Centre Africain d Etudes supérieures en Gestion CESAG. Master en Banque et Finances MBF. Année académique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre Africain d Etudes supérieures en Gestion CESAG. Master en Banque et Finances MBF. Année académique 2011-2012"

Transcription

1 Centre Africain d Etudes supérieures en Gestion CESAG Master en Banque et Finances MBF Année académique CESAG BIBLIOTHEQUE Option : Finance d entreprises et Marchés financiers PROJET PROFESSIONNEL OFFRE DE MISE EN PLACE D UN SYSTEME DE NOTATION INTERNE DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES ET COMMERCIALES AU SEIN DES BANQUES COMMERCIALES AU SENEGAL Présenté par : Khady FALL 11 eme Promotion MBF Sous la supervision de: M. Soulakata KEBE Chef du Service des Opérations Bancaires à la BCEAOSIEGE Dakar, Juin 2013

2 AVANT PROPOS Le programme Master en Banque et Finance (MBF) est un programme professionnel bilingue (français anglais) d études post universitaires de haut niveau en Banque et en Finance. Ce programme, créé en 2001, sous l impulsion des Etats de l Union Monétaire Ouest Africaine (U MOA), est le fruit de la collaboration entre le CESAG, la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO), la Banque de France, l Agence Française de développement (AFD), l Union Européenne, la Banque Mondiale, le Ministère français des Affaires Etrangères et la Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique ( ACBF). C est un programme d excellence de l UEMOA qui bénéficie de l appui de divers partenaires académiques, techniques et financiers, dont la Banque des Règlements Internationaux (BRI), l INSEAD de Paris, la New York University, l Université Paris Dauphine, la Bundesbank, l UEM OA, la Bank of Ghana, Thompson Reuters, la BRV M, Ecobank, Bloomberg. Le diplôme délivré est le Master en Banque et Finance (MBF). CESAG BIBLIOTHEQUE Le MBF a pour objectif de répondre au besoin croissant de formation bancaire et financière de haut niveau en Afrique. L accès au programme se fait sur concours ouvert aux cadres des institutions bancaires et financières, des entreprises privées et des administrations économiques et financières publiques. L objectif vise est la maitrise des instruments financiers, des techniques de mesure et de gestion des risques développés sur les marches internationaux de capitaux en vue de relever le défi de la globalisation. A leur sortie, les «Mastériens» ont plusieurs profils avec comme débouchés possibles : Gestionnaire de la trésorerie nationale et internationale ; Gestionnaire des risques de marches ; Gestionnaire de portefeuille ; Operateur de marche (frontoffice) ; Responsable du front ou du back office ; Contrôleur interne ; Contrôleur de gestion. L année 2012 marque l entrée du MBF dans sa troisième phase. Désormais, l obtention du diplôme est sanctionnée, non plus par un mémoire, mais plutôt par un projet professionnel. Le présent document s inscrit dans ce cadre.

3 DEDICACE A mon père Serigne Mbacke FALL et à ma mère Saynabou FALL, en témoignage de ma profonde gratitude pour les sacrifices tant consentis pour l épanouissement intellectuel de vos enfants, je vous dédie ce travail ; puisse Dieu nous accorder la grâce de vous faire jouir des fruits des multiples efforts que vous consentis pour notre éducation et notre réussite. A mon brave grand frère Serigne Moustapha FALL, mon modèle de réussite ; merci de m avoir inculque le gout du travail et de la persévérance. A mes petites sœurs Mame Fatou FALL et Ndeye Bineta Fall, avec toute mon affection, je vous dédie ce travail avec toute la fierté que peut éprouver une grande sœur et souhaite vivement qu un jour vous puissiez vous inspirer de cet exemple. CESAG BIBLIOTHEQUE FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page i

4 REMERCIEMENTS J adresse mes sincères remerciements à l ensemble des personnes qui ont participé à la réalisation de ce rapport. J exprime plus particulièrement ma gratitude à : A Monsieur Soulakata KEBE, mon encadreur, pour son inestimable soutien. A Madame Clarisse LIAUTAUD, Chargée de mission Secteur Privé de l Agence Française de Développement au Sénégal, je vous adresse un merci sincère pour votre disponibilité et vos précieux conseils sur la notation financière. CESAG BIBLIOTHEQUE A Madame Astou SAGNA, de l Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie, pour avoir facilite la collecte de données financières sur les entreprises sénégalaises, je ne saurai vous remercier à votre juste valeur. Au Professeur Boubacar BAIDARI, Coordonnateur du Programme MBF, et à l ensemble du personnel de la coordination, pour leur ardeur dans le renforcement, la pérennité de la qualité de l enseignement et de la notoriété de ce programme. Au corps professoral, et à l ensemble du personnel du CESAG pour les enseignements et les services dont j ai eu à bénéficier durant ma formation. A ma famille pour son soutien de tous les jours. A mes collègues de la 11 ème promotion, pour leur soutien moral. FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page ii

5 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ANSD BCEAO BEAC BFI BIS Agence Nationale de la Statistique et de la démographie Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest Banque des Etats de l Afrique Centrale Banque de Financement et d Investissement Bank for International Settlements CAF CBAO CEMAC CESAG CP CREPMF DDD DF DSCR DSECN IFRS L MBF CESAG BIBLIOTHEQUE Capacité d Autofinancement Compagnie Bancaire de l Afrique Occidentale Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale Centre Africain d Etudes Supérieures en Gestion Capitaux propres Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marches Financiers Direction des crédits Dettes Financières Délai de Récupération du Capital Direction des Statistiques Economiques et de la Comptabilité Nationale International Financial Reporting Standards Liquidité Master en Banque et Finance OPCVM Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières R RN S SCPI Sum Rentabilité Résultat Net Solvabilité Sociétés Civiles de Placement Immobilier Somme FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page iii

6 TN UBA Trésorerie Nette United Bank of Africa UEMOA Union Economique et Monétaire Ouest Africaine UMOA WARA Union Monétaire Ouest Africaine West Africa Rating Agency CESAG BIBLIOTHEQUE FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page iv

7 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Fichier processus de notation Tableau 2 : Classification des risques Tableau 3 : Ratios médians par classe d entreprises Tableau 4 : Ratios moyens par secteurs d activité Tableau 5 : Matrice De Confusion CESAG BIBLIOTHEQUE FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page v

8 LISTE DES ANNEXES Annexe 1 : Elaboration des classes de risques de 150 entreprises sénégalaises à partir de la base de données de l ANSD Annexe 2 : Résultats obtenus Annexe 3 : Scores individualises des 150 entreprises sénégalaises extraites de la base de données de l ANSD. CESAG BIBLIOTHEQUE FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page vi

9 SOMMAIRE DEDICACE... i REMERCIEMENTS... ii LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS... iii LISTE DES TABLEAUX... v SOMMAIRE... 7 INTRODUCTION GENERALE... 8 CHAPITRE 1 : Nomenclature des risques bancaires et définition du risque de contrepartie.. 14 I. Définition et classification des métiers de la banque CESAG BIBLIOTHEQUE II. Présentation des risques bancaires et du risque de contreparties III. Les sources du risque de contrepartie et ses exigences réglementaires CHAPITRE 2 : Méthodologie de notation des entreprises industrielles et commerciales du Sénégal I. Notation Intrinsèque de la contrepartie II. Facteurs externes de notation III. Procédure de notation CHAPITRE 3 : Marche de la notation financière au Sénégal I. Industrie de la notation financière II. Analyse du marché et de la concurrence CHAPITRE 4 : Conception du système de notation des entreprises industrielles et commerciales au sein des banques commerciales du Sénégal I. Echelle de notation interne et méthodologie de construction du modèle proposé II. Méthodologie de construction du modèle CONCLUSION : ANNEXES TABLE DES MATIERES FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 7

10 INTRODUCTION GENERALE Aujourd hui, une des préoccupations majeures des pays de la zone UEMOA est le financement de l économie. En effet, ces pays en voie de développement sont des économies d endettement : c'estàdire que les agents économiques font largement appel au crédit bancaire en raison de la perception qu ils ont des contraintes et risques associés aux modes de financement alternatifs. Cependant, face aux besoins d investissement croissants des économies des pays de l UEMOA qui sont confrontés à des déficits budgétaires récurrents avec des taux d intérêts rigides, il s impose de plus en plus la nécessité d aller vers le marché financier qui donne l avantage de proposer à des taux plus faibles des ressources plus longues que le marché des prêts bancaires. CESAG BIBLIOTHEQUE En effet, le marché financier de l UEMOA créé en 1998 a été conçu pour compléter et renforcer le marché monétaire, et offrir aux opérateurs économiques de la sousrégion des opportunités de placement et de financement alternatifs. Mais force est de constater quelques difficultés pour ce marché à s imposer comme une source de financement dans la sousrégion contrairement aux cas des marchés asiatiques, européens et américains. Le constat est que les émetteurs hésitent toujours à recourir au marché financier régional. C est dans ce cadre qu un plan de relance pour développer le marché financier régional de l UMOA a été adopté par le conseil des ministres de l Union en Parmi les plans d actions de l UMOA, il a été retenu la mise en place d un système de notation au sein de l Union. Dans le cadre de notre étude, nous pouvons donc considérer que le Sénégal est une économie d endettement. Et que les banques constituent la principale source de financement du développement dans un pays comme le Sénégal. Donc, une banque peut être définie comme une société financière qui gère des dépôts, collecte l épargne des clients, accorde des prêts et offre des services Cependant depuis quelques années, avec l augmentation des besoins de financement des particuliers et des entreprises mais aussi des profits qui s offrent en termes d intérêts, nous assistons à l émergence des banques au Sénégal. En effet, l'activité d'intermédiation des banques reste aujourd'hui le mode de financement le plus développé au Sénégal. La nécessité de préserver le système bancaire dans le tissu économique sénégalais afin de promouvoir le financement des investissements et par là l'essor économique de la nation, devient alors un enjeu majeur. En effet, depuis 2004, le système bancaire sénégalais a subi une grande mutation. En outre, on note l opération de grande envergure du groupe marocain ATTIJARIWAFABANK qui a opéré un rachat à hauteur de 79,15% sur la CBAO et une acquisition du Crédit du Sénégal. D autre part, on assiste à l apparition de nouveaux entrants sur ce marché que sont : La Banque Régionale de Solidarité (BRS) du groupe BRS Holding SA ; FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 8

11 La Banque des Institutions Mutualistes d Afrique de l Ouest (BIMAO) créée par la confédération des caisses mutualistes d Afrique de l Ouest ; La Banque Atlantique (filiale du groupe Atlantic Financial Group) ; L International Commercial Bank (ICB Sénégal) ; La Banque Régionale de Marchés (BRM). Et les banques nigérianes que sont : Union Bank of Africa (UBA); Diamond Bank. A la fin de l année 2011, l agrément bancaire au Sénégal s est caractérisé avec l implantation de 19 banques. Ainsi, l installation de ces nouvelles banques crée une concurrence acharnée qui pousse les banques à proposer de nouveaux produits, à acquérir de nouveaux marchés, des investisseurs nouveaux. Ceci explique en partie l augmentation du chiffre d affaire des banques passant par une augmentation du volume des crédits. D où intervient la notation qui apparait aujourd hui comme un moyen incontournable pour dynamiser le secteur bancaire sénégalais. Elle se définit comme «une évaluation indépendante, objective et rigoureuse de l aptitude ou la capacité d une entité économique à honorer aux échéances prévues, ses obligations financières (remboursement du capital et des intérêts d un emprunt)» (KARYOTIS, 1995 : 12). CESAG BIBLIOTHEQUE L'acte de crédit étant au cœur du métier de banquier, il exige toujours un réflexe sécuritaire, l'examen attentif et objectif de la contrepartie. Ceci explique largement l'approche risque au sein des banques. La posture adoptée par les banques aujourd'hui et ce, dans un souci de stabilité bancaire conduit cellesci à s'intéresser à la dimension risque. Leurs décisions d'octroi de crédit se fondaient alors sur l'optimisation du couple Risque/rentabilité. Ainsi, la préoccupation du banquier est celle d'éviter un défaut de la part de la contrepartie. Le contexte économique du Sénégal à l instar des pays de l UEMOA a été caractérisé durant les années 80 jusqu'au début des années 90 par un faible niveau de régulation prudentielle associé au nonrespect des règles prudentielles en vigueur. Cette situation a eu de fâcheuses conséquences, dont la plus importante est la faillite de plusieurs banques. De l'analyse faite de cette crise bancaire, il ressort que cette crise est le résultat de décisions peu judicieuses en matière de crédit. A la suite de cette crise bancaire, des réformes ont été mises en œuvre sur deux axes, l'une sur la restructuration des établissements bancaires défaillants et l'autre sur la refonte du dispositif de surveillance bancaire avec l'avènement de la Commission Bancaire pour la zone UEMOA. Cette opération de restructuration avait pour principal objectif de restaurer durablement la solvabilité, la rentabilité et la liquidité des banques. Selon plusieurs analystes financiers, la récente crise financière bancaire née des «subprimes» aux EtatsUnis est la conséquence d'une conduite imprudente des banques poussées par la recherche effrénée de profits dans un environnement caractérisé par une concurrence intense, exacerbée par la globalisation. Cette nouvelle crise, comme les précédentes a pour détonateur la défaillance des contreparties mais plus exactement, la défaillance des systèmes FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 9

12 d'appréciation du risque de contrepartie. Le métier de banquier est donc au cœur même des difficultés auxquelles il est confronté. Il s'agit en effet pour le banquier de peser au quotidien la probabilité de défaut des contreparties, de faire face et de gérer au quotidien les questions de «confiance envers la clientèle», lesquelles sont traduites au travers du risque de contrepartie. En effet, l'intermédiation bancaire qui consiste à garantir aux déposants la sécurité du dépôt et sa restitution, couplée au financement de l'économie, fait courir à la banque un risque de crédit en cas de défaillance de l'emprunteur. Malgré les crises engendrées par le risque de crédit et la menace qu'il représente pour la stabilité des systèmes bancaires, ce n'est qu'au début des années 90 que la gestion des risques est devenue effective. A cette période, les banques, en plus de leur tendance à renforcer les fonds propres conformément aux exigences édictées par l'accord de Bâle de 1988, se sont lancées dans le développement de nouvelles techniques de gestion des risques de crédit afin de réduire, ou au mieux d'éviter les défauts de contrepartie que l'activité bancaire génère. CESAG BIBLIOTHEQUE L'on a alors vu apparaître quelques années plus tard des systèmes et modèles de mesure et d'optimisation du risque de contrepartie sous l'impulsion du Comité de Bâle II. Conscient des limites de son premier accord et soucieux de permettre aux banques ayant fait un long parcours dans le domaine, d'utiliser leur propre savoirfaire et leur technologie pour évaluer le risque, ce comité a laissé la possibilité aux établissements de crédit d'édifier leurs propres modèles de gestion du risque en conformité avec ses exigences. Toutefois, l'appréciation du risque de contrepartie intègre des notions parfois subjectives et très difficilement mesurables ; lesquelles ne sont pas forcément prise en compte par tous les outils de notation. En outre, d un point de vue pratique, et spécialement dans l'environnement sénégalais caractérisé par une typologie d'entreprises nettement différente de celle retrouvée à l'occident, les outils de notation devraient tenir compte du clivage entre les entreprises commerciales et industrielles du Nord et du Sud. Face à cette situation, un système de notation interne fondé sur des principes de la finance moderne, visant à la fois la mesure du risque et l'optimisation du Couple Risque/Rentabilité au Sénégal, s avère nécessaire. En outre, la notation financière devrait permettre de rétablir la confiance entre prêteur et emprunteur en instaurant des systèmes d évaluation à temps réel. Toutefois, pour que cette notation atteigne ses objectifs, il faudra qu elle intègre les spécificités des économies subsahariennes en général et celle du Sénégal en particulier à travers la définition des échelles et l établissement de critères de notation en cohérence avec l environnement de la zone. Notre projet professionnel vise alors à apporter une réponse à la problématique suivante : Quel est le système de notation applicable aux entreprises industrielles et commerciales au sein des banques commerciales du Sénégal? FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 10

13 L objectif principal de notre projet professionnel est de contribuer à la mise en œuvre d un système de notation pertinent, pour les entreprises industrielles et commerciales, destiné aux banques commerciales du Sénégal. Spécifiquement, il s agit pour nous : de montrer l importance de la mise en œuvre d un système de notation interne au sein des banques commerciales du Sénégal ; de proposer une démarche de notation interne des entreprises industrielles et commerciales au sein des banques commerciales du Sénégal ; de concevoir un système de notation spécifique aux entreprises industrielles et commerciales dédié aux banques commerciales du Sénégal. CESAG BIBLIOTHEQUE Le projet que nous proposons revêt plusieurs intérêts au niveau des banques commerciales du Sénégal, des entreprises industrielles et commerciales emprunteuses auprès des banques commerciales du Sénégal, de l économie nationale, de la communauté scientifique, et pour nous: Pour les banques commerciales du Sénégal : il permet de mieux appréhender le risque que représentent les emprunteurs. Le système de notation interne que nous proposons de mettre en place permettrait aux banques commerciales du Sénégal d effectuer un suivi permanent du risque de crédit des entreprises industrielles et commerciales au Sénégal. Elle permettrait à ces banques de disposer d outils de gestion plus fiables et performants dans la période actuelle de montée du risque de crédit au sein des banques commerciales du Sénégal avec la concurrence acharnée qui se mène dans le secteur bancaire sénégalais. En effet, aujourd hui, pour la plupart des banques commerciales au Sénégal, l évaluation de l emprunteur est effectuée juste lors de la demande de crédit. Mais, ensuite, le suivi lors de toute la durée du crédit n est pas effectué. Ou encore, s il y a quelques banques commerciales au Sénégal qui font le suivi à l instar de UBA ou encore ECOBANK, leur système de notation interne ne prend pas en compte tous les aspects de l analyse du risque des entreprises et commerciales du Sénégal puisque leur système de notation interne est basé sur des critères quantitatifs et laisse en rade les critères qualitatifs (ce type de notation est appelé plus couramment le «scoring»). Et c est là toute la portée que revêt notre projet ; et l innovation qu il représente. Ainsi, il permettrait aux banques commerciales du Sénégal de faire un suivi efficace de l évolution des entreprises industrielles et commerciales qui sont des emprunteuses au niveau de leurs établissements en leur imputant une note qualitative et quantitative qui fera l objet d une note finale chaque semestre. Donc, les banques commerciales du Sénégal, avec ce projet, disposeraient d une meilleure visibilité et d une meilleure perception du risque à l encontre de leurs clients que sont les entreprises industrielles et commerciales du Sénégal. Pour les entreprises industrielles et commerciales du Sénégal : la notation devrait servir de support d une bonne stratégie marketing en leur permettant de mieux se faire connaitre auprès des banques commerciales du Sénégal. Elle devra conférer aux entreprises industrielles et commerciales du Sénégal bénéficiant d une bonne note une certaine notoriété. De plus, elle FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 11

14 leur donne l opportunité de diversifier leurs sources de financement, de devenir plus attractives par rapport aux banques commerciales du Sénégal. Il devrait s en suivre une réduction du coût de l emprunt et de pouvoir mobiliser des ressources pour des échéances plus longues. Pour l économie nationale : étant donné que la notation interne encourage la productivité des agents économiques, elle est donc un vecteur d accroissement de la richesse nationale. Pour la communauté scientifique entres autres, le CESAG : notre étude complète des travaux précédents d anciens étudiants du CESAG et pourrait ouvrir des pistes de réflexion sur la proposition d un système de notation des entreprises industrielles et commerciales du Sénégal. En somme, la notation crée un «effet d'entraînement» stimulant de ce fait l économie nationale. Le succès auprès du public des entreprises notées, entraînerait leurs concurrents respectifs à en faire autant afin de bénéficier aussi de cette confiance. La conséquence de ce comportement est que toutes les entreprises commerciales et industrielles du Sénégal rechercheraient une solidité financière et la transparence dans la gestion de leurs activités, pour se faire noter «A». Cette dynamique devrait apporter plus d assurance aux banques commerciales du Sénégal, de même qu aux entreprises industrielles et commerciales du Sénégal. Pour nous, les travaux et recherches effectues dans le cadre ce projet nous ont permis de consolider les connaissances acquises dans le cadre de notre formation au Master en Banque et Finance (MBF) et de développer une réelle compétence en matière d analyse financière des entreprises. Aussi, nous restons convaincus que ces connaissances développées devraient favoriser notre insertion professionnelle. CESAG BIBLIOTHEQUE Notre démarche méthodologique a consisté, dans un premier temps, a effectuer une revue de littérature à travers le fonds documentaire de la bibliothèque du CESAG afin de proposer une définition des métiers de la banque, d appréhender les risques auxquels elle fait face, et de proposer une méthodologie de notation. De même, nous avons procédé a une analyse documentaire des rapports disponibles sur le site internet de la BCEAO et de BIS pour cerner la règlementation bancaire au sein de la zone UEMOA et les exigences du comité de Bale sur le contrôle bancaire. Sur la base des informations financières de 150 entreprises sénégalaises fournies par l Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), nous avons pu concevoir notre système de notation. Les difficultés lors de la mise en œuvre de notre travail sont : la collecte d informations :afin de mieux appréhender le sujet de la notation financière au Sénégal, nous avons eu a effectuer des stages, en qualité d analyste financière, respectivement à l Agence Française de Développement qui a mis en place un système de notation de ses contreparties, et à West Africa Rating Agency (WARA) qui est la première agence de notation locale de l Afrique de l Ouest à avoir reçu l agrément du CREPMF pour opérer sur le marche financier régional de l UEMOA. Cependant, bien que nous ayons été en contact avec les systèmes de notation de ces deux entreprises, nous avons été confrontés à l aspect confidentiel de toutes les informations en rapport avec ces entreprises. De ce fait, nous n avons pu exploiter les méthodologies de notation de ces deux entreprises sur notre projet professionnel. FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 12

15 l impossibilité d accéder à une banque commerciale sénégalaise dans le cadre du projet professionnel : en effet, il aurait été plus aisé de comprendre l ampleur du besoin pour les banques commerciales du Sénégal de se doter d un système de notation interne des entreprises industrielles et commerciales, si nous avions eu à y effectuer un séjour professionnel, ou encore à administrer des guides d entretien aux chefs de département risques. La suite du rapport s articule autour de quatre chapitres. Dans un premier temps, nous présenterons la nomenclature des risques en environnement bancaire. Dans un second chapitre, nous aborderons la méthodologie de notation que nous avons mise au point pour les entreprises industrielles et commerciales du Sénégal. Ensuite, nous procèderons a l exposé du marché de la notation financière au Sénégal. Enfin, nous présenterons la conception du système de notation mis en place. CESAG BIBLIOTHEQUE FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 13

16 CHAPITRE 1 : Nomenclature des risques bancaires et définition du risque de contrepartie Dans les économies modernes, les banques sont des entreprises à part entière qui assurent des services au public. Toutefois, elles ont une particularité par rapport aux autres entreprises parce qu'elles remplissent un rôle économique original lié à la création et à la réallocation monétaire mais aussi parce que ce rôle induit des prestations de services bâties autour des dépôts des clients. Cette activité qui est faite avec l'argent d'autrui, en diverses monnaies, selon un florilège d'échéances, est source de risque. Par conséquent le métier de banquier est confronté à plusieurs sortes de risque, dont le risque de contrepartie pour l'octroi des crédits bancaires. Il s'agira, dans ce chapitre, de présenter les risques auxquels font face les banques en insistant sur le risque de contrepartie et ses exigences règlementaires. Par ailleurs, une brève présentation de la banque et de ses métiers sera faite afin de nous situer dans le contexte. I. Définition et classification des métiers de la banque Nous allons d abord donner une définition de la banque, et ensuite nous ferons une distinction des types de banques selon leurs métiers Définition de la banque 1 CESAG BIBLIOTHEQUE Selon l article 2 de la loi cadre portant réglementation bancaire de l UEMOA de 2010, une banque est une entreprise particulière qui collecte des dépôts de fonds du public, octroie des prêts et gère des moyens de paiement. Les établissements de crédits se définissent dans l UEMOA comme des personnes morales qui, dans le cadre de leur profession habituelle, effectuent à titre principal une ou plusieurs opérations dites de banque à savoir : la réception des fonds du public, les opérations de crédits ainsi que la mise à la disposition de la clientèle des moyens de paiement ou leur gestion ; le placement, la souscription, l'achat, la gestion, la garde et la vente de valeur mobilière et produits financiers ; le conseil et l'assistance en matière de gestion de patrimoine ; les opérations de changes ; les locations simples et avec options ; le conseil et l'assistance en matière de gestion financière, l'ingénierie financière et, d'une manière générale tous services destinés à faciliter la création et le développement des entreprises, sous réserve des dispositions législatives et réglementaires relatives à l'exercice de certaines professions ; la bancassurance qui consiste pour les banques à commercialiser les produits d'assurances. 1 FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 14

17 Il est également possible de définir la banque de par ses activités. Ainsi, l'on peut considérer que la banque est toute institution qui se prête aux activités : d'intermédiation bancaire pour la transformation des durées, risques et échéances ; de prestation de services connexes ; de prestation de services d'investissement. On peut citer les opérations sur les actifs financiers côtés, les opérations de fusion acquisition, Classification des banques L'évolution de l'économie, la concurrence et les exigences de la clientèle ont poussé les banques à se spécialiser dans différents métiers ; il fut un temps où les banques faisaient toutes, à peu près les mêmes métiers. Depuis une vingtaine d'années, les banques se sont très largement diversifiées et les nouveaux marchés sur lesquels elles opèrent sont très différents les uns des autres en termes de risques et de rentabilité. Selon les métiers bancaires, nous pouvons distinguer : CESAG BIBLIOTHEQUE la banque commerciale ou de détail (VERNIMMEN, 2012 : 355) : la banque de détail est une banque qui exerce une activité de crédit et d'offre de produits de placements auprès de clientèles individuelles : particuliers, professions libérales, entreprise de petite taille (commerçants, artisans,...) ou de taille moyenne (PME/PMI), collectivités locales et associations. En d'autres termes, la banque de détail offre des services financiers et non financiers aux particuliers, professionnels et les petites entreprises. La banque de détail distribue une gamme de produits ou de services (épargne, crédit, moyens de paiement, produits d assurance). La banque de détail assure la vente des produits et services, qui sont parfois conçus et réalisés par des structures spécialisées comme les compagnies d'assurance ou les sociétés de gestion d'actifs financiers (ou «d'asset management»). S'agissant des banques d'entreprises, on les assimile souvent à des banques de détail au niveau des moyennes et grandes entreprises car jouant pratiquement le même rôle à des échelles différentes. En effet, elle est la partie du métier bancaire concernant les opérations des entreprises. la banque d'affaires : pour les opérations de fusionsacquisitions, introduction en bourse et marché primaire d'actions, elle est pratiquement inexistante au niveau de la zone UEMOA malgré quelques opérations effectuées par certaines banques de la place et relevant de la banque d'affaires. la banque de financement et d'investissement (FLEURIET, 2010 : 3) qui est une banque, ou une division de banque, qui rassemble l'ensemble des activités de conseil, d'intermédiation et d'exécution ayant trait aux opérations dites de haut de bilan (introduction en bourse, émission de dette, fusion/acquisition) de grands clients (entreprises, investisseurs, mais aussi États...). C'est dans le cadre de la banque d'investissement que se réaliseront les opérations de FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 15

18 capitalrisque, de capital développement... La banque de financement a pour but d'accompagner les clients dans leurs projets à long terme (généralement supérieur à 7 ans). À la différence d'une banque de dépôt, elles ne reçoivent pas les dépôts des particuliers et recherchent donc les liquidités auprès des autres banques, des marchés monétaires ou de la Banque Centrale. Elles donnent également accès au marché de capitaux par émission d'actions et obligations. On différencie parfois la banque d'investissement de la banque de financement en attribuant à la première les activités de marchés et à la seconde celles de finance d'entreprise. Toutefois le terme de banque de financement et d'investissement (BFI) qui inclut les deux activités, tend à se généraliser. la banque de gestion d'actifs (VERNIMMEN, 2012 : 357) pour les activités des marchés financiers, elle intervient pour le compte de ses clients dans l'optique de gérer des actifs financiers ou de conserver des titres. Une banque de gestion d'actifs est une banque spécialisée dans la gestion des actifs des particuliers et des entreprises. Cette catégorie de banque propose une offre sur la gestion de fonds (souvent collective avec les OPCVM), mais aussi, différents autres produits qui se réfèrent aux actifs immobiliers (SCPI) ou à l'assurancevie. CESAG BIBLIOTHEQUE II. Présentation des risques bancaires et du risque de contreparties La banque comme toute autre entreprise court, d une part, des risques que nous qualifierons de risques bancaires. Par ailleurs, de par son métier, elle court des risques associés aux différents crédits qu elle consent ; on les appellera «risque de crédits bancaires».au préalable, il est nécessaire de fournir une définition succincte du risque Définition du risque et classification des risques bancaires Définition du risque Etymologiquement, le risque vient du mot latin «resecum» qui signifie le risque encouru par une marchandise transportée par bateau. Le risque est le fait d'être face à un danger, comme par exemple le risque de se faire mal. Le risque a donc plusieurs connotations tant en littérature qu'en finance. La signification financière est celle qui va le plus retenir notre attention. Dans cette optique, le risque peut donc être défini comme «l'occurrence d'un fait imprévisible, ou à tout le moins certain, susceptible d'affecter les membres, le patrimoine, l'activité de l'entreprise et de modifier son patrimoine et ses résultats» (COHEN, 1997 : 308). De cette définition nous retenons deux éléments essentiels qui caractérisent le risque dans le milieu bancaire : Le caractère probable du fait générateur du risque : ici, la probabilité joue un rôle essentiel, car c'est elle qui rend possible la gestion des risques financiers. Cette FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 16

19 probabilité vient créer le fossé qui existera entre l'incertain et le risque en ce sens que pour le premier, on ne possède pas de probabilité. L'enjeu lié aux objectifs de la banque, c'estàdire son incidence sur les objectifs poursuivis par la banque qui se matérialisera par une perte si le risque se réalise Classification des risques bancaires (CALVET, 2002 : 95) Parmi les risques bancaires couramment rencontrés, nous pouvons citer : le risque de liquidité (risque d'illiquidité) : En admettant qu`a un moment donné une banque est solvable, mais incapable de transformer suffisamment d'actifs en cash pour honorer les retraits, elle est alors illiquide. Le risque d'illiquidité a pour origine une mauvaise configuration du bilan de la banque, selon laquelle, à un moment donné, la banque ne présenterait pas un volume d'actifs mobilisables suffisants pour faire face à une demande de remboursement des ressources (retraits espèces, solde de compensation, etc.) ce risque est accru par le manque de qualité des emplois et/ou la trop grande volatilité des ressources ; CESAG BIBLIOTHEQUE le risque de contrepartie (ou risque de crédit) : le risque de crédit ou de signature d un établissement de crédit est le risque de défaillance d un débiteur ou que sa situation économique se dégrade au point de dévaluer la créance que l établissement détient sur lui ; le risque de marché : Il est le risque que court la banque de réaliser des pertes du fait de la variation dans la variation des prix des instruments financiers de marché, des cours de devises et des matières premières. Il est issu de l'évolution défavorable d'un prix d'actif sur lequel la banque détient une position (longue ou courte). Ce risque englobe le risque de taux d'intérêt, de change et de produit dérivé ; le risque économique : Il provient du cycle de production consommation de chacun des secteurs d'activité auxquels sont rattachés les clients de la banque. Il est exacerbé du fait de la chaîne économique. En effet, le fait que chaque client soit luimême fournisseur d'un client entraîne que tout l'amont de la chaîne est masqué au banquier ; le risque pays : Au sens strict, le risque pays, ou risque souverain, est la probabilité qu'un pays assure le service de sa dette extérieure. Certains pays peuvent présenter des vulnérabilités par rapport aux investissements internationaux. Il dépend des aléas de nature politique et/ou catastrophique auquel est exposé chacune des zones d'activité avec lesquelles les clients travaillent, mais aussi dans lesquelles la banque s'est ellemême implantée. Le risque pays résulterait donc de la situation économique ou politique du pays. Il peut se réaliser du fait d'un évènement dans un pays géographiquement voisin ou lié par des accords économiques et/ou politiques ; les risques opérationnels : Cet ensemble regroupe des sources de risques communes à toutes les entreprises. Bien sûr, certains prennent une importance particulière dans le cadre des banques comme le respect des procédures ou le dysfonctionnement des systèmes FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 17

20 d'information, compte tenu de la place que ceuxci occupent au sien de l'activité bancaire. On retrouve parmi les risques opérationnels : le risque opérationnel proprement dit et le risque juridique ; les risques de gouvernance : Ce dernier groupe de risques, comme le précédent est commun à toutes les entreprises ; ils sont relatifs à la politique de gestion de l'entreprise. Il s'agit du : risque de management qui décrit la défaillance dans le système de pilotage de l'entreprise pour cause de chocs externes (par exemple une mauvaise anticipation de l'évolution économique) ou internes (par exemple une dégradation du climat social ou altération des relais interne) ; risque extérieur ou environnemental qui regroupe les changements dans l'environnement de la banque qui peut affecter ses intérêts et dépasser largement les domaines habituellement «sous contrôle». Nous pouvons citer les décisions liées à la puissance publique. CESAG BIBLIOTHEQUE 2.2. Présentation du risque de contrepartie Il s'agira, à ce niveau, d approfondir la notion de risque de contrepartie, de classifier les différents risques qui y sont associés ; tout ceci dans l'objectif de mieux appréhender le risque de défaut Définition du risque de crédit bancaire Encore appelé risque de contrepartie ou risque de signature, il est le premier risque auquel est confronté la banque. Il occupe une place de choix dans l'activité bancaire d'une part parce qu'il est dépendant d'une relation basée sur la confiance avec le client, d'autre part parce qu'il représente la source principale de provisionnement des banques. Autrement dit, il est le risque de perte consécutive au défaut d'un emprunteur sur un engagement de remboursement des dettes (prêts bancaires) qu'il a contractées. Le produit est l'élément clé de la relation entre le prêteur et l'emprunteur. C'est lui qui véhicule le risque. Sans produit, il n'y a pas de risque. De cette relation, le risque de contrepartie est une probabilité de l'incapacité de l'emprunteur à honorer l'engagement qu'il a visàvis du prêteur. Ce risque peut se matérialiser aussi bien par une perte que par un manque à gagner qui ne trouvera pas obligatoirement sa traduction dans le résultat comptable. Le risque de crédit se décline en deux variantes : le risque de non remboursement et le risque d'immobilisation Les différents types de risque de crédit bancaire (CALVET, 2002 : 132) On distingue: le risque de non remboursement : c'est le risque le plus redouté par le banquier. Il apparait quand le client, en raison d'une dégradation de sa situation financière ou par mauvaise foi, FALL Khady MBF 11 ème promotion , CESAG. Dakar, Senegal Page 18

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés.

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés. - 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1 Objectif(s) : o Evaluation de la variation de la trésorerie d'exploitation ; o Encaissements et décaissements. Pré-requis : o Etre capable de distinguer

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 03-08 relative aux opérations de placement en devises réalisées par les OPCVM à l étranger

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 03-08 relative aux opérations de placement en devises réalisées par les OPCVM à l étranger Rabat, le 15 juillet 2008. Note de présentation de la circulaire du CDVM n 03-08 relative aux opérations de placement en devises réalisées par les OPCVM à l étranger Dans le cadre de la libéralisation

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET

METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET DE RECOUVREMENT OBJECTIFS Ce Métier devrait permettre aux apprenants de : Etre à l écoute du client pour pouvoir satisfaire à ses besoins et attentes en matière de crédit

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364)

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364) Loi du 2 août 2003 portant - modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier; - modification de la loi modifiée du 23 décembre 1998 portant création d'une commission de surveillance

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les entreprises industrielles s appuient régulièrement sur des moyens de financement autres que les fonds propres, afin de développer

Plus en détail

CATALOGUE 2013 DES SEMINAIRES

CATALOGUE 2013 DES SEMINAIRES Programme Master en Banque et Finance CATALOGUE 2013 DES SEMINAIRES INSCRIPTIONS ET RENSEIGNEMENTS CESAG - Boulevard du Général de Gaulle x Malick Sy - BP 3 802 Dakar - SENEGAL TEL: (221) 33 839 74 35

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques

Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques modifié par les règlements n o 94-03 du 8 décembre 1994, n o 96-06 du 24 mai 1996, n o 97-04 du 21 février 1997, n o 98-03

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

Les engagements et revenus y afférents dans les établissements bancaires

Les engagements et revenus y afférents dans les établissements bancaires NC 24 Les engagements et revenus y afférents dans les établissements bancaires Objectif 01. Les prêts et avances et les engagements de financement ou de garantie constituent généralement un segment important

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

Gestion Financière. Gestion Financière. Plan du cours. 1.Le budget de trésorerie 2.Le plan de trésorerie 3.La trésorerie à très court terme :

Gestion Financière. Gestion Financière. Plan du cours. 1.Le budget de trésorerie 2.Le plan de trésorerie 3.La trésorerie à très court terme : Université de Nice-Sophia Antipolis Institut Universitaire de Technologie Nice-Côte d Azur Département Gestion des Entreprises et des Administrations Gestion Financière La Gestion de la Trésorerie Directeur

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Avril 2013 POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Conformément aux règles des directives 2004/39/CE du 21 avril 2004 et 2006/73CE du 10 août 2006 transposées dans les articles 313-18 à 313-28 du

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2002-03 DU CRC DU 12 DECEMBRE 2002 RELATIF AU TRAITEMENT COMPTABLE DU RISQUE DE CREDIT modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

OFFRE DE FINANCEMENT

OFFRE DE FINANCEMENT OFFRE DE FINANCEMENT ENTREPRISES EN DEVELOPPEMENT P.3 Financement de la Balance Clients (en TTC) P.3 Financement en Invoice Discounting (en TTC) P.4 Financement des Créances Commerciales (en TTC) P.5 Financement

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7)

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7) Chapitre 2. Le bilan 1. Présentation générale du bilan 1.1. Définition C'est une représentation à une date donnée (à la clôture de l'exercice en général) du patrimoine de l'entreprise c'est-à-dire de tout

Plus en détail

3. Renforcer la trésorerie

3. Renforcer la trésorerie 3. Renforcer la trésorerie La trésorerie est fortement impactée en permanence par le poids des stocks, les délais de paiement des clients ou aux fournisseurs et d autres paramètres récurrents (cotisations

Plus en détail

Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement

Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement Assurance Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Sommaire Les enjeux du contrôle interne 5 Le rôle prépondérant de la Direction Générale et du Conseil d Administration

Plus en détail

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl. Le nouveau droit OHADA des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com Juin 2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Circulaire _2009_29 du 30 septembre 2009 Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Champ d'application: Les entreprises d'assurances soumises à la loi du 9 juillet 1975

Plus en détail

Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse

Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Article 1er: La présente instruction a pour objet de fixer les modalités

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Mlle Bâ Aminata Master EI 2 ème année COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Année Universitaire 2009/2010 Mr Crapanzano 1 Sujet : Vous êtes analyste dans une banque, votre client est un intermédiaire,

Plus en détail

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS?

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS? Consultation publique sur le site du SGG au titre du projet de loi sur les obligations sécurisées Éléments de réponse de ce Ministère sur les questions soulevées par CDG Capital Question Quelles sont les

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il?

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il? Le Crédit Renting Le Renting Financier est une forme de financement d un investissement similaire au leasing financier (leasing opérationnel) mais qui se distingue néanmoins de ce dernier par la hauteur

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, une information générale relative aux caractéristiques des

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT

ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT Réf : FI09AA / 000 003 183 38704 / C1G4 Pour tout renseignement concernant cette enquête, vous pouvez contacter M xxxxxxxxxx - Tél.xx xx xx xx xx - Courriel : xxxxxxxxxx@insee.fr

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS 1 sur 9 30/05/2007 09:42 BANK AL-MAGHRIB -------------------- LE GOUVERNEUR Circulaire n 19/G/2002 Rabat, le 18 Chaoual 1423 23 Décembre 2002 CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable NC 01 - "Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation

Plus en détail

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation La présente version annule et remplace toute version précédente. Elle a été enregistrée à Bruxelles le 28 septembre

Plus en détail

CLASSE 2 : COMPTES D OPERATIONS AVEC LA CLIENTELE

CLASSE 2 : COMPTES D OPERATIONS AVEC LA CLIENTELE CLASSE 2 : COMPTES D OPERATIONS AVEC LA CLIENTELE 1 - CONTENU DE LA CLASSE 2 Les comptes de la classe 2 enregistrent les opérations effectuées avec la clientèle y compris les opérations de pension, à l

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS

LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS Article premier. - Constitue un prêt consenti à un taux d'intérêt excessif, tout prêt conventionnel consenti à un taux d'intérêt effectif

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L EXPLOITATION

LE FINANCEMENT DE L EXPLOITATION LE FINANCEMENT DE L EXPLOITATION Objectif(s) : o o o o Escompte des effets de commerce, Cessions de créances, Affacturage, Subventions d'exploitation. Pré-requis : o Fonctionnement des comptes financiers.

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail