Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti"

Transcription

1 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti Livre blanc Mai 2010 En partenariat avec

2 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO Sommaire Remerciements...4 Edito...5 Synthèse...6 Etat de l art et méthodologie Les approches macro-économiques Les approches micro-économiques Impact du développement de Digicel sur le marché des télécoms en Haïti En 2005, le marché haïtien des télécoms était tout à fait comparable à la moyenne des pays les moins avancés De 2005 à 2008, la téléphonie mobile connaît une très forte croissance malgré un environnement défavorable Digicel a déclenché l explosion du marché Impact du développement de Digicel sur la croissance et l emploi en Haïti Impacts quantitatifs macroéconomiques Impacts sur les emplois Contributions sociales autres que par la création d emplois Impacts sur les distributeurs et fournisseurs de Digicel Estimation de l impact direct de la valeur ajoutée de Digicel, de ses fournisseurs et de ses distributeurs sur le PIB 2007 vs Impacts de la téléphonie mobile sur les ménages en Haïti Un accès inégal à la téléphonie mobile Raisons des disparités Les usages du téléphone mobile en Haïti Synthèse des résulats Présentation des partenaires Contacts Annexe 1 Contexte et objectifs de l étude Annexe 2 Méthodologie détaillée de l étude BearingPoint Annexe 3 Méthodologie détaillée de l enquête FAFO Annexe 4 Glossaire Annexe 5 Bibliographie

3 3

4 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO Remerciements Comité de rédaction : Pour BearingPoint : Henri Tcheng, Jean-Michel Huet, Isabelle Viennois et Pierre Labarthe Pour AFD/Proparco : Véronique Pescatori, Tanguy Bernard, Jérôme Bertrand-Hardy, Matthieu Bommier Pour Fafo : Tewodros Aragie Kebede, Henriette Lunde Remerciements à : Ghada Gebara, PDG de Digicel Haïti, Maarteen Boute et l ensemble des collaborateurs de Digicel pour leur collaboration dans cette étude. Djalal Khimdjee, Charlotte Durand, Jocelyne Delarue, Ariane Ducreux, Elléanor Robins, Matthieu Guéméné pour leur contribution au cadrage de l étude. Mouna Romdhane et Gweltas Quentrec pour leurs recherches préparatoires. Arnaud Dupuis pour sa contribution à la traduction et à la relecture. Conception Graphique : Angélique Tourneux, Géraldine Bourguignat 4

5 Edito Quand les télécoms contribuent au développement : le cas d Haïti Les télécoms contribuent-ils vraiment au développement économique des pays en développement? La question n est pas nouvelle. Si, jusqu à il y a une dizaine d années, les économistes envisageaient qu il fallait être un pays développé pour avoir des télécoms matures, le succès phénoménal des mobiles a changé la donne. En novembre 2009, le cap des 4 milliards d utilisateurs de GSM dans le monde a été franchi. De nombreuses études ont montré que la téléphonie mobile avait un rôle positif sur la croissance économique, comme la Grameen Fondation qui aide au développement de «Village phone», concept de téléphones partagés créant une source de revenu pour des centaines de milliers de femmes au Bangladesh ou en Afrique. Mais a contrario, d autres études de programmes de l ONU ont alerté cet automne sur les effets pervers de la progression du budget Telecom sur le budget d alimentation dans les pays africains. L AFD-Proparco a décidé de financer en 2009 une étude sans précédent, menée par Bearingpoint et l Institut Fafo afin d apporter une vision complète sur la réalité de l impact des télécoms dans l un des pays les plus pauvres du monde, Haïti. La période d analyse, entre 2005 et 2008, est celle où le taux de pénétration de la téléphonie passe dans le pays, de 5% à 33%. Cette croissance est concomitante avec l arrivée d un nouvel opérateur, Digicel, sur le marché haïtien, jusqu alors dominé par deux acteurs (Comcel-Voilà et Haïtel). C est également à partir de 2006, que le taux de croissance du PIB d Haïti se redresse et s élève à 2,3% en 2006, puis à 3,2% en 2007 (hors inflation). Alors qu elle était en décroissance récurrente de 1% depuis les années 1960, la croissance du PIB/habitant est supérieure, pour la première fois, à la moyenne des PMA 1 entre 2006 et En deux ans, la contribution de ce seul opérateur représente 20% de la croissance du PIB haïtien (27 % pour les 3 opérateurs). Il convient de noter que la majeure partie de la valeur ajoutée créée par Digicel dans la distribution revient aux vendeurs de rue. Le revenu des vendeurs de rue, lié à la revente de produits Digicel, a été estimé à 28 dollars par mois. Ce chiffre peut paraitre ridicule mais il doit être mis en perspective : la moitié de la population d Haïti vivant avec moins d 1 dollar par jour, la perception d un revenu de 28 dollars par mois permet aux vendeurs de rue de se placer à minima au niveau médian des revenus en Haïti. L interview de près de familles haïtiennes illustre aussi un impact qualitatif dans les usages des haïtiens, usages certes en émergence et qui nécessiteront d être confirmés avec le temps. L étude révèle en particulier que le mobile a une vraie importance dans les cas d urgence (particulièrement nombreux en Haïti) ainsi que pour les transferts internationaux d argent. Cruelle ironie du calendrier, ce livre blanc est publié peu de temps après le tremblement de terre qui a ravagé Port-au-Prince, la capitale, et fait plusieurs dizaines de milliers de morts. Cette catastrophe, a placé Haïti au cœur de l actualité internationale et rappelé le retard de développement de l Île, pays le plus pauvre de l hémisphère nord. Elle a aussi mis en exergue les difficultés, au-delà du drame en soi, d un pays dont les infrastructures de base (transport, électricité, eau ) sont défaillantes. Les infrastructures télécoms (antennes, cables sous-marins) n ayant pas été les plus touchées, elles pourront donc contribuer à redresser l Île, voire à sortir Haïti de la spirale douloureuse dans laquelle elle s inscrit depuis trop d années. Les télécommunications peuvent aussi être source d espoir, même si, pour Haïti, seule une aide massive de la communauté internationale donnera l élan nécessaire pour remettre le pays sur pied après la terrible blessure du 12 janvier Henri Tcheng, Jean-Michel Huet et Isabelle Viennois, BearingPoint. 1 PMA : Pays les Moins Avancés 5

6 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO A partir de 2006, en Haïti, le marché de la téléphonie mobile connaît une très forte augmentation : entre 2005 et 2008, le taux de pénétration passe de 5% à 33%. A partir de 2006, en Haïti, le marché de la téléphonie mobile connaît une très forte augmentation : entre 2005 et 2008, le taux de pénétration passe de 5% à 33%. Cette croissance est concomitante avec l arrivée de Digicel sur le marché haïtien, jusqu alors dominé par deux acteurs (Comcel-Voilà et Haïtel) C est également à partir de cette période que le taux de croissance du PIB d Haïti se redresse et s élève à 2,3% en 2006, puis à 3,2% en 2007 (hors inflation). Sur cette période, la croissance du PIB/habitant est supérieure à la moyenne des PMA (alors qu en moyenne, l économie a été en décroissance de 1% depuis les années 1960). Afin de préciser les impacts économiques et sociaux du lancement de Digicel en Haïti, BearingPoint a mené en 2009 avec l Institut Fafo, une étude pour le compte de l AFD-Proparco couvrant trois dimensions : L évaluation de l impact direct du lancement de Digicel sur la croissance du secteur des télécommunications. La mesure de l impact du lancement de Digicel sur l activité économique et l emploi en Haïti. L évaluation des effets socio-économiques de la pénétration de la téléphonie mobile en Haïti. La méthodologie de la présente étude repose sur une analyse des effets du secteur des télécommunications sur la croissance des pays en voie de développement, 6

7 Synthèse de l étude tels qu identifiés par un corpus d études théoriques et sur une enquête terrain menée auprès de 2000 ménages haïtiens. L arrivée de Digicel sur le marché a déclenché une très forte croissance du secteur de la téléphonie mobile entre 2006 et Alors que la première licence de téléphonie mobile a été attribuée en 1998 à Comcel, le taux de pénétration du mobile était de 5% en 2005, en-dessous de la moyenne des PMA. Le marché de la téléphonie mobile connaît une forte inflexion en 2006, au moment de l arrivée de Digicel, alors que les autres facteurs de croissance du marché n évoluent pas. Ainsi fin 2006, alors que Digicel a été lancé en mai,le taux de pénétration s élève à 21%, au-dessus de la moyenne des PMA et fin 2008, le taux de pénétration s éleve à 33%. Par ailleurs l expansion de l usage du mobile ne s est pas limité aux zones urbaines (le développement des réseaux a permis de couvrir 95% de la population en 2008). L impact de Digicel sur la croissance du marché de la téléphonie mobile est lié à des facteurs économiques, technologiques et marketing : Introduction d un mode de tarification attractif (tarification dès la première seconde et non 7

8 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO à la minute, tarification des appels sortants uniquement, subventions des terminaux) et baisse des prix à la minute. Construction d un réseau GSM étendu dès la première année, lui permettant d atteindre des populations non couvertes jusqu à présent endehors des grandes villes (en 2008, Digicel couvre près de 95% de la population). Introduction d innovations en termes marketing qui ont contribué à renforcer l attractivité de l offre mobile (packages sur l offre SMS, chargeurs solaires pour pallier le manque d accès à l électricité). Ce developpement de Digicel a eu un impact significatif sur la croissance d Haïti (20% de la croissance du PIB entre 2006 et 2008) à travers le développement engendré sur le secteur du commerce et d autres activités locales. La contribution de Digicel à la croissance du PIB a été évaluée en tenant compte de la valeur ajoutée propre à l activité de Digicel et à son impact sur le secteur du commerce et sur ses principaux fournisseurs. Entre 2006 et 2007, la valeur ajoutée propre à Digicel s est élevée à 150 millions USD, soit 14% de la croissance du PIB haïtien. Les ventes de Digicel ont généré une valeur ajoutée de l ordre de 32 millions USD pour la distribution, soit près de 7% de la croissance du secteur du commerce en Haïti (secteur d activité qui a le plus bénéficié de la croissance haïtienne en 2006 et 2007) et 3% de la croissance du PIB haïtien. Pour les fournisseurs, l activité de Digicel a engendré une valeur ajoutée de 50 millions USD dont 35 millions chez les fournisseurs locaux (services supports et autres opérateurs, ayant reçu des revenus d interconnexion), soit environ 3% de la croissance du PIB haïtien. Au-delà de l impact direct sur les valeurs ajoutées, le lancement de Digicel a eu un effet positif sur l économie locale via les investissements effectués en local, les emplois et les taxes. Sur le montant total d investissement nécessaire au lancement de Digicel (260 millions USD au total), 140 millions USD ont été investis dans l économie locale (infrastructures réseau, publicité, immobilier). L activité de Digicel permet de fournir un emploi à près de personnes (998 personnes directement employées par Digicel et vendeurs de rue). Même si ces emplois sont pour la plupart des temps partiels, la vente de produits Digicel a permis de générer un revenu moyen de 28 USD/mois pour les vendeurs de rue. Enfin, avec 28 millions USD versés en 2007, Digicel représente le premier contributeur fiscal du pays. Selon les résultats de l analyse menée par BearingPoint et Fafo, le lancement de Digicel aura eu un impact positif de 20% sur la croissance du PIB haïtien sur la période 2006 et 2007 par rapport à Ce résultat est cohérent avec les conclusions de deux autres études générales menées dans les PVD 1 et les PMA : selon les conclusions de Waverman, Meschi and Fuss, Digicel aurait contribué à 1,1 point de croissance du PIB entre 2005 et 2007 soit 20% des 5,6 points de croissance constatés sur la période; selon les conclusions de la Banque Mondiale cette contribution s élève à 1,5 pt de croissance du PIB soit 27 % des 5,6 points de croissance de la période. L impact positif de l usage de la téléphonie mobile sur le revenu moyen des ménages n a pu être finement estimé et certains impacts encore trop récents n ont pu être valorisés (transfert d argent ou fluidification du marché agricole). Cependant l impact positif de la pénétration du mobile sur les conditions de vie des ménages demeure plus difficile à estimer. Certaines études commencent à montrer que l impact positif du téléphone mobile sur les revenus des ménages est en fait limité (par exemple Chowdhury (2006), Donner (2004, 2005) au Rwanda, Souter et Al (2005) en Afrique et en Inde). L étude du cas haïtien confirme ces recherches. Même si l usage de la téléphonie mobile permet de réduire la vulnérabilité face à des situations d urgence (fréquentes en Haïti compte-tenu de l instabilité climatique) et de faciliter les transferts d argent, son impact direct sur l augmentation des revenus des ménages et la réduction de la pauvreté ne peut être prouvé : - 70% des appels sont passés vers les amis et la famille, 20% à destination de services publics, et seulement 10% pour des activités génératrices de revenus, - Il convient de noter que peu d Haïtiens se servent de leur téléphone pour gagner de l argent en laissant d autres l utiliser (comme c est le cas pour les Grameen phones au Bangladesh par exemple), - Même si l arrivée de Digicel a permis d étendre l usage de la téléphonie, l accès à la téléphonie mobile demeure lié aux revenus des ménages (le manque de moyens constitue la première raison pour laquelle les foyers ne disposent pas de téléphone). 1 PVD : Pays en Voie de Développement 8

9 Synthèse de l étude Sur certaines catégories, l expansion de la téléphonie pourrait même avoir des impacts négatifs. Parmi les ménages les plus pauvres disposant d un téléphone, plus de 50% indiquent devoir limiter d autres dépenses pour être en mesure de téléphoner. Même si la présente étude n a pu quantifier ces réductions, elle permet de montrer qu il s agit en majorité de biens de première nécessité (alimentation et habillement). Cette étude permet néanmoins de montrer que l expansion de la téléphonie mobile est un moteur fort de croissance, y compris dans des pays qui rencontrent des retards de développement majeurs. Elle contribue ainsi à montrer que les investissements dans les télécommunications (mobile ou internet) constituent aujourd hui des aides innovantes et efficaces pour le développement des Pays les Moins Avancés. 9

10 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO 5Synthèse des résultats Synthèse de la contribution de la téléphonie mobile et de Digicel à l économie et à l emploi Méthode Hypothèses principales Résultat Approche par la nomenclature des branches d activités en comptabilité nationale. Approche théorique : application des conclusions de Waverman, Meschi et Fuss et du rapport 2009 de la Banque Mondiale. La valeur ajoutée est mesurée dans la comptabilité nationale d Haïti dans la branche transports et communications. Il n y a pas d information permettant de distinguer la contribution de la branche transports de celle de la branche communications. 10 pts de pénétration supplémentaires engendrent 0,6 pt de croissance du PIB par an en plus. L effet est maximal lorsque que le service universel est atteint et s applique sur un taux de croissance à long terme. 14% de la croissance du PIB est liée à la branche transports et communications sur la période 2006 et 2007 comparée à Sur la période 2006 et 2007 cumulées comparée à 2005 : Entre 27 et 36% de la croissance du PIB est engendrée par la hausse de la pénétration du mobile (resp. W,M&F et Banque Mondiale). Entre 20 et 27% de la croissance du PIB est directement liée à Digicel. 40

11 Approche empirique : estimation des valeurs ajoutées de Digicel, de ses fournisseurs locaux et de son réseau de distribution. Reconstitution de la répartition de la valeur ajoutée au sein du réseau de distribution et application au nombre d emplois communiqué par Digicel. Digicel a généré une valeur ajoutée de 150 millions USD. Les fournisseurs ont généré une valeur ajoutée de 35 millions de USD. Le réseau de distribution a engendré une valeur ajoutée de 32 millions de USD. Le PIB a cru de millions de USD sur la période 2006 et 2007 par rapport à Digicel a généré près de emplois dont 1000 emplois directs sont des vendeurs de rue. La très grande majorité des emplois sont à temps partiel. La VA du réseau de distribution de Digicel représente 14% de la croissance du PIB sur la période 2006 et La VA des fournisseurs locaux de Digicel représente 3% de la croissance du PIB sur la période. La VA réseau de distribution de Digicel représente 3% de la croissance du PIB. Au total, l activité de Digicel est à l origine de 20% de la croissance du PIB sur la période 2006 et 2007 par rapport à La revente de produits Digicel a permis à ces vendeurs de rue de percevoir un supplément de revenu de l'ordre de 28 USD par mois dans un pays où la moitié de la population vit avec moins d'1 USD par jour. Synthèse de l accès au téléphone mobile et de ses usages en République d Haïti Thème Résultats de l enquête de terrain Accès au téléphone portable. Les foyers des zones urbaines sont plus équipés que les foyers des zones rurales (87% vs 50% resp.). Le coût initial d acquisition du terminal est le 1er frein à l accès au portable (1er motif pour 69% des non abonnés, loin devant le coût des communications). La possession d un téléphone au sein d un foyer est positivement influencée par l accès à une route bitumée et une meilleure éducation. Usages du téléphone portable. Les motifs d appel, exemple en zone urbaine : 1 er : appels à titre privé (60%). 2 ème : accès à des services publics ou administrations (30%). 3 ème : appels à titre professionnel (10%). Les usages : Prendre des nouvelles des proches et éventuellement leur demander une assistance financière. Joindre une assistance médicale, notamment en cas d urgence sanitaire ou de catastrophe naturelle. 41

12 Etude d impact sur l entrée d un nouvel opérateur mobile en Haïti BearingPoint - Proparco/AFD - FAFO Partenaires Proparco Créée en 1977, PROPARCO est une Institution Financière de Développement, conjointement détenue par l Agence Française de Développement (AFD) et par des actionnaires privés du Nord et du Sud. La mission de la société est de favoriser les investissements privés dans les pays émergents et en développement en faveur de la croissance, du développement durable et de l atteinte des Objectifs du Millénaire (OMD). PROPARCO finance des opérations économiquement viables, socialement équitables, soutenables sur le plan environnemental et financièrement rentables. PROPARCO propose une palette complète d instruments financiers permettant de répondre aux besoins spécifiques des investisseurs privés dans les pays en développement (prêts, fonds propres, garanties et ingénierie financière). En 2009, PROPARCO a atteint 1,1 MrdEUR d engagements. AFD L Agence Française de Développement est un établissement public qui agit depuis plus de soixante ans pour combattre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l Outre-mer. Présente sur le terrain dans plus de 50 pays, l AFD finance et accompagne des projets qui améliorent les conditions de vie des populations, soutiennent la croissance économique et protègent la planète : scolarisation des enfants, appui aux agriculteurs, soutien aux petites entreprises, adduction d eau, préservation de la forêt tropicale, lutte contre le réchauffement climatique... En 2008, l Agence a consacré 3,5 milliards d euros au financement d actions dans ses pays d intervention et plus de 1 milliard d euros en faveur de l Outre-mer au travers d une large gamme d instruments financiers et techniques : subventions, garanties, prises de participation, prêts aidés, prêts à condition de marché et assistance technique BearingPoint BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant dont le cœur de métier est le Business Consulting. Il s appuie sur la double compétence de ses consultants en management et en technologie. Animés par un véritable esprit entrepreneurial et collaboratif, nos 3200 consultants sont engagés à créer de la valeur et obtenir des résultats concrets, aux côtés de leurs clients. Ils interviennent de la définition de la stratégie jusqu à la mise en œuvre des projets de transformation. Nous faisons nôtres les priorités de nos clients, c est pourquoi depuis plus de 10 ans, les deux tiers de l Eurostoxx 50 et les plus grandes administrations nous font confiance. To get there. Together. Plus de 250 consultants BearingPoint interviennent sur de grands projets des acteurs télécoms et médias. Nos équipes, composées pour moitié d anciens opérationnels des opérateurs, équipementiers ou groupes de médias interviennent sur les différentes problématiques du secteur. Nos consultants interviennent sur l ensemble du continent européen mais aussi dans les pays émergents.pour de plus amples informations : Allemagne Autriche Belgique Danemark Finlande France Irlande Norvège Pays-Bas Roumanie Royaume- Uni Russie Suède Suisse Emerging Markets FAFO FAFO est une fondation de recherche indépendante et pluridisciplinaire spécialisée dans les études sur le développement socio-économique, le marché du travail, la santé publique et les conditions de vie. Fafo travaille à la fois sur des problématiques domestiques du marché norvégien et sur des problématiques internationales. 42

13 Contacts Proparco Jérôme Bertrand-Hardy Directeur Services Infrastructures et Mines Tél : + 33 (0) Véronique Pescatori Chargée d affaires Services Infrastructures et Mines Tél : + 33 (0) AFD Jean-David Naudet Responsable du département Évaluation et Capitalisation Tél : + 33 (0) Tanguy Bernard Économiste Division évaluation Tél : + 33 (0) BearingPoint Jean-Michel Huet Senior Manager, BearingPoint Emerging Markets, Communication, Content, Energy & Utilities EMEA Tél : + 33 (0) Pierre Labarthe Senior Consultant, BearingPoint France, Communication, Content, Energy & Utilities EMEA Tél : +33 (0) Isabelle Viennois Manager, BearingPoint France, Communication, Content, Energy & Utilities EMEA Tél : + 33 (0) FAFO Tewodros Aragie Kebede Chercheur Tél :

Au cours de la dernière décennie, la téléphonie

Au cours de la dernière décennie, la téléphonie LA TÉLÉPHONIE MOBILE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT : QUELS IMPACTS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX? Proparco a financé un nombre important d opérateurs mobiles, à la fois en Afrique et en Asie, pour un montant

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 VERBATIM Présentation à l IGNES 27 Juin 2013 Une proposition d étude du cabinet CODA Strategies Octobre 2012 CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

AFD Photo agence. Des réponses adaptées aux nouveaux enjeux

AFD Photo agence. Des réponses adaptées aux nouveaux enjeux L AFD et les innovations financières pour le développement AFD Photo agence Des réponses adaptées aux nouveaux enjeux AFD Yves Terracol 4&5 MARS 2010 CITÉ DES SCIENCES ET DE L'INDUSTRIE PARIS - PARC DE

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

Lac Beira, Colombo Ratnapala Perera. Agence Française de Développement SRI LANKA

Lac Beira, Colombo Ratnapala Perera. Agence Française de Développement SRI LANKA Lac Beira, Colombo Ratnapala Perera Agence Française de Développement Sri Lanka Au cours des dernières années, deux événements majeurs ont marqué le pays : le tsunami dévastateur de 2004 et la fin du conflit

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Les centres de contact externalisés : un secteur en croissance» 15 septembre 2011 Confidentiel. 2011 BearingPoint France SAS BearingPoint To get there. Together.

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Voyage d étude au Mexique

Voyage d étude au Mexique Voyage d étude au Mexique Assurance agricole pour les petits exploitants agricoles 5 8 Novembre 2014 Crédit Photo AMUCSS 1 Objectif de la visite En 2012, la Fondation Fondation Grameen Crédit Agricole

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs

Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs Conférence sur le plan solaire méditerranéen Paris, 22 novembre 2008 Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs Etienne VIARD Directeur Département Méditerranée et Moyen Orient AFD,

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Etre une force de proposition sur les textes de lois et la réglementation régissant l environnement économique et administratif de la profession

Etre une force de proposition sur les textes de lois et la réglementation régissant l environnement économique et administratif de la profession AMIC Immeuble ASSIST 5eme étage Téléphone : 22 434 00 Email : contact@amic.mg Web : www.amic.mg L AMIC : un acteur au service de l économie et des entreprises L Association Malagasy des Investisseurs en

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2013

Consultations prébudgétaires 2013 Consultations prébudgétaires 2013 Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Comptables professionnels agréés du Canada Association des comptables généraux accrédités

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 515 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 1 er juin 2010 PROPOSITION DE LOI visant à modifier l'article 199 terdecies-0 A du code général des impôts en vue de favoriser

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI

Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Les niveaux de confiance se stabilisent à un bas niveau L apprentissage est plébiscité par les dirigeants de PME-ETI Des PME-ETI qui n investissent

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

STRATÉGIE DE LA BANQUE MONDIALE EN MATIÈRE DE TRAVAIL ET DE PROTECTION SOCIALE

STRATÉGIE DE LA BANQUE MONDIALE EN MATIÈRE DE TRAVAIL ET DE PROTECTION SOCIALE STRATÉGIE DE LA BANQUE MONDIALE EN MATIÈRE DE TRAVAIL ET DE PROTECTION SOCIALE 2012 2022 Résilience, équité et opportunités Nous vivons aujourd hui dans un monde fait de risques et d opportunités. Le risque

Plus en détail

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE DJIBOUTI : HUB REGIONAL Pour LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Mars 2012 DRAFT PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE INTERNET REGIONALE A DJIBOUTI Mars 2012

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

Concurrence dans la téléphonie mobile : Un bilan sans appel qui exige qu à l avenir la ligne consumériste ne soit pas coupée.

Concurrence dans la téléphonie mobile : Un bilan sans appel qui exige qu à l avenir la ligne consumériste ne soit pas coupée. Concurrence dans la téléphonie mobile : Un bilan sans appel qui exige qu à l avenir la ligne consumériste ne soit pas coupée 29 avril 2014 L étude 2014 de l UFC-Que Choisir sur le marché de la téléphonie

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

Enquête de satisfaction des utilisateurs du téléphone mobile GSM au Mali

Enquête de satisfaction des utilisateurs du téléphone mobile GSM au Mali Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies ----------------------- * Comité de Régulation des Télécommunications* ----------------------- République du Mali Un Peuple Un But Une Foi -----------------------

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée Pour que le secteur minier améliore sa contribution au développement généralisé, il doit être mieux intégré dans l

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques Mardi 13 janvier 2004 Karin BARLET Nous vous proposions le 25 novembre dernier un Bim sur les schémas d intervention des banques commerciales

Plus en détail

BILAN DU PLAN D ACTION LIMA-PARIS ET DE LA JOURNEE DE L ACTION

BILAN DU PLAN D ACTION LIMA-PARIS ET DE LA JOURNEE DE L ACTION BILAN DU PLAN D ACTION LIMA-PARIS ET DE LA JOURNEE DE L ACTION Dès le 30 novembre : trois initiatives prises par les Chefs d Etat : - La création d une alliance solaire internationale - Le lancement de

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour donateurs enquêtes de société pour des expertises Innovation Bénévolat Engagement seniors études et opi Comportement associations Fundraising méthodologie L engagement bénévole des seniors -de 50 à 65

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Schéma Départemental de Développement Touristique des Hautes-Alpes 2014-2020

Schéma Départemental de Développement Touristique des Hautes-Alpes 2014-2020 Schéma Départemental de Développement Touristique des Hautes-Alpes 2014-2020 Le poids du tourisme dans l économie locale Moteurs de développement DDT05 - Public 13% : revenus des trois fonctions publiques

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE INITIATIVE GDF SUEZ RASSEMBLEURS D ENERGIES

DOSSIER DE CANDIDATURE INITIATIVE GDF SUEZ RASSEMBLEURS D ENERGIES DOSSIER DE CANDIDATURE INITIATIVE GDF SUEZ RASSEMBLEURS D ENERGIES L initiative GDF SUEZ Rassembleurs d Energies est inédite par son mode d intervention. En effet trois leviers d action complémentaires,

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange RESULTATS ANNUELS 2010 Paris, le 9 mars 2011 Chiffre d affaires à plus de 2 milliards d euros Marge d EBITDA Groupe à plus de 39% Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros Signature d

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

DÉPLOIEMENT DES PARTIES 3 ET 4 DE LA NORME ISO 26262

DÉPLOIEMENT DES PARTIES 3 ET 4 DE LA NORME ISO 26262 DÉPLOIEMENT DES PARTIES 3 ET 4 DE LA NORME ISO 26262 3 e année du cycle ingénieur «Qualité et Sûreté de Fonctionnement des Systèmes» Soutenu par : Simon RENAULT Tuteur entreprise : M. Alexandre GUILLEMIN

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Vision La newsletter de l Omsyc Téléphonie fixe Europe : en 212, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Les données utilisées pour la rédaction de cette lettre sont issues de la Database

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

BUSINESS IN AFRICA SÉMINAIRE & FORMATION. Formation des dirigeants & des cadres d entreprises PLUSIEURS SESSIONS INTENSIVES. Votre Partenaire Afrique

BUSINESS IN AFRICA SÉMINAIRE & FORMATION. Formation des dirigeants & des cadres d entreprises PLUSIEURS SESSIONS INTENSIVES. Votre Partenaire Afrique BUSINESS IN AFRICA SÉMINAIRE & FORMATION Business In Africa ( BIA ) est une formation axée sur le résultat en Afrique en session intensive de 8 jours. DÉVELOPPER VOS ACTIVITÉS EN AFRIQUE. - Rechercher

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Capital Humain & Technologies Direction des Affaires Générales Département des Etudes et de la Documentation Thème du mois LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Plan : Introduction

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002)

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) INTRODUCTION Actuellement, le Zimbabwe met en place divers systèmes de protection sociale qui peuvent être

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Les clés de la mixité

Les clés de la mixité Women Matter 2012: Making the Breakthrough Les clés de la mixité Focus sur les entreprises françaises 2 McKinsey conduit depuis de nombreuses années des travaux de recherche sur le rôle des femmes au sein

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

L AFD ET LA TURQUIE. Pont du Bosphore à Istanbul, Turquie Fotolia. Partenaires pour un développement durable

L AFD ET LA TURQUIE. Pont du Bosphore à Istanbul, Turquie Fotolia. Partenaires pour un développement durable L AFD ET LA TURQUIE Pont du Bosphore à Istanbul, Turquie Fotolia Partenaires pour un développement durable LA TURQUIE Puissance émergente de la région euro-méditerranéenne, la Turquie connaît un développement

Plus en détail

Rapport de supervision de la collecte des données

Rapport de supervision de la collecte des données Institut National de la Statistique (INS) Observatoire National de la Pauvreté Et du Développement Humain Durable ---------------------------------------- Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

1 / Lutter contre les stéréotypes sur la perception de l économie. 2 / Soutenir et promouvoir la réalité entrepreneuriale africaine

1 / Lutter contre les stéréotypes sur la perception de l économie. 2 / Soutenir et promouvoir la réalité entrepreneuriale africaine EN RÉSUMÉ Les Grands Moyens, via une enquête visuelle et analytique, propose une vision inédite du continent Africain en l explorant au travers de ses Petites et Moyennes Entreprises (PME). Surtout, le

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

MASSERAN INNOVATION VII

MASSERAN INNOVATION VII MASSERAN INNOVATION VII INVESTISSEZ DANS DES PME EUROPÉENNES INNOVANTES FONDS COMMUN DE PLACEMENT DANS L INNOVATION PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL POURQUOI INVESTIR DANS MASSERAN INNOVATION VII?

Plus en détail

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives?

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? AIE - Agence Internationale de l Energie Paris, 4 Juin 2009 Pascale Geslain Sommaire I. A propos de la microfinance 1. Au sujet de PlaNet FiNance:

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable.

La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable. Communiqué de presse Bois-Colombes, le 11 février 2009 La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable. L année 2008 restera, pour les épargnants et les assurés, une

Plus en détail

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC Genève du 1-2 Sept 2011 Romain CIZA /ARPTC romain.ciza@arptc.cd 1 Caneva I. Brève présentation de la RDC II. Cadre réglementaire

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION DU GROUPE AFD DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE

CADRE D INTERVENTION DU GROUPE AFD DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE Juillet 2007 CADRE D INTERVENTION DU GROUPE AFD DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE L AFD dispose d une longue expérience en matière de soutien à la microfinance. Les premières expériences remontent à 1988

Plus en détail