CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires"

Transcription

1 Coceptio : Boréal > CPNEFP Commissio Paritaire Natioale pour l'emploi et la Formatio Professioelle de la brache des services fuéraires

2 Sommaire Itroductio p 2-3 Les objectifs de cette étude p 2 Méthodologie p 3 Les facteurs d évolutio p 3 Le cotexte de l évolutio des métiers du fuéraire p > A travers l'histoire p 4 2 > A travers les cultures p 5 LES PROFESSIONNELS DU FUNÉRAIRE La brache professioelle des services fuéraires, représetée par les orgaisatios patroales (CPFM, FFPF) et les orgaisatios sydicales, s egage auprès de ses adhérets afi d accompager l évolutio de leur eviroemet professioel. Elle coçoit et met e œuvre u projet d evergure itégrat la réalisatio d u répertoire des métiers et d ue aa lyse prospective des métiers et des qualificatios. Cosciets de la écessaire adaptatio de leurs compéteces à u marché ifluecé par des facteurs variés, les Professioels du fuéraire aalyset leur eviroemet et leurs métiers, et e tiret des perspectives d évolutio. Les facteurs d évolutio des métiers du fuéraire p > U marché e croissace à log terme p 6 2 > Les attetes ouvelles des cliets p 7 3 > Ue offre de services davatage persoalisés p 8 4 > De ouvelles pratiques culturelles p 10 5 > U cadre légal et réglemetaire reforcé p 11 6 > Des évolutios techologiques pour ue plus grade sécurité et productivité p 12 7 > U champ cocurretiel plus rude et plus sélectif p 13 Coclusios p Les grades étapes de l évolutio des etreprises du fuéraire p 14 U marché ifluecé par les comportemets écoomiques et les pratiques culturelles des familles p 14 Ue rupture des valeurs qui modifie e profodeur la demade des familles p 15 De ouvelles compéteces écessaires pour proposer et réaliser de ouveaux services p 15 Pour aller plus loi p 16

3 INTRODUCTION LES OBJECTIFS DE CETTE ÉTUDE L eviroemet des etreprises de services fuéraires évolue : ouvelles attetes des familles, accroissemet de la cocurrece, évolutio des valeurs et des comportemets... Pour répodre à ces chagemets et poursuivre leur développemet, les etreprises de services fuéraires ot besoi de ouvelles compéteces au regard de métiers qui se trasformet. L objectif des travaux meés est d idetifier les facteurs d évolutio et d aalyser leur impact sur les besois e compéteces des etreprises. Ces ouvelles exigeces impliquerot ue professioalisatio des persoels, u développemet des compéteces des salariés et le recrutemet de profils adaptés. Pour répodre aux besois des salariés et des etreprises, il est écessaire de costruire les parcours de professioalisatio, les formatios et les certificatios adaptés. Das u deuxième temps, la descriptio des évolutios des métiers permettra de défiir des orietatios et propositios d actio e termes d emploi et de développemet des compéteces, e teat compte d ue part du coteu des métiers de demai, et d autre part des besois e emploi. Les travaux réalisés sot doc utiles : Aux etreprises pour aticiper leurs futurs besois e compéteces et coaître les profils dot elles vot avoir besoi pour se développer, Aux salariés pour éclairer les évolutios professioelles possibles, MÉTHODOLOGIE Les travaux ot été meés e deux étapes : Recesemet des facteurs les plus importats qui impacterot à terme les métiers des etreprises de services fuéraires, et descriptio des évolutios probables de ces métiers, Descriptio des métiers et des savoir-faire spécifiques écessaires, et présetatio des compéteces, coaissaces et formatios coseillées afi d accompager l évolutio du marché. Ce documet présete les résultats de la première étape. Ces travaux ot été meés à u horizo de 5 as, ce qui est l horizo opératioel pour travailler sur les métiers et les besois e compéteces. LES FACTEURS D ÉVOLUTION Des facteurs et cotraites de différetes atures ot été aalysés : marché du fuéraire, aspects démographique, écoomique, juridique et réglemetaire, techologique, sociologique, Les travaux se baset sur l aalyse des facteurs structurels, des tedaces à log terme qui ifluecerot profodémet le marché et les métiers. A la brache des services fuéraires pour costruire les parcours de professioalisatio, aisi que les formatios et les certificatios adaptées. 2 3

4 1. À TRAVERS L HISTOIRE 2. À TRAVERS LES CULTURES Les attitudes occidetales face à la mort évoluet à travers quatre grades périodes historiques. Du Moye-Âge à la Reaissace, la mort fait partie de la vie. Elle est préparée par le futur défut, qui attache davatage d importace à la proximité de la sépulture avec des reliques saites, qu à la sépulture e elle-même. Etre la Reaissace et la Révolutio fraçaise, le futur défut pred cosciece qu il abadoe ses bies matériels. Soucieux de laisser des traces de so existece, des dos sot effectués auprès des fodatios et des hôpitaux. De la fi de la période des Lumières jusqu au milieu du XX ème siècle, la mort est cosidérée comme ue séparatio d avec l autre. Afi de coserver le souveir de l autre, la sépulture et par coséquet les cimetières preet de l importace. Les cimetières républicais remplacet les ihumatios das les églises à partirde Le moopole des prestatios d obsèques est cofié aux structures religieuses, puisest ouvert progressivemet aux commues et aux professioels. Par ailleurs, les premières sociétés crématistes apparaisset au milieu du XIX ème siècle, appuyées par la frac-maçoerie et les «médecis hygiéistes» ; l Église catholique s y oppose et iterdira la crématio jusqu e Les comportemets des familles et des cliets évoluet d u cadre culturel judéo-chrétie à u cadre culturel modere. Sous-tedu par ue rupture globale des valeurs, le passage d ue culture à ue autre est éamois progressif. Das la culture judéo-chrétiee, la mort est iscrite das la durée, das le log terme et l éterité. Les obsèques ot u caractère imposé par la traditio : ihumatio, caveau familial et cocessio à perpétuité prédomiet. Le groupe etourat le défut est composé de la famille et des voisis, il s iscrit das la sphère sociale et les différetes commuautés (religieuse, familiale, professioelle, etc.). La culture modere repose davatage sur les valeurs de régéératio et de purificatio. Les obsèques sot orgaisées autour de la crématio et de la dispersio des cedres (pas de dégradatio du corps, retour à la ature). La pompe des obsèques dimiue, la persoalisatio est de plus e plus forte, et le lieu de recueillemet est celui que le défut a aimé, au-delà de so lieu de aissace ou de vie familiale. Le deuil social se raccourcit, voire disparaît, et les cocessios sot temporaires. A partir de la secode moitié du XX ème siècle, la mort deviet tabou. Ue des coséqueces est le trasfert progressif des obsèques aux professioels. E 1964, les deux-tiers des décès survieet à domicile ; 20 as plus tard, les deux-tiers des décès ot lieu à l hôpital ou e établissemet de sois. Cette professioalisatio s accompage d u développemet des techiques utilisées (sois de coservatio, etc.). Les proches et les amis preet le relais de la famille, souvet restreite ou éclatée, ils s iscrivet das la sphère itime. 4 5

5 2. LES ATTENTES NOUVELLES DES CLIENTS LA DEMANDE D UNE OFFRE GLOBALE ET PERSONNALISÉE Plusieurs equêtes 1 mettet à jour des demades fortes émaat des familles et des proches : 1. UN MARCHÉ EN CROISSANCE À LONG TERME UNE CROISSANCE DE FOND DU MARCHÉ La structure de la démographie fraçaise, avec les coséqueces du «papy-boom» actuel, etraîera, à moye et log terme, ue croissace du marché de plus de 25 %. E même temps, il est difficile de prévoir ue croissace à court terme. Cette étude s est attachée à étudier des doées structurelles plutôt que cojocturelles, car des idices de variatio, comme la caicule e 2003, e permettet pas de dégager de tedaces lourdes. UNE COMPOSITION DÉMOGRAPHIQUE PLUS HÉTÉROGÈNE QU AUTREFOIS La structure de la compositio démographique est fortemet liée aux coséqueces de l immigratio et particulièremet à l éclosio des secode et troisième géératios. Les décès d immigrés sédetarisés e Frace deviedrot plus ombreux, etraîat ue diversificatio des rites cocerat les persoes décédées, selo les variétés ethiques. Il y aura ue baisse sesible des trasports de corps à l étrager car o costate que les immigrés de la 2ème géératio se fot eterrer e Frace, avec des rites spécifiques. E coséquece, o pourra voir se développer le rôle des associatios et des orgaisatios cofessioelles pour ue aide aux persoes, hors ou e marge du champ marchad fuéraire. D autre part, o peut prévoir u impact sur les cimetières et leur gestio, avec la créatio d espaces dédiés, puisque la législatio fraçaise, fodée sur la laïcité, iterdit toute créatio de cimetière cofessioel. Prochaiemet, des etreprises spécialisées pourraiet se développer das les grades villes, pour les obsèques de musulmas, bouddhistes, juifs, etc. L ÉVOLUTION DE CERTAINES CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES DES FRANÇAIS Comme aux États-Uis, la Frace verra ue évolutio des défuts, plus grads et surtout plus corpulets. Si la taille est u phéomèe déjà pris e compte, la rupture sera forte e ce qui cocere l obésité, car elle écessitera ue plus grade maîtrise des techiques de portage, aisi que des équipes plus ombreuses. Cette probable évolutio aura aussi des coséqueces sur le métier de thaatopracteur. Ue prise e charge globale de l orgaisatio des obsèques, avec u seul iterlocuteur, Ue prise e charge plus «humaie» de la mort, avec davatage d assistace et de coseil, U dialogue pratique et costructif avec les etreprises du fuéraire, e abordat d emblée le problème fiacier, Ue persoalisatio plus grade des services et des produits, au momet des obsèques mais aussi pour d évetuelles commémoratios ultérieures. Ces demades ot déjà été prises e cosidératio par les professioels du fuéraire, et etraîet plusieurs coséqueces : Le développemet de l assistace et du coseil avec u seul iterlocuteur : les prestatios doivet être iovates et de qualité, tat du poit de vue de l iformatio apportée aux familles et cliets, que de celui de l aide et du soutie psychologique. L émergece du métier de coseiller admiistratif (hors coseil fiscal, fiacier ou otarial) : ce métier existe déjà das certaies etreprises, et par le biais d ue plate-forme téléphoique, aide les familles à remplir les démarches écessaires. Le rôle croissat des associatios et des cabiets de psychologue (l accompagemet psychologique e se situat pas das le périmètre des activités des etreprises de services fuéraires) : l aide qu ils apportet s avère d autat plus écessaire que les familles devieet restreites ou éclatées et que les persoes âgées sot de plus e plus isolées. UN CHANGEMENT DANS LE COMPORTEMENT ÉCONOMIQUE DES FAMILLES Les frais d obsèques ot doublé depuis 1980, pour plusieurs raisos : Les ivestissemets des etreprises ot augmeté : davatage de véhicules, istallatio techique des chambres fuéraires, équipemets appropriés, avec des cotraites réglemetaires à respecter, etc. Les coûts de persoel ot cru de 11,40 %, e raiso de l augmetatio des coûts de formatio et d habilitatio, aisi que du passage aux 35 heures. Cela a doc occasioé ue iflatio des coûts de foctioemet. Les etreprises se sot multipliées, sas mutualiser leurs moyes, et face à u marché globalemet stable, elles ot été cotraites d augmeter leurs tarifs pour couvrir les coûts fixes. A court terme, il est peu probable que les frais d obsèques augmetet fortemet. E revache, la part des services cotiuera à croître par rapport aux frais de marbrerie. 1 Equête IFOP pour la CPFM, 2004, et Equête CREDOC pour la CSNAF,

6 sois au défut 8% Postes de dépese pour ue ihumatio corbillard 6% formalités et démarches 11% faire-part 5% fleurs 5% covoi 17% art fuéraire 4% Face à cette évolutio des coûts, le comportemet écoomique des familles a égalemet chagé : o assiste e effet au développemet du cosumérisme ; les cliets sot plus attetifs aux prix, demadet ue iformatio trasparete sur les prestatios et leurs coûts, et achètet les obsèques comme des bies de cosommatio. Le coseiller fuéraire sera ameé à développer ses compéteces commerciales, et l etreprise de services fuéraires à proposer de ouvelles gammes de produits tout e reforçat l iformatio autour de ses prestatios et des possibilités de fiacemet. DES LIEUX DE RECUEILLEMENT NOUVEAUX L equête CREDOC réalisée e octobre 2003, à la demade de la Chambre Sydicale Natioale de l Art Fuéraire, ote l isatisfactio croissate des familles face à des cimetières uiformes, trop chargés d u poit de vue esthétique, isuffisammet spacieux et parfois mal etreteus. Les plus grades commues ot etamé ue réflexio sur l améagemet de leurs espaces fuéraires, et devrot s impliquer das ue gestio plus stricte des sépultures, à l aide d outils iformatisés. UNE DEMANDE DE PRISE EN CHARGE PLUS COMPLÈTE cercueil 28% frais liés à la chambre fuéraire 16% 3. UNE OFFRE DE SERVICES DAVANTAGE PERSONNALISÉS Si autrefois les familles preaiet e charge l essetiel de l orgaisatio des obsèques, elles e cofiet maiteat l esemble aux professioels du fuéraire, et attedet des propositios de services plus complètes. Les familles et les proches sot de plus e plus attachés à ue flexibilité das le momet de l orgaisatio des obsèques (davatage de demades pour le samedi). Elles souhaitet égalemet des prestatios logistiques aexes aux cérémoies (faire-part, commémoratios, etc.). Les professioels du fuéraire reçoivet aussi u ombre croissat de demades d etretie et de fleurissemet de sépulture par délégatio, correspodat à ue traspositio de ce que faisaiet les familles. Les sois de coservatio suivet égalemet ue croissace cotiue depuis 40 as. Ces services supplémetaires impliquet pour les etreprises du secteur fuéraire, la capacité à les proposer aux familles et aux proches, à développer la qualité de l offre, la sous-traitace à des etreprises spécialisées, la flexibilité et la réactivité dès la demade. UNE DEMANDE DE PRISE EN CHARGE PLUS COMPLÈTE La chambre fuéraire a cou ue rapide et forte croissace. Leur ombre était de 150 e 1990, et de plus de e 2004 La chambre fuéraire est u lieu de trasitio, etre le lieu de vie (la maiso du défut) et le lieu du souveir. Elle peut parfois être itégrée à u esemble de lieux fuéraires : crématorium, maiso fuéraire et salle de réceptio, cimetière, à coditio d avoir ue etrée disticte, car elle doit rester u espace autoome. La chambre fuéraire doit être comprise comme u outil de travail de l etreprise, u outil de proximité à partir duquel il est possible de gérer l esemble du processus fuéraire, avec ue plus grade efficacité. Elle est égalemet u des moyes d attractivité de la clietèle, puis qu elle pose la réputatio et la qualité des relatios de l etrepreeur avec les familles. UNE DEMANDE DE MONUMENTS ET D ARTICLES FUNÉRAIRES PLUS PERSONNALISÉS Autrefois, l etreprise fuéraire fourissait le cercueil de base, avec la possibilité de le compléter avec divers accessoires (capito, poigées, emblème, etc.). Désormais et de plus e plus, les professioels vot créer et proposer davatage de gammes de cercueils, bie différeciés, avec des différeces de prix justifiées. L art fuéraire et ciéraire évolue et se développe : des matériaux, formes et teites ouvelles sot proposés aux familles, et répodet davatage à leurs attetes. Celles-ci souhaitet e effet ue plus grade persoalisatio, ue plus grade diversificatio des articles, aisi qu u dépouillemet et ue réductio de leur taille. Les familles et les proches se motret plus sesibles à l aspect et à l esthétique des lieux, qui facilitet l apaisemet et le travail de deuil. Les différets fabricats d articles fuéraires, dot les marbriers, sot doc ameés à étoffer leurs offres, afi que le coseiller fuéraire puisse les itégrer das ses propositios commerciales. LE DÉVELOPPEMENT DES FORMULES DE PRÉFINANCEMENT D OBSÈQUES Il existe deux types de produits : la costitutio d'u capital e vue de régler des obsèques, et le «cotrat obsèques», qui associe deux iterveats (l'assureur et u opérateur de pompes fuèbres). Das la première formule, le souscripteur acquitte e ue seule fois (prime uique), ou e plusieurs versemets (éparge périodique), ou ecore durat sa vie etière (cotisatio viagère mesuelle), u motat détermié e foctio de so âge et du capital désiré. Il désige comme bééficiaire ue persoe de cofiace qui se chargera d'orgaiser les obsèques. Il peut doc être itéressat pour des etreprises fuéraires de s affilier à u réseau et de passer des accords avec des compagies d assurace. Le risque existe e revache que les professioels du fuéraire passet par coséquet sous la tutelle des assureurs ; ils seraiet alors 8 9

7 probablemet ameés à proposer des prestatios stadardisées, ce qui est cotradictoire avec les attetes de persoalisatio exprimées par des familles. La deuxième formule écessite l'actio cojoite d'u assureur et d'u opérateur fuéraire. L'itéressé souscrit de so vivat u cotrat d assurace-vie pour u capital équivalet au motat du devis de l'etreprise de pompes fuèbres, das des coditios variables selo les cotrats : prime uique, éparge périodique, ou cotisatios viagères. Lors du décès, l'etreprise réalisera les prestatios e suivat la défiitio du devis descriptif, à cocurrece du capital versé par l'assureur. Le cotrat obsèques est le seul cas où les ges choisisset de leur vivat leurs obsèques. Il permet d éviter à la fois les soucis fiaciers et les choix d orgaisatio pour ceux qui restet. Le cotrat obsèques se développe de maière importate, et davatage e secteur rural qu e ville. Cela implique ue professioalisatio accrue des persoels des etreprises de services fuéraires, afi d expliquer les caractéristiques de ce type de cotrat. Das tous les cas, les etreprises de services fuéraires devrot respecter, aider et coseiller les familles sur la dispersio ou les possibilités de coservatio des cedres sur des sites améagés et les accompager pour des cérémoies liées aux dispositios des cedres das des lieux de souveir. DES ACTEURS NOUVEAUX POUR ANIMER LES RITUELS Si les familles, croyates pour beaucoup mais o pratiquates, retrouvet l Église pour les évéemets majeurs, dot les fuérailles, o assiste éamois à ue déchristiaisatio géérale depuis E milieu rural, eviro 90 % des covois fuéraires sot actuellemet des covois religieux, et 65 % e milieu fortemet urbaisé. Mais face à cet attachemet toujours fort, quoique poctuel, le ombre de prêtres dimiue de maière importate. L Église catholique commece doc à missioer des laïcs, et à réfléchir aux réposes possibles face à ue demade caractérisée par ue simplificatio du rituel fuéraire, le refus du temps social du décès, la désacralisatio de la mort, la voloté de e pas perturber les activités de la société civile. UN REGROUPEMENT DES DIFFÉRENTS LIEUX REQUIS POUR LES OBSÈQUES 4. DE NOUVELLES PRATIQUES CULTURELLES LA MONTÉE EN PUISSANCE DE LA CRÉMATION La crématio est sas doute le facteur d évolutio le plus importat du secteur fuéraire. Avec ue croissace lete et cotiue, de 1 à 2 % par a, (23,7 % des obsèques sot des crématios e 2004 ) o peut estimer que ce taux s élèvera à 50 % e 2030 ou E 2004, pour les crématios, plus de 50 % des cérémoies sot civiles (cotre 20% des cérémoies pour l ihumatio) 2. Selo la Fédératio fraçaise de Crématio (FFC), c est auprès des populatios jeues et urbaies que l o trouve le plus grad ombre de partisas pour cette optio. Cette demade est reforcée par l existece de crématoriums de proximité plus ombreux. Les raisos qui ot permis la progressio rapide de la crématio e Frace sot diverses : évolutio des metalités, quête de pureté, multiplicatio des ifrastructures, maque de place das les cimetières, explosio géographique des familles, pratiques religieuses e baisse, perceptio d u coût moidre, etc. Reste que la ritualisatio des étapes de la crématio pour aider au travail de deuil des familles est ecore à iveter, otammet ue «cérémoie de passage» différete de la cérémoie actuelle. Davatage persoalisée, elle devrait permettre la réappropriatio d u rituel autremet perçu que comme vidé de sa substace. LE SOUVENIR APRÈS LA CRÉMATION : RÉFLEXIONS TOUJOURS EN COURS Si la crématio et sa logique moderiste et pratique, sot e pleie croissace, cette modalité fuéraire côtoie toujours l ihumatio : le retour à la terre traditioel, das le caveau familial, répod à u besoi de commémoratio, de souveir. O costate e effet que le taux de dispersio des cedres par rapport au ombre global des crématios est stable, voire e légère dimiutio du fait de l augmetatio des crématios. Les professioels du fuéraire affirmet que les persoes qui se fot crématiser demadet de mois e mois la dispersio des cedres et de plus e plus leur coservatio das u lieu de souveir. La recherche de gais de productivité et de qualité de service pour les etreprises de services fuéraires va probablemet etraîer le regroupemet des différets lieux requis par les obsèques : chambre fuéraire et sois, culte, crématorium, restauratio, parkig, marbrerie et fleurs pourraiet être réuis sur u «complexe fuéraire». Les cimetières pourraiet égalemet évoluer vers l améagemet végétal des sépultures davatage préset par rapport aux stèles et aux moumets traditioels, ce qui iduirait u impact sur le métier de paysagiste. 5. UN CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE RENFORCÉ UNE SIMPLIFICATION DU DROIT ET DES PROCÉDURES ADMINISTRATIVES La simplificatio des formalités admiistratives icombat aux opérateurs fuéraires, et celle, à terme, des règles techiques appliquées aux opératios fuéraires, cotribuerot à l amélioratio de la productivité des etreprises du secteur, aisi qu à la défiitio et l applicatio de règles ouvelles (par exemple réalisatio des ihumatios ou des crématios les week-eds et jours fériés). L évolutio de la réglemetatio européee devrait égalemet permettre à terme la libre circulatio des défuts ( jouat plus particulièremet sur les zoes frotalières) ecore difficile à ce jour et uiquemet possible e cercueil hermétique. LE RENFORCEMENT DE LA LÉGISLATION CONCERNANT L HYGIÈNE ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL La réglemetatio sur l hygièe, la gestio des déchets, la sécurité physique des salariés va se reforcer, avec des ormes européees plus cotraigates et des précautios reforcées cocerat l utilisatio ou la maipulatio de produits cacérigèes et mutagèes. La prévetio des risques pourra vraisemblablemet etraîer ue évolutio das les métiers de thaatopracteur et de toiletteur. 2 Equête TNS Sofres,

8 LA MONTÉE DE LA JUDICIARISATION L arrivée de ouveaux etrepreeurs fuéraires sas pré requis importats d etrée (e particulier formatio professioelle et ressources fiacières) s est souvet traduite par des différeciatios fortes etre etreprises de services fuéraires, et das certais cas par ue moidre qualité de prestatios. De plus e plus, lorsque la famille perçoit u défaut das la qualité des prestatios, elle hésite pas à réclamer réparatio, allat jusqu au cotetieux. Les cliets sot davatage orgaisés, grâce otammet aux associatios de cosommateurs se livrat à des aalyses comparatives de prix et de devis, et réclamat plus de trasparece sur la qualité des devis, la réalisatio des obsèques, la garatie cotractuelle du moumet, du caveau, etc. Les etreprises doivet deveir plus professioelles sur la gestio de la qualité, du détail et de la trasparece des iformatios cliets, aisi que sur le professioalisme des persoels impliqués das la réalisatio des services. UNE PRISE EN CHARGE CROISSANTE DES FRAIS D OBSÈQUES Il est possible de débloquer ue certaie somme sur le compte du défut pour fiacer les frais d obsèques. Outre les ressources fiacières du défut, il existe diverses modalités de prise e charge du coût des obsèques. Ces différetes sources de fiacemet et de crédit et leurs modalités pratiques reforcerot le rôle plus importat d iformatio, de coseil et d argumetatio des professioels du fuéraire. 6. DES ÉVOLUTIONS TECHNOLOGIQUES POUR UNE PLUS GRANDE SÉCURITÉ ET PRODUCTIVITÉ L UTILISATION CROISSANTE D OUTILS MÉCANISÉS PLUS PERFORMANTS L utilisatio plus large des portiques pour la maipulatio des cercueils et celle de matériel lourd das les dépôts, doit permettre des gais de mautetio et u accroissemet de la sécurité. Cela implique pour les etreprises la écessité d ue veille active sur les matériels et sur les fourisseurs, et la gestio des formatios obligatoires pour l utilisatio des matériels et sur les risques ecourus. DE NOUVEAUX PRODUITS ET MATÉRIAUX Les métiers du fuéraire vot être de plus e plus ifluecés par l amélioratio des techiques (produits pour les sois de présetatio, articles fuéraires auto-produits, etc.) qui permettrot d augmeter la qualité et la réactivité vis-à-vis du cliet, et de miimiser les délais et les coûts. LES POSSIBILITÉS OFFERTES PAR INTERNET D autre part, l iformatio dispoible sur Iteret, accessible à toute persoe, permettra de répodre à ue demade de trasparece accrue. Les familles pourrot réaliser ue large cosultatio de la ature des prestatios et de leurs coûts. VERS UNE UTILISATION OPTIMALE DES LOGICIELS DE GESTION Les ouveaux systèmes iformatiques d aide au coseil et à la décisio permettet de réaliser la programmatio de la cérémoie, le choix et le séquecemet des textes, des musiques, et des images. Les professioels du fuéraire devrot être capables de choisir ces outils, de les mettre e place, et d appredre à les utiliser. 7. UN CHAMP CONCURRENTIEL PLUS RUDE ET PLUS SÉLECTIF UNE RECHERCHE ACCRUE DE PRODUCTIVITÉ ET D OPTIMISATION DES COÛTS Le champ fuéraire va progressivemet s orgaiser e réseaux costitués de TPE/PME, qui pourrot aisi profiter d ue foctio d achats groupés et de prix réduits. Les etreprises ot égalemet la possibilité de diversifier leurs sources d approvisioemet (importatio de pays étragers), de développer la sous-traitace ou la mutualisatio pour des activités hors du cœur de métier et/ou à faible valeur ajoutée. Ue des coséqueces de la forte croissace des etreprises de pompes fuèbres, reforcée par la écessité de proximité avec le cliet, sera ue réductio des coûts et ue optimisatio des ivestissemets réalisés, aisi que la mutualisatio de certaies activités de service das d autres cas. O pourrait par coséquet assister à l émergece d etreprises de proximité spécialisées. Les salariés des services fuéraires devrot égalemet développer leur polyvalece, comme par exemple les ouvriers-marbriers qui devrot évetuellemet itégrer la foctio de porteur. L IMPACT DE LA PERSONNALISATION DE L OFFRE SUR LA STRATÉGIE CLIENTÈLE La segmetatio de l offre est caractérisée à la fois par les catégories sociales et par les types de pesée (catholique, musulma, juif, etc.), requérat des cocepts et prestatios différetes. Cette différeciatio favorise les réseaux et les etreprises importates, et égalemet l apparitio d acteurs ouveaux : grades surfaces vedat des volumes importats d articles fuéraires à la Toussait, et des etreprises spécialisées. Les professioels du fuéraire devrot mieux défiir leur stratégie clietèle, développer des parteariats, commuiquer et développer du relatioel spécifique auprès des différets segmets de clietèle. Ue offre de ouveaux services, avec l utilisatio des techologies de l iformatio et de la commuicatio, sera possible. Des outils multimédia pourraiet par exemple être utilisés au momet de la cérémoie

9 CONCLUSIONS UNE RUPTURE DES VALEURS QUI MODIFIE EN PROFONDEUR LA DEMANDE DES FAMILLES LES GRANDES ÉTAPES DE L ÉVOLUTION DES ENTREPRISES DU FUNÉRAIRE Ue costate demeure : les services fuéraires sot ue activité o plaifiable, basée sur la gestio de l urgece. Avat-hier : la collectivité et le clergé preet part à l orgaisatio des obsèques, ce sot des évèemets collectifs. Les etrepreeurs fourisset les produits. D hier à aujourd hui : les familles sot accueillies et les produits sot fouris par les etreprises fuéraires. De ouvelles prestatios et équipemets se développet. La collectivité s implique mois, les obsèques devieet plus privées et itimes. Et demai? Les etreprises du fuéraire devrot être capables d offrir des prestatios variées, iovates (services et produits) et différeciées face à des cliets plus exigeats. L importace croissate de la crématio écessitera le reouvellemet des services proposés. D ici 3 à 5 as, la qualité des offres et la capacité à être attractif serot les ejeux majeurs des etrepreeurs de services fuéraires. UN MARCHÉ INFLUENCÉ PAR LES COMPORTEMENTS ÉCONOMIQUES ET LES PRATIQUES CULTURELLES DES FAMILLES L évolutio de la cocurrece, plus rude et plus sélective, et les spécificités du secteur vot avoir plusieurs coséqueces pour les etreprises : L affiliatio croissate des TPE / PME à des réseaux qui se multiplierot et gradirot, allat de pair avec ue ratioalisatio du marché, La diversificatio des sources d approvisioemet, le développemet de la sous-traitace ou la mutualisatio pour des activités hors du cœur du métier et / ou à faible valeur ajoutée, La recherche de productivité et de valeur e foctio de l évolutio de l eviroemet. O assistera au reforcemet de l itégratio des services fuéraires et de la marbrerie. O pourrait assister à l émergece d etreprises spécialisées de proximité, ou de sociétés de services avec des pôles spécialisés écessitat la créatio de postes de resposables logistiques. O assiste au développemet du cosumérisme : le cliet ivestit de so vivat, les familles comparet et achètet des bies de cosommatio. Par ailleurs, les ouveaux comportemets des familles dus aux trasformatios des valeurs, de la place de la mort et du culte du souveir, etraîerot la recherche de ouveaux rites et la demade de persoalisatio des produits et des prestatios. La différeciatio des prestatios se fera soit par les prix (ce qui est déjà le cas), soit par l iovatio et la qualité des prestatios, perceptibles par le cliet. Cela impliquera pour les etreprises du secteur fuéraire la capacité à proposer des services aux familles et aux proches, de développer la qualité de l offre, la sous-traitace à des etreprises spécialisées, la flexibilité et la réactivité à la demade. Il faudra actualiser les rituels et les pratiques fuéraires e teat compte des valeurs et des sesibilités moderes, imagier et proposer de ouvelles prestatios de services pour la crématio, développer de ouveaux cérémoiels. DE NOUVELLES COMPÉTENCES NÉCESSAIRES POUR PROPOSER ET RÉALISER DE NOUVEAUX SERVICES La capacité à défiir ue stratégie de différeciatio et ue offre globale de ouveaux services sera détermiate pour les etreprises. Cette capacité écessitera des compéteces écoomiques, maagériales et marketig. Elle écessitera égalemet le développemet des compéteces de vete de solutios iovates et adaptées à la demade du cliet. Les etreprises aurot à deveir plus professioelles sur la qualité et le détail des iformatios cliets, sur le professioalisme des persoels impliqués das la réalisatio des services, et sur la capacité à gérer des litiges et du précotetieux. Par ailleurs, la capacité à accompager la famille devra égalemet être développée : le coseil e sera plus seulemet pour iformer, mais pour écouter, compredre le cliet et proposer des prestatios persoalisées. Les compéteces de veille sur les marchés et les produits, de égociatio de l acheteur, de gestio logistique plus affiée et prévetive des achats et des stocks, serot égalemet à reforcer. Das la réalisatio des services, les compéteces de coceptio et d aimatio de ouveaux cérémoiels serot importates. Efi, das les 5 à 10 as, la polycompétece sera écessaire sur les foctios de portage, de pose et dépose de moumets, d aimatio de cérémoies, d accueil et présetatio des défuts das les chambres fuéraires, afi de répodre aux exigeces écoomiques du secteur

10 POUR ALLER PLUS LOIN Equête IFOP pour la CPFM (Cofédératio des Professioels du Fuéraire et de la Marbrerie), 2004 : L évolutio de la cosommatio des familles e matière d obsèques Equête CREDOC pour la CSNAF (Chambre Sydicale Natioale de l Art Fuéraire), 2003 : La motée de la crématio, ue ouvelle représetatio de la mort Equête CREDOC pour la CSNAF, 2002 : La crématio, quels ejeux, quelles difficultés, quelles réposes? Idice INSEE, 2003 : Évolutio du coût moye des obsèques Equête TNS Sofres pour Le Choix Fuéraire, 2003 : Les choix fuéraires des Fraçais 16

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires Coceptio : Boréal > 01 48 03 99 99 CPNEFP Commissio Paritaire Natioale pour l'emploi et la Formatio Professioelle de la brache des services fuéraires Sommaire Maagemet gééral du fuéraire Chef d etreprise

Plus en détail

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes Faites prospérer vos affaires grâce aux solutios d éparge et de gestio des dettes Quelques excelletes raisos d offrir des produits bacaires et de fiducie à vos cliets Vous avez la compétece écessaire pour

Plus en détail

www.laplacedelimmobilier-pro.com

www.laplacedelimmobilier-pro.com www.laplacedelimmobilier-pro.com La Place de L Immobilier Pro est ue base de doées accessible par iteret, créée par la société HBS Research, dot la vocatio est d accroître la performace des professioels

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

LA SOLUTION WMS/ TMS EXPERTE EN LOGISTIQUE DE DÉTAIL LOGISTICS MANAGER SUITE

LA SOLUTION WMS/ TMS EXPERTE EN LOGISTIQUE DE DÉTAIL LOGISTICS MANAGER SUITE LA SOLUTION WMS/ TMS EXERTE EN LOISTIQUE DE DÉTAIL LOISTIS MANAER SUITE QUELS SONT LES ENJEUX DE LA SULY HAIN? garatir la promesse cliet es derières aées, la distributio coaît ue véritable mutatio avec

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES SOMMAIRE Les visites d etreprises : pourquoi ouvrir ses portes?.... 8 1.1 Des motivatios variées pour les etreprises... 8 1.2 Les freis à l ouverture

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O Copilote de votre saté AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services FONGECFA-Trasport IPRIAC MUTUELLE D&O OREPA-Prévoyace

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL LE WMS EXET DE LA SULY HAIN DE DÉTAIL QUELS SNT LES ENJEUX DE LA SULY HAIN? garatir la promesse cliet es derières aées, la distributio coaît ue véritable mutatio avec l évolutio des modes de cosommatio.

Plus en détail

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr Doez de la liberté à vos doées BiBOARD www.biboard.fr Le décisioel pour tous Le décisioel évolue. L etreprise quelle que soit sa taille, a besoi de piloter so activité à l aide d outils simples, fiables,

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

Se former, Progresser, Evoluer...

Se former, Progresser, Evoluer... Se former, Progresser, Evoluer... CCI HAUTE-SAVOIE www.formatio-cci.fr Des formatios qui preet e compte les besois de chacu Deuxième orgaisme de formatio après l Educatio Natioale, les Chambres de Commerce

Plus en détail

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Hadlig Frace SOLUTIONS DE FINANCEMENT TOYOTA MATERIAL HANDLING Parce qu avat tout ous sommes Toyota NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT Coçues

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant GUIDE DU DÉBUTANT Compte Sélect Baque Mauvie Guide du débutat Besoi d aide? Preez quelques miutes pour lire attetivemet votre Guide du cliet. Le préset Guide du débutat vous facilitera l utilisatio de

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

Loi Chevènement du 12 juillet 1999. 1. Aspects institutionnels. 1.1. Contexte. 1.2 Les différentes structures et leurs compétences

Loi Chevènement du 12 juillet 1999. 1. Aspects institutionnels. 1.1. Contexte. 1.2 Les différentes structures et leurs compétences Loi Chevèemet du 12 juillet 1999 1. Aspects istitutioels 1.1. Cotexte 1.2 Les différetes structures et leurs compéteces 1.3 Les mécaismes de trasformatio et de créatio d u EPCI Vers ue ouvelle itercommualité

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012 Mobile Busiess Commuiquez efficacemet avec vos relatios commerciales 9040412 09/2012 U choix capital pour mes affaires Pour gérer efficacemet ses affaires, il y a pas de secret : il faut savoir predre

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Santé LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE. Etude pour l élaboration d une GPEC

ÉTUDE. SECTEUR Santé LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE. Etude pour l élaboration d une GPEC ÉTUDE SECTEUR Saté LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE Etude pour l élaboratio d ue GPEC 02 ÉTUDE - juillet 2012 Laboratoires de biologie médicale : étude pour l élaboratio d ue GPEC Sommaire 03 Pricipaux

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

Une action! Un message!

Une action! Un message! Ue actio! U message! Cotact Master est u service exclusif de relaces automatiques de vos actes vers vos cliets, par SMS, messages vocaux, e-mails, courrier... Il se décleche lorsque vous réalisez ue actio

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O pour toute souscriptio (Offre soumise à coditios) MUTUELLE D&O Copilote de votre saté Seiors AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services

Plus en détail

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack Uique! Exteded Fleet Appels illimités vers les uméros Mobistar et les liges fixes! Oe Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles e u seul pack Commuiquez et travaillez e toute liberté Mobistar offre

Plus en détail

Choisissez la bonne carte. Contribuez au respect de la nature avec les cartes Visa et MasterCard WWF. Sans frais supplémentaires.

Choisissez la bonne carte. Contribuez au respect de la nature avec les cartes Visa et MasterCard WWF. Sans frais supplémentaires. Toutes les cartes de crédit e se ressemblet pas. Les cartes Visa et MasterCard WWF vous offret tous les avatages d ue carte de crédit classique. Vous disposez toujours et partout d ue réserve d arget das

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller Les solutios mi-hypothécaires, mi-bacaires de Mauvie Guide du coseiller 1 2 Table des matières Itroductio... 5 La Baque Mauvie...5 Le compte Mauvie U...5 Le compte Sélect Baque Mauvie...5 1. Les solutios

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

Opérations bancaires avec l étranger *

Opérations bancaires avec l étranger * Opératios bacaires avec l étrager * Coditios bacaires au 1 er juillet 2011 Etreprises et orgaismes d itérêt gééral Opératios à destiatio de l étrager Viremets émis vers l étrager : viremet e euros iférieur

Plus en détail

Parlez l anglais Tout simplement! Formations 2014/2015

Parlez l anglais Tout simplement! Formations 2014/2015 Parlez l aglais Tout simplemet! Formatios 2014/2015 sommaire L équipe.... 4 Modalités de suivi et évaluatio.... 4 Nos formules.... 6 Cours idividuels et cours collectifs....6 Speak Eglish Luch/Breakfast

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

for a living planet WWF ZOOM: votre carte de crédit personnalisée

for a living planet WWF ZOOM: votre carte de crédit personnalisée for a livig plaet WWF ZOOM: votre carte de crédit persoalisée Le meilleur pour vous. Le meilleur pour l eviroemet. Ue carte de crédit du WWF. Vous faites u geste e faveur de la ature. Sas frais supplémetaires.

Plus en détail

TARIFS BANCAIRES. Opérations bancaires avec l étranger Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2014. Opérations à destination de l étranger

TARIFS BANCAIRES. Opérations bancaires avec l étranger Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2014. Opérations à destination de l étranger Opératios bacaires avec l étrager Extrait des coditios bacaires au 1 er juillet Opératios à destiatio de l étrager Viremets émis vers l étrager : Frais d émissio de viremets e euros (3) vers l Espace écoomique

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

PageScope Enterprise Suite. Gestion des périphériques de sortie de A à Z. i-solutions PageScope Enterprise Suite

PageScope Enterprise Suite. Gestion des périphériques de sortie de A à Z. i-solutions PageScope Enterprise Suite Eterprise Suite Gestio des périphériques de sortie de A à Z i-solutios Eterprise Suite Eterprise Suite Ue gestio cetralisée, ue admiistratio harmoisée, l'efficacité absolue Le temps est u élémet essetiel

Plus en détail

Divorce et séparation

Divorce et séparation Coup d oeil sur Divorce et séparatio Être attetif aux besois de votre efat Divorce et séparatio «Les premiers mois suivat u divorce ou ue séparatio sot très stressats. Votre patiece, votre cohérece et

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Managed File Transfer. Managed File Transfer. Livraison express des f ichiers d entreprise

Managed File Transfer. Managed File Transfer. Livraison express des f ichiers d entreprise Maaged File Trasfer Maaged File Trasfer Livraiso express des f ichiers d etreprise Gestio du trasfert de fichiers Livraiso express des fichiers d etreprise Fiaces igéierie photos marketig express [eterprise]

Plus en détail

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition sommaire Défiir sa problématique, so besoi Pourquoi faire u brief (cahier des charges)? Présélectioer so agece coseil e commuicatio Quel type d agece coseil recherchez-vous? Vous avez trouvé l agece coseil

Plus en détail

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min)

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min) * selo coditios cotractuelles e vigueur. U accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT + VOTRE CODE SECRET * : www.bpparibas.et Cetre de Relatios Cliets 0 820 820 001 (0,12 /mi) Appli Mes Comptes

Plus en détail

Règlement Général des opérations

Règlement Général des opérations Deutsche Bak Règlemet Gééral des opératios AVRIL 2015 Deutsche Bak AG est u établissemet de crédit de droit allemad, dot le siège social est établi 12, Tauusalage, 60325 Fracfort-sur-le-Mai, Allemage.

Plus en détail

Économie sociale Pour des communautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF

Économie sociale Pour des communautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF Écoomie sociale Pour des commuautés plus solidaires PLAN D ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L ENTREPRENEURIAT COLLECTIF Ce documet a été réalisé par le miistère des Affaires muicipales et des Régios (MAMR) e

Plus en détail

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel Extrait du Guide Pratique des Représetats du Persoel Partie 5 - Moyes mis à dispositio des ititutios représetatives du persoel 5-4 Les heures de délégatio et la liberté de déplacemet A) Les heures de délégatio

Plus en détail

PRÉPARER MA RETRAITE?

PRÉPARER MA RETRAITE? PRÉPARR MA RTRAIT? Mais je vies de m istaller! Accordace Multisupports Préparez votre retraite complémetaire à partir de 30 /mois Bééficiez d ue sécurisatio progressive de votre ivestissemet ca-illeetvilaie.fr

Plus en détail

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui.

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui. S-PENSION Costituez-vous u capital retraite complémetaire pour demai tout e bééficiat d avatages fiscaux dès aujourd hui. Sommaire 1. Il est temps de predre l iitiative 4 2. Profitez dès aujourd hui des

Plus en détail

PREPARER SA RETRAITE

PREPARER SA RETRAITE PREPARER SA RETRAITE Combie éparger pour compléter sa retraite? Pour répodre à cette questio, la première étape cosiste à imagier so trai après 65 as. Des postes de dépeses aurot disparu (otammet ceux

Plus en détail

Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs

Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs Ouverture à la cocurrece du trasport ferroviaire de voyageurs COMPLÉMENTS Claude Abraham Présidet Thomas Revial Fraçois Vielliard Rapporteurs Domiique Auverlot Christie Rayard Coordiateurs Octobre 2011

Plus en détail

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd easylab Le logiciel de gestio de fichiers pour baladeurs et tablettes Visualisatio simplifiée de la flotte Gestio des baladeurs par idividus / classes / groupes / activités Activatio des foctios par simple

Plus en détail

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9 Sommaire Chapitre 1 - L iterface de Widows 7 9 1.1. Utiliser le meu Démarrer et la barre des tâches de Widows 7...11 Démarrer et arrêter des programmes...15 Épigler u programme das la barre des tâches...18

Plus en détail

Code d éthique et de conduite professionnelle

Code d éthique et de conduite professionnelle Code d éthique et de coduite professioelle 2015 RELX Group Code d éthique et de coduite professioelle 2 Table des matières Notre egagemet e faveur de l itégrité U message de otre Présidet-Directeur Gééral

Plus en détail

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html Equêtes, Sodages Aalyse de doées Le Sphix! Iteret : http://www.lesphixdeveloppemet.fr/club/idex.html Lagarde J. Aalyse statistique de doées, Duod. Réaliser vos equêtes Questioaire Traitemets et aalyses

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Cadre de vie et techique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS Portrait statistique 02 ÉTUDE - mai 2012 Sommaire 03 Pricipaux eseigemets 04 Sources mobilisées

Plus en détail

Les nouveaux relevés de compte

Les nouveaux relevés de compte Ifo CR Les ouveaux relevés de compte Les relevés de compte actuels du Crédit Agricole de Champage-Bourgoge sot issus de la migratio iformatique sur le GIE AMT e 2001 : petit format (mais A4 pour les Professioels),

Plus en détail

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION Guide du suivi et de l évaluatio axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE

Plus en détail

MÉMENTO 2014. Aide-mémoire à l usage des administrateurs des coopératives PSBL-P. Programme de logement sans but lucratif privé

MÉMENTO 2014. Aide-mémoire à l usage des administrateurs des coopératives PSBL-P. Programme de logement sans but lucratif privé MÉMENTO 2014 Aide-mémoire à l usage des admiistrateurs des coopératives PSBL-P Programme de logemet sas but lucratif privé INTRODUCTION Cet outil a été coçu pour guider les admiistrateurs des coopératives

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

d s Maire Bulletin MAI 2014 Actualités Info Services Fiches techniques Questions/Réponses Communiqué www.adm52.fr 4-9 Charles Guené Président

d s Maire Bulletin MAI 2014 Actualités Info Services Fiches techniques Questions/Réponses Communiqué www.adm52.fr 4-9 Charles Guené Président MAI 2014 124 d s Maire de Mai Mair Ma M Maires aire ire ir rees es Bulleti Bul BBu uulllleti leti let le eti eet ti des w www.adm52.fr w w. a d m 5 2. fr sommaire Actualités Rappel : Retour du questioaire

Plus en détail

Options Services policiers à Moncton Rapport de discussion

Options Services policiers à Moncton Rapport de discussion Optios Services policiers à Mocto Rapport de discussio Le 22 ovembre 2010 Also available i Eglish TABLE DES MATIÈRES Chapitre 1.0 Sommaire 3 Chapitre 2.0 Problématique 4 Chapitre 3.0 Cotexte 5 Chapitre

Plus en détail

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire HEC Gilles Mauffrey METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmatio liéaire, programmatio dyamique, simulatio, statistique élémetaire La Modélisatio LA MODELISATION Modèle et typologie des modèles. La otio

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Working Paper RETAIL RÉGIONAL RESPONSABLE

Working Paper RETAIL RÉGIONAL RESPONSABLE «BANQUE DE DÉTAIL DE MASSE» : COMMENT LES CAISSES D ÉPARGNE EN AFRIQUE, ASIE ET AMÉRIQUE LATINE PEUVENT FOURNIR DES SERVICES ADAPTÉS AUX BESOINS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES Travailler avec les caisses

Plus en détail

L Objectif National des Dépenses d Assurance Maladie : d un outil global de régulation à une simple prévision des dépenses.

L Objectif National des Dépenses d Assurance Maladie : d un outil global de régulation à une simple prévision des dépenses. L Objectif Natioal des Dépeses d Assurace Maladie : d u outil global de régulatio à ue simple prévisio des dépeses. Isabelle Hirtzli To cite this versio: Isabelle Hirtzli. L Objectif Natioal des Dépeses

Plus en détail

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises C y c l e d e 7 c o f é r e c e s Les salaires équitables et la resposabilité sociale des etreprises 18 avril 20 jui 2012 Faculté des scieces écoomiques et sociales Départemets d écoomie de sociologie

Plus en détail

Neolane Leads. Neolane v6.0

Neolane Leads. Neolane v6.0 Neolae Leads Neolae v6.0 Ce documet, aisi que le logiciel qu'il décrit, est fouri das le cadre d'u accord de licece et e peut être utilisé ou copié que das les coditios prévues par cet accord. Cette publicatio

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

Système constructif avec isolation par l extérieur

Système constructif avec isolation par l extérieur Système costructif avec isolatio par l extérieur Eco-costruire e Bloc Moomur Isolat HERMIBLOC Matériau durable par ature pour des Habitats Basse Cosommatio www.thermibloc.fr LE «BÉON DE BOIS» Le matériau

Plus en détail

ACTUalités. Comment transformer notre modèle? 29-30/08 Lille Comment réussir la mobilisation des professionnels? www.anap.fr

ACTUalités. Comment transformer notre modèle? 29-30/08 Lille Comment réussir la mobilisation des professionnels? www.anap.fr cotact : c.bohomme@fhf.fr Jourée d étude Ue stratégie de groupe pour la chirurgie ambulatoire La chirurgie ambulatoire progresse das les hôpitaux publics (cf. os précédetes éditios). Elle est aussi très

Plus en détail

Bâtiment n Relevage n Pompes. Pour le relevage et l assainissement, je choisis KSB! Ama-Drainer N Evamatic-Box N

Bâtiment n Relevage n Pompes. Pour le relevage et l assainissement, je choisis KSB! Ama-Drainer N Evamatic-Box N Bâtimet Relevage Pompes Pour le relevage et l assaiissemet, je choisis KSB! Ama-Draier N Evamatic-Box N 2 Relevage / Pompes Les bos produits fot les bos projets Das le relevage, chaque chatier a ses caractéristiques

Plus en détail

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ Adopté par le coseil d admiistratio le jr/ms/2004 AVANT-PROPOS Pour le réseau de la saté et des services sociaux

Plus en détail

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau Lorsque la sécurisatio des paiemets par carte bacaire sur Iteret coduit à ue cocurrece etre les baques et les opérateurs de réseau David Bouie Das cet article, ous ous iterrogeos sur l issue de la cocurrece

Plus en détail

La gestion commerciale dans QuadraENTREPRISE. > Edition personnalisée des pièces

La gestion commerciale dans QuadraENTREPRISE. > Edition personnalisée des pièces QuadraFACT La gestio commerciale das QuadraENTREPRISE Simplicité et souplesse > Echaiemet de la saisie du devis à la facture > Evoi d'u clic, de toutes les pièces, (devis, commade, bl, facture) par email

Plus en détail

Code de Déontologie Commercial Changer les choses avec intégrité

Code de Déontologie Commercial Changer les choses avec intégrité Code de Déotologie Commercial Chager les choses avec itégrité U message du Directeur gééral de Hospira Chers collaborateurs de Hospira, Je souhaite vous préseter le Code de Déotologie Commercial de Hospira.

Plus en détail

n tr tr tr tr tr tr tr tr tr tr n tr tr tr Nom:... Prénom :...

n tr tr tr tr tr tr tr tr tr tr n tr tr tr Nom:... Prénom :... Nom:... Préom :... Chaque répose peut valoir : c) 2 poits si le choix est totalemet exact + poit si le choix est partiellemet exact + 0 poit si le choix est erroé + -i poit si le choix est u coeses Ue

Plus en détail

Chat-fou du Nord. Déclaration du gouvernement en réponse au programme de rétablissement. Ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Chat-fou du Nord. Déclaration du gouvernement en réponse au programme de rétablissement. Ministère des Richesses naturelles et des Forêts Miistère des Richesses aturelles et des Forêts Chat-fou du Nord Déclaratio du gouveremet e répose au programme de rétablissemet Photo : Joseph R. Tomelleri LA PROTECTION ET LE RÉTABLISSEMENT DES ESPÈCES

Plus en détail

Remboursé par l assurance maladie obligatoire 100% 100% 200%

Remboursé par l assurance maladie obligatoire 100% 100% 200% Mutuelle Saté pompiers - pats Offre reservee SPASDIS prévi POMPIERS surcomplemetaire spasdis CUMUL maladie (1) Cosultatios, visites (gééralistes / spécialistes) 130% 70 % 200 % Pharmacie : médicamets remboursés

Plus en détail

3 e Document de suivi du Vade-mecum. relatif à l usage de la langue française dans les organisations internationales

3 e Document de suivi du Vade-mecum. relatif à l usage de la langue française dans les organisations internationales 3 e Documet de suivi du Vade-mecum relatif à l usage de la lague fraçaise das les orgaisatios iteratioales Octobre 2012 Documet réalisé par l Observatoire de la lague fraçaise de la Directio de la lague

Plus en détail

Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an

Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an Dares Aalyses javier 2015 N 005 publicatio de la directio de l'aimatio de la recherche, des études et des statistiques Plus d u tiers des CDI sot rompus avat u a Le cotrat de travail à durée idétermiée

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 31 Javier 2011 TRANSPORT Études & documets Modèle écoométrique sur le choix de véhicules des méages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Service de l écoomie, de l évaluatio

Plus en détail

Conditions générales d assurance. Assurance de construction Helvetia. Edition septembre 2013. Votre assureur suisse.

Conditions générales d assurance. Assurance de construction Helvetia. Edition septembre 2013. Votre assureur suisse. Coditios géérales d assurace Assurace de costructio Helvetia Editio septembre 2013 Votre assureur suisse. Editorial Chère Cliete, cher Cliet, Nous vous remercios de l itérêt que vous portez à l assurace

Plus en détail

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement) Cours : Le choix des ivestissemets grâce à l actualisatio : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Itere de Redemet) 1 La VAN, la Valeur Actualisée (ou Actuelle) Nette e aveir certai 11 La comparaiso

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

Des objets aux composants

Des objets aux composants Pla Des objets aux composats Michel RIVEILL riveill@uice.fr - http://ragiroa.essi.fr/riveill Laboratoire I3S Les limites de la programmatio par objets Les composats et coecteurs «modules» réutilisables

Plus en détail

AVRIL 2014 MERKUR. www.cc.lu. Comment réinventer la croissance sous contrainte budgétaire? INTERNATIONAL FORMATION. L apprentissage au Luxembourg

AVRIL 2014 MERKUR. www.cc.lu. Comment réinventer la croissance sous contrainte budgétaire? INTERNATIONAL FORMATION. L apprentissage au Luxembourg AVRIL 2014 MERKUR DE LËTZEBUERGER MERKUR BULLETIN DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG www.cc.lu Commet réiveter la croissace sous cotraite budgétaire? FORMATION L appretissage au Luxembourg

Plus en détail

RÉFLEXION SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT DE L OIQ SUR L EXERCICE EN SOCIÉTÉ DE LA PROFESSION D INGÉNIEURS PAR CLAUDE BARRY

RÉFLEXION SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT DE L OIQ SUR L EXERCICE EN SOCIÉTÉ DE LA PROFESSION D INGÉNIEURS PAR CLAUDE BARRY RÉFLEXION SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT DE L OIQ SUR L EXERCICE EN SOCIÉTÉ DE LA PROFESSION D INGÉNIEURS PAR CLAUDE BARRY TABLE DES MATIÈRES Commuiqué... 5 Notes itroductives... 7 Opiios et commetaires...

Plus en détail

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT?

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? Etude Spéciale o. 7 Javier 2003 SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? MARK SCHNEIDER Le CGAP vous ivite à lui faire part de vos commetaires, de vos rapports et de toute demade d evoid autres

Plus en détail