a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :"

Transcription

1 a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN dans ses travaux et par la plupart des auteurs ayant adopté cette méthode de classification. - à 2 groupes, l'enjeu pour un utilisateur potentiel étant de prévoir suffisamment de temps à l'avance si une entreprise, candidate à un prêt bancaire, appartiendra au groupe des entreprises saines (1er groupe) ou au groupe des entreprises défaillantes (2e groupe), l'ensemble des situations particulières des entreprises concernées se ramenant à l'un de ces 2 groupes, et seulement à l'un de ces 2 groupes. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : - la première étape correspond à la constitution de la banque de données, c'est à dire, en l'occurence, la constitution de deux échantillons de base, l'un regroupant un ensemble d'entreprises ayant au cours d'une période donnée été confrontées à un dépot de bilan, l'autre regroupant un ensemble d'entreprises présumées saines n'ayant pas au cours de la même période été confrontées au même problème. Dans l'un et l'autre cas, il appartiendra à l'observateur de collectionner pour chaque entreprise les données comptables et financières des n exercices antérieurs à l'année du dépot de bilan, et d'en tirer une base de X ratios jugés significatifs de la situation financière de l'entreprise de l'année concernée. - la seconde étape correspond à la phase d'analyse proprement dite, consistant à étudier, via l'usage de la technique d'analyse discriminante, le potentiel prédictif de chacun des ratios retenus, et la détermination de la fonction discriminante la plus efficace, telle que le nombre d'erreurs de classement de la fonction discriminante appliquée à l'échantillon de départ soit minimisé. A supposer que dans une première étape l'on ne s'intéresse qu'à 2 ratios, l'un représentatif de la rentabilité des entreprises concernées (X1) et l'autre représentatif de leur niveau d'endettement (X2) et qu'après représentation graphique dans un système d'axes (X1, X2) des caractéristiques financières des entreprises des 2 échantillons de base (les entreprises connues pour avoir déposé leur bilan au cours de la période étant représentées par un x, les entreprises saines par un o.) l'on obtienne le graphique suivant :

2 Les Etapes de l'analyse discriminante linéaire multiple appliquée à la décision bancaire en matière d'octroi de crédit.. identifier les caractéristiques financières X1, X2, Xn... susceptibles d'aboutir à une fonction Z Z = a0 + b1 x1 + b2 X2 + b3 X bn Xn Phase I telle que : Z1 et Z2 soient les plus éloignées possible la zone de recouvrement soit la plus faible possible le nombre de bons classements soit le plus élevé possible dans l'échantillon de référence et l'échantillon de validation.. évaluer le Zc, Z limite, en deçà duquel le banquier aurait intérêt à apporter une réponse négative à la demande de crédit, compte tenu a) des résultats statistiques obtenus à partir de la Fonction score b) du coût associé à une éventuelle erreur de classement du demandeur de crédit. q1. C1 Phase II Zc = Log q2. C2 avec Zc = Z limite optimal q1 = probabilité a priori de non remboursement du Crédit q2 = probabilité a priori de remboursement du crédit C1 = coût de l'erreur de classement 1 (défaillante qualifiée de saine) C2 = coût de l'erreur de classement 2 (saine qualifiée de défaillante)

3 La méthode d'analyse discriminante linéaire consiste à identifier la droite qui, traversant le double nuage des points représentatif des 2 catégories d'entreprises,aura le meilleur pouvoir séparateur ( discriminant) des 2 populations d'entreprises, c'est à dire tel que. la distance Z1 et Z2 soit maximisée. la zone de recouvrement des 2 distributions des Z calculés pour les entreprises appartenant aux 2 groupes soit la plus faible possible,. le nombre de bons clasements (entreprise défaillante classée comme défaillante par le modèle, entreprise saine classée comme saine par le modèle) soit le plus élevé possible tant dans l'échantillon de référence que dans l'échantillon de validation. Se situant dans un plan X1 O X2, la droite discriminante (fonction score) peut être définie par une fonction de X1 et X2, f (X1, X2),et peut être représentée par : Z = a0 + b1 X1 + b2 X2 X1 et X2 étant les mesures des ratios retenus dans la fonction score résultante b1 et b2 étant les valeurs des coefficients discriminants associés à chacun de ces ratios a0 étant une constante 1, représentative de l'ensemble des ratios jouant un rôle dans le phénomène observé (l'échec de l'entreprise) mais non pris en considération dans la fonction résultante. Z étant le score de l'entreprise pour un couple (X1, X2) la fonction score la meilleure étant obtenue au terme d'une procédure pas-à-pas, consistant à intégrer à la fonction Z les ratios, dans l'ordre de leur contribution discriminante 2 f (X1) f (X1, X2) f (X1, X2, X3) f (X1, X2, X3, X4)... f (X1, X2, X3, X4,...,Xn) tant que le pouvoir discriminant de la Fonction score progresse avec l'introduction d'un ratio supplémentaire, la fonction score retenue étant celle pour laquelle le % de bons classements x1 + y2 N des N entreprises de l'échantillon de base est maximisé (avec n variables). 1 cette dernière pouvant être éventuellement égale à 0, si l'on adopte une variante particulière de la méthode d'analyse discriminante, très largement employée, consistant à contraindre la constante a0 à prendre la valeur zéro (constante forcée à l'origine). 2 bi σi ou bi (x i1 - x i2 ) selon les cas, la première ayant été notamment utilisée par ALTMAN (1968), la seconde proposée par JOY et TOLLEFSON (1975).

4 groupes d'appartenance réelle Défaillantes Saines groupes des entreprises déclarées Défaillantes Saines x1 x2 y1 y2 x = x1 + x2 = effectifs dans l'échantillon de base des entreprises défaillantes y = y1 + y2 = effectifs dans l'échantillon de base des entreprises saines N = x+ y = effectifs totaux de l'échantillon de base bons classements = x1 + y2 mauvais classements = y1 + x2 = erreurs de type 2 + erreurs de type 1 Au terme de la procédure, l'analyste dispose d'une fonction discriminante de forme générale Z = a0 + a1 X1 + a2 X2 + a3 X3 + a4 X an Xn Z, le score, correspondant à la valeur d'une moyenne pondérée où les Xi sont les ratios qui permettent de prévoir le mieux la réalité, et les i les a poids qu'il convient d'affecter à chacun d'eux; ce Z apparaît donc comme une note synthétique unique, comme dans les exemples étudiés précédemment, mais qui a toutefois l'avantage par rapport à ces exemples antérieurs, d'être moins subjective dans la mesure où tant le choix des ratios de la fonction Z que les poids accordés à chacun d'eux ne sont pas laissés au libre-choix de l'utilisateur, mais résultent directement de l'objectif recherché à travers l'usage de la technique d'analyse discriminante, à savoir l'identification la plus précise possible de l'identité des entreprises qui feront l'objet d'une procédure judiciaire. Dans ce cadre de référence, l'entreprise aura d'autant moins de chances de faire faillite que le Z calculé à partir de ses caractéristiques financières sera plus élevé. - la troisième étapecorrespond à la phase de validation des résultats trouvés : pour pouvoir utiliser la fonction score à des fins prévisionnelles, encore convient-il de vérifier sa pertinence à partir d'un autre échantillon que celui à partir duquel elle a été calculée. Seuls les résultats obtenus (% de bons classements) à partir d'un autre échantillonque l échantillon initial (l'échantillon de validation) permettront de juger du caractère prédictif de la fonction obtenue, celle-ci étant d'autant meilleure que le taux de bons classements, pour chacune des années précédant l'année du dépot de bilan, sera plus proche de 100 %. La fonction score obtenue sera en outre d'autant meilleure qu'elle fournira longtemps de bons résultats dans le cadre de son exploitation bancaire courante, tout affaiblissement constaté de son pouvoir discriminant nécessitant une refonte de cette fonction discriminante sur les bases qui ont été développées précédemment. - Règle de décision bancaire et analyse discriminante : le score-limite Zc Lors de la présentation précédente, nous avons fait référence à la notion de score, plus ou moins élevé selon la qualité du demandeur de crédit. Dès lors, une règle de décision possible en matière d'octroi de crédit, pourrait être de s'appuyer sur le score obtenu, calculé à partir de la fonction discriminante obtenue, pour un demandeur de crédit. A titre d'exemple, à un score Z calculé inférieur à 0 serait associée un refus de crédit, à un score Z

5 calculé supérieur à 0 serait associé un accord de crédit. Z = 0 jouerait ici le rôle d'un scorelimite, élément essentiel de la décision. Ce choix du niveau Zc = 0 est toutefois ici tout à fait arbitraire. Il nous reste à préciser le mode de détermination de Zc, après prise en considération des facteurs censés influencer le choix d'un tel niveau de Zc. Un premier élément d'appréciation est l'observation des limites de la zone de recouvrement (cf; graphique précédent) Zl Zm, correspondant à l'étendue de variation du Z calculé pour laquelle on ne saurait dire si un Z calculé appartenant à cette zone doit être associé à une entreprise saine ou à une entreprise défaillante. A cette zone de recouvrement correspond une zone d'incertitude dans l'utilisation des résultats du modèle, à l'inverse des autres zones pour lesquelles le modèle fournit une réponse non ambigüe (sociétés défaillantes si Z < Zl, sociétés saines si Z > Zm). Face à cette situation, une première solution pourrait être de limiter l'utilisation du modèle aux 2 catégories extrêmes, l'abandonnant pour le traitement de la partie centrale, au risque d'éliminer du diagnostic bon nombre de dossiers intermédiaires. Une seconde solution pourrait être, au terme de cette première étape, de mettre l'accent sur les cas à problème et d'envisager une seconde analyse discriminante sur l'échantillon réduit des dossiers incertains, et de mettre à jour une fonction discriminante complémentaire susceptible d'opérer le tri entre entreprises défaillantes et entreprises saines, les premières seules posant problème. Une troisième solution, plus simple, consiste à déterminer par le calcul un score limite Zc, se situant entre Zl et Zm, qui, unique, départagera le domaine de variation de Z en 2 zones et non trois comme dans la 1ère solution, et sur la base duquel sera prise la décision d'affecter telle ou telle entreprise à telle ou telle classe. C'est la troisième solution qui a été la plus fréquemment retenue par les divers utilisateurs de l'analyse discriminante linéaire multiple appliquée à la décision d'octroi de crédit. 3 Cette troisième solution consiste à calculer un seuil qualifié de seuil-critique ou de score-limite Zc, d'expression générale : q1.c1 Zc = Log q2.c2 avec Zc = seuil-critique ou score -limite q1 = probabilité a priori de faillite de l'entreprise q2 = probabilité a priori de non faillite de l'entreprise C1 = coût de l'éventuelle erreur de classement de type 1 (consistant à déclarer saine, au terme de l'utilisation du modèle une entreprise qui déposera ultérieurement son bilan. Dans ce cas de figure, le coût de l'erreur correspond à la perte sèche de la partie du 3 la seconde ayant été notamment retenue dans l'application 1984 de la fonction score Banque de France que nous analyserons plus loin avant d'être abandonnée quelques annéesplus tard lors de sa reformulation et extension.

6 capital non encore remboursée à la date du dépot de bilan,qui ne pourra pas être recouvrée par celle-ci. C2 = coût de l'éventuelle erreur de classement de type 2 (consistant à déclarer défaillante, au terme de l'utilisation du modèle, une entreprise qui finalement échappera au dépot de bilan.. Le fait pour la banque de l'avoir considérée comme défaillante potentielle, et de lui avoir refusé le crédit qu'elle demandait, aura pour la banque un coût, le coût d'opportunité associé au produit net bancaire perdu du fait de ne pas avoir réalisé cette opération de prêt ou,si le client à la suite de ce refus cesse toute relation d affaires avec elle,le coût d opportunité associé à la perte de la totalité du Produit net bancaire global qu aurait assurée l entreprise à l établissement bancaire au cours des années ultérieures. A titre d'exemple, dans le cas d'une situation où q1 et q2 seraient estimés identiques (q1 = q2 = 0.50) et où C1 et C2 seraient également estimés identiques, la formulation précédente conduirait à un Zc égal à Zc = Log 1 = 0 le niveau 0 constituant alors le score-limite en deçà duquel toute entreprise sera considérée comme potentiellement défaillante, au delà duquel toute entreprise sera considérée comme saine. Il convient toutefois de considérer que les probabilités a priori de dépot de bilan dans une économie donnée sont différentes de la probabilité associée à l'échantillon de référence. Ansi, dans l'économie française estime t-on actuellement à 3,3 % environ le taux annuel de défaillance d'une société industrielle estimé sur la base de la comparaison entre dépots les de bilan constatés et les effectifs de sociétés en activité. q1 et q2 peuvent donc être estimés respectivement,sur un horizon de 3 ans,à 10 % et 90%. Il convient également de considérer que les coûts C1 et C2,les coûts des erreurs de classement potentielles ne sont pas non plus de même ampleur. A supposer que l'on estime C1 cinq fois plus coûteuse que C2 Zc, devient alors : 0.10x 5 Zc = Log = Log (0.555) = x 1 la règle de décision bancaire étant désormais ce nouveau seuil, traduisant une plus grande disposition du système bancaire à prêter, compte tenu du rapport retenu des coûts des erreurs de classement éventuelles, et d'une estimation plus faible du taux de faillite potentielle des entreprises concernées à l'échelon national.

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring Les méthodes d évaluation du risque de crédit pour les PME et les ménages Caractéristiques Comme les montants des crédits et des

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité

Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité Chapitre 4: l'analyse de sensibilité I:génialité sur l'analyse de sensibilité I.1 La définition de l'analyse de sensibilité Processus par lequel on évalue la robustesse d un modèle économique en examinant

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

Échantillonnage. Pierre Neuvial, http://stat.genopole.cnrs.fr/~pneuvial Evry, M1 SGO, automne 2014

Échantillonnage. Pierre Neuvial, http://stat.genopole.cnrs.fr/~pneuvial Evry, M1 SGO, automne 2014 Démarche Statistique 1 Échantillonnage Pierre Neuvial, http://stat.genopole.cnrs.fr/~pneuvial Evry, M1 SGO, automne 2014 Introduction Objectif statistique descriptive: sur l'échantillon statistique inférentielle:

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

La technique d'analyse financière par les ratios

La technique d'analyse financière par les ratios La technique d'analyse financière par les ratios Un ratio est un rapport entre deux grandeurs caractéristiques extraites des documents comptables permettant une approche du risque que représente l'entreprise

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT

GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT GESTION BUDGETAIRE DES INVESTISSEMENTS LE PLAN DE FINANCEMENT 1- Présentation. Le budget des investissements est concerné par deux catégories de projets : Les projets importants dont les effets financiers

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR Série : BTS Tertiaires Épreuve : Economie et droit Session 2014 Durée de l épreuve : 4h PROPOSITION DE CORRIGÉ 1 PARTIE ECONOMIQUE : Afin de répondre à cette première partie

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 December 2014 CHAMP D'APPLICATION Ne s'applique pas à : La comptabilisation des crédits d'impôt à l'investissement

Plus en détail

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité 1 / 12 Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité La comptabilité analytique (à partir de ce chapitre et surtout dans le P8 et P9) propose des modèles de gestion i.e. des représentations

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL Préavis no 10-2011 Fixation de plafonds en matière d endettement et de risques pour cautionnements pour la législature 2011-2016 Monsieur le Président, Mesdames,

Plus en détail

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE Le sondage est une sélection d'éléments que l'auditeur décide d'examiner afin de tirer, en fonction des résultats obtenus, une conclusion sur les caractéristiques

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité INTRODUCTION 1) NOTION DE BASE 2) IMPORTANCE DU SEUIL DE RENTABILITÉ POUR L ENTREPRISE 3) PARAMÈTRES DE CALCUL 4) QUELQUES UTILISATIONS

Plus en détail

Solutionnaire questions théoriques chapitre 9

Solutionnaire questions théoriques chapitre 9 Solutionnaire questions théoriques chapitre 9 19. Quand le délai de récupération est inférieur à la durée de vie du projet, la VAN est positive pour un taux d*actualisation de 0%. Pour des taux supérieurs

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Le budget des ventes (présentation et structure)

Le budget des ventes (présentation et structure) ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 3 ème année MGT Groupe : 2 Année Académique : 2011/2012 Module : Gestion Budgétaire Enseignant : KHERRI Abdenacer Site web : www.gb-ehec.jimdo.com Plan du

Plus en détail

PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT

PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT Commune de Lully Assemblée communale du 2 mai 2012 Bases légales Selon la loi des communes, article 10 et 43 Support et conseil Par la Maison

Plus en détail

La fonction macroéconomique d'investissement

La fonction macroéconomique d'investissement La fonction macroéconomique d'investissement Plan : Introduction I Le principe d'accélération 1) Accélérateur simple 2) Accélérateur flexible II Le coût de financement et la structure du financement Sa.19/01

Plus en détail

AUTOMAT SA. 1.1. Coût du capital

AUTOMAT SA. 1.1. Coût du capital AUTOMAT SA La société AUTOMAT SA fabrique et vend des automatismes et des systèmes d'automatisation destinés principalement aux secteurs de l'aéronautique, de l'aérospatiale, de la communication, de l'informatique

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle supérieur Section gestion Comptabilité Classe de 13CG Nombre de leçons: 3.0 Nombre minimal

Plus en détail

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années Taux de pérennité à 3 ans des créations pures de la génération 2002 Le taux de pérennité à trois ans des entreprises créées (créations pures) en 2002 est de 66 %. Autrement dit, pour 100 entreprises créées

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

L a gamme financière en Belgique

L a gamme financière en Belgique L a gamme financière en Belgique Des outils pour la gestion efficace de vos risques financiers. Tout entrepreneur prend des risques : - accorder des délais de paiements à ses clients, - faire confiance

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et 2015... 2 2.1. Méthode... 2 2.2. Résultats... 5

Plus en détail

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION 1. Notion du Compte: Nous avons vu que le Bilan donne une vue d'ensemble de la situation de l'entreprise à une date

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

XXXXXX. Information préalable au 31.12.2002. Base individuelle / Entreprise. Cochez la case appropriée d'une X

XXXXXX. Information préalable au 31.12.2002. Base individuelle / Entreprise. Cochez la case appropriée d'une X Banque nationale suisse Direction de la statistique Saisie des données Case postale Bon de livraison pour disquettes (FRIN) A imprimer et joindre à la disquette Raison sociale Adresse NPA Localité Collaborateur

Plus en détail

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés.

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés. - 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1 Objectif(s) : o Evaluation de la variation de la trésorerie d'exploitation ; o Encaissements et décaissements. Pré-requis : o Etre capable de distinguer

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

1er livrable rapport projet génie logiciel a objets : Gestion de taches

1er livrable rapport projet génie logiciel a objets : Gestion de taches Bartholomé Anthony Année 2010-2011 Fejoua Btissam Université de Nantes Moueza Peter Tréguer Fabien M1 ALMA 1er livrable rapport projet génie logiciel a objets : Gestion de taches Introduction : Le but

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Le budget des ventes (méthodes de prévision)

Le budget des ventes (méthodes de prévision) ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 3 ème année MGT Groupe : 2 Année Académique : 2011/2012 Module : Gestion Budgétaire Enseignant : KHERRI Abdenacer Site web : www.gb-ehec.jimdo.com Plan du

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

Plus en détail

Gestion de projet - critères de décision

Gestion de projet - critères de décision Gestion de projet - critères de décision GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

L a gamme financière en Belgique

L a gamme financière en Belgique L a gamme financière en Belgique L approche crédit-solvabilité : le rapport de crédit Des outils pour la gestion efficace de vos risques financiers. Tout entrepreneur prend des risques : - accorder des

Plus en détail

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE Fouad MACHROUH CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE armattan TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GÉNÉRALE CHAPITRE 1 : ORIGINES ET MODALITÉS DE RÉSOLUTION DES CRISES BANCAIRES 19 INTRODUCTION 21

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09. Chapitre 1 : principes 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.2015 Plan du cours Arbitrage et décisions financières valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et

Plus en détail

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 Arbres binaires Hélène Milhem Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 H. Milhem (IMT, INSA Toulouse) Arbres binaires IUP SID 2011-2012 1 / 35 PLAN Introduction Construction

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

FAQ n 10 : Curateurs et TVA

FAQ n 10 : Curateurs et TVA FAQ n 10 : Curateurs et TVA Cette FAQ n 10 vise à regrouper les règles spécifiques en matière de TVA qui concernent les curateurs de faillites telles qu elles ont été précisées dans la circulaire du 20

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2.

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2. ACTUALITÉS LANDPARK Solutions complètes d'inventaire, de gestion de parc et de helpdesk ITIL Avril 2015 Nouvelle version Landpark Helpdesk Landpark vous associe aux meilleurs logiciels de Gestion de Parc

Plus en détail

Statistiques et Commentaires

Statistiques et Commentaires La prévention de janvier à août 2005 A U T R I B U N A L D E C O M M E R C E D E P A R I S C'est une constante, la prévention constitue une priorité forte pour le Tribunal, comme en témoigne le nombre

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 L EFFET DE LEVIER : EXEMPLE

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 L EFFET DE LEVIER : EXEMPLE COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 L EFFET DE LEVIER : EXEMPLE EXEMPLE 1: PROJET D'INVESTISSEMENT NON RISQUE DONNEES: Au début de l'année (t=0), l'entreprise se lance dans un projet qui nécessite l'acquisition

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Analyse discriminante

Analyse discriminante Analyse discriminante Christine Decaestecker & Marco Saerens ULB & UCL LINF2275 1 Analyse Discriminante Particularités: 2 formes/utilisations complémentaires: méthode factorielle: description "géométrique"

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

CONCOURS REGIONAL "CREATION D'ENTREPRISE" ILE-DE-FRANCE

CONCOURS REGIONAL CREATION D'ENTREPRISE ILE-DE-FRANCE CONCOURS REGIONAL "CREATION D'ENTREPRISE" Les Banques Populaires de la région parisienne ont fondé, en 1978 : avec la participation de l'association des Banques Populaires pour la Création d'entreprise,

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES Objet

Plus en détail

PLAN DE COURS Nº 2 FINANCE 1

PLAN DE COURS Nº 2 FINANCE 1 PLAN DE COURS Nº 2 FINANCE 1 (410-540-90) (2-1-3) Département de techniques et sciences administratives Professeur : Bureau : Tél. : Session : PRÉALABLE Le cours de comptabilité 2 (410-210-90) est préalable

Plus en détail

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE TD 01 GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE I/ LA GESTION BUDGETAIRE EST UN OUTIL DE PREVISION : Pour souligner l'importance de la gestion budgétaire et de la gestion prévisionnelle d une façon plus large,

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

Gestion de projet - suivi économique et financier par la méthode des encours

Gestion de projet - suivi économique et financier par la méthode des encours Gestion de projet - suivi économique et financier par la méthode des encours GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 19 septembre 26 CIRCULAIRE CPA-26-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES OBJET : DISPENSE DE CONSTITUTION DE LA PROVISION COMPLÉMENTAIRE VISÉE

Plus en détail

Aides à l'analyse : Commande Liens. Commande [Montrer]

Aides à l'analyse : Commande Liens. Commande [Montrer] 1) Sélectionner l énoncé par [Cliquer G] 2) Ouvrir le menu EDITION (Barre générale de menus) 3) [Cliquer G] sur la ligne Supprimer la ligne Aides à l'analyse : Commande Liens Le Menu Liens permet d'obtenir

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Chap 3 La Gestion des stocks

Chap 3 La Gestion des stocks 1 Chap 3 La Gestion des stocks I LA VALORISATION DES STOCKS...2 A) LA VALORISATION DES ENTRÉES... 2 B) LA VALORISATION DES SORTIES... 3 soit on détermine le coût unitaire de sortie en temps réel par :...3

Plus en détail

Comprendre les enjeux essentiels de la gestion. Durée : 3 jours

Comprendre les enjeux essentiels de la gestion. Durée : 3 jours Comprendre les enjeux essentiels de la gestion 3 jours Tout cadre, manager, responsable d'unité opérationnelle, chef de projet, désirant s'initier aux concepts essentiels de la gestion. Connaître et comprendre

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Attention! Seules les côtes + et ++ désignent des domaines satisfaisants de la gestion et les véritables points forts de l entreprise. La côte +/-

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail