgré lesbsences et: les abstentions, les assises et le congrès ont eu * lieu aec le concours s fidèles que, le patriotisme aait groupés autour nos^ hôtes. La municipalité aait donné une preue sa bieneilnce écirée en offrant Ia..grand.salle là Mairie, quelle aait fait décorer xkjjkxp.ec autant goût que dà-prppos Un immense trophée séleait. aussus lestra et occupait tout lefod, encadrant le buste lem-, V,...-: * : > -,. -,...-,", pereur, surmonté dun, grand aigle aux ailes éplôëes, étouffant un serpetit dans ses serres. Dés"faisceaux et^^"désbaodèrolles flottaient tout au tour s parois. Les bsons s principales illes du midi et Pro ence étaientpcés dans les petus panneaux à cadres dorés. 0:i remaï. quait ceux daix, Marseille, Aignon, Montpellier, Nîmes, Toulon, Digne, Draguignan, Grasse, Brignoles, Arles, Tarascon, Beaucaire, Pertuis, Manosque, Forcalquier, Frejus,.Saint-Ilem, Lambesc, Pélis sânne, Martigues, Salon, etc. Dans les grands panneaux qui décorent le pourtour, s écussons ceints branches urier portaient en légen les noms s principales illustrations.proençales. On lisait ce,iix GallUs, Pétrone, Rejmond-Beranger, Arnaud Daniel, Bertrand dalmanon, René danjou. Pellegrin, B«menard, Pésbrgues, parmi les poètes; Campra, Gilles, Floquet, parmi les musiciens ; Pugèt., Mïgnard, Vanloo, Chastel, Toro, Daret, Dandré-Bardou. Fauchier, Leieux, Constantin, Granet. parmi les peintres et les sculpteurs; Cundier, Beisson,- parmi les graeurs. Cassicn, Sdhien, Saint-Césaiïe représentaient les écriains chrétiens; Mascaron. lorateur sacré; Mira-; beau, Sieès, Maur. Barlwrroux, Manuel, les orateuis politiques; Bnmarsais, grammaire; diiozier, généalogie; Gassendi, Vauenar gues, dargens, Jes philosophes; Euthmemes, Pthéas, Adam Çraponne, Càssini, les mathématiciens, géographes et ingénieurs. On re marquait encore.les historiens Troguc-Pompée, Alberic daix, Le Monge dés îles dor,i César Nostradamus, Pitton, Bouche, Papon, Haitze;ies jurisconsultes Fabrot. Tliomassin, du Perrier, Moncr, Dubreuil, Si méon, Portalis;? les sa ants. mécins et naturalistes^saint-hermentairè, Arnaiid /i Villeneue. Michel Nostradamus, Tournefort, Garil, Darltic, Fusée-%tiblet, Adanson, Lacejiè, Fonscolombe ; et enfin lés érudits Peresc, Ganp Chasteui!/ Barthélém, Mejanes, Baumier, Fauris Saint-Vincens, Lantier, Emeric Daid, Estrangin. Des bustes pcés nière lestra faisaient reire limage dautres célébrités locales. -,. - - _.-_. Le fauteuil présince du congrès et s assises a été tour à tour occupé par M. Caumont, directeur linstitut s proinces France, et le docteur P.-M- Roux, sbus-directeur pour le sud-est. La plume s secrétaires était tenue par MM. Paan, présint cadémie daix, Talon, J.tB. Gaut et Berlue Perussis. On _a aussi remarqué au bureau Monseigneur Re, chanoine éêque-dë Saint-De nis, 31. le chealier Bertini, membre du parlement. Turin, et dautres notabilités.,.,.., :.- -",- - "." * Nous nanalserons pas les traaux réunion, en suiant dans leur ordre les questions, posées par le programme. Nous ne publierons pas non plus les procès-erbaux décolorés s séances; Gontéiitons-nous dire que M. Caumônt a élucidé toutes. les discussions aec une crté, une métho et une érudition inépuisables. M. Roux a apporté aussi son contingent saoir et facilité dans toutes les matières qui ont été traitées. Mais nous citerons, parmi: les pures qui se Sont produites,. les mémoires M. Talon, sur limportance dé là Ville darles sous lf domination: romaine ; M. Rostan, sur rchitecture./ léglise Saint-Saueur à Aix ; M*. Gaston dé Saporta; sûr flore fossile, daix, dapt et Manosque;, M, J"-B; Gaut, sur presse et les sociétés saantess déparlements; M; Berlue Pértissis, sur les publications les plus importantes, eh 1854, dans là circonscription; M. Bâlthasar sur s inscriptions trouées à Arles ; M. Masse, sûr le moen releer lés étus littéraires ; une notice M. dégaridël Siir les traaux cadémie daix, etc. Des dissertations,, et dés conférences fort intéressantes et très, instructies ont eu lieu aussi, pepdant les trois jours,* surrçhéologie, les: -aris, lès inusées, les sciences naturelles, griculture et lindustrie. * En résumé, malgré le peu mpressement nos compatriotes, le Congrès /archéologique et les assisessciëntifiques seront fructueux pour notreille, en ce quils auront sapé plus dun préjugé, mis* en circu tion bien s notions utiles, jeté un : noueau jbûr sur bien, s ma tières dérudition, et encouragé le goût s recherches, et dès étus sérieuses. Remont-Aubin.,:, Dans quelques jours nous toucherons à nniersaire mémorable rembarquement s troupes alliées à Varna. Dans une, semaine, une année se sera écoulée puis le jour où les armées,^ françaises et angi ses, braant les tempêtes léquinoxë et enir encore mstérieux qui les attendait en Crimée,* se sont éncées sur les grèes dé Oldj Farth, pour entreprendre guerre dans quelle elles sont encore enga gées. Cet interalle paraît être un siècle, tant il est rempli gloire et dépreues, et cependant douze mois seulement se seront écoulés puis que nos héroïques soldats se sont mesurés aec lennemi et ont préludé aux ictoires dinkermann, Baca et Traktir par celle laima. Que nous prenions Makoff aant rriée lhier et lon pourra dire aec raison que, loin daoir perdu du temps, les généraux alliés auront au contraire su tirer un résultatjieureux, pour ainsi- dire, chaque heure. Haas. On lit dans une lettre particulière adressée au Times,du 5 septem-. bre, en date du camp ant Sebastopol, 24. août, que si, comme on a * quelque raison le croire, les troupes russes sont déjà démoralisées, perte tour Makoffpourrait les décourager au point faire tomber ; presque immédiatement le côté sud en notre pouoir. En ce cas, priseou struction s aisseaux rendraient disponiblespoùrdautres opé rations s forces très nombreuses qui, emploées maintenant dans les tranchées, sélèent par elles-mêmes à leffectifdune armée; redoutable. On pourrait alors, aec i s flottes alliées, transporter prompte^ ment -une partie ces troupes à Eupâtoria, où bous; aons déjà 20,000 hommes, parmi lesquels figurent les meilleurs soldats: turcs. Eti supposant que lon enoie ainsi 4-0,000, hommes, issant le reste rmée Crimée sur Tchernaïa ou le Belbeck pour obserer, le côté FEUILLETON *DTJ MÊMORIALBU 9 SEPTEMBRE De là.presse Jefr dés sociétés saantes.sx départements. M. J.-B. -Gaiit eut bien nous communiquer, sur notre man, le mémoire quil a lu, dimanche rnier, à secon séance s assises scientifiques âaix. Nous nhésitons pas à publier ce-traail, quoique presse n- soit point ménagée, et nous peusons que nos lecteurs liront aec pisir les réétions piquantes et les appréciations originales, cet écriain. Nous faisons cependant nos "réseres sur plus dun point,.- ef il est bien enleudu que nous nadmettons pas toutes ses assertions comme articles foi.- Eeniont-Aubin, M. J.-Iî. Gaut aaîtà lépondreauxquesùonssuiantes, poséespar le.progràmme.s assistes" scientifiques: ;..,..*,,., Quels serices doit svffdrcer rendre presse locale, au point ue linslructioifgénérale.et diffusion s connaissances utiles? La presse départementale a-t-elle compris sa mission? QuaJ-elle fait jusquici; dans les localités, pour occuper lesprit public s choses sérieuses? Les sociétés saantes ont-elles secondé presse dans le déeloppement ces tendances?...-..;.-, - J. - :.:;,,-./,. 1 Quels moens peut-on indiquer pour associer les efforts s sociétés saantes à ceux presse départementale? M. J.-B. Gaut sesl exprimé en ces termes : Messieurs, Les questions 12, 13, 14 el 15 du programme s Assises scientifiques pour 1855 ont une connexilé qui les rend, en quelque sorte, indiisibles. Jessaié.raijdonc les aborr simultanément, non pas pour les traiter à fond, mes occupations mul tiples ne maant pas permis pn traail aussi complet^ mais poiir essaer. d ré pondre eu peu mots, et formuler quelques idées improisées, ce inalfn, au courant plume; ": " Permettez-moi circonscrire encore plus ces questions et les localiser com plètement. Beaucoup décriains procènt, par induction, du connu à lincoàau ; je nai lhabitu.marrêterquà.ce qui m.est connu. Jai lieu dépenser que mes attenances, pendant. longues années, aec les journaux daix, ont suffi samment formé mon expérience à leur sujet, et- mautorisent à parler sciemment leur conslitution icieuse et s conséquences qui découlent leurs ices organiques. Mes réflexions pourront sappliquer, aec. même- justesse, à toules les publications hebdomadaires ou bis-hebdomadaires qui séditent dans les illes du même ordre que nôtre. La presse.marseille échappe naltirellement à mon appréciation, parce quelle est établie sur s, bases différentes sous le rapport lutilité et îa périodicité. Les ais commerciaux d.e quatrième page rennt indispensable à une-popution éminemment mercantile; sou apparition quotidienne lui permet s déeloppements considérables consacrés à défense s intérêts locaux. Cependant, jajoule, pour êlre complètement rai, que, mal gré ce rnier aantage dont dispose leur rédaction, les feuilles marseilises, sauf s cas exceptionnels, ne sont que grands satellites, graitant. autour s as tres publicité qui font leurs réolutions périodiques dans le ciel parisien^ et quelles- reçoient, ces pnètes fixes oii ces comètes écheelées,le reflet s idéesj&fd<es opinions, dés érités et dés erreursf quelles; renoient ensuite, par réfraction, à leurs lecteurs.,...--.,-,../"...-quels serices doit sefforcer rendre presse locale, au point ue lins truction générale et diffusion s connaissances utiles? : Le simple bon sens répond^ cette question. Les serices que les: journaux pour raient rendre seraient immenses, sils comprenaient leur mission ciilisatrice. O fortunati nimium, si sua bona norint! La presse a pour but constant recherché et propagation érité dans toutes les branches s coanaissances humaines. II faut quelle émietle, en quelque sorte, les sciences, les lettrés et les arts à,çes;lazares trop nombreux auxquels leur naissance, les nécessités. ie et linsufssa^ge lenseignement nont pas permis, sasseoira gàpe intellectuelle. Le journal proince doit être mi maison, le compagnon du foer et telier, linstituteur prié stiné surtout à linstruction et à lé ducation s adultes. 11 est obligé erser régulièrement sa manne à tous ceux qui marchent encore ers ^erre-promise. Les intérêts généraux du pas solli citent dabord loutes ses préoccupations. Ecirer lopinion et dministration, sil a lieu, sur les. besoins localité ; rechercher, étudier et faire connaître tout ce qui peut lui être utile, telle est sa mission principale. QuMI prenne gar, aant tout, dé se isser tromper par les mirages déceants politique, qui dé- naturerit lès objets et les perspecties dune étrange manière. Les partis oient * lout à traers un prisme multicolore qui donne s tons, dés nuances et s re flets faux où exagérés aux images qui iennent se reproduire sur rétine leur appareil isuel. Chacun choisit couleur quil préfère, et en teint ses isions. Ce qui fait que, passez-moi cette expression pisanterie familière,. les journaux * nous en font oir loules les couleurs.. Jai toujours considéré les fonctions s journalistes comme une espèce sa cerdoce qui compte beaucoup dappelés et peu délus! La presse oblige ; mais, ; ; hés! que gens ne connaissent point ou méconnaissent ses obligations-!; A. notre époque meuement et progrès indéfinis, où lon oudrait que pen-. sée fût entraînée aec itesse apeur ou se issât emporter par lécir lélectricité, lon oit se produire et se perpétuer curieuses anomalies. Des. écriains, oii se croant tels, qui rie saent pas seulement tenir une plume, sar-^ rbgent le droit dinstruite et moraliser les masses. Tous ces Pics Mirant, dole improisés et incortipris tranchent les questions les plus ardues du haut leur omniscience,,et noient lopinion et leur facon ridicule dans s flots n cre indélébile, mais qui nest pas toujours incorruptible. II faut faire sérieuse ment les choses sérieuses, et ne pas abandonner lopinion à toutes les impressions fâcheuses qui peuent résulter s rêeries ou dés étus auxquelles se Hrent ces Imaginaties en traail. Le public fait justice, maifirméra-t-pn, s produc*.. tions prétentieuses ou aorlées. Ce est iai dans une certaine mesure. Mais on peut dire aussi, aec une ariante Beaumarchais : Ecriez, écriez, il en reste toujours quelque chose!. *,. ;, Pour que le journalisme ren réellénient s serices, il faut le ramener au but réel cette institution, dont il tend, chaque jour, à sécarter daantage. II est indispensable que ies feuilles locales soccupent, surtout et aant tout, lo-> calité ; quelles sintifient aec elle, et enoient lorgane et lexpression raie et sincère en toute circonstance.sentinelles aancées ses besoins, elles doi ent eiller sans* cesse, signaler, éoquer, aspirer, en quelque sorte, tout ce qui peut lui être utile, tout ce qui peut répandre et ulgariser les éléments du bien-être matériel et intellectuel, public et prié, se faire, en un mot, les éhi cules pensée initiatrice, les apôtres ciilisation! Elles ont, le mandat impératif mettre les sciences, les arts et les lettres à portée tout le mon. En traduisant les sciences en ngue ulgaire, et en en déduisant surtout les applications usuelles, elles feipnt ie plus facile à tous, et tendront au per fectionnement toutes les industries. En distribuant sportule s l.ellres à leurs nombreux clients, elles donneront une salisfaction heureuse à lesprit, adouciront et poliront les murs et les rapports sociaux, et rendront les hommes meilleurs., Enfin; en initiant lès poputions aux arts, elles élèeront pensée, entretiendront. I le goût public et rempliront dagréments les sentiers trop souent aris déi carrière humaine. La presse départementale a-t-elle compris cette mission? Qua-t-elle fait jus*

r è g l e s d u j e u Jolly Roger Games / Matagot

r è g l e s d u j e u Jolly Roger Games / Matagot Jolly Roger Games / Matagot r è g l e s d u j e u 1 Réfléchissez et pesez le pour et le contre aant d agir. Bu t d u j e u Le jeu se déroule en 9 tours maximum. Le but est de parenir au maximum de la piste

Plus en détail

Emmanuel, Dieu avec nous

Emmanuel, Dieu avec nous Emmanuel, Dieu avec nous Jésus, un homme comme nous, dans une chair de péché Texte : Matthieu 1:18-23 (Ce que croit les Ad7J, p. 103, 55) Connaissez-vous la généalogie de Jésus? Luc 3:31 - Fils de David

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

LotusLive. LotusLive - Guide d'administration

LotusLive. LotusLive - Guide d'administration LotusLie LotusLie - Guide d'administration LotusLie LotusLie - Guide d'administration Important Aant d'utiliser le présent document et le produit associé, prenez connaissance des informations générales

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie)

Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Il manque quelque chose! (L histoire du film 1re partie) Raconté par Lisa Ann Marsoli Illustrations de Mario Cortes, Valeria Turati et des Disney Storybook Artists Jean-Christophe a une chambre remplie

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

ERserver. iseries. Planification d une stratégie de reprise et de sauvegarde

ERserver. iseries. Planification d une stratégie de reprise et de sauvegarde ERserer iseries Planification d une stratégie de reprise et de sauegarde ERserer iseries Planification d une stratégie de reprise et de sauegarde Quatrième édition juin 2002 Réf. US : RZAJ-1000-03 LE

Plus en détail

«Pour moi,» dit le léopard, «je prétends être couronné, car je ressemble plus au lion que tous les autres prétendants.»

«Pour moi,» dit le léopard, «je prétends être couronné, car je ressemble plus au lion que tous les autres prétendants.» Compréhension de lecture Andrée Otte Le choix d un nouveau roi des animaux Fénelon Le lion étant mort, tous les animaux accoururent dans son antre pour consoler la lionne sa veuve, qui faisait retentir

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Marseille et la nuit européenne des musées Exploitation pédagogique et corrigés

Marseille et la nuit européenne des musées Exploitation pédagogique et corrigés Culture et festivités Marseille et la nuit européenne des musées Exploitation pédagogique et corrigés Introduction Nous proposons de faire découvrir Marseille à l occasion de la nuit des musées (16 mai

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu parles de toi, de tes goûts. Tu lis BD. Tu fabriques un poster pour te

Plus en détail

Le paquet de prestations bancaires pour les jeunes et les. étudiants. Avec Viva, profitez de la liberté financière

Le paquet de prestations bancaires pour les jeunes et les. étudiants. Avec Viva, profitez de la liberté financière i Le paquet de prestations bancaires pour les jeunes et les étudiants Aec Via, profitez de la liberté financière Access All Areas: le monde d aentures Via Décourir daantage aec Via La liberté financière

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

Denise Morin 4 Utile à lire Les membres des forces de maintien de la paix de l Organisation des Nations Unies sont nommés les Casques bleus. Ils sont prêtés par leur pays d origine. Les Casques bleus canadiens

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE

LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE Au I er siècle après Jésus-Christ, la ville romaine d Arles (photo ci-dessous) est entourée de remparts. Elle comporte de grandes rues principales appelées Cardo et Decumanus.

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

épreuve possible pour tenter de soigner quelqu'un (max 1D6 ). sur un échec critique, le héros parvient à blesser encore plus son compagnon (-1D6 ).

épreuve possible pour tenter de soigner quelqu'un (max 1D6 ). sur un échec critique, le héros parvient à blesser encore plus son compagnon (-1D6 ). À l'aide de cette compétence, un personnage pourra tenter de réparer ou de fabriquer des objets rudimentaires, pour peu qu'il réussisse une épreuve d'adresse, et sans avoir besoin de connaître le sujet

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

ERserver. iseries. Operations Console iseries Access for Windows

ERserver. iseries. Operations Console iseries Access for Windows ERserer iseries Operations Console iseries Access for Windows ERserer iseries Operations Console iseries Access for Windows Quatrième édition noembre 2002 Réf. US : RZAJ-R000-03 LE PRESENT DOCUMENT EST

Plus en détail

IBM InfoSphere MDM Web Reports Guide d'utilisation

IBM InfoSphere MDM Web Reports Guide d'utilisation IBM InfoSphere Master Data Management IBM InfoSphere MDM Web Reports Guide d'utilisation Version 11.3 IBM InfoSphere Master Data Management IBM InfoSphere MDM Web Reports Guide d'utilisation Version 11.3

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

AMÉLIE NOTHOMB. Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL

AMÉLIE NOTHOMB. Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL AMÉLIE NOTHOMB Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL Éditions Albin Michel, 2011. ISBN : 978-2-253-17415-8 1 re publication LGF. «L obstination est contraire à la nature, contraire à la vie. Les seules personnes

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

IBM Tivoli Risk Manager. Guide d utilisation. Version 4.1 SC11-1967-00

IBM Tivoli Risk Manager. Guide d utilisation. Version 4.1 SC11-1967-00 IBM Tioli Risk Manager Guide d utilisation Version 4.1 SC11-1967-00 IBM Tioli Risk Manager Guide d utilisation Version 4.1 SC11-1967-00 Important Aant d utiliser le présent document et le produit associé,

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS 1884/85 Commencement des opérations de la BNS La Banque nationale de Serbie exprime ses remerciements au Département de la

Plus en détail

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) *

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * André ANTIBI Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * * extrait du livre «LES NOTES : LA FIN DU CAUCHEMAR» ou «Comment supprimer la constante macabre» 1 Nous proposons un système d évaluation

Plus en détail

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!»

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Musette s est lassée. Sous son plancher, «cric, crac, croc», Des enfants grignotent, gigotent et se font des croques. Alors un matin, elle

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Jeu questionnaire Es-tu prêt(e) pour le secondaire? Ma future école

Jeu questionnaire Es-tu prêt(e) pour le secondaire? Ma future école Est-ce que je suis prêt ou prête? C est sûrement une des questions que tu te poses! Voici une activité qui te permettra de savoir où tu en es dans ton cheminement. Ma future école Je connais le nom de

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Notr'Canard Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Chers amis de la Confrérie St Hubert du Grand-Val, L'automne, est-ce la saison des chasseurs? La réponse est: non! Le chasseur

Plus en détail

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe - Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur Biographe Le Docteur une personne énigmatique à bien des égards. Peu de personne ont pu le voir, l approcher ou même voyager avec lui. Et s il

Plus en détail

Tout ton profil pro. [e-portfolio] Crée ton e-portfolio! sur ton. > Compétences > Projets > Réseau social > Blog professionnel.

Tout ton profil pro. [e-portfolio] Crée ton e-portfolio! sur ton. > Compétences > Projets > Réseau social > Blog professionnel. Crée ton e-portfolio! Guide utilisateur Blog, professionnel Réseau social Photos, vidéos Compétences professionnelles Connaissances, expériences Promotion personnelle Centres d intérêt CV Lettre de motivation

Plus en détail

Vue d'ensemble des produits

Vue d'ensemble des produits Vue d'ensemble des produits www.assura.ch ssurance obligatoire des soins et assurances complémentaires ssurance obligatoire des soins et assurance complémentaire étendue Participation de l assuré Libération

Plus en détail

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229)

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) 1 Seigneur, avec toi nous irons au désert, Poussés comme toi par l Esprit (bis). Et nous mangerons la parole de Dieu Et nous choisirons notre Dieu Et nous fêterons

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

Les élèves, ta tache aujourd hui est de travailler sur ton projet de sciences humaines. J envoie de nouveau les directives.

Les élèves, ta tache aujourd hui est de travailler sur ton projet de sciences humaines. J envoie de nouveau les directives. 8 ième année science humaines Les élèves, ta tache aujourd hui est de travailler sur ton projet de sciences humaines. J envoie de nouveau les directives. Si tu n as pas ton information avec toi, tu peux

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

23. Le discours rapporté au passé

23. Le discours rapporté au passé 23 23. Le discours rapporté au passé 23.1 LE DISCOURS INDIRECT On utilise le discours indirect pour transmettre : Les paroles de quelqu un qui n est pas là : Il me dit que tu pars. Les paroles de votre

Plus en détail

Bâtissez-vous un avenir certain

Bâtissez-vous un avenir certain 1 1 Etape 1 Etape 2 Bâtissez-vous un avenir certain AUTEUR LEADER SYDNEY Adresse email imygpc@gmail.com Contact téléphonique +225 41 52 92 06 2 Bâtissez-vous un avenir certain Vous en avez rêvé, créer

Plus en détail

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Introduction A l'issue des séjours d été, Wakanga a lancé une enquête qualité à destination des familles. Cette enquête avait

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

IBM Tivoli Monitoring. Guide d utilisation. Version 5.1.2 SH11-1285-03

IBM Tivoli Monitoring. Guide d utilisation. Version 5.1.2 SH11-1285-03 IBM Tioli Monitoring Guide d utilisation Version 5.1.2 SH11-1285-03 IBM Tioli Monitoring Guide d utilisation Version 5.1.2 SH11-1285-03 Important Aant d utiliser le présent document et le produit associé,

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Résister aux tentations et aux accusations

Résister aux tentations et aux accusations Résister aux tentations et aux accusations Jésus est venu détruire toute dette Exode 20.17 «Tu ne convoiteras pas!» Satan structure sa dette et travaille avec la tentation essentiellement à travers les

Plus en détail

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin N. 0311 Lunedì 27.04.2015 Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin Il Santo Padre Francesco ha ricevuto questa mattina in Udienza i Vescovi della Conferenza Episcopale

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Risques et enjeux des places de marchés e-commerce : exemple du BTP

Risques et enjeux des places de marchés e-commerce : exemple du BTP Risques et enjeux des places de marchés e-commerce : exemple du BTP Patrice COLOMB CFPIM - Directeur général eu-supply.com, e-commerce in construction eu-supply.com (www.eu-supply.com) est une place de

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule-

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- J vard Chanzy; vers midi, quelques grands personnages pleins de recueillemeiit, le procureur Lanata, le président

Plus en détail

PEWDIEPIE : UN RÊVE ÉMISSIONS DOSSIERS CHRONIQUES GRATUITS FORUMS

PEWDIEPIE : UN RÊVE ÉMISSIONS DOSSIERS CHRONIQUES GRATUITS FORUMS Se connecter ÉMISSIONS DOSSIERS CHRONIQUES GRATUITS FORUMS VITE-DIT Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d être signalés. Si nécessaire, ils feront

Plus en détail