Lésions vulvaires précancéreuses. B. J. Paniel (Créteil France)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lésions vulvaires précancéreuses. B. J. Paniel (Créteil France)"

Transcription

1 Lésions vulvaires précancéreuses B. J. Paniel (Créteil France) Nîmes

2 NEOPLASIE INTRA-EPITHELIALE - Définition purement anatomo-pathologique - Anomalies intra-épithéliales : architecturales : désorganisation ou perte cellulaires : hyperchromasie pleïomorphisme (anisocytose, anisocaryose) mitoses anormales

3 NEOPLASIE INTRA-EPITHELIALE VULVAIRE V. I. N. Vu. I. N. - Terme recommandé par l I. S. S. V. D. (International Society for the Study of Vulvo-vaginal Diseases) - Forgé initialement par analogie avec le terme de néoplasie intra-épithéliale du col utérin C. I. N.

4 V. I. N. classification I. S. S. V. D V. I. N pavimenteuses V. I. N. 1 indifférenciée V. I. N. 2 (atypies étagées) V. I. N. 3 différenciée (atypies basales) V. I. N. non pavimenteuses maladie de Paget extra-mammaire mélanome in situ

5 V. I. N. classification O. M. S Elle adopte la classification de l I. S. S. V. D. mais conserve les synonymes (dysplasie, carcinome in situ) - V. I. N. pavimenteuses V. I. N. 1 dysplasie légère V. I. N. 2 dysplasie modérée V. I. N. 3 dysplasie sévère V. I. N. simplex (atypie basales) Carcinome in situ

6 MAIS - Si au niveau du col utérin, on observe une progression évolutive des lésions intra-épithéliales du C. I. N. 1 vers le C. I. N. 2 puis vers le cancer invasif - Au niveau de la vulve, en revanche les lésions intra-épithéliales pré-cancéreuses sont souvent de haut grade d emblée et ne résultent pas d évolution des lésions de bas grade Nouvelle classification

7 V. I. N. classification I. S. S. V. D V. I. N. (differentiated type) différenciée V. I. N. 3 differenciée atypies basales non H. P. V. induite Lichen Scléreux Vulvaire V. I. N. (usual type) classique (indifférenciée) V. I. N. 2, V. I. N. 3 indifférenciée atypies étagées H. P. V. induites Sous-catégories - (warty) verruqueuse, condylomateuse - (basaloid) basaloide - (mixed) mixte

8 I. S. S. V. D O. M. S I. S. S. V. D Dysplasie légère V. I. N. 1 V. I. N. 1 Dysplasie modérée Dysplasie sévère V. I. N. 2 V. I. N. 2 V. I. N. 3 indifférenciée (atypies étagées) V. I. N. 3 différenciée (atypies basales) V. I. N. 3 V. I. N. simplex V. I. N. classique (usual type) V. I. N. différenciées Carcinome in situ

9 LICHENS VULVAIRES LICHEN SIMPLEX CHRONICUS (lichénification) LICHEN PLAN - LICHEN PLAN VULVAIRE - LICHEN PLAN EROSIF (G. E. L. P.) syndrome V. V. G. Hewitt-Pelisse + LICHEN SCLEREUX VULVAIRE (L. S. V.) +++

10 LICHEN SIMPLEX CHRONICUS Lichénification

11 LICHEN SIMPLEX CHRONICUS Lichénification TRAITEMENT Dermocorticoïde DERMOVAL crème 1 application le soir pendant 1 mois puis 2 fois par semaine pendant 3 mois (2 tubes) Antihistaminique anticholinergique ATARAX sirop 1 à 4 c. à c. le soir / 15 à 30 jours POLARAMINE comp. - sirop THERALENEcomp. - sirop

12 LICHEN PLAN EROSIF Transformation maligne LPE buccal 6 % LPE génital très faible (anecdotique pour Libby EDWARDS) Des cas de carcinomes in situ ou invasif associés au LPE ont été rapportés - FRANK J. M., YOUNG A. W. Squamons cell carcinoma in situ arising within lichen planus of the vulva Dermatologie Surgery 1995, 21, ZAKI I., DALZIEL K. L. The under reporting of skin disease in association with squamons cell carcinoma of the vulva Clinical and Experimental Dermatology 1997, 21, DERRICK E. K., RIDLEY C. M. A clinical study of 23 cases of female uro-genital carcinoma Br. J. Dermatology 2000, 143,

13 LICHEN PLAN EROSIF Transformation maligne - Surveillance rapprochée - Biopsie au moindre doute plage érythrosique lisse sur fond de L. P. modifications histologiques subtiles

14 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE S. M. I. G. ( Savoir Minimum Indispensable du Gynécologue) Fréquence : 1 femme sur 500 à 1000 Age : à tout âge pic d incidence ans prurit 75 % sécheresse vulvaire dyspareunie orificielle brûlures 33 % asymptomatique 15 %

15 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE Modification de la couleur des téguments nappes blanche, brillantes, nacrées, lisses ou finement plissées, presque translucides étendues ou localisées Disparition des grains de Fordyce

16 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE Modification des reliefs anatomiques encapuchonnement du gland du clitoris +++ infiltration du capuchon clitoridien synéchie petites lèvres grandes lèvres synéchie vestibulaire postérieure sténose orificielle

17 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE Évolution - Régression spontanée - Passage à la chronicité - Transformation maligne 4 à 6 %

18 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE Leucoplasie

19 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE Leucoplasie - histologie Hyperplasie + atypies cellulaires basales Hyperplasie simple V. I. N. différenciée

20 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE Leucoplasie état précancéreux traitement Schéma thérapeutique rigoureux = traitement oncologique 1er temps : traitement médical Dermocorticoïde d activité forte - DERMOVAL (clobetasol propionate) - DIPROLENE crème (bétaméthasone dipropionate) Une application quotidienne le soir, en massant légèrement Unité phalangette = petit pois = 0.5 mg 1 tube de 15 grammes de Dermoval et de Diprolène = 1 mois

21 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE Leucoplasie état précancéreux traitement 2ème temps : bilan au terme de 4 à 6 semaines La leucoplasie doit avoir complètement disparu Toute lésion précancéreuse persistante rebelle au traitement par dermocorticoïde doit être biopsiée, si elle ne l a pas été initialement et doit être supprimée

22 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE Leucoplasie état précancéreux traitement 3ème temps : traitement chirurgical - l exérèse chirurgicale doit être préférée aux traitements destructeurs (cryothérapie, LASER CO2) car elle permet un examen histologique en coupes sériées pour ne pas méconnaître une invasion débutante ou franche - exérèse locale large vulvectomie partielle superficielle - procédés plastiques pour limiter la rançon esthétique et fonctionnelle

23

24 Si la berge d exérèse est le siège d une V. I. N. différenciée (atypies cellulaires basales et suprabasales) une nouvelle exérèse s impose (nécessite d orienter la pièce opératoire)

25 LICHEN SCLEREUX VULVAIRE Surveillance après le traitement d une leucoplasie rapprochée : 2 à 3 fois par an surtout si leucoplasie résistante aux corticoïdes minutieuse : toute lésion suspecte doit être biopsiées car une récidive est à craindre parfois sur le mode invasif

26 V. I. N. classiques H. P. V. induites (V. I. N. indifférenciée connotation péjorative)

27 H. P. V. (human papilloma virus) Plus de 100 génotypes 40 ano-génitaux acuminés virus à bas risque (non oncogènes) H. P. V. 6 (69%), H. P. V. 11 (16%) condylomes Aubin F., Clin. Infect. Dis 2009 ; 47 ; virus à haut risque (potentiellement oncogènes) H. P. V. 16 (64-91%), H. P. V. 18 (3%) néoplasies intra-épithéliales De Veryst H., Int. J. Cancer 2009, 124 ;

28 La transmission du H. P. V. est sexuelle - Exceptionnelle chez l enfant - Très rare chez la vierge 1.8 % (151 patientes) Rylander % (100 patientes) Kjaer % (144 patientes) Winer Elle débute avec les premiers rapports sexuels puis augmente (rapports péno-vaginaux principalement mais tout type de contact sexuel également)

29 Transmission non sexuelle du H. P. V. - Transmission in utéro et à l accouchement - Enfant (en dehors des abus sexuels) - Problème des fomites (surfaces, matières, objets contaminés par micro-organismes pathogènes susceptibles de contaminer des animaux ou des personnes) H. P. V. non trouvés sur sols et surfaces humides (wc, douches, saunas, piscines) H. P. V. trouvés sur instruments médicaux mais mesures usuelles de stérilisation efficaces Puranen 1996, Roden 1997

30 Examen du partenaire - L homme est le vecteur de l infection génitale à H. P. V. - L homme (jeune) est plus souvent infecté que la femme (jeune) - L homme est rarement malade H. P. V. est retrouvé chez 20 à 70 % des partenaires des femmes ayant une lésion H. P. V. Très peu de PIN 2-3 (2 à 4 %) chez les partenaires des femmes ayant une lésion H. P. V. WR - Le traitement des lésions cliniques laisse subsister H. P. V. dans les tissus génitaux - Le traitement du partenaire ne modifie pas le taux de récidives et donc l évolution de l infection de la patiente

31 Examen du partenaire Rassurer la patiente dont la partenaire ne veut pas consulter (surtout s il n a pas constaté de lésion génitale suspecte)

32 L infection génitale à H. P. V. est fréquemment multicentrique Les lésions vulvaires sont associées dans 25 à 60 % des cas à d autres lésions Van Beurden M. Int. J. Gynecol Cancer 1998 Mac Nally O. N. Int. J. Gynécol Cancer 2002 Van Seters M. Gynécol Oncol. 2005

33 Bilan d extension de l infection à H. P. V. - col (J. P. C.) frottis, colposcopie - vagin frottis - vulve - périnée - marge anale - canal anal (J. P. C.) La fréquence du cancer de l anus a été multipliée par 3 chez la femme en 30 ans / / H. P. V dans 72 % des cas Jimenez W. Gynecol Oncol 2009

34 Bilan I. S. T. (Infections Sexuellement Transmissibles) Souvent nécessaire en raison du jeune âge des patientes Prélèvement cervico-vaginal myco-bactériologique Sérologies H. I. V. tréponème (VDRL-TPHA) hépatites

35 Évaluer le terrain immunitaire Interrogatoire : maladies, traitements, Tabac Sérologies H. I. V. Numération CD4 (si V. I. N. extensive)

36 V. I. N. classiques H. P. V. induites (V. I. N. indifférenciée connotation péjorative)

37 V. I. N. classiques : image histologique = dysplasie sévère étagée

38 En France, l image histologique de V. I. N. classique est commune à 3 entités cliniques : - Papulose bowenoïde - Papulose bowenoïde extensive ou confluente - Maladie de Bowen dont les caractéristiques cliniques, évolutives, pronostiques et thérapeutiques diffèrent.

39 L incidence des V. I. N. classiques est en augmentation depuis 30 ans comme toutes les pathologies liées à H. P. V. - Pour Sturgeon Am. J. Obstet. Gynecol 1992 L incidence des V. I. N. classiques est passée de 1.1 / femmes entre 1973 et 1976 à 2.1 / femmes entre 1985 et 1987 mais le taux de cancer vulvaire est resté stable - Pour Joura J. Reprod. Med (366 cas) le nombre de V. I. N. à triplé entre 1984 et 1997 mais le taux de cancer vulvaire est resté stable

40 - Pour Judson Obstet. Gynecol 2006 (13176 patientes 1973 à 2000) L incidence des V. I. N. classiques a augmenté de 400 % passant de 0.56 cas pour femmes en 1973 à 2.86 cas pour femmes en 2000 L augmentation du taux de cancer invasif est faible à 20 % Facteurs favorisant : Partenaires sexuels multiples (révolution sexuelle) Antécédents de condylome Tabac Déficit immunitaire (une patiente V. I. H. à 4 à 7 fois plus de risque d être infectée par H. P. V.)

41 V. I. N. classiques Condylomes acuminés Papulose bowenoïde Papulose bowenoïde confluente Bowen Buschke Löwenstein Risque de transformation maligne 0 10 % 20 %

42 Dans la classification de l I. S. S. V. D. de 2005 on distingue : - V. I. N. classique (warty) verruqueuse, condylomateuse volontiers multifocales touchant les femmes jeunes, fumeuses très liée d H. P. V. - V. I. N. classique basaloïde volontiers unifocale, bien limitée touchant les femmes plus âgées

43 PAPULOSE BOWENOIDE V. I. N. classique verruqueuse (V. I. N. usual warty)

44 Papulose bowenoïde clinique CLINIQUE - Entité décrite par WADE et KOPF en Elle affecte des femmes jeunes (17-55 ans) âge moyen 31 ans 84 % des patientes ont moins de 40 ans - Début souvent éruptif, parfois progressif - Prurit Dyspareunie orificielle - Asymptomatique et découvert fortuitement

45 Papulose bowenoïde clinique - L éruption est MULTI FOCALE les lésions sont dispersées sur la vulve, le périnée, la région péri-anale - Faite de papules : élevures de quelques millimètres de diamètre fermes roses, rouges, violacées ou pigmentées à surface lisse, squameuse, granuleuse ou verruqueuse - Sur la muqueuse, les papules roses ou blanches ont volontiers une surface irrégulière granuleuse, verruqueuse ou cérébriforme - Les papules sont isolées ou confluentes en plaques

46

47 Papulose bowenoïde clinique - Application d une solution aqueuse d acide acétique à 3 % peut révéler de discrètes lésions en les faisant blanchir. - Examen au colposcope pas de bonne corrélation entre l aspect colposcopique et l image histologique (SYR JAREM 1993) - Examen sous un bon éclairage avec éventuellement une loupe +/- application d acide acétique à 3 % ++

48 Papulose bowenoïde Examens complémentaires - Cytologie pas de valeur au niveau de la vulve - BIOPSIE + - Typage H. P. V. pas nécessaire pour la prise en charge

49 Papulose bowenoïde Diagnostic différentiel - Condylomes bénins mais généralement exophytiques et acuminés biopsie en cas de doute - Association ou précession de C. A. possibles

50 Papulose bowenoïde Évolution - Malgré son aspect histologique de V. I. N. classique et donc le potentiel biologique d invasion locale et de diffusion métastatique la papulose reste une affection bénigne dans l immense majorité des cas - L évolution est comparable à celle des C. A. vulvaires persistance récidive après traitement régression spontanée

51 Papulose bowenoïde Traitement En conséquence - Il peut et doit être au maximum conservateur - Il convient de prendre en considération le rôle stratégique de la vulve et de minimiser les séquelles anatomiques - Le traitement est identique à celui des condylomes acuminés

52 Papulose bowenoïde - Traitement Fumer : Recommander à la patiente de cesser de fumer - Augmente la prévalence de l infection H. P. V. (après ajustement des covariables : nombre de partenaires, immuno suppression, variation génétique, ) - Augmente l incidence des V. I. N. classiques et C. I. N. 3 chez les patientes infectées par H. P. V. à haut risque : RR 2 à 5 selon études - Augmente la persistance et la récidive de l infection H. P. V. - Augmente le risque de progression de l infection H. P. V. vers cancer col, vagin, vulve MUNOZ N. Vaccine 2006 ; 53 ; 1 GOFFIN F. J. Med. Viral ; 78 ; 814 PRAZIM M. Mutat. Res ; 624 ; 114 VACCARELLA S. Int. J. Epidemial 2008 ; 37 ; 536

53 Papulose bowenoïde - Traitement - Mécanismes : immunosuppression locale ou effets carcinogènes directs? - Le taux d IgG anti H. P. V. 16 est inversement proportionnel au tabagisme MOORE T. O. J. Cutan. Med. Surg ; 5 ; 323 SIMEN-KAPEU A. Scand. J. Infect. Dis ; 40 ; 745 DENIS F. Gyneco. Obstet. Fertil ; 36 ; 430

54 Papulose bowenoïde - Traitement Faut-il arrêter de fumer? - Effet du sevrage tabagique sur la régression de lésions cervicales C. I. N. 1 H. P. V. induites Étude prospective de 6 mois chez 82 fumeuses 17 ont arrêté 11 ont réduit > 75 % la consommation de tabac Diminution > 20 % de la taille des lésions chez 23/28 (82 %) sevrées vs 13/47 (28%) fumeuses (OR = 12) SZARENSKI Effect of smoking cessation on cervical lesion size Lancet 1996

55 Papulose bowenoïde - Traitement Régression spontanée Elle est possible son taux est inconnu entre 5 et 10 % (ROY) 4.7 % dans la série Tarnier 96 Elle s observe le plus souvent au décours d une grossesse pas de traitement avant une réévaluation faite 4 mois après l accouchement il n y a aucune hâte à entreprendre le traitement

56 Papulose bowenoïde - Traitement Régression spontanée 14 cas Lésions multiples pigmentées 14 Age moyen 19 (15-27) Non blanches 13 Régressions après grossesse 4 Délai de régression 9 mois JONES R. W. et al Obstet. Gynecol. 2000

57 Papulose bowenoïde - Traitement Régression spontanée 25 ans Mai 1990 Juillet 1990

58 Papulose bowenoïde - Traitement Traitement médicaux Acide trichloracetique à 70 ou 90 % Podophylotoxine CONDYLINE 5 fluorouracil à 5 % EFUDIX 1 application le soir pendant 4 à 6 semaines réactions sévères d intolérance locale bons résultats dans 25 à 30 % des cas abandonné arrêt

59 Papulose bowenoïde - Traitement Traitement médicaux 2 Imiquimod ALDARA 5 % - Réelle efficacité dans le traitement des V. I. N. classiques multifocales mais pas d A. M. M. - Il agit comme modulateur de l immunité activation de la transmission des cytokines pro inflammatoires induction de l aptoptose propriétés antivirales et antitumorales

60 - L Imiquimod a été proposé initialement dans le traitement des condylomes acuminés Méta-analyse Efficacité égale Imiquimod (RC 50.3%) Podophyllotoxine (RC 56.4%) Imiquimod mieux tolérée que Podophyllotoxine Yan J et al, Dermatology, 2006;213:218 Tolérance Irritation modérée à sévère 70 % Edwards et al, Arch Dermatol, 1998 : 134 : 25 Moore Ra et al, BMC Jinfect Dis 2001 : 1 ; 3

61 Papulose bowenoïde - Traitement - Imiquimod et V. I. N. classique pas de protocole standardisé mais le plus souvent identique à celui des C. A. 2 fois par semaine pendant 16 semaines - Imiquimod provoque une sensation de brûlure plus ou moins intense - Pour LE T. et al Am. J. Obstet. Gynecol ; 194 : l intensité de la réaction locale est corrélée à l efficacité du traitement encourager les patientes à poursuivre le traitement

62 Taux de réponse traitement des V. I. N. par Imiquimod Année N Lésion Taux de réponse Davis (17) VIN 100 % (4 RC) Diaz Arrastia (18) VIN, VaIN, et CIN 75 % (4 RC, 2 RP) Jayne (19) VIN 92 % (8 RC, 4 RP) Van Seters (20) VIN 87 % (4 RC, 9 RC) Todd (21) VIN 27 % Roy (22) VIN 97 % (31 RC, 10 RP) Le T (14) VIN 91 % (21 RC, 9 RP) Mathiesen (15) VIN 90 % (17 RC, 2 RP) RC : Réponse Complète ; RP : Réponse Partielle - Régressions complètes 30 % - Régressions significatives permettent une destruction ou une exérèse moins étendues donc avec moins de séquelles

63 VIN traitée par imiquimod

64 VIN Classique traité par Imiquimod 27 juin juillet novembre 2008

65 Traitement par IMIQUIMOD des V. I. N. classiques Traitement envisageable en première intention Après exclusion invasion Le mode d action laisse espérer moins de récidives à long terme

66 Papulose bowenoïde - Traitement Traitements destructeurs physiques Electrocoagulation Cryothérapie (azote liquide) sous anesthésie locale (type EMLA) par application au coton tige au mieux par pulvérisation réalise un brûlure au 2 ème degré traitement antalgique et soins asséchants locaux réservée aux lésions limitées et de petites tailles

67 Papulose bowenoïde - Traitement Traitements destructeurs physiques Vaporisation au LASER CO² - Entreprise sous anesthésie locale, loco-régionale ou générale selon étendue des lésions - La zone à vaporiser est délimitée en cernant la lésion d une marge de peau saine de 3 à 5 mm - Les anomalies cytologiques pouvant s invaginer le long des annexes cutanées la profondeur de la vaporisation sera de

68 Papulose bowenoïde - Traitement Zone muqueuse Zone pileuse Profondeur 1 mm 2 mm Action thermique mm m Invagination dans les annexes 1.07 mm 2.35 mm (BERGERON 1989) 99.5 % 99.5 %

69

70

71 Papulose bowenoïde - Traitement - Attention aux surfaces anatomiques en regard (fourchette, fossette naviculaire) - La cicatrisation est douloureuse antalgiques (niveau 1 voir 2) soins quotidiens éosine, sacs de thé - La cicatrisation est longue 4 à 6 semaines - Le résultat thérapeutique et esthétique excellent - Demande toutefois une bonne expertise de l opérateur - Mais récidives

72

73 Papulose bowenoïde - Traitement Imiquimod puis vaporisation au LASER CO² Résultat final

74 Papulose bowenoïde - Traitement Traitements destructeurs physiques Thérapie photodynamique - Agent photosensibilisant (acide alpha amino-levulinique par ex.) appliqué localement - Il est absorbé de façon préférentielle par les tissus malades - Une lumière de longueur d onde adaptée le transforme en protoporphyrine stress oxydatif et destruction sélective des cellules qui l ont absorbé réalisé sous anesthésie locale ou générale

75 - La cicatrisation est bien plus rapide qu après LASER CO² ou chirurgie - Aucune rançon esthétique - Mais cette méthode appliquée sur des lésions multifocales n est durablement curative que dans 50 à 60 % des cas HILLEMANS P. et al. Fluorescence diagnosis and photodynamic therapy for lower genital tract disease a review Med. Laser Applic 2009 ; 24 : 10-17

76 Papulose bowenoïde - Traitement Chirurgie d exérèse - La vulvectomie totale simple ou la vulvetomie superficielle avec greffe cutanée préconisées par certains auteurs anglo-saxons sont à proscrire - La conséquence la plus importante est d ordre émotionnel : malgré le soulagement de ne plus avoir de lésions potentiellement invasives Ces jeunes femmes sont affligées par l altération de leur vulve

77

78 Papulose bowenoïde - Traitement - L exérèse chirurgicale sous anesthésie locale ou loco-régionale est indiquée uniquement dans les rares cas de papules unique ou peu nombreuses et proches les unes des autres

79 Papulose bowenoïde - Traitement

80

81 Papulose bowenoïde Surveillance - Elle doit être systématique, régulière (1 à 2 fois / an) prolongée - L H. P. V. peut persister sous forme latente au niveau de toute la muqueuse génito-anale (col utérin canal anal) - Biopsie au moindre doute

82 V. I. N. classiques EXTENSIVES CONFLUENTES

83 - Forme très particulière par ses aspects cliniques et évolutifs - Femmes jeunes (un peu moins jeunes que pour la P. Bowenoïde) âge moyen 35 ans - Prurit ++, voir douleurs en cas de fissures - Intéresse la quasi totalité de la vulve et déborde sur le périnée, la région péri-anale, les fesses, - Plages verrucoïdes, érythro-leucoplasiques et pigmentées à contours polylobés

84

85 - Les zones épaissies, tumorales, ulcérées et ou infiltrées sont suspectes d invasion et doivent être biopsiées - Risque de transformation maligne > 10 % - Déficit de l immunité cellulaire +++ pathologies associées (anémie de Fanconi, Hodgkin, LLC, ) traitements immuno-suppresseur pour maladie auto-immune ou greffe d organe HIV taux CD4 abaissé

86 Ulcération Infiltrée

87 - Le traitement est mal codifié conservateur, car femme jeune, mais oncologique Chirurgie + Laser

88 MALADIE de BOWEN

89 Maladie de BOWEN - Connue depuis le début du 20 ème siècle (érythroplasie de QUEYRAT 1911, BOWEN 1912) - Femmes âgées de plus de 50 ans, ménopausées (âge moyen 56 ans) - Prurit (50 % des cas) modéré, localisé à la lésion brûlures chroniques douleurs vulvaires per-mictionnelles dyspareunie orificielle - Examen gynécologique systématique

90 - Lésion UNIFOCALE ou paucifocale (80 % des cas) Siège ubiquitaire sur la vulve (peau, muqueuse) tropisme particulier pour le vestibule postérieur Plaque en relief aux contours nets, arrondis leucoplasique 56 % érythroplasique 15 % érythro-leucoplasique avec bordure pigmentée brune ou grisâtre 20 %

91 Maladie de BOWEN Forme leucoplasique (56 %)

92 Maladie de BOWEN Forme érythroplasique (15 % - QUEYRAT)

93 Maladie de BOWEN Forme érythro-leucoplasique (20 %)

94 Maladie de BOWEN Diagnostic positif : BIOPSIE

95 Maladie de BOWEN EVOLUTION - Extension en surface - Extension en profondeur carcinome épidermoïde invasif risque 20 % soupçonné devant affirmé par la biopsie dirigée - lésion bourgeonnante - ulcération - infiltration

96 Maladie de BOWEN Traitement : CHIRURGICAL - Permet un examen histologique complet en coupes sévères indispensable pour contrôler les berges de l exérèse ne pas méconnaître une invasion débutante ou franche - Vulvectomie partielle

97 Maladie de BOWEN Marge de peau saine Vulvectomie partielle : 1 er temps exérèse - de 5 mm au moins Arch A. et al. Risk factors for recurrence of V. I. N. Zentralbl. Gynakol 2006 ; 128 : de 10 mm de préférence De Simone C. P. et al. Concordance of grass surgical and final fixed margins in V. I. N. 3 and vulvar cancer J. Reprod. Med ; 51 : En fait fonction du siège, de l étendu de la lésion des structures de voisinage (clitoris, méat, ) - Aide (efficace) des colorants vitaux ac-acétique bleu de toluidine à 1 % (test de Collins)

98 Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle : 1 er temps exérèse Test au bleu de toluidine de COLLINS

99 Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle : 1er temps exérèse Profondeur de 5 mm (vulvectomie simple et non skinning vulvectomy) La dissection n a pas besoin d être profonde puisque la lésion est définie comme intra-épithéliale mais doit emporter la graisse sous tégumentaire dans les zones pourvues d annexes (follicules pileux, glandes sudoripares, )

100

101

102

103

104 HEMI-VULVECTOMIE SUPERFICIELLE

105

106 Vulvectomie totale superficielle

107 Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle : 2 ème temps réparation Préserver l aspect esthétique et la fonction de la vulve pour minimiser la retentissement psychologique et sexuel - Lorsque l exérèse est limitée suture primitive - Lorsque l exérèse est plus étendue autoplastie locales vulvo périnéoplastie lambeau de translation lambeau en L pour losange pose de greffes cutanées

108 Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle : 2ème temps réparation vulvo périnéoplastie

109

110

111

112 Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle : 2ème temps réparation lambeau d avancement vaginal antérieur

113

114 Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle : 2ème temps réparation lambeau de translation

115 Lambeau rhomboïde de Limberg Lambeau L.L. L. de Dufourmentel Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle : 2ème temps réparation lambeau rhomboïde, lambeau L. L. L.

116

117

118 Double lambeau L. L. L.

119

120

121 Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle : 2 ème temps réparation greffe cutanée mince

122

123

124 Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle : 2ème temps réparation Greffe de peau totale

125

126

127 Maladie de BOWEN Vulvectomie partielle soins post-opératoire Essentiels en chirurgie vulvaire - déterger - rincer - sécher - antisepsie

128 Maladie de BOWEN Lorsque l examen histologique de la pièce opératoire révèle que les berges sont positives Le risque de récidive est multiplié par 3 Modesitt S. C. et al. VIN 3 : occult cancer and the impact of margin status on recurrence Obstet. Gynecol 1998 ; 92 : mais cela modifie pas le risque évolutif

129 Maladie de BOWEN Lorsque l examen histologique de la pièce opératoire décèle une micro invasion inférieure ou égale à 1 mm aucun traitement complémentaire n est nécessaire

130 Maladie de BOWEN Lorsque l examen histologique de la pièce opératoire décèle une invasion franche une reprise du lit tumoral sur le mode radical et un curetage inguino-fémoral uni ou bilatéral selon le siège de la lésion sont réalisés

131 Maladie de BOWEN Surveillance Un suivi régulier 2 à 3 fois par an s impose afin de dépister d éventuelles récidives «La vulvectomie ne protège pas des récidives»

132 Traitement des V. I. N. WHAT ELSE?

133 Vaccination thérapeutique (1) - LIV M. Proc Nat. Acad. Sci USA 2004 ; : Essai de phase II multicentrique (transgène) - 20 patientes ayant une V. I. N. 3 (classique) - Vaccin : virus recombinant : MVA E 6 E 7 IL 2-11 ont reçu 5 x 10.5 PFU 9 ont reçu le placebo 3 injections S. C. (J 0 J 8 J 15) - Observation 6 mois - Pas de différence dans les deux groupes - (vaccin efficace dans 50 % des cas de CIN 2-3 à la dose 10.6 PFU)

134 Vaccination thérapeutique (2) - KENTER G. G. N. Engl. J. Med ; 361 : Essai de phase II uni centrique - 20 patientes évaluables ayant une V. I. N. classique à H. P. V Vaccin : 9 peptides synthétiques E 6 et 4 peptides E 7-3 à 4 injections S. C. à des intervalles de 3 semaines - Observation 1 an - 79 % de réponses cliniques 47 % de réponse complètes - 1 évolution vers le cancer micro-invasif - 3 évolutions vers le cancer invasif

135 L efficacité du vaccin thérapeutique demande à être confirmé pour qu il devienne le traitement des V. I. N. classiques Actuellement, il convient de lui associer l Imiquimod (immuno modulateur) (35 % de réponse complète Van Seters 2008) (KENTER G. G.)

136 Vaccination prophylactique - Vaccin quadrilavent (GARDASIL) données à 3 ans d une analyse combinée de 3 études efficacité : 100 % sur V. I. N. (2-3) classiques Joura et al. Lancet 2007 ; 369 : données de fin d étude efficacité : 100 % sur V. I. N. (2-3) classiques Kjaer et al. Cancer Prev. Res ; 2 :

137 Merci de votre attention!

Les condylomes acuminés

Les condylomes acuminés Les condylomes acuminés Epidémiologie Les condylomes acuminés (appelés aussi papillomes, végétations vénériennes ou plus communément crêtes de coq) sont secondaires à une affection virale par le Human

Plus en détail

Pathologies vulvaires. Dermatoses à localisation vulvaire. Lichénification. Lichénification. Lichen scléreux vulvaire. Lichen scléreux vulvaire (LSV)

Pathologies vulvaires. Dermatoses à localisation vulvaire. Lichénification. Lichénification. Lichen scléreux vulvaire. Lichen scléreux vulvaire (LSV) Pathologies vulvaires Dr F Caquant Dermatoses à localisation vulvaire Lichénification Lichénification Hyperplasie épithéliale bénigne Aspect quadrillé pachydermique Grisâtre ou rosé Ttt = Dermocorticoïdes

Plus en détail

CARCINOME BASO CELLULAIRE

CARCINOME BASO CELLULAIRE CARCINOMES CARCINOME BASO CELLULAIRE Développé au dépend des kératinocytes En France :70 cas/100 000 hab/an.facteur causal= exposition solaire+++, 85% surviennent sur des zones photoexposées Ne métastase

Plus en détail

Hors AMM, la prescription

Hors AMM, la prescription VIN classique et imiquimod RÉSUMÉ : De nombreuses études de bonne qualité attestent de l efficacité de l imiquimod pour traiter les VIN classiques. La chirurgie, quant à elle, garde toute sa place pour

Plus en détail

Item 149 : Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : tumeurs à papillomavirus humain (HPV)

Item 149 : Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : tumeurs à papillomavirus humain (HPV) Item 149 : Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : tumeurs à papillomavirus humain (HPV) Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

Item 149 Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : tumeurs à papillomavirus humain (HPV)

Item 149 Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : tumeurs à papillomavirus humain (HPV) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A144 A149 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 10 : Cancérologie, oncohématologie Item 149 Tumeurs

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses IST Pathologies très fréquentes Etiologies multiples (bactéries, virus, parasites, levures) Complications

Plus en détail

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV)

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié.

Plus en détail

Pathologie de l appareil génital féminin. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie de l appareil génital féminin. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie de l appareil génital féminin Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Anatomie Voies génitales: Vagin Col, et corps utérin Cavite utérine, Endométre

Plus en détail

La dysplasie cervicale

La dysplasie cervicale La dysplasie cervicale Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez consulter

Plus en détail

Tumeurs à papillomavirus humains (HPV)

Tumeurs à papillomavirus humains (HPV) Examen National Classant Module transdisciplinaire 10 : Cancérologie, oncohématologie Tumeurs à papillomavirus humains (HPV) Item n o 149 : Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques MISE A JOUR Objectifs

Plus en détail

Référentiels de prise en charge des cancers. en région Centre. Cancers de la vulve

Référentiels de prise en charge des cancers. en région Centre. Cancers de la vulve Référentiels de prise en charge des cancers en région Centre Cancers de la vulve 2010 Référentiels OncoCentre : cancers de la vulve réunion du 15 octobre 2010 1 Groupe de travail Responsables du groupe

Plus en détail

Les candidoses vulvovaginales

Les candidoses vulvovaginales Les lésions dermatologiques de la vulve RÉSUMÉ : Les principales causes de prurit diffus sont les candidoses chez la femme jeune et le lichen scléreux chez la femme plus âgée. Peuvent également être en

Plus en détail

Virus du papillome humain (VPH)

Virus du papillome humain (VPH) Virus du papillome humain (VPH) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXIII publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

Infections à Papillomavirus

Infections à Papillomavirus CBP Infections à Papillomavirus 1.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE ANNE.GOFFARD@UNIV-LILLE2.FR 2012 Table des matières Objectifs

Plus en détail

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite)

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) UE Revêtement Cutané (2010-2011) Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) Pr. Béatrice Vergier (service de pathologie, CHU Bordeaux) Lésions

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

Vaccination contre les HPV

Vaccination contre les HPV Vaccination contre les HPV *Pr Hélène Peigue-Lafeuille Laboratoire de Virologie, CHU Clermont-Fd CNR Enterovirus- parechovirus, Laboratoire associé EA4843 Université d Auvergne Clermont1 *Haut Conseil

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

LE TEST DE PAP. Pour comprendre vos résultats

LE TEST DE PAP. Pour comprendre vos résultats LE TEST DE PAP Pour comprendre vos résultats Le Programme manitobain de dépistage du cancer du col utérin dépend de Santé Manitoba et est géré par Action Cancer Manitoba Qu est-ce qu un test de Pap? Il

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Orientation diagnostique devant une ulcération ou érosion des muqueuses orales et génitales (343) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie

Plus en détail

Rappel épidémiologique. Approche d une patiente avec plainte vulvo-vaginale. Questions clés:

Rappel épidémiologique. Approche d une patiente avec plainte vulvo-vaginale. Questions clés: Approche d une patiente avec plainte vulvo-vaginale Kramer Marie-Claire et Delessert Katalin médecine communautaire Vlastos Anne-Thérèse et Beier Barbara gynécologie et obstétrique Rappel épidémiologique

Plus en détail

Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes. voies aérodigestives supérieures

Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes. voies aérodigestives supérieures Item 295 (ex item 145) Tumeurs de la cavité buccale, nasosinusiennes et du cavum, et des voies aérodigestives supérieures Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Types

Plus en détail

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Examen National Classant Module transdisciplinaire 10 : Cancérologie, oncohématologie Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Tumeurs à papillomavirus humains (HPV) R. LAURENT (Besançon), J. MEYNADIER

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL Pr A GAINANT (octobre 2003) I -RAPPEL ANATOMIQUE DU CANAL ANAL II - FISSURE DE L'ANUS C'est une ulcération anale. A - Etiopathogénie

Plus en détail

Tuméfactions vulvo-vaginales bénignes de l enfant

Tuméfactions vulvo-vaginales bénignes de l enfant Tuméfactions vulvo-vaginales bénignes de l enfant 2014 Pr Merrot Remerciements au Pr Dodat pour son iconographie Du séminaire du collège hospitalo-universitaire d orange 2005 étiologies variées examen

Plus en détail

Surveillance des cols traités

Surveillance des cols traités Surveillance des cols traités Collège de Gynécologie de Normandie 12 mai 2007 Dr Juan BERROCAL Clinique Europe ROUEN Biologie de l HPV La connaissance de la biologie de l HPV nous a permis d énormes progrès

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Papillomavirus Humains HPV

Papillomavirus Humains HPV U.F.R Médecine L3 Année 2014 / 2015 U.E. Agents Infectieux Papillomavirus Humains HPV Pr. Astrid Vabret Laboratoire de Virologie, CHU Caen EA4655 U2RM Université Basse-Normandie Centre National de référence

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN?

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? M. Courtade-Saïdi, L. Collin, J. Aziza UF d Histologie-Cytologie - Service d Anatomie Pathologique et Histologie-Cytologie

Plus en détail

VIH à Abidjan de «Cotrimo CI» à «Temprano»

VIH à Abidjan de «Cotrimo CI» à «Temprano» Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique Dépistage La prise en des charge cancers précoce du col de par inspection l adultevisuelle infecté par selon le le VIH statut : VIH

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 mai 2005 (JO du 9 août 2005) ALDARA 5 %, crème Boîte de 12 sachets de

Plus en détail

PAPILLOMAVIRUS CLINIQUE DEFINITION INDICATION DE LA RECHERCHE

PAPILLOMAVIRUS CLINIQUE DEFINITION INDICATION DE LA RECHERCHE PAPILLOMAVIRUS DEFINITION Les Papillomavirus (HPV : human papillomavirus) appartiennent à la famille des papillomaviridae, agents responsables de lésions cutanéomuqueuses chez l homme mais aussi chez de

Plus en détail

papillome humain) VPH(virus Le virus du papillome humain: la plus répandue des infections transmissibles sexuellement

papillome humain) VPH(virus Le virus du papillome humain: la plus répandue des infections transmissibles sexuellement du VPH(virus papillome humain) Le virus du papillome humain: la plus répandue des infections transmissibles sexuellement Table des matières Un message du D r André B. Lalonde, vice-président administratif

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Verrues tableaux cliniques et traitement

Verrues tableaux cliniques et traitement CABINET Verrues tableaux cliniques et traitement Partie 1 Markus Streit Dermatologie, Kantonsspital Aarau Quintessence Le terme «verrue» désigne des altérations hyperplasiques au niveau de la peau et des

Plus en détail

Lésions séreuses de l ovaire M A S T E R C L A S S 25 F O R P A T H M F D E H O U, G J A C O M E N 2 1 0 3 2 0 1 3

Lésions séreuses de l ovaire M A S T E R C L A S S 25 F O R P A T H M F D E H O U, G J A C O M E N 2 1 0 3 2 0 1 3 Lésions séreuses de l ovaire M A S T E R C L A S S 25 F O R P A T H M F D E H O U, G J A C O M E N 2 1 0 3 2 0 1 3 Classification OMS des tumeurs ovariennes Tumeurs épithéliales (90%) Tumeurs séreuses

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Cancers de la cavité buccale LES CANCERS DE LA CAVITE BUCCALE : ASPECTS GENERAUX Données épidémiologiques : Les carcinomes de la cavité buccale représentent environ 20% des cancers des VADS. Ce sont dans

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

Bulletin traitement. Le VPH et le VIH. Fondation des personnes de Toronto atteintes du sida

Bulletin traitement. Le VPH et le VIH. Fondation des personnes de Toronto atteintes du sida Fondation des personnes de Toronto atteintes du sida Bulletin traitement Le VPH et le VIH Juin 2010 Avis aux lecteurs Le programme de ressources et de traitements de la Fondation PWA offre des ressources

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

Les dermatoses génitales: Au-delà des infections. Dre Geneviève Thérien Dermatologue CHU de Québec Vendredi le 3 octobre 2014

Les dermatoses génitales: Au-delà des infections. Dre Geneviève Thérien Dermatologue CHU de Québec Vendredi le 3 octobre 2014 Les dermatoses génitales: Au-delà des infections Dre Geneviève Thérien Dermatologue CHU de Québec Vendredi le 3 octobre 2014 Conflits d intérêts Aucun en lien avec cette conférence J ai été consultante

Plus en détail

Papillomavirus. Virus. Données cliniques et épidémiologiques

Papillomavirus. Virus. Données cliniques et épidémiologiques Papillomavirus Les infections par les papillomavirus humains (HPV) sont parmi les plus fréquentes des infections sexuellement transmises (IST). Elles sont souvent inapparentes et transitoires. Les génotypes

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Herpès simplex et zoster pour le praticien

Herpès simplex et zoster pour le praticien Patient de 26 ans Herpès simplex et zoster pour le praticien Premier épisode de «bouton de fièvre» Consulte en pharmacie Pas d amélioration des symptômes après 5 jours malgré l application d une crème

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Nathalie Quiles Tsimaratos Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Les formes cliniques cutanées En plaques : dermatose érythématosquameuse

Plus en détail

PATHOLOGIES DE LA PEAU CHEZ. Joëlle OTZ

PATHOLOGIES DE LA PEAU CHEZ. Joëlle OTZ PATHOLOGIES DE LA PEAU CHEZ Joëlle OTZ SOMMAIRE Introduction Examen dermatologique Cas cliniques INTRODUCTION médecine générale est telle que seules les plus fréquente seront traitées dans ce diaporama

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Congrès de la SFO Mai 2011 M. Le Loir (Brest), E. Mancel (Nouméa), L.W. Hirst (Brisbane) Dysplasie

Plus en détail

Dysplasie et surveillance endoscopique dans les MICI. E Boueyre Cours de DES 4/03/2011

Dysplasie et surveillance endoscopique dans les MICI. E Boueyre Cours de DES 4/03/2011 Dysplasie et surveillance endoscopique dans les MICI E Boueyre Cours de DES 4/03/2011 Plan Épidémiologie Surveillance endoscopique Pourquoi? Lésions recherchées Rythme de surveillance Comment surveiller:

Plus en détail

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY

Tumeur du sein. Présentée par Eliane EL KHOURY Tumeur du sein Présentée par Eliane EL KHOURY Histoire Femme de 59 ans. Il y a 6 ans: apparition d une masse au niveau du QIE du sein droit, de 2x2 cm. Depuis quelques mois: augmentation rapide de la taille

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS 3 L endomicroscopie confocale est une nouvelle technique d endoscopie diagnostique, faisant partie des

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

Mélanomes vulvaires et vaginaux

Mélanomes vulvaires et vaginaux Mélanomes vulvaires et vaginaux Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

DÉFINITION OBJECTIFS. Information délivrée le : Cachet du Médecin : Au bénéfice de : Nom : Prénom :

DÉFINITION OBJECTIFS. Information délivrée le : Cachet du Médecin : Au bénéfice de : Nom : Prénom : Version 2 mise à jour nov 2011 Information délivrée le : Cachet du Médecin : Au bénéfice de : Nom : Prénom : Cette fiche d information a été conçue sous l égide de la Société Française de Chirurgie Plastique

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Module M1.2. Pathologie gynécologique

Module M1.2. Pathologie gynécologique Module M1.2 Pathologie gynécologique Introduction - Vue d ensemble Dr Maryse Fiche Institut Universitaire de Pathologie Lausanne Les objectifs d apprentissage traités dans les cours de gynécopathologie

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

PAPILLOMAVIRUS - HPV. et Cancer ORL. JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie

PAPILLOMAVIRUS - HPV. et Cancer ORL. JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie PAPILLOMAVIRUS - HPV et Cancer ORL JC Nicolas Université Pierre et Marie Curie PAPILLOMAVIRUS DNA en minichromosome Virus nus, résistants Cancérigènes chez l animal Et, pour certains génotypes chez l homme

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

I. Dermatite (ou eczéma)

I. Dermatite (ou eczéma) I. Dermatite (ou eczéma) 1. Dermatite atopique Définition : lésion chronique prurigineuse. Epidémiologie : forte prédisposition génétique souvent associée à l asthme ou la rhinite petite enfance dans 60

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

L HYSTEROSCOPIE DIAGNOSTIQUE EST-ELLE INCONTOURNABLE?

L HYSTEROSCOPIE DIAGNOSTIQUE EST-ELLE INCONTOURNABLE? Actualités sur les explorations diagnostiques de l utérus Hôpital André Mignot, 5 mars 2009 L HYSTEROSCOPIE DIAGNOSTIQUE EST-ELLE INCONTOURNABLE? Arnaud LE TOHIC Praticien Hospitalier Service de Gynécologie

Plus en détail

La maladie Qu est-ce que la pemphigoïde bulleuse? Combien de personnes sont atteintes de la maladie?

La maladie Qu est-ce que la pemphigoïde bulleuse? Combien de personnes sont atteintes de la maladie? PEMPHIGOÏDE BULLEUSE FICHE D'INFORMATION AUX PATIENPEMPHIGOIDE BULLEUSE Deuxième fiche d information pour les malades PREMIERE FICHE D'INFORMATION AUX PATIENTS Les fiches d'informations ont été rédigées

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail