FÉVRIER 2011 Le Magazine de l Ordre des Experts- Le financement : levier de croissance des entreprises Février 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.experts-comptables.fr FÉVRIER 2011 Le Magazine de l Ordre des Experts- Le financement : levier de croissance des entreprises Février 2011"

Transcription

1 Sic 293 FÉVRIER 2011 Le Magazine de l Ordre des Experts- Comptables Le financement : levier de croissance des entreprises Février 2011

2

3 Les experts-comptables conscients de l appui qu ils peuvent apporter aux TPE-PME dans leur souci de financement, ont fait du besoin de leurs clients une véritable mission d accompagnement. DOSSIER Le financement : une mission pour l expert-comptable à inscrire dans la durée Le financement constitue un enjeu fondamental pour la compétitivité de l économie, d autant que la crise a exacerbé les points de fragilité de la structure financière des entreprises dominées par le poids du crédit bancaire et que les conclusions des Etats généraux de l Industrie de mars 2010 ont consacré le financement comme un levier de croissance. Agnès Bricard, Jean-Marc Eyssautier, Christian Fleuret, Nora Louchène, Pierre Préjean et Nicolas Yakoubovitch Dans ce contexte, il importe de développer des financements alternatifs, nécessaires pour aider les entreprises à créer et étendre leur activité, tout au long de leur cycle de vie. De nombreuses entreprises naissent souvent d une idée formulée par deux ou trois personnes qui investissent leur propre argent ou font appel à leur famille ou à leurs amis pour les aider financièrement en échange d une part dans l entreprise. Mais une fois la réussite au rendez-vous, toutes les TPE ou PME en croissance ont à un moment besoin d investir pour se développer ou innover davantage. C est à ce moment-là que se pose le problème de l obtention de financements auprès des banques, des marchés financiers ou d autres bailleurs de crédits. de bénéficier de toute une série d outils concrets destinés à éclairer leurs clients sur la solvabilité de leur entreprise, sa robustesse, sa pérennité, à apprécier la pertinence de la stratégie choisie par ces clients, à préparer ensemble un dossier de financement à présenter au banquier et si besoin à trouver des sources de financement. Dans le prolongement de la conférence organisée pour le 65 e Congrès de Strasbourg en 2010 et du guide des missions de l expert-comptable en financement de l entreprise, nous vous proposons, ce mois-ci, un dossier détaillé sur la mission de financement qui peut être assurée par l'expert-comptable. p 65 e Congrès de l Ordre des Experts-Comptables Guide des missions de l Expert-Comptable en financement de l entreprise L accompagnement de l entreprise par l expert-comptable La cartographie du financement Les moteurs de recherche La cotation / notation Les experts-comptables, conscients de l appui qu ils peuvent apporter aux TPE-PME dans leur souci de financement, ont fait du besoin de leurs clients une véritable mission d accompagnement. Les partenariats noués par l Ordre avec les différents acteurs du monde institutionnel, financier, bancaire, des assurances, permettent aujourd hui aux professionnels Disponible en version papier et en téléchargement sur le site de l Ordre : monfinancementenligne février 2011 Sic 293 3

4 DOSSIER La communication de la note des établissements bancaires aux entreprises étant obligatoire (loi Brunel), les experts-comptables devront aider leurs clients à la demander par écrit. La cotation-notation des entreprises : un pré-requis à l accès au financement Dès lors qu une entreprise est cotée par la Banque de France, ou notée par un établissement bancaire ou un assureur-crédit, et qu un droit à l accès au crédit en découle, l entreprise doit analyser et appréhender sa note (loi Brunel) pour mieux la maîtriser. Trois acteurs La Banque de France et sa cotation Seules entreprises sur trois millions existantes sont cotées par la Banque de France (chiffre d affaires supérieur à euros). Une lettre de la Banque de France est transmise chaque année à l entreprise avec sa cotation, permettant à cette dernière, lors d un rendez-vous, d argumenter avec des faits nouveaux pour voir sa note rehaussée (Observatoire de l Ordre des Experts-Comptables). Les établissements bancaires Plus de établissements en France, répartis en cinq grands réseaux, sont concernés par cette catégorie. Les établissements de crédit évaluent le risque à partir de méthodes statistiques, dites de «scoring», qui permettent d attribuer des points à différents éléments d information, en fonction de l âge, de la taille, du secteur d activité et des ratios financiers de l entreprise. Pour mesurer le niveau de risque de crédit des entreprises, les banques attribuent une note à leurs clients. Chaque réseau bancaire a son propre système de notation et il n'existe pas de référentiel qui s impose. Depuis la Loi Brunel, la communication de la note attribuée par les banques aux entreprises est obligatoire ; les expertscomptables devront systématiquement aider leurs clients à en faire la demande par écrit. Les assureurs-crédit et la cotation des entreprises L assurance-crédit permet aux entreprises de prévenir les risques de non-paiement de leurs créances commerciales et le risque politique en cas de vente à l étranger. Les assureurs-crédit évaluent la situation financière et économique des entreprises pour sécuriser les transactions commerciales de leurs clients en France et à l international. A ce titre, ils délivrent une note mais aussi une position de garantie (plafond d encours) sur des entreprises pour le compte de certains fournisseurs assurés-crédit, ces derniers restant toujours libres de définir leur politique commerciale au-delà des garanties délivrées. L analyse des assureurs-crédit repose sur les bilans reçus des dirigeants d entreprise, les informations portées à leur connaissance et surtout sur les échanges réalisés avec les dirigeants d entreprise. Lors de la crise financière de 2009, le médiateur du crédit, René Ricol, avait obtenu que dorénavant toute entreprise puisse connaître sa note en se présentant sur les sites internet des assureurs-crédit. Sachez prendre en compte cette note pour vous prémunir! uuu 4 Sic 293 février 2011

5 Les cotations de la Banque de France se sont légèrement dégradées mais pas de manière significative. Question a Yves Nachbaur, directeur des Entreprises à la Direction générale des activités fiduciaires et de place de la Banque de France Sic : La structure financière des entreprises a bien résisté. La crise a-t-elle impacté les entreprises au point d entraîner un effondrement de leur cotation Banque de France? Y.N. : Non, il n y a pas eu de dégradation sensible des cotations Banque de France. Bien sûr les entreprises ont subi une forte baisse d activité et vu leurs marges opérationnelles se réduire dans d importantes proportions, ce qui les a plongées dans un pessimisme et a entraîné une baisse des investissements. Ceci, bien sûr, n est jamais bon. Mais, à la différence de ce que beaucoup craignaient, leur structure financière ne s est finalement pas ou peu dégradée. Nous n avons pas encore les chiffres de 2010, mais les chiffres 2009 et les tendances 2010 qui sont en notre possession montrent que les ratios d endettement, le niveau des fonds propres et la plupart des indicateurs de robustesse de la structure financière des entreprises ont plutôt bien tenu. Une étude sur ce sujet publiée dans le dernier bulletin trimestriel de la Banque de France paru en décembre est très claire sur ce point. Ceci témoigne d une part de la résilience et d autre part de la capacité d adaptation de nos entreprises. Il ne s agit pas cependant de dire que tout va bien mais d affirmer que, d une manière générale, les entreprises ont mieux résisté que ce que l on pouvait redouter. En un mot, les cotations de la Banque de France se sont légèrement dégradées mais pas de manière significative. uuu Suite article Cotation-notation des entreprises Observatoire de la cotation-notation des entreprises créé par le Conseil Supérieur Créé par le Conseil Supérieur en juin 2010 et présenté au 65 e Congrès de l Ordre, cet observatoire a été conçu pour sensibiliser les chefs d entreprise aux différents mécanismes de cotation-notation des entreprises, à leurs usages et permettre ainsi aux experts-comptables de l interpréter et si nécessaire d y remédier. L'objectif de cet observatoire est double : fournir des informations et proposer des outils pratiques. Une partie privée et confidentielle réservée aux experts-comptables doit permettre l'accès à des outils dont celui d auto-notation en ligne des PME baptisé Nota-PME, développé par Patrick Sénicourt. p Point de vue de Etats généraux de l'industrie Le Conseil Supérieur a créé l'observatoire de la cotation-notation Philippe Bosserdet, membre du bureau au Conseil Supérieur de l Ordre, ancien président du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, a testé pour vous ce nouvel outil. Sic : Pouvez-vous nous indiquer en quoi cet outil Nota-PME est novateur? P. B. : Nota-PME que j ai testé, est à mes yeux un outil pertinent permettant à l expertcomptable d apprécier la rentabilité d une entreprise, sa solvabilité, et sa robustesse dans un souci de maîtrise des risques et de pérennité de l entreprise. C est un outil qui doit permettre à l expert-comptable d éclairer ses clients sur la pertinence de leur stratégie pour l adapter à son environnement socio-économique. Ces caractéristiques font de Nota-PME un atout majeur dans les négociations avec les banques.» DOSSIER Observatoire cotation-notation des entreprises Une démarche proactive pour une cotation maîtrisée Pourquoi Un observatoire de la cotationnotation? Les acteurs de la cotation Comprendre & maîtriser la cotation Rendez-vous sur le site l Observatoire de la cotation-notation : Observatoire-cotation-notation-des-entreprises Espace privé Téléchargez l interview filmée, sur le site de l Ordre des Experts-Comptables février 2011 Sic 293 5

6 DOSSIER la loi Brunel a formulé des solutions pour favoriser l accès au crédit des PME. On a parlé lors de la parution de la loi d un véritable tournant dans la relation entre les PME et les établissements de crédit. Loi Brunel : les nouveaux droits des entreprises en matière de financement Loi du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises, dite loi Brunel. Trois mesures phare pour favoriser l'accès au crédit des TPE. Il y a un an les trois quarts des PME s estimaient fragilisées par la crise et toutes constataient des difficultés dans leurs relations avec les banques. Les PME éprouvaient un sentiment d insécurité, conforté par la frilosité constatée auprès de la grande majorité des établissements bancaires. Par ailleurs, les PME très attentives à la destination effective du plan d aide décidé par les pouvoirs publics voulaient être assurées que les sommes mobilisées leur seraient bien redistribuées. La question de la transparence était donc essentielle. Enfin, les PME sont toujours à la recherche de financement externe leur permettant de développer les projets prévus ou d assurer une meilleure gestion de leur quotidien. Compte tenu de l ensemble des besoins recensés par les PME sécurité, transparence et meilleur accès au crédit la loi Brunel a formulé des solutions pour répondre à ces demandes et préoccupations et favoriser l accès au crédit des PME. On a parlé lors de la parution de la loi d un véritable Deux questions à tournant dans la relation entre les PME et les établissements de crédit. Trois mesures phare parmi les principales dispositions de la loi Un délai de préavis légalement fixé Alors qu à l origine, dans la loi du 24 janvier 1984, seul le respect d un préavis suffisant permettait à l établissement de crédit de réduire ou d interrompre l octroi des concours bancaires, la loi Brunel du 19 octobre 2009 a inscrit le délai de 60 jours comme incompressible. La réduction ou l interruption des crédits aux entreprises ne peut désormais intervenir que sous la double condition que les établissements de crédit respectent : u une procédure de notification écrite ; u un préavis fixé lors de l octroi du crédit. Une obligation de motiver les ruptures et les refus de financement Ce deuxième point a fait l objet d un nouvel article du CMF Code Monétaire et Financier instaurant à la charge des établissements de crédit, une obligation de motiver leurs décisions de rupture de crédit, si et seulement si les entreprises concernées en font la demande. Devraient donc désormais leur être fournies les raisons de la réduction ou de l interruption de crédit dont elles ont fait l objet. La motivation des établissements de crédit ne pourra être formulée que sous la réserve expresse du respect de l obligation de confidentialité qui s impose à ces établissements en cas de déclaration de soupçon de blanchiment de capitaux, financement du terrorisme ou fraude fiscale à la cellule de renseignement financier Tracfin. Une obligation de communication de leur note Enfin une obligation des établissements de crédit de communiquer, sur simple demande écrite, aux entreprises leur note interne déterminant leur capacité de financement (art. 2). p Chantal Brunel, députée, auteur de la loi du 19 octobre 2009 «Il y a une amélioration légère de l accès au crédit pour les PME» Sic : Vous êtes à l origine d une loi novatrice en faveur du financement des PME. Pouvez-vous aujourd hui évaluer sa portée? C.B. : D après la Banque de France, et son enquête trimestrielle, il y a une amélioration légère de l accès au crédit pour les PME. Par rapport à 2008, où les banques disaient «non» au moindre problème, la situation s est débloquée. Estce dû à la loi? J ai cherché, en tout cas à travers elle, à restaurer un dialogue entre les banques et les entreprises. Sic : S agit-il d une mesure spécifique à la France, initiée par vous, ou existe-t-elle déjà au niveau européen? C.B. : Oui, c est une mesure française. Bien sûr, l impulsion est partie de l Europe. Très vite, consciente de son pourcentage élevé de PME, c est elle qui a donné l alerte. En revanche les points développés dans cette mesure, comme l introduction d un préavis de 60 jours auquel la banque est soumise avant de rompre une ligne de crédit est bien propre à notre pays. 6 Sic 293 février 2011

7 L expert-comptable est l interlocuteur privilégié pour crédibiliser un dossier de demande de financement. DOSSIER La mission de financement de l expert-comptable en dix étapes e Identification des besoins financiers - Le suivi budgétaire et le tableau de bord de gestion peuvent faire l objet d une mission permanente pour l expert-comptable. L examen périodique de la structure financière de l entreprise, permet de déceler en amont ses besoins de financement et d'intervenir pourt mettre en place de nouveaux financements. r Les différentes solutions financières - Qu il s agisse du renforcement des fonds propres (interne ou externe), d une consolidation par un crédit moyen terme, ou de l accès à des fonds publics ou privés, l expert-comptable est un interlocuteur privilégié. t Analyse critique de la notation et élaboration d un Business Plan - La cotation-notation doit être analysée en amont pour l appréciation des capacités de financement de l entreprise. L'élaboration du Business Plan doit permettre de crédibiliser la demande de financement. u Détermination du financement et de son montage juridique, fiscal et financier - L expert-comptable apprécie le montant de concours nécessaires et détermine le mode de financement, la durée, les garanties, le montage juridique et financier les plus adaptés. i Formalisation du dossier de financement - Un dossier structuré et bien documenté aura en effet plus de chances d aboutir. p Accompagnement du chef d'entreprise lors de la présentation du projet devant le financier - L expert-comptable peut devenir l interlocuteur des établissements consultés pour obtenir un financement. a Suivi de l étude du dossier par l organisme financier et accompagnement par l expert-comptable - Au cours de l étude du dossier, les organismes financiers sollicités peuvent demander un schéma d intervention différent ; l expert-comptable peut alors réaliser de nouvelles simulations financières qui modifieront le business plan, le tableau «emplois-ressources», le montage juridique et les garanties. s Participation aux éventuelles due diligences - L expert-comptable peut assister l entreprise lorsque l organisme financier (fonds d'investissement) demande à réaliser un audit comptable et juridique pour répondre à toutes les questions et lever toute ambiguïté. Des questions d évaluation d entreprise sont également fréquemment soulevées. d Assistance au closing - La finalisation de la mise en place d un financement avec des fonds est souvent complexe et nécessite des ajustements, contre-propositions, précautions pour la mise en œuvre des garanties... L expert-comptable peut apporter des conseils utiles dans cette phase jusqu au décaissement des fonds. o Sélection des organismes de financement adaptés - Les relations de confiance qu entretient l expert-comptable avec les partenaires financiers potentiels faciliteront l intervention de l organisme en accélérant la procédure d examen du dossier. février 2011 Sic 293 7

8 DOSSIER Les propositions du Conseil Supérieur Deux propositions du Conseil Supérieur pour renforcer la fluidité dans l'accès au financement. 1 re proposition Mise en place d'une formule standardisée et adaptée à des crédits d'un montant inférieur à euros pour les TPE de moins de 20 salariés. L expertcomptable doit pouvoir remplir en ligne le dossier de financement de son client incluant les prévisionnels en s'appuyant sur des documents formalisés pour éviter des aller-retour de dossiers jugés incomplets par les banques, réduire ainsi les délais d obtention de crédit et diminuer enfin les coûts de traitement des dossiers. Sic a demandé à Gérard Rameix, médiateur du crédit, ce qu il pensait de la première proposition du Conseil Supérieur : «C est une idée intéressante qui mérite qu on y porte attention. Cette proposition pourrait être envisagée en effet pour des crédits de petits montants pour lesquels une formule standardisée pourrait être mise en place. Il est vrai que pour les toutes petites entreprises, la relation avec une banque n est pas facile.» 2 e proposition Justification des refus des dossiers de financement par le banquier pour permettre à l'entreprise de monter, si besoin, un nouveau dossier de financement. Cette justification doit permettre à l'expert-comptable d'expliquer au dirigeant de PME la position du banquier. Cette proposition rejoint les dispositions de la loi Brunel. Point du vue de Jean-Louis Mullenbach, membre du comité directeur de l Association Professionnelle des Experts Indépendants (APEI) L expert doit challenger les prévisions établies par l entreprise S agissant de l appréciation du caractère pertinent du plan d affaires établi par la direction de la société visée par l offre, l expert peut demander à la direction, s il l estime nécessaire, de modifier ses prévisions. Si ces demandes sont acceptées par la direction, le régulateur précise que les modifications correspondantes sont mentionnées dans le rapport. A défaut, l expert peut choisir de retenir un plan d affaires modifié par ses soins à l appui de ses travaux d évaluation. Dans ce cas, il confronte les résultats ainsi obtenus à ceux auxquels conduirait une évaluation basée sur le plan d affaires de la direction. L expertise financière indépendante se professionnalise La question qui doit surtout être posée est en effet celle des compétences et de l indépendance de l expert. La bonne gouvernance opère un premier tri en obligeant à formaliser les règles et à être en mesure d en justifier le respect vis-à-vis du régulateur. Attention cependant au formalisme qui tend parfois à l emporter sur le fond : aucun corps de règles ou de recommandations ne saurait remplacer la vertu nécessaire des acteurs. En savoir plus : 8 Sic 293 février 2011

9 DOSSIER Les outils en ligne de recherche de financement "Des outils à votre disposition" pour trouver des financements publics pour vos clients. Deux moteurs de recherche u Sémaphore (CCI Amiens-Picardie - ACFCI) A partir de trois facteurs : secteur d activité, localisation et nature du projet de financement, Sémaphore permet d accéder à l ensemble des aides publiques ouvertes aux entreprises. u Observatoire des aides aux entreprises (Institut Supérieur des Métiers) Ce moteur de recherche propose aux porteurs de projets et aux acteurs de l accompagnement notamment aux experts-comptables de trouver les aides adaptées en croisant deux critères : la commune d implantation et le projet à financer. Ce répertoire des aides propose en outre une partie artisanat, pour des aides plus spécifiquement réservées aux petites entreprises. Interview de Luc Fialletout, directeur général adjoint Interfimo Une demande de financement en ligne pour les professions libérales : une expérience avec Interfimo sur son site et celui de l'ordre Sic : Pourquoi Interfimo a-t-il souhaité développer cet outil en ligne et pour quel type de besoins? L.F. : Il était légitime qu Interfimo prenne l initiative de développer cet outil, car nous finançons les professions libérales depuis plus de 40 ans notamment dans trois domaines difficiles à appréhender pour les banques traditionnelles : la première installation, les incorporels et l immobilier professionnel. Sic : Quels sont les plus de l outil en ligne? L.F. : Pour l expert-comptable, la demande en ligne équivaut à challenger la banque habituelle de son client. Pour Interfimo, cela permet d enrichir le dossier de financement d aspects périphériques, mais valorisants aux yeux du client, en dialoguant avec son conseil. L interrogation en ligne se fait de manière sécurisée et permet un gain de temps et un gain de crédibilité. Sur le plan pratique, l expert-comptable dépose une demande en ligne ; soit elle peut être traitée par scoring et la réponse lui est donnée en quelques minutes, soit la demande relève d une analyse spécifique ; l expert-comptable est alors immédiatement mis en contact avec un collaborateur expérimenté qui complétera les premiers éléments en vue d organiser un rendez-vous 100 % opérationnel avec le responsable régional d Interfimo. L outil développé par Interfimo simplifie et valorise l intervention de l expertcomptable. Cet outil marche depuis un an et des centaines de demandes ont déjà été traitées. février 2011 Sic 293 9

10 DOSSIER Nous pouvons aider une entreprise à partir du moment où son management est de bon niveau et sa stratégie correcte, et que son seul problème est d ordre financier. Les solutions au refus de financement Gérard Rameix, conseiller maître à la Cour des comptes, a été nommé médiateur national du crédit aux entreprises en septembre 2009 ; il a succédé dans cette fonction à René Ricol. Il expose pour Sic les différentes solutions existantes face à un refus. Sic : Etes-vous satisfait du succès de la médiation du crédit, votre mission vous paraît-elle plus facile aujourd hui qu en 2008? G.R. : Dans 60 % des cas, on trouve une solution aux difficultés, alors oui, je suis satisfait. D ailleurs, dans quelques jours, ma mission va être reconduite jusqu à la fin de 2012 par Christine Lagarde. En 2008, René Ricol a du faire face à des banques elles-mêmes en crise, donc très frileuses. Il y a eu une dramatisation de la situation. Aujourd hui nous faisons face à d autres problèmes. Nos dossiers sont moins nombreux mais plus délicats à traiter. Sic : Peut-on dire aujourd hui que les entreprises commencent à rebondir? G.R. : Nous devions traiter dossiers par mois. Aujourd hui, nous n en avons que 600. C est un signe d amélioration. Les entreprises vont mieux, mais elles ont un problème de visibilité. Peuvent-elles investir? C est une autre affaire, qui n est pas de mon ressort. Sic : Quelles conditions sont requises pour bénéficier de la médiation du crédit? G.R. : Il faut deux conditions : être une entreprise et pouvoir présenter une demande de crédit refusée par une banque. Grâce à l aide de la Banque de France, sous deux jours, une réponse est envoyée à chaque dossier. Sic : Comment, selon vous, la médiation est perçue par les banques, aujourd hui? G.R. : Beaucoup mieux qu au début! Les banques, dans un premier temps, ont cru que notre démarche était politique. Elles ont pensé que nous construisions un front pour faire pression. Avec le temps, elles ont vu que notre travail était d ordre technique et que nous les aidions à trier et à améliorer leurs dossiers. Mais, nous restons quand même un poil à gratter! Sic : Pour les entreprises, que reste-t-il comme solution, lorsqu elles essuient un refus des banques et que la médiation ne peut rien faire? G.R. : Un tiers de celles que nous n avons pu aider ont déposé le bilan quelques mois plus tard. Elles ont fait appel à la médiation dans une situation déjà trop critique, il n y a pas de miracle! Nous pouvons aider une entreprise à partir du moment où son management est de bon niveau et sa stratégie correcte, et que son seul problème est d ordre financier. Là, on peut la conseiller, avec tous les acteurs de l entreprise que sont les expertscomptables, les avocats Note de la rédaction : N oublions pas qu'en cas d'échec de la médiation du crédit, les entreprises pensent recourir, accompagnées de leur expert-comptable, aux procédures amiables : mandat ad hoc, conciliation, qui sont des procédures totalement confidentielles qui connaissent un vrai succès (75 % de réussite). Point sur les dispositifs publics CAP et CAP+ En 2009, ces deux fonds ont été créés à la demande du Médiateur du Crédit, René Ricol. Au dernier trimestre 2010, Christine Lagarde a annoncé l arrêt du dispositif CAP + (lorsque l accès à la garantie de l assureur-crédit est refusé ou résilié) pour fin décembre Le dispositif CAP (besoin de couverture supérieur à la garantie délivrée) sera quant à lui prolongé jusqu en juin 2011 dans des conditions adaptées permettant à l offre privée de prendre le relais des dispositifs publics. Pour autant, l assureur-crédit Euler Hermes SFAC commercialise depuis le 1 er janvier 2011 les offres CAP EH et CAP EH+ pour assurer la pérennité de service et la continuité des garanties pour ses clients. Cette solution concerne les entreprises acheteurs ou fournisseurs facilitant l accès au crédit fournisseur et agissant sur la protection du crédit client. En savoir plus, 10 Sic 293 février 2011

11 permettre un accès facilité et accéléré à des micro-crédits professionnels pour les TPE. DOSSIER Interview de Frédéric Lacave, coordonnateur ministériel à l Intelligence Economique Les propositions du Conseil Supérieur en matière de financement s'inscrivent-elles dans l'action de l'intelligence économique de Bercy? F.L. : Bercy et le Conseil Supérieur réfléchissent à un toilettage du partenariat noué il y a quelque temps sous l autorité d Hervé Novelli afin de permettre un accès facilité et accéléré à des micro-crédits professionnels pour les TPE. L Etat pourrait mettre en place, dans chaque région une dispositif d intermédiation regroupant les administrations déconcentrées compétentes ainsi que les banques. Si le projet aboutit, et en cas de difficulté majeure d accès au crédit, les experts-comptables auraient la possibilité d orienter, par l in- termédiaire de leurs Conseils régionaux, les entreprises, vers ces structures, en saisissant les Chargés de missions Régionaux à l Intelligence Economique (CRIE), au sein des Directions Régionales des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi (DIRECCTE). Ces dispositifs d intermédiation auraient pour objet de faciliter l octroi d aides financières modestes, allant jusqu à euros pour les TPE de moins de 20 salariés (plafond européen pour les micro-crédits professionnels). L expert-comptable remplirait, en ligne, le dossier de financement de son client en s appuyant sur des documents formalisés. Cette initiative s inscrirait dans le cadre de la nouvelle politique publique d intelligence économique mise en œuvre en ce qui concerne Bercy par le Service de coordination à l intelligence économique. Mais,à Bercy, ce ne sont pas toujours les entreprises qui viennent demander de l argent ; c est aussi l Etat qui anticipe et cherche à détecter les PME qui en se développant seront capables demain de contribuer aux deux objectifs de la politique économique de la France : la ré-industrialisation et le développement de nos exportations. Notre objectif, c est d abord la veille stratégique pour un Etat-vigie afin de recueillir l information la plus pertinente et fiable destinée à éclairer les décisions au plus haut niveau de nos administrations et bien sûr de nos ministres, mais c est aussi l influence et le soutien à la compétitivité des entreprises et des centres de recherche. p Retrouvez tous les sites sur le financement cités dans le dossier Le site de l'ordre des Experts-Comptables dédié au financement Le site de l'observatoire de la cotation-notation des entreprises créé par le Conseil Supérieur Le site de la médiation du crédit Le site de l'intelligence économique Le site de la Banque de France Le site de la Fédération bancaire française Les sites des principaux assureurs-crédit Le site de la Compagnie des Conseils et Experts Financiers Le site de l'association professionnelle des experts indépendants Deux moteurs de recherche sur les aides Le site d'interfimo Le site de la Caisse des dépots et consignations Le site d'oseo Le site de la Siagi février 2011 Sic

06/04/2009 ASSURANCE CREDIT CGPME. CGPME Direction des affaires économiques

06/04/2009 ASSURANCE CREDIT CGPME. CGPME Direction des affaires économiques 06/04/2009 CGPME ASSURANCE CREDIT CGPME Direction des affaires économiques SOMMAIRE - Chronologie des actions CGPME - Propositions CGPME - Présentation des dispositifs CAP et CAP+ - Propositions faites

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES LE FINANCEMENT, LEVIER DE CROISSANCE POUR LES TPE / PME. www.financement-tpe-pme.com

FINANCEMENT D ENTREPRISES LE FINANCEMENT, LEVIER DE CROISSANCE POUR LES TPE / PME. www.financement-tpe-pme.com LE FINANCEMENT, LEVIER DE CROISSANCE POUR LES TPE / PME FINANCEMENT D ENTREPRISES AVEC VOTRE EXPERT-COMPTABLE, AUGMENTEZ VOS CHANCES D ACCÉDER À DES FINANCEMENTS FINANCEMENT DES TPE Faciliter, accélérer

Plus en détail

LA COTATION / NOTATION

LA COTATION / NOTATION 4 LA COTATION / NOTATION 1/ La cotation Banque de France des entreprises 2/ La notation de l entreprise par les établissements bancaires 3/ La notation de l entreprise par les assureurs crédit 4/ L Observatoire

Plus en détail

Financement des TPE- PME- ETI. Une mission de conseil de l expert-comptable pour développer les entreprises

Financement des TPE- PME- ETI. Une mission de conseil de l expert-comptable pour développer les entreprises Financement des TPE- PME- ETI Une mission de conseil de l expert-comptable pour développer les entreprises Financement des TPE-PME-ETI Michel Dubois d Enghien TOUR DES RÉGIONS FINANCEMENT LYON 26 SEPTEMBRE

Plus en détail

Réforme de l assurance-crédit :

Réforme de l assurance-crédit : Réforme de l assurance-crédit : un enjeu pour la trésorerie des entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances J ai présenté en début d année un plan pour le renforcement de la trésorerie

Plus en détail

L assurance Santé Entreprise

L assurance Santé Entreprise L assurance Santé Entreprise Rendre la prévention accessible! Extrait du Sic n 306 d avril 2012 Le magazine de l Ordre des Experts-Comptables AVRIL 2012 Sic 306 17 Le dirigeant lui-même peut être le déclencheur

Plus en détail

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014 La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE Juin 2014 Sommaire 1. La mission de la Médiation du crédit aux entreprises 3 2. Comment saisir le Médiateur du crédit?.4 3. Les Tiers de confiance

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES avril 2011 ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES Entre: - L'Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, ministre de l'economie, des Finances et de l'industrie et par Monsieur Frédéric

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES Entre : - L Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, Ministre de l économie, de l industrie et de l emploi, - La Médiation du crédit aux

Plus en détail

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui Et après... Info CCI Faire face à la crise Édition n 2 Edito La Sortie de crise se prépare aujourd hui Le cycle actuel de conjoncture défavorable ne durera pas éternellement! L accélération des cycles

Plus en détail

LES DIFFÉRENTES SOLUTIONS DE FINANCEMENT

LES DIFFÉRENTES SOLUTIONS DE FINANCEMENT LES DIFFÉRENTES SOLUTIONS DE FINANCEMENT POUR DÉVELOPPER VOS PROJETS Salon des Entrepreneurs de Paris 5 février 2015 10h00-10h45 Intervenant Elsa Simoni o Directeur des missions d accompagnement et de

Plus en détail

1 Chapitre 1/ LA MISSION DE L'EXPERT-COMPTABLE EN 10 ÉTAPES ÉTAPE 1 L IDENTIFICATION DES BESOINS ET LA SENSIBILISATION DE L ENTREPRENEUR

1 Chapitre 1/ LA MISSION DE L'EXPERT-COMPTABLE EN 10 ÉTAPES ÉTAPE 1 L IDENTIFICATION DES BESOINS ET LA SENSIBILISATION DE L ENTREPRENEUR 1 1/ LA MISSION DE L'EXPERT-COMPTABLE EN 10 ÉTAPES L expert-comptable a un rôle majeur à jouer auprès de ses clients pour les assister dans ce qui touche au fi nancement des entreprises, surtout dans les

Plus en détail

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement?

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Dolène MINATCHY Déléguée Commerciale Professionnels BRED BANQUE POPULAIRE Marcelino BUREL Président de

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES CONVENTION DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES, DE LA MEDIATION DU CREDIT ET DES ASSUREURS-CREDIT POUR PARTICIPER AU SOUTIEN DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE mai 2015 Sommaire 1. La mission de la Médiation du crédit aux entreprises 3 2. Comment saisir le Médiateur du crédit?.4 3. Les Tiers de confiance de

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Avec Euler Hermes, assurez le succès de vos échanges commerciaux

Avec Euler Hermes, assurez le succès de vos échanges commerciaux Euler Hermes France Avec Euler Hermes, assurez le succès de vos échanges commerciaux *Notre savoir au service de votre réussite www.eulerhermes.fr * Cap sur la croissance rentable! Comment anticiper l

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Une solution de gestion financière de la crise

Une solution de gestion financière de la crise 64EME CONGRES DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES /// NANTES 2009 FICHE PRATIQUE : FACTOR Une solution de gestion financière de la crise Les fiches pratiques de l'ordre des experts-comptables vous donnent

Plus en détail

DES ENTREPRISES RENCONTRANT DES DIFFICULTÉS

DES ENTREPRISES RENCONTRANT DES DIFFICULTÉS Guide d accompagnement DES ENTREPRISES RENCONTRANT DES DIFFICULTÉS www.strasbourg.cci.fr Vous recherchez une écoute et une information, vous ne savez pas vers qui vous tourner? Ne restez pas isolé! En

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

PROTECTION CONTRE LES IMPAYÉS. Business Pass EH. L atout de votre entreprise contre les impayés

PROTECTION CONTRE LES IMPAYÉS. Business Pass EH. L atout de votre entreprise contre les impayés PROTECTION CONTRE LES IMPAYÉS Business Pass EH L atout de votre entreprise contre les impayés ? Comment m assurer de la solvabilité de mes clients? En cas d impayés, comment serai-je indemnisée??? Quelle

Plus en détail

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Page CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Les conseils de l expert-comptable Salon de la création de l entreprises 18/10/2008 Page Intervenants Agnès Bricard Expert-comptable, Commissaire aux comptes Page

Plus en détail

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts

EH Intelligence by Sidetrade. Maîtriser le risque sur le bout des doigts EH Intelligence Maîtriser le risque sur le bout des doigts «Avec EH Intelligence, nous bénéficions d une visibilité en temps réel des indicateurs de suivi du poste client, ce qui améliore considérablement

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

Patrick SENICOURT. André-Paul BAHUON. Membre CCEF Président de NOTA-PME et ORDIMEGA. Président de la CCEF Président du groupe CREATIS

Patrick SENICOURT. André-Paul BAHUON. Membre CCEF Président de NOTA-PME et ORDIMEGA. Président de la CCEF Président du groupe CREATIS André-Paul BAHUON Patrick SENICOURT Expert-comptable Commissaire aux Comptes Président de la CCEF Président du groupe CREATIS Ancien Professeur ESCP-Europe Membre CCEF Président de NOTA-PME et ORDIMEGA

Plus en détail

AUTODIAGNOSTIC INTELLIGENCE ECONOMIQUE

AUTODIAGNOSTIC INTELLIGENCE ECONOMIQUE AUTODIAGNOSTIC INTELLIGENCE ECONOMIQUE L'intelligence économique, dans son acception la plus classique, consiste à collecter, analyser, valoriser, diffuser et protéger l'information stratégique, afin

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 4 ème trimestre 2012 Numéro 5 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Audrey FIEUJEAN

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

La transmission d entreprises

La transmission d entreprises La transmission d entreprises www.interface-entreprises.com Janvier 2013 Plan 1 2 3 4 5 1 Contexte et enjeux de la transmission d entreprises 2 Les motivations de la transmission 3 Les points clés du processus

Plus en détail

Euler Hermes Crédit France. Business Pass EH. L atout de votre entreprise contre les impayés. www.eulerhermes.fr

Euler Hermes Crédit France. Business Pass EH. L atout de votre entreprise contre les impayés. www.eulerhermes.fr Euler Hermes Crédit France Business Pass EH L atout de votre entreprise contre les impayés PROTECTION CONTRE LES IMPAYÉS *Notre savoir au service de votre réussite www.eulerhermes.fr * ? Comment m assurer

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

Comment financer la relance des entreprises?

Comment financer la relance des entreprises? Atelier N 7 Comment financer la relance des entreprises? 9 Juillet 2015 M. Lionel TESSON, Expert Comptable M. Ludovic CONTIN, NATIXIS FACTOR M. Hervé BACHELOT LALLIER, Banque Populaire Atlantique Sommaire

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient»

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» C est sans surprise que dans la dernière enquête «CEO» de PwC, les dirigeants font état de leurs préoccupations

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CdC ARI «PME» 07042015 AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CAHIER DES CHARGES Le dispositif de soutien à l investissement productif du Programme d investissements d avenir (PIA) dénommé «ARI»

Plus en détail

Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI

Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI Guide d utilisation Télécharger les dossiers modélisés www.financement-tpe-pme.com Octobre 2013 Sommaire Financement en ligne : mode d emploi...

Plus en détail

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet»

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet» 1 Thématique 2 «Je finance mon projet» 3 2 Thématique 2 «Je finance mon projet» Le réseau Créo Vaucluse c est qui c est quoi? 30 structures spécialistes de l accompagnement des entrepreneurs (création,

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI

Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI Guide d utilisation Télécharger les dossiers modélisés www.financement-tpe-pme.com Février 2013 Sommaire Financement en ligne : mode d emploi...

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) Ce

Plus en détail

MANIFESTE DE L AUTO-NOTATION ET DE L AUTO-EVALUATION DES TPE-PME

MANIFESTE DE L AUTO-NOTATION ET DE L AUTO-EVALUATION DES TPE-PME MANIFESTE DE L AUTO-NOTATION ET DE L AUTO-EVALUATION DES TPE-PME Pour des relations Banque-Entreprise et Investisseur-Entreprise mieux équilibrées et apaisées Définition d un Manifeste : «Proclamation

Plus en détail

La levée de fonds loi TEPA ISF. 18 mai 2010

La levée de fonds loi TEPA ISF. 18 mai 2010 La levée de fonds loi TEPA ISF 18 mai 2010 Gilles LECOCGUEN Direction de la communication Responsable des services en ligne Stéphane COHEN Vice Président du CRO Paris IDF Sommaire 1) Contexte réglementaire

Plus en détail

POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D'ENTREPRISE CRÉATION D ENTREPRISE. Suivez le guide!

POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D'ENTREPRISE CRÉATION D ENTREPRISE. Suivez le guide! POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D'ENTREPRISE CRÉATION D ENTREPRISE Suivez le guide! START ÉTAPE N 1 L avis éclairé d un professionnel de la création NOTRE 1ER RENDEZ-VOUS CONSEIL Nous faisons connaissance

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Gestion En Ligne Entreprise

Gestion En Ligne Entreprise Gestion En Ligne Entreprise Pilotez votre entreprise en temps réel Pilote Développement Eurl Société au capital de 500 Siret : 527 993 919 00010 RCS Metz B 527 993 919 Déclaration d'activité pour la formation

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix particuliers PROFESSIONNELS professionnels entreprises entreprises GÉNÉRATION RESPONSABLE Être un assureur responsable, c est donner à chacun les moyens de faire les bons choix pour protéger ce qui lui

Plus en détail

Avec mon expert-comptable, je mets toutes les chances de. mon côté. étapes. pour réussir votre création d'entreprise.

Avec mon expert-comptable, je mets toutes les chances de. mon côté. étapes. pour réussir votre création d'entreprise. «mon côté.» Avec mon expert-comptable, je mets toutes les chances de 9 étapes pour réussir votre création Suivez le guide Faire appel à un Expert-comptable, C'est mettre toutes les chances de son côté

Plus en détail

Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI

Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI DOSSIER PRESSE 1 9 j u i n 2 0 1 3 Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI Signature des protocoles de collaboration entre la SIAGI et les Chambres de métiers et de l artisanat

Plus en détail

La Convention AERAS. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Septembre 2011

La Convention AERAS. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Septembre 2011 Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

ÉTAPES POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D ENTREPRISE SUIVEZ LE GUIDE! CRÉATION D ENTREPRISE .HT

ÉTAPES POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D ENTREPRISE SUIVEZ LE GUIDE! CRÉATION D ENTREPRISE .HT 9 ÉTAPES POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D ENTREPRISE.HT CRÉATION D ENTREPRISE SUIVEZ LE GUIDE! START L avis éclairé d un professionnel de la création ÉTAPE N 1 NOTRE 1ER RENDEZ-VOUS CONSEIL Nous faisons connaissance

Plus en détail

Mini-guide n 25 - Septembre 2011

Mini-guide n 25 - Septembre 2011 Mini-guide téléchargé depuis le site www.lesclesdelabanque.com - e-mail : cles@fbf.fr Mini-guide n 25 - Septembre 2011 La Convention AERAS La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé

Plus en détail

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par :

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par : Demande d'ouverture de sauvegarde accélérée ou de sauvegarde financière accélérée (L. 628-1, R. 628-2, D. 628-3, R. 621-1 et le cas échéant L. 628-9 et R. 628-13 du code de commerce) Identification du

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise DOSSIER DE PRESSE La 6 e édition des Rencontres de la création et de la reprise d entreprise se tiendra le jeudi 12 février 2009 au Zénith de Limoges, de 8h30 à 18h. L accès est gratuit et ouvert à tous,

Plus en détail

3. Renforcer la trésorerie

3. Renforcer la trésorerie 3. Renforcer la trésorerie La trésorerie est fortement impactée en permanence par le poids des stocks, les délais de paiement des clients ou aux fournisseurs et d autres paramètres récurrents (cotisations

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Enjeux Enjeux Surendettement déclaré en hausse constante depuis 20 ans : 230 000 dossiers

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Manche Avenue Général Patton 50201

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

Comment réussir la succession de son entreprise familiale?

Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Contenu Service : Démarrer mon projet... 2 Service : Evaluer mon entreprise... 3 Service : Réaliser un diagnostic de mon entreprise... 4 Service

Plus en détail

ÉTAPES POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D'ENTREPRISE

ÉTAPES POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D'ENTREPRISE 9 ÉTAPES POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D'ENTREPRISE 990.HT CRÉATION D ENTREPRISE Suivez le guide! START ÉTAPE N 1 L avis éclairé d un professionnel de la création NOTRE 1 ER RENDEZ-VOUS CONSEIL Nous faisons

Plus en détail

«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise»

«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise» CHEFS D ENTREPRISES «Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise» PROGRAMME ACTION PRÉVENTION REPI ENTREPRENEURIAT Emmanuel Imberton, Imberton, Président Président la de CCI la de CCI Lyon de Lyon 02

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Près de des dépôts de bilans d entreprises sont attribués à la défaillance d un ou plusieurs clients Idées reçues à bannir pour la sécurité

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

l expert-comptable pour la jeune entreprise

l expert-comptable pour la jeune entreprise Les missions de l expert-comptable pour la jeune entreprise Animé par : Régis MORENNE, Expert-comptable COMPTA EXPERT OUEST www.bretagne.experts-comptables.fr Les phases d accompagnement La Phase de pré-installation

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

CRÉATION D ENTREPRISE

CRÉATION D ENTREPRISE POUR RÉUSSIR VOTRE CRÉATION D'ENTREPRISE 990.HT CRÉATION D ENTREPRISE Suivez le guide! START ÉTAPE N 1 L avis éclairé d un professionnel de la création NOTRE 1 ER RENDEZ-VOUS CONSEIL Nous faisons connaissance

Plus en détail

CREDITS BANCAIRES TPE DE MOINS DE 25 000 EUROS

CREDITS BANCAIRES TPE DE MOINS DE 25 000 EUROS SPÉCIAL TPE SPÉCIAL TPE SPÉCIAL TPE SPÉCIAL TPE SPÉCIAL TPE SPÉCIAL TPE Les engagements : CREDITS BANCAIRES TPE DE MOINS DE 25 000 EUROS Une réponse du banquier dans un délai de 15 jours Une motivation

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION PRÉSENTATION DU PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI Mardi 5 mars 2013, à 9 heures 30 Préfecture de l Ardèche - Salle Jean Moulin CONTACTS PRESSE : Cabinet

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction La création récente de la Banque Publique d Investissement reflète la nécessité d une refonte des processus mais aussi et surtout des moyens de financement des

Plus en détail

Textes de référence :Règlement (UE) n 1408/2013 de la Commission du 18 décembre 2013 relatif

Textes de référence :Règlement (UE) n 1408/2013 de la Commission du 18 décembre 2013 relatif Information Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises Service Compétitivité et performance environnementale Sous-direction Compétitivité Bureau Gestion des risques

Plus en détail

Médiation nationale du crédit aux entreprises. Observatoire du financement des entreprises

Médiation nationale du crédit aux entreprises. Observatoire du financement des entreprises Médiation nationale du crédit aux entreprises Observatoire du financement des entreprises Rapport de Gérard RAMEIX sur l accès au financement des TPE Septembre 2011 Paris, le 13 juillet 2011 Par lettre

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Réussir sa création d entreprise

Réussir sa création d entreprise Chambre des Experts Comptables du Cœur d Hérault Réussir sa création d entreprise Les conseils de l expert-comptable Support téléchargeable sur : www.cecch.fr CSOEC 2012 Comité Création d Entreprise La

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail