Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ECOLE DOCTORALE DE SCIENCE POLITIQUE. Centre de Recherche Politique de la Sorbonne Doctorat de Science Politique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ECOLE DOCTORALE DE SCIENCE POLITIQUE. Centre de Recherche Politique de la Sorbonne Doctorat de Science Politique"

Transcription

1 Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ECOLE DOCTORALE DE SCIENCE POLITIQUE Centre de Recherche Politique de la Sorbonne Doctorat de Science Politique Faire la grève Les conditions d appropriation de la grève dans les conflits du travail en France Volume 1 Baptiste Giraud Thèse dirigée par M. Michel Offerlé Professeur de science politique à l Ecole Normale Supérieure Soutenue le 30 novembre 2009 Jury : Mme Nonna Mayer, Directrice de recherche au CNRS, CEE IEP de Paris Mme Johanna Siméant, Professeure de science politique, Université de Paris 1 Mme Anne-Catherine Wagner, Professeure de sociologie, Université Paris 1 M. Paul Bouffartigue, Directeur de recherche au CNRS, LEST - Université Aix-Marseille M. Richard Hyman, Professor of Industrial Relations, London School of Economics

2 Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

3 Avertissement «L université n entend donner ni approbation ni improbation aux opinions exprimées dans cette thèse. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur». Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

4 Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

5 Remerciements Mes remerciements vont naturellement en premier lieu à mon directeur de thèse, M. Michel Offerlé, pour avoir su tout d abord m orienter sur la voie d un champ d investigation dont vous aviez pressenti qu il m intéresserait. Vous n aviez sans doute pas imaginé à quel point. Je tiens également à vous remercier pour votre soutien, vos encouragements et vos conseils tout au long de ces années. Et pour la qualité de l encadrement collectif que vous nous offrez à travers le Groupe de Recherche Interdisciplinaire du Politique (GRIP), qui permet de donner toute sa pleine mesure au projet d un «intellectuel collectif», sans lequel la pratique des sciences sociales n est rien. Ce sont aussi les différents enquêtés qui peuplent ce travail de thèse que je voudrais sincèrement et très chaleureusement remercié de s être ouverts à moi. Avant d être une expérience de recherche intellectuelle stimulante, je retiens de ce travail de thèse le plaisir immense que j ai eu à les rencontrer, et à partager quelques instants l existence de personnes que, pour certaines d entre elles, je n aurais jamais croisées sans ce travail de recherche, puisque nul n échappe aux déterminismes sociaux qui cloisonnent notre horizon social. Je ne peux rien leur offrir en retour, si ce n est espérer que j ai été le plus fidèle possible à leur confiance, et leur assurer que, en m entretenant avec eux de leurs espoirs, de leur colère, à partager leurs doutes, leurs angoisses ou leur enthousiasme, j ai éprouvé un plaisir et souvent une émotion sincères à chercher à comprendre et à restituer leurs engagements, dans toute la complexité des ressorts qui les animent. Je ne peux écrire ces remerciements, sans y associer M. Jacques Lagroye qui nous a quittés cette année. J ai été de ceux qui ont eu l immense bonheur de l avoir comme professeur. A travers ce travail de thèse, j ai tenté, là aussi, d être le plus fidèle possible à cette pratique de recherche compréhensive que Jacques Lagroye savait nous transmettre avec tant de passion et d humanité. Mes remerciements vont également vers tous ceux qui m ont accompagné au cours de ces longues années de recherche. Je pense tout d abord à Sophie Béroud et Jérôme Pélisse, ainsi qu à Jean-Michel Denis et Guillaume Desage, avec lesquels j ai collaboré dans une enquête parallèle à ce travail de thèse. Que Sophie et Jérôme soient ici tout particulièrement remerciés pour leur aide, plus encore pour leur réconfort dans les moments de doute. Je n oublie pas bien sûr tous les camarades du GRIP et tous les compagnons de thèse : Karel, Magali, Jean-Gabriel, Julien, Philippe, Yasmine Impossible ici de tous les citer. Je n oublie pas Yann Raison du Cleuziou, avec lequel j ai le bonheur de partager un parcours de recherche entamé en commun depuis près de dix ans Et Stéphane Latté, dont l aide fut si précieuse dans les dernières heures de ce travail, et bien au-delà Mais je n oublie surtout pas tous mes amis et parents, ceux que ce travail m a amené à sacrifier, au moins pendant ces deux dernières années. Je remercie bien sûr Martine et René, mes parents. Pour leur relecture et leurs encouragements. Mais aussi et surtout pour tout le reste, pour tout ce qu ils m ont transmis et qui a rendu possible ce travail qui leur doit évidemment beaucoup. Je n oublie pas tous ceux qui n ont eu de cesse de me témoigner leur fidèle amitié, alors que j ai été un si mauvais ami ces derniers mois, si peu disponible pour partager vos joies et vos peines. Merci donc à Deniz, Pif, Soisik et Yannick, Antoine et Aurélia, Zülal, Jérôme, Thibault et Cécile, Bilou et Delphine Edith d avoir été si patients avec moi. Mais c est évidemment Clara que je voudrais ici remercier mille fois, encore et encore, de sa patience, de sa présence, de son aide J ai une conscience aigüe de t avoir imposé un rythme de vie épouvantable, d avoir littéralement sacrifié deux années de notre pourtant si belle vie. C est promis, cela ne se répétera plus. Je t en serai éternellement reconnaissant, et savoure avec bonheur l idée de te retrouver, à présent, pleinement. Ce travail est dédié à la mémoire de Simone et Moustapha Kaïd, ainsi qu à celle de Gérard Barry, qui m ont tant apporté. Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

6 SOMMAIRE Prologue...11 Partie 1. La grève, un objet d étude à repenser...21 I. De la production d un angle mort sociologique à son nécessaire dépassement La marginalisation de la conflictualité au travail dans l espace des questionnements scientifiques Un regard sociologique à éclipses sur les mobilisations grévistes Surmonter les illusions d optique pour interroger autrement le phénomène des grèves...59 II. Décloisonner les cadres d analyse de la grève Apports et limites d une approche des grèves par leurs déterminants externes Recentrer l analyse des grèves sur l examen des dynamiques internes de l action collective III. Du discours aux pratiques : comment réaliser une sociologie empirique de la conflictualité au travail? Les conditions d accès aux coulisses des conflits Rendre intelligible la dynamique des grèves Partie 2. La grève dans l économie des pratiques confédérales. Une approche par le prisme de la CGT IV. Les dynamiques conflictuelles d institutionnalisation des cadres d action confédéraux Les conditions politiques et syndicales de réhabilitation de la négociation dans les stratégies de la CGT Les dynamiques institutionnelles de recomposition des stratégies de lutte Les logiques concurrentielles de réinvestissement de la grève V. Les filtres organisationnels dans la dynamique des grèves (inter)professionnelles Des dispositions militantes à l interprofessionnel inégales Une construction problématique de la réactivité militante L anarchie organisationnelle en mouvement : les conditions de coalescence des énergies militantes L économie organisationnelle des stratégies confédérales de la grève Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

7 Partie 3. La grève dans la dynamique des conflits d entreprise VI. Les logiques d intégration de la grève dans le répertoire d action des militants Les modalités d insertion de la grève dans les savoir-faire syndicaux Les stratégies managériales de prévention des grèves Micro-conflictualité gréviste : des logiques d adaptation plurielles des stratégies de recours à la grève Les limites intériorisées par les militants syndicaux : la grève comme ultime recours VII. Les mécanismes de la grève L entrée dans la grève L organisation de la grève Conclusion générale Table des matières.859 Bibliographie.865 Sources Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

8 Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

9 "Tenez bon camarades, notre arme c'est la grève" Affiche, 78 x 56 cm - Atelier populaire de l'ex-école des beaux-arts BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3858 Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

10 Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

11 «Une légende tenace veut que les Français aient le débrayage facile. Ce qui était vrai il y a peut-être trente ans est totalement faux aujourd hui. [ ] En fait, dans beaucoup de branches, la grève est devenue un évènement rarissime, une exception, un accident. Quoiqu en dise le MEDEF, la France est un pays de travailleurs dociles. On peut s en réjouir ou le déplorer, mais l image -trompeuse- d un syndicalisme combatif est, dans ce pays, uniquement porté par le secteur public» 1. Ce diagnostic implacable structure aujourd hui les perceptions dominantes du phénomène gréviste en France et les controverses récurrentes qu il cristallise. Au cours de ces dernières décennies, ils ont en effet été nombreux à rivaliser de formules pour annoncer que «la grève ne fait plus recette» 2, qu elle «n a plus le vent en poupe» 3 ou que les «Français font la grève de la grève» 4. Notre pays serait ainsi «devenu un havre de paix sociale» 5, que seules les mobilisations du secteur public ou nationalisé, devenues le véritable cache misère d un syndicalisme exsangue, viendraient encore troubler. Dans la foulée des succès d édition des pamphlets de François de Closets 6, beaucoup ont alors assimilé la grève à un privilège supplémentaire de corporations vivant à l abri du licenciement, «ce qui donne à leurs affrontements cette allure de champ clos protégé, [ ] qui se concentrent sur un nombre limité de gens alors qu il menacent d en déranger de plus en plus» 7. La multiplication des projets de réglementation nouvelle des conditions d exercice de la pratique gréviste dans les services publics a largement contribué à alimenter ces discours qui opposent la «déshérence» 8 de la grève dans le secteur privé à la «gréviculture qui empoisonne le secteur public» 9, dernier vestige d une contestation syndicale «archaïque» et «corporatiste» 1 Erwan Seznec, Syndicats, grands discours et petites combines, Hachette, 2006, p Antoine Devaud, «La grève ne fait plus recette», Le Monde, 13 décembre Libération, 21 janvier «Les Français font la grève de la grève», Libération, 21 février Jean-Michel Normand, «La démocratie en grève», Le Monde, 9 janvier François de Closets, Toujours plus!, Grasset, 1982 ; François de Closets, Tous ensemble. Pour en finir avec la syndicratie, Seuil, Favilla, «Sur les pavés, la grève», Les Echos, 19 janvier «La grève en déshérence», Le Monde, 13 octobre Murielle Szac, «La gréviculture empoisonne le secteur public», Liaisons Sociales, janvier Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

12 Graphique 1. Le déclin du nombre de jours de grève hors fonction publique (JINT) Source : Alexandre Carlier, «Mesurer les grèves dans les entreprises», Documents d Etudes de la DARES, n 139, 2008, n 34.1 Champ : entreprises du secteur privé et public nationalisé, , hors transport à partir de Le volume annuel de «journées individuelles non travaillées» pour fait de grève (JINT) constitue en France le principal indicateur en matière de conflits collectifs du travail 1. Il correspond au volume du temps de travail non effectué par l ensemble des salariés impliqués dans des grèves, converti en nombre de jours sur la base de la durée légale de la journée de travail (8h). Ces données sont constituées à partir des fiches de signalement de début et de fin de conflits, ayant occasionnés un arrêt de travail, transmises par les sections de l inspection du travail. Dans ce cadre, le champ de couverture potentiel de ce dispositif statistique s étend à toutes les formes de grèves telles qu elles sont définies par le code du travail, c est-à-dire toute forme de cessation complète du travail observée par plusieurs salariés en vue de défendre des revendications professionnelles, qu elle ne dure que quelques heures ou qu elle se prolonge sur plusieurs jours. Par convention toutefois, les mouvements de grève ne sont comptabilisés qu à partir du moment où le volume horaire correspond, pour l ensemble des salariés engagés par le conflit, à un minimum de 8h 2. En 1975, une distinction avait été introduite entre les «conflits localisés» et les conflits «généralisés», répondant à des mots d ordre «externes» à l établissement, c est-à-dire commun à plusieurs entreprises d un ou de plusieurs secteurs professionnels. En raison de la raréfaction de ces formes de grève dans le secteur marchand, cette distinction est à présent abandonnée. Le champ des établissements couvert par l indicateur des JINT s étend à l ensemble des secteurs professionnels, à l exclusion de l agriculture et de la Fonction Publique. Outre les établissements du secteur privé, il inclut les entreprises nationalisées du secteur concurrentiel et les établissements publics à caractère industriel et commercial, tels que la SNCF, la RATP, Air France, EDF-GDF, la Banque de France, etc Mais, le décompte des jours de grève de la Poste et de France Telecom est rattaché (lorsqu il est disponible ) à celui de la fonction publique. Et, depuis 1996, celui concernant le secteur des transports est présenté de manière autonome. 1 Sur la genèse de cet indicateur, Etienne Pénissat, «Mesure de conflit, conflit de mesure. Retour sur la genèse des outils de quantification des conflits du travail», 82 (26), Politix, 2009, p Daniel Furjot, «Conflits collectifs : les conditions de travail en mauvaise posture», Travail et Emploi, 1994, 61, p. 92. Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

13 d autant plus illégitime que «le droit de grève est devenu le droit de quelques uns à disposer de tous» 1. Objet d étonnement pour les uns ou de réconfort pour les autres, le «soutien» et la «sympathie» qui se sont majoritairement exprimés dans les sondages en faveur de la grève des cheminots de 1995, comme pour la plupart des conflits ultérieurs de la fonction publique et dans les transports collectifs qui ont fait l objet d enquête d opinion 2 indiqueraient que «les salariés du privé ont fait grève par procuration, en soutenant par une absence de protestation réelle et agressive les grèves de la fonction publique» 3. Réapproprié par les acteurs des conflits comme un moyen de légitimation de leur lutte, le succès de cette notion n a fait cependant que consolider, d une autre manière, l hypothèse selon laquelle la grève est devenue une forme de lutte uniquement accessible aux employés des secteurs publics et nationalisés. Trop fragilisés, les salariés du privé seraient condamnés à s en remettre à ces quelques franges «protégées» et isolées du salariat pour exprimer, par délégation, leurs propres mécontentements et aspirations 4. Différents éléments ont contribué à alimenter cette représentation dichotomique du phénomène gréviste français contemporain et à lui donner la force de l évidence. Au premier rang d entre eux, les statistiques du Ministère du Travail. Elles font en effet ressortir, sur le long terme, une chute très importante du nombre de «Journées Individuelles Non Travaillées» (JINT) pour fait de grève en France enregistrées en dehors de la fonction publique. Alors que l on recensait entre 2 et 3,5 millions de JINT dans la seconde moitié des années 1970, leur nombre décline très fortement à partir de la décennie suivante. A l exception du pic des mobilisations syndicales de 1995, il n atteint plus à présent qu un niveau compris entre (2004) et (2000) JINT [graph. 1]. Vu sous cet angle statistique, l évolution historique de l intensité des mobilisations gréviste est d autant plus saisissante que le secteur des transports collectifs représente généralement, à lui seul, une part très importante de l ensemble du volume des jours de grève recensés, ce qui a d ailleurs conduit à ne plus intégrer dans l indicateur des JINT les grèves des établissements de ce secteur depuis 1996 [graph. 2, p. suivante]. Surtout, les grèves de la fonction publique, quoique 1 Michel Godet, «Service public : changer la grève», Libération, 8 février Sur la profusion d enquêtes d opinion réalisées autour des grèves de la fonction publique ou des transports collectifs qui, pour une majorité d entre elles, continuent à recueillir un soutien majoritaire, voir par exemple, «Attitudes des Français à l égard des mouvements sociaux. Le baromètre des conflits sociaux de CSA depuis 1995», 3 Henri Vacquin, Yvon Minvielle, Le sens d une colère, Stock, 1996 p Voir également, Olivier Duhamel, Philippe Méchet, «Une grève d opinion», L état de l opinion, 1996, p Stéphane Rozès, «La grève par procuration de l opinion à l égard des mouvements sociaux révèle un nouveau cycle idéologique», in Michel Vakaloulis, Travail salarié et conflit social, PUF, 1999, p Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

14 Graphique 2. Le maintien d une activité gréviste plus intense dans les transports Source : Premières Informations, Premières Synthèses, 2005, n 45.1 Champ : établissements dans l ensemble des secteurs du transport (aérien, terrestre, fluvial, maritime) La collecte des données concernant le secteur des transports est du ressort spécifique de l inspection générale du travail des transports. A l exception des années , pour lesquelles les données sont très incomplètes, ce secteur d activité concentre, à lui seul, entre 30% (2000) et 70% (2003) de l ensemble du nombre de jours de grèves recensés en dehors de la fonction publique. Ajoutons de surcroît qu entre 52% et 93% des jours de grève dans le transport sont concentrés dans seules entreprises de la SNCF, de la RATP et, dans une moindre mesure, d Air France 1. Ces secteurs professionnels se caractérisent par ailleurs par un maintien fréquent d actions de grève organisées au niveau national, alors que cette forme de grève a quasiment disparu dans les autres secteurs d activité. Graphique 3. La fonction publique dans le volume global des jours de grève recensés Sour ces : Premières Informations, Premières Synthèses, 2003, n 34.1 et Premières Informations, Premières Synthèses, 2005, n Champ : établissements de la fonction publique, hors fonction publique hospitalière et territoriale, ainsi que de la Poste et de France Telecom (données manquantes) Les données relatives aux journées de grève dans la fonction publique sont récoltées par la direction générale de la fonction publique et de l administration (DGAFP), et sont publiées depuis Alexandre Carlier, «Mesurer les grèves dans les entreprises : des données administratives aux données d enquêtes», op. cit., p. 6. Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

15 décomptées de façon très imparfaite 1, représentent une part prépondérante, souvent majoritaire, de l ensemble des jours de grève recensés dans le pays [graph. 3]. Selon un schéma conforme à ce que l on peut observer à l échelle européenne, le déclin important du volume global de l activité gréviste semble s être assorti de son repli à l intérieur de quelques franges isolées de salariés à «statuts» 2. Le déclenchement de longues actions de grève à l intérieur de la fonction publique et des entreprises nationalisées 3 a donné incontestablement un relief particulier à cette transformation apparente de l activité gréviste française. Elles ont semblé attester que seuls les employés de ces secteurs étaient encore en mesure d entretenir le mythe d une «passion» spécifiquement française pour la grève 4, qui sans n avoir jamais eu historiquement l évidence que l on est généralement prompt à lui prêter 5, apparaît bien plus difficile que jamais à étayer à l appui des données statistiques disponibles [graph. 4, p. suivante]. Parallèlement la visibilité très différenciée des mouvements de grève «ordinaires» selon les secteurs professionnels ne fait que conforter l impression d un effacement de la figure du militant ouvrier et, à travers elle, du secteur privé du théâtre des grèves. A la différence des grèves du «public», plus souvent inscrites dans des mouvements d action nationaux et entraînant généralement des effets concrets et immédiats auprès d un public élargi, les grèves d entreprises du secteur marchand restent généralement circonscrites à un seul établissement et provoquent des perturbations dans l espace social et économique bien plus difficilement perceptibles. Elles le sont d autant moins que leur exposition médiatique est à l évidence globalement faible et très sélective. Certes, les journalistes de la presse locale semblent plus facilement disposés à se faire l écho les différentes mobilisations sociales émergeant dans leur périmètre 6. 1 Jean-Marie Pernot, «Conflits du public, conflits du privé», in Jean-Michel Denis (dir.), Le conflit en grève?, La Dispute, 2005, p Lorenzo Bordogna, Gian Primo Cella, «Decline or Transformation? Change in industrial conflict and its challenges», Transfer, 8 (4), 2002, p Citons parmi les conflits qui structurent les mises en récit médiatique, militante et scientifique des relations professionnelles françaises au cours de ces dernières décennies les grèves des cheminots (1986, 1995), des infirmières (1988), des enseignants (2003) ou des gaziers et électriciens (2004). 4 Entretien avec Stéphane Sirot, «La grève peut avoir un côté passionnel en France», Libération, 22 janvier Ian Eschstruth, «La France pays des grèves? Etude comparative internationale sur la longue durée ( )», Les Mondes du Travail, 3-4, Erik Neveu, «Engagement et distanciation. Le journalisme local face à un mouvement social», in Daniel Cefaï, Dominique Pasquier (dir.), Les sens du public : publics politiques, publics médiatiques, PUF, 2003, p Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

16 Graphique 4. La conflictualité gréviste en Europe : l introuvable exception française Source : Observatoire européen des relations industrielles, 2005 Lecture : moyenne annuel des jours de grève pour 1000 salariés entre Ce graphique est à lire avec précaution. En effet, la comparaison internationale des niveaux nationaux de l activité gréviste, réalisé annuellement par le bureau international du travail, constitue un exercice bien malaisé. Il repose effectivement sur la mise en perspective de données statistiques nationales constituées à partir de règles de comptabilisation des grèves extrêmement disparates. A l image de la France, les données statistiques nationales transmises par le Portugal ou l Allemagne ne couvrent pas tout ou partie de la fonction publique. Par ailleurs, certains dispositifs de recensement statistique des grèves appliquent des seuils de durée minimale des actions de grève pour qu elles soient prises en compte. En Allemagne, au Royaume-Uni ou au Danemark, il faut ainsi qu un mouvement de grève représente un minimum de 100 journées de travail non effectuées pour être enregistrées 1. Il n est pas inutile de relever également que les acteurs en charge de la collecte de ces données diffèrent. Ainsi, les statistiques sont basées sur des rapports fournis par les employeurs en Allemagne, de même qu elles reposent en Finlande sur les signalements transmis par les associations d employeur et les médias. Notons enfin que la Grèce ne produit plus de données statistiques officielles sur ses mouvements de grève, alors qu elle s imposait ces dernières années comme l un des pays les plus grévistes. Enfin, n oublions pas que, derrière un même volume d activité gréviste peuvent se cacher des formes d activité gréviste très différentes, selon que les grèves soient peu nombreuses mais impliquant de nombreux salariés ou au contraire qu il y ait davantage d actions de grève mais beaucoup moins larges (cf chapitre 2) 2. Il importe donc de ne pas fétichiser la valeur de ces comparaisons internationales. Elles ont surtout pour intérêt d écarter l hypothèse d une activité gréviste française «record» ou hors du commun à ce que l on peut observer dans d autres pays de l Europe occidentale, de mettre en évidence que la majorité d entre eux ont également connu un recul du volume de leur activité gréviste depuis la fin des années 1970, mais aussi que leurs outils de recensement en sous-estiment souvent l importance 3 1 Gregor Gall, «A review of strike activity in Western Europe at the end of the second millenium», Employee Relations, 21 (1), 1999, p Maximos Aligisakis, «Typologie et évolution des conflits du travail en Europe occidentale», Revue Internationale du Travail, 136 (1), 1997, p Pour les éléments de comparaison les plus récents, Dominic Hale, «International comparisons of labour disputes in 2005», Economic and Labour Market Review, 1 (4), 2007, p Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

17 Leur couverture des mouvements de grève est cependant loin d être exhaustive 1. Surtout, elle n apparaît pas en mesure de contrebalancer les effets de distorsion que peut générer, dans la perception des grèves, l écart considérable entre le silence qui entoure l immense majorité de ces conflits dans l arène médiatique nationale (et tout particulièrement audiovisuelle), et l attention que reçoivent les «grandes» journées d action nationale ou les conflits plus localisés dans la fonction publique et les entreprises de transport collectif, ne serait-ce que pour évoquer les gênes qu elles occasionnent pour les «usagers». Seuls quelques conflits «nouveaux» (McDo, intermittents du spectacle), et plus encore les luttes contre des fermetures d usines et autres plans de restructuration du personnel (Lu, Daewoo, Moulinex, Danone, Cellatex ), accompagnées de modes d action plus spectaculaires (occupations d usine, menaces sur l environnement, appel au boycott) et autour desquelles se mobilisent du personnel politique, suscitent encore, pour certaines, l engouement des acteurs de la presse nationale 2. La floraison de documentaires audiovisuels 3 et de témoignages écrits 4 que ces quelques luttes d entreprise ont suscités n ont d ailleurs fait qu amplifier leur écho médiatique. Qu ils soient présentés comme des actes de désespoir inspirés par des «méthodes terroristes» 5 ou comme une résistance glorieuse «d ouvriers prêts à tout faire péter» 6 face aux souffrances sociales générées par l économie libérale, la focalisation des regards sur ces conflits d entreprises a contribué, dans un même élan, à associer durablement l idée d une raréfaction des grèves du privé à celle de leur radicalisation et de leur caractère purement «défensif». Devenues «plus longues et plus virulentes» 7, les grèves du privé semblent ainsi ne pouvoir faire parler qu en se confondant le plus souvent avec la chronique sociale de la disparition annoncée du monde industriel emporté sous le flot des délocalisations 8. Ainsi, lorsqu ils ne sont pas réduits à endosser le rôle d arbitres de la légitimité de «la grève des 1 Sophie Camard, «Comment interpréter les statistiques des grèves?», Genèses, 47, 2002, p Eric Lagneau, «Comment étudier la médiatisation des conflits sociaux?», in Jean-Michel Denis (dir.), Le conflit en grève?, op. cit., p Audrey Mariette, ««Silence, on ferme!» : regard documentaire sur les fermetures d usine», Ethnologie française, 35 (4), 2005, p Pour une présentation de ces nombreux récits militants et/ou journalistiques de conflits pour l emploi, voir notamment Georges Ubbiali, «Mémoires des luttes», Politix, 74, 2006, p Francis Puyalte, «Le terrorisme inspire les conflits sociaux», Le Figaro, 2 Août Pierre Agudo, «A Givet, les ouvriers sont prêts à tout faire péter», L Humanité, 13 juillet Hervé Nathan, «Le vent nouveau de la revendication», Libération, 30 octobre De ce point de vue, il n est pas non plus anodin de relever que les rares conflits du privé auxquels ont été consacrées des enquêtes d opinion sont précisément ces conflits pour l emploi. Ce qui agit tout à la fois comme un vecteur supplémentaire de leur publicisation et comme un indice du surcroît d intérêt qui leur est accordé en tant que grèves «significatives» du privé. Voir, «Attitudes des Français à l égard des mouvements sociaux. Le baromètre des conflits sociaux de CSA depuis octobre 1995», Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

18 Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

19 autres» 1, réduits à passer du statut «d otages» à celui de soutiens passifs des luttes de la fonction publique, les salariés du privé n apparaissent pouvoir s extirper de leur léthargie collective qu en redevenant les acteurs malgré eux et résignés de conflits de «survie», présentés comme «les manifestations ultimes de l impuissance» 2 condamnés : à laquelle ils seraient «Il faut admettre que les sursauts actuels n ont plus rien à voir avec la fameuse «conflictualité productive» d alors. Les conflits du passé répondaient à des objectifs d émancipation ou de progrès. Ceux d aujourd hui, dos au mur le plus souvent, se justifient davantage par l instinct de survie ou par la réaction de la dignité bafouée» 3. Force est de constater que ces perceptions ordinaires de la conflictualité au travail dominent et inspirent amplement ses mises en représentations savantes. L extrême rareté des études récentes consacrées aux grèves du «privé» renforce tout d abord de facto leur invisibilité et le sentiment de leur disparition, autant qu elle semble les consacrer. Aussi, ce n est plus qu à travers le rappel du déclin des JINT et des conflits industriels pour la défense de l emploi les plus médiatisés qu elles sont encore mentionnées à l intérieur même de l univers savant. Cette toile de fond sommaire sert alors à valider un ensemble de thèses, complémentaires dans leur logique explicative, sur les raisons de la relégation irrémédiable des salariés du secteur privé aux marges de l espace des mobilisations grévistes. Au premier rang d entre elles figure l institutionnalisation des organisations syndicales, qui rendrait leurs dirigeants moins combatifs. A tel point d ailleurs, que les syndicats seraient «fréquemment récusés par les grévistes» 4, et qu ils ont été jugés «peu responsables» des mouvements de grèves de 2003, attribués à «la radicalité de la base [ ] qu ils ont du mal à tenir» 5. Dans le même temps, les transformations multiples du modèle productif dans lequel s insèrent les entreprises y auraient sapé, de toutes parts, les ressorts possibles de la contestation salariale. D un côté, l individualisation des relations professionnelles, via l introduction de nouvelles techniques managériales dans l entreprise, et l éclatement des grandes industries auraient brouillé les clivages hiérarchiques, miné la cohérence interne des groupes professionnels et affaibli leur capacité de résistance collective. De l autre, le recours à la grève à l échelle de l entreprise serait devenu inefficace et illusoire face à la toute puissance que confère aux 1 Jacques Attali, «La grève des autres», L Express, 28 novembre Alain Lebauche, ««Grèves de la peur» : plus rares, plus dures», Le Monde, 27 avril Alain Lebauche, «Des conflits sociaux d un nouveau type», Le Monde, 26 février Jean Saglio, «La grève en crise», Informations et commentaires, 87, 1994, p Isabelle Sommier, Le renouveau des mouvements contestataires à l heure de la mondialisation, Flammarion, 2003, p Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

20 détenteurs du pouvoir économique l internationalisation des firmes et de la production et la libéralisation de la circulation des capitaux 1 : «La grève perd de son efficacité dans un environnement où la figure du producteur et sa primauté dans l économie déclinent face aux modalités d un marché toujours plus mouvant, aux processus de globalisation, voire à la récession dans certains pays. Parce que agissant en lieu clos l atelier, le service, l entreprise, l Etat-nation elle est parfois dépossédée de toute effectivité sur le jeu des règles, tel qu il se définit aujourd hui.» 2 L étiolement de l intensité de l activité gréviste dans le secteur privé ne serait ainsi que le reflet de l évanouissement du cadre politique et économique qui avait permis au mouvement syndical de faire de la grève un instrument mode d action central pour la conquête de nouveaux droits ou l amélioration de la condition salariale. Dans un contexte marqué conjointement par de profondes mutations dans l organisation de l économie capitaliste et par le délitement d un mouvement ouvrier émietté et amputé de ses relais politiques, les grèves ne pourraient plus être déclenchées dans le secteur privé que sur un mode essentiellement défensif 3, dans «l urgence sociale» provoquée par la multiplication des plans de restructurations 4. 1 Jean-Pierre Durand, «Le compromis productif change de nature!», in Jean-Pierre Durand (dir.), Le syndicalisme au futur, Syros, 1996, p Voir aussi, Janine Goetschy, Patrick Rosenblatt, «France : The Industrial Relations System at a Turning Point?», in Anthony Ferner, Richard Hyman (eds.), Industrial Relations in the New Europe, Blackwell, 1992, p Pour une revue de littérature plus exhaustive de ces différentes thèses qui tendent à enfermer l analyse du déclin de la conflictualité au travail dans une opposition entre les principes d organisation de la production des modèle «taylorien-fordien» et «post-fordien», voir, Jean-Michel Denis, «Le conflit en grève? Quelques éléments de synthèse», in Jean-Michel Denis (dir.), Le conflit en grève?, op. cit., p Guy Groux, Vers un renouveau du conflit social?, Bayard, 1998, p Antoine Bevort, Annette Jobert, Sociologie du travail : les relations professionnelles, Armand Colin, 2008, p Sophie Béroud, René Mouriaux, «Continuités et évolution de la conflictualité sociale», in Jean-Michel Denis (dir.), Le conflit en grève?, op. cit. p Baptiste Giraud Faire la grève» - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Jocelyne Barreau, Delphine Brochard, LESSOR, Rennes 2 L exploitation de l enquête REPONSE que nous avons

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme 2009 - Document de travail

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

DES CONFLITS DU TRAVAIL PLUS NOMBREUX ET PLUS DIVERSIFIÉS

DES CONFLITS DU TRAVAIL PLUS NOMBREUX ET PLUS DIVERSIFIÉS Février 2007 - N 08.1 DES CONFLITS DU TRAVAIL PLUS NOMBREUX ET PLUS DIVERSIFIÉS ENQUÊTE RÉPONSE La conflictualité du travail s est intensifiée au cours de la dernière décennie. Entre 2002 et 2004, 30 %

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre du droit de l entreprise, EA 3397 de l'université Strasbourg 3 avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Filière «Politiques et Sociétés» 2015/2016

Filière «Politiques et Sociétés» 2015/2016 Filière «Politiques et Sociétés» 2015/2016 1. Présentation de la filière Politiques et Sociétés Objectifs généraux La filière «Politiques et Sociétés» permet aux étudiants d enrichir leur socle de connaissances

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH En introduction : référence au site rps.hypotheses.org Un questionnaire anonyme sera mis en ligne d ici peu. Un petit film

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES

Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES Année scolaire 2005-06 Coordinateurs : Jean Luc Bourdeau CP AIS, Stéphane André secrétaire CCSD et Christian Gazzano, enseignant

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires :

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : l état des lieux après un an de crise Observation Le baromètre 2009 poursuit la mission engagée l an dernier, à savoir : «comprendre et mesurer les attentes

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Groupe Xérès immobilier Plan de communication Projet national de réorganisation des relations intersalariales Plan de communication sollicité par le comité de direction mis en place par le département

Plus en détail

Vacances, j oublie rien! Partie 2/2

Vacances, j oublie rien! Partie 2/2 Vacances, j oublie rien! Partie 2/2 Ce mois-ci, nous présentons d abord les régimes spécifiques de vacances annuelles : plus précisément le droit aux vacances européennes, vacances jeunes et vacances seniors.

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs,

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, Je vous remercie de votre présence aujourd hui et de l attention que vous avez bien voulu porter à mon travail. Je remercie particulièrement Francis

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation Appel à candidature Au printemps 2016, le département de la Sarthe et la Direction Régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire,

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université de Liège (ULg) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank PEETERS,

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

Lors d une de ses premières interventions

Lors d une de ses premières interventions «Culture pour chacun» : culture du chacun chez soi, culture du chacun pour soi? Anita Weber Anita Weber est Inspectrice générale honoraire des affaires culturelles. 1 G. Pfister, F. Lacloche, Culture pour

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Equipe Métiers de la formation. Sciences du travail et de la société. master. Analyse du travail et développement des compétences (ATDC)

Equipe Métiers de la formation. Sciences du travail et de la société. master. Analyse du travail et développement des compétences (ATDC) 2012-2014 Equipe Métiers de la formation Professeur Guy Jobert master Sciences du travail et de la société organisé à Montpellier à l Institut de Formation des Cadres de Santé du CHU secteur sanitaire

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre :

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre : Un exemple d utilisation des TICE en classe : Correction de devoir appuyée sur la projection au TBI de paragraphes écrits par les élèves. Outils informatiques utilisés : - ordinateur et scanner à la maison

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail