VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE"

Transcription

1 RAPPORT PROJET INGENIERIE VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE «ETUDE DE MARCHE DE LA VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE SUR LES DEPARTEMENTS DU 06 ET DU 83» Présenté par Antonine MOHEN Etudiante en Master II Hydroprotech à Polytech Nice-Sophia Laura MADRIERES Etudiante en GE5 à Polytech Nice-Sophia

2 RESUME Ce rapport a pour but de présenter nos résultats dans le cadre du module «Projet Ingénierie» sur la valorisation des boues séchées en agriculture sur les départements du 06 (département des Alpes Maritimes) et du 83 (département du Var). Parmi les divers projets de valorisation que nous avons étudiés, nous présentons ici celui qui nous paraît le plus abouti. Etant restées sur une approche purement théorique, pour une application concrète, notre proposition «virtuelle» nécessiterait un volet opérationnel. Mots clés : Boues de station d épuration, valorisation, homologation -2-

3 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier M. Bourgeois de la Lyonnaise des Eaux pour ses conseils et son encadrement lors de notre mission. -3-

4 SOMMAIRE Résumé... 2 Remerciements... 3 Sommaire... 4 Introduction... 5 I. Presentation du produit... 6 I.1 La station de séchage de la Paoute... 6 I.1.1 Présentation générale... 6 I.1.2 La station de La Paoute... 7 I.2 Les Boues Séchées Thermiquement... 7 I.2.1 Processus de fabrication... 8 I.2.2 Propriétés physico-chimiques... 9 II. Methodologie et Proposition de solution II.1 Principe...10 II.2 Recherche de partenariat...11 II.3 Résultats...11 III. Dossier d homologation du produit III.1 Pièces nécessaires...13 III.2 Procédure...13 Conclusion Annexes Annexe 1 : Liste de contacts établie en vue de recherche de partenariat Annexe 2: Plaquette de présentation des boues séchées Annexe 3 : Compte rendu d avancement début Bibliographie LISTE DES SIGLES UTILISES Liste des tableaux Liste des figures

5 INTRODUCTION Dans le cadre des projets ingénieries, nous avons travaillé sur la valorisation des Boues Séchées Thermiquement (B.S.T.) pour la Lyonnaise des Eaux de Mougins (06). A partir de 2012, les boues issues de la nouvelle station d épuration du bassin cannois seront déshydratées puis séchées sur place comme déjà pratiqué sur la station de la Paoute à Grasse. Le produit final pourra ainsi être valorisé en agriculture sous forme d amendement. Nous verrons quels sont les débouchés possibles dans les départements des Alpes Maritimes (06) et du Var (83). Quelles solutions peuvent être mises en place? Quelle est la procédure à respecter pour obtenir une homologation? -5-

6 I. PRESENTATION DU PRODUIT I.1 La station de séchage de la Paoute I.1.1 Présentation générale La station de séchage basse température de la Paoute se situe en Provence Alpes Côtes d Azur, dans le quartier de «La Paoute» à Grasse. Station de séchage de la Paoute Figure 1. Localisation de la station de séchage de la Paoute à Grasse, Google Maps Janvier L installation de traitement de boues comporte deux lignes de séchage permettant de traiter tonnes de boues centrifugées par an. Les boues centrifugées, quelles qu en soit leurs origines, devront avoir une siccité minimum de 22%. En sortie de l installation, les boues séchées ont une siccité de 80-85% de matière sèche, et représenteront un tonnage annuel prévisionnel d environ tonnes. Un autre sécheur de la Lyonnaise des Eaux va bientôt entrer en activité pour traiter les boues humides de la station Aquaviva à Cannes. Il est prévu qu en sortie de l installation les boues sèches représenteront un tonnage annuel prévisionnel d environ T/an. À terme, les deux sécheurs fourniront T/an de boues séchées. -6-

7 I.1.2 La station de La Paoute Les boues d épuration admises sur le sécheur sont des boues appartenant à la catégorie des déchets non dangereux issus du traitement des eaux résiduaires urbaines ou de l activité de l industrie des arômes et parfums du bassin industriel grassois. Figure 2. Usine du sécheur de la Paoute, Lyonnaise des Eaux. Le sécheur de la Paoute traite actuellement les T/an de boues d épuration de Grasse, y compris celles de l industrie des arômes et parfums du bassin grassois. Il accepte également les boues humides en provenance de Vallauris (Station d épuration «Nobilis») : environ T/an (siccité moyenne de 29%) et de Valbonne (Station d épuration «Les Bouillides») : environ T/an (siccité moyenne de 25%). Ce sont des boues d origine urbaine. Les évolutions prévisibles de capacité (extension des ouvrages, taux de collecte) conduisent à majorer de T environ la production de boues à l horizon 2020 sur ces deux stations de séchage. I.2 Les Boues Séchées Thermiquement Ce produit issu des sédiments organiques, après traitement des eaux, mute en engrais organo-minéral riche en éléments fertilisants disponibles et efficaces (c.f. : Tableau 1). Figure 3. Photographie de boues séchées, Suez Ce produit assure une fertilisation dite «progressive» en entretenant le taux de matières organiques en stimulant la vie microbienne tout en améliorant la structure du sol. -7-

8 Tableau 1. Teneurs moyenne sur brut Teneurs moyennes sur produit brut Matière (Organique + sèche) 90% Ph eau à 20 C 6,5 N Total Azote /00 P 2 O 5 Phosphore total /00 MgO Magnesium total /00 I.2.1 Processus de fabrication En entrée de l équipement de séchage, les boues sont décompactées et calibrées dans une extrudeuse, de façon à obtenir des «spaghettis» de 8mm de diamètre, pouvant être répartis uniformément sur toute la surface du tamis horizontal circulant lentement au centre du tunnel. Cette mise en place sous forme de «spaghettis» facilite le passage de l air au travers du produit et évite le passage à l état plastique des boues. Figure 4. Sécheur thermique en action. La courroie-tamis chargée de boue à sécher se déplace lentement dans le tunnel. Un air chaud et sec le traverse et va extraire l humidité des boues. La technique de la pompe à chaleur mise en œuvre permet le transfert de chaleur, d un foyer froid (échangeur permettant la condensation de l air humide) à un foyer chaud (échangeur permettant le chauffage de l air sec). Cette technique permet de contrôler une chambre de séchage en circuit fermé sans avoir besoin de prendre de l air extérieur, économisant ainsi la perte d un air chaud et saturé (énergie résiduelle) et la diffusion d odeurs. L air sec se chauffe sur un premier échangeur (condenseur), puis il se charge d humidité en passant au travers des boues ; enfin il se condense sur un deuxième échangeur (évaporateur) qui le déshumidifie ; et le cycle se poursuit ainsi tout au long de la bande transporteuse. La pompe à chaleur transfère les calories récupérées du foyer froid vers le foyer chaud. On obtient ainsi un séchage en circuit d air fermé, avec un minimum de pertes énergétiques. L ensemble des opérations est géré au moyen d automates de façon à effectuer un contrôle et un suivi continu de tous les paramètres du processus. Les boues se présentent en sortie du tunnel sous forme de granulés d une siccité de 80-90%. Ces granulés sont alors repris par un convoyeur et dirigés vers un silo destiné à alimenter le chargement des camions. -8-

9 I.2.2 Propriétés physico-chimiques Une procédure rigoureuse de suivi de la qualité des boues est appliquée en vue de : Garantir la qualité des boues séchées destinées à la valorisation Déterminer la nature et l origine des boues qui ont été la cause d une éventuelle nonconformité Cette procédure s applique sur de analyses systématiques du produit en entrée (boues humides) et en sortir (boues sèches). Contrôle des boues en entrée Le producteur de boues humides, réalisera des analyses de boues sur le site de production, en vue de vérifier leur conformité aux critères d acceptabilité. La fréquence de ses contrôles est la suivante : Siccité : toutes les semaines Mensuellement une analyse des paramètres suivants : Tableau 2. Paramètres mesurés mensuellement en entrée de station CaO Cl Total P Alcalins (sur K2O) Hg Somme (Cd, Tl, Hg) Somme (Sb, AS, Pb, Ni, V, Sn, Te, Se) Oxyde de calcium Chlore Phosphore Oxyde de Potassium Mercure Somme (Cadmium, Thallium, Mercure) Somme (Antimoine, Arsénic, Plomb, Nickel, Vanadium, Etain, Tellure, Sélénium) Les résultats des analyses sont fournis au fur et à mesure de leur réalisation à l exploitant du sécheur. Ce programme pourra être adapté en fonction des contraintes de suivi fixées à la filière de traitement et de valorisation des boues séchées. Contrôle des boues en sortie Les boues séchées éliminées par la filière cimenterie font l objet d analyse définies conformément aux arrêtés d exploitation des cimenteries concernées. En l état actuel la Lyonnaise des Eaux a signé un contrat avec le cimentier VICAT qui prévoit une analyse annuelle sur les paramètres : Mercure, Cadmium, Thallium, Cobalt, Antimoine, Plomb, Chrome, Nickel, Vanadium, Etain, Tellure, Zinc, Cuivre, Manganèse, Lithium, Sélénium, Aluminium, Fer, Magnésium, Calcium, Chlore, Brome, Iode, Soufre, Phosphore, Azote. -9-

10 II. METHODOLOGIE ET PROPOSITION DE SOLUTION Dans le but de valoriser les boues dans le domaine de l agriculture, nous avons examiné la répartition des cultures pratiquées dans les Alpes Maritimes (06) et le Var (83) dans les documents fournis par M. Bourgeois. Figure 5. Pourcentage de répartition des surfaces en fonction des cultures pratiquées dans les Alpes Maritimes (à gauche) et dans le Var (à droite) en Source : Rapport Terre d Azur V1, Il apparaît clairement que dans les Alpes Maritimes le principal débouché pour la valorisation serait l épandage dans les prairies permanentes. Dans le département du Var la diversité des cultures est nettement plus importante. Cependant les prairies permanentes représentent plus du tiers de la surface cultivée. De sa composition chimique (c.f. : I.2.2 Propriétés physico-chimiques), le produit constitue un fertilisant organique riche en azote et phosphore. Les possibilités de valorisation sont nombreuses : agriculture, plantes en pots, aménagements paysagers. Il est à noter que l utilisation des B.S.T. en arboriculture n est pas possible car les engrais doivent être solubles dans l eau. Après un entretien avec le représentant des agriculteurs auprès de la Chambre de Commerce de Nice, il apparaît clairement que l emploi des B.S.T. dans de le domaine de l agriculture est difficile, en raison de la provenance du produit et de son historique dans les Alpes Maritimes. Fortes de ces constatations, nous avons décidé de nous orienter vers la production de terre végétale. II.1 Principe La terre végétale est constituée d un mélange de divers composants (déchets végétaux, terre, fertilisants ) en fonction de l utilisation souhaitée. Le débouché pour la terre végétale est assez important allant de la vente aux particuliers sous forme de sacs, au réaménagement de stades sportifs par exemple. Notre but est donc de trouver dans les départements des Alpes-Maritimes et du Var, un producteur qui substituerait, en partie, dans la fabrication de terre végétale certains fertilisants onéreux par les B.S.T

11 II.2 Recherche de partenariat En vue d établir un partenariat, nous avons décidé de recenser tout organisme pouvant nous aider dans cette recherche. Ainsi nous avons réalisé une liste de contacts pouvant utiliser la filière de la valorisation des déchets végétaux ou pouvant nous fournir des renseignements sur l emploi des B.S.T. dans un périmètre proche de la station de La Paoute (c.f. : Annexe 1). Parallèlement nous avons réalisé une mise à jour de la plaquette de présentation des B.S.T. (c.f. : Annexe 2). II.3 Résultats De nos contacts avec les organismes que nous avions recensés, il en ressort que dans le domaine de l agriculture le produit est perçu de façon très négative. En conséquence, il paraît difficile de mettre en place une procédure de valorisation, à court terme dans les Alpes Maritimes. Les organismes de recherches (contactés pour obtenir des informations au sujet de l homologation) n ont pu fournir de détail à ce sujet ni proposer d autres contacts. Les filières dites de «travaux» (élagage, abattage ) ne semblent pas intéressées car elles mettent en décharge tous les déchets verts, produits de leur activité. Il est à noter que l entreprise «Azur Jardins» serait éventuellement prête à s associer à une filière de production de boues mais pas à supporter elle-même la production de terre végétale. Les pépiniéristes brûlent leurs déchets végétaux ou les envoient également en décharge. Quant à l utilisation de B.S.T. comme fertilisant pour leur propre utilisation, cela semble relativement difficile en raison de la provenance du produit et de sa traçabilité. Enfin chez les producteurs de terre végétale, seule l entreprise «Fiandino Malavard» est très intéressée par l ajout de B.S.T.. En effet, selon la destination de la terre végétale, elle serait prête à intégrer un certain pourcentage de boues dans sa production, et compte tenu des volumes considérés, pourrait écouler l intégralité des B.S.T. produites par les deux stations de séchage. Nous sommes toujours en contact avec cette entreprise prête à faire un «test» avec l utilisation de B.S.T

12 III. DOSSIER D HOMOLOGATION DU PRODUIT L article L255-1 du Code Rural 48 précise que : 1- les matières fertilisantes comprennent les engrais, les amendements et, d une manière générale, tous les produits dont l emploi est destiné à assurer ou à améliorer la nutrition des végétaux ainsi que les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols ; 2- les supports de culture sont des produits destinés à servir de milieu de culture à certains végétaux. Ainsi, dans cette logique produit, les matières fertilisantes élaborées à partir de boues doivent soit être conformes à une norme d application obligatoire soit avoir fait l objet d une homologation. Les composts de boues entrent dans la catégorie des produits quand ils sont conformes à la norme NFU relative aux amendements organiques obtenus par compostage et contenant des matières issues du traitement des eaux, d intérêt agronomique. Figure 6. Schéma des voies réglementaires de l épandage agricole des boues, Association des Maires de France,

13 III.1 Pièces nécessaires Les boues ou Matières d Intérêt Agronomique issues du Traitement des Eaux ont un statut de déchets d après la réglementation. L homologation peut leur conférer un statut de produit (code rural art L 255-2). Pour obtenir l homologation, une matière fertilisante doit répondre à trois niveaux de garantie : constance de composition, efficacité agronomique et innocuité dans des conditions d emploi déterminées. (Source : brochure d information Terralys) Figure 7. Pièces nécessaires au dossier d homologation, Brochure Terralys. III.2 Procédure La procédure est relativement longue puisque des tests en champs doivent être réalisés sur deux années consécutives. Cependant, une fois que l homologation est donnée au produit elle est valable dix ans.. Figure 8. Procédure de la validation de la demande d homologation, Brochure Terralys. -13-

14 CONCLUSION Il apparaît de façon évidente que l emploi des B.S.T. dans le domaine agricole est tout à fait envisageable, en raison du nombre et de la diversité des solutions. Cependant, en raison de la position de l opinion publique vis-à-vis du produit, il faudra probablement développer une stratégie commerciale qui permettra de se démarquer de l historique des B.S.T.... Au niveau personnel, cette mission nous aura permis de nous confronter au fort ressenti négatif concernant les produits issus de stations d épuration. Par ailleurs, nous avons pu constater que la démarche de valorisation est plus ou moins connue et reste encore à un état très théorique, bien que certaines propositions d applications datent des années Bien que nous n ayons pas réalisé d application in situ, nous avons identifié une entreprise candidate à une expérimentation «grandeur nature», dans le cadre d un partenariat, devant aboutir à une homologation officielle. -14-

15 ANNEXES Annexe 1 : Liste de contacts établie en vue de recherche de partenariat Nom Activité Localisation Contact Intérêt au projet AGRICUTLURE Alliance Provence agriculteurs Bio Agribio 06 agriculteurs Bio 06 TRAVAUX Mathilde LEGON agriculture : pas de boues Azur Jardins Bocca Jardins Couzin Ph ET JP Donadio Fils Eric Corporandy Groupement Forestier Simacal Jean Dogliotti Jean Louis Labiche J.P.V Espaces verts Respaud Thierry elagage, abattage, debroussaillement elagage, abattage, debroussaillement elagage, abattage, debroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement Avenue Roubine, Cannes 116 Chemin Hauts de l'olivet, Cannet 153 Boulevard Jean St Martin, Mandelieula-Napoule 125 Chemin Font Graissan, Mougins 1 Avenue Francis Tonner, Cannes 8 Chemin Industrie, Cannet 1514 Avenue de la Plaine, Mougins 2 Traverse Villamont, Cannet 22 Avenue Frédéric Mistral, Cannes dechets vegetaux envoyés en decharge 70euros/T plutôt intéréssé déchets envoyés en décharge intérêt moyen mail : Sigha Rachid élagage, abattage, débroussaillement 59 Avenue Du Dr Raymond Picaud, Cannes Castellari Enzo CAT la siagne Maurice Jardins Fleurs Orso Charles pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste PEPINIERES L Oustaou 40 Bd Périer CANNES 290 imp l'ecole Vieille Roquette sur siagne 75 av Mar. JUIN CANNES Gir veterans av Jean MERMOZ Mandelieu La Napoule déchets brulés sur place pas intéressé pas intéressé -15-

16 Panizzi Jean Baptiste Pépinières de l'abadie Pépinières du Reténaou Pépinières Saint Georges Rubino Jacky Schneider Sœur pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste 626 chem Camp Lauvas Mougins 219 av Michel Jourdan Cannes la bocca Vieux chem Retenaou Vallauris 632 chem st georges Roquette sur siagne chem Antoine Laurent Mandelieu la Napoule 2 route de suisse CANNES pas intéressé Le CRITT Le GRAB Fiandino Malavard SATS Parcs & Sports Sud Blanc Jean Pasini Star Environnement Centres régionaux d'innovation et transfert de technologie Groupe de Recherche en Agriculture Biologique Vente/production Vente/production Vente/production Vente/production Vente/production RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT aucune information aucune information Vente de Terre végétale 72 rte de Grenoble La Manda qua Piboula Colomars 890 rte de Grenoble Nice Route Plan de la Tour Vidauban 421 avenue du Baron D Larrey La Farlède 5320 rd Rte de Malpasset Fréjus Plutôt intéressé RDV à trouver pas intéressé

17 Annexe 2: Plaquette de présentation des boues séchées -17-

18 -18-

19 -19-

20 -20-

21 -21-

22 Annexe 3 : Compte rendu d avancement début -22-

23 BIBLIOGRAPHIE SIMON Nicolas & ODDOU Martine Etude de marché des boues séchées thermiquement, Agro Développement Suez. TERRALYS consulté début 2012 Homologuer les produits ADLER Emmanuel consulté début 2012 Le Maire et les boues d épuration, Guide pratique pour les collectivités territoriales. LISTE DES SIGLES UTILISES B.S.T. : Boues Séchées Thermiquement. c.f. : se référer à. LISTE DES TABLEAUX Tableau 1. Teneurs moyenne sur brut... 8 Tableau 2. Paramètres mesurés mensuellement en entrée de station... 9 LISTE DES FIGURES Figure 1. Localisation de la station de séchage de la Paoute à Grasse, Google Maps Figure 2. Usine du sécheur de la Paoute, Lyonnaise des Eaux Figure 3. Photographie de boues séchées, Suez... 7 Figure 4. Sécheur thermique en action Figure 5. Pourcentage de répartition des surfaces en fonction des cultures pratiquées dans les Alpes Maritimes (à gauche) et dans le Var (à droite) en Source : Rapport Terre d Azur V1, Figure 6. Schéma des voies réglementaires de l épandage agricole des boues, Association des Maires de France, Figure 7. Pièces nécessaires au dossier d homologation, Brochure Terralys Figure 8. Procédure de la validation de la demande d homologation, Brochure Terralys

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Ville de Laval Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Rapport d étape 5 Évaluation de la pertinence de traiter les boues d épuration et de fosses septiques Version finale Date : Mai 2010

Plus en détail

!"# " "$%%"& '!(#) ( #" *##+#

!#  $%%& '!(#) ( # *##+# !"# " "$%%"& '!(#) ( #" *##+# " #!!# %"!"# " "$%%",! -". ## /"#"0 %,1#" 2, " - "."#3".+#*"##4 5#!!# %"!"# " " $%%"& '!(#), #! - """ #, 6" # 7!# 8.# # 8 %"!# # $%%"/%"%4#!, $%!!&&!' -!"# # 8 #! " 8 # %"

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

"Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats du projet Stratégie de Réduction des Déchets à Ouagadougou"

Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats du projet Stratégie de Réduction des Déchets à Ouagadougou www.cifal-ouaga.org www.reseau-villes-africaines.org CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES AUTORITES/ACTEURS LOCAUX "Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES

ELEMENTS DE CONTEXTE ET REGLEMENTATION FRANCAISE RELATIFS A LA VALORISATION DES BOUES ISSUES DU TRAITEMENT DES EAUX USEES MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Direction de l Eau et de la Biodiversité Sous-Direction de la Protection et de la Gestion des Ressources

Plus en détail

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE par Jean Paul CHABRIER Société ENVIRO-CONSULT Ingénieur Consultant en séchage thermique des boues et déchets AQUATECH

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

DURABLEMANUEL QUALITE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT

DURABLEMANUEL QUALITE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT DURABLEMANUEL QUALITE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT > SOMMAIRE UTILISATION P 3 POLITIQUE DE LA DIRECTION P 4 LE GROUPE P 5 TRAÇABILITÉ P 6 MANAGEMENT DE LA QUALITÉ P 7 ORGANIGRAMME P 8 CARTOGRAPHIE DES P

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? Laurent LARGANT Délégué Général

Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? Laurent LARGANT Délégué Général Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? Laurent LARGANT Délégué Général Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? La CAS Mise sur le marché des SC: Champ

Plus en détail

Matériels et méthodes Résultats

Matériels et méthodes Résultats Réseau PRO, référencement des Produits Résiduaires Organiques dans un système d information mutualisé Bell Alix 1, Michaud Aurélia 1, Schaub Anne 2, Trochard Robert 3, Sagot Stéphanie 4, Dumont Solène

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet T. Wassenaar, J. Queste, J.M. Paillat Assemblée Générale du RMT Fertilisation &

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE

Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Développement d un procédé de précipitation des phosphates sous forme de STRUVITE Naskeo Environnement Créé en 2005 25 employés 3 sites 2 Naskeo: une entreprise innovante Le Laboratoire de Biotechnologie

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Les Smart Grids, filière stratégique pour les Alpes-Maritimes

Les Smart Grids, filière stratégique pour les Alpes-Maritimes Les Smart Grids, filière stratégique pour les Alpes-Maritimes FAIRE AVANCER TOUTES LES ENVIES D ENTREPRENDRE Les Smart Grids, filière d avenir de la transition énergétique Centrale de pilotage Intégration

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse Situation 2000-2010 SOMMAIRE

Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse Situation 2000-2010 SOMMAIRE Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse Situation 2000-2010 Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE

PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE STR/P8077/janvier 2013 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 PRESENTATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie

STOCKAGE DES BOUES DE STATIONS D EPURATION URBAINES Bassin Artois Picardie PREFECTURE REGION NORD PAS DE CALAIS Direction Régionale de l Environnement Nord - Pas de Calais Service Eau, Milieux Aquatiques et Risques Naturels Cellule Réglementation et Gestion Territoriale de l'eau

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

CAP BOUCHER. BAC PRO COMMERCE Vente en boulangerie. CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOULANGER

CAP BOUCHER. BAC PRO COMMERCE Vente en boulangerie. CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOULANGER 06250 MOUGINS BAC PRO COMMERCE Vente en boulangerie. E13A00008 E13A00054 06340 LA TRINITE 06110 LE CANNET E13A00038 E13A00002 06500 MENTON 06300 NICE E13A00039 E13A00057 06260 PUGET THENIERS E13A00045

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Chantier Éqt/ Habitant Client Nature des Travaux

Chantier Éqt/ Habitant Client Nature des Travaux Année de réalisation Chantier Éqt/ Habitant Client Nature des Travaux Travaux en cours ou terminés Montant HT 2015 Cheval Blanc MAIRIE DE CHEVAL BLANC Travaux électrotechniques et hydromécaniques En cours

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE Présentation de l avant-projet sommaire de méthanisation Communauté d Agglomération de Limoges Métropole

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH DEMANDEUR DE LA PRE-ETUDE Commune de Breitenbach 4, place de l église 67220 BREITENBACH Tél

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Classification périodique des éléments

Classification périodique des éléments Classification périodique des éléments Table des matières 1 Tableau périodique à dix-huit colonnes 1.1 Présentation du tableau périodique.................... 1. Analyse de la classification.........................

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Biogaz et méthanisation

Biogaz et méthanisation Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, christian.couturier@solagro.asso.fr 05

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411 Annexe au dossier de demande d aide pour les investissements productifs Nombre de points attendus pour le projet présenté pour les différents critères : Critère Définition INVESTISSEMENT PRODUCTIF - 411

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Lagunes d eaux usées. Travaux de curage et de traitement des boues

Lagunes d eaux usées. Travaux de curage et de traitement des boues DOSSIER DE PRESSE Lagunes d eaux usées Travaux de curage et de traitement des boues Dans le cadre de sa compétence Assainissement, la Communauté d Agglomération du Bassin d Aurillac réalise cet été une

Plus en détail

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Débat national sur la transition énergétique Cahier de participation Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Objectifs Produire de l énergie verte à partir de sous-produits agricoles pour une

Plus en détail

Guide pour l installation domestique de chaudière automatique à bois déchiqueté

Guide pour l installation domestique de chaudière automatique à bois déchiqueté Guide pour l installation domestique de chaudière automatique à bois déchiqueté Dossier d aide à la décision destiné aux particuliers et agriculteurs Version Avril 2011 «Comment fonctionne une chaudière

Plus en détail

LE CANNET - GRANDE BRETAGNE CANNES - GARE SNCF BALCON D AZUR - MANDELIEU par Cannes La Bocca

LE CANNET - GRANDE BRETAGNE CANNES - GARE SNCF BALCON D AZUR - MANDELIEU par Cannes La Bocca 0 LE CANNET - GRANDE BRETAGNE Le Cannet Grande Bretagne Mistral Rés. Le Brésil 5 6 7 Les Eucalyptus Les Mirandoles Hôtel de Police Gare Routière de Mandelieu 5 6 6 7 60 St Estival 7 7 Marco Polo Cottage

Plus en détail

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre!

Ne brûlons plus nos déchets verts à l air libre! En savoir QUIZZ + Plan de Protection de l Atmosphère des Bouches-du-Rhône 1 2 3 4 J ai le droit de brûler mes déchets de tonte de pelouse en petite quantité dans ma cour non exposée à la route. Mes déchets

Plus en détail

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING Guide du monteur Contenu Page Comment monter son installation?...3 Procédé...3 Planification...3 Positionnement des

Plus en détail

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 200 Mét. 1.2 Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon 2014-05-09 (révision 5) Comment

Plus en détail

Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les projets collectifs et tertiaires

Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les projets collectifs et tertiaires Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les particuliers, Pour les projets collectifs et tertiaires Etre un outil de communication pour l ensemble de la filière granulés Objectifs Apporter

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE

VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE VERITAS TUNISIE CATALOGUE ANALYSES LABORATOIRE Agro-alimentaire et Environnement SOMMAIRE Page Introduction 1 Analyses microbiologiques 5 Microbiologie des aliments 6 Microbiologie des eaux 7 Microbiologie

Plus en détail

Chauffage à granulés de bois

Chauffage à granulés de bois 0 Chauffage à granulés de bois Alliance pour le Climat Luxembourg Protection du climat à la base En partenariat avec plus de 00 villes et communes européennes, plusieurs communes de l Alliance pour le

Plus en détail

NOUVEL IMPREGNATEUR AUTOMATIQUE

NOUVEL IMPREGNATEUR AUTOMATIQUE NOUVEL IMPREGNATEUR AUTOMATIQUE VANDA FRANCE Téléphone : 0033 2 47 59 13 35 Courriel : info@vanda-france.fr Site internet : www.vanda-france.fr Le nouvel imprégnateur monoposte VANDA FRANCE permet l'imprégnation

Plus en détail

Présentation société NASKEO Environnement 11/09/2013. Strictement confidentiel

Présentation société NASKEO Environnement 11/09/2013. Strictement confidentiel Présentation société NASKEO Environnement 11/09/2013 Sommaire du document 1. Naskeo en quelques chiffres 2. Les prestations proposées par Naskeo 3. Références Naskeo et projets en cours 4. Activités Narbonne

Plus en détail

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP

Le risque toxique lors des. dans le secteur du BTP Le risque toxique lors des opérations de brasage fort dans le secteur du BTP F. MICHIELS 1, B. BOUARD 1, F. RIVIERE 1, C.MALLANTS 2 1: service de santé des armées 2: APSMT Blois Rappels technologiques

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

eat recovery system Metos Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste La solution compacte à vos dechets! www.metos.com

eat recovery system Metos Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste La solution compacte à vos dechets! www.metos.com eat recovery system Metos Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste La solution compacte à vos dechets! www.metos.com Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste De plus en plus, le traitement des biodéchets

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 Décret n 2005-635 du 30 mai 2005 Arrêté du 29 juillet 2005 Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets.

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets. Le Bois Énergie Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr Animation du sur les Pyrénées Orientales Animation, Information Conseils et accompagnement des projets Réalisation de pré-diagnostics tecnico-économiques

Plus en détail

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey Août 2009 modifié Avril 2013 1 : Feuille décor imprimée ou teintée dans la masse, imprégnée de résine mélamine 2 : Surface de protection imprégnée

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

RÉCUPÉRATION ÉNERGIE DES FUMÉES SORTIE CHAUDIÈRE BIOMASSE, SOUS QUELLES CONDITIONS?

RÉCUPÉRATION ÉNERGIE DES FUMÉES SORTIE CHAUDIÈRE BIOMASSE, SOUS QUELLES CONDITIONS? RÉCUPÉRATION ÉNERGIE DES FUMÉES SORTIE CHAUDIÈRE BIOMASSE, SOUS QUELLES CONDITIONS? SCHEUCH et la condensation + de 15 ans d expérience: 1 ière installationen 1999 (scierie) > 90 installationsen exploitationaujourd

Plus en détail

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur Détermination de la puissance du générateur de chaleur 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments.

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal MYT Business Unit Zweckverband Abfallbehandlung Kahlenberg (ZAK) Bergwerkstraße 1 D-77975 Ringsheim Téléphone : +49 (0)7822 8946-0 Télécopie : +49 (0)7822 8946-46 E-mail : info@zak-ringsheim.de www.zak-ringsheim.de

Plus en détail

CAP BOUCHER. BAC PRO COMMERCE Vente en boulangerie. CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOULANGER

CAP BOUCHER. BAC PRO COMMERCE Vente en boulangerie. CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOULANGER 06250 MOUGINS BAC PRO COMMERCE Vente en boulangerie. 06340 LA TRINITE CAP BOUCHER E13A00008 E13A00038 06110 LE CANNET CAP BOUCHER 06500 MENTON CAP BOUCHER E13A00002 E13A00039 CAP BOUCHER 06260 PUGET THENIERS

Plus en détail

La méthanisation «à la ferme»

La méthanisation «à la ferme» Solagro Initiatives pour l Énergie, l Environnement, l Agriculture Association Loi 1901 75 Voie du TOEC - 31076 TOULOUSE Cedex 3 0 (+33) 5 67 69 69 69 - Fax 0 (+33) 5 67 69 69 00 Email : solagro@solagro.asso.fr

Plus en détail

BTM PATISSERIE. BAC PRO COMMERCE Vente en boulangerie. CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER

BTM PATISSERIE. BAC PRO COMMERCE Vente en boulangerie. CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER CAP BOUCHER 06250 MOUGINS BAC PRO COMMERCE Vente en boulangerie. BTM PATISSERIE E13A00008 E13A00062 06340 LA TRINITE E13A00054 E13A00038 06110 LE CANNET 06500 MENTON E13A00002 E13A00039 06300 NICE 06260 PUGET THENIERS

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail