Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP"

Transcription

1 Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW Enquête CeFiP Financement des PME 2011

2 Table des matières Avant-propos 4 Executive summary 6 Introduction 10 Partie 1 : évolution de l octroi de crédit en Contexte economique Observations Débiteurs Montant des crédits octroyés Montant des crédits prélevés Degré d utilisation Conclusion 27 Partie 2 : Analyse de l enquête Présentation de l enquête et profil des répondants Contenu du formulaire d enquête Sélection des entreprises Formulaires d enquête envoyés et reçus Profil des répondants Différences entre les micro-entreprises et les PME Différences entre les Régions Investissements et modes de financement Investissements Modes de financement Différences entre les micro-entreprises et les PME Différences entre les Régions Demande de crédit bancaire Demande de crédit bancaire Demandes de crédit refusées Besoin futur de financement externe Différences entre les micro-entreprises et les PME Différences entre les Régions Octroi de crédit bancaire Problèmes liés à l obtention d un financement Garanties en cours Différences entre les micro-entreprises et les PME Différences entre les Régions Qualité des prestations de services fournis par la banque Qualité et évolution des services Information et conseil dans le choix du financement Connaissance du service de médiation du crédit 96 2

3 Différences entre les micro-entreprises et les PME Différences entre les Régions Le rating d une entreprise Connaissance du rating/scoring Information sur le rating attribué par la banque Différences entre les micro-entreprises et les PME Différences entre les Régions Mesures publiques Connaissance des mesures publiques en Région flamande Connaissance des mesures publiques en Région wallonne Connaissance des mesures publiques en Région de Bruxelles-Capitale Recours actuel et futur aux mesures publiques en Région flamande Recours actuel et futur aux mesures publiques en Région wallonne Recours actuel et futur des mesures publiques en Région de Bruxelles-Capitale Efforts supplémentaires des pouvoirs publics Différences entre les micro-entreprises et les PME Différences entre les Régions Financement de la société Financement interne et externe de la société Solvabilité de la société Différences entre les micro-entreprises et les PME Différences entre les Régions 117 Partie 3 : Conclusions et recommandations Conclusions Recommandations 124 Données de contact 128 Sources 129 Annexes 130 Liste des figures 138 Liste des tableaux 140 3

4 avant-propos

5 Enquête CeFiP Financement des PME avant-propos De nombreuses PME se retrouvent confrontées à une insuffisance de sources de financement internes lorsque vient le moment de financer leurs investissements et activités. Pour y pallier, elles recourent à des sources de financement externes telles que l apport de capitaux et l octroi de crédit. En Belgique, il faut reconnaître que le marché du capital à risque est moins développé que celui du crédit. La plupart des PME en quête de ressources externes optent en effet bien plus souvent pour cette deuxième alternative, et plus particulièrement pour le financement bancaire. Dans le présent rapport, le Centre de Connaissances du Financement des PME (CeFiP) 1, en collaboration avec l Université d Anvers (UA) 2, souhaite faire le point sur le financement des PME en Belgique en À cette fin, il a interrogé, par écrit, au cours du 4 e trimestre 2011, un échantillon de PME issues des trois Régions du pays. Les principaux objectifs de cette enquête consistent à évaluer la disponibilité des différentes sources de financement, les relations entre la banque et l entreprise, les modalités d octroi de crédit ainsi que la connaissance et le recours aux diverses mesures publiques de soutien au financement par le crédit. L enquête CeFiP sur le financement des PME est réalisée depuis 2005 selon la même méthodologie. Ceci permet dès lors une comparaison des résultats entre les années antérieures à la crise économique et financière de 2008, les années de crise et la situation actuelle que l on peut qualifier de sortie de crise. Ce rapport 2011 expose donc clairement les principaux enseignements que l on peut tirer de cette approche comparative, importante caractéristique de cette étude. Cette année encore, l enquête du CeFiP sur le financement des PME a suscité l intérêt des entreprises. Le pourcentage de réponse -13,4% - est, en effet, très appréciable si on le compare à celui d autres grandes études du même genre. Les chefs d entreprises souhaiteraient-ils adresser un message au monde financier? Quoi qu il en soit, avec un échantillon aussi représentatif, le CeFiP peut légitimement prétendre décrire objectivement la réalité du financement des entreprises et d avancer des recommandations fondées. Nous vous souhaitons bonne lecture de ce rapport d enquête du CeFiP sur le financement des PME en Professeur Eddy Laveren Département Accounting et Finance Université d Anvers Frédéric Lernoux Administrateur délégué CeFiP 1 le Centre de Connaissances du Financement des PME (CeFiP) est le centre de référence au niveau fédéral qui centralise l information essentielle sur l ensemble des problématiques liées au financement des PME, l exploite et la met à disposition des autorités publiques, des entrepreneurs et de leurs organisations représentatives ainsi que des dispensateurs de crédit. Le CeFiP gère le dispositif belge de médiation du crédit aux entreprises et de médiation de l assurance-crédit (www.cefip.be ou ). 2 Ce rapport a été écrit en collaboration avec le Prof. Dr Eddy Laveren et ses assistants de recherche Lansen Puttemans et Kurt Verstegen. 5

6 executive summary

7 Enquête CeFiP Financement des PME executive summary L enquête CeFiP «Financement des PME» 2011 a été réalisée en collaboration avec des chercheurs du département de Finance et Comptabilité de l Université d Anvers sous la direction du Prof. Dr. Eddy Laveren. L objectif principal de cette enquête annuelle consiste à évaluer la disponibilité de financement et l octroi de crédit bancaire aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux micro-entreprises ainsi que le comportement des banques à leur égard. L enquête CeFiP «Financement des PME» 2011 a été envoyée en octobre et novembre entreprises belges employant entre 1 et 250 travailleurs salariés, situées dans les trois Régions et issus de différents secteurs ont été sélectionnées et ont reçu un questionnaire par courrier postal. Le taux de réponse a été de 13,4%. Après avoir écarté les formulaires inexploitables, l analyse des résultats pouvait se baser sur les réponses de 841 entreprises. Le profil des répondants peut être établi sur base de leur taille, leur Région, leur forme juridique et leur âge : 22,2% des répondants sont des micro-entreprises et 77,8% des PME ; 62,5% des répondants sont localisées en Région flamande, 28,1% en Région wallonne et 9,4% en Région de Bruxelles-Capitale ; 37% des répondants ont adopté la forme juridique de la SPRL et 63% de la SA ; 60,4% des répondants ont plus de 20 ans d existence, 36,7% ont entre 4 et 20 ans et 2,9% ont moins de 4 ans. Au cours des douze mois précédant l enquête, la quasi-totalité des entreprises interrogées ont réalisé un projet d investissement mais un peu plus d un tiers n ont pas pu concrétiser tous les investissements prévus, et ce, pour la plupart, pour des raisons économiques. 90,1% des répondants ont réalisé un projet d investissement au cours des douze mois précédant l enquête. Il s agissait principalement d investissements de remplacement de matériel ou d équipement (60,7%), de remplacement de matériel roulant (45,5%) ou d expansion de matériel ou d équipement (40%). 34,2% des répondants n ont pas pu réaliser tous les investissements prévus. Les micro-entreprises sont proportionnellement plus nombreuses que les PME à s être trouvées dans cette situation (49,2% contre 30%). Ce pourcentage de micro-entreprises continue cependant à diminuer depuis Des raisons économiques justifient, pour la plupart des entreprises interrogées, le fait qu elles n aient pas pu concrétiser tous leurs projets d investissement. Les micro-entreprises sont proportionnellement plus nombreuses à dire que des problèmes financiers les ont empêchés de réaliser tous les investissements prévus. Près de 10% des répondants ont renoncé à leurs projets d investissements parce qu ils ne les jugeaient tout simplement plus opportuns. Parmi les modes de financement externe les plus utilisés, se trouvent le crédit d investissement (45,2% des répondants), le leasing (26,8%), le straight loan (22,8%) et le crédit de caisse (15,7%). Les micro-entreprises sont proportionnellement moins nombreuses que les PME, à avoir fait appel au straight loan, pourtant moins cher (12,3% contre 25,6% dans les PME), préférant le crédit de caisse plus onéreux (22,7% contre 13,9% dans les PME). 3 une micro-entreprise se définit comme une entreprise où travaillent moins de 10 personnes et dont le chiffre d affaires est inférieur à 2 millions d euros. Une PME occupe moins de 250 personnes et réalise un chiffre d affaires inférieur à 50 millions d euros. 7

8 20,4% des répondants n ont aucun crédit bancaire en cours. Par rapport à 2010, la demande totale de crédit bancaire pour financer des investissements s est accrue et le taux global de refus par la banque a diminué en Durant les douze mois précédant l enquête, 47,9% des répondants ont demandé un crédit bancaire pour financer des investissements (+8,8 points de pourcentage par rapport à 2010), et 18% ont fait de même pour financer leur cycle d exploitation (statu quo par rapport à 2010). 12,9% des entreprises ayant introduit une demande de crédit bancaire ont fait face à un refus de leur banque. La baisse du taux de refus déjà constatée entre 2009 et 2010 (-2,5 points de pourcentage) se poursuit encore entre 2010 et 2011 (-1,9 point de pourcentage). Les micro-entreprises sont proportionnellement plus nombreuses que les PME à s être vu refuser leur demande de crédit (21,1% contre 10,7% dans les PME). Les principales raisons invoquées pour justifier le refus d une demande de crédit sont le resserrement des conditions d octroi suite aux réglementations de Bâle II et Bâle III, un manque de sûretés, une capacité de remboursement insuffisante, et enfin un apport propre ou de fonds propres trop faible. 27,5% des répondants ne prévoient aucun besoin de financement externe dans les douze mois à venir. 27,3% s attendent à un besoin modéré et 12,5% à un besoin important voire très important. Par rapport à 2010, le besoin de financement externe pour les douze prochains mois semble s être accru au sein des micro-entreprises. En 2010, 34,8% de celles-ci déclaraient n avoir aucun besoin futur de financement externe. En 2011, elles sont passées à 24%. 8% des répondants (mais 12,76% de ceux qui avaient demandé un crédit bancaire durant les douze mois précédant l enquête) ont rencontré beaucoup voire énormément de problèmes pour obtenir un financement bancaire. 63,7% des entreprises interrogées n ont été confrontées à aucune difficulté dans leur recherche de financement bancaire. En 2010, elles étaient 54,1% et la part de celles en ayant eu beaucoup voire énormément était de 11,3%. Parmi les micro-entreprises, 13% ont rencontré beaucoup voire énormément de problèmes, contre 6,6% de PME. parmi les entreprises ayant introduit une demande de crédit bancaire au cours des douze mois précédant l enquête, près de la moitié ont rencontré des problèmes. 12,76% en ont eu beaucoup voire énormément. Les garanties les plus citées dans le cadre du crédit bancaire sont le gage sur fonds de commerce (43,9%), le mandat hypothécaire (31,8%), la caution personnelle (19,8%) et l hypothèque (18,3%). 8 En matière de qualité des prestations de services fournis par la banque, la majorité des entreprises interrogées sont globalement satisfaites. 68% des répondants donnent à leur institution financière un score d au moins 7 sur 10. Seulement 11,3% lui décernent un «insuffisant». 12% des répondants estiment que la qualité des services s est améliorée voire fortement améliorée durant ces douze derniers mois. 14,6% constatent une dégradation voire une forte dégradation. Un quart des entreprises interrogées, cependant, affirme ne pas recevoir suffisamment de conseils de la banque dans les situations difficiles. Environ un répondant sur cinq n est pas d accord avec le fait que la banque fournit des conseils fiables.

9 Enquête CeFiP Financement des PME executive summary De même, pour un quart des répondants, la banque ne connaît pas bien la vie de l entreprise. Face à cela, 16,4% ne trouvent pas qu il est important d informer la banque de leurs activités. seuls 6,7% des répondants connaissent le service de médiation du crédit qui, au sein du CeFiP, traite les problèmes de crédit dans le cadre de l aide aux entreprises. 23,9% des répondants disent avoir un rating/scoring auprès de la banque mais : 10% ne savent pas ce qu est un rating ; parmi les répondants qui déclarent avoir un rating/scoring auprès d une banque, 23% le connaissent et 48,7% connaissent les critères sur lesquels la banque se base pour le construire ; la banque a déjà parlé du rating à 13,2% des entreprises interrogées ; 73,9% des répondants souhaitent que la banque leur fournisse davantage d information à propos de leur rating. La déduction des intérêts notionnels est la mesure publique de soutien au financement la plus connue dans les trois Régions. Les subsides, les autres mesures fiscales et la réserve d investissement sont généralement moyennement bien à bien connus dans toutes les Régions. En Région flamande, les entreprises interrogées sont proportionnellement plus nombreuses à bien connaître le «Portefeuille PME» que les ces trois autres mesures publiques. Dans les réponses données par les entreprises, le même constat apparaît pour les trois Régions : les répondants sont proportionnellement plus nombreux à avoir l intention d y recourir que durant l année à venir qu à les avoir effectivement déjà utilisées durant les douze mois précédant l enquête. 61,1% des répondants considèrent que les pouvoirs publics et les banques pourraient fournir davantage d efforts pour soutenir le financement des PME, en matière d information, de réduction des charges (fiscales et sociales), et, plus spécialement dans le cas des banques, de confiance et de soutien aux PME. 52,4% des répondants financent au moins 75% de leurs besoins en financement par des moyens internes. Les modes de financement externe les plus utilisés sont le crédit d investissement (fréquemment utilisé par 37,1% des répondants), le leasing (26,6%), le straight loan (26,5%) et le crédit de caisse (20%). pour un tiers des répondants environ, les fonds propres représentent moins de 25% du total du bilan. Cette proportion atteint au moins 75% dans 12,9% des cas. 26,2% des entreprises interrogées prévoient d augmenter leurs fonds propres dans les douze prochains mois. parmi ces entreprises, 73,3% ont l intention de le faire en réservant une plus large part de leur bénéfice. 21,7% de tous les répondants ont l intention de renforcer leurs fonds propres via la déduction des intérêts notionnels. 36,2% n ont pas encore d avis. pour 66,2% des répondants, la crise n a eu aucun impact négatif. C est le cas pour 54,9% des micro-entreprises et 69,9% des PME. Le rapport d enquête comprend une analyse détaillée des résultats de l enquête sur laquelle le CeFiP s est appuyé pour formuler un certain nombre de recommandations. 9

10 introduction

11 Enquête CeFiP Financement des PME introduction Pour financer leurs investissements et leur cycle d exploitation, les PME recourent à des sources de financement internes et externes. L objectif principal de cette étude consiste à étudier le financement externe, et plus particulièrement le financement bancaire des entreprises. Le rapport est divisé en trois parties. La première partie présente l évolution de l octroi du crédit aux entreprises en Une description de quelques données macro-économiques pertinentes situe brièvement le contexte économique dans lequel se sont inscrites l offre et la demande de crédit en Les chiffres trimestriels d octroi de crédit sont ensuite traités pour évaluer le nombre de débiteurs, le montant de crédits octroyés, le montant de crédits prélevés et le degré d utilisation sur l année La deuxième partie analyse les résultats de l enquête au travers de huit chapitres. Le premier chapitre présente les principales caractéristiques de l enquête et définit le profil des répondants. Le deuxième chapitre informe sur les investissements que les entreprises interrogées ont pu réaliser au cours de douze mois précédant l enquête et les modes de financement auxquels elles ont recouru pour ce faire. Le troisième et le quatrième chapitre étudient la demande et l octroi de crédit bancaire. La question du refus de crédit et celle des problèmes liés à l obtention d un financement y sont également abordées en détails. Dans le cinquième chapitre, l analyse est portée sur la qualité des prestations de services fournis par la banque. Le sixième chapitre est consacré au rating, le score sur lequel la banque se base pour octroyer un crédit et fixer les conditions d octroi. La connaissance et le recours actuel et futur aux mesures publiques de soutien au financement des PME sont examinés dans le septième chapitre. Enfin, le huitième chapitre s intéresse au financement de la société et plus particulièrement à la part et au renforcement des fonds propres dans le bilan. Chaque chapitre se termine par une analyse comparative des différences statistiquement significatives entre les micro-entreprises et les PME d une part, et les entreprises des trois Régions d autre part. La troisième et dernière partie reprend les principales conclusions des différents chapitres. Elle contient ensuite une série de recommandations destinées aux banques, aux autorités publiques et aux chefs d entreprises, afin de renforcer et d améliorer l accès des PME au financement. 11

12 Partie 1 Evolution de l octroi de crédit en 2011

13 Enquête CeFiP Financement des PME partie 1 Chaque trimestre, sur base des relevés mensuels de la Banque nationale de Belgique (BNB), le Centre de Connaissances du Financement des PME (CeFiP) analyse et publie les chiffres relatifs à l évolution de l octroi de crédit en Belgique. Ceux-ci y sont systématiquement présentés par taille d entreprise afin de pouvoir suivre de près la situation des indépendants et des PME. Un bref aperçu de quelques paramètres est donné pour l année Contexte économique Afin de mieux comprendre l évolution de l octroi de crédit aux sociétés non financières, l enquête trimestrielle de la BNB relative à la distribution du crédit bancaire dans la zone euro (Bank Lending Survey (BLS)) nous informe sur l évolution de la demande et de l offre de crédit à ces sociétés, telle que perçu par les établissements bancaires belge et de la zone euro. D après les résultats du Bank Lending Survey (BLS) du 4 e trimestre , les critères d octroi de crédit en Belgique n ont été ni assouplis ni durcis tout au long de l année Par contre, dans la zone euro, ces critères se sont progressivement durcis durant cette période. Pour le 1 er trimestre 2012, les institutions de crédit prévoient une évolution similaire de ces conditions d octroi de crédit, tant au niveau belge qu au niveau de la zone euro (figure 1 (a)). La demande de crédits des sociétés non financières belges a augmenté durant la première moitié de l année et a ensuite enregistré un statu quo lors du second semestre. La demande émanant des sociétés non financières de la zone euro a également augmenté en début d année mais à un rythme moindre, et a par contre diminué au cours des deux derniers trimestres. Pour le 1 er trimestre 2012, les établissements de crédit prévoient une demande de crédits stable en Belgique mais à la baisse dans la zone euro (figure 1 (b)). 4 bnb, Bank Lending Survey, 4 e trimestre 2011 : 13

14 Figure 1 : Bank Lending Survey - résultats du 4 e trimestre 2011 (Source : BNB-NBB) Figure 1 : Bank Lending Survey résultats du 4e trimestre 2011 (Source: BNB-NBB) La demande et l offre et de l'offre crédit de de l année crédit 2011 de ont l'année été notamment 2011 influencées ont été par notamment les conditions influencées économiques de par cette les même conditions économiques de cette même période. Sur base notamment du contexte période. Sur base notamment du contexte économique et de leurs prévisions, les banques ont pu revoir leur conditions d octroi économique et de leurs prévisions, les banques ont pu revoir leur conditions d'octroi tout tout comme les les entreprises ont ont pu revoir pu revoir leurs décisions leurs de décisions dépenses et de d investissements. dépenses et d'investissements. Notons cependant que cette Notons relation «cependant conditions économiques cette - octroi relation de crédit "conditions» n est pas à économiques sens unique. Le comportement - octroi de des crédit" banques n'est et des pas entreprises à sens sur unique. Le comportement des banques et des entreprises sur l'année 2011 ont en effet très l année 2011 ont en effet très bien pu influencer à leur tour les conditions économiques du moment. C est donc dans cette bien pu influencer à leur tour les conditions économiques du moment. C'est donc dans cette perspective qu il faut qu'il lire faut les paragraphes lire les paragraphes suivants, décrivant suivants, l évolution décrivant de ces quelques l'évolution indicateurs de économiques. ces quelques La indicateurs croissance économique économiques. belge a évolué de manière positive durant la première partie de 2011 mais s est par contre repliée La croissance économique belge a évolué de manière positive durant la première partie de en seconde partie d année. En effet, d après les chiffres de l Institut des Comptes Nationaux (ICN) 5, le produit intérieur brut 2011 mais s'est par contre replié en seconde partie d'année. En effet, d'après les chiffres de (PIB) l'institut en volume, des corrigé Comptes des variations Nationaux saisonnières (ICN) 5, et le des produit effets de intérieur calendrier, brut a augmenté, (PIB) en sur volume, base trimestrielle, corrigé de des 0,9% en variations T et saisonnières de 0,3% en T et des mais effets a diminué, de sur calendrier, base trimestrielle, a augmenté, de -0,1% en sur T base et trimestrielle, T Sur l ensemble de 0,9% en T et de 0,3% en T mais a diminué, sur base trimestrielle, de -0,1% en T3 de 2011 l année et 2011, T la croissance Sur l'ensemble de l activité de économique l'année s est 2011, élevée la à croissance 1,9% contre de 2,3% l'activité en économique s'est Avec élevée une croissance à 1,9% contre de la valeur 2,3% ajoutée en de 3,4% en 2011 contre 0,5% en 2011, la construction a été le secteur dont l activité Avec une croissance de la valeur ajoutée de 3,4% en 2011 contre 0,5% en 2011, la a le plus augmenté. L industrie a connu une croissance de sa valeur ajoutée de 3,1%, soit une évolution moindre par rapport construction a été le secteur dont l'activité a le plus augmenté. L'industrie a connu une à croissance celle de 2010 de (4,2%). sa valeur Le secteur ajoutée des services de a 3,1%, quasiment soit maintenu une évolution le même rythme moindre de croissance par rapport de son à activité celle en de 2010 (1,6%) 2010 et (4,2%). en 2011 Le (1,7%). secteur des services a quasiment maintenu le même rythme de croissance de son activité en 2010 (1,6%) et en 2011 (1,7%). La croissance de l activité économique en 2011 a été soutenue par la demande intérieure. Celle-ci a surtout augmenté grâce La croissance de l'activité économique en 2011 a été soutenue par la demande intérieure. à Celle-ci la forte progression a surtout de augmenté la formation grâce brute à de la capital forte fixe progression par les entreprises de la (+8,8% formation en 2011) brute et par de les capital administrations fixe par les entreprises (+8,8% en 2011) et par les administrations publiques (+7,3% en 2011). Les source Source : Institut : Institut des comptes des comptes nationaux nationaux (ICN), communiqué (ICN), communiqué de presse du 7/03/2012 de presse : du 7/03/2012 :

15 Enquête CeFiP Financement des PME partie 1 publiques (+7,3% en 2011). Les dépenses de consommation tant des ménages que des administrations publiques ont progressé de 0,8% sur l ensemble de l année. La demande extérieure a fortement augmenté en 2011 avec une hausse de 4,8% du volume des exportations de biens et services. Etant donné une évolution à la hausse des importations de biens et services de 5,2%, la contribution du solde extérieur à la croissance de l activité a été négative cette année (-0,2%). En 2011, l inflation en Belgique a augmenté et a atteint 3,5%, contre 2,3% en Selon l Observatoire des prix 6, cette inflation est surtout poussée à la hausse par l augmentation continue des prix énergétiques qui ont contribué à hauteur de 1,9 point de pourcentage à l inflation totale sur cette année écoulée. Ces prix énergétiques étaient, en 2011, 17% plus élevés qu en Malgré une progression à la hausse durant les quatre premiers mois de 2011, la confiance des chefs d entreprises belges dans l évolution future de la conjoncture a commencé à se dégrader à partir du mois de mai et a poursuivi sa chute jusqu en novembre. Le mois de décembre a néanmoins été marqué par un léger regain d optimisme. Le baromètre de conjoncture de la BNB basé sur une enquête menée auprès d un échantillon d entrepreneurs 7 s est en effet quelque peu redressé en tout fin d année. Les secteurs de l industrie manufacturière, de la construction, du commerce et des services aux entreprises ont tous connu une plus forte baisse de la confiance des chefs d entreprises dans la deuxième partie de En 2011, la Belgique a enregistré une augmentation de 6,8% du nombre de faillites d entreprises par rapport à entreprises ont été concernées cette année, contre en Elles ont engendré la perte de emplois. Entre le 3 e et 4 e trimestre 2011, le nombre de faillites a progressé de 30,8%, passant de à entreprises et le nombre de pertes d emploi associées a augmenté de 16,46% passant de à Sur l ensemble de l année, ce sont les secteurs des services et de l horeca qui ont le plus été touchés avec une hausse de 12,1% et de 11,1% d entreprises ayant fait faillite 8. Le 14 e baromètre du CeFiP 9 a montré une augmentation du pessimisme des petites entreprises interrogées en novembre 2011, au sujet du climat entrepreneurial et de l accès au financement bancaire. Leur perception de l accès aux crédits bancaires de court et long terme s est durcie par rapport à celle qu elles avaient affichée en janvier Dans le cadre de cette enquête, 61% des entreprises ont dit ne pas prévoir d investissements pour les douze prochains mois. 6 source : ICN : communiqué de presse du rapport annuel 2011 de l Observatoire des prix : 7 source : BNB : communiqués de presse des enquêtes mensuelles de conjoncture auprès des entreprises - décembre 2011 : 0_00/ _Conjunctuurbarometer_december.htm?l=fr 8 Source : SPF Economie - Direction générale Statistiques (http://economie.fgov.be/fr/binaries/bri-def-2011_fr_tcm pdf) 9 Source : CeFiP, 14 e baromètre, novembre 2011 (http://www.cefip.be/files/documenten/fr/barometer14_fr_annex.pdf) 15

16 1.2. Observations Débiteurs Sur l ensemble de l année 2011, le nombre total de débiteurs s est réduit de -0,55% contre -0,12% en Cette évolution s est faite progressivement et correspond au final à une diminution de débiteurs entre le 4 e trimestre 2010 (T4 2010) et le 4 e trimestre 2011 (T4 2011). Au dernier trimestre 2011, on recensait débiteurs contre un trimestre plus tôt, soit une baisse de -0,13%. Figure 2 : Evolution du nombre total de débiteurs (chiffres absolus) Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q4 L évolution du nombre de débiteurs n a cependant pas suivi la même tendance pour chaque type d entreprise. Le nombre de débiteurs indépendants n a cessé de diminuer durant l année, passant de en T à en T Avec une progression à la baisse de -5,03% en un an, c est dans cette catégorie d entreprise que le nombre de débiteurs s est le plus réduit. Au 4 e trimestre 2011, le recul a été moindre qu au trimestre précédent. Il a en effet été de -0,56% en T contre -2,9% en T En l espace d un an, les petites sociétés ont vu leur nombre de débiteurs augmenter de +2,55%, à en T contre en T Alors qu il avait progressivement augmenté durant les trois trimestres précédents, le nombre de débiteurs parmi les petites sociétés a reculé de -0,83% au 4 e trimestre L augmentation du nombre de débiteurs a été plus importante parmi les moyennes sociétés (+3,8% entre T et T4 2011). Malgré une baisse de -3,15% en T et de -9,66% en T3 2011, le nombre de débiteurs de ce type a connu une 16 remontée fulgurante en T avec une hausse de +17,59%, à

17 Enquête CeFiP Financement des PME partie 1 Du côté des grandes sociétés, l évolution annuelle du nombre de débiteurs a été de -4,14%, passant de en T à en T Bien qu il n ait cessé de diminuer lors des trois trimestres précédents avec surtout une chute de -14,23% en T3 2011, le nombre de débiteurs de cette catégorie est reparti brutalement à la hausse au 4 e trimestre 2011 (+16,15%). L évolution du nombre de débiteurs en 2011 a confirmé et renforcé quelque peu les tendances de 2010 pour les indépendants, les petites et les moyennes sociétés. Ces trois catégories d entreprise avaient en effet vu leur nombre de débiteurs varier respectivement de -3,24%, +2% et +4,54%. Pour les grandes sociétés, le nombre de débiteurs avait augmenté de +1,75% en Figure 2 bis : Evolution du nombre de débiteurs par type d entreprise (chiffres absolus) Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q4 Indépendants Petites sociétés Sociétés moyennes Grandes sociétés Les indépendants (38,69%) et les petites entreprises (57,41%) représentaient, à eux deux, 96,10% du nombre total de débiteurs en T Les deux catégories restantes que sont les moyennes (2,95%) et grandes entreprises (0,95%) constituaient à peine 3,90% du nombre total de débiteurs. Notons que depuis le 4 e trimestre 2008, la part des indépendants dans le total des débiteurs s est réduite de 4,76 points de pourcentage alors que celle des petites sociétés s est accrue de 4,5 points de pourcentage. Les moyennes et grandes sociétés constituaient déjà à l époque 2,71% et 0,93% de l ensemble des débiteurs, soit une proportion restée relativement similaire à celle de T

18 Figure 2 ter : Répartition du nombre de débiteurs par type d entreprise (2011 Q4, chiffres absolus) % % % Indépendants Petites sociétés Sociétés moyennes Grandes sociétés % Montant des crédits octroyés Le montant total des crédits a progressé de +5,87% en 2011 pour atteindre, à la fin du 4 e trimestre 2011, la somme de 172,314 milliards d euros. Seul le 1 er trimestre s est vu associé une réduction des crédits octroyés (-2,04%). Entre le 3 e et 4 e trimestre 2011, ceux-ci ont augmenté de +2,06%. Figure 3 : Evolution du montant total des crédits octroyés (millions d euros) Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q4

19 Enquête CeFiP Financement des PME partie 1 Parmi les différentes catégories d entreprise, les indépendants ont connu une réduction des crédits octroyés plus importante en 2011 (-3,28%) qu en 2010 (-1,23%). Ceux-ci équivalaient fin 2011 à 12,654 milliards d euros. La baisse constatée pour le 4 e trimestre (-0,69%) a été légèrement inférieure à celle du 3 e trimestre (-1,75%). Le montant des crédits octroyés aux petites sociétés avait augmenté de +3,6% en En 2011, il a poursuivi sur son élan avec une hausse +5,19% à 59,021 milliards d euros en T Alors que le montant des crédits octroyés à ce type d entreprise n avait cessé d augmenter entre 0 et 1,5%, depuis le 1 er trimestre 2009 et puis de +8,8% au 3 e trimestre 2011, une chute brutale de -5,77% vient marquer le 4 e trimestre Les moyennes sociétés ont vu le montant des crédits qui leur étaient octroyés s accroitre de +14,83% en 2011 à 38,911 milliards d euros et compenser la baisse de -11,21% survenue en L évolution à la hausse au 3 e trimestre 2011 (+14,16%) ne s est pas répétée au trimestre suivant et a laissé sa place à une baisse de -0,98%. Quant aux grandes sociétés, la hausse du montant des crédits octroyés n a pas été, cette année, aussi élevée que celle observée pour les petites et moyennes sociétés. Ce montant a augmenté de +3,42%, soit près d un demi-point de pourcentage de moins qu en 2010 (+3,93%). Au 4 e trimestre 2011, une augmentation de +13,94% est venue largement compenser la baisse survenue au 3 e trimestre 2011 (-6,78%). Figure 3 bis : Evolution du montant des crédits octroyés par type d entreprise (millions d euros) Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q4 Indépendants Petites sociétés Sociétés moyennes Grandes sociétés 19

20 Le montant total des crédits octroyés se répartissait, en T4 2011, de la manière suivante entre les différentes catégories d entreprise : PME et indépendants : 64,18% (indépendants : 7,34%, petites entreprises : 34,25%, moyennes entreprises : 22,58%) ; grandes entreprises : 35,82%. Depuis le 4 e trimestre 2008, la part des montants de crédits octroyés aux indépendants et aux moyennes entreprises dans le montant total s est réduite de 1,36 point de pourcentage pour les premiers et de 2,42 points de pourcentage pour les secondes. Dans le cas des petites et des grandes sociétés, leur part respective dans le montant total des crédits octroyés s est accrue de 0,75 et 3,02 points de pourcentage. Figure 3 ter : Répartition du montant des crédits octroyés par type d entreprise (millions d euros) 61727,257 35,82% 12654,49 7,34% 59020,966 34,25% Indépendants Petites sociétés Sociétés moyennes Grandes sociétés 38911,036 22,58% En analysant le montant moyen de crédits octroyés par débiteur 10, on remarque que la hausse constatée en 2010 pour les petites sociétés (+1,58%) et les grandes sociétés (+2,13%) s est renforcée en 2011 (+2,58% et +7,88%) mais que celle pour les indépendants a légèrement fléchi (+2,08% en 2010 contre +1,84% en 2011). La baisse enregistrée en 2010 pour les moyennes sociétés (-15,06%) a été, quant à elle, en grande partie compensée par l augmentation de 2011 (+10,63%). Malgré cette hausse générale pour toutes les catégories d entreprise en 2011, seul le 4 e trimestre a été marqué par une diminution du montant moyen octroyé à chacune d entre elles : -0,13% pour les indépendants, -4,97% pour les petites sociétés, -15,79% pour les moyennes sociétés et -1,90% pour les grandes sociétés En combinant le nombre de débiteurs et les montants de crédit octroyés pour chaque catégorie, on obtient les montants moyens de crédits octroyés par débiteur.

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Financement des PME 2014

Financement des PME 2014 Financement des PME 2014 Donneur d ordre : SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Observatoire des PME Exécutant : UNIZO vzw (Avec la collaboration de l Université d Anvers) Ce rapport a été

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2015-0 - Liens: observatoire

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 23.21.34 RPM Bruxelles 214-11-28 Liens: observatoire du crédit

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +3 1 6 99 Fax +3 1 31 97 TVA BE 3.1.34 RPM Bruxelles 14--8 Liens: observatoire du crédit Executive summary

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d

sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d Faillites à Schaerbeek et démographie d des sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d locale de Schaerbeek Guichet d Economie d Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Instituut voor de autocar en de autobus v.z.w. Institut pour l autocar et l autobus a.s.b.l. INANCEMENT D UNE PME PROBLEMES ET SOLUTIONS POSSIBLES

Instituut voor de autocar en de autobus v.z.w. Institut pour l autocar et l autobus a.s.b.l. INANCEMENT D UNE PME PROBLEMES ET SOLUTIONS POSSIBLES Instituut voor de autocar en de autobus v.z.w. Institut pour l autocar et l autobus a.s.b.l. INANCEMENT D UNE PME PROBLEMES ET SOLUTIONS POSSIBLES Financement d une PME : problèmes et solutions possibles

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Centrale des crédits aux entreprises

Centrale des crédits aux entreprises Centrale des crédits aux entreprises Bruxelles, mercredi 23 octobre 2013 Patrick BISSOT Introduction Le crédit est important et même nécessaire pour l'économie... 2 / 25 Crédits enregistrés à la CCE Comparaison

Plus en détail

Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques

Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques 7. Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques 7.1 Conséquences de la crise financière La

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Décembre 2012 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 69

Décembre 2012 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 69 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 David Vivet Introduction Chaque année, dans la Revue économique de décembre, la Banque nationale présente les évolutions qui ressortent des comptes

Plus en détail

credit crunch ou non?

credit crunch ou non? ANALYSE FEB Financement des investissements : credit crunch ou non? Octobre 2013 8,1% II recul des investissements en comparaison avec leur niveau le plus élevé avant la crise 13,9% II l augmentation de

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Nous examinons ici l effet du dernier resserrement des règles de l assurance prêt hypothécaire sur la performance du marché immobilier québécois

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011 Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, mars 2011 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique RÉsultats Printemps 2012 Baromètre Atradius des pratiques Etude internationale sur les comportements en B2B Principaux résultats - Belgique Copyright Atradius N.V. 2012 Avertissement Ce rapport fournit

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation Avril-Mai-Juin 20 Note trimestrielle N 30 Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation RESUME DE L EVOLUTION DU TRIMESTRE (Avril-Mai-Juin 20) Sensible progression Dans la continuité

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Table des matières. Rapport PME Belgique 2013

Table des matières. Rapport PME Belgique 2013 JANVIER 2014 Une publication de UNIZO vzw, de l UCM et de Graydon Belgium nv Redaction Gilles Vandorpe (Coordinateur Recherche UNIZO- Service d Etudes) Charlie Tchinda (Economiste-Statisticien UCM Service

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Rapport Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Remerciements Plusieurs organismes ont fourni des données et de l information à l ACP, l ont aidée à formuler

Plus en détail

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES LA DEDUCTION D INTERET NOTIONNEL: un incitant fiscal belge novateur Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 www.invest.belgium.be 2 Contenu 4 De

Plus en détail

UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES ENQUETE SUR L ACCES AU FINANCEMENT DES INDEPENDANTS ET PME FRANCOPHONES

UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES ENQUETE SUR L ACCES AU FINANCEMENT DES INDEPENDANTS ET PME FRANCOPHONES UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES ENQUETE SUR L ACCES AU FINANCEMENT DES INDEPENDANTS ET PME FRANCOPHONES JANVIER 2015 Ce document est une publication du Service d études d UCM National Siège social : rue

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 26 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 26 ième

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

En 2011, l investissement corporel brut

En 2011, l investissement corporel brut 4.1 Investissement En 211, l investissement corporel brut hors apport des entreprises des secteurs principalement marchands non financiers et non agricoles s élève à 196 milliards d euros. Il s est redressé

Plus en détail

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Prof. Dr Nancy Huyghebaert Professeur Corporate Finance Département «Accountancy, Finance & Insurance

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... 5 Préface... 9 Introduction... 11 Principaux arrêtés royaux et lois étudiés dans cet ouvrage...

Table des matières. Avant-propos... 5 Préface... 9 Introduction... 11 Principaux arrêtés royaux et lois étudiés dans cet ouvrage... Avant-propos... 5 Préface... 9 Introduction.... 11 Principaux arrêtés royaux et lois étudiés dans cet ouvrage... 15 PREMIERE PARTIE Les grands principes de détermination du revenu imposable d une société...

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Etudes sur la situation de l entreprise

Etudes sur la situation de l entreprise union wallonne des entreprises asbl Etudes sur la situation de l entreprise Thème 2012 : «Le financement bancaire des entreprises en Wallonie» Juin 2012 études sur la situation de l entreprise le financement

Plus en détail

Résultats et situation financière Des entreprises en 2010

Résultats et situation financière Des entreprises en 2010 Résultats et situation financière Des entreprises en 21 Résultats et situation financière des entreprises en 21 David Vivet Introduction Chaque année, dans la Revue économique de décembre, la Banque nationale

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu?

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu? Crédit et risque Profil de risque de l entreprise 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? Petit Robert : confiance qu inspire quelqu un ou quelque chose, opération par laquelle une personne met

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail