VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE"

Transcription

1 RAPPORT PROJET INGENIERIE VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE «ETUDE DE MARCHE DE LA VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE SUR LES DEPARTEMENTS DU 06 ET DU 83» Présenté par Antonine MOHEN Etudiante en Master II Hydroprotech à Polytech Nice-Sophia Laura MADRIERES Etudiante en GE5 à Polytech Nice-Sophia

2 RESUME Ce rapport a pour but de présenter nos résultats dans le cadre du module «Projet Ingénierie» sur la valorisation des boues séchées en agriculture sur les départements du 06 (département des Alpes Maritimes) et du 83 (département du Var). Parmi les divers projets de valorisation que nous avons étudiés, nous présentons ici celui qui nous paraît le plus abouti. Etant restées sur une approche purement théorique, pour une application concrète, notre proposition «virtuelle» nécessiterait un volet opérationnel. Mots clés : Boues de station d épuration, valorisation, homologation -2-

3 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier M. Bourgeois de la Lyonnaise des Eaux pour ses conseils et son encadrement lors de notre mission. -3-

4 SOMMAIRE Résumé... 2 Remerciements... 3 Sommaire... 4 Introduction... 5 I. Presentation du produit... 6 I.1 La station de séchage de la Paoute... 6 I.1.1 Présentation générale... 6 I.1.2 La station de La Paoute... 7 I.2 Les Boues Séchées Thermiquement... 7 I.2.1 Processus de fabrication... 8 I.2.2 Propriétés physico-chimiques... 9 II. Methodologie et Proposition de solution II.1 Principe...10 II.2 Recherche de partenariat...11 II.3 Résultats...11 III. Dossier d homologation du produit III.1 Pièces nécessaires...13 III.2 Procédure...13 Conclusion Annexes Annexe 1 : Liste de contacts établie en vue de recherche de partenariat Annexe 2: Plaquette de présentation des boues séchées Annexe 3 : Compte rendu d avancement début Bibliographie LISTE DES SIGLES UTILISES Liste des tableaux Liste des figures

5 INTRODUCTION Dans le cadre des projets ingénieries, nous avons travaillé sur la valorisation des Boues Séchées Thermiquement (B.S.T.) pour la Lyonnaise des Eaux de Mougins (06). A partir de 2012, les boues issues de la nouvelle station d épuration du bassin cannois seront déshydratées puis séchées sur place comme déjà pratiqué sur la station de la Paoute à Grasse. Le produit final pourra ainsi être valorisé en agriculture sous forme d amendement. Nous verrons quels sont les débouchés possibles dans les départements des Alpes Maritimes (06) et du Var (83). Quelles solutions peuvent être mises en place? Quelle est la procédure à respecter pour obtenir une homologation? -5-

6 I. PRESENTATION DU PRODUIT I.1 La station de séchage de la Paoute I.1.1 Présentation générale La station de séchage basse température de la Paoute se situe en Provence Alpes Côtes d Azur, dans le quartier de «La Paoute» à Grasse. Station de séchage de la Paoute Figure 1. Localisation de la station de séchage de la Paoute à Grasse, Google Maps Janvier L installation de traitement de boues comporte deux lignes de séchage permettant de traiter tonnes de boues centrifugées par an. Les boues centrifugées, quelles qu en soit leurs origines, devront avoir une siccité minimum de 22%. En sortie de l installation, les boues séchées ont une siccité de 80-85% de matière sèche, et représenteront un tonnage annuel prévisionnel d environ tonnes. Un autre sécheur de la Lyonnaise des Eaux va bientôt entrer en activité pour traiter les boues humides de la station Aquaviva à Cannes. Il est prévu qu en sortie de l installation les boues sèches représenteront un tonnage annuel prévisionnel d environ T/an. À terme, les deux sécheurs fourniront T/an de boues séchées. -6-

7 I.1.2 La station de La Paoute Les boues d épuration admises sur le sécheur sont des boues appartenant à la catégorie des déchets non dangereux issus du traitement des eaux résiduaires urbaines ou de l activité de l industrie des arômes et parfums du bassin industriel grassois. Figure 2. Usine du sécheur de la Paoute, Lyonnaise des Eaux. Le sécheur de la Paoute traite actuellement les T/an de boues d épuration de Grasse, y compris celles de l industrie des arômes et parfums du bassin grassois. Il accepte également les boues humides en provenance de Vallauris (Station d épuration «Nobilis») : environ T/an (siccité moyenne de 29%) et de Valbonne (Station d épuration «Les Bouillides») : environ T/an (siccité moyenne de 25%). Ce sont des boues d origine urbaine. Les évolutions prévisibles de capacité (extension des ouvrages, taux de collecte) conduisent à majorer de T environ la production de boues à l horizon 2020 sur ces deux stations de séchage. I.2 Les Boues Séchées Thermiquement Ce produit issu des sédiments organiques, après traitement des eaux, mute en engrais organo-minéral riche en éléments fertilisants disponibles et efficaces (c.f. : Tableau 1). Figure 3. Photographie de boues séchées, Suez Ce produit assure une fertilisation dite «progressive» en entretenant le taux de matières organiques en stimulant la vie microbienne tout en améliorant la structure du sol. -7-

8 Tableau 1. Teneurs moyenne sur brut Teneurs moyennes sur produit brut Matière (Organique + sèche) 90% Ph eau à 20 C 6,5 N Total Azote /00 P 2 O 5 Phosphore total /00 MgO Magnesium total /00 I.2.1 Processus de fabrication En entrée de l équipement de séchage, les boues sont décompactées et calibrées dans une extrudeuse, de façon à obtenir des «spaghettis» de 8mm de diamètre, pouvant être répartis uniformément sur toute la surface du tamis horizontal circulant lentement au centre du tunnel. Cette mise en place sous forme de «spaghettis» facilite le passage de l air au travers du produit et évite le passage à l état plastique des boues. Figure 4. Sécheur thermique en action. La courroie-tamis chargée de boue à sécher se déplace lentement dans le tunnel. Un air chaud et sec le traverse et va extraire l humidité des boues. La technique de la pompe à chaleur mise en œuvre permet le transfert de chaleur, d un foyer froid (échangeur permettant la condensation de l air humide) à un foyer chaud (échangeur permettant le chauffage de l air sec). Cette technique permet de contrôler une chambre de séchage en circuit fermé sans avoir besoin de prendre de l air extérieur, économisant ainsi la perte d un air chaud et saturé (énergie résiduelle) et la diffusion d odeurs. L air sec se chauffe sur un premier échangeur (condenseur), puis il se charge d humidité en passant au travers des boues ; enfin il se condense sur un deuxième échangeur (évaporateur) qui le déshumidifie ; et le cycle se poursuit ainsi tout au long de la bande transporteuse. La pompe à chaleur transfère les calories récupérées du foyer froid vers le foyer chaud. On obtient ainsi un séchage en circuit d air fermé, avec un minimum de pertes énergétiques. L ensemble des opérations est géré au moyen d automates de façon à effectuer un contrôle et un suivi continu de tous les paramètres du processus. Les boues se présentent en sortie du tunnel sous forme de granulés d une siccité de 80-90%. Ces granulés sont alors repris par un convoyeur et dirigés vers un silo destiné à alimenter le chargement des camions. -8-

9 I.2.2 Propriétés physico-chimiques Une procédure rigoureuse de suivi de la qualité des boues est appliquée en vue de : Garantir la qualité des boues séchées destinées à la valorisation Déterminer la nature et l origine des boues qui ont été la cause d une éventuelle nonconformité Cette procédure s applique sur de analyses systématiques du produit en entrée (boues humides) et en sortir (boues sèches). Contrôle des boues en entrée Le producteur de boues humides, réalisera des analyses de boues sur le site de production, en vue de vérifier leur conformité aux critères d acceptabilité. La fréquence de ses contrôles est la suivante : Siccité : toutes les semaines Mensuellement une analyse des paramètres suivants : Tableau 2. Paramètres mesurés mensuellement en entrée de station CaO Cl Total P Alcalins (sur K2O) Hg Somme (Cd, Tl, Hg) Somme (Sb, AS, Pb, Ni, V, Sn, Te, Se) Oxyde de calcium Chlore Phosphore Oxyde de Potassium Mercure Somme (Cadmium, Thallium, Mercure) Somme (Antimoine, Arsénic, Plomb, Nickel, Vanadium, Etain, Tellure, Sélénium) Les résultats des analyses sont fournis au fur et à mesure de leur réalisation à l exploitant du sécheur. Ce programme pourra être adapté en fonction des contraintes de suivi fixées à la filière de traitement et de valorisation des boues séchées. Contrôle des boues en sortie Les boues séchées éliminées par la filière cimenterie font l objet d analyse définies conformément aux arrêtés d exploitation des cimenteries concernées. En l état actuel la Lyonnaise des Eaux a signé un contrat avec le cimentier VICAT qui prévoit une analyse annuelle sur les paramètres : Mercure, Cadmium, Thallium, Cobalt, Antimoine, Plomb, Chrome, Nickel, Vanadium, Etain, Tellure, Zinc, Cuivre, Manganèse, Lithium, Sélénium, Aluminium, Fer, Magnésium, Calcium, Chlore, Brome, Iode, Soufre, Phosphore, Azote. -9-

10 II. METHODOLOGIE ET PROPOSITION DE SOLUTION Dans le but de valoriser les boues dans le domaine de l agriculture, nous avons examiné la répartition des cultures pratiquées dans les Alpes Maritimes (06) et le Var (83) dans les documents fournis par M. Bourgeois. Figure 5. Pourcentage de répartition des surfaces en fonction des cultures pratiquées dans les Alpes Maritimes (à gauche) et dans le Var (à droite) en Source : Rapport Terre d Azur V1, Il apparaît clairement que dans les Alpes Maritimes le principal débouché pour la valorisation serait l épandage dans les prairies permanentes. Dans le département du Var la diversité des cultures est nettement plus importante. Cependant les prairies permanentes représentent plus du tiers de la surface cultivée. De sa composition chimique (c.f. : I.2.2 Propriétés physico-chimiques), le produit constitue un fertilisant organique riche en azote et phosphore. Les possibilités de valorisation sont nombreuses : agriculture, plantes en pots, aménagements paysagers. Il est à noter que l utilisation des B.S.T. en arboriculture n est pas possible car les engrais doivent être solubles dans l eau. Après un entretien avec le représentant des agriculteurs auprès de la Chambre de Commerce de Nice, il apparaît clairement que l emploi des B.S.T. dans de le domaine de l agriculture est difficile, en raison de la provenance du produit et de son historique dans les Alpes Maritimes. Fortes de ces constatations, nous avons décidé de nous orienter vers la production de terre végétale. II.1 Principe La terre végétale est constituée d un mélange de divers composants (déchets végétaux, terre, fertilisants ) en fonction de l utilisation souhaitée. Le débouché pour la terre végétale est assez important allant de la vente aux particuliers sous forme de sacs, au réaménagement de stades sportifs par exemple. Notre but est donc de trouver dans les départements des Alpes-Maritimes et du Var, un producteur qui substituerait, en partie, dans la fabrication de terre végétale certains fertilisants onéreux par les B.S.T

11 II.2 Recherche de partenariat En vue d établir un partenariat, nous avons décidé de recenser tout organisme pouvant nous aider dans cette recherche. Ainsi nous avons réalisé une liste de contacts pouvant utiliser la filière de la valorisation des déchets végétaux ou pouvant nous fournir des renseignements sur l emploi des B.S.T. dans un périmètre proche de la station de La Paoute (c.f. : Annexe 1). Parallèlement nous avons réalisé une mise à jour de la plaquette de présentation des B.S.T. (c.f. : Annexe 2). II.3 Résultats De nos contacts avec les organismes que nous avions recensés, il en ressort que dans le domaine de l agriculture le produit est perçu de façon très négative. En conséquence, il paraît difficile de mettre en place une procédure de valorisation, à court terme dans les Alpes Maritimes. Les organismes de recherches (contactés pour obtenir des informations au sujet de l homologation) n ont pu fournir de détail à ce sujet ni proposer d autres contacts. Les filières dites de «travaux» (élagage, abattage ) ne semblent pas intéressées car elles mettent en décharge tous les déchets verts, produits de leur activité. Il est à noter que l entreprise «Azur Jardins» serait éventuellement prête à s associer à une filière de production de boues mais pas à supporter elle-même la production de terre végétale. Les pépiniéristes brûlent leurs déchets végétaux ou les envoient également en décharge. Quant à l utilisation de B.S.T. comme fertilisant pour leur propre utilisation, cela semble relativement difficile en raison de la provenance du produit et de sa traçabilité. Enfin chez les producteurs de terre végétale, seule l entreprise «Fiandino Malavard» est très intéressée par l ajout de B.S.T.. En effet, selon la destination de la terre végétale, elle serait prête à intégrer un certain pourcentage de boues dans sa production, et compte tenu des volumes considérés, pourrait écouler l intégralité des B.S.T. produites par les deux stations de séchage. Nous sommes toujours en contact avec cette entreprise prête à faire un «test» avec l utilisation de B.S.T

12 III. DOSSIER D HOMOLOGATION DU PRODUIT L article L255-1 du Code Rural 48 précise que : 1- les matières fertilisantes comprennent les engrais, les amendements et, d une manière générale, tous les produits dont l emploi est destiné à assurer ou à améliorer la nutrition des végétaux ainsi que les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols ; 2- les supports de culture sont des produits destinés à servir de milieu de culture à certains végétaux. Ainsi, dans cette logique produit, les matières fertilisantes élaborées à partir de boues doivent soit être conformes à une norme d application obligatoire soit avoir fait l objet d une homologation. Les composts de boues entrent dans la catégorie des produits quand ils sont conformes à la norme NFU relative aux amendements organiques obtenus par compostage et contenant des matières issues du traitement des eaux, d intérêt agronomique. Figure 6. Schéma des voies réglementaires de l épandage agricole des boues, Association des Maires de France,

13 III.1 Pièces nécessaires Les boues ou Matières d Intérêt Agronomique issues du Traitement des Eaux ont un statut de déchets d après la réglementation. L homologation peut leur conférer un statut de produit (code rural art L 255-2). Pour obtenir l homologation, une matière fertilisante doit répondre à trois niveaux de garantie : constance de composition, efficacité agronomique et innocuité dans des conditions d emploi déterminées. (Source : brochure d information Terralys) Figure 7. Pièces nécessaires au dossier d homologation, Brochure Terralys. III.2 Procédure La procédure est relativement longue puisque des tests en champs doivent être réalisés sur deux années consécutives. Cependant, une fois que l homologation est donnée au produit elle est valable dix ans.. Figure 8. Procédure de la validation de la demande d homologation, Brochure Terralys. -13-

14 CONCLUSION Il apparaît de façon évidente que l emploi des B.S.T. dans le domaine agricole est tout à fait envisageable, en raison du nombre et de la diversité des solutions. Cependant, en raison de la position de l opinion publique vis-à-vis du produit, il faudra probablement développer une stratégie commerciale qui permettra de se démarquer de l historique des B.S.T.... Au niveau personnel, cette mission nous aura permis de nous confronter au fort ressenti négatif concernant les produits issus de stations d épuration. Par ailleurs, nous avons pu constater que la démarche de valorisation est plus ou moins connue et reste encore à un état très théorique, bien que certaines propositions d applications datent des années Bien que nous n ayons pas réalisé d application in situ, nous avons identifié une entreprise candidate à une expérimentation «grandeur nature», dans le cadre d un partenariat, devant aboutir à une homologation officielle. -14-

15 ANNEXES Annexe 1 : Liste de contacts établie en vue de recherche de partenariat Nom Activité Localisation Contact Intérêt au projet AGRICUTLURE Alliance Provence agriculteurs Bio Agribio 06 agriculteurs Bio 06 TRAVAUX Mathilde LEGON agriculture : pas de boues Azur Jardins Bocca Jardins Couzin Ph ET JP Donadio Fils Eric Corporandy Groupement Forestier Simacal Jean Dogliotti Jean Louis Labiche J.P.V Espaces verts Respaud Thierry elagage, abattage, debroussaillement elagage, abattage, debroussaillement elagage, abattage, debroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement Avenue Roubine, Cannes 116 Chemin Hauts de l'olivet, Cannet 153 Boulevard Jean St Martin, Mandelieula-Napoule 125 Chemin Font Graissan, Mougins 1 Avenue Francis Tonner, Cannes 8 Chemin Industrie, Cannet 1514 Avenue de la Plaine, Mougins 2 Traverse Villamont, Cannet 22 Avenue Frédéric Mistral, Cannes dechets vegetaux envoyés en decharge 70euros/T plutôt intéréssé déchets envoyés en décharge intérêt moyen mail : Sigha Rachid élagage, abattage, débroussaillement 59 Avenue Du Dr Raymond Picaud, Cannes Castellari Enzo CAT la siagne Maurice Jardins Fleurs Orso Charles pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste PEPINIERES L Oustaou 40 Bd Périer CANNES 290 imp l'ecole Vieille Roquette sur siagne 75 av Mar. JUIN CANNES Gir veterans av Jean MERMOZ Mandelieu La Napoule déchets brulés sur place pas intéressé pas intéressé -15-

16 Panizzi Jean Baptiste Pépinières de l'abadie Pépinières du Reténaou Pépinières Saint Georges Rubino Jacky Schneider Sœur pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste 626 chem Camp Lauvas Mougins 219 av Michel Jourdan Cannes la bocca Vieux chem Retenaou Vallauris 632 chem st georges Roquette sur siagne chem Antoine Laurent Mandelieu la Napoule 2 route de suisse CANNES pas intéressé Le CRITT Le GRAB Fiandino Malavard SATS Parcs & Sports Sud Blanc Jean Pasini Star Environnement Centres régionaux d'innovation et transfert de technologie Groupe de Recherche en Agriculture Biologique Vente/production Vente/production Vente/production Vente/production Vente/production RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT aucune information aucune information Vente de Terre végétale 72 rte de Grenoble La Manda qua Piboula Colomars 890 rte de Grenoble Nice Route Plan de la Tour Vidauban 421 avenue du Baron D Larrey La Farlède 5320 rd Rte de Malpasset Fréjus Plutôt intéressé RDV à trouver pas intéressé

17 Annexe 2: Plaquette de présentation des boues séchées -17-

18 -18-

19 -19-

20 -20-

21 -21-

22 Annexe 3 : Compte rendu d avancement début -22-

23 BIBLIOGRAPHIE SIMON Nicolas & ODDOU Martine Etude de marché des boues séchées thermiquement, Agro Développement Suez. TERRALYS consulté début 2012 Homologuer les produits ADLER Emmanuel consulté début 2012 Le Maire et les boues d épuration, Guide pratique pour les collectivités territoriales. LISTE DES SIGLES UTILISES B.S.T. : Boues Séchées Thermiquement. c.f. : se référer à. LISTE DES TABLEAUX Tableau 1. Teneurs moyenne sur brut... 8 Tableau 2. Paramètres mesurés mensuellement en entrée de station... 9 LISTE DES FIGURES Figure 1. Localisation de la station de séchage de la Paoute à Grasse, Google Maps Figure 2. Usine du sécheur de la Paoute, Lyonnaise des Eaux Figure 3. Photographie de boues séchées, Suez... 7 Figure 4. Sécheur thermique en action Figure 5. Pourcentage de répartition des surfaces en fonction des cultures pratiquées dans les Alpes Maritimes (à gauche) et dans le Var (à droite) en Source : Rapport Terre d Azur V1, Figure 6. Schéma des voies réglementaires de l épandage agricole des boues, Association des Maires de France, Figure 7. Pièces nécessaires au dossier d homologation, Brochure Terralys Figure 8. Procédure de la validation de la demande d homologation, Brochure Terralys

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Ville de Laval Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Rapport d étape 5 Évaluation de la pertinence de traiter les boues d épuration et de fosses septiques Version finale Date : Mai 2010

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

Les Cendres des chaudières automatiques au bois et leurs possibilités de valorisation

Les Cendres des chaudières automatiques au bois et leurs possibilités de valorisation Route du Col de Jau 66500 MOSSET Tél : 04 68 05 05 51 Fax : 09 77 46 23 29 bois.energie66@wanadoo.fr Plan bois énergie et Développement local Pyrénées Orientales (66) Les Cendres des chaudières automatiques

Plus en détail

La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles

La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles par le recyclage agricole Mémento à l usage des maîtres d ouvrage de station d épuration Une filière responsable 1 Toute collectivité ou

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Organisme Indépendant des producteurs de boues de Lorraine Version du 18 juillet 2014 Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Le cahier des charges

Plus en détail

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010 CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES UNIVALOM, le 24 mars 2010 2CIMENT La Fabrication du ciment La Cimenterie de La Grave de Peille La Valorisation énergétique des encombrants Bilan du MAPA

Plus en détail

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES Les modalités d attribution des primes 2013 à 2018 sont définies par la délibération modifiée n 2012-25 du 25 octobre 2012 du conseil d administration de l agence

Plus en détail

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ RAPPORT D'ANALYSE Page 1/5 N Ech Matrice Référence échantillon Observations 001 Sol S1-0-0,5 m 002 Sol S2-0-0,5 m (116) 003 Sol S3-0-0,5

Plus en détail

Production de compost au Centre de Valorisation Organique

Production de compost au Centre de Valorisation Organique Gestion des déchets ménagers de Lille Métropole Communauté Urbaine Production de compost au Centre de Valorisation Organique Mustapha MAIMOUNI Conseiller communautaire Lille Métropole Communauté Urbaine

Plus en détail

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation?

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation? Résumé Afin de compléter les travaux réalisés par l'arene, l'ademe, Gaz de France et l'agence de l'eau Seine-Normandie depuis 1999 sur le sujet de la méthanisation, filière de traitement des biodéchets

Plus en détail

filières de traitement et valorisation industrielles RDC Environment - Enviro-Consult RE.CO.R.D

filières de traitement et valorisation industrielles RDC Environment - Enviro-Consult RE.CO.R.D Inventaire et critères de choix de filières de traitement et valorisation pour les boues urbaines et industrielles RDC Environment - Enviro-Consult Bernard De Caevel Marc De Vos Olivier Pollet RE.CO.R.D

Plus en détail

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux)

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Ce document a été établi à l attention des exploitants faisant l objet de

Plus en détail

Agrobiochimie. Chef de service : Jocelyne Aubry jocelyne.aubry@cg35.fr

Agrobiochimie. Chef de service : Jocelyne Aubry jocelyne.aubry@cg35.fr Chef de service : Jocelyne Aubry jocelyne.aubry@cg35.fr Équipe technique : Marie-Thérèse Agaësse, Josiane Bouillet, Jannick Galodé, Pascale Ganche, Christine Prodhomme, Brice Vergnerie. a Terres et sols

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

Menu Méthanisation. L innovation au service de l énergie verte

Menu Méthanisation. L innovation au service de l énergie verte Menu Méthanisation L innovation au service de l énergie verte Avec la méthanisation, véritable voie d avenir, l innovation est au cœur de la production d énergie verte. LA MÉTHANISATION, C EST QUOI? La

Plus en détail

!"# " "$%%"& '!(#) ( #" *##+#

!#  $%%& '!(#) ( # *##+# !"# " "$%%"& '!(#) ( #" *##+# " #!!# %"!"# " "$%%",! -". ## /"#"0 %,1#" 2, " - "."#3".+#*"##4 5#!!# %"!"# " " $%%"& '!(#), #! - """ #, 6" # 7!# 8.# # 8 %"!# # $%%"/%"%4#!, $%!!&&!' -!"# # 8 #! " 8 # %"

Plus en détail

Votre partenaire pour le traitement, le recyclage et la valorisation du bois

Votre partenaire pour le traitement, le recyclage et la valorisation du bois Votre partenaire pour le traitement, le recyclage et la valorisation du bois «Fabriquer les matières premières du 21 ème siècle» Cette définition résume la philosophie de Paprec Group et son engagement

Plus en détail

www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011

www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011 www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011 Les données ci-dessous sont issues de l'enquête ITOM (Installation de Traitement des Ordures Ménagères) réalisée en 2012

Plus en détail

Analyses agronomiques

Analyses agronomiques 4 C H A P I T R E Analyses agronomiques De nombreux moyens existent pour analyser et décrire les sols et les matières organiques. Les résultats des analyses agronomiques permettent d évaluer leurs caractéristiques

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx

Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx Extrait de la thèse de Shi LI - GIPSA-lab - Département Automatique sous la direction de Catherine

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France)

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) 2007 Holcim/Switzerland Les Avantages du Process Cimentier: le Co-processing Nous réalisons

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Recyclage et valorisation du phosphore des effluents : des solutions face à l épuisement des ressources naturelles Toulouse France 23 Novembre 2011

Recyclage et valorisation du phosphore des effluents : des solutions face à l épuisement des ressources naturelles Toulouse France 23 Novembre 2011 Recyclageetvalorisationduphosphoredeseffluents:dessolutionsfaceà l épuisementdesressourcesnaturelles ToulouseFrance 23Novembre2011 Résumé Le séminaire phosphore a été organisée dans le contexte du programme

Plus en détail

Vu le code de l environnement, notamment ses articles L. 592-20, L. 593-3, L. 593-10 et L. 593-27 ;

Vu le code de l environnement, notamment ses articles L. 592-20, L. 593-3, L. 593-10 et L. 593-27 ; Décision n 2015-XX-XXXX de l Autorité de sûreté nucléaire du xx xxxxx 2015 fixant les valeurs limites de rejet dans l environnement des effluents liquides et gazeux des installations nucléaires de base

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Principe de combustion et composition des cendres. Note technique N 1

Principe de combustion et composition des cendres. Note technique N 1 Note technique N 1 Principe de combustion et composition des cendres. Pilotage de Projet : Vincent GUERRERE (PDG SAS SIMA-PECAT) Chargée d étude : Fanny MISS (Vice directrice SAS SIMA-PECAT) Contact Chargée

Plus en détail

NOTE. Cadre juridique de la gestion des boues de station d épuration. Série Juridique DJ 13. Novembre 2012

NOTE. Cadre juridique de la gestion des boues de station d épuration. Série Juridique DJ 13. Novembre 2012 NOTE Cadre juridique de la gestion des boues de station d'épuration Série Juridique DJ 13 Novembre 2012 AMORCE Cadre juridique de la gestion des boues de station d épuration 1/30 SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Mission d Expertise et de Suivi des Epandages. S unir, Changer, Gagner. 28 juin 2012

Mission d Expertise et de Suivi des Epandages. S unir, Changer, Gagner. 28 juin 2012 Mission d Expertise et de Suivi des Epandages S unir, Changer, Gagner Ordre du jour Rappel du fonctionnement général des filtres à sable plantés de roseaux, Savoir évaluer le niveau des boues stockées

Plus en détail

Notice Le présent dossier est à adresser en trois exemplaires à : DDT Police de l'eau 44, rue du petit Bois 08 000 Charleville-Mézières Cedex

Notice Le présent dossier est à adresser en trois exemplaires à : DDT Police de l'eau 44, rue du petit Bois 08 000 Charleville-Mézières Cedex Notice Le présent dossier est à adresser en trois exemplaires à : DDT Police de l'eau 44, rue du petit Bois 08 000 Charleville-Mézières Cedex AGREMENT VIDANGEURS Dossier d'agrément des personnes réalisant

Plus en détail

ISDND de FOUJU. Commission de Suivi de Site 3 juin 2015. Stockage

ISDND de FOUJU. Commission de Suivi de Site 3 juin 2015. Stockage ISDND de FOUJU Commission de Suivi de Site 3 juin 2015 Stockage Sommaire Chapitre A: Présentation des installations» A1- Situation administrative» A2- Localisation» A3- Activités» A4- Type de déchets»

Plus en détail

Conversion biomasse et production énergétique

Conversion biomasse et production énergétique Conversion biomasse et production énergétique Actionnariat S.I.D.E.S.U.P. 15 % S.V.I 5 % Naples Investissement 80 % Planteurs de betteraves Historique Création en 1970 Pour déshydrater les pulpes de la

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

T A R I F S DE BASE HT MENUS ANALYTIQUES. ANALYSES DE SOLS VITICULTURE avec interprétation

T A R I F S DE BASE HT MENUS ANALYTIQUES. ANALYSES DE SOLS VITICULTURE avec interprétation T A R I F S DE BASE HT DESIGNATION CONTENU OBJECTIF 2015 HT MENUS ANALYTIQUES S DE SOLS VITICULTURE avec interprétation 610 COMPLETE (avec oligos) Granulométrie 5 fractions - PH eau - Calcaire Total -

Plus en détail

Caractérisation des encombrants. Présentation de Elodie GRECO stagiaire au SIDOM

Caractérisation des encombrants. Présentation de Elodie GRECO stagiaire au SIDOM Caractérisation des encombrants Présentation de Elodie GRECO stagiaire au SIDOM 26/04/2009 1/ Situation du gisement des encombrants en 2008 2/ Analyse des encombrants par : o Caractérisation visuelle o

Plus en détail

Utilisation des pneus usagés comme combustible alternatif

Utilisation des pneus usagés comme combustible alternatif 1/15 Utilisation des pneus usagés comme combustible alternatif Valeurs de référence et protocoles de caractérisation Copyright Aliapur 2009 U Document de référence Juillet 2009 Service R&D Catherine Clauzade

Plus en détail

Réglementation sur les épandages en agriculture

Réglementation sur les épandages en agriculture 8 C H A P I T R E Réglementation sur les épandages en agriculture L agriculteur qui utilise une matière organique au champ est responsable des conditions de son utilisation au champ et il doit respecter

Plus en détail

Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? Laurent LARGANT Délégué Général

Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? Laurent LARGANT Délégué Général Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? Laurent LARGANT Délégué Général Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? La CAS Mise sur le marché des SC: Champ

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

agr., M. Sc., service des matières résiduelles, ministère du Développement durable, de

agr., M. Sc., service des matières résiduelles, ministère du Développement durable, de Source : Vecteur-Quiz compost-janvier2013 Quiz sur l épandage des composts et des digestats urbains Par Marc Hébert agr., M. Sc., service des matières résiduelles, ministère du Développement durable, de

Plus en détail

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE par Jean Paul CHABRIER Société ENVIRO-CONSULT Ingénieur Consultant en séchage thermique des boues et déchets AQUATECH

Plus en détail

Comprendre le langage du bois

Comprendre le langage du bois Comprendre le langage du bois Comme dans tous métiers ou dans toutes filières, un vocabulaire spécifique est utilisé dans le domaine du bois. Quand nous avons commencé l étude de faisabilité du chauffage

Plus en détail

"Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats du projet Stratégie de Réduction des Déchets à Ouagadougou"

Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats du projet Stratégie de Réduction des Déchets à Ouagadougou www.cifal-ouaga.org www.reseau-villes-africaines.org CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES AUTORITES/ACTEURS LOCAUX "Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats

Plus en détail

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

Protocole d analyses laboratoires obligatoires. Africompost.

Protocole d analyses laboratoires obligatoires. Africompost. Protocole d analyses laboratoires obligatoires. Africompost. Introduction : Ce document indique les analyses obligatoires et facultatives (ou à la demande des clients) dans la cadre d Africompost et leurs

Plus en détail

ADEME DVNAC. Etude de valorisation des cendres de chaufferies bois. Novembre 2001 MARCHE N 00 01 026. suiveur ADEME : Séverine BOUVOT - MAUDUIT

ADEME DVNAC. Etude de valorisation des cendres de chaufferies bois. Novembre 2001 MARCHE N 00 01 026. suiveur ADEME : Séverine BOUVOT - MAUDUIT ADEME DVNAC Etude de valorisation des cendres de chaufferies bois Novembre 2001 MARCHE N 00 01 026 suiveur ADEME : Séverine BOUVOT - MAUDUIT SOMMAIRE RESUME... 1 SYNTHESE SUR LA REGLEMENTATION... 4 1 -

Plus en détail

T GM B2 DS N 1 : Vérin rotatif 28 Septembre 2005

T GM B2 DS N 1 : Vérin rotatif 28 Septembre 2005 L.P.T.I. Saint Joseph La Joliverie T GM B2 DS N 1 : Vérin rotatif 28 Septembre 2005 Mise en situation PRESENTATION DU MECANISME La sérigraphie est une technique pour le marquage des pièces plastiques.

Plus en détail

Réseau de Chaleur Biomasse Val de Ranguin chaufferie bois de l est la région PACA. INAUGURATION le 30 mars 2012

Réseau de Chaleur Biomasse Val de Ranguin chaufferie bois de l est la région PACA. INAUGURATION le 30 mars 2012 Réseau de Chaleur Biomasse Val de Ranguin La plus importante chaufferie bois de l est la région PACA INAUGURATION le 30 mars 2012 1 1 réseau de chaleur pour 900 équivalents logements Au sein du quartier

Plus en détail

Les toitures végétalisées : puits ou sources de polluants métalliques?

Les toitures végétalisées : puits ou sources de polluants métalliques? La place de l eau dans les Ecoquartiers de Lorraine 29 juin 2012, GEMCEA Les toitures végétalisées : puits ou sources de polluants métalliques? Julie SCHWAGER CETE de l Est LRPC de Nancy V. Ruban, J.L.

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

État des lieux sur les gisements et les marchés

État des lieux sur les gisements et les marchés État des lieux sur les gisements et les marchés Cible de 60% de recyclage à atteindre Gisements de matières organiques Produits à recycler et les marchés potentiels Expérience hors Québec Défis propres

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

Normes de qualité du compost en Ontario

Normes de qualité du compost en Ontario Normes de qualité du compost en Ontario Texte rédigé par la Direction des politiques de gestion des déchets ministère de l'environnement de l'ontario Dernière révision : 25 juillet 2012 Renseignements

Plus en détail

Chauffage au bois déchiqueté POLEYMIEUX BATIMENTS PUBLICS Chaufferie de 150 kw Le bois : une énergie renouvelable? Cycle du bois (Doc AGEDEN) 3 Le bois : une spécificité Française? Consommations bois-énergie

Plus en détail

La valorisation du biogaz par stations de cogénération

La valorisation du biogaz par stations de cogénération La valorisation du biogaz par stations de cogénération Frank Steenhaut Séminaire sur la BIOMETHANISATION 26 janvier 2006 - TOURNAI Les secteurs d activités Secteurs d'activités Fabrication Ingénierie Stations

Plus en détail

METHANISATION Éléments de réflexion

METHANISATION Éléments de réflexion METHANISATION Éléments de réflexion Anne-Sophie BOILEAU LA METHANISATION Le principe Les substrats Les techniques La typologie des projets Méthanisation éléments de réflexion 2 La méthanisation : le principe

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

COPIL Etude de zone du Pays Roussillonnais. 4 décembre 2014 Salaise sur Sanne

COPIL Etude de zone du Pays Roussillonnais. 4 décembre 2014 Salaise sur Sanne COPIL Etude de zone du Pays Roussillonnais 4 décembre 2014 Salaise sur Sanne Ordre du jour 2 1- Etat d'avancement 2- Point d'étape sur la phase 2 3- Perspectives pour la phase 3 4- Discussions 4 décembre

Plus en détail

FONCTIONNEMENT TECHNIQUE DU BATIMENT EDF OPTIMAL SOLUTIONS : SOLUTIONS TECHNIQUES POUR RÉDUIRE LES CONSOMMATIONS D EAU ET D ENERGIE

FONCTIONNEMENT TECHNIQUE DU BATIMENT EDF OPTIMAL SOLUTIONS : SOLUTIONS TECHNIQUES POUR RÉDUIRE LES CONSOMMATIONS D EAU ET D ENERGIE PARTIE 2 CHAPITRE 7 FONCTIONNEMENT TECHNIQUE DU BATIMENT EDF OPTIMAL SOLUTIONS : SOLUTIONS TECHNIQUES POUR RÉDUIRE LES CONSOMMATIONS D EAU ET D ENERGIE EDF OPTIMAL SOLUTIONS : L ÉNERGIE DE VOTRE PISCINE

Plus en détail

Réussir un projet biogaz :

Réussir un projet biogaz : Réussir un : Les points clés à prendre en compte Fabien Dauriac Siège Social 20, Place du Foirail 65917 TARBES Cedex 9 Tél : 05 62 34 66 74 Fax : 05 62 93 59 95 Email : accueil@hautes-pyrenees pyrenees.chambagri.fr

Plus en détail

COURS BIOMASSE A N N É E 2 0 1 4-2 0 1 5

COURS BIOMASSE A N N É E 2 0 1 4-2 0 1 5 COURS BIOMASSE ANNÉE 2014-2015 QU EST-CE QUE LA BIOMASSE? Biomasse brute : Arbres et végétaux Productions agricoles (canne à sucre, colza, maïs, betterave ) Matières aquatiques (algues, varech ) Biomasse

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Des compétences reconnues

Des compétences reconnues ZOOM SUR LE SMRA68 ET SES ACTIVITES EN 2014 Le Syndicat Mixte Recyclage Agricole du Haut-Rhin est un Syndicat Mixte ouvert qui regroupe des collectivités haut-rhinoises concernées par l assainissement.

Plus en détail

Epandage des matières de vidange d assainissement non collectif Agrément des vidangeurs

Epandage des matières de vidange d assainissement non collectif Agrément des vidangeurs Recyclage agricole des effluents organiques Epandage des matières de vidange d assainissement non collectif Agrément des vidangeurs Guide méthodologique SOMMAIRE INTRODUCTION p 2 PARTIE 1 : IMPRIMES TYPES

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

La méthanisation. des déchets sources d énergie. www.regioncentre.fr

La méthanisation. des déchets sources d énergie. www.regioncentre.fr La méthanisation des déchets sources d énergie www.regioncentre.fr La méthanisation est un processus biologique de dégradation de la matière organique, par des bactéries, en absence d oxygène et à température

Plus en détail

L épandage des composts et des digestats urbains

L épandage des composts et des digestats urbains Par Marc Hébert agr., M. Sc., service des matières résiduelles, ministère du Développement durable, de l Environnement, de la Faune et des Parcs L épandage des composts et des digestats urbains Comme dans

Plus en détail

Les Paysans de Rougeline

Les Paysans de Rougeline Communiqué de presse Marmande, le 26 mars 2010 Les premières tomates de Parentis-en-Born, qui seront récoltées au printemps 2010, auront un goût durable Pour produire des fruits, un plant de tomates a

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Naskeo Environnement Créé en 2005 25 employés 3 sites 2 Naskeo: une entreprise innovante Le Laboratoire de Biotechnologie

Plus en détail

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé De la goutte au poudre de la suspension aux granules Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé Transformez vos suspensions et pâtes sortie d air Ce sont les techniques de séchage

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET)

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Unité de lavage à chaud Principe de modularité Composants choisis en fonction de la pureté requise

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

Valorisation du biogaz

Valorisation du biogaz Valorisation du biogaz La cogénération Le biogaz épuré est brûlé dans un module de cogénération pour produire de l électricité et de la chaleur sous forme d eau chaude à 90 C. Cogénération 1 Marque Type

Plus en détail

GESTION DES DECHETS ORGANIQUES PAR COMPOSTAGE. Jean Luc DA LOZZO jeanlucdalozzo@gmail.com

GESTION DES DECHETS ORGANIQUES PAR COMPOSTAGE. Jean Luc DA LOZZO jeanlucdalozzo@gmail.com GESTION DES DECHETS ORGANIQUES PAR COMPOSTAGE Jean Luc DA LOZZO jeanlucdalozzo@gmail.com 1 Philosophie de l entreprise Avoir une approche globale pour : gérer tous les déchets organiques d un territoire

Plus en détail

Les Cahiers de PRED CONSEIL

Les Cahiers de PRED CONSEIL Les Cahiers de PRED CONSEIL Série Savoir & Comprendre N 3 L eau potable Introduction Elle fait régulièrement la une des informations, mais savons-nous réellement ce qu est l eau potable, qu elles sont

Plus en détail

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Pour comprendre avec facilité le processus de climatisation, il est vital de connaître les concepts de base Air L air libre que nous respirons

Plus en détail

Démolition de l ancienne station d épuration situé Les Prés Couris. Note technique et règlement de la consultation

Démolition de l ancienne station d épuration situé Les Prés Couris. Note technique et règlement de la consultation Démolition de l ancienne station d épuration situé Les Prés Couris Note technique et règlement de la consultation 1. Présentation 1.1) Localisation Le site étudié est localisé dans le secteur sud-ouest

Plus en détail

ATRITOR. Broyeurs-Sécheurs Séries A et B. Des Poudre Parfaites

ATRITOR. Broyeurs-Sécheurs Séries A et B. Des Poudre Parfaites Broyeurs-Sécheurs Séries A et B Des Poudre Parfaites Des Poudres Parfaites Le broyeur-sécheur Atritor Le principe et la conception du broyeur-sécheur Atritor demeurent uniques. Fondamentalement, c est

Plus en détail

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement 1. Contexte d étude Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement définir et réaliser des travaux de mise à niveau de l assainissement

Plus en détail

Comment monter un projet industriel?

Comment monter un projet industriel? EFE BIOMASSE 19 juin 2008 Comment monter un projet industriel? Dominique BOULDAY Sommaire I Les enjeux du recyclage agronomique des déchets organiques II - L état des lieux de la méthanisation et facteurs

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Direction de l Eau et de la Biodiversité Sous-Direction de la Protection et de la Gestion des Ressources

Plus en détail

GESTION DES BIOSOLIDES DE LA VILLE DE GATINEAU

GESTION DES BIOSOLIDES DE LA VILLE DE GATINEAU 09 FEVRIER 2015 GESTION DES BIOSOLIDES DE LA VILLE DE GATINEAU RAPPORT FINAL PIERRE BÉLANGER FATMA BOUJENOUI BÉLANGER AGRO-CONSULTANT INC. TABLE DES MATIERES Introduction... 1 Mode de gestion actuel des

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

Présentation de l usine de La Loyère

Présentation de l usine de La Loyère Présentation de l usine de La Loyère Présentation du groupe Paprec Group, dont le siège historique est situé à La Courneuve (93), a été fondé en 1994 et est toujours dirigé par Jean-Luc Petithuguenin.

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail