INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DES ENTREPRISES ET ORGANISATIONS (ISGEO)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DES ENTREPRISES ET ORGANISATIONS (ISGEO)"

Transcription

1 INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DES ENTREPRISES ET ORGANISATIONS (ISGEO) DIPLOME D'ETUDES SUPERIEURES SPECIALISEES EN ADMINISTRATION ET GESTION DES ENTREPRISES ET ORGANISA TI ONS DESAG-MBA MEMOIRE DE FIN DE CYCLE MANAGEMENT ET ORGANISATION : APPLICATION DES MODELES DE COMPREHENSION DU COACHING STRATEGIQUE A LA DIRECTION DE L'ENTREPRENARIAT FEMININ. Présenté par: NDEYE FATOU BlSSICK SARR Sous la direction de : M. NDIAGA CISSE Professeur de méthodologie Assistant du Directeur des Relations Extérieures à l'it A M0030DESAG06 2 e ~~------==-======~ ~

2 DEDICACES Je dédie ce modeste travail: - A mon très cher Saliou pour son soutien et sa compréhension. - A ma mère Salimata Diop pour tout le sacrifice qu'elle continue de faire pour ses enfants. - A mon défunt père Bamar. Qu'Allah Le Tout Puissant lui accorde le paradis éternel. - A mes frères et sœurs. - A tout ceux qui me sont chers.

3 REMERCIEMENTS Nombreuses sont les personnes qui m'ont aidée au cours de l'élaboration de ce présent mémoire. Qu'ils trouvent tous ici l'expression de ma profonde reconnaissance et de mes remerciements sincères. Nous citerons particulièrement: - Le Docteur Boubacar Baïdari Professeur au Ces ag et Conseiller du Directeur Général; -Monsieur Ndiaga Cissé qui a encadré ce travail; -Mme le Ministre des Petites et Moyennes Entreprises del 'Entreprenariat Féminin et de la Micro Finance. -Mme Marié me Cissé Thiam Directrice del 'Entreprenariat Féminin ; -Tout le personnel de le DEF, Mme Fatou Sar Soumaré, Mme Khady Samba, Mlle Ndeye maimouna Di agne, Mr Ly qui ont bien voulu répondre à nos questionnaires et nombreuses sollicitations pour des compléments d'information. Mes remerciements vont aussi à l'ensemble de mes promotionnaires du DESAG pour cette année d'enrichissement mutuel.

4 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ADEP~E: Agence de Développement et d'encadrement des Petites et Moyennes Entreprises BIRD : Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement BIT : Bureau International du Travail CESAG : Centre Africain d'etudes Supérieures en Gestion COFEB :Centre Ouest Africain de Formation et d'etudes Bancaires DEF : Direction de l'entreprenariat Féminin DPME : Direction des Petites et Moyennes Entreprises DPO : Direction par les objectifs FNPEF : Fonds National pour la Promotion de L'Entreprenariat Féminin MPMEEFMF : Ministère des Petites et Moyennes Entreprises de I'Entreprenariat Féminin et de la Micro Finance. OIT: Organisation Internationale du Travail ONFP: Office Nationale de Formation Professionnelle ONU : Organisation des Nations Unies OSIW A : Open Society Initiative for West Africa PME : Petites et Moyennes Entreprises PMI : Petites et Moyennes Industries SFI : Société Financière Internationale

5 TABLE DES MATIERES: INTRODUCTION GENERALE:... 6 GENERALITES...:... 7 PROBLEMATIQUE... 8 l OBJET DE L'ETUDE OBJECTIFS DE L'ETUDE OBJECTIF GENERAL... 1o 1-1 OBJECTIFS SPECIFIQUES INTERET DE L'ETUDE... ll 4 DELIMITATION DU CHAMP DE L'ETUDE SOMMAIRE: PREMIEREPARTIE : L'ORGANISATION, UNE ENTITE DE PLUS EN PLUS COMPLEXE, INSPIRE UNE NOUVELLE CONCEPTION DU MANAGEMENT Section l : COMPLEXITE ACCRUE ET MANAGEMENT DES ORGANISATIONS UNE COMPLEXITE ACCRUE QUELLE CONCEPTION POUR LE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS DANS UN TEL CONTEXTE? Section II : LE COACHING STRATEGIQUE QU'EST-CE QUE LE COACHJNG STRATEGIQUE? LES PRINCIPES DU COACHING STRATEGJQUE LES CONTRIBUTIONS A LA BASE DU COACHJNG STRATEGJQUE L'APPROCHE SYSTEMIQUE LA GENESE DE L'ANALYSE EN TERME DE SYSTEME L'ANALYSE SYSTEMIQUE: UNE APPROCHE GLOBALISANTE LA SEI\1ANTIQUE GENERALE LA PLANIFICATION STRATEGIQUE LE I\1ARKETING STRATEGIQUE L'APPORT DE LA DIRECTION PAR LES OBJECTIFS

6 SECTION III: AUTRES CONCEPTS CLES A DEFINIR LA MARGE DE MANŒUVRE LA MARGE DE PROGRES LES PARTIES PRENANTES LES COMPETENCES TRANSVERSES DEUXIEME PARTIE: PRESENTATION DE LA DIRECTION DE L 'ENTREPRENARIAT FEMININ ET DES MODELES DE COMPREHEN- SION UTILISES SECTION 1: PRESENTATION DU MINISTERE ET LA DIRECTION DE L'ENTREPRENARIAT FEMININ PRESENTATION DU MIN/STERE DE TUTELLE J-1 MISSIONS DU MINISTERE ORGANISATION DU MINISTERE LE CABINET ET LES SERVICES RATTACHES LES DIRECTIONS ET AUTRES STRUCTURES DU MINISTERE LA DIRECTION DE L'ENTREPRENARIAT FEMININ LES MISSIONS ET OBJECTIFS DE LA DEF..., L'ORGANISATION INTERNE LE PERSONNEL LES FEMMES CIBLES LES PARTENAIRES DE LA DEF LES PARTENAIRES FINANCIERS LES PARTENAIRES NON FINANCIERS ANALYSE CRITIQUE DEL 'ENVIRONNEMENT ADMINISTRA T/F UNE CENTRA LISA TION EX CESS IVE

7 1-3-2 DES MECANISMES BUDGETAIRES ET COMPTABLES CONTRAIGNANTS UNE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES PEU ADAPTEE AUX REALITES ACTUELLES UN ENVIRONNEMENT ADMINISTRATIF INFLUENCE PAR DE GRANDES MUTATIONS UN IMPE RA TIF D'EFFICACITE, D'EFFICIENCE ET DE PERTINENCE...40 SECTION Il: PRESENTATION DES MODELES DE COMPREHENSION DU CO A CHING STRATEGIQUE LE MODELE DU POSITIONNEMENT SOCIOECONOMIQUE PRESENTATION DES ACTEURS OU PARTIES PRENANTES PRESENTATION DU MODELE LE MODELE DES COMPETENCES TRANSVERSES PRESENTATION DES COMPETENCES RETENUES PRESENT A TION DU MODELE LE MODELE DU STYLE DE MANAGEMENT DE LA DIRECTION PRESENTATION DES STYLES DE MANAGEMENT PRESENT A TION DU MODELE DEMARCHE A SUIVRE DANS L'APPLICATION DES MODELES MIS EN PLACE ET CONFECTION DES MODELES LA LECTURE DES MODELES LE CHOIX DES AXES DE DEVELOPPEMENT ETUDE DES AXES DE DEVELOPPEMENT DIFFICULTES RENCONTREES ET ADAPTATION DES MODELES POUR UNE PLUS GRANDE EFFICACITE TROISIEME PARTIE: APPLICATION DES MODELES DE COMPREHENSION DU COACHING STRATEGIQUE A LA DEF SECTION I: APPLICATION DU MODELE DE POSITIONNEMENT SOCIOECO- NOMIQUE

8 1-1 MIS EN PLACE ET CONFECTION DES MODELES ANALYSE ET INTERPRETATION DES POLYGONES..., LECTURE GLOBALE DES EVALUA Tl ONS EFFECTUEES PAR L'EQUIPE DIRIGEANTE COMPARAISON DES DIFFERENTS POLYGONES CHOIX DES AXES DE DEVELOPPEMENT AXES DE DEVELOPPEMENT CHOISIS , JUSTIFICATION DU CHOIX DES AXES DE DEVELOPPEMENT AXE«FEMMES ENTREPRENEURES >>..., AXE«PERSONNEL»..., ETUDES DES AXES DE DEVELOPPEMENT AXE«FEMMES ENTREPRENEURES»..., AXE«PERSONNEL»..., SECTION II: APPLICATION DU MODELE DES COMPETENCES TRANSVERSES MIS EN PLACE ET CONFECTION DES MODELES..., ANALYSE ET INTERPRETATION DES POLYGONES CHOIX DES AXES AXES DE DEVELOPPEMENT CHOISIS JUSTIFICATION DU CHOIX DES AXES DE DEVELOPPEMENT AXE«CAPACITE A DELEGUER» AXE«CREATIVITE» ETUDES DES AXES ETUDE DEL 'AXE«CAPACITE A DELEGUER n ETUDE DE L'AXE ((CREATIVITE n SECTION III: APPLICATION DU MODELE DU STYLE DE MANAGEMENT

9 3-1 MIS EN PLACE ET CONFECTION DES MODELES ANALYSE ET INTERPRETATION DES POLYGONES LECTURE GLOBALE DES EVALUATIONS COMPARAISON DES MODELES CHOIX DES AXES AXES DE DEVELOPPEMENT CHOISIS JUSTIFICATION DU CHOIX DES AXES AXE«GESTION PAR OBJECTIFS)) AXE«EXECUTION GUIDEE ET SANCTIONNEE)) ETUDES DES AXES AXE<< GESTION PAR OBJECTIFS>> AXE«EXECUTION GUIDEE ET SANCTIONNEE» RECOMMANDATIONS CONCLUSION GENERALE BIBLIOGRAPHIE ANNEXES

10 6

11 GENERALITES: Environ un demi siècle après les indépendances, les Etats africains sont encore confrontés au défi de la lutte contre le sous développement et la pauvreté. De nombreux programmes de développement ont été élaborés avec des approches différentes. Si certains se sont montrés particulièrement désastreux dans leurs effets (PAS), d'autres souffrent surtout de problèmes de mise en œuvre. On peut citer particulièrement : - Le Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté ; Les Objectifs du Millénaire pour le Développement ; - Le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'afrique, plan stratégique de l'union Africaine - Le plan Marshall proposé par Tony Blair à travers la commission pour l'afrique Ces nombreux programmes, mis en œuvre par les gouvernements des pays concernés sont surtout jugés à travers leur capacité de créer de la valeur, d'améliorer la qualité de vie des populations ou de satisfaire leurs bénéficiaires. C'est dire qu'aujourd'hui, l'ensemble des parties prenantes de ces organisations devient de plus en plus exigeant. Les institutions internationales, les opinions publiques, les organisations non gouvernementales sont en effet de plus en plus regardant sur les résultats. Au même moment, les travailleurs du secteur public aspirent à plus d'implication dans l'élaboration des stratégies, mais aussi une plus grande prise en compte de leur préoccupation. Ce nouveau contexte dans lequel les organisations du secteur public se trouvent remet au centre des responsabilités les dirigeants qui, ont la charge de prendre en compte l'ensemble des acteurs qui gravitent autour de leurs organisations et de les manager efficacement pour avoir la latitude d'agir. Une marge de manoeuvre confortable serait donc l'une des conditions clés de succès qui permettrait de disposer de cette latitude d'action seule gage d'efficacité. Il existe cependant un préalable c'est de mesurer cette marge à l'aide outils fiables comme ceux développés par le coaching stratégique. La Direction de 1 'Entreprenariat Féminin, nouvelle direction mise en place au sein du MPMEEFMF est l'une des structures de l'etat sénégalais qui illustre les éléments évoqués cidessus. Pour relever le défi de la promotion et du développement de l'entreprenariat féminin, elle se doit d'améliorer constamment sa marge de manœuvre. 7

12 PROBLEMATIQUE: La DEF est une direction mise en place au sein du Ministère des Petites et Moyennes Entreprises de l'entreprenariat et de la Micro Finance. Elle est intégrée à un vaste ensemble composé de différentes directions et services rattachés au cabinet du Ministre. Sa mission essentielle est de promouvoir et de développer l'entreprenariat féminin au Sénégal. Elle dispose à cet effet de ressources et d'aptitudes organisationnelles allant de son budget de fonctionnement à son personnel, en passant par les ressources techniques et la logistique. Mais ce sont là des ressources très limitées. Dans sa volonté d'exécuter la mission qui lui est assignée la direction tente de mettre en œuvre la stratégie qu'elle a élaborée.cette dernière ne peut être cependant déroulée de manière efficace que si elle tient compte d'un ensemble de paramètres qui sont : - Un contexte et un environnement mondial marqué par l'instabilité et le changement du fait de la mondialisation de l'économie, de la mutation continue des technologies et de la rapidité par laquelle l'information circule. Il y' a alors un impératif pour elle: s'adapter à cet instabilité pour être opérationnelle. -Une cible vaste qui inclut à la fois les entrepreneures, les femmes exerçant dans le secteur informel, les porteuses de projet, les femmes potentiellement aptes dans le domaine de l'entreprenariat à l'échelle du pays tout entier. La DEF cherche alors à prendre en charge des besoins très diversifiés. Heureusement pour elle, des opportunités multiples existent. En effet un ensemble de parties prenantes identifiées à l'échelle du ministère (comme le FNPEF, l' ADPME, la DPME), à l'échelle de la direction (son personnel) où, à l'externe (comme les femmes, l'onfp, le BIT, l'osiwa etc.) peuvent être mobilisées efficacement, dans la durée, si elles sont satisfaites. Ce qui veut dire que la DEF doit créer les conditions de sa performance qui apparaît comme le seul gage de son efficacité, de son efficience et de sa pertinence donc, de relations de confiance avec ces parties prenantes, de pérennité et de développement pour elle-même. Il se pose alors une question essentielle : comment créer les conditions de cette performance dans la durée, dans ce contexte de complexité instable et de dépendance? 8

13 Cette question est d'autant plus pertinente qu'un entretien individuel réalisé avec le personnel de la DEF, y compris la directrice nous a permis de faire un inventaire de différents problèmes que nous avons classé principalement en trois catégories : -Des problèmes d'ordre socio-économique : - Des moyens financiers limités ; - Un cadre de travail très réduit, des bureaux insuffisants; -Une base de données quasi inexistantes; -Un manque de logistique notamment en équipement informatique; - Un personnel insuffisant ; -Un départ répété du personnel et un certain nombre de demandes de départ bloquées; - Une cible parfois difficile à mobiliser ; -Une nécessité d'accrocher les partenaires; - Des problèmes liés aux compétences disponibles : - Un manque de réactivité du personnel ; - Une différence entre le travail perçu et la réalité ; -Une absence de valorisation du personnel en terme de compétences; -Une motivation faible du personnel; - Une centralisation excessive ; - Des problèmes liés au management de la direction : -Un déficit de communication; -Une absence d'esprit d'équipe; Pour répondre à ces questions, la direction ne saurait se contenter d'une stratégie élaborée et fixée définitivement. Dans de telles circonstances, elle doit s'adapter, se transformer, au besoin profondément, pour disposer d'une marge de manœuvre, d'une possibilité d'action importante lui permettant d'activer à souhait les différents leviers qu'elle peut et doit mettre à sa disposition. Il y'a à cela une condition préalable: se questionner simultanément sur ses structures, ses manières de fonctionner, son style de direction, ses ressources, ses compétences, celles dont elle a besoin, la relation qu'elle a établie avec ses partenaires, ses actions. Interpellé au premier chef, le dirigeant, en charge de gérer cette situation, sans nul doute complexe, doit aussi se perfectionner sans cesse pour maîtriser la situation. En effet, la fonction de manager implique chez le dirigeant une réflexion continue sur les valeurs qu'il perçoit et les techniques qu'il utilise. 9

14 Le coaching stratégique, nouvelle conception de la direction et du pilotage des entreprises ou des organisations, fondée essentiellement sur J'approche systémique se propose à partir des modèles de compréhension et d'outils d'analyse simples qu'il a élaboré, de prendre en charge des questions similaires à celles qui se posent à la direction de l'entreprenariat féminin. Peut- on alors l'appliquer à la structure? Est- elle une méthode appropriée dans le management de cette jeune structure qui cherche à se pérenniser? Qu'est ce qu'il peut apporter comme plus? Telles sont les questions qui ont présidé au choix de notre thème de Mémoire : «Organisation et Management : Application des modèles de compréhension du coacbing stratégique à la DEF. )) 1- OBJET DE L'ETUDE : Cette étude cherche à appliquer les modèles de compréhension du coaching stratégique à ladef. 2- OBJECTIFS DE L'ETUDE : 2-1- OBJECTIF GENERAL : De manière générale l'objectif visé est d'accroître la marge de manœuvre de la DEF en vue: - d'une meilleure visibilité de son action dans la promotion et le développement de 1 'entreprenariat féminin au Sénégal ; -d'une performance globale de la structure qui s'inscrit dans la durée OBJECTIFS SPECIFIQUES: Cette étude vise spécifiquement à : - Mesurer la marge de manœuvre actuelle de la direction ; - Analyser et interpréter les résultats produits par les outils et modèles d'analyses employés; -Faire des propositions concrètes allant dans le sens d'une transformation et d'un pilotage adaptés à la réalité de la DEF. 10

15 3- INTERET DE L'ETUDE : Pour l'etat cette étude permettra: -De lire l'efficacité de la direction par rapport aux missions qui lui ont été assignées; - De donner une nouvelle impulsion à la DEF ; - De voir que la pratique du coaching stratégique dans le secteur public est possible et nécessaire pour aboutir à une performance globale ; Pour la direction de l'entreprenariat féminin. cette étude permettra: -D'apporter au besoin des mesures correctrices allant dans le sens d'une plus grande motivation du personnel,d'une utilisation optimale de ses ressources et compétences disponibles, d'une adaptation perpétuelle au contexte et à la demande de sa cible. -D'accrocher durablement ses partenaires et de satisfaire ses clients (les femmes sur lesquelles elle cherche à appliquer sa stratégie). 4- DELIMITATION DU CHAMP D'ETUDE : L'étude que nous nous proposons de faire est strictement limitée à la direction de l'entreprenariat féminin du Ministère des PMEEFMF. Elle concerne une équipe de six (06) personnes dont les trois (03) peuvent être considérés comme des dirigeants. Il s'agit de la directrice et de ses deux adjoints ; le chef de la division formation et le chef de la division projet. Nous justifions ce choix par le fait que cette direction en dépit de son effectif très limité à une importance capitale sur le devenir des femmes entrepreneures au Sénégal et l'évolution de la place qu'elles occupent dans l'économie nationale. Ses dirigeants ont une très grande responsabilité non seulement dans les orientations mais aussi l'exécution des politiques de l'etat Sénégalais. 5-SOMMAIRE : L'étude que nous nous proposons de faire, mis à part l'introduction, s'articule autour de trois grandes parties. Dans la première partie, nous avons mis en évidence : 11

16 - La complexité des organisations actuelles (parmi lesquelles la DEF) du fait des multiples facteurs contingents ; -La nécessité pour le manager d'aujourd'hui de se donner les moyens à la fois organisationnels et sociaux de parvenir à ses fins pour créer les conditions d'une performance durable. Ce qui passe par une approche systémique du management, un accroissement de sa marge de manoeuvre et celle de son organisation. - Le fait que c'est à cette tâche que tente de participer le coaching stratégique, nouvelle conception de pilotage et de direction qui se propose de contribuer efficacement à la pérennisation des organisations grâce à l'utilisation d'outils simples et d'utilité pratique. - Les différentes contributions à la base du coaching stratégique. - Enfin nous avons défini quelques concepts clés pour la lecture de ce mémoire. Dans la deuxième partie, nous avo11s présenté : - La Direction de l'entreprenariat Féminin Dans cette partie nous avons présenté la direction dans son cadre qui est le M/PMEIEFIMF. Nous avons mis en évidence les différentes structures de ce département Les outils du coaching stratégique utilisés Ce sont les modèles de compréhension permettant de mesurer la marge de manœuvre de la DEF sous les aspects socio économique, compétences transverses, style de management. Enflll da11s la troisième partie, Jtous avons : Appliqué les modèles. Procédé à une lecture des évaluations Proposé des actions salutaires au chapitre des recommandations. 12

17 13

18 L'entreprise, l'institution qu'est la DEF, l'association ont une caractéristique commune: Elles sont toutes des ensembles économiques organisés et délimités dans lesquelles, des hommes participent à la création soit d'un bien ou d'un service. Elles ont chacune une mission à accomplir, des objectifs à atteindre et, ont élaboré une stratégie en vue d'agir: ce sont de organisations. Elles ont aussi des types de structures et des modèles de fonctionnement différents qui tiennent à leur taille, leur age, l'environnement dans lequel elles évoluent et, sont traversées par des flux régulés (activités, autorité formelle, décision de travail de contrôle, d'information). Aussi, elles sont des systèmes dynamiques généralement en relation avec d'autres et qui doivent s'adapter à un environnement changeant, peuplé d'acteurs, de zones d'incertitudes et de relations de pouvoir qui, marque leur identité et relativise la portée de leur analyse stratégique (du fait de la rationalité limitée qui les caractérise). Enfin, dans ces organisations évoluent des individus qui ont leur identité, leur personnalité, leur histoire et qui poursuivent leurs propres stratégies et objectifs qui, souvent peuvent différer de celles de l'organisation. Ces différents paramètres confèrent à l'organisation son caractère complexe. SECTION 1: COMPLEXITE ACCRUE ET MANAGEMENT DES ORGANISATI ONS 1.1- UNE COMPLEXITE ACCRUE: Cette complexité sus mentionnée, résulte du grand nombre d'états que les organisations peuvent prendre du fait des nombreuses interrelations en leur sein et avec les différentes autres parties qui gravitent tout autour d'elles. Elle s'est accrue du fait de quatre mutations majeures que sont: - La mondialisation : Aujourd'hui, les organisations sont confrontées à la mondialisation. Elles sont placées dans un environnement d'hyper compétition ou les contraintes sont multiples. Même si la mondialisation offre de façon potentielle d'immenses perspectives de développement et de croissance, les défis doivent être relevés dans leur simultanéité pour en tirer pleinement profit. - La finançiarisation de la vie des organisations : 14

19 Les observateurs de la vie économique et sociale s'accordent à ce sujet, les rapports actuels, à tous les niveaux, sont des rapports marchands. Les hommes sont fortement jugés dans leur capacité à créer de la valeur, une valeur qui s'impose même comme source de légitimité. Cette situation résulte du renouveau de l'actionnariat, de sa volonté d'influencer les politiques des organisations et les choix managériaux qui en découle. - Les mutations technologiques : Elles sont sans précédent avec surtout le développement des technologies de l'information et de la communication. La conséquence majeure est que les compétences et les connaissances sont au cœur des enjeux de maîtrise des activités créatrices de valeur. Le président Abdoulaye Wade le traduisait si bien dans un de ces discours: «l'avenir appartient à ceux qui ont la vitesse et 1 'expertise. >> - Enfin, les mutations sociales : Le droit à la parole, la revendication de plus d'intelligence dans les situations de travail, de rompre avec la routine sont devenus des exigences pour les travailleurs qui, réclament aussi plus d'autonomie et de responsabilité. En somme de nouveaux rapports sont de plus en plus exigés dans les situations de travail. L'attente de responsabilisation et d'épanouissement est une donnée fondamentale de la société actuelle QUELLE CONCEPTION POUR LE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS DANS UN TEL CONTEXTE? Généralement perçu comme«l'action ou l'art de bien conduire ou gérer une organisation» et consistant pour FA YOL à : «prévoir, planifier, organiser, commander, coordonner et contrôler une organisation» 1, le Management se trouve plus que jamais interpellé dans ces appro ches, sa finalité, ses démarches, ses champs. En effet, l'accélération rapide du rythme du 1 Henri Fayal, Administration industrielle et générale, Paris, 1916, nouvelle édition, Paris, Dunod, 1971, page 5 et suivantes 15

20 changement fait comprendre aux managers qu'ils devraient dans une certaine mesure vivre dans «un état de chaos permanent» tel que préconisé par 1 'un des gourous du Management moderne; TOM PETERS 2. Comme lui, bon nombre de théoriciens dans ce domaine, estime que pour répondre à ces grands changements, cette complexité, il faut jeter les bases d'un management renouvelé tenant compte de ces différentes évolutions observées et remettant en cause les certitudes acquises. C'est le cas de MINTZBERG (1976) 3 qui estime que, «le management traditionnel prétend faire du manager une sorte de champion de 1 'hémisphère gauche qui passe son temps à analyser, comparer, calculer, raisonner alors qu'il doit avant tout être une personne d'action». Il souligne aussi que le manager est loin de pouvoir transcrire ou exprimer tout ce qu'il a fait en langage logique, en quantités ou en propositions formelles. Cette conception du management est largement partagée par CHRISTIAN MAISONS 4 l'un des principaux théoriciens du coaching stratégique. Il estime d'ailleurs que le dirigeant qui «reste rivé à ses documents financiers, à ses statistiques,» pourrait être identifié «à un conducteur qui n'aurait d'yeux que pour le tableau de bord de son véhicule.» L'image est forte. Elle permet de voir qu'un tel manager, à l'image du conducteur, ne peut aller loin. Non obstant les obstacles qui se dressent sur son chemin, il crée lui-même les conditions de sa contre performance. Un conducteur doit donc «regarder la route, tendre l'oreille aux bruits suspects, être attentif à toute impression d'inhabituel, d'insolite» pour arriver à destination. Le manager d'aujourd'hui a la charge de comprendre et maîtriser les règles du jeu du milieu dans lequel son organisation évolue, de se donner les moyens organisationnels et sociaux de parvenir à ses fins, d'anticiper sur les résultats du futur, de créer les conditions d'une performance durable. Il doit stimuler les comportements, animer les équipes, développer les structures organisationnelles et conduire les activités. Enfin, il doit s'intéresser au pilotage des activités, à la transformation et au développement des structures, à la conduite des hommes en situation de travail. C'est à cette tâche très corn- 2 Tom Pet ers, Le chaos management, Inter éditions, Hors collection, 1998, 616p. 3 Henri Mintzberg, Grandeur et décadence de la planification stratégique, Paris, Dunod, Christian Maisons, Le Coaehing stratégique : Pilotage et transformation des entreprises et des organisations, Paris, Maxima, 2003, p

21 plexe que tente de participer le coaching stratégique. SECTION II : LE COACHING STRATEGIQUE 2.1- QU'EST-CE QUE LE COAC/1/NG STRATEGIQUE? La recherche en management a montré que pour l'essentielle, en ce qui concerne les entreprises et les organisations, on peut les classer en trois catégories : - Celles qui naissent et disparaissent tout de suite parce qu'elles n'ont pas trouvé les réponses adaptées aux défis qui leur ont été lancés, -Celles qui disparaissent ensuite parce qu'elles les ont trouvés et les ont cru éternelles, - Celles qui se pérennisent parce qu'elles se renouvellent constamment pour s'adapter aux contextes et réalités, mais aussi aux nouveaux défis qui naissent. Le coaching stratégique est une nouvelle conception de la direction et du pilotage des organisations voisin du team bu/ding et du coaching d'entreprise. Il cherche à favoriser le développement du troisième modèle de structure que nous avons évoqué. Il préconise l'alignement à la fois de la stratégie, des parties prenantes, et des objectifs en vue d'assurer les conditions optimales de développement, de pérennité et de productivité globale aux organisations. C'est une méthode qui permet de traiter avec simplicité les problèmes complexes des organisations par les personnes directement concernées. A la première ligne de son centre d'intérêt, se trouve alors le dirigeant et les équipes dirigeantes, à qui incombent la tache de piloter et de diriger. CHRISTIAN MAISONS 5 explique cette orientation par plusieurs raisons : - Les dirigeants, généralement isolés par leur position taisent souvent leurs difficultés et ont peu d'occasion d'apprendre et de se perfectionner. - ~e rôle déterminant qu'ils ont dans la structure fait que toute amélioration à leur niveau a des répercussions positives sensibles sur l'organisation. -La perception qu'on a souvent du pouvoir qui fait que les idées initiées par le personnel ont souvent peu de chance de se voir concrétiser même lorsqu'elles sont très pertinentes. Le coaching stratégique vise donc à les aider dans leur effort constant de réflexion stratégique, de compréhension des structures qu'ils gouvernent afin d'ajuster réciproquement les buts poursuivis aux compétences disponibles et à rechercher. Pour le coaching stratégique, l'efficacité et la pérennité d'une structure passent par un perfectionnement continu de ses dirigeants et une transformation continue de l'organisation en vue 5 Christian Maisons, Le coaching stratégique : Pilotage et transformation des entreprises et organisations, op. cit., p

22 d'agrandir sa marge de manœuvre. Cette marge de manœuvre, lorsqu 'elle est satisfaisante, permet d'actionner les compétences pour réaliser les ambitions stratégiques et positionner l'organisation dans une zone de productivité globale assez favorable. Il faut cependant préciser qu'il ne s'agit pas de tout bouleverser en tout temps, n'importe comment, ou encore pour satisfaire son ego Les transformations dont il est ici question doivent apporter un plus à 1' organisation. Pour que tout ceci se réalise, il faut cependant comprendre l'organisation. Cette étape est un passage obligé, incontournable dans l'approche managériale préconisée par le coaching stratégique qui revêt lui plusieurs dimensions : - Celle du concept, qui repose sur des principes simples, peu nombreux et accessibles à l'expérience et à la compréhension pour conduire une organisation. (Voir paragraphe suivant) - Celle des méthodes ; le coaching stratégique a élaboré et sélectionné un ensemble de méthodes qui permettent aux dirigeants de mettre en application le concept. Il s'agit principalement des «modèles de compréhension» et du «modèle de la productivité globale >> 6. Il faut souligner que ces méthodes couvrent de plus en plus un champ large, se perfectionnent et évoluent avec 1 'expérience. - Celle du coaching proprement dit qui ne trouve sa pertinence que lorsqu'il est intégré au savoir-faire, à la compétence globale du dirigeant et des personnes travaillant au sein de l'organisa ti on. 1.1 LES PRINCIPES DU CO A CHING STRATEGIQUE: Le coaching stratégique s'appuie sur un ensemble de principes autour desquels le dirigeant doit être convaincu : - Pour agir efficacement dans les organisations actuelles, il faut que le dirigeant maîtrise la complexité. Ce qui passe par une lecture multidimensionnelle des situations. Ce qu'il ne peut faire qu'en se perfectionnant continuellement et en développant les capacités de son organisation. - Il faut aussi que le dirigeant comprenne sa structure. Cette compréhension apparaît comme un préalable pour prendre en main, piloter et diriger l'organisation pour aussi opérer les transformations idoines en vue de sa pérennisation. 6 Christian Maisons, Le coaching stratégique: pilotage et transformation des entreprises et organisations, op. cît., pp

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion 1/9 Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion La loi du 13 août 2004 a confié à l'assurance Maladie de nouvelles responsabilités en matière de

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Contrôle de gestion. Cabinet de conseil. Du conseil à la formation action. La méthode ABC/ABM Le tableau de bord prospectif

Contrôle de gestion. Cabinet de conseil. Du conseil à la formation action. La méthode ABC/ABM Le tableau de bord prospectif Cabinet de conseil Contrôle de gestion Du conseil à la formation action La méthode ABC/ABM Le tableau de bord prospectif Amélioration de la RENTABILITE Réduction des coûts Indicateurs de PERFORMANCE Pilotage

Plus en détail

Intitulé de la formation

Intitulé de la formation Intitulé de la formation La fonction managériale dans les structures du spectacle vivant : parcours de formation comprenant 4 modules. Module 1 Construire et porter une vision de structure : y faire adhérer

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme de formation... 4

Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme de formation... 4 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Optimiser les Ressources Humaines Contexte de formation.. 2 Objectifs

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

Analyser l environnement

Analyser l environnement Analyser l environnement > Analyser pour anticiper > Analyser pour résoudre > Analyser pour anticiper - La grille M.O.F.F. - Le diagramme Causes/Effet - Le benchmarking - Les cercles de qualité 3. MÉTHODES

Plus en détail

Qu'est ce que le KM? M. Prax a d'abord défini le KM par la négative. Le KM n'est pas :

Qu'est ce que le KM? M. Prax a d'abord défini le KM par la négative. Le KM n'est pas : Compte-rendu : «Les enjeux des TIC : le Knowledge Management» Conférence du 3 ème millénaire, Salon Initiatives du jeudi 18 octobre 2001 Orateur : Jean-Yves Prax, Directeur de POLIA CONSULTING Face à un

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Les objectifs du contrôle interne. Les objectifs du contrôle interne consistent à : Assurer en permanence une bonne

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications FORUM MONDIAL SUR LES RELATIONS PUBLIQUES NOVEMBRE 2012 Le mandat des

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

Dès qu'une action atteint un certain degré de complexité ou qu'il s'agit d'actions collectives il est nécessaire d'organiser, c'est-à-dire de diviser et coordonner. L'organisation suppose donc division

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 5027FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 10.06.2015 Unité administrative

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

FORMATIONS. THL Business Consulting. Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines. www.thl-business-consulting.

FORMATIONS. THL Business Consulting. Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines. www.thl-business-consulting. THL Business Consulting Cabinet de Conseil en Management et Stratégie des Organisations CATALOGUE 2015-2016 FORMATIONS Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines www.thl-business-consulting.com

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

VEILLE STRATEGIQUE EN ENTREPRISE. ( communication, Gouvernance et Intelligence Economique) Colloque International UFC Alger 14-16 Juin 2008

VEILLE STRATEGIQUE EN ENTREPRISE. ( communication, Gouvernance et Intelligence Economique) Colloque International UFC Alger 14-16 Juin 2008 VEILLE STRATEGIQUE EN ENTREPRISE ( communication, Gouvernance et Intelligence Economique) Colloque International UFC Alger 14-16 Juin 2008 1 I- Introduction I- I Historique de la veille S informer est

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des s Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Les démarches qualités

Les démarches qualités Les démarches qualités Sommaire : Introduction... 2 Un levier d'innovation organisationnelle et sociale... 3 Les enjeux... 5 1.1 Le marché... 5 1.2 L innovation incrémentale (amélioration continue) ou

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Manager une équipe de projet Les clés pour mobiliser votre team

Manager une équipe de projet Les clés pour mobiliser votre team Manager une équipe de Les clés pour mobiliser votre team Rue Voltaire 1 CH-1006 Lausanne T 021 617 55 75 F 021 617 55 76 iteral@iteral.ch www.iteral.ch Manager une équipe de Les clés pour mobiliser votre

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/B/COM.3/EM.10/2 1er novembre 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Apparus dans les armées allemande et britannique durant la seconde guerre mondiale, puis développés aux USA et dans le Royaume- Uni

Plus en détail

La veille d'information sur Internet

La veille d'information sur Internet 1 La veille d'information sur Internet Cours IV : I - Une introduction générale Peter Stockinger Séminaire de Maîtrise en Communication Interculturelle à l'institut National des Langues et Civilisations

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009 FIDUCIAL OFFICE SOLUTIONS SA au capital de 22 000 000 Siège social : 41, rue du Capitaine Guynemer 92400 COURBEVOIE RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009 Conformément

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 20000-1 Deuxième édition 2011-04-15 Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services Information technology Service

Plus en détail

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Les emplois repères de cette enquête sont disponibles selon les trois blocs suivants

Plus en détail

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition)

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition) VIVRE ENSEMBLE Mutuelle d Aide aux Personnes Handicapées Mentales Siège Social : 5 rue de Breuvery 78100 St Germain en Laye Tél. : 01 34 51 38 80 - Fax : 01 39 73 75 72 e-mail : direction@vivre-ensemble.fr

Plus en détail

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES JANVIER 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 La surveillance du système de gestion des

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne.

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. www.sophte.com INGENIERIE DU MANAGEMENT - COMMUNICATION - MULTIMEDIA Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. 1 Situation actuelle De plus en plus, l'entreprise doit gérer

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT Prestations Intellectuelles et de sous-traitance Accompagnement aux normes Internationales et ISO Formations diverses

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Assurer la bonne gestion des deniers publics. Exécution du budget. 3 jours. Gestion d'une régie d'avances et de recettes. 2 jours

Assurer la bonne gestion des deniers publics. Exécution du budget. 3 jours. Gestion d'une régie d'avances et de recettes. 2 jours Itinéraire de formation GESTION DE LA DEPENSE PUBLIQUE Domaine ITINERAIRE THEMATIQUE But: Maîtriser l'ensemble des compétences et outils liés à la dépense publique de l'administration de la Polynésie française

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Augmentez la précision, la vitesse et l'efficacité du déploiement d'une solution de réseau sans fil unifié Cisco. Adoptez une approche

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Fascicule "PILOTER LA QUALITE"

Fascicule PILOTER LA QUALITE DIRE 1 Fascicule "PILOTER LA QUALITE" Sommaire INTRODUCTION... 2 QUELQUES DÉFINITIONS... 3 1. EN PRÉALABLE AU PILOTAGE DE LA QUALITÉ... 5 1.1 Pourquoi piloter la qualité?...5 1.2 Une fonction décisionnelle...5

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Simplifier la gestion de l'entreprise

Simplifier la gestion de l'entreprise Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Objectifs Simplifier la gestion de l'entreprise Optimiser la gestion et assurer la croissance de votre PME Optimiser la gestion et assurer

Plus en détail

MBA À TEMPS PARTIEL OFFERT EN LIGNE

MBA À TEMPS PARTIEL OFFERT EN LIGNE MBA À TEMPS PARTIEL OFFERT EN LIGNE ÉDUCATION PERMANENTE L'Universitépartoutentouttemps! Programme offert entièrement en ligne à temps partiel par la Faculté d administration en collaboration avec l Éducation

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

La gestion du temps 3e partie: La planification

La gestion du temps 3e partie: La planification Volume 15 No 3 - Septembre 1998 ÉDUCATION ET DROITS DE L'HOMME La gestion du temps 3e partie: La planification Colette Paillole Dans de précédents numéros de La revue des Échanges, nous vous avons présenté

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE Publié le : 2014-04-18 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE 19 DECEMBRE 2013. - Arrêté ministériel fixant le code de déontologie pour

Plus en détail

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI

Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI 222 Partie IV. Identifier les carences informationnelles d'une PME / PMI Chapitre A. Représentation de l'utilisation de l'information

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

Mot d'ouverture de la Conférence de la CVMO. et de l'ocrcvm sur la structure des marchés. Mary Condon

Mot d'ouverture de la Conférence de la CVMO. et de l'ocrcvm sur la structure des marchés. Mary Condon Mot d'ouverture de la Conférence de la CVMO et de l'ocrcvm sur la structure des marchés Mary Condon Vice-présidente, Commission des valeurs mobilières de l'ontario Toronto Le 26 juin 2012 1 Bonjour. La

Plus en détail

La démarche lean dans le secteur public : conditions de mise en oeuvre et résultats potentiels

La démarche lean dans le secteur public : conditions de mise en oeuvre et résultats potentiels La démarche lean dans le secteur public : conditions de mise en oeuvre et résultats potentiels Mercredi de L INET Mercredi 28 mars 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIETAIRE Toute utilisation de ce matériel sans

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

ANNEXE 1. I - CONTEXTE

ANNEXE 1. I - CONTEXTE I - CONTEXTE Caribbean Export Development Agency (Caribbean Export) s'est vu confier par les gouvernements de République Dominicaine et d'haïti, et par l'union Européenne la gestion du «volet commercial»

Plus en détail

Les basiques du Supply Chain Management

Les basiques du Supply Chain Management V3 - Mai 2011 Les basiques du Supply Chain Management Héritage et évolutions Le concept de Supply Chain est un héritage et une évolution des pratiques logistiques, industrielles et managériales. On y retrouvera

Plus en détail

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international H AAUUTTEESS EETTUUDEESS COMMEERRCCIIAALLEESS RRUUEE LLOUUVVRREEXX 144 44000000 LL II EEGEE Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Plus en détail