Partie I Etude sommaire du projet... 5

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Partie I Etude sommaire du projet... 5"

Transcription

1 INTRODUCTION... 3 Partie I Etude sommaire du projet... 5 I. Présentation générale... 5 II. Etude de marché... 9 A : OBJECTIFS... 9 B : L ENQUETE Préparation de l enquête La constitution de l échantillon L élaboration du questionnaire La collecte des réponses C : TRAITEMENT DES RESULTATS DE L ENQUETE Présentation des données recueillies : Analyse des individus L intérêt porté par les enquêtes au nouveau local Analyse des prix Analyse de la tranche horaire : Récapitulatif D : ETUDE DE LA CONCURRENCE L'observation des concurrents Emplacement des concurrents : Emplacement et caractéristiques du nouveau local III. Choix juridique A : Entreprise : Petite entreprise ou SARL L entreprise individuelle La SARL (société à responsabilité limité)

2 B : Association loi 1901 : Caractéristiques et situation actuelle IV. Equipement et travaux a réaliser : Partie 2 : Etude avant financement I. Les Investissements et amortissements: Les investissements Les amortissements : II. Compte de résultat prévisionnel Les activités a) Détermination de la fréquentation des locaux : b) Détermination des tarifs : Les produits Les charges III. Le BFR IV. La rentabilité Calcul du TIR Etude de sensibilité Profil de risque du projet : La méthode Monte-Carlo Analyse : Partie 3 : Etude après financement I. La phase du financement II. Le tableau et les modalités du financement III. La rentabilité CONCLUSION

3 INTRODUCTION Un local de répétition est défini par les professionnels comme une pièce d'au moins 30m² insonorisée et chauffée, disposant d'une alimentation électrique adéquate. S'y ajoutent des exigences en terme de possibilités d'enregistrement d'une maquette, de la présence de matériel de base, de la possibilité de stockage de matériel et de flexibilité dans les horaires d'ouverture. La présence d'un animateur du lieu (accueil, information, gestion du lieu) est indispensable. Ces dernières années, c'est unanimement que les professionnels soulèvent le problème de déficit des locaux de répétition dédiés aux musiques amplifiées actuelles. L'état des lieux est sans appel : le pôle régional recense une dizaine de locaux pour toute la région et ses quelques centaines de groupes. Mais ces locaux sont loin d être satisfaisants : On constate une fragilité des lieux indépendants (non rattachés à une structure d'enregistrement ou de diffusion solidement implantée et professionnelle) : manque d'équipement, manque de confort sonore, etc. L'accompagnement professionnel est, la plupart du temps, inexistant ou reste très amateur à l'image des moyens consacrés à l'information et à l'animation des lieux. Ces lieux ne forment que très rarement des points relais pour la profession. Là encore, l'amateurisme reste prépondérant. Bien que ces dernières années, une augmentation significative du nombre de projets d'ouverture de lieux de répétition ait été recensée, les musiciens ont créé en attendant des locaux privés, souvent bricolés, provisoires et sans confort, pour subvenir à leurs besoins immédiats. 3

4 Les musiciens se débrouillent en louant des locaux aux écoles privées ou en organisant des résidences grâce à la collaboration des lieux de diffusion (Théâtres, Maison Pour Tous, etc.). Toutefois, ces résidences ne permettent des répétitions que sur un temps restreint qui conditionne le processus de création. Voilà les raisons pour lesquelles l ouverture d un lieu approprié, efficace et professionnel à Montpellier peut sembler très intéressante. D autant plus que (comme nous l étudierons au cours de ce mémoire) ce genre de lieu manque énormément à Montpellier car les locaux qui existent sont souvent inappropriés. Pour ce faire, après avoir défini les objectifs de ce projet, nous étudierons dans une première grande partie le projet lui-même : après sa présentation, nous étudierons le marché auquel il s attaque ( Enquête, Etude de la concurrence), son choix de structure juridique et enfin, l infrastructure nécessaire à sa réalisation. Dans une deuxième grande partie nous verrons le projet avant son financement afin d établir sa viabilité en fonction de différents critères d analyse financière. Enfin, dans une troisième et dernière partie nous étudierons le projet après son financement, ce qui nous donnera alors les résultats effectifs de ce projet. 4

5 Partie I Etude sommaire du projet I. Présentation générale Les musiques actuelles en France : manque de moyens Les musiques actuelles et amplifiées Nous allons nous intéresser dans cette première partie à la définition des musiques actuelles et amplifiées et montrer que mis à part le manque de moyens existant dans ce secteur pour promouvoir ces activités, le ministère a récemment pris des décisions importantes pour le développement de ce secteur. Les musiques amplifiées/actuelles constituent un facteur de lien social et de convivialité, elles sont génératrices d emplois et de ressources. Il faut par ailleurs préciser que ce secteur est en pleine expansion depuis de nombreuses années car avec la croissance de l industrie du disque, de plus en plus de jeunes musiciens décident de se mettre à cette activité comme une activité de loisirs voire plus encore. Sous la terminologie musiques actuelles, nous trouvons des musiques telles que le jazz, le rock, les variétés et les formes actuelles des musiques électroniques tels que le rap, le hip hop etc. Ces musiques actuelles, amplifiées nécessitent un endroit réservé à cet effet. Le terme Musique Amplifiées et/ou Actuelles a été défini, au début des années 90, par Marc TOUCHE, sociologue/chercheur au CNRS. «Les musiques amplifiées ne désignent pas un genre musical en particulier, mais se conjuguent au pluriel pour simplifier un ensemble de musiques et de pratiques sociales qui utilisent l électricité et l amplification sonore comme élément majeur des créations musicales et des modes de vie (transport, stockage, condition de pratiques, modalité d apprentissage. A la différence des musiques acoustiques qui nécessitent l appoint ponctuel de sonorisation pour une plus large diffusion, les musiques amplifiées sont créées, jouées à partir de la chaîne technique constituée par les micros et la pré-amplification (travail sur les fréquences, les effets sonores ) ainsi que l amplification et les haut-parleurs. S y côtoient les musiques 5

6 de recherche, les diverses formes de rock n roll, rap, jazz-rock, jazz, hard rock, funk, reggae, chanson, house music, tous révèlent les dérivés de la culture rock.» Si nous nous intéressons maintenant aux moyens mis en œuvre pour le développement des musiques amplifiées, nous voyons que chacun se «débrouille» comme il peut. En effet, ce phénomène nécessite des locaux spécifiques qui peuvent accueillir des musiciens et mettre à leur disposition des instruments, une sonorisation et un lieu parfaitement isolé. Pour les groupes amateurs, et quelle que soit la région, ces lieux sont souvent inadaptés, rares, mal entretenus, ou bien trop chers. On ne peut plus sous estimer le réel poids économique de cette activité. La musique est le seul secteur culturel où l Etat reçoit de la TVA plus qu il n en redistribue Alors que cette recette provient essentiellement des jeunes et des classes moyennes, elle est redistribuée au profit quasi exclusif des musiques classiques (93% du budget de la Direction Musique et Danse en 1997) Quelques chiffres : Nombre d heures de répétition par an en France (hors institutions d enseignement) : 28 millions environ Savent jouer d un instrument de musique : 25% des français Parc de matériel utilisé pour cette activité de répétition : environ 2 milliards de francs Nombre de locaux de répétitions organisés en France : 350 Nombre d artistes ou de groupes en France : 7000 environ Nombre de salles en France : 1500 Chiffre d affaires du disque : 10 milliards TVA sur le disque encaissé par l Etat (20.6% en 1997, 19.6% aujourd hui) : environ 2 milliards Part provenant des variétés (93%) : 1.86 milliards Budget de la Direction de la musique et de la Dance (en 1997 : milliards) 6

7 Budget alloué aux musiques actuelles : 67 millions de francs, soit 3.4% du budget de la DMD (source : rapport de la Commission nationale des musiques actuelles) Pourquoi des locaux de répétitions pour musiciens? Connaissance du milieu musical Etant moi-même musicien, je souhaitais dans le cadre de ce mémoire, étudier un projet intéressant et potentiellement réalisable. En effet, ayant plusieurs collègues musiciens qui éventuellement seraient aussi intéressés par la réalisation d un projet semblable à celui ci, j ai donc décidé de m intéresser à cette étude. Voilà dons les raisons pour lesquelles ce projet a été choisi. Intéressons nous maintenant à la situation actuelle de ce type de locaux dans la ville de Montpellier. Difficulté de trouver un lieu pour jouer Tout d abord, les musiciens qui ont besoin de ces locaux pour pouvoir exercer leur activité de loisirs, font principalement de la musique amplifiée, c est à dire nécessitent des amplis de puissances. Pour cela, il faut pour pouvoir jouer dans un endroit très bien insonorisé pour ne pas importuner la collectivité. Ces nuisances sonores ne peuvent être évitées que par la construction de locaux spécialisés conçus dans cet objectif. Il est donc très difficile pour les musiciens de s approprier ou de construire ce type de lieux (il existe sûrement des garages, caves, hangars aménagés à cet effet mais la plupart des musiciens n ont pas la possibilité de trouver ce genre de lieux privés pour pouvoir jouer). Il faut donc absolument, pour ces musiciens, trouver des lieux conçus à cet effet. Etat des lieux Existe t-il, sur Montpellier, ce type de locaux? 7

8 Une des raisons pour laquelle la réalisation de ce projet peut paraître très intéressante est qu il existe certes à Montpellier des locaux destinés aux musiques amplifiés, mais étrangement, ils sont souvent très mal entretenus ou coûtent trop cher. On peut citer à titre d exemple, Prozic ou l indissociable (on étudiera les différents locaux existants dans la partie «étude de la concurrence» dans le deuxième chapitre) qui sont des associations qui proposent leur service et mettent à disposition des locaux pour environ 35-40F de l heure. Ces locaux sont très petits et très mal entretenus. Voilà donc pourquoi on peut penser que, puisque ce genre de locaux existe et marche bien, il y a une forte probabilité que le nouveau local s accapare une partie importante du marché potentiel total. Il «suffira» pour cela, de créer un endroit propre, bien entretenu, proposant un service irréprochable, possédant un très bon matériel. Une fois le local ouvert, le bouche à oreille attirera non seulement la clientèle d autres locaux, mais aussi de nouveaux musiciens qui répétaient auparavant dans des lieux inadaptés à cet effet pourront venir fréquenter le nouveau local. Celui ci leur proposera des conditions agréables, des locaux spacieux, avec un bon matériel et surtout pour un prix très correct par rapport à tout ce qui ce fait à Montpellier. Certes les structures éducatives tels que les collèges, lycées, Maison Pour Tous et associations, offrent des possibilités de répétition. Les jeunes groupes amateurs ont certes le sentiment d avoir de plus en plus de structures d accueil pour leurs pratiques. Mais ce sentiment est à temporiser selon l âge et la pratique du groupe car il est quand même difficile d aller faire une demande à des maisons pour tous pour essayer d avoir quelques mètres carrés pour pouvoir jouer! Pour conclure, les lieux de répétition existants sont peu ou pas adaptés aux normes acoustiques et/ou électriques. Par manque de salles de répétition équipées (ou mal équipées), les groupes sont obligés d amener à chaque fois leur matériel alors qu ils souhaiteraient avoir un lieu de rangement fixe dans ces locaux. Autres villes. Pour conclure cette partie, nous pouvons nous intéresser à la France entière et à d autres villes que Montpellier pour montrer que la difficulté de trouver ce genre de lieu n est pas spécifique à cette ville, mais à la France entière. 8

9 A sa réunion du 19 octobre 1998, le ministère s est engagé dans une politique visant à inclure les musiques d aujourd hui dans une politique globale pour la musique et les spectacles vivants. Il ne s'agit pas ici de la simple reconnaissance d'une pratique sociale largement investie par les jeunes, mais plutôt de la prise en compte d'un phénomène culturel et artistique majeur. II. Etude de marché A : OBJECTIFS Dans ce deuxième chapitre, nous allons nous intéresser au marché de la musique amateur à Montpellier, et essayer de chiffrer ce marché en nombre de groupes actuellement disponibles. L'étude de marché va nous aider à prendre une foule de décisions de gestion. Nous devrions vraisemblablement prendre des décisions sur les questions suivantes : Un bon emplacement Les prévisions de vente La ligne de produits La stratégie de prix Les médias publicitaires Le capital requis La superficie requise Les stocks requis Les fournitures et l'équipement requis Le nombre d'employés à embaucher etc. Nous avons essayé d obtenir ces informations des observatoires de la musique ainsi qu à la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) mais nos efforts n ont mené à rien car aucune étude n a été faite jusqu'à présent sur ce sujet. A chaque appel, ces organismes nous ont donné les numéros de certaines associations qui sont elles mêmes impuissantes devant ce sujet. Je pense donc que le marché est très difficile à chiffrer, mais on peut penser que potentiellement il existe des centaines de groupes de musique amateurs à Montpellier. On peut tout de même essayer de donner un chiffre par rapport au nombre d étudiants. 9

10 Si nous considérons qu il y a étudiants à Montpellier, et que seulement 5% (étant donnée que 25% des français jouent un instrument, ce chiffre me semble assez optimiste) de ces étudiants jouent de la musique, cela nous donne un total de 3000 personnes jouant dans un groupe. En supposant une moyenne de quatre personnes par groupe, nous pouvons estimer ce chiffre à 750. Malgré ces estimations «hasardeuses», je pense qu un marché existe vraiment pour ce type d activité. Persuadé de cette affirmation, il faut par ailleurs déterminer le prix à l heure de la location d une salle. Le meilleur moyen d y arriver est de faire une étude quantitative (regroupant des questions qualitatives permettant de mieux cerner le public visé) permettant de mesurer plus précisément certaines variables du projet, avec lesquelles nous pourrions avoir plus de renseignements sur la clientèle ainsi que sur sa disposition à payer. B : L ENQUETE J ai donc décidé de mettre en place un questionnaire destiné aux musiciens pour en savoir plus sur la disposition à payer des personnes pour une telle activité. Plusieurs étapes doivent être distinguées pour l élaboration de l enquête : la première consiste à préparer le sondage, la seconde à définir l échantillon, la troisième à élaborer le questionnaire, la quatrième à l administrer, la cinquième à dépouiller puis analyser les résultats. Nous allons étudier successivement ces différentes phases. 1. Préparation de l enquête. Cette étape est importante car c est d elle que découle la réussite du sondage. Il faut avant tout définir l objet même de l étude. Comme nous l avons définie précédemment, il vise avant tout à recueillir des informations sur la disposition à payer des clients. Par ailleurs nous pourrions en même temps nous intéresser à d autres informations qui peuvent être intéressantes telles que le sexe de l individu, l emplacement du local etc. 10

11 2. La constitution de l échantillon L objet de l enquête ayant été défini, il est possible maintenant de constituer l échantillon. La base du sondage correspond à la population que l on veut étudier. La difficulté réside dans la définition de la clientèle potentielle. Notre cas est un peu différent car la population à étudier présente des caractéristiques assez spécifiques. Cette population est totalement constituée de musiciens jouant dans un groupe de musique (quels que soient leurs ages, sexe, CSP etc..) La méthode d échantillonnage est simple. Nous allons essayer d administrer le questionnaire à tous les musiciens accessibles jouant dans un groupe et se situant à des endroits précis. Ce type d échantillon est appelé échantillon de convenance. Il est utilisé lorsque la population est rare. La collecte se fait au gré des efforts et des capacités de l enquêteur. 3. L élaboration du questionnaire. L étape suivante est entièrement consacrée à l élaboration des questionnaires. Les questions dépendent évidemment de l objet de l enquête. Les questions doivent être facilement compréhensibles et très précises. Variables intéressants à étudier : Informations sur la fréquentation d un local de répétition L intérêt pour un nouveau local L intérêt pour d autres services que le local Horaires d ouvertures La disposition à payer Le sexe de la personne interrogée L instrument que joue la personne interrogée Les questions à poser devront donc suivre cet ordre d idées de façon à répondre aux objectifs de l enquête. 11

12 Réalisation du questionnaire Voici donc la liste des questions : 1. Vous êtes? GUITARISTE / BASSISTE / BATTEUR-PERCUSSIONNISTE / PIANISTE / INSTRUMENT A VENT / CHANTEUR/ AUTRES Question sur l instrument joué par l enquêté 2. Vous êtes? UN HOMME / UNE FEMME 3. Répétez-vous actuellement dans des locaux de répétitions? OUI / NON Questions pour savoir si la personne interrogée est un client potentiel. 4. Seriez vous intéressés par un nouveau local de répétition à Montpellier OUI / NON / POURQUOI Question filtre. Si la personne n est pas intéressée, le questionnaire s arrête-là. Par contre, il est intéressant de connaître son point de vue sur la question, qu il ait répondu OUI ou NON. Cette question semi-ouverte nous permettra d avoir son avis sur les locaux existants. Si la personne répond OUI et nous explique pourquoi, il fera sûrement allusion aux manques de locaux de qualités sur Montpellier. Si la personne répond NON et précise pourquoi, il nous donnera à l inverse son avis positif de l état des locaux dans la ville. Dans les deux cas, sa réponse peut être très révélatrice de l état actuel des choses. 5. Où voudriez vous que le local soit situé? CENTRE VILLE / ZONE INDUSTRIELLE SUD / NORD / PEU IMPORTE Question qui nous permettant de connaître le lieu idéal pour ce local. Cette question est utile mais a peu d importance car tous les musiciens doivent posséder des voitures pour transporter leur matériel. Il suffit donc seulement qu l on puisse se garer facilement devant le local. 6. Combien devrait être le prix d une heure de répétition? 25F / 30F / 35 F / 40 F / 45 F 12

13 Après de nombreuses hésitations, j ai décidé de proposer une question a modalités fermées car si un choix libre est donnée à l enquêté, l écart type des prix pourrait être très important et la moyenne pas assez significative. 7. Dans quelle tranche horaire répétez-vous le plus souvent? 12h-15h / 15h-18h / 18h- 21h / 21h-24h Question pour connaître la tranche horaire la plus adaptée pour les heures d ouvertures du local. Bien évidemment il faut optimiser l ouverture de ce lieu car pour ce genre d activité, les tranches horaires matinales sont par exemple très peu utilisées (sauf week-end et jours fériés) VOICI DONC UN EXEMLPAIRE DU QUESTIONNAIRE ADMINISTRE 13

14 1. Répétez-vous actuellement dans des locaux de répétitions? Oui Non 2. Seriez vous intéressés par un nouveau local de répétition a Montpellier Oui Non Pourquoi? 3. Ou voudriez vous que le local soit situé? Centre ville Zone industriel sud Zone industriel nord Peu importe 4. Combien devrait être le prix maximum d une heure de répétition? 25F 30F 35F 40F 45F 5. Dans quel tranche horaire répétez-vous le plus souvent? 12h-15h 15h-18h 18h-21h 21h-24h 5. Vous êtes? Guitariste Bassiste Batteur/percussionniste Pianiste Instrument a vent Autres Chanteur 6. Vous êtes? Un homme Une femme 14

15 Récapitulons : Base du sondage : Musiciens (amateurs ou non) répétant dans des locaux de répétitions Date de l enquête : Janvier-Mai 2001 Objet de l enquête : Avoir des renseignements sur la disposition à payer des futurs clients du local de répétition. Méthode utilisée : Méthode des «points de passage obligé» Voie d administration : Administration directe (face à face) Population mère : Pas prédéfinie : entre personnes 4. La collecte des réponses Ce questionnaire a été administré directement auprès des musiciens, selon la méthode des itinéraires (ou «points de passage obligé» ( waypoints ) (je suis donc allé chercher la population à enquêter à la sortie des locaux de répétitions, des concerts etc..) Il n a pas été déposé chez des magasins de musique ou autres endroits pouvant attirer des musiciens car je voulais éviter que les personnes répondants aux questionnaires soient des volontaires. Ceci aurait pu fausser l enquête car les «volontaires», peuvent avoir, au niveau statistique, des comportements spéciaux pouvant fausser les résultats d une enquête. C : TRAITEMENT DES RESULTATS DE L ENQUETE Nous allons donc étudier et analyser dans cette partie la totalité des réponses obtenues avec le sondage. Nous allons aborder cette analyse en six points : Présentation des données recueillies Analyse des individus Analyse de leur intérêt par rapport au local 15

16 Analyse de leur disposition à payer Analyse de la localisation du local Analyse de la tranche horaire la mieux adaptée Analyse des individus (de la clientèle) Le traitement du questionnaire se fera sur excel. Voici les résultats de l analyse : 1. Présentation des données recueillies : Voici la totalité des données recueillies durant l enquête. Le nombre total d enquêtes est de 55. J ai essayé de modifier les lieux d enquête pour ne pas avoir les mêmes caractéristiques et les mêmes types de réponses. J ai donc fait le tour de plusieurs magasins de musique, des sorties de locaux de répétitions pour pouvoir y rencontrer différents types de musiciens. Il m est arrivé d interroger un groupe de musiciens au complet (le bassiste, batteur, guitariste, chanteur d un même groupe), et ayant étudié de près leur réponses, j ai remarqué que bien qu ils jouent dans le même groupe, leur réponses ne sont pas forcement identiques, ils peuvent donc avoir des comportement différents. Voici les réponses : 16

17 Répétez-vous intéressés pourquoi emplacement prix paye tranche d'heure instrument sexe oui oui il en manque peu importe basse H oui oui mauvaise qualité nord chanteur H non non débute nr nr nr batterie H oui non a déjà un local nr nr nr basse H oui oui nr peu importe guitare H oui oui mauvaise qualité peu importe guitare H oui oui nr peu importe batterie F oui oui nr peu importe autres H non non pas besoin nr nr nr autres H non oui débute sud batterie H oui non a déjà un local nr nr nr batterie F oui oui nr nord guitare H oui oui mauvaise qualité peu importe basse F oui oui mal situés sud guitare H oui oui mal situés sud chanteur H oui oui trop chers peu importe guitare H oui oui nr nord basse H oui oui a déjà un local nord guitare H oui oui nr peu importe guitare H non oui important peu importe chanteur H non non pas de groupe nr nr nr batterie F non non pas le temps nr nr nr autres H oui non a déjà un local nr nr nr basse F non oui mauvaise qualité peu importe guitare H oui non a déjà un local nr nr nr batterie H oui oui nr peu importe chanteur F oui non a déjà un local nr nr nr batterie H oui oui mauvaise qualité peu importe synthes F oui oui nr peu importe chanteur F oui oui mauvaise qualité peu importe instrument a vent H oui oui nr peu importe batterie H oui oui mal situés sud chanteur H oui oui pourquoi pas peu importe guitare H oui oui mauvaise qualité peu importe guitare H oui oui nr centre guitare H non oui mauvaise qualité peu importe guitare H oui oui trop chers peu importe synthes H oui oui mal situés centre chanteur F oui oui nr peu importe guitare H oui oui nr centre basse H oui oui mauvaise qualité peu importe basse H non non répète chez lui nr nr nr guitare H oui non répète chez lui nr nr nr chanteur H oui oui nr peu importe guitare H oui oui mauvaise qualité peu importe chanteur H non oui important peu importe basse H oui oui mal situés centre batterie H oui non a déjà un local nr nr nr synthes H oui oui nr peu importe guitare H oui oui trop chers centre basse H oui oui mal situés nord chanteur H oui oui mauvaise qualité peu importe autres H oui oui mauvaise qualité peu importe guitare H non non répète chez lui nr nr nr guitare H oui oui mauvaise qualité nord nr nr autres F 17

18 2. Analyse des individus Voici les caractéristiques de la population concernée. SEXE DE LA PERSONNE INTERROGEE Hommes 82% Femmes 18% Le milieu de la musique est un milieu composé particulièrement d hommes. En effet, à part le chant, il y a peu de musiciennes femmes, jouant de la basse, guitare, batterie ou autres instruments dans un groupe. L enquête confirme bien ces propos. En effet, nous voyons que la majorité des musiciens sont des hommes ( Hommes à 82% et les femmes à 18%). C est quand même intéressant et étonnant de trouver dix femmes parmi cinquante cinq personnes interrogées. Je pense qu au niveau national, ce chiffre doit être inférieur à 18% (si on considère bien sûr les musiques amplifiées et non la musique classique). La clientèle visée est donc en majorité masculine. Il faudra prendre en compte cette donnée dans un éventuel programme de communication (publicité ou autres). L INSTRUMENT JOUE PAR LA PERSONNE 18

19 synthes 3 instrument a vent 1 guitare 18 chanteur 10 batterie basse Il est facile de constater que la guitare est l instrument le plus répandu dans le milieu de la musique. Les guitaristes sont très nombreux alors que les bassistes et les chanteurs par exemple sont plus recherchés. (Il faudra d ailleurs bien équiper les studios en amplis de guitares, car si les guitaristes se plaisent, constituant la majorité de la clientèle, les autres membres du groupe suivront..) On a donc : 33% des personnes interrogées jouent de la guitare. 18% des personnes interrogées chantent. 16% des personnes interrogées jouent de la basse. 16% des personnes interrogées jouent de la batterie. 10% des personnes interrogées jouent d autres instruments. 6% des personnes interrogées jouent des synthés. 1% des personnes interrogées jouent des instruments a vents. Croisons maintenant ces deux variables pour savoir quels sont les instruments joués par chacun des deux sexes : Nous pouvons affirmer après cette analyse que les femmes sont plutôt des chanteuses et de batteuses, alors que les hommes constituent des guitaristes, batteurs, chanteurs et bassistes. La clientèle sera donc composée essentiellement d hommes. Il faudra diriger la politique de communication à travers cette analyse 19

20 3. L intérêt porté par les enquêtes au nouveau local. Effectuons désormais les analyses se rapportant aux questions 1 et 2 de l enquête d opinion ; REPETEZ VOUS ACTUELLEMENT DES LOCAUX DE REPETITION? oui 80% non 20% 80 % des personnes interrogés répètent actuellement dans des locaux de répétition. Les 20% restants ne répètent (pas ou pas encore) dans ces locaux mail il est intéressant de connaître leurs avis sur la situation actuelle de ce genre de lieux sur Montpellier. SERIEZ VOUS INTERRESSES PAR UN LOCAL? non 24% oui 76% Si nous nous intéressons maintenant a l intérêt des enquêtés sur ce local, nous voyons que 76% des personnes ont un avis positif sur la création de ce lieu. Ce chiffre reflète donc l insatisfaction des musiciens par rapport aux locaux actuellement disponibles sur Montpellier. Traitons maintenant la modalité ouverte de cette question à savoir : 20

21 POURQUOI OUI / POURQUOI NON? Il a fallu regrouper les réponses obtenues en plusieurs grandes catégories : Nous avons donc les affirmations suivantes : Ont répondu OUI : intéressés car Ont répondu NON car : il en manque important pour le développement de la musique a déjà un local Débute mal situés pas besoin mauvaise qualité trop chers pas de groupe répète chez lui POURQUOI ETES VOUS (OU NON) INTERESSES PAR DES LOCAUX DE REPETITION? pourquoi pas 2% pas le temps 2% répète chez lui 6% trop chers 10% débute 4% il en manque 2% important pour le developpement de la musique 4% mal situés 13% pas de groupe 2% pas besoin 2% nr 10% mauvaise qualité 43% Regroupons maintenant les réponses positives : nous avons à propos des locaux existants : «Trop chers», «de mauvaises qualités», «mal situés», «il en manque». Nous avons donc 70% des personnes qui sont mécontentes des locaux existants et sont pour la création d un autre local de répétition. 21

22 Même si l échantillon de 55 personnes peut sembler minime par rapport au nombre de musiciens existants, cette analyse montre que le projet semble intéresser de nombreux musiciens. L EMPLACEMENT DU LOCAL nr 26% nord 12% sud 8% peu importe 54% Au sujet de l emplacement du local, comme tous les musiciens ont forcément des voitures pour pouvoir transporter leur matériel, la localisation importe peu. (Il faut bien sûr qu il ne soit pas situé vraiment en dehors de Montpellier, pour que le temps d accès soit quand même inférieur à mn sinon une répétition de 3h se transforme à plus de 4h avec le voyage ce qui peu dissuader les clients de venir au local). Nous avons donc : 54% des gens qui pensent que le lieu du local importe peu 12 % le préfèrent au NORD 8% le préfèrent au SUD 26% n ont pas d avis 22

ETUDE SUR LES BESOINS EN LOCAUX DE REPETITION AUPRES DES MUSICIENS DE LA REGION NYONNAISE

ETUDE SUR LES BESOINS EN LOCAUX DE REPETITION AUPRES DES MUSICIENS DE LA REGION NYONNAISE ETUDE SUR LES BESOINS EN LOCAUX DE REPETITION AUPRES DES MUSICIENS DE LA REGION NYONNAISE 1. Enquête 1.1. - Buts Cette enquête a été initiée par le Service de la culture de la ville de Nyon, en partenariat

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

INTRODUCTION... 4 PARTIE 1 : LES IDEES, LE CONCEPT... 5 I. La recherche des idées... 6 1 er projet : livraison de cassettes vidéos, dvd, et repas à

INTRODUCTION... 4 PARTIE 1 : LES IDEES, LE CONCEPT... 5 I. La recherche des idées... 6 1 er projet : livraison de cassettes vidéos, dvd, et repas à INTRODUCTION... 4 PARTIE 1 : LES IDEES, LE CONCEPT... 5 I. La recherche des idées... 6 1 er projet : livraison de cassettes vidéos, dvd, et repas à domicile... 6 2 ème projet : kiné à domicile et en entreprise...

Plus en détail

PEPINIERE D'ENTREPRISES INNOVANTES AXONE

PEPINIERE D'ENTREPRISES INNOVANTES AXONE PEPINIERE D'ENTREPRISES INNOVANTES AXONE Dossier de candidature Postulant : Projet : Date : SOMMAIRE 1 - Le chef d'entreprise - Le créateur - Présentation, curriculum - vitae - Expérience professionnelle

Plus en détail

BIENVENUE! «Ce n est pas le temps qui nous change, mais les gens et les évenements qui nous rentrent dedans.»

BIENVENUE! «Ce n est pas le temps qui nous change, mais les gens et les évenements qui nous rentrent dedans.» BIENVENUE! «Ce n est pas le temps qui nous change, mais les gens et les évenements qui nous rentrent dedans.» Le Son Art ouvre ses portes et vous offre un lieu unique en son genre. Une priorité : la rencontre

Plus en détail

RESULTATS ENQUETE «MUSIQUES ACTUELLES» AUPRES DES 16/25 ANS DU VAL-DE-MARNE

RESULTATS ENQUETE «MUSIQUES ACTUELLES» AUPRES DES 16/25 ANS DU VAL-DE-MARNE RESULTATS ENQUETE «MUSIQUES ACTUELLES» AUPRES DES 16/25 ANS DU VAL-DE-MARNE INTRODUCTION Fin juin 2012, plus de 2 000 jeunes ont répondu à un questionnaire en ligne sur leurs loisirs. Quelques questions

Plus en détail

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 1 2.10 Le Bon Vieux Temps inc 2 Fondée par M. Honoré Tremblay le 1 er octobre 20-2, la société Le Bon Vieux Temps inc. est une entreprise qui se spécialise dans la vente de meubles

Plus en détail

LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE

LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE Ce document aborde les processus de création des entreprises les plus courantes, à savoir les FIE, OÜ et AS. La première étape dans le processus de la création d'une

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR LA LOCATION DES LOCAUX D ACTIVITE SUR LA COMMUNE DE SAINT-DENIS

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR LA LOCATION DES LOCAUX D ACTIVITE SUR LA COMMUNE DE SAINT-DENIS E C O - B O X DOSSIER DE CANDIDATURE POUR LA LOCATION DES LOCAUX D ACTIVITE SUR LA COMMUNE DE SAINT-DENIS Date limite de réception des dossiers : Vendredi 01 Aout 2014 à 11h00 (heure de la réunion) Plis

Plus en détail

CONFIDENTIEL PROJET : NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE :

CONFIDENTIEL PROJET : NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE : CONFIDENTIEL PROJET : Création Reprise NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : CP : Ville : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE : Nom du technicien consulaire : SOUTIENS SOLLICITES

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles Mairie de Saint-Julien-en-Genevois Nom et coordonnées de l association Fiche d identité de l association Nom de l'association Objet Adresse de

Plus en détail

PROJET DE SALLE PLURIDISCIPLINAIRE POUR LES CHERPINES.

PROJET DE SALLE PLURIDISCIPLINAIRE POUR LES CHERPINES. ! PROJET DE SALLE PLURIDISCIPLINAIRE POUR LES CHERPINES. Dossier de l Union des Espaces Culturels Autogérés Genève 2010 Introduction Le quartier des Cherpines est au coeur d'une vaste réflexion en matière

Plus en détail

I. PRESENTATION DE L ASSOCIATION

I. PRESENTATION DE L ASSOCIATION IMPRIME2016-JG/FV.doc ATTENTION : les rubriques marquées d'un font l'objet d'indications dans la notice explicative jointe à cet imprimé DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE EXERCICE 2016 I. PRESENTATION DE

Plus en détail

Tout dossier incomplet ne sera pas traité

Tout dossier incomplet ne sera pas traité DIRECTION DES AFFAIRES CULTURELLES VILLE DE NIMES DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNEE 2016 Hors Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) A RETOURNER AU PLUS TARD LE 02 OCTOBRE 2015: Par porteur : 15

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 ***** DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 ***** Nom de l association: Intitulé de l action : DOSSIER Á REMETTRE AU PLUS TARD LE 19 DECEMBRE 2014 Nous sommes là pour vous aider Association Loi du 1 er

Plus en détail

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON CREATION D ENTREPRISE Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON PLAN DU COURS Partie 1 : Qu est-ce qu un entrepreneur? Qu est-ce qu entreprendre? Partie 2 : L'idée Partie 3 : Le projet personnel Partie

Plus en détail

RÉSEAU INFORMATION CULTURE ANNUAIRE PARISIEN. Septembre 2014 ASSOCIATIONS METTANT EN CONTACT DES MUSICIENS CHAMBRISTES AMATEURS

RÉSEAU INFORMATION CULTURE ANNUAIRE PARISIEN. Septembre 2014 ASSOCIATIONS METTANT EN CONTACT DES MUSICIENS CHAMBRISTES AMATEURS RÉSEAU INFORMATION CULTURE ANNUAIRE PARISIEN Septembre 2014 ASSOCIATIONS METTANT EN CONTACT DES MUSICIENS CHAMBRISTES AMATEURS Vous pouvez aussi trouver ou chercher des musiciens : sur le site de la Cité

Plus en détail

Association Dossier de demande de subvention 2016

Association Dossier de demande de subvention 2016 Association Dossier de demande de subvention 2016 A adresser au plus tard le 31 DECEMBRE 2015 à : Monsieur le Président du Conseil Départemental Hôtel du Département 1 rue du Pont Moreau CS 11096 57036

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

DOSSIER DE SYNTHESE DU PORTEUR DE PROJET

DOSSIER DE SYNTHESE DU PORTEUR DE PROJET Vous avez un projet de création ou de reprise d'entreprise, il est important de : - le formaliser, - de le rédiger et - de bien respecter les différentes étapes. DOSSIER DE SYNTHESE DU PORTEUR DE PROJET

Plus en détail

VILLE DE CHAVILLE DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE

VILLE DE CHAVILLE DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE VILLE DE CHAVILLE DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE ANNEE 2015 Nom de l association :... Informations générales Seules peuvent obtenir une subvention les associations déclarées conformément à

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT. Montant demandé : Euros

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT. Montant demandé : Euros Année 2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT Nom de l association : Montant demandé : Euros 1 ère demande Renouvellement Cadre réservé à la mairie Dossier reçu le : Dossier complet

Plus en détail

Plan comptable des entreprises de spectacles et des établissements exerçant des activités d actions culturelles. Classe 1 : COMPTES DE CAPITAUX

Plan comptable des entreprises de spectacles et des établissements exerçant des activités d actions culturelles. Classe 1 : COMPTES DE CAPITAUX Page 1 sur 13 Plan comptable des entreprises de spectacles et des établissements exerçant des activités d actions culturelles Avertissement : cette liste de comptes spécifiques a fait l objet d un avis

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

LA SALLE DES CHEVALIERS/ LA PETITE PIERRE

LA SALLE DES CHEVALIERS/ LA PETITE PIERRE LA SALLE DES CHEVALIERS/ LA PETITE PIERRE Fiche technique Concerts/conférences/expositions - pout événement public: 75 la journée Assurance responsabilité civile de l artiste ou du groupe prise en compte

Plus en détail

OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES

OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES SUPPORT@EZQ.CA EZQ.CA 2004-2011 Sg Conseils inc.- Tous droits réservés. TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 2 TRUCS À UTILISER LORS DE L UTILISATION DU LOGICIEL... 3

Plus en détail

Exercice 2.3. Conception J.A. inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.3. Conception J.A. inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.3 Conception J.A. inc Le 2 janvier 2001, Jérôme Anderson démarre sa propre entreprise Conception J.A. inc. Jérôme est un informaticien ayant accumulé plus de dix années d expérience

Plus en détail

Dossier de demande de subvention de fonctionnement aux associations Année : 2015

Dossier de demande de subvention de fonctionnement aux associations Année : 2015 Dossier de demande de subvention de fonctionnement aux associations Année : 2015 Cocher la case correspondant à votre situation : Première demande : Renouvellement d une demande NOM DE L ASSOCIATION :

Plus en détail

Ville de Luxeuil-les-Bains. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTIONS 2015 Associations Culturelles et Autres Associations

Ville de Luxeuil-les-Bains. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTIONS 2015 Associations Culturelles et Autres Associations Ville de Luxeuil-les-Bains DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTIONS 2015 Associations Culturelles et Autres Associations Informations pratiques sur le dossier : Le dossier de demande de subvention est destiné

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 Dossier à renvoyer complet avant le 30 septembre 2015 à Mairie de Chassieu Monsieur le Maire 60 rue de la République 69680 CHASSIEU NOM DE L'ASSOCIATION q Première

Plus en détail

OpenStreetMap France

OpenStreetMap France OpenStreetMap France Rapport financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Nous vous présentons ci-après le dossier financier qui se décompose ainsi : Le bilan financier Le compte

Plus en détail

SESSION 2010. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2010. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1010006 DCG SESSION 2010 Document autorisé : Aucun document autorisé. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

Bulletin fiscal. Nous allons aborder trois sujets touchant l exemption pour gain en capital 1 résidence principale.

Bulletin fiscal. Nous allons aborder trois sujets touchant l exemption pour gain en capital 1 résidence principale. Bulletin fiscal Mars 2011 RÉSIDENCE PRINCIPALE EXEMPTION POUR GAIN EN CAPITAL Nous allons aborder trois sujets touchant l exemption pour gain en capital 1 résidence principale. relative à une Choix entre

Plus en détail

SERVICE CREATION D'ENTREPRISE PROJET DE CREATION D'ENTREPRISE

SERVICE CREATION D'ENTREPRISE PROJET DE CREATION D'ENTREPRISE SERVICE CREATION D'ENTREPRISE PROJET DE CREATION D'ENTREPRISE M. Mme Melle Nom : Prénom : Adresse personnelle : Email : Commune : Code postal : Vous avez un projet de création ou de reprise d'entreprise,

Plus en détail

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements.

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements. - 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE Objectif(s) : o Choix du financement des investissements ; o Coût du financement. Pré-requis : o Modalités : Connaissance des caractéristiques

Plus en détail

SIAES Syndicat Indépendant Académique de l Enseignement Secondaire Aix Marseille

SIAES Syndicat Indépendant Académique de l Enseignement Secondaire Aix Marseille Syndicat Indépendant Académique de l Enseignement Secondaire Aix Marseille 133 Rue Jaubert 13005 Marseille Comptes Annuels 01/09/2010 au 31/08/2011 133 Rue Jaubert COMPTES ANNUELS AU 31 AOUT 2011 Page

Plus en détail

Tremplin des musiques actuelles «Mets les watts»

Tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» 1 Tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» Samedi 30 avril 2016 Salle du jeu du mail PAMIERS Règlement du tremplin Direction des affaires culturelles de la Ville de Pamiers, 7 place du mercadal

Plus en détail

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises Optimisation fiscale La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises La fiscalité a un impact significatif sur l entreprise :

Plus en détail

BUSINESS PLAN FINANCIER A L EXPORT. Mardi 28 juin 2011 FORMATEUR : Isabelle MARIN

BUSINESS PLAN FINANCIER A L EXPORT. Mardi 28 juin 2011 FORMATEUR : Isabelle MARIN BUSINESS PLAN FINANCIER A L EXPORT Mardi 28 juin 2011 FORMATEUR : Isabelle MARIN Pour le Chef d entreprise, l enjeu du Business Plan Financier (B.P.F.) est de structurer sa démarche et de convaincre ses

Plus en détail

Plan financier automatisé : Utilisation

Plan financier automatisé : Utilisation Plan financier automatisé : Utilisation 1. Introduction Le plan financier d Excel vous permet d encoder des données afin qu elles soient traitées et mises en forme pour donner un plan financier abouti

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Dahir n 1-92-138 (30 joumada II 1413) portant promulgation de la loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants (B.O. 30 décembre

Plus en détail

LE STATIONNEMENT PAYANT AU HAVRE : Comparaison avec des villes de même ordre

LE STATIONNEMENT PAYANT AU HAVRE : Comparaison avec des villes de même ordre Note Agence : NA 5533 / SCAP LE STATIONNEMENT PAYANT AU HAVRE : Comparaison avec des villes de même ordre Novembre 2012 Agence d'urbanisme de la Région du Havre et de l Estuaire de la Seine Association

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

Monster Garage Engineering

Monster Garage Engineering Monster Garage Engineering fgffg ENGINEERING 1 Marc Berger-Grimaud 3A2A1 Sens Achats simplifiés Toutes pièces en stock tous les types de voitures Pièces de qualité Nouveau concept en France Créer un supermarché

Plus en détail

DOSSIER DE SUBVENTION POUR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES MUNICIPALES POUR L EXERCICE 2015-2016

DOSSIER DE SUBVENTION POUR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES MUNICIPALES POUR L EXERCICE 2015-2016 DOSSIER DE SUBVENTION POUR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES MUNICIPALES POUR L EXERCICE 2015-2016 IDENTIFICATION DE L ASSOCIATION : NOM DE L ASSOCIATION :... ADRESSE DU SIEGE SOCIAL :... CODE POSTAL : COMMUNE

Plus en détail

CODE D UTILISATION DES STUDIOS DE REPETITIONS

CODE D UTILISATION DES STUDIOS DE REPETITIONS CODE D UTILISATION DES STUDIOS DE REPETITIONS Dans l intérêt de tous ceux qui les fréquentent, l utilisation des studios de répétitions nécessite le respect d un certain nombre de règles afin de garantir

Plus en détail

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair NOM DE L ASSOCIATION : Veuillez cocher la case correspondant

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE

PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE Durée de simulation : 30 ans La durée du financement envisagé et le mécanisme des amortissements différés qui génèrent à long terme des revenus hors impôts sur l'ir nécessitent

Plus en détail

«AutoPartage Provence»

«AutoPartage Provence» Cours: Conception de Services de Mobilité et Innovation Prof. Fabien Leurent «AutoPartage Provence» Teodor Balcus Ana Patrucco Master ParisTech Fondation Renault «Transport et Développement Durable» 2008/2009

Plus en détail

Dossier de demande de subvention de fonctionnement Année : 2016

Dossier de demande de subvention de fonctionnement Année : 2016 Dossier de demande de subvention de fonctionnement Année : 2016 Cocher la case correspondant à votre situation : Première demande : Renouvellement d une demande NOM DE L ASSOCIATION : Vous trouverez dans

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE 1 Au cours des étapes de construction de votre projet, vous avez retenu un certain nombre d options économiques et financières. Il convient de matérialiser

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE L ORDRE : METHODES COMPTABLES ET METHODES DE GESTION

LA COMPTABILITE DE L ORDRE : METHODES COMPTABLES ET METHODES DE GESTION LA COMPTABILITE DE L ORDRE : METHODES COMPTABLES ET METHODES DE GESTION Rapport de Monsieur le Bâtonnier Philippe THIAULT, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Bourges Session de formation Tours Les 4,

Plus en détail

Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du système MLS dans la province de Québec et l agglomération de Montréal

Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du système MLS dans la province de Québec et l agglomération de Montréal Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du système MLS dans la province de Québec et l agglomération de Montréal vente et l achat de propriétés par l entremise du système

Plus en détail

Pour échanger conseils et astuces afin d'optimiser la gestion des blogs de l'ara.

Pour échanger conseils et astuces afin d'optimiser la gestion des blogs de l'ara. Pour échanger conseils et astuces afin d'optimiser la gestion des blogs de l'ara. Edition n 7 du 1 er février 2014 Bonjour, Février 2014 sera dédié à la migration de notre site web. Actuellement hébergé

Plus en détail

1 er tremplin des musiques actuelles «Mets les watts»

1 er tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» 1 1 er tremplin des musiques actuelles «Mets les watts» Samedi 21 février 2015 Salle du jeu du mail PAMIERS Règlement du tremplin Direction des affaires culturelles de la Ville de Pamiers, 7 place du mercadal

Plus en détail

Thème 2 : La connaissance du marché Chapitre 2 : Les techniques d études de marché Séquence 3 : L enquête par questionnaire

Thème 2 : La connaissance du marché Chapitre 2 : Les techniques d études de marché Séquence 3 : L enquête par questionnaire BAC PRO VENTE Pole 4 : Mercatique Thème 2 : La connaissance du marché Chapitre 2 : Les techniques d études de marché Séquence 3 : L enquête questionnaire Créée en 1987 Michel Postulka à Bordeaux, l'enseigne

Plus en détail

Les frais de transport du domicile au lieu de travail. Les frais de déplacements professionnels et frais de mission. Les frais de déménagement

Les frais de transport du domicile au lieu de travail. Les frais de déplacements professionnels et frais de mission. Les frais de déménagement Les frais déductibles Les frais de transport du domicile au lieu de travail Les frais de déplacements professionnels et frais de mission Les frais de déménagement Les conditions de déduction Un seul aller-retour

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire

Fiche technique 3. I- Normes pour les équipements destinés à accueillir des activités culturelles dans un établissement pénitentiaire 1 Fiche technique 3 Les espaces destinés à accueillir des activités culturelles dans les services et établissements du ministère de la Justice et des Libertés I- Normes pour les équipements destinés à

Plus en détail

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE SOMMAIRE I. PRÉSENTATION DU PORTEUR DE PROJET. PAGE 3 I.1- Présentation générale I.2- Situation familiale I.3- Scolarité et formation professionnelle II.

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Nous sommes là pour vous aider Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association N 12156*03 Dossier de demande de subvention Ville de Suresnes année 2016 NOM DE L ASSOCIATION : Veuillez

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION

CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION CHAPITRE 2 LA MESURE ET L ANALYSE DU RISQUE D EXPLOITATION 42 NOTES DE COURS CHAPITRE 2 43 1. INTRODUCTION Au premier chapitre, nous avons étudié le rendement de l exploitation. Nous avons également introduit

Plus en détail

Dossier de demande de

Dossier de demande de Nom de l association : Première demande Renouvellement d une demande Dossier de demande de 2016 subvention Document à retourner accompagné impérativement des pièces demandées avant le 31 octobre 2015.

Plus en détail

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale COURS 470 Série 17 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Les lieux de répétition et de diffusion pour les amateurs dans le 14e arrondissement de Paris

Les lieux de répétition et de diffusion pour les amateurs dans le 14e arrondissement de Paris Les lieux de répétition et de diffusion pour les amateurs dans le 14e arrondissement de Paris Novembre 2013 La MPAA collecte et met à disposition des amateurs toutes les informations utiles à leurs pratiques

Plus en détail

PLATEFORME NATIONALE DES CAFES CULTURES

PLATEFORME NATIONALE DES CAFES CULTURES PLATEFORME NATIONALE DES CAFES CULTURES En 2008, se sont déroulées les premières rencontres nationales des cafés cultures à Nantes. Ces rencontres ont immédiatement été suivies par la création de «la plateforme

Plus en détail

COMMENT RÉUSSIR SON ANIMATION DE MARIAGE ET CHOISIR SON DJ-ANIMATEUR VIN SPARTY DJ ANIMATIONS. Animations Disc-Jockey Sonorisations Eclairages

COMMENT RÉUSSIR SON ANIMATION DE MARIAGE ET CHOISIR SON DJ-ANIMATEUR VIN SPARTY DJ ANIMATIONS. Animations Disc-Jockey Sonorisations Eclairages COMMENT RÉUSSIR SON ANIMATION DE MARIAGE ET CHOISIR SON DJ-ANIMATEUR VIN SPARTY DJ ANIMATIONS Animations Disc-Jockey Sonorisations Eclairages Nous allons ici vous aider à bien organiser votre soirée de

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

De nombreuses idées reçues circulent sur les associations : plus simples

De nombreuses idées reçues circulent sur les associations : plus simples De nombreuses idées reçues circulent sur les associations : plus simples à créer, moins contraignantes au départ, moins fiscalisées L idée pourrait séduire, notamment pour les aides à la création d emploi

Plus en détail

5. Le pictogramme transport d enfants est obligatoire, il doit apposé sur le véhicule dés que celui-ci est utilisé en transport commun d enfants

5. Le pictogramme transport d enfants est obligatoire, il doit apposé sur le véhicule dés que celui-ci est utilisé en transport commun d enfants CORRIGE EXAMEN D ATTESTATION DE CAPACITE VOYAGEURS SESSION DU 3.10.2012 Ce corrigé est une proposition il n a pour objet qu un titre informatif, ce n est en aucune manière la correction officielle. QUESTIONNAIRE

Plus en détail

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2010 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

Plus en détail

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia Achat de marchandises ou de stock Montant payé pour l achat de matières premières, de produits semi-finis et de produits finis en vue de les vendre ultérieurement. Achats Prix versé à des fournisseurs

Plus en détail

SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON

SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON SOMMAIRE LE MARCHÉ DU SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON... 2 LA RÉGLEMENTATION DU SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON... 4 L'ACTIVITÉ DU SECRÉTARIAT ET TRAVAIL À FAÇON... 6 LES POINTS

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

FLEURISTE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

FLEURISTE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 FLEURISTE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU FLEURISTE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU FLEURISTE... 5 L'ACTIVITÉ DU FLEURISTE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU FLEURISTE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

Nom de l association :... Adresse du siège social :. Code postal :.. Commune : Téléphone :.

Nom de l association :... Adresse du siège social :. Code postal :.. Commune : Téléphone :. Nom de l association :... Adresse du siège social :. Code postal : Commune : Téléphone :. Veuillez cocher la case correspondant à votre situation : Première demande Renouvellement d une demande Le dossier

Plus en détail

III. locaux. Vous recherchez des locaux pour votre entreprise dans le canton de Genève

III. locaux. Vous recherchez des locaux pour votre entreprise dans le canton de Genève III. locaux Vous recherchez des locaux pour votre entreprise dans le canton de Genève Les caractéristiques et l emplacement des locaux de votre entreprise peuvent avoir un impact non négligeable sur la

Plus en détail

RELEVE D'IDENTITE BANCAIRE A FOURNIR POUR LE VERSEMENT EVENTUEL D'UNE SUBVENTION

RELEVE D'IDENTITE BANCAIRE A FOURNIR POUR LE VERSEMENT EVENTUEL D'UNE SUBVENTION DEMANDE DE SUBVENTION 2016 Service Vie associative, Animations de ville, Jumelages et Anciens combattants Maison des Associations 34 Place Joseph Gardet 04.73.77.00.40 - asso-manif@cournon-auvergne.fr

Plus en détail

Chapitre 2 : L analyse financière de l unité commerciale

Chapitre 2 : L analyse financière de l unité commerciale Section 1 : Le cycle d exploitation Chapitre 2 : L analyse financière de l unité commerciale Il s agit de l ensemble des opérations courantes réalisées par une unité commerciale, de l achat (marchandises,

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

Descriptif des salles :

Descriptif des salles : 124 avenue de la République 75011 Paris Métro Père Lachaise (moins de 50 m du métro!...) Réservation : 01 43 58 19 94 acp@manufacturechanson.org www.manufacturechanson.org ACP la Manufacture Chanson propose

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Par exemple une hausse des impôts et taxes provoque une baisse de la CAF.

Par exemple une hausse des impôts et taxes provoque une baisse de la CAF. CAPACITÉ D'AUTOFINANCEMENT ET AUTOFINANCEMENT 1- Définition de la capacité d'autofinancement () La capacité d'autofinancement est la ressource interne dégagée par les opérations enregistrées en produits

Plus en détail

F.A.Q. Ce taux est supérieur d environ 50% à la moyenne nationale des entreprises créées. Démarrer en pépinière permet de prendre le bon départ!

F.A.Q. Ce taux est supérieur d environ 50% à la moyenne nationale des entreprises créées. Démarrer en pépinière permet de prendre le bon départ! F.A.Q. Qu est ce qu une pépinière d entreprise? «Une pépinière d'entreprises est un organisme de développement économique local généralement soutenue par un organisme public (communes, communautés d agglomération,

Plus en détail

CONSEILS : CRÉER SON ENTREPRISE. Votre entreprise en Suisse

CONSEILS : CRÉER SON ENTREPRISE. Votre entreprise en Suisse CONSEILS : CRÉER SON ENTREPRISE Votre entreprise en Suisse TABLES DES MATIÈRES TABLES DES MATIÈRES... 2 GÉNÉRALITÉS... 3 INTRODUCTION... 3 SB SWISSBUSINESS LLC... 3 L entreprise... 3 Votre partenaire...

Plus en détail

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements :

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements : L INVESTISSEMENT L investissement est le placement de sommes importantes par rapport à l activité courante d exploitation, dans un but d en retirer des bénéfices ou des économies. L investissement se distingue

Plus en détail