ACTIVITÉ 11 Moyens 11 Indicateurs de l'activité de crédit 12 Diversification 13

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTIVITÉ 11 Moyens 11 Indicateurs de l'activité de crédit 12 Diversification 13"

Transcription

1

2 ...Grâce à l'implication des acteurs associatifs, aux interventions des bailleurs de fonds internationaux et aux encouragements et appuis financiers substantiels de l Etat, cette activité, née il y a 20 ans, d'initiatives de militants de la société civile, est aujourd'hui une composante essentielle du paysage financier national. En répondant aux besoins financiers des plus démunis, elle contribue à l'élargissement du champ d'inclusion financière de l'ensemble de la population. Ce secteur a franchi des étapes importantes dans le processus de construction d'une activité moderne et performante à travers la mise à niveau et la professionnalisation de son appareil productif et les divers dispositifs de promotion des activités génératrices de revenus et de l'initiative individuelle. Les efforts du Maroc dans ce domaine sont reconnus à l'échelle régionale et internationale et constituent une source d inspiration pour nombre de pays en développement, notamment arabes et africains. A cet égard, le Royaume du Maroc est disposé à mettre son expertise et son savoir-faire en la matière au service de ces pays frères avec lesquels il entretient des relations s éculaires de fraternité et de coopération... Extrait du message royal adressé aux participants au 1er symposium de la microfinance au maroc-2012

3

4 SOMMAIRE MOT DU PRÉSIDENT 2 PRÉSENTATION 3 GOUVERNANCE 5 EVOLUTION DU SECTEUR DU MICROCREDIT 9 EVOLUTION D'ALAMANA EN ACTIVITÉ 11 Moyens 11 Indicateurs de l'activité de crédit 12 Diversification 13 PROCESS ET SYSTEMES 15 Renforcement des systèmes et processus 15 Systèmes d'information 15 Gestion des risques 16 Dispositifs des contrôles, Inspection et Audit 17 SITUATION FINANCIÈRE ET COMPTABLE AU 31 DÉCEMBRE Compte produits et charges 19 Comptes du bilan 20 Opinion des commissaires aux comptes relative à l'exercice UTILITÉ SOCIALE une vocation originelle pleinement assumée 25 RESPONSABILITÉ ENVERS LES CLIENTS 25 Portée, ciblage et couverture 25 Qualité du portefeuille 26 Prévention du surendettement du client 26 Micro-assurance 26 Transfert d'argent 26 Produits Non Financiers 27 Impact social 33 RESPONSABILITÉ ENVERS LE PERSONNEL 33 Effectifs et mouvements 33 Formation 35 Rémunération 35 Couverture et avantages sociaux 35 Santé et sécurité, 35 Instances sociales 35 RESPONSABILITÉ ENVERS LA COMMUNAUTÉ ET L'ENVIRONNEMENT 36 Environnement 36 Actions d'utilité sociale 36 Achats " responsables " 36 Tableau de bord Social 37 p.01

5 MOT DU PRÉSIDENT Durant l'exercice 2013, notre Institution a réalisé un saut qualitatif important. Le Conseil d'administration a ainsi procédé à un réaménagement et un renforcement de sa gouvernance afin de valoriser encore plus sa mission sociale. De nouveaux membres ayant démontré leur engagement citoyen, experts de sujets d'importance pour notre organisation, nous ont rejoints. Ils apportent un regard renouvelé à la stratégie d'alamana et contribuent à l'amélioration de sa gouvernance. Un nouveau Comité d'utilité Sociale émanant du Conseil se réunit désormais plusieurs fois par an. Il prend connaissance des indicateurs d'impact et oriente les actions menées pour renforcer l'inclusion et l'éducation financière de nos clients, animées par un nouveau Département institué au sein du Management. S'agissant de la structure opérationnelle, de nombreux projets ont été menés et ont abouti au réengeniering de la plupart des process, ainsi qu'à de nouvelles pratiques dans la sphère de la gestion du risque : implémentation d'une cartographie opérationnelle animée par un Comité Risque, nouveaux outils fournis par le département Risque comme le scoring, élargissement du crédit bureau, renforcement du contrôle et de l'audit interne. Il faut aussi signaler le bon avancement du schéma directeur des Systèmes d'informations avec l'implémentation de la version 3 de notre progiciel intégré Evolan, l'accompagnement en délais tenus des projets de diversification ainsi que la mise en œuvre d'un Plan de continuité Informatique. Les indicateurs de performance se sont ainsi établis bien au dessus des prévisions, nous permettant d'enregistrer le meilleur exercice de l'histoire de notre Institution. Avec une progression du Produit Net de microcrédit de 5,34%, une baisse du coût du risque à 1,67%, une baisse de 3 points du coefficient d'exploitation à 63,5% et après affectation d'un montant de 34 Millions de dirhams de provision pour risques généraux, l'excédent d'alamana s'établit à plus de 74 Millions de dirhams contre 60,3 Millions de dirhams en Notre organisation continue à restructurer son réseau d'agences en relocalisant les points de vente insuffisamment achalandés ou éloignés de leurs clients (une centaine entre 2012 et 2013) et a procédé à l'ouverture de 18 nouveaux ; tous au design de la nouvelle charte architecturale. Les partenariats conclus dans l'assurance et le transfert d'argent donnent aussi des résultats probants : outre l'apport d'un service moderne, utile et de proximité à nos populations cibles non bancarisées ; ils procurent un revenu qui couvre progressivement des charges fixes importantes. S'agissant du Secteur, 2013 a aussi connu la promulgation de la loi n du 28 décembre Celle-ci a entériné le principe de transformation permettant l'exercice des activités de microcrédit, soit directement par une association de microcrédit, soit indirectement à travers un établissement de crédit agréé par Bank Al Maghreb. Les textes d'application préciseront les marges et pistes possibles aux associations de microcrédit souhaitant accéder à un statut Institutionnel plus évolué. En conclusion, je tiens à rendre hommage aux membres du Conseil d'administration pour leur mobilisation, à l'encadrement et au personnel de notre organisation qui ont su, par leur engagement exemplaire, promouvoir le changement dans un contexte d'adversité et renforcer les assises d'alamana qui se trouve ainsi préparée aux enjeux de ses évolutions futures au service exclusif du développement social de notre Pays. Ahmed Ghazali Président du Conseil d Administration p.02

6 PRÉSENTATION AlAmana Microfinance est l'une des plus importantes institutions de microfinance de la région MENA, créée en 1997 et agréée par le Ministère des Finances en tant qu'association de microcrédit en La mission d'alamana Microfinance est d'être un acteur important du développement économique et social par le levier de l'inclusion financière et sa vision est de demeurer l'institution de référence en microfinance, préférée par ses clients, desservant le plus grand nombre de bénéficiaires, offrant des services diversifiés et innovants, performante financièrement et ayant un fort impact social. Son Conseil d'administration, son management et l'ensemble de ses employés partagent des valeurs communes fondatrices qui reposent sur des valeurs fondamentales d'intégrité, honnêteté, transparence et responsabilité ; des valeurs de progrès incarnées par le goût de l'effort et de la persévérance, le goût du succès, la rigueur, l'engagement et l'altruisme ; des valeurs professionnelles de performance et sens de l'innovation et des valeurs collectives d'appartenance et d'équité. AlAmana Microfinance offre des services financiers et non financiers de proximité en milieux urbain et rural à travers un réseau de distribution de 550 points de service dont 86 mobiles desservant le rural enclavé et plus de 2148 salariés. Depuis sa création, AlAmana Microfinance a servi près de prêts pour un montant global de dirhams au profit de clients. Les nouveaux services de transfert d'argent et de micro-assurance, lancés fin 2012, sont sur une tendance de croissance très favorable en AlAmana Microfinance offre des services financiers et non financiers aux personnes ayant une activité génératrice de revenus ou aux microentreprises et ménages ne trouvant pas satisfaction de leurs besoins financiers auprès du système financier classique. PRÊTS SOLIDAIRES (PS) Le prêt solidaire est octroyé à des groupes de 2 à 5 personnes engagées à développer leurs microentreprises et à se cautionner mutuellement pour le remboursement de leurs prêts. Les montants de ces prêts varient de 1000 à dirhams remboursables sur une durée de 3 à 18 mois pour les nouveaux clients et de 3 à 24 mois pour les clients renouvelants. PRÊTS INDIVIDUELS À L'ENTREPRISE (PIE) Prêts accordés aux microentrepreneurs désirant développer leur activité de production ou de service Les montants de ces prêts varient de 1000 à dirhams remboursables sur une durée de 6 à 60 mois. PRÊTS INDIVIDUELS AU LOGEMENT (PIL) Prêts octroyés aux personnes désirant acquérir, construire ou améliorer leur logement ou se doter d'installations électriques ou d'alimentation en eau potable. Les montants de ces prêts varient entre à dirhams remboursables sur une durée de 6 à 60 mois. TRANSFERT D'ARGENT Service lancé fin 2012 en partenariat avec Wafacash, filiale du groupe Attijariwafa Bank. Il intègre les services de transfert d'argent domestique (Cash Express) et transfert d'argent international (Western Union et Money Gram) MICROASSURANCE AlAmana Assistance est un service d'assistance médicale et d'assistance en cas de décès. L'assistance médicale couvre le transport sanitaire urbain, interurbain ou rural et le retour du client assuré à son domicile avec participation aux frais d'hospitalisation allant de à dirhams selon la pathologie. L'assistance en cas de décès comprend l'accomplissement des formalités administratives, le transport de la dépouille jusqu'au lieu d'inhumation avec participation aux frais funéraires par un montant forfaitaire de dirhams. Alamana Assistance est assurée en partenariat avec le groupe Saham Assistance. SERVICES DOMESTIQUES AlAmana microfinance a initié une offre de services domestiques dont le premier est le service de recharge téléphonique multiopérateur qui a été lancé en test en août p.03

7 Membres du Bureau Exécutif (photos de G à D) M. Thami Ghorfi Mme Nadia Salah Dilami Docteur Abderrahmane Zahi Président Directeur Général de l'esca Journaliste Secrétaire Général de la Fondation Ecole de Management Vice-Présidente Hassan II des marocains résidants à Vice-Président (P) l'étranger. M. Mourad Hamayet El Mili Mme Mounia Boucetta Consultant M. Younes Slaoui Directrice Adjointe CDG Capital Trésorier (P) Consultant Senior Stratégie et Développemet à Attijariwafa Bank M. Med Fouzi Mourji Secrétaire Général Professeur chercheur Autres membres du Conseil d'administration (photos de G à D) M. Ahmed Abbouh M. Mustapha Boujrad M. Mohammed Kabbaj Commerçant Consultant Industriel M. Fouad Benseddik M. M'hamed Ellatify Mme Michèle Zirari Directeur de VIGEO MAROC Commerçant Juriste Mme Khadija El Bakri Artisan Mme Meriem Othmani Activiste associative (P) Mme Malak Ben Chekroun Administratrice nationale IPEC (International Programm Eradication of Children's Work) M. Bousselham Hilia Ancien Secrétaire Général du Ministère du Commerce et de l'industrie et des Nouvelles Technologies Membre du Comité Stratégie et Utilité Sociale Membre du Comité Ressources Humaines Membre du Comité Audit P : Président du comité M. Ahmed Ghazali Président M. Driss Jettou Président d'honneur p.04 La gouvernance d'alamana Microfinance est marquée par la mobilisation bénévole et militante des membres de son Conseil d'administration

8 GOUVERNANCE La Gouvernance d'alamana Microfinance est constituée d'un Conseil d'administration qui désigne parmi ses membres un Bureau Exécutif duquel émanent des comités spécialisés : le Comité Ressources Humaines, le Comité Audit et le Comité Stratégie et Utilité Sociale. Le Conseil est composé de personnalités de la société civile de divers profils : économiste, universitaires, consultants, chefs d'entreprises, professionnels de la communication et commerçants, conjuguant leurs compétences respectives pour une gouvernance équilibrée. Le Conseil d'administration, qui compte actuellement 19 membres, définit les orientations stratégiques de l'institution et se prononce sur les décisions majeures relatives aux orientations économiques, sociales, financières ou technologiques de l'institution et veille à leur mise en œuvre par la Direction Générale placée sous le contrôle du Bureau Exécutif. Le Bureau Exécutif est notamment chargé de préparer les décisions du Conseil d'administration, de l'assister dans sa réflexion, dans ses décisions et dans la mise en œuvre des orientations stratégiques. L'année 2013 a été marquée par l'intégration de quatre nouveaux membres au Conseil d'administration et par le renouvellement des membres du Bureau Exécutif et des comités spécialisés. Dans un objectif de renforcement continu de sa gouvernance, AlAmana a souhaité définir le mode de gouvernance le plus adéquat pour renforcer les mécanismes de pilotage de son activité et le suivi de son impact social et a lancé en 2013 une mission de consulting qui a donné lieu à plusieurs actions dont notamment : - La mise en place d'un nouveau comité ''Stratégie et Utilité Sociale'' qui s'ajoute aux comités spécialisés ''Ressources Humaines'' et ''Audit'' rattachés au Conseil d'administration. - Le renouvellement des statuts de l'institution. - La formalisation des règlements intérieurs du Conseil d'administration, du Bureau Exécutif et de ses comités spécialisés et du Comité Exécutif. - La mise à jour de l'organigramme. Courant 2013, le Conseil d'administration a tenu 3 sessions régulières lors desquelles il a adopté les comptes de l'exercice 2012, le rapport des commissaires aux comptes ainsi que le programme et budget 2014 et il a examiné le bilan des projets réalisés, les réalisations chiffrées et les orientations opérationnelles selon les objectifs fixés en début d'année. Lors des réunions du comité Ressources Humaines, ont été examinés le programme des Ressources Humaines de 2013, les éléments de la politique Ressources Humaines, l'évolution des effectifs et de la masse salariale, les indicateurs de développement RH et les projets en cours ainsi que la situation du climat social. Le comité Audit, a examiné dans ses réunions, la situation de l'activité, les états financiers et les comptes de l'exercice 2013 et les rapports des commissaires aux comptes relatifs à cet exercice. Le comité a aussi passé en revue le projet de budget et les reportings 2013 et plans 2014 de l'audit, de l'inspection et du contrôle permanent. Il a pu constater ainsi l'élargissement de la portée et des moyens d'investigation de ces deux corps. Le comité Stratégie et Utilité Sociale, a examiné dans ses réunions au 2013 les grands projets de la stratégie et leur état d'avancement, le programme 2013 relatif à la gestion de la performance sociale et les projets de partenariats pour le développement et mise en place des produits non financiers et actions d'utilité sociale p.05

9 ORGANIGRAMME Conseil d'administration Comité Audit Audit Bureau Exécutif Comité Ressources Humaines Comité Stratégie & Performance Sociale Direction Générale Comité Exécutif Risque, Conformité & Juridique Inspection & contrôle permanent Contrôle de Gestion & Planification Stratégique Performance Sociale & Comm. institutionnelle Gouvernance Pôle Exploitation Pôle Finances Pôle Ressources & Moyens Etudes & Marketing Production & Appui au Réseau Recouvrement Régions Comptabilité Finances Capital Humain Systèmes d'information Organisation & AMO Moyens Généraux COMITE EXECUTIF Hicham TALIB Directeur de Pôle Ressources & Moyens Youssef BENCHEQROUN Directeur Général Badie EL HIRACHE Directeur de Pôle Exploitation p.06

10 CARTOGRAPHIE PAR REGIONS Casa Rabat Fès Oujda Marrakech Agadir DIRECTEURS REGIONAUX BAHIJ Hicham Rabat JORTI Othmane Agadir Taddist Mohammed Marrakech KAMAL IDRISSI Youssef Casablanca Driss Fernane Oujda OUADGHIRI Younes Fès RESPONSABLES DES DÉPARTEMENTS M. CHIHABEDDINE Finances ESSALHI Abdelmoula Comptabilité BOUJMAL Khadija Communication Institutionnelle HOUACHI EL Mehdi & performance sociale Moyens Généraux ZAHRANI Imad Système d information FOFANA N sira Etudes & Marketing SKALLI Omar Recouvrement ZAIM Idrissi FatimaZahra Production & Appui Réseaux ELBOUHACHEMI Hanane Organisation & AMO Imane Agoujil Audit Chebihi Otmane Capital Humain p.07

11 p est une confirmation de la sortie de crise et de la reprise de la croissance de la microfinance

12 EVOLUTION DU SECTEUR DU MICROCREDIT L'année 2013 est une confirmation de la sortie de crise et de la reprise de la croissance de la microfinance, renforçant la confiance en sa capacité à contribuer à l'inclusion sociale, économique et financière avec l'engagement de ses acteurs pour des pratiques responsables, une gouvernance et une supervision renforcés, des produits et services adaptés et innovants visant un meilleur impact. L'année 2013 a été marquée au niveau national par la promulgation de la loi qui modifie et complète la loi et permet aux Associations de Microcrédit (AMC) de détenir des parts dans des sociétés anonymes et donc dans des établissements de crédit. Les décrets définissant les conditions et modalités d'application de cette loi sont attendus pour Conformément à la stratégie du secteur arrêtée en 2012, les institutions de microcrédit ont réalisé d importantes avancées sur les volets du management, du contrôle et du renforcement de la gouvernance ; sur la sécurisation et la gestion des risques et aussi sur le volet de la restructuration et la préparation à la transformation institutionnelle. Par ailleurs, les projets lancés dans le cadre du programme du Millénium Challenge Maroc avec le pilotage et le cofinancement de (L APP), en appui et soutien à la microfinance ont été tous clôturés avec succès en Les chiffres de l exercice 2013, confirment la position du Maroc en tant que leader de la région MENA et la tendance de reprise de l'activité du secteur avec un renforcement de la diversification des produits et particulièrement le transfert d'argent et de la micro-assurance ,6% Nombre de Clients actifs (*) A fin 2013, le nombre de clients actifs marque une légère augmentation de 1,6% passant à clients actifs contre à fin décembre , , ,74% Encours de crédit (*) L'encours de crédit du secteur est passé à 5,05 milliards de dirhams en 2013 contre 4,6 à fin ,74% 5,68% 1, PAR à 30 jours (*) A fin 2013, le taux de portefeuille à risque à 30 jours se situe à 6.74% en hausse de 1,06 points par rapport à ,20% terrain siège Effectif du personnel (*) A fin 2012, l'effectif du secteur a atteint 6266 employés en 2013 contre 5738 en (*) Source : tendances du secteur de la microfinance, décembre 2013-CMS p.09

13 p.10 AlAmana Microfinance a servi plus de 3.5 millions de prêts & un montant d à peu près 26 MMDhs au profit de 1 millions 360 milles clients.

14 EVOLUTION D'ALAMANA EN 2013 En 2013, AlAmana a stabilisé le modèle de développement initié par son projet d'entreprise ''Oufouq 2015'' et basé sur le renforcement de la mission sociale de l'institution avec une offre de produits et services adaptée et diversifiée, une approche risque renforcée et équilibrée géographiquement. L'institution a aussi renforcé la dimension sociale de sa gouvernance. Sur l'ensemble de ses composantes fondamentales, l'institution a amélioré ses indicateurs 2013 réalisant un portefeuille de prêts actifs dont 41,5% prêts aux femmes et 46% de prêts au rural. Les prêts débloqués courant de l'année ramènent le cumul des prêts débloqués par l'institution depuis sa création à fin 2013 à prêts pour un montant global de dirhams au profit de clients. Le nombre de clients actifs a augmenté en 2013 de 2,65% par rapport à 2012 et la qualité du portefeuille s'est nettement améliorée avec une baisse du coût du risque qui est de 1,67% en 2013 contre 3,6% en 2012 et 5% en Le produit net de microcrédit est de 427 millions de dirhams en 2013 soit une hausse de 5,34% par rapport à Le coefficient d'exploitation (hors prime allouée au personnel) de 63,5% en 2013 a enregistré une baisse de 3 points par rapport à Le résultat net 2013 est en accroissement de 22,8% par rapport à 2012 soit 74,1 millions de dirhams après affectation d'une provision de 34 millions de dirhams pour risques généraux. Les fonds propres arrêtés en 2013 à 733 millions de dirhams ont enregistré une hausse de 19,6% par rapport à Les produits de diversification lancés fin 2012 ont connu une bonne progression en 2013 avec l'amélioration de l'offre du produit de micro-assistance, l'intensification du produit de transfert d'argent et le lancement des services domestiques. L'année 2013 a été également marquée par l'avancement des projets structurants touchant l'ensemble des sphères organisationnelles et opérationnelles de l'institution. ACTIVITÉ Moyens En 2013, AlAmana a poursuivi sa politique de développement de son réseau et de recrutement ,16% terrain siège Effectif du personnel L'effectif du personnel d'alamana a atteint 2160 en 2013 contre 2054 en Évolution de l'effectif p.11

15 % Urbain Rural VG Évolution des points de ventes Réseau des points de vente En 2013, AlAmana a redéfini le maillage de son réseau en tenant compte du découpage administratif territorial, de la population et de la proximité géographique de chaque point de vente selon sa proximité ou son éloignement des grandes villes. L'adoption de la nouvelle classification du réseau de points de vente basée sur une géolocalisation plus précise a permis d'affiner la sectorisation du réseau d'alamana et d'améliorer la politique d'extension du réseau et d'implantation des nouveaux points de ventes. Le programme d'aménagement des points de vente conformément à la charte d'aménagement du réseau définie en 2011, s'est poursuivi avec l'ouverture en 2013 de 18 nouvelles agences et la relocalisation d'une soixantaine vers des positions susceptibles de mieux servir les clients et promouvoir les nouveaux produits et services d'alamana. Indicateurs de l'activité de crédit Le réseau de points de vente mobile a été renforcé par l'injection de 59 véhicules guichets acquis avec le concours de l'agence du partenariat pour le Progrès (APP). Ces nouveaux véhicules ramènent le parc d'agences mobiles d'alamana à 86 unités dotant l'institution d'une capacité d'intervention exceptionnelle dans les zones rural les enclavées. Les agences mobiles ont été toutes équipées d'un système de géolocalisation et sont suivies via une application de gestion de parc auto visant une meilleure optimisation de ressources. Déblocage Nombre de prêts Retards et portefeuille à risque ,22% Evolution des montants débloqués (en millions de dirhams) ,60% Evolution du nombre de prêts ,82% Par 30 jours production de l année(dhs) Nombre de Clients actifs Répartition du portefeuille par localité ,30% 2,65% ,98% Evolution des clients actifs Urbain Rural p.12

16 DIVERSIFICATION Transfert d'argent Lancée en mai 2012 en partenariat avec Wafacash, la commercialisation du produit de transfert d'argent a été étendue en 2013 à 453 points de vente enregistrant une croissance de l'activité avec plus de transactions mensuelles. A fin décembre 2013, le nombre des transactions de transfert d'argent a atteint opérations pour un montant global de dirhams. AlAmana Assistance Le produit «AlAmana Assistance» commercialisé depuis octobre 2012 en partenariat avec Saham Assistance, comprend l'assistance médicale et l'assistance en cas de décès. L'assistance médicale couvre le transport sanitaire urbain, interurbain ou rural et le retour de la personne assurée à domicile, versement d'une indemnité de participation aux frais d'hospitalisation selon la gravité de la pathologie ou de l'accident. En 2013, l'assistance médicale a été améliorée avec l'élargissement des cas éligibles à cette indemnité et l augmentation de son seuil selon les pathologies ; l'instauration d'une nouvelle prime débloquée au client à la naissance d'un enfant et l'intégration de l'invalidité permanente du client suite à un accident ou une maladie. L'assistance en cas de décès couvre le transport du corps et les formalités administratives et la participation aux frais funéraires. A fin 2013, les indicateurs d'alamana Assistance présentent des signes de croissance favorables aux clients : Indicateurs AlAmana Assistance Année 2013 Nombre clients couverts Nombre de bénéficiaires de transport ambulatoire Nombre de bénéficiaires des frais d'hospitalisation Nombre de bénéficiaires de la prime de naissance Prestations de transport du corps Nombre de participation aux frais funéraires Prestations cas décès : Formalités administratives Montants des fonds d'assurance débloqués Montant frais d'hospitalisation débloqué (en dirhams) Montant des primes de naissance (en dirhams) Montant des frais funéraires débloqués (en dirhams) p.13

17 p.14

18 Services domestiques Pour renforcer son offre de proximité aux clients, AlAmana lance un ensemble de services domestiques dont le premier est le service de recharges téléphoniques multi-opérateurs. Ce service lancé en phase test d'août 2013 à fin décembre 2013 semble prometteur Autres services Des discussions sont en cours pour promouvoir un service d'intermédiation en opérations bancaires basé sur un compte de dépôt simplifié doté d'une carte monétique PROCESS ET SYSTEMES Renforcement des systèmes et processus L'exercice 2013 a été marqué par le lancement d'un portefeuille de projets visant : Ÿ la réingénierie des processus primaires et support Ÿ la revue du modèle organisationnel (siège et réseau de distribution) Ÿ le renforcement du dispositif de contrôle interne. Ÿ Les réalisations de ce plan au titre de 2013 peuvent être récapitulées comme suit : Ÿ La mise en place d'une cartographie des processus avec une segmentation en 16 domaines et 68 procédures. Ÿ La professionnalisation des dispositions de gouvernance de l'institution à travers l'élaboration de la Charte de Gouvernance qui régit les règlements et conditions de fonctionnement des instances de gouvernance et de direction de l'institution. Ÿ La formalisation du Manuel de Contrôle Interne, la Charte de Conformité et l'élaboration des Manuels de procédures de l'audit Interne, du Contrôle Permanent et de l'inspection. Ÿ La revue de l'organigramme et des micro-organigrammes de l'ensemble des structures. Systèmes d'informations AlAmana Microfinance continue la mise en œuvre de son plan de développement du Systèmes d information en alignement avec sa stratégie. Ainsi 2013 a été marquée principalement par : Ÿ Migration de son progiciel intégré de gestion des microcrédits «Evolan Pack SF» vers la nouvelle version 3.1 Ÿ Implémentation du CRM avec une vision 360 orientée Client Ÿ Implémentation des évolutions nécessaires à la prise en charge des nouveaux produits et leur intégration dans le SI Mise en œuvre du système de scoring d'octroi Consciente de l'importance de son système d'information et son positionnement au cœur de son activité, AlAmana Microfinance a procédé à l'élaboration de son schéma directeur de la sécurité du SI donnant lieu à un ensemble de projets planifiés sur la période 2014/2016 et visant principalement : Ÿ L'implémentation du plan de continuité informatique Ÿ La protection des données personnelles conformément à la loi 09/08 Ÿ Le renforcement de la sécurité interne et externe. p.15

19 Gestion des risques La gestion des risques a été caractérisée par la mise en place de la cartographie des risques, le lancement de la phase pilote du projet scoring client et l'optimisation des process opérationnels de déblocage du crédit. Cartographie des risques Conformément aux directives de Bank Al Maghrib, AlAmana a mis en place une cartographie des risques définie selon les bonnes pratiques de contrôle et d'identification des sources de risque internes et externes. Cet outil fondamental de pilotage et de management a permis d'établir la liste des risques auxquels AlAmana est exposée, de les identifier par métiers, domaines et processus, de les évaluer et les hiérarchiser selon leur fréquence et leur impact ; et enfin d'élaborer le plan d'action d'amélioration pour leur prévention et la maîtrise des risques. Scorings Les travaux 2013 ont porté essentiellement sur la mise en place de deux types de Scoring : - Le Scoring d'octroi de prêt basé sur un modèle statistique permettant d'évaluer la probabilité qu'un client, nouveau ou renouvelant, présente un risque futur de non paiement de ses échéances, et ce sur la base de ses caractéristiques sociodémographiques et financières. - Le Scoring du Chiffre d'affaires qui est un modèle d'évaluation basé sur des calculs statistiques permettant de vérifier la cohérence des montants des ventes (chiffre d'affaires) saisis sur le système d'information avec les autres indicateurs du client, tout en calculant une valeur estimée de ce chiffre clé dans l'analyse financière des prêts, à partir des caractéristiques sociodémographiques et financières du client, laquelle sera comparée à la valeur renseignée dans le dossier. Optimisation des process opérationnels de déblocage du crédit L'organisation des process opérationnels a été marquée en 2013 par : - La réorganisation des journées financières en retenant un seul jour financier par semaine permettant ainsi l'optimisation du temps de travail des agents de crédit - la mise en place d'un centre d'appels clients de 20 collaborateurs dont la mission est essentiellement la fidélisation des clients, le traitement des réclamations et la prospection. Les résultats et retours sur les prospects et contacts sont très encourageants. - l'élargissement de l'utilisation du crédit bureau à 6 succursales p.16

20 Comptes de Produits et Charges Dispositifs des contrôle, Inspection et Audit Contrôle permanent Le service de contrôle a été rattaché à la direction générale en 2013 et a enregistré une dense activité courant de l'année qui a permis l'amélioration de ses indicateurs avec une couverture de 93% et une fréquence de visites des points de vente de 2,14 contre respectivement 88,76% et 1,42 en La moyenne mensuelle des anomalies par dossier contrôlés est passée de 2,2 en janvier à 1,4 en décembre Inspection Le service Inspection rattaché à la Direction générale, a pour mission de contrôler les points de ventes, d'identifier les mécanismes de fraude, d'élaborer le plan d'actions et faire des propositions pour limiter et prévenir les risques de fraudes. En 2013, ont été réalisées 85 missions d'inspection couvrant de 89% du plan d'inspection prévisionnel annuel 2013 avec 2081 Clients Inspectés et 3420 Dossiers contrôlés. Audit Pour renforcer la fonction de l'audit et toujours en conformité avec les impératifs réglementaires, l'année 2013 a connu une nouvelle restructuration avec le rattachement du département Audit Interne au Conseil d'administration. Le département Audit Interne a adopté en 2013, une nouvelle charte qui définit la fonction d'audit interne au sein de l'institution, les modalités de son intervention, les responsabilités qu'elle implique, les principes régissant les relations entre auditeurs et audités ainsi que les qualités professionnelles et morales requises pour les auditeurs. Il a également procédé à la mise à jour des procédures d'audit interne et a développé des nouveaux outils de travail qui contribuent à une meilleure formalisation et traçabilité des travaux dans les différentes étapes de la méthodologie adoptée. Cette refonte des méthodes de travail répond d'une part aux exigences des normes internationales pour la pratique professionnelle de l'audit interne, et d'autre part, aux attentes des instances de gouvernance et de la Direction Générale en matière de participation de l'audit interne à la création de la valeur ajoutée au sein de l'institution. p.17

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc Mme Saadia Nouri Directeur Général Adjoint Assurances de personnes et Partenariats Axa Assurance Maroc 1 Sommaire Préambule : Micro

Plus en détail

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance PERFORMANCE SOCIALE DES IMF MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance SOMMAIRE Performance sociale : Définition et principes Comment mesurer la performance sociale? Performance sociale en

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015 Responsabilité sociale et protection des clients Casablanca 16 Septembre 2015 1 Affirmer la mission sociale du secteur. Mission: Mission sociale de la microfinance Combiner création d activités, lutte

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

LE CRÉDIT AGRICOLE DU MAROC, LA BANQUE VERTE.

LE CRÉDIT AGRICOLE DU MAROC, LA BANQUE VERTE. 1 2 3 LE CRÉDIT AGRICOLE DU MAROC, LA BANQUE VERTE. 4 SOMMAIRE crédit agricole du maroc, la banque solidaire 07 Fondation Ardi pour le Micro Crédit 08 Société de Financement pour le Développement Agricole

Plus en détail

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE Royaume du Maroc DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE 1 Le rapport d un diagnostic stratégique est un rapport d expertise, il représente la synthèse des informations

Plus en détail

République Algérienne. Démocratique et Populaire. Cour des comptes. Plan Stratégique

République Algérienne. Démocratique et Populaire. Cour des comptes. Plan Stratégique République Algérienne Démocratique et Populaire Cour des comptes Plan Stratégique 2011-2013 Plan Stratégique 2011-2013 3 Table des Matières Mot du Président de la Cour des comptes... 5 Introduction...

Plus en détail

Editorial. L Entrepreneuriat Féminin! Dans ce numéro. Page 1. Éditorial. Gouvernance. Ressources Humaines. Partenariat. développement.

Editorial. L Entrepreneuriat Féminin! Dans ce numéro. Page 1. Éditorial. Gouvernance. Ressources Humaines. Partenariat. développement. Editorial L Entrepreneuriat Féminin! A l occasion de la Journée Internationale de la Femme, AMSSF/ MC a placé le mois de Mars sous le thème «D Encouragement à l Initiative Entrepreneuriale Féminin». En

Plus en détail

Lafarge Maroc, Al Amana et Attawfiq pour un logement abordable et durable

Lafarge Maroc, Al Amana et Attawfiq pour un logement abordable et durable Lafarge Maroc, Al Amana et Attawfiq pour un logement abordable et durable 12/05/2014 De g. à d. : M. Youssef Bencheqroun, Directeur Général d Al Amana, Patrick Salas, Directeur de Développement du réseau

Plus en détail

Promoteur de l Education Financière des Micro-entrepreneurs au Maroc

Promoteur de l Education Financière des Micro-entrepreneurs au Maroc Promoteur de l Education Financière des Micro-entrepreneurs au Maroc L Education Financière représente un enjeu de toute première importance pour le renforcement des capacités des microentrepreneurs, jeunes

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S I~,0:.----------, c 1 M A CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES.'.- 1. ~ 0 0 0 SI: C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S REGLEMENT N,.ICIMAlPCMA/ CE/ SG/ 2DD9

Plus en détail

Date: 21/12/2012 Page: 02

Date: 21/12/2012 Page: 02 Date: 21/12/2012 Page: 02 Date: 20/12/2012 Page: 1/2 Rabat, 19 déc. 2012 (MAP) - Le Maroc et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé, mercredi à Rabat, trois accords de prêts et de garantie

Plus en détail

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership WAFASALAF L innovation, la clé du leadership Conférence de presse Mardi 1 er avril 2008 Sommaire L événement Wafasalaf, un leadership confirmé sur tous ses marchés Une croissance pérenne L innovation au

Plus en détail

2ème. Rencontre annuelle des bailleurs de fonds de la micro finance au Maroc

2ème. Rencontre annuelle des bailleurs de fonds de la micro finance au Maroc 2ème Rencontre annuelle des bailleurs de fonds de la micro finance au Maroc DÉVELOPPEMENT DES NOUVEAUX PRODUITS & TRANSPARENCE FINANCIÈRE : PRINCIPAUX LEVIERS DE DÉVELOPPEMENT DE LA MICRO FINANCE LA 2ÈME

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

Chronique des risques en microfinance. Dans ce numéro P.2 P.2 P.3. Développement Produit Tayssir al Amana

Chronique des risques en microfinance. Dans ce numéro P.2 P.2 P.3. Développement Produit Tayssir al Amana N 225 2015 Dans ce numéro Développement Produit Tayssir al Amana Etudes Enquête peau de banane de la microfinance 2014 - L'étude du CSFI Evénements Colloque National Contribution de la microfinance au

Plus en détail

Formation à la microfinance

Formation à la microfinance Formation à la microfinance Contexte de la formation : L'année internationale de la micro finance a été lancée en Mars 2005 et aujourd'hui le monde entier est tourné vers cet outil afin de réduire de manière

Plus en détail

Appel à candidature pour la participation au Programme des Contrats de Croissance à l Export

Appel à candidature pour la participation au Programme des Contrats de Croissance à l Export Appel à candidature pour la participation au Programme des Contrats de Croissance à l Export Programme de Contrat de Croissance à l Export Appel à candidature 1/30 Table des matières I. Contexte, objectifs

Plus en détail

EVOLUTION POSITIVE DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT

EVOLUTION POSITIVE DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT COMMUNIQUE FINANCIER DE SALAFIN : RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat Net de 92 MDH - Maintien du niveau de rentabilité de 15% Progression des crédits distribués dans un marché en retrait. Poursuite de la

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Cadre supérieur d'hydro-québec Mission de l'unité dirigée. Président d'hydro-québec TransÉnergie

Cadre supérieur d'hydro-québec Mission de l'unité dirigée. Président d'hydro-québec TransÉnergie Cadre supérieur d'hydro-québec de l'unité dirigée Président d'hydro-québec TransÉnergie Division HQ TransÉnergie Transporter l'électricité au meilleur coût et avec le niveau de qualité attendu en vue de

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Contenu du programme. Gestion Finances

Contenu du programme. Gestion Finances GESTION FINANCES 1 Contenu du programme Management spécialisé : Gestion Finances Maîtriser les enjeux comptables et financiers, piloter la performance Programme de formation modulaire et diplômant Ce dispositif

Plus en détail

Sommaire. Abbréviations utilisées. Comité de Direction. Organigramme. Mot du Président. Message de la Direction. Missions.

Sommaire. Abbréviations utilisées. Comité de Direction. Organigramme. Mot du Président. Message de la Direction. Missions. Rapport Annuel 2OO9 Juin 2010 Rapport Annuel 2OO9 Sommaire Abbréviations utilisées Comité de Direction Organigramme Mot du Président Message de la Direction Missions Réalisation 2009 Produits financiers

Plus en détail

3- TABLEAU DES CASH FLOW

3- TABLEAU DES CASH FLOW 0 3- TABLEAU DES CASH FLOW 2002 Créances de l'actif circulant 212 564 112 536 168 337 Dettes du passif circulant (2 632) (1 634) (909) Provisions cumulées Besoin en fond de roulement 209 932 110 902 167

Plus en détail

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010 BILAN ENGAGEMENTS DONNES Engagements de financement donnés en faveur d'établissements de crédit et assimilés Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle Engagements de garantie d'ordre

Plus en détail

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives UNIVERSITE HASSAN II JOURNEES D ETUDES Faculté des Sciences Juridiques, 20 Mars 2015 Economiques, et Sociales Casablanca Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

Conférence de Presse 3 septembre 2014

Conférence de Presse 3 septembre 2014 Conférence de Presse 3 septembre 2014 Capitalisant sur 25 années d expertise au service de l économie nationale, de la qualité de vie de ses clients et du développement de ses partenaires Wafasalaf poursuit

Plus en détail

Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit

Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit Vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes

Plus en détail

1. Référentiel des emplois. 2. Fiches emplois

1. Référentiel des emplois. 2. Fiches emplois Ce document référence contient les descriptifs d emplois repères et les descriptifs des compétences crées dans le cadre de l identification des compétences pour l Etablissement public de la Caisse des

Plus en détail

METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET

METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET DE RECOUVREMENT OBJECTIFS Ce Métier devrait permettre aux apprenants de : Etre à l écoute du client pour pouvoir satisfaire à ses besoins et attentes en matière de crédit

Plus en détail

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé Ralph Denizé Montréal, Canada 1. TABLE DES MATIERES Le FOMIN en Bref Le mandat du FOMIN Le FOMIN en chiffres Le FOMIN en Haiti FOMIN Haiti en chiffres FOMIN

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Référence : B.O n 5958-5 chaabane 1432 (7-7-2011) Arrêté de la ministre de la santé n 1363-11 du 12 joumada II 1432 (16 mai 2011)

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

LEXIQUE MICROFINANCE

LEXIQUE MICROFINANCE Microfinance et Développement Mali - CIDR LEXIQUE MICROFINANCE Actif (membre) Dans une CVECA, un membre actif est un membre ayant effectué au moins une opération de dépôt ou de crédit pendant une période

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE DU MALI A FIN DÉCEMBRE 2010

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE DU MALI A FIN DÉCEMBRE 2010 SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE DU MALI A FIN DÉCEMBRE 2010 >SOMMAIRE RAPPEL HISTORIQUE EVOLUTION DU SYSTÈME BANCAIRE ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES RISQUES POTENTIELS EXISTANTS POUR LES BANQUES AU MALI HISTORIQUE

Plus en détail

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT La politique de transparence est inscrite dans la dynamique de changement et de partenariat qui caractérise le plan d orientation stratégique

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice 2013. Rapport de transparence 2013 (mars 2014)

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice 2013. Rapport de transparence 2013 (mars 2014) RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice 2013 Rapport de transparence 2013 (mars 2014) RAPPORT DE TRANSPARENCE DU CABINET MALEVAUT-NAUD Exercice clos le 31 décembre 2013 La dénomination Cabinet MALEVAUT-NAUD,

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance (Compte rendu de la table ronde du 21 septembre 2006) BIM n - 10 octobre 2006 Association des Centraliens & CERISE Le BIM d'aujourd'hui nous

Plus en détail

CONVENTION POUR LA FORMATION PAR APPRENTISSAGE DE 60 000 JEUNES (51 000 LAUREATS) DANS LE SECTEUR DE L ARTISANAT

CONVENTION POUR LA FORMATION PAR APPRENTISSAGE DE 60 000 JEUNES (51 000 LAUREATS) DANS LE SECTEUR DE L ARTISANAT ROYAUME DU MAROC Ministère du Tourisme et de l Artisanat Secrétariat d Etat chargé de l Artisanat Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle CONVENTION POUR LA FORMATION PAR APPRENTISSAGE

Plus en détail

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement Société Centrale de Réassurance Avis de recrutement Date : 27 Février 2015 La société Centrale de Réassurance, filiale du Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) lance un appel à candidature pour pourvoir

Plus en détail

Convention de partenariat entre le Groupe BPCE et le Ministère délégué à. la Ville dans le cadre de la Charte Entreprises & Quartiers 2014/2015

Convention de partenariat entre le Groupe BPCE et le Ministère délégué à. la Ville dans le cadre de la Charte Entreprises & Quartiers 2014/2015 9_1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MDDSTIRE DI LÉDALI I L DES LRRI IOI[SLS ET 1)1 I (XLME'Çf \II\ISTLRF DLI LDI L A LA VILLE Convention de partenariat entre le Groupe BPCE et le Ministère délégué à la Ville dans

Plus en détail

SODITECH INGENIERIE SA

SODITECH INGENIERIE SA RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 SODITECH INGENIERIE SA E-mail : contact@soditech.com - Site web : www.soditech.com 1 SOMMAIRE ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER 3 Responsable

Plus en détail

BILAN ARRÊTÉ AU 31 DÉCEMBRE 2013 (en Milliers de Dinars)

BILAN ARRÊTÉ AU 31 DÉCEMBRE 2013 (en Milliers de Dinars) BIAT Etats financiers arrêtés au 31 décembre 2013 Page ~ 1~ BILAN ARRÊTÉ AU 31 DÉCEMBRE 2013 (en Milliers de Dinars) Note 31/12/2013 31/12/2012 Retraité Variation En % ACTIF Caisse et avoir auprès de la

Plus en détail

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable

Résultats consolidés au 31 décembre 2007. Proposition de distribution d un dividende de 9,20 dirhams/action, soit 100% du résultat distribuable Communiqué Rabat, le 22 février 2008 Résultats consolidés au 31 décembre 2007 Forte hausse des résultats consolidés en 2007 o Chiffre d affaires : +21,7% o Résultat opérationnel : +21,8% o Résultat net

Plus en détail

Le secteur bancaire au Maroc

Le secteur bancaire au Maroc Le secteur bancaire au Maroc Actualisation au 8 août 2007 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 De 21 banques en 2000, le Maroc n en compte plus

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

Projet de Performance 2015 DEPARTEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Projet de Performance 2015 DEPARTEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Projet de Performance DEPARTEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE 1 1 ère PARTIE : Présentation du Département de la Formation Professionnelle Attributions et missions du DFP : Dans le cadre de ses attributions,

Plus en détail

1. Référentiel des emplois. 2. Référentiel des compétences. 3. Fiches emplois. 4. Fiches compétences

1. Référentiel des emplois. 2. Référentiel des compétences. 3. Fiches emplois. 4. Fiches compétences Ce document référence contient les descriptifs d emplois repères et les descriptifs des compétences crées dans le cadre de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et de Compétences pour l Etablissement Public

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

Bourse de Casablanca. Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s

Bourse de Casablanca. Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s Bourse de Casablanca Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s ARRETES RELATIFS AUX TITRES DE CREANCE NEGOCIABLES ARRETE DU MINISTRE DES FINANCES ET DES INVESTISSEMENTS EXTERIEURS N

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Résultats annuels 2011. 22 février 2012

Résultats annuels 2011. 22 février 2012 Résultats annuels 2011 22 février 2012 Sommaire Profil du groupe Spir Communication Résultats consolidés 2011 Médias Généralistes Médias Thématique Immobilier Médias Thématique Automobile Imprimeries Distribution

Plus en détail

Fiabilisation des comptes des collectivités territoriales * * * Mme Nathalie BIQUARD

Fiabilisation des comptes des collectivités territoriales * * * Mme Nathalie BIQUARD Fiabilisation des comptes des collectivités territoriales * * * Mme Nathalie BIQUARD Chef du Service des collectivités locales Direction Générale des Finances publiques Conférence Grant Thornton 1 23 janvier

Plus en détail

Architecture du système bancaire marocain

Architecture du système bancaire marocain Architecture du système bancaire marocain 2009-2010 SOMMAIRE RAPPEL HISTORIQUE LE PAYSAGE BANCAIRE MAROCAIN L'ACTIVITE DES BANQUES RAPPEL HISTORIQUE - 2 éme moitié du 19 ème siècle: apparition des premiers

Plus en détail

MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE

MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2013 JUILLET 2014 Société à responsabilité limitée au capital de 1. 000. 000 F CFA Expertises

Plus en détail

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER 1 - EVOLUTION DU SYSTEME BANCAIRE 1.1 - Textes réglementaires Le projet de loi-cadre sur la conception d un cadre légal et réglementaire favorable à l émergence d entreprises

Plus en détail

ANNEXE I C - REGIME-CADRE D INTERVENTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE FONDS DE GARANTIE N 449-2000

ANNEXE I C - REGIME-CADRE D INTERVENTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE FONDS DE GARANTIE N 449-2000 ANNEXE I C - REGIME-CADRE D INTERVENTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE FONDS DE GARANTIE N 449-2000 Introduction: La Commission européenne a adopté le 8 mai 2001 le régime d aide cadre en faveur de fonds de garantie,

Plus en détail

Encourager le business et contrôler les risques

Encourager le business et contrôler les risques Sommaire Encourager le business et contrôler les risques...3 I Reprise de la croissance...3 II Assainissement du portefeuille...5 III Innovations produits...5 Microassurance...5 La monétique...6 L adaptation

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis Secteur : Leasing Nombre de titres offerts : 1 000 000 titres Prix : 8,500D Jouissance des actions : 1 er janvier 2010 Capitalisation boursière après OPF : 34MD Notation par Fitch Rating: LT : A- (tun)

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1,PL2,PL3,PL4) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des Banques STATISTIQUES MONETAIRES

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

RENCONTRE PRESSE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, HISTOIRE, ENJEUX ET PERSPECTIVES

RENCONTRE PRESSE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, HISTOIRE, ENJEUX ET PERSPECTIVES SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, HISTOIRE, ENJEUX ET PERSPECTIVES Casablanca, le 29 mai 2013, Fière de ses racines marocaines, Forte de son appartenance à un grand groupe bancaire international. C est en 1913 que la

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

Projet associatif d Action Contre la Faim

Projet associatif d Action Contre la Faim Projet associatif d Action Contre la Faim Adopté par l Assemblée Générale du 18 juin 2011 PREAMBULE Ce projet est un cadre de référence ordonnant nos valeurs et les principes directeurs de notre action,

Plus en détail

Projet de loi relative à l'organisation de la profession de conseiller agricole. Note de présentation

Projet de loi relative à l'organisation de la profession de conseiller agricole. Note de présentation Projet de loi relative à l'organisation de la profession de conseiller agricole Note de présentation Le présent projet de loi s'inscrit dans le cadre des mesures d'accompagnement de la nouvelle stratégie

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES concernant le Comité d'action pour le Progrès Economique et Social Haut-Rhinois (C.A.H.R) Exercice 1994 à 1997 1. Les comptes et la situation

Plus en détail

Les titres (TH) inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles

Les titres (TH) inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles Les titres (TH) inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles La Certification Professionnelle regroupe les diplômes à finalités professionnelles délivrés par l Etat, les titres élaborés

Plus en détail

RATP. $ Nouveau Contrat Social ~ ACCORD-CADRE. Protection Sociale Maladie & Politiques de Santé

RATP. $ Nouveau Contrat Social ~ ACCORD-CADRE. Protection Sociale Maladie & Politiques de Santé RATP $ Nouveau Contrat Social ~ ACCORD-CADRE Protection Sociale Maladie & Politiques de Santé Septembre 2002 Préambule La RATP a souhaité que le Contrat Social qui lie l'entreprise à chaque membre de son

Plus en détail

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993).

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Vu la Constitution, notamment son article 101 ; Après examen par le conseil des ministres réuni le

Plus en détail

POURQUOI UNE LABELLISATION?

POURQUOI UNE LABELLISATION? LABELLISATION - CPE POURQUOI UNE LABELLISATION? Pourquoi une labellisation? 2009 > besoin de sécurisation des CAE du réseau > pour rappel : les dépôts de bilan 2009 /2011. Impuissance du réseau face aux

Plus en détail

SOCIÉTÉ SANTÉ EN FRANÇAIS INC. ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015

SOCIÉTÉ SANTÉ EN FRANÇAIS INC. ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015 ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015 TABLE DES MATIÈRES PAGE Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers État des résultats et de l'évolution de l'actif net 3 État de la situation financière 4 État des

Plus en détail

Evaluation du Secteur du Microcrédit au Maroc

Evaluation du Secteur du Microcrédit au Maroc Evaluation du Secteur du Microcrédit au Maroc Ann Duval Projet de Rapport Le 28 septembre 2001 1 Résumé...1 1.1 La Méthodologie de Travail... 1 1.2 Les Conclusions Principales... 1 1.2.1 L Appui au Secteur

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité.

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité. REGIME DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS 1. Définition On entend par investissements étrangers, les investissements réalisés par les personnes physiques ou morales de nationalité étrangère, non-résidentes

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

Étude des métiers du contrôle dans la banque

Étude des métiers du contrôle dans la banque Observatoire des métiers, des qualifications et de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque Étude des métiers du contrôle dans la banque Paris, le 15 décembre 2009 0 Table

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

DELIBERATIONS. (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 21/02/2014

DELIBERATIONS. (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 21/02/2014 DELIBERATIONS (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 21/02/2014 Le présent document regroupe l'ensemble des délibérations accompagnées de leur(s) annexe(s), classés par élus rapporteur et par compétences.

Plus en détail

Rapport du Comité d'audit

Rapport du Comité d'audit Cote du document: EB 2008/93/R.25 Point de l'ordre du jour: 11 e) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d'audit Conseil d'administration Quatre-vingt-treizième

Plus en détail

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

FINANCES VOS CONTACTS : Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr FINANCES VOS CONTACTS : Nadège WADOUX Conseillère Formation Domaines Affaires juridiques, Finances et Europe nadege.wadoux@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE Assistante de formation sylviane.bougerolle@cnfpt.fr

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES

MINISTERE DES FINANCES REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Participations TERMES DE REFERENCES APPEL A CANDIDATURES Choix des candidats au poste de Directeur Général d une Banque Publique Juillet

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Damane Assakane, 10 ans après...

Damane Assakane, 10 ans après... Royaume du Maroc Ministère de l Economie et des Finances Damane Assakane, 10 ans après... 14 octobre 2014 Hicham TALBY Chef du service du crédit immobilier et industriel DTFE /MEF Vice président du comité

Plus en détail

ORGANISATION DU GROUPE BARID AL MAGHRIB

ORGANISATION DU GROUPE BARID AL MAGHRIB ORGANISATION DU GROUPE BARID AL MAGHRIB Filiale 66% BAM EMS Chronopost International Direction Générale Filiale 100% BAM Al Barid Bank Direction Capital Humain Direction Audit, Inspection et Risques Direction

Plus en détail

ri CAISSE D'EPARGNE D'ALSACE DEFINITION D'EMPLOI: Chargé d'affaires Prescription Immobilière

ri CAISSE D'EPARGNE D'ALSACE DEFINITION D'EMPLOI: Chargé d'affaires Prescription Immobilière ri CAISSE D'EPARGNE D'ALSACE DEFINITION D'EMPLOI: Chargé d'affaires Prescription Immobilière Filière d': Vente et Services Clients Code emploi: Métier: Gestionnaire de Clientèle Spécialisée Rattachement

Plus en détail

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 -

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - LA BANQUE POSTALE, UNE BANQUE UNIQUE ET SINGULIERE Un peu d histoire Groupe La Banque Postale UNIQUE POUR RELEVER DES DEFIS MULTIPLES Activités

Plus en détail

!"# $ % % & "!#' $ ( "%& )& * + +, )# -. / & +&, & & + & &

!# $ % % & !#' $ ( %& )& * + +, )# -. / & +&, & & + & & !"#!$ %#"# & 2 '(!"# $ % % & "!#' $ ( "%& )& * + +, )# -. / & +&, & & + & & 0 1 2 +,&, / & & 3 % 2,& % % +4 +& + + 0& &5! %, 06 &!,, % &, && 2&7/& %(% -5%&7. 8(7&&&/&(7%! )( '*+ 9 % (:, % 6 & 2% 7 &7 (

Plus en détail

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating Mesurer la performance sociale des IMF : Mini-conférence // Microfinance Modérateur Aurélie Duthoit Co-fondatrice, Babyloan Intervenants Micol Guarneri Directrice Evaluation Sociale, Microfinanza Rating

Plus en détail