Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti"

Transcription

1 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti Livre blanc Mai 2010 En partenariat avec

2 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO Sommaire Remerciements...4 Edito...5 Synthèse...6 Etat de l art et méthodologie Les approches macro-économiques Les approches micro-économiques Impact du développement de Digicel sur le marché des télécoms en Haïti En 2005, le marché haïtien des télécoms était tout à fait comparable à la moyenne des pays les moins avancés De 2005 à 2008, la téléphonie mobile connaît une très forte croissance malgré un environnement défavorable Digicel a déclenché l explosion du marché Impact du développement de Digicel sur la croissance et l emploi en Haïti Impacts quantitatifs macroéconomiques Impacts sur les emplois Contributions sociales autres que par la création d emplois Impacts sur les distributeurs et fournisseurs de Digicel Estimation de l impact direct de la valeur ajoutée de Digicel, de ses fournisseurs et de ses distributeurs sur le PIB 2007 vs Impacts de la téléphonie mobile sur les ménages en Haïti Un accès inégal à la téléphonie mobile Raisons des disparités Les usages du téléphone mobile en Haïti Synthèse des résulats Présentation des partenaires Contacts Annexe 1 Contexte et objectifs de l étude Annexe 2 Méthodologie détaillée de l étude BearingPoint Annexe 3 Méthodologie détaillée de l enquête FAFO Annexe 4 Glossaire Annexe 5 Bibliographie

3 3

4 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO Remerciements Comité de rédaction : Pour BearingPoint : Henri Tcheng, Jean-Michel Huet, Isabelle Viennois et Pierre Labarthe Pour AFD/Proparco : Véronique Pescatori, Tanguy Bernard, Jérôme Bertrand-Hardy, Matthieu Bommier Pour Fafo : Tewodros Aragie Kebede, Henriette Lunde Remerciements à : Ghada Gebara, PDG de Digicel Haïti, Maarteen Boute et l ensemble des collaborateurs de Digicel pour leur collaboration dans cette étude. Djalal Khimdjee, Charlotte Durand, Jocelyne Delarue, Ariane Ducreux, Elléanor Robins, Matthieu Guéméné pour leur contribution au cadrage de l étude. Mouna Romdhane et Gweltas Quentrec pour leurs recherches préparatoires. Arnaud Dupuis pour sa contribution à la traduction et à la relecture. Conception Graphique : Angélique Tourneux, Géraldine Bourguignat 4

5 Edito Quand les télécoms contribuent au développement : le cas d Haïti Les télécoms contribuent-ils vraiment au développement économique des pays en développement? La question n est pas nouvelle. Si, jusqu à il y a une dizaine d années, les économistes envisageaient qu il fallait être un pays développé pour avoir des télécoms matures, le succès phénoménal des mobiles a changé la donne. En novembre 2009, le cap des 4 milliards d utilisateurs de GSM dans le monde a été franchi. De nombreuses études ont montré que la téléphonie mobile avait un rôle positif sur la croissance économique, comme la Grameen Fondation qui aide au développement de «Village phone», concept de téléphones partagés créant une source de revenu pour des centaines de milliers de femmes au Bangladesh ou en Afrique. Mais a contrario, d autres études de programmes de l ONU ont alerté cet automne sur les effets pervers de la progression du budget Telecom sur le budget d alimentation dans les pays africains. L AFD-Proparco a décidé de financer en 2009 une étude sans précédent, menée par Bearingpoint et l Institut Fafo afin d apporter une vision complète sur la réalité de l impact des télécoms dans l un des pays les plus pauvres du monde, Haïti. La période d analyse, entre 2005 et 2008, est celle où le taux de pénétration de la téléphonie passe dans le pays, de 5% à 33%. Cette croissance est concomitante avec l arrivée d un nouvel opérateur, Digicel, sur le marché haïtien, jusqu alors dominé par deux acteurs (Comcel-Voilà et Haïtel). C est également à partir de 2006, que le taux de croissance du PIB d Haïti se redresse et s élève à 2,3% en 2006, puis à 3,2% en 2007 (hors inflation). Alors qu elle était en décroissance récurrente de 1% depuis les années 1960, la croissance du PIB/habitant est supérieure, pour la première fois, à la moyenne des PMA 1 entre 2006 et En deux ans, la contribution de ce seul opérateur représente 20% de la croissance du PIB haïtien (27 % pour les 3 opérateurs). Il convient de noter que la majeure partie de la valeur ajoutée créée par Digicel dans la distribution revient aux vendeurs de rue. Le revenu des vendeurs de rue, lié à la revente de produits Digicel, a été estimé à 28 dollars par mois. Ce chiffre peut paraitre ridicule mais il doit être mis en perspective : la moitié de la population d Haïti vivant avec moins d 1 dollar par jour, la perception d un revenu de 28 dollars par mois permet aux vendeurs de rue de se placer à minima au niveau médian des revenus en Haïti. L interview de près de familles haïtiennes illustre aussi un impact qualitatif dans les usages des haïtiens, usages certes en émergence et qui nécessiteront d être confirmés avec le temps. L étude révèle en particulier que le mobile a une vraie importance dans les cas d urgence (particulièrement nombreux en Haïti) ainsi que pour les transferts internationaux d argent. Cruelle ironie du calendrier, ce livre blanc est publié peu de temps après le tremblement de terre qui a ravagé Port-au-Prince, la capitale, et fait plusieurs dizaines de milliers de morts. Cette catastrophe, a placé Haïti au cœur de l actualité internationale et rappelé le retard de développement de l Île, pays le plus pauvre de l hémisphère nord. Elle a aussi mis en exergue les difficultés, au-delà du drame en soi, d un pays dont les infrastructures de base (transport, électricité, eau ) sont défaillantes. Les infrastructures télécoms (antennes, cables sous-marins) n ayant pas été les plus touchées, elles pourront donc contribuer à redresser l Île, voire à sortir Haïti de la spirale douloureuse dans laquelle elle s inscrit depuis trop d années. Les télécommunications peuvent aussi être source d espoir, même si, pour Haïti, seule une aide massive de la communauté internationale donnera l élan nécessaire pour remettre le pays sur pied après la terrible blessure du 12 janvier Henri Tcheng, Jean-Michel Huet et Isabelle Viennois, BearingPoint. 1 PMA : Pays les Moins Avancés 5

6 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO A partir de 2006, en Haïti, le marché de la téléphonie mobile connaît une très forte augmentation : entre 2005 et 2008, le taux de pénétration passe de 5% à 33%. A partir de 2006, en Haïti, le marché de la téléphonie mobile connaît une très forte augmentation : entre 2005 et 2008, le taux de pénétration passe de 5% à 33%. Cette croissance est concomitante avec l arrivée de Digicel sur le marché haïtien, jusqu alors dominé par deux acteurs (Comcel-Voilà et Haïtel) C est également à partir de cette période que le taux de croissance du PIB d Haïti se redresse et s élève à 2,3% en 2006, puis à 3,2% en 2007 (hors inflation). Sur cette période, la croissance du PIB/habitant est supérieure à la moyenne des PMA (alors qu en moyenne, l économie a été en décroissance de 1% depuis les années 1960). Afin de préciser les impacts économiques et sociaux du lancement de Digicel en Haïti, BearingPoint a mené en 2009 avec l Institut Fafo, une étude pour le compte de l AFD-Proparco couvrant trois dimensions : L évaluation de l impact direct du lancement de Digicel sur la croissance du secteur des télécommunications. La mesure de l impact du lancement de Digicel sur l activité économique et l emploi en Haïti. L évaluation des effets socio-économiques de la pénétration de la téléphonie mobile en Haïti. La méthodologie de la présente étude repose sur une analyse des effets du secteur des télécommunications sur la croissance des pays en voie de développement, 6

7 Synthèse de l étude tels qu identifiés par un corpus d études théoriques et sur une enquête terrain menée auprès de 2000 ménages haïtiens. L arrivée de Digicel sur le marché a déclenché une très forte croissance du secteur de la téléphonie mobile entre 2006 et Alors que la première licence de téléphonie mobile a été attribuée en 1998 à Comcel, le taux de pénétration du mobile était de 5% en 2005, en-dessous de la moyenne des PMA. Le marché de la téléphonie mobile connaît une forte inflexion en 2006, au moment de l arrivée de Digicel, alors que les autres facteurs de croissance du marché n évoluent pas. Ainsi fin 2006, alors que Digicel a été lancé en mai,le taux de pénétration s élève à 21%, au-dessus de la moyenne des PMA et fin 2008, le taux de pénétration s éleve à 33%. Par ailleurs l expansion de l usage du mobile ne s est pas limité aux zones urbaines (le développement des réseaux a permis de couvrir 95% de la population en 2008). L impact de Digicel sur la croissance du marché de la téléphonie mobile est lié à des facteurs économiques, technologiques et marketing : Introduction d un mode de tarification attractif (tarification dès la première seconde et non 7

8 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO à la minute, tarification des appels sortants uniquement, subventions des terminaux) et baisse des prix à la minute. Construction d un réseau GSM étendu dès la première année, lui permettant d atteindre des populations non couvertes jusqu à présent endehors des grandes villes (en 2008, Digicel couvre près de 95% de la population). Introduction d innovations en termes marketing qui ont contribué à renforcer l attractivité de l offre mobile (packages sur l offre SMS, chargeurs solaires pour pallier le manque d accès à l électricité). Ce developpement de Digicel a eu un impact significatif sur la croissance d Haïti (20% de la croissance du PIB entre 2006 et 2008) à travers le développement engendré sur le secteur du commerce et d autres activités locales. La contribution de Digicel à la croissance du PIB a été évaluée en tenant compte de la valeur ajoutée propre à l activité de Digicel et à son impact sur le secteur du commerce et sur ses principaux fournisseurs. Entre 2006 et 2007, la valeur ajoutée propre à Digicel s est élevée à 150 millions USD, soit 14% de la croissance du PIB haïtien. Les ventes de Digicel ont généré une valeur ajoutée de l ordre de 32 millions USD pour la distribution, soit près de 7% de la croissance du secteur du commerce en Haïti (secteur d activité qui a le plus bénéficié de la croissance haïtienne en 2006 et 2007) et 3% de la croissance du PIB haïtien. Pour les fournisseurs, l activité de Digicel a engendré une valeur ajoutée de 50 millions USD dont 35 millions chez les fournisseurs locaux (services supports et autres opérateurs, ayant reçu des revenus d interconnexion), soit environ 3% de la croissance du PIB haïtien. Au-delà de l impact direct sur les valeurs ajoutées, le lancement de Digicel a eu un effet positif sur l économie locale via les investissements effectués en local, les emplois et les taxes. Sur le montant total d investissement nécessaire au lancement de Digicel (260 millions USD au total), 140 millions USD ont été investis dans l économie locale (infrastructures réseau, publicité, immobilier). L activité de Digicel permet de fournir un emploi à près de personnes (998 personnes directement employées par Digicel et vendeurs de rue). Même si ces emplois sont pour la plupart des temps partiels, la vente de produits Digicel a permis de générer un revenu moyen de 28 USD/mois pour les vendeurs de rue. Enfin, avec 28 millions USD versés en 2007, Digicel représente le premier contributeur fiscal du pays. Selon les résultats de l analyse menée par BearingPoint et Fafo, le lancement de Digicel aura eu un impact positif de 20% sur la croissance du PIB haïtien sur la période 2006 et 2007 par rapport à Ce résultat est cohérent avec les conclusions de deux autres études générales menées dans les PVD 1 et les PMA : selon les conclusions de Waverman, Meschi and Fuss, Digicel aurait contribué à 1,1 point de croissance du PIB entre 2005 et 2007 soit 20% des 5,6 points de croissance constatés sur la période; selon les conclusions de la Banque Mondiale cette contribution s élève à 1,5 pt de croissance du PIB soit 27 % des 5,6 points de croissance de la période. L impact positif de l usage de la téléphonie mobile sur le revenu moyen des ménages n a pu être finement estimé et certains impacts encore trop récents n ont pu être valorisés (transfert d argent ou fluidification du marché agricole). Cependant l impact positif de la pénétration du mobile sur les conditions de vie des ménages demeure plus difficile à estimer. Certaines études commencent à montrer que l impact positif du téléphone mobile sur les revenus des ménages est en fait limité (par exemple Chowdhury (2006), Donner (2004, 2005) au Rwanda, Souter et Al (2005) en Afrique et en Inde). L étude du cas haïtien confirme ces recherches. Même si l usage de la téléphonie mobile permet de réduire la vulnérabilité face à des situations d urgence (fréquentes en Haïti compte-tenu de l instabilité climatique) et de faciliter les transferts d argent, son impact direct sur l augmentation des revenus des ménages et la réduction de la pauvreté ne peut être prouvé : - 70% des appels sont passés vers les amis et la famille, 20% à destination de services publics, et seulement 10% pour des activités génératrices de revenus, - Il convient de noter que peu d Haïtiens se servent de leur téléphone pour gagner de l argent en laissant d autres l utiliser (comme c est le cas pour les Grameen phones au Bangladesh par exemple), - Même si l arrivée de Digicel a permis d étendre l usage de la téléphonie, l accès à la téléphonie mobile demeure lié aux revenus des ménages (le manque de moyens constitue la première raison pour laquelle les foyers ne disposent pas de téléphone). 1 PVD : Pays en Voie de Développement 8

9 Synthèse de l étude Sur certaines catégories, l expansion de la téléphonie pourrait même avoir des impacts négatifs. Parmi les ménages les plus pauvres disposant d un téléphone, plus de 50% indiquent devoir limiter d autres dépenses pour être en mesure de téléphoner. Même si la présente étude n a pu quantifier ces réductions, elle permet de montrer qu il s agit en majorité de biens de première nécessité (alimentation et habillement). Cette étude permet néanmoins de montrer que l expansion de la téléphonie mobile est un moteur fort de croissance, y compris dans des pays qui rencontrent des retards de développement majeurs. Elle contribue ainsi à montrer que les investissements dans les télécommunications (mobile ou internet) constituent aujourd hui des aides innovantes et efficaces pour le développement des Pays les Moins Avancés. 9

10 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO 5Synthèse des résultats Synthèse de la contribution de la téléphonie mobile et de Digicel à l économie et à l emploi Méthode Hypothèses principales Résultat Approche par la nomenclature des branches d activités en comptabilité nationale. Approche théorique : application des conclusions de Waverman, Meschi et Fuss et du rapport 2009 de la Banque Mondiale. La valeur ajoutée est mesurée dans la comptabilité nationale d Haïti dans la branche transports et communications. Il n y a pas d information permettant de distinguer la contribution de la branche transports de celle de la branche communications. 10 pts de pénétration supplémentaires engendrent 0,6 pt de croissance du PIB par an en plus. L effet est maximal lorsque que le service universel est atteint et s applique sur un taux de croissance à long terme. 14% de la croissance du PIB est liée à la branche transports et communications sur la période 2006 et 2007 comparée à Sur la période 2006 et 2007 cumulées comparée à 2005 : Entre 27 et 36% de la croissance du PIB est engendrée par la hausse de la pénétration du mobile (resp. W,M&F et Banque Mondiale). Entre 20 et 27% de la croissance du PIB est directement liée à Digicel. 40

11 Approche empirique : estimation des valeurs ajoutées de Digicel, de ses fournisseurs locaux et de son réseau de distribution. Reconstitution de la répartition de la valeur ajoutée au sein du réseau de distribution et application au nombre d emplois communiqué par Digicel. Digicel a généré une valeur ajoutée de 150 millions USD. Les fournisseurs ont généré une valeur ajoutée de 35 millions de USD. Le réseau de distribution a engendré une valeur ajoutée de 32 millions de USD. Le PIB a cru de millions de USD sur la période 2006 et 2007 par rapport à Digicel a généré près de emplois dont 1000 emplois directs sont des vendeurs de rue. La très grande majorité des emplois sont à temps partiel. La VA du réseau de distribution de Digicel représente 14% de la croissance du PIB sur la période 2006 et La VA des fournisseurs locaux de Digicel représente 3% de la croissance du PIB sur la période. La VA réseau de distribution de Digicel représente 3% de la croissance du PIB. Au total, l activité de Digicel est à l origine de 20% de la croissance du PIB sur la période 2006 et 2007 par rapport à La revente de produits Digicel a permis à ces vendeurs de rue de percevoir un supplément de revenu de l'ordre de 28 USD par mois dans un pays où la moitié de la population vit avec moins d'1 USD par jour. Synthèse de l accès au téléphone mobile et de ses usages en République d Haïti Thème Résultats de l enquête de terrain Accès au téléphone portable. Les foyers des zones urbaines sont plus équipés que les foyers des zones rurales (87% vs 50% resp.). Le coût initial d acquisition du terminal est le 1er frein à l accès au portable (1er motif pour 69% des non abonnés, loin devant le coût des communications). La possession d un téléphone au sein d un foyer est positivement influencée par l accès à une route bitumée et une meilleure éducation. Usages du téléphone portable. Les motifs d appel, exemple en zone urbaine : 1 er : appels à titre privé (60%). 2 ème : accès à des services publics ou administrations (30%). 3 ème : appels à titre professionnel (10%). Les usages : Prendre des nouvelles des proches et éventuellement leur demander une assistance financière. Joindre une assistance médicale, notamment en cas d urgence sanitaire ou de catastrophe naturelle. 41

12 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO Partenaires Proparco Créée en 1977, PROPARCO est une Institution Financière de Développement, conjointement détenue par l Agence Française de Développement (AFD) et par des actionnaires privés du Nord et du Sud. La mission de la société est de favoriser les investissements privés dans les pays émergents et en développement en faveur de la croissance, du développement durable et de l atteinte des Objectifs du Millénaire (OMD). PROPARCO finance des opérations économiquement viables, socialement équitables, soutenables sur le plan environnemental et financièrement rentables. PROPARCO propose une palette complète d instruments financiers permettant de répondre aux besoins spécifiques des investisseurs privés dans les pays en développement (prêts, fonds propres, garanties et ingénierie financière). En 2009, PROPARCO a atteint 1,1 MrdEUR d engagements. AFD L Agence Française de Développement est un établissement public qui agit depuis plus de soixante ans pour combattre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l Outre-mer. Présente sur le terrain dans plus de 50 pays, l AFD finance et accompagne des projets qui améliorent les conditions de vie des populations, soutiennent la croissance économique et protègent la planète : scolarisation des enfants, appui aux agriculteurs, soutien aux petites entreprises, adduction d eau, préservation de la forêt tropicale, lutte contre le réchauffement climatique... En 2008, l Agence a consacré 3,5 milliards d euros au financement d actions dans ses pays d intervention et plus de 1 milliard d euros en faveur de l Outre-mer au travers d une large gamme d instruments financiers et techniques : subventions, garanties, prises de participation, prêts aidés, prêts à condition de marché et assistance technique BearingPoint BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant dont le cœur de métier est le Business Consulting. Il s appuie sur la double compétence de ses consultants en management et en technologie. Animés par un véritable esprit entrepreneurial et collaboratif, nos 3200 consultants sont engagés à créer de la valeur et obtenir des résultats concrets, aux côtés de leurs clients. Ils interviennent de la définition de la stratégie jusqu à la mise en œuvre des projets de transformation. Nous faisons nôtres les priorités de nos clients, c est pourquoi depuis plus de 10 ans, les deux tiers de l Eurostoxx 50 et les plus grandes administrations nous font confiance. To get there. Together. Plus de 250 consultants BearingPoint interviennent sur de grands projets des acteurs télécoms et médias. Nos équipes, composées pour moitié d anciens opérationnels des opérateurs, équipementiers ou groupes de médias interviennent sur les différentes problématiques du secteur. Nos consultants interviennent sur l ensemble du continent européen mais aussi dans les pays émergents.pour de plus amples informations : Allemagne Autriche Belgique Danemark Finlande France Irlande Norvège Pays-Bas Roumanie Royaume- Uni Russie Suède Suisse Emerging Markets FAFO FAFO est une fondation de recherche indépendante et pluridisciplinaire spécialisée dans les études sur le développement socio-économique, le marché du travail, la santé publique et les conditions de vie. Fafo travaille à la fois sur des problématiques domestiques du marché norvégien et sur des problématiques internationales. 42

13 Contacts Proparco Jérôme Bertrand-Hardy Directeur Services Infrastructures et Mines Tél : + 33 (0) Véronique Pescatori Chargée d affaires Services Infrastructures et Mines Tél : + 33 (0) AFD Jean-David Naudet Responsable du département Évaluation et Capitalisation Tél : + 33 (0) Tanguy Bernard Économiste Division évaluation Tél : + 33 (0) BearingPoint Jean-Michel Huet Senior Manager, BearingPoint Emerging Markets, Communication, Content, Energy & Utilities EMEA Tél : + 33 (0) Pierre Labarthe Senior Consultant, BearingPoint France, Communication, Content, Energy & Utilities EMEA Tél : +33 (0) Isabelle Viennois Manager, BearingPoint France, Communication, Content, Energy & Utilities EMEA Tél : + 33 (0) FAFO Tewodros Aragie Kebede Chercheur Tél :

Les télécoms vont-ils prendre l eau?

Les télécoms vont-ils prendre l eau? LETTRE CONVERGENCE Les télécoms vont-ils prendre l eau? Deux mondes qui convergent vers les mêmes relais de croissance N 26 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

Les clients puissance cube

Les clients puissance cube LETTRE CONVERGENCE Les clients puissance cube L intelligence artificielle au service du marketing des services N 28 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet de conseil

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Vers le 7 ème ciel du Revenue Management

Vers le 7 ème ciel du Revenue Management LETTRE CONVERGENCE Vers le 7 ème ciel du Revenue Management Les stratégies tarifaires dans les services N 25 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

ARIZ : LE DISPOSITIF DE PARTAGE DE RISQUE DE L AFD

ARIZ : LE DISPOSITIF DE PARTAGE DE RISQUE DE L AFD ARIZ : LE DISPOSITIF DE PARTAGE DE RISQUE DE L AFD Chargement de coton AFD Mélanie Canet Ciment du Sahel, Sénégal AFD Éric Bureau E. Binson-Socas Pour faciliter le financement des PME ARIZ est un dispositif

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Égypte Didier Gentilhomme. Agir au cœur des politiques de développement

Égypte Didier Gentilhomme. Agir au cœur des politiques de développement L AFD et la formation professionnelle Égypte Didier Gentilhomme Agir au cœur des politiques de développement Renforcer l offre de formation pour appuyer la croissance et favoriser l insertion professionnelle

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Les enjeux financiers de l explosion des télécoms en Afrique subsaharienne

Les enjeux financiers de l explosion des télécoms en Afrique subsaharienne Note de l Ifri Les enjeux financiers de l explosion des télécoms en Afrique subsaharienne Henri Tcheng Jean-Michel Huet Mouna Romdhane Février 2010 Programme Afrique subsaharienne L'Ifri est, en France,

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Partenariats pour le renforcement de la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises

Partenariats pour le renforcement de la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises Le groupe AFD et la RSE dans le secteur bancaire Partenariats pour le renforcement de la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises La RSE, qu est-ce que c est? La Commission Européenne

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Les centres de contact externalisés : un secteur en croissance» 15 septembre 2011 Confidentiel. 2011 BearingPoint France SAS BearingPoint To get there. Together.

Plus en détail

Magellan, Alexandre et Clausewitz

Magellan, Alexandre et Clausewitz Magellan, Alexandre et Clausewitz Le modèle agile du développement international Lettre Convergence N 33 A propos de BearingPoint BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant dont le coeur de métier

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

DONNÉES DE VIETTEL. Au Vietnam : Nom de l'enseigne : Viettel

DONNÉES DE VIETTEL. Au Vietnam : Nom de l'enseigne : Viettel PROFIL VIETTEL Viettel est le premier groupe vietnamien dans le secteur des télécommunications et de l'informatique, le pionnier dans la généralisation des services de télécommunications dans les zones

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

1.1 Evolution du trafic SMS dans le monde

1.1 Evolution du trafic SMS dans le monde février 24 Note d analyse N 5 : Les SMS (short message service) Les «SMS» (short message service) ou messages courts ont connu une croissance exceptionnelle sur les dernières années. Composé de 16 caractères

Plus en détail

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration?

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions.

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Réel et virtuel sont dans un bateau, personne ne tombe à l eau

Réel et virtuel sont dans un bateau, personne ne tombe à l eau Lettre Convergence Réel et virtuel sont dans un bateau, personne ne tombe à l eau Complémentarité entre réseaux de distribution physique et en ligne N 21 To get there. Together. La vente en ligne est en

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

L économie Mobile De l Afrique Subsaharienne 2013

L économie Mobile De l Afrique Subsaharienne 2013 L économie Mobile De l Afrique Subsaharienne 2013 A propos de la GSMA La GSMA représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile à travers le monde. Présente dans plus de 220 pays, la GSMA réunit

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants :

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants : 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance, www.microinsuranceconference.org/2012 La 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance aura lieu du 6 au 8 novembre 2012 à Dar es Salam, en

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Secteur de la croissance verte à Madagascar

Secteur de la croissance verte à Madagascar Influence- Communication-Publicité Pour l Afrique et Madagascar Secteur de la croissance verte à Madagascar Revue de presse destinée aux investisseurs potentiels 23 août 2014 Croissance verte: une stratégie

Plus en détail

Orange donne une nouvelle dimension à sa stratégie entreprise

Orange donne une nouvelle dimension à sa stratégie entreprise Orange donne une nouvelle dimension à sa stratégie entreprise Trente mois après le lancement d Orange Business Services, qui a renforcé sa position dominante sur le segment B2B et affiche une croissance

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE

TAXE D APPRENTISSAGE En 2010, le Pôle Universitaire Léonard de Vinci fêtera ses 15 ans! Avant même cette date anniversaire s impose aujourd hui le constat d un pari gagné, celui de la proximité avec les entreprises : plus

Plus en détail

INFRASTRUCTURES DE TELECOMMUNICATION

INFRASTRUCTURES DE TELECOMMUNICATION INFRASTRUCTURES DE TELECOMMUNICATION -Eléments dans le cadre de la GTEC du Pays de Figeac - Contenu de l analyse Cette fiche étudie l accessibilité et la qualité du réseau numérique sur le département

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Quelle garantie pour vos dépôts?

Quelle garantie pour vos dépôts? Imprimé www.lesclesdelabanque.com PEFC par une imprimerie détentrice avec des encres végétales sur du papier marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées.

Plus en détail

Étude de cas «Un produit mondialisé : le téléphone mobile»

Étude de cas «Un produit mondialisé : le téléphone mobile» CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Étude de cas «Un produit mondialisé : le téléphone mobile» Table des matières 1 Un produit qui s inscrit dans la mondialisation 2 1.1 L histoire du téléphone mobile.....................

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion?

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? Mercredi 27 mars 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur,

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Face aux enjeux de restructuration du secteur, quelles sont les perspectives d évolution pour les Centres de Contacts?» Présenté par Laurent Uberti (SP2C) et Eric

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana BANQUE CENTRALE DE MADAGASCAR IINSTIITUT NATIIONAL DE LA STATIISTIIQUE C ette étude sur l investissement étranger à Madagascar a été faite

Plus en détail

ASSURANCE POUR LE RISQUE DE FINANCEMENT DE ZONE D'INTERVENTION DE L'AFD L'INVESTISSEMENT PRIVÉ EN. ARIZ : des garanties pour l'accès au

ASSURANCE POUR LE RISQUE DE FINANCEMENT DE ZONE D'INTERVENTION DE L'AFD L'INVESTISSEMENT PRIVÉ EN. ARIZ : des garanties pour l'accès au ASSURANCE POUR LE RISQUE DE FINANCEMENT DE L'INVESTISSEMENT PRIVÉ EN ZONE D'INTERVENTION DE L'AFD ARIZ : des garanties pour l'accès au financement des entreprises du Sud AFD - Yaoudé AFD - Marie-Laure

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Olkaria, Kenya DR. Agence Française de Développement GÉOTHERMIE

Olkaria, Kenya DR. Agence Française de Développement GÉOTHERMIE Olkaria, Kenya DR Agence Française de Développement Une source d électricité renouvelable et sobre en carbone encore insuffisamment développée La géothermie est une ressource endogène, qui assure aux pays

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne?

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne? SYNTHÈSE Le marché des contenus et des services payants en ligne, historiquement fort en France sur la téléphonie fixe autour de Télétel puis d Audiotel s est développé autour de nouveaux canaux de diffusion

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- ------------------ Union-Discipline-Travail FORUM FRANCO-AFRICAIN POUR UNE CROISSANCE PARTAGEE DISCOURS DE SEM ALASSANE OUATTARA

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Des enjeux majeurs ont façonné le nouveau projet d entreprise

Des enjeux majeurs ont façonné le nouveau projet d entreprise Fiche 1 Des enjeux majeurs ont façonné le nouveau projet d entreprise Mobiliser l ensemble du groupe dans un projet collectif Le Groupe vient de traverser une crise sans précédent en France tenant tant

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Juin 2012 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre des

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail