Résumé de l état de l art

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé de l état de l art"

Transcription

1 SUPPORTING EQUALITY IN SCIENCE TECHNOLOGY AND MATHEMATICS RELATED CHOICES OF CAREERS. LIFELONG LEARNING PROGRAMME (LLP) KA1 STUDIES AND COMPARATIVE RESEARCH Project Number: LLP GR-KA1-KA1SCR Résumé de l état de l art En quelques mots, le projet européen «SESTEM» (Soutenir l'égalité dans les orientations et choix professionnels en technologie, en science et en mathématiques (STEM)) aborde le problème du déséquilibre des sexes dans les filières STEM. La faible participation en STEM constitue depuis un certain temps une préoccupation de recherche dans le monde entier. Dans l Union Européenne, des études et surtout des statistiques, suggèrent que le problème de l'accès et du maintien des femmes dans les STEM reste un problème non résolu. De même nous manquons d'outils qui nous permettent de réfléchir sur les bonnes pratiques de nature à remédier à ce déséquilibre des sexes dans les filières et carrières en STEM. Cet état de l'art vise à passer en revue les principales études qualitatives et quantitatives à propos des filles et des femmes en STEM. Il pose la question des inégalités entre garçons et filles à partir du prisme de l école, de l orientation, de la famille, de la carrière. L idée n est pas d énumérer tout ce qui a été écrit sur cette problématique mais bien de mettre en avant ce qui fait consensus pour les différents partenaires de cette étude, grâce à l apport important des rapports nationaux d une part et des bibliographies indicatives fournies par chacun d autre part. Les inégalités de sexes, les stéréotypes, le rapport au savoir, le rapport aux contenus disciplinaires sont des préoccupations scientifiques clairement identifiables, largement questionnées et traitées dans le champ scolaire. En effet, les ouvrages sur le genre à l école se sont multipliés, lors de ces dernières décennies. L ouvrage de Belotti (1976) traduit de l italien a sans doute été un déclencheur de nombreuses recherches portant sur les filles et les garçons à l école. Elle insistait sur la construction identitaire genrée, sur les stéréotypes dans les livres et les jeux, et sur le traitement différencié des filles et des garçons à l école primaire. Dans les années 1990, on trouve les travaux devenus des références sur les inégalités entre filles et garçons à l école (Baudelot-Establet, 1992 ; Duru-Bellat, 1990), sur les stéréotypes à l école (Bouchard ; Saint-Amant, 1996), sur les divisions sexuelles face au savoir (Mosconi, 1994). Depuis les années 2000, on peut percevoir la multiplication de travaux sur certaines questions ou paradoxes soulevés précédemment et portant sur des objets relatifs à des champs didactiques, comme le rapport genré aux apprentissages de l informatique (Collet, ), au sport (Saint- Martin; Terret, 2005) ou la masculinité en mathématiques (Mendick, ). 1 COLLET I. (2006). L informatique a-t-elle un sexe? hackers : mythes et réalités. Paris : L Harmattan. 2 MENDICK H. (2006). Masculinities in mathematics. Maidenhead: Open University Press, Mc Graw-Hill. 1

2 La question de l orientation scolaire, des choix de filières par les filles et les garçons, et son implication en matière d emplois reste non résolue. Au-delà des données chiffrées qui prouvent cette division sexuée dans les pays occidentaux, un ensemble de recherches tentent depuis des années d en saisir les mécanismes, tant sur le plan identitaire que sur le plan institutionnel (Duru, 1991 ; Vouillot, Marro 2002 Vouillot, ). D autres en discutent les conséquences sur le marché du travail, comme Gardey ( ). Au fur et à mesure que l'élève puis l'étudiante franchit les diverses étapes du système d éducation, de nombreux facteurs interviennent dans sa décision d étudier ou non les STEM. L absence de modèles féminins, les stéréotypes sexistes dans les manuels scolaires, ainsi que les attentes des professeurs à l égard des résultats de leurs élèves de sexe féminin dans les matières scientifiques ne sont pas de nature à encourager chez les filles l étude des mathématiques et des sciences. Si celles-ci décident tôt d abandonner les cours de mathématiques et de sciences, il leur sera ultérieurement difficile de faire des études dans ces domaines. Malgré la réussite scolaire des filles, elles sont sous représentées dans les filières STEM et par conséquence les femmes sont moins nombreuses à faire carrière en STEM. Quelles explications peut-on donner à cette moindre présence des filles dans les STEM? Nous nous pencherons sur des facteurs externes comme l école et la famille et aussi le monde du travail, où peut se jouer une socialisation différenciée. Mais également sur des facteurs internes, individuels comme les stratégies des élèves féminines, les différences de motivations, d intérêt, d estime de soi L objectif de cet état de l art est de comprendre les contextes nationaux, d avoir une image transnationale grâce aux apports des autres pays, de comprendre les choix d orientation des élèves, des étudiants, les pratiques du corps enseignant, l influence des familles Notre objectif est de faire un état des lieux de ce qui se joue dans les différentes sphères familiales, scolaires ou encore sur le marché du travail. Nous n ignorons pas les nombreux travaux qui nous ont précédés et sur lesquels nous nous sommes appuyés. Nous savons que dès l école primaire, la division sexuée des savoirs est en place. Nous connaissons aussi les mécanismes d «autocensure», d «auto sélection» des jeunes filles qui font des «anticipations raisonnables» et se dirigent vers les métiers qui leur semblent les plus compatibles avec la vie familiale (une des préoccupations qu on ne retrouve pas souvent chez les garçons). Différentes méthodes ont été mises en œuvre pour cet état de l art. D'abord, les études principales de la Commission européenne ont été passées en revue 5. Puis nous avons pris en compte les bibliographies indicatives nationales et internationales appropriées dans ce champ, fournies par les partenaires du projet SESTEM. Un parallèle avec la méthodologie utilisée dans ce projet permet d expliquer les points développés dans l état de l art. Les quatre groupes cibles identifiés sont les élèves, les parents, les étudiants et les enseignants, d où l importance de mettre en avant cette 3 VOUILLOT F; MARRO C. (Eds.). (2002). Construction et affirmation de l identité chez les filles et les garçons, les femmes et les hommes de notre société. L orientation scolaire et professionnelle, no 31 (numéro spécial). VOUILLOT F. (2007). «L orientation aux prises avec le genre». Travail, genre et société, no 8. p GARDEY, «La part de l ombre ou celle des Lumières? Les sciences et la recherche au risque du genre», in M. CACOUAULT et D. GARDEY (dir.), «Sciences, recherche et genre», Travail, genre et sociétés, 14, 2005, pp Par exemple, She figures. 2

3 triangulation des facteurs, familiaux, scolaires et individuels. Les groupes cibles sont les personnes sur lesquelles le projet, par ses actions et ses résultats, vise à exercer une influence directe et positive. Les sphères scolaire et familiale sont interrogées afin de mieux comprendre les processus, en mettant en avant des éléments comme les représentations, les interactions, les stratégies et pratiques, les projets scolaires et professionnels L état de l art est construit autour de grands points tels que la socialisation différenciée selon le genre à travers le milieu familial et scolaire (chapitre 2), les représentations et les choix d orientation en STEM (chapitre 3), les carrières en STEM et la sous représentation des femmes dans certains secteurs (chapitre 4) puis un aperçu des actions et politiques mises en œuvre pour remédier à cette problématique (chapitre 5). 3

4 SUPPORTING EQUALITY IN SCIENCE TECHNOLOGY AND MATHEMATICS RELATED CHOICES OF CAREERS. LIFELONG LEARNING PROGRAMME (LLP) KA1 STUDIES AND COMPARATIVE RESEARCH Project Number: LLP GR-KA1-KA1SCR RÉSUMÉ DE L ÉTUDE QUANTITATIVE Le résumé de l étude SESTEM (Soutenir l égalité dans les orientations et les choix professionnels en technologie, en sciences et en mathématiques) présenté ci-dessous est un condensé des principaux résultats de l étude multilatérale. Les conclusions sont illustrées par des graphiques qui représentent la somme des réponses à un questionnaire composé d items de type Likert, c est-à-dire dont la réponse est exprimée sur une échelle graduée entre «complètement d accord» et «pas d accord du tout». Pour les données présentées ici, un score de 2 représente la réponse «tout à fait d accord», un score de 0 correspond à une réponse neutre et un score de -2 (négatif) représente la réponse «pas du tout d accord». Bref résumé des résultats de SESTEM (étude quantitative) Les STEM sont considérés comme constituent un environnement compétitif, plus difficile et exigeant que les autres disciplines. Les répondants pensent qu un grand intérêt pour les STEM est la clé du succès et qu une bonne connaissance du sujet aussi bien qu un esprit pratique et logique est nécessaire (Figure s 1 à 3). Globalement parlant, les parents et les élèves voient les capacités et aptitudes intellectuelles comme un facteur de succès important. Les parents voient aussi le goût pour la matière comme une condition nécessaire (Figure 3). Il y a peu de consensus entre les professeurs en ce qui concerne les facteurs nécessaires à la réussite en STEM. Les objectifs et ambitions professionnels des élèves, des étudiantes et des professeurs sont convergents et on note un large accord sur ce point entre les différents pays (par exemple Figure 4) et entre les groupes cible, au regard de leur conception des attentes vis-à-vis de la vie professionnelle. Ces attentes coïncident également avec leur perception des carrières scientifiques et techniques. Le seul sujet de préoccupation sur ce point est la question de l équilibre entre vie privée et vie professionnelle, sur lequel les femmes mettent plus l accent que les hommes ; en outre, les STEM ne leur apparaissent pas comme particulièrement compatibles avec un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Dans tous les cas et pour tous les groups cibles, l étude a suscité un message très clair: les gens devraient étudier ce qu ils aiment vraiment, en dehors de toute influence extérieure. En général, alors que les parents sont perçus comme intéressés par les choix de leurs enfants, ils interviennent de façon modérée, essentiellement pour soutenir ces choix, quelque soit le domaine académique. De la même façon, les amis et les pairs sont perçus comme favorable, mais ayant peu ou pas d influence sur les choix professionnels des jeunes (Figure 5). L influence des enseignants n est pas perçue comme aussi neutre : tandis que la plupart des groupes pensent que les professeurs constituent des modèles positifs, il y a moins de consensus sur ce point parmi les parents. La seule exception nationale sur ce point est la Pologne, où des différences sexuées 1

5 dans l influence exercée par les enseignants sont signalées. Un message fort ressort concernant l influence des modèles féminins en STEM : quand ils existent, ils sont vus comme très bénéfiques ; leur absence est cruellement ressentie. En general, les enquêtés considèrent qu il y a de nombreux avantages à travailler dans le domaine des STEM. Cependant, dans tous les pays et tous les groups cibles, est ressortie l idée selon laquelle les STEM nécessitent de longues heures de travail, ce qui peut constituer une menace pour l équilibre vie privée-vie professionnelle et être vu comme potentiellement dissuasif par les femmes (Figure 6). Les stéréotypes traditionnels sont rejetés par la plupart des participants à cette étude ; les STEM ne sont pas vus comme une affaire d «intellos» -au sens de polards»-, masculins ou inadaptés pour les filles. Cependant, dans un certain nombre de cas, par exemple dans l étude quantitative et parmi les étudiants polonais, quelques stéréotypes au sujet des STEM ont été exprimés (Figure 7). Figure 1 Elèves décrivant des filles bonnes en STEM (Données britanniques) 2

6 Figure 2 Elèves décrivant des garcons bons en STEM (Données britanniques) clever : intelligent, astucieux ; practical : pratique ; creative : créatif ; interested : intéressé ; hard-working : travaillant dur ; boring : ennuyeux ; intelligent : intelligent; good: bon; nerd: intello, polard ; brainy: être un cerveau ; strong: fort; smart : élégant, «classe» ; ambitious : ambitieux ; none : nul UK : Grande Bretagne Germany : Allemagne Poland : Pologne France Spain : Espagne 3

7 Point de vue des parents: une personne doit be good in mathematics to have a career in STEM be good in science to have a career in STEM like mathematics to have a career in STEM like science to have a career in STEM UK Germany Poland France Spain Figure 3 Parents views on necessary conditions for careers in STEM 1. Être bonne en mathématiques pour faire carrière en STEM 2. Être bonne en sciences pour faire carrière en STEM 3. Aimer les mathématiques pour faire carrière en STEM 4. Aimer les sciences pour faire carrière en STEM Pupil Views on Career Ambitions I like to try new things I enjoy solving practical problems I like working with people Work-life balance is important to me I want to enjoy my work -2.0 UK Germany Spain France Poland Greece I want to earn a lot of money Figure 4 Point de vue des élèves sur les ambitions professionnelles 1. J aime essayer de nouvelles choses 2. J apprécie de résoudre des problèmes pratiques 3. J aime travailler avec d autres personnes 4. L équilibre vie privée-vie professionnelle est important pour moi 5. Je veux apprécier mon travail 6. Je veux gagner beaucoup d argent 4

8 Pupil Views on Career Influences Family factors influence young people's motivation for what they study or go into as a career My family would not encourage me to work in a STEM industry My family would not like me to work in a STEM industry My friends would not like me to work in a STEM industry -2.0 UK Germany Spain France Poland Greece Teachers are more likely to encourage boys to take STEM subjects Figure 5 Point de vue des élèves sur les influences en matière d orientation 1. Les facteurs familiaux influencent la motivation des jeunes au sujet de leurs études ou de leurs choix professionnels 2. Ma famille ne m encouragerait pas à travailler dans le secteur des STEM 3. Ma famille n aimerait pas que je travaille dans le secteur des STEM 4. Mes amis n aimeraient pas que je travaille dans le secteur des STEM 5. Les professeurs sont plus susceptibles d encourager les garçons à choisir des matières scientifiques et technologiques "You have to work long hours in STEM industries - I want a good work/life balance " Pupil Views Student Views Parents' Views Teachers' Views UK Germany Spain France Poland Greece Figure 6 Points de vue sur les carriers en STEM et l équilibre vie privée-vie professionnelle Titre : «Il faut travailler de longues heures dans le secteur des STEM. Je veux un bon équilibre vie-privée-vie professionnelle» Point de vue des élèves/étudiantes/parents/professeurs 5

9 Pupil Views on STEM Stereotypes STEM is for nerds - there are more boy nerds than girl nerds Women who work in STEM have to be like men STEM subjects are more 'masculine' than other subjects Workplaces in engineering etc are not very woman friendly UK Germany Spain France Poland Greece Figure 7 Point de vue des élèves sur les stéréotypes concernant les STEM 1. Les STEM sont pour les «intellos» (au sens de «polards») il y a plus de garçons «intellos» que de filles 2. Les femmes qui travaillent dans le secteur des STEM doivent être (se comporter) comme des hommes 3. Les matières des STEM sont plus masculines que les autres 4. Les milieux de travail en ingénierie etc. ne sont pas favorables aux femmes 6

10 SUPPORTING EQUALITY IN SCIENCE TECHNOLOGY AND MATHEMATICS RELATED CHOICES OF CAREERS. LIFELONG LEARNING PROGRAMME (LLP) KA1 STUDIES AND COMPARATIVE RESEARCH Project Number: LLP GR-KA1-KA1SCR SOUTENIR L ÉGALITÉ DANS LES ORIENTATIONS ET LES CHOIX PROFESSIONNELS EN TECHNOLOGIE, EN SCIENCES ET EN MATHÉMATIQUES INDICATEURS ET LIGNES D ACTION Pour les établissements scolaires 1. Éducation à l orientation professionnelle dans les établissements scolaires. Niveau organisationnel 1.1. Indicateurs Formations et conseils aux enseignants au sujet de l orientation professionnelle (programmes intégrés à leur formation) Information donnée aux élèves par les enseignants sur les choix de carrière en STEM (sciences, technologie et mathématiques). Indicateurs globaux, indicateurs selon le sexe des enseignants, selon le sexe des élèves. Evénements, activités, programmes mis en place par l établissement afin d améliorer l information sur l orientation professionnelle. Events, activities, programmes, etc. promoted by the school to enhance career advice choice. Indicateurs globaux, indicateurs par type et par cible. Exemples de métiers, de carrières en STEM susceptibles de fournir des modèles Lignes d action Une information de haute qualité: fournir aux enseignants et aux centres d information et d orientation une information utile au sujet des études en STEM. Tous les enseignants devraient recevoir au minimum une formation de base concernant l orientation (compétences requises/conditions de réussite/ pluridisciplinarité/débouchés). Le partage d expériences et de bonnes pratiques: mettre en place des réseaux, des communautés virtuelles ou des forums qui permettent aux élèves, aux étudiants, aux enseignants, aux professionnels et aux parents de partager leurs expériences et bonnes pratiques concernant les carrières en STEM. Suivi des pratiques scolaires : mener des enquêtes bisannuelles pour évaluer les interactions des enseignants avec les filles et les garçons et s assurer de l égalité de traitement à leur égard. Promouvoir un suivi de la question de l égalité des sexes dans les établissements scolaires (intégrant les associations de parents). 1

11 Afin de réfléchir/débattre sur:- Quelles images de la masculinité et de la féminité les enfants apportent-ils à l école?- Quelles sont les représentations dominantes de la masculinité et de la féminité que l école elle-même propose aux élèves?- A quels genres de modèles l école souhaitet-elle et attend-elle que se conforment ses enseignants?- Quels genres d initiatives/de stratégies/de projets les enseignants devraient-ils entreprendre avec les élèves pour questionner les catégories de genre? Promouvoir les contacts avec les professionnels: mettre en place des ateliers, des séminaires, des stages ou des visites. Par exemple une Journée des filles: les filles sont invitées à visiter des entreprises/organisations dans le domaine des STEM, à participer à des concours ou des prix en STEM. Organiser des activités d apprentissage informel, des événements/activités en dehors de l établissement scolaire: mettre l accent sur l interactivité, l exploration, la découverte par soimême, la recherche, la gestion des conflits, etc. (promouvoir la participation des élèves à des fêtes et autres événements ludiques; faire le lien entre les STEM et la vie quotidienne des élèves). Apprendre les STEM est amusant. 2. Pratiques enseignantes et effets sur les choix professionnels des filles et des garcons Au niveau de la classe 2.1. Indicateurs Stéréotypes and biais genrés observés dans les manuels/ressources/activités proposés en classe. Attitudes des enseignants (par exemple en mathématiques)à l égard des filles et des garçons. (Encouragent-ils les garçons et les filles de façon équivalente? Différemment? Sont-ils conscients de leur rôle en matière d orientation? ). Ratio d enseignants qui croient que les capacités en STEM (Avoir l esprit pratique, logique ou mathématique, avoir une bonne perception dans l espace, etc.) sont importants pour réussir en STEM et pensent que ces capacités sont majoritairement masculines. Perception des capacités des élèves, par eux-mêmes et par leurs enseignants. Indicateur global et par sexe Lignes d action Analyser des livres/ du materiel pédagogique/les mass media pour identifier les biais genrés. Choisir des manuels et supports pédagogiques proposant des modèles sexués contraires aux modèles traditionnels et analyser des émissions de TV, de radio, des journaux, en classe avec vos élèves. Supports pédagogiques égalitaires. Collaborer à la création ou à la mise en œuvre de supports pédagogiques nouveaux et équitables et intégrer ou promouvoir ces supports pédagogiques présentant des profils genrés différenciés et des modèles féminins. Susciter le témoignage d invités extérieurs (régulièrement): Discuter de nouvelles carrières professionnelles avec des femmes ayant réussi professionnellement (améliorer la diffusion de modèles féminins en STEM/de trajectoires professionnelles réussies). Analyser l expérience de la classe: Faire avec vos élèves l analyse d attitudes stéréotypées et encourager la discussion sur the Pourquoi?. 2

12 Information et conseil: Informer vos élèves au sujet des carrières traditionnelles ou plus nouvelles, mettre en évidence les champs pluridisciplinaires concernés (côté social des STEM) et les compétences requises. Transformer le contexte de l apprentissage: Promouvoir la formation des enseignants aux méthodes actives qui aident à transformer la classe en un milieu d apprentissage dynamique qui favorise l engagement des filles et des garçons (par exemple séances en petits groupes, qui donnent aux élèves l opportunité de partager leurs idées, de travailler en commun et de relever des défis). 3

13 SOUTENIR L ÉGALITÉ DANS LES ORIENTATIONS ET LES CHOIX PROFESSIONNELS EN TECHNOLOGIE, EN SCIENCES ET EN MATHÉMATIQUES INDICATEURS et LIGNES D ACTION Pour les parents 3. Genre, pratiques éducatives et stratégies familiales Au niveau familial 3.1. Indicateurs Sensibilisation des parents aux nouveaux débouchés et spécialisations: ratio of de conscientisation aux nouveaux métiers et spécialisations, indicateur global et par sexe Représentations parentales des différences de capacités entre garçons et filles, indicateur global et par sexe Conscience parentale de l importance de leurs responsabilités en matière de soutien à la scolarité de leur(s) enfant(s) Actions spécifiques des parents concernant l orientation de leur(s) enfant(s) 3.2. Lignes d action Formation des parents en matière d orientation: des seminaires/ ateliers devraient être mis en place via les associations de parents d élèves; ils fourniraient de précieux conseils sur la façon de soutenir les choix d orientation des élèves, de les aider à surmonter les obstacles qu ils rencontrent dans leurs études, à identifier leurs compétences et à leur fournir un encadrement adéquat. Diffusion d information aux parents: o o o Profils de carrières réussies à destination des parents Information sur les nouveaux métiers Information sur les procédures d admission et l aide financière, les salons d orientation, les fêtes de la science. Demandez à vos enfants ce qu ils sont en train d apprendre à l école. Encouragez-les à partager leurs luttes et leurs succès. Impliquez-vous à l école si nécessaire. Parlez aux filles des maths et des sciences. Il est important que les parents soutiennent le développement précoce de l intérêt de leurs enfants pour les STEM. Explorer et apprendre en essayant de nouvelles choses. Choisissez différents jouets avec vos enfants. Collaborez avec votre fille dans la création/participation d une exposition/fête des STEM. Collaborations des parents avec l établissement scolaire: organisation de rencontres entres parents, enseignants et professionnels, spécialement des femmes scientifiques, ingénieures, etc. 4

14 SOUTENIR L ÉGALITÉ DANS LES ORIENTATIONS ET LES CHOIX PROFESSIONNELS EN TECHNOLOGIE, EN SCIENCES ET EN MATHÉMATIQUES INDICATEURS AND LIGNES D ACTION Pour les décideurs politiques 4. Considérations sur l égalité des sexes, stratégies et programmes Niveau des décideurs politiques et de l industrie 4.1. Indicateurs Standards/guide d actions/recommandations/legislation pour intégrer la sensibilisation aux questions de genre en STEM dans les établissements scolaires. Actions/initiatives de l industre/du secteur privé pour promouvoir la participation des femmes aux carrières et positions professionnelles ayant trait aux STEM (par exemple mentorat et stages), indicateur global et par sexe Description de métiers et de carrières (par exemple information donnée par les universités) Stéréotypes observés dans les supports pédagogiques/ les ressources diverses/ les mass media 4.2. Lignes d action Diffusion d encouragements: o Soutien du service public aux annonces encourageant les jeunes femmes à poursuivre des études ou faire carrière dans les STEM. o Séances d information sur les conditions d admission et l aide financière, l orientation scolaire, les fêtes de la science, les séminaires. Opportunités spécifiques en STEM : développer des bourses d études et des stages spécifiquement destinés aux filles en STEM (spécialement dans les secteurs non traditionnels). Améliorer la relation et la coopération entre le marché du travail et le système scolaire et universitaire (par exemple Journée des filles : les filles sont invitées à visiter des entreprises/organisations dans le domaine des STEM). Appliquer et développer des indicateurs (évaluations): mesurer et analyser les questions ayant trait à l égalité des sexes en STEM. Réduire les préjugés sexistes dans les supports pédagogiques o Sensibiliser et former aux questions de genre les concepteurs de programmes, les rédacteurs de manuels scolaires, les éditeurs, les enseignants et les gestionnaires. o Emettre un appel d offres annuel à destination des éditeurs de manuels et de materiel didactique. 5

15 Soutenir les activités éducatives informelles o Celles mettant l accent sur l exploration, la curiosité, la découverte par soi-même (sorties, ateliers, clubs et conférences). o Soutenir les stratégies éducatives qui favorisent les expériences à la maison, les programmes para-scolaires. 6

16 Portraits de femmes en STEM Rencontre avec une chargée de recherche au CNRS C hercheuse dans les sciences de la physique atmosphérique. Elle s intéresse à la formation des nuages, de la pluie, en particulier dans le cadre de la mousson africaine, à la compréhension de ces phénomènes, en particulier sur les continents, par opposition aux océans : Pourquoi pleut-il? Où pleut-il? Comment? Quand on lui demande pourquoi ce métier? Sa réponse est: du hasard, un intérêt pour les maths et la physique, une aisance. Après avoir fait Centrale Paris 1, elle fait une mauvaise expérience dans l industrie, où elle s intègre mal, en tant que femme et cadre dans un univers très masculin. Elle reprend alors un 3è cycle universitaire qui la mène au doctorat et ravive son intérêt pour les sciences dans un cadre qui lui paraît à la fois plus familier et moins hostile. A quand remonte cet intérêt pour les sciences et les mathématiques? A la classe de seconde pour ce qui est des maths et de la physique. C était une «bonne élève», donc en toute logique classe préparatoire, école d ingénieurs et à la suite de sa réorientation, les nuages Cet intérêt pour les nuages est parti du DEA 2, qui portait sur la physique et chimie de l environnement. Le choix du laboratoire pour le stage s est fait un peu par hasard mais a constitué une première étape positive, qui a débouché sur une bourse de thèse sur un sujet proche. En quelques mots, ce qu elle aime : «apprendre des choses et comme c est un sujet bien précis, savoir certaines choses de base, sur comment ça fonctionne ; par exemple si tu prends la carte du monde, savoir si tes orages vont se déclencher sur des zones sèches, humides ou si ça n a pas d incidence, «mouliner plein de données pour savoir si on peut dire quelque chose là-dessus» plus que de modéliser là-dessus, mais savoir. On calcule, quand on fait ça, mais on ne fait pas des modèles». Les publications bien sûr, comme dernièrement dans Nature géoscience 3, c est le point d aboutissement de quelque chose, mais elle est plus motivée par la démarche de recherche ellemême. Le coté moins positif : «toujours des projets à soumettre, la récurrence de la nécessité des projets 1 Grande école d ingénieurs 2 DEA : Diplôme d'études approfondies 3 Frequency of Sahelian storm initiation enhanced over mesoscale soil moisture patterns. Christopher M. Taylor, Amanda Gounou, Françoise Guichard, Phil P. Harris, Richard J. Ellis, Fleur Couvreux, Martin De Kauwe. Nature Geoscience, 01 juillet 2011, DOI : /NGEO1173. de financement, les rapports de force dans le milieu de travail» Au niveau des difficultés rencontrées : «Le fait de ne pas avoir un parcours linéaire 4 complique les choses ; ici concours de CR1 au lieu de CR2 du fait des limites d âge 5. Le fait d être une femme dans ce milieu complique. En école d ingénieurs (seulement 8% de filles dans sa promotion) et dans le travail ; Une Américaine de la recherche météo, Joanne Simpson, disait que quand elle était jeune, un «ponte» de la météo lui avait demandé sur quoi elle travaillait et elle avait répondu sur les nuages ; et il avait dit : «oui, c est une petite activité, très bien pour une femme», un petit sujet pour une femme. Pour elle, il y a des sujets en météo qui semblent plus féminins que d autres ; la couche limite est pour l heure un petit sujet et les grands sujets, comme les cyclones, semblent plus typiquement masculins, la grande et belle dynamique météorologique. Les capacités et exigences nécessaires pour exercer ce métier? Selon elle, les capacités nécessaires pour exercer ce métier sont : patience, curiosité et ténacité d abord, et enfin rigueur. Ne pas faire les choses pour les autres, pour qu ils soient contents ; les faire parce qu on pense que c est cela, parce qu on veut les faire. Donc autonomie. Ce qui est très bien, c est quand on arrive à faire partager, à trouver des partenaires de travail, des gens intéressés par les mêmes choses pour aller plus loin. Quand on lui pose la question «êtes vous satisfaite de votre carrière?», elle dit avoir du mal avec le mot carrière. Elle est contente de certaines choses qu elle a faites, par exemple le développement de certaines collaborations, qui sont un peu des aventures humaines, où on a l impression d avoir fait quelque chose, d être allé au bout de soi. On replonge dans ses souvenirs Mon professeur de maths de classe de 4 ème, un gars qui avait eu des problèmes de santé mais il nous faisait vraiment aimer la matière, on l aimait beaucoup et plus tard, le professeur de maths de 1 ère et Terminale, «la grande classe» par la façon dont il nous considérait ; c était un grand pédagogue ; on allait toujours au tableau par deux ; aux contrôles de maths, on avait toujours nos documents ; il ne jouait pas sur la peur. 4 Elle a fait une grande école d ingénieurs puis a travaillé deux ans dans l industrie avant de reprendre des études de troisième cycle. 5 CR1 et CR2 : Concours de chargés de recherche de 1ère et 2e classe

17 Portraits de femmes en STEM Vous êtes vous déjà sentie en minorité à un moment donné dans votre parcours universitaire ou professionnel? Oui, en école d ingénieurs ; bien des années plus tard, j ai entendu Bourdieu à la radio sur les questions de milieu social et là j ai compris. Elle se sentait parfois gauche et n avait rien à faire avec la plupart des étudiants de son école. Le point de vue de l entourage sur le choix de carrière. La réaction des parents était positive mais ils ne connaissaient pas ce milieu. Sa mère a toujours dit qu il fallait faire ce qui lui convenait, vivre sa vie Elle souligne l importance du soutien de son compagnon, lui-même chercheur, qui donne de bons conseils, ainsi que de son directeur de recherche et plus récemment, de l ex-thésarde 6 avec laquelle elle a d excellentes relations et aussi des collègues extérieurs. Revenons sur le fait d être une femme et de travailler dans les STEM : Selon FG, il est plus facile de travailler dans son environnement (dans un laboratoire) que dans l industrie, mais ce milieu n est pas neutre malgré tout. Par exemple un de ses chefs a déclaré qu un homme présenterait 7 toujours mieux qu une femme. Un homme dit : «c est comme ça, point», il se montre très affirmatif, une femme essaie plus d expliquer : «on trouve ceci et cela parce que ci et ça». Et la vie personnelle dans tout cela? Comme elle peut, mais ce n est pas toujours facile même si le fait de pouvoir parler de sa recherche avec son mari constitue probablement une aide Comment explique-t-elle qu il y ait si peu de filles à se lancer dans une carrière comme la sienne? Elle ne sait pas trop. «Il y en a de plus en plus, non?» Pour elle, l industrie ne fait pas rêver du tout ; par contre la recherche, c est quand même plus «excitant» ; il y a de belles questions, qui ne sont pas sexuées. Les conseils à donner aux jeunes filles qui hésitent à opter pour des filières en sciences et techniques : ne pas s autocensurer et si c est quelque chose qu elles veulent faire, se donner les moyens, être tenace et patiente, ne pas se soucier de l opinion d autrui. Pour certains, l existence de modèles est important ; elle n en avait pas spécialement ; par contre la solidarité entre les femmes dans la discipline a joué un rôle 6 F.G est habilitée à diriger des recherches. 7 Il s agit de présenter ses travaux en conférence, colloque

18 Portraits de femmes en STEM Rencontre avec une ingénieure électrotechnicienne dans l univers de l automobile Parlez nous de votre métier en quelques mots Je suis ingénieure depuis plusieurs années chez un constructeur automobile et actuellement je travaille en mise au point sur des véhicules hybrides. En gros cela consiste à participer aux réglages des différents constituants d un groupe moto propulseur avant son lancement. Pourquoi dans l automobile? Il n y a pas de raison particulière, c est dû à des opportunités diverses au cours de ma carrière qui m ont amenée là, je n ai pas une formation dans le domaine. Je ne pensais pas du tout me retrouver dans l automobile, je suis très contente d y être mais je pourrais être tout à fait ailleurs avec plaisir aussi. Quelles raisons vous ont poussée à choisir les sciences et techniques? J ai toujours été du genre à me poser des questions comme par exemple : «comment ça marche?», j ai toujours voulu être dans un domaine technique. Qu est ce qui vous plait le plus dans votre métier? C est d apprendre et de résoudre des problèmes. Avez-vous rencontré des difficultés dans votre parcours? Je travaille à temps partiel, ça évolue très positivement, mais ça été une difficulté il y a dix ans quand j ai décidé de réduire mon temps de travail. Le problème du présentéisme, si on n est pas sur place tout le temps, peut être difficile. On assiste à une prise de conscience sur le temps de travail mais pour grimper il faut être disponible tout le temps ou presque - sans vérifier l efficacité des nombres d heures alignées d ailleurs. On se rend compte qu il y a beaucoup plus d hommes qui arrivent à monter les échelons, on fait des efforts pour que cela change et qu il y ait la même progression pour les femmes et les hommes. Mais, ce n est pas encore gagné. Quelles sont les capacités nécessaires pour exercer ce métier? Aimer les techniques, aimer résoudre les problèmes, aimer réfléchir et accepter que ça ne marche pas toujours, finalement ce n est pas très compliqué Êtes-vous satisfaite de votre carrière? Maintenant je dirais oui, j ai eu une carrière qui n a pas eu l ascension que j attendais à un moment, certaines personnes qui ont la même formation et le même âge que moi sont à des postes plus élevés, maintenant quand j y pense, ce n est pas être chef de ceci ou de cela qui est important, ce n est pas dramatique. C est aussi lié un peu à l image que renvoie la société, en disant faut «grimper les échelons, aller toujours plus loin» ; en fait on peut aussi s amuser sans grimper d échelons et c est d ailleurs heureux. Les études suivies Quel parcours scolaire vous a mené là? Baccalauréat E 1, après classes préparatoires, puis ENSIEG (Ecole Nationale Supérieure d Ingénieurs Electriciens de Grenoble) et enfin un doctorat au LEG (Laboratoire d'electrotechnique de Grenoble). Vous êtes vous déjà sentie en minorité à un moment donné dans votre parcours universitaire ou professionnel? Non, enfin je l ai été, c est clair quand en classe de première et de terminale, j étais la seule fille de ma classe, j étais obligée de me sentir minoritaire mais ça m a pas posé de problème, sauf, c est anecdotique, mais c est représentatif, j étais bonne élève et le fait que je sois la meilleure en maths et en physique, ça ne posait pas de problème à mes copains de classe, en revanche je me souviens que j ai eu la meilleure note en Atelier, et cela a eu du mal à passer, ils ont eu du mal à accepter qu une fille soit meilleure qu eux dans un domaine «normalement» réservé aux garçons. Un événement, une personne qui a déclenché votre envie de poursuivre dans les sciences et techniques? J ai toujours voulu faire ça, je ne me suis jamais posé de question, le seul élément déclencheur qui m a orientée vers l électricité, c est peut-être un petit livret que j ai eu sur l atome en classe de quatrième, qui m a conduit à suivre la voie de l électricité et du 1 «Mathématiques et techniques»

19 Portraits de femmes en STEM nucléaire. Mais j aurais de toutes manières été vers ces matières. Le point de vue de l entourage sur votre choix de carrière Dans la mesure où c était assez naturel, tout le monde me voyait bien là dedans ; à la limite, si j avais fait une école de journalisme, ça aurait étonné. Du coup, peut être que par rapport à d autres filles, je n ai pas eu à braver d interdits sur ce sujet, je n ai pas eu de réflexion comme «mon dieu, mais une fille là dedans...», ceci m a probablement permis de faire ce que je voulais sans me poser de question. Etre une femme dans les STEM En tant que femme, quels problèmes avez-vous rencontrés dans votre carrière? Des soucis juste au niveau des contraintes horaires. Un homme à temps partiel aura les mêmes contraintes, à ceci près que si on prend un homme seul qui élève ses enfants et qui aura des contraintes horaires importantes, il entendra «ah! mais c est fantastique, quel homme merveilleux!». Quand je pars en déplacement, tout le monde me dit : «ah, mais comment fait ton mari?» ; quand lui part en déplacement, personne ne me demande comment je fais! Ce genre de réflexion ne vient pas que de l ancienne génération, c est dans l inconscient collectif. Ces choses là peuvent évoluer si tout le collectif évolue. Dans le milieu professionnel dans lequel j évolue, qui est quand même très technique, avec beaucoup d ingénieurs, les gens ne s étonnent pas qu il y ait des femmes ingénieures. En revanche, les gens qui ne sont pas dans ce milieu sont plus étonnés. Personne n est étonné quand une fille (ou un garçon) passe un bac scientifique, qui conduit logiquement aux métiers scientifiques et techniques. Je ne comprends pas pourquoi on est étonné qu une femme soit dans ce milieu ensuite. Comment expliquez qu il y ait si peu de filles à se lancer dans une carrière comme la vôtre? Je pense que tout simplement les gens ne connaissent pas, peut être que les filles se limitent, n osent pas. Elles n y pensent pas et personne ne le leur suggère. Cependant il y a plus de filles qu avant et on tourne à environ 25 % dans les écoles. Quels conseils pourriez-vous donner aux filles qui hésitent à opter pour des filières dans les sciences et techniques? Elles doivent se renseigner auprès des personnes qui font carrière dans les sciences et techniques. Cependant il n y a pas à hésiter, si les sciences et les techniques leur plaisent, il faut y aller ; en plus il y a des débouchés. Aujourd hui pour trouver un emploi, ce n est toujours très facile, il n y a donc pas de questions à se poser. Il faut aller se renseigner auprès des associations comme Elles en sciences 2 par exemple, il y a des portraits de femmes sur le site Internet. Ce sont des gens normaux, qui ont des enfants et des activités extra professionnelles. Il faut sortir un peu de ces clichés comme «ce sont des têtes et elles sont tristes», ou «les ingénieurs travaillent toute la journée sans arrêt» ; on peut avoir une carrière et une vie personnelle ce qui vaut aussi pour les hommes. Ce sont aussi des métiers qui permettent de gagner correctement sa vie, c est important aussi pour une femme d être indépendante financièrement. Adhérente de l association «Femmes ingénieurs» 3 depuis 3 ans, pourquoi ce choix? Un jour, une amie m a fait lire un document sur les préjugés, et j étais effarée de voir qu il y avait encore beaucoup de préjugés de nos jours, comme «les maths et la physique, ce n est pas pour les filles», ça m a fait peur. Il faut informer dès le collège pour dire «il n y a aucune raison qui justifie que les filles ne puissent pas y aller. Les filles peuvent le faire». J avoue aussi que dans le cadre de l association, ça fait du bien de se retrouver entre filles! 2 3

20 Portraits de femmes en STEM Rencontre avec une enseignante chercheuse en mathématiques Parlez nous de votre métier en quelques mots Je suis enseignante chercheuse (Maître de conférences) en mathématiques. Pourquoi avez-vous choisi ce métier, cette carrière? Ce métier est un peu un hasard : plus jeune, je voulais être enseignante en mathématiques, discipline qui était mon atout principal au lycée. Après l'agrégation de mathématiques, j'ai eu l'opportunité d'un poste de PRAG 1 dans le supérieur et j'ai été poussée par des collègues et d'anciens enseignants à faire un doctorat. Depuis quand êtes vous intéressée par ce domaine? Les mathématiques m'intéressaient dès le lycée et c'était aussi la discipline de prédilection de ma mère. Lorsque j'étais petite, j'ai le souvenir d'avoir fait des jeux de logique avec elle. Ensuite, au lycée, c'était la matière qui me demandait le moins d'efforts et c'est la raison principale de mon orientation dans cette discipline. Ce n'est que lors de mes études supérieures que j'ai vraiment apprécié la discipline pour elle-même. Quelles satisfactions vous donne votre métier? Les aspects positifs de mon métier sont la très grande liberté d'exercice et le fait d'être constamment en situation d'apprentissage et de stimulation intellectuelle. Le contact avec les étudiants est également dynamisant et enthousiasmant. Les aspects négatifs sont la surcharge de tâches administratives multiples et parfois peu intéressantes ainsi qu'une très grande pression à la performance qui me semble nuisible à la réflexion. Avez-vous rencontré des difficultés dans votre parcours? Après mon doctorat, ma situation familiale faisait que j'étais peu mobile, ce qui est un désavantage indéniable dans la profession. J'ai quand même eu la chance d'obtenir un poste de MCF compatible avec ces contraintes. Quelles sont les capacités / exigences nécessaire pour exercer ce métier? Curiosité, grande capacité de travail, passion. LES ETUDES SUIVIES Dans votre souvenir le plus lointain, à quoi se rattache votre intérêt pour les STEM? Un aspect ludique des mathématiques, des «énigmes» à résoudre. Quel parcours scolaire vous a menée là? BAC C 2 puis formation universitaire en mathématiques jusqu'à la maîtrise. Agrégation de mathématiques et doctorat de mathématiques. Vous êtes vous déjà sentie en minorité à un moment donné dans votre parcours universitaire ou professionnel? Dès la maîtrise, j'ai ressenti les effets d'être une fille dans un milieu masculin : j'ai le souvenir de certains enseignants qui suivaient beaucoup plus les garçons, connaissaient leurs prénoms et m'ignoraient complètement (même si mes résultats scolaires étaient meilleurs que ceux de mes homologues masculins). Professionnellement, ce sont les contraintes familiales qui me font souvent me sentir en minorité : beaucoup de mes collègues hommes ont des femmes mobiles, voire qui mettent entre parenthèses leurs carrières pour les suivre ; très souvent et même parmi les plus jeunes, leurs épouses ont des situations professionnelles moins intéressantes que la leur. L ENTOURAGE ET LE CHOIX DE CARRIERE Quelle a été la réaction de vos parents par rapport à votre choix de filière/de carrière? Jusqu'à l'agrégation, bonne. Ensuite, ils n'ont jamais compris pourquoi je poursuivais et me font souvent comprendre qu'ils trouvent ma profession trop prenante vis à vis de ma vie de famille. Y a-t-il des personnes, des situations ou encore des événements qui ont encouragé votre motivation à poursuivre dans ce domaine? Ma plus grande motivation a été les encouragements prodigués par un ancien enseignant qui a beaucoup cru en moi et qui m'a donné beaucoup de confiance ainsi que le soutien permanent et indéfectible de mon mari. 1 Professeur agrégé de l'enseignement du second degré 2 Baccalauréat Scientifique

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Etude de l impact des programmes d égalité des chances portés par HEC et la Fondation HEC (IM)PROVE

Etude de l impact des programmes d égalité des chances portés par HEC et la Fondation HEC (IM)PROVE Etude de l impact des programmes d égalité des chances portés par HEC et la Fondation HEC (IM)PROVE Périmètre et objectifs Objectifs de l étude Périmètre de l étude 1 2 3 Vérifier l efficacité des programmes

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac général 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54 55 53 00 Messagerie : contact.tscompta@laposte.net

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

ALLER PLUS LOIN D ANS L ELABORATION DE VOTRE PROJET

ALLER PLUS LOIN D ANS L ELABORATION DE VOTRE PROJET ALLER PLUS LOIN D ANS L ELABORATION DE VOTRE PROJET 1 Vous ressentez le besoin de faire un point, pour mieux cerner votre situation et envisager une évolution de votre carrière professionnelle. Pour vous

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise?

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? Entretien avec Dominique Mathot, ingénieure chez IBM France - Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? - J exerce un métier d architecte en systèmes d

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE LES WAPITIS DEVENEZ AMBASSADEURS POUR WAX www.wax-science.fr wapitis@wax-science.org POURQUOI DES WAPITIS? FORMER LA FUTURE GÉNÉRATION COMBATTRE LES STÉRÉOTYPES FAIRE PASSER

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Bilan stage MathsC2+ Lyon Stage avec hébergement du 22 au 25 juin 2015 Organisé par Plaisir Maths, IREM de Lyon, MMI de Lyon

Bilan stage MathsC2+ Lyon Stage avec hébergement du 22 au 25 juin 2015 Organisé par Plaisir Maths, IREM de Lyon, MMI de Lyon Bilan stage MathsC2+ Lyon Stage avec hébergement du 22 au 25 juin 2015 Organisé par Plaisir Maths, IREM de Lyon, MMI de Lyon Rédigé par Nicolas Pelay, Plaisir Maths Table des matières I - Résumé... 2 II

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

Les CPGE EC économiques préparent en deux ans les étudiants aux concours des grandes écoles de management.

Les CPGE EC économiques préparent en deux ans les étudiants aux concours des grandes écoles de management. ECE Economique et commerciale, voie économique Les classes préparatoires économiques et commerciales préparent en deux ans les étudiants aux concours des grandes écoles de gestion et de management, afin

Plus en détail

- Année scolaire 201./201. -

- Année scolaire 201./201. - Lancées en 2008, dans le cadre de la dynamique Espoir Banlieues, les «Cordées de la réussite» visent à introduire une plus grande équité sociale dans l accès à l enseignement supérieur, notamment dans

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Alice G., Belge, née à Munich. J ai passé toute ma scolarité à l école européenne de Munich (à part la maternelle).

Plus en détail

La Préparation Mentale

La Préparation Mentale La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation

L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation CHOUARRA NOURA (6502) UFR SCIENCES DE L EDUCATION ATER, Sociologie de l éducation EQUIPE PROFEOR UNIVERSITE LIILE 3 L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation Dans une réflexion

Plus en détail

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation.

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. UNE FILLE ENGAGÉE Facteurs de succès pour l étudiante en formation non traditionnelle Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. Cet outil t est remis en début de

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

CPGE Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles

CPGE Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles CPGE Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles L institut Léonard de Vinci en quelques mots Autorisé par le Ministère de l Education Nationale et de l Enseignement Supérieur, l Institut Léonard de Vinci

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES Entre : LE MINISTERE DE LA PARITE ET DE L'EGALITE PROFESSIONNELLE représenté par Nicole Ameline, Ministre de la Parité et de l'egalité professionnelle

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris.

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris. La communauté AGEFA Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. pour Laurent Bernelas Tel : 01 78 94 89 87 lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Lycée Saint-Sébastien 4, Rue Hervé De Guébriant BP 30819 29208 LANDERNEAU cedex TEL : 02.98.85.12.55 FAX : 02.98.85.45.67 @ mail :

Lycée Saint-Sébastien 4, Rue Hervé De Guébriant BP 30819 29208 LANDERNEAU cedex TEL : 02.98.85.12.55 FAX : 02.98.85.45.67 @ mail : Lycée Saint-Sébastien 4, Rue Hervé De Guébriant BP 30819 29208 LANDERNEAU cedex TEL : 02.98.85.12.55 FAX : 02.98.85.45.67 @ mail : collegelycee@st-sebastien.fr Site web : www.st-sebastien.fr L assurance

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation.

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM Tenero, 25-26.01.2013 Prof. Philippe Sarrazin Laboratoire Sport et Environnement Social Université

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE PREFECTURE DE LA REGION MIDI-PYRENEES Profils & Parcours Ecole régionale de la 2 e chance Midi-Pyrénées Enquête de satisfaction des élèves Résultats 2008 Mars 2009 UNION EUROPÉENNE Sommaire 1 - Champ

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

Enquête sur l orientation des étudiants

Enquête sur l orientation des étudiants Enquête sur l orientation des étudiants Les principaux enseignements de l enquête Avril 2015 pour Contact : Laurent Bernelas, Directeur du département Corporate et Management lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Enquête sur la double cohorte. 10 e année

Enquête sur la double cohorte. 10 e année Ministère de l éducation Enquête sur la double cohorte 10 e année (Cohorte de 9 e année 2000-2001) (Also available in English) école : RÉSERVÉ À L ÉCOLE N o d identité de l école : NIM de l élève : label

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Baromètre BCG "Femmes et Conseil" BCG Women. 26 Février 2015

Baromètre BCG Femmes et Conseil BCG Women. 26 Février 2015 Baromètre BCG "Femmes et Conseil" BCG Women 26 Février 2015 Contexte et méthodologie Tous les ans, le BCG invite les femmes souhaitant postuler dans le conseil à venir découvrir le métier et partager la

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1 QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1 Je suis vraiment contente d avoir réalisé mon premier stage en agence car cela m a permis de découvrir un métier vraiment très diversifié au

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Recrutement et placement LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC): UN DÉFI POUR LES FEMMES ET LES HOMMES.

Recrutement et placement LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC): UN DÉFI POUR LES FEMMES ET LES HOMMES. Recrutement et placement LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC): UN DÉFI POUR LES FEMMES ET LES HOMMES Electronic@ 2 Electronic@: recrutement et placement Les femmes et les technologies

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

Abteilung für schulische Evaluation

Abteilung für schulische Evaluation Questionnaire pour les parents type d enseignement de votre enfant/vos enfants: (si vous avez plusieurs enfants dans cette école, remplissez svp pour l enfant aîné) école fondamentale: école maternelle

Plus en détail

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes ATELIER : Motiver et engager les jeunes dans leur parcours Présenté par : Éric Darveau, Directeur général

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* NOTE DETAILLÉE Enquêtes sur l école maternelle Enquête Harris Interactive pour le SNUipp Enquête grand public réalisée en ligne entre le 03 et le 05 novembre 2015. Echantillon de 1 000 personnes, représentatif

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

Quelques informations récentes à relayer dans vos réseaux

Quelques informations récentes à relayer dans vos réseaux Quelques informations récentes à relayer dans vos réseaux ❶ Le 1 er octobre 2013, ouverture du Site ABCD de l égalité : url : www.cndp.fr/abcd-de-l-egalite ❷ Sept. 2013, lancement du concours national

Plus en détail

Résumé de Thèse. David LAFARGE. Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation

Résumé de Thèse. David LAFARGE. Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation Résumé de Thèse Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation Analyse didactique de l enseignement-apprentissage de la chimie organique jusqu à bac+2 pour envisager sa restructuration David LAFARGE (ex-

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Performance et débordements du travail sur la vie personnelle Les enseignements d une étude menée auprès de cadres en France

Performance et débordements du travail sur la vie personnelle Les enseignements d une étude menée auprès de cadres en France Performance et débordements du travail sur la vie personnelle Les enseignements d une étude menée auprès de cadres en France Émilie Genin École de Relations Industrielles Université de Montréal Colloque

Plus en détail

Image de l entrepreneuriat auprès des lycéens professionnels et des étudiants

Image de l entrepreneuriat auprès des lycéens professionnels et des étudiants Image de l entrepreneuriat auprès des lycéens professionnels et des étudiants Février 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Questions typiques d entrevue

Questions typiques d entrevue Questions typiques d entrevue 1- Parlez-moi de vous? Question la plus importante de l entrevue; pourrait être la seule. Soyez bref. Ne tombez pas dans le piège de donner tout en détail. Ne dépassez pas

Plus en détail

STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE. CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE

STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE. CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE 2014-2015 1 Le stage en entreprise en classe de 3 ème est un stage d observation, de découverte du monde du travail et du fonctionnement

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail