Développement d un projet d urbanisation et de construction de 114 logements dans le noyau urbain de la ville de VENDRELL.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement d un projet d urbanisation et de construction de 114 logements dans le noyau urbain de la ville de VENDRELL."

Transcription

1 CLEMENT Romain élève ingénieur de 5 ème année INSA Strasbourg Spécialité GENIE CIVIL PROJET DE FIN D ETUDES Développement d un projet d urbanisation et de construction de 114 logements dans le noyau urbain de la ville de VENDRELL. Juin 2007

2 REMERCIEMENTS Je remercie tout d abord Madame Josefina ROVIROSA LLorens directrice de l entreprise JMa Rovirosa Sole pour m avoir offert la possibilité d effectuer mon projet de fin d étude au sein de son entreprise. Mes remerciements vont particulièrement à Monsieur Vaccaro Ruiz et Mademoiselle Maria José ROVIROSA pour m avoir soutenu et guidé tout au long de ce projet. Je tiens également à remercier mon tuteur de PFE, Mr Messelis, qui a su répondre à toutes mes interrogations et m a permis de mener à terme la rédaction de ce mémoire. Ces remerciements s adressent également à toutes les équipes de travail qui m ont accompagné dans la réalisation de mes différentes études. Merci pour leurs aides précieuses et leurs conseils avisés. Je tiens également à remercier toutes les personnes que j aurais pu oublier et qui ont participé de prés ou de loin à ce projet de fin d étude.

3 Rapport 08/06/2007 SOMMAIRE Introduction. 1 Entreprise 2 I) Etude détaillée 4 1. Pré étude Description terrain Analyses Emplacement Commerciale Environnementale Développement Acquisition foncière 2. Définition projet Etude technique Etude financière Coût permutation Coût prévisionnel de la construction Répercutions / seuil de rentabilité Négociations Décision de l entreprise Procédure d acceptation Etude détaillée initiale Etude conseil municipalité Décision promoteur Etude conseil municipalité Solution 26

4 Rapport 08/06/2007 II) Projet d urbanisation Projet de compensation Projet d urbanisation Etat actuel du terrain Définitions des travaux Caractéristiques de l urbanisation Mouvements des terres Corps de chaussée et trottoir Réseau de distribution d eau potable Réseau d évacuation d eau usée Réseau d éclairage public Réseau de Basse tension Réseau d évacuation d eau pluviales Réseau de télécommunication Organisation des réseaux Analyse Situation PFE dans le planning 73 Conclusion 74 Bibliographie 75 Sites Internet 76

5 INTRODUCTION L augmentation de la population dans les noyaux urbains, engendre la nécessité de développer de nouvelles urbanisations dans le but de créer de nouvelles zones résidentielles. Les promoteurs sont les principaux acteurs de ce développement urbain. Ils cherchent, analysent et proposent des projets de construction afin de profiter de la demande du marché. Les municipalités, qui sont les responsables locaux de l autorité gouvernementale, ont le devoir et l obligation de veiller au bon développement de leur territoire en se basant principalement sur les normes et législation qui régissent l utilisation des sols (loi des sols). Dans le processus d aménagement du territoire, le projet d urbanisation est l étape qui permet de définir les installations nécessaires à la connexion d une nouvelle zone au reste du tissu urbain. Sa réalisation doit prévoir l intégration des projets de constructions qui pourront être développés par les promoteurs. Le présent mémoire à pour but de rendre compte de l étude du projet d urbanisation de l unité d action UA 26 située dans le noyau urbain de la ville de EL Vendrell au sud de la Catalogne. Ce projet a été entrepris par l entreprise JMa Rovirosa Sole afin de prévoir la construction de 114 logements. La première partie du rapport fait état du processus de réalisation de l étude détaillée. Ce document a pour but de définir la nouvelle re-parcellisation du terrain à partir des caractéristiques définis par «la loi sur les sols», et décrire les caractéristiques du projet de construction qui pourra être réalisé par le promoteur. Nous verrons les difficultés rencontrées lors de l acceptation du dossier par la municipalité. La deuxième partie du rapport fait état de la détermination des travaux d urbanisation. Ce document a pour but de définir les travaux nécessaires à la connexion de l urbanisation aux différents services existants (Eaux potables, électricité, assainissement ). Nous verrons comment les procédures administratives ainsi que les réquisitoires de la municipalité influent sur le dimensionnement et la définition de ces travaux

6 Présentation de l entreprise Nom: JOSE M a ROVIROSA SOLE S.A Statut: Entrepreneur Activités de l entreprise: Construction et vente Historique du groupe: 1880 : Début de l entreprise Rovirosa fondé par Mr Rovirosa Papiol : Entreprise léguée de père en fils : Prise de direction de Mr JM Rovirosa : Passage à une entreprise patrimoniale : Prise de direction du demi fils de Mr JM Rovirosa : Prise de direction de Mme Josefina Rovirosa : Passage de l entreprise patrimoniale à une société anonyme. Financier : résultats sur l année 2006 : Actif circulant : Total Actif : Bénéfice d exploitation : ,72 Bénéfice d activité ordinaire : ,59 Résultat de l exercice : ,44 (Bénéfice net) Il est raisonnable de conclure que l entreprise réalise un bénéfice conséquent vu son statut. Cela témoigne de la qualité de sa gestion

7 Organigramme de l entreprise : Directeur Général Sra Rovirosa Gérant Sra Rovirosa DIRECTION Financière Sr Aran Interne Sra Rovirosa Maria Travaux Sr Ventura Architecture Sra Rovirosa Mar Finance Sr Aran Comptable Sr Fernandez Administration Sra Canuñas Devis/ Attention client Sra Villena Commercial Sr Salvador Sra Canuñas Chantier Ouvriers Bureaux Architectes Figure 1 : Organigramme de l'entreprise L entreprise depuis plus de 100 ans se consacre principalement à la construction et à la promotion de première et de seconde résidence dans le secteur de la «Costa Dorada» en Catalogne. Tout en étant une entreprise de caractère familial, depuis ces 10 dernières années, elle a effectué plus de 20 projets de construction réalisant plus de 3000 appartements. Elle est parvenue à être une des entreprises les plus importantes de la région catalane et un des leaders dans le secteur de la construction. C est dans cette continuité, que l entreprise m a proposé de participer à la réalisation et au développement d un de ses derniers projets à l étude

8 I) Etude détaillée 1) Pré-études : L entreprise prévoit la réalisation d un projet immobilier dans la ville d El Vendrell. Elle décide donc de prospecter afin de trouver le secteur approprié. Figure 2 : Plan «Situation d El Vendrell» Situation de la municipalité par rapport aux grandes agglomérations : - Barcelone 64km - Tarragone 30km 1.1) Description du terrain. Le terrain au quel s est intéressé en premier lieu l entreprise se trouve être une parcelle de 1 043m² que souhaite vendre son propriétaire, située en plein centre de la ville. Selon le plan général d ordonnancement urbain de la ville (PGOUM) 1, cette parcelle fait partie d une unité d action 2 de m ² divisée entre 7 propriétaires. Le sol de cette unité d action est classé comme étant un sol urbain, en secteur délimité 3. Ce qui donne aux propriétaires le droit de construire sous réserve de suivre les normes régissant l urbanisation et l édification sur cette zone. 1 PGOUM : Plan Général d Ordonnancement Urbain Municipal, définit par le conseil municipal d El Vendrell et accepté par la commission territoriale de Tarragone. Ce document définit l utilisation des sols suivant la «loi des sols de 1998» approuvé par décret législatif royal. 2 Zone urbanisable délimitée par une polygonale. La géométrie de la polygonale a été définie par le conseil municipal et répertorié dans le PGOUM 3 Défini par une polygonale fermée

9 Légende : : Unité d action UA 26 Figure 3 : Plan «Centre ville» Figure 4 : Plan «Emplacement projet» Avant d initier les démarches du projet l entreprise souhaite faire une analyse pour se rendre compte de l intérêt financier que pourrait lui apporter le développement d un projet sur cette unité d action. 1.2) Analyses ) Analyse de l emplacement. Si on se réfère au plan (figure 3) du terrain, nous pouvons observer que l unité d action est située au nord du collège «Sagrado Corazon d El Vendrell» et à l ouest du complexe sportif, ce qui lui proportionne une situation sociale intéressante et le converti en un projet attractif pour la commercialisation. Il est également important de mentionner que le terrain est situé en plein centre urbain, proche de l avenue commerciale la plus importante de la ville. Cependant, des aspects négatifs sont à signaler quant à son emplacement. Le terrain est desservi par des rues étroites à trafic important 4, ce qui pourrait entraîner des difficultés lors de l exécution de la construction lors de la synchronisation des flux de transports. Il sera difficile d obtenir auprès de la mairie, les autorisations nécessaires pour pouvoir interrompre la circulation. Ceci demandera des négociations administratives longues et contraignantes. Une étude détaillée du planning de la construction sera nécessaire pour éviter les retards et les surcoûts causés par ce problème de circulation. 4 D après les chiffres officiels de la ville d El Vendrell, Trafic de type T3 (500 à 2000 V/jours) - 5 -

10 Légende : : Voie sens unique Figure 5 : Plan «Accès projet» 1.2.2) Analyse commerciale. Comme nous l avons expliqué précédemment, l emplacement du projet lui donne des atouts importants et donc une valeur ajoutée sur le marché immobilier. Ceci est renforcé par le fait que la ville d El Vendrell ne compte pas sur un réseau de transport développé, et donc être à proximité du meilleur centre scolaire de la ville et d un centre d activité sportif, augmente l intérêt du projet. De plus le centre scolaire accepte en priorité les élèves dont les parents sont résidant dans la municipalité. D un autre coté, le pouvoir d achat de la population du secteur, visé par le projet, n est pas très élevé et donc elle ne pourra pas s offrir une résidence principale et une résidence secondaire, les clients potentiels souhaiteront acquérir des appartements plus grands et de meilleure qualité que ce qui se construit dans le secteur. En effet les appartements proposés par la concurrence sont de caractéristiques de seconde résidence ) Analyse environnementale. La ville d EL Vendrell est connue dans la région catalane pour son agriculture et sa production de fruits et légumes. La mairie ne souhaite pas entacher l image écologique que donnent les espaces verts à l intérieur de son noyau urbain. De plus le parti socialiste des ouvriers espagnols qui préside à la municipalité, a créé une coalition avec un parti écologiste, ce qui explique pourquoi le PGOU oblige lors de la définition d un projet de construction à prévoir un pourcentage important du terrain aux espaces verts. De plus, la mairie rédige des ordonnances publiques qui obligent les constructeurs à inclure dans leur projet des études à caractère environnemental : a. Une étude sur l économie de l eau (recyclage, traitement particulier ) C est aussi dans un souci national que cette norme est entrée en vigueur. En effet l Espagne souffre d un manque d eau potable (accentué dans la période estivale) qui oblige le pays à lancer des campagnes de restriction d utilisation d eau pour les piscines, l arrosage des 5 Plus petit et moins de confort

11 jardins etc. S est donc pour contribuer à la préservation des ressources en eau que les nouveaux projets de construction devront répondre à cet ordonnancement. b. Une étude sur l énergie solaire. Celle-ci oblige les nouveaux bâtiments réalisés après janvier 2007 à installer de panneaux solaires. Ces études entre dans le processus Européen de protection environnementale pour la réduction du réchauffement de la planète etc. Les nouvelles constructions devront donc de plus en plus répondre à ces nouvelles contraintes qui souvent prennent le pas sur les contraintes techniques. Si on se place du point de vu du constructeur, toutes ces dispositions dirigent fortement la définition des projets et réduisent considérablement son profit. En effet les constructions tendent de plus en plus à répondre aux normes HQE (hautes qualités environnementales) et même s ils existent quelques subventions, cela coûte cher à l entreprise qui doit répercuter ce surcoût dans le prix de vente. Cependant, ces normes sont imposées à juste titre pour préserver la qualité de vie de la population. On peut remarquer que dans cette optique, l Espagne est en retard sur ces voisins Européens, par exemple, en comparaison avec l Allemagne où le souci de l écologie est beaucoup plus présent et les énergies renouvelables beaucoup plus développées, l Espagne tente de développée principalement l énergie solaire ) Analyse du développement urbain. La ville d El Vendrell est propice au projet de construction. Selon les chiffres officiels de la municipalité, la population est en constante augmentation ces 20 dernières années. Figure 6 : Graphique «évolution de la population» En analysant les chiffres ont peut constater que l évolution est bien constante depuis 1991 et de plus cette augmentation est en moyenne de 6% chaque année. En consultant les chiffres officiels donnés par «l instituto Nacional de Estadísticas». On peut se rendre compte que le taux moyen d accroissement annuel de la population entre 2001 et 2005 est de 3% dans la zone côtière de la catalogne et au niveau du pays il varie entre 0 et 2%. On peut donc conclure que la ville d El Vendrell est dans une dynamique démographique positive. De ce fait elle nécessite constamment de nouvelles structures pour accueillir ces flots de population

12 Dans cette optique le conseil municipal a lancé ces dix dernières années une campagne de développement du réseau de voieries de la ville qui transparaît dans les bilans d investissement fait par la municipalité chaque année. Le réseau de voirie et le nombre de logements de la ville ont de ce fait considérablement augmentées ces 5 dernières années Figure 7 : Schématisation «évolution de l urbanisation» On peut voir sur ces schémas, que le noyau urbain se densifie et que le maillage du réseau de voirie également. Cette analyse montre que la ville est en constante demande d infrastructure pour accueillir la population immigrante qui vient chercher à s installer pour profiter de l essor économique de la ville. C est donc dans cette dynamique de construction que l entreprise souhaite réaliser un projet dans l unité d action qui lui est proposée

13 1.2.5) Analyse de l acquisition foncière : L entreprise souhaite construire sur la totalité de l unité d action. Elle nécessite donc de connaître ses possibilités d acquérir la totalité du foncier. Selon le registre de la propriété, l unité d actuation est divisée en 7 parcelles appartenant à différents propriétaires (voir plan ). Parcelle Propriétaire : Sr Pere Pros Jané Superficie selon le cadastre : m2 Parcelle Propriétaire : Sr Rovirosa Superficie selon le cadastre : m2 Parcelle Propriétaire : Sr Juan Urgell Jané Superficie selon le cadastre : m2 Parcelle: Propriétaire : Sra M. Josefa Caralt Julivert Superficie selon le cadastre : m2 Parcelle: Propriétaire : Sr. Juan Rimbau Fontanillas Superficie selon le cadastre : 118.8m2 Parcelle: Propriétaire : Sr Juan Rimbau Fontanillas Superficie selon le cadastre : 506.7m2 Figure 8 : Plan «répartition parcelles» Parcelle: Propriétaire : Mairie de El Vendrell Superficie selon le cadastre : 246m2 Superficie selon le cadastre des chemins d accès aux propriétés est de : m2 Comme il a été dit précédemment, seul un des propriétaires est favorable à la vente de sa parcelle. L entreprise doit donc convaincre le reste des propriétaires à lui céder les droits de leurs propriétés. Elle entre dans une phase de négociations, longue et difficile, avec les propriétaires afin de parvenir à un accord

14 Suite à ces négociations, les différents partis concernés sont parvenus aux accords suivants : - Le propriétaire de la parcelle vend son terrain à l entreprise. - Les autres propriétaires cèdent leurs terrains selon le régime de la permutation 6. Cette permutation a été négociée pour chaque propriétaire à 28% des biens immobiliers générés par le projet, proportionnellement à leur surface de foncier. La permutation est une manière avantageuse de s approprier des terrains pour un promoteur car elle lui évite d acheter directement le foncier. Cependant, cette négociation est intéressante pour l entreprise, dans la mesure où, la valeur des biens qu elle doit céder aux propriétaires ne soit pas supérieure à la valorisation du foncier. Dans le cas de l étude une permutation à 28% est satisfaisante pour l entreprise car elle sait, de part ses expériences passées qu elle sera bénéficiaire. Tous les propriétaires, étant d accord pour céder leur terrain au promoteur, augmentent l intérêt du projet car de ce fait l entreprise évite les problèmes qu aurait pu causer une réunion de compensation 7. Forte de toutes ces analyses, l entreprise décide de donner suite au projet. Désormais le projet de construction doit être étudié en détail par les différents services sous traités par l entreprise, afin de définir le profit maximum dont pourra bénéficier le promoteur. 2) Définition du projet : 2.1) Etude technique. L entreprise fait appel à un bureau d architecte pour définir le projet de construction. Ce projet fera état des biens immobiliers qu elle peut prétendre réaliser sur le terrain de l unité d actuation. Ce projet doit se référer aux normes d urbanisation fixées par le PGOU. Ce dernier fixe tous les paramètres régissant l ordonnancement de l urbanisation et les caractéristiques des bâtiments. L analyse et l interprétation de ce document permettent de définir les caractéristiques suivantes concernant la définition de l unité d actuation: - Sol urbain, urbanisable, délimité - Zone PA Zone 8a 9 6 Consiste pour le propriétaire à céder les droits de sa propriété au promoteur en échange d un pourcentage des biens immobiliers défini par le projet. Ceci en proportion à la superficie du terrain par rapport à la superficie total du projet. 7 Elle définit les nouvelles limites de propriété lorsque le terrain doit être re-divisé entre plusieurs propriétaires. 8 Zone PA 1 : Correspond à une section du PGOU qui définit les critères d ordonnancement et distribution des bâtiments. (Les éléments sortant, les profondeurs des bâtiments ) 9 Zone 8a : Correspond à une section du PGOU qui définit les limites d utilisation du sol (Résidence, commerce )

15 Cette définition de la parcelle signifie que le terrain possède un plan partiel réalisé par le conseil municipal. Ce plan définit une grande partie du projet à savoir : Paramètre d ordonnancement : Le projet devra céder gratuitement une partie du terrain pour réaliser les infrastructures suivantes : - Equipement municipaux - Parcs et jardins - Réseaux de voirie La nouvelle répartition des parcelles privées fixée par le PGOU est définie par le plan Il définit l ordonnancement suivant : Zone PA1 d édification privée : Système d équipement et dotation (CLAU 4) 10 Système de Parcs et jardin Urbains (CLAU 3) Système de réseau de voirie (CLAU 1) Superficie totale : 6 655m2 716m m m m2 Cet ordonnancement contraint le promoteur à céder 6 483m2 et répartir le plancher sur 6655m2. On peut remarquer, sur les plans, que l ordonnancement des bâtiments est caractéristique. Cette configuration, de l îlot central avec les coins coupés (chanfreins), a été sans doute inspirée par «Cerdá» célèbre ingénieur espagnol des ponts et chaussées qui est à l origine de l extension atypique de la ville de Barcelone. L extension de l urbanisation de Barcelone est caractérisée par un plan en damier où les îlots ont les coins coupés et où les rues sont perpendiculaires. Figure 9 : Photo «Extension de l urbanisation de Barcelone» 6 CLAU : Correspond à la section du PGOU qui définit les caractéristiques de chaque équipement urbain (Réseaux voirie, espaces verts, équipement )

16 Paramètres de construction : - Superficie réelle de l unité d actuation : m². - Indice de construction brut total : 1,584m²s/m²s Plancher 12 maximal constructible : m2. - Nombre maximum d appartements constructibles: 114 unités. - Hauteur maximale des bâtiments : 13,65m (rez-de-chaussée + 3 étages). - Possibilité de construire des attiques. - 60% du rez-de-chaussée utilisable pour créer des biens immobiliers. A partir de ces caractéristiques, le bureau d architecte, doit proposer un projet qui, en se basant sur les critères d ordonnancements et de dessins techniques fixés par le PGOU pour une zone de profit privé de type PA1, doit définir la surface maximale de construction possible, soit m². La répartition de la surface constructible définit par le bureau d architecte est la suivante : Dans un premier temps : Etage Secteur 1 Secteur 2 Secteur 3 Secteur 4 Secteur 5 Total m² Rez de chaussée Premier étage 2 235, ,6 Deuxième étage 2 235, ,6 Troisième étage ,6 Attiques Total Figure 10 : Tableau «cadre prévu d édification» Le bureau d architecte a dû dans un deuxième temps rectifier la répartition du plancher du fait que le conseil municipal refuse la réalisation d attique dans le secteur. Ceci nous montre le pouvoir que possède la mairie sur la définition des projets et les conséquences que cela peut avoir au moment de l acceptation du permis de construire. Le bureau d architecte propose donc un cadre d édification sans attiques Pour un m² de terrain correspond 1,584m² de plancher. m² de plancher correspond au m² de superficie du terrain multiplier par l indice de construction brut

17 Etage Secteur 1 Secteur 2 Secteur 3 Secteur 4 Secteur 5 Total m² Rez de chaussée Premier étage 2 235, ,6 Deuxième étage 2 235, ,6 Troisième étage ,6 Total , ,8 Figure 11 : Tableau «cadre prévu d édification» Ce qui peut être représenté par les schémas suivants : Figure 12 : Schémas «Répartition des secteurs» On observe qu en se basant sur les critères de distribution du PGOUM, on obtient seulement un plafond de m2. Ceci est dû au fait que : - La profondeur maximale des étages est de 12m ce qui restreint la superficie. - La distribution des étages est conditionnée par des critères d éloignement suivant la nature des propriétés mitoyennes. (ex : min 3m entre deux étages dédiés au logement privé pour des raisons d éclairement naturel). - Le conseil municipal n autorise pas la construction 13 d attique ce qui aurait élevé le plafond du projet au m² possible. 13 Le conseil municipal va à l encontre du PGOU car il évalue que les attiques sont une pollution visuelle pour le secteur. Les bâtiments aux alentours ne possédant pas d attiques

18 Caractéristiques des bâtiments : - Des appartements de résidence principale répartis sur les trois étages de chaque bâtiment. Soit ,8m². - Des locaux commerciaux sur les 60% utilisable du rez-de-chaussée. Soit 3993m². - Des parkings souterrains pour chaque immeuble Soit 160 places de parking. Analyse : Du point de vu du promoteur, le projet perd un intérêt financier du fait de la réduction du plancher de m 2. La surface moyenne de chaque appartement déduite de ces caractéristiques est de: S ,8 = = 108,4 m² en moyenne. 114 Cette surface répond aux critères souhaités par l entreprise suffisamment grande pour répondre aux critères d une résidence principale mais qui correspond au pouvoir d achat de la clientèle visée. Du point de vu de la municipalité, il est important de garder une harmonie structurale dans son urbanisation. S est pourquoi elle veut interdire la construction d attique vu que les bâtiments aux alentours sont de trois étages, même si cela va à l encontre des règles fixées par le PGOUM. Le promoteur doit réaliser à partir de cette définition du projet une étude financière. 2.2) Etude financière : Cette étude financière à pour but de déterminer un devis estimatif du coût de la construction pour que le promoteur évalue les risques financiers. Elle a été menée en accord avec le service comptable de l entreprise. Elle comprend : - Le coût de la permutation - Le coût prévisionnel de la construction - La répercussion sur les prix de vente

19 2.2.1) Coût de la permutation Impôt : La permutation du point de vu fiscal se définit comme une vente. Les propriétaires vendent leurs terrains au promoteur ce qui implique que ce dernier doit payer l impôt correspondant. L impôt à payer dans le cas de l achat d un bien immobilier à un particulier est l impôt de transmission patrimonial. (ITP) qui est un impôt à payer à la commune. Cet impôt se calcule sur la valeur marchande du plancher constructible sur le foncier appartenant au propriétaire. Concrètement, l entreprise donne une valeur au mètre carré de plancher et doit par la suite payer l ITP de 7% sur la valorisation du terrain. Pour ce projet l entreprise a valorisé à 300 le mètre carré de plancher. Cette valeur a été définie suivant les prix du marché. Le coût de l ITP est le suivant : Plancher Valorisation du constructible foncier ITP (7%) Caralt 7 029, , ,91 Rimbau 815, , ,70 Rimbau 189, , ,52 Urgell 7 734, , ,30 Pros jane 1 169, , ,31 Rovirosa 1 679, , ,00 Ajuntamiento 395, , ,98 TOTAL , , ,72 Figure 13 : Tableau «Impôt de transmission patrimonial» Remarque : Pour la propriété de Mr Rovirosa, le terrain a été acheté pour , la valorisation du terrain est donc de Analyse : Cet impôt est déduit d une valeur prévisionnelle de la propriété. Cette valorisation devra être réactualisée lorsque le projet de construction sera terminé. L entreprise devra recalculer le montant d ITP dû à la commune

20 Biens immobiliers : La permutation doit s évaluer sur tous les biens immobiliers qui pourront être réalisés par le promoteur, c'est-à-dire : - Sur le nombre d appartements. (Etages) - Sur la surface de locaux commerciaux (Rez-de-chaussée). - Sur le nombre de places de parking. (Souterrains) Analyse de la permutation des appartements La permutation se comptabilise sur un total de 114 appartements. Permutation 28% appartement Propriétaires % foncier Appartement constructible (unitaire) Appartement dû (unitaire) Caralt 37,0% 42,15 11,80 Rimbau 4,3% 4,89 1,37 Rimbau 1,0% 1,14 0,32 Urgell 40,7% 46,37 12,98 Pros jante 6,1% 7,01 1,96 Rovirosa 8,8% 10,07 Foncier acheté par l entreprise Ajuntamiento 2,1% 2,37 0,66 TOTAL 100,0% ,10 Figure 14 : Tableau «Permutation appartement» D après l analyse de ce tableau, le nombre d appartement au profit de l entreprise sera de : 84,9 appartements sur les 114 possibles. Nous pouvons constater que le nombre d appartements est définit au dixième. Le propriétaire ne se verra pas attribuer une partie d un appartement. C est lors de la réunion de compensation que les propriétaires pourront négocier avec le promoteur pour définir quels biens immobiliers leur seront concédés. Lors de ce partage les facteurs de valorisation qui entrent en considération sont les suivants: - La situation géographique de l appartement. - La taille de l appartement

21 Analyse de la permutation des locaux : La permutation se comptabilise sur un total de 3 993m² correspondant au 60% du rez-dechaussée. Permutation : locaux commerciaux 28% Propriétaires % foncier Surface constructible (m2) Surface due (m2) Caralt 36,97% 1 476,27 413,35 Rimbau 4,29% 171,23 47,94 Rimbau 1,00% 39,88 11,17 Urgell 40,68% 1 624,21 454,78 Pros jane 6,15% 245,51 68,74 Rovirosa 8,83% 352,77 Foncier acheté par l entreprise Ajuntamiento 2,08% 83,13 23,28 TOTAL 100% ,26 Figure 15 : Tableau «Permutation locaux» D après l analyse de ce tableau, la surface de locaux au profit de l entreprise sera de : 2 973,74m². Analyse de la permutation des places de parking. La permutation se comptabilise sur un total de 160 places de parking, correspondant à : - Une place de parking par appartement selon les normes d édification soit 114 unités. - 40% de parking en plus selon la politique de l entreprise soit 46 unités. Permutation place de parking 28% Propriétaires % foncier Parkings constructibles (unitaire) Parkings dus (unitaire) Caralt 36,97% 59,15 16,56 Rimbau 4,29% 6,86 1,92 Rimbau 1,00% 1,60 0,45 Urgell 40,68% 65,08 18,22 Pros jane 6,15% 9,84 2,75 Rovirosa 8,83% 14,14 Ajuntamiento 2,08% 3,33 0,93 TOTAL 100% 160,00 40,84 Figure 16 : Tableau «Permutation parkings» D après l analyse de ce tableau, le nombre de place de parking au profit de l entreprise sera de: unité

22 Bilan D après l étude de la permutation l entreprise pourra répercuter le coût du projet sur les biens immobiliers suivants : 84,9 appartements ,74m² de surface commerciale. 119,16 places de parking ) Coût prévisionnel de la construction. Le coût prévisionnel est basé sur l étude des constructions précédemment réalisées par l entreprise. Cette étude permet de définir les prix les plus proches possible de la réalité basée sur des constructions similaires avec une réactualisation. Les prix qui suivent ont été définis en accord avec le service de comptabilité de l entreprise : Prix de l urbanisation : 60 / m² de plancher. Réalisation des différents réseaux (Eau, électricité, télécommunication, voirie) Prix de construction des appartements : 800 / m² de plancher. Structure, finition, cuisine aménagée Prix de construction des locaux : 550 /m² de plancher. Structure, finition Prix de construction des places de parking : / place de parking. Parking souterrain. Récapitulation du coût: Prix unitaire ( ) Quantité Total ( ) Acquisition Achat du terrain , ,00 foncière ITP permutation , ,72 Urbanisation Urbanisation (m2) 60, , ,00 Construction appartement (m2) 800, , ,00 Construction Constructions locaux (m2) 550, ,00 Parking (Unitaire) 6 000, ,00 TOTAL ,72 Figure 17 : Tableau «Coût projet»

ZAC DU CENTRE VILLE A MONDEVILLE CAHIER DES CHARGES PROMOTEURS

ZAC DU CENTRE VILLE A MONDEVILLE CAHIER DES CHARGES PROMOTEURS ZAC DU CENTRE VILLE A MONDEVILLE CAHIER DES CHARGES PROMOTEURS LOTS n 6 ET 7 PREAMBULE La commune de Mondeville a initiée en 2006, par approbation d'un dossier de ZAC, le réaménagement complet de son centre

Plus en détail

La zone correspond à la partie centrale du Carré.

La zone correspond à la partie centrale du Carré. La zone correspond à la partie centrale du Carré. Il s agit d une zone en cours d urbanisation, destinée à recevoir des équipements publics ou privés, des activités tertiaires ou de bureaux ainsi que des

Plus en détail

Déroulement de la présentation

Déroulement de la présentation Déroulement de la présentation Panorama des principaux outils de l urbanisme opérationnel - Les outils opérationnels - Les outils de financement Le lotissement communal de la Pointe de Fromentières - Les

Plus en détail

CONSULTATION PROMOTEURS POUR LA REALISATION D UNE OPERATION DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS ET DE COMMERCES

CONSULTATION PROMOTEURS POUR LA REALISATION D UNE OPERATION DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS ET DE COMMERCES REGLEMENT DU CONCOURS Maître d'ouvrage : Ville de Bruyères-Le-Châtel 2 rue des Vignes 91 680 Bruyères-Le-Châtel Objet de la consultation : CONSULTATION PROMOTEURS POUR LA REALISATION D UNE OPERATION DE

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption

Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE BRETAGNE Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption LE DIRECTEUR GENERAL DE L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE BRETAGNE Vu le Code de l Urbanisme et notamment

Plus en détail

Ministère de l Industrie

Ministère de l Industrie Ministère de l Industrie ZONES INDUSTRIELLES BILAN ET PERSPECTIVES Présentée par M. ABIDI Benaissa PDG AFI Site Web: http ://www.afi.nat.tn Juin 2013 1 Sommaire : I- Présentation de L AFI II- Réalisations

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

Guide pratique. Mohamed LAHYANI Expert Comptable à Tanger +212 6 61 63 98 89 m.lahyani@audit-analyse.com

Guide pratique. Mohamed LAHYANI Expert Comptable à Tanger +212 6 61 63 98 89 m.lahyani@audit-analyse.com Mohamed LAHYANI Expert Comptable à Tanger +212 6 61 63 98 89 m.lahyani@audit-analyse.com Guide pratique P endant les années 60 et 70, le slogan «l Espagne est différente» a été utilisé pour assurer la

Plus en détail

Yanick Quemeras, Directeur général de Nexity-SEERI

Yanick Quemeras, Directeur général de Nexity-SEERI L APPROCHE ECONOMIQUE DU PROMOTEUR Yanick Quemeras, Directeur général de Nexity-SEERI QU EST CE QU UN PROMOTEUR? Si les rôles de l architecte et de l entrepreneur de bâtiment sont à peu près compris, celui

Plus en détail

Sa vocation est d accueillir l implantation d activités économiques prioritairement dans le domaine des éco activités et des éco filières.

Sa vocation est d accueillir l implantation d activités économiques prioritairement dans le domaine des éco activités et des éco filières. La zone correspond à une zone d urbanisation future, non équipée, située au nord-est de la commune entre les voies ferrées et les territoires des communes limitrophes de Combs-la-Ville et Moissy- Cramayel.

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES. Du 01/04/2015 au 15/06/2015. En vue de la cession amiable d un terrain à bâtir. Parcelle AI n 212 Rue Louis Comte.

APPEL A CANDIDATURES. Du 01/04/2015 au 15/06/2015. En vue de la cession amiable d un terrain à bâtir. Parcelle AI n 212 Rue Louis Comte. APPEL A CANDIDATURES Du 01/04/2015 au 15/06/2015 En vue de la cession amiable d un terrain à bâtir Parcelle AI n 212 Rue Louis Comte 3 031 m² Cahier des Charges 1 Préambule En partenariat avec EPORA, la

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ AMENAGEMENT DE LA ZAC COMBAREL

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ AMENAGEMENT DE LA ZAC COMBAREL COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ AMENAGEMENT DE LA ZAC COMBAREL COMMUNE DE RODEZ CESSION LOT B1- PROGRAMME IMMOBILIER RESIDENTIEL CONSULTATION DE PROMOTEURS ET D ARCHITECTES PHASE 1- CANDIDATURES

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Demande de permis d urbanisation Article 311 du CWATUPE 1

Demande de permis d urbanisation Article 311 du CWATUPE 1 COMPOSITIONS DE DOSSIER Demande de permis d urbanisation Article 311 du CWATUPE 1 I. Actes et travaux concernés Procéder à l urbanisation d un bien, en ce compris la promotion ou la publicité y afférente.

Plus en détail

Ordre du jour. Date et lieu. Participants

Ordre du jour. Date et lieu. Participants Ordre du jour Présentation et débat autour des grands principes du règlement et du zonage du projet de Plan local d urbanisme Date et lieu Mardi 19 mars 2013 de 18h30 à 20h30 à l espace Gérard Philipe.

Plus en détail

Une commune, promoteur immobilier : est-ce possible? Les Jardins de la Chasse : Etterbeek innove et ose!

Une commune, promoteur immobilier : est-ce possible? Les Jardins de la Chasse : Etterbeek innove et ose! Une commune, promoteur immobilier : est-ce possible? Les Jardins de la Chasse : Etterbeek innove et ose! 25 septembre 2013 Vincent DE WOLF Député-Bourgmestre 1 La commune en quelques lignes 2 Superficie

Plus en détail

GUIDE PROMOTEUR CALCUL DES DEVIS D EQUIPEMENT EN ELECTRICITE 1- ETABLISSEMENT DES DEVIS D EQUIPEMENT DES LOTISSEMENTS ET ENSEMBLE IMMOBILIER

GUIDE PROMOTEUR CALCUL DES DEVIS D EQUIPEMENT EN ELECTRICITE 1- ETABLISSEMENT DES DEVIS D EQUIPEMENT DES LOTISSEMENTS ET ENSEMBLE IMMOBILIER GUIDE PROMOTEUR CALCUL DES DEVIS D EQUIPEMENT EN ELECTRICITE 1- ETABLISSEMENT DES DEVIS D EQUIPEMENT DES LOTISSEMENTS ET ENSEMBLE IMMOBILIER Dès que le projet reçoit l avis favorable de la commission chargée

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

REGLEMENT. Dossier de modification Pièce n 2

REGLEMENT. Dossier de modification Pièce n 2 MODIFICATION DU PLAN LOCAL D URBANISME GENTILLY [DÉPARTEMENT DU VAL DE MARNE] REGLEMENT Dossier de modification Pièce n 2 Pour approbation par délibération du Conseil Municipal TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

Plus en détail

Copyright 2014 Strikto.fr Tommy REDOR

Copyright 2014 Strikto.fr Tommy REDOR Copyright 2014 Strikto.fr Tommy REDOR Première étape de la conception de votre maison, la réglementation est riche et variée. Ce livret à pour objectif de lever le voile sur les éléments qui la composent

Plus en détail

Introduction. Sur une superficie d une dizaine d hectares, orienté plein Sud, le site du Crêt du Bief offre un panorama exceptionnel.

Introduction. Sur une superficie d une dizaine d hectares, orienté plein Sud, le site du Crêt du Bief offre un panorama exceptionnel. Introduction Sur une superficie d une dizaine d hectares, orienté plein Sud, le site du Crêt du Bief offre un panorama exceptionnel. Un site exceptionnel Photo 1. Prise sur le site du Crêt du Bief Que

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE Caractère de la zone : Cette zone correspond aux secteurs destinés à l accueil d activités, touristiques, commerciales, de services et d équipements

Plus en détail

Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles»

Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles» Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles» FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation : France Principales interventions

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION DE PROMOTEURS CONCERNANT LA VENTE DES TERRAINS DE L ECO-QUARTIER DE L OCTROI

REGLEMENT DE CONSULTATION DE PROMOTEURS CONCERNANT LA VENTE DES TERRAINS DE L ECO-QUARTIER DE L OCTROI REGLEMENT DE CONSULTATION DE PROMOTEURS CONCERNANT LA VENTE DES TERRAINS DE L ECO-QUARTIER DE L OCTROI Préambule : La Commune de Villefranche-sur-Mer et la SPLV ont conclu, le 22 juin 2011, une convention

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Les fiches pratiques de l ADIL du Finistère

Les fiches pratiques de l ADIL du Finistère Les fiches pratiques de l ADIL du Finistère JE VAIS CONSTRUIRE UNE MAISON INDIVIDUELLE A QUELLES TAXES MON PROJET SERA-T-IL SOUMIS? L acte de construire est soumis au paiement de taxes et participations

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES LE FINANCEMENT DES ACTIVITES SPORTIVES Les collectivités locales peuvent participer au financement des associations sportives, sous certaines conditions.

Plus en détail

LES ASL : UN MODE D APPROPRIATION DE SON QUARTIER ET UN

LES ASL : UN MODE D APPROPRIATION DE SON QUARTIER ET UN LES ASL : UN MODE D APPROPRIATION DE SON QUARTIER ET UN ENJEU POUR L URBANISATION MAITRISEE DE BUSSY SAINT- GEORGES Un enjeu politique Le contrôle et la gestion des espaces urbanisés sont des enjeux de

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale

Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale Mars 2012 Ce document a été réalisé par le ministère des Affaires municipales, des

Plus en détail

Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE

Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE République Française Département du Pas-de-Calais Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE Préambule Partie I Dispositions générales et définitions

Plus en détail

Plan d aménagement particulier «Op der Gare» Wilwerwiltz - Partie écrite

Plan d aménagement particulier «Op der Gare» Wilwerwiltz - Partie écrite Plan d aménagement particulier «Op der Gare» à Wilwerwiltz Commune de Kiischpelt Partie écrite Plan d aménagement particulier «Op der Gare» Wilwerwiltz - Partie écrite Maître d ouvrage Llyda-Lux SA 96,

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES DEPARTEMENT DES PYRENEES-ORIENTALES COMMUNE DE PALAU DE CERDAGNE Lotissement Communal LE MANOIR DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES APPEL D OFFRES PROCEDURE ADAPTEE REGLEMENT PARTICULIER DE CONSULTATION

Plus en détail

Contribuer à l aménagement du territoire départemental

Contribuer à l aménagement du territoire départemental Contribuer à l aménagement du territoire départemental Point presse 16 octobre 2009 Aube Immobilier en quelques chiffres Au service des collectivités Aube Immobilier gère 9400 logements implantés sur quelque

Plus en détail

ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS 1 Les différents domaines de la construction Bâtiment : Constructions concernant les bâtiments à usage de bureaux ou à usage d habitation pour le compte

Plus en détail

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX DROIT PUBLIC IMMOBILIER Premier acte de l intervention du législateur en faveur de la construction de logements, la loi n

Plus en détail

Chapitre 1er : Dispositions Générales

Chapitre 1er : Dispositions Générales RÈGLEMENT DU SPANC Chapitre 1er : Dispositions Générales 1) Objet du règlement. 2) Champ d application territorial 3) Définitions et vocabulaire 4) Champ d appartenance au service public d assainissement

Plus en détail

Création et aménagement d un Bar Restaurant Commerce multiservices

Création et aménagement d un Bar Restaurant Commerce multiservices M A I R I E D E L U R S Hôtel de Ville 04700 - LURS Création et aménagement d un Bar Restaurant Commerce multiservices L O T u n i q u e Cahier des charges M ARCHE P UBLIC E N P R O CÉ D URE ADAPTÉE -

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE DE SERVICES D ARCHITECTURE DANS LE CADRE DE LA DEMOLITION D IMMEUBLES A APPARTEMENTS SITUES. A. N..

CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE DE SERVICES D ARCHITECTURE DANS LE CADRE DE LA DEMOLITION D IMMEUBLES A APPARTEMENTS SITUES. A. N.. CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE DE SERVICES D ARCHITECTURE DANS LE CADRE DE LA DEMOLITION D IMMEUBLES A APPARTEMENTS SITUES. A. N.. TABLE DES MATIERES PREMIERE PARTIE CLAUSES ADMINISTRATIVES... 4 1.

Plus en détail

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Mémoire de l OAQ Mai 2012 INTRODUCTION Présentation de l Ordre des

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie

Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie La traduction du projet communal dans la vie quotidienne. Réunion publique 1 Sommaire Rappel des grands moments de l élaboration du dossier du P.L.U. d Allenjoie.

Plus en détail

Diplôme. Technicien en génie civil

Diplôme. Technicien en génie civil Profil professionnel du Diplôme Technicien en génie civil Finalisé et publié 2006 Validé le DT-GC-PP090210-01 PROFIL PROFESSIONNEL DU TECHNICIEN EN GÉNIE CIVIL Définition d un profil professionnel «Le

Plus en détail

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES Avec les entreprises, le Conseil Général fait bouger les Vosges! Création Développement Reprise d entreprise CONSEIL GENERAL DES VOSGES 1 8 rue

Plus en détail

Icade inaugure la résidence «Auguste RODIN» Mardi 12 juillet 2011

Icade inaugure la résidence «Auguste RODIN» Mardi 12 juillet 2011 Icade inaugure la résidence «Auguste RODIN» Mardi 12 juillet 2011 LE TERRAIN : Localisation : Située au sud-ouest de Rennes, la commune de Saint-Jacques de la Lande pénètre largement intrarocade et se

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

Initialement centrée sur le prix des terrains

Initialement centrée sur le prix des terrains Marchés fonciers L enquête sur le prix des terrains à bâtir Une enquête nationale annuelle permet de suivre le marché des terrains à bâtir pour maisons individuelles mais pas seulement. Quelles en sont

Plus en détail

CHAPITRE UH ZONE RESIDENTIELLE PRINCIPALEMENT RESERVEE AUX HABITATIONS INDIVIDUELLES.

CHAPITRE UH ZONE RESIDENTIELLE PRINCIPALEMENT RESERVEE AUX HABITATIONS INDIVIDUELLES. CHAPITRE UH ZONE RESIDENTIELLE PRINCIPALEMENT RESERVEE AUX HABITATIONS INDIVIDUELLES. Elle comprend le secteur UHa qui bénéficie de dispositions particulières à l article 10. SECTION 1 NATURE DE L OCCUPATION

Plus en détail

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD)

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) LE PADD : projet d aménagement et de développement durable Il définit les orientations d urbanisme

Plus en détail

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly Si les niveaux des différents polluants du trafic routier sont toujours plus importants à proximité du boulevard

Plus en détail

COMMUNE DE TILLY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE-RENDU

COMMUNE DE TILLY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE-RENDU COMMUNE DE TILLY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU VENDREDI 06 FEVRIER 2009 A 20 heures 45 EN MAIRIE DE TILLY Convocation 29 janvier 2009 SOUS LA PRESIDENCE DE MONSIEUR PATRICK

Plus en détail

Plan de prévention des risques de mouvements de terrain (PPRMT) consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols

Plan de prévention des risques de mouvements de terrain (PPRMT) consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols Plan de prévention des risques de mouvements de terrain (PPRMT) consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols Réunion publique du 17 janvier 2012 Le PPRMT actuellement soumis à enquête publique,

Plus en détail

COMMUNE DE LIHUS OPERATION DE REHABILITATION DES SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion publique d information du Mercredi 09 décembre 2015

COMMUNE DE LIHUS OPERATION DE REHABILITATION DES SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion publique d information du Mercredi 09 décembre 2015 COMMUNE DE LIHUS OPERATION DE REHABILITATION DES SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion publique d information du Mercredi 09 décembre 2015 SOMMAIRE Présentation de l opération Cadre général Intervenants

Plus en détail

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP)

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) TABLE DES MATIÈRES 1. LA RESPONSIBILITÉ 1.1 La responsabilité en matière d achats 1.2 La responsabilité en matière de planification des

Plus en détail

Fiche-conseil I Urbanisme

Fiche-conseil I Urbanisme Maison individuelle, Vancé - Sarthe Fabienne Paumier, architecte Fiche-conseil I Urbanisme Bien penser pour bien construire De la recherche du terrain à l aménagement de sa maison et de son jardin, le

Plus en détail

GUIDE. de l Acheteur. Guide pour prendre la bonne décision lors de l achat d une propriété en Espagne.

GUIDE. de l Acheteur. Guide pour prendre la bonne décision lors de l achat d une propriété en Espagne. GUIDE de l Acheteur Guide pour prendre la bonne décision lors de l achat d une propriété en Espagne. GUIDE de l acheteur MONTIEL ET GARCIA SERVICES IMMOBILIERS a élaboré ce Guide de l Acheteur pour vous

Plus en détail

ELABORATION DU PROJET Définition d un bilan d aménagement optimisé Décembre 2010

ELABORATION DU PROJET Définition d un bilan d aménagement optimisé Décembre 2010 CHANQUEYRAS, UNE AMBITION DE QUARTIER DURABLE ELABORATION DU PROJET Définition d un bilan d aménagement optimisé Décembre 2010 1 Sommaire 1/ LE BILAN GLOBAL D AMENAGEMENT 2 / PROGRAMMATION PRODUITS LOGEMENTS

Plus en détail

HABITAT GROUPÉ : INTRODUCTION A L AUTOPROMOTION. Les HabILeS Atelier du 12 Avril 2010

HABITAT GROUPÉ : INTRODUCTION A L AUTOPROMOTION. Les HabILeS Atelier du 12 Avril 2010 HABITAT GROUPÉ : INTRODUCTION A L AUTOPROMOTION Les HabILeS Atelier du 12 Avril 2010 Introduction Objet de la présentation De la constitution du groupe A l étude de faisabilité Origine Projet d habitat

Plus en détail

ETUDES D ASSAINISSEMENT

ETUDES D ASSAINISSEMENT REFFOUH Abdelhafid Chef de division des études Direction de l Eau et de l Assainissement Direction Générale des Collectivités Locales Ministère de l Intérieur 10/12/2009 1 ETUDES D ASSAINISSEMENT Etudes

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous allez construire ou améliorer un habitat : traiter et évacuer vos eaux usées est une obligation. Si votre terrain

Plus en détail

DES MODALITÉS NOVATRICES POUR ASSURER

DES MODALITÉS NOVATRICES POUR ASSURER DES MODALITÉS NOVATRICES POUR ASSURER LA GESTION DES SERVICES PUBLICS À L INTÉRIEUR DES EMPRISES ROUTIÈRES L EXPÉRIENCE DE CONCERTATION ET DE COLLABORATION DU MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC Anne Baril,

Plus en détail

Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0

Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 Message de bienvenue par M.Lorenzini Conseiller administratif Présentation du concept d assainissement Par M. Dubois service des travaux et de l urbanisme Par M. Martin

Plus en détail

ARRÊTÉ MUNICIPAL Portant règlement de la publicité, des enseignes et pré enseignes sur le territoire communal

ARRÊTÉ MUNICIPAL Portant règlement de la publicité, des enseignes et pré enseignes sur le territoire communal ARRÊTÉ MUNICIPAL Portant règlement de la publicité, des enseignes et pré enseignes sur le territoire communal Le Maire de la commune de SAINT-BENOIT : Vu le Code des Communes, Vu le Code des Collectivités

Plus en détail

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES Cadre réservé à l administration Date de dépôt N dossier Mairie des Herbiers Direction des services techniques 6 rue du Tourniquet

Plus en détail

PROJET. Entre : Ci-après désigné «L EPF» ou «L EPF du Val d Oise» d une part,

PROJET. Entre : Ci-après désigné «L EPF» ou «L EPF du Val d Oise» d une part, PROJET CONVENTION D ORIENTATIONS GENERALES RELATIVE A L ARTICULATION ENTRE LE STIF ET L EPF DU VAL D OISE EN MATIERE D ECHANGE D INFORMATION ET D ACTIONS FONCIERES Entre : L Etablissement Public Foncier

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE 1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE Références juridiques : La promotion immobilière est régie par la loi n 90-17 du 26 février 1990, portant refonte de la législation

Plus en détail

TRAVAUX DE REFECTION DE COUVERTURES, DE FAUX PLAFOND ET D ISOLATION THERMIQUE

TRAVAUX DE REFECTION DE COUVERTURES, DE FAUX PLAFOND ET D ISOLATION THERMIQUE Marchés Publics de Travaux Mairie de Caderousse service des marchés TRAVAUX DE REFECTION DE COUVERTURES, DE FAUX PLAFOND ET D ISOLATION THERMIQUE Règlement de la consultation (RC) Date limite de réception

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative)

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) Ce document doit être complété par tout demandeur d'un document d'urbanisme Il est à renseigner par le propriétaire

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Commune de Clichy-la-Garenne (Département des Hauts-de-Seine)

Commune de Clichy-la-Garenne (Département des Hauts-de-Seine) Commune de Clichy-la-Garenne (Département des Hauts-de-Seine) R èglement communal de la publicité, des enseignes et pré-enseignes Chapitre I du Titre VIII Livre V du Code de l Environnement élaboré par

Plus en détail

Définitions DÉFINITIONS

Définitions DÉFINITIONS DÉFINITIONS Accès et voie nouvelle : L accès est constitué par la limite entre le terrain et la voie qui le dessert. La voie nouvelle est une emprise publique ou privée qui permet de desservir plusieurs

Plus en détail

Loi fédérale sur l organisation de La Poste Suisse

Loi fédérale sur l organisation de La Poste Suisse Loi fédérale sur l organisation de La Poste Suisse (Loi sur l organisation de la Poste, LOP) 783.1 du 17 décembre 2010 (Etat le 1 er octobre 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l

Plus en détail

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035»

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035» VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT 1 «LAC-SIMON 2035» Contexte de la démarche Révision du plan et des règlements d urbanisme de Lac-Simon Révision en cours du Schéma d aménagement et

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHÉS PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ASSISTANCE JURIDIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIÈRE EN VUE DU CHOIX ET DE LA MISE EN PLACE DU MODE DE GESTION DU SERVICE D ASSAINISSEMENT Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010 Lecture de plan bâtiment Mai 2010 Représentation des volumes Du volume au plan... Plusieurs vues sont nécessaires pour comprendre et représenter une construction! Introduction La lecture de plan de bâtiment,

Plus en détail

CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION

CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION [Loi sur l aménagement et l urbanisme, article 119, article 120 et article 237] 4.1 Nécessité du permis de construction Tout projet de construction, de transformation,

Plus en détail

Toutes les Communes du Nord sont éligibles pour des travaux concernant des trottoirs en agglomération, le long de routes départementales.

Toutes les Communes du Nord sont éligibles pour des travaux concernant des trottoirs en agglomération, le long de routes départementales. Subventions aux communes pour la réalisation de trottoirs le long des routes départementales Modalités d intervention Programmation 2014 A) GENERALITES 1-Communes éligibles Toutes les Communes du Nord

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES DEFINITIONS COMMUNES AU REGLEMENT

CHAPITRE 1 : LES DEFINITIONS COMMUNES AU REGLEMENT PLAN LOCAL D URBANISME DE MAISONS-ALFORT REGLEMENT : CHAPITRE 1 CHAPITRE 1 : LES DEFINITIONS COMMUNES AU REGLEMENT AVERTISSEMENT Les définitions figurant dans le présent chapitre sont présentées sous l

Plus en détail

ZAC LUCILINE (1035) Réalisation de l opération d aménagement de la ZAC Luciline. COMPTE RENDU ANNUEL A LA COLLECTIVITE Actualisé au 31/12/2006

ZAC LUCILINE (1035) Réalisation de l opération d aménagement de la ZAC Luciline. COMPTE RENDU ANNUEL A LA COLLECTIVITE Actualisé au 31/12/2006 Version du 1 er Août 2007 Concession d Aménagement Ville de Rouen ZAC LUCILINE (1035) Réalisation de l opération d aménagement de la ZAC Luciline COMPTE RENDU ANNUEL A LA COLLECTIVITE Actualisé au 31/12/2006

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE D une propriété appartenant à la ville de Vauréal située : 28 RUE DES LONGUES TERRES 95 490 VAUREAL AVIS D APPEL A CANDIDATURE I. OBJET La commune de Vauréal (95

Plus en détail

1143 Apples, le 19 mai 2014

1143 Apples, le 19 mai 2014 1143 Apples, le 19 mai 2014 M U N I C I P A L I T E APPLES Préavis N 04/2014 de la Municipalité au Conseil communal concernant : la demande d'un crédit de Fr. 730'000. pour le développement des études

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT Contrat de Réservation...2 VOTRE DOSSIER DE FINANCEMENT...3 LA SIGNATURE DE L'ACTE DE VENTE...4 DURANT LA CONSTRUCTION....5 Les Appels de Fonds...6 Les Visites du

Plus en détail

CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR -

CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR - CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR - OBJECTIFS Dans un contexte de concurrence et de concentration des opérateurs, les PME doivent s adapter et renouveler et moderniser

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL COMMUNE DE VAL-DE-RUZ RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL à l appui d une demande d un crédit d'engagement de CHF 160'000.- pour la rénovation et l isolation des façades du bâtiment sis à l

Plus en détail

Politique de financement des services publics

Politique de financement des services publics Politique de financement des services publics TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 1. CHAMPS D APPLICATION DE LA POLITIQUE...3 2. ÉNONCÉ DES PRINCIPES DE LA POLITIQUE...5 3. AXES D INTERVENTION...7 4.

Plus en détail

2.06 RÉSEAU DES ROUTES CANTONALES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Service des infrastructures

2.06 RÉSEAU DES ROUTES CANTONALES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Service des infrastructures RÉSEAU DES ROUTES CANTONALES INSTANCE RESPONSABLE Service des infrastructures INSTANCE DE COORDINATION Service des infrastructures AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de l aménagement du territoire Office

Plus en détail

1.2 Situation actuelle dans le secteur concerné

1.2 Situation actuelle dans le secteur concerné TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION DES ETUDES TECHNIQUES POUR LA CONSTRUCTION DU MARCHE DE BUTERERE DANS LA MUNICIPALITE DE BUJUMBURA, DU MARCHE DE KARUSI ET L AMENAGEMENT DES DIFFERENTS MARCHES PERIPHERIQUES.

Plus en détail

-Un certain nombre de contrats, très réglementés, sont proches de la VEFA. Même s ils

-Un certain nombre de contrats, très réglementés, sont proches de la VEFA. Même s ils Il peut exister d autres documents d urbanisme qui édictent des règles spécifiques applicables à une zone particulière : zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (devenues les

Plus en détail

I) exposé des motifs :

I) exposé des motifs : Ville de Beaune Réglementation de la publicité et des enseignes Adopté le 7 novembre 2005 par le groupe de travail Modifié après avis de la commission des sites I) exposé des motifs : Le principe général

Plus en détail

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des produits et coûts relatifs aux contrats de construction.

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 09-2015

EXPOSE DES MOTIFS N 09-2015 Commune de PlanlesOuates EXPOSE DES MOTIFS N 092015 Message aux membres du Conseil municipal Crédit d étude pour la mise en œuvre des droits à bâtir propriétés de la Commune aux Sciers 1 ère étape F 300'000.

Plus en détail