À propos de TerraChoice. À propos d ÉcoLogo.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "À propos de TerraChoice. À propos d ÉcoLogo."

Transcription

1 Prétentions environnementales dans les marchés de consommation Rapport sommaire: Amérique du Nord Avril 2009

2 TM À propos de TerraChoice. À titre de plus importante entreprise nord-américaine de commercialisation écologique, TerraChoice Environmental Marketing contribue à la croissance des entreprises les plus durables du monde. Les conseils que prodigue TerraChoice visent à convertir la connaissance scientifique de l environnement, des marchés et de la commercialisation en solutions axées sur le client pour aider les leaders de la durabilité à livrer des résultats. À propos d ÉcoLogo. Fondé en 1988, ÉcoLogo représente la norme d agrément environnemental multi-attributs la plus respectée et reconnue d Amérique du Nord. ÉcoLogo est l un des deux seuls programmes nord-américains approuvés par le Global Ecolabelling Network, une association internationale de programmes d éco-étiquetage conforme à la norme ISO Dans le contexte d un marché devenu méfiant, ÉcoLogo restaure la confiance avec la preuve scientifique du leadership environnemental de tierces parties. TerraChoice Group Inc. Pour des renseignements ou pour l autorisation de reproduction, veuillez communiquer avec TerraChoice à

3 Sommaire exécutif De novembre 2008 au mois de janvier 2009 inclusivement, les chercheurs de TerraChoice ont été dépéchés dans les magasins à grande surface, leaders de leurs catégories aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie avec mandat de faire le relevé des détails de chaque produit muni de prétentions environnementales. Dans chaque cas, les chercheurs ont inscrit les détails du produit et de la prétention environnementale, tout renseignement additionnel et détail explicatif ou offre de renseignements ou de soutien. Aux Etats-Unis et au Canada, on a relevé produits munis de prétentions vertes. Ces prétentions ont été soumises à l examen des pratiques exemplaires, notamment des lignes directrices de la U.S. Federal Trade Commission, du Bureau de la concurrence du Canada, de l Australian Consumer and Competition Commission, et de la norme ISO pour l étiquetage écologique. Parmi les produits nord-américains enquêtés, plus de 98% ont commis au moins l un des Six péchés de Mascarade écologique. Bien qu il s agisse d un nouveau domaine de recherche, on a vu naître un septième péché. Voici les faits saillants de la recherche les Sept péchés de la Mascarade écologique 2009: La naissance d un Septième péché le «Culte de l étiquette mensongère». Certains spécialistes du marketing prennent avantage de la demande des consommateurs concernant les agréments de tierces parties en créant des étiquettes mensongères ou en suggérant malhonnêtement l agrément de tierces parties. C est là une évolution devenue si sérieuse qu elle justifie l établissement d une catégorie particulière d où le Septième péché. Le nombre de produits ayant des prétentions écologiques a augmenté. Le nombre total de produits dits «verts» a augmenté en moyenne de 79% (la fourchette est de 40% à 176%) dans les magasins que nous avons visités en 2007 et en Une étude distincte de TerraChoice a conclu que le taux de publicité verte a presque triplé depuis % Le Rapport de 2009 conclut que 98% des produits enquêtés en Amérique du Nord ont commis au moins l un des péchés capitaux du Mascarade. La Mascarade écologique est encore très répandue, c est-à-dire que 98% des produits dits «verts» avaient commis au moins l un des péchés de Mascarade écologique. À comparer à l étude de 2007, il semble qu il y ait une légère baisse de commissions de Mascarade écologique, mais sans grande importance statistique. Des produits ayant des prétentions écologiques aux Etats-Unis et au Canada, seuls 25 n avaient pas commis de péché capital. L Éco-étiquettage se répand. L utilisation de l Éco-étiquettage légitime a presque doublé depuis l année dernière, soit une augmentation de 13,7% à 23,4% de tous les produits dits «verts» dans le rapport. Les enfants (jouets et produits pour bébés), les cosmétiques et les produits de nettoyage sont les trois catégories dans lesquelles les prétentions «vertes» et la Mascarade écologique sont les plus répandues. Parmi les produits les plus utilisés dans les foyers, ceux d entretien ménager méritent une attention toute particulière de la part des consommateurs. La Mascarade écologique constitue un défi international, dont les tendances sont très semblables aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie. Les différences les plus marquées entre ces pays concernent les questions environnementales associées aux prétentions faites. La question de la préservation de l eau était plus répandue en Australie par exemple, et celle de la recyclabilité aux États-Unis. Le défi et l appel à l action des Sept péchés de Mascarade écologique ont pour but de décourager la pratique de la Mascarade écologique en proposant aux consommateurs et entreprises des outils pratiques, tout en favorisant et récompensant les efforts authentiques d innovation durable. i

4 TM Table des matières 1. Introduction 2. Méthodologie et conclusions 3. Conclusions clés 3.1 Le septième péché : Le Culte de l étiquette mensongère 3.2 Les enfants, les cosmétiques et les produits de nettoyage: produits particulièrement à risque Les enfants (jouets et produits pour bébé) Cosmétiques (Produits de santé et de beauté) Produits de nettoyage 3.3 Conclusions internationales 4. Ce que les consommateurs peuvent faire 5. Ce que les distributeurs peuvent faire Annexes A - Méthodologie de la recherche B - États-Unis Sommaire du pays C - Canada Sommaire du pays D - Royaume-Uni Sommaire du pays E - Australie Sommaire du pays F - Ressources ii

5 1. Introduction Mascarade Écologique verbe: le fait de tromper les consommateurs à propos des pratiques environnementales d une entreprise ou des avantages environnementaux d un produit ou service. Plus que jamais, les consommateurs sont à l affût de produits dits «plus verts». Pour mieux protéger leur famille et la planète, ils recherchent les produits et services qui sont authentiquement plus durables (en d autres termes «plus verts»); des produits qu ils peuvent facilement se procurer, auxquels ils peuvent implicitement se fier et utiliser efficacement. Les manufacturiers et les spécialistes du marketing essaient de satisfaire cette demande. La publicité verte a été multipliée par presque dix au cours des 20 dernières années et a presque triplé depuis (Voir Figure 1) C est en novembre 2007 qu a été publié le premier Rapport les Six péchés de Mascarade écologique 1. Le rapport a entraîné une réaction publique vocale, mondiale et perdurable. Il a touché un point sensible chez les consommateurs qui cherchent à faire «ce qu il faut» mais qui se méfient de plus en plus des prétentions mensongères et trompeuses. Dès la première étude, les consommateurs, les journalistes, les distributeurs, les décideurs politiques et les activistes ont eu recours au Six péchés de Mascarade écologique comme outil d analyse et de compréhension des prétentions environnementales. L U.S. Federal Trade Commission ainsi que le Bureau de la concurrence du Canada ont annoncé depuis qu ils avaient l intention de remanier leurs activités de protection du consommateur. Figure 1 Publicité verte en augmentation Dans cette étude non publié à date, les chercheurs de TerraChoice ont examiné plus de publicités dans de précédents numéros des magazines Time, Fortune, National Geographic, Forbes, Sports Illustrated et Vanity Fair. Les publicités qui avaient des prétentions environnementales ont été comptées et décrites en pourcentage du nombre total d annonces publicitaires. Veuillez communiquer avec pour plus de renseignements. 1 L étude de 2007 peut être téléchargée à

6 TM L objectif de cette édition du rapport les Sept péchés de Mascarade écologique est d insister pour la vérité et la clarté de la commercialisation environnementale. L étude offre: une bien plus grande gamme de données nordaméricaines (en Amérique du Nord, 12 grandes surfaces aux É.-U. et 12 au Canada proposant plus de produits); une nouvelle recherche en Australie et au Royaume- Uni, dont produits pour chacun des deux pays; des catégories de produits qui intéressent particulièrement les consommateurs et qui ont le plus haut taux de prétentions écologiques : les jouets, les produits pour bébés, les cosmétiques et les produits de nettoyage; La Mascarade écologique deviendra cause de cynisme et de doute à propos des prétentions écologiques. Les consommateurs désespèreront des distributeurs et fabricants, et par contrecoup tout espoir que leur dépense puisse être utilisée à bon escient. Le mouvement en défense de la durabilité perdra l appel du marché pour l accélération de la cadence vers la durabilité Le défi et l appel à l action des Sept péchés de Mascarade écologique visent à combattre la Mascarade écologique en donnant aux consommateurs et entreprises des outils pratiques, et parallèlement à favoriser et récompenser les efforts authentiques d innovation durable. présente des tendances nouvelles et lourdes qui sont apparues depuis la première étude, notamment le découverte d un nouveau péché celui du Culte de l étiquette mensongère Risques de Mascarade écologique Si plus de Mascarade écologique signifie que les distributeurs répondent de plus en plus à la demande de produits durables, ceçi pourrait indiquer une tendance positive. Si rien n est fait, la Mascarade écologique entraîne des risques graves: Des consommateurs de bonne foi seront poussés à acheter des produits qui ne tiennent pas leurs promesses écologiques. En l occurrence, les consommateurs ont mal placé leur confiance et l avantage potentiel écologique de leurs achats est gaspillé 24 Nombre de magasins «grande surface» visités par les chercheurs de TerraChoice en 2008/2009. La tension concurrentielle de prétentions environnementales mensongères enlèvera des parts de marché aux produits offrant des avantages authentiques et ralentira du même coup la progression de l innovation écologique authentique dans les marchés.

7 2. Méthodologie et conclusions De novembre 2008 au mois de janvier 2009 inclusivement, les chercheurs de TerraChoice ont été dépéchés dans les magasins à grande surface, leaders de leurs catégories aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie avec mandat d enregistrer les détails de chaque produit munis de prétentions environnementales. Dans chaque cas, les chercheurs ont relevé les détails du produit et ceux de la prétention environnementale, tout renseignement additionnel et détail explicatif ou offre de renseignements ou de soutien. (Vous trouverez plus de détails sur la méthodologie et les conclusions de la recherche en Annexe A). Aux Etats-Unis et au Canada, on a relevé produits munis de prétentions vertes. Ces prétentions ont été soumises à l examen des pratiques exemplaires, notamment des lignes directrices de la U.S. Federal Trade Commission, du Bureau de la concurrence du Canada, de l Australian Consumer and Competition Commission, et la norme ISO pour l étiquetage écologique. La liste des prétentions fausses ou mensongères qui en ont résulté a été analysée pour dégager des tendances et en tirer des leçons. Les six péchés précédents de Mascarade écologique (voir la Figure 2) ont été utilisés pour classer les prétentions et identifier les nouvelles anomalies et tendances Des produits, plus de 98 % avaient commis au moins l un des péchés de Mascarade écologique. Il est même né un septième péché. Figure 2 Le rapport sur les Six péchés de Mascarade écologique, 2007: un apprêt La première édition du rapport sur les péchés de Mascarade écologique, parue en novembre 2007, a identifié les six péchés suivants 3 : 1. Péché du compromis caché, commis lorsqu on laisse croire qu un produit est «vert» en se basant sur un nombre déraisonnablement restreint de critères, sans égard à d autres préoccupations écologiques importantes. Par exemple, le papier n est pas nécessairement préférable, du point de vue écologique, parce qu il provient de forêts à récolte durable. D autres considérations idéologiques importantes peuvent être aussi significatives ou importantes sinon même plus, notamment l énergie, les émissions de gaz à effet de serre ainsi que la pollution de l eau et de l air. 2. Péché d absence de preuve, commis lorsqu une prétention écologique ne peut être étayée par une documentation facilement accessible ou par l agrément de tierces parties. Citons pour exemples répandus ceux des mouchoirs de papier ou du papier hygiénique prétendant renfermer différentes proportions de contenu usagé recyclé sans en fournir la moindre preuve. 3. Péché d imprécision, commis par toutes les prétentions trop mal, ou trop vaguement, définies prêtant à mésinterprétation de la part du consommateur. Exemple, «entièrement naturel», qui ne représente pas une image véridique étant donné que des matières toxiques comme l arsenic, l uranium, le mercure et le formaldéhyde sont également naturels, donc «entièrement naturel» n est pas nécessairement «vert». 4. Péché de non-pertinence, commis par les prétentions écologiques qui pourraient être véridiques mais sans importance ou inutiles pour les consommateurs qui veulent se procurer des produits écologiquement préférables. «Sans CFC» en est un exemple très courant, vu qu il constitue souvent une prétention bien que les CFC soient interdits par la loi. 5. Péché du moindre de deux maux, commis par des prétentions qui peuvent s avérer véridique pour une catégorie de produits, mais qui pourraient détourner le consommateur des impacts environnementaux plus sérieux de l ensemble de la catégorie. C est là une catégorie litigieuse et à forte connotation. Les cigarettes biologiques constituent un exemple de ce péché, comme les véhicule sports utilitaires économes en carburant. 6. Péché du mensonge, le péché le moins répandu, est commis lorsqu il s agit de prétentions écologiques fausses. Les exemples les plus répandus sont les produits qui prétendent à tort homologués ou inscrits Energy Star. 2 Au Canada et aux États-Unis, on a trouvé 833 produits dans les deux pays. Les totaux individuels sont de pour le Canada, et pour les États-Unis. 3 TerraChoice Environmental Marketing, Les Six Péchés de Mascarade écologique, 2007.

8 TM 3. Conclusions clés Les données du rapport sur les Sept péchés de Mascarade écologique 2009 ont révélé de bonnes et de mauvaises nouvelles. Il constate en outre la naissance de deux nouvelles tendances qui pourraient prendre de l importance. Voiçi les deux conclusions clés: De plus en plus de produits ont des prétentions écologiques. Dans les magasins visités en 2007 et 2008/2009, le nombre de produits dits «verts» 4 ont augmenté de 40% à 176% par magasin. Soit une augmentation moyenne de 79%, prouvant ainsi que les fabricants et distributeurs répondent à la demande des consommateurs qui recherchent des produits plus écologiques. C est en soi une bonne nouvelle. Bien que la Mascarade écologique continue de poser problème (voir çi-dessous), cette croissance fondamentale du choix de produits dits «verts» est en elle-même un signal fort que le mouvement de consommation verte a un bon effet. Cette croissance de produits «verts» est étayée par la croissance de la publicité qu ont trouvée d autres recherches de TerraChoice. Depuis 2006, la publicité verte a pratiquement triplé (Figure 1). L éco-étiquettage est deux fois plus répandu dans cette étude (23% des produits) qu il ne l était l année dernière (14% des produits). Un nouveau péché est né le «Culte de l étiquette mensongère». Ce nouveau péché décrit l effort de certains distributeurs pour exploiter la demande des consommateurs pour des agréments de tierces parties en créant des étiquettes mensongères ou prétendre à l agrément de tierces parties. La Section 3.1 décrit en détail ce péché. L éco-étiquettage honnête augmente. Il est deux fois plus répandu dans cette étude (23% des produits) qu il ne l était l année dernière (14% des produits). Aux fins de cet examen, nous avons reconnu 14 étiquettes «légitimes», dont les éco-étiquettes légitimes comme EcoLogo, GreenSeal, Green Guard, FSC, et SFI. Le preuve constitue le pivot de la bonne commercialisation verte, elle est également peu coûteuse pour les distributeurs. La Mascarade écologique constitue un défi international, dont les tendances sont très semblables aux États-Unis, au Canada, au Royaume- Uni et en Australie. Cette conclusion est décrite de façon détaillée dans la Section 3.4. On trouvera en Annexes A à E inclusivement des détails supplémentaires, notamment la méthodologie et la ventilation des résultats par pays. Les enfants (jouets et produits pour bébés), les cosmétiques et produits de nettoyage (ex., les couches, le dentifrice et les nettoyants de vitres) sont les trois catégories pour lesquelles les prétentions verte et la Mascarade écologique sont les plus répandus. Ces produits, qui sont des produits d entretien ménager très communément utilisés, devraient faire l objet d une surveillance plus particulière de la part des consommateurs. Chaque catégorie est détaillée dans la Section La Mascarade écologique est encore très répandue, c est-à-dire que 98 % des produits dits «verts» avaient commis au moins l un des péchés. À comparer à l étude de 2007, il semble qu il y ait une légère baisse de commissions de Mascarade écologique, mais sans grande importance statistique. Des produits ayant des prétentions écologiques aux Etats-Unis et au Canada, seuls 25 n avaient pas commis de péché capital. 79% Augmentation moyenne du nombre de produits dits «verts» dans les magasins nord-américains visités en 2007 ainsi qu en 2008/ Dans ce cas, et dans chacun des cas de ce rapport, le terme produit «vert» veut dire «produit se déclarant vert» (ou autre prétention ou suggestion semblable). En réalité, peu de produits, sinon même aucun, peuvent être décrits comme étant véridiquement verts». Parmi les meilleurs, la majorité des produits ne sont «plus verts» que par rapport à leurs concurrents.

9 3.1 Le Septième péché : Le culte de l étiquette mensongère Le péché du Culte de l étiquette mensongère est commis lorsqu un produit, par le biais de mots ou images, veut faire croire à l agrément d une tierce partie alors que ce n est pas vrai; en d autres termes, des étiquettes mensongères. Alors que grandit l inquiétude causée par la Mascarade écologique, de nombreux consommateurs et experts font remarquer le rôle important de l agrément de tierces parties en termes de commercialisation verte. Cet appel à l agrément a entraîné une croissance de l éco-étiquetage légitime. 23% Pourcentage des produits commettant le péché de Culte de l étiquette mensongère. Malheureusement, elle a fait en sorte que certains distributeurs ont adopté une stratégie trompeuse, c està-dire d adopter des prétentions ressemblant à celles de tierces parties qui, habituellement, prennent la forme d image ou de sceau d agrément. Le péché du culte de l étiquettes mensongères est commis lorsqu un produit adopte des prétentions ressemblant à celles de tierces parties qui, habituellement, prennent la forme d image ou de sceau d agrément alors qu il n existe pas du tout d agrément. Exhibit 3 details these results for North America. Quelques exemples d étiquettes mensongères : Ainsi, aux États-Unis, il existe une marque de produit de papier d aluminium qui se munit d une image reproduisant un certificat qui porte le nom d un programme écologique maison pour lequel aucune justification n est donnée. Au Canada, un produit de papier essuie-tout utilise une image représentant un certificat d agrément assenant cette ambitieuse (mais vague) déclaration, «Ce produit combat le réchauffement de la planète». De nombreuses marques de purificateurs d air donnent l impression de détenir un certificat d agrément «Ne contient pas de CFC» (commettant ainsi le péché de Culte des étiquettes mensongères et le péché de non-pertinence). Il existe au Canada et aux États-Unis des produits qui utilisent des images représentant un semblant d agrément et qui utilisent un jargon écologique comme «Ne nuit pas à l environnement», «Sûr pour l environnement», et «Écologiquement préféré». Contrairement aux «étiquettes mensongères», les écoétiquettes légitimes sont faciles à reconnaître et à comprendre. L Annexe F contient des renseignements additionnels sur l éco-étiquettage en Amérique du Nord. Le Figure 4 décrit les éco-étiquettes les plus reconnues par les consommateurs en Amérique du Nord

10 TM Une éco-étiquette crédible constitue un excellent moyen de trouver des produits authentiquement verts. Ce tableau identifie quelques-unes des éco-étiquettes les plus connues et crédibles d Amérique du Nord. Veuillez noter que cette liste n est pas exhaustive et ne représente pas TOUTES les éco-étiquettes crédibles. La liste de vérification à la rubrique «Processus d agrément ou d étiquetage» peut servir à déterminer la crédibilité des éco-étiquettes absentes de cette liste. Recherchez les éco-étiquettes qui répondent aux critères indiques : plus il y a de coches et lieux ça vaut!

11 3.2 Enfants, cosmétiques et nettoyage: des produits particulièrement à risque Dans les catégories de produits dits «verts» identifiés dans cette étude, trois se sont mérités une mention spéciale pour leurs prétentions écologiques plus fréquentes que la moyenne (présentant, de ce fait, un risque plus élevé de Mascarade écologique). Ces produits, parmi les plus utilisés dans les foyers, méritent une attention particulière de la part des consommateurs. Ces catégories prioritaires sont: Enfants (jouets et produits pour bébés); Cosmétiques (produits de beauté et santé); Nettoyage (produits généraux aussi bien que produits de papier). Produits pour enfants (jouets et produits pour bébés) Les jouets et produits pour bébés suscitent les prétentions écologiques et sanitaires pour une excellente raison : les parents veillent scrupuleusement à la santé de leurs enfants. La parentalité est une phase de nos vies au cours de laquelle nous sommes anxieusement conscients de l impact que nous avons sur les générations à venir. Il n est pas surprenant de constater que l étude du marché de la consommation indique que les nouveaux parents, plus que les autres consommateurs, ont tendance à se préoccuper des questions écologiques. Les distributeurs verts y sont sensibles et peuvent, soit aider les parents, soit les exploiter. Les fabricants, quant à eux, peuvent soit préserver la confiance des parents, soit la perdre. Voiçi quelques exemples de produits de cette catégorie: - «naturel» blocs d alphabet - des tasses et cuillères «ne contenant pas de BPA» - Jeux de constructions «biodégradables» - des jouets en coton «naturel» et «certifiés non toxiques» - Crème pour bébé «99 % naturelle» - Teintures «écologiques» de draps de bébés «100 % biologiques» - sacs pour couches en «plastique dégradable» Enfants, cosmétiques et nettoyage Les catégories de produits ayant une fréquence supérieure à la normale de prétentions écologiques (et, par conséquent, présentant plus de risque de Mascarade écologique). Le Figure 5 résume les conclusions relatives à cette catégorie de produits. Les prétentions écologiques les plus répandues dans cette catégorie sont : «Naturel» (sous différentes formes comme produit «entièrement naturel», «alternatif naturel» ou «dérivé naturellement», ou «selon des naturels») est la prétention la plus répandu dans les produits pour enfants. Aux É-.U et au Canada, on a trouvé 74 produits pour bébés et 11 jouets (soit 39 % des produits de cette catégorie). Mascarade écologique, naturel. Le terme «naturel» résonne fort. Il nous interpelle inexorablement et son usage par les spécialistes du marketing est une preuve de son indéniable portée. «Naturel» peut également être lourdement trompeur et peut contribuer à la Mascarade écologique, du fait que la majorité des consommateurs prend pour acquis que le produit est «sûr», «bon» ou «vert». L arsenic est naturel. Meme pour le cyanure, le mercure et le formaldéhyde. Ils sont tous dangereux. Bien qu une norme ait été proposée par la Natural Products Association, aucun des produits de l étude ne portait cet agrément. Le terme «naturel» n étant pas expliqué, dans tous les cas étudiés, le risque de tromperie du consommateur s en trouve plus élevé. Par conséquent, ces prétentions commettent toutes le Péché d imprécision jouets et 112 produits pour bébés ont été trouvés au Canada ainsi qu aux États-Unis.

12 TM Le terme «biologique», utilisé sous différentes formes, constitue la deuxième prétention la plus fréquemment utilisée dans cette catégorie. On en a trouvé 76 occurrences dans les produits pour bébés et une occurrence pour les jouets. Dans tous les cas, ces prétentions faisaient référence à des matériaux les composant, en général du coton. Aux É.-U. et au Canada, les prétentions «biologiques» étaient étayées par un agrément dans seulement 21% des produits. Toutes les prétentions «biologique» ou autre et pour lesquelles aucune preuve accessible ne vient les étayer, commettent le Péché d absence de preuve. On trouvera plus de détails sur le problème des prétentions «biologiques» dans la section suivante, les cosmétiques Sans «bisphénol A (BPA)» - est déclaré par 44 produits pour bébés et cinq jouets. Aucun de ces produits n offrait d agrément ou de vérification de la prétention et, ainsi, tous les produits ont commis le Péché d absence de preuve. Au total, 44 produits, (36 produits de soins pour bébés et huit jouets), ont eu recours à des déclarations écologiques vagues comme «écologique», «ne nuit pas à la terre» et «bon pour l environnement». Sans détailler ces termes, les termes sont vides de sens étant donné qu ils sont intégralement subjectifs. Ces prétentions ont toutes commis le Péché d imprécision. Cosmétiques (Produits de beauté et de santé) Le souci des consommateurs pour l environnement et les effets sur la santé des produits d hygiène personnelle cosmétiques, shampoings et savons par exemple s est sensiblement intensifié au cours des quelques décennies passées. La visibilité du positionnement dans des magasins comme Body Shop a favorisé dette tendance. Le simple fait de mettre ces produits sur (ou dans) notre corps (des produits comme le dentifrice, les shampoings (ou lotions) ont également favorisé une plus grande sensibilisation des consommateurs. Plus récemment, les ingrédients dans ces produits commencent à attirer une plus grande surveillance par les groupes de défense d intérêts et les autorités de réglementation. Il n est donc pas surprenant qu au cours de cette année, le Rapport sur les Sept péchés de Mascarade écologique a isolé des produits de santé et de beauté comme appartenant à une catégorie évidente de prétentions «vertes» et de Mascarade écologique. Le Figure 6 résume les conclusions de cette catégorie. Voici quelques exemples de produits de cette catégorie: - du coton-tige «biodégradable» et «biologique» - éponges «écologiques» - Savons pour enfants «100 % naturel» et «biodégradables» - shampoings et revitalisant «100 % biologique» - épilation «toute naturelle» - bronzage «100 % naturel» - dentifrices «entièrement naturels» et «agréés biologiques» La prétention écologique la plus répandue, et de loin, trouvée dans le cas de 263 produits, est celle du terme «naturel». Par exemple : - lotion corporelle «naturellement pure». - ingrédients «naturellement dérivés» dans les savons pour les mains. - tampons faciaux «fabriqué de matériaux naturels». - savons «naturellement rafraîchissants». 263 Nombre de cosmétiques prétendant être «naturels», soit la prétention écologique la plus répandue, et de loin

13 À moins qu il y en ait une définition, les prétentions du genre «naturel» commettent un péché d imprécision. Les problèmes particuliers reliés aux prétentions «nature» sont décrites ci-dessus, dans la section intitulée Enfants (jouets et produits de bébés). La deuxième prétention la plus répandue est celle qui dit «biologique» sur les produits cosmétiques, trouvés sur 139 produits. Ces produits couvrent une large gamme, depuis les gommages faciaux fabriqués à base d ingrédients certifiés biologiques jusqu aux shampoings et revitalisants. En elle-même, une prétention «biologique» n est pas nécessairement trompeuse, à la condition que l agrément ou une autre preuve d agrément soit disponible. Plus de la moitié des prétentions appartenant toutefois à cette catégorie n étaient étayées par aucun système d agrément du terme «biologique». Ils commettent donc le Péché d absence de preuve. (Même si ces prétentions ont été vérifiées, celles qui ne concernent qu un seul attribut (comme «biologique» des prétentions qui ne touchent qu un seul aspect des impacts du cycle de vie du produit sont susceptibles de commettre le Péché du compromis caché. Cela se confirmerait dans le cas du coton-tige par exemple si le coton a été blanchi au chlore). Moins de produits, en prétendant être biodégradable (72) ou en utilisant un langage écologique vague (57), ont commis le Péché d imprécision. En l absence d une explication précise, le terme «non toxique» peu induire les consommateurs en erreur et ainsi, constituer un Péché d imprécision Produits de nettoyage La demande de produits de nettoyage écologique dans les écoles, les hôpitaux, les bureaux et autres édifices commerciaux a entrainé une accélération rapide de formulations, technologies et méthodes plus vertes des produits de nettoyage. Parallèlement, des relations ont été établies entre la qualité de l air intérieur, les maladies chroniques (comme l asthme) et les produits d entretien ménager. Il en a résulté une augmentation sensible du nombre de produits d entretien ménager prétendant être «verts». Le Figure 7 décrit les conclusions dans cette catégorie. Notons entre autres exemples dans cette catégorie: - du nettoyant pour verre «qui ne nuit pas à la planète» - serviettes jetable «100% compostable» et «dérivée naturellement» - blanchissage «non toxique» et «sans chlore» - savon de lessive «végétal» - papier essuie-tout fait de papier «100 % recyclé» - papier hygiénique «biodégradable» Parmi les produits d entretien, les suivants sont ceux qui font le plus souvent de la Mascarade écologique: 124 produits présentent des prétentions fausses «biodégradable». Leur fiabilité variait d un produit à l autre. De nombreux produits offrent des définitions précises (comme «vérifiée biodégradable conformément à la norme OECD 301D»). Si la source de la vérification était fournie, la prétention n était pas jugée trompeuse. Les autres prétentions continuent d utiliser un langage très vague, comme des «agents biodégradables» ou un «niveau optimal de biodégradabilité». Ces prétentions étaient jugées comme commettant le Péché d imprécision produits de nettoyage et 14 produits de papier ont été trouvés au Canada et aux États-Unis.

Produits et services de nettoyage Fiche produit --- Version finale DOCUMENT TRADUIT À L EXTÉRIEUR

Produits et services de nettoyage Fiche produit --- Version finale DOCUMENT TRADUIT À L EXTÉRIEUR DOCUMENT TRADUIT À L ETÉRIEUR Produits et services de nettoyage Fiche produit pour les marchés publics écologiques (MPE) 1. Champ d application La présente fiche contient des recommandations relatives

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001 management de l énergie L ISO en bref * En juin 2011 L ISO, Organisation internationale de normalisation, est composée de 160* membres qui sont les

Plus en détail

Code des pratiques de marketing

Code des pratiques de marketing Information sur les produits Code des pratiques de marketing Produits de santé consommateurs du Canada est consciente de sa situation privilégiée comme partenaire dans l offre de produits de santé consommateurs

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001: 2004

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001: 2004 votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001: 2004 ISO L ISO (Organisation internationale de normalisation) est la source des familles ISO 9000 et ISO 14000 de normes de management de la qualité ou

Plus en détail

Qualité en Recherche en Région Aquitaine Limousin : QRRAL

Qualité en Recherche en Région Aquitaine Limousin : QRRAL Qualité en Recherche en Région Aquitaine Limousin : QRRAL Rencontre du 13 décembre 2012 Les référentiels qualité en recherche Objectifs! Rappel sur les principes de la qualité! Les spécificités de la recherche!

Plus en détail

Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Pratiques de vente et de marketing

Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Pratiques de vente et de marketing Consumer Empowerment and Market Conduct (CEMC) Working Group Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Pratiques de vente et de marketing Cette Note Directrice a été élaborée par le Groupe

Plus en détail

ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ

ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ Synthèse des principaux enseignements Une étude réalisée par Ipsos pour Eco-Emballages, avec le soutien technique et financier de l ADEME. SYNTHÈSE

Plus en détail

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001 La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001 ISO L ISO (Organisation internationale de normalisation) est la source des familles ISO 9000 et ISO 14000 de normes de management de la

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

La publicité pour votre certification selon ISO 9001 ou ISO 14001

La publicité pour votre certification selon ISO 9001 ou ISO 14001 La publicité pour votre certification selon ISO 9001 ou ISO 14001 Introduction Objectif du document? Vous êtes fiers de votre entreprise qui vient d obtenir la certification ISO 9001 ou ISO 14001, et vous

Plus en détail

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction OMM GROUPE D EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L ÉVOLUTION DU CLIMAT PNUE Introduction Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé Les activités humaines

Plus en détail

Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6. Monsieur,

Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6. Monsieur, Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Monsieur, Je suis heureuse de vous transmettre la réponse du gouvernement au rapport définitif du Comité

Plus en détail

Vérification de la Stratégie d'information financière - Gestion des immobilisations Bibliothèque et Archives Canada

Vérification de la Stratégie d'information financière - Gestion des immobilisations Bibliothèque et Archives Canada Vérification de la Stratégie d'information financière - Gestion des immobilisations Bibliothèque et Archives Canada Préparé pour Bibliothèque et Archives Canada Préparé par Services de Vérification Canada

Plus en détail

Guide pratique des allégations environnementales

Guide pratique des allégations environnementales Guide pratique des allégations environnementales à l usage des professionnels et des consommateurs Durable, responsable, bio, naturel Comment s y retrouver? Chantal Jouanno, secrétaire d État chargée de

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Les écolabels produits. Chantal Trichard 4 octobre 2011

Les écolabels produits. Chantal Trichard 4 octobre 2011 Les écolabels produits Chantal Trichard 4 octobre 2011 Rappel de définition Qu est-ce qu un achat éco-responsable? Achat de biens ou services qui prennent en compte la protection de l environnement ou

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

ACTUALITÉ 11 VICTOIRE DE MICHAEL SCHMIDT DOSSIERPROPRES MAIS À QUEL PRIX? 12 NATUREL ET ÉCOLOGIQUE ALIMENTATION 23 QUELQUES SUPPLÉMENTS POUR KAMPAÏ

ACTUALITÉ 11 VICTOIRE DE MICHAEL SCHMIDT DOSSIERPROPRES MAIS À QUEL PRIX? 12 NATUREL ET ÉCOLOGIQUE ALIMENTATION 23 QUELQUES SUPPLÉMENTS POUR KAMPAÏ numéro 93 avril 2010 RUBRIQUES 4 LE MOT DU RÉDAC CHEF 5 ENTRE NOUS 7 BIO-INFO 10 BIO-CAPSULES 32 NOUVELLES DES ORGANISATIONS par isabelle bouffard 33 LIVRESQUES RÉCOLTES par le libraire RÉFLEXION 34 QUAND

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

N o 71-544-XIF au catalogue. Produits et services de l Enquête sur la population active

N o 71-544-XIF au catalogue. Produits et services de l Enquête sur la population active N o 71-544-XIF au catalogue Produits et services de l Enquête sur la population active 2006 Comment obtenir d autres renseignements Toute demande de renseignements au sujet du présent produit ou au sujet

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

Des évènements «durables» avec ISO 20121. able Sustainable events with inable events wi ISO 20121 ISO 20121. stainable events

Des évènements «durables» avec ISO 20121. able Sustainable events with inable events wi ISO 20121 ISO 20121. stainable events stainable events ISO 20121 able Sustainable events with even inable events wi th ISO 20121 with ISO 20121 Des évènements «durables» avec ISO 20121 O inable 20121 events wi L ISO est l Organisation internationale

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Fabrication et vente de produits 49 FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Règlements et normes de produits La Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation est entrée en vigueur en 2011. Cette

Plus en détail

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006 INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE OBSERVATIONS DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE SUR LES ÉTATS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT DU CANADA DE L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2006 Dans ces observations, j aimerais expliquer certains

Plus en détail

L évolution des systèmes de management

L évolution des systèmes de management 1 L évolution des systèmes de management 1.1 L évolution du marché De nouvelles donnes du marché sont apparues depuis la publication de la version 1994 des normes de la série ISO 9000. Les versions 2008

Plus en détail

Votre nouvel espace de travail La solution idéale pour votre entreprise.

Votre nouvel espace de travail La solution idéale pour votre entreprise. Votre nouvel espace de travail La solution idéale pour votre entreprise. les défis uniques de votre entreprise. Le monde des affaires aujourd hui est mené par la connaissance. L évolution est plus rapide

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

PROGRÈS DE LA COLLECTE DES DONNÉES AUPRÈS DES ENTREPRISES

PROGRÈS DE LA COLLECTE DES DONNÉES AUPRÈS DES ENTREPRISES Recueil du Symposium 2005 de Statistique Canada Défis méthodologiques reliés aux besoins futurs d information PROGRÈS DE LA COLLECTE DES DONNÉES AUPRÈS DES ENTREPRISES Lucie Vinette Statistique Canada

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

L éco-innovation dans l industrie : favoriser la croissance verte

L éco-innovation dans l industrie : favoriser la croissance verte Eco-Innovation in Industry: Enabling Green Growth Summary in French L éco-innovation dans l industrie : favoriser la croissance verte Résumé en français L éco-innovation sera un élément essentiel des efforts

Plus en détail

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE 30 juin 2014 Cette note présente le bilan des discussions du groupe

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

I. Objet du présent document

I. Objet du présent document Demande de propositions et paramètres relatifs à la traduction en mandarin personnalisé (informatisé) du contenu du module 1 du cours de formation en ligne de la CCE sur les déchets dangereux La Commission

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PR ODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PR ODUITS VENTE DE PR ODUITS Règlements et normes de produits 67 Protection du consommateur 68 Responsabilité du fait du produit 70 Par Caroline Zayid Fabrication et vente de pr oduits 67 Règlements et normes de

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DES FORÊTS DE LA COURONNE

STRATÉGIE DE GESTION DES FORÊTS DE LA COURONNE POURQUOI MAINTENANT? La crise est bien réelle Notre industrie forestière est essentielle à la santé économique du Nouveau-Brunswick, car la subsistance de 22 000 travailleurs dépend de cette importante

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION À propos de l enquête La SCHL est heureuse de publier les constatations de son Enquête auprès

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

MODULE 2 - Profil de l entreprise

MODULE 2 - Profil de l entreprise - Introduction. 23 Résultats visés... 24 Notes à l intention du formateur.. 24 Les cinq questions : comment y répondre? 25 Qui.. 25 Quoi. 25 Pourquoi.. 26 Où... 26 Quand 27 Énoncés de vision et de mission.

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Préambule : Le développement durable est défini par la capacité des générations présentes à satisfaire leurs besoins sans compromettre l aptitude des générations futures à couvrir

Plus en détail

Ces dispositions visent la publicité qui s adresse au consommateur.

Ces dispositions visent la publicité qui s adresse au consommateur. Produits cosmétiques Préambule : Un produit cosmétique est défini comme toute substance ou préparation destinée à être mise en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain (épiderme,

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2015-2016 Rapport du commissaire au développement durable Printemps 2015 Observations du commissaire au développement durable,

Plus en détail

globaloutlook Le développement durable Guide du Rotarien

globaloutlook Le développement durable Guide du Rotarien globaloutlook Le développement durable Guide du Rotarien Copyright 2012 by Rotary International. Tous droits réservés. Un concept universel En 1983, les Nations unies ont demandé à la Commission mondiale

Plus en détail

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires ENQUête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION principales constatations de l Enquête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires Les emprunteurs

Plus en détail

En partenariat avec. Règlement 305/2011 «Produits de construction» Une information utile pour les utilisateurs.

En partenariat avec. Règlement 305/2011 «Produits de construction» Une information utile pour les utilisateurs. En partenariat avec Règlement 305/2011 «Produits de construction» Une information utile pour les utilisateurs. La situation actuelle. Le marquage CE selon la Directive «Produits de Construction» (DPC)

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/2012/4 Distr. générale 13 septembre 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Vingt et unième

Plus en détail

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE POURQUOI L AUTOASSURANCE? Une chaîne de casinos canadiens offre l expérience client idéale. Dès l arrivée des clients et jusqu à leur départ, c est satisfaction garantie! Leurs chambres offrent tous les

Plus en détail

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes 2012 Pour de plus amples renseignements au sujet

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

L E S N O R M E S A U S E R V I C E D E S G E N S E T D E S E N T R E P R I S E S A U T O M N E2010

L E S N O R M E S A U S E R V I C E D E S G E N S E T D E S E N T R E P R I S E S A U T O M N E2010 L E S N O R M E S A U S E R V I C E D E S G E N S E T D E S E N T R E P R I S E S A U T O M N E2010 TAB LE DE S MATIÈR E S ÉLECTRICITÉ 4 ENVIRONNEMENT ET CHANGEMENT CLIMATIQUE 5 SYSTÈMES DE GESTION DE

Plus en détail

DIRECTIVES DU COMMISSAIRE

DIRECTIVES DU COMMISSAIRE DIRECTIVES DU COMMISSAIRE SUJET: CODE DE CONDUITE DESTINÉ À L INDUSTRIE CANADIENNE DES CARTES DE CRÉDIT ET DE DÉBIT Divulgation accrue des pratiques de vente et d affaires et l annulation de contrats sans

Plus en détail

Formulaire d évaluation du Formulaire stage d expérience d évaluation pratique CGA

Formulaire d évaluation du Formulaire stage d expérience d évaluation pratique CGA Formulaire d évaluation du Formulaire stage d expérience d évaluation pratique CGA S.V.P. remplir en caractères d imprimerie. du stage d expérience pratique CGA S.V.P. remplir en caractères d imprimerie.

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

dépenses en recherche et développement

dépenses en recherche et développement Le Conseil d examen du prix des médicaments brevetés Patented Medicine Prices Review Board CEPMB étude S-0217 Décembre 2002 Analyse comparative des dépenses en recherche et développement dans l industrie

Plus en détail

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation MCeX CIRCULAIRE Le 3 septembre 2008

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F OMPI SCT/S1/2 ORIGINAL : anglais DATE : 26 octobre 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

Convention d engagement volontaire des métiers de la propreté & Services Associés

Convention d engagement volontaire des métiers de la propreté & Services Associés Convention d engagement volontaire des métiers de la propreté & Services Associés entre la Fédération des Entreprises de Propreté & Services Associés, d'une part et le Ministère de l Ecologie, du Développement

Plus en détail

Joignez vous à une équipe professionnelle et engagée qui est au service de ses membres!

Joignez vous à une équipe professionnelle et engagée qui est au service de ses membres! Message de l équipe Chers franchisés, Chers clients, Technika jet d encre est fière de l intérêt que vous portez à son entreprise et vous remercie à l avance de votre participation et de votre contribution

Plus en détail

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI LES VILLES LES PLUS VERTES DU CANADA Montréal et la RMR Facteur Vert: les bicyclettes BIXI Solutions énergétiques écologiques Que font les grandes villes du pays pour favoriser les transports à émissions

Plus en détail

Caractéristiques démographiques des utilisateurs du système d évaluation du crédit

Caractéristiques démographiques des utilisateurs du système d évaluation du crédit Sommaire Dans ce rapport, on examine l expérience des consommateurs en matière d évaluation du crédit. Les agences d évaluation du crédit sont des sociétés privées qui collectent et organisent l information

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

PRODUIT. nouveau. uniboard.com. Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Particule brut Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Mélamine thermofusionnée (TFL)

PRODUIT. nouveau. uniboard.com. Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Particule brut Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Mélamine thermofusionnée (TFL) Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Particule brut Sans formaldéhyde ajouté / ULEF - Mélamine thermofusionnée (TFL) MC nouveau PRODUIT uniboard.com La référence en développement durable Pourquoi le panneau

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Séduction, Leadership & Web Marketing pour une Image de Marque Écoresponsable

Séduction, Leadership & Web Marketing pour une Image de Marque Écoresponsable Séduction, Leadership & Web Marketing pour une Image de Marque Écoresponsable Mon Plan Marketing VertTM Jean-Philippe Vézina Directeur et Coach www.monplanmarketingvert.ca Mon Plan Marketing VertTM «4

Plus en détail

Notre meilleure pile de tous le temps

Notre meilleure pile de tous le temps Notre meilleure pile de tous le temps Grâce à la nouvelle pile Rayovac sans mercure, désormais dotée d AVA, un agent d amélioration des performances, vous pouvez répondre à la demande croissante des patients

Plus en détail

Acquérir de nouveaux clients

Acquérir de nouveaux clients Acquérir de nouveaux clients Guide pratique sur l optimisation web Guide pratique sur l optimisation web... 01 Qu est-ce que l optimisation web?... 01 L importance des moteurs de recherche dans l optimisation

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Les expériences des propriétaires canadiens occupant des maisons à consommation énergétique nette zéro EQuilibrium MC Juillet 2015 Série technique INTRODUCTION Des constructeurs,

Plus en détail

URS PRÉFABRIQUÉS STRUCTURES RBR

URS PRÉFABRIQUÉS STRUCTURES RBR STRUCTURES RBR conçoit et fabrique avec la plus haute précision des composantes structurales en bois pour des bâtiments de type résidentiel, commercial, industriel et agricole. STRUCTURES RBR se définit

Plus en détail

l économie se mobilise pour une protection active du climat

l économie se mobilise pour une protection active du climat 23 OCTOBRE 2011 FICHES THEMATIQUES: POLITIQUE CLIMATIQUE l économie se mobilise pour une protection active du climat La loi sur le CO 2 est la base de référence pour l application du Protocole de Kyoto

Plus en détail

Améliorer la performance environnementale et la conformité à la législation sur l environement

Améliorer la performance environnementale et la conformité à la législation sur l environement Guide d orientation Améliorer la performance environnementale et la conformité à la législation sur l environement Dix éléments pour des systèmes efficaces de gestion de l environnement Juin 2000 Programme

Plus en détail

le gaz naturel... en toute sécurité

le gaz naturel... en toute sécurité le gaz naturel... en toute sécurité 1 CONTENU Une énergie présente 3 Une source d énergie sécuritaire 4 Gaz Métro : une équipe à votre service 5 Une énergie propre 6-7 Les bases de la prévention 8-9 Vous

Plus en détail

Vers une électronique plus verte. De plus en plus verte, mais...

Vers une électronique plus verte. De plus en plus verte, mais... Vers une électronique plus verte De plus en plus verte, mais... Introduction Greenpeace félicite l industrie des produits électroniques pour les nombreux obstacles technologiques qu elle a su vaincre pour

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRADE/WP.6/2001/15 1 er août 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ POUR LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE, DE

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

les EMBAllAGEs «VErTs»

les EMBAllAGEs «VErTs» Europe & International UnE histoire VrAIE sur les EMBAllAGEs «VErTs» DES SOLUTIONS. AU SERVICE DE VOTRE RÉUSSITE. /gogreen regarder la vidéo Une histoire vraie Allégations environnementales Faits environnementaux

Plus en détail

PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2012-2017 SOMMAIRE DES RÉSULTATS D UN SONDAGE D OPINION SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DU SONDAGE

PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2012-2017 SOMMAIRE DES RÉSULTATS D UN SONDAGE D OPINION SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DU SONDAGE PROJET DE PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES 2012-2017 SOMMAIRE DES RÉSULTATS D UN SONDAGE D OPINION SYNTHÈSE DES RÉSULTATS DU SONDAGE LE 16 JANVIER 2013 MISE EN CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE DU SONDAGE

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS Sommaire Introduction 1 Chaîne d innovation 2 Innovation ouverte 5 Marketing 5 Types d innovation 5 Conditions d innovation 7 Bibliographie 8 Direction de l appui à

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des Principes régissant la protection consommateurs des dans le commerce électronique Le cadre canadien Groupe de travail sur la consommation et le commerce électronique Principes régissant la protection

Plus en détail

9. Dans le cadre plus large de l accord sur les forêts, on attend du FNUF qu il:

9. Dans le cadre plus large de l accord sur les forêts, on attend du FNUF qu il: Décembre 2003 F ATELIER SUR LA CONSOLIDATION DE L ACTION RÉGIONALE MISE EN ŒUVRE DES PROPOSITIONS D ACTION GIF/FIF EN AFRIQUE Accra, Ghana, 16 18 février 2004 MISE EN ŒUVRE DES PROPOSITIONS D ACTION GIF/FIF

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail