LE LOGEMENT PARISIEN EN CHIFFRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE LOGEMENT PARISIEN EN CHIFFRES"

Transcription

1 LE LOGEMENT PARISIEN EN CHIFFRES N 14 / OCTOBRE 2014 ADIL 75 ADIL 75 / AGENCE DÉPARTEMENTALE D INFORMATION SUR LE LOGEMENT

2

3 LE LOGEMENT PARISIEN EN CHIFFRES N 14 SOMMAIRE LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS... p 4 Les logements autorisés à Paris L offre nouvelle de logements sociaux L amélioration du parc locatif social Décompte des logements sociaux à Paris au sens de la loi SRU Le parc locatif social à Paris : répertoire du parc locatif des bailleurs sociaux La lutte contre l habitat dégradé à Paris L amélioration du parc privé Insalubrité et saturnisme Le dispositif Louez solidaire L Agence Immobilière Sociale L amélioration énergétique du parc privé LES MARCHÉS DU LOGEMENT À PARIS... p 12 Le marché des logements neufs Le marché des logements collectifs anciens Le marché des logements vendus par les professionnels agents immobiliers Les ventes aux enchères de la Chambre des Notaires de Paris Les loyers du parc locatif privé LES PARISIENS... p 18 La commission départementale de conciliation Les demandeurs de logements sociaux Les grands indicateurs sociaux Le droit au logement opposable Les expulsions Le Fonds de Solidarité pour le Logement Les aides Loca-Pass d Action Logement Les aides au logement Les aides au logement de la Ville de Paris Le Prêt Paris Logement Le prêt à taux zéro plus L Éco-prêt à taux zéro

4

5 Galla Bridier Présidente de l ADIL 75 ÉDITO En ma qualité de nouvelle Présidente de l ADIL 75, c est avec plaisir que je vous adresse l édition annuelle de l état du marché du logement parisien réalisée par l Association depuis maintenant quatorze ans. Cette publication intègre des données relatives aux parcs de logements, à l évolution du marché et aux dispositifs d aide aux Parisiens et Parisiennes. Elle nous permet de vous mettre à disposition un portrait exhaustif de la question du logement à Paris. Dans la continuité d une année 2012 difficile, l année 2013 confirme l installation de la crise économique, sociale et environ nementale que connaît notre pays et qui impacte fortement le domaine du logement, notamment à Paris. Ainsi, la production de logements neufs peine à repartir, la vente de logements anciens progresse timidement, la promotion immobilière continue de faire face à de faibles volumes de transactions et le marché locatif reste très tendu avec peu de libérations. La hausse continue des prix des loyers, la tension foncière et immobilière ainsi qu un pouvoir d achat contraint des ménages parisiens sont des causes à avancer pour expliquer les difficultés de ces marchés. Sur le plan social, ce document relate également la précarisation grandissante d une certaine frange de la population parisienne (hausse des saisines DALO, augmentation des impayés et des assignations) et démontre s il y en avait besoin de la pertinence de l ensemble des dispositifs d aides mis en place par la Ville de Paris et l État, sans oublier les bailleurs sociaux avec leurs programmes lourds de réhabilitation participant ainsi au mieuxêtre des locataires. L entrée en vigueur de la loi ALUR en 2014, dont les décrets sont à paraître majoritairement en 2015 a été accom pagnée progressivement par les conseillers de l Association lors d entretiens ou de permanences téléphoniques. Nous en étudierons les effets dans le prochain numéro de cette édition après un an de recul sur les nouvelles dispositions législatives. J espère sincèrement que cette publication réponde à vos attentes et vous remercie de votre soutien renouvelé au service du logement des Parisiens et des Parisiennes.

6 Le logement parisien en chiffres LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS 4

7 LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS LES LOGEMENTS AUTORISÉS À PARIS Source : Bilan de la construction et du paysage de la rue à Paris, année Pôle économique, budgétaire et publicité, Sous-direction du Permis de Construire et du Paysage de la Rue, Direction de l Urbanisme, Mairie de Paris Les résultats présentés prennent en compte les logements neufs et les logements obtenus par changement de destination, mais pas les opérations de réhabilitation. Les types de financements sont des informations déclaratives. Seuls les permis de construire font l objet d un suivi sur le terrain, de leur autorisation à leur achèvement. L année 2013 se caractérise par une baisse de moitié (- 52,8 %) du nombre de logements autorisés par rapport à Toutefois, la répartition entre logements aidés et non aidés témoigne d une grande stabilité, bien que le nombre de logements sociaux autorisés (1678 en 2013) soit supérieur à celui des logements autorisés non aidés (1 208). La surface moyenne des logements autorisés en 2013 s élève quant à elle à 50 m² environ par logement, soit une moyenne proche de celle observée en 2012 et AUTORISATIONS Logts sociaux (SRU)* Logts non aidés Ensemble des logts ** Logements sociaux (loi SRU) : aides à la constitution du parc locatif social (PLUS, PLAI, PLS). Évolution du nombre de logements autorisés selon le type de financement à Paris Évolution du nombre total de logements autorisés à Paris Ensemble des logements Logements non aidés Logements sociaux (SRU) L OFFRE NOUVELLE DE LOGEMENTS SOCIAUX Source : Direction du Logement et de l Habitat, Mairie de Paris BILAN 2013 En 2013, logements sociaux ont été financés, dont 60 % de logements sociaux ou très sociaux (PLUS et PLAI) et 40 % de logements sociaux de type intermédiaire (PLS). Il s agit de logements en construction neuve ou assimilée, logements issus d opérations d acquisition-conventionnement et logements issus d opérations d acquisition-réhabilitation soit la répartition suivante : 59 % de neuf, 27 % d AC et 14 % d AR. En cumulé depuis 2001, ce sont donc logements sociaux qui ont été financés sur le territoire parisien. OBJECTIFS 2014 avenant n 6 à la convention de délégation de compétence L signée en 2011 prévoit un objectif de logements sociaux en Programmes de logements sociaux agréés de 2001 à Total PLAI PLUS PLS Total Contact : Manon BERARDI, Cellule de programmation du logement social, Direction du Logement et de l Habitat, Mairie de Paris, &

8 LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS L AMÉLIORATION DU PARC LOCATIF SOCIAL Source : Bureau de la programmation et des actions du logement, Direction du Logement et de l Habitat, Mairie de Paris Dans le cadre de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, le département de Paris a reçu délégation de compétences des aides à la pierre de l État notamment en matière d amélioration du parc social existant (décision d agrément PALULOS). La loi de Finances 2009 a supprimé tout crédit pour les primes PALULOS. La Ville de Paris a néanmoins souhaité continuer à financer sur ses crédits propres la réhabilitation du parc social existant, à condition que cette réhabilitation consiste en premier lieu à améliorer les performances énergétiques de l immeuble. Ainsi, les prêts réhabilitations succèdent aux prêts PALULOS de la Caisse des Dépôts et Consignations. BILAN 2013 La rénovation de logements a été financée en 2013 par la Ville de Paris. En 2013, l effort consenti par les bailleurs sociaux est sans précédent puisque le montant global d investissement s établit à 257 millions d euros, faisant plus que doubler par rapport à Le nombre de logements financés a progressé de 40 % en un an. Le montant moyen investi par les bailleurs équivaut à contre en Les économies d énergies générées sont en progression de 38,9 GWhep/an en 2012 à 55,2 GWhep/an en Coût moyen par logement des travaux financés à Paris (en ) Coût moyen Montant annuel des travaux et nombre de logements améliorés montant global de la PALULOS (en million d ) montant global d'investissement des bailleurs (en million d ) Nombre de logements améliorés Contact : Anne NEDELKA-JEANNE, Chef de la programmation et des organismes HLM, Direction du Logement et de l Habitat, Mairie de Paris, & DÉCOMPTE DES LOGEMENTS SOCIAUX À PARIS AU SENS DE LA LOI SRU L État réalise, chaque année depuis 2001, un décompte des logements sociaux basé sur la définition donnée par la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU), lequel est soumis à l approbation de la Ville de Paris. L article L du CCH a été modifié par la loi n du 18 janvier 2013 en portant le taux SRU de 20 à 25 % de logement social par commune. Les modalités d application de la loi sont fixées par le décret du 24 juillet er janvier 2013, le nombre de logements sociaux est de , ce qui représente 17,9 % des résidences principales (contre 13,4 % en 2001). Cet inventaire ne tient pas compte des logements sociaux financés dont la livraison n était pas encore effective au 1 er janvier Depuis 2001, le parc de logements sociaux a progressé de 35 % ( ), tandis que celui des résidences principales de 1 % ( ). La progression du parc de logements sociaux a trois sources : la construction de nouveaux immeubles, la réhabilitation d immeubles anciens et l acquisition sur le marché immobilier de biens qui, pour la plupart, sont occupés. Contact : Christophe COUPAT, chef du bureau des relations avec les bailleurs sociaux et les collecteurs, Service de l habitat et de la rénovation urbaine, Unité territoriale de l hébergement et logement de Paris, DRIHL, & Arr. Nbre de logements sociaux au 01/01/2013 % de logements sociaux au 01/01/2013 Nbre de résidences principales au 01/01/2013 Nbre de résidences principales au 01/01/2001 Variation du nbre de logements sociaux entre 2001 et 2013 Variation du nbre de résidences principales entre 2001 et er 848 8,6 % % - 6,21 % 2 ème 628 4,8 % % + 0,05 % 3 ème ,2 % % - 3,08 % 4 ème % % - 10,79 % 5 ème ,1 % % + 1,69 % 6 ème 719 3,0 % % - 10,69 % 7 ème 399 1,3 % % - 5,51 % 8 ème 549 2,7 % % - 1,40 % 9 ème ,9 % % + 1,98 % 10 ème ,7 % % + 5,54 % 11 ème ,1 % % + 1,76 % 12 ème ,5 % % + 1,83 % 13 ème ,2 % % + 3,82 % 14 ème ,1 % % - 0,03 % 15 ème ,9 % % + 0,20 % 16 ème ,7 % % - 1,52 % 17 ème ,8 % % + 3,26 % 18 ème ,0 % % + 0,07 % 19 ème ,3 % % + 4,31 % 20 ème ,2 % % + 5,20 % TOTAL ,9 % % + 1,05 % 6

9 LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS LE PARC LOCATIF SOCIAL À PARIS : RÉPERTOIRE DU PARC LOCATIF DES BAILLEURS SOCIAUX Source : Le parc locatif des bailleurs sociaux, DRIEA au 1 er janvier 2013 Le répertoire du parc locatif des bailleurs sociaux (RPLS) a été mis en place en Il succède à l enquête sur le parc locatif social (EPLS) qui a été réalisée pour la dernière fois en Cette évolution s accompagne notamment d un changement de champs des organismes et des logements. Les bailleurs sociaux interrogés sont définis par l article L du Code de la Construction et de l Habitat (CCH). Ces bailleurs doivent déclarer l ensemble des logements ordinaires dont ils ont la pleine propriété ou sur lesquels ils ont un bail emphytéotique à construction ou à réhabilitation, ou dont ils ont l usufruit au 1 er janvier de l année de collecte ou au 1 er janvier de l année précédente. Sont toujours exclus les logements foyers, les foyers de jeunes travailleurs et les résidences sociales. En 2011, les organismes du champ RPLS qui étaient propriétaires de logements ou moins au 1 er janvier 2010 n étaient pas tenus de transmettre les informations nécessaires à la tenue du répertoire. Ils ont dû le faire depuis Les logements sociaux par arrondissement au 01/01/13 1er e 2e 577 3e e e e e 549 7e 234 9e e e 1er 3e 4e 6e 19e e 11e e e e e Nombre de logements sociaux à de à de à à e Le parc selon l époque de construction au 01/01/13 Le parc loué par type de pièces au 01/01/13 De 1970 à % De 1950 à % Avant % De 1990 à % De 2000 à % Après % 5 pièces & + 6 % 4 pièces 18 % 3 pièces 31 % 1 pièce 16 % 2 pièces 29 % Taux de vacance et taux de mobilité Logements vacants au 01/01/2013 1,5 % Logements ayant fait l objet d un emménagement en ,6 % Loyer moyen en par m² de surface habitable Nombre de logements concernés Loyer moyen /m² ,01 Contact : Philippe MONIER, DRIEA, cellule statistique urbanisme logement, &

10 LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS LA LUTTE CONTRE L HABITAT DÉGRADÉ À PARIS Source : Observatoire de la prévention de la dégradation des immeubles anciens La mise en place d un observatoire permettant de mobiliser les informations disponibles pour détecter systématiquement les immeubles à risque parmi les immeubles d habitat privé construits avant l année 2000 à Paris et pour les signaler à l attention des services municipaux, a été engagée en 2009 dans le cadre d une étude confiée à l APUR, puis approfondie en Depuis 2011, l exercice est réédité annuellement avec des données actualisées, en vue de suivre l évolution des immeubles, en portant une attention particulière à ceux pour lesquels les difficultés s installent ou se succèdent LLa méthodologie innovante de cette démarche reposait entre 2009 et 2011 sur la sélection de 6 indicateurs disponibles pour l ensemble des immeubles d habitat privé et dont le lien avec la dégradation des immeubles a été validé statistiquement avant d être confronté à des vérifications de terrain. En fonction de sa situation par rapport à ces indicateurs, chaque immeuble se voit alors attribuer une note en totalisant des points. Depuis 2011, 2 nouveaux indicateurs ont été ajoutés et le barème a été légèrement revu. La liste d indicateurs pondérés est la suivante : Forte concentration de petits logements locatifs dans l immeuble : 2 points ; Mise en demeure au titre du péril, de la sécurité incendie, des intoxications au monoxyde de carbone et autres problèmes de sécurité : 2 points ; Mise en demeure au titre du règlement sanitaire départemental : 2 points ; Diagnostics plomb positifs en parties communes ou privatives après signalement à la Mission saturnisme de la Préfecture de Paris : 1 point ; Pourcentage de demandeurs de logements supérieur à 15 % des ménages logés dans l immeuble : 1 ou 2 points ; Factures d eau de l immeuble impayées : 1 point ; Ancien hôtel meublé : 1 point ; Présence de termites constatée par le SMASH (Service Municipal d Actions de Salubrité et d Hygiène) : 1 point. L identification des immeubles à risque conduit ensuite à déterminer une note minimale à partir de laquelle, la situation justifie au moins une surveillance. Dans un premier temps en 2009, cette note minimale avait été fixée à «4» ce qui conduisait à une liste de 700 immeubles supposés à risque. En intégrant les données de l année 2010, ce seuil est apparu trop bas car conduisant à une liste trop instable d une année sur l autre et non représentative d un risque de dégradation suffisant. En effet, en intégrant les données actualisées disponibles en 2010, sur les 700 immeubles ayant obtenu au moins la note «4» en 2009, seuls 413 obtiennent encore au moins la même note en 2010 alors que 287 sortent de la liste et que 338 nouveaux immeubles s y ajoutent, soit un taux de renouvellement de l ordre de 45 %. Dans le même temps, ce taux de rotation décroît avec la note. Ainsi, si 48 % des immeubles notés «4» ou plus en 2009 sont encore dans cette situation en 2010, la proportion atteint 61 % pour la note «5», 72 % pour la note «6» et 91 % pour la note «7». Il est donc apparu nécessaire de restreindre le champ des immeubles «à surveiller» à ceux qui obtiennent une note égale ou supérieure à «5». Ainsi, une liste de 235 immeubles privés parisiens justifiant une surveillance avait été établie en En 2011, l analyse croisée des données fait apparaître que 328 immeubles justifient d une surveillance selon ce même critère dont 190 nouveaux immeubles et 138 déjà repérés. En 2012, 272 immeubles nécessitent une surveillance dont 149 nouveaux et 123 déjà repérés en En 2013, 304 immeubles parisiens ont été recensés comme présentant un risque de dégradation du bâti, dont 153 nouvellement identifiés (l autre moitié - soit 151 immeubles - avait déjà été repérée en 2012). Parmi ces «nouveaux» immeubles de la liste 2013, la majorité cumule 5 points. De surcroît, il s agit principalement d immeubles en copropriétés, situés dans le Nord-Est de Paris (10 ème, 11 ème, 18 ème, 19 ème, 20 ème arrondissements). Certains des immeubles repérés ont été orientés vers l OAHD3 (Opération d Amélioration de l Habitat Dégradé). L OAHD3 a pris le relais de l OAHD2 (qui a duré du 1 er novembre 2007 au 31 octobre 2011) et a débuté le 1 er novembre Elle prendra fin en octobre 2015 (renouvelable 2 ans). Elle a pour objet la prévention de l insalubrité dans l habitat privé à Paris des immeubles qui se situent en dehors des périmètres d OPAH (Opération Programmée d Amélioration de l Habitat). L OAHD3 couvre tout le territoire parisien et s articule autour de 2 axes. Le premier axe est une démarche préventive et expérimentale pour la réalisation d un audit de fonctionnement, le second axe est relatif à l accompagnement des travaux dans les immeubles dégradés (qui intègre également une mission d intervention dans les hôtels meublés). Les immeubles parisiens selon le risque de dégradation en 2013 Note Nombre d immeubles en 2012 Nombre d immeubles en er (0%) 11 2e (4%) 3 3e (1%) 3 4e (1%) La répartition par arrondissements des immeubles «à risque» (note 5) 16e 2 (1%) 15e 7 (2%) 17e 36 (12%) 8e 7e 1 (0%) 14e 8 (3%) 9e 5 (2%) 6e 1er Nombre d immeuble «à risque» (total Paris : 272) 14 ( 5 %) de 28 à 43 (11 à 14 %) de 15 à 27 (6 à 10 %) > 44 ( 15 %) 2e 18e 88 (29%) 5e 10e 18 (6%) 3e 4e 13e 13 (4%) 11e 18 (6%) 19e 33 (11%) 12e 14 (5%) 20e 44 (15%) Pas d immeuble «à risque» (XX) = répartition en pourcentage Contact : Michaël GUEDJ, conseiller technique «dispositifs opérationnels», Service Technique de l Habitat, Mairie de Paris 8

11 LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS L AMÉLIORATION DU PARC PRIVÉ Source : Direction du Logement et de l Habitat, Mairie de Paris La loi relative aux libertés et responsabilités locales de 2004 a permis de confier au Département de Paris la compétence pour décider de l attribution des aides à la pierre de l Anah (Agence nationale de l habitat) pour les travaux d amélioration de l habitat. La délégation de l Anah de Paris assure le guichet unique pour le dépôt, l instruction et le paiement des subventions de l Anah ainsi que des aides complémentaires de la Ville de Paris pour l amélioration du parc privé de logements. Aides accordées En 2013, logements privés (contre en 2012) ont fait l objet d une subvention contribuant à leur amélioration. Le montant des aides accordées par l Anah s est élevé à 7,836 M (dont pour l ingénierie des programmes). Parallèlement, la Ville de Paris a subventionné les travaux d amélioration du parc privé à hauteur de 2,605 M. Orientations En 2013, les domaines d actions prioritaires définis par le Programme d actions ont été : la lutte contre l habitat dégradé, les actions en faveur du Plan Climat de Paris et l adaptation des logements au handicap et vieillissement. L habitat ancien ayant été très largement traité au cours des années , la Ville de Paris réoriente désormais davantage ses actions visant à améliorer l efficacité énergétique et le développement durable, à l image de l État qui a instauré la prime FART (Fonds d Aide à la Rénovation Thermique). Ces priorités d actions sont mises en œuvre dans le cadre des OPAH (Opérations programmées d amélioration de l habitat) (32 % des logements subventionnés en 2013) et des PIG (Programmes d intérêt général) (53 % des logements subventionnés en 2013). L ensemble de ces priorités a représenté 89 % du montant total des aides attribuées, les 11 % restants correspondant au secteur diffus, soit 1,189 M pour Répartition des aides par secteur opérationnel en 2013* OPAH et plans de sauvegarde PIG Diffus 32 % 53 % 15 % Répartition des logements subventionnés en 2013* Syndicats de copropriétaires Propriétaires bailleurs Propriétaires occupants 68 % 3 % 28 % * Les pourcentages ici indiqués sont établis à partir du nombre de logements 504 logements. Ainsi, 6,358 M (dont 4,597 M engagés par l Anah, hors prime FART, et 1,761 M par la Ville de Paris) ont été consacrés aux PIG pour subventionner logements. Les OPAH ont, quant à elles, bénéficié de 2,665 M de subventions (dont 1,820 M par l Anah, hors prime FART, et par la collectivité parisienne) pour logements concernés. Les aides aux propriétaires bailleurs ont atteint pour l amélioration de 109 logements ; quant à celles allouées aux propriétaires occupants, elles ont permis d améliorer 961 logements (dont 53 bénéficiant d une prime FART) pour un montant de subventions de 3,677 M (primes FART comprises). Enfin, 6,028 M ont été attribués aux syndicats de copropriétés pour logements. Contact : Marie-Charlotte MERLIER, Bureau de l Habitat Privé, Direction du Logement et de l Habitat, Mairie de Paris INSALUBRITÉ ET SATURNISME Source : Agence Régionale de Santé 75, Direction Régionale et Interdépartementale de l Hébergement et du Logement 75 LUTTE CONTRE L INSALUBRITÉ Évolution 2013/2012 Arrêtés d insalubrité remédiable % dont logements % dont parties communes % Arrêtés d insalubrité irrémédiable % Total arrêtés d insalubrité % Après une année 2012 particulièrement dense, l activité des services parisiens et de la formation spécialisée du CoDERST a conduit à la prise d un nombre réduit d arrêtés en Ainsi, 117 logements et 10 parties communes ont fait l objet d un arrêté en 2013, pour 204 logements et 21 parties communes en Cette baisse traduit les résultats de la politique parisienne de lutte contre l habitat indigne, les signalements se maintenant cependant à un niveau élevé (plus de 5000 en 2012 et en 2013). 22 % d entre eux conduisent à une mise en demeure au titre du Règlement Sanitaire Départemental, tandis que 5 % aboutissent à la prise d un arrêté préfectoral. cun arrêté d insalubrité irrémédiable n a été pris en 2013, les immeubles les plus dégradés ayant déjà été traités. Enfin, 62 arrêtés d insalubrité de type «local impropre par nature à l habitation» ont été pris en Ils permettent de faire cesser l occupation de caves, combles non aménagés, mais surtout de locaux trop exigus, non ou mal éclairés. LUTTE CONTRE LE SATURNISME Évolution 2013/2012 Signalements % dont santé (dont 34 PECSI) > 100 % dont habitat % Diagnostics positifs % Travaux % n 2013 on dénombre 61 signalements santé (signalement E d enfant intoxiqué) et 276 signalements habitat (présence de plomb dans un logement ou une partie commune occupé ou fréquenté par des enfants). La baisse des signalements habitat provient d un ensemble d actions de prévention, notamment des interventions sur le bâti dégradé réalisées grâce aux mesures coercitives et incitatives. La hausse des signalements santé s explique par la mise en place de l expérimentation PECSI, engagée en Avec l augmentation des signalements, il s est avéré nécessaire de cibler les diagnostics, notamment pour les parties communes des immeubles, en réalisant une analyse des risques (visite préalable et état d occupation). En 2013, 150 chantiers ont été réalisés suite à une injonction préfectorale dont 25 exécutés d office. 47 % ont été réalisés grâce à l assistance gratuite proposée par le Préfet, qui permet de réaliser également les travaux de sortie d insalubrité. Les travaux sont en baisse du fait des relogements qui interviennent postérieurement aux diagnostics. Contact : Véronique PERCHAUD, responsable du pôle habitat privé, DRIHL75 9

12 LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS LE DISPOSITIF LOUEZ SOLIDAIRE Source : Sous-Direction de l Habitat, Mairie de Paris, décembre 2013 BILAN DES ACTIONS ENGAGÉES AU 31/12/2013* *sur la base des signatures de baux depuis le lancement du dispositif En parallèle de l effort consacré à la production de logements sociaux, la Ville de Paris a souhaité diversifier les offres de logements et d hébergements proposées aux Parisiens en difficulté. Inspirée par la politique londonienne «Temporary housing» de lutte contre la précarité liée au logement, la Ville de Paris a décidé depuis juin 2007 de mettre en œuvre un dispositif ayant pour but de mobiliser les propriétaires de logements du parc privé souhaitant s engager dans une démarche de location, afin d offrir à des familles hébergées en hôtel par l Aide Sociale à l Enfance, une alternative à la prise en charge hôtelière. Les logements proposés doivent offrir une surface minimum de 30 m² et ne présenter aucun risque pouvant porter atteinte à la sécurité physique ou à la santé et dont les caractéristiques correspondent à celles définies par le décret du 30 janvier 2002 relatif aux caractéristiques du logement décent. Douze organismes partenaires à ce jour ont été conventionnés par la Ville de Paris, pour assurer la gestion locative des logements captés et assurer l accompagnement social des ménages bénéficiaires. 3 pièces 29 % 1 pièce 11 % Type de logements Nombre de logements captés par an 4 pièces 8 % 5 pièces 1 % Répartition du nombre de logements Louez solidaire par arrondissement en décembre 2013 Par zones en tranches d effectifs < à 10 logements de 11 à 100 logements 17e 46 > 100 logements 9e 9 10e 53 8e 3 2e 3 1er 3e 0 6 Contact : Pour proposer un logement, Habitat et Développement Ile-de-France : n vert Pour un renseignement sur le dispositif : Christelle PHILIPPE, Mairie de Paris, Sous-Direction de l Habitat, Bureau des Relogements, & pièces 50 % Nbre de baux signés L AGENCE IMMOBILIERE SOCIALE Source : Sous-Direction de l Habitat, Mairie de Paris, décembre 2013 Le dispositif d Agence Immobilière Sociale (AIS) créé par la Ville de Paris en mars 2009 s adresse à un public de travailleurs aux revenus modestes, isolés ou en couple sans enfant. L AIS propose des logements à Paris de type F1 ou F2 dont la superficie est comprise entre 16 et 30 m² environ. Les loyers pratiqués sont inférieurs à ceux du marché privé et fixés pour chaque arrondissement par arrêté du Conseil Général (de 19,26 /m² à 21,70 /m² hors charge). Les avantages et garanties proposés au propriétaire reposent sur une combinaison de mesures prises en charge directement par la Ville de Paris (paiement du loyer en cas de vacance du logement, possibilité de bénéficier d une prime travaux pour la remise en état du logement, remboursement forfaitaire de frais liés à la réalisation de diagnostics techniques obligatoires, réduction des honoraires de gestion à 3 %) ou via des dispositifs de droit commun (La Garantie des Risques Locatifs en particulier pour la garantie du paiement des loyers et le risque de dégradations). Les propriétaires souscrivant un conventionnement Anah de 6 ans en loyer intermédiaire (18,16 /m² en 2013) ont En contrepartie d un loyer plafonné (loyer intermédiaire), 18,16 / m² hors charges, en 2013, le bailleur se voit garantir le paiement des loyers, l entretien et la remise en état du logement. Les propriétaires souscrivant un conventionnement Anah de 6 ans, en loyer intermédiaire ont également la possibilité de bénéficier d une déduction fiscale de 70 % sur leurs revenus fonciers, dans le cadre de l intermédiation locative. 31 décembre 2013, 841 logements ont été pris à bail dans le dispositif. L essentiel du parc immobilier «Louez solidaire» est composé de logements de type F1 (50 %) et F3 (29 %). La surface moyenne est de 51 m². Plus de la moitié du parc capté est localisée dans les arrondissements du nord est parisien (18 ème, 19 ème et 20 ème ), où les prix au m² sont les plus proches des plafonds fixés par le dispositif. Ce sont plus de ménages qui ont pu bénéficier d un logement décent, ce qui inclut les ménages actuellement hébergés ou en cours de désignation et les ménages relogés sortis définitivement du dispositif. «Louez Solidaire» répond ainsi à un double objectif, offrir une alternative à l hébergement hôtelier et sécuriser le parcours résidentiel. 16e 15 15e 69 7e 7 14e 24 6e 0 18e 175 5e 7 4e 2 13e 49 11e 35 19e e 39 20e 137 également la possibilité de bénéficier d une déduction fiscale de 30% sur leurs revenus fonciers. En contrepartie la Ville désigne sur ces logements des ménages aux revenus modestes, qui en deviennent, dans le cadre d un bail de droit commun, locataires en titre. Deux agences immobilières (Solidarité Habitat Idf et Sires Métropole) ont été conventionnées par la Ville de Paris. 31 décembre 2013, le dispositif mobilise 164 logements dans le cadre d un mandat de gestion. Localisation des logements à Paris Arr. Répartition par arr. Arr. Répartition par arr. Arr. Répartition par arr. Arr. Répartition par arr. 1 er 0 6 ème 0 11 ème ème 2 2 ème 1 7 ème 0 12 ème 9 17 ème 14 3 ème 3 8 ème 1 13 ème 5 18 ème 27 4 ème 2 9 ème 4 14 ème ème 12 5 ème 1 10 ème ème ème 25 10

13 LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS L AMÉLIORATION ÉNERGÉTIQUE DU PARC PRIVÉ Source : L Agence Parisienne du Climat (APC) L Agence Parisienne du Climat (APC) Créée à l initiative de la Ville de Paris, soutenue par l ADEME, l Agence Parisienne du Climat, association multi partenariale a vocation à accompagner la mise en œuvre du plan climat qui vise 3 objectifs d ici 2020 : 25 % de réduction des gaz à effet de serre, 25 % de réduction des consommations d énergie, 25 % des consommations d énergie provenant des énergies renouvelables. En cohérence avec les débats en cours au niveau national dans le cadre du DNTE et au projet de création d un futur «Guichet Unique» de la rénovation énergétique du bâtiment, l APC s organise pour répondre à cet enjeu avec deux priorités dans l Habitat : Copropriétés Précarité énergétique Copropriétés L accompagnement des copropriétés vers la transition énergétique sur la métropole se déploie sur 4 champs d actions : Le travail d info-conseil auprès des particuliers via le Point Rénovation Infos Services La formation auprès des professionnels L amplification du travail d accompagnement des copropriétés en lien avec les professionnels du secteur via Alliance Co Pro. La recherche-action avec la contribution à des projets de recherche. C est l un des axes de travail majeur de l Agence Parisienne du Climat qui accompagne gratuitement les parisiens dans la diversité de leurs projets de rénovation de leur logement ou de leur bâtiment. tour des membres fondateurs, la Ville de Paris, la région Ile-de- France, Météo-France, Ratp, EDF et la CPCU, elle réunit aujourd hui plus de 85 adhérents avec une participation importante des professionnels du bâtiment et de l habitat dont l Adil75. Des permanences avec les conseillers Info-Energie Climat sont organisées à l APC sur RDV et mensuellement depuis janvier 2012 au siège de l ADIL 75. Les renseignements et conseils portent sur le financement des travaux de rénovation énergétique (crédit d impôt, contribution locative,...), l analyse des devis (en matière de conformité au crédit d impôt, de performance énergétique,...) les postes de travaux (changement de fenêtre, rénovation de toiture, remplacement d équipement de chauffage,...). L Agence Parisienne du Climat, pilote opérationnel du dispositif «Copropriétés : Objectif Climat!» La Ville de Paris a mis en place le dispositif «Copropriétés : Objectif Climat!» depuis 2008 en collaboration avec l ADEME et la Région Ilede-France. Face aux enjeux environnementaux et à l augmentation du coût de l énergie, ce programme a pour but de faciliter l amélioration énergétique des logements privés parisiens. Ce dispositif permet de subventionner 4 prestations d amélioration énergétique globale des copropriétés à hauteur de 70% du montant HT : un audit énergétique ; une mission d Assistance à Maitrise d Ouvrage en phase travaux ; une mission d Assistance à Maitrise d Ouvrage en phase de renégociation des contrats d énergie ; une mission d Assistance à Maitrise d Ouvrage pour la passation de contrat de performance énergétique. 174 audits ont été réalisés au 5 juin 2014 correspondant à logements. 46 copropriétés ont voté des travaux dont 33 ont déjà réalisé les travaux pour un montant de L accompagnement de copropriétés pilotes Depuis février 2012, l Agence propose à des copropriétés parisiennes, sélectionnées pour le caractère exemplaire et reproductible de leur projet, de s engager à être une copropriété «pilote». Ces copropriétés signent une charte d engagement avec l Agence Parisienne du Climat qui les accompagne de A à Z jusqu aux travaux. Le CoachCopro Pour accompagner le passage à l acte et démultiplier l action sur le territoire, l APC a conçu le CoachCopro, la plateforme web de référence pour les copropriétaires et syndics dédiée à l accompagnement de la rénovation énergétique en copropriété. 231 copropriétés sont d ores et déjà inscrites. En , Le CoachCopro a vocation à se déployer en France en partenariat avec de nouveaux territoires dont la Région Bourgogne qui fait figure de précurseur hors Ile-de-France. Pour aller plus loin, l Alliance Co Pro En appui de la Ville de Paris, l Agence Parisienne du Climat se positionne comme la Plateforme Locale de la Rénovation Énergétique en copropriété : Alliance Co Pro. Elle s adressera aux copropriétés ET aux professionnels de la rénovation présents sur la métropole. Relais des politiques publiques locales et nationales, Alliance Co Pro contribuera également à quatre objectifs majeurs : massifier les rénovations en copropriété, assurer la qualité et la performance des travaux, structurer les filières et créer des emplois. Lutter contre la précarité énergétique Différentes actions collectives et individuelles coordonnées avec les acteurs clés de l énergie, du logement et du social sur Paris sont mises en œuvre au bénéfice des ménages modestes. L objectif est d identifier et d accompagner les personnes vulnérables, et de prévenir les situations potentielles de précarité énergétique. Ses relations privilégiées avec les principaux bailleurs sociaux de la Ville de Paris lui permettent d être l interlocuteur pertinent pour la sensibilisation des locataires mais aussi et surtout des salariés en contact avec ces ménages. Pour passer à une autre échelle d action, en 2013, l APC a mis en place des ateliers collectifs pour démultiplier l action et former des relais de proximité en collaborations avec les acteurs sociaux. Par ailleurs, une convention avec Eau de Paris, régie municipale distribuant et facturant l eau sur le territoire, renforce ses actions sur la maitrise des consommations d eau. Ainsi, les actions de lutte contre la précarité énergétique de l APC se structurent sur 4 axes : Orienter : Un dispositif adapté d accompagnement et d orientation des ménages précaires repérés vers le programme «Habiter Mieux» ou les ateliers collectifs Rénover : Le traitement des dossiers de précarité énergétique intégré aux dossiers de rénovation énergétique des copropriétés parisiennes Former et créer des effets de levier : La consolidation des ateliers collectifs fait avec les services sociaux parisiens (SSDP et CAVSP), la formation des professionnels en lien avec des ménages en précarité énergétique, la formation des acteurs relais au travers des PIMMS Montrer : Le lancement d un suivi de consommations d énergie et d eau avec les bailleurs. Contact : Pour un conseil sur l amélioration énergétique de votre logement ou de votre copropriété, prenez RDV avec un conseiller Info-Energie Climat au ou par mail : 11

14 Le logement parisien en chiffres LES MARCHÉS DU LOGEMENT À PARIS 12

15 LES MARCHÉS DU LOGEMENT À PARIS LE MARCHÉ DES LOGEMENTS NEUFS Source : ECLAIR (Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France), ADIL 75, année 2013 Depuis 1985, les ADIL d Ile-de-France étudient le marché du logement neuf destiné à l accession à la propriété en Ile-de-France. L échantillon observé couvre environ 85 % du marché. L enquête repose essentiellement sur les listes de permis de construire autorisés, complétées par les annonces de la presse spécialisée. La base ne comprend pas les immeubles vendus en bloc destinés à la location, les résidences avec services comme celles pour les personnes âgées ou les centres d affaires, les maisons individuelles en secteur diffus, et divers logements ne passant pas par les canaux habituels de commercialisation comme par exemple les dations. En revanche, les pré-commercialisations sont prises en compte. Les résultats communiqués ne font l objet d aucun redressement statistique. Après une année 2012 plutôt maussade qui contrastait avec le retour des transactions immobilières initié depuis 2008, les ventes en 2013 repartent timidement à la hausse (+ 5% comparé à 2012), notamment grâce à un très bon dernier trimestre (207 ventes soit une variation annuelle de %). Sur l année, 761 contrats de vente ont été signés dans la capitale. Mais cette embellie est à relativiser compte-tenu des trois premiers trimestres assez faibles. Concernant les flux en collectif, les petites typologies sont les plus représentées (31 % de T1, 27 % de T2) et leurs ventes sont en hausse par rapport à 2012, avec respectivement + 62 % pour les studios, et 12 % pour les deux pièces. Les arrondissements périphériques sont les plus vendeurs. Parmi eux, les 13 ème, 14 ème et 17 ème arrondissements dépassent les 100 logements vendus. Mais le XIX e arrondissement se distingue nettement, avec 223 ventes en 2013, soit un tiers des transactions parisiennes. Ce dernier est également le territoire qui attire le plus les promoteurs, avec 199 nouvelles commercialisations d appartements et 3 maisons neuves. Plus généralement, les mises en vente chutent de 28 % en un an dans la capitale, pour atteindre à la fin de l année 732 commercialisations. 12 arrondissements ont lancé au moins un programme. Mais les projets de plus grande ampleur se situent à nouveau là où il existe des disponibilités foncières, à savoir dans le 13 ème - lequel a vu la création de 125 commercialisations - ou le 14 ème arrondissement où 185 mises en ventes ont vu le jour. Avec le 19 ème, ces trois arrondissements représentent 97 % des commercialisations à Paris. Le stock global de 817 logements a quant à lui diminué de 3 % sur un an. Enfin, après une année 2012 s achevant par un prix moyen à /m², les prix en 2013 ont baissé de - 0,8 % sur un an. 31 décembre, parmi les logements encore disponibles à la vente à cette date, un appartement neuf valait /m² à Paris. cours de l année, les prix ont oscillé à la baisse au premier semestre ( /m² au deuxième trimestre 2013) pour ensuite augmenter à la fin du troisième trimestre puis se stabiliser au quatrième. Ces chiffres sont toutefois à relativiser car les variations de prix dépendent des mouvements opérés selon les arrondissements. Évolution annuelle du marché des logements neufs à Paris (en nombre de logements) ventes var./an* mises en vente var./an* disponibles** var./an* % % % % % % % % % % % 609 > 100 % % % % % % % % % % % 685 > 100 % % % % 549 > 100 % % % % % % % * variation annuelle ** logements disponibles au 31/12 de l année Résultats trimestriels du marché des logements neufs à Paris 1t12 2t12 3t12 4t12 1t13 2t13 3t13 4t13 Ventes Mises en ventes Logts disponibles* Dont T1 13 % 16 % 20 % 19 % 19 % 25 % 23 % 21 % T2 28 % 31 % 30 % 28 % 27 % 26 % 28 % 29 % T3 27 % 25 % 22 % 25 % 24 % 21 % 22 % 23 % T4 24 % 22 % 22 % 23 % 23 % 22 % 21 % 22 % T5+ 8 % 6 % 7 % 5 % 7 % 6 % 6 % 5 % * logements disponibles en fin de période Prix moyens au m 2 à la fin décembre 2013 des appartements neufs disponibles par arrondissement er (12) 2e e (8) 4e - 16e (11) 15e (96) 17e (97) 8e 7e (6) 1er 6e (22) 14e (88) 9e 18e e (31) 5e 10e 3e 4e 13e (76) 19e (205) 11e (69) 20e < /m à /m 2 > /m /m 2 Arr. sans info (XX) = nombre d appartements disponibles au 31/12/13 12e (80) Contact : Florent GARCIA-ARENAS, ADIL 75, Observatoire du Logement, &

16 LES MARCHÉS DU LOGEMENT À PARIS LE MARCHÉ DES LOGEMENTS COLLECTIFS ANCIENS Source : Conjoncture immobilière à Paris et en Ile-de-France, bilan de l année 2013, Notaires de Paris Ile-de-France Évolution annuelle du nombre d appartements anciens vendus à Paris ÉVOLUTION ANNUELLE : BILAN appartements anciens ont été vendus au cours de l année 2013 à Paris, soit une hausse de 2,7 % en un an. Après une diminution constante depuis 2010, le volume des transactions repart légèrement, mais reste faible comparé à la période de forte activité, entre 1999 et 2007, où appartements en moyenne se sont vendus chaque année. En termes de prix, Paris a vu la valeur de ses biens diminuer en Ainsi, à la fin de l année, un appartement ancien coûtait en moyenne /m², soit une baisse de 1,5 % sur un an. Les prix sont très inégaux selon les arrondissements, ceux-ci dépendant de la localisation et de la qualité des biens vendus. Ainsi, le 6 ème arrondissement demeure le plus cher avec un prix s élevant à /m². A l inverse, le 19 ème constitue l arrondissement le plus abordable (6 790 /m²) fin Concernant les évolutions annuelles, elles oscillent entre - 6,2 % (8 ème arrondissement) et + 2,4 % (18 ème arrondissement). Le quartier de l Odéon dans le 6 ème, le plus cher de la capitale, affiche un prix médian de /m². À l inverse, la Goutte d Or (18 ème ) est le plus abordable, avec un prix s élevant à /m². ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE En volume, les ventes n ont fait que progresser au cours des différents trimestres de Sous la barre des unités au premier semestre (6 330 et transactions aux premier et deuxième trimestres), le troisième trimestre enregistre ventes (soit + 14 % par rapport à la même période un an plus tôt). Enfin, avec plus de contrats signés, le quatrième trimestre a crû de 40 % en un an, et, bien que ce chiffre soit à relativiser compte-tenu d un quatrième trimestre 2012 à la peine (5 890 ventes), l année 2013 s achève donc sur une courbe en progression. D un trimestre à l autre, les prix à Paris ont quant à eux été relativement stables. En moyenne, un appartement ancien s est vendu /m² au cours des trois premiers trimestres. De /m² au premier trimestre 2013, le prix est passé à /m² au deuxième, puis /m² au troisième. Le dernier trimestre a connu une légère baisse (- 1 % entre les deux derniers trimestres), pour atteindre en fin d année /m². Variations du marché des appartements anciens vendus libres à Paris Nb de ventes Variation Indice Prix Variation annuelle Notaires-INSEE /m 2 annuelle 1T % 83, ,6 % 2T % 85, ,5 % 3T % 87, ,1 % 4T % 88, ,7 % 1T % 90, ,8 % 2T % 92, ,4 % 3T % 95, ,0 % 4T % 98, ,4 % 1T % 99, ,6 % 2T % 100, ,4 % 3T % 102, ,2 % 4T % 100, ,1 % 1T % 97, ,1 % 2T % 93, ,3 % 3T % 95, ,9 % 4T % 96, ,9 % 1T % 100, ,8 % 2T % 103, ,6 % 3T % 109, ,2 % 4T % 113, ,9 % 1T % 120, ,0 % 2T % 126, ,1 % 3T % 130, ,3 % 4T % 129, ,2 % 1T % 128, ,9 % 2T % 129, ,7 % 3T % 131, ,7 % 4T % 128, ,1 % 1T % 128, ,4 % 2T % 127, ,7 % 3T % 128, ,0 % 4T % 126, ,5 % Prix au m 2 médians au 4 ème trimestre 2013 des appartements anciens vendus libres à usage d habitation à Paris par arrondissement er -0,3% 2e ,3% e -0,7% e 0,3% 16e ,7% 15e ,1% 17e ,3% 8e ,2% 7e ,2% 9e ,3% 1er 6e ,3% 14e ,2% 18e ,4% 2e 5e 10e ,9% 3e 4e ,8% 13e ,6% 19e ,5% 11e ,4% 12e ,1% 20e ,2% Prix au m 2 médians à de à de Valorisation à Indice de à à Notaires-INSEE Paris Contact : Frédérique THOLLON-BARAS, Directrice des Activités Immobilières, Chambre des Notaires de Paris, &

17 LES MARCHÉS DU LOGEMENT À PARIS LE MARCHÉ DES LOGEMENTS VENDUS PAR LES PROFESSIONNELS AGENTS IMMOBILIERS Source : Observatoire francilien de l immobilier, Chambre FNAIM de l immobilier Paris Ile-de-France À l occasion de la 28 ème vague de l Observatoire des prix du logement en Ile-de-France, la FNAIM (Fédération Nationale des Agents Immobiliers) du Grand Paris renforce sa cartographie interactive. Chaque personne en recherche d un logement en Ile-de-France (exceptée la Seine-et-Marne) peut localiser sur dans quelles villes, elle peut trouver un bien répondant à ses besoins en fonction de ses ressources financières, du nombre de pièces ou encore du temps de transport. La nouveauté de cette année réside dans la création d un indice de fluidité qui rend compte des tensions sur le marché, notamment sur les stocks. Paris intra-muros n est plus la référence unique en termes d immobilier, remplacé ces dernières années par le «Paris métropolitain», comprenant la Petite Couronne. Desservie par les lignes de métro, cette zone fait doubler Paris en termes de superficie : on passe de 105 à 234 km². Les transports sont progressivement devenus la référence pertinente en termes de localisation des logements. la grande couronne, en revanche, n accumulent pas de stocks et sont donc a priori plus favorables aux vendeurs : c est le cas des communes proches de Magny-en-Vexin, d Osny, ainsi que de la zone qui part d Ablis jusqu à Etampes. Le pouvoir d achat immobilier est globalement moins élevé à Paris et en première couronne qu en grande couronne. Le marché de l immobilier ancien en Ile-de-France est, en raison des stocks de logements accumulés, globalement plus favorables aux acheteurs à Paris et en petite couronne. Certaines zones de Face à une baisse des transactions, des prix qui résistent année 2013 a connu une augmentation des volumes des L transactions de 4 %, soit pour l Ile-de-France, contre en S ils montrent un regain d activité, ces chiffres positifs sont à nuancer est en effet une année qui a connu un véritable effondrement des ventes, de - 11 % pour les appartements anciens à - 17 % pour les appartements neufs, et de - 14 % pour les maisons anciennes et - 28 % pour les maisons neuves. Les volumes de ventes restent donc encore inférieurs de 10 % par rapport à la moyenne des 10 dernières années. En revanche, les mandats exclusifs augmentent de 35 à 40 %. L Ile-de-France observe une baisse des prix moyenne dans la majorité des départements avec quelques aspérités selon les quartiers. A Paris, 17 arrondissements connaissent une baisse comprise entre - 1 et - 5 %. Le 18 ème est le seul arrondissement où les prix restent constants. Les prix sont en hausse dans deux arrondissements, le 1 er et le 14 ème (+ 3 %). Les évolutions au sein de la première couronne sont quant à elles très variables. Ainsi, les Hauts-de-Seine ne connaissent pas d évolution sensible des prix, appartements et maisons confondus. Le prix des maisons reste supérieur à celui des appartements dans 77 % des cas ; il est égal dans 20 % des cas. La Seine-Saint-Denis connaît elle une baisse des prix (- 1 à - 2 %), sauf dans certaines villes telles qu bervilliers (+ 1,9 %) et Vaujours (+ 4,3 %). 38 % des maisons ont un prix supérieur aux appartements et 38 % des maisons ont un prix égal. 24 % d entre elles ont un prix inférieur. Enfin, le Val-de-Marne connaît des prix constants, à l exception de Fresnes, dont un des trois quartiers connaît une baisse, et six villes qui connaissent une hausse. Le prix des maisons est supérieur à celui des appartements dans 71 % des cas ; il est égal dans 17 % des cas. Contact : Michel TERRIOUX, Délégué général, Chambre FNAIM de l immobilier de Paris Ile-de-France, &

18 LES MARCHÉS DU LOGEMENT À PARIS LES VENTES AUX ENCHÈRES DE LA CHAMBRE DES NOTAIRES DE PARIS Source : Service Adjudications de la Chambre des Notaires de Paris, 2013 Les ventes aux enchères organisées par les notaires de la Chambre des Notaires de Paris, qui se déroulent Place du Châtelet, sont un mode de vente simple et accessible à tous, particuliers, professionnels, collectivités publiques ou association. Avant la vente Le jour de la vente Après la vente Vendre un bien aux enchères Un parcours assisté : le notaire assiste le vendeur pour l expertise du bien et le choix de la mise à prix et l inscription à la séance de vente. Il propose un programme de publicité. Il prépare le cahier des charges qui précise les conditions générales et spécifiques de la vente et se charge de l accueil et de l information des acheteurs éventuels. Le vendeur est libre de sélectionner le notaire de son choix. Une vente aux enchères se conclut en trois mois en moyenne, depuis l expertise du bien par le notaire jusqu à l adjudication proprement dite. Le notaire reçoit les enchérisseurs. L adjudication est prononcée au profit du dernier et meilleur enchérisseur. Un délai de 10 jours suit obligatoirement la vente pendant lequel il est possible de faire une surenchère au dixième. Le processus de transfert de propriété s effectue dès que l adjudication est définitive. Acheter un bien aux enchères Le notaire met à la disposition des enchérisseurs - un programme officiel des ventes sur internet ou dans la presse spécialisée, - le cahier des charges (consultable trois semaines avant le jour de la vente), - le montant prévisionnel de la vente. L acquéreur dispose d une grande variété de biens, et d une offre transparente dotée d une information complète. L enchérisseur remet au notaire un chèque de consignation correspondant à entre 10 et 20 % de la mise à prix et une pièce d identité. Il porte ses enchères par un geste de la main. Les ventes ont lieu «à la bougie». Après le prononcé de la vente, le notaire établit le procès-verbal d adjudication, et restitue les chèques de consignation aux non adjudicataires. L adjudicataire ne peut évoquer le délai de réflexion de 7 jours institué par la loi SRU et il n y a pas de clause suspensive d obtention de prêt. L acquéreur dispose des 45 jours qui suivent l adjudication pour payer la totalité des frais et du prix de vente (les frais représentant en moyenne entre 10 % et 12 % du montant de l adjudication). Si l acquéreur règle l intégralité le 11 ème jour après la vente, il peut prendre possession des lieux. appartements anciens libres ou occupés ont été vendus 88 aux enchères par la Chambre des Notaires en Depuis 2010, le volume des ventes n a cessé de diminuer : - 15,4 % en un an, - 42,1 % en deux ans et - 53,2 % entre 2010 et Le prix moyen des biens vendus aux enchères à Paris s établit à /m², montant qui n avait encore jamais été atteint à ce jour. Entre 2012 et 2013, ce dernier a augmenté de 10,7 %. Le prix proposé (7 371 /m² en moyenne) est également en hausse, de l ordre de + 18,2 % sur un an. La répartition géographique montre que tous les arrondissements parisiens, excepté le 13 ème, ont vendus des appartements aux enchères ; le 19 ème en tête avec 12 transactions conclues. Les 1 er, 4 ème, 6 ème, 7 ème, et 8 ème arrondissements dépassent les /m². A l opposé, les 19 ème (5 518 /m²) et 20 ème (5 632 /m²) arrondissements demeurent les plus accessibles. Évolution annuelle des prix de vente d appartements anciens libres ou occupés cédés à Paris aux enchères Nbre de biens vendus Prix moyen au m 2 Prix moyen au m 2 proposés* de vente * Mise à prix fixée avant l audience d adjudication Ventes aux enchères des appartements anciens libres à usage d habitation à Paris pour l année 2013 Arr. Nbre d appartements Surface Prix moyen au m 2 Prix moyen au m 2 vendus moyenne proposé* de vente 1 er 2 118, ème 1 8, ème 7 31, ème 1 22, ème 3 32, ème 9 54, ème 4 81, ème 4 56, ème 6 42, ème 1 43, ème 7 34, ème 2 32, ème 2 58, ème 3 25, ème 5 62, ème 9 33, ème 6 30, ème 12 39, ème 4 39, * Mise à prix fixée avant l audience d adjudication Contact : Christine DURU, Responsable adjointe du service des ventes aux enchères, Chambre de Notaires de Paris, &

19 LES MARCHÉS DU LOGEMENT À PARIS LES LOYERS DU PARC LOCATIF PRIVÉ Source : Évolution en 2013 des loyers d habitation du secteur locatif privé dans l agglomération parisienne, juillet 2014, OLAP cours de l année 2013, les loyers du parc locatif privé ont augmenté en moyenne de 2,7 % à Paris, de 1,8 % dans les départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint- Denis, Val-de-Marne) et de 2,1 % dans ceux de la grande couronne (partie agglomérée Essonne, Seine-et-Marne, Val-d Oise et Yvelines). Cette évolution globale, en retrait sur celle de 2012 (2,3 % contre 2,8 % en 2013 pour l ensemble de l agglomération) traduit à la fois la moindre hausse de l Indice de Référence des Loyers (IRL) et une relative modération de la tension locative en petite et grande couronnes de l agglomération. Depuis 2001, première année de mesure des loyers sur le périmètre de l agglomération, seule 2010 a affiché une évolution inférieure (+ 1,8 %) en raison de la quasi-stagnation de l IRL. La hausse de 2013 reste toutefois supérieure à celle de l indice des prix à la consommation sur la même période : 0,6 %. 1 er janvier 2014, le loyer moyen hors charges à Paris est de 22,1 /m², contre 21,6 /m² un an avant. Le niveau de loyer moyen dans la capitale s établit à /mois début 2014 pour 50 m². début L augmentation des loyers concernant les nouveaux emménagés de 2013 contribue pour 49 % à la hausse globale des loyers, soit autant que celle des locataires stables, alors que les locataires mobiles sont quatre fois moins nombreux que les locataires stables. Elle est principalement due au saut à la relocation, c est-àdire à la hausse des loyers pratiquée à l occasion d un changement de locataire. Ce dernier est resté particulièrement important à Paris comparativement au reste de l agglomération. Dans la capitale, la hausse du loyer des logements ayant connu un nouvel emménagé s est élevée en 2013 à + 7,1 %. Elle est cependant la deuxième plus faible depuis A l exception de 2006, où elle «n a été que de 6,6 %», la hausse moyenne lors d un emménagement à Paris se situe dans une fourchette comprise entre 7,9 et 11,9 % sur la période Bien qu en retrait sur 2012 (+ 8,5 %), cette évolution illustre une fois encore la tension locative persistante dans le centre de l agglomération. Ainsi, depuis 2001, le niveau élevé des loyers proposés freine les candidats dans leur désir de changer de toit et la mobilité est restée en 2013 à un niveau bas (20 % à Paris contre 22 % en moyenne dans l ensemble de l agglomération). L évolution des loyers à la hausse concerne les deux catégories de locataires : les locataires stables c est-à-dire n ayant pas fait l objet d un déménagement, et, les nouveaux emménagés. Il faut d abord évoquer le premier type de locataires, majoritaires : ceux étant restés dans leur logement. En 2013, huit logements sur dix à Paris ont conservé leur occupant (bail en cours ou renouvelé). L indexation massive sur l IRL a été la règle à Paris. Les cas de stabilité, voire de baisse de loyer ont été peu fréquents à Paris. Ils concernaient un bail sur dix. Parmi ces locataires stables, l évolution des loyers pour ceux dont le bail est en cours est de même ampleur que celle constatée pour les locataires dont le bail arrivé à échéance se trouve prorogé : le renouvellement n est plus que rarement l occasion de pratiquer une hausse des loyers substantielle (selon les dispositions de l article 17c de la loi du 6 juillet 1989), et dans la majorité des cas le loyer est relevé au plus de la variation de l IRL. Par ailleurs, environ un logement sur cinq à Paris a connu un emménagement en Le loyer moyen de ces locataires ayant investi un nouveau logement s élève quant à lui à 24,2 /m² à Paris Niveau de loyer moyen au 1 er janvier (en /m²) Paris Petite couronne Grande couronne Évolution des loyers en 2013 selon la situation du bail à Paris (rappel) Effectif (%) Surface (m 2 ) Loyer au 01/01/13 ( /m 2 ) Loyer au 01/01/14 ( /m 2 ) Évolution (%) Contribution à la hausse Effectif (%) Évolution (%) Contribution à la hausse Emménagement dans l année 20, ,6 24,2 7,1 1,4 18,0 8,5 1,5 Expiration du bail dans l année 19, ,5 20,9 1,8 0,3 17,9 2,3 0,4 Bail en cours 60, ,6 21,9 1,6 1,0 64,1 2,2 1,4 Ensemble 100, ,6 22,1 2,7 2,7 100,0 3,3 3,3 Contact : Geneviève PRANDI, Directrice de l OLAP, &

20 Le logement parisien en chiffres LES PARISIENS 18

Le logement parisien en chiffres

Le logement parisien en chiffres Le logement parisien en chiffres N 12 / SEPTEMBRE 2012 ADIL 75 ADIL 75 / AGENCE DÉPARTEMENTALE D INFORMATION SUR LE LOGEMENT LE LOGEMENT PARISIEN EN CHIFFRES N 12 SOMMAIRE LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS...

Plus en détail

Le logement parisien en chiffres

Le logement parisien en chiffres Le logement parisien en chiffres N 13 / SEPTEMBRE 2013 ADIL 75 ADIL 75 / AGENCE DÉPARTEMENTALE D INFORMATION SUR LE LOGEMENT LE LOGEMENT PARISIEN EN CHIFFRES N 13 SOMMAIRE LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS...

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire Atlantique et

Plus en détail

OPÉRATION HABITAT QUALITÉ

OPÉRATION HABITAT QUALITÉ OPÉRATION HABITAT QUALITÉ Règlement fixant les conditions d attribution des aides communautaires destinées à l amélioration de l habitat privé et à la maîtrise de l énergie 1 SOMMAIRE Article 1 - Les aides

Plus en détail

Orientations et évolution du régime des aides de l ANAH en 2013. Midi-Pyrénées 24 mai 2013. Orientations 2013 & Evolution du régime des aides

Orientations et évolution du régime des aides de l ANAH en 2013. Midi-Pyrénées 24 mai 2013. Orientations 2013 & Evolution du régime des aides Orientations et évolution du régime des aides de l ANAH en 2013 Midi-Pyrénées 24 mai 2013 1 Sommaire Orientations prioritaires Propriétaires occupants (PO) Propriétaires bailleurs (PB) Syndicats de copropriétés

Plus en détail

Article 22 : Mise en place d un mécanisme de péréquation (entre les organismes HLM.)

Article 22 : Mise en place d un mécanisme de péréquation (entre les organismes HLM.) 1) Le pilotage des organismes de logement social. Article 1 : Mise en place des conventions d utilité sociale. Rappel : La conclusion d une convention d utilité sociale est obligatoire à compter du 31

Plus en détail

Présentation de l Anah

Présentation de l Anah Présentation de l Anah 1 Etablissement public national de l Etat Créé en 1971 Amélioration de l habitat privé Aide aux travaux sous forme de subvention Priorités de l Anah 2 Traitement de l habitat indigne

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Un loyer médian de 10,40 /m² sur l agglomération toulousaine en 2014 En dehors de la localisation, trois paramètres ont une forte influence

Plus en détail

Mise en copropriété des immeubles HLM

Mise en copropriété des immeubles HLM Mise en copropriété des immeubles HLM Opportunités et risques Soraya DAOU, architecte DPLG Sommaire Anah Enjeux de la vente HLM PLH et politique de l habitat Leviers L Anah L'Anah, établissement public

Plus en détail

PREFECTURE DISPOSITIF D INTERMEDIATION LOCATIVE EN PAYS DE LA LOIRE CAHIER DES CHARGES. Préambule

PREFECTURE DISPOSITIF D INTERMEDIATION LOCATIVE EN PAYS DE LA LOIRE CAHIER DES CHARGES. Préambule PREFECTURE DE LA REGION PAYS DE LA LOIRE DISPOSITIF D INTERMEDIATION LOCATIVE EN PAYS DE LA LOIRE CAHIER DES CHARGES Préambule Le parc HLM ne peut répondre seul aux besoins de logement des ménages les

Plus en détail

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Chantier copropriété du Plan Bâtiment Grenelle 30 septembre 2011 Sommaire Les objectifs

Plus en détail

Vers un repositionnement des logements PLS familiaux sur le marché du logement en Île-de-France?

Vers un repositionnement des logements PLS familiaux sur le marché du logement en Île-de-France? http://www.ols-idf.org AORIF L Union Sociale pour l Habitat d Île-de-France Caisse des Dépôts et Consignations, Direction Régionale Ile-de-France Direction Régionale et Interdépartementale de l Hébergement

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 1 er trimestre 2014 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

DELEGATION DE Madame Elizabeth TOUTON

DELEGATION DE Madame Elizabeth TOUTON DELEGATION DE Madame Elizabeth TOUTON 453 D-2015/218 Programme d Intérêt Général métropolitain «Un logement pour tous au sein du parc privé de Bordeaux Métropole». Subvention de la Ville aux propriétaires

Plus en détail

Remise du 3000 Chèque Premier Logement

Remise du 3000 Chèque Premier Logement ème Remise du 3000 Chèque Premier Logement Vendredi 6 juillet 2012 à 11h30 Hémicycle Bargemon, 13002 Marseille I. Remise du 3000 ème Chèque Premier Logement II. III. IV. Le Chèque Premier Logement Un Engagement

Plus en détail

O.P.A.H. Renouvellement Urbain SECTEUR CHANTENAY RUE DE LA MONTAGNE

O.P.A.H. Renouvellement Urbain SECTEUR CHANTENAY RUE DE LA MONTAGNE O.P.A.H. Renouvellement Urbain SECTEUR CHANTENAY RUE DE LA MONTAGNE CAHIER DES MODALITES TECHNIQUES Document annexé à la Convention d'opération Juin 2006 PREAMBULE La Ville de NANTES, l'etat, l', le Conseil

Plus en détail

Propriétaires bailleurs privés Février 2011

Propriétaires bailleurs privés Février 2011 Propriétaires bailleurs privés Février 2011 Dans ce guide, vous sera présenté un récapitulatif des aides financières (prêt ou subvention) existantes pour des travaux de rénovation et de maitrise de l énergie

Plus en détail

PROPRIETAIRE BAILLEUR Votre interlocuteur :

PROPRIETAIRE BAILLEUR Votre interlocuteur : PROPRIETAIRE BAILLEUR Votre interlocuteur : Date : 2011 Vous êtes propriétaire d un logement de plus de 15 ans d âge que vous louez ou vous apprêtez à louer Vous souhaitez y réaliser des travaux? Sous

Plus en détail

Opération Programmée d'amélioration de l'habitat Intra-Muros

Opération Programmée d'amélioration de l'habitat Intra-Muros Opération Programmée d'amélioration de l'habitat Intra-Muros INFORMATIONS année 2010 PROPRIÉTAIRES DE LOGEMENTS LOUÉS ou DESTINÉS À LA LOCATION Pour financer des travaux de réhabilitation dans vos immeubles

Plus en détail

Séminaire ARS relatif à la lutte contre l'habitat Indigne

Séminaire ARS relatif à la lutte contre l'habitat Indigne Séminaire ARS relatif à la lutte contre l'habitat Indigne 3 6 décembre 2012 Espace Tamarun La Saline-Les-Bains Les aides de l'agence nationale de l habitat - ANAH Direction de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

Dossier ressource n 23 Mars 2011. L action des organismes Hlm franciliens pour prévenir les expulsions locatives

Dossier ressource n 23 Mars 2011. L action des organismes Hlm franciliens pour prévenir les expulsions locatives Dossier ressource n 23 Mars 2011 L action des organismes Hlm franciliens pour prévenir les expulsions locatives Résultats de l enquête sur les indicateurs de suivi des procédures amiables, pré contentieuses

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018)

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Les copropriétés dans leur diversité 1. un petit immeuble datant du moyen âge (15 ème siècle), en pans de bois,

Plus en détail

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu.

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu. DIRECTIVE PERSONNES MORALES PRODUCTION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Construction ou acquisition-amélioration de logements locatifs sociaux, logements en structures collectives et logements meublés pour

Plus en détail

Observatoire des Loyers de l Agglomération Parisienne

Observatoire des Loyers de l Agglomération Parisienne Observatoire des Loyers de l Agglomération Parisienne ÉVOLUTION EN 2014 DES LOYERS D HABITATION DU SECTEUR LOCATIF PRIVÉ DANS L AGGLOMÉRATION PARISIENNE Juillet 2015 MÉTHODOLOGIE Comme chaque année, l'olap

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes en poste dans une Direction départementale de la cohésion sociale

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE

Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE SOMMAIRE Présentation EIE et missions Chronologie générale Dispositifs collectifs

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Sommaire Production de logements Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Amélioration des conditions de logement Aide à la réhabilitation

Plus en détail

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN...

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... 11 2010 R EPÈRES CONSTRUIRE «PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... Que sont devenus les logements locatifs neufs?» UNE EXPLOITATION CONJOINTE DE FILOCOM ET DE LA BASE DE LOYERS DE L OLAP AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI,

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement»

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement» Intervention de Mme Christine BOUTIN Ministre du Logement et de la Ville Conférence de presse jeudi 10 juillet 2008, 14h00 Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès

Plus en détail

Programme Social Thématique Départemental

Programme Social Thématique Départemental DELEGATION DE LA LOIRE PREFECTURE DE LA LOIRE CONSEIL GENERAL DE LA LOIRE Programme Social Thématique Départemental Convention d opération Entre : Le Département de la Loire représenté par Monsieur Pascal

Plus en détail

observatoires de l Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer LOUER SOMMAIRE

observatoires de l Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer LOUER SOMMAIRE Observatoire Partenarial de l Habitat du Pays de Saint-Omer observatoires Les de l Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer OBSERVATOIRE PARTENARIAL DE L HABITAT DU PAYS DE SAINT-OMER

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 2 ème trimestre 2014 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

Rénovation énergétique / Précarité énergétique

Rénovation énergétique / Précarité énergétique www.pacthd29.fr Rénovation énergétique / Commission Aménagement et Développement Durable du Pays de Brest Brest, le 19 Février 2014 1 2 Association loi 1901, reconnue «entreprise de l économie sociale

Plus en détail

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7.1. Une forte progression des prix de l accession jusqu en 2008 Les prix d achat ont presque doublé dans l individuel comme dans le collectif

Plus en détail

changez vos menuiseries et faites des économies!

changez vos menuiseries et faites des économies! changez vos menuiseries et faites des économies! AIDES FINANCIÈRES POUR LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2014 The world looks better Remplacez vos menuiseries par des fenêtres aluminium et

Plus en détail

L O.P.A.H - R.U : un outil privilégié

L O.P.A.H - R.U : un outil privilégié Dossier de presse Signature officielle du renouvellement de la convention O.P.A.H.-R.U. Lundi 18 février 2013 Dans le cadre de la signature officielle du renouvellement de la convention «Opération Programmée

Plus en détail

La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015

La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015 La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015 13 février 2015 DUAH Prospective et Planification Territoriale Habitat 1 Ordre du jour I. Rappel des axes de la politique

Plus en détail

Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS. LE locatif Social

Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS. LE locatif Social Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS LE locatif Social LE LOCATIF SOCIAL Les principes Locatif social, abordable, conventionné, etc :

Plus en détail

Journée d étude normande

Journée d étude normande Journée d étude normande Contexte global, la gestion du vieillissement Enjeu démographique Pyramide des âges de la population alsacienne en 2007 et 2040 Population âgée du Bas-Rhin (au1 er janvier2012)

Plus en détail

Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013

Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013 PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT (PREH) Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013 La rénovation de l habitat : un triple enjeu Environnement Réduire les consommations d énergie pour

Plus en détail

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Territoire concerné >> Département du Val-de- Marne

Plus en détail

Investissements d avenir

Investissements d avenir Investissements d avenir Aide à la rénovation thermique des logements privés «Protocole territorial relatif à la mise en œuvre du programme Habiter Mieux» Communauté de Communes du Bassin de vie de l ILE

Plus en détail

Présentation de l Engagement Municipal Renforcé pour le Logement

Présentation de l Engagement Municipal Renforcé pour le Logement Présentation de l Engagement Municipal Renforcé pour le Logement Conférence de presse Jeudi 11 décembre 2008 à 11h30 Salle de conférence de l Alacazar I. L engagement Municipal Renforcé pour le Logement

Plus en détail

Agence Parisienne du Climat Guichet unique Plate-forme territoriale pour la transition énergétique

Agence Parisienne du Climat Guichet unique Plate-forme territoriale pour la transition énergétique Agence Parisienne du Climat Guichet unique Plate-forme territoriale pour la transition énergétique 1 Une structure inédite fortement partenariale sa gouvernance, ses moyens L'Agence Parisienne du climat

Plus en détail

Délégation de Saint-Malo Agglomération. Programme d Actions Territorial N 6

Délégation de Saint-Malo Agglomération. Programme d Actions Territorial N 6 Délégation de Saint-Malo Agglomération Programme d Actions Territorial N 6 I. Préambule 1. Objet du Programme d actions territorial Le Programme d Actions Territorial (PAT) traduit les orientations du

Plus en détail

Le modèle hédonique d estimation des loyers de l Olap

Le modèle hédonique d estimation des loyers de l Olap Marché des loyers Le modèle hédonique d estimation des loyers de l Olap Les débats sur l encadrement des loyers, remis à l ordre du jour depuis la loi Duflot, ont provoqué un regain d intérêt pour les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Plan de relance du logement. Paris, le vendredi 29 août 2014

DOSSIER DE PRESSE. Plan de relance du logement. Paris, le vendredi 29 août 2014 DOSSIER DE PRESSE Plan de relance du logement Paris, le vendredi 29 août 2014 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Mars 2013 Ville de Rosny sous Bois Programme d actions PLH 2013 2018 Page 2 Sommaire 1 Déclinaison du programme d actions selon

Plus en détail

Questions aux têtes de liste posées par les 3 Fédérations de locataires CNL ; CLCV ; CSF

Questions aux têtes de liste posées par les 3 Fédérations de locataires CNL ; CLCV ; CSF Questions aux têtes de liste posées par les 3 Fédérations de locataires CNL ; CLCV ; CSF Réponse de la Liste Grenoble Une ville pour tous, conduite par Eric Piolle 1/ RENOVER L HABITAT Les logements les

Plus en détail

Table des matières. Préface VII. Table des matières. Introduction 1

Table des matières. Préface VII. Table des matières. Introduction 1 Préface Table des matières V VII Introduction 1 1. Historique du Code du logement de la Région de Bruxelles-Capitale 1 1.1. La compétence fédérale 1 1.2. Le début de la régionalisation 1 1.3. Les objectifs

Plus en détail

C est quoi un logement insalubre?

C est quoi un logement insalubre? LOGEMENT INSALUBRE C est quoi un logement insalubre? C est un logement qui présente un danger pour la santé des occupants, compte tenu de la dégradation du bâti ou de la présence de substances dangereuses

Plus en détail

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 ~ juin 2014

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 ~ juin 2014 Programme d Intérêt Général HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 ~ juin 2014 LANEUVEVILLE-DEVANT-NANCY SOMMAIRE Qu est-ce que le Programme d Intérêt Général Habiter Mieux? Enjeux et objectifs Présentation

Plus en détail

Mieux appréhender les enjeux et passer à l action

Mieux appréhender les enjeux et passer à l action La rénovation énergétique de l habitat en Ile-de-France Mieux appréhender les enjeux et passer à l action Septembre 2014 Le plan de rénovation énergétique de l habitat, un dispositif à enjeux multiples

Plus en détail

Le guide des aides PROPRIÉTAIRES OCCUPANTS PROPRIÉTAIRES BAILLEURS COPROPRIÉTAIRES SYNDICATS DE. Document d information non contractuel

Le guide des aides PROPRIÉTAIRES OCCUPANTS PROPRIÉTAIRES BAILLEURS COPROPRIÉTAIRES SYNDICATS DE. Document d information non contractuel PROPRIÉTAIRES OCCUPANTS PROPRIÉTAIRES BAILLEURS copropriétaires SYNDICATS DE COPROPRIÉTAIRES Le guide des aides Établi AU 1ER JANVIER 2015 Document d information non contractuel ANAH_Guides des aides 2013.indd

Plus en détail

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Projet de délibération portant sur la définition d aides expérimentales permettant d accompagner

Plus en détail

PROPRIÉTAIRES BAILLEURS. Le guide des aides aux travaux et des avantages fiscaux du conventionnement. Établi au 1 er mars 2013

PROPRIÉTAIRES BAILLEURS. Le guide des aides aux travaux et des avantages fiscaux du conventionnement. Établi au 1 er mars 2013 PROPRIÉTAIRES BAILLEURS Le guide des aides aux travaux et des avantages fiscaux du conventionnement Établi au 1 er mars 2013 Document d information non contractuel Vous êtes propriétaire d un logement

Plus en détail

S e p t e m b r e 2 0 0 9

S e p t e m b r e 2 0 0 9 STYLE S e p t e m b r e 2 0 0 9 Direction Générale de l Aménagement, du Logement et de la Nature Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages Arche sud 92055 La Défense cedex téléphone : 33 (0)

Plus en détail

Les copropriétés en difficulté

Les copropriétés en difficulté Les copropriétés en difficulté 1) La copropriété 2) La copropriété en difficulté 3) Les outils de traitement 4) Les financements 5) Le rôle des services déconcentrés 1) La copropriété Un préalable : la

Plus en détail

Parc privé ANAH. Parc privé. Conclusion / ouverture 2011. Mise en paiement des subventions pour les logements LLS. Suivi des livraisons

Parc privé ANAH. Parc privé. Conclusion / ouverture 2011. Mise en paiement des subventions pour les logements LLS. Suivi des livraisons Pour les 664 logements LLS et PSLA dont l ordre de service a été lancé en 2010, cela a représenté le lancement de près de 75 millions d de travaux, soit 872 équivalent emplois dans le secteur du BTP. Suivi

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ANNÉE 2014 L équipe des conseillers juristes et financiers de l ADIL de l Ain propose gratuitement des formations destinées à des groupes constitués

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

Année 2014. Objectifs, réalisations, perspectives. Avril 2015

Année 2014. Objectifs, réalisations, perspectives. Avril 2015 PIIG Habiitat Pays Montmoriillllonnaiis Année 2014 Objectifs, réalisations, perspectives Avril 2015 Préambule page 2 Les chiffres clefs 2014 page 3 La localisation géographique des bénéficiaires page 4

Plus en détail

Aides à la rénovation des copropriétés en métropole (amélioration énergétique)

Aides à la rénovation des copropriétés en métropole (amélioration énergétique) Aides à la rénovation des copropriétés en métropole (amélioration énergétique) Le bâtiment absorbe 44% de notre consommation énergétique et génère 21% des émissions de gaz à effet de serre. La rénovation

Plus en détail

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE 60 000 000 d habitants 30 000 000 de logements, dont : 26 000 000 de résidences principales, 2 000 000 de logements vacants, 2 000 000 de résidences secondaires, Sur les

Plus en détail

PRETS TRAVAUX Articles R. 313-19-1 III et R. 313-20-1 III CCH Conditions de mise en œuvre

PRETS TRAVAUX Articles R. 313-19-1 III et R. 313-20-1 III CCH Conditions de mise en œuvre PRETS TRAVAUX Articles R. 313-19-1 III et R. 313-20-1 III CCH de mise en œuvre UESL 16 février 2010 En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer

Plus en détail

Conseil de Surveillance du 23 février 2012

Conseil de Surveillance du 23 février 2012 PRETS TRAVAUX ARTICLES R. 313-19-1 III ET R. 313-20-1 III DU CCH ----------------------- de mise en œuvre En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 1 er trimestre 2015 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

LES LOYERS DES LOGEMENTS CONVENTIONNES

LES LOYERS DES LOGEMENTS CONVENTIONNES LES LOYERS DES LOGEMENTS CONVENTIONNES En application de l article L.353-2 du code de la construction et de l habitation, les conventions déterminent le montant maximal des loyers ainsi que les modalités

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Les aides favorisant la rénovation énergétique des logements dans le Jura (mars 2014) ADIL du Jura

Les aides favorisant la rénovation énergétique des logements dans le Jura (mars 2014) ADIL du Jura Les aides favorisant la rénovation énergétique des logements dans le Jura (mars 2014) ADIL du Jura Deux organismes à votre service pour répondre à toutes vos interrogations L ADIL du Jura, agence départementale

Plus en détail

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL Introduction Avec 115 810 demandeurs d un logement HLM dont 91105 parisiens au 31 décembre 2008, l ampleur de la demande de logements sociaux exprimée

Plus en détail

Compte rendu Commission Logement

Compte rendu Commission Logement 13 avril 2012 Compte rendu Commission Logement LOUER ETRE PROPRIÉTAIRE TRAVAUX ACCÉS DES JEUNES A UN LOGEMENT L accession a un logement, notre priorité! 2 organismes collecteurs ont été retenu : - AMALIA

Plus en détail

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement LOI ALUR Copropriétés prévention et traitement Ministère Copropriétés les principales dispositions de la loi Alur Prévention de l endettement et de la dégradation Traitement curatif Prévention de l endettement

Plus en détail

propriétaires occupants très modestes

propriétaires occupants très modestes Les fiches info logement de l ADIL 60 Financement et fiscalité de l amélioration thermique Le programme Habiter mieux Le programme Habiter Mieux est un régime d aides spécifiques qui s adresse aux propriétaires

Plus en détail

1 % logement : un service qui ne se dément pas

1 % logement : un service qui ne se dément pas 1 % logement : un service qui ne se dément pas Depuis la signature de la convention quinquennale du 3 août 1998, qui verra sa fin en 2003, le 1 % a bien changé. Claude COURTY [courty@cfecgc.fr] 48 Chargé

Plus en détail

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Une grande majorité des Français souhaitent acquérir leur logement car devenir propriétaire est synonyme de placement financier, de sécurité pour l avenir

Plus en détail

Aides pour restaurer les parties communes des immeubles en copropriété. Aides pour restaurer un logement locatif

Aides pour restaurer les parties communes des immeubles en copropriété. Aides pour restaurer un logement locatif DISPOSITIONS PRATIQUES OPAH COPROPRIETE RENNES Dans le cadre de l Opération programmée d amélioration de l habitat engagée par la Ville de Rennes sur le centre depuis mars 2007, pour une durée de cinq

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 3 septembre 2014

DOSSIER DE PRESSE 3 septembre 2014 DOSSIER DE PRESSE 3 septembre 2014 La rénovation énergétique et architecturale en copropriété Faire la preuve que c est possible, Mobiliser ensemble les leviers et les acteurs Rénovation énergétique de

Plus en détail

La loi ALUR : une opportunité commerciale

La loi ALUR : une opportunité commerciale La loi ALUR : une opportunité commerciale Equipe Offres Septembre 2014 1 Sommaire 1 La loi ALUR et la copropriété 05 2 La loi ALUR et les rapports locatifs 12 3 La loi ALUR et les agents immobiliers 19

Plus en détail

LOI ALUR SYNTHÈSE ENTRÉES EN VIGUEUR SNPI INFORMATIONS ISSN : 1270-0894

LOI ALUR SYNTHÈSE ENTRÉES EN VIGUEUR SNPI INFORMATIONS ISSN : 1270-0894 LOI ALUR SYNTHÈSE ENTRÉES EN VIGUEUR ISSN : 1270-0894 SNPI INFORMATIONS Mai 2014 LOI ALUR ET LOI HOGUET Principales dispositions de la loi ALUR modifiant la loi du 2 janvier 1970 Applicables immédiatement

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes Vous êtes jeunes Vous cherchez un logement à louer auprès d un particulier ou d un organisme social et vous devez faire face aux premières dépenses pour entrer dans les lieux? > Des aides peuvent vous

Plus en détail

CONVENTION ENTRE L ETAT, L Anah ET L UESL. en faveur de la mobilisation du parc locatif privé vacant

CONVENTION ENTRE L ETAT, L Anah ET L UESL. en faveur de la mobilisation du parc locatif privé vacant CONVENTION ENTRE L ETAT, L Anah ET L UESL en faveur de la mobilisation du parc locatif privé vacant Entre l Etat, représenté par le ministre du logement et de la ville, le ministre de l économie, des finances

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement -

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - Observatoire des Loyers du Parc Privé des Communes de Briançon, Embrun et Gap Cette étude, à destination des professionnels de l immobilier,

Plus en détail

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004 ANNEXE 2 Convention de délégation de compétence de gestion des aides à la pierre en application de la loi du 13 août 2004 Passée entre L ETAT et PERPIGNAN MEDITERRANEE Communauté d Agglomération 2006-2008

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

La rénovation thermique des logements privés. Le 13 novembre 2014

La rénovation thermique des logements privés. Le 13 novembre 2014 La rénovation thermique des logements privés Le 13 novembre 2014 Présentation de l Anah Etablissement public national de l Etat Créé en 1971 Mission : amélioration de l habitat privé Aide aux travaux sous

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS PROGRAMME HABITER MIEUX MISSION D INGENIERE TECHNIQUE, SOCIALE ET FINANCIERE

CONVENTION D OBJECTIFS PROGRAMME HABITER MIEUX MISSION D INGENIERE TECHNIQUE, SOCIALE ET FINANCIERE CONVENTION D OBJECTIFS PROGRAMME HABITER MIEUX MISSION D INGENIERE TECHNIQUE, SOCIALE ET FINANCIERE La présente convention est établie ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES YVELINES, représenté par M. le Président

Plus en détail

Bilan social ASTRIA 2014. Juillet 2015 Direction services et communication

Bilan social ASTRIA 2014. Juillet 2015 Direction services et communication Bilan social ASTRIA 2014 Juillet 2015 Direction services et communication SOMMAIRE 1. Introduction... 2 2. Présentation des trois services... 4 3. Bilan qualitatif des bénéficiaires des trois services...10

Plus en détail