VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE"

Transcription

1 RAPPORT PROJET INGENIERIE VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE «ETUDE DE MARCHE DE LA VALORISATION DES BOUES SECHEES EN AGRICULTURE SUR LES DEPARTEMENTS DU 06 ET DU 83» Présenté par Antonine MOHEN Etudiante en Master II Hydroprotech à Polytech Nice-Sophia Laura MADRIERES Etudiante en GE5 à Polytech Nice-Sophia

2 RESUME Ce rapport a pour but de présenter nos résultats dans le cadre du module «Projet Ingénierie» sur la valorisation des boues séchées en agriculture sur les départements du 06 (département des Alpes Maritimes) et du 83 (département du Var). Parmi les divers projets de valorisation que nous avons étudiés, nous présentons ici celui qui nous paraît le plus abouti. Etant restées sur une approche purement théorique, pour une application concrète, notre proposition «virtuelle» nécessiterait un volet opérationnel. Mots clés : Boues de station d épuration, valorisation, homologation -2-

3 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier M. Bourgeois de la Lyonnaise des Eaux pour ses conseils et son encadrement lors de notre mission. -3-

4 SOMMAIRE Résumé... 2 Remerciements... 3 Sommaire... 4 Introduction... 5 I. Presentation du produit... 6 I.1 La station de séchage de la Paoute... 6 I.1.1 Présentation générale... 6 I.1.2 La station de La Paoute... 7 I.2 Les Boues Séchées Thermiquement... 7 I.2.1 Processus de fabrication... 8 I.2.2 Propriétés physico-chimiques... 9 II. Methodologie et Proposition de solution II.1 Principe...10 II.2 Recherche de partenariat...11 II.3 Résultats...11 III. Dossier d homologation du produit III.1 Pièces nécessaires...13 III.2 Procédure...13 Conclusion Annexes Annexe 1 : Liste de contacts établie en vue de recherche de partenariat Annexe 2: Plaquette de présentation des boues séchées Annexe 3 : Compte rendu d avancement début Bibliographie LISTE DES SIGLES UTILISES Liste des tableaux Liste des figures

5 INTRODUCTION Dans le cadre des projets ingénieries, nous avons travaillé sur la valorisation des Boues Séchées Thermiquement (B.S.T.) pour la Lyonnaise des Eaux de Mougins (06). A partir de 2012, les boues issues de la nouvelle station d épuration du bassin cannois seront déshydratées puis séchées sur place comme déjà pratiqué sur la station de la Paoute à Grasse. Le produit final pourra ainsi être valorisé en agriculture sous forme d amendement. Nous verrons quels sont les débouchés possibles dans les départements des Alpes Maritimes (06) et du Var (83). Quelles solutions peuvent être mises en place? Quelle est la procédure à respecter pour obtenir une homologation? -5-

6 I. PRESENTATION DU PRODUIT I.1 La station de séchage de la Paoute I.1.1 Présentation générale La station de séchage basse température de la Paoute se situe en Provence Alpes Côtes d Azur, dans le quartier de «La Paoute» à Grasse. Station de séchage de la Paoute Figure 1. Localisation de la station de séchage de la Paoute à Grasse, Google Maps Janvier L installation de traitement de boues comporte deux lignes de séchage permettant de traiter tonnes de boues centrifugées par an. Les boues centrifugées, quelles qu en soit leurs origines, devront avoir une siccité minimum de 22%. En sortie de l installation, les boues séchées ont une siccité de 80-85% de matière sèche, et représenteront un tonnage annuel prévisionnel d environ tonnes. Un autre sécheur de la Lyonnaise des Eaux va bientôt entrer en activité pour traiter les boues humides de la station Aquaviva à Cannes. Il est prévu qu en sortie de l installation les boues sèches représenteront un tonnage annuel prévisionnel d environ T/an. À terme, les deux sécheurs fourniront T/an de boues séchées. -6-

7 I.1.2 La station de La Paoute Les boues d épuration admises sur le sécheur sont des boues appartenant à la catégorie des déchets non dangereux issus du traitement des eaux résiduaires urbaines ou de l activité de l industrie des arômes et parfums du bassin industriel grassois. Figure 2. Usine du sécheur de la Paoute, Lyonnaise des Eaux. Le sécheur de la Paoute traite actuellement les T/an de boues d épuration de Grasse, y compris celles de l industrie des arômes et parfums du bassin grassois. Il accepte également les boues humides en provenance de Vallauris (Station d épuration «Nobilis») : environ T/an (siccité moyenne de 29%) et de Valbonne (Station d épuration «Les Bouillides») : environ T/an (siccité moyenne de 25%). Ce sont des boues d origine urbaine. Les évolutions prévisibles de capacité (extension des ouvrages, taux de collecte) conduisent à majorer de T environ la production de boues à l horizon 2020 sur ces deux stations de séchage. I.2 Les Boues Séchées Thermiquement Ce produit issu des sédiments organiques, après traitement des eaux, mute en engrais organo-minéral riche en éléments fertilisants disponibles et efficaces (c.f. : Tableau 1). Figure 3. Photographie de boues séchées, Suez Ce produit assure une fertilisation dite «progressive» en entretenant le taux de matières organiques en stimulant la vie microbienne tout en améliorant la structure du sol. -7-

8 Tableau 1. Teneurs moyenne sur brut Teneurs moyennes sur produit brut Matière (Organique + sèche) 90% Ph eau à 20 C 6,5 N Total Azote /00 P 2 O 5 Phosphore total /00 MgO Magnesium total /00 I.2.1 Processus de fabrication En entrée de l équipement de séchage, les boues sont décompactées et calibrées dans une extrudeuse, de façon à obtenir des «spaghettis» de 8mm de diamètre, pouvant être répartis uniformément sur toute la surface du tamis horizontal circulant lentement au centre du tunnel. Cette mise en place sous forme de «spaghettis» facilite le passage de l air au travers du produit et évite le passage à l état plastique des boues. Figure 4. Sécheur thermique en action. La courroie-tamis chargée de boue à sécher se déplace lentement dans le tunnel. Un air chaud et sec le traverse et va extraire l humidité des boues. La technique de la pompe à chaleur mise en œuvre permet le transfert de chaleur, d un foyer froid (échangeur permettant la condensation de l air humide) à un foyer chaud (échangeur permettant le chauffage de l air sec). Cette technique permet de contrôler une chambre de séchage en circuit fermé sans avoir besoin de prendre de l air extérieur, économisant ainsi la perte d un air chaud et saturé (énergie résiduelle) et la diffusion d odeurs. L air sec se chauffe sur un premier échangeur (condenseur), puis il se charge d humidité en passant au travers des boues ; enfin il se condense sur un deuxième échangeur (évaporateur) qui le déshumidifie ; et le cycle se poursuit ainsi tout au long de la bande transporteuse. La pompe à chaleur transfère les calories récupérées du foyer froid vers le foyer chaud. On obtient ainsi un séchage en circuit d air fermé, avec un minimum de pertes énergétiques. L ensemble des opérations est géré au moyen d automates de façon à effectuer un contrôle et un suivi continu de tous les paramètres du processus. Les boues se présentent en sortie du tunnel sous forme de granulés d une siccité de 80-90%. Ces granulés sont alors repris par un convoyeur et dirigés vers un silo destiné à alimenter le chargement des camions. -8-

9 I.2.2 Propriétés physico-chimiques Une procédure rigoureuse de suivi de la qualité des boues est appliquée en vue de : Garantir la qualité des boues séchées destinées à la valorisation Déterminer la nature et l origine des boues qui ont été la cause d une éventuelle nonconformité Cette procédure s applique sur de analyses systématiques du produit en entrée (boues humides) et en sortir (boues sèches). Contrôle des boues en entrée Le producteur de boues humides, réalisera des analyses de boues sur le site de production, en vue de vérifier leur conformité aux critères d acceptabilité. La fréquence de ses contrôles est la suivante : Siccité : toutes les semaines Mensuellement une analyse des paramètres suivants : Tableau 2. Paramètres mesurés mensuellement en entrée de station CaO Cl Total P Alcalins (sur K2O) Hg Somme (Cd, Tl, Hg) Somme (Sb, AS, Pb, Ni, V, Sn, Te, Se) Oxyde de calcium Chlore Phosphore Oxyde de Potassium Mercure Somme (Cadmium, Thallium, Mercure) Somme (Antimoine, Arsénic, Plomb, Nickel, Vanadium, Etain, Tellure, Sélénium) Les résultats des analyses sont fournis au fur et à mesure de leur réalisation à l exploitant du sécheur. Ce programme pourra être adapté en fonction des contraintes de suivi fixées à la filière de traitement et de valorisation des boues séchées. Contrôle des boues en sortie Les boues séchées éliminées par la filière cimenterie font l objet d analyse définies conformément aux arrêtés d exploitation des cimenteries concernées. En l état actuel la Lyonnaise des Eaux a signé un contrat avec le cimentier VICAT qui prévoit une analyse annuelle sur les paramètres : Mercure, Cadmium, Thallium, Cobalt, Antimoine, Plomb, Chrome, Nickel, Vanadium, Etain, Tellure, Zinc, Cuivre, Manganèse, Lithium, Sélénium, Aluminium, Fer, Magnésium, Calcium, Chlore, Brome, Iode, Soufre, Phosphore, Azote. -9-

10 II. METHODOLOGIE ET PROPOSITION DE SOLUTION Dans le but de valoriser les boues dans le domaine de l agriculture, nous avons examiné la répartition des cultures pratiquées dans les Alpes Maritimes (06) et le Var (83) dans les documents fournis par M. Bourgeois. Figure 5. Pourcentage de répartition des surfaces en fonction des cultures pratiquées dans les Alpes Maritimes (à gauche) et dans le Var (à droite) en Source : Rapport Terre d Azur V1, Il apparaît clairement que dans les Alpes Maritimes le principal débouché pour la valorisation serait l épandage dans les prairies permanentes. Dans le département du Var la diversité des cultures est nettement plus importante. Cependant les prairies permanentes représentent plus du tiers de la surface cultivée. De sa composition chimique (c.f. : I.2.2 Propriétés physico-chimiques), le produit constitue un fertilisant organique riche en azote et phosphore. Les possibilités de valorisation sont nombreuses : agriculture, plantes en pots, aménagements paysagers. Il est à noter que l utilisation des B.S.T. en arboriculture n est pas possible car les engrais doivent être solubles dans l eau. Après un entretien avec le représentant des agriculteurs auprès de la Chambre de Commerce de Nice, il apparaît clairement que l emploi des B.S.T. dans de le domaine de l agriculture est difficile, en raison de la provenance du produit et de son historique dans les Alpes Maritimes. Fortes de ces constatations, nous avons décidé de nous orienter vers la production de terre végétale. II.1 Principe La terre végétale est constituée d un mélange de divers composants (déchets végétaux, terre, fertilisants ) en fonction de l utilisation souhaitée. Le débouché pour la terre végétale est assez important allant de la vente aux particuliers sous forme de sacs, au réaménagement de stades sportifs par exemple. Notre but est donc de trouver dans les départements des Alpes-Maritimes et du Var, un producteur qui substituerait, en partie, dans la fabrication de terre végétale certains fertilisants onéreux par les B.S.T

11 II.2 Recherche de partenariat En vue d établir un partenariat, nous avons décidé de recenser tout organisme pouvant nous aider dans cette recherche. Ainsi nous avons réalisé une liste de contacts pouvant utiliser la filière de la valorisation des déchets végétaux ou pouvant nous fournir des renseignements sur l emploi des B.S.T. dans un périmètre proche de la station de La Paoute (c.f. : Annexe 1). Parallèlement nous avons réalisé une mise à jour de la plaquette de présentation des B.S.T. (c.f. : Annexe 2). II.3 Résultats De nos contacts avec les organismes que nous avions recensés, il en ressort que dans le domaine de l agriculture le produit est perçu de façon très négative. En conséquence, il paraît difficile de mettre en place une procédure de valorisation, à court terme dans les Alpes Maritimes. Les organismes de recherches (contactés pour obtenir des informations au sujet de l homologation) n ont pu fournir de détail à ce sujet ni proposer d autres contacts. Les filières dites de «travaux» (élagage, abattage ) ne semblent pas intéressées car elles mettent en décharge tous les déchets verts, produits de leur activité. Il est à noter que l entreprise «Azur Jardins» serait éventuellement prête à s associer à une filière de production de boues mais pas à supporter elle-même la production de terre végétale. Les pépiniéristes brûlent leurs déchets végétaux ou les envoient également en décharge. Quant à l utilisation de B.S.T. comme fertilisant pour leur propre utilisation, cela semble relativement difficile en raison de la provenance du produit et de sa traçabilité. Enfin chez les producteurs de terre végétale, seule l entreprise «Fiandino Malavard» est très intéressée par l ajout de B.S.T.. En effet, selon la destination de la terre végétale, elle serait prête à intégrer un certain pourcentage de boues dans sa production, et compte tenu des volumes considérés, pourrait écouler l intégralité des B.S.T. produites par les deux stations de séchage. Nous sommes toujours en contact avec cette entreprise prête à faire un «test» avec l utilisation de B.S.T

12 III. DOSSIER D HOMOLOGATION DU PRODUIT L article L255-1 du Code Rural 48 précise que : 1- les matières fertilisantes comprennent les engrais, les amendements et, d une manière générale, tous les produits dont l emploi est destiné à assurer ou à améliorer la nutrition des végétaux ainsi que les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols ; 2- les supports de culture sont des produits destinés à servir de milieu de culture à certains végétaux. Ainsi, dans cette logique produit, les matières fertilisantes élaborées à partir de boues doivent soit être conformes à une norme d application obligatoire soit avoir fait l objet d une homologation. Les composts de boues entrent dans la catégorie des produits quand ils sont conformes à la norme NFU relative aux amendements organiques obtenus par compostage et contenant des matières issues du traitement des eaux, d intérêt agronomique. Figure 6. Schéma des voies réglementaires de l épandage agricole des boues, Association des Maires de France,

13 III.1 Pièces nécessaires Les boues ou Matières d Intérêt Agronomique issues du Traitement des Eaux ont un statut de déchets d après la réglementation. L homologation peut leur conférer un statut de produit (code rural art L 255-2). Pour obtenir l homologation, une matière fertilisante doit répondre à trois niveaux de garantie : constance de composition, efficacité agronomique et innocuité dans des conditions d emploi déterminées. (Source : brochure d information Terralys) Figure 7. Pièces nécessaires au dossier d homologation, Brochure Terralys. III.2 Procédure La procédure est relativement longue puisque des tests en champs doivent être réalisés sur deux années consécutives. Cependant, une fois que l homologation est donnée au produit elle est valable dix ans.. Figure 8. Procédure de la validation de la demande d homologation, Brochure Terralys. -13-

14 CONCLUSION Il apparaît de façon évidente que l emploi des B.S.T. dans le domaine agricole est tout à fait envisageable, en raison du nombre et de la diversité des solutions. Cependant, en raison de la position de l opinion publique vis-à-vis du produit, il faudra probablement développer une stratégie commerciale qui permettra de se démarquer de l historique des B.S.T.... Au niveau personnel, cette mission nous aura permis de nous confronter au fort ressenti négatif concernant les produits issus de stations d épuration. Par ailleurs, nous avons pu constater que la démarche de valorisation est plus ou moins connue et reste encore à un état très théorique, bien que certaines propositions d applications datent des années Bien que nous n ayons pas réalisé d application in situ, nous avons identifié une entreprise candidate à une expérimentation «grandeur nature», dans le cadre d un partenariat, devant aboutir à une homologation officielle. -14-

15 ANNEXES Annexe 1 : Liste de contacts établie en vue de recherche de partenariat Nom Activité Localisation Contact Intérêt au projet AGRICUTLURE Alliance Provence agriculteurs Bio Agribio 06 agriculteurs Bio 06 TRAVAUX Mathilde LEGON agriculture : pas de boues Azur Jardins Bocca Jardins Couzin Ph ET JP Donadio Fils Eric Corporandy Groupement Forestier Simacal Jean Dogliotti Jean Louis Labiche J.P.V Espaces verts Respaud Thierry elagage, abattage, debroussaillement elagage, abattage, debroussaillement elagage, abattage, debroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement élagage, abattage, débroussaillement Avenue Roubine, Cannes 116 Chemin Hauts de l'olivet, Cannet 153 Boulevard Jean St Martin, Mandelieula-Napoule 125 Chemin Font Graissan, Mougins 1 Avenue Francis Tonner, Cannes 8 Chemin Industrie, Cannet 1514 Avenue de la Plaine, Mougins 2 Traverse Villamont, Cannet 22 Avenue Frédéric Mistral, Cannes dechets vegetaux envoyés en decharge 70euros/T plutôt intéréssé déchets envoyés en décharge intérêt moyen mail : Sigha Rachid élagage, abattage, débroussaillement 59 Avenue Du Dr Raymond Picaud, Cannes Castellari Enzo CAT la siagne Maurice Jardins Fleurs Orso Charles pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste PEPINIERES L Oustaou 40 Bd Périer CANNES 290 imp l'ecole Vieille Roquette sur siagne 75 av Mar. JUIN CANNES Gir veterans av Jean MERMOZ Mandelieu La Napoule déchets brulés sur place pas intéressé pas intéressé -15-

16 Panizzi Jean Baptiste Pépinières de l'abadie Pépinières du Reténaou Pépinières Saint Georges Rubino Jacky Schneider Sœur pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste pépiniériste 626 chem Camp Lauvas Mougins 219 av Michel Jourdan Cannes la bocca Vieux chem Retenaou Vallauris 632 chem st georges Roquette sur siagne chem Antoine Laurent Mandelieu la Napoule 2 route de suisse CANNES pas intéressé Le CRITT Le GRAB Fiandino Malavard SATS Parcs & Sports Sud Blanc Jean Pasini Star Environnement Centres régionaux d'innovation et transfert de technologie Groupe de Recherche en Agriculture Biologique Vente/production Vente/production Vente/production Vente/production Vente/production RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT aucune information aucune information Vente de Terre végétale 72 rte de Grenoble La Manda qua Piboula Colomars 890 rte de Grenoble Nice Route Plan de la Tour Vidauban 421 avenue du Baron D Larrey La Farlède 5320 rd Rte de Malpasset Fréjus Plutôt intéressé RDV à trouver pas intéressé

17 Annexe 2: Plaquette de présentation des boues séchées -17-

18 -18-

19 -19-

20 -20-

21 -21-

22 Annexe 3 : Compte rendu d avancement début -22-

23 BIBLIOGRAPHIE SIMON Nicolas & ODDOU Martine Etude de marché des boues séchées thermiquement, Agro Développement Suez. TERRALYS consulté début 2012 Homologuer les produits ADLER Emmanuel consulté début 2012 Le Maire et les boues d épuration, Guide pratique pour les collectivités territoriales. LISTE DES SIGLES UTILISES B.S.T. : Boues Séchées Thermiquement. c.f. : se référer à. LISTE DES TABLEAUX Tableau 1. Teneurs moyenne sur brut... 8 Tableau 2. Paramètres mesurés mensuellement en entrée de station... 9 LISTE DES FIGURES Figure 1. Localisation de la station de séchage de la Paoute à Grasse, Google Maps Figure 2. Usine du sécheur de la Paoute, Lyonnaise des Eaux Figure 3. Photographie de boues séchées, Suez... 7 Figure 4. Sécheur thermique en action Figure 5. Pourcentage de répartition des surfaces en fonction des cultures pratiquées dans les Alpes Maritimes (à gauche) et dans le Var (à droite) en Source : Rapport Terre d Azur V1, Figure 6. Schéma des voies réglementaires de l épandage agricole des boues, Association des Maires de France, Figure 7. Pièces nécessaires au dossier d homologation, Brochure Terralys Figure 8. Procédure de la validation de la demande d homologation, Brochure Terralys

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles

La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles par le recyclage agricole Mémento à l usage des maîtres d ouvrage de station d épuration Une filière responsable 1 Toute collectivité ou

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010

CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES. UNIVALOM, le 24 mars 2010 CIMENT VALORISATION DES ENCOMBRANTS DE DECHETERIES UNIVALOM, le 24 mars 2010 2CIMENT La Fabrication du ciment La Cimenterie de La Grave de Peille La Valorisation énergétique des encombrants Bilan du MAPA

Plus en détail

Fumier de bovin viande

Fumier de bovin viande Les fumiers 139 Fiche N 55 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 Fumier de bovin viande Résultats issus d 1 prélèvement fait par les Chambres d Agriculture

Plus en détail

jeudi 29 décembre 2011 Page 1 sur 7

jeudi 29 décembre 2011 Page 1 sur 7 jeudi 29 décembre 2011 Page 1 sur 7 Menus analytiques Analyses sur sols agricoles SO_S1 Analyse chimique simple S1 42,70 SO_S1 : Prise en charge, préparation, ph eau* et KCl*, matière organique, calcaire

Plus en détail

Fertilisation 2014/2015. Maraîchage

Fertilisation 2014/2015. Maraîchage Fertilisation 2014/2015 Maraîchage Notre expertise agronomique Les besoins des cultures maraîchères Plusieurs facteurs entrent en considération pour le pilotage de la fertilisation des sols en maraîchage

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE D UNE UNITE DE METHANISATION A LA FERME

ETUDE DE FAISABILITE D UNE UNITE DE METHANISATION A LA FERME Schéma guide pour établir un cahier des charges d étude ETUDE DE FAISABILITE D UNE UNITE DE METHANISATION A LA FERME DENOMINATION DE L'OPERATION Précisez Objet - Lieu Maître d ouvrage : Personne à contacter

Plus en détail

Caractérisation des encombrants. Présentation de Elodie GRECO stagiaire au SIDOM

Caractérisation des encombrants. Présentation de Elodie GRECO stagiaire au SIDOM Caractérisation des encombrants Présentation de Elodie GRECO stagiaire au SIDOM 26/04/2009 1/ Situation du gisement des encombrants en 2008 2/ Analyse des encombrants par : o Caractérisation visuelle o

Plus en détail

Votre partenaire pour le traitement, le recyclage et la valorisation du bois

Votre partenaire pour le traitement, le recyclage et la valorisation du bois Votre partenaire pour le traitement, le recyclage et la valorisation du bois «Fabriquer les matières premières du 21 ème siècle» Cette définition résume la philosophie de Paprec Group et son engagement

Plus en détail

Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? Laurent LARGANT Délégué Général

Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? Laurent LARGANT Délégué Général Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? Laurent LARGANT Délégué Général Nouveaux additifs, marchés d'avenir pour les supports de culture? La CAS Mise sur le marché des SC: Champ

Plus en détail

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Organisme Indépendant des producteurs de boues de Lorraine Version du 18 juillet 2014 Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Le cahier des charges

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS Raison sociale :... Commune, code postal :... Version numérique du rapport remise en version : CD DVD Clé USB Mail à

Plus en détail

Production de compost au Centre de Valorisation Organique

Production de compost au Centre de Valorisation Organique Gestion des déchets ménagers de Lille Métropole Communauté Urbaine Production de compost au Centre de Valorisation Organique Mustapha MAIMOUNI Conseiller communautaire Lille Métropole Communauté Urbaine

Plus en détail

www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011

www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011 www.sindra.org Traitement des déchets ménagers et assimilés en Rhône-Alpes en 2011 Les données ci-dessous sont issues de l'enquête ITOM (Installation de Traitement des Ordures Ménagères) réalisée en 2012

Plus en détail

MFSC = familles complexes de produits

MFSC = familles complexes de produits La Mise sur le marché des matières fertilisantes et supports de culture DGAL/SPRSPP/SDQPV Bureau de la Réglementation et de la mise sur le marché des intrants Stéphanie MARTHON-GASQUET 26 octobre 2011

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

Fiche N 69 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 REGENOR CLASSIC

Fiche N 69 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 REGENOR CLASSIC Fiche N 69 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 Utilisable en AB conformément au règlement CE 889/2008 REGENOR CLASSIC Données fournies à l AIVB par

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France)

Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) Combustibles de substitution et CSR en cimenterie EFE mercredi 3 février 2010 Frédéric Douce Holcim (France) 2007 Holcim/Switzerland Les Avantages du Process Cimentier: le Co-processing Nous réalisons

Plus en détail

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Ville de Laval Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Rapport d étape 5 Évaluation de la pertinence de traiter les boues d épuration et de fosses septiques Version finale Date : Mai 2010

Plus en détail

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ RAPPORT D'ANALYSE Page 1/5 N Ech Matrice Référence échantillon Observations 001 Sol S1-0-0,5 m 002 Sol S2-0-0,5 m (116) 003 Sol S3-0-0,5

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

Les Cendres des chaudières automatiques au bois et leurs possibilités de valorisation

Les Cendres des chaudières automatiques au bois et leurs possibilités de valorisation Route du Col de Jau 66500 MOSSET Tél : 04 68 05 05 51 Fax : 09 77 46 23 29 bois.energie66@wanadoo.fr Plan bois énergie et Développement local Pyrénées Orientales (66) Les Cendres des chaudières automatiques

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORET DES PYRENEES ORIENTALES NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DECEMBRE 2006 Préambule Le risque feux de

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

Vinasses concentrées de distillerie Apport de potassium www.ungda.com

Vinasses concentrées de distillerie Apport de potassium www.ungda.com Vinasses concentrées de distillerie Apport de potassium www.ungda.com RITTMO 15 décembre 2011 1 Sommaire 1 Introduction 2 Vinasse concentrée origine betterave 3 Vinasse concentrée origine viticole 4 Conclusions

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. une démarche écologique. Fourniture gratuite de compost issu des boues de la station d épuration de Carpentras

DOSSIER DE PRESSE. une démarche écologique. Fourniture gratuite de compost issu des boues de la station d épuration de Carpentras Fourniture gratuite de compost issu des boues de la station d épuration de Carpentras DOSSIER DE PRESSE 25 AVRIL 2014 Le compost issu des boues de la station d épuration Marignane de Carpentras est offert

Plus en détail

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux)

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Ce document a été établi à l attention des exploitants faisant l objet de

Plus en détail

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Pour comprendre avec facilité le processus de climatisation, il est vital de connaître les concepts de base Air L air libre que nous respirons

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES Sommaire Introduction : la loi 2 1. votre entreprise est-elle concernée? 3 3 types de responsables d emballages 2. les obligations des entreprises 4 Le

Plus en détail

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique CHRISTIEANS.qxd 19/01/2007 15:24 Page 181 La nouvelle législation communautaire fixant les règles d hygiène, avec l entrée en vigueur d un vaste plan révisé de la législation sur les aliments et l alimentation

Plus en détail

Association Le Relais

Association Le Relais Association le Relais Achat d une prestation étude de marché Permettant la création d un atelier de transformation fruits, légumes et son équilibre financier Structure commanditaire Association Le Relais

Plus en détail

Des produits à partir de déchets avec quelle stratégie?

Des produits à partir de déchets avec quelle stratégie? Educompost, Institut de formation pour le traitement des matières organiques Tél.: +41 (0)32 653 29 21, Fax: +41 (0)32 653 29 22 E-Mail: info@.ch, site internet: www..ch Des produits à partir de déchets

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire)

L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire) L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire) Partenaires : Un opérateur engagé dans la production et la commercialisation de briquettes de biocharbon à partir

Plus en détail

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17

Les déchets inertes. Les installations de stockage de déchets inertes ISDI. 1 er et 2 décembre 2014. DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Les installations de stockage de déchets inertes ISDI 1 er et 2 décembre 2014 DDTM 64 SDREM 1 er et 2 décembre 2014 1 / 17 Les déchets inertes Références règlementaires : Directive

Plus en détail

Mise à jour des critères québécois de qualité de l air Direction du suivi de l état de l environnement

Mise à jour des critères québécois de qualité de l air Direction du suivi de l état de l environnement Mise à jour des critères québécois de qualité de l air Direction du suivi de l état de l environnement Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Mars 2010 Ministère du Développement

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Réussir un projet biogaz :

Réussir un projet biogaz : Réussir un : Les points clés à prendre en compte Fabien Dauriac Siège Social 20, Place du Foirail 65917 TARBES Cedex 9 Tél : 05 62 34 66 74 Fax : 05 62 93 59 95 Email : accueil@hautes-pyrenees pyrenees.chambagri.fr

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

FUTURAN Made in Finland

FUTURAN Made in Finland FUTURAN Made in Finland PAC / VMC 4 ECHANGEURS INTERNES 1 Le système FUTURAN Principe de chauffage du Futuran basé la technologie des pompes à chaleur. Le système de ventilation Futuran répond aux principes

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société. Dîner Débat, 28 octobre 2010

QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société. Dîner Débat, 28 octobre 2010 QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société Dîner Débat, 28 octobre 2010 Avant-propos «Les richesses naturelles sont inépuisables, car sans cela nous ne les obtiendrions

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement

1. Contexte d étude. Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement 1. Contexte d étude Thème : PDMI «protection de la ressource en eau» Localisation : Sillon Lorrain Objectifs du projet assainissement définir et réaliser des travaux de mise à niveau de l assainissement

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX

TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX TRANSPORT ET TRAITEMENT DES DECHETS DANGEREUX De quoi parle-t-on? Données 2010 Selon la règlementation 1, «sont considérés comme dangereux les déchets qui présentent une ou plusieurs des propriétés énumérées

Plus en détail

Sujets. - Recyclage - Compostage - Empreinte écologique. Comprendra l effet bénéfique du recyclage et du compostage sur notre planète;

Sujets. - Recyclage - Compostage - Empreinte écologique. Comprendra l effet bénéfique du recyclage et du compostage sur notre planète; Fiche pédagogique La chasse aux ordures Dans le cadre des activités proposées, l élève en apprendra davantage sur le recyclage et sur le compostage, testera ses connaissances et fera une expérience sur

Plus en détail

LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE

LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE FÉVRIER 2004 LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE 1 Table des matières MESURE DES PARTICULES PM10 SUR LE SITE DE LA MEDE 3 Les objectifs de l étude 3 Les moyens 3 Dispositif de prélèvement

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N 24 4ème ANNEE Dimanche 7 Rabie El Aouel 427 Correspondant au 6 avril 6 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES,

Plus en détail

VOUS ETES FABRICANT, FOURNISSEUR OU DISTRIBUTEUR D INTRANTS?

VOUS ETES FABRICANT, FOURNISSEUR OU DISTRIBUTEUR D INTRANTS? UNE QUESTION? VOUS ETES FABRICANT, FOURNISSEUR OU DISTRIBUTEUR D INTRANTS? Leader mondial de la certification en Agriculture Biologique, Ecocert possède un réseau international de 29 filiales actives dans

Plus en détail

ESSAIS INTERLABORATOIRES SOLS ET INTRANTS

ESSAIS INTERLABORATOIRES SOLS ET INTRANTS ESSAIS INTERLABORATOIRES SOLS ET INTRANTS A15 Analyses de terres 15a Sols frais 24 Matières fertilisantes minérales A38a Boues, Sédiments, Sols Physico chimie A38b Boues, Sédiments, Sols Micropolluants

Plus en détail

GENETEC S.A. Chaussée de Marche, 933 5100 - WIERDE Belgique. Tél. 0032 81 40 21 21 Fax 0032 81 40 21 23. Email : info@genetec.be Http://www.genetec.

GENETEC S.A. Chaussée de Marche, 933 5100 - WIERDE Belgique. Tél. 0032 81 40 21 21 Fax 0032 81 40 21 23. Email : info@genetec.be Http://www.genetec. DRYER GENETEC Séchage de produits alimentaires à basse température GENETEC S.A. Chaussée de Marche, 933 5100 - WIERDE Belgique Tél. 0032 81 40 21 21 Fax 0032 81 40 21 23 Email : info@genetec.be Http://www.genetec.be

Plus en détail

Démystifions les engrais naturels

Démystifions les engrais naturels Démystifions les engrais naturels Journée sur les méthodes BIO LOGIQUES en horticulture ornementale 22 janvier 2009 Martin Trépanier, Ph.D., agr. Centre de Recherche en Horticulture La fertilisation des

Plus en détail

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens COLLOQUE atee - CIBE du 18 et 19 septembre 2007 XYLOWATT, la société XYLOWATT a été crée

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie

Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie Compte-rendu d expérimentation Service Développement économique des

Plus en détail

État des lieux sur les gisements et les marchés

État des lieux sur les gisements et les marchés État des lieux sur les gisements et les marchés Cible de 60% de recyclage à atteindre Gisements de matières organiques Produits à recycler et les marchés potentiels Expérience hors Québec Défis propres

Plus en détail

DES STATIONS D EPURATION

DES STATIONS D EPURATION REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Équipement et l Aménagement du territoire et du Développement Durable Office National de l Assainissement (ONAS) LA GESTION DES BOUES DES STATIONS D EPURATION Madame

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

agr., M. Sc., service des matières résiduelles, ministère du Développement durable, de

agr., M. Sc., service des matières résiduelles, ministère du Développement durable, de Source : Vecteur-Quiz compost-janvier2013 Quiz sur l épandage des composts et des digestats urbains Par Marc Hébert agr., M. Sc., service des matières résiduelles, ministère du Développement durable, de

Plus en détail

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07 ELSOLD Barres et lingots La miniaturisation croissante, des exigences plus strictes en ce qui concerne la fiabilité à long terme des produits électroniques complexes, des composants et des caractéristiques

Plus en détail

Principe de combustion et composition des cendres. Note technique N 1

Principe de combustion et composition des cendres. Note technique N 1 Note technique N 1 Principe de combustion et composition des cendres. Pilotage de Projet : Vincent GUERRERE (PDG SAS SIMA-PECAT) Chargée d étude : Fanny MISS (Vice directrice SAS SIMA-PECAT) Contact Chargée

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

L éco-efficience industrielle. comme levier de compétitivité. et de sécurisation des activités

L éco-efficience industrielle. comme levier de compétitivité. et de sécurisation des activités L éco-efficience industrielle comme levier de compétitivité et de sécurisation des activités Nicolas PETIT Service Entreprises & Eco-Technologies Service Produits et Efficacité Matières nicolas.petit@ademe.fr

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

Démolition de l ancienne station d épuration situé Les Prés Couris. Note technique et règlement de la consultation

Démolition de l ancienne station d épuration situé Les Prés Couris. Note technique et règlement de la consultation Démolition de l ancienne station d épuration situé Les Prés Couris Note technique et règlement de la consultation 1. Présentation 1.1) Localisation Le site étudié est localisé dans le secteur sud-ouest

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Conversion biomasse et production énergétique

Conversion biomasse et production énergétique Conversion biomasse et production énergétique Actionnariat S.I.D.E.S.U.P. 15 % S.V.I 5 % Naples Investissement 80 % Planteurs de betteraves Historique Création en 1970 Pour déshydrater les pulpes de la

Plus en détail

Lignes directrices pour la production durable de biogaz dans les exploitations bio

Lignes directrices pour la production durable de biogaz dans les exploitations bio Lignes directrices pour la production durable de biogaz dans les exploitations bio Contact : IFOM EU, +32(0)2280 1223, info@ifoam-eu.org 1 Introduction... 1 2 Biogaz durable issu des exploitations bio

Plus en détail

Une unité de méthanisation près des serres de tomates Montauban-de-Bretagne

Une unité de méthanisation près des serres de tomates Montauban-de-Bretagne Une unité de méthanisation près des serres de tomates Montauban-de-Bretagne Bretagnenonaugazdeschiste Posté par bretagnenonaugazdeschiste le 6 novembre 2012 mercredi 10 octobre 2012 Entretien chef de projet

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Projet de réhabilitation du site SCPA Agronutrition. Projet d aménagement de la future clinique du Sport

Projet de réhabilitation du site SCPA Agronutrition. Projet d aménagement de la future clinique du Sport Projet de réhabilitation du site SCPA Agronutrition Projet d aménagement de la future clinique du Sport Localisation du site Secteur de Langlade Commune de Toulouse Projet d aménagement du site : Usage

Plus en détail

NOUVEL IMPREGNATEUR AUTOMATIQUE

NOUVEL IMPREGNATEUR AUTOMATIQUE NOUVEL IMPREGNATEUR AUTOMATIQUE VANDA FRANCE Téléphone : 0033 2 47 59 13 35 Courriel : info@vanda-france.fr Site internet : www.vanda-france.fr Le nouvel imprégnateur monoposte VANDA FRANCE permet l'imprégnation

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

Colloque OSE 2013. Énergie, Citoyens et Ville Durable. Présentation par la CCI Nice Côte. sur le salon

Colloque OSE 2013. Énergie, Citoyens et Ville Durable. Présentation par la CCI Nice Côte. sur le salon Colloque OSE 2013 Énergie, Citoyens et Ville Durable Présentation par la CCI Nice Côte d Azur des entreprises présentes sur le salon La Chambre de Commerce et d Industrie (CCI) Nice Côte d Azur en quelques

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES DE CONTAMINATION LIEE AU PRELEVEMENT ET AU PRE-TRAITEMENT DES SEDIMENTS

EVALUATION DES RISQUES DE CONTAMINATION LIEE AU PRELEVEMENT ET AU PRE-TRAITEMENT DES SEDIMENTS EVALUATION DES RISQUES DE CONTAMINATION LIEE AU PRELEVEMENT ET AU PRE-TRAITEMENT DES SEDIMENTS Action I-A-01 - Amélioration des méthodes de prélèvements pour les paramètres physicochimiques Lionard E.,

Plus en détail

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES Les modalités d attribution des primes 2013 à 2018 sont définies par la délibération modifiée n 2012-25 du 25 octobre 2012 du conseil d administration de l agence

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières

Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Prix de reprise des matériaux Prix annuels 2006 à 2014, toutes options Séries détaillées 2006 à 2015, Option Filières Présentation des prix de la reprise Page 1 Contenu du document La «Reprise des Matériaux»

Plus en détail

Gestion des lixiviats

Gestion des lixiviats Gestion des lixiviats OPTIONS DE GESTION DES LIXIVIATS MÉTHODOLOGIE En tenant compte de la gestion et du traitement des lixiviats qui se font actuellement dans d autres sites d enfouissement des déchets

Plus en détail

> UNE INSTALLATION DE MÉTHANISATION SUR VOTRE TERRITOIRE, c est la valorisation énergétique et agronomique de vos déchets.

> UNE INSTALLATION DE MÉTHANISATION SUR VOTRE TERRITOIRE, c est la valorisation énergétique et agronomique de vos déchets. > UNE INSTALLATION DE MÉTHANISATION SUR VOTRE TERRITOIRE, c est la valorisation énergétique et agronomique de vos déchets. > Faisabilité > Planification > Construction > Optimisation > Exploitation Bio

Plus en détail

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE Production combinée de chaleur et d électricité SOLUTION POUR L INDUSTRIE Récupération de chaleur-rejets thermiques La ligne de produits ENEFCOGEN GREEN est conçue pour

Plus en détail

L évolution des températures hivernales

L évolution des températures hivernales Thème : Changement climatique et maîtrise de l énergie Orientation : Réduire les émissions de GES et anticiper les effets du changement climatique L évolution des températures hivernales par stations météorologiques

Plus en détail