A MARTIN,C BARBIER,F DOMENGIE,M NAOURI,JP COTTIER,D HERBRETEAU. Service de Neuroradiologie CHU de TOURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A MARTIN,C BARBIER,F DOMENGIE,M NAOURI,JP COTTIER,D HERBRETEAU. Service de Neuroradiologie CHU de TOURS"

Transcription

1 Les anomalies vasculaires superficielles Intérêt de la classification dans la prise en charge radiologique et thérapeutique A MARTIN,C BARBIER,F DOMENGIE,M NAOURI,JP COTTIER,D HERBRETEAU. Service de Neuroradiologie CHU de TOURS

2 Fonctionnement du Cd-ROM: Principaux boutons d action Permet d accéder directement au tableau des anomalies vasculaires. Il suffit de cliquer ensuite directement sur l anomalie choisie pour s y rapporter. Résumé conduites à tenir Permet d accéder au Résumé des conduites a tenir Introduction Permet d accéder à l introduction Permet un retour au début des grands chapitres «Tumeurs vasculaires» ou «malformations vasculaires» Permet un retour au début du chapitre de l anomalie vasculaire étudiée Permet d accéder à un complément d information Permet un retour rapide au début du diaporama Au début de chaque chapitre,il est possible d accéder directement à certaines anomalies vasculaires en cliquant dessus. On peut également visionner l ensemble du diaporama en passant à la diapositive suivante.

3 Les anomalies vasculaires superficielles Intérêt de la classification dans la prise en charge radiologique et thérapeutique Introduction ti Résumé conduites à tenir

4 Introduction Anciennement appelées «angiomes» Classification de l ISSVA (International Society for the study of Vascular Anomalies) en 1996 Différenciation des anomalies vasculaires selon leurs caractéristiques - hémodynamiques - cliniques - histologiques - biologiques 2 groupes: les tumeurs vasculaires les malformations vasculaires Isolées, certaines familiales Rares syndromes complexes

5 Cette classification propose pour chaque groupe Une stratégie d exploration Une démarche thérapeutique Le diagnostic reste clinique dans 90%!!!

6 Les anomalies vasculaires superficielles Tumeur vasculaire Malformation vasculaire Hémangiome Autres Flux rapide Flux lent RICH NICH KMP MAV FAV Malformation Malformation Malformation Capillaire Veineuse Lymphatique Artériel Veineux Lymphatique Capillaire Malformations complexes Quitter

7 Les tumeurs vasculaires Les hémangiomes infantiles Autres tumeurs vasculaires Quitter

8 HEMANGIOME INFANTILE

9 L hémangiome Infantile (Hi) =Hémangiome immature Tumeur vasculaire bénigne la plus fréquente -10% des nourrissons, 30% des prématurés -3 à 6 / 1 surtout dans les formes graves Histologie -Prolifération cellulaire endothéliale réalisant une masse cellulaire s alimentant et se drainant par des néocanaux vasculaires. - Les cellules endothéliales expriment des protéïnes GLUT1 (retrouvées dans des cellules endothéliales placentaires) -Ces protéines sont absentes dans les hémangiomes congénitaux ainsi que dans les malformations vasculaires

10 Evolution Apparition après quelques jours ou quelques semaines de vie Parfois lésions cutanées prémonitoires (macule rosée ou naevus anémique) Terme «immature» car potentiel évolutif triphasique stéréotypé eme eme - Croissance rapide(entre 2 et le 8 mois) - Stabilisation - Involution lente (2 à 12 ans) Régression totale dans 80% des cas Séquelles possibles: aspect de peau brûlée ou lâche, de résidu fibro adipeux, cicatrices blanchâtres, de télangiectasies

11 3 formes cliniques: -Tubéreuse (superficielle): «angiome fraise» Tache rouge,saillante, surface irrégulière et bords nets. - Sous cutanée (touchant le derme profond): Tuméfaction ferme, élastique,chaude mais non battante soulevant une peau saine légèrement bleutée ou rosée. -Mixte (75%): réunit les deux aspects. La partie tubéreuse se développe et régresse en premier. La partie profonde apparaît quelques mois plus tard en débordant la première d un halo bleuté

12 Forme tubéreuse Forme sous cutanée. Forme mixte

13 Unique, les formes multiples sont plus rares, souvent associées à des localisations viscérales ( l hémangiomatose cutanée miliaire disséminée++) < 3 cm en général Localisation préférentielle : cervico-faciale (60%) Diagnostics différentiels -Naevus -Angiome en touffe -Malformations vasculaires

14 Les complications Rares Dépendent du type et de la localisation de l hémangiome Fonction du type -Nécrose++ uniquement si composante tubéreuse Spontanée ou d origine iatrogène -Ulcération (douloureuse), Surinfection et Saignement (pouvant engager le pronostic vital) sont secondaires à la nécrose. - Séquelles ( cicatrice inesthétique..)

15 Nécrose

16 Fonction de la localisation -Orbito-palpébrale : amblyopie par réduction de la fente palpébrale, astigmatisme par compression du globe oculaire ou infiltration du cône orbitaire et des muscles oculomoteurs (diplopie) -Centro-faciale : ulcérations mutilantes du cartilage alaire «cyrano» -Labiale : trouble de la succion -Auriculaire : otites, troubles auditifs -Cervico-maxillo-mentonniermentonnier : risque respiratoire car associée dans 60% des cas à un HI laryngé L hémangiome cutané géant (cervico facial+++) et viscérale (en particulier hépatique) peuvent entraîner une insuffisance cardiaque par détournement sanguin important.

17 Hémangiome cyrano Hémangiome Labial

18 Hémangiome orbito-palpébrale Hémangiome segmentaire du visage Hémangiome cervico-maxillo-mentonier hémangiome laryngé associé

19 Examens complémentaires Diagnostic CLINIQUE+++++ Seulement si doute diagnostique (MAV?) ou bilan d extension de certaines localisations ( orbito- palpébrale, profonde en particulier laryngée) Écho-doppler couleur: masse solide tissulaire d échogénécité variable et hypervascularisée (flux artériel et veineux) avec résistances basses. IRM++ : masse bien circonscrite, en isosignal T1,hypersignal T2 hétérogène, prise de contraste intense. Absences de signaux linéaires au sein de la masse en T1 = vaisseaux circulant rapidement.

20 Anomalies structurales associées Le syndrome PHACES Exceptionnel!!!!! Posterior fossa malformations Hémangioma cervico-facial Arterial anomalies Cardiac anomalies Eyes anomalies Sternal and abdominal medial lines anomalies Le «PELVIS-SACRALSACRAL» syndrome Perineal hemangioma Spinal dysraphism External genitalia malformations Anogenital anomalities Lipomyelomeningocele Cutaneous anomalities Vesicorenal abnormalities Renal and urologic anomalities Imperforate anus anomalities Angioma of Lumbosacral localization Skin tag

21 Professeur L Guibaud (Lyon) Hémangiome V1 dans le cadre dun d un syndrome PHACES Hypoplasie cérébelleuse unilatérale Anomalie vermienne Ne pas confondre avec un angiome plan et un syndrome de Sturge Weber

22 Traitement Régression spontanée sans séquelles 70 à 80% Abstention thérapeutique ++ Hémangiome de petite taille, siège non dangereux et peu exposé aux regards

23 Abstention thérapeutique ++

24 Indication traitement hémangiome -Pronostic fonctionnel 1/1000 -Pronostic vital 1/10000 Occlusion palpébrale(risque cécité) Dyspnée laryngée(angiome sous glottique) Taille volumineuse(déformant visage, insuffisance cardiaque) Ulcération(douleurs,cicatrices)

25 Traitement médical+++ -Nécrose :Antibiotique (local ou per os),antalgique +/- Laser Chirurgie -les β bloquants bloquants (propranolol)++++ Stoppent la croissance et favorisent l affaissement de l hémangiome quasi immédiatement En première intention ti dans les HI complexes Débuté le plus tôt possible: 2mg/kg/j sous surveillance cardio-pédiatrique Effets indésirables:hypotension,bradycardie,bronchospasme,hypoglycémie -Corticothérapie précoce (3 mois) Per os (2mg/kg) pendant 1 à 2 mois, décroissance progressive sur 3 à 4 mois Réponse variable : 1/3 bons,1/3 mauvais répondeurs -l interféron,la vincristine : pour les formes cortico-résistantes -Réparatrice des séquelles -Précoce si pronostic fonctionnel grave: «cyrano»,, palpébrale, labiale forme psychologique invalidante (avant scolarisation) Embolisation : Rare (angiomes hépatiques,formes graves avec retentissement cardiaque)

26 Traitement par corticoides Chirurgie réparatrice des séquelles

27 Autres Tumeurs vasculaires infantiles -Hémangiomes congénitaux (RICH,NICH) -Angiome en touffes -Hémangio-endothéliome kaposiforme -Place du Syndrome de Kasabach-Merrit

28 Hémangiomes congénitaux Présents dès la naissance Pas de croissance postnatale GLUT1 négatif 2 types d évolutions -RICH (Rapidly Involuting Congénital Hemangioma) régression en 6 à 14 mois abstention thérapeutique,rarement chirurgie -NICH (Non Involuting Congenital Hemangioma) Absence d involution +/-Chirurgie

29 Présentation clinique: -Possible dépistage anténatal -Souvent unique - Aspect variable++++ :masse arrondie ou ovale, pale ou rosée (télangiectasies+),possible halo blanc périphérique avec parfois une cicatrice ou une zone de nécrose centrale. -Localisations électives :Membres (près d une articulation) -Risque hémorragique++ Tête (pourtour oreille++, scalp ) RICH: +/- biopsie pour écarter une tumeur congénitale maligne

30 RICH NICH

31 Angiomes en touffes Rares++ Acquis ++(< 5 ans) ou congénitaux Évolution chronique et lentement progressive Association possible a un syndrome de Kasabach-Merritt Cliniquement : soit plaques rouges infiltrées soit tumeur violacée et saillante Histologie :dispersion dans le derme de petites touffes capillaires cernées par un vaisseau en croissant à lumière vide. Histologie Pas de traitement spécifique

32 L hémangioendothéliome Kaposiforme Rare+++ Peut être d apparition tardive et persister indéfiniment Même spectre tumoral que l Hémangiome en touffes proche cliniquement et histologiquement Association fréquente à un syndrome de Kasabach-Merritt++++

33 Le syndrome de Kasabach-Merritt (ou syndrome tumoral infantile) Rare ++ Association - Transformation inflammatoire d une tumeur vasculaire préexistante (hémangiome en touffes ou hémangioendothéliome kaposiforme) - Thrombopénie majeure - Coagulopathie de consommation : CIVD (DDimeres élevés, fibrinogène bas) Hétérogénéité des réponses thérapeutiques++

34 Les malformations vasculaires Capillaires Veineuses Lymphatiques Artério-veineuses Complexes Quitter

35 Les malformations capillaires Les angiomes plans Les télangiectasies Malformation vasculaire mature Hémodynamiquement inactive Pas de régression au cours de la vie

36 L angiome plan «tache de vin» la plus fréquente Histologie : -dilatation et aspect tortueux des capillaires dermiques -nombre de capillaires normal ou augmenté Diagnostic CLINIQUE+++ -présent dès la naissance -lésion cutanée rouge intense,froide,non battante et qui pâlira dans les premiers mois. -croissance proportionnelle à la croissance du tégument atteint médiofrontale «baiser de l ange» - pas de régression++ sauf forme cervicale «morsure de cigogne»

37 Angiome plan cervical «morsure de cigogne» Angiome plan médio frontal «baiser de l ange»

38 Angiome plan du menton Angiome plan de la fesse Angiome plan temporal (territoire V1 partiel)

39 Evolution parfois vers des formes hypertrophiques (face++) la peau et les structures sous jacentes (muscles,cartilages,os) Asymétrie du visage dans la forme maxillaire Troubles de l articulé lé dentaire Diagnostic différentiel -pseudo angiome plan (chaud,battant,soufflant) = -hémangiome (chaud,battant,soufflant) = MAV écho doppler au moindre doute.

40 Forme hypertrophique Nodules violacés

41 Traitement Formes inesthétiques, avec retentissement psychologique (visage+++) Le laser à colorant pulsé -Examen de référence (ANAES 1998) -Résultats satisfaisants mais imprévisibles -1/3 bons répondeurs -1/3 répondeurs moyens -1/3 échecs (angiome( pale,étendu,medio Weber) angiome pale,étendu,medio-facial transfixiant, syndrome de Strurge -Résistant après échec de deux séances -Récidives dans 10 % des cas - Complications : hyperpigmentation, l achromie,cicatrices atrophiques ou hypertrophiques

42 A B Malformation capillaire (angiome plan) du cou avant (a) et après (b) traitement par laser à colorant pulsé.

43 Les Télangiectasies Dilatations permanentes de capillaires dermiques superficiels Acquises (Exemple :insuffisance hépato-cellulaire) ou congénitales congénitales (maladie de Rendu-Osler) Forme élémentaire : l angiome stellaire Composante hyperkératosique : l angiokératome Traitement: laser pulsé à colorant ou laser Nd-Yag,Sclérothérapie si echec Angiome stellaire Angiokératome.

44 Syndrome avec anomalies capillaires Syndrome de Sturge Weber-Krabbe Syndrome de Klippel et Trenaunay Maladie de Rendu Osler Syndrome de Cobb Syndrome de Protée Syndrome de Servelle Martorell Ataxie télangiectasie (syndrome de Louis-Bar).

45 Les malformations veineuses Malformations hémodynamiquement inactives à faible débit

46 Présentes dès la naissance S aggravent progressivement au long de la vie Histologie : Veines anormales Veines anormales (parois dépourvues de cellules musculaires lisses «alpha actines positives») formant un réseau vasculaire à parois fines(aspect en éponge),venant disséquer les tissus normaux environnants. Clinique : Masse bleutée (selon sa pronfondeur) o,de consistance sta ce molle,froide,non o o pulsatile: -peau en regard normale (possibles nodules correspondant à des phlébolithes) -gonfle en position déclive, à l effort,manœuvre de valsalva -vidée lors de manœuvre de compression ou élévation d un membre

47 Répartition ubiquitaire Fréquente à l étage létage cervico-céphalique céphalique -Temporo-masséterine+++ avec possible extension jugale,au plancher buccal, à la région pharyngo-laryngée (troubles respiratoires,déglutition) ou orbitaire -labiale,jugale (possible trouble de l articulé dentaire) et linguale Extension en superficie non corrélée à l extension en profondeur

48 MV linguale MV labiale MV scrotale MV thoracique

49 Malformation Veineuse cervico-céphalique.

50 A B a) Malformation veineuse temporo-massétérine droite. b) Hypersignal franc des poches veineuses en T2 fat-sat caractéristique en IRM.

51 Les complications LES THROMBOSES -Conséquence d une consommation intra-vasculaire localisée -Responsables de crises douloureuses -Stigmates: Phlébolithes (visibles aux RX) LES HEMATOMES -Plus rares,secondaires à une CIVD La distension veineuse implique un préjudice esthétique fonctionnel psychologique

52 Examens complémentaires biologique Bilan de coagulation fibrinogène PDF radiologique Positif Extension Écho-doppler IRM++ IRM++ TDM (retentissement osseux) Panoramique dentaire Phlébographie: Volume exact de la malformation Premier temps du traitement

53 Echo-doppler -Formation hypoéchogène multicloisonnée compressible possibles phlébolithes flux veineux Pas de flux artériel!!! élimine MAV IRM séquences T1 T2+++ T1 gado T2+++ (fat sat ) Masse polylobée -iso T1 -hypersignal T2 intense++ (+/ -septa en hyposignal -phlébolithe (T1 variable,hypo T2) -réhaussement modéré (+/- homogène) pas de rehaussement dans la malformation lymphatique macrokystique (principal diagnostic différentiel)

54 Séquence IRM en pondération T2 Masse polylobée en hypersignal T2 intense -Septa en hyposignal -Phlébolithes en hyposignal

55 Malformation veineuse musculaire avec atteinte articulaire IRM: hypersignal des poches veineuses du cul-de-sac sous quadricipital marquant l atteinte synoviale

56 Traitement Indications thérapeutiques larges -Car retentissement fonctionnel, esthétique et psychologique -Faire accepter un handicap le moins lourd possible -Traitement dès l enfance, itératif avec un choix thérapeutique pris au cours d une consultation multidisciplinaire

57 Localisation cervico -céphalique Sclérothérapie+++ But : restituer une fonction et une symétrie du visage 1. Petite taille: Sclérose par Aetoxisclérol(polidocanol) 2. Intermédiaire : Préparation orthodontique Ethibloc++,Aetoxisclérol pour assécher et délimiter l exérèse si chirurgie esthétique 3. Volumineuse ou : Sclérose par Ethibloc,alcool coo absolu ou collage des poches (cyanoacrylate) avec embolisation artérielle avant geste chirurgical 4. Formes aero-digestives : sclérose par Ethibloc sous contrôle endoscopique précédée d une trachéotomie (car gonflement des poches post embolisation)

58 Malformation veineuse cervico-faciale Aspect post thérapeutique Opacification par ponction directe des poches veineuses (après accentuation de la stase locale par compression) avant injection d un matériel sclérosant.

59 Localisations périphériques 1. Localisées -cutanées, sous cutanées, musculaires (slcérose par Aetoxisclérol) (slcérose par Ethibloc, -osseuses (ciment, Ethibloc) -articulaires (intra synoviale) : sclérose, chirurgie Diffuses traitement partiel, améliorer le handicap 2. Diffuses -contention veineuse++++ -sclérose alcool, chirurgie

60 Malformation veineuse musculaire de la jambe IRM et angiographie

61 a b Malformation veineuse de la jambe (a) Infiltration musculaire visible à l IRM en hypersignal T2 (b)

62 Malformation veineuse diffuse

63 Les malformations lymphatiques Malformations hémodynamiquement inactives à faible débit

64 Vaisseaux lymphatiques anormaux + kystes de morphologie variable Congénitales (parfois diagnostiquées en anténatal) Présentes à la naissance ou dans la première enfance Révélées par un épisode hémorragique ou infectieux Rares cas de régression spontanée Taille définitive à la puberté 3formes -Microkystiques -Macrokystiques -Mixtes infectieux (ORL++et dentaire)

65 Les MLK microkystiques (tissulaires) - Épaississement cutané ou muqueux surmonté de vésicules translucides ou noirâtres. Extension en profondeur et infiltration des structures adjacentes (os,muscles..) -Partie proximale des membres et la face (langue++) -Episodes inflammatoires, infectieux ou hémorragiques Les MLK macrokystiques (anciennement lymphangiome kystique) - Les plus fréquentes (90%) - Masses indolores rénitentes,compressibles n augmentant pas en position déclive et évoluant par poussée lors d épisodes infectieux et inflammatoires i - Région cervico-céphaliquecéphalique et creux axillaires Les MLK mixtes - Région cervico-faciale

66 Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de mémoire pour ouvrir l'image ou l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut-être supprimer l'image avant de la réinsérer. Forme micro kystique Forme macro kystique Forme mixte

67 Complications Douleurs provoquées par les épisodes inflammatoires, infectieux et par les hémorragies intra kystiques Selon la localisation de la MLK (par compression++) -Risque de détresse respiratoire ( volumineuse MLK cervicale bilatérale ou à extension médiastinale ) -Déformation du massif facial (macroglossie, infiltration osseuse) -Troubles oculaires ( par occlusion palpébrale)

68 Diagnostic positif L échographie doppler Lésion multiloculée anéchogène à cloisons d épaisseur variable La lésion devient échogène en cas de complication surinfection,transformation hémorragique La forme micro kystique présente un aspect de masse solide hétérogène Pas de flux vasculaire au doppler++++ Echo doppler :forme macro kystique cervicale

69 TDM et IRM++ (examen clef pour le diagnostic positif et le bilan d extension) -séquences T2 fat sat+++ - Kystes non compliqués : hyposignal T1, Hypersignal T2 - Cloisons en hyposignal sur les différentes séquences se réhaussant après injection (à la différence des kystes) - Saignement intrakystique : hypersignal T1 avec niveau liquide- liquide évocateur. Toujours plus étendues que l examen clinique surtout dans les formes cervicales et axillaires avec extension médiastinale

70 T2 T1 gado Malformation lymphatique macrokystique temporale gauche Axial T1 fat sat gado

71 Malformation lymphatique macrokystique cervico-thoracique

72 Traitement MLK macro kystique. k ti bon pronostic si peu de kystes Sclérose percutanée à l ETHIBLOC++++ -geste renouvelable -après étude cytologique : Liquide des kystes riche en lymphocytes++ Différentiation avec une tumeur kystique bénigne (tératome, kyste branchial..) -après kystographie (étude du volume,des connections et de la morphologie du kyste injecté) -réaction inflammatoire secondaire (antalgiques et AINS) suivie d une fibrose qui collabe les poches kystiques PAS DE CHIRURGIE PREMIERE (complications fréquentes )

73 Malformation lymphatique macrokystique cervico-faciale a b b A) IRM : hypersignal des macrokystes lymphatiques en séquence T2 B) Traitement par sclérothérapie percutanée : opacification préthérapeutique par ponction directe des macrokystes et injection de sclérosant

74 Les MLK microkystiques (moins bon pronostic++) -Chirurgie difficile (complications fréquentes: récidive précoce, mauvaise cicatrisation,fuite lymphatique ) -Poussées inflammatoires des micro kystes : antibiotiques, AINS -Localisations buccales : cautérisation au laser Nd:YAG Les MLK mixtes Association sclérose des kystes, chirurgie. Dans tous les cas préventions des épisodes infectieux!!!! hygiène bucco-dentaire et des pieds++

75 Les malformations et fistules artério-veineuses

76 Les plus dangereuses car hémodynamiquement actives Potentiel évolutif majeur et imprévisible +++ actives (à haut débit) Trois catégories - La fistule artério-veineuse Congénitale ou post traumatique,un seul ou large shunt entre artères et veines - La fistule artériolo-veineuse Plusieurs artérioles se jetant dans une poche veineuse commune - La malformation artério-veineuse Nidus avec de multiples shunts (fistules artériolo-veinulaires)

77 Fistule artério-veineuse Fistule artériolo-veineuse MAV avec un Nidus. Fistules artériolo-veinulaires

78 Territoires cutanés ubiquitaires, sans prédominance de sexe Évolution naturelle en 4 étapes (ISSVA) Stade I : Phase de dormance La lésion ressemble à un angiome plan ou un hémangiome (source fréquente d erreurs diagnostiques) Stade II : Phase extensive Masse extensive rouge,chaude,battante (thrill à la palpation, souffle à l auscultation) Veines de drainage en surface Stade III : Phase de destruction Complications tissulaires(osseuses éventuellement) ischémie,ulcération,nécrose et hémorragie Stade IV : Décompensation cardiaque (shunts importants)

79 MAV du nez en phase de dormance MAV frontale

80 MAV de l oreille : Risque d hypertrophie du pavillon Troubles trophiques Otites externes

81 MAV centro-faciale phase de dormance Poussée évolutive de la MAV:nécrose surinfectée

82 MAV de l avant bras et de la main Veines de drainage en surface

83 Facteurs accélérant l évolution péjorative - Traumatismes répétés :Sportifs ou professionnels - Facteurs hormonaux :grossesse, puberté, oestro-progestatifs - Facteurs iatrogènes : Embolisation ou chirurgie incomplète, laser Retrouvés seulement dans 20% des cas

84 Complications Fonction de la localisation - Distales périphériques : -troubles trophiques -pseudo syndrome de Kaposi -allongement du membre et atteinte osseuse -Proximales :troubles trophiques, atteintes osseuses,retentissement cardiaque - Osseuses mandibulaires i et malaires : -hémorragies spontanées ou lors d avulsions dentaires - Oreille : hypertrophie du pavillon, troubles trophiques, otites externes -Nez : hémorragies, nécroses

85 Bilan initial: apprécier l évolutivité Echographie doppler pulsé (première intention) -Confirme C l existence it des fistules fitl artério-veineuses téi i -Précise les artères afférentes et le drainage veineux -Permet la surveillance ( débit artériel proximal comparatif avec le côté sain ) un débit qui augmente du côté atteint témoigne d une lésion évolutive L artériographie ++ (avec cathétérisme sélectif des artères) Etudie l angioarchitecture t de la MAV -Artères nourricières dilatées, souvent sinueuses -Nidus ++, différents shunts -Drainage veineux explosif (par une ou plusieurs veines de drainage)

86 TDM et IRM++ - Taille du nidus, extension régionale en profondeur - Rapports aux tissus adjacents et retentissement tissulaire Débimétrie cardiaque -Etudiée dans les MAV géantes Bilan plus complet si systématisation Syndrome complexe? Photographies régulières pour suivre l évolution++++

87 MAV Règles de traitement -Ne jamais toucher une malformation quiescente -Prudence avec les traitements hormonaux -Interdiction des pratiques sportives ou professionnelles exposant à des traumatismes violents ou à des micro-traumatismes répétés Risque majeur d évolutivité -Traitement si certitude d être curatif Risque de récidive non contrôlable FAV -En première intention : traitement radiovasculaire même en phase quiescente

88 Il est important de différencier une FAV d une MAV -La FAV : guérie par un traitement bien conduit -La MAV : traitement plus complexe,d évolution capricieuse et imprévisible La forme artériolo-veineuse a un potentiel évolutif comparable à celui de la FAV.

89 Prise en charge thérapeutique Multidisciplinaire (psychologique et thérapeutique) Suppression ou évitement des facteurs déclenchants Stade I : Abstention thérapeutique ++ Stade II : Embolisation sélective du nidus soit par voie artérielle (Ethibloc, coils) soit par ponction directe des shunts +/- chirurgie complémentaire Stade III et IV : Embolisation sélective (réduction de la zone de shunt ) Chirurgie d exérèse large et complète emportant le nidus et toute la région hypervascularisée Couverture par lambeau, expandeur sous cutané Embolisation exclusive = formes graves inopérables MAV évolutive = Traitement obligatoire

90 Ligature chirurgicale et embolisation proximale!! MAV des extrémités = Traitement souvent contre-indiqué risque important d amputation secondaire une embolisation limitée est envisageable en cas de troubles trophiques

91 Post embolisation Cathétérisme hyperselectif et embolisation de l artère digitale d une MAV distale

92 Les malformations complexes -Soit un type de vaisseau++ -Soit combinées Elles sont systématisées ou disséminées Artériel Veineux Lymphatique Capillaire

93 Systématisées Territoire précis Région Diffuses Disséminées Cervico-encéphalique: encéphalique: Tronc: Sturge-Weber-Krabbe Bonnet Dechaume Blanc Cobb Membres: Klippel-Trenaunay Parkes Weber Maladie de Rendu-Osler Bean (blue rubber bleb nevus) Plus rares Angiomatose osseuse ostéolytique Maffucci Plus rares Glomangiomatose de Bailey Protée Gorham-Stout.

94 Syndrome de Sturge Weber-Krabbe (angiomatose encéphalo-trigéminée) Association homolatérale -Angiome plan du territoire i V1 -Anomalie vasculaire leptoméningée Evolution vers l hémiatrophie cérébrale homolatérale et calcifications cérébroméningées Clinique : Epilepsie,hémiparésie - hémiplégie controlatérale, retard et détérioration psychomotrice -Anomalies vasculaires ophtalmologiques glaucome++, décollement rétinien (angiome choroïdien), cécité, exophtalmie Groupe d angiome à haut risque de SWK Territoire V1 total Atteintes t V1 bilatérales++++ l surveillance clinique, ophtalmologique et radiologique V1 Atteinte de V2 et /ou V3 isolée risque de lésions profondes=0

95 b) C) Syndrome Sturge Weber a) a) angiome plan de territoire V1,V2 b,c) angiome pial avec atrophie cérébrale homolatérale à l angiome plan.

96 Syndrome de Bonnet Dechaume Blanc ou de Wyburn Mason Angiomatose facio-rétino-mésencéphalique MAV cutanée centrofaciale parfois hémifaciale présente dès la naissance s aggravant avec le temps. Extension vers l orbite, la rétine, les voies optiques, le thalamus,la fosse postérieure. La symptomatologie d appel : superficielle (oculaire) profonde (neurologique)

97 Syndrome de Cobb Angiomatose cutanéo-vertébro vertébro-méningo-médullairemédullaire Associe -Malformation Vasculaire médullaire ou périmédullaire vertébrale paraspinale intramusculaire -Malformation vasculaire cutanée ( type angiome plan ++> MAV) Dans le même métamère!!! Localisation thoracique préférentielle (suit un espace intercostal) Complications neurologiques possibles dès l enfance

98 Syndrome de COBB ANGIOME PLAN thoraco-cervico-facial étendu au membre supérieur MAV périmédullaire.

99 Syndrome de Klippel Trenaunay La plus fréquente des angio ostéodystrophies Associe : Gigantisme d un membre ( membre inférieur +++) Malformation vasculaire combinée complexe L ostéodystrophie osseuse :croissance asymétrique, au pronostic fonctionnel grave. épiphysiodèse chirurgicale vers ans

100 Les angiodysplasies sont à flux lent!! -capillaires :racine du membre en nappe ou éparpillées -lymphatiques :vésicules translucides parsemées +lymphoedème. -veineuses : particulières, résultant d anomalies embryonnaires hypoplasie ou aplasie de la veine fémorale superficielle ou poplitée trajets aberrants dilatation ou sténose de gros troncs veineux persistance d une veine marginale externe variqueuse Exploration du drainage veineux profond et superficiel +++ Thromboses veineuses superficielles,profondes (embolie pulmonaire rare) et de troubles trophiques distaux

101 Les explorations simples sont privilégiées écho-doppler, angio-tdm, angio-irm++ Prise en charge aussi conservatrice que possible -Contention élastique++++ -Allongement trop important d un membre Blocage de la croissance: épiphysiodèse vers 12 ans Talonnette compensatrice provisoirement -Peser l indication du traitement des éléments veineux dysplasiques Sclérothérapie et/ou chirurgie Risque d évolutivité secondaire

102 Syndrome de Klippel Trenaunay

103 Syndrome de Parkes Weber Angiodysplasie artério-veineuse (MAV) + gigantisme monomélique Un membre en général ( parfois segmentaire ) L ostéodystrophie :moins constante que dans le Klippel-Trenaunay Gravité : Allongement d un membre Développement des shunts artério-veineux risque de complications superficielles et retentissement cardiaque prise en charge pluridisciplinaire++

104 Maladie de rendu Osler Télangiectasie héréditaire hémorragique Phacomatose familiale transmission autosomique dominante parfois sporadique Télangiectasies ( apparition à l adolescence++ ) Localisation cutanée ( face et mains ++) muqueuse nasale, labiale, buccale et digestive épistaxis, hématémèse ou de méléna récidivants s aggravant avec le temps

105 Malformations artério-veineuses : Gravité++ pulmonaires, cérébrales, médullaires,digestives ou urologiques -Poumon (30%): Fistules artério-veineuses shunt droite-gauche (perte du filtre bactérien pulmonaire) embols septiques (abcès cérébral) ou cruoriques -Cerveau (10%): Anévrysmes et MAV crises convulsives, AIT, hémorragie cérébrale

106 Télangiectasies faciales,de la main et de la muqueuse nasale (épistaxis) dans un syndrome de Rendu Osler

107 FAV pulmonaire avant et après embolisation. Anévrysmes intracrâniens embolisés

108 Syndrome de Bean ou blue Rubber bleb nevus Polydysplasie l veineuse, sporadique Masses bleutées,saillantes, en «tétines» disséminées sur l ensemble des téguments et augmentant avec l age Localisation viscérale : Digestive ++++ Source d hémorragie dominant le pronostic

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 1. Définition Les angiomes sont des tumeurs très fréquentes. La définition de TOURAINE rend parfaitement compte de la complexité

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? as n 1 e jeune homme présente ces papules et ces plaques verruqueuses linéaires sur son corps. Il s agit du syndrome du nævus épidermique. 2. Quelles sont les manifestations

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY Rhinologie Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY APPAREIL NASAL : pyramide nasale + fosses nasales! Pyramide nasale: Squelette osteocartilagineux os propres du nez, cartilages triangulaires et alaires)!

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

Aline Salmeron Année 2011-2012. Les Lymphangiomes. Lymph- : préfixe d origine grecque indiquant une relation avec la lymphe.

Aline Salmeron Année 2011-2012. Les Lymphangiomes. Lymph- : préfixe d origine grecque indiquant une relation avec la lymphe. Aline Salmeron Année 2011-2012 Celine Masson 4 ème Pédiatrie Les Lymphangiomes Lymph- : préfixe d origine grecque indiquant une relation avec la lymphe. Angiomes : tumeur circonscrite formée par une agglomération

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1 INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Qu est-ce que la rétinopathie diabétique? On appelle rétinopathie diabétique les lésions du fond d œil causées par le diabète. En effet, l excès de sucre dans

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Centre des Malformations Vasculaires. Petit Pierre et la tache mystérieuse. Collection / Petit Pierre et Pauline

Centre des Malformations Vasculaires. Petit Pierre et la tache mystérieuse. Collection / Petit Pierre et Pauline Centre des Malformations Vasculaires Petit Pierre et la tache mystérieuse Collection / Petit Pierre et Pauline Index INDEX Édito 1 Chers parents et patients 2 Qu est-ce qu un angiome 3 Le diagnostique

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM C.Hafsa, A.Zrig, S.Jerbi Omezzine, S.Kriaa, M.Zbidi, M.Golli, R.Brahem, M.Said, A.Gannouni. SERVICE D IMAGERIE MEDICALE CHU FATTOUMA BOURGUIBA MONASTIR-TUNISIE

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

"Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine

Le nez bouché Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine "Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine Radio anatomie Normale Les sinus frontaux : à partir de 4 ans Taille adulte vers 16-20 ans Agénésie ou

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

L es fistules artérioveineuses durales (FAVD) ou fistules. Les fistules artérioveineuses durales intracrâniennes

L es fistules artérioveineuses durales (FAVD) ou fistules. Les fistules artérioveineuses durales intracrâniennes Les fistules artérioveineuses durales intracrâniennes Intracranial dural arteriovenous fistulas E. Houdart* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S Communications artérioveineuses siégeant dans l épaisseur

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Tumeurs rares. Classifications diverses: histologie, microscopie, macroscopie, immunohistochimie, radiologie. Tumeurs et lésions kystiques. 1/ Kystes

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES FR É D É R I C SA U V E U R S A R FAT I Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ancien Chef de Clinique à l Hôpital Saint-Louis Fellow of the Endoscopic Plastic Surgery Center Baltimore U.S.A. C H I R U R

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS OEIL ET DIABÈTE S POMMIER Sve Pr RIDINGS Ref: Pr Philippe Gain, Dr Gilles Thuret RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1- Généralités dans les pays à haut niveau de vie, d une des principales causes de cécité légale

Plus en détail

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DES BRECHES OSTEODURALES PRIMAIRES

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DES BRECHES OSTEODURALES PRIMAIRES DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DES BRECHES OSTEODURALES PRIMAIRES I. ELHAJJEM*, E. MENIF*, E. BEN YOUSSEF *, H. MIZOUNI *, O. AZAIZ*, M. BEN MASSOUD*, I. TURKI*, S. SAHTOUT**, GH. BESBES** * Service d Imagerie

Plus en détail

Lava avant injection. Lava C2 Lava tardives

Lava avant injection. Lava C2 Lava tardives Homme de 48 ans. Cirrhose secondaire à une hépatite B. Augmentation de l αfp et nodule à l échographie. Que pensez vous des images nodulaires spléniques observées chez ce patient T2 Lava avant injection

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS Transverse : ORL NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS I/- Les traitements locaux sinusiens. Le nettoyage des fosses nasales : Il est nécessaire avant toute administration locale de médicaments (aérosol, gouttes,

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne)

Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne) Séance de bibliographie du 03/12/2012 Emmanuel MERCELAT ( Interne) Rappel Nomination commune des dents: 32 dents au total chez l adulte Depuis la ligne médiane: 2 incisives 1canine 2 prémolaires 3 molaires

Plus en détail

PRISE EN CHARGE : Le point de vue du chirurgien orthopédiste Dr Nicolas CELLIER Service de chirurgie orthopédique et traumatologique Pr Asencio CHU Carémeau - Nîmes 27 septembre 2012 - Nîmes Indispensable

Plus en détail

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par le présent site web! Un merci spécial à FatimZahra! Erythème

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX Anatomie de la pyramide nasale Types morphologique du nez I/- INTRODUCTION : Les fosses nasales ou nez représentent le segment initial des voies respiratoires. Il

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

DEFINITION OBJECTIFS PRINCIPES

DEFINITION OBJECTIFS PRINCIPES Cette fiche d'information est un document remis aux patients avant une intervention chirurgicale. Les chirurgiens sont aujourd'hui tenus à fournir une information objective et compréhensible sur les risques

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Ulcère de Buruli : guide de poche à l intention des agents de santé communautaires

Ulcère de Buruli : guide de poche à l intention des agents de santé communautaires Ulcère de Buruli : guide de poche à l intention des agents de santé communautaires 1 L ulcère de Buruli est une maladie causée par un microbe qui affecte la peau mais peut aussi parfois toucher les os.

Plus en détail

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones d Angéiologie 8 Janvier 2010 Historique 1550 Falloppio

Plus en détail

INSTITUT FRANÇAIS DE CHIRURGIE DU NEZ ET DES SINUS

INSTITUT FRANÇAIS DE CHIRURGIE DU NEZ ET DES SINUS INFORMATIONS MEDICALES AVANT LA REALISATION D UNE RHINOPLASTIE ESTHETIQUE Définition Le terme de "rhinoplastie" désigne la chirurgie plastique et esthétique du nez. L'intervention se propose de modifier

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

LIFTING ( Source SOFCPRE www.plasticiens.org )

LIFTING ( Source SOFCPRE www.plasticiens.org ) LIFTING ( Source SOFCPRE www.plasticiens.org ) 1 LIFTING Cette fiche d'information a été conçue sous l égide de la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique (SOFCPRE) comme

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité :

Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : DERMATOLOGIE ET VENEROLOGIE ADC - Acte de chirurgie BAFA005 1 (I, O) BAFA006 1 0 Exérèse non transfixiante de lésions multiples

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

HEMANGIOME INFANTILE. Dr Christine Labrèze OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Unité de Dermatologie Pédiatrique Hôpital Pellegrin, CHU.

HEMANGIOME INFANTILE. Dr Christine Labrèze OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Unité de Dermatologie Pédiatrique Hôpital Pellegrin, CHU. HEMANGIOME Cours 5 INFANTILE Dr Christine Labrèze Unité de Dermatologie Pédiatrique Hôpital Pellegrin, CHU OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES Connaitre l histoire naturelle de l hémangiome infantile Savoir quels hémangiomes

Plus en détail

DENTS ET SINUS MAXILLAIRE

DENTS ET SINUS MAXILLAIRE DENTS ET SINUS MAXILLAIRE Introduction Il existe des pathologies sinusiennes d'origine dentaire et inversement. Les sinus n'existent pas chez l'enfant, ils ne se pneumatisent qu à partir du moment où les

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou partie

La cataracte est l opacification de tout ou partie cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

La maladie de Takayasu

La maladie de Takayasu La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Takayasu. Elle ne se substitue

Plus en détail

Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des hépatomégalies PCEM2 Résumé : La principale tumeur maligne du foie est

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Tumeurs de la base du crâne. Emmanuelle Uro-Coste CHU Rangueil, Toulouse

Tumeurs de la base du crâne. Emmanuelle Uro-Coste CHU Rangueil, Toulouse Tumeurs de la base du crâne Emmanuelle Uro-Coste CHU Rangueil, Toulouse La nuisance des voisins du dessus malfaçons du gros oeuvre 1 Dysgénèse Encephalomeningocele Gliome nasal (très mauvais terme) masse

Plus en détail

GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES. 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée

GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES. 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée L Assureur paie le pourcentage indiqué ci-après du montant d assurance et selon les conditions

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

Orthodontie chirurgicale chez l adulte : Le pouvoir rajeunissant des mâchoires bien alignées

Orthodontie chirurgicale chez l adulte : Le pouvoir rajeunissant des mâchoires bien alignées Syndicat des Spécialistes Français en Orthopédie Dento Faciale COMMUNIQUE DE PRESSE Le 31 mai 2012 Orthodontie chirurgicale chez l adulte : Le pouvoir rajeunissant des mâchoires bien alignées Des lèvres

Plus en détail

ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005)

ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005) ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005) PLAN : - Lieux d exercice. - Rappel des notions essentielles à connaître en NeuroAnesthésie. - Rôle IADE. - Cas particulier de l enfant. LIEUX D EXERCICE.

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail