SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDEE EN 182 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDEE EN 182 2"

Transcription

1 39 nnée N 6 Juin BULLETIN MENSUE L DE LA SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDEE EN RECONNUE D'UTILITE PUBLIQUE PAR DECRET DU 9 AOUT des SOCIETES BOTANIQUE DE LYON, D'ANTHROPOLOGIE ET DE BIOLOGIE DE LYO N REUNIE S et de leurs GROUPES REGIONAUX : ROANNE, VALENCE, etc Siège socil et Secrétrit générl : 33, rue Bossuet, Lyon (6 ) L prtie dministrtive se trouve u centre de ce Bulletin. SUR DEUX OS DE JUBART E (MAlVEVIALIA, MYSTICETI ) pr C. GT ÉRIN * et J.-C. RASE *. Résumé. L'omoplte et l vertèbre d'un grnd Cétcé ctuel on t été trouvées fortuitement grâce à un rticle de l presse locle. Leur étude détillée montre qu'elles pprtiennent à un Mégptère, mysticète dont l'ostéologie est peu connue et qui est très rre dns le s collections. Elles indiquent un individu de tille exceptionnelle. 1) INTRODUCTION ) CIRCONSTANCES DE LA TROUVAILLE. Le 15 juin 1968, le quotidien régionl «L Tribune - Le Progrès» publiit dns son édition «Vllée du Gier» un rticle ccompgné d e photogrphies reltnt l «découverte» à Sint-Chmond (Loire) d e deux os de très grnde tille. L'rticle, hutement fntisiste, est d'bord rédigé sur un ton lourdement ironique : l'uteur ffirme d'emblée qu'il ne s'git ps «d'un tibi de mouche ni d'un métcrp e de ver de terre», et se demnde si «le brontosure hnte toujours le s rives du Gier». Il devient ensuite didctique et dopte un ton sérieux pour donner quelques renseignements sur l tille et l'écologie d e l'niml, près voir noté que «l'un [des os] est incontestblement un e vertèbre génte qu'il est impossible d'ttribuer à un niml contemporin». Puis, fisnt llègrement intervenir un Reptile du Secondir e d'amérique du Nord dns le Quternire européen, il émet sérieuse - ment l'hypothèse de «reliefs d'un reps préhistorique». Il termine enfi n en insistnt sur l'excellent étt de conservtion des deux «os pétrifiés * Centre de Pléontologie Strtigrphique ssocié u C.N.R.S., Fculté des Sciences de Lyon.

2 186 et fossilisés». Cependnt les photogrphies montrient une omoplte e t une vertèbre pprtennt mnifestement à un grnd Cétcé. Une brève enquête sur plce nous montr qu'il s'gissit d'un e jubrte, du genre Megpter Gry, qui urit été rpportée de l région des Antilles (vrisemblblement Sint-Domingue) pr u n Courmiud, mort depuis plusieurs nnées ; ces os ont été bndonné s dns une cve pendnt plusieurs décdes. Ils indiquent un niml d e tille exceptionnelle pour le genre. Comme le mégptère n'est p s représenté dns les collections régionles, l'ctuel propriétire des os, M. MAISONNETTE, électricien à Sint-Chmond, bien voulu nous le s confier pour étude. b) GÉNÉRALITÉS SUR LE GENRE MEGAPTERA. L jubrte (humpbck des uteurs nglo-sxons) pprtient u genre Megpter, étbli en 1846 pr J.E. GRAY, et fit prtie de l fmille des Blenopteride. Un grnd nombre d'espèces été décrit : Dns l'atlntique Nord : M. boops (Fbricius, 1780). M. nodos (Klein et Bonnterre, 1789), u lrge des côtes méricines. M. longimn (Rudolphi, 1832), près des côte s européennes. Dns l'atlntique Sud M. brsiliensis (Gry, 1866). M. méricn Gry. M. bellicos Cope M. osphyi Cope 1885, du côté méricin. M. llndei Gry 1866, à proximité du Cp. Dns l'océn Indien : M. indic Gervis Dns le Pcifique Nord : M. versbilis Cope M. kusir Cope Dns le Pcifique Sud : M. novezelndie Gry Cependnt, près que l'on it constté l'existence, chez ce genre, d e migrtions sur des distnces considérbles, les uteurs se sont ccordé s pour ne reconnître qu' une seule espèce ctuelle, Megpter novenglie (Borowski). On connît églement une espèce subfossile, M. syncondylus (Müller, 1863). Le genre est connu à l'étt fossile depuis le Pliocène, vec le s espèces M. similis et M. minut décrites pr P.J. VAN BENEDEN de Belgique et de Grnde-Bretgne. Il y ussi des espèces pléistocènes comme M. ffins Vn Beneden, du Plio-Pléistocène de Belgique, comm e M. prisc Nillson du Pléistocène d'europe et d'amérique du Nord, comme M. burmeisteri Gry du Pléistocène d'argentine. L jubrte est un des Cétcés dont l'importnce économique est trè s grnde. Plus de furent tuées dns l'antrctique pour l siso n (BUDxER, 1957, p. 162) et une chsse intensive réduisit à te l point leur popultion qu'il fllut les protéger intégrlement de 1938 à 1949, puis prtiellement depuis (BUDxER, 1957, p. 175). L littértur e scientifique les concernnt est cependnt très puvre. Nous n'vons trouvé que trois ouvrges contennt une description du squelette postcrânil et fournissnt quelques dimensions de comprison. L tille mximle de ces Cétcés est même très controversée.

3 ) L ' OMOPLATE (fig. 1,, b, c). 187 II) DESCRIPTION L'omoplte est volumineuse, mssive, pltie et llongée d'vnt e n rrière sur mm. Elle est hute de 950 mm. Le bord ntérieur fi t vec le bord postérieur un ngle très ouvert (environ 155 gr) ce qui donne à l'os une llure d'éventil. Le bord ntérieur est bien plus incliné sur l'horizontle que le bord postérieur. Il n'y ps d 'pophyse cromienne visible ni d'pophyse corcoïde développée. L forme en éventil, les proportions et surtout l réduction plus ou moins complèt e de ces pophyses sont typiques du genre Megpter (GRAY, 1864, p. 205 ; FLOWER, 1864, p. 391 ; VAN BENEDEN et GERVAIS, 1880, p. 128 ;.STRUTHERS, 1888, p. 243 ; BOURDE JY,, et GRASSÉ, 1955, p. 353). LA FACE EXTERNE OU DORSALE (fig. 1, ) ne comporte ps de véritble épine. Celle-ci est réduite à une petite crête très proche du bor d 50 cm Fig. 1. L'omoplte de jubrte, Megpter novenglie. : vue externe ; b : vue interne ; c : vue de l surfce rticulire. C

4 ntérieur, individulisée sur une trentine de centimètres seulement. F.W. TRUE (1904, p. 236) remrque que, sur trois espèces de Megpter distinguées à son époque, l'épine réduite et émoussée déterminit un e petite surfce extrêmement étroite qu'il homologue à l fosse sus - épineuse (prescpulr foss). De même P.J. VAN BENEDEN et P. GERVAI S (1880, p. 84) considèrent qu'il existe une fosse sus-épineuse très pe u étendue. J. STRUTHERS (1888, p. 243) est ussi de cet vis et lui ttribu e une lrgeur de 2 inches. Cependnt, pour J. LESSERTISSEUR et R. SABAN (1967, p. 742 et 744) l'épine constitue le bord crânil (bord ntérieur ) de l'omoplte et il n'y ps de fosse sus-épineuse chez les Cétcés. L fce externe porte en son centre deux fibles dépressions e n ellipse verticle, séprées pr un bombement médin lrge et trè s rrondi. En bs, à proximité du col, se trouvent trois trous nourriciers, de plus en plus grnds en direction du bord postérieur. Ils s'enfoncen t verticlement en direction de l cvité glénoïde. Hormis ces trous l surfce de l fce externe est lisse et ne porte ps de sillons vsculonerveux. L'omoplte du jeune mâle de l Ty River (Ecosse) montr e un système d'insertions musculires plus simple : J. STRUTHERS (1888, p ) décrit sur l fce dorsle une seule et vste concvit é rnédine. LA FACE INTERNE OU VENTRALE (fig. 1, b) porte en son milieu un e dépression verticle sub-elliptique dont le grnd xe s'étend sur 450 m m environ. Un bombement verticl peu différencié limite cette dépressio n vers l'rrière en l séprnt d'une concvité en forme de sblier e t sensiblement de même huteur. Tout à fit à l'vnt une troisièm e dépression s'étend près du bord ntérieur ; elle est tringulire et s e termine pr une pointe en direction du col. Les bombements rdiu x qui limitent ces dépressions correspondent ux crêtes rdiles de l fc e thorcique de l'omoplte qui, selon J. LESSERTISSEUR et R. SABAN (1967, p. 741), renforcent les insertions du muscle sous-scpulire chez certin s Cétcés. J. STRUTHERS (1888, p. 247) note toutefois que ces renforcement s sont bien fibles si on les compre ux grndes crêtes rdiles du rorqul bleu (Sibbldus musculus) ; il en déduit que le muscle subscpulire est reltivement moins développé chez Megpter, bien qu e l'omoplte de cette dernière soit proportionnellement plus mssive. A l bse de l fce interne, près du col, s'ouvrent deux trous nourriciers qui sont situés un peu plus hut que ceux de l fce externe. Comme ceux-ci ils s'enfoncent verticlement en direction de l cvit é glénoïde. LE BORD SUPÉRIEUR de l'omoplte forme une courbe très régulière, très proche d'un rc de cercle, étendue sur mm. Comme l' écri t J. STRUTHERS (1888, p. 244) pour l'individu de l Ty River, l corde d e cet rc psse sensiblement pr le milieu de l huteur de l'os. L'épisseur du bord supérieur tteint 57 mm en vnt, près de l'ngle ntérieur. Elle se réduit ensuite et reste comprise entre 15 et 20 m m pendnt l première moitié de son prcours, puis s ' élrgit progressivement pour tteindre 60 mm u niveu de l'ngle postérieur. Ce s vleurs sont supérieures à celles données pr J. STRUTHERS, mis le s vritions sont homologues. Pr contre, et à l'inverse de l mégptèr e écossise, l'ngle ntérieur est dirigé vers l'intérieur, et l'ngle posté-

5 -189 rieur très légèrement incliné vers l'extérieur. L surfce du bord supérieur est spongieuse et devient très irrégulière ux deux extrémités ; l 'ossifiction ne prît ps encore complète. LE BORD ANTÉRIEUR est rectiligne jusque dns son qurt supérieur, où il oblique vers le hut. F.W. TRUE (1904, p. 236) noté une différenc e d'spect de ce qurt supérieur qui se retrouve sur notre individu. L surfce est mince et rrondie en ].fut du bord ntérieur, puis s'élrgi t dns son tiers inférieur. A cet endroit pprît l petite crête mouss e correspondnt à l'épine, et le dimètre trnsversl du bord ntérieu r tteint 75 mm. Au même niveu et très légèrement vers l'intérieur se trouve une petite rugosité correspondnt à une pophyse cromienne : c' est en effet l position qu'occupe cette pophyse chez Megpter llndei, où elle est très développée (VAN BENEDEN et GERVAIS, 1180, fig. p. 133). LE BORD POSTÉRIEUR est rectiligne. Contrirement à l jubrte de l Ty River, il est un peu plus court que le bord ntérieur. S surfce est très régulièrement rrondie, lisse, sns rugosités ni sillons vsculires. Il s'mincit progressivement vers le hut. LA PARTIE INFÉRIEURE DE L ' OMOPLATE est très mssive, surtout du côté externe de l'os. Le col un dimètre ntéropostérieur de 347 mm. En dessous du col se trouvent de nombreux trous nourriciers. L cvité glénoïde (fig. 1, c) est peu creusée, vec une surfce très irrégulièr e suf dns s prtie centrle. Elle est en forme d'ellipse peu pltie dont le grnd xe longitudinl dépsse 320 mm et le petit xe trnsversl. tteint 245 mm. Elle est bordée d'un sourcil glénoïdien très épi s vers l'rrière et vers l'extérieur qui, vers l'vnt, s'mincit en devenn t trnchnt. Tout à fit en vnt se trouve une petite tubérosité mssive, correspondnt à l'pophyse corcoïde, dirigée vers l'vnt et très légère - ment vers l'intérieur. Cette pophyse est réduite, beucoup plus qu e chez le jeune mâle de l Ty River (STRUTHERS, 1888, pl. X, fig. 8). Sur l'extérieur de celle-ci le bord de l cvité glénoïde est légèremen t échncré. F.W. TRUE (1904, p. 236) signle qu'un corcoïde rudimentir e peut être discerné sur les spécimens des U.S.A., du Groenlnd e t d'ecosse, mis ne donne ucun détil sur cette formtion. A l'rrière d e l cvité glénoïde, u-dessus du sourcil, se trouve une petite rugosité. Les dimensions comprtives de l'omoplte sont données dns l e tbleu 1. Nous y vons reporté toutes les mensurtions publiées qu e nous vons pu retrouver. Elles sont pour l'essentiel reprises du tble u de F.W. TRUE (1904, p ), à prtir duquel elles ont été reclculée s (TRUE ne donne ps les dimensions, mis les pourcentges de celles-ci pr rpport à l longueur du crâne) ; celles données pr J. STRUTHER S (1888, p. 244), citées pr F.W. TRUE, ont permis de vérifier nos clculs. Nous y vons intégré l'omoplte de Megpter mericn décrite p r P. FISCHER (1881, p. 59), insi que l 'omoplte, décrite pr G. CUVIER (1.836, p. 300), du «rorqul du Cp» qui est devenu le type de Megpter llndei. Nous y vons inclus deux omopltes du Muséum d'histoire Nturelle de Pris, d'origine inconnue, et ttribuées à M. boops p r P. GERVAIS (1871, p. 89), puis pr P. FISCHER (1881, p. 59), enfin p r P.J. VAN BENEDEN et P. GERVAIS (1880, p. 128), bien que ces trois publi-

6 Tbleu 1 : Megpter novenglie, dimensions comprées de l'omoplte, en mm. ro w ro d Muséum de Pris Dimensions clculées d'près F.W. TRUE (1904) w W ô W cc ~ ~ ÿ h w P, p~., ro v À v c âk7 C7., â 02 v w Û fa W n Q O 02 w v ô W ~. ~ ) É H,z ti H g v ro El. Ô Ot N ) H v d.i'.. ~ o E-4 ÿ ~ y.o ^. ro g: H.< y Vi ro A O U v m m U m n Q Ui 3~ y Û ÿ ~ m 0. ro m ro :o o x d ', ~ Ô W O U ~ d ro P, N. o e. m U O ro ro d O ro., H cô M W U C7 v Plus grnd dimètre n - téropostérieur (= ion- d : d : d : 966 gueur de l'os) g : g : g : Huteur, du bord de l cvité glénoïde u mi - lieu du bord supérieur D i m è t r e ntéroposté - rieur de l cvité glé - noïde Dimètre trnsversl de l cvité glénoïde

7 -191 ctions donnent des mensurtions contrdictoires'. Il pprît à l lecture de ce tbleu que notre individu, bien que jeune, est de trè s grnde tille : ses dimensions ne sont dépssées que pr l'une de s omopltes du Muséum, à condition de retenir les plus grndes dimensions publiées. Notre mégptère serit donc, dns le meilleur des cs, l seconde pr l tille de toutes celles dont les dimensions ont ét é fournies ; si les chiffres de P.J. VAN BENEDEN et P. GERVAIS se révélient inexcts, ce serit l plus grnde omoplte jmis décrite dns cett e espèce. b) LA VERTÈBRE (fig. 2,, b, c). Le nombre des vertèbres chez Megpter est ssez discuté. Il y 14 vertèbres dorsles pour l mjorité des uteurs (FLowER, 1864, p. 387 ; GRAY, 1866, p. 123 ; VAN BENEDEN et GERVAIS, 1880, p. 132 ; FISCHER, 1881, p. 57 ; STRUTHERS, 1888, p. 441 ; TRUE, 1904, p. 232). II n'y en urit que 1 3 pour E. BOURDELLE et P.-P. GRASSÉ (1955, p. 351). L vertèbre dont nous disposons est une dorsle moyenne, compris e entre l sixième et l neuvième, puisque l'inclinison du processu s épineux sur l'xe du centrum est presque nulle ; les critères de détermintion du rng de l vertèbre, tels que les expose J. STRUTHERS (1888, p. 443, 640 et 651), confirment cette hypothèse. LE CENTRUM est mssif, à section cordiforme, hut de 238 mm e n vnt. Son dimètre trnsversl mximl est de 278 mm. Son dimètr e ntéropostérieur tteint 143 mm sur l fce ventrle ; il est un peu plus grnd dns l prtie supérieure puisqu'il est de 160 mm en dessous d u déprt des pophyses trnsverses. Ces dimensions sont nettement supérieures à celles données pr J. STRUTHERS (1888, p. 444) pour le jeun e mâle de l Ty River : l longueur du centrum est 4 in. 7/8 pour l sixième dorsle (123,8 mm), croît jusqu'à 6 inches (152 mm) pour l dixième dorsle, et tteint un mximum de 6 inches 3/8 (161,5 mm ) pour l qutorzième. L huteur du centrum de l sixième à l neuvième croît de 178 à 181 mm. Au même niveu l lrgeur du centrum est à peu près constnte et est de 228,6 mm. Ces vleurs sont églement supérieures à celles relevées pr F.W. TRUE (1904, p. 96) pour M. osphyi, qui présente des vertèbres dorsles dont l longueur du centrum croî t de 2 inches (50,8 mm) pour l première à 5 inches (127 mm) pou r les cinq dernières. LES FACES LATÉRALES ET LA FACE SUPÉRIEURE DU CENTRUM sont dépri - mées longitudinlement et portent de nombreux trous nourricier s (fig. 2 ). Il y sur les fces ltérles, en vnt et en rrière, de s reliefs d'insertions ligmentires orientés suivnt l'xe de l'os. Un e crène ventrle rudimentire existe à l'rrière du centrum, ce qui con - firme l position moyenne de notre vertèbre dns l série des dorsles. L fce ntérieure et l fce postérieure sont plnes, vec de nombreuses rugosités disposées rdilement. 1. Les recherches que nous vons effectuées u Muséum d'histoire Nturell e à Pris ne nous ont ps permis de retrouver ces pièces. Il semble donc qu'elle s soient perdues. Ce serit lors notre individu qui constituerit le record de tille.

8 192 LE CANAL NEURAL est hut de 94 mm et lrge de 180 mm. Il est semi - circulire et s voûte porte une tubérosité médine. Il est légèremen t symétrique, comme le sont ussi les pophyses trnsverses et l'pophyse épineuse. Cette symétrie est fréquente chez les Cétcés, comm e l'ont souligné P.J. VAN BENEDEN et P. GERVAIS (1880, p. 19) et E.J. SLIJPER (1936, p ). LES APOPHYSES TRANSVERSES sont volumineuses et nettement relevée s vers le hut à leur extrémité distle (fig. 2, b) ce qui, d'près F.C. FRASER (communiction personnelle), est crctéristique d'un individu jeune. Le bord ntérieur des pophyses trnsverses est ssez mince et montr e d'importntes insertions musculires. Le dimètre ntéropostérieur de s pophyses est de 101 à 109 mm u déprt et s'élrgit jusqu'à 145 mm ux extrémités. Le dimètre dorso-ventrl vrie de 60 à 62 mm u déprt jusqu'à 75 et 77 mm vers le bord distl. Il y des trous nourriciers et des sillons vsculonerveux en grnd nombre. L'rc neur l b 20 cm Fig. 2. L vertèbre de jubrte, Megpter novenglie. : vue ltérle ; b : vue de fce ; c : vue de dessus. c

9 porte deux zygpophyses ntérieures. Ce sont des lmes à bord inférieur trnchnt, hutes de 120 mm environ, et dont les bords externes son t distnts de 130 mm. L'pophyse épineuse est subverticle, à bord ntérieur trnchnt et à bord postérieur rrondi. Son dimètre ntéropostérieur est à peu près constnt (160 mm) et son dimètre trnsvers l diminue de 35 mm vers l bse à 27 mm u sommet. S surfce est lisse, vec quelques sillons vsculonerveux. L' pophyse épineuse es t légèrement inclinée sur l droite. Dimensions de l vertèbre : Huteur totle : 630 mm. Dimètre trnsversl mximl : 850 mm. Huteur du centrum : 238 mm. Dimètre trnsversl du centrum : 278 mm. Longueur mximle du centrum : 160 mm. Huteur de l'pophyse épineuse u-dessus du cnl neurl 320 mm. III) CONCLUSION L'omoplte et l vertèbre de Megpter novenglie qui ont ét é mises à notre disposition sont deux pièces ostéologiques intéressntes : tout d'bord prce que les squelettes de comprison sont rres dn s les collections, ensuite cr ces deux os ont pprtenu à un niml d e tille exceptionnelle, et certins crctères ntomiques sont développé s à un degré rrement tteint. Les squelettes de jubrtes dultes sont rres ; il en est d'illeur s de même pour de très nombreux Cétcés, même pour les plus grnd s et ceux qui sont exploités industriellement ; notre connissnce de s Cétcés ctuels est encore très imprécise (BUDKER, 1957 ; HEUVELMANS, 1958 et 1965). Le Muséum Ntionl d'histoire Nturelle ne compti t en 1880 qu'un seul squelette complet de mégptère, celui du «rorqu l du Cp» de G. CUVIER (VAN BENEDEN et GERVAIS, 1880, p. 118) et divers os de l mégptère du Nord, en prticulier deux omopltes de provennce inconnue. Le British Muséum (N.H.) ne possède ctuellemen t ucun squelette dulte (FRASER, communiction personnelle). Il exist e un squelette à Dundee (STRUTHERS, 1888) et un squelette à Liverpoo l (GRAY, 1864), tous deux d'individus juvéniles. Plusieurs restes osseu x sont u Muséum de Bordeux (FISCHER, 1881). F.W. TRUE (1904, p. 212 ) dénombre cinq squelettes ux U.S.A. (Wshington, Phildelphie, Nigr Flls, Milwukee). P.J. VAN BENEDEN et P. GERVAIS (1880, p. 124) e n comptent un dns chcun des Musées de Copenhgue, Leyde (squelett e de jeune, déjà signlé pr FLOwER 1864, p. 397), Bruxelles (individ u presque dulte selon FLOWER, 1864, p. 397), Louvin (un jeune d'prè s FLOWER, 1864, p. 418), Lund, Berlin et Léningrd. Le Muséum d'histoir e Nturelle de Lyon ne possède comme Mysticète qu'un squelette comple t de Blenopter physlus et divers restes correspondnt à deux utre s individus de l même espèce, plus quelques fnons ; il n'y ucun os de Mégptère. Notre jubrte est un individu de très grnde tille. L'omoplte es t beucoup plus volumineuse que toutes celles dont les dimensions ont ét é publiées ; une seule l dépsse, mis les mensurtions en sont contrdictoires, selon qu'elles sont prises dns P. GERVAIS (1871, p. 89),

10 194 h en c m I 70 I I f 1 I en c m L en m Fig. 3. ) Vritions reltives de l longueur et de l huteur du scpulum. * : individu étudié ; * : omoplte du Muséum de Pris, les mensurtions diverses ; : utres individus ; h : huteur du scpulum ; 1 : longueur du scpulum. b) Longueur du squelette en fonction de l huteur du scpulum. o : M. osphyi ; : utres individus ; h : huteur du scpulum ; L : longueur totl e du squelette. c) Longueur du squelette en fonction de l longueur du scpulum. o M. osphyi ; 1 : longueur du scpulum ; L : longueur totle du squelette. On noter l position prticulière de M. osphyi.

11 -195 P FISCHER (1881, p. 59) ou P.J. VAN BENEDEN et P. GERVAIS (1880, p. 128). L pluprt des ouvrges de vulgristion ccordent u genre Megpter une tille mximle de 15 m. F.W. TRUE (1904, p ) donne les dimensions mesurées de 1899 à 1901 dns deux sttions de pêche de Terre - Neuve. L longueur moyenne s'étblit à 13,62 m pour l premièr e sttion et à 11,05 m pour l seconde, les extrêmes étnt de 7,92 m e t de 14,33 m. D'utres dimensions sont encore fournies pr F.W. TRUE : B. RAWITZ mesuré en Norvège (Ile ux Ours) 4 individus de 10,5 à 14,25 m (moyenne : 12,71 m) ; le même uteur cite ussi les mensurtions publiées pr A.F. Cooxs (31 jubrtes de 6,27 à 17,70 m, moyenne : 12,42 m), tout en présumnt qu'elles ont été prises le long de l cour - bure du dos. Le jeune mâle de l Ty River (Ecosse) décrit p r J. STRUTHERS ( ) ne dépssit ps 12 m. L'individu échoué en sur les côtes de Vendée tteignit 13 m (FISCHER, 1881, p. 56). L jubrte cpturée ux Bermudes en 1942 mesurit 11,58 m (WHEELER, 1943). Le plus grnd exemplire jmis signlé est une vieille femell e prise ux Bermudes en 1665 : elle étit longue de 26,82 m et étit ccompgnée d'une utre femelle de 18,29 m. Cette référence est due à u n uteur nonyme et F.W. TRUE qui l reprend ne précise ps si le s longueurs ont été prises en courbe ou suivnt une horizontle ; ce témoignge est à l fois trop ncien et trop imprécis pour qu'il soit possible d'en tenir compte, mis ni P.J. VAN BENEDEN et P. GERVAIS (1880) n i J. STRI THERS (1888) n'excluent l'existence d'nimux de cette tille, estimnt seulement qu'il ne peut s'gir que de cs très rres. Nous vons trcé l courbe représentnt les vritions de longueu r du scpulum en fonction de s huteur (fig. 3, ), puis celles représentnt l longueur du squelette en fonction de l huteur de l'omoplt e (fig. 3, b) et en fonction de l longueur de l'omoplte (fig. 3, c) ; les différents points obtenus se réprtissent selon une droite dont un seul individu s'écrte frnchement (le type de M. osphyi Cope) ; nous vons prolongé cette droite pour voir une idée de l longueur du squelett e de notre individu. L fig. 3, b donne une longueur très légèrement inférieure à 16 m et l fig. 3, c une longueur voisine de 17 m. Etnt donné qu'il s'git de l longueur du squelette, nous pouvons ffirmer sns grn d risque d'erreur que notre niml pprochit 18 m, tout en n'étnt ps encore dulte. L comprison des dimensions de l vertèbre vec celle s fournies pr J. STRUTHERS et F.W. TRUE donne un résultt équivlent. Nous vons rppelé que l réduction des pophyses cromienne e t corcoïde est typique du genre Megpter. Cette réduction est plus o u moins complète. Cependnt l'omoplte de M. bellicos Cope, figurée pr F.W. TRUE (1904, pl. XXXIV, fig. 4) est celle qui ressemble le plus à l nôtre pr le degré de réduction de ces pophyses. Il est curieux d e constter que son origine géogrphique (Sint-Domingue) est l mêm e que celle présumée pour notre individu. Si on ne distingue ctuellemen t qu'une seule espèce dns le genre Megpter, le problème de l différencition de plusieurs sous-espèces ou formes géogrphiques n'est p s encore résolu ; il ne pourr l'être que lorsqu'on disposer d'un mtérie l suffisnt et lorsque le détil des migrtions des jubrtes ser connu. A ce moment, peut-être, le mximum de réduction des pophyses d e l'omoplte ser-t-il considéré comme ynt une vleur systémtique... Enfin, si nous rendons grâce à l Presse locle de nous voir mis

12 -196 sur l piste d'un niml intéressnt, nous nous permettrons de regrette r que le journliste qui «décrivit» les pièces osseuses n'it ps demndé u prélble l'vis d'un mmmlogiste compétent ; cel lui urit évité d'ccumuler un tel nombre d'erreurs en si peu de lignes... Présenté à l Section d ' Histoire nturelle générle en s sénce du 20 jnvier BIBLIOGRAPHIE SOMMAIR E BENEDEN P.J. VAN et GERVAIS P. (1880). Ostéogrphie des Cétcés vivnts e t fossiles. Arthus Bertrnd édit., Pris, 1 vol. texte, 634 p. nombreuses fig., 1 vol. tls, LXIV pl. BOURDELLE E. et GRASSÉ P.-P. (1955). Ordre des Cétcés, in P.-P. GRASSÉ, Trité de Zoologie, Msson édit., Pris, t. XVII, fsc. 1, p , fig BUDSER P. (1957). Bleines et bleiniers. Horizons de Frnce édit., Pris, 193 p., XXXII pl. CUVIER G. (1836). Recherches sur les ossements fossiles. IV édit., t. VIII, E. d'ocgne édit., Pris, 332 p. DuvERNoY M. (1851). Mémoire sur les crctères ostéologiques des genre s nouveux des Cétcés vivnts ou fossiles. Ann. Sei. Nt., sér. 3, Zoologie, t. 15, p. 1. FISCHER P. (1881). Cétcés du Sud-Ouest de l Frnce. Actes Soc. Linn. Bordeux, vol. XXXV, sér. 4, t. V, 219 p., VIII pl. FLOWER W.H. (1864). Notes on the skeletons of whles in the principl Museums of Hollnd nd Belgium, with description of two species pprentl y new to science. Proc. Zool. Soc., London, 1864, p , 17 fig. GERVAIS P. (1871). Remrques sur l'antomie des Cétcés de l division de s Blénidés, tirées de l'exmen des pièces reltives à ces nimux qui son t conservées u Muséum. Nouv. Arch. Mus. Hist. Nt. Pris, t. VII, p , pl. III-X. GRAY J.E. (1864). On the cetce which hve been observed in the ses surrounding the British Islnds. Proc. Zool. Soc., London, 1864, p , 24 fig. GRAY J.E. (1866). Ctlogue of Sels nd Whles in the British Museum. (N.H.), London, 402 p., 101 texte-fig. B.M. GRAY J.E. (1870). Observtions on the Whles described in the «Ostéogrphi e des Cétcés» of MM. VAN BENEDEN et GERVAIS. Ann. Mg. Nt. Hist., sér. 4, vol. 6, p HEUVELMANS B. (1958). Dns le sillge des monstres mrins. 1 : le Krken e t le Poulpe colossl. Pion édit., Pris, 498 p., 36 texte-fig., 4 crtes, XXIX pl. HEUVELMANS B. (1965). Le Grnd-Serpent-de-Mer. Le problème zoologique et s solution. Pion édit., Pris, 751 p., 122 texte-fig., 2 crtes, XC pl. LESSERTISSEUR J. et SABAN R. (1967). Squelette ppendiculire, in P.-P. GRAssÉ, Trité de Zoologie, Msson édit., Pris, t. XVI, fsc. 1, p , fig RoLLAND G. (1968). Le Brontosure fit de vieux os. Une curieuse découverte. L Tribune - Le Progrès, édition Vllée du Gier, 15 juin SLIJPER E.J. (1936). Die Cetceen. Vergleichend-ntomisch und systemtisch. Ein Beitrg zur vergleichenden Antomie des Blutgef5ss-, Nerven-und Muskelsystems, sowie der Rumpfskelettes der Sâugetiere mit Studien über di e Theorie des Aussterbens und der Foetlistion. Cpit Zoologic, L Hgue, vol. VII, prt. 1-2, 590 p., 256 texte-fig. STRUTHERS J. ( ). On some points in the ntomy of Megpter longimn. Journ. of Ant., Edinburgh, vol. XXII, 1888, N.S. vol. II, prt. 1, p , pl. V-VI, prt. 2, p , 5 tb., pl. X-XII, prt. 3, p , 3 tb. et p , 1 tb. ; vol. XXIII, 1889, N.S. vol. III, prt. 3, suite, p , 3 tb., 1 pl., prt. 4, p , 1 tb., et p , 2 tb. TRuE F.W. (1904). The Whlebone whles of the western North Atlntic compred with those occuring in the europen wters, with some observtions o n the species of the North Pcifie. Smiths Contrib. to Knowledge, Wshington, vol. XXXIII, 332 p., 97 texte-fig., L pl. WHEELER J.G.F. (1941). On Humpbck whle tken t Bermud. Proc. Zool. Soc., London, 1941, t. 111, p WHEELER J.G.F. (1943). On Humpbck whle tken t Bermud in Fro c Zool. Soc., London, 1943, t. 113, p

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Détermination des épaisseurs Formule générale

Détermination des épaisseurs Formule générale Formule générle Hors le cs des vitrges pour le bâtiment, trité pr l NF DTU 39 P4, on peut clculer à l ide des formules de Timoshenko : - l épisseur minimle à donner ux vitrges plns monolithiques soumis

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques Choix binires vec influences sociles : mode d emploi et conséquences économiques Denis Phn * * CREM UMR CNRS 6, Université de Rennes /3/5 Résumé : Cette note propose une synthèse de quelques trvux conscrés

Plus en détail

Clapets coupe-feu. The art of handling air. Type FKA-EU Testé conforme à la norme EN 1366-2. FKA-EU/DE/BE/fr

Clapets coupe-feu. The art of handling air. Type FKA-EU Testé conforme à la norme EN 1366-2. FKA-EU/DE/BE/fr FKA-EU/DE/BE/fr Clpets coupe-feu Type FKA-EU Testé conforme à l norme EN 1366-2 conformément à l Déclrtion de performnce DoP / FKA-EU / DE / 2013 / 001 The rt of hndling ir Contenu Description Description

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

C.A.E.S.C Questions juridiques

C.A.E.S.C Questions juridiques C.A.E.S.C Questions juridiques Clu: DOMVAST CANIN CLUB Mettre votre réponse dns le crré situé en fce de chque question, près voir imprimé le document. 1. L identifiction pr implnt électronique ou ttouge

Plus en détail

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds Φ (Chpitre 4) 3 L bourse ou l vie ou Comment fire des ronds Imginez que vous possédez un portefeuille de vleurs boursières. Voici le grphe de ses fluctutions en fonction du temps (bscisse, x) et de l rgent

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATION SYSTEM. 16x40 40x40 40x80 80x80 40x40 40x80 50x50 50x100 50x200 100x100 100x200 25x200 lean lean

ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATION SYSTEM. 16x40 40x40 40x80 80x80 40x40 40x80 50x50 50x100 50x200 100x100 100x200 25x200 lean lean ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATI SYSTEM Prox Technologies is the uthorized distriutor of Rootunits in Cnd, providing wide rnge of extrusions, technicl support nd design engineering. We hve the tem expertise

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etb=MK2, Timbre=G430, TimbreDnsAdresse=Vri, Version=W2000/Chrte7, VersionTrvil=W2000/Chrte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Déprtement des Comptes Ntionux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages Modifiction simultnée de plusieurs crctéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de clcul de l vrition de bien-être des ménges Trvers Muriel * Version provisoire Résumé : De nombreuses situtions

Plus en détail

Caisse enregistreuse électronique CE-T300 GROCERY DAIRY H.B.A. FROZEN FOOD DELICATESSEN. Mode d emploi. Eu Di U.K.

Caisse enregistreuse électronique CE-T300 GROCERY DAIRY H.B.A. FROZEN FOOD DELICATESSEN. Mode d emploi. Eu Di U.K. Cisse enregistreuse électronique CE-T300 GROCERY DAIRY H.B.A. FROZEN FOOD DELICATESSEN Eu Di U.K. Mode d emploi Introduction et tle des mtières Introduction Toutes nos félicittions pour l cht de cette

Plus en détail

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11 Electrovnne double Dimension nominle 3/8 - DMV-D/11 DMV-DLE/11 7.30 M Edition 11.13 Nr. 223 926 1 6 Technique L électrovnne double DUNGS DMV intère deux électrovnnes dns un même bloc compct : - vnnes d

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers

Microéconomie de l Incertitude M1 Banque et Marchés Financiers Microéconomie de l Incertitude M1 Bnque et Mrchés Finnciers Emmnuel DUGUET Notes de Cours, V1 2 1 Concepts de bse 5 1.1 Les loteries................................ 6 1.2 Le critère d espérnce mthémtique..................

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet

Le Calcul Intégral. niveau maturité. Daniel Farquet Le Clcul Intégrl niveu mturité Dniel Frquet Eté 8 Tble des mtières Introduction Intégrle indéfinie 3. Définitions et générlités................................ 3.. Déf. d une primitive..............................

Plus en détail

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE reglement > > instlltion E ETECTON NCENE NSTALLATON E ETECTON NCENE Une instlltion de détection incendie pour objectif de déceler et signler, le plus tôt possible, d une mnière fible, l nissnce d un incendie,

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine Cours de «onepts vnés de ompiltion» Trvux prtiques Auteur : F. Védrine Les utomtes et les expressions régulières Les utomtes sont onstitués d étts et de trnsitions. Un étt définit l vnée dns l reonnissne

Plus en détail

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf.

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. Tleu d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulle Réf. : 00 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. : 00 DE MISE EN MISE EN 5 7 8 8 PROGRAM. SYSTEME Fus. F, 5H50V MANUEL DE MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondage de WhatCar? en Angleterre.

ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondage de WhatCar? en Angleterre. 7 Hond : ANNÉES CONSÉCUTIVES ÉLUE LA MARQUE LA PLUS FIABLE selon un sondge de WhtCr? en Angleterre. Rel Time All Wheel Drive CONDITIONS FESTIVAL 2013 CR-V 2.2 i-dtec diesel 150 ch 5,6 l/100 km CR-V 2.2

Plus en détail

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS

PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS GUIDE PRATIQUE RÉGIONAL À L'ATTENTION DES PARTICULIERS ET ÉLUS POITOU-CHARENTES PRÉCONISATIONS D'UTILISATION DES EAUX DE PLUIE, PUITS ET FORAGES PRIVÉS DANS LES HABITATIONS J'économise m snté et celle

Plus en détail

La pratique institutionnelle «à plusieurs»

La pratique institutionnelle «à plusieurs» L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens,

Plus en détail

EY-BU 292 : interface Ethernet novanet, modunet292

EY-BU 292 : interface Ethernet novanet, modunet292 Fiche technique 96.015 EY-BU 292 : interfce, Votre tout en mtière d'efficcité énergétique SAUTER EY-modulo 2 intégré dns l technologie IP connue Crctéristiques Produit de l fmille de systèmes SAUTER EY-modulo

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

La réforme des soins de santé mentale en Belgique

La réforme des soins de santé mentale en Belgique 1 L réforme des soins de snté mentle en Belgique Isbel MOENS Cbinet de l Vice Première-Ministre Ministre des Affires sociles et de l Snté publique En prtenrit vec: Kristel KARLER Cbinet de l Ministre de

Plus en détail

VIBRATIONS COUPLEES AVEC LE VENT

VIBRATIONS COUPLEES AVEC LE VENT VIBRATIONS OPLEES AVE LE VENT Pscl Hémon Lbortoire d Hydrodynmique, LdHyX Ecole Polytechnique, Pliseu Octobre 00 Vibrtions couplées vec le vent Si vous pense que j i révélé des secrets, je m en ecuse.

Plus en détail

MATHEMATIQUES GENERALES partim A

MATHEMATIQUES GENERALES partim A Fculté des Sciences MATHEMATIQUES GENERALES prtim A Première nnée de bchelier en Biologie, Chimie, Géogrphie, Géologie, Physique et Informtique, Philosophie Année cdémique 04-05 Frnçoise BASTIN Introduction

Plus en détail

- 101 - par Roger DAJOZ. Coleoptera of Madagasca r 9 : Description of a new species of Brachymoschiu m (Coleoptera, Tenebrionidae )

- 101 - par Roger DAJOZ. Coleoptera of Madagasca r 9 : Description of a new species of Brachymoschiu m (Coleoptera, Tenebrionidae ) - 101 - COLEOPTERES DE MADAGASCAR 9. DESCRIPTION D'UN BRACIIYMOSCHIUM NOUVEAU ET CLE DE DETERMINATION DES ESPECES DU GENR E (COLEOPTERES, TENEBRIONIDAE) 1 par Roger DAJOZ. Coleoptera of Madagasca r 9 :

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN GESTION DES PMO.

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN GESTION DES PMO. UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN GESTION DES PMO pr SYLVAIN TELLIER PROPOSITION D'UN CADRE DE RÉFÉRENCE FAVORISANT

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

Traitement multicritère des résultats d ACV, adaptation de la méthode ScanActor

Traitement multicritère des résultats d ACV, adaptation de la méthode ScanActor Triteent ulticritère des résultts d ACV, dpttion de l éthode ScnActor RECRD 991010/1A rs 2000 RECRD ETUDE N 991010/1A TRAITEMENT MULTICRITERE DES RESULTATS D ACV, ADAPTATIN DE LA METHDE SCANACTR RAPPRT

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

3 -Les traumatismes du membre inféri e u r

3 -Les traumatismes du membre inféri e u r 3 -Les trumtismes du memre inféri e u r C. Cytevl*, A. Cotten*, M-P.Srrère*, N. Tixedor* Le memre inférieur pour mission de supporter le poids du corps et de permettre de se m o i l i s e r; toute irrégulrité

Plus en détail

Evaluation de la performance des barrages poids basée sur la formalisation et l agrégation des connaissances

Evaluation de la performance des barrages poids basée sur la formalisation et l agrégation des connaissances Evlution de l performnce des brrges poids bsée sur l formlistion et l grégtion des connissnces Curt Corinne 1, Perldi Audrey 1, Félix Huguette 1 1 Irste, UR OHAX Ouvrges Hydruliques et Hydrologie, 375

Plus en détail