Partie I Etude sommaire du projet... 5

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Partie I Etude sommaire du projet... 5"

Transcription

1 INTRODUCTION... 3 Partie I Etude sommaire du projet... 5 I. Présentation générale... 5 II. Etude de marché... 9 A : OBJECTIFS... 9 B : L ENQUETE Préparation de l enquête La constitution de l échantillon L élaboration du questionnaire La collecte des réponses C : TRAITEMENT DES RESULTATS DE L ENQUETE Présentation des données recueillies : Analyse des individus L intérêt porté par les enquêtes au nouveau local Analyse des prix Analyse de la tranche horaire : Récapitulatif D : ETUDE DE LA CONCURRENCE L'observation des concurrents Emplacement des concurrents : Emplacement et caractéristiques du nouveau local III. Choix juridique A : Entreprise : Petite entreprise ou SARL L entreprise individuelle La SARL (société à responsabilité limité)

2 B : Association loi 1901 : Caractéristiques et situation actuelle IV. Equipement et travaux a réaliser : Partie 2 : Etude avant financement I. Les Investissements et amortissements: Les investissements Les amortissements : II. Compte de résultat prévisionnel Les activités a) Détermination de la fréquentation des locaux : b) Détermination des tarifs : Les produits Les charges III. Le BFR IV. La rentabilité Calcul du TIR Etude de sensibilité Profil de risque du projet : La méthode Monte-Carlo Analyse : Partie 3 : Etude après financement I. La phase du financement II. Le tableau et les modalités du financement III. La rentabilité CONCLUSION

3 INTRODUCTION Un local de répétition est défini par les professionnels comme une pièce d'au moins 30m² insonorisée et chauffée, disposant d'une alimentation électrique adéquate. S'y ajoutent des exigences en terme de possibilités d'enregistrement d'une maquette, de la présence de matériel de base, de la possibilité de stockage de matériel et de flexibilité dans les horaires d'ouverture. La présence d'un animateur du lieu (accueil, information, gestion du lieu) est indispensable. Ces dernières années, c'est unanimement que les professionnels soulèvent le problème de déficit des locaux de répétition dédiés aux musiques amplifiées actuelles. L'état des lieux est sans appel : le pôle régional recense une dizaine de locaux pour toute la région et ses quelques centaines de groupes. Mais ces locaux sont loin d être satisfaisants : On constate une fragilité des lieux indépendants (non rattachés à une structure d'enregistrement ou de diffusion solidement implantée et professionnelle) : manque d'équipement, manque de confort sonore, etc. L'accompagnement professionnel est, la plupart du temps, inexistant ou reste très amateur à l'image des moyens consacrés à l'information et à l'animation des lieux. Ces lieux ne forment que très rarement des points relais pour la profession. Là encore, l'amateurisme reste prépondérant. Bien que ces dernières années, une augmentation significative du nombre de projets d'ouverture de lieux de répétition ait été recensée, les musiciens ont créé en attendant des locaux privés, souvent bricolés, provisoires et sans confort, pour subvenir à leurs besoins immédiats. 3

4 Les musiciens se débrouillent en louant des locaux aux écoles privées ou en organisant des résidences grâce à la collaboration des lieux de diffusion (Théâtres, Maison Pour Tous, etc.). Toutefois, ces résidences ne permettent des répétitions que sur un temps restreint qui conditionne le processus de création. Voilà les raisons pour lesquelles l ouverture d un lieu approprié, efficace et professionnel à Montpellier peut sembler très intéressante. D autant plus que (comme nous l étudierons au cours de ce mémoire) ce genre de lieu manque énormément à Montpellier car les locaux qui existent sont souvent inappropriés. Pour ce faire, après avoir défini les objectifs de ce projet, nous étudierons dans une première grande partie le projet lui-même : après sa présentation, nous étudierons le marché auquel il s attaque ( Enquête, Etude de la concurrence), son choix de structure juridique et enfin, l infrastructure nécessaire à sa réalisation. Dans une deuxième grande partie nous verrons le projet avant son financement afin d établir sa viabilité en fonction de différents critères d analyse financière. Enfin, dans une troisième et dernière partie nous étudierons le projet après son financement, ce qui nous donnera alors les résultats effectifs de ce projet. 4

5 Partie I Etude sommaire du projet I. Présentation générale Les musiques actuelles en France : manque de moyens Les musiques actuelles et amplifiées Nous allons nous intéresser dans cette première partie à la définition des musiques actuelles et amplifiées et montrer que mis à part le manque de moyens existant dans ce secteur pour promouvoir ces activités, le ministère a récemment pris des décisions importantes pour le développement de ce secteur. Les musiques amplifiées/actuelles constituent un facteur de lien social et de convivialité, elles sont génératrices d emplois et de ressources. Il faut par ailleurs préciser que ce secteur est en pleine expansion depuis de nombreuses années car avec la croissance de l industrie du disque, de plus en plus de jeunes musiciens décident de se mettre à cette activité comme une activité de loisirs voire plus encore. Sous la terminologie musiques actuelles, nous trouvons des musiques telles que le jazz, le rock, les variétés et les formes actuelles des musiques électroniques tels que le rap, le hip hop etc. Ces musiques actuelles, amplifiées nécessitent un endroit réservé à cet effet. Le terme Musique Amplifiées et/ou Actuelles a été défini, au début des années 90, par Marc TOUCHE, sociologue/chercheur au CNRS. «Les musiques amplifiées ne désignent pas un genre musical en particulier, mais se conjuguent au pluriel pour simplifier un ensemble de musiques et de pratiques sociales qui utilisent l électricité et l amplification sonore comme élément majeur des créations musicales et des modes de vie (transport, stockage, condition de pratiques, modalité d apprentissage. A la différence des musiques acoustiques qui nécessitent l appoint ponctuel de sonorisation pour une plus large diffusion, les musiques amplifiées sont créées, jouées à partir de la chaîne technique constituée par les micros et la pré-amplification (travail sur les fréquences, les effets sonores ) ainsi que l amplification et les haut-parleurs. S y côtoient les musiques 5

6 de recherche, les diverses formes de rock n roll, rap, jazz-rock, jazz, hard rock, funk, reggae, chanson, house music, tous révèlent les dérivés de la culture rock.» Si nous nous intéressons maintenant aux moyens mis en œuvre pour le développement des musiques amplifiées, nous voyons que chacun se «débrouille» comme il peut. En effet, ce phénomène nécessite des locaux spécifiques qui peuvent accueillir des musiciens et mettre à leur disposition des instruments, une sonorisation et un lieu parfaitement isolé. Pour les groupes amateurs, et quelle que soit la région, ces lieux sont souvent inadaptés, rares, mal entretenus, ou bien trop chers. On ne peut plus sous estimer le réel poids économique de cette activité. La musique est le seul secteur culturel où l Etat reçoit de la TVA plus qu il n en redistribue Alors que cette recette provient essentiellement des jeunes et des classes moyennes, elle est redistribuée au profit quasi exclusif des musiques classiques (93% du budget de la Direction Musique et Danse en 1997) Quelques chiffres : Nombre d heures de répétition par an en France (hors institutions d enseignement) : 28 millions environ Savent jouer d un instrument de musique : 25% des français Parc de matériel utilisé pour cette activité de répétition : environ 2 milliards de francs Nombre de locaux de répétitions organisés en France : 350 Nombre d artistes ou de groupes en France : 7000 environ Nombre de salles en France : 1500 Chiffre d affaires du disque : 10 milliards TVA sur le disque encaissé par l Etat (20.6% en 1997, 19.6% aujourd hui) : environ 2 milliards Part provenant des variétés (93%) : 1.86 milliards Budget de la Direction de la musique et de la Dance (en 1997 : milliards) 6

7 Budget alloué aux musiques actuelles : 67 millions de francs, soit 3.4% du budget de la DMD (source : rapport de la Commission nationale des musiques actuelles) Pourquoi des locaux de répétitions pour musiciens? Connaissance du milieu musical Etant moi-même musicien, je souhaitais dans le cadre de ce mémoire, étudier un projet intéressant et potentiellement réalisable. En effet, ayant plusieurs collègues musiciens qui éventuellement seraient aussi intéressés par la réalisation d un projet semblable à celui ci, j ai donc décidé de m intéresser à cette étude. Voilà dons les raisons pour lesquelles ce projet a été choisi. Intéressons nous maintenant à la situation actuelle de ce type de locaux dans la ville de Montpellier. Difficulté de trouver un lieu pour jouer Tout d abord, les musiciens qui ont besoin de ces locaux pour pouvoir exercer leur activité de loisirs, font principalement de la musique amplifiée, c est à dire nécessitent des amplis de puissances. Pour cela, il faut pour pouvoir jouer dans un endroit très bien insonorisé pour ne pas importuner la collectivité. Ces nuisances sonores ne peuvent être évitées que par la construction de locaux spécialisés conçus dans cet objectif. Il est donc très difficile pour les musiciens de s approprier ou de construire ce type de lieux (il existe sûrement des garages, caves, hangars aménagés à cet effet mais la plupart des musiciens n ont pas la possibilité de trouver ce genre de lieux privés pour pouvoir jouer). Il faut donc absolument, pour ces musiciens, trouver des lieux conçus à cet effet. Etat des lieux Existe t-il, sur Montpellier, ce type de locaux? 7

8 Une des raisons pour laquelle la réalisation de ce projet peut paraître très intéressante est qu il existe certes à Montpellier des locaux destinés aux musiques amplifiés, mais étrangement, ils sont souvent très mal entretenus ou coûtent trop cher. On peut citer à titre d exemple, Prozic ou l indissociable (on étudiera les différents locaux existants dans la partie «étude de la concurrence» dans le deuxième chapitre) qui sont des associations qui proposent leur service et mettent à disposition des locaux pour environ 35-40F de l heure. Ces locaux sont très petits et très mal entretenus. Voilà donc pourquoi on peut penser que, puisque ce genre de locaux existe et marche bien, il y a une forte probabilité que le nouveau local s accapare une partie importante du marché potentiel total. Il «suffira» pour cela, de créer un endroit propre, bien entretenu, proposant un service irréprochable, possédant un très bon matériel. Une fois le local ouvert, le bouche à oreille attirera non seulement la clientèle d autres locaux, mais aussi de nouveaux musiciens qui répétaient auparavant dans des lieux inadaptés à cet effet pourront venir fréquenter le nouveau local. Celui ci leur proposera des conditions agréables, des locaux spacieux, avec un bon matériel et surtout pour un prix très correct par rapport à tout ce qui ce fait à Montpellier. Certes les structures éducatives tels que les collèges, lycées, Maison Pour Tous et associations, offrent des possibilités de répétition. Les jeunes groupes amateurs ont certes le sentiment d avoir de plus en plus de structures d accueil pour leurs pratiques. Mais ce sentiment est à temporiser selon l âge et la pratique du groupe car il est quand même difficile d aller faire une demande à des maisons pour tous pour essayer d avoir quelques mètres carrés pour pouvoir jouer! Pour conclure, les lieux de répétition existants sont peu ou pas adaptés aux normes acoustiques et/ou électriques. Par manque de salles de répétition équipées (ou mal équipées), les groupes sont obligés d amener à chaque fois leur matériel alors qu ils souhaiteraient avoir un lieu de rangement fixe dans ces locaux. Autres villes. Pour conclure cette partie, nous pouvons nous intéresser à la France entière et à d autres villes que Montpellier pour montrer que la difficulté de trouver ce genre de lieu n est pas spécifique à cette ville, mais à la France entière. 8

9 A sa réunion du 19 octobre 1998, le ministère s est engagé dans une politique visant à inclure les musiques d aujourd hui dans une politique globale pour la musique et les spectacles vivants. Il ne s'agit pas ici de la simple reconnaissance d'une pratique sociale largement investie par les jeunes, mais plutôt de la prise en compte d'un phénomène culturel et artistique majeur. II. Etude de marché A : OBJECTIFS Dans ce deuxième chapitre, nous allons nous intéresser au marché de la musique amateur à Montpellier, et essayer de chiffrer ce marché en nombre de groupes actuellement disponibles. L'étude de marché va nous aider à prendre une foule de décisions de gestion. Nous devrions vraisemblablement prendre des décisions sur les questions suivantes : Un bon emplacement Les prévisions de vente La ligne de produits La stratégie de prix Les médias publicitaires Le capital requis La superficie requise Les stocks requis Les fournitures et l'équipement requis Le nombre d'employés à embaucher etc. Nous avons essayé d obtenir ces informations des observatoires de la musique ainsi qu à la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) mais nos efforts n ont mené à rien car aucune étude n a été faite jusqu'à présent sur ce sujet. A chaque appel, ces organismes nous ont donné les numéros de certaines associations qui sont elles mêmes impuissantes devant ce sujet. Je pense donc que le marché est très difficile à chiffrer, mais on peut penser que potentiellement il existe des centaines de groupes de musique amateurs à Montpellier. On peut tout de même essayer de donner un chiffre par rapport au nombre d étudiants. 9

10 Si nous considérons qu il y a étudiants à Montpellier, et que seulement 5% (étant donnée que 25% des français jouent un instrument, ce chiffre me semble assez optimiste) de ces étudiants jouent de la musique, cela nous donne un total de 3000 personnes jouant dans un groupe. En supposant une moyenne de quatre personnes par groupe, nous pouvons estimer ce chiffre à 750. Malgré ces estimations «hasardeuses», je pense qu un marché existe vraiment pour ce type d activité. Persuadé de cette affirmation, il faut par ailleurs déterminer le prix à l heure de la location d une salle. Le meilleur moyen d y arriver est de faire une étude quantitative (regroupant des questions qualitatives permettant de mieux cerner le public visé) permettant de mesurer plus précisément certaines variables du projet, avec lesquelles nous pourrions avoir plus de renseignements sur la clientèle ainsi que sur sa disposition à payer. B : L ENQUETE J ai donc décidé de mettre en place un questionnaire destiné aux musiciens pour en savoir plus sur la disposition à payer des personnes pour une telle activité. Plusieurs étapes doivent être distinguées pour l élaboration de l enquête : la première consiste à préparer le sondage, la seconde à définir l échantillon, la troisième à élaborer le questionnaire, la quatrième à l administrer, la cinquième à dépouiller puis analyser les résultats. Nous allons étudier successivement ces différentes phases. 1. Préparation de l enquête. Cette étape est importante car c est d elle que découle la réussite du sondage. Il faut avant tout définir l objet même de l étude. Comme nous l avons définie précédemment, il vise avant tout à recueillir des informations sur la disposition à payer des clients. Par ailleurs nous pourrions en même temps nous intéresser à d autres informations qui peuvent être intéressantes telles que le sexe de l individu, l emplacement du local etc. 10

11 2. La constitution de l échantillon L objet de l enquête ayant été défini, il est possible maintenant de constituer l échantillon. La base du sondage correspond à la population que l on veut étudier. La difficulté réside dans la définition de la clientèle potentielle. Notre cas est un peu différent car la population à étudier présente des caractéristiques assez spécifiques. Cette population est totalement constituée de musiciens jouant dans un groupe de musique (quels que soient leurs ages, sexe, CSP etc..) La méthode d échantillonnage est simple. Nous allons essayer d administrer le questionnaire à tous les musiciens accessibles jouant dans un groupe et se situant à des endroits précis. Ce type d échantillon est appelé échantillon de convenance. Il est utilisé lorsque la population est rare. La collecte se fait au gré des efforts et des capacités de l enquêteur. 3. L élaboration du questionnaire. L étape suivante est entièrement consacrée à l élaboration des questionnaires. Les questions dépendent évidemment de l objet de l enquête. Les questions doivent être facilement compréhensibles et très précises. Variables intéressants à étudier : Informations sur la fréquentation d un local de répétition L intérêt pour un nouveau local L intérêt pour d autres services que le local Horaires d ouvertures La disposition à payer Le sexe de la personne interrogée L instrument que joue la personne interrogée Les questions à poser devront donc suivre cet ordre d idées de façon à répondre aux objectifs de l enquête. 11

12 Réalisation du questionnaire Voici donc la liste des questions : 1. Vous êtes? GUITARISTE / BASSISTE / BATTEUR-PERCUSSIONNISTE / PIANISTE / INSTRUMENT A VENT / CHANTEUR/ AUTRES Question sur l instrument joué par l enquêté 2. Vous êtes? UN HOMME / UNE FEMME 3. Répétez-vous actuellement dans des locaux de répétitions? OUI / NON Questions pour savoir si la personne interrogée est un client potentiel. 4. Seriez vous intéressés par un nouveau local de répétition à Montpellier OUI / NON / POURQUOI Question filtre. Si la personne n est pas intéressée, le questionnaire s arrête-là. Par contre, il est intéressant de connaître son point de vue sur la question, qu il ait répondu OUI ou NON. Cette question semi-ouverte nous permettra d avoir son avis sur les locaux existants. Si la personne répond OUI et nous explique pourquoi, il fera sûrement allusion aux manques de locaux de qualités sur Montpellier. Si la personne répond NON et précise pourquoi, il nous donnera à l inverse son avis positif de l état des locaux dans la ville. Dans les deux cas, sa réponse peut être très révélatrice de l état actuel des choses. 5. Où voudriez vous que le local soit situé? CENTRE VILLE / ZONE INDUSTRIELLE SUD / NORD / PEU IMPORTE Question qui nous permettant de connaître le lieu idéal pour ce local. Cette question est utile mais a peu d importance car tous les musiciens doivent posséder des voitures pour transporter leur matériel. Il suffit donc seulement qu l on puisse se garer facilement devant le local. 6. Combien devrait être le prix d une heure de répétition? 25F / 30F / 35 F / 40 F / 45 F 12

13 Après de nombreuses hésitations, j ai décidé de proposer une question a modalités fermées car si un choix libre est donnée à l enquêté, l écart type des prix pourrait être très important et la moyenne pas assez significative. 7. Dans quelle tranche horaire répétez-vous le plus souvent? 12h-15h / 15h-18h / 18h- 21h / 21h-24h Question pour connaître la tranche horaire la plus adaptée pour les heures d ouvertures du local. Bien évidemment il faut optimiser l ouverture de ce lieu car pour ce genre d activité, les tranches horaires matinales sont par exemple très peu utilisées (sauf week-end et jours fériés) VOICI DONC UN EXEMLPAIRE DU QUESTIONNAIRE ADMINISTRE 13

14 1. Répétez-vous actuellement dans des locaux de répétitions? Oui Non 2. Seriez vous intéressés par un nouveau local de répétition a Montpellier Oui Non Pourquoi? 3. Ou voudriez vous que le local soit situé? Centre ville Zone industriel sud Zone industriel nord Peu importe 4. Combien devrait être le prix maximum d une heure de répétition? 25F 30F 35F 40F 45F 5. Dans quel tranche horaire répétez-vous le plus souvent? 12h-15h 15h-18h 18h-21h 21h-24h 5. Vous êtes? Guitariste Bassiste Batteur/percussionniste Pianiste Instrument a vent Autres Chanteur 6. Vous êtes? Un homme Une femme 14

15 Récapitulons : Base du sondage : Musiciens (amateurs ou non) répétant dans des locaux de répétitions Date de l enquête : Janvier-Mai 2001 Objet de l enquête : Avoir des renseignements sur la disposition à payer des futurs clients du local de répétition. Méthode utilisée : Méthode des «points de passage obligé» Voie d administration : Administration directe (face à face) Population mère : Pas prédéfinie : entre personnes 4. La collecte des réponses Ce questionnaire a été administré directement auprès des musiciens, selon la méthode des itinéraires (ou «points de passage obligé» ( waypoints ) (je suis donc allé chercher la population à enquêter à la sortie des locaux de répétitions, des concerts etc..) Il n a pas été déposé chez des magasins de musique ou autres endroits pouvant attirer des musiciens car je voulais éviter que les personnes répondants aux questionnaires soient des volontaires. Ceci aurait pu fausser l enquête car les «volontaires», peuvent avoir, au niveau statistique, des comportements spéciaux pouvant fausser les résultats d une enquête. C : TRAITEMENT DES RESULTATS DE L ENQUETE Nous allons donc étudier et analyser dans cette partie la totalité des réponses obtenues avec le sondage. Nous allons aborder cette analyse en six points : Présentation des données recueillies Analyse des individus Analyse de leur intérêt par rapport au local 15

16 Analyse de leur disposition à payer Analyse de la localisation du local Analyse de la tranche horaire la mieux adaptée Analyse des individus (de la clientèle) Le traitement du questionnaire se fera sur excel. Voici les résultats de l analyse : 1. Présentation des données recueillies : Voici la totalité des données recueillies durant l enquête. Le nombre total d enquêtes est de 55. J ai essayé de modifier les lieux d enquête pour ne pas avoir les mêmes caractéristiques et les mêmes types de réponses. J ai donc fait le tour de plusieurs magasins de musique, des sorties de locaux de répétitions pour pouvoir y rencontrer différents types de musiciens. Il m est arrivé d interroger un groupe de musiciens au complet (le bassiste, batteur, guitariste, chanteur d un même groupe), et ayant étudié de près leur réponses, j ai remarqué que bien qu ils jouent dans le même groupe, leur réponses ne sont pas forcement identiques, ils peuvent donc avoir des comportement différents. Voici les réponses : 16

17 Répétez-vous intéressés pourquoi emplacement prix paye tranche d'heure instrument sexe oui oui il en manque peu importe basse H oui oui mauvaise qualité nord chanteur H non non débute nr nr nr batterie H oui non a déjà un local nr nr nr basse H oui oui nr peu importe guitare H oui oui mauvaise qualité peu importe guitare H oui oui nr peu importe batterie F oui oui nr peu importe autres H non non pas besoin nr nr nr autres H non oui débute sud batterie H oui non a déjà un local nr nr nr batterie F oui oui nr nord guitare H oui oui mauvaise qualité peu importe basse F oui oui mal situés sud guitare H oui oui mal situés sud chanteur H oui oui trop chers peu importe guitare H oui oui nr nord basse H oui oui a déjà un local nord guitare H oui oui nr peu importe guitare H non oui important peu importe chanteur H non non pas de groupe nr nr nr batterie F non non pas le temps nr nr nr autres H oui non a déjà un local nr nr nr basse F non oui mauvaise qualité peu importe guitare H oui non a déjà un local nr nr nr batterie H oui oui nr peu importe chanteur F oui non a déjà un local nr nr nr batterie H oui oui mauvaise qualité peu importe synthes F oui oui nr peu importe chanteur F oui oui mauvaise qualité peu importe instrument a vent H oui oui nr peu importe batterie H oui oui mal situés sud chanteur H oui oui pourquoi pas peu importe guitare H oui oui mauvaise qualité peu importe guitare H oui oui nr centre guitare H non oui mauvaise qualité peu importe guitare H oui oui trop chers peu importe synthes H oui oui mal situés centre chanteur F oui oui nr peu importe guitare H oui oui nr centre basse H oui oui mauvaise qualité peu importe basse H non non répète chez lui nr nr nr guitare H oui non répète chez lui nr nr nr chanteur H oui oui nr peu importe guitare H oui oui mauvaise qualité peu importe chanteur H non oui important peu importe basse H oui oui mal situés centre batterie H oui non a déjà un local nr nr nr synthes H oui oui nr peu importe guitare H oui oui trop chers centre basse H oui oui mal situés nord chanteur H oui oui mauvaise qualité peu importe autres H oui oui mauvaise qualité peu importe guitare H non non répète chez lui nr nr nr guitare H oui oui mauvaise qualité nord nr nr autres F 17

18 2. Analyse des individus Voici les caractéristiques de la population concernée. SEXE DE LA PERSONNE INTERROGEE Hommes 82% Femmes 18% Le milieu de la musique est un milieu composé particulièrement d hommes. En effet, à part le chant, il y a peu de musiciennes femmes, jouant de la basse, guitare, batterie ou autres instruments dans un groupe. L enquête confirme bien ces propos. En effet, nous voyons que la majorité des musiciens sont des hommes ( Hommes à 82% et les femmes à 18%). C est quand même intéressant et étonnant de trouver dix femmes parmi cinquante cinq personnes interrogées. Je pense qu au niveau national, ce chiffre doit être inférieur à 18% (si on considère bien sûr les musiques amplifiées et non la musique classique). La clientèle visée est donc en majorité masculine. Il faudra prendre en compte cette donnée dans un éventuel programme de communication (publicité ou autres). L INSTRUMENT JOUE PAR LA PERSONNE 18

19 synthes 3 instrument a vent 1 guitare 18 chanteur 10 batterie basse Il est facile de constater que la guitare est l instrument le plus répandu dans le milieu de la musique. Les guitaristes sont très nombreux alors que les bassistes et les chanteurs par exemple sont plus recherchés. (Il faudra d ailleurs bien équiper les studios en amplis de guitares, car si les guitaristes se plaisent, constituant la majorité de la clientèle, les autres membres du groupe suivront..) On a donc : 33% des personnes interrogées jouent de la guitare. 18% des personnes interrogées chantent. 16% des personnes interrogées jouent de la basse. 16% des personnes interrogées jouent de la batterie. 10% des personnes interrogées jouent d autres instruments. 6% des personnes interrogées jouent des synthés. 1% des personnes interrogées jouent des instruments a vents. Croisons maintenant ces deux variables pour savoir quels sont les instruments joués par chacun des deux sexes : Nous pouvons affirmer après cette analyse que les femmes sont plutôt des chanteuses et de batteuses, alors que les hommes constituent des guitaristes, batteurs, chanteurs et bassistes. La clientèle sera donc composée essentiellement d hommes. Il faudra diriger la politique de communication à travers cette analyse 19

20 3. L intérêt porté par les enquêtes au nouveau local. Effectuons désormais les analyses se rapportant aux questions 1 et 2 de l enquête d opinion ; REPETEZ VOUS ACTUELLEMENT DES LOCAUX DE REPETITION? oui 80% non 20% 80 % des personnes interrogés répètent actuellement dans des locaux de répétition. Les 20% restants ne répètent (pas ou pas encore) dans ces locaux mail il est intéressant de connaître leurs avis sur la situation actuelle de ce genre de lieux sur Montpellier. SERIEZ VOUS INTERRESSES PAR UN LOCAL? non 24% oui 76% Si nous nous intéressons maintenant a l intérêt des enquêtés sur ce local, nous voyons que 76% des personnes ont un avis positif sur la création de ce lieu. Ce chiffre reflète donc l insatisfaction des musiciens par rapport aux locaux actuellement disponibles sur Montpellier. Traitons maintenant la modalité ouverte de cette question à savoir : 20

21 POURQUOI OUI / POURQUOI NON? Il a fallu regrouper les réponses obtenues en plusieurs grandes catégories : Nous avons donc les affirmations suivantes : Ont répondu OUI : intéressés car Ont répondu NON car : il en manque important pour le développement de la musique a déjà un local Débute mal situés pas besoin mauvaise qualité trop chers pas de groupe répète chez lui POURQUOI ETES VOUS (OU NON) INTERESSES PAR DES LOCAUX DE REPETITION? pourquoi pas 2% pas le temps 2% répète chez lui 6% trop chers 10% débute 4% il en manque 2% important pour le developpement de la musique 4% mal situés 13% pas de groupe 2% pas besoin 2% nr 10% mauvaise qualité 43% Regroupons maintenant les réponses positives : nous avons à propos des locaux existants : «Trop chers», «de mauvaises qualités», «mal situés», «il en manque». Nous avons donc 70% des personnes qui sont mécontentes des locaux existants et sont pour la création d un autre local de répétition. 21

22 Même si l échantillon de 55 personnes peut sembler minime par rapport au nombre de musiciens existants, cette analyse montre que le projet semble intéresser de nombreux musiciens. L EMPLACEMENT DU LOCAL nr 26% nord 12% sud 8% peu importe 54% Au sujet de l emplacement du local, comme tous les musiciens ont forcément des voitures pour pouvoir transporter leur matériel, la localisation importe peu. (Il faut bien sûr qu il ne soit pas situé vraiment en dehors de Montpellier, pour que le temps d accès soit quand même inférieur à mn sinon une répétition de 3h se transforme à plus de 4h avec le voyage ce qui peu dissuader les clients de venir au local). Nous avons donc : 54% des gens qui pensent que le lieu du local importe peu 12 % le préfèrent au NORD 8% le préfèrent au SUD 26% n ont pas d avis 22

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

ETUDE SUR LES BESOINS EN LOCAUX DE REPETITION AUPRES DES MUSICIENS DE LA REGION NYONNAISE

ETUDE SUR LES BESOINS EN LOCAUX DE REPETITION AUPRES DES MUSICIENS DE LA REGION NYONNAISE ETUDE SUR LES BESOINS EN LOCAUX DE REPETITION AUPRES DES MUSICIENS DE LA REGION NYONNAISE 1. Enquête 1.1. - Buts Cette enquête a été initiée par le Service de la culture de la ville de Nyon, en partenariat

Plus en détail

Plan financier automatisé : Utilisation

Plan financier automatisé : Utilisation Plan financier automatisé : Utilisation 1. Introduction Le plan financier d Excel vous permet d encoder des données afin qu elles soient traitées et mises en forme pour donner un plan financier abouti

Plus en détail

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 LE SOMMAIRE EXÉCUTIF DE MON PROJET D AFFAIRES préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 Téléphone : 450 834-5222 Sans frais

Plus en détail

Etablir un compte transport fiche1

Etablir un compte transport fiche1 Mémento de la mobilité Etablir un compte transport fiche1 Méthode Le compte transport regroupe toutes les recettes et dépenses inscrites dans le budget annuel de l entreprise, au démarrage du PDE, et imputables

Plus en détail

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille.

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille. Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1 Rapport de stage Mme Bouverot M. Colin Collège Les Mattons Cap Informatique SARL 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille Page

Plus en détail

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL 17 parazit - Fotolia.com Étape 3 > Mes prévisions financières > Mon plan de financement > Mon compte de résultat prévisionnel > Mon seuil de rentabilité > Mon

Plus en détail

Mon état civil. Ma situation

Mon état civil. Ma situation Nom : Prénom : Tél :. Activité : Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur des Services à la personne. Votre Chambre de Commerce et d Industrie a élaboré ce guide pour vous aider à : - vous poser

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Enquête de satisfaction Hôtel de ville

Enquête de satisfaction Hôtel de ville Enquête de satisfaction Hôtel de ville Mai Juin 2014 Youssef Bellahcen, Karen Kouakou, Matthieu Planage INTRODUCTION... 1 L ENQUETE DE SATISFACTION... 2 CONCEPTION DU QUESTIONNAIRE... 2 REALISATION DE

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair NOM DE L ASSOCIATION : Veuillez cocher la case correspondant

Plus en détail

SEPTEMBRE2013 Prise 04

SEPTEMBRE2013 Prise 04 SEPTEMBRE2013 Prise 04 Dans ce numéro Nouvelles heures d ouverture PORTRAIT DE DIRIGEANT CONSEIL FISCALITÉ OT DU IRECTEUR ÉNÉRAL Dans le but de vous offrir une prestation de service correspondant à vos

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES Nom de l organisme : Montant total du projet : Montant demandé au FES : Nombre d emplois créés ou maintenus

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Année:. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Nom de l association:.. Cadre réservé à l administration Date d arrivée du dossier à la Communauté de Communes

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Concept de salle de jeu à CESCOLE : 3.Sondage + analyses (%, bilan et explications) + graphes

Concept de salle de jeu à CESCOLE : 3.Sondage + analyses (%, bilan et explications) + graphes Concept de salle de jeu à CESCOLE : Table des Matières : 1.Introduction 2.Etude du marché 3.Sondage + analyses (%, bilan et explications) + graphes 4.Plan de financement (achats machines, locaux, frais

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

1. Les types d enquêtes

1. Les types d enquêtes La conduite d une enquête par questionnaire La conception d un questionnaire ne doit pas être réalisée de façon hasardeuse. Elle suit une méthodologie stricte qui permet d atteindre des résultats utilisables

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON CREATION D ENTREPRISE Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON PLAN DU COURS Partie 1 : Qu est-ce qu un entrepreneur? Qu est-ce qu entreprendre? Partie 2 : L'idée Partie 3 : Le projet personnel Partie

Plus en détail

Tremplin des musiques actuelles «Mets les watts»

Tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» 1 Tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» Samedi 30 avril 2016 Salle du jeu du mail PAMIERS Règlement du tremplin Direction des affaires culturelles de la Ville de Pamiers, 7 place du mercadal

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mars 2011 RÉSIDENCE PRINCIPALE EXEMPTION POUR GAIN EN CAPITAL Nous allons aborder trois sujets touchant l exemption pour gain en capital relative à une résidence principale. Choix

Plus en détail

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude N 1889 : Conciergerie privée. Testez la fiabilité de votre projet.

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude N 1889 : Conciergerie privée. Testez la fiabilité de votre projet. Résultats d Etude L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet 1 Sommaire : Introduction... 4 Synthèse... 6 PAGE 1 :... 7 Question 1/13... 7 Vous vivez :... 7 PAGE 2 :...10 Question 2/13...10

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France

Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France Jusqu en 2009, le code du travail stipulait qu en Ile de France, les employeurs publics et privés ont obligation de rembourser

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

Association Dossier de demande de subvention 2016

Association Dossier de demande de subvention 2016 Association Dossier de demande de subvention 2016 A adresser au plus tard le 31 DECEMBRE 2015 à : Monsieur le Président du Conseil Départemental Hôtel du Département 1 rue du Pont Moreau CS 11096 57036

Plus en détail

1 er tremplin des musiques actuelles «Mets les watts»

1 er tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» 1 1 er tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» Samedi 21 février 2015 Salle du jeu du mail PAMIERS Règlement du tremplin Direction des affaires culturelles de la Ville de Pamiers, 7 place du mercadal

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

Nom de l association :... Adresse du siège social :. Code postal :.. Commune : Téléphone :.

Nom de l association :... Adresse du siège social :. Code postal :.. Commune : Téléphone :. Nom de l association :... Adresse du siège social :. Code postal : Commune : Téléphone :. Veuillez cocher la case correspondant à votre situation : Première demande Renouvellement d une demande Le dossier

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

MODULE 4 - Exploitation

MODULE 4 - Exploitation - Introduction 54 Résultats visés... 54 Compétences en recherche 55 Notes à l intention du formateur 56 Production 57 Stocks... 57 Planification 59 Frais d administration. 59 Ressources humaines.. 60 Distribution

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements.

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements. - 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE Objectif(s) : o Choix du financement des investissements ; o Coût du financement. Pré-requis : o Modalités : Connaissance des caractéristiques

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention ASSOCIATION Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention Veuillez cochez la case correspondant à votre situation : Première demande Renouvellement d une demande

Plus en détail

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN L'objectif de ce module est de vous familiariser avec le vocabulaire comptable et de vous faire comprendre ce que décrit un bilan Une entreprise vit dans le monde économique

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE SOMMAIRE I. PRÉSENTATION DU PORTEUR DE PROJET. PAGE 3 I.1- Présentation générale I.2- Situation familiale I.3- Scolarité et formation professionnelle II.

Plus en détail

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Politique de remboursement des frais de séjour et de déplacement Adopté par le conseil des commissaires le 16 octobre 2012, résolution : C 12 138.

Plus en détail

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 14 FÉVRIER 2012 Production : Denis Bernier Directeur des services administratifs Collaboration

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON

SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON SOMMAIRE LE MARCHÉ DU SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON... 2 LA RÉGLEMENTATION DU SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON... 4 L'ACTIVITÉ DU SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON... 6 LES POINTS

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT. Montant demandé : Euros

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT. Montant demandé : Euros Année 2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT Nom de l association : Montant demandé : Euros 1 ère demande Renouvellement Cadre réservé à la mairie Dossier reçu le : Dossier complet

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

GERER UNE ENTREPRISE CULTURELLE

GERER UNE ENTREPRISE CULTURELLE GERER UNE ENTREPRISE CULTURELLE FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DOSSIER D INFORMATION Session du 23 janvier au 22 juin 2015 Date limite des candidatures : Mardi 13 janvier 2015 Unité culture de Cépière

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA»

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA» SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 (JO 22 août) : article 1 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) : article D. 241-25 CSS Articles D. 212-18 à 24 du

Plus en détail

Monster Garage Engineering

Monster Garage Engineering Monster Garage Engineering fgffg ENGINEERING 1 Marc Berger-Grimaud 3A2A1 Sens Achats simplifiés Toutes pièces en stock tous les types de voitures Pièces de qualité Nouveau concept en France Créer un supermarché

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire 1 Fiche technique 3 Les espaces destinés à accueillir des activités culturelles dans les services et établissements du ministère de la Justice et des Libertés I- Normes pour les équipements destinés à

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 22 avril 2015. À votre écoute pour progresser!

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 22 avril 2015. À votre écoute pour progresser! Enquête de 2015 réalisée du 8 au 22 avril 2015 PREFECTURE DES DEUX-SEVRES 302 questionnaires collectés / 39 questions Résultats en % des exprimés À votre écoute pour progresser! 1. Le contexte de l étude

Plus en détail

Réunion publique "Quel avenir pour la salle de la Cité?"

Réunion publique Quel avenir pour la salle de la Cité? Réunion publique "Quel avenir pour la salle de la Cité?" Le jeudi 25 juin à 20h Informations générales Lieu: Salle de la Cité Organisateur: La Ville de Rennes Nombre de participants: une trentaine de participants

Plus en détail

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 5 et 6 octobre 2006 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Animé par : Valérie

Plus en détail

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 5 L'ACTIVITÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 9 EN

Plus en détail

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale COURS 470 Série 17 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL ET L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL Page : 1/5 Est-il plus intéressant d acheter un fonds de commerce ou les titres d une société?

Plus en détail

COMMENT FINANCER VOS INVESTISSEMENTS?

COMMENT FINANCER VOS INVESTISSEMENTS? Aujourd hui, le mode de financement des équipements informatiques peut devenir un paramètre important dans la gestion d une entreprise. En effet, plusieurs formules sont offertes : achat sur fonds propres

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE

LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE Ce document aborde les processus de création des entreprises les plus courantes, à savoir les FIE, OÜ et AS. La première étape dans le processus de la création d'une

Plus en détail

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net RATIOS D ANALYSES À COMPRENDRE Un ratio est une simple équation mathématique utilisée pour exprimer une relation entre des chiffres. L utilisation des ratios lors de l analyse de multi-logements est essentielle

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification.

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification. Table des Matières Information Personnelle Hypothèses de Planification Actifs et Passifs Profil de Risque Connaître Votre Client Objectifs du Portefeuille Questionnaire Personnel Confidentiel Préparé pour

Plus en détail

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde (GEO) LEVEQUE Florian (RICM) SECURIX Simulation de gestion d entreprise Univers A Entreprise 4 Année 2010-2011 Sommaire Introduction - Stratégie

Plus en détail

LES TARIFS ZONES PAYANTES ZONE ROUGE. ZONE VERTE Courte durée 2 heures maximum 0.50 pour 15 mn minimum 2.20 pour 1 heure

LES TARIFS ZONES PAYANTES ZONE ROUGE. ZONE VERTE Courte durée 2 heures maximum 0.50 pour 15 mn minimum 2.20 pour 1 heure LES TARIFS ZONES PAYANTES Du lundi au samedi inclus de 9h à 12h30 et de 14h à 19h ZONE ROUGE Courte durée 2 heures maximum 0.50 pour 15 mn minimum 2.20 pour 1 heure ZONE VERTE Courte durée 2 heures maximum

Plus en détail

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE ETABLISSEMENTS CONCERNES Établissements de santé assurant, avec ou sans hébergement, des soins de courte durée, des soins de suite

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail