DOCTORAT EN MEDECINE. BOCCARA David Jacob Né le 16 Juin 1979 à Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCTORAT EN MEDECINE. BOCCARA David Jacob Né le 16 Juin 1979 à Paris"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS 7- DENIS DIDEROT FACULTE DE MEDECINE Année 2008 n THESE Pour le DOCTORAT EN MEDECINE (Diplôme d état) Par BOCCARA David Jacob Né le 16 Juin 1979 à Paris Présentée et soutenue publiquement le 14 octobre 2008 EVALUATION CLINIQUE, PHOTOGRAPHIQUE, ET EVOLUTIVE DE LA PROFONDEUR DES BRULURES : A PROPOS DE 1002 CAS Président : Professeur Maurice MIMOUN Directeur : Docteur Marc CHAOUAT DES DE CHIRURGIE GENERALE - 1 -

2 EVALUATION CLINIQUE, PHOTOGRAPHIQUE, ET EVOLUTIVE DE LA PROFONDEUR DES BRULURES : A PROPOS DE 1002 CAS - 2 -

3 TU1.UT TUPREMIERE TU!UT TULes TU!UT TULes TU!UT TULes TU!UT TULes SOMMAIRE TUINTRODUCTIONUT PARTIE GENERALITE SUR LES BRULURESUT TU1.1.UT TUEPIDEMIOLOGIE DES BRULURES EN FRANCEUT TU1.2.UT TULA PEAU HUMAINEUT TU1.2.1.UT TUFonctions de la peauut TU1.2.2.UT TUHistologie de la peauut TU UT TUL épidermeut kératinocytesut cellules immunitairesut mélanocytesut cellules de MerkelUT TU UT TULa jonction dermo-épidermiqueut TU UT TULe dermeut TU UT TULes annexes cutanéesut TU UT TUL hypodermeut TU UT TULa vascularisation cutanéeut TU UT TUL innervation cutanéeut TU1.3.UT TUHISTOPATHOLOGIE DE LA BRULUREUT TU1.3.1.UT TULe degré de profondeurut TU UT TULe premier degréut TU UT TULe deuxième degréut TU UT TULe troisième degréut TU1.3.2.UT TUL âgeut TU1.3.3.UT TULes lésions associéesut TU1.3.4.UT TULes scores et indices de gravitéut TU UT TUIndice de BAUXUT TU UT TUScore UBSUT TU1.3.5.UT TUDifférents types de brûluresut TU UT TUBrûlures thermiquesut TU UT TUBrûlures chimiquesut TU UT TUBrûlures électriquesut TU UT TUBrûlures par radiationsut TU1.4.UT TUPROFONDEUR DES BRÛLURES ET NOUVELLES TECHNOLOGIESUT TU1.4.1.UT TULa vidéomicroscopieut TU1.4.2.UT TULe laser doppler perfusionut TU1.4.3.UT TULe laser doppler imagingut TU1.5.UT TUPRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUEUT TU1.5.1.UT TUCicatrisation dirigéeut TU1.5.2.UT TUCicatrisation assistéeut TU UT TUDétersion conventionnelle.ut TU UT TUL excision chirurgicaleut TU UT TULes greffes de peauut

4 TU2.UT TUDEUXIEME PARTIE : EVALUATION CLINIQUE ET PHOTOGRAPHIQUE DE LA PROFONDEUR DES BRULURESUT TU2.1.UT TUEVALUATION CLINIQUE DE LA PROFONDEUR DES BRÛLURES.UT TU2.1.1.UT TUMatérielUT TU2.1.2.UT TUMéthodologieUT TU2.1.3.UT TURésultatsUT TU UT TUEpidémiologieUT TU UT TUEtiologie des brûluresut TU UT TUSurface brûléeut TU UT TUDécèsUT TU UT TUAttitude thérapeutiqueut TU UT TUEvaluation de la profondeurut TU UT TUProfondeur des brûluresut TU UT TUCicatrisation et hospitalisationut TU2.2.UT TUEVALUATION PHOTOGRAPHIQUE DE LA PROFONDEUR DES BRULURESUT-- 83 TU2.2.1.UT TUMatérielUT TU2.2.2.UT TUMéthodeUT TU2.2.3.UT TURésultatsUT TU2.3.UT TUAPPROFONDISSEMENT DES BRÛLURES.UT TU2.3.1.UT TUDescriptionUT TUDISCUSSIONUT TUCONCLUSIONUT TUBIBLIOGRAPHIEUT

5 UGraphiques et photographies TUFigure 1 : Représentation des différentes couches de la peauut...12 TUFigure 2 : Histologie de la peauut...15 TUFigure 3 : Coupe épidermiqueut...16 TUFigure 4: Couches épidermiques.ut...19 TUFigure 5 : Annexes cutanéesut...25 TUFigure 6 : Vascularisation cutanéeut...28 TUFigure 7 : Innervation de la peauut...32 TUFigure 8 : Profondeur des brûluresut...37 TUFigure 9 : Laser Doppler ImagingUT...50 TUFigure 10 : Brûlure thoracique chez un enfant visualisée au Laser Doppler Imaging.UT.50 TUFigure 11 : Répartition hommes / femmes sur 1002 patients.ut...64 TUFigure 12 : Répartition de l âge des patientsut...64 TUFigure 13 : Age moyen lors de l accidentut...65 TUFigure 14 : Principales étiologies des brûluresut...66 TUFigure 15 : Indication posée à l arrivée du patientut...68 TUFigure 16 : Prise en charge finale des 1002 patientsut...69 TUFigure 17 : Type de prise en charge finale pour les 1002 patientsut...70 TUFigure 18 : Evaluation clinique de la profondeur des bruluresut...71 TUFigure 19 : Evaluation clinique de la profondeur des brulures du deuxième degré superficielut...72 TUFigure 20 : Evaluation clinique de la profondeur des brulures du deuxième degré intermédiaireut...72 TUFigure 21 : Evaluation clinique de la profondeur des brulures du deuxième degré intermédiaire légerut...73 TUFigure 22 : Evaluation clinique de la profondeur des brulures du deuxième degré intermédiaire profondut...73 TUFigure 23 : Evaluation clinique de la profondeur des brulures du troisième degréut...74 TUFigure 24 : Répartition des brûlures en fonction de leur profondeurut...76 TUFigure 25 : Photo d une patiente de 30 ans victime d une brûlure par flammeut...79 TUFigure 26 : Photo d une Patiente de 37 ans victime d une brûlure par flammeut...80 TUFigure 27 : Photo d une Patiente de 38 ans victime de brûlure par flammeut...81 TUFigure 28 : Photo d un patient de 36 ans victime d une brûlure par ciment.ut...82 TUFigure 29 : Evaluation photographique des 911 patientsut...85 TUFigure 30 : Qualité d évaluation de la profondeur des bruluresut...86 TUFigure 31 : Analyse des erreurs d évaluation des photographiesut...87 TUFigure 32 : Evaluation photographique de la profondeur des brulures du deuxième degré superficielut...87 TUFigure 33 : Evaluation photographique des brulures du deuxième degré intermédiaire (365 cas)ut...88 TUFigure 34 : Evaluation photographique de la profondeur des brulures du troisième degréut...89 TUFigure 35 : ApprofondissementUT...92 TUFigure 36 : Photo d une patiente d une soixantaine d annéeut...93 TUFigure 37 : Conditions de prise optimale de photographie numériqueut

6 INTRODUCTION Une brûlure entraîne une destruction partielle ou totale de la peau. La capacité à cicatriser spontanément dépend de la préservation du capital de cellules épidermiques germinatives situées au dessus de la membrane basale et dans les annexes épidermiques. Si cette préservation est totale, la cicatrisation est rapide et sans cicatrice, si elle est partielle la cicatrisation est possible mais plus lente et avec plus ou moins de séquelles. Si, au contraire, toutes les cellules germinatives sont détruites, aucune cicatrisation spontanée n est possible. Ainsi la profondeur de la brûlure conditionne les possibilités de cicatrisation spontanée ou l obligation de remplacer la peau par une greffe. Elle conditionne également le préjudice esthétique et fonctionnel et constitue un élément majeur du pronostic vital chez les grands brûlés. Le diagnostic fiable, le plus précoce possible, du caractère profond ou superficiel d une brûlure permet d adapter au mieux le traitement et améliore ainsi la prise en charge. Faire un diagnostic de profondeur vise à répondre à cette question : La brûlure doit elle être traitée par des pansements ou par une greffe? Si la réponse est parfois aisée, notamment dans les brûlures très superficielles ou très profondes, c est dans les cas intermédiaires que le diagnostic de profondeur peut être beaucoup plus difficile avec des risques d erreur

7 Dans certains cas, malgré un examen clinique minutieux, on ne peut répondre d emblée à cette question. Il faut alors attendre quelques jours avant de prendre une décision. L objectif de cette thèse était d apprécier la fiabilité de notre évaluation initiale de la profondeur des brûlures. Nous avons réalisé une étude rétrospective portant sur l évaluation de la profondeur des brûlures, sur l ensemble des patients brûlés hospitalisés entre janvier 2002 et mars 2008 à l hôpital Rothschild et Saint-Antoine. Cette étude rétrospective comprenait deux parties: Dans la première partie, nous avons évalué la fiabilité du diagnostic clinique de brûlure profonde ou superficielle, dans les 24 premières heures qui suivent l accident en les comparants à l évolution réelle de la brûlure. La deuxième partie rapporte l évaluation sur les photographies numériques initiales, de la profondeur des brûlures chez les mêmes patients. Ces évaluations ont été confrontées à l évaluation clinique initiale et également à l évolution réelle des brûlures. Nous avons par la suite décrit une méthode de standardisation de la photographie numérique afin d améliorer sa fiabilité. Par la confrontation des données cliniques et photographiques, nous avons tenté de différencier, dans les cas où le diagnostic initial était une brûlure superficielle et qui s est avérée être profonde, les authentiques erreurs de diagnostics initiaux et les approfondissements de la brûlure

8 I - GENERALITES SUR LES BRULURES - 8 -

9 1. PREMIERE PARTIE GENERALITE SUR LES BRULURES 1.1. EPIDEMIOLOGIE DES BRULURES EN FRANCE Il est difficile de recenser le nombre exact de brûlures. En effet, dans de très nombreux cas et principalement pour des brûlures superficielles, les patients ne consultent pas en cas d accident. On a pu recenser environ patients qui ont consulté en 2007 sur l ensemble du territoire français dont ont nécessité une hospitalisation parmi lesquels 3500 en centre spécialisé. L étiologie de ces brûlures était un accident domestique pour patients et un accident du travail ou de la voie publique pour patients. La prédominance masculine était assez nette, elle représentait environ deux tiers des patients hospitalisés. L âge moyen lors de l accident était d environ 35 ans. Les principales causes de brûlures observées dans les différents centres étaient les brûlures thermiques, par flamme dans environ 50% des cas et par liquide dans 20% des cas. Les brûlures électriques et chimiques représentaient 15 à 20% des cas et sont souvent profondes. Parmi les patients brûlés, 1000 patients n ont pas survécu de leurs brûlures. Chez les patients jeunes (moins de 30 ans), elle représente la deuxième cause de décès

10 Les données PMSI d île de France nous renseignent sur le type de brûlure et l âge des patients hospitalisés. Parmi les patients de plus de 15 ans hospitalisés, on constate 39% de cas de brûlures chirurgicales (brûlures non étendues avec greffe cutanée ou autre intervention chirurgicale), 10% de brûlures étendues, et 51% de brûlures non étendues non chirurgicales (Tableau 1). Tableau 1 : Répartition des séjours d hospitalisation selon les types de brûlures de l adulte en Ile de France Type de brûlures % Brûlures non étendues avec greffe cutanée (GHM 22C02Z) 32% Brûlures non étendues avec parage de plaie ou autre intervention chirurgicale (GHM 22C03Z) Brûlures étendues (GHM 22Z02Z) 10% Brûlures non étendues non chirurgicales (GHM 22M02Z) 51% TOTAL IDF 100% 7% La tranche d âge la plus représentée est les [25-49 ans], avec 50% des patients. Les plus de 64 ans représentent 17% des brûlures de l adulte (Tableau 2)

11 Tableau 2 : Classes d âge des brûlés en séjours d hospitalisation complète (Données PMSI 2005) Classe d âge Nombre de séjours % 16 à 24 ans 86 15% 25 à 49 ans % 50 à 64 ans % Plus de 64 ans 97 17% TOTAL IDF % Concernant les brûlures des enfants (<15 ans), le classement des séjours selon le type de brûlures montrait une majorité de brûlures non étendues non chirurgicales (62%). Les brûlures étendues sont plus rares que chez l adulte (3%) (Tableau 3). Tableau 3 : Répartition des types de brûlures de l enfant de 0 à 15 ans (Données PMSI 2005) Type de brûlures % Brûlures non étendues avec greffe cutanée (GHM 22C02Z) 29% Brûlures non étendues avec parage de plaie ou autre intervention chirurgicale (GHM 22C03Z) Brûlures étendues (GHM 22Z02Z) 3% Brûlures non étendues non chirurgicales (GHM 22M02Z) 62% TOTAL IDF 100% 6%

12 1.2. LA PEAU HUMAINE Figure 1 : Représentation des différentes couches de la peau

13 Fonctions de la peau La peau est un organe essentiel au bon fonctionnement de l organisme. Représentant un peu plus de 6% du poids du corps, soit environ 4 kilogrammes, elle assure de nombreuses fonctions. Sa surface moyenne est 2 estimée à 1,7mP P. Le revêtement cutané enveloppe le corps humain et constitue ainsi la première protection de l organisme contre les agressions de l environnement, mais aussi l interface sociale avec le monde extérieur.! Elle constitue un rempart mécanique. Du fait de son élasticité et de sa solidité, elle protège le corps et amortie les chocs des divers traumatismes, sans limiter les mouvements.! Elle protège contre les microorganismes infectieux par : - L imperméabilité de la couche cornée - Le renouvellement cellulaire qui permet l élimination des différents agents - L action d un film hydrolipidique acide sécrété par l ensemble des glandes cutanées qui limitent leur fixation - La présence de microorganismes saprophytes - Les cellules de Langherans, qui ont une importante action immunitaire

14 ! La peau protège également contre le rayonnement solaire par : - Les mélanocytes qui sécrètent de la mélanine - La couche cornée qui s épaissie sous l action des UV - Les poils et les cheveux qui arrêtent les UV! Elle participe à la régulation générale de l organisme par : - Sa participation à l homéostasie en limitant les fuites hydro électrolytiques - La thermorégulation passive (graisse de l hypoderme, couche cornée, et sébum). - La thermorégulation active par le système sympathique et parasympathique qui régule la sudation et la vasomotricité. - La synthèse de vitamine D! Elle a un rôle important dans la perception de l environnement, par la sensibilité épicritique (tact) et protopathique (douleur et chaleur).! Enfin, son aspect, son élasticité, sa texture, et sa couleur conditionnent l apparence sociale et esthétique de chacun. Son altération peut ainsi avoir un retentissement fonctionnel majeur mais aussi social, psychologique et affectif

15 Histologie de la peau La peau est constituée de 3 couches principales : L épiderme, épithélium d épaisseur variable, qui repose sur un tissu conjonctif, le derme, et l hypoderme, couche conjonctivo-adipeuse. 1- PORE DE TRANSPIRATION 2- JONCTION DERMO-EPIDERMIQUE (PAPILLE DERMIQUE) 3- TERMINAISON NERVEUSE (TOUCHER) 4- EPIDERME 5- DERME 6- HYPODERME 7- VEINE 8- ARTERE 9 - POIL 10- CORNEE Figure 2 : Histologie de la peau Légendes 11- COUCHE PIGMENTEE 12- KERATINOCYTES 13- MELANOCYTES 14- MUSCLE ERECTEUR DU POIL 15- GLANDE SEBACEE 16- FOLICULE PILEUX 17- BULBE 18- NERF 19- SYSTEME LYMPHATIQUE ET VASCULAIRE 20- GLANDE SUDORIPARE ECCRINE 21- CORPUSCULE DE PACINI

16 UL épiderme D origine ectoblastique, l épiderme est composé à 95% de kératinocytes. Ces cellules s unissent entre elles pour former un épithélium pavimenteux, stratifié, et kératinisé. D autres cellules d origine embryonnaire différente, les mélanocytes, des cellules à fonction immunitaire, et les cellules de Merckel participent également à la constitution des cinq couches de l épiderme. Son épaisseur varie de 60 à 100 micromètres. L épiderme est séparé du derme par la membrane basale. Figure 3 : Coupe épidermique

17 ! ULes kératinocytes Les kératinocytes constituent la majorité des cellules de l épiderme. Issues de la couche basale, compartiment germinatif, elles suivent un programme de différenciation puis d apoptose et d élimination de la profondeur vers la surface. Elles produisent en abondance des protéines filamentaires du cytosquelette appelées tonofilaments, et se transforment progressivement en cellules cornées. L épiderme se renouvelle en moyenne tous les 28 jours, temps nécessaires aux kératinocytes pour se différencier et migrer à travers les 5 couches constituant l épiderme: - La couche basale (stratum germinatum), est la plus profonde. Directement en contact avec la membrane basale, elle ne comporte qu une assise cellulaire de kératinocytes cylindriques unies les unes aux autres par des desmosomes et à la membrane basale par des hémidesmosomes. Elle est l unique couche de régénération cellulaire. - La couche de Malpighi ou à cellules à épines (stratum spinosum) est faite de plusieurs couches cellulaires qui se détachent de la membrane basale, acquérant alors la capacité à synthétiser de la kératine. Cette kératine permet de rigidifier les cellules et de les rendre imperméables. On retrouve 2 types d assises cellulaires, polyédriques (profondeur) et aplaties (superficie). Les épines correspondent à l aspect histologique

18 de la convergence des tonofilaments et des desmosomes, dont le rôle est essentiel dans le maintien de la cohésion cellulaire. - La couche granuleuse (stratum granulosum) est formée de trois à cinq assises de cellules aplaties à noyaux pycnotiques, extrêmement basophiles du fait de la présence de grains de kératohyaline dans le cytoplasme. - La couche claire (stratum lucidum, muqueuse, transitoire) est constituée de cellules aplaties, éosinophiles et anuclées. Elle est uniquement présente dans les épidermes épais, palmaires et plantaires. - La couche cornée (stratum corneum) est composée de plusieurs assises cellulaires aplaties, kératinisées et anuclées. Leur cytoplasme est occupé par des fibres de kératines enrobées d une substance amorphe qui renferme une protéine ultrarésistante: l involutine. Cette protéine confère sa rigidité et sa résistance à la couche cornée dont l ensemble des cellules est morte. En surface des cornéocytes sont éliminés de façon ordonnée, ce processus est appelé desquamation. La couche cornée un écran étanche limitant les pertes d eau par évaporation

19 Figure 4: Couches épidermiques.! ULes cellules immunitaires - Les cellules de Grandstein : Elles interagissent avec les lymphocytes T suppresseurs et résistent bien aux ultraviolets

20 - Les cellules dendritiques : Assez proches des «Naturals Killers» et d origine médullaire, elles sont capables de détruire des cellules cibles en l absence d anticorps et d immunisation préalable. - Les cellules de Langerhans : Originaires de la moelle osseuse, elles représentent 3 à 5% des cellules épidermiques. Elles renferment des inclusions cytoplasmiques caractéristiques, les granules de Birbeck. Leur membrane plasmique possède comme les monocytes et les macrophages, des récepteurs pour le fragment Fc des immunoglobulines et pour le fragment C3b du complément. Elles sont impliquées dans l induction de l hypersensibilité de contact et le rejet des greffes cutanées car elles sont porteuses à leur surface des antigènes de la classe II du complexe majeur d histocompatibilité. Les rayons ultraviolets annulent l action de ces cellules.! ULes mélanocytes Les mélanocytes sont des cellules issues de la crête neurale. Ils sont localisés dès la fin de leur migration dans la couche basale et la couche des cellules à épines. Ils sont dénués de tout desmosome et tonofilament. Leur cytoplasme contient de nombreux mélanosomes et vésicules qui permettent la synthèse de mélanine, responsable de la coloration cutanée

21 ! ULes cellules de Merkel Les cellules de Merkel ont un rôle essentiel dans la transmission des différents stimuli au contact de la peau. Elles sont associées aux corpuscules de Meissner, de Pacini, de Ruffini, et à des terminaisons libres, dont le rôle est de transmettre toutes les informations sensorielles sous forme de signal électrique. Les cellules de Merkel répondent à de très faibles pressions et permettent de ressentir le moindre contact. Leur densité varie selon la localisation (très nombreuses au niveau des pulpes des doigts par exemple) ULa jonction dermo-épidermique L épiderme repose entièrement sur une membrane basale, dont on distingue trois zones différentes au microscope électronique : la zone sous basale, la lamina densa, et la lamina lucida. Celle ci peut être lisse ou sinueuse selon les localisations. Lorsqu elle est sinueuse, le derme émet des expansions vers l épiderme appelées papilles dermiques (d où le nom de derme papillaire), séparées par des expansions de l épiderme vers le derme appelés bourgeons ou crêtes inter-papillaires

22 ULe derme D origine mésoblastique, il est essentiellement constitué de fibres et de fibroblastes. C est dans le derme que se trouvent les filets nerveux et les vaisseaux cutanés. L épiderme est ainsi nourri par imbibition à partir des vaisseaux du derme, dont il est séparé par la membrane basale. Il contient également les annexes cutanées, des corpuscules sensoriels et des cellules libres (histiocytes, lymphocytes ). Les cellules dermiques sont séparées les unes des autres par un tissu conjonctif fait de trois familles de macromolécules : les protéines fibreuses (collagène et élastine), les mucopolysaccharides, et les glycoprotéines de structure. Ces macromolécules, responsables de l ensemble des propriétés biomécaniques du derme, sont dégradées et synthétisées en permanence par les fibroblastes. On distingue deux zones dermiques :! La couche papillaire, superficielle, est riche en cellules et capillaires sanguins qui assurent la nutrition de l épiderme.! La couche réticulaire, profonde, est pauvre en cellules. Elle est composée de faisceaux de fibres collagènes et de fibres élastiques. Son rôle principal est d absorber et de répondre aux contraintes mécaniques sur la peau

23 Son épaisseur est très variable d un site à l autre. Le dos, le scalp sont des zones ou le derme est très épais. Au contraire, les paupières ou le dos de la main ont un derme particulièrement fin. L âge joue un rôle important dans l épaisseur du derme : le tissu conjonctif s altérant fortement avec le temps, le derme ne cesse de s affiner au fil des années ULes annexes cutanées D origine ectoblastique elles comprennent :! L appareil pilo-sébacé : Il comporte les poils qui sont des structures kératinisées dérivés d une invagination de l épiderme et propres aux seuls mammifères. Il comporte également des glandes sébacées annexées aux follicules pileux et qui sécrètent du sébum. Dans les cas de brûlure superficielle, ils peuvent servir de réservoir de cellules souches permettant ainsi la régénération épidermique et donc la cicatrisation

24 ! Les glandes sudoripares ou sudorales : Elles sont de deux types : eccrines et apocrines. Les glandes eccrines sont réparties sur toute la surface corporelle et assurent la thermorégulation par sécrétion de la sueur. Les glandes apocrines s abouchent aux follicules pileux, et non pas directement à la peau. Elles sont présentes dans la région axillaire et dans la région périnéo-génitale. Elles ne deviennent actives qu à partir de la puberté. Elles sont stimulées par les émotions et le stress. Elles n excrètent par fragmentation cellulaire, que quelques millilitres par jour d un liquide épais et opaque, riche en acides gras.! Les ongles : D origine ectoblastique, l ongle est entièrement constitué de kératine. C est la matrice unguéale située à la base de l ongle, qui est responsable de la synthèse de kératine. En cas d avulsion, la régénération des ongles des mains dure de 3 à 6 mois, et celle des pieds 12 à 18 mois avant de se reformer complètement

25 Figure 5 : Annexes cutanées

26 UL hypoderme D une épaisseur très variable en fonction de la région et de la charge pondérale, il est constitué de nombreux adipocytes au sein d un tissu conjonctif lâche reliant la peau aux organes sous-jacents. L hypoderme participe activement à l isolement thermique de l organisme et joue le rôle de réserve énergétique, à la fois pour la peau mais également pour le reste du corps ULa vascularisation cutanée Seuls le derme et l hypoderme sont directement vascularisés. L épiderme est quant à lui avasculaire. Sa nutrition est assurée par diffusion des métabolites et de l oxygène à travers la membrane basale. Plusieurs systèmes différents assurent la vascularisation cutanée :! La vascularisation parallèle : Elle est constituée de réseaux sous-dermiques et hypodermiques : Ces deux réseaux sont parallèles aux différentes couches, et permettent la circulation de proche en proche tout le long de la peau. La pression de perfusion est faible, et la sensibilité à la pression importante. Ils alimentent les vaisseaux intradermiques qui sont de très faible calibre et également de faible pression

27 ! La vascularisation cutanée directe : Ces artérioles se distribuent spécifiquement à la peau. Elles sont issues d artères secondaires traversent l hypoderme et s anastomosent au réseau parallèle.! La vascularisation musculo-cutanée : Les muscles reçoivent une alimentation par des pédicules directs de calibre plus important. Ces pédicules qui vascularisent les muscles, donnent des branches à la peau sous forme de perforantes musculo-cutanées alimentant les réseaux parallèles. La pression des perfusions de cette vascularisation est proche de la pression centrale. Ce réseau résiste bien à la compression.! Le réseau fascio-cutané : Ce réseau se situe au dessus mais surtout en dessous des aponévroses recouvrant les muscles. L intégration de ces réseaux aponévrotiques dans les lambeaux cutanés permet d améliorer la vascularisation de la peau

28 ! La vascularisation neuro-cutanée : Chaque perforante nerveuse se rendant à la peau est accompagnée d un fin réseau vasculaire alimentant la peau de proximité. L ensemble de ce réseau sous-cutané donne des artères en candélabre vers la surface puis un plexus sous-papillaire, des artères papillaires et métaartérioles. Le drainage veineux est quant à lui assuré par deux plexus superficiels et profonds. Plexus sous papillaire Artères papillaires Artères en candélabre Figure 6 : Vascularisation cutanée

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French)

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) L acné, dont le nom scientifique est l acné vulgaire, est la maladie de la peau la plus répandue. Elle survient chez 85 % des adolescents, parfois dès

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau.

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau. Vue, ouïe, odorat, toucher et goût sont les 5 sens qui renseignent le cerveau sur ce qui se passe à l extérieur du corps. Les organes sensoriels renferment une multitude de cellules nerveuses motrices.

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43 LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE Comité pédagogique SAP SDIS 43 DEFINITIONS Electrisation: manifestations physiopathologiques liées au passage du courant dans l organisme Electrocution: décès par électrisation

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Anatomie générale du système musculaire strié

Anatomie générale du système musculaire strié Anatomie générale du système musculaire strié La morphologie et l anatomie fonctionnelle distingue le système musculaire squelettiques ou strié qui sera l objet de ce cours et dont les muscles peuvent

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par le présent site web! Un merci spécial à FatimZahra! Erythème

Plus en détail

BILAN DES CONNAISSANCES ACTUELLES SUR LA CICATRISATION DES PLAIES CUTANÉES CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT

BILAN DES CONNAISSANCES ACTUELLES SUR LA CICATRISATION DES PLAIES CUTANÉES CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT ANNEE 2006 THESE : 2006 TOU 3 4020 BILAN DES CONNAISSANCES ACTUELLES SUR LA CICATRISATION DES PLAIES CUTANÉES CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT THESE pour obtenir le grade de DOCTEUR VETERINAIRE DIPLOME D ETAT

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

Mode d emploi pour l application du produit

Mode d emploi pour l application du produit CONÇU POUR LE MOUVEMENT Mode d emploi pour l application du produit Facile à utiliser S applique en quelques secondes Dure jusqu à 5 jours Tous les produits SpiderTech sont fabriqués au Canada avec la

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Comment faire disparaître une Cicatrice de façon Naturelle. Une Peau au Naturel

Comment faire disparaître une Cicatrice de façon Naturelle. Une Peau au Naturel Comment faire disparaître une Cicatrice de façon Naturelle Une Peau au Naturel Pourquoi est-il important de faire disparaître une cicatrice? Parce que votre Peau est Ce que vous voyez de Vous Ce que les

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Offre de massages. Ce massage se concentre sur les points douloureux, les tensions, les courbatures

Offre de massages. Ce massage se concentre sur les points douloureux, les tensions, les courbatures Offre de massages * Massage classique: Ce massage se concentre sur les points douloureux, les tensions, les courbatures 25 min. = 80 CHF 40 min. = 125 CHF 50 min. = 145 CHF Pour un massage plus énergique,

Plus en détail

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES FR É D É R I C SA U V E U R S A R FAT I Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ancien Chef de Clinique à l Hôpital Saint-Louis Fellow of the Endoscopic Plastic Surgery Center Baltimore U.S.A. C H I R U R

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées Brochure à l attention du patient Après l intervention des varices Informations et conseils sur les suites du traitement Réponses aux questions fréquemment posées Les suites de l intervention En résumé

Plus en détail

Dr Geoffroy LALLEMANT Emilien JOUANNO Alexandre ROUSSELLE

Dr Geoffroy LALLEMANT Emilien JOUANNO Alexandre ROUSSELLE Dr Geoffroy LALLEMANT Emilien JOUANNO Alexandre ROUSSELLE Définitions Electrisation : Différentes manifestations physiopathologiques dues au passage du courant électrique à travers le corps Electrocution

Plus en détail

CHAPITRE III LE SYSTEME TEGUMENTAIRE

CHAPITRE III LE SYSTEME TEGUMENTAIRE CHAPITRE III LE SYSTEME TEGUMENTAIRE I LA PEAU La peau couvre entièrement le corps. Chez l'adulte moyen, sa superficie varie entre 1,5 et 2 m 2 et elle pèse environ 4 kg (soit 7% de la masse corporelle

Plus en détail

Le Lipocontrol contre les amas graisseux

Le Lipocontrol contre les amas graisseux Extrait du BLOG VOTRE BEAUTE Le Lipocontrol contre les amas graisseux La lipolyse laser, nous vous en avions parlé dans la rubrique "Moi j'ai osé" du Votre Beauté de juin 2007. En une seule séance, sans

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

APONEVROTOMIE ENDOSCOPIQUE du Syndrome Compartimental d Effort à l Avant-bras

APONEVROTOMIE ENDOSCOPIQUE du Syndrome Compartimental d Effort à l Avant-bras APONEVROTOMIE ENDOSCOPIQUE du Syndrome Compartimental d Effort à l Avant-bras Didier FONTÈS Institut Main, Epaule et Sport Paris Espace Médical Vauban - Paris VII e Séminaire DIU d Arthroscopie 2012 Le

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES. 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée

GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES. 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée L Assureur paie le pourcentage indiqué ci-après du montant d assurance et selon les conditions

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

Vous pouvez les photocopier à loisir ou les télécharger sur le site de la Société Française de Dermatologie (www.sfdermato.net) au format PDF.

Vous pouvez les photocopier à loisir ou les télécharger sur le site de la Société Française de Dermatologie (www.sfdermato.net) au format PDF. PHOTODERMATOL OGIE Cher(e) ami(e), La Société Française de Dermatologie travaille conjointement avec divers groupes et sociétés thématiques pour mettre au point des fiches d information aux patients. Vous

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Moyens d étude de la peau

Moyens d étude de la peau Moyens d étude de la peau Dr. Yannick Le Corre yalecorre@chu-angers.fr Service de Dermatologie Vénéréologie Pr. L. Martin 2011-2012 CHU Angers UE Revêtement cutané Dermoscopie ou Dermatoscopie Examen de

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

*Test sur 20 femmes présentant des taches de sénescence sur les 2 mains et sur le visage. Age moyen 59 ± 1 an. Test par colorimétrie.

*Test sur 20 femmes présentant des taches de sénescence sur les 2 mains et sur le visage. Age moyen 59 ± 1 an. Test par colorimétrie. WHITE RESOLUTION SOIN ÉCLAIRCISSANT ANTI-TÂCHES, ANTI-ÂGE AU WHITESPHERE TM PREMIUM ET IPARZINE -4A PERFORMANCE PRODUIT Ce soin est une formule ultra-active qui permet de lutter efficacement contre les

Plus en détail

CANCERS DE LA PEAU. Les cancers de la peau se divisent en deux catégories principales : les mélanomes malins et les non mélanomes.

CANCERS DE LA PEAU. Les cancers de la peau se divisent en deux catégories principales : les mélanomes malins et les non mélanomes. CANCERS DE LA PEAU Définition Les cancers de la peau se divisent en deux catégories principales : les mélanomes malins et les non mélanomes. Les mélanomes Ces tumeurs se développent dans les mélanocytes,

Plus en détail

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 1. Définition Les angiomes sont des tumeurs très fréquentes. La définition de TOURAINE rend parfaitement compte de la complexité

Plus en détail

Pressure Ulcer Scale for Healing Version anglaise Avec l autorisation de l auteur Copyright. NPUAP, 2003 Reprinted with permission.

Pressure Ulcer Scale for Healing Version anglaise Avec l autorisation de l auteur Copyright. NPUAP, 2003 Reprinted with permission. Pressure Ulcer Scale for Healing Version anglaise Avec l autorisation de l auteur Source : http://www.npuap.org/pdf/push.pdf B elgian Screening Tools II (BeST II) B elgian Screening Tools II (BeST II)

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE Le prélèvement de moelle osseuse? La moelle osseuse, tissu hématopoïétique situé dans la cavité centrale des os, peut être prélevée de deux façons : -par ponction sternale -par

Plus en détail

Soins Inrmiers aux brûlés

Soins Inrmiers aux brûlés Soins Inrmiers aux brûlés Le 29/04/2009 1 Intro La gravité d'une brûlure dépend essentiellement de sa profondeur, de sa supercie de sa localisation et du ASA. Sa prise en charge doit être rapide pour limiter

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOLAIRE ÉVALUEZ VOTRE SENSIBILITÉ ET VOTRE RISQUE AU SOLEIL! INSTITUT FRANÇAIS SOLEIL & SANTÉ. www.ifss.fr

DIAGNOSTIC SOLAIRE ÉVALUEZ VOTRE SENSIBILITÉ ET VOTRE RISQUE AU SOLEIL! INSTITUT FRANÇAIS SOLEIL & SANTÉ. www.ifss.fr DIAGNOSTIC SOLAIRE ÉVALUEZ VOTRE SENSIBILITÉ ET VOTRE RISQUE AU SOLEIL! Association de médecins, de scientifiques et de spécialistes des UV, l Institut Français Soleil & Santé (IFSS) a pour vocation de

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES

DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES I ECZEMA ET LESIONS ECZEMATIFORMES II LICHEN PLAN III LICHEN SCLERO-ATROPHIQUE IV MALADIE LUPIQUE V PSORIASIS VI AUTRES Parapsoriasis Kératodermies

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT D'UN MODÈLE DE CICATRISATION ÉPIDERMIQUE APRÈS UNE DÉSÉPIDERMISATION LASER

DÉVELOPPEMENT D'UN MODÈLE DE CICATRISATION ÉPIDERMIQUE APRÈS UNE DÉSÉPIDERMISATION LASER UNIVERSITÉ TOULOUSE III - PAUL SABATIER TOULOUSE U.F.R MÉDECINE THÈSE POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR DE L'UNIVERSITÉ TOULOUSE III Discipline: Ingénierie Médicale et Biologique Par M. younes FERRAQ TITRE

Plus en détail

Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité :

Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : DERMATOLOGIE ET VENEROLOGIE ADC - Acte de chirurgie BAFA005 1 (I, O) BAFA006 1 0 Exérèse non transfixiante de lésions multiples

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

Traitement chirurgical des brûlures

Traitement chirurgical des brûlures Traitement chirurgical des brûlures Stan Monstrey (Gand) Michel Van Brussel (Louvain) Cynthia Lafaire (Anvers) Socorro Ortiz (Bruxelles) Denise Jacquemin (Liège) Nele Brusselaers (Gand) Chirurgie urgente

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE

FICHE D INFORMATION SUR LE FICHE D INFORMATION SUR LE LASER EXCIMER DE SURFACE (PRK OU PARK) 1. QU EST-CE QUE LA PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE DE SURFACE (PRK OU PARK)? 2. LES LIMITES DE LA PRK 3. COMPARAISON TRAITEMENT DE SURFACE

Plus en détail